HISTOIRE

« GRANDE SECU » : UNE NOUVELLE ARNAQUE MACRONISTE.

Sécurité sociale

Ballon d’essai ou projet réel ?

C’est la nouvelle lubie qui trotte dans la tête de Monsieur Véran : rassembler les  complémentaires et les mutuelles dans un grand magma avec la CNAM pour faire une grande Sécurité sociale monolithique financée sur le dos de ceux qui paient des impôts. Dans le rapport du Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance-maladie (HCAAM), la suppression du double étage de frais de gestion doit se faire par la suppression des assureurs privés et des mutuelles. Ce n’est pas sérieux. À moins de trois semaines du rapport conclusif, le HCAAM ne fournit aucun chiffrage : de combien augmenteraient les prélèvements obligatoires pour financer cette «Grande Sécu» ? Comment évoluerait le reste à charge des Français, aujourd’hui le plus bas d’Europe grâce à l’articulation entre Sécu et complémentaires? Quel serait l’impact sur les salariés des mutuelles? Il n’y a ni transparence, ni concertation. Cette «Grande Sécu» est un écran de fumée pour ne pas parler du vrai sujet : le déficit abyssal de l’Assurance-maladie. Cela fait penser à une proposition ballon-d'essai-qui-ne-dit-pas-son-nom pour la campagne 2022 ou à la grande réforme systémique des retraites qui devait être un « big bang » et qui a fait « pschitt ».

Un prétexte fallacieux.

Les complémentaires santé coûteraient trop cher … en frais de  gestion !  Effectivement, notre système de santé est administrativement parlant le plus coûteux de la zone euro. Si le rapport rentrait dans une véritable comparaison équitable de la performance des coûts de gestion entre caisses primaires d'assurance-maladie (CPAM), mutuelles et assureurs de santé, ce ne serait pas forcément à l'avantage de la CNAM… L'efficacité des complémentaires santé ne doit pas se mesurer par rapport au montant des remboursements effectués, mais bien par rapport au nombre d'actes traités, une information étonnamment peu documentée. Effectivement, le système pourrait coûter entre 4,5 et 7 milliards de moins par an s’il était bien géré comme en Suisse ou aux Pays-Bas. Mais ces systèmes efficients ne sont pas organisés avec une caisse unique et omnipotente. Ce sont des assureurs en concurrence régulée au premier euro. Que l’État commence par baisser les taxes sur les complémentaires : les contrats sont soumis à une fiscalité de 15 % soit 5,7 milliards pour 2020 et 2021 pris sur les cotisations des adhérents.

Une vision technocratique.

Etonnamment, pourquoi aucun des scénarios ciblés n'envisage de supprimer le double compte en déléguant à des assureurs santé la gestion de l'ensemble des dépenses santé, ce qui est pourtant le cas néerlandais ou suisse ? Dans les comparaisons qui sont fréquemment citées ne sont pas pris en compte les coûts de recouvrement pour l'Assurance-maladie (assurés par les Urssaf) ou bien encore les frais financiers liés à l'endettement. C’est vrai, les tarifs des  mutuelles augmentent parce que les dépenses de santé des Français progressent sous le double effet du vieillissement de la population et des progrès techniques. Mais elles sont très attentives à ne répercuter que le juste coût. Si ce n’était pas le cas, leurs clients les quitteraient tant la concurrence est forte. On peut se demander aussi si la « grande Sécu » ne risquerait pas aussi de décourager à la fois prévention, innovation et notre médecine libérale après avoir réussi à si bien démotiver notre système hospitalier grâce à une gestion kafkaïenne et statutaire. On est bien d’accord qu’il faut faire baisser les coûts de gestion dans la santé, faire baisser l'administratif qui étouffe notre système de santé et nos hôpitaux.  Mais y parvenir grâce à un seul assureur qui s'appelle la CNAM, on n'y croit pas un seul instant ! 

Pourquoi changer un système qui fonctionne ?

L’argument du Ministre est plus idéologique  que réaliste : réformer parce que le système  à deux étages serait trop complexe et inéquitable. Ah,  le sacro–saint  principe d’égalité ! C’est oublier un peu vite que ce dispositif présente l’avantage inestimable de faire de la France le pays où les patients sont les mieux remboursés du monde, et où le reste à charge est au final le moins élevé. On voudrait nous condamner aux files d’attente pour se faire soigner comme en Angleterre qu’on ne s’y prendrait pas mieux. A n’en pas  douter, un système  unifié générerait rapidement une médecine à deux vitesses. Et surtout, il n’est pas prouvé que le secteur public ferait mieux que le secteur privé en matière de gestion. Enfin, comme toujours, l’Etat n’a pas l’air de se préoccuper des milliers d’emplois (100 000 environ) qu’une telle réforme menace.

L’illusion d’un système plus économe.

Ce qui se préparerait, c’est une mutation de notre système de soins dont le reste à charge est actuellement l'un des plus faibles des pays de l'OCDE, sur l'autel d'une Caisse nationale de l'assurance-maladie (CNAM) hyperpuissante gardant les données de santé sans les utiliser pour améliorer les traitements, n'accompagnant pas dans le parcours de soins et ne faisant quasiment pas de prévention et d'innovation. Bref, une mauvaise affaire pour les « contribuables-assurés-patients » que nous sommes : il s’agit d’avoir la peau des complémentaires et des mutuelles et tout cela pour nous rembourser vraisemblablement moins bien au final. Sommes-nous prêts à voir augmenter la dépense publique en santé et notre facture de CSG pour être remboursés à un « 100 % » Sécu dont nul ne sait ce qu'il sera vraiment ? Quel serait le réel impact d'une réforme basée sur de prétendues économies de gestion générées grâce à une grosse CNAM,  qui pour l’instant n’a pas vraiment fait ses preuves  en la matière ? Le HCAAM fait l’hypothèse que la surdépense publique atteindrait 22,4 milliards d’euros et qu’elle serait financée par une hausse des prélèvements obligatoires, via les cotisations patronales ou la CSG… A coup sûr, c’est le contribuable qui paiera la  note une fois de plus !

Il y a pourtant d’autres chantiers plus urgents en matière de santé publique, qui ne sont pas difficiles à identifier tant ils sont criants. Vraiment, l’amélioration des mécanismes de remboursement, qu’on peut probablement perfectionner, n’est pas une priorité. 

 


FRACTURE VACCINALE : DES FRACTURES MULTIPLES.

France vaccination figaro001

Même si elles semblent aller  en déclinant, les manifestations du samedi contre  la vaccination et le passe sanitaire sont suffisamment « achalandées* » pour qu’on y prête attention. Elles semblent rassembler un ensemble  assez hétéroclite de courants de pensée qui n’ont  qu’un point commun : ils sont contestataires. L’étude publiée par Le figaro le 9 août dernier propose un décryptage assez fouillé qui en éclaire,  me semble-t-il, avec beaucoup de précision tous les tenants et aboutissants. Jérôme Fourquet de l’Ifop et Sylvain Manternach, géographe et cartographe, ont analysé les données du géographe  de  la santé montpelliérain Emmanuel Vigneron, qui a dressé à une échelle très fine une carte inédite de la couverture  vaccinale (ci-dessus). Par exemple, en Ile-de-France ou dans l'agglomération lyonnaise, la carte fait ainsi apparaître les clivages sociologiques avec un taux de vaccination nettement moins élevé dans les banlieues populaires que dans les arrondissements bourgeois ;  elle montre également des écarts entre les zones rurales et le cœur des agglomérations, du fait d'une plus ou moins grande proximité aux centres de vaccination. Mais par-delà ces clivages assez attendus, la carte donne à voir de fortes disparités régionales. Elle met en lumière de nombreux clivages fondés sur la sociologie, l’Histoire, la culture politique, … qui expliquent notamment pourquoi le sud de la France est plus rétif à la vaccination et plus enclin à contester le passe sanitaire que le nord.

L’empreinte de l’Histoire.

Les  mentalités ont été façonnées au cours du temps par toute une série de  considérations dont notre  Histoire nationale porte les stigmates, depuis l’intégration dans l’espace national des régions de langue d’Oc plus tardive, et marquées par des rebellions contre le  pouvoir central, sous la monarchie comme sous la République, et les exemples abondent, religieux, politiques ou sociaux. Ces régions, souvent pauvres, éloignées géographiquement du pouvoir central, marquées par l’analphabétisme, ont toujours été les foyers d’une forme de contestation de l’autorité centrale qui a perduré jusqu’à nos jours. Hormis les dimensions économiques et sociales, paysannerie pauvre et sols peu fertiles, cette propension à l'insoumission, comme la réticence à la fiscalité ou à la conscription, plonge profondément ses racines dans un substrat historique politique et culturel très ancien. La croisade des Albigeois ou l’épopée cathare sont encore  bien vivantes dans les mémoires. Différents terroirs du sud cultivent ainsi le souvenir de révoltes paysannes et populaires. Les multiples épisodes nourrissent l'image d'un sud rebelle et insoumis face à l'arbitraire d'un pouvoir central autoritaire. Symboliquement, les opposants les plus militants à la vaccination entendent récupérer cet héritage quand ils se définissent comme des « résistants ».

Des espaces de culture alternative.

France vaccination agricult bio001Parallèlement à la rémanence de cet héritage historique, un autre paramètre, qui pèse sans doute davantage, permet d’expliquer la moindre vaccination observée dans l'arc méridional courant de l'Ariège au sud des Alpes, avec des extensions jusqu'à la Dordogne et au Quercy à l'ouest et aux montagnes du Jura au nord. C’est le mode de vie adopté par une part non négligeable de la population de ces territoires, se voulant en rupture avec la société de consommation et rejetant ou se méfiant de certaines manifestations du progrès technologique. Cette culture alternative s'épanouit préférentiellement dans les espaces ruraux ou de montagne, à distance des centres urbains. Ce sont généralement des « néoruraux », venus s’installer pour rompre avec le mode de vie citadin et soucieux de vivre à un autre rythme et en accord avec des valeurs privilégiant la communion avec la nature, l'échange, le troc et l'entraide plutôt que la possession de biens matériels et la surconsommation. Ils en sont devenus une part significative de la population active. De l'Ariège au sud de l'Isère, se dessine une diagonale qui  correspond aux territoires où l'agriculture bio est la plus développée en France, ce modèle agricole répondant le mieux aux options philosophiques et idéologiques de cette population, ces terroirs de moyenne montagne ne permettant guère, par ailleurs, de se livrer à l'agriculture intensive. Il est frappant de constater qu'à quelques exceptions près, cette carte du développement de l'agriculture bio se superpose avec la carte de l'indice de vaccination calculée par Emmanuel Vigneron. Les producteurs et les consommateurs de cette agriculture rejettent les produits chimiques, les pesticides et les OGM, et  logiquement, ils se montrent également plus réfractaires à la vaccination, le vaccin étant perçu comme un « procédé artificiel » et potentiellement dangereux pour la santé. 

La « galaxie vaccino-sceptique ».


France vaccination medecines altern002Ce n’est pas un hasard si les figures médiatiques de cette  pensée alternative résident précisément le long de cet arc méridional courant des Pyrénées au sud des Alpes où elles ont acquis une large visibilité nationale via les réseaux sociaux sur lesquels ils sont très actifs, leur audience et influence étant d'autant plus fortes dans leurs régions respectives, où ils disposent de relais et de soutiens. Le grand sud de la France se caractérise par ailleurs par une plus forte appétence pour les médecines douces ou alternatives. La densité par département de praticiens de ces médecines constitue un indicateur permettant d'évaluer l'audience de cette culture sur ces territoires. Cette prévalence est à mettre en relation avec  une population ayant opté pour des modes de vie écologistes et alternatifs. Il s'agit de ces néo-ruraux, de retraités ou de membres des petites classes moyennes se soignant par les plantes plutôt que par la chimie et les vaccins, volontiers défiants vis-à-vis des institutions gouvernementales et des grandes entreprises, qu'il s'agisse des laboratoires pharmaceutiques ou des opérateurs téléphoniques. On peut faire un parallèle entre le refus vaccinal et l'opposition au déploiement de la 5G, phénomènes procédant d'une certaine manière de la même matrice technophobe. Ainsi, des dizaines d'antennes relais ont été incendiées un peu partout en France et La carte des destructions présente certaines similitudes avec celle du refus vaccinal, comme si ces deux phénomènes distincts, constituaient des indices et des manifestations de l'existence d'une culture contestataire radicale et écolo-alternative. Ce n’est donc pas par hasard qu’un centre de vaccination ait été l'objet d'une tentative d'incendie à Nyons dans la Drôme et celui de Lans-en-Vercors (Isère) victime de dégradations, un incendie ayant partiellement détruit un autre équipement de ce type à Gap, dans le département voisin des Hautes-Alpes.

L’arc littoral frontiste.

La vaste zone de défiance vaccinale méridionale identifiée par Emmanuel Vigneron englobe également le littoral méditerranéen qui géographiquement, sociologiquement et électoralement est très différent. Cet arc, qui s'étend de Perpignan à Nice, est constitué de plaines densément urbanisées où le vote frontiste est très élevé. Sur le littoral languedocien comme sur la Côte d'Azur, la culture politique a peu à voir avec la sensibilité écolo-alternative imprégnant les collines et les montagnes de l'arrière-pays où Jean-Luc Mélenchon avait fait un malheur. Un trait d'union existe cependant, celui d'une très forte hostilité au « système » et d'une défiance vis-à-vis de l'autorité étatique. Ce point constitue sans doute le terreau commun nourrissant dans ces deux électorats, idéologiquement très opposés, la forte opposition vaccinale. On constate d’ailleurs que cet électorat frontiste méridional est plus frondeur et  plus défiant que celui du nord et de l’est.

Et aussi les « gilets jaunes ».

Au début de ce mouvement, la mobilisation sur les ronds-points fut aussi importante dans les zones du nord et du sud, mais alors qu'assez rapidement la mobilisation s'essouffla dans le nord, la pression monta crescendo dans le sud. Le long de l’arc se déployant de Perpignan jusqu'au Vaucluse, le mouvement s'est poursuivi avec une forte intensité durant plusieurs semaines avec la persistance de points de blocage et des violences se soldant par la destruction de très nombreuses barrières de péage sur la plaine littorale du Languedoc-Roussillon et dans la basse vallée du Rhône. Cet « arc de crise » correspond à une zone de forte résistance à la vaccination. Ainsi, d'après les données de l'Ifop, seuls 49% des personnes se définissant comme gilets jaunes ont reçu une première injection, cette proportion grimpant à 83% parmi la population ne les soutenant pas.

Comme on le constate, le mouvement de contestation contre le passe sanitaire auquel se joint des  « antivax » est un assemblage assez hétéroclite de populations aux motivations très différentes, voire contradictoires. Les  slogans en témoignent. Il n’est pas étonnant que le sud-est soit en tête de la protestation. Mais avec  l’augmentation de la pression sociale, la vaccination gagne du terrain bien que des bastions d'antivaccins existent toujours. Le danger, c'est qu'en se réduisant, ces poches de résistance se cristallisent et que la jonction se fasse avec des mouvements encore plus radicaux. Quant à la défense de la liberté que certains mettent en avant, elle est plus que discutable en la circonstance, mais c’est un autre débat.

* achalandées : sens premier "beaucoup de clients".

Compte-rendu complet dans le Figaro du lundi 9 août.

 


ON EN A PEU PARLE, ET POURTANT …

Longue vue 2

 

Le Covid et le  « passe » occultent l’actualité  et font passer des sujets pourtant sérieux au second plan quand ce n’est pas à la trappe. Je vous en propose trois qui méritaient d’être mis sous les projecteurs : la production de vaccins, l’approvisionnement énergétique de l’ouest, et les retraités mis à l’index.

1 milliard de doses.

Bien sûr, on a vu Thierry Breton sur quelques plateaux pour une interview furtive, venir expliquer que les objectifs étaient non seulement tenus mais largement atteints. L’Europe a été et reste au rendez-vous de la vaccination. Mais ses propos se sont perdus dans le brouhaha médiatique de l’été.  Et pourtant, l’information mériterait qu’on en parle.  A la mi-juillet, la  barre du milliard de doses produites en Europe, oui, en Europe, a été franchie. En général on ne rate pas une occasion de dire du mal  de  L’Union et on se souvient du procès intenté en début d’année à notre vieux continent, soi-disant incapable de se procurer suffisamment de vaccins pour avoir voulu négocier les  prix et gnagnagna… Aujourd’hui,  les Chinois sourient jaune et les américains sont dépassés ; quant aux Russes ils sont bien à la peine. Chez nous c’est  l’indifférence générale. On préfère s’étendre sur les hurluberlus du samedi. Pourtant, à la mi-juillet, le cap des 500 millions de doses mises à la disposition des pays européens a été passé et le reste a été exporté vers des dizaines de pays. Seule l’Europe a été en capacité de  mettre sa production à disposition des  pays démunis. Mieux, c’est  le  « vieux continent » qui va être en capacité de  fournir  les vaccins au reste de la  planète dès cet automne. Plus de la moitié des Français ont déjà reçu les deux doses et le pari d’administrer une dose  à 70% des Européens au 14 juillet a pratiquement été tenu. Le laboratoire Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont accompli un absolu sans-faute. Mais on ne remerciera jamais assez l’énergique commissaire européen Thierry Breton qui a secoué la  production vaccinale et qui a réussi à installer cinquante unités de fabrication en un temps record. Quand l’Europe veut, l’Europe peu.

