LE VOILE ISLAMIQUE SUR LES LUMIERES

Laicite

Je viens de lire l’interview d’Aurélien Taché dans Le Point, réagissant à  l’incident intervenu au Conseil Régional de  Franche Comté : j’y ai retrouvé les arguments développés déjà il y a trente ans au moment de l’affaire de Creil. Ces « islamocollabos » inconscients,  dont font partie la  Présidente de ce conseil Régional et  les cadres de la FCPE avec leur affiche, n’ont toujours rien compris, à commencer par le fait que l’Islam est une "religion intégriste".  A savoir seulement s’ils savent ce que cela signifie.  Je leur livre  l’article ci-dessous, écrit à la  même époque et  paru dans la presse. Depuis trente ans, il n’a  pas pris une ride. Mais l’Islam a  continué son grignotage de nos valeurs, souvent en défiant la loi.

Avec  le  port du voile ou du foulard (comme on voudra) islamique,  ce n’est pas la question du simple port d’un vêtement qui est posée, mais bien celle des rapports entre notre civilisation occidentale et l’utilisation politique ou identitaire de l’Islam.

Le débat ne se situe pas sur le plan vestimentaire.

Il y a une trentaine d’années, les chefs d’établissement interdisaient la mini-jupe ou le pantalon pour les filles, au nom des usages en vigueur à l’époque. L’évolution des mentalités permet  aujourd’hui ce qui ne l’était pas hier.

L’usage impose encore aujourd’hui quelques règles de politesse comme se découvrir pour saluer (de moins en moins) ou entrer dans certains lieux, dont l’école fait partie. Sur le plan strictement vestimentaire, si l’on accepte une exception pour le « foulard », rien ne permettra plus alors de s’opposer à la casquette sur l’oreille ou d’autres accessoires moins anodins. Et de ce point de vue, l’école reste un des rares endroits où se fait l’apprentissage de la politesse et des usages. Le voile islamique, dans la rue, personne ne songe à l’interdire ; à l’école, et encore plus en classe, il est contraire aux usages.

Mais le voile n’est pas la mini-jupe ou le blue jean en raison de la symbolique forte dont il est porteur.

Le débat ne peut se situer que sur le terrain des valeurs.

Ce qu’on essaie de nous imposer par le voile islamique c’est une pratique religieuse associée à une morale et une pratique sociale toutes deux incompatibles avec nos valeurs.

Rappelons que le voile islamique est le symbole ostentatoire d’une condition féminine inacceptable pour nous, instituant l’inégalité avec l’homme par la soumission de la femme : la femme stérile répudiée, la femme adultère punie de mort, le témoignage de l’homme qui vaut celui de deux femmes, la soeur qui n’obtient que la moitié de la succession dévolue à son frère, le mariage mixte interdit, la polygamie autorisée… Nous ne pouvons pas l’ignorer. C’est la vraie signification du port du voile.

L’affirmation de leur « islamité » par les jeunes filles ne s’arrête pas à cet accessoire vestimentaire. Elle s’accompagne généralement de contraintes supplémentaires telles que l’interdiction de suivre les cours de sciences naturelles, d’éducation physique ou de musique, voire même de s’adresser au professeur si celui-ci est de sexe masculin. D’où le mutisme de certaines filles en classe  que les professeurs ne comprennent pas toujours.

Tolérer le voile, c’est renier le « siècle des lumières ».

Depuis le XVIIIème siècle, l’individu européen a conquis une à une toutes ses libertés. Cette remise en cause devenue permanente, à laquelle l’église catholique s’est elle-même adaptée, a permis la proclamation puis l’application progressive des « Droits de l’Homme ». C’est au nom des Droits conquis que nous avons le devoir de lutter contre toutes les atteintes aux droits élémentaires de la personne. Comme le dit Finkielkraut : « ou le hommes ont des droits, ou ils ont une livrée… ». De peur de paraître intolérants avec les musulmanes « on les confond avec la livrée que leur a taillée l’Histoire ». Voilà le piège : sous prétexte de droit à la différence, on voudrait imposer sur notre sol un apartheid. Ces jeunes musulmanes, et leurs parents avec, devraient savoir que les lois de la République s’imposent à tous et qu’elles ne sont pas toujours compatibles avec celles édictées par le Coran. Les respecter est un devoir pour chaque citoyen et impose des comportements : il n’est pas possible de remettre en cause ce qui touche aux fondements de notre Constitution, même au nom de dieu. La France est d’abord un état laïc.

Le cas particulier de l’Ecole Publique.

L’école publique est faite pour transmettre les valeurs de la République qui constituent le Consensus National, c’est-à-dire notre patrimoine commun, que traduit la notion de citoyenneté. Y entrer, c’est nécessairement les respecter et notre esprit de tolérance doit s’arrêter à toute remise en cause de celles-ci, avec d’autant plus d’exigence que l’établissement accueillera des élèves mineurs. Elle offre en échange, le respect de l’enfant, de sa conscience et de sa personnalité.

Accepter des jeunes filles portant le voile, avec l’espoir qu’elles rejetteront ainsi leur foi, ce serait assigner à l’Ecole publique la mission de laminer les consciences, ce qui n’est pas plus concevable. Mais si les islamistes insistent et acceptent ce risque c’est justement parce qu’il n’est pas grand et que le plus important pour eux c’est l’affirmation de leur prosélytisme religieux.

Céder serait catastrophique : ce serait donner aux partisans d’une certaine pratique de l’Islam les moyens de renforcer leur oppression intellectuelle sur la communauté musulmane. Comme me disait une jeune « beur » récemment : « n’oubliez jamais qu’une jeune fille musulmane vit sous le regard permanent de sa communauté et que cela suffit à la persuader de faire autrement qu’elle le souhaiterait ». Et de fait, depuis quelques années, le port du voile islamique se fait de plus en plus fréquent et de plus en plus jeune.

La liberté de conscience est inscrite dans nos institutions et il n’appartient pas à l’école publique de se substituer aux choix éducatifs des parents. Si les parents des jeunes filles souhaitent leur donner une éducation coranique, c’est leur droit. Mais encore faut-il leur donner la possibilité de faire d’autres choix une fois devenues adultes. C’est donc aux parents que notre société doit chercher à faire adopter ses valeurs. En acceptant que les jeunes filles portent le voile, nous faisons le contraire.

C’est au nom des mêmes valeurs qu’il faudrait y regarder à deux fois avant d’accepter l’ouverture d’écoles coraniques dont l’enseignement reposerait sur des contenus incompatibles avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et les lois de la République et les pratiques répétitives assimilables à celles de sectes.

Il ne s’agit pas d’intolérance, mais de respect de la personne et de protection des mineurs. Dans son livre « Bas les voiles » Chahdortt Djavann assimile à une maltraitance l’obligation du port du voile faite aux filles mineures, et elle n’a pas tort, dans la mesure où cette obligation enferme l’enfant dans une démarche mutilante de sa féminité.

l’Islam n’est sûrement pas incompatible avec la laïcité. Il reste à en rechercher les modalités et à aider ceux, parmi les musulmans français qui souhaitent se situer dans cette perspective-là.

LIBERTE, EGALITE…

Cependant, la pratique de S’il ne faut pas obliger toute personne d’origine étrangère à calquer sa conduite sur notre façon d’être, il est possible tout de même de dénoncer cet aspect de la tradition islamique, sans pour autant vouloir détruire sa culture. D’autant plus qu’il s’agit d’une interprétation la plus étroite de l’Islam, issue du Wahabisme, contre laquelle les femmes luttent dans beaucoup de pays musulmans.

Les minorités religieuses doivent pouvoir exister à condition que celles-ci soient constituées d’individus libres et égaux. Il nous appartient de faire en sorte que cette dernière condition soit toujours remplie.

De ce point de vue, il est important de signifier que la loi républicaine est au-dessus de toute autre, y compris la Charia des musulmans.

 


J’INSTRUIS PAISIBLEMENT LE PROCES DE LA PMA SANS PERE

Insemination

 

Navrant !

Hervé Morin vient de tomber dans le piège du progressisme au nom de  la « modernité ». Il cède à la dictature de la pensée  libertaire que  les macronistes imposent  aussi bien à l’intérieur par l’exclusion, qu’à l’extérieur via tous les  médias qu’ils contrôlent. Eh bien non, être  « moderne » ce n’est pas forcément sacrifier la « dignité humaine » à toutes les modes. Le gouvernement va rendre possible la PMA pour les couples d’homosexuelles et les femmes seules en profitant de la révision des lois de bioéthique. Cette possibilité va bouleverser notre conception de la filiation et  doit nous amener à réfléchir  justement  au regard de la dignité humaine.

Rupture  avec l’écologie humaine.

On nous rebat suffisamment les  oreilles  avec l’importance du respect de la nature qui a engendré naguère l’inscription du principe de précaution dans la Constitution, au nom  de la protection des générations futures.  Ces préoccupations  ont été balayées d’un revers  de main par la ministre en charge du dossier de la révision des lois de bioéthique. Or, nos normes bioéthiques sont aussi importantes, sinon plus que celles qui touchent à l’environnement. D’ailleurs  c’est bien pour cela que José Bové s’en est ému en dénonçant la manipulation du vivant que représente la PMA. Voilà un sujet que les  médias abordent peu : envisager l’accès  à la procréation médicalement assistée pour les  couples de femmes ou les femmes seules c’est nier complètement l’écologie humaine intégrale. Personne ne prend vraiment en compte le devenir des enfants ainsi conçus bien que  l'on sache combien les "racines"  comptent pour eux. On perd de vue totalement la préservation d’une vie digne pour l’homme. Et les dérives d’une telle décision nous concernent tous. 

La négation de l’altérité.

Vouloir nous faire croire qu’un enfant peut  naître de deux femmes, ou d’une femme seule est grotesque, comme l’est tout autant l’inscription « mère et mère » sur le livret de famille. Sylviane Agacinski nous met en garde à ce sujet : « la procréation n’a  que faire des orientations sexuelles  et a  en revanche tout à voir avec l’asymétrie des deux sexes, qui ne sont en la matière, ni équivalents, ni égaux. » Avec la légalisation de la conception d’orphelins de père, c’est la négation de l’altérité que nous consacrons, sans parler des autres aspects comme l’absence d’un référent masculin dans la construction de la personnalité de l’enfant et l’impossibilité de s’inscrire dans une filiation. Car la disparition du père dans la procréation est un bouleversement de la filiation : le rattachement  d’un enfant à deux lignées parentales non équivalentes lui signifie sa propre  inscription dans le genre humain, universellement mixte. Evidemment la nature dément ici la norme que l’on veut instituer, car il y a forcément un « père » caché quelque part.  Et ce que la loi permet en matière d’accès aux origines se révélera rapidement  comme un leurre… sans parler de toutes les dérives  possibles de « marchandisation ».

La médecine est détournée de son objectif.

« La généralisation d’une pratique jusque-là réservée aux seules personnes souffrant d’infertilité fait  passer la médecine du paradigme thérapeutique au paradigme anthropo-technique avec des conséquences vertigineuse sur le plan éthique, car  parler de l’infertilité d’une personne seule ou d’un couple de même sexe, est un pur non-sens », tranche Sylviane Agacinski. Il est regrettable que le gouvernement considère qu’il n’y a pas de problème éthique car la médecine n’est pas faite pour répondre au désir d’enfant. Dans la PMA sans père, il n’y a pas d’acte thérapeutique, donc il ne devrait pas y avoir de remboursement par la Sécu. Un autre scandale !  Et  qui peut nous empêcher de penser que des couples sans difficultés  de procréation n’utilisent la  loi  pour avoir accès à la PMA afin de pouvoir trier les embryons avec comme but « un bébé comme  je veux » ! Le risque du dévoiement vers des pratiques eugénistes est à prendre en compte, dans un monde  matérialiste où tout se monnaie.

L’argument de l’égalité.

C’est peut-être le plus fallacieux.  Il est régulièrement mis en avant par tous les  partisans de la PMA. Quoi de plus juste que de mettre fin à la discrimination dont sont l’objet les  couples d’homosexuelles  par  rapport aux couples hétéro. Pur sophisme  que l’invocation lapidaire et systématique de l’égalité pour mettre fin à toute possibilité de débat. Dans ce domaine, un couple  de même sexe n’est pas équivalent à un couple sexuellement mixte, et le principe d’égalité devant la loi n’empêche pas le législateur de régler différemment des situations différentes.  D’ailleurs le Conseil d’Etat a tranché : il ne peut être question de discrimination. Cela  conduit aussi à  présenter comme une évidence la prise en charge de la PMA par la Sécurité sociale. Or on est devant un désir et non un soin ! Je vais prendre un exemple caricatural en forçant le trait : « J’ai une envie de Mercédès.  Mon voisin en a une  et pas  moi. Cela provoque en moi une souffrance psychique insupportable. Ce désir,  je demande qu’il  soit pris en compte  au nom de l’égalité et je ne vois pas  pourquoi la  Sécurité sociale ne me rembourserait pas mon achat ! »  Cela ressemble beaucoup aux arguments avancés sur le désir d’enfant, non ? Je vais au garage au lieu de la clinique,  je choisis dans un catalogue avec  des  options… Qui ne voit, avec cet exemple trivial,  le parallélisme des démarches.

Les dérives potentielles.

Une fois la PMA enclenchée, la porte sera  ouverte pour l’étape suivante. La technique aujourd’hui permet à peu près tout en matière de reproduction. Demain, au nom de l’égalité, le lobby LGBT voudra nous imposer la GPA pour les couples d'hommes avec son cortège de « mères porteuses » si bien vulgarisé par Marc-Olivier Fogiel, et la  « location de ventres » sera légalisée dans la même  logique.  On assistera alors, inexorablement à toutes les formes de  marchandisation et d’eugénisme déjà pratiquées en Californie.

Une évolution sociétale.

Elle est imposée  par un lobby minoritaire,  LGBT pour ne pas le nommer.  Affirmant cela, je vais évidemment être catalogué comme homophobe. C’est le côté totalitaire  de ce  groupe  d’influence. Il argue du fait que les mentalités ont évolué et qu’aujourd’hui les Français sont majoritairement pour ce qu’ils présentent comme un  progrès pour toutes les femmes. Certes, le conditionnement auquel la population est soumise à travers  tous les médias et même  les séries télévisées qui ne peuvent plus se passer de leurs couples homosexuels et de leurs soucis de maternité, a pu jouer un rôle, mais si on est si certain de ce fait  majoritaire, alors faisons un referendum, car le sujet en vaut bien la  peine. Cet argument est en fait contestable. Car si la PMA est un progrès pour les  femmes,  ce qui reste  à démontrer, c’est surtout une régression pour le genre humain. Sans la technique, leur infertilité de fait ne leur permettrait pas d’enfanter. Et tout ce qui est techniquement possible, n’est pas forcément souhaitable.

Nous sommes  aux antipodes d’une écologie respectueuse de l’Homme. 

Comme l’affirme François-Xavier Bellamy, avec le  projet de loi d’Agnès Buzyn, nous entrons dans l’ère de « l’Homme augmenté », du « transhumanisme »,  de l’Homme manipulé,  soumis aux lois des désirs individuels et du marché. Et je reprends Sylviane Agacinski pour conclure : « Nous sommes  avant tout des êtres vivants marqués par la naissance, la reproduction et la mort ; renoncer à ces limites signifie notre déshumanisation. » C’est une défaite de la raison, car ce projet de loi qui introduit une double révolution, de la filiation et de la finalité de la médecine, déporte la question de l’égalité des droits du domaine de l’anthropologie vers celui de l’émotion, terrain sur lequel aucune hiérarchie n’est possible. 

Si l’éthique s’effondre, le droit est perdu. Puissent les Français en prendre conscience !

 


PROPOS DE RENTREE

Rentree

 

Tout ce qui change au 1er septembre…

En ouvrant le  journal,  c’est le titre qui accroche l’œil : le prix du gaz, l’école et les lycées, la fin des mutuelles étudiantes, le pass navigo élargi, … voilà quelques exemples pour la vie quotidienne. A l’Education, le « Mammouth » est devenu un « peuple de colibris » selon Blanquer ;  et  à l’assemblée la réforme du fonctionnement entre en vigueur,  une refonte qui bride  le débat  parlementaire.

Mais pour le reste, rien ne change vraiment. Quelques thèmes :

Les gilets jaunes.

A voir la violence  qui perdure, notamment contre les représentants de LREM, on se dit que les braises couvent encore et que rien n’est finalement résolu. D’ailleurs, on se  demande bien où sont passés les « cahiers de doléances » et à quoi ils ont servi. Du grand débat, mêmes  les « longs tunnels de discours » de Macron se sont évaporés. La société française reste  bien malade, le  malaise perdure chez les classes moyennes notamment et l’impopularité de l’exécutif reste  préoccupante.

Les pompiers.

C’est une grève silencieuse qui passe inaperçu, parce qu’elle n’entraîne apparemment pas le  fonctionnement des interventions. En grève depuis juin, les sapeurs-pompiers ont décidé de prolonger leur mouvement pendant deux mois supplémentaires jusqu’à fin octobre. Le service minimum continuera cependant d’être assuré comme lors des deux derniers mois. La grève n’a jusqu’ici pas empêché les interventions et s’est surtout traduite par des banderoles sur les casernes, des inscriptions sur les engins, et le port de t-shirts et de brassards chez les pompiers grévistes. Les syndicats promettent une « manifestation nationale » qui devrait avoir lieu lors de la deuxième quinzaine d’octobre. Le service de secours est malade : on est face à une problématique de sous-effectifs, de sur-sollicitations professionnelles et de violences envers les sapeurs-pompiers, mais rien n’est fait. Après deux mois de conflit social, les syndicats ont le sentiment d’être ignorés, et il n’y a eu aucune rencontre avec le ministre de l’Intérieur, aucun courrier, aucun contact. On croit rêver.

Les urgences.

A l’hôpital, la crise des urgences s’enracine. La grève  des urgences est engagée depuis début mars dans les services parisiens, elle touche désormais 217 hôpitaux dans toute la France et le mouvement menace de s’amplifier  encore. En cause des services congestionnés, des personnels surmenés, et le  gouvernement ne trouve pas le remède. Résultat : la colère monte.  Les 70 millions d’euros de prime débloqués par la ministre de la Santé n’ont pas calmé le  jeu. Ce n’est pas un chèque qui règlera les deux problèmes de fond : le  manque de médecins généralistes et le trop grand nombre de postes vacants chez les urgentistes.

Les  assassins islamistes.

Villeurbanne : un mort, des blessés en urgence absolue  … C’est le dernier attentat. Il paraît qu’il va falloir s’y habituer parce que ce genre de tueur est imprévisible. Tout aussi répugnante est l’attitude du système politico-médiatique dans sa globalité, qui depuis cet événement, toutes radios, toutes télés confondues, n’a plus qu’une obsession: minimiser, neutraliser, banaliser le drame.  Le tueur est afghan et a paraît-il entendu des voix qui lui intimaient l’ordre de passer à l’acte. Surtout il ne faut pas dire qu’il est musulman. La France est un pays malade, un pays où l’on peut massacrer des passants à l’aveuglette, et n’avoir comme réponse des autorités : on n’y peut rien !  

Les réformes procrastinées.

Une première : un projet de réforme passe en conseil des ministres  mais n’est pas mis à l’agenda parlementaire. Il s’agit de l’épineuse réforme de la  constitution. L’exécutif craint-il le bras  de fer avec le Sénat ? Une manière de repousser aux calendes grecques en faisant un coup de com’ au passage. Autre réforme repoussée, celle des retraites avec en amorce une reculade de Macron : pas question d’effaroucher les électeurs avec une mesure d’âge. On va se contenter d’augmenter la durée de cotisation dont on sait qu’elle est beaucoup moins efficace pour atteindre l’équilibre. Et puis on va se donner  le temps de  la concertation… Encore de la concertation. Manière de passer les municipales et aussi d’occuper  le terrain pour distraire l’électorat.  Quelle hypocrisie !

La PMA.

Voilà le sujet qui va faire les choux gras de la  rentrée. Le Président souhaite un débat apaisé. Il faut comprendre : ceux qui sont contre, taisez-vous ! D’ailleurs tous les médias aux ordres ne convoquent que des partisans de l’élargissement de la PMA.  Et quand un adversaire obtient un droit de passage, c’est  pour passer devant le tribunal de l’inquisition bien-pensante. On voit bien qu’il n’y a pas de consensus dans la société française. Mais qu’importe, il faut un marqueur de gauche pour équilibrer une pseudo politique dite de droite. Une certitude : on va diviser un peu plus les Français !

A  l’international.

La guerre commerciale entre la Chine et les  Etats-Unis continue avec l’entrée en vigueur des nouveaux droits de douane. A Hong-Kong, chaque week-end la violence de la révolte monte d’un cran. L’inde voit chuter sa croissance  à 5%, ce qui n’est pas bon signe. Et en Allemagne, l’Afd fait une percée, sans montée sur le podium. Bojo joue  la tension extrême dans son pays  avant la date fatidique du 31 octobre. Des sujets qui continueront de faire notre actualité quotidienne et hebdomadaire encore pour un bon moment…. Et je n'ai pas parlé du malaise des forces de l'ordre et des suicides de policiers, et de tant d'autres sujets qui montrent que notre pays va de plus en plus mal.

Face à cette situation assez inédite, on a l’impression que l’exécutif est tétanisé et semble paralysé. Il n’y a que le compteur de la  dette qui s’active  et même s’emballe, mais de ça, les commentateurs n’en parlent surtout pas.  Drôle de rentrée dans cette France calme mais éruptive sous les apparences.

 


DRÔLE DE BAISSE DU CHÔMAGE !

Chômeur pro

 

Baisse selon l’Insee (critères du BIT).

Le taux de chômage est retombé à 8,5% de la population active au 2ème trimestre. Malgré le faible taux de croissance, l’économie française semble créer  plus d’emplois qu’elle n’en supprime. Il n’y aurait donc plus que 2,5 millions de personnes sans emploi. Une baisse de 0,2% par rapport  au 1er trimestre. Après avoir créé 94 000 emplois salariés supplémentaires au début de l’année, l’estimation pour le 2ème trimestre fait état de 62 000 emplois. Le gouvernement a pavoisé sur ce qu’il présente comme un bon résultat dû à ses réformes, en oubliant les chiffres de Pôle Emploi, beaucoup  moins enthousiasmants.

L’économie française crée des emplois.

Elle reste cependant à la traîne de la zone euro, notamment. Plus inquiétant, les gains de productivité enregistrés par l’économie française au 1er semestre ont été nuls et cela posera à terme un problème pour le pouvoir d’achat et le financement de  l’Etat-providence.  Cela veut dire que le nombre d’emplois augmente au même rythme  que le PIB. Or,  les gains de productivité, c’est justement ce qui permettrait d’augmenter les salaires. Et tant que notre taux de chômage reste supérieur à celui de la  zone euro, c’est à le faire baisser qu’il faut accorder la  priorité. En même temps, la France n’échappe pas au ralentissement européen : en juin, la  production industrielle affiche une baisse de plus de 2%, un repli qui fait écho à ceux constatés dans la plupart des pays européens. Le recul affecte la  métallurgie, le textile, l’habillement, et plus fortement les secteurs de l’énergie. Tous les secteurs sont dans le rouge hormis la construction et l’agroalimentaire. Sur un an, la production industrielle reste quand même positive avec une progression de 1,6%.

Mais l’écart avec les chiffes de Pôle Emploi augmente.

Le  constat était trop beau.  Une étude récente montre que près de 10% des inscrits à Pôle emploi en catégorie A n’étaient pas considérés comme chômeurs par l’Insee, soit au minimum 200 000 personnes. Différence de méthode de comptage, parait-il. En 2017, 500 000 inscrits à Pôle emploi en catégorie A n’ont pas été retenus comme chômeurs par l’Insee, qui appelle cela le « halo du chômage ».  A cela il faut en rajouter 400 000 autres,  toujours en catégorie A, qui « ne souhaitaient pas travailler » (?) … Si on s’en tient à la réalité humaine globale, l’amélioration de la situation de l’emploi est réelle mais faible. Pas de quoi se glorifier ! C’est certain, à ce jeu-là, statistiquement parlant, le  chômage pourrait retomber à 7%,  d’ici la fin du quinquennat. La  baisse constatée est donc conjoncturelle et liée à l’injection des milliards des « gilets jaunes » ;  elle n’est en rien structurelle et les réformettes n’ont pas eu d’effet comme l’affirme Pénicaud. Mais les Français, qui se rendent bien compte de leur réalité quotidienne, peuvent-ils être dupes ?

Après on s’étonne du mouvement des « gilets jaunes » !

 


DANIEL KRETINSKY, UN OLIGARQUE EN MACRONIE

Daniel Kretinsky

 

Présenté comme un des nouveaux « tycoons » des médias par le « Figaro économie », Daniel Kretinsky atterrit en France au printemps 2018.   Le roi tchèque de l’énergie effectue alors une razzia  dans la presse française avec l’acquisition des magazines de  Lagardère et une large participation dans le Monde. Ce qui étonne, c’est que l’offensive n’a pas l’air d’émouvoir plus que ça ni le gouvernement, ni l’Elysée. Evidemment, il y a une explication.

D’abord les faits.

En quelques semaines, Kretinsly s’empare de Marianne et de la quasi-totalité des titres peoples de  « Lagardère Active » :  « Elle, Public, Ici Paris,  Art & Décoration, Télé 7 Jours, France Dimanche, Version Fémina »,  pour 60 millions d’euros et rachète 49% des parts que le banquier Matthieu Pigasse détient dans la holding du Monde, ce qui n’est pas sans émouvoir la rédaction toujours jalouse de sa ligne éditoriale. Le Tchèque crée  un nouveau groupe média de 250 millions d’euros, CMI France. A 44 ans, Daniel Kretinsky, cinquième fortune tchèque,  a bâti sa fortune, estimée à 2,5 milliards d’euros dans l’énergie. Il  contrôle, notamment avec  son groupe EPH, depuis 2013, le gazoduc Eustream qui fournit à l’Europe du gaz russe via l’Ukraine et qui lui assure  des revenus conséquents (6 milliards d’euros en 2017). C’est  GDF-Suez principalement qui lui a vendu ses parts, pour investir dans le  projet  de gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique avec Gazprom… le géant russe. L’oligarque tchèque rachète aussi à  prix cassés des centrales à gaz et au charbon, faisant le  pari que la transition énergétique prendra du temps. Et à la fin 2018, après ses opérations dans les médias, il a commencé ses acquisitions : l’énergéticien EPH a racheté la filiale tricolore de l’allemand Uniper  avec ses deux centrales à charbon (Saint-Avold et Gardanne), et deux centrales au gaz  qu’il a  prévu de revendre à Total pour compléter le dispositif que le pétrolier a désormais  à sa disposition avec le rachat de Direct Energie. Et le magnat tchèque compte  bien réaliser à cette occasion une belle plus-value. Comme dit l’autre, tout cela ne peut pas  se faire sans l’Etat !

Deux  poissons pilotes  à  la manœuvre.

Le premier à apparaitre dans le décor, c’est Denis Olivennes. Celui-ci avait reçu d’Emmanuel  Macron, à l’été 2017, une mission sur l’audiovisuel  public, qu’il  voulait discrète. Les deux hommes se connaissent bien et l’ancien directeur du Nouvel Obs  est sur la même ligne que le Président, qu’il  a connu dans le think tank « En temps réel » créé par le banquier Stéphane Boujnah. Il connait bien d’autres piliers de la Macronie, tel Gilles Legendre qu’il a embauché en 2002 comme directeur de la communication de la FNAC dont il est alors Directeur général. Donc, en septembre 2017, Macron, pour le convaincre d’accepter la mission qu’il  lui confie, lui a fait  miroiter la tête de France Télévisions, ce qui tombe à pic pour le journaliste qui a été débarqué d’Europe 1 en avril. Mais il  est trop bavard et le projet est abandonné. Au printemps 2018, c’est  pourtant avec lui que Daniel Kretinsky négocie le rachat des titres de Lagardère et c’est encore lui qui le présente à Yves de Chaisemartin, PDG de Marianne au moment où il cherche à vendre sa participation majoritaire dans ce titre. Enfin,  c’est encore Olivennes qui rencontre les conseillers du président pour expliquer les différents rachats du Tchèque dans la presse française. Et à l’automne il est encore à  la manœuvre pour préparer la suite, l’opération « Le Monde ». Logiquement, en janvier 2019, il est nommé à la tête de la filiale française de CMI (Czech Media Invest), la holding presse de Daniel Kretinsky. 