Survie pour Cordemais.

Il y a un an, EDF fermait la centrale nucléaire de Fessenheim, à grand renfort de tam-tam médiatique, vert de préférence. Il y a quelques jours, la même EDF à décidé de maintenir ouverte jusqu’en 2024 ou 2026 la dernière centrale au charbon française, celle de Cordemais, à Nantes. Dans le silence médiatique qui convient. Cherchez l’erreur… On ferme une centrale qui ne pollue pas et on garde en production une pourvoyeuse de gaz à effet de serre. Voilà une illustration parfaite des paradoxes où nous mène une stratégie énergétique conduite sous la pression inconséquente des écologistes radicaux.  Pour l’ouest, c’est une impasse. Convenons que le maintien de Cordemais n’est pas la conséquence de la fermeture de Fessenheim,  beaucoup trop éloignée, mais des flottements politiques et du retard de la mise en réseau de Flamanville au feuilleton sans fin. Le cas de l’ouest est emblématique : les Bretons n’ont pas voulu du nucléaire dans les années 70 (Le Pellerin), ils résistent à l’éolien offshore depuis quinze ans et refusent aujourd’hui l’éolien terrestre, qui sont, de toutes façons des pis-aller, ils ont mis des bâtons dans les roues du projet de Total Direct Energie de construire une centrale à gaz à Landivisiau, indispensable pour alimenter la pointe armoricaine, décidé en 2012 et qui verra finalement le jour à la fin de cette année. Dans notre pays, le débat sur l’énergie est tabou quand il n’est pas accaparé par les ayatollahs verts. Consolation : la France est tout de même sortie du charbon et émet moins de gaz à effet de serre que  l’Allemagne (70% de plus) qui a commis l’erreur d’arrêter son nucléaire avant d’avoir des alternatives. Au moins c’est dit !

Accusation incongrue.

Il y a peu, le  premier président de  la Cour des comptes, l’inénarrable Monsieur Moscovici fustigeait les retraités en s’offusquant que leur niveau de vie fût plus élevé que celui des actifs, au nom d’un égalitarisme stupide, et exprimait à ceux-ci comme le reproche d’être propriétaire de leur logement. Il devrait savoir que ce sont les gouvernements successifs, et il a dû faire partie de certains, qui ont incités les  Français à devenir propriétaire. Les  montrer du doigt aujourd’hui est pour le moins une incongruité. Cela mériterait qu’on en parle, car la plupart d’entre eux n’ont pas connu les 35 heures, les RTT et les taux à 1%, mais plutôt  les semaines de 48 heures, parfois plus, et des taux à 12 ou 13%.  Voilà des efforts qui devraient être loués. Ils ne sont pas la cause d’un déséquilibre intergénérationnel qu’il faut chercher ailleurs. Par exemple dans la montée de l’endettement, l’assistanat généralisé, les politiques de déficits publics qui plombent la croissance et les salaires et favorisent le chômage dont les jeunes sont les premières victimes. La France n’a rien à gagner dans une guerre des générations. On ne peut donc voir dans le raisonnement de notre grand contrôleur des comptes que de l’inconséquence. Notez, il nous y avait habitués.

 


OBSCURANTISTES, NAIFS, CASSEURS GAUCHISTES ET COMPAGNIE …

Manif antivax

 

C’est reparti pour le rituel du samedi.

Le  « passe » a le dos large. Tout est bon pour les contestataires de tout poil pour battre le bitume. A croire qu’ils sont en mal de distraction et qu’ils ne savent pas faire autre chose. Petits cerveaux, imagination réduite. Ils brandissent l’étendard de la « liberté »  outragée, les pauvres. Marianne en a fait deux tours dans ses escarpins.

La minorité bruyante.

Un peu plus de 200 000 protestataires, samedi dernier dont quelques 14 000  à Paris. Après deux premiers essais, les effectifs s’étoffent modestement. Pour relativiser, plus de 500 000 Français se  sont fait vacciner le même jour. Si « gronde » il y a,  elle reste encore faiblarde, même si la caisse de résonnance médiatique lui donne plus d’ampleur qu’elle n’en vaut. Prenant appui sur le fait que le  week-end dernier était  celui de  départs massifs en vacances, et était  donc peu favorable  à une  mobilisation, les habituels porte-étendards de ce mouvement hétéroclite n’hésitent  pas à annoncer une rentrée chaude. Hétéroclite, le mot est faible.

Il y avait parmi eux, évidemment, les antivax, ces hurluberlus obscurantistes qui font passer leurs croyances avant la science. Ceux-là, bien que nous soyons au pays de Pasteur, ne perdons  pas  de temps à essayer de les convaincre. Encore qu’ils se décomposent en plusieurs familles : les  adeptes de religions fondamentalistes, les endoctrinés complotistes aux arguments aussi irrationnels que stupides, les anticapitalistes qui en ont  après les gros profits des labos…

Il y avait parmi eux les covidosceptiques, qui ne croient pas  à la gravité du virus, se croient « naturellement » immunisés et qui ne comprendront que lorsqu’ils seront en réanimation.  Un pari stupide.

Il y avait parmi eux les grandes gueules pour qui tout est bon dès lors qu’il s’agit de s’en  prendre au pouvoir.  Peu importe le sujet. Méluche n’a juste qu’à twittter pour qu’ils sortent  de leur trou, accompagnés souvent de leurs gros bras à tunique noire. Pour eux, le nirvana c’est de se confronter aux forces de l’ordre. Ils crient à la dictature, mais ceux dont ils se réclament nous en imposeraient une vraie et bien pire s'ils étaient au pouvoir  !

Il y avait parmi eux, la cohorte des « antipasse ».  Ceux-là, on ne sait pas  s’ils sont pour ou  contre la vaccination, mais ils voient dans  l’obligation de fournir un sésame pour participer  à certaines  activités, une atteinte odieuse à leur liberté… qui ne s’arrête jamais là où commence celle des autres. Ils dénoncent donc un dispositif  liberticide, rien que ça. S’il est validé par le Conseil constitutionnel, il sera effectivement contraignant, mais parce que la moitié seulement de la population  a reçu deux doses et que, si la vaccination n’empêche pas la  contamination en théorie, elle reste tout de même un gage de non-hospitalisation ; rappelons que 85 % des malades de la Covid admis dans un établissement de santé sont non vaccinés. Manifester est un droit. En revanche, se gargariser avec le mot « liberté », quitte à entraver celle des autres, n’est pas acceptable. Si j’ai fait  le choix, comme l’immense majorité silencieuse de nos compatriotes, de me faire immuniser,  c’est parce  que je souhaite pouvoir vivre le plus librement possible, sachant que le virus, lui, est parti pour durer.

Quelle régression quand même !

J’entendais l’autre soir Henri Guaino expliquer que parmi les  manifestants se trouvait une de ses connaissances polytechnicien, et qu’il fallait donc porter attention à ce qui se passait.  Cela  dit, les diplômes n’ont jamais empêché d’être con. Notre pays a été à l’origine de « l’esprit des lumières », des plus grandes avancées de la science et de la médecine, et aujourd’hui encore. Mais nous sommes désormais à la queue des classements internationaux en matière d’éducation. Le mouvement antivax, la révolte contre le passe sanitaire ne sont pas des accidents de l’Histoire. Ils sont le symptôme d’un spectaculaire basculement de notre pays dans l’ignorance  et la  perte de  l’esprit critique. Comme le souligne Gérald Bronner (Apocalypse cognitive), les craintes collectives reposant sur des allégations fausses se répandent grâce à ce qu’il appelle le « brouhaha cognitif » des réseaux sociaux et par les médias qui reprennent prioritairement et systématiquement ce qui attise les  peurs. Nous tombons dans « la démocratie des crédules ». « Certains pourront arguer qu’en définitive, il vaut mieux prévenir que guérir et qu’il est sage de surestimer tous les risques même imaginaires plutôt que de prendre celui de ne pas être préparé face à un danger. C’est là une logique préhistorique, enracinée en nous, qui a eu son utilité évolutionnaire, mais elle génère aujourd’hui des dommages collatéraux dans les nouvelles conditions du marché cognitif… » Car, il se trouve que notre capacité à juger des probabilités, lorsqu’elles sont faibles, n’est pas toujours rationnelle. C’est pourquoi les allégations fausses se répandent plus vite que les démentis que la science peut  apporter. Les arguments de la peur sont beaucoup plus aisés à produire et rapides à diffuser que ceux qui permettent de renouer les fils d’une confiance si nécessaire à la vie démocratique. 

Plus que jamais, nous devons nous demander : qu’est-ce qui est le plus important ?  

 


L’EUROPE A TOUJOURS BON DOS !

Covid vaccination

 

Le moment viendra pour juger à partir de la pandémie du Covid 19 de la qualité de la gouvernance des nations et de la résilience de nos sociétés. Il est, à mon avis, bien trop tôt pour tirer des conclusions sur la hiérarchie entre les nations et les continents qu’elle aura redessinée. D’abord parce que la crise n’est pas terminée, y compris pour ceux qui croient qu’ils en sont sortis. Et contrairement à ce que nombre d’observateurs, le plus souvent europhobes, affirment dans la précipitation, le déclassement de l’occident n’est pas du tout acté face à l’Asie, et encore moins celui de l’Europe au sein de l’occident. On peut seulement affirmer sans trop se tromper, que,  sans avoir un bilan aussi calamiteux dont on l’accable, la France a perdu quelque peu le  contrôle de la situation sanitaire par la défaillance d’un Etat obèse et impuissant dont la bureaucratie omnipotente a fait la démonstration de ses lenteurs et de ses errements. Le moment venu, il faudra en tirer lucidement les enseignements.

Ah, ces vaccins !

S’il y a un sujet sur lequel tout le  monde s’en est donné à cœur joie, c’est bien celui des vaccins. Comparaison n’est pas raison. Il faut souligner ici à quel  point le débat public et médiatique, procédant en permanence à des comparaisons internationales, s’est organisé autour d’indicateurs et de chiffres « non maîtrisés », pour rester correct. Tous les jours, au Parlement, à la télé, les critiques  de tous bords pleuvent, des experts pérorent, des chroniqueurs ricanent, surfant sur l’air du temps, sans que ni les uns, ni les autres n’aient une connaissance suffisante, vérifiée, de la réalité. Et revient en boucle  l’accusation : l’Europe est responsable du retard  pris par la vaccination sur le continent et en France. Tellement facile. Et de prendre à témoin la Grande Bretagne de Johnson, les Etats-Unis, et même la Russie, ce qui est un comble, quand on connaît la « transparence » de son pouvoir.

Il est temps de rétablir quelques vérités fiables parce que vérifiables.

Oui, la centrale d’achat des vaccins mise en place par la Commission européenne  n’a pas été d’une gestion optimale. Créée à la demande des Etats alors que la santé n’est pas une compétence  partagée, on peut comprendre qu’elle ait été d’abord précautionneuse, donc un peu lente. Et sa négociation avec les labos a probablement, au départ, manqué de technicité, d’autant plus qu’elle se faisait sous l’œil sourcilleux des parlementaires européens, de nombreux eurodéputés penchant du côté de la réticence et de la temporisation. Mais il est faux de dire que l’Europe se soit  fait dépasser par la Grande Bretagne, la preuve en est que les contrats qu’elle a signés avec Astrazeneca, l’ont été la veille de la signature de ceux de sa gracieuse majesté. Si les  vaccins ne nous ont pas été livrés comme il était prévu, c’est à cause de  la  pression d’un Premier Ministre, peu respectueux de sa signature, coutumier des méthodes de voyou, mis le dos au mur par sa gestion désastreuse de la pandémie  dans son pays, et prêt à tout pour se refaire une santé aux yeux de son peuple, alors que de son côté, l’Europe tenait ses engagements. La Grande Bretagne a fait le choix de vacciner avec une seule dose dans un premier temps, reportant la seconde aux calendes grecques. Un pari fou qui a marché pour l’instant mais qui aurait pu tourner à la catastrophe. Sauf que maintenant le temps presse pour lui et il aurait bien besoin de doses que l’Union Européenne réserve désormais en priorité à sa population. Si nous avions reçu les 100 % de vaccins AstraZeneca qui nous étaient contractuellement destinés, l'Union européenne serait aujourd'hui au même niveau que la Grande-Bretagne en termes de vaccination. Les Etats-Unis, eux, ont choisi l’autarcie : « on garde tout ce que l’on produit pour nous et on ne partage pas ». Sans solidarité internationale, l’Europe s’est  organisée pour faire face. A la fin de l’été, il sera temps de faire les comptes.

L’Union européenne n’a pas à rougir.

L’Union européenne ne mérite pas l’hystérie dont elle fait l’objet. Pour les uns, c’est parce qu’elle ne devrait pas exister, pour les autres parce qu’elle est un bouc émissaire commode. Convenons d’abord d’une réalité incontournable : le début de la vaccination a commencé sous le signe d’une pénurie structurelle. Les Européens, parce que c’est leur culture, n’auraient pas accepté les risques pris par les Etats-Unis et la Grande Bretagne pour rattraper le temps perdu sur l’épidémie grâce à la vaccination. Par ailleurs, on ne produit pas 800 millions de doses du jour au lendemain ! Les performances de stratégies de commando comme l’a pratiquée Boris Johnson ne pouvait se faire qu’au détriment de tous, ce qui était gagné par lui était forcément perdu pour les autres. Le Brexit n’a rien à voir là dedans. On n’a  pas beaucoup communiqué sur le travail que l’Union a effectué et c’est dommage.  Dès le 5 février elle a nommé le Commissaire à l’Industrie, Thierry Breton, à la tête d’une « task force » chargée de produire le plus rapidement possible sur le continent les vaccins dont nous avons besoin. Début avril, le dispositif est en place et 52 usines sont  en capacité de produire. D’ici l’été, la montée en puissance va permettre de fournir les dizaines de millions de doses à toute l’Europe pour atteindre le plus tôt possible, autour de la mi-juillet, le seuil d’immunité qui empêchera le virus de se propager et arrêter ainsi l’épidémie : 14 millions de doses ont été livrées en janvier, 28 millions en février et 60 millions en mars ; pour le trimestre suivant, nous passons à 100 millions en avril, mai et juin ; puis 120 millions à l'été et nous atteindrons un rythme de croisière de 200 millions à partir de septembre. Dès le dernier trimestre de l’année, l’UE sera à même d’envoyer en Afrique tous les vaccins nécessaires. On verra alors qui s’en est sorti le mieux et qui est capable de contribuer à éradiquer sur toute la planète cette saloperie de virus, garantie qu’il ne nous revienne pas sous la forme de variants divers et variés. L'Europe sera le premier continent en matière de production vaccinale dès la fin de cette année, avec une capacité de production de près de 3 milliards de doses par an. Me revient alors à l’esprit le slogan d’une campagne européenne avec Nicolas Sarkozy : « Quand l’Europe veut, l’Europe peut ! ».

On ne se sauvera pas tout seul.

Il est  déraisonnable de penser que chacun aurait pu faire mieux en restant chacun dans son coin, à l’abri chez lui, face à une pandémie qui se  joue de toutes les frontières. Qui peut imaginer que la France, pays divisé, ankylosé par son principe de précaution, bureaucratique et incapable de produire son propre vaccin, le seul des membres du Conseil de Sécurité de l’ONU à être dans ce cas, aurait pu tirer correctement son épingle du jeu dans un affrontement au chacun pour soi. Et à quel prix ? Au contraire, il paraît plus réconfortant d’avoir participé à un ensemble qui a choisi la solidarité et comme règle le partage équitable entre tous ses membres des doses disponibles.  Il a pu y avoir des impatiences ici ou là,  mais elles n’ont plus lieu d’être dès lors que la production arrive à faire face aux besoins. Oui, l’Union européenne a fait un choix collectif de prudence et de précaution. Qui l’en blâmerait ? L’administration bruxelloise, a fait preuve de prudence et de responsabilité comptable, comme on le lui demandait. Elle a, en réalité, parfaitement rempli sa mission. Si certains chez nous, l’accablent pour sa lenteur, n’est-ce pas en raison de la mauvaise gestion du freinage de la pandémie, l’autre moyen de ralentir sa progression.

Il est tellement facile de mettre sur le dos de l’Europe ce qui relève  de nos propres insuffisances. Mais ce n’est pas une attitude nouvelle. Et la France est loin d’être exemplaire quant à sa responsabilité.

 


RECONFINES !?

Confinement petit commerce

 

Drôle de printemps.

C’est une manière d’entamer la saison nouvelle. Les millions de Français de l’Ile-de-France et des Hauts de France sont astreints à un reconfinement dont parait-il il ne faut pas prononcer le nom. Et pour cause, en dehors du fait que vous ne pouvez pas sortir de votre région ou département, vous pouvez pratiquement vaquer à vos occupations habituelles.  Seul le shopping est limité, et ce seront les  femmes les plus punies puisque les commerces qui resteront fermés se limitent pratiquement à ceux qui vendent des vêtements. D’ailleurs pour savoir ceux qui ont le droit d’être « essentiels », il faut consulter la liste à la Prévert édictée par notre administration toujours très productive quand il s’agit de réglementer. De même, pour sortir et vous déplacer, vous devrez vous munir d’une auto-autorisation avec pièces justificatives, selon que vous serez à 1km, 10 km ou 30 km de votre domicile. Il a fallu quarante huit heures pour que nos technocrates s’aperçoivent que s’auto-autoriser à aller se promener ne nécessitait pas cette paperasse mais néanmoins, il faudra avoir avec soi un document qui atteste une domiciliation. Cohérent mais courtelinesque. C’est ainsi que les rues de nos grandes villes sont loin d’être désertes, que les endroits de promenades, parcs, bois, bords de rivières, connaissent l’affluence qu’un soleil généreux favorise. Sans que les précautions sanitaires recommandées soient toujours respectées …

Assignés à résidence.

La décision de reconfiner un tiers de la population française n’aura surpris personne, elle n’en est pas moins astreignante pour les personnes concernées. Avec 30 000 nouveaux cas quotidiens, la situation devenait insoutenable. La lenteur de la campagne vaccinale a entraîné un retour aux bonnes vieilles mesures de protection. Une nécessité, mais aussi un aveu d’échec. Fallait-il confiner il y a plus d’un mois, quand le Conseil scientifique le réclamait à cor et à cri ? Le « courage » du président à l’époque n’aura été que provisoire. Voilà qu’aujourd’hui il rentre dans le rang. Le principal objectif de nos autorités, c’est d’apporter un soulagement assez rapide aux hôpitaux dont les salles de réanimation sont saturées, faute d’avoir fait l’effort nécessaire, pourtant annoncé il y a près d’un an, d’en augmenter les capacités. Les conditions du confinement tiennent compte de l’acceptabilité limitée des Français. On devrait plutôt parler d’assignation à résidence, car le principal  interdit concerne la frontière du département dans lequel  on réside qu’il est interdit de franchir. Cependant, ce confinement « aéré » qui, selon le président de la République, n’en est pas un, ne permet de prédire une soudaine amélioration de la situation. L’attitude d’Emmanuel Macron qui, pour des raisons politiques et du fait qu’il a refusé de confiner en janvier dernier, consiste à nier la réalité du troisième confinement est puérile. Cela a conduit à la consigne imposée au porte-parole de l’exécutif, Gabriel Attal, de claironner à l’envi qu’il ne s’agit pas d’un confinement : c’est pathétique, surtout quand le Premier Ministre a fondé son annonce sur le mot proscrit. Espérons malgré tout que tout ce chari-vari portera ses fruits.

Vaccination accélérée.

La bonne nouvelle, c’est que le vaccin AstraZeneca a été réhabilité par l’Agence européenne du médicament, ce qui permet à tous ceux de nos concitoyens qui désirent se protéger d’avoir accès plus vite à l’injection salvatrice. A cet égard, l’intervention hier soir à la télévision de Thierry Breton, Commissaire européen en charge du dossier de la production des vaccins, a été réconfortante : l’Europe s’est donnée les moyens de faire face aux besoins et la montée en puissance de la production va commencer à produire ses effets, chiffres à l’appui. D’ici  le 14 juillet, pratiquement la moitié de nos compatriotes pourra se faire vacciner. Avec l’afflux des livraisons, voici qu’on va aussi changer de stratégie. Ce qui n’était pas envisageable hier va s’imposer demain : nous allons voir fleurir les « vaccinodromes » tant décriés il y a encore peu. L’armée est appelée en renfort, ce qui est aisé à comprendre puisque la logistique, c’est son point fort, et pour avoir les cadences qu’imposent les objectifs du gouvernement, il va falloir « assurer », comme on dit. Enfin, on passe aux choses sérieuses.  Comme pour les masques, tant qu’on manquait de vaccins, ça tortillait pour dire la vérité : à quoi bon faire de grands centres tant qu’on était incapable de les approvisionner !

L’essentiel c’est qu’on en sorte le plus vite. 

 


LE GRAND CAPHARNAÜM.

Coronavirus Covid vaccination

La vaccination en panne.

« Je vous demande de ne pas injecter un vaccin que vous n’avez pas ! » C’est une caricature  de la situation dans laquelle se trouvent nos pharmaciens et nos médecins libéraux autorisés à vacciner depuis le milieu de la semaine dernière. Sans Astra, pas de vaccination.  En effet, les autorités françaises ne peuvent pas se procurer des doses de Pfizer et de Moderna en quantités massives et le Johnson et Johnson ne sera disponible que dans au moins un mois. Le vaccin Astrazeneca, avec lequel Boris Johnson vaccine toute l’Angleterre, finalement, ne présente pas plus de risque qu’un autre. Mais le psychodrame que nous venons de vivre, alors qu’en France aucun cas  ne justifiait sa suspension, alourdi par la décision de l’Allemagne et de 15 autres pays de l’Union, lui  a fait une bien mauvaise réputation,  suffisante  pour ralentir un peu plus la campagne vaccinale en Europe et surtout chez nous. Selon un sondage Elabe pour BFM-TV réalisé lundi et mardi, 81 % des Français estiment que l’exécutif a mal géré le nombre de doses de vaccin disponibles, une opinion en forte hausse.

Les errements du gouvernement.

Cette suspension pour 48 heures de la vaccination conduit le gouvernement à se déjuger sur sa stratégie anti-Covid. L’idée que l’immunisation devancerait la contagion est maintenant inapplicable et les pouvoirs publics n’ont pas d’autre choix que de miser, une fois de plus, sur les gestes-barrières.  La crise sanitaire a atteint un nouveau pic qu’il serait malséant, en temps normal, de traiter par l’imprécation. Mais enfin, nous sommes revenus aux transferts de malades graves par TGV ou hélicoptère, à la saturation des hôpitaux, notamment en Ile-de-France, et à l’augmentation sensible du nombre de cas. Plein de questions se posent. En voici trois : la suspension de la vaccination décidée par le Président, seul dans sa tour d’ivoire, a été prise dans la précipitation : a-t-il cédé à l’affolement ? Que n’a-t-on depuis  l’an dernier renforcé notre capacité hospitalière en matière de  lits de réanimation, comme le réclamaient le corps médical et l’opposition ? Que penser d’une telle gouvernance qui, au passage, piétine la démocratie en tenant à  l’écart le parlement au profit d’une officine sans légitimité, le Conseil scientifique, dont on ne sait rien des délibérations ?

Un Président prisonnier de son technocratisme.

Macron n’a pas de « feeling » politique. C’est une brillante intelligence qui construit ses décisions en cherchant la rationalité. C’est sa formation, il ne sait  pas faire autrement. Il est entouré de technocrates  eux-mêmes brillants, mais ce ne sont que des technocrates comme lui. Il a besoin de consulter d’où les multiples structures qu’il a mises autour de lui, à commencer par le « Conseil scientifique » et le « Conseil de défense », comme Louis XIV avait son « Conseil d’En-Haut ». Mais voilà, dans le contexte actuel, ces organes ne lui apportent aucune réponse  claire. J’étais hier devant LCI qui interrogeait quatre pontes de la santé : quatre points de vue différents, voire opposés. Comment décider alors ? D’autre part, notre Président n’a aucune expérience de ce qu’est vraiment la politique.  Il n’a jamais été élu de terrain, ni maire, ni conseiller départemental, ni député. Ses prédécesseurs avaient à leur disposition un réseau puissant d’élus de terrain, des partis structurés, des groupes parlementaires qui faisaient remonter le mardi matin les échos de la France profonde. Le parti de Macron est complètement déconnecté et ne peut lui rendre ce service-là. Macron ne sent pas la France. Or c’est indispensable quand des décisions graves doivent être prises.

Principe de précaution et émotion.

Ni décision scientifique, ni choix politique, la suspension de l’usage du vaccin AstraZeneca signe plutôt le triomphe de l’émotion. Voilà à quoi on en est réduit. Le gouvernement donne de ses errements une image très négative qui ne rassure pas nos concitoyens, éberlués par une pénurie de doses qui n’est pas passagère et s’inscrit dans la durée. Jouer le va-tout français sur la vaccination n’était compréhensible que si nous nous étions assurés de disposer d’approvisionnements massifs. Emmanuel Macron a prétexté une réunion de l’Agence Européenne des Médicaments pour décider dans l’urgence, lundi, ce que son Premier ministre refusait encore dimanche… « par précaution », a-t-il justifié, sans mesurer que cette course folle au risque zéro mène droit dans le mur. Car pour 30 cas de thrombose après injection sur 5 millions de patients en Europe piqués au sérum d’AstraZeneca, l’exécutif fragilise sa stratégie vaccinale, déjà poussive. Il hypothèque le retour aux jours meilleurs, alors que la troisième vague menace. Il décrédibilise pour longtemps toute logique scientifique : chercher à évaluer l’équilibre entre coût (les morts) et bénéfices (les sauvés). Mais pareille réflexion est désormais interdite dans un pays submergé par ses pulsions émotives. Résultat, des dizaines de morts du Covid faute d'être vaccinés seront sacrifiés sur l’autel d’un danger aussi hypothétique que limité. Et ce, par crainte de la défiance collective ! C’est ainsi, dans la démocratie émotionnelle, les pulsions mènent le bal sur le tempo des réseaux sociaux, vecteurs de peur et de ressentiment, d’amalgames et de démagogies. Le chef de l’Etat pouvait faire autrement même s’il doit composer avec une opinion versatile et volatile, suspicieuse et dépressive. A vouloir tout ménager, il perd en crédibilité et dévalue un peu plus son pouvoir. Le  soi-disant maître des horloges découvre que l’émotion collective est maîtresse de son action. Avec 300 morts par jour ...

L’Europe a bon dos.

On se précipite un peu trop pour juger l’Europe. Il faudrait commencer par rappeler,  ce qui est  rarement fait, que la France a pesé au maximum pour limiter les achats de vaccins Pfizer, afin de   protéger l’arrivée, alors attendue, du vaccin français de Sanofi… qui a ensuite déclaré forfait.  On s’étonnera que les  contrats signés s’avèrent aujourd’hui insuffisants ! Les Etats-Unis et le Royaume-Uni qui a payé ses vaccins à des prix exorbitants, sont présentés comme des modèles, mais ils ont enregistré à ce jour beaucoup plus de morts que tous les autres. Israël est aussi montré en exemple mais il a accepté de donner toutes les données personnelles de ses habitants à Pfizer. Ce serait impossible chez nous. Alors bien sûr, tout n’a  pas été parfait. La réalisation a été un peu gâchée administrativement à Bruxelles, comme elle l’est en France, par un mélange de juridisme et de bureaucratie. Rappelons que la santé n’est pas une compétence de L’Union. Imaginez aussi qu’on n’ait pas négocié ensemble : tous les petits pays européens n’auraient pas de vaccins parce qu’ils n’auraient pas été en mesure de négocier avec les grands labos. Ils se seraient fait racketter. Ils ont beau jeu de jouer, pour certains les francs-tireurs. Mais l’Europe reste l’Europe. L’union a ses limites, et la liberté de chacun des états-membres peut conduire à des attitudes peu solidaires, souvent pour des raisons de politique internes. Il y a parfois des comportements de voyous qui curieusement s’effacent quand il s’agit d’empocher les subventions. Je parie que d’ici deux à trois mois, on verra que c’est l’Europe qui fabrique le plus de vaccins dans le monde. Car le  grand mérite de la Commission actuelle c’est d’avoir des commissaires comme Thierry Breton qui ont pris la mesure des carences de production actuelles et qui s’emploient pour y remédier.

Donc on va reconfiner, partiellement, différemment, mais on va reconfiner une partie des Français. La  bonne nouvelle, c’est que derrière, inéluctablement, et quelle que soit la politique, il y a la délivrance grâce à la vaccination. Comme les masques, elle peine au départ, mais  elle va s’amplifier inexorablement. Et tant mieux !

 


LE FIASCO DE LA VACCINATION

Covid vaccination

Après les masques puis les tests, voici un nouveau fiasco : celui de la vaccination. La  campagne, commencée sur la pointe des  pieds devait prendre de l’ampleur avec la cible des personnels  soignants de plus de 50 ans et les plus de 75 ans. Un mois après, force est  de constater le plantage du plan de vaccination mis en œuvre par M. Véran et son indécrottable  administration sanitaire.

Commençons par une petite histoire vécue.

Nous avions réussi à décrocher deux rendez-vous pour le 23 janvier, par Doctolib, à la même heure, au centre de vaccination d’Angers. Cela paraissait normal pour un couple. Au jour dit, nous nous présentons à l’accueil, et là nous découvrons qu’un seul est inscrit sur la liste, moi en l’occurrence. Pourtant nous avions reçu tous les deux une confirmation du site, la veille. Mais rien à faire : pas  d’inscription sur la liste, pas de vaccin. Le cerbère de service est catégorique : les doses sont comptées à l’unité près. Nous faisons part de notre surprise à la médecin qui nous reçoit, qui manifeste son étonnement et se propose d’aller vérifier s’il n’y aurait pas une dose disponible. Elle se lève donc et se dirige vers le fond de la salle vers l’endroit où sont probablement entreposés les vaccins, ce que voyant, le cerbère de l’entrée se précipite aussitôt pour la rattraper… Bref, à son retour, il n’y avait effectivement aucune possibilité de vaccination supplémentaire, comme par hasard. La machine administrative dans toute sa splendeur. Pour l’heure, le bureaucrate qui avait pris le numéro de notre téléphone, n’a jamais rappelé, et nous n’avons pas pu décrocher un nouveau rendez-vous.

Le rendez-vous impossible.

Le fait est que, dans cette fameuse tranche d’âge des plus de 75 ans, à laquelle nous appartenons, qui doivent être vaccinés le plus vite possible, beaucoup ne sont même pas capables, à ce jour, d’obtenir un rendez-vous pour la première injection ce mois-ci, le mois prochain ou plus tard. Le problème n’est pas que le rendez-vous risque d’avoir lieu dans trois ou quatre mois, c’est que, tout simplement, on demande de rappeler plus tard, donc qu’ils ne peuvent même pas se projeter dans un avenir proche. La première des solutions consisterait donc à accorder des rendez-vous même éloignés aux personnes âgées pour qu’elles soient à la fois enregistrées et rassurées. Cette mesure, on n’en parle même pas, on fait des promesses qui seront vite oubliées, sans véritablement envisager l’affreuse hypothèse en vertu de laquelle beaucoup de personnes âgées ne seront jamais vaccinées.

Course de lenteur.

Pour les Français, la lenteur de la campagne vaccinale est un phénomène inquiétant, si bien que le président de la République a annoncé, pour nous soulager, que nous serons tous vaccinés avant la fin de l’été prochain. Aux calendes grecques. Pour parvenir à ce résultat, diverses mesures d’approvisionnement, la mise sur le marché de vaccins parvenus au terme des essais cliniques, la pression exercée par la Commission de Bruxelles sur Pfizer et AstraZeneca, le recours lointain à des laboratoires français pour la mise en condition du vaccin, sont présentés comme l’arsenal extraordinaire tout droit sorti de la tête du génie de nos dirigeants. La  vérité, si nous prenons des mesures secondaires pour augmenter notre puissance vaccinale, c’est qu’en réalité, nos stocks sont très insuffisants, et dans certaines régions, inexistants. Et combien de doses perdues par la gestion tâtillonne et bureaucratique du Ministère et des ARS ?

Notre recherche en déroute.

L’Europe a procédé à temps aux commandes de vaccins auprès des laboratoires qui parvenaient au terme des essais cliniques. Ce sont ces labos qui n’ont pas pu satisfaire une demande énorme, encouragée par la qualité du produit PfizerBiotech, qui a éliminé le scepticisme et l’hostilité au vaccin. Mais ce n’est pas un problème européen, c’est un problème national. Cela fait au moins deux décennies que notre Etat obèse n’investit pas assez dans la recherche et que nous subissons la fuite des cerveaux. Nous n’avons pas un laboratoire capable de prévoir un virus et, le cas échéant, de produire massivement au moins cent millions de doses en une fois un vaccin efficace, indolore et disponible. L’échec de Pasteur est la partie visible de l’iceberg de notre incurie.