Le second,  c’est Etienne Bertier. Cet ancien journaliste passé par L’Expansion, Libération et Le Point,  a quitté la presse en 1993 pour des activités plus politiques, notamment derrière Alphandéry, avant d’atterrir à la CDC (tiens, encore elle, décidément,  le  monde est petit). Il  y prend les rênes d’Icade, la  filiale immobilière de la Caisse,  ce qui lui vaut de nouer des liens avec un certain Gleeson, gendre du milliardaire rouge Doumeng,  et ami d’Alexandre Djouhri. Début 2007, Bertier quitte Icade et devient consultant à Bruxelles  dans le domaine de  l’énergie.  C’est là qu’il fait connaissance avec Kretinsky : ils ne se quitteront plus. Le  Français est semble-t-il pour beaucoup dans l’ascension fulgurante du Tchèque. Bertier est d’autant plus utile qu’il a de solides relations dans la Macronie.  On peut citer Dominique Marcel, patron d’une filiale de la CDC, la  Compagnie des Alpes, et sa directrice générale n’est autre qu’Agnès Pannier-Runacher dont on sait qu’elle est devenue en octobre 2018 Secrétaire d’Etat auprès de Bruno Le Maire. Il peut s’appuyer également sur Augustin de Romanet, patron d’ADP. Bref, c’est Bertier qui négocie le rachat des parts de Matthieu Pigasse dans Le  Monde. Les  deux se disent en effet « amis de trente ans » et au coeur de cette amitié il y a « Icade »*!  Sur les dossiers énergétiques, c’est Etienne Bertier qui rencontre régulièrement les conseillers économie et énergie de l’Elysée. Et dans le « big-bang » de l’énergie voulu par Macron, l’énergéticien tchèque semble avoir toute sa place. Voilà néanmoins un petit monde où l’on croise toujours les mêmes (cf. ci-dessous*) !

Un silence qui en dit long.

L’Elysée se tait sur l’arrivée pourtant on ne peut plus voyante de Daniel Kretinsky  dans le paysage français. Le ministre de la Culture, Frank Riester a fait le service minimum devant l’émoi des journalistes et de la rédaction, suscité  par l’arrivée de ce nouvel actionnaire au journal Le Monde : « la question d’un actionnariat étranger sur des grands titres français est une question importante ! » déclare-t-il sans aller plus loin. Peut-être qu’au « château » on n’est  pas  mécontent de cette nouvelle emprise sur un journal qui ne se prive pas  de  divulguer des informations déplaisantes comme dans l’affaire Benalla.  On comprend  pourquoi le soutien inconditionnel Xavier Niel  ne semble  pas apprécier l’arrivée de ce nouveau venu, qui, de plus, vient de racheter les parts (20%) que l’espagnol Prisa a dans Le Monde, et garde la possibilité d’acquérir à tout moment l’intégralité restante des parts de Matthieu Pigasse, ce qui serait une réelle  prise de contrôle du quotidien. De  son côté,  Kretinsky joue l’apaisement,  dénonce la campagne qui le présente comme un suppôt de  Moscou, se présente comme un amoureux de la France et de sa langue qu’il parle  parfaitement, et comme un europhile convaincu. Il justifie son investissement dans les médias qu’il considère comme une mission démocratique face à la  montée des populismes. Un vrai macroniste quoi !

*Icade  dont  le CA de 2007  est composé d’Augustin de Romanet, Serge  Grzybowski, Edmond Alphandéry, Dominique Marcel, Agnès Pannier-runacher, Thomas Francis Gleeson, Thierry Gaubert.

 


MA REVUE DE PRESSE COMMENTEE

Presse

 

Le monde comme il va …

Les nuages sur l’économie.

Les mauvais signes continuent de s’accumuler. La croissance continue de s’affaiblir dans la zone euro et l’inflation ne fait pas mieux, à son plus bas niveau depuis 18 mois (entre 1,1 et 1,3%) très loin de l’objectif de la BCE (2%). L’Italie est au bord de la récession, et l’atonie a gagné , après l’Allemagne, la France et l’Espagne. LA Fed américaine s’est résignée à baisser ses taux pour soutenir elle aussi une croissance qui fléchit. Du coup les investisseurs sont inquiets , notamment à cause des tension commerciales  entre la Chine et les USA, et l’or redevient une valeur-refuge : c’est la nouvelle « ruée vers l’or ». Les cours flambent à près de 1 500$ l’once. Quant au Royaume-Uni, après les annonces de Johnson, il plonge nettement, monnaie et récession (- 0,2%) !

Effets désastreux du protectionnisme.

Le tour belliqueux que prennent les relations sino-américaines nous met à la merci du moindre dérapage, compte-tenu du caractère imprévisible des réactions de Trump déjà en campagne électorale, avec à la clé le chaos sur les marchés financiers. Les effets de la confrontation sont mesurables sur le commerce, l’investissement et la croissance. Le protectionnisme brandi par Trump n’a pas protégé l’industrie, les emplois ni le pouvoir d’achat US. La démonstration est faite qu’il est inopérant dans une économie largement mondialisée, interconnectée où tout le monde est client, fournisseur et créancier tout-à-la fois. Ce sont les producteurs et les consommateurs qui paient les pots cassés. Le plus grave c’est que l’Europe est totalement inexistante et si elle ne se réveille pas, c’est la Chine et les Etats-Unis qui se partageront le monde… sur son dos.

L’hydre islamique.

Serait-on revenu 20 ans en arrière ? Un attentat à la voiture piégée a fait 14 morts à Kaboul … En 2018 près de 4 000 civils ont été tués à travers le pays, dont 1 500 au mois de juillet. Pourtant les talibans mènent des pourparlers avec les Etats-Unis. En Irak et en Syrie les combattants de l’E.I. harcèlent les troupes, profitant  des divisions entre arabes et kurdes. Une guérilla classique qu’ils savent mener, avec son cortège d’embuscades, de mines et d’assassinats. Le feu mal éteint continue de couver. On n’en aura jamais fini, mais qui les finance ?

Le climat.

On ne peut écarter les rapports du GIEC et en même temps on n’est pas obligé de plonger dans les délires des apôtres de la décroissance. Le réalisme veut que rien ne se fera de crédible contre les entreprises, le libre-échange et la capacité d’innovation du secteur privé. Le monde libre est le meilleur allié du défi environnemental, ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas réguler le capitalisme. C’est le monde libre qui aujourd’hui héberge les pays qui font le plus d’efforts pour diminuer leurs émissions, grâce à  leur capacité d’innovation permanente. Les démocraties dites « illibérales » n’ont pas montré jusqu’à présent le même volontarisme.

Repentance.

Le summum de la repentance autoflagellante a été atteint pas l’actrice américaine Rosanna Arquette qui s’est dite « désolée et dégoutée d’être née blanche et privilégiée, avoir honte de sa nature … ». Jusqu’où ira-t-on ? Ce pays va décidément très mal, perdu entre ce genre de mentalité et les fusillades !

Et en France…

Rénovation énergétique.

Le gouvernement va mettre un sérieux tour de vis sur les aides énergétiques, faute de moyens. Il va donc revoir le dispositif. Il y a une catégorie de population qui n’y aura plus droit. Vous ne savez pas laquelle ? Eh bien je vais vous le dire : le crédit d’impôt transition énergétique devrait disparaître en 2020 pour les... 20% de ménages les plus aisés ! Oui, oui, encore eux, toujours la même catégorie.

Sécheresse.

Avec les épisodes de canicule, la sécheresse sévit dans beaucoup de régions de France. Et notre territoire, avec ses 17 millions d’ha de forêts, est très vulnérable. Et bien malgré tout, 2019 n’aura pas été une année catastrophique en matière de surfaces boisées brûlées : 3 900 ha, un peu plus que les 3 000 de 2018, mais nettement moins (pour l’instant)  que les 19 700 ha de 2017, année noire. L’absence relative de vent est un élément d’explication. L’utilisation des drones et une organisation toujours plus perfectionnée de la surveillance en est un autre. Cela n’empêche pas qu’on doive déplorer, malheureusement, la mort d’un pilote d’avion-pompier. On oublie aussi que si les sinistres sont plus rapidement circonscrits c’est grâce à leur talent et à leur bravoure.

Progrès ?

A Angers, Casino ouvre un hyper sans personnel le dimanche après-midi, ce qui lui permet de contourner l’interdiction d’ouverture après 13H. L’enseigne de M. Naouri  inaugure donc les « hyper automatiques », et a choisi Angers pour expérimenter le dispositif. Néanmoins, une ouverture partielle parce que des rayons ne pourront offrir le service habituel : vins, alcools, boucherie… seront fermés. Une percée qui pourrait déboucher sur des ouvertures 24H sur 24. Angers, ville connectée ! Bon, apparemment l’expérience n’emballe pas le maire Christophe Béchu.

Asile.

Pour une fois, on applaudit : la France va accueillir 31 femmes Yazidies et leurs enfants, victime en Irak de l’EI qui les avait mises en esclavage. Cela porte à 75 le nombre de familles Yazidies arrivées en France depuis 2018. C’est peu, mais c’est déjà ça. C’est mieux que de rapatrier des djihadistes dans la plus grande discrétion.

Gafa.

On le sait, la France, faisant cavalier seul, a voté une taxe de 3% sur les revenus des Gafa réalisés en France. On pensait que ça n’était que justice. En fait, la mesure ne servira à rien. Amazon va répercuter les 3% sur ses prestations. Autrement dit c’est encore le cochon de payant qui va être sanctionné. Sauf que Trump a été furieux et a menacé de taxer notre pinard. En plus, on n’évitera peut-être pas les mesures de rétorsion. Mais comment soigner la myopie de M. Le Maire ?

 


LE CAFE DU COMMERCE EN CONTINU…

Chaines d'info en continu

 

Baratin H24.

Pas une pour relever l’autre. Les chaines d’info en continu,  BFMTV, CNEWS, LCI… occupent l’espace  médiatique à longueur de  journées, ressuscitant le bon vieux café du commerce. Les tables rondes qui s’enchaînent avec à peu près les mêmes abonnés chaque jour, sont censées nous informer   en temps réel et dans le détail du moindre événement qui se passe sur la  planète. Sont  convoqués  alors les spécialistes et les  experts pour éclairer notre lanterne et nous permettre de comprendre le pourquoi du comment, sur fond d’images qui se répètent en un insupportable bégaiement. Mais on y apprend bien peu de choses, car ces intervenants n’ont bien souvent que  leur avis discutable à nous proposer et encore faudrait-il qu’il soit documenté, ce qui est rarement  le cas. J’en ai fait le constat sur des sujets bien précis que je connais bien.  Et si un « invité » a l’outrecuidance d’émettre une hypothèse ou un jugement différent, il  est aussitôt  rembarré et disqualifié en mots parfois crus. Les débats  s’éternisent et tournent en rond car il faut tuer le temps à tout  prix. Alors ça baratine et refait le monde, comme  on le faisait autrefois derrière le comptoir du café du coin, quand l’ingénieur de chez Citroën côtoyait l’employé de bureau  et la concierge devant un verre de côtes du Rhône (vécu).

Priorité au futile.

Si encore les sujets en valaient la peine. Il suffit de lister ceux qui ont été  abordés récemment  pour s’apercevoir qu’on se contente  de suivre la plus  banale des actualités. On se demande alors si informer  est vraiment le but, il s’agirait plutôt de distraire. Qu’on en juge : on a enduré « l’affaire des homards rugissants » pendant deux semaines pour enchaîner sur la tenue de Sibeth N’Diaye suite à un tweet de Nadine Morano forcément raciste, puis il a fallu se gaver jusqu’à plus soif de la venue de Greta Thunberg à l’Assemblée nationale à cause de quelques députés qui ont osé dire qu’ils avaient autre chose à faire, et « the last but not the least » le scandale des « podiums du tour de France » … Sans oublier la canicule objet d’adoration pour cause de preuve irréfutable du réchauffement climatique, notez que les mêmes ou leurs prédécesseurs disaient déjà la même chose en 2003, avec les mêmes prophéties. A côté de ça, on a eu droit  à une simple citation pour la désignation de Ursula Von der Leyen à la tête de la Commission européenne, événement pourtant autrement plus important. Mais ces médias se contentent trop souvent de choisir des sujets faciles qui ne touchent qu’à la surface des choses, qui permettent d’exploiter facilement l’émotion ou de surfer sur l’indignation collective. Le futile prime sur l’essentiel mais ce n’est  pas  sans conséquences.

Abrutissement collectif garanti.

Il conviendra de commencer par affirmer que, même dans le  superficiel, ces chaines d’information sont orientées. Elles puisent leur énergie inépuisable dans le façonnage de la « société progressiste ».  Car les commentateurs, à défaut d’être experts, sont tendancieux et choisis pour ça. S’il arrive qu’un sujet important arrive au débat, par exemple  le projet d’ouverture de la PMA aux couples d’homosexuelles, il  convient que l’échange soit « apaisé » ce qui se traduit par « que tout le monde dise la même chose », car, le progrès étant une évidence, il ne se discute pas. En témoigne l’échange sur LCI entre Ludivine de La Rochère  et Maurice Szafran de Marianne, ce dernier reprenant vertement son interlocutrice sur ses positions « idéologiques » (donc  méprisables), comme si les siennes ne l’étaient pas !  A quoi bon inviter la présidente de la « Manif’  pour Tous », sinon pour la diaboliser évidemment…  Dans ce contexte, l’échange d’argument n’a plus lieu d’être. L’invective, l’insulte, la haine, se substituent à la discussion. L’indignation remplace  la  contradiction et occulte le vide des idées ou  l’insuffisance de la réflexion. Comme on le voit trop  souvent, ces pratiques  débouchent facilement sur le lynchage  médiatique avec  comme cible, comme par hasard et de préférence, un politique. De Rugy est le dernier à en avoir fait l’expérience, mais combien d’autres avant lui ?

La démocratie est la grande perdante.

Nous sommes tous sous le coup de la  « nouvelle inquisition », celle de Twitter, haut lieu de l’indignation sélective et de l’étalage de l’absence de culture, mais grand fournisseur de sujets. Le laconisme permet toutes les émotions et évite les arguments. Ainsi la vie politique est-elle ballottée  entre le futile et l’anodin, pour nous empêcher de voir des logiques à l’œuvre qui sapent les fondements  de notre démocratie : présidentialisme excessif, affaiblissement du Parlement, mise en cause de  la liberté d’expression, stigmatisation de personnalités dites « sulfureuses », psychiatrisation des avis divergents dont les protagonistes seraient « hystériques », mépris du peuple et de ce qui serait « populiste »…  Cette intelligentsia libertaire, majoritaire dans les médias, est au service des lobbies « progressistes », au premier rang desquels le lobby LGBT (là c’est certain, je vais être catégorisé immédiatement comme homophobe).  

Bienvenue dans le « nouveau monde », si tant est qu’il existe étant à bien des égards tellement pire que l’ancien. Après, on s’étonne que les gens n’aillent plus voter.

 


LIBERALISME : DE QUOI PARLE-T-ON ?

Liberalisme

Les observateurs de la vie économique ont coutume de dire que Macron pratique une politique libérale, là où personnellement je ne vois qu’une politique de gauche classique, essentiellement keynésienne pour le volet économique et libertaire pour le volet  sociétal. La  confusion vient de ce que, en effet, le libéralisme  n’est plus ce qu’il était. 

Le néolibéralisme.

Dans sa  conception de  l’économie, il a muté sous  l’influence de théoriciens  tels que Zygmunt Bauman, en idéologie de la mondialisation et dans sa conception politique en défense de la « société  liquide ». Ce néolibéralisme et le  progressisme social qui l’accompagne forment désormais ce que beaucoup entendent par « libéralisme ».

Ce néolibéralisme économique pour lequel seul compte l’échange qui « crée de la  valeur » débouche sur un libre-échangisme débridé qui ne tient pas compte des hommes et des territoires qui produisent les  marchandises,  ce qui justifie les réticences de nombre de députés  LR sur le contenu du Ceta. Il s’accommode de la vision keynésienne ce qui explique l’adhésion qu’il remporte  auprès de nos énarques technocrates, l’Etat  n’étant qu’un levier pour relancer  la consommation, rarement  pour réguler les échanges. L’essentiel est que ne soit pas contrarié le  « laisser-faire » dogmatique et ravageur. De son côté, le progressisme sociétal  qui considère que tout ce qui est techniquement possible  doit être réalisable, traduit une vision désincarnée de l’Homme, de sa naissance (GPA, PMA) à sa  mort (euthanasie), puisque seuls comptent les désirs individuels travestis pour l’occasion en « droits nouveaux ».

Force est de constater qu’une partie de la droite a suivi cette pente néolibérale, probablement par  méprise, plus certainement par attrait du pouvoir. Mais ce qu’elle  ne voit pas, c’est que cette dérive du libéralisme, venue des Etats-Unis, met en danger la démocratie libérale et les valeurs occidentales, et a réduit à néant le triomphe qu’elles avaient obtenu sur le communisme et l’idéologie soviétique. Ce "néolibéralisme" doit être combattu.

La pensée libérale classique.

La droite ne doit pas se laisser  prendre au piège. Elle peut, comme certains le prônent en réaction, proposer de privilégier le modèle étatiste, jacobin ou bonapartiste, interventionniste, et plutôt fermée au libre-échange,  qui a toujours animé une de ses principales composantes.  Elle ne peut pourtant pas s’abstraire de sa part de responsabilité dans la désindustrialisation, l’appauvrissement des classes moyenne et modeste, ayant été aux affaires suffisamment longtemps.  On voit bien que l’extension sans fin du domaine de l’Etat et en parallèle des impôts, n’a conduit qu’à gérer le déclin.

Le  moment est  venu de renouer avec le libéralisme classique car lui seul  permettra d’initier les  politiques nécessaires pour conjurer les totalitarismes  de notre temps, le péril islamique, et conforter  notre modèle politique. Car il conçoit la  liberté et son exercice dans des cadres établis toujours respectables : la nation, l’Etat de droit, la famille, et sur le plan culturel la conception occidentale de l’anthropologie.

Il faut donc faire  confiance à la liberté, en l’enracinant encore plus profondément au coeur du fonctionnement de notre société, il faut promouvoir l’initiative en la décentralisant, il faut protéger nos concitoyens en fixant les limites indépassables sans lesquelles triomphent la démesure et le « no   limit ».

C’est  la démocratie de la mesure : politique, économique, sociale, environnementale, culturelle, fondée sur la raison. Produire sur place ce qui peut  l’être dénote d’une vision du monde et des relations entre les hommes, une manière d’être qu’il faut absolument remettre au goût du jour. Car c’est  une démarche qui s’inspire d’une anthropologie prudente et humaine, dans laquelle l’homme n’y est pas un isolé.  Il ne s’agit nullement de plonger dans la caricature du protectionnisme ou de l’archaïsme. Le  libéralisme bien compris est ouvert au libre-échange dans le cadre d'une réciprocité  et de règles identiques pour les partenaires. Au-delà, Rappelons-nous simplement que la démocratie est mortelle, et la « libérale » plus fragile que les autres. Ses quatre piliers sont le développement économique et social, l’Etat de droit, le  primat de la  modération sur  l’extrémisme, l’adhésion des citoyens à la liberté politique.  C’est permettre aux citoyens de reprendre le contrôle de leur destin par la raison, la  responsabilité et la défense résolue de la liberté. Toutes les composantes de la droite peuvent se retrouver sur ces piliers.

Il existe une différence de fond entre le néolibéralisme, libre-échangiste, qui compte sur le ruissellement des capitaux par le haut pour irriguer l'économie alors qu'il  ne fait qu'alimenter la sphère financière et la spéculation qui va avec, et le vrai libéralisme qui consiste à donner aux entreprises les moyens de produire la richesse par le bas. Ainsi s'expliquent les lois néolibérales votées par Macron : suppression de l'ISF et flat tax. Ainsi s'expliquent les revendications des Républicains de baisse des charges et des dépenses publiques.

C’est la démocratie libérale, par ses valeurs, son équilibre entre l’individu et le collectif, qui nous protégera de l’écologisme radical comme elle nous a protégés hier du totalitarisme  soviétique. C’est encore elle dont les principes permettent de combattre le fascisme  islamique : il suffit de les  appliquer.  Ce que les néolibéraux ne font pas, à l’image d’une Assemblée nationale qui se couche devant l’infantilisme apocalyptique d’une Greta Thunberg.

 


MIGNONNE ALLONS VOIR SI LA ROSE…

Podium du tour

 

La sortie de Fatima Benomar qui demande qu’on retire les  jeunes filles qui remettent les bouquets sur le podium du Tour de France, au nom du féminisme, me  fait bondir.

C’est un rituel incontournable, à la fin de chaque étape de la Grande Boucle : les gagnants du jour grimpent sur le podium, accueillis par deux élégantes jeunes femmes qui les aident à enfiler leur maillot avant de conclure par une bise sur la joue. Tradition sexiste ?  Il  y a bien assez à faire  avec le voile islamique et la burqua, sans parler du scandale de l’excision,  autrement dégradants pour la condition des femmes.  Mais surtout quelle méconnaissance de notre culture  qui puise  ses racines dans le monde gréco-romain. J’ai envie de crier : « A moi Praxitèle ! ». Oui, nous avons hérité du culte de la beauté que  les Grecs puis les Romains ont sacralisée avec la plastique féminine. Faudra-t-il retirer de nos musées les statues grecques et romaines qui les peuplent ?  Faudra-t-il censurer la « Naissance de Vénus », chef d’œuvre de Boticcelli ? Faudra-t-il renoncer aux défilés de haute couture,  animés  par des mannequins triés sur le volet ?  Faudra-t-il renoncer  à élire nos « miss quelque chose » à commencer par « Miss France » ? Et que dire de « l'origine du monde » de Courbet, avec  son gros  plan sur le sexe féminin !!!  Les Grecs et les  Romains avaient le culte du beau et nous ont transmis le  goût  pour l’esthétique dont le corps féminin est devenu le symbole. 

Plus près de nous la geste « courtoise »,  qui a codifié les relations entre les femmes et les hommes, à travers la « courtoisie » qui permettait et permet encore je l’espère, de reconnaitre un homme « bien élevé », nous rappelle l’attention que les hommes doivent porter aux femmes, à commencer par le respect…  Alors oui, il y a un métier qui consiste  à être « hôtesse ». Dans notre culture, une jolie femme est une façon de mettre en valeur un événement. C’est une tradition,  et il n’y a là aucune discrimination, mais plutôt une admiration qui se perpétue. Il n’y a que dans les cerveaux malades  que peut prospérer l’idée d’une ségrégation, à  moins que ce ne soit l’expression d’un égalitarisme forcené. Une telle interprétation ne peut reposer que sur une culture lacunaire et l’ignorance.  Fatima Benomar devrait réserver ses forces pour lutter contre l’obscurantisme  où il y a beaucoup à faire par les temps qui courent.

Pour ma part, je continuerai de célébrer la Femme comme « l’avenir de l’Homme » , comme le chantait Jean Ferrat et je garderai en référence le  poème de Ronsard : « Mignonne allons voir si la rose … ». Je déplore que dans notre classe politique,  personne n'ait pensé à rappeler  ces fondamentaux et l'on a dû supporter en plus les inepties de Mme Schiappa.

Non mais !

 


L’HOMME VRAI FACE A L’HOMME ARTIFICIEL

Humanoide

 

« Etre de son temps… »

Il faut être  « progressiste », sinon vous êtes définitivement ringards !   Etre progressiste, c’est faire  du progrès, conçu aujourd’hui comme une sorte de fourre-tout qui remplace le concept par le  jugement ex-abrupto, ce progrès qui se contente de ce qui paraît mieux, le principe de toute  évolution. Il s’exprime préférentiellement par le tweet et se contente de  la  pensée approximative, remplaçant par un gloubi-boulga insupportable toute référence un peu philosophique ou approfondie sur la nature même de l’être humain. Si la  science ou la technologie « permet », alors  c’est le  « progrès »,  cela ne se discute même pas. L’autre moteur du progressisme, c’est la  fuite en avant des droits individuels, ce que certains ont appelé la  génération « j’ai le  droit », particulièrement en vogue. Au nom de ce principe on énonce des égalités  qui n’en sont pas, et on revendique ensuite le  « droit de  les satisfaire ». C’est une conception purement matérialiste de  l’Homme, elle débouche sur les projets  progressistes que sont le transhumanisme, la  PMA sans père  et sa cousine la GPA, l’euthanasie-suicide, quand ce n’est pas l’antispécisme… La morale, l’éthique ? Des mots d’un autre temps ! Ainsi, notre ami Geoffroy Didier balaie le questionnement sur la PMA  de  cette  expression aussi vide que creuse : « il faut être de son temps » !  Personnellement,  je juge  cette  attitude et la réflexion qui l’accompagne pitoyables !  Ce mouvement qui fait penser à de la repentance pour s’adapter au monde, et gagner ainsi des voix, témoigne d’une conception bien méprisable de l’engagement politique. Si pour « être de son temps » il faut renoncer à avoir des convictions  profondes, alors c’est triste, mais c’est surtout effroyable,  parce  qu’au bout, on discerne la fin de la nature humaine.

Une conception de  l’Homme.

J’ai la faiblesse de penser que les valeurs d’une société dépendent de la conception que l’on se fait de l’être humain. La question de son essence même n’entre  pas dans le champ des programmes  politiques. Elle n’est pas une option ou un choix. Pour  moi, elle est de nature intemporelle et n’a  pas de rapport avec  les cadres habituels du débat politique. Je ne peux  me résoudre à réduire l’être humain à un simple assemblage de cellules, sans parler de la  dimension intérieure qui l’anime et le  relie à autrui. La solution aux problèmes du genre humain n’est certainement pas d’en changer la nature anthropologique.  Qui ne voit que ce que l’on propose aujourd’hui sur la filiation, la maladie et la  mort n’est rien d’autre qu’une « artificialisation » de  la nature humaine,  traité  en objet et non en sujet. On s’apprête à nous imposer la PMA sans père  qui sera inévitablement suivie de  l’adoption de la GPA au nom du sacro-saint principe d’égalité. D’ailleurs dans quelques années, on n’aura même  plus besoin ni d’homme ni de femme pour procréer : tout se fera par fécondation in vitro dans un utérus artificiel… sans se  poser la question de la nature de l’être ainsi créé. Je trouve bien triste de vouloir effacer des siècles de littératures, de débats philosophiques sur l’Homme et sa  place  dans le monde. Exit Platon et Saint-Augustin, aux orties Sénèque et Aristote, à la poubelle  Descartes et son raisonnement, et comment oublier  les  apports de Diderot, Montesquieu, Hegel, Tocqueville, Blaise Pascal et ses « paris »,  Jean d’Ormesson et son « qu’est-ce que je fais là ? »…   Là, pourtant, se trouve encore la clé de l’humanité. Et  le grand malheur des « pédagogistes » c’est d’avoir  contribué à les faire  oublier. S’adapter au monde, c’est  les relire, sans cesse, toujours et encore. Là est le salut. Car  « le progrès » n’a  jamais résolu  la question du « sens » et s’il peut modifier nos vies matérielles, par la « soif d’avoir » le plus souvent, il  ne peut pas grand-chose pour nos âmes. Faire de la politique, c’est aussi s’astreindre aux questionnements fondamentaux qui sous-tendent depuis toujours les choix idéologiques de nos sociétés, ce que manifestement Marlène Schiappa ne fait pas, et que le « progrès » ne doit pas nous faire oublier. Un peu de transcendance ne ferait pas de mal, que diable !

 

 


ET LES LUMIERES DANS TOUT ÇA ?

Foulard islamique

L’affaire n’est pas anodine comme certains communautaristes déguisés en défenseurs de la laïcité tentent de nous le faire croire. Le débat sur le port du voile (foulard serait  plus exact)  relancé  par l’initiative commerciale de Décathlon, revient dans l’actualité avec toujours le même argument en boucle : nous n’avons pas à nous immiscer dans le choix vestimentaire de tout un chacun. Présenté sous cet angle-là, cela paraît effectivement puéril. Mais ce n’est pas  de ça qu’il est question. On appelle foulard islamique, le foulard qui détoure le visage et cache complètement la chevelure. On sait qu’il n’est  pas religieux, mais les islamistes en fond un étendard politique. Le foulard islamique est bien autre chose qu’un simple vêtement et le comparer, comme l’a fait Aurélien Taché à un serre-tête qu’auraient porté les jeunes enfants de Marie,  c’est commettre une faute énorme de la part d’un député de la République.  Car il s’agit bien, de la part de celles qui ont décidé de le  porter, consentantes ou par obligation, d’afficher une volonté  politique qui va à l’encontre des valeurs de la République, notamment celle qui édicte l’égalité entre les femmes et les hommes.

Le débat ne se situe pas sur le plan vestimentaire.