C’est aussi l’échec d’une logistique hypercentralisée et bureaucratique. 

L’exemple raconté par le maire de L’Haÿ-les-Roses est  édifiant. Après vaccination dans l’Ehpad de sa commune, il restait 60 doses disponibles, et  logiquement le directeur envisageait de les mettre à la disposition du centre de vaccination de la commune, avec l’accord du maire, heureux de cette aubaine.  Mais voilà, pour l’ARS, consultée, ce changement d’affectation du vaccin n’était même pas concevable : ce qui est destiné aux Ehpads doit rester aux Ehpads, non mais ! L’histoire ne dit pas ce qu’on a fait des vaccins disponibles  … J’espère seulement qu’ils n’ont pas été jetés, ce qui entrerait dans les statistiques prévues par le Ministère.

Christophe Mahé peut rajouter trois couplets à sa chanson « Il est où » … Il est où le masque, il est où le test, il  est où le vaccin !!! Quant au bonheur, il faudra encore attendre jusqu’à la fin de l’été, enfin, si ça n’est pas une promesse de gascon de plus ! En attendant, on fait tout pour détourner l’attention de ce fiasco par  un insupportable teasing sur le « reconfinement », avec en star inénarrable, Monsieur Castex et la valse des « variants ».

 


L’ORACLE A PARLE !

Macron déconfinement 24 nov

Pourquoi se presser les méninges puisque Nicolas Beytout dans l’Opinion, résume mieux que je ne l’aurais fait le "Macron Circus" d’hier soir. Je lui cède donc la place :

« Si l’objectif était de donner un cap, une trajectoire, alors c’est mission accomplie : nous avons vu mardi soir un président de la République transformé en lecteur d’une carte routière, détaillant les temps de parcours, les carrefours, les étapes, les points d’intérêts et jusqu’aux horaires d’ouverture des magasins croisés sur sa route. Quel étrange exercice que celui d’entendre le chef de l'Etat descendre dans un tel niveau de précision, et –c’est un comble— s’en excuser. Il faut dire que la situation créée par le second confinement était devenue tellement incohérente qu’il fallait casser le doute dans l’esprit des Français. Et comme le diable avait pris ses quartiers dans les détails, il fallait bien plonger dans l’infiniment petit.

Nous voilà donc entrés dans un confinement d’un nouveau genre, une forme de saison 4 après celles du printemps, du couvre-feu de l’automne, et du reconfinement de novembre. Un confinement d’où pourront enfin plus ou moins s’échapper tous les commerçants, essentiels ou non, , les services à domicile et les lieux de culte. La pression était devenue trop forte, et le coût économique trop lourd pour continuer à ignorer les protestations de tous ceux qui, comme le dit Emmanuel Macron, « ne veulent pas être aidés, mais veulent travailler ». Quant aux restaurants, aux bars et autres lieux de fête, ils seront plus généreusement indemnisés qu’ils ne l’avaient probablement jamais imaginé. En somme, pour apaiser les tensions et tenir jusqu’au vaccin, c’est la règle du « un râleur, une solution ».

Reste que les aides annoncées tardent à arriver et que  les trésoreries sont à sec, surtout chez les tenanciers de bars et les restaurateurs.  Indemniser  à 20% du CA, c’est  beaucoup pour les caisses de l’Etat, mais une goutte d’eau dans la mer pour des établissements qui auront été  fermés près de six mois sur 12. Combien pourront rouvrir le  20 janvier, l’hécatombe risque d’être au rendez-vous.

Autre défi sur lequel l’exécutif, qui veut tout piloter d’en haut, risque de  buter : la  vaccination.  En dehors du fait qu’on sait qu’elle ne sera pas obligatoire et que les vaccins devraient être au rendez-vous,  c’est sur l’organisation pratique qu’il sera jugé. Si les pilotes sont la Sécu et les  ARS  comme pour le « tester-tracer-isoler », le pire est à craindre. Un pari stupide qu’une volonté affirmée de décentralisation aurait pu éviter. Mais comme on a un « Monsieur Vaccination » national qui a été nommé pour être en charge de l’opération, un énarque sûrement, tout va bien ! N’a-t-on pas comme Premier Ministre l’ex « Monsieur Déconfinement » ( Vous savez, ce monsieur plein de certitudes qui a inventé l’eau chaude et le fil à couper le beurre)…

Je laisse la conclusion à Nicolas Beytout : « Après avoir eu tant de difficultés avec les masques, le gel, les tests, la campagne de vaccination sera le vrai, le dernier révélateur de la capacité du gouvernement à gagner la guerre contre le virus. Et si la carte routière nous amène à destination, c’est de cela qu’on se souviendra. »

Autrement dit, à un an de l’échéance, pour Macron, ce sera une manière de jouer la Présidentielle à la « roulette russe ». Après tout si ça l’amuse !

 


FERME-LA (BOUTIQUE) ET MEURS !

Confinement librairie

 

Les confinis parlent aux confinés.

La conférence de presse de Castex a été un modèle du genre, comme d’habitude : discours scandé au rythme des slides, sans affect, avec les  froides  certitudes chiffrées du technocrate, ne prenant en compte aucune des vraies  réalités sinon à travers le prisme bureaucratique. De quoi vont-ils se plaindre ces commerçants puisqu’ils auront des aides ! Monstrueux, tout simplement monstrueux. Ces gens-là sont à cent lieux-lumières de la  réalité vécue par des commerçants qui ont fait rentrer leur stock et qui n’ont plus aucune rentrée d’argent que le compte-goutte hypothétique du « commandé-livré » Pour certains, ce qui ne représente même  pas un pis-aller. Deux jours d'une attente anxiogène alimentée de spéculations en boucle sur les chaînes d'info sur ce qu'il allait annoncer. Pour finalement ne rien dire qu’on ne sache déjà.

Le coup de grâce.

L’entêtement de nos gouvernants porte le coup de grâce aux petits commerces, à commencer par les bars, les restaurants, les hôtels et les clubs de sport qui n'ouvriront vraisemblablement pas avant les fêtes de Noël. On n’a pas le droit de participer aux offices, mais pour eux la messe de Noël est dite : une large partie ne s'en relèvera pas. Pour ceux-là, on va droit au massacre. Pour les autres commerces, il reste l'espoir d'ouvrir début décembre. Mais cela ne suffira pas à sauver l'année, d’autant   plus que les contraintes sanitaires imposeront des protocoles très contraignants qui ne permettront pas de rattraper le  manque à gagner par une chalandise plus nombreuse. Loin de là. Et là encore, les faillites vont se multiplier. Tout simplement dramatique. La bureaucratie aveugle ne fait aucun effort pour se baser sur un risque sanitaire avéré et s'adapter à la situation des territoires. On crève d'égalité  et d'uniformité !

Même chez nous.

En plus, Castex a commencé à nous expliquer comment nous n’allons pas passer les fêtes de Noël en famille...Jusqu’où ira l’audace bureaucratique dans la privation de nos libertés ?  Combien de temps va-t-on encore se faire infantiliser en permanence ? « Il s’agit de ne pas desserrer la bride » : mais à qui parle-t-il ? Sommes-nous des toutous ? « Ce serait irresponsable (de sa part)… »,  parce que les Français le seraient ? Nous avons l'impression que le reste du monde fonctionne comme nous,  mais rien n’est  plus faux !  Notre pays est une exception. Aucun de nos voisins n’oblige à posséder des « autorisations de déplacement » et ce  serait même impensable dans de nombreux pays, comme la Grande-Bretagne. Impensable aussi, un gouvernement qui déciderait de nos réunions familiales ou de nos fêtes de Noël, mais nous, nous acceptons tout. Pas tous, mais une majorité tout de même. Et il faut bien se soumettre parce que le « gendarme » va sévir. Il est vrai qu’il est plus facile de traquer la pauvre mémère qui n’a pas pensé à remplir sa paperasse que de faire appliquer le confinement dans certains quartiers. La surmortalité d’un département comme la Seine-St-Denis en dit long.

Et tout ça pourquoi ?

Parce qu’on a un système hospitalier sous-dimensionné à qui il faut éviter l’embolie et qu’on a un dispositif de soins incapable d’appliquer la seule stratégie efficace  «  tester, tracer, isoler ». On a 30% de fonctionnaires en trop dans les services  administratifs, dit-on, on devrait  donc pouvoir faire du dépistage en masse !  Mais voilà, on apprend que la sécu et les ARS ont des systèmes informatiques incapables de dialoguer…. Alors exit le XXIème siècle, retour au Moyen-Age ! On confine !  Où passe notre pognon ? Dehors Véran, mettons Douste-Blazy ! Mais pourquoi s’inquiéter  puisque Bruno Le Maire renforce les aides à tour de bras avec de l’argent qu’il n’a pas et qui de toute façon arrivera… trop tard ! La vérité c’est que le gouvernement français est en échec complet et que la France a les chiffres les plus mauvais de toute l’Europe pour la réponse à la pandémie.  Difficile à contester, les chiffres parlent d'eux-mêmes.

Pauvre France !

 


LE MALAISE

Malaise Castex

 

« Y a comme un défaut », aurait dit Fernand Raynaud. En ce mois de novembre, avec ce nouveau confinement, le  pays ne va pas bien : grogne, violence sourde, morosité, théorie du complot, réseaux sociaux en ébullition, chute vertigineuse de la confiance … Il faut regarder les choses en face et tirer la sonnette d'alarme. Et passer outre aux injonctions des moralisateurs  comme quoi il ne faudrait  pas critiquer l’action des « chefs » sous prétexte d’irresponsabilité ou de politique politicienne. Pour parer à cet écueil, on se contentera des faits.  Indiscutables. Tirons un premier bilan, temporaire. Et il est désastreux pour la France, aux plans sanitaire et économique. Nos partenaires européens n'ont pas confiné aussi durement que nous au printemps et pas plus maintenant. En conséquence, notre économie a souffert et va souffrir plus que celle de nos partenaires. Là où l'Allemagne va perdre un peu moins de 6 points de PIB en 2020, nous allons en perdre plus de 11. C'est presque deux fois plus. Ce nouveau confinement, dont l'impact sur le PIB est estimé à 50 milliards et qui représente 20 milliards de dépenses supplémentaires, nous entraîne vers une dépense publique à 63,4 % du PIB. 

Les  chiffres sont terribles.
La France n'a pas voulu choisir entre l'économie et la vie, elle a même oublié que l'économie c'était aussi la vie. Il faut bien admettre que le « en même temps » cher à notre gouvernement a des effets dévastateurs.

Voyons le plan sanitaire.

Avec 600 morts du Covid par million d'habitants, nous venons de dépasser la Suède, dont le modèle a pourtant été très critiqué, et nous nous rapprochons à toute vitesse de l'Italie (679), des États-Unis (724) et de la Grande-Bretagne (736). L'Allemagne est à 137, tiens donc ! La France est devenue l'épicentre de la pandémie. Si on regarde le nombre de décès du Covid sur les 14 derniers jours pour 100 000 habitants, nous affichons 8,2, l'Italie 6,4, la Grande-Bretagne 6,2, l'Allemagne 1,5 et la Suède 0,9. Les chiffres sont sans appel. Il ,est inutile de rappeler ici que nous avons le système de santé dont le budget rapporté au PIB est largement un des plus élevés au monde. Manifestement l’argent est  mal  dépensé et ne va pas là où il serait le plus efficient.

Du côté de l’économie, ça ne vaut pas mieux.

Là encore les chiffres sont sans appel. Sur 2020 nous afficherons une des plus mauvaises performances économiques mondiales. Avec une baisse du PIB de 12%, nous explosons les compteurs par rapport à toutes les grandes puissances économiques, et de très loin, à part l'Espagne et l'Italie : Chine +1,8%, États-Unis -4,3%,  Suède -4,3%, Japon -5,3%, Allemagne -6%, Grande-Bretagne -9,8%. Nous devions nous rattraper grâce à un plus fort rebond en 2021, de 6% mais il est révisé à la baisse mois après mois, forcément. Et s'il se situe finalement à 4,5/5%, nous serions au même niveau que nos partenaires qui ont beaucoup moins plongé en 2020. Pas brillant, donc.  Et encore, laissons de côté les indicateurs du chômage, de la balance commerciale, du déficit budgétaire et de la dette.  Inutile d’enfoncer le clou. Ils sont calamiteux.

Les incohérences et les volte-face.
La simple observation des faits nous oblige à faire  le constat des errances des décisions qu'on appelle maintenant pudiquement le « stop and go ». La pandémie est passée du « nous sommes en guerre » à « la guerre est finie, c'est la libération, sortez et consommez pour sauver l'économie », puis à « nous allons tous mourir, car vous ne faites pas d'effort » avec les effets dévastateurs qu’on constate. On avait cru comprendre que travailler au maximum malgré le virus devait redevenir la règle commune pour tous les Français, quel que soit le secteur. Sauf, visiblement, pour les commerces considérés comme non essentiels. Agnès Verdier-Molinié commente ironiquement : « Vos chaussettes sont trouées et vous avez besoin d'en acheter une paire rapidement ? Ce n'est pas essentiel. Vous avez envie de fumer ? C'est essentiel. De lire un bon livre ? Pas essentiel. Besoin d'un vêtement d'enfant en deux ans ? Essentiel. En trois ans ? Interdit. Kafka n'y retrouverait pas ses petits. » Malheureusement, le commerce se relèvera difficilement de ce « stop and go ». N'attendons pas quinze jours pour rouvrir les commerces, même s'il doit y avoir des règles sanitaires contraignantes. Une large partie des petits commerces va aller directement en liquidation. Alors que les commerçants demandent une vision et un cap, on leur répond par des aides, de l’assistanat et l’aumône. Mais enfin, les commerçants ne sont pas des mendiants, ce sont des entrepreneurs. Pourquoi leur refuse-t-on le droit  de travailler ? Les arguments avancés sont incohérents.

Il y a des raisons de positiver.

L'économie mondiale  ne va pas si mal. Et même l'économie française. Car nous avons la chance de faire partie de la zone euro, et d'avoir la Banque centrale européenne qui finance largement l'économie.  Cela nous permettra de passer ce cap difficile, même si dans l’absolu, on peut déjà annoncer, sans prendre trop de risque, qu’à la fin de la pandémie, le bilan sera désastreux. Surtout par comparaison avec l’Allemagne, la Suède, et même les États-Unis ou la Grande-Bretagne. D’ailleurs, il a suffi qu’un laboratoire annonce la  mise au point du vaccin salvateur pour que le ciel s’embrase d’un soleil boursier éblouissant. Certes, on a connu des hausses de marché en une journée supérieures à celle de lundi, notamment après la crise de 2008. Le CAC 40 a violemment accéléré pour terminer la séance du jour en hausse de 7,57 % à 5 336 points. Le groupe pharmaceutique américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont indiqué que leur vaccin était efficace à plus de 90% contre le Covid. Du coup, les derniers sont devenus les premiers. En effet, les valeurs massacrées du fait du Covid ont connu des progressions de plus de 30 ou 40% et les valeurs dites « Covid », notamment dans le digital, qui avaient connu des progressions fulgurantes, ont chuté lourdement.

Rien de nouveau sous le soleil.  Vivement le  monde d’après quand même ! En espérant que le peuple et ses élus soient un peu plus écoutés. Et n'attendons plus pour faire confiance aux Français en supprimant cette attestation de déplacement, unique en Europe, qu’il est tellement facile de contourner, qui infantilise et maintient un climat de défiance à l'heure où nous devrions être soudés. Il faut faire confiance à nos élus locaux et à notre Parlement pour co-construire le chemin de la sortie de ce confinement avec de la souplesse en fonction des territoires au lieu de camper sur des positions bureaucratiques ineptes, étatiques, dictées avec un autoritarisme entêté.

N'oublions pas qu'il y a, non pas un, mais deux combats à gagner : le sanitaire et l'économique. Sinon, les « survivants » n'auront que la crise économique et le chômage en héritage.

 


QUAND LE VIEUX MONDE DEMANDE DES COMPTES…

Les gaulois réfractaires001

 

J’ai lu le dernier livre de Philippe De Villiers. Par curiosité et aussi en amateur de belle langue.  Qui connaît le spectacle du Puy du Fou, c’est de quoi je parle. Le Vendéen a un vrai talent de narrateur et pratique le Français avec maestria. Que pouvait-il bien avoir à nous dire, lui qui semblait avoir été conquis par Emmanuel Macron, alors Ministre de l’Economie, quand il  était venu lui rendre visite dans son fief. Je n’ai pas été déçu, même si je suis loin d’adhérer à toutes les thèses du Puyfolais.

Parlons d’abord  du livre.