Ce n’est pas la question du simple port d’un vêtement qui est posée, mais bien celle des rapports entre notre civilisation occidentale et l’interprétation la plus étroite de l’Islam. Il y a une trentaine d’années, les chefs d’établissement interdisaient la mini-jupe ou le pantalon pour les filles, au nom des usages en vigueur à l’époque. L’usage impose encore aujourd’hui quelques règles de politesse comme se découvrir pour saluer (de moins en moins) ou entrer dans certains lieux, dont l’école fait partie. A ce  sujet, sur le plan strictement vestimentaire, si l’on accepte une exception pour le « foulard », rien ne permettra plus alors de s’opposer à la casquette sur l’oreille ou d’autres accessoires moins anodins. Et de ce point de vue, l’école reste un des rares endroits où se fait l’apprentissage de la politesse et des usages. A l’école, et encore plus en classe, quelle que soit sa forme, il est contraire aux usages. Le foulard islamique, dans la rue, pas plus que la kipa ou le turban hindou, personne ne songe à l’interdire tant qu’il se limite au fichu posé sur la tête,  mais on voit aujourd’hui apparaître des formes beaucoup plus austères qui flirtent avec la provocation : la sorte de « cagoule » proposée par Décathlon en fait partie.

Le débat ne peut se situer que sur le terrain des valeurs.

D’abord, une précision : ne confondons pas le foulard avec le  voile qui est le tissu  qui cache le visage. Pour ce dernier, le  cas  est tranché par la loi : son port est interdit. Ce qu’on essaie de nous imposer avec le foulard islamique, quand il ne laisse apparaître que le visage, comme avec le burkini,  c’est une obligation associée à une morale et une pratique sociale toutes deux incompatibles avec nos valeurs. Rappelons que le foulard islamique est le symbole ostentatoire d’une condition féminine inacceptable pour nous, instituant l’inégalité avec l’homme par la soumission de la femme : la femme stérile répudiée, la femme adultère punie de mort, le témoignage de l’homme qui vaut celui de deux femmes, la soeur qui n’obtient que la moitié de la succession dévolue à son frère, le mariage mixte interdit, la polygamie autorisée… Nous avons le devoir de ne pas l’ignorer. C’est là sa vraie signification. L’affirmation de leur « islamité » par les jeunes filles ne s’arrête pas à cet accessoire vestimentaire. Elle s’accompagne généralement de contraintes supplémentaires telles que l’interdiction de suivre les cours de sciences naturelles, d’éducation physique ou de musique, voire même de s’adresser au professeur si celui-ci est de sexe masculin. D’où le mutisme de certaines filles en classe  que les professeurs ne comprennent pas toujours.

Un « voile »  sur les « Lumières » ?

Tolérer le foulard islamique, c’est renier le « siècle des lumières ». Depuis le XVIIIème siècle, l’individu européen a conquis une à une toutes ses libertés. Cette remise en cause devenue permanente, à laquelle l’église catholique s’est elle-même adaptée, a permis la proclamation puis l’application progressive des « Droits de l’Homme ». C’est au nom des Droits conquis que nous avons le devoir de lutter contre toutes les atteintes aux droits élémentaires de la personne. Comme le dit Alain Finkielkraut : « ou les hommes ont des droits, ou ils ont une livrée… ». De peur de paraître intolérants avec les musulmanes « on les confond avec la livrée que leur a taillée l’Histoire ». Voilà le piège : sous prétexte de droit à la différence, on voudrait imposer sur notre sol un apartheid. Ces musulmanes devraient savoir que les lois de la République s’imposent à tous et qu’elles ne sont pas toujours compatibles avec celles édictées par leur coutume. Les respecter est un devoir pour chaque citoyen et impose des comportements : il n’est pas possible de remettre en cause ce qui touche aux fondements de notre Constitution, au nom des pratiques d’une religion. La France est d’abord un état laïc. Ce débat,  je l’ai eu avec mon petit-fils qui a vingt ans. Le fait que la France soit porteuse de valeurs « universelles » lui échappe totalement, comme cela  échappe à Aurélien Taché. Une génération à laquelle on a oublié de transmettre l’essentiel et qui a pris le raisonnement à la mode : celui du relativisme. C’est la  France qui porte la « déclaration universelle des  Droits de l’Homme et du citoyen ».  Cela nous impose des devoirs face au reste du Monde.

Céder serait catastrophique.

Ce serait donner aux partisans d’une certaine pratique de l’Islam les moyens de renforcer leur oppression intellectuelle sur la communauté musulmane. Comme me disait une jeune « beur » : « n’oubliez jamais qu’une jeune fille musulmane vit sous le regard permanent de sa communauté et que cela suffit à la persuader de faire autrement qu’elle le souhaiterait ». Et de fait, depuis quelques années, le port du foulard islamique se fait de plus en plus fréquent et de plus en plus jeune. S’il ne faut pas obliger toute personne d’origine étrangère à calquer sa conduite sur notre façon d’être, il est possible tout de même de dénoncer cet aspect de la tradition islamique, sans pour autant vouloir détruire sa culture. D’autant plus qu’il s’agit d’une interprétation la plus étroite de l’Islam, issue du Wahabisme, contre laquelle les femmes luttent dans beaucoup de pays musulmans.

Les minorités religieuses doivent pouvoir exister à condition que celles-ci soient constituées d’individus libres et égaux. Il nous appartient de faire en sorte que ces deux conditions soient toujours remplies.

 

 


LES RAVAGES DES PEDAGOGISTES

Orthographe chat

Ce que j’ai lu hier dans le journal   me glace d’effroi, mais je n’en suis pas étonné.  Ainsi, « la  maîtrise du français est devenue un défi majeur pour nos entreprises » !  Ainsi 78%  des  Français admettent faire des fautes d’orthographe, de conjugaison,  de grammaire  et, plus grave, de syntaxe,  c’est-à-dire de construction des phrases. Beaucoup de nos concitoyens ne mesurent pas les  conséquences de ces carences et pourtant, 52% des  DRH avouent avoir écarté une candidature à cause d’une mauvaise expression écrite et 92% pensent qu’une mauvaise expression écrite de certains salariés  peut nuire à l’image de l’entreprise,  mais seulement 12% des actifs pensent que leur carrière a été freinée par leur niveau en expression écrite. Et combien d’inconscients ? Triste bilan. Il a une explication.

L’enseignement avant les années 90.

J’ai passé la  plus grande partie de ma carrière à enseigner notre langue selon un schéma presque immuable, excepté le rétrécissement  progressif du nombre d’heures hebdomadaires qu’on devait lui consacrer : de 7H (avec une heure dédoublée)  dans les années 60 dans une classe de 6ème à 4H en 2003. Un déficit de  près de 50%. Pourtant dans le même temps, on nous serinait déjà le sempiternel  refrain de mettre l’accent sur les  « savoirs fondamentaux » ! Alors qu’on faisait le contraire. L’enseignement du français c’était par semaine: une heure de « lecture expliquée », une de « lecture dirigée » d’une œuvre au programme, une « d’orthographe »,  une de  « grammaire-conjugaison » et deux de « rédaction ». Cela permettait d’avoir un enseignement didactique bien identifié ce qui permettait d’être structurant et méthodique. Je pense encore aujourd’hui que cela était un « confort » pour les élèves qui avaient toujours besoin de repères, surtout au collège.  Il m’arrive encore de rencontrer, près de 25 ans après, des élèves qui me remercient pour les  efforts que je leur demandais à l’époque dans l’apprentissage de notre conjugaison, pour laquelle j’étais intraitable. Ce  n’est qu’un exemple parmi bien d’autres témoignages. J’ai eu la chance d’enseigner avec  les beaux textes de nos grands auteurs,  de faire apprendre des récitations telles que les fables de La  fontaine, des poèmes de Jacques Prévert, des passages de  Corneille, Racine, Molière, la tirade du nez de Cyrano,  sans oublier Victor Hugo, évidemment.

La déconstruction de l’apprentissage du français.

Au milieu des années 90,  les « pédagogistes » ont pris le pouvoir dans le Ministère de la rue de Grenelle. Les « docteurs » ont alors imposé un enseignement non plus par discipline mais par  « séquences » que je qualifiais à l’époque de « fourre-tout » où ,  à partir d’un thème et de quelques textes, on faisait au gré des rencontres un peu de grammaire ou un peu d’orthographe, un peu de syntaxe. L’explication de texte devenait « analyse actancielle » : inutile d’entrer dans le détail. Il y avait  le versant du « sachant » et celui de « l’apprenant ». Le  langage « éducnat » connut ses heures de gloire. Il devenait ringard de faire apprendre par cœur : plus de conjugaison, plus de récitation… Sur l’emploi du temps hebdomadaire, il n’y avait plus que la mention « français ». J’ai très vite observé que ça ne marchait pas, et, n’ayant plus rien à attendre de ma carrière à quelques années de la retraite, j’ai continué à appliquer mon découpage et mes méthodes, en les « habillant » de pseudo-séquences. J'ai continué  à faire de la conjugaison systématique et à faire apprendre des récitations et pire, des dictées hebdomadaires ! D’ailleurs un enseignant célèbre raconte dans un de ses livres, « Le Portique »,  qu’il avait fait le même constat et réagi de la même façon : il s’agit de Philippe Delherm. Plus de vingt ans après,  on récolte le résultat. Si on rajoute à ces errements pédagogiques les ravages des écrans et des smartphones et l’utilisation du langage texto de plus en plus tôt  par les jeunes, on ne peut pas s’étonner de l’effondrement de  la connaissance de la langue française. Malheureusement le mal ne concerne pas que le français, il est général et concerne toutes les disciplines et a commis des ravages dans les connaissances notamment en histoire et en géographie.

Le retour partiel au bon sens.

Le summum de la tentative de déconstruction a été atteint sous le ministère de Najat Belkacem, qui a rajouté à l’hérésie pédagogique les errements de la déconstruction du genre. Sans parler des Trissotins qui ont voulu imposer l’écriture « inclusive »,  ce nouvel obscurantisme culturel  diligenté  par l’idéologie féministe exacerbée. L’arrivée de Jean-Michel Blanquer a remis un peu d’ordre dans la « grande maison ». D’abord en virant de la direction du ministère les pédagogistes et en mettant en place Stanislas Dehaene, neurobiologiste dont les travaux sur le fonctionnement du cerveau pour apprendre font autorité. Mais le chemin du redressement sera long. De nombreux  partisans du « pédagogisme » sont restés en poste, de nombreux enseignants endoctrinés continuent d’en appliquer  les théories inefficaces et combattent leur Ministre.  Il suffit de voir comment la  méthode globale d’apprentissage de la lecture perdure malgré la démonstration de ses méfaits. Et c’est là où le bât blesse : Stanislas Dehaene le démontre dans son ouvrage « Apprendre », les pédagogies  constructivistes type Freinet, dites « de la découverte » ou « pédagogies actives »,  sont inefficaces car laissés à eux-mêmes les enfants éprouvent les plus grandes difficultés à découvrir les règles qui gouvernent un domaine et ils apprennent beaucoup moins bien, voire pas du tout. Le  recul du classement de la France dans les évaluations internationales n’est pas une vue de l’esprit. Il sanctionne des années d’errements pédagogiques qui ne sont pas terminées. Et le  Ministre actuel doit composer avec les députés du « nouveau monde » pas si nouveau que ça -on vient de  le  voir avec l’épisode « parent 1 et parent 2 »-, ce qui ralentit  la  prise des décisions nécessaires qui permettraient  un redressement significatif des résultats. Au rythme où il réforme, il faudrait qu’il reste vingt ans en poste…

Car  contrairement aux apparences, le tout-numérique n’a pas affaibli le rôle de  l’expression écrite.  La  maîtrise de l’orthographe,  et de la grammaire est même  devenue un enjeu crucial pour les entreprises  et pas seulement. Il y va donc de l’employabilité de bon nombre de  personnes sur le marché du travail : envoi de centaines de mails par jour, commentaires sur les réseaux sociaux, … l’expression écrite continue de faire partie du quotidien de nombreux salariés avec le développement des nombreux outils technologiques.  Comme on pouvait s’y attendre,  l’enquête montre que ce sont les jeunes actifs  de moins de trente ans qui sont en première ligne.  Ce chiffre est, malheureusement, appelé à grossir, car la machine de la rue de Grenelle ne se réforme pas rapidement. C’est pourquoi les entreprises prennent de plus en plus l’initiative pour tenter de remédier à la situation, notamment pour combler les lacunes en orthographe, en finançant des formations que 80% des salariés se déclarent prêts à suivre.

 


LE BEURRE ET L’ARGENT DU BEURRE…

Désolé pour le retard à l'allumage cette semaine, mais l'ordi vieillissant avait besoin d'un petit check'up.


Beurre Des-liasses-de-billets

Champions des dépenses sociales.

L’OCDE, Organisation de coopération et de développement économique, qui regroupe les pays les plus industrialisés, vient de  confirmer que la France, avec des dépenses sociales qui atteignent 32 % de la richesse nationale produite chaque année, est le pays dont le montant des prestations sociales est le plus élevé.  Simultanément, c’est la France qui subit la crise sociale la plus grave. Cherchez l’erreur ! Est-ce que cela ne veut pas dire tout simplement que notre système redistributif de prélèvement-répartition ne résout rien et nous conduit tranquillement à la faillite pour les raisons que j’indiquais dernièrement : il est doublement pénalisant en incitant à ne pas travailler d’un côté et à ne pas gagner trop de l’autre. N’arrive-t-il pas à la France  dont les niveaux de prélèvements font un d’elle un « état socialiste » qui ne dit pas son nom, le même sort que celui des démocraties populaires de naguère : la révolte d’un peuple en désespérance qui crève de l’absence de liberté, les uns condamnés à la pauvreté, les autres à végéter ou partir ailleurs ?

Fiscalité plus juste…

Alors, dans le grand débat national, les suggestions pour une fiscalité plus juste abondent. Dès le début de « l’insurrection », c’est le rétablissement de l’impôt sur la fortune (ISF) qui a été réclamé par certains gilets jaunes, soutenus à la fois par la gauche, l’extrême gauche et l’extrême droite. Une hausse généralisée des salaires a été également exigée, ainsi qu’une baisse ou une disparition de la CSG. Et maintenant voilà qu’est envisagée une baisse de la TVA. Tout cela est très contradictoire et suppose que l’Etat peut tout. Il suffit de jeter un coup d’œil sur cette liste des doléances pour savoir que son application conduirait immédiatement à la faillite. Les 3,5 milliards que rapporterait l’ISF se révèleraient vite très insuffisants pour compenser une baisse de la TVA (un point de réduction valant 2,6 milliards) et de la CSG (7,5 % sur tous les revenus), l’impôt social le  plus productif après la TVA. Cette lettre au Père Noël nous montre tout bonnement que les contestataires et  bien des responsables politiques sont nuls en économie. J’ai même entendu qu’il fallait plus de « Keynes » alors que c’est justement ce type de politique qui nous a menés là où on en est.

ISF et autres impôts.

On peut toujours gloser sur le montant des impôts et leur répartition. Effectivement, quand Michel Rocard a inventé la CSG à 1 % du revenu brut, il n’avait pas imaginé qu’un jour elle serait multipliée par huit, ce qui, effectivement, peut peser dans le budget des foyers les plus pauvres. En revanche il n’est pas normal que 52% des foyers français ne paient pas l’impôt sur le revenu. Cela donne un sentiment d’inéquité, l’IRPP servant de machine à redistribuer. On devrait donc envisager un meilleur équilibre entre ces deux sources de prélèvements. Quant à baisser la TVA, ce serait la pire des solutions.  J’ai expliqué maintes fois que c’est le contraire qu’il faudrait faire en y transférant tout ou partie des charges qui pèsent sur les entreprises, avec de multiples avantages pour notre économie. Le débat sur le paiement ou non de l’Impôt sur le Revenu est purement moral. Il n’a rien à voir avec le montant de la pression fiscale, c’est seulement un débat sur l’égalité républicaine devant l’impôt.

Protection sociale et pauvreté.

Le fond du problème, c’est qu’on a poussé dans notre pays le curseur de la « protection sociale » trop loin, entraînant tout un cortège de déresponsabilisation et de découragement. Tant que l’Etat ne réformera pas les aides qui plombent budget et entreprises, poussant à toujours plus de déficits et de dette, on ne s’en sortira pas.  Baisser les  dépenses, voilà le vrai sujet ! Mais au moins les gilets jaunes devraient-ils comprendre, ce qui ne semble pas être le cas, que les prestations sociales (APL, allocations familiales, prime à l’emploi, etc.) dont ils bénéficient n’existent que parce que tout le monde en France paie ses cotisations sociales. Ils devraient comprendre que, si l’Etat ne se livrait pas à ce prélèvement massif sur la richesse nationale, il ne pourrait pas lisser les inégalités entre les revenus, ce qui en fait le pays d’Europe où on trouve le moins de pauvres. Les demandes qui émergent, en définitive, c’est qu’on les libère de toute contribution et que l’on aille trouver l’argent ailleurs, chez les riches, c’est-à-dire chez tous ceux qui gagnent un peu plus qu’eux. Autrement dit aggraver un peu plus le mal. Bonne façon d’appauvrir tout le monde ! On est bien loin du « ras-le-bol » fiscal qui a déclenché le mouvement.

Etre riche en France.

Il va être urgent de définir ce que l’on désigne par « riche ». Non, on n’est pas riche quand on est un cadre supérieur à la retraite qui a une confortable pension complémentaire. Pas plus que le citoyen qui habite un appartement confortable qu’il a payé pendant trente ans. Enfin qu’on se le dise : le transfert par le fisc de sommes massives entre les foyers les plus riches vers les plus pauvres ne résoudront jamais le problème des inégalités. Pas plus que les réformes collectivistes de l’Union soviétique n’ont pas amélioré la production de son agriculture. Prendre de l’argent dans une poche pour le mettre dans une autre, beaucoup pour le  premier, des miettes pour le second, ne résout pas les problèmes de formation, de qualification, d’innovation, d’investissement,  de compétitivité… Ce qui crée de la richesse solide et distribuable, c’est la productivité, la qualité du produit, la capacité à concurrencer les meilleures usines étrangères. Ce n’est pas la recherche du dénominateur le plus bas. Nous sommes certes dans une société où, même socialisé, un revenu minimum reste insuffisant. Et, s’il faut empêcher les « riches » de frauder le fisc, de rechercher un enrichissement excessif, (regardons d’abord du côté de la « haute administration »), on ne peut pas accepter une théorie économique qui suggère de réduire drastiquement les prélèvements obligatoires et d’augmenter arbitrairement les revenus les plus bas. Ce sont deux propositions incompatibles.

Questions qui ne sont  pas  que subsidiaires : quand parle-t-on de créer de la richesse, et comment s’y prend-on ? Là réside la vraie solution pour augmenter le pouvoir d’achat !

On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre !

 


RIC, IMMIGRATION et C°

Haddock cons BIS

 

Le jeu trouble des médias.

L’engagement est passé à  la trappe  sans que les médias ne s’émeuvent. Le Président avait bien dit le 10 décembre dans les 13 minutes de son discours que « l’immigration » était un problème  que nous devions affronter. Hélas, dès le lendemain on apprenait incidemment que le sujet ne ferait pas  partie du « grand débat (lage) » national. Les protestations de sa gauche d’« En Marche » étaient passées par là. Va pour le virage social à 15 milliards non financés, mais l’immigration était une concession insupportable et trop « identitaire » (parait-il) ! Alors en attendant on nous « beurre la  tartine » jusqu’à ne plus en pouvoir  avec  le nouveau sujet à  la mode : le  RIC ! « Que le grand cric me croque », aurait dit Archibald.

Invention de gilets jaunes en mal de démocratie,  voici donc le « Referendum  d’Initiative Populaire », nec plus ultra de la  démocratie directe, mieux que  la  « démocratie participative » de Ségolène, comme si la démocratie représentative ne suffisait pas. Le prof d’histoire que j’ai été (et suis encore parfois la nuit dans mes rêves) a de bonnes raisons d’être méfiant : ce genre de fausse bonne idée sortie de la tête de démagogues parfaitement récupérés  par l’extrême gauche ne me dit rien qui vaille. Non seulement  elle pue le populisme, mais elle peut déboucher sur la dictature de « Madame Michu ». Ce sont les mêmes engrenages qui ont conduit à la « Terreur » en 1794. Je n’aurai pas la prévention d’un Stanislas Guérini, ci-devant patron désigné de  la REM par un système de « démocratie réduite au laquais », qui l’illustre en agressant Laurent Wauquiez (ça aussi c’est  à la mode).  Au moins ce dernier a-t-il été élu à  la tête des  Républicains dans des conditions autrement plus sérieuses.

Mais les médias en boucle ne se contentent pas de faire le tri des sujets, ils font aussi le tri des invités dans leurs débats.  Avez-vous remarqué  qu’ils suivent peu ou prou la stratégie présidentielle qui consiste à éliminer tout ce qui pourrait exister  entre Macron et  les  extrêmes.  Exit donc les représentants LR et PS,  réduits à la portion congrue, alors qu’on fait tapis rouge aux  mélenchonistes et à Jordan Bardella, du Rassemblement national. Voilà un jeu dangereux. Quant aux « gilets jaunes », j’ai été surpris de voir que leurs porte-paroles dûment affublés de la tunique canari, quand ils ne disaient pas trop de bêtises étaient bien souvent des fonctionnaires syndicalistes habilement infiltrés et parfaitement rôdés. Dominique Wolton   a écrit sur le sujet un article remarquable  dans le Télégramme de Brest : « Aujourd’hui, on tend le micro à n’importe qui ». 

L’immigration en rade.

Donc le grand débat national va s’emparer du RIC (Hérissé : tout un programme) et fera l’impasse sur le sujet « immigration », que pourtant dans son discours le chef de l’Etat liait à la « réflexion sur l’identité profonde de la Nation ». Et c’est la seule question pour laquelle il a précisé : « Il nous faut l’affronter ». L’intention était donc bien présente. Comment peut-on imaginer avoir un débat  en laissant de côté cette question. L’immigration ne fait-elle pas partie des  sujets qui troublent les Français ? Alors pourquoi cette reculade ? Il faut croire que la  pression ait été forte de la part  des éternels indignés qui voient du racisme partout et qui plaident pour une société communautariste. A moins que le Président soit à ce point si faible ! Mais alors qu’attend-on de ce « grand débat » ? S’agit-il d’écouter enfin la France profonde en libérant sa parole pour que les citoyens disent ce qu’ils ont en travers de la  glotte ou d’un exercice dérivatif destiné à  habiller des réformes que le pouvoir ne parvenait pas à faire aboutir.. Emmanuel Macron voulait combattre les tabous et regarder la réalité en face. Les partisans du déni lui imposent de se déjuger. Il y a gros à parier qu’on parlera quand même de l’immigration parce que d’autres s’en empareront pour en faire leurs choux gras électoraux. D’autant plus que la France a signé en douce le « pacte de Marrakech » proposé par l’ONU sur la régulation des migrations, sans même accorder un débat à la représentation nationale pour en discuter de l’opportunité, ce qui aurait été un minimum.

De gaulle, au secours, ils sont revenus !

« Ils » ce sont les vieux démons de la France. Macron a laissé entrevoir son intention : il y a gros  à parier qu’il va profiter de l’aubaine pour vendre ses projets mortifères pour la République avec  sa réforme constitutionnelle fourre-tout. On va introduire la proportionnelle pour faire  plaisir à Mélenchon,  Le Pen et Bayrou, et rendre ainsi la France ingouvernable. On va  réduire le pourvoir de contrôle du parlement sur l’exécutif  alors que celui-ci est déjà bien aléatoire. On veut diminuer drastiquement  le nombre de parlementaires : quelle drôle d’idée que d’éloigner les élus un peu plus du peuple au moment où celui-ci  demande de la proximité. On va donc affaiblir le Parlement. Je ne sais pas ce qu’apportera le « referendum d’initiative citoyenne », au moment où la démocratie représentative est mise à l’épreuve des temps et doit subir tous les mépris : mépris de la technocratie qui ne respecte  même pas un referendum comme celui de NDDL ;  mépris du gouvernement envers le parlement par le biais de ses sbires élus, cette majorité présidentielle traitée comme de la valetaille interdite d’amendements et assignée aux « éléments de langage », auquel s’ajoute le mépris de l’opposition qu’on enferme dans l’inutilité en refusant tout ce qu’elle propose même ce qui va dans le sens de l’intérêt général.  Mais ce qui fait le plus peur, c’est le mépris du peuple pour les élus qui ne penseraient qu’à leur carrière, et la représentation nationale jugée  incompétente,  corrompue, trop payée…  Dans ces conditions, il faut craindre le pire. Et pendant ce temps-là, les « experts », qui sont souvent à l’expertise ce que je suis à la monasticité, pérorent sur les chaines à débats continus, pour expliquer au « peuple crétin » ce qu’il est censé comprendre …

Surfiscalité, mépris, incompétence, peur… Ce sont les mêmes ingrédients qui ont conduit maintes fois à la révolution. Déjà au cours de l’été 1789, la « grande  peur » fondée sur des rumeurs (on dirait aujourd’hui des fake news) de complot  aristocratique se répandait à travers toute la France brûlant les châteaux …. Aujourd’hui on brûle des péages d’autoroute !

 


COMME QUOI LES STATISTIQUES N’EXPLIQUENT PAS TOUT !

étatisme

 

Comment expliquer que dans le pays le plus égalitaire et le plus « redistributeur » d’Europe et du monde développé, le peuple se sente  bientôt le plus malheureux de la planète et le plus pessimiste quant à son avenir et celui de ses enfants. Vrai paradoxe qui mérite approfondissement si on veut comprendre la révolte des « gilets  jaunes ».

Ce que les statistiques nous disent.

Elles nous disent que nous ne devrions pas nous plaindre. Vous ne le croirez  pas,  mais  notre pays a un niveau de vie « médian » très élevé, sur la 2ème marche du podium des 28  de l’Union européenne, juste devancé par le Luxembourg. « En même temps », c’est  celui qui en fait profiter le plus tous ses  habitants avec  l’un des écarts les plus faibles entre les plus riches et les plus pauvres. Mieux, le revenu disponible des ménages a toujours été en hausse depuis 60 ans, à trois exceptions près, et depuis 1970 le niveau de vie moyen des ménages les plus pauvres a  progressé de près de 20% (en euros constants). En conséquence, nous avons le plus faible taux de ménages pauvres d’Europe et les riches sont plus fortement mis à contribution qu’ailleurs : 1% des ménages les plus riches paient le quart du total de l’imposition directe, la  France est le pays qui impose le plus le capital, même  sans l’ISF. Nos entreprises sont les plus taxées, très au-dessus  de la moyenne de la zone euro (8 points). En résumé, il est bon de le rappeler, la France est championne du monde de la dépense publique (57% du PIB) et des prélèvements obligatoires (47% du PIB), ce qui n’empêche pas les Français d’être insatisfaits de leurs gouvernants, de leurs services publics et même de leur système social pourtant le plus généreux du monde.

Un Etat-providence unique au monde, mais un enfer fiscal.

La « révolte des gilets jaunes » repose sur un paradoxe entièrement contenu dans cette vidéo qui a fait le tour de Facebook avec des  millions de visionnages, celle de Jacline Mouraud :  « Qu’est-ce que vous faites de notre pognon ? ».  Ce cri de ralliement au départ du mouvement tient dans ce cocktail empoisonné qui veut que les pauvres et les classes moyennes s’estiment rançonnés par l’Etat,  tout en voulant garder des services publics toujours présents, même quand ça n’est plus possible, et toujours plus efficaces. Bref : des salaires et des retraites plus élevés, moins d’impôts, plus de services gratuits ! Revendications d’autant plus justifiées que chez nous l’Etat est responsable de tout. Notre histoire est faite de cet effort constant du pouvoir de centraliser la  décision. Il gère des aspects de la vie quotidienne qui sont dans d’autres pays organisés par les familles, les  communes,  les régions,  les  entreprises. Et  Macron a amplifié ce trait : jamais la province et les corps intermédiaires, élus locaux, syndicats, associations, ne se sont sentis aussi dépossédés de leurs responsabilités. La  conséquence en est effectivement une fiscalité confiscatoire. Si on en est là, c’est parce que notre modèle de fonctionnement est mauvais. D’abord, il est essentiellement centré sur la taxation des revenus du travail : 52% en France contre 39% en moyenne dans l’Union. De quoi nourrir fortement la colère de la France qui travaille. Car ce système de redistribution pénalise les classes moyennes : si les plus modestes paient moins en prélèvements qu’ils ne reçoivent en allocations, ceux qui bossent,   c’est-à-dire les classes moyennes dites « inférieures », paient autant qu’elles reçoivent et les « supérieures » se sentent mises à contribution, en proportion, autant que les hauts revenus. Tous les systèmes « sous conditions de ressources » ont donné le sentiment qu’il y avait deux Frances, une qui touche et une qui paie dont lafrustration a augmenté au fil des ans. Depuis des décennies, les classes moyennes sont massivement taxées, faiblement aidées socialement  et de moins en moins bien servies par les administrations.  C’est une réalité. Il  a suffi que l’effort demandé paraisse totalement inéquitable, ce qui est arrivé avec la taxe sur les  carburants qui pesait davantage sur les assujettis à la voiture pour aller au boulot (les périphériques et la province), pour que la colère explose. Ce que Dominique Reynié résume par la formule : « Ce que nous vivons, c’est plus qu’un affrontement entre le peuple et les élites, c’est un conflit entre la société et un État qui donne le sentiment de n’avoir plus d’efficacité sinon pour lever l’impôt ».