Il  se lit d’une seule traite. Il a le mérite d’être court, concis et bien documenté. Le style est enlevé, enthousiaste aussi bien pour  applaudir que dénoncer. L’auteur, dont on connait les talents d’orateur capable de tenir en haleine une assemblée de 10 000 personnes, a conservé sa verve et le sens de la formule « tueuse ».  Son répertoire, bien que classique, peut amuser par ses nombreuses références à sa culture et son univers religieux détournés ici par dérision : Sibeth devient « La Pythie » et son pupitre de plastique un « lutrin » ;  « Saul, le païen (qui) s’est converti en galopant sur la route de Damas » est  mis en parallèle  avec « le startupper devenu le grand  logisticien du rapatriement des patries  perdues » (Macron dans son discours du 13 avril)… Le plan en est relativement simple : la pandémie et  le  confinement sont une occasion en or pour régler son compte à Emmanuel Macron par un homme que ce dernier a tenté de manipuler, et par la même occasion de se faire une fois de  plus le  chantre de la souveraineté nationale et  des terroirs face à la  mondialisation, à la technocratie et à l’européisme. L’ouvrage début donc logiquement par la rencontre Macron-De Villiers, suivie de l’épisode de la pandémie du déni au mensonge pour finir par le « jour d’après » en guise d’épilogue.

Dialogue entre le « vieux monde » et le « nouveau ».

On ne peut pas  suspecter Philippe de Villiers de mentir. Après son passage à Orléans pour « honorer » la  Pucelle, au cours du même été, Emmanuel Macron s’était rendu au Puy du Fou soi-disant pour comprendre comment fonctionnait cette réussite économique spectaculaire que sont le « Grand parc » et la « Cinéscénie ». Une rencontre haute en couleur entre le Vicomte et le banquier, au cours de laquelle il avait fait son « coming out » : « Je ne suis pas socialiste » ! ». Des heures de dialogue approfondi  qui vont laisser Philippe de Villiers sous le coup de la séduction. Le récit de l’échange est hallucinant. Macron montre un art consommé de la disruption et de la manipulation qui fait dire aujourd’hui à de Villiers : « J’ai mis du temps à comprendre ce qui se cachait derrière les figures chorégraphiques du « en mêm’temps » : Macron des villes, Emmanuel des champs »…

La pandémie : du déni à la catastrophe.

Philippe De Villiers livre ensuite un réquisitoire glaçant sur la gestion de la pandémie : le déni pendant deux mois, les mensonges successifs habilement habillés en vérités, la mise en scène du paravent du « conseil scientifique » pour se mettre à l’abri, le confinement qui aurait pu être évité et qui conduit à la débâcle économique… Une histoire terrifiante que l’auteur présente sous le faux questionnement : « Auraient-ils menti ? ». Pour Villiers, cela ne fait aucun doute, mais, avant tout, le gouvernement a péché par aveuglement idéologique. Car les mensonges vont s’enchaîner comme un engrenage inéluctable mis en perspective par le calendrier incontestable des faits et des affirmations des uns et des autres. Car il était impossible de « ne pas savoir ».  « Depuis douze ans des voix autorisées et les plus hauts képis de  l’armée française » avaient prévenu. En 2017,  le service de santé des armées alerte sur le risque d’émergence d’un « nouveau virus franchissant la barrière des espèces ou échappant à un laboratoire de confinement ». Il cite au passage la légèreté avec laquelle Raffarin fait installer à Wuhan une plate-forme novatrice P4  sur le modèle du laboratoire Jean Mérieux de Lyon, dont les 50 chercheurs français qui devaient y travailler pendant cinq ans ne sont jamais partis. Et c’est de Wuhan,  justement, que le virus va  prendre le large … Les dispositions pour y faire face auraient dû être prises. Mais le 24 janvier la Ministre de la Santé rassure les Français : « Le risque d’importation de cas  de Wuhan … est pratiquement nul ». On connait la suite. La  voie choisie par la France est surprenante : les frontières ne servent à rien, les masques pas plus, ni les tests…  pour finalement se retrouver bouclé par la frontière de son propre appartement. Deux mois de déni, deux mois de confinement, une économie effondrée et plus de 30 000 morts qui auraient pu n’être que 5 ou 6 000 si l’exécutif avait fait, ne serait-ce que comme l’Allemagne. Une lourde responsabilité pour les gouvernants qui, à coups de grands’messes médiatiques ont camouflé  leur incurie. Ceux-là ne mériteraient-ils pas la Cour de Justice de la République à commencer par celui que les médias présentent comme le « chouchou » des Français ? 30 000 morts et 220 milliards de déficit, comme carte de visite… Mais évitons de jouer les procureurs. Les commissions d'enquête parlementaires sont là pour ça éventuellement.

Le retour du Nouveau Monde.

« Il faut nous réinventer, et moi le premier ». Tu parles.  En fait de se réinventer, le Président a suivi le conseil de celui qui dirige le « Centre d’analyse, de prévision et de stratégie » du Quai d’Orsay, Manuel Lafon Rapnouil, qui lui a remis un rapport sur la « sortie de crise », à la fin mars. Il y brandit la menace : « Le risque est réel que les efforts de stimulation de la croissance ne soient l’occasion pour l’ancienne économie de se remettre au centre du jeu en détriment de celle –plus innovante et verte notamment- que l’on essaie de développer ».  Tout est dit. L’ancienne économie peut crever, ces indépendants qui résistent encore au « Nouveau Monde ». Il y a donc une France « déconnectées » qu’on débranchera. Evidemment « Le jour d’après », pour Philippe De Villiers, ce sera la guerre  de ceux qui ont tenu la France à bout de bras pendant la crise contre la dilution de la souveraineté, contre la mondialisation qui nous a désarmés  face au virus. L’auteur y reprend ses combats de toujours, pertinents quand il s’agit de la technocratie ou la globalisation qui tue notre économie, quand il vante l’économie réelle ancrée dans les territoires, beaucoup moins quand il enfourche la thématique de l’Europe inutile en négligeant l’action déterminante qu’elle a eue pendant la pandémie, notamment grâce à l’action d’Ursula Von der Leyen. Cela ne veut pas dire pour autant que la France n’est pas  capable de gâcher la relance obtenue au dernier Conseil européen. Et le plan qui se concocte à Bercy n’est pas fait pour rassurer.

Le livre est donc une attaque en règle contre ce « Nouveau Monde » prôné par Emmanuel Macron et qu'il juge responsable des difficultés de la France face au coronavirus. L'ancien député européen avait eu des mots lourds de sens durant la campagne des élections européennes de 1994. « Quand toutes les barrières sanitaires seront tombées et qu'il y aura une grippe à New Delhi, elle arrivera dans le Berry. » avait-il proclamé à l’époque, en déchainant les rires. Il saisit donc cet ouvrage pour faire le procès de la disparition des frontières, de la technocratie et de la mondialisation financière. De véritables chevaux de bataille pour lui et qui ont trouvé un écho très particulier ces dernières semaines.

Même quand on n’est pas Villiériste, ce qui est mon cas, un livre à lire absolument pour la mine d’informations qu’il comporte auxquelles le grand public n’a pas eu accès et pourtant nécessaires pour se forger un jugement sur les événements.

 


DEBAUCHE DE COM’

Guignol-1

L’épidémie que nous subissons constitue un test concret de la capacité des gouvernants à la combattre. Il suffit de voir les stratégies divergentes d’un pays à l’autre pour s’en convaincre. C’est même un test impitoyable dans la mesure où on peut apprécier presque en temps réel  la performance de ceux qui tiennent les manettes. Chez nous, elle se mesure au bilan que dresse chaque soir le professeur Jérôme Salomon, le Directeur Général de la Santé, égrenant sa liste morbide mesurant l’évolution de l’infection de la population par le virus, en nombre de malades, en cas graves et en décès.  Mais pour morbides qu’elles puissent paraître, les statistiques dont on nous abreuve ont un objectif : même si comparaison n’est pas  raison, elles sont utiles au gouvernement pour lui permettre de nourrir l’opinion publique. Ainsi, le « politique » peut s’en servir pour assurer sa dialectique et orienter sa communication, en donnant l’impression d’être pro-actif, en suivant la réalité.

Symptôme révélateur d’un pouvoir dépassé.

Ce besoin de recourir au « paravent » scientifique qu’ont le Gouvernement et le Président de la République, en s’entourant de « comités » largement mis en avant pour cautionner les décisions prises, peut être reçu comme un besoin de se retrancher derrière l’argument indiscutable fourni par la  science. On peut y voir  le signe d’un pouvoir qui aurait peur d’assumer ses  choix. En fait de "politiques", nous sommes bien en présence de technocrates désincarnés qui nous administrent plus qu’ils ne nous gouvernent. Ce qui expliquerait qu’on ait un exécutif plus suiviste qu’anticipant qui fait déplacer des malades à grands renforts de trains, hélicoptères, bateaux, pour montrer qu’il agit, alors que des cliniques privées à proximité restent vides et l’arme au pied !!!! (TF1 13H, du 1/04) Tout ça pour tenter de donner le change. 

Une épidémie d’abord prise à la légère.

Rappelons-nous les propos de la Ministre de la Santé fin janvier. Ils témoignaient de l’appréciation qu’on avait alors à l’Elysée et à Matignon sur l’improbabilité que la crise chinoise  qui n’en était qu’à ses débuts parvienne jusqu’à nous. Nulle précaution, nulle anticipation alors. Nous campions sur la certitude d’avoir le meilleur système de  santé du monde, de toute façon capable de faire  face si  par nature le virus osait pointer  le bout de son nez chez nous. Nous sommes pourtant le pays qui a inscrit le principe de précaution dans notre Constitution. Cela me rappelle le Maréchal Le Boeuf disant à Napoléon III qu’il ne manquait  pas un bouton de guêtre à ses soldats pour déclarer la guerre à l’Allemagne, en 1870. Ce qui me confirme dans ce jugement c’est l’accident Buzyn.  Déjà, voir la Ministre de la Santé abandonner son poste alors que la crise sanitaire en était aux prémices, pour aller remplacer au pied levé le candidat Griveaux dans les conditions que l’on sait, c’était à la limite surréaliste. Probablement amère du score  pitoyable qu’elle a obtenue, elle en a rajouté  dans une interview dont les propos laissent rêveurs, pour affirmer qu’elle avait alerté l’exécutif  du péril qui s’annonçait.  On avait donc bien pris du retard dans la mise en place du dispositif de lutte contre une pandémie déjà en route.

Déluge verbal présidentiel : la verbigouvernance.

Cette grille de lecture nous permet de comprendre l’enchaînement des actions gouvernementales à partir de la fin de la première semaine de mars : prise de parole solennelle de Macron  le 12 mars, annonçant la fermeture  des écoles à partir du 16 mars, irruption de Philippe au 20H le 14 mars, veille des élections pour annoncer la tenue des élections mais la fermeture de tous les commerces sauf de ravitaillement, dès le soir même, puis à nouveau Macron le 16 mars pour annoncer  les  deux premières semaines de confinement. Cette  avalanche de décisions témoigne d’une précipitation et  tombe sur une France insouciante qui n’y comprend rien, continue de se promener et de profiter du soleil printanier. Il faudra  le confinement strict pour que la prise de conscience ait enfin lieu. Il faudra du temps  pour s’apercevoir qu’il est justifié avant tout par une pénurie …  de tout : de  masques, de tests, de gel hydro-alcoolique, de respirateurs, de personnels  soignants. On découvre alors que nous sommes  « verbigouvernés ». On parle  beaucoup pour occulter une réalité sur laquelle on ne peut plus que faire semblant d’agir. Alors, Macron nous soule !  Il est partout, se déploie sur le terrain, à la Salpétrière, à Necker, dans un Ehpad, se métamorphose en chef de guerre en pérorant devant un hôpital militaire pour le symbole.  Mais enfin,  est-ce son rôle ? Tout ce qu’il annonce il l’a déjà dit à d’autres et multiples occasions.  Le Premier Ministre n’est pas  en reste qui doit prendre  une heure et demie à la télé  vendredi dernier pour faire  le tour par le menu de tout ce qui a été entrepris, aréopage de scientifiques à l’appui, pour la fiabilité. Peur que la sienne ne suffise pas ?

Sondage cruel.

L’exécutif donne l’impression de courir après le temps perdu. On découvrira un jour qu’on aurait pu peut-être faire autrement. Au moins au passage, Roselyne Bachelot et ses millions de vaccins contre  la grippe  H1N1 se sera vue réhabilitée par ceux-là mêmes qui l’avaient pendue haut et court à l’époque. Nos gouvernants  courent surtout après leur crédibilité.  Car si certains sondages  (Harris par exemple) semblent montrer une certaine cote de l’exécutif, le sondage approfondi publié par le Figaro mardi dernier est impitoyable et exprime une confiance en chute libre :  69% des Français pensent que l’action du gouvernement n’est pas claire, 70% qu’il ne dit pas la vérité, 75%  qu’il n’a pas pris les bonnes décisions, 75% qu’il n’a pas fait ce qu’il faut pour équiper  les hôpitaux, 79% qu’il ne sait pas où il va, 88% qu’il aurait dû décider le confinement plus tôt… D’où la tentation d’occuper  les médias pour noyer la communication et empêcher l’opposition de s’exprimer, avec un Premier Ministre  venant lui aussi régulièrement à la télé, un Ministre de la Santé donnant le compte-rendu précis et quotidien de la situation et une porte-parole zélée qui accumule les  bourdes ! Sauf que l’efficacité du verbe présidentiel est indexée sur sa solennité. A se prononcer sur tout et à se répéter sans cesse, Macron le banalise : imagine-t-on le Général  De Gaulle s’adresser à la nation pour annoncer qu’il a commandé un milliard de masques ! Il a encore parlé pour ne rien dire (de plus), entends-je autour de moi. Et le fait d’appeler sans cesse à l’union nationale est la preuve la plus certaine qu’elle n’est pas réalisée, car réitérer une consigne trahit toujours l’insuffisance, sinon l’échec de son application.  

Vous l’avez compris, la débauche de com’ c’est le signe le plus tangible que le pouvoir est désemparé. Pas certain qu’il sauve les meubles de cette façon.

 


SANTE : COMMENT MACRON L'ETATISE AVEC SA REFORME

Réforme santé

 

Vers un système  à l’anglaise

Déjà la part du financement de la santé est de moins en moins assurée par les charges sociales, puisque la  part de l’impôts via la CSG grossit petit à petit et finira par remplacer  les cotisations salariales. On s’éloigne du modèle dit « bismarckien », fondé sur l’assurance assise sur le travail, pour se rapprocher du modèle dit « beveridgien » à l’anglaise, de type assistanciel, piloté par l’Etat. On sait déjà à quoi s’attendre : une médecine à deux vitesses, avec des médecins « fonctionnaires » et les anglais qui ont les moyens qui viennent se faire soigner en France. 

Le plan santé 

Les  médecins ont pourtant applaudi quand le Président de  la République a présenté son projet, parce qu’il  vise à sortir du modèle tricolore hospitalo-centré et englobe tous les acteurs, privés et publics, dans une évolution systémique. Des lignes de force qui paraissent logiques, en effet : deux paris,  celui du territoire et celui de la confiance aux acteurs de santé. On tourne le dos à l’ère idéologique Touraine, dont le parti pris était de réserver les missions de service public au seul hôpital public, au mépris des réalités du terrain. Pour autant, si l’approche est claire, paraît cohérente et bien pensée sur le papier, en donnant une vue d’ensemble où chacun trouve sa place,  la ville  comme l’hôpital, avec une gradation des soins, et en partant des territoires, rien n’est réglé. Il faudra réformer les directoires et conseils de surveillance institués par la loi Bachelot,  et renouveler les  directeurs des ARS  tout en divisant les effectifs de leur personnel par deux. Il faudra aussi  supprimer des pans entiers du Code de la santé publique pour laisser une vraie liberté aux hospitaliers. Enfin, il faudra réguler l’offre de soins de la médecine de ville et c’est le plus compliqué à mettre en place, car la  grande difficulté d’aujourd’hui c’est justement pour les établissements hospitaliers  d’avoir en face d’eux, localement, des interlocuteurs libéraux pour assurer la  permanence des soins, les parcours de prise en charge, mettre en place les coopérations.

Déjà ça commence mal

« Le  compte n’y est pas » dans le budget 2019 de la Sécurité sociale constate la fédération hospitalière de France, et  appelle à plus de volontarisme. Pour mettre en place la réforme, il y a une double nécessité : réguler les soins de ville et accompagner financièrement la transition.  Dans le  budget 2019 on ne retrouve ni l’approche des territoires, ni les nouvelles régulations pour la médecine de ville. Le gouvernement continue à surestimer l’activité des hôpitaux et à baisser les tarifs  en sous-estimant la progression de leurs charges, supprimant tout lien entre le coût d’une pathologie et la somme versée  pour la traiter. Et le système shaddock fait le reste : on gèle les crédits des hôpitaux puis on puise dans ces crédits gelés pour financer les dépassements de la médecine de ville, et présenter ainsi une sécurité sociale en équilibre… Avec une équation insoluble pour les hôpitaux à qui on demande 960 millions d’euros d’économie  cette année.  L’investissement hospitalier est tombé à moins de 4 milliards d’euros par an, là où près de 7 seraient nécessaires en rythme de croisière !