Attention à la récupération.

Les « gilets jaunes » maintiennent leur mobilisation pour demain, 15 décembre, malgré les annonces présidentielles. Il y a gros à parier que ce ne seront plus les mêmes. Même Marine Le Pen s’est fendue d’un appel à ne pas manifester. Il n’y a plus que Mélenchon. Le  mouvement va découvrir le principe de « réalité » : « quand on n’est  pas capable de désigner un chef dans ses rangs, d’autres viennent de l’extérieur pour vous asservir ». Et  la  roue révolutionnaire jaune et plutôt  pacifique, va se mettre à rougir, récupérée par les  éternels radicaux qui se sont infiltrés,  trop heureux de l’aubaine qui leur permet de récupérer un mouvement qu’ils essayaient en vain de créer. C’est l’inconvénient des « réseaux sociaux » que d’être un corps intermédiaire gazeux et perméable. La manipulation y est aisée et  incontrôlable. Et  la glissade, on la connaît ! « On veut plus », il suffit de prendre l’argent aux riches. Ils rêvent d’une France  libertaire, entre vie de zadiste et paumés du lève-tard, sans se rendre compte qu’il faudrait un régime de « servitude » à la coréenne pour appliquer un tel  programme. Chez nous, cette  mentalité s’est répandue chez les jeunes, peu enclins à réfléchir à leur avenir professionnel  pour être en adéquation avec les forces économiques, ils sont nombreux à préférer  vivre de minimas sociaux plutôt que de travailler. Si la grogne contre le mensonge de la taxation verte des carburants était lisible, il suffit de voir la vacuité des revendications qui ont suivi,  approuvées par  une large majorité de nos concitoyens, pour comprendre qu’on est face à une vision exclusivement matérialiste de la condition humaine. Ils génèrent la misère morale qui gangrène notre société et rend difficile tout redressement politique.

Quelles voies pour en sortir.

Macron a épuisé son crédit. Il peut promettre tout le contraire de ce qu’il a fait jusqu’à maintenant, en annonçant une réforme profonde de l’Etat qui s’appuierait sur une nouvelle décentralisation, qui  peut y croire ?  Mais il faut pourtant d’urgence remettre les classes moyennes au coeur des enjeux publics. Il faut basculer très vite le financement de la protection sociale sur la TVA à 20% (oui,  je sais, ça fait hurler certains), seul impôt qui fait participer tout le monde plus les importations, plafonner les allocations maladies, retraite et chômage, accroître fortement les incitations à travailler et plus longtemps, augmenter la productivité de l’Etat et des collectivités locales. Ainsi, en limitant les dépenses sociales sans réduire la protection des ménages les plus modestes, on ponctionnerait moins les classes moyennes  et on pourrait allouer davantage au service public. Si nous avions le même  niveau de dépenses sociales que la moyenne de nos partenaires européens, nous libérerions 100 milliards d’euros qui pourraient être alloués à des baisses d’impôts ou à la hausse d’autres dépenses. Et à rembourser notre dette !

 

 


PLACE DES REPUBLICAINS : FORUM ET DEBAT

 

Le Forum PLACE DES REPUBLICAINS revient avec  pour thème :

 "LES  60 ANS DE LA CONSTITUTION DE LA Vème REPUBLIQUE",

une présentation de la Constitution suivie d'un débat animé par Daniel HOULLE et Stéphane PIEDNOIR.

Un moment festif est prévu pour fêter cet anniversaire, aussi est-il impératif de s'inscrire (attention, il est grand temps).

On peut aussi venir avec  son gilet  jaune.

J'espère vous rencontrer samedi  !

Daniel

Invitation for002

 

 


SANTE : COMMENT MACRON L'ETATISE AVEC SA REFORME

Réforme santé

 

Vers un système  à l’anglaise

Déjà la part du financement de la santé est de moins en moins assurée par les charges sociales, puisque la  part de l’impôts via la CSG grossit petit à petit et finira par remplacer  les cotisations salariales. On s’éloigne du modèle dit « bismarckien », fondé sur l’assurance assise sur le travail, pour se rapprocher du modèle dit « beveridgien » à l’anglaise, de type assistanciel, piloté par l’Etat. On sait déjà à quoi s’attendre : une médecine à deux vitesses, avec des médecins « fonctionnaires » et les anglais qui ont les moyens qui viennent se faire soigner en France. 

Le plan santé 

Les  médecins ont pourtant applaudi quand le Président de  la République a présenté son projet, parce qu’il  vise à sortir du modèle tricolore hospitalo-centré et englobe tous les acteurs, privés et publics, dans une évolution systémique. Des lignes de force qui paraissent logiques, en effet : deux paris,  celui du territoire et celui de la confiance aux acteurs de santé. On tourne le dos à l’ère idéologique Touraine, dont le parti pris était de réserver les missions de service public au seul hôpital public, au mépris des réalités du terrain. Pour autant, si l’approche est claire, paraît cohérente et bien pensée sur le papier, en donnant une vue d’ensemble où chacun trouve sa place,  la ville  comme l’hôpital, avec une gradation des soins, et en partant des territoires, rien n’est réglé. Il faudra réformer les directoires et conseils de surveillance institués par la loi Bachelot,  et renouveler les  directeurs des ARS  tout en divisant les effectifs de leur personnel par deux. Il faudra aussi  supprimer des pans entiers du Code de la santé publique pour laisser une vraie liberté aux hospitaliers. Enfin, il faudra réguler l’offre de soins de la médecine de ville et c’est le plus compliqué à mettre en place, car la  grande difficulté d’aujourd’hui c’est justement pour les établissements hospitaliers  d’avoir en face d’eux, localement, des interlocuteurs libéraux pour assurer la  permanence des soins, les parcours de prise en charge, mettre en place les coopérations.

Déjà ça commence mal

« Le  compte n’y est pas » dans le budget 2019 de la Sécurité sociale constate la fédération hospitalière de France, et  appelle à plus de volontarisme. Pour mettre en place la réforme, il y a une double nécessité : réguler les soins de ville et accompagner financièrement la transition.  Dans le  budget 2019 on ne retrouve ni l’approche des territoires, ni les nouvelles régulations pour la médecine de ville. Le gouvernement continue à surestimer l’activité des hôpitaux et à baisser les tarifs  en sous-estimant la progression de leurs charges, supprimant tout lien entre le coût d’une pathologie et la somme versée  pour la traiter. Et le système shaddock fait le reste : on gèle les crédits des hôpitaux puis on puise dans ces crédits gelés pour financer les dépassements de la médecine de ville, et présenter ainsi une sécurité sociale en équilibre… Avec une équation insoluble pour les hôpitaux à qui on demande 960 millions d’euros d’économie  cette année.  L’investissement hospitalier est tombé à moins de 4 milliards d’euros par an, là où près de 7 seraient nécessaires en rythme de croisière !

La  fin du modèle libéral ?

« En même temps », la réforme enterre le modèle national de médecine libérale. D’abord en battant en brèche son principe fondateur : le  paiement à l’acte, pour le remplacer par le forfait qui s’appliquera « pour commencer » dès 2019 à l’hôpital  pour l’insuffisance rénale et le diabète. Les  médecins de ville suivront. Deuxio, la réforme veut mettre fin à l’exercice « isolé » -aujourd’hui majoritaire- du médecin dans son cabinet, pour le remplacer par les cabinets de groupe qui devraient procurer efficacité et convivialité. Avec le risque, comme  c’est le cas pour les cliniques et les laboratoires absorbés par des grands groupes, que ces cabinets regroupés et maisons de ville de connaître le  même sort, les médecins devenant de simples salariés. Troisio, le plan Macron pose l’obligation de former des « communautés professionnelles territoriales de santé ».Il en existe aujourd’hui 17,  il en voudrait 1000 d’ici à 2022.   Mais ça coince, avec un cahier des charges très rigide, organisé d’en haut et peu de latitude laissée aux acteurs. Quarto, 400  médecins salariés des hôpitaux vont être envoyés dans les déserts médicaux jusqu’à ce que la fin du numerus clausus crée  l’offre de soins suffisante et permette de les remplacer.  En espérant que la  surabondance ne débouche pas sur l’instauration de règles strictes pour réguler les ouvertures de cabinets. Et quand on sait que la cohérence du système  sera alors assurée non plus par les cotisations et les  partenaires sociaux,  mais  par l’impôt et l’Etat … la  boucle est bouclée.

Une médecine administrée

Il y a gros à parier que la  régulation des soins se fera par des incitations et des contraintes calculées à partir d’écarts-types, de moyennes d’actes, avec des remboursements dégradés et potentiellement des déconventionnements pour les établissements ou les professionnels de santé qui s’écarteraient trop des référentiels. .  Quand on voit les résultats que l’Etat obtient avec l’économie française qui crève d’être administrée… on sait à quoi s’attendre pour la  médecine.

 

 


PMA SANS PERE : POUR JEAN LEONETTI, C’EST NON ! IL DIT POURQUOI

Portrait officiel Mr Leonetti2014 (3)

Mardi dernier,  Jean LEONETTI, spécialiste en bioéthique à l’origine des  lois sur la fin de vie, était l’invité  des parlementaires « Les Républicains » de  Maine-et-Loire pour un débat dans le cadre de la  révision prochaine  des  lois  de bioéthique, sur le  thème :  « Début et fin de vie : tout ce qui est  techniquement  possible est-il souhaitable ? »

P1180977 P1180954Devant plus de 250 personnes, Catherine Deroche,  Sénatrice de Maine-et-Loire  a d’abord rappelé que l’année 2018 s’inscrit donc dans le calendrier des lois de 1994, 2004 et 2011, et a vu se tenir les États généraux de la bioéthique pilotés par le CCNE auxquels participent des experts et des citoyens.  Cette révision est donc à l’ordre du jour du Sénat. Elle insiste sur le vaste champ couvert par le domaine de la bioéthique impacté par les progrès scientifiques et techniques,  et que sur de nombreux aspects,  le  débat est  nécessaire en appelant  à ce qu’il soit apaisé et objectif.

Du questionnement démocratique au rôle de la médecine.

Jean Léonetti  a ensuite développé  son propos, partant du questionnement démocratique  propre à P1180968 notre pays, passant en revue tous  les  sujets concernés avec la  précision du cardiologue  toujours en exercice. De la naissance à la mort, il argumente, s’appuyant sur sa  propre expérience, émaillant son propos de nombreuses références à l’histoire de la médecine depuis l’antiquité, rappelant les grands principes qui guident la  science et  particulièrement le rôle  du médecin. Un balancement entre le possible et les  limites imposées par la dignité humaine. Tous les  points sensibles sont évoqués : l’embryon, la PMA, la  GPA, la fin de vie  et les améliorations P1180975qu’il a fallu apporter en 2016 à la loi de 2005. De ce fait il pense que légaliser l’euthanasie n’est pas nécessaire si on applique la  loi en vigueur. Pour les expériences sur l’embryon humain, il rappelle les limites imposées par la loi. Quant à la PMA, il oppose l’éthique de l’autonomie à celle de la vulnérabilité et il se déclare finalement  hostile après  avoir examiné  tous  les  avantages et inconvénients, d’ailleurs relevés dans l’avis du Conseil Consultatif National,  et se réfère au principe de précaution au nom de l’éthique de la dignité. La GPA est évacuée  à cause de  la  marchandisation inévitable du corps humain qu’elle entraîne, une atteinte grave à la dignité humaine. Et il  met en garde : si la PMA est autorisée, au nom du même principe d’égalité, on arrivera à P1180978 légaliser la GPA. Il démonte au passage la rhétorique du « droit à l’enfant ». En conclusion, il souhaite que la médecine de demain soit salvatrice et conquérante,  « Mais rappelons-nous le mythe de Prométhée dont les vautours dévorent le foie pour avoir donné le feu aux hommes. Le châtiment menace le progrès. »  Et il donne  le  dernier mot à Camus : « Un homme, ça s’empêche ! ».

Le débat permet de revenir sur les sujets les  plus importants qui permettent à Jean Léonetti d’apporter des précisions, toujours avec la même  humilité et humanité.


P1180965La  conclusion revient à Stéphane Piednoir,
Sénateur de  Maine-et-Loire et nouveau Président de la fédération « Les Républicains », qui se félicite du succès de la soirée et de la grande qualité du propos de Jean Léonetti et du débat qui a suivi. Il rappelle que l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPCST) du Sénat rendra son rapport le 25 octobre 2018 sur l’évaluation de la loi de bioéthique de 2011.

 

 


QUELQUES QUESTIONS SUR LA PMA

Naissance

 

A en croire les médias et nombre d’intervenants sur les plateaux médiatiques, c’est une affaire entendue et qui ne se discute même plus, sauf à faire de l’homophobie : la PMA sera adoptée. D’ailleurs le Conseil Consultatif National n’a-t-il pas émis un avis favorable. Le lobby LGBT a bien fonctionné. Pas si simple ! 

Une fausse égalité

La revendication de la PMA, notamment par les couples de femmes lesbiennes, est présentée comme une exigence d’égalité avec  les couples hétérosexuels. Donc comme un droit ! Sauf que « la procréation n’est pas un droit, mais  une fonction biologique, et l’exiger pour tous au nom de la  justice sociale, comme le revendique Marlène Schiappa est parfaitement absurde ». Ce n’est pas un « excité » de la Manif pour tous qui le dit, c’est un journaliste de Charlie hebdo. En même temps, Jacques Testard, l’auteur du « bébé-éprouvette », mettait en garde contre l’eugénisme. Il y a donc une gauche qui refuse  le chantage à  l’homophobie, pour réfléchir pleinement à ce qu’implique la Procréation Médicalement Assistée étendue à toutes les femmes. Sans la technique, l’argument de l’égalité ne tient pas si on s’en tient à  la biologie, pas plus pour les couples de femmes que pour les couples d’hommes.

Le rôle de la  médecine

L’évolution de la  médecine et de ses applications techniques a toujours eu pour but le traitement des pathologies et le soulagement des souffrances et bien des chantiers restent en jachère en la  matière malgré les nombreux progrès et réussites. On voudrait aujourd’hui profiter de ces avancées pour faire entrer dans le champ de ces progrès scientifiques des applications non thérapeutiques. S’agissant de la  PMA, la  loi permet actuellement de pallier à l’infertilité d’un couple hétérosexuel vivant et en âge de procréer, avec un cadre légal bien précis.  La  loi doit-elle évoluer pour accorder à une personne ce qu’il lui est impossible d’obtenir par la nature et non en raison d’une infécondité pathologique. C’est entrer dans la logique de « l’homme augmenté artificiellement » au-delà de la nature humaine, et non plus de « l’homme soigné ».  Certains n’hésitent pas à affirmer que financer leur PMA  à des femmes qui sont biologiquement fertiles à cause uniquement de leur sexualité, alors qu’un Français sur trois renonce  à se soigner faute d’argent, c’est détourner de l’argent public à des fins privées. La  médecine deviendrait alors une activité banale qui produit et fournit des services. Doit-elle détourner des moyens pour répondre non plus à un besoin de soins, mais à la commande d’un client ?

Le « droit à l’enfant »

Car ceux qui réclament « la PMA pour toutes » veulent aussi la prise en charge des frais par la solidarité nationale. Or celle-ci n’a pas à fournir des prestations techniques mais à prendre soin des  plus fragiles. Si l’on rembourse les soins aux malades, c’est en vertu du droit à la santé. Les  procréations artificielles de femmes en bonne santé n’entrent pas dans ce champ d’application. Sauf au nom d’un droit : celui d’avoir un enfant. Et voilà comment une personne devient non plus sujet,  mais objet de droit ! De là à ce que l’enfant et sa mère ne deviennent ensuite « l’objet » d’une transaction commerciale, il n’y a qu’un pas. L’extension de la PMA consacre « un droit à l’enfant, potentiellement inconditionnel et illimité ». Or l’impossibilité d’avoir des enfants est une limitation intrinsèque que les homosexuels devraient accepter, sauf à nier ce statut  pour le faire rentrer dans le rang de l’idéal « familiariste » réservé jusque-là aux hétérosexuels. Il ne faut quand même pas confondre  la veuve ou la femme abandonnée qui élève seule sa progéniture avec la féministe qui voit son projet  aboutir, sa victoire ! Il ne s’agit donc pas d’étendre une liberté au nom de l’égalité, mais de considérer qu’avoir un enfant est un droit pour lequel la collectivité doit payer. L’Etat deviendrait dès lors un fournisseur d’enfants pour tous ceux qui, quelle qu’en soit la raison, ne veulent pas en passer par la production naturelle.

Un marché déjà en place

Le business plan est prêt, avec ses éléments de langage, son calendrier et ses  porte-paroles médiatiques et même ses représentants de commerce.  PMA-GPA, même combat. Sinon, Comment expliquer la « une » de Paris-Match »  avec la  « famille de Marc’O », et sa belle histoire à faire pleurer dans les chaumières. Il ne vient à l’esprit de personne qu’on glorifie en  le faisant un hors-la-loi. Avec  la  PMA, on entre, de facto, sur un « marché » et il ne faut pas sous-estimer la perspective d’utiliser des femmes comme moyen technique de « production d’une commande ». Des femmes-outils en quelques sortes. Ce serait la porte ouverte vers la GPA (gestation pour autrui). Et  le Conseil Consultatif nous l’annonce : la conservation des ovocytes, la généralisation des tests génétiques ne posent aucune question d’éthique générale ; ces émanations du corps humains sont devenues des objets techniques. Contrairement à ce qu’on nous raconte, la technique que la GPA  met en œuvre est la même que celle de la PMA. Seule intervient dans le  champ la nécessité de trouver un « ventre » pour porter l’enfant puisque l’homme en est incapable. Le marché existe déjà  et y pourvoira moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Que l’enfant obtenu dans un cas comme dans l’autre puisse se sentir otage d’un « ubris »  (mot à la mode), cela ne fait pas partie de la réflexion.  Il devra faire « avec ».

La quête des enfants sans racine

Personnellement, j’ai encore envie de croire  à  l’importance de « l’inné » dans la vie d’un être humain. Nous venons tous de quelque part. Le savoir, c’est rassurant. Car cet « inné » venu d’on ne sait où  peut se transformer en souffrance à travers une quête de l’hérédité. Il est encore temps de refuser qu’on fabrique des  enfants sur commande. La technique déshumanise.  Va-t-on se contenter de dire à un enfant « ton père c’est la technique et ton parrain c’est l’Etat ? ». Légiférer pour répondre à des préoccupations individuelles, c’est oublier le souci du bien commun.  Les  perspectives à la fois vertigineuses et fantastiques  des avancées technologiques ne nous imposent-elles pas d’agir avec sagesse et précaution. D’autant plus que l’on sait que pour  l’enfant qui va naitre la gestation n’est jamais anodine. La  vie fœtale comprend aussi  le vécu de la mère et il faut tenir compte de l’acquis anténatal qui aura des répercussions sur sa vie affective. Et puis en face du droit à l’enfant, ne doit-on pas mettre comme  obstacle  le fait de lui ôter la moitié de sa généalogie. S’obstiner à ne pas le voir dénote une hypocrisie, car c’est lui dénier ses propres droits. Dans cette affaire la quête génétique des enfants concernés est sous-estimée quand elle n’est pas mise sous le boisseau. Pourtant elle existe.  Ceux-là veulent que soit reconnu le droit à connaître leurs origines et ils sont de plus  en plus nombreux à espérer retrouver leur donneur grâce à  un test ADN… Cette souffrance-là est bien réelle.

Restons fidèles à l’homme soigné.  Car  après la  PMA et la GPA, viendra le  temps de la parthénogénèse le jour où elle sera possible : le temps des  enfants fabriqués sans parents sur catalogue !   Pourquoi la refuserait-on aux couples qui seraient candidats ?  L’homme apprenti sorcier, ça n’est pas une nouveauté.

 


TEL DIEU, ILS VEULENT REFAIRE LE MONDE …

Veganisme

 

Mais ils ne sont pas Dieu ! 

Et ce ne sont  au mieux, que des apprentis-sorciers  sinon de furieux dingues. Ces  théoriciens américains et autraliens, Judith Butler, Donna Araway et Peter Singer, sont à l’origine, sans qu’on s’en rende compte, des réformes  sociétales qui sont mises en œuvre dans de nombreux pays occidentaux. Ainsi le « mariage pour tous »,  « l’écriture inclusive », et bientôt la possibilité de naître en dehors de toute relation humaine, ou de changer de sexe selon son bon  plaisir au cours de sa vie, qu’on  nous présente comme des réformes au nom du progrès ou de l’égalité universelle, ne sont que la traduction de ces théories fumeuses. Elles ne sont pas  l’expression de la conscience politique d’une Najat Vallaud Belkacem ou d’une Marlène Schiappa. Car c’est de révolution anthropologique qu’il convient de parler. Celle-ci plonge ses racines dans les écrits de ces théoriciens que l’universitaire Jean-François Braunstein qualifie de « philosophie folle ».

L’Homme  rabaissé.

Il s’agit en réalité d’imposer une nouvelle idée de l’Homme qui n’aurait aucune différence avec les bêtes. Ils livrent leur  combat sur trois fronts : le genre, qu’il  s’agit de  substituer au sexe, l’animal qu’on entend rendre égal à l’Homme, et la mort qui n’est qu’un événement technique (sous-entendu, dont on peut disposer = euthanasie).  Toutes les frontières sont appelées  à disparaitre, qu’elles soient érigées par la morale ou la connaissance scientifique. Il s’agit purement et simplement d’évacuer de la culture, « l’humanisme » qui suppose une différence ontologique entre les sexes, entre l’Homme et les animaux, entre  la vie et la mort.  Ainsi, au nom de la négation de la différence entreles hommes et les bêtes, Donna Haraway se fait grande prêtresse de la zoophilie. La pédophilie est justifiée au nom du même principe. Encore  plus abject : l’Australien Singer, « philosophe utilitariste »,  affirme que la vie d’un chien en bonne santé vaut mieux que celle d’un enfant handicapé : on voit tout de suite où cela  mène. Et nous avons des intellectuels assez poreux pour relayer ces fadaises.

La folie végane !

Le véganisme est une branche directement dérivée de ces mouvements de pensée. Le Père de « l’antispécisme » étant le même Singer. Etre végan, c’est bannir toute utilisation de produits qui seraient issus de la domination de l’homme sur les animaux. C’est bien plus qu’un style de vie, c’est un engagement en faveur de l’abolition de toute forme d’exploitation des animaux . Là est le principal problème car, d’un choix de vie qui ne devrait ne regarder que les personnes concernées, ces guignols à l’estomac certifié 100 % non carné, ont fait du véganisme un véritable objet de militantisme, entraînant des agissements excessifs et des comportements carrément hystériques. Ainsi, des militants antispécistes ont organisé samedi des happenings « pacifiques » devant des boucheries en France pour dénoncer le « zoocide » que représentent, selon eux, l'élevage, le commerce et la consommation de viande, alors que les dégradations de vitrines de boucheries se sont multipliées ces derniers mois. Depuis le début de l'année, la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) a recensé en France douze cas de commerces alimentaires caillassés avec tags de revendications antispécistes et plusieurs dizaines de cas de détériorations, avec du faux sang versé ou la pose d'autocollants revendicatifs. Le  « véganisme » est une une véritable idéologie qui vise à imposer sa loi à tous.  Les  moyens qu’elle utilise en font un mouvement totalitaire.

Des doctrines obscurantistes.

Ces forcenés, qui ont fait des producteurs et des mangeurs de viande des ennemis à éliminer, et qui arborent comme porte-voix le fougueux Aymeric Caron, n’ont de cesse d’occuper l’espace médiatique en mettant en avant des arguments le plus souvent aussi absurdes que fallacieux. Le  langage quotidien lui-même  reprend une partie du vocabulaire venu de ces courants de pensée. Il ne s’agit pas d’empêcher ces gens de prendre leur pied en picorant des graines de lin et de tournesol tout en buvant un verre de lait de soja, mais d’en finir avec leurs démonstrations pseudo-scientifiques complètement grotesques. Je n’entrerai pas ici dans le détail. Il suffit d’affirmer que ces gens font l’impasse sur  l’essentiel  intangible : la chaîne alimentaire qui est à la base du cycle de la vie sur Terre.  N’en déplaise à ces bons apôtres, l’Homme fait partie, au même titre que le loup ou le tigre, de ces consommateurs secondaires, et il est donc parfaitement sain pour lui de chasser, d’élever et de manger des animaux. Et même il a un intérêt à la faire dans la mesure où la vitamine B12 et le fer qui se trouvent principalement dans la viande sont indispensables à son évolution et au fonctionnement de son cerveau. C’est en mangeant de la viande que notre cerveau est devenu plus gros que celui des primates et que nous en sommes arrivés à ce degré d’évolution. Pour un être humain, consommer de la viande est donc parfaitement naturel. La  guerre  contre les essences et les frontières conceptuelles est donc une subversion destinée  à mettre à bas l’humanité de l’Homme. Les réseaux sociaux , quelques universitaires, de nombreux journalistes, plusieurs mouvements « d’illimitation » des droits dont les néoféministes, sont déjà infectés. Il faudrait les poursuivre pour atteinte aux Droits de l'Homme !

Je ne saurai trop conseiller la lecture de l’ouvrage de Jean-François Braunstein : « La philosophie devenue folle ». Il y dévoile la vision du monde qui se cache derrière un lexique d’apparence sympathique. Indispensable !  Ce sont de vrais périls qui menacent l’humanité.

Et en attendant, que les « végans » s’occupent de leur assiette, et qu’ils nous fichent la paix avec leur « fascisme alimentaire » qui n’a absolument aucun sens, et qui ne remplacera jamais le plaisir que l’on peut éprouver à manger un bon bœuf bourguignon ou une belle entrecôte grillée. Sans blague !

 


LA FRANCE EST UNE MACHINE A PAUVRETE

Pauvrete Kakdessin de KAK (L'Opinion)

 

Vouloir réduire la  pauvreté avec un plan qui remodèle les aides pour les rendre plus efficaces, qui met en place une structure de plus  pour s’occuper de l’insertion et qui prévoit de dépenser un  peu plus d’argent qu’on n’a pas (8 milliards d’euros sur quatre ans)  c’est comme mettre un cautère sur une jambe de bois. Tout simplement parce qu’on continue d’alimenter la machine à entretenir la  pauvreté à l’œuvre depuis plus de trente ans dans notre pays et singulièrement aggravée par les politiques de gauche. D’ailleurs le slogan est explicite : « donner  plus à ceux qui ont moins ! ».  En prenant à qui ? En appauvrissant ceux qui ne sont pas encore pauvres, forcément !  

Le  mythe de  la pauvreté 

La France est la championne du monde  des dépenses sociales. C’est le fruit d’une préférence pour l’égalité. Pourtant on nous fait croire que l’injustice et  les inégalités n’y ont jamais été aussi fortes.   Rien n’est plus faux. La France est l’un des pays développés les moins inégaux : elle compte 13,6% de pauvres.  En Europe, seuls les pays nordiques,  les Pays-Bas et la République tchèque en comptent moins. Il est vrai que les inégalités de revenus sont fortes,  mais leur répartition très inégalitaire est compensée par  une redistribution basée sur des cotisations sociales et des impôts massifs. L’inégalité croissante entre les revenus s’explique par la faiblesse du taux d’emploi : les Français ne sont pas assez nombreux à travailler. Seulement 65% des 15-64 ans ont un emploi, 77% en Suède ! Ces politiques «  d’égalisation » par la fiscalité ont des effets pervers. Ainsi, quand la redistribution devient trop forte, elle est un obstacle à la croissance. On le mesure avec le coefficient de « Gini » (rapport de comparaison des revenus bruts avec les revenus nets). On estime à 13 le coefficient au-delà duquel une redistribution commence à avoir des effets négatifs sur la  croissance. La France serait autour de 20.  Une dynamique « perverse » qui explique que plus on relance l’économie pour distribuer et créer de l’emploi,  plus on étouffe les entreprises et moins on résorbe le chômage. Démonstration inutile, c’est ce qu’on vient de vivre début 2018.

La machine à prélever

Inutile, non plus, de revenir sur la hausse de la CSG non compensée pour les retraités et faiblement contrebalancée pour les  actifs par la diminution des charges salariales et la suppression de la taxe d’habitation par tranches. Mais cet exemple est emblématique. L’Etat prélève et redistribue en dépensant plus au passage. Tout  le système d’imposition tend à se concentrer sur