La  fin du modèle libéral ?

« En même temps », la réforme enterre le modèle national de médecine libérale. D’abord en battant en brèche son principe fondateur : le  paiement à l’acte, pour le remplacer par le forfait qui s’appliquera « pour commencer » dès 2019 à l’hôpital  pour l’insuffisance rénale et le diabète. Les  médecins de ville suivront. Deuxio, la réforme veut mettre fin à l’exercice « isolé » -aujourd’hui majoritaire- du médecin dans son cabinet, pour le remplacer par les cabinets de groupe qui devraient procurer efficacité et convivialité. Avec le risque, comme  c’est le cas pour les cliniques et les laboratoires absorbés par des grands groupes, que ces cabinets regroupés et maisons de ville de connaître le  même sort, les médecins devenant de simples salariés. Troisio, le plan Macron pose l’obligation de former des « communautés professionnelles territoriales de santé ».Il en existe aujourd’hui 17,  il en voudrait 1000 d’ici à 2022.   Mais ça coince, avec un cahier des charges très rigide, organisé d’en haut et peu de latitude laissée aux acteurs. Quarto, 400  médecins salariés des hôpitaux vont être envoyés dans les déserts médicaux jusqu’à ce que la fin du numerus clausus crée  l’offre de soins suffisante et permette de les remplacer.  En espérant que la  surabondance ne débouche pas sur l’instauration de règles strictes pour réguler les ouvertures de cabinets. Et quand on sait que la cohérence du système  sera alors assurée non plus par les cotisations et les  partenaires sociaux,  mais  par l’impôt et l’Etat … la  boucle est bouclée.

Une médecine administrée

Il y a gros à parier que la  régulation des soins se fera par des incitations et des contraintes calculées à partir d’écarts-types, de moyennes d’actes, avec des remboursements dégradés et potentiellement des déconventionnements pour les établissements ou les professionnels de santé qui s’écarteraient trop des référentiels. .  Quand on voit les résultats que l’Etat obtient avec l’économie française qui crève d’être administrée… on sait à quoi s’attendre pour la  médecine.

 

 


LA SCIENCE CONFRONTEE A L’OBSCURANTISME

Vaccin-enfant

 

Le  phénomène atteint tous les pays occidentaux,  mais notre pays est  particulièrement concerné. Il suffit d’observer le recul du nombre des étudiants inscrits dans les disciplines scientifiques qui sont passés de plus de 130 000 dans les années 1996-97 moins de 10 000 au début des années  2000 et le déclin s’est  poursuivi depuis. Une chute préoccupante d’autant plus qu’inversement on voit progresser les comportements  de méfiance à l’égard  de la science, une forme d’obscurantisme qui se propage  d’autant plus facilement qu’internet offre  des tribunes  aux arguments  simplistes des  propagandistes.  Si la méfiance éthique est raisonnable  quand il s’agit par exemple de bioéthique, domaine où tout ce qui est techniquement possible n’a pas vocation à être autorisé, elle n’est  pas de mise quand il s’agit de sujet de santé publique mettant en jeu la  sécurité sanitaire collective.

La  vaccination.

Alors, je vais faire  encore hurler, mais je veux  participer au combat contre  l’obscurantisme quand il s’agit de la vaccination obligatoire. Au moment où nous constatons une recrudescence des maladies infantiles contagieuses et où notre  pays est exposé à une immigration  de population dont  l’état  sanitaire pourrait s’avérer dangereux en propagation d’épidémies diverses, ce qu’on peut lire, entendre ici ou là sur la  vaccination obligatoire me laisse pantois. Quand j’apprends que 55%  des français pensent que le ministère de  la Santé est de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour cacher la nocivité des vaccins, je dis qu’on nage en plein délire. Quand on se  met  à craindre la science plus que la nature,  la médecine officielle  plus que les  errements des médecines alternatives, l’intégrisme n’est pas loin.  Quand il s’agit de leur santé personnelle, les patients ont le droit de faire ce qu’ils veulent, y compris de  croire au pouvoir des poudres de perlinpinpin. Mais quand il s’agit de la vaccination, le libre arbitre individuel n’a  plus lieu d’être. Car disons-le haut  et fort, la vaccination n’est pas affaire de choix individuel,  c’est une décision qui nous engage tous :  ceux qui ne se vaccinent pas mettent  la santé des autres en danger et s’ils  tombent malades  par leur faute, ils ont évidemment recours à la Sécurité sociale, qui est aussi financée  par les autres ! La logique de solidarité collective en matière de vaccination s’impose donc, voilà pourquoi il faut à  juste titre la rendre obligatoire pour un certain nombre de  maladies. Toutes les études scientifiques depuis un siècle montrent que la vaccination est vitale pour la collectivité et sauve des millions de vies. Il  ne sera pas  dit que le pays de Descartes soit  devenu le pays de la  haine de la science.

Les onze vaccins obligatoires.

En matière de sciences, toutes les opinions ne se valent pas. Tout est bon pour  alimenter le fantasme de collusion  avec les laboratoires mais on ne peut pas faire l’impasse sur l’épidémie de rougeole qui a frappé la France en 2011 : entre 2008 et 2016, plus de 24 000 cas déclarés,  près de 1500 ont  présenté une pneumopathie   grave, 34 cas ont connu des complications neurologiques et 10 sont décédés. A  côté, les rares inconvénients issus des vaccinations sont bénins. Il est bon que la vaccination soit obligatoire. Les résistances n’ont pas lieu d’être, sauf à se réfugier dans l’obscurantisme et les croyances,  comme présenter la vaccination comme un acte « contre-nature ». Il ne s’agit  pas de condamner le recours à l’homéopathie, mais celle-ci ne doit pas exclure la  médecine allopathique. Et quand il s’agit de lutter contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites, l’Hépatite B, la pneumonie, la  rougeole,  les oreillons ou la rubéole qui font l’objet des 11 vaccins obligatoires, la  question de  la  liberté individuelle ne peut se  poser face à la sécurité  collective.

Ces croyances qu’il faut combattre.

L’hygiène a permis la disparition des maladies infectieuses : c’est faux ! C’est l’introduction du vaccin qui a permis la diminution des personnes infectées. L’exemple observé au Japon le prouve : un suspension du programme de vaccination contre la coqueluche a été suivi d’une explosion de la maladie qui retombe  dès que le programme reprend. Le pays n’a pas connu, dans le même temps, de crise de l’hygiène qui aurait pu apporter l’explication,  ce qui,  en aucune façon n’aurait influencé la bactérie responsable de la  coqueluche.

Multiplier les vaccins nuit au système immunitaire des enfants : Encore faux ! Leur système immunitaire peut affronter plusieurs vaccins à la fois, et même ceux-ci le stimulent en lui permettant de fabriquer des défenses. Une étude a même estimé que le système immunitaire des jeunes enfants peut répondre à 10 000 vaccins à  la fois.  Avec 11 vaccins, il reste de la marge.

L’immunité innée est suffisante pour faire face aux maladies : toujours faux ! A la naissance, un nourrisson est protégé contre certaines  maladies grâce aux anticorps transmis par la mère, mais l’immunité disparait après quatre mois tout au plus. Seule la vaccination apporte une protection complète et durable.

Les  vaccins causent l’autisme : une hypothèse émise par une étude portant sur 12 cas  qui n’a jamais  pu être vérifiée par de  nouvelles  études. Par la suite, il a été révélé qu’une manipulation frauduleuse des données avait été réalisée par le responsable de l’étude en question.

Les  vaccins peuvent causer  la  mort subite du bébé : certains ont mis en corrélation la mort avec la  vaccination, sur des cas isolés. Toutes les études épidémiologiques s’accordent à dire qu’il n’existe  pas  de lien de causalité. Il n’en reste pas moins, que ce phénomène de  mort subite reste encore mal compris.

L’extension de l’obligation répond à des intérêts économiques : l’impact reste faible, dans la mesure où  70%  des  enfants ont déjà reçus les 8 vaccins supplémentaires concernés par l’extension de l’obligation.

Ce sont les adjuvants à base d’aluminium qui suscitent le  plus les craintes. Or, ils sont utilisés depuis 1926 sur l’ensemble de la  planète sans qu’aucun signal d’alerte n’ait  été émis par aucun pays. 12 millions de doses contenant ce type d’adjuvant sont administrées chaque année en France et un seul nouveau cas de myofasciite serait  survenu depuis 2012 ! Aucun lien de causalité n’a pu être établi avec les  adjuvants aluminiques.

La lutte contre l’obscurantisme n’est pas chose aisée, à une époque où la logique de  la violence et de l’irrationnel prolifère.  A défaut de faire appel à la raison, j’espère que la  logique des arguments et  des faits avérés l’emportera sur les affirmations  assénées par des gens qui fondent souvent leur démarche scientifique sur des convictions douteuses.  Allez-y, traitez-moi de tous les noms d’oiseaux qui vous plairont ! 

 


ET IL Y EN A QUI VEULENT LEGALISER LA CONSOMMATION DU CANNABIS !

 

On le suspectait, mais les derniers doutes sont en train de se dissiper : fumer du cannabis régulièrement depuis l'adolescence endommage irréversiblement le cerveau et peut provoquer une baisse des capacités intellectuelles à l'âge adulte, montre une étude publiée par une revue scientifique américaine.

Principal enseignement de cette étude, les consommateurs réguliers de cannabis dans l’adolescence ont vu leur QI baisser en moyenne de 8 points. 

La recherche effectuée sur 1 000 Néo-Zélandais, prenant en compte une période de 25 ans, a permis de comparer leur quotient intellectuel (QI) à 13 ans puis à 38 ans, les uns étant des consommateurs réguliers de cannabis, y compris après 20 ans ou 30 ans, les autres pas. Au bout de la période, un écart de huit points s'est creusé entre les fumeurs et les autres, affirme Madeleine Meier, psychologue à l'université Duke, en Caroline du Nord (sud-est), et auteur principale de cette étude publiée dans les Actes de l'Académie américaine des sciences. Or "le QI est censé être stable" à mesure que l'on vieillit, dit-elle. Pour les personnes n'ayant jamais fumé de cannabis, leur QI a même légèrement progressé de quelques dixièmes de points.

Des effets neurotoxiques…

Tout aussi inquiétant,  l’arrêt ou la diminution de la consommation ne suffit pas à restaurer  le « fonctionnement neuropsychologique » des fumeurs réguliers et précoces. En revanche, ceux qui ont commencé à fumer de l’herbe à l’âge adulte ne souffrent pas d’un tel écart intellectuel avec les non-fumeurs.

Les consommateurs de marijuana ont aussi montré de plus faibles capacités de mémoire, de concentration et de vivacité d'esprit, selon l'étude. Ceux qui avaient ralenti leur consommation l'année d'avant leurs 38 ans, moment du second test, n'ont pas pour autant obtenu de meilleurs résultats. En revanche, les fumeurs qui ont commencé seulement à l'âge adulte ne souffraient pas d'un tel écart intellectuel avec les non-fumeurs.

… Et de graves conséquences.

"On sait que le QI est un élément fort déterminant pour l'accès à l'université, pour le revenu gagné tout au long de la vie, pour l'accès à l'emploi, et la performance au travail", poursuit la chercheuse. "Quelqu'un qui perd huit points de QI durant son adolescence et à la vingtaine peut se retrouver désavantagé par rapport à ses pairs du même âge pour de nombreux aspects majeurs de la vie", et ce pendant de longues années, conclut-elle, soulignant que cette importante différence ne serait pas due à d'autres facteurs. Elle prend garde d’éliminer les facteurs associés – consommation d’alcool, éducation… – qui pourraient biaiser les résultats, souligne Marc Valleur, psychiatre, médecin chef de l’hôpital Marmottan. 

En 2011, une étude de chercheurs brésiliens publiée dans le British Journal of Psychiatry avait déjà montré qu’une consommation de cannabis avant 15 ans a des effets néfastes sur les fonctions cognitives, bien plus largement qu’une consommation tardive.

"L'adolescence est une période très sensible du développement du cerveau", indique Mme Meier. En utilisant des substances agissant directement sur le mental, les jeunes "peuvent perturber le processus cérébral normal", explique-t-elle.

Il faut renforcer la prévention.

L'étude n'évalue pas, par contre, les effets d'un arrêt ou d'un ralentissement de consommation plus tôt dans la vie, et ne précise pas non plus les quantités consommées mais elle a le mérite de porter sur une longue période. « C’est une étude sérieuse, qui porte sur une longue cohorte. Selon Madeleine H. Meier et son équipe, ces travaux devraient encourager la mise en place de politiques de prévention en direction des plus jeunes. Pour le médecin chef de l’hôpital Marmottan, ces résultats ne doivent pas faire oublier qu’il faut protéger les jeunes de toutes les sollicitations de consommations, qu’il s’agisse de la drogue, mais aussi de l’alcool, du tabac, des jeux et pratiques qui conduisent à des addictions, car avant 20-25 ans, les circuits cérébraux ne sont pas tous en place.

L’enjeu reste de taille à l’heure où l’on reparle d’une possible dépénalisation du cannabis dont on sait que celui qui est aujourd’hui sur le marché contient un taux de THC bien plus fort que celui des pétards des « ancêtres » quarante-huitards. L’enquête HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) publiée par L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies au printemps dernier soulignait que 6,4 % des jeunes de 13 ans et 28 % de ceux de 15 ans ont déjà fumé de l’herbe. Près de 3 % des adolescents de 15 ans déclarent des usages réguliers de cannabis. L’enquête HBSC faisait aussi apparaître la précocité et la prédominance de l’alcool dans les usages des plus jeunes.

Sans oublier que la consommation du cannabis est un facteur déclenchant de la schizophrénie !!!

 


PLUS SOCIAL, TU MEURS ! (fin)

Logosecu

 

Après la famille et la maladie, la protection sociale se préoccupe aussi de la vieillesse et du versement des retraites du régime général.

L'ensemble des régimes de base de retraite ont versé, en 2008, 175,82 milliards d'euros à 21,9 millions de retraités. Avec ses 11,5 millions de retraités, le régime général verse à lui seul 85,47 milliards d'euros de retraites, soit 7 433 euros par pensionné. Mais s'il concerne 52,5% des pensionnés en France, il ne récolte que 48% du montant total des prestations de retraites versées. Les 2 millions de fonctionnaires retraités, qui constituent 9,27% des pensionnés, récupèrent, eux, 25% du montant des prestations de retraites. Ils se partagent 41,14 milliards d'euros de prestation par an, soit 20 250 euros par pensionné. Les indépendants sont moins bien lotis : le million de pensionnés commerçants se partage 3,44 milliards d'euros par an (3 402 € par pensionné), les 819 000 artisans retraités se partagent eux 2,87 milliards d'euros par an (3 507 €). Les professions libérales se contentent, elles, de 835 millions d'euros pour 211 000 pensionnés (3 945 €). Ces montants ne concernent que les retraites de base.

Le minimum vieillesse, réservé aux personnes de plus de 65 ans disposant de faibles ressources, représentait en 2008 un coût annuel de 2,83 milliards d'euros pour la protection sociale. Cela représente la prise en charge de 22 régimes différents. Ces dépenses, en hausse de 4% par rapport à 2007, prennent en compte l'augmentation du nombre de retraités bénéficiaires et l'augmentation du montant de la prestation. En effet, celle-ci fait l'objet d'une promesse de campagne de Nicolas Sarkozy qui s'est engagé à l'augmenter de 25% d'ici 2012 pour les personnes seules. Cette revalorisation concerne environ 400 000 bénéficiaires. Son coût global devrait être de 400 millions d'euros environ d'ici 2012. Au total ce sont 501 650 ménages qui bénéficient du minimum vieillesse. Cela représente donc une allocation moyenne annuelle de 5 633 euros par bénéficiaire.

L'allocation personnalisée d'autonomie (Apa) est une allocation destinée aux personnes âgées qui ont besoin de recevoir une aide pour accomplir les actes essentiels de la vie courante ou dont l'état nécessite une surveillance régulière. Elle profite donc aussi bien à des personnes habitants à domicile qu'à celles hébergées dans un établissement. En 2008, la protection sociale lui a consacré 4,85 milliards d'euros. Cette aide sociale a profité à 1,1 million de personnes. Plus de 60% de ces allocataires habitent encore chez eux (669 908 personnes) et les 433 682 autres sont en établissement. En moyenne, ces allocataires ont touché 4 395 euros chacun. L'Apa est versée par les départements.

Le tableau ne serait pas complet sans les aides au logement, qu’on pourrait intégrer dans les aides à la famille et les prestations qui ressortent de l’indemnisation du chômage.

Les aides au logement : chaque année, plus de 6 millions de Français perçoivent une allocation de la part de l'Etat pour les aider à se loger. Elles peuvent prendre plusieurs formes : APL, ALS... avec ou sans enfant, étudiants... Comme beaucoup peuvent y prétendre, cela à un coût pour la collectivité : 14,96 milliards d'euros soit 22% du montant total des prestations fournies par les Caisses d'allocations familiales (qui versent également, rappelons-le, l'essentiel du RMI, les allocations de naissance et les allocations familiales entre autres). Si bien qu'un bénéficiaire perçoit en moyenne 2 479 euros d'allocations logement chaque année. Les aides au logement en faveur de personnes sans enfants (3,54 millions de bénéficiaires) sont moins coûteuses pour l'Etat (7,24 milliards €) que les prestations légales de logement en faveur des familles (7,72 milliards € répartis entre 2,49 millions de bénéficiaires).

Le risque chômage regroupe toutes les prestations versées à des personnes privées d'emploi qui ne remplissent pas les conditions normales de droit à la retraite et dont la cessation d'activité n'est pas envisagée comme définitive. En 2008, la protection sociale y a consacré 34,3 milliards d'euros soit 6,2% du montant total des prestations sociales versées en France. Mais au-delà des prestations liées à l'indemnisation du chômage, le risque chômage comprend aussi les préretraites (2,2 milliards €). Ces deux prestations, pour un total de 32,23 milliards d'euros, pèsent 94,1% des montants consacrés au chômage. Mais le risque chômage au sens de la protection comprend également des dispositifs de réinsertion professionnelle qui compensent des pertes de salaire pour cause de formation professionnelle. Ces derniers allocataires ont bénéficié de 2,02 milliards en 2008.

De la naissance à la mort, nous sommes d’une manière ou d’une autre pris en charge par un dispositif de sécurité sociale qui couvre pratiquement tous les risques auxquels chacun peut être confronté. Maladie, accidents du travail et maladies professionnelles, famille, vieillesse sont les quatre branches de ce vaste dispositif auquel va bientôt se rajouter celle de la dépendance pour laquelle il faudra trouver une source de financement, sachant que déjà la maladie est lourdement déficitaire ainsi que la vieillesse avec le problème du financement des retraites.

En plus de l’augmentation régulière du minimum vieillesse de 5% chaque année, et même chose pour les adultes handicapés, le gouvernement a mis en place le RSA qui améliore et simplifie les prestations liées à la précarité. On ne peut pas conclure sans évoquer la réforme HPST de grande ampleur pour tenter de rationaliser le secteur de la santé et de la maladie et le plan Hôpital 2012 qui représente un gros effort d’investissement et de modernisation de la santé publique. Il faudrait ajouter la création du fonds d’investissement social proposé par la CFDT dans le cadre des mesures anti-crise destiné aux demandeurs d’emploi et aux jeunes qui souhaitent décrocher une formation adaptée, le chèque-emploi service universel qui permet à 1 300 000 familles d’être aidées à domicile, …

Oui vraiment, plus social, tu meurs !

 


PLUS SOCIAL, TU MEURS ! (suite)

       Logocnam

 

Après le volet famille, dont on a vu qu’il était fourni, abordons celui de la maladie et de la santé. On oublie facilement la protection dont nous bénéficions et qui fait du système français, un des plus protecteurs au monde. Revue de détail :

Les consultations de médecins, En 2007,  ont été de 217,49 millions auprès des médecins généralistes libéraux. Au total, l’Assurance maladie, cette même année, a remboursé l'équivalent de 3,52 milliards d'euros pour ce type de prestation médicale à ses assurés sociaux. Cela représente donc un coût de 16,20 euros  par acte pour la protection sociale. Ce chiffre est à remettre en perspective avec l'ensemble des prestations maladie versées par cette branche de la Sécurité sociale : 115,93 milliards d'euros en 2007. Le remboursement des consultations de généralistes représente 3,04% des prestations légales couvertes par la branche maladie. Il s'agit aussi bien d'actes réalisés en cabinet libéral qu'en clinique privée ou en centre de santé.

Les remboursements de médicaments achetés en pharmacie sont de loin le premier poste de dépenses de l'Assurance maladie en médecine de ville : en 2008, ils ont coûté 18,3 milliards d'euros à la protection sociale, soit 14,1% des dépenses totales de l'Assurance maladie. Un montant nettement supérieur aux remboursements d'honoraires des médecins de villes libéraux par exemple. L'assurance maladie rembourse chaque année 2,1 milliards de boites de médicaments. Ce qui représente donc un remboursement équivalent à 8,7 euros par boite de médicaments remboursée.

Le congé maternité est considéré comme un risque maladie par la Sécurité sociale, au même titre que les arrêts maladie ou les accidents du travail. De toutes les indemnités journalières versées pour ces risques (11,3 milliards € en 2008), les congés maternité consomment 23,7% des crédits. . Le montant des indemnités journalières attribuées aux congés maternités est en constante augmentation depuis 1978.  Prises en charge par la branche maladie de la Sécurité sociale, elles coûtent chaque année 2,68 milliards d'euros. Elles sont égales à un salaire journalier de base, calculé à partir de la moyenne des salaires des trois derniers mois, diminué des cotisations sociales et de la CSG, dans la limite de 2 885 euros. De la même manière, les congés de paternité ont un coût pour la collectivité : 264 millions d'euros en 2008, en hausse de 4,9% par rapport à 2007.

Les indemnités journalières consécutives à un accident du travail, elles aussi sont prises en charge par la branche maladie de la Sécurité sociale et ont coûté 2,44 milliards d'euros en 2008. Cela représente 21,6% du montant consacré chaque année par l'Assurance maladie pour les assurés amenés à cesser leur travail pour des raisons médicales (11,3 milliards € en 2008). En amont ce sont 2 millions d'établissements employeurs qui cotisent à cette assurance et 18,6 millions de salariés (soit environ 70% de la population active). En 2008, on a recensé 704 000 accidents du travail et 45 400 maladies professionnelles qui ont donné lieu à un arrêt de travail. Le montant total des indemnités journalières attribuées aux accidentés du travail est en constante augmentation depuis 1978.

Les indemnités journalières consécutives à arrêt de travail pour maladie ont coûté 6,21 milliards € d'euros en 2008. Cela représente 54,8% du montant consacré chaque année par l'Assurance maladie aux  assurés amenés à cesser leur travail pour des raisons médicales (11,3 milliards € en 2008). Entre 2003 et 2008, on a constaté une diminution du montant total des indemnités journalières maladie (-1,4%). Et sur plusieurs décennies, on constate que le nombre de journées maladie indemnisées par personne ayant un emploi a eu tendance à diminuer. Il est passé de 11 jours en 1976 à 8,5 jours en 2005. Ce sont les chirurgiens orthopédistes qui prescrivent le plus de journées d'arrêt de travail. En 2005, ils avaient prescrits 85 207 journées d'arrêt de travail, suivis par les neurochirurgiens (58 438) et les généralistes (29 187).

Mais l'Assurance maladie rembourse également d'autres prescriptions. A commencer par les auxiliaires médicaux qui ont coûté 6,3 milliards d'euros à la protection sociale en 2008. Les prothèses médicales ont, elles, coûté 3,7 milliards d'euros, les examens biologiques 2,8 milliards d'euros. Enfin les transports sanitaires 2,5 milliards d'euros.

Les soins hospitaliers sont à l'origine de 44,1% des dépenses de santé de la protection sociale. Dans cet énorme gâteau, c'est l'hôpital public qui consomme le plus de crédits pour soigner les Français. En 2008, tous les soins qui ont été effectués ont coûté plus de 47,5 milliards d'euros à la collectivité. Logique, quand on sait que l'Assurance maladie prend en charge en moyenne 93% des dépenses d'hospitalisation. Mais les hôpitaux privés aussi profitent de cette somme. Les hospitalisations dans ces établissements ont représenté un coût de 9,8 milliards d'euros en 2008 pour la collectivité, soit 7,5% des dépenses de santé de la protection sociale. En moyenne, les dépenses de soins hospitaliers ont donc représenté 1 172 euros par personne dont 903 euros par personne dans le public et 269 euros par personne dans le privé.

Enfin, créée il y a dix ans, la Couverture Maladie Universelle (CMU) permet l'accès aux soins à des personnes à faibles ressources. Dans l'impossibilité de cotiser au régime général, c'est l'Etat qui couvre leurs dépenses de santé, dans les mêmes conditions qu'un assuré social normal. Aujourd'hui, la CMU de base couvrirait 1,5 million de personnes, d'après le fonds qui gère cette prestation. Mais impossible de connaître le montant total exacts des versements de cette couverture. Ni la sécurité sociale, ni le fonds CMU ne révèlent le budget qu'elle nécessite. Son coût avoisinerait les 6 milliards d'euros par an pour la CMU de base. En revanche, des chiffres très officiels battent en brèche certaines idées reçues : les dépenses des bénéficiaires de la complémentaire santé de la CMU (qui bénéficie, elle, à 4,5 millions de personnes) sont voisines de celles des autres assurés. Elles s'élèvent à 415 euros par bénéficiaire et par an.

Devant un tel foisonnement de prestations, il est normal qu’on les oublie, tant elles nous paraissent aller de soi. Et pourtant ce n’est pas fini. Il y a encore toutes les retraites et toues les prestations liées au vieillissement dont on sait qu’elles vont croître et embellir dans les prochaines années.

On en verra le détail dans le prochain article.

 


QUE FAUT-IL DONC FAIRE POUR INTERESSER LA PRESSE ?

P1030577 P1030580 P1030582 



L’association « débats et convergences » organisait hier soir un débat sur le thème « le stress au travail, il est possible d’agir ».

Un sujet on ne peut plus d’actualité, comme en témoigne encore ce matin le rebondissement de l’affaire  « France Télécom ».

Avec un plateau de choix pour les intervenants, qu’on en juge : le président de l’association des DRH de Maine-et-Loire, la secrétaire Générale du syndicat le plus représentatif dans le département, un patron d’envergure ayant « piloté »  la fermeture d’un site angevin d’une grande usine et la professeure en charge du service de Médecine du travail de l’Hôpital d’Angers…

Et une affluence de plus de 200 personnes !

Dommage pour les Angevins qui ne connaîtront jamais la richesse des débats et des échanges de cette réunion. Entre les intervenants, mais aussi avec la salle.

Les journalistes étaient pourtant invités. Mais aucun n’est venu. Leur mission est pourtant de rendre compte des événements locaux. Il faut croire que ça n’en était pas un.

Eh bien cela me laisse perplexe !

Je me prends à penser que l’on aurait eu plus de succès s’il s’était agi d’un raoût contre le parc du végétal, ou de la création d’un club dissident de l’UMP, ou ….bof, à quoi bon !

A moins que le fait que la réunion ait été organisée par le député de la première circonscription et que votre serviteur en était l’animateur aient été des inconvénients définitivement rédhibitoires. Je blague. C’est pas ça !

C’est quoi alors ? J’ai eu beau chercher ce matin dans les journaux quel événement avait pu mobiliser toutes les énergies plumitives locales, je ne l’ai pas trouvé.

A vous de penser ce que vous voudrez.

En ce qui concerne l’association, cela ne l’empêchera pas de continuer. A commencer par le 27 mai avec un débat sur « la culture et le numérique ». Et à nouveau, avec des intervenants ayant la pointure.

 



LE STRESS AU TRAVAIL

 

L’actualité a mis en lumière cruellement avec les suicides qui ont affecté France Télécom, le phénomène que l’on désigne sous le nom de « STRESS » et qui semble être la marque de notre époque, puisqu’il ne se passe pas un jour sans qu’il soit évoqué. Il touche le monde du travail sans que personne ne soit épargné… Le gouvernement s’est ému de la situation. La santé au travail est devenue un sujet national : un rapport a été remis au premier Ministre en novembre dernier, une mission parlementaire doit rendre le sien en mai, le Ministère du travail a saisi le COCT (Conseil d'Orientation sur les Conditions de Travail) pour inciter les grandes entreprises de plus de 1000 salariés à mettre en place des plans de prévention, et la semaine dernière, les syndicats et patronat sont parvenus à un accord sur le « harcèlement et la violence au travail ». Voilà un sujet qui est au cœur de l’actualité !

Pour en savoir plus, réfléchir ensemble, aller plus loin, Paul Jeanneteau et l’association « Débats et Convergences » organisent un débat sur le thème : « Le Stress au travail, il est possible d’agir ! ».  Ce sera l’occasion de croiser l’expérience d’un patron, d’un Directeur de Ressources humaines, d’une médecin du travail et d’une syndicaliste. Une soirée passionnante en perspective au cours de laquelle le public pourra aussi s’exprimer.

Voici ci-dessous le carton d’invitation. N'hésitez pas... C'est une réunion publique. Aidez l'organisation en faisant part de votre venue.

 Carton inv002


LE PLAN HOPITAL 2012 ENTRE DANS LE CONCRET

 Plan_hosto_2012


Roselyne Bachelot a présenté le 10 février dernier la première tranche des projets retenus dans le cadre du plan Hôpital 2012, dont la vocation première est «l'amélioration de la prise en charge des patients ». La ministre de la Santé a également annoncé l'ouverture d'une deuxième tranche du plan dans les prochains mois.

C’est ainsi que 640 dossiers relatifs à des projets immobiliers et informatiques ont été retenus dans le cadre de ce Plan. Avec 10 milliards d'euros sur 5 ans (dont 5 milliards payés par l'État en aides directes de l'Assurance maladie), l'ambition du Gouvernement est de maintenir un haut niveau d'investissement pour le secteur hospitalier, équivalent à celui de la période précédente. Au terme de la première tranche, le niveau des investissements des projets retenus s'élève à 4,575 milliards d'euros pour 2, 202 milliards d'aides de l'Etat.

Ce plan est tourné vers l'efficience hospitalière : il s'agit de privilégier la meilleure performance économique des établissements de santé. Ainsi, le plan Hôpital 2012 valorise des projets d'investissements hospitaliers intégrant la recherche de l'efficience par la mobilisation des ressources propres, le caractère réaliste de la programmation budgétaire et la cohérence avec les enjeux d'équilibre financier d'exploitation.

Ce plan s’est donné plusieurs priorités.

Accompagner la recomposition hospitalière et la mise en œuvre des schémas régionaux d'organisation des soins (Sros) dans la nouvelle organisation des soins dans les territoires. Au-delà des projets immobiliers ou architecturaux, les opérations retenues répondent avant tout à une logique de projet médical, tendant à améliorer la prise en charge des patients et la qualité des services. Dans les faits, il s'agit d'opérations de restructuration entre deux ou plusieurs établissements, ou de restructurations internes portant sur un ou plusieurs pôles d'activité autour d'un pôle santé. Par exemple, la création d'un pôle santé par regroupement d'un centre hospitalier et d'une clinique.

161 projets immobiliers ont donc été validés. Plus de 1,8 milliards d'euros d'aides sont accordées par l'Etat, pour un montant d'investissement total de 3,883 milliards d'euros.

Accélérer la mise en œuvre des systèmes d'informations hospitaliers. L'informatisation des systèmes d'information orientés vers les processus de soins est un axe fort du plan:

  • 72 % des projets et des investissements sont consacrés à la production de soins : dossier médical, dossiers de soins, circuit du médicament, etc. ;
  • l'informatisation des fonctions médico-techniques représente 15 % des investissements : informatisation des systèmes de gestion de laboratoire, des plateaux techniques d'imagerie, des blocs opératoires, des services d'urgence, etc. ;
  • viennent ensuite les projets portant sur les infrastructures : sécurité, plateformes et matériels, etc. ;
  • viennent enfin les regroupements des projets et de la mutualisation.

Près de 500 projets de systèmes d'information ont été validés. 350 millions d'euros d'aides sont accordées pour un montant d'investissement total de 692 millions d'euros.

Réaliser des opérations de mise aux normes de sécurité à caractère exceptionnel des établissements de santé. Cette mesure cible en particulier des travaux qui dépassent la capacité normale de financement des établissements de santé. Exemples : la mise aux normes antisismiques, en Martinique et en Guadeloupe, ou des opérations importantes de désamiantage.
Sept projets sont retenus pour un montant global d'investissement de 910 millions d'euros. Parmi les projets retenus, la ministre de la Santé a confirmé un montant d'aides de 93 millions d'euros (sur 169 millions d'euros) pour la reconstruction du plateau technique du CHU de Fort de France et une aide de plus de 10 millions d'euros (sur 26,9 millions d'euros) pour la reconstruction du centre hospitalier de Basse Terre.

 




VACCINATION : ASSEZ DE SORNETTES !

Grippe

Il y avait débat hier soir sur la trois, après le journal du soir, pour faire le point sur la campagne de vaccination contre la grippe A. Des sommités étaient invitées pour l’occasion, deux franchement pro-vaccination, deux autres plus critiques. Mais les quatre se sont trouvées d’accord pour dire que le vaccin était « inoffensif » et le principe de la vaccination n’a jamais été mis en cause, sinon, son ampleur et son coût. On peu toujours trouver à redire, sinon nous ne serions pas en France. Ce que je retiens, c’est que la grippe A n’est pas si anodine et qu’il vaut mieux se faire vacciner.

Alors, c’est vrai que pour l’instant la grippe en question peut paraître si peu agressive qu’elle rende superfétatoire de se faire vacciner. Et si c’était un trompe l’œil ? Elle a tout de même fait 43 morts, dont certains ne présentaient aucun facteur de risque. C’est vrai aussi que les informations délivrées par les autorités ont pu paraître contradictoires en raison du décalage du calendrier de vaccination des femmes enceintes et des jeunes enfants, faute de vaccin sans adjuvant, infirmant l’urgence de la vaccination pour les autres. Le plus grave c’est l’attitude des professions de santé et les bruits qui circulent sur la dangerosité du vaccin préparé : une campagne savamment orchestrée dont on cherche la cible réelle.

Si l’épidémie n’a pas donné sa pleine mesure c’est tout simplement que la clémence des températures de cet automne particulièrement doux n’a pas créé les conditions les plus favorables à la propagation du virus. Comme il y a un temps de latence avant que la vaccin soit actif après son inoculation, on devrait mettre à profit ce répit au cas où l’épidémie reprendrait de plus belle avec des températures hivernales plus propices. De toute façon, il faut s’attendre à une deuxième vague pandémique, comme cela a toujours été constaté dans pareil cas dans le passé. Au lieu de se mettre à l’abri, les Français font des caprices d’enfants gâtés. On a la chance d’avoir un gouvernement qui a pris toutes les précautions et on n’en profite pas pour d’obscures raisons où l’irrationnel côtoie le ridicule : « il en fait trop ! » Il suffirait qu’il y ait dix morts « ordinaires » à la une pour qu’ils se précipitent tous dans les centres pour se faire piquer. Des moutons de Panurge aurait dit ma vieille mère !

Comme disait hier soir le député socialiste Gérard Baps : « la vaccination est un progrès pour l’humanité. Je me ferai vacciner sans hésitation dès que mon tour sera venu ». Pour moi aussi, c'est tout vu !



UNE VRAIE FAUSSE MAUVAISE IDEE


                                                

 

Frédéric LEFEBVRE a lancé un beau pavé dans la mare en proposant que ceux qui sont en arrêt maladie puissent éventuellement continuer à travailler en « télé-travail ». Ce qui, entre nous soit-dit, allègerait le fardeau e la branche maladie (à la marge, il est vrai). Le chœur des vierges effarouchées a aussitôt brandi le spectre de la « régression sociale ». Le gouvernement a rejeté l’amendement provocateur. On peut évidemment penser que le moment était vraiment mal choisi, juste avant les élections. 

Mais c’est une idée qu’il faudrait creuser. A condition d’être médicalement encadrée, je trouve que ce n’est pas choquant que quelqu’un qui est en congé maladie pour une jambe cassée, par exemple, et en situation de pouvoir le faire, puisse de chez lui accomplir ses tâches professionnelles. Il toucherait une partie de son salaire et cela réduirait les indemnités journalières de la Sécurité sociale. 

Ce qui est assez drôle, c’est qu’en fait, le député UMP a mis en plein jour des pratiques qui existent allègrement sans aucun contrôle, de l’initiative même de salariés, soucieux de traiter les dossiers dont ils ont la responsabilité.

Il n’est tout de même pas idiot de faire évoluer les règles en tenant compte du progrès technique et des pratiques sociales….


                                                          



UNE REFORME SOIGNEE !

 

                                                                             P1030688


Le projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoires », vise à réorganiser le système de santé pour maîtriser les dépenses et replacer le patient au cœur du système de soins.

P1030695        Devant un auditoire de 300 personnes, parmi lesquelles de nombreux représentants des professions de santé, Roselyne BACHELOT présentait le contenu de sa loi samedi dernier à Angers.La présentation forcément synthétique que je vous fais d’un exposé passionnant de près d’une heure trente, sera utilement complétée par la lecture des notes du12 mai et du 28 octobre 2008. Vous y accéderez facilement en cliquant au bas de la présente sur le mot « santé »

Cette loi est présentée devant les députés au bout d’un long parcours d’une concertation inédite où le terrain a été privilégié à travers des états généraux, des forums, des commissions thématiques, des auditions de personnalités de toutes sortes et enrichie de rapports parlementaires ciblés. Une concertation qui a permis de faire un diagnostic précis de l’état de notre système de soins.

 P1030688       Aussi est-il bon de rappeler que la France fait partie des 3 pays au monde qui dépensent le plus pour son système de soins et la plus grande partie de cet argent va à son dispositif hospitalier. Notre pays est aussi celui qui a le plus d’hôpitaux au monde, dans un mode de financement des soins hautement solidaire avec un taux de prise en charge qui est lui aussi le plus élevé du monde. C’est pourquoi il a été, et est encore souvent, considéré comme un des meilleurs au monde par son caractère performant.

Et pourtant notre système de santé doit absolument être réformé. Des ruptures, des fragilités, des lourdeurs sont apparues dont nous commençons à mesurer les dégâts. La démographie médicale est en perte de vitesse malgré un taux de 340 médecins pour 100 000 habitants que bien des pays nous envient. Mais il ne sera plus que de 280 pour 100 000 en 2020. Des régions entières sont sous-médicalisées, nos urgences sont encombrées avec un personnel débordé, des hôpitaux de proximité sont devenus obsolètes. Parallèlement le système de soins médico-social est confronté à des besoins croissants ne serait-ce qu’à cause du vieillissement de la population. Le système est cloisonné, avec des lits vides d’un côté et un manque de places chez le voisin, mal territorialisé et trop centralisé.

P1030688          La loi veut relever quatre défis : celui du vieillissement, celui des évolutions technologiques, celui des nouvelles donnes sociales et sociétales et celui du financement en visant à l’efficience du système.

Elle veut apporter des réponses simples à partir d’un mode de financement inchangé. C’est d’abord un pilotage territorialisé et responsabilisé avec la création des « agences régionales de santé » qui réunissent tous les acteurs et les organisateurs de soins, permettant une coordination fine au plus près des réalités, un comité de la prévention et une commission médico-sociale. Cela permettra de corriger la mauvaise organisation de la médecine ambulatoire ainsi que la démographie médicale, de mettre en place des structures médicales conformes aux évolutions et d’assurer la permanence des soins à partir des réalités locales.

C’est ensuite une réorganisation de l’institution hospitalière. Avec deux objectifs : donner un vrai patron à chaque établissement et établir une gradation des soins en répartissant les rôles et en mutualisant les moyens au sein d’une « communauté hospitalière de territoire » regroupant les hôpitaux secondaires autour d’un hôpital « centre ». Ainsi, pas un hôpital ne sera fermé, mais des vocations seront confortées comme l’urgence, les soins de suite et la gériatrie qui nécessitent de la proximité. Un nouveau type de contrat sera proposé aux médecins hospitaliers avec un statut contractuel.

P1030688      La Ministre est entrée parfois dans les détails en parlant de « fongibilité asymétrique », du remplacement de la liste d’attente par l’appel à projet à partir des besoins constatés….pour l’évolution du dispositif.

Les questions ont fusé. Elles ont porté sur la santé et la prévention, les cotisations, les problèmes de permanence des soins (médecins de garde), le remboursement des médicaments…

Au demeurant, le sentiment qu’on retiendra de la prestation de Roselyne BACHELOT, en dehors de la maîtrise sans faille de son sujet, c’est le réalisme de son projet, la grande cohérence de sa conception et sa dimension humaine. On sent que toute la volonté politique est tournée vers le patient pour qu’il ait à son service un système le plus efficient possible.

            

                                                                                                                                              

               

 


SANTE DURABLE

                                                                              

P1010091 bis  

                            

Notre système de santé, parmi les meilleurs du monde, accumulait les dysfonctionnements : points de thrombose avec un recours souvent exagéré aux urgences des hôpitaux, désertification médicale de nos campagnes, paupérisation des médecins de ville, sans parler des maladies nosocomiales de plus en plus fréquentes.

                                                                  

Roselyne BACHELOT est arrivée sur un terrain hautement miné. Les 35 heures appliquées à l’hospitalisation publique avaient abouti à une réelle désorganisation, une pénurie de soignants et un arriéré colossal d’heures sup’ non payées…. Autant dire que réformer dans ces conditions, c’était « mission casse-pipe » assurée. Demandez à Alain JUPPE ce qu’il en pense. C’est peut-être aussi pour cette raison que Nicolas SARKOZY a confié le bébé à une routière aguerrie de la vie politique… et qui connaît le milieu médical comme le fond de son sac à main. Aussi était-elle attendue au tournant.

                                                                                

Les réformes à 6 millions de pékins dans la rue, c’est pas son truc. Notre Ministre de la Santé a donc pris le temps du diagnostic pour nous concocter une réforme d’une rare habileté. Dans ce qu’elle propose, on retrouve tous les remèdes pour soigner ce qui ne va pas dans notre système, le rendre plus rationnel et plus efficace, c’est-à-dire plus économe, tout en r

edistribuant les rôles et rendant plus lisibles les différents étages de l’accès aux soins. Vous n’entendrez donc pas de grincements comme dans la justice. Parce que tout le monde y retrouve son compte : le patient sera mieux soigné, l’hôpital sera enfin dirigé, les médecins garderont leur liberté mais seront l’objet d’incitations pour créer des « maisons médicales ».

                                                                                                                                                     

La loi que la Ministre propose met en place les outils d’une gestion efficace du secteur de la santé, avec le « patient » au centre de toutes les préoccupations. Nous n’aurons peut-être pas à voir avec les Agences Régionales de Santé, mais grâce à elles nous bénéficieront d’une réorganisation des soins : assignant une mission en rapport avec les compétences disponibles à l’hôpital de proximité, renforçant tel bloc opératoire, fermant une maternité obsolète…Des Agences qui auront compétence sur  les hôpitaux publics, les cliniques privées, les professionnels de santé libéraux, le secteur médico-social. Voilà pour l’aspect « centralisation ». 

                                                                             

La médecine se régionalise  par l’ouverture des postes d’internat, et dans le cadre d’un schéma régional (facultatif mais tellement indispensable) on visera à une bonne répartition des médecins sur le territoire. Autonomie des hôpitaux et renforcement des pouvoirs du directeur, doivent conduire à la création de véritables « communautés hospitalières de territoires », « avec une gradation des soins, depuis l’hôpital de proximité jusqu’à l’hôpital de référence, le CHU » précise la Ministre. Voilà pour l’aspect « déconcentration ».

                                                                               

Et je lui laisse la conclusion : « je ne veux pas construire une nouvelle machine technocratique. Je veux m’occuper des gens ! » . Roselyne BACHELOT vient d’inventer la santé durable.  

                                                                           

Ah que la réforme est belle quand elle n’est pas élucubrée par un énarque !

                                                                                 

                                                                                            


L'AVENIR EST UNE PROMESSE : LA SANTE

Commençons par ce qui nous tient le plus à coeur : la Santé. Notre angoisse quotidienne, c'est de penser que le confort de soins auquel nous sommes parvenus est menacé par le déficit chronique de son financement, lui-même aggravé par le vieillissement de la population. Et puis il y a ces maladies de dégénérescence comme Parkinson et Alzheimer dont nous voyons bien qu'elles frappent autour de nous toujours plus de personnes, ce qui augmente l'angoisse collective. De vrais défis que notre chère ROSELYNE doit relever.

Depuis son arrivée au Ministère, elle a pris le problème à bras-le-corps et mis en place les premières mesures d'urgence avec les "franchises médicales". Elle a jeté les bases de la réforme de notre système de santé dont les grandes lignes ont été annoncées par Nicolas SARKOZY.

La France a en effet pris beaucoup de retard pour faire ce que tous les autres pays autour de nous ont déjà fait depuis longtremps. Nos dépenses de santé représentent 11,3% du PIB, c'est-à-dire que nous sommes au 3ème rang mondial derrière les Etats-Unis et la Suisse. Les propositions du rapport Larcher dont la réforme s'inspire vont dans le bon sens : renforcement du pouvoir des directeurs d'hôpitaux, contrôle de leur gestion par des commissaires aux comptes, libération des contraintes du code des marchés publics... Avec les "regroupements" et la mise en place des partenariats publics-privés pour  réaliser des "pôles", on peut espérer gagner en rationalisation ce que nous pourrions perdre avec une concurrence moindre.  Mais le grand défi reste la diminution du taux d'hospitalisation par habitant qui est une fois et demie supérieur à la moyenne des pays de l'OCDE. Sans parler des prescriptions et de la consommation des médicaments dont nous sommes les champions "hors catégorie". Rien que sur ce poste, 20 milliards d'Euros par an pourraient être économisés.

Pourquoi alors, l'avenir de notre santé est-il plein de promesses ?

Parce qu'un grand mouvement a été entamé dont le grand public ne peut voir que quelques prémisses. Le programme de rénovation des hôpitaux a déjà englouti 10 milliards d'Euros et il sera dépensé autant d'ici 2012. Les établissements vétustes seront fermés, les autres seront regroupés sur des site neufs éventuellement. Des établissements ultra-modernes vont sortir de terre à Caen, Evreux, Clermont-Ferrand, Nantes, Reims, Metz. A Evry se construit l'Hôpital du futur, emblême du plan, truffé d'innovations médicales et technologiques. Il ouvrira en 2011 et coûtera près de 350 millions d'Euros. Ce projet de grands travaux est un véritable bouleversement qui va modeler la géographie médicale pour le siècle à venir. Comment finance-t-on tout ça, vous allez me dire ? la réponse est "PPP" ! traduction : "Partenariats Publics-Privés". Les puristes du "tout état" vont hurler et préféreraient que l'on croupisse dans la médiocrité vers laquelle notre santé glisse  un peu plus tous les jours. L'avantage du système c'est que l'on est opérationnel tout de suite.

En matière de recherche, les ambitions sont énormes. Sur les maladies du cerveau un labo de 22 000 m2 sortira de terre à  la Pitié-Salpêtrière à Paris. Cet "Institut du Cerveau et de la Moelle épinière" réunira 600 chercheurs et techniciens pour travailler sur les maladies de Parkinson, d'Alzheimer, l'épilepsie... Une manière de faire face à l'urgence. Il y a en effet déjà 850 000 malades d'Alzheimer et 25 000 nouveaux cas chaque année et leur prise en charge coûte déjà 10 milliards d'Euro par an. A Lyon, le campus Charles-Mérieux va s'agrandir de 16 000 m2 de labo supplémentaires et plus de 1 000 chercheurs s'y retrouveront. La fondation "Imagine" (Assistance publique de Paris, Inserm, Université Paris V, AFM) va mettre notre pays au 1er rang de la recherche sur les maladies génétiques. Elle ouvrira fin 2010 avec un budget de 30 millions d'Euros venant du public et du privé. 500 médecins et biologistes, dont quelques pontes de réputation mondiale, travailleront dans un centre de recherche de 10 000 m2 à l'Hôpital Necker.Ouverture 2010.

Sur le plan de l'administration, on peut espérer économiser 3,5 milliards d'Euros par an avec le dossier médical enfin sur les rails. Il permettra de stocker sur des services informatiques accessibles en ligne, agréés par la Sécu, toutes données médicales d'un patient. Avec lui plus d'erreurs de prescriptions responsables de 128 000 hospitalisations par an..... Sans parler de la réduction des examens inutiles !

Et puis il y aura le "Canceropôle" géant de Toulouse, installé sur l'ancien site d'AZF,opérationnel en 2012, et unique en Europe, "l'institut de la vision" aux "Quinze-Vingts" à Paris, 2ème plus gros centre de recherche européen en ophtalmologie....

Et il y a tous les autres projets qui se mettent  en oeuvre pour accompagner (les cancéreux par exemple), prévenir (l'obésité par exemple), empêcher (l'anorexie par exemple).... De nombreuses mesures sont à l'étude pour attirer les médecins à la campagne. Tout ça, ce n'est pas du rêve, c'est de la réalité déjà entamée par l'action du précédent gouvernement et par notre Roselyne BACHELOT. Elle est sur tous les fronts et sa compétence n'est disputée par personne.

L'objectif : soigner mieux, pour moins cher. Et c'est possible. Et c'est ce qui va arriver.

Alors, "elle est pas belle la vie ?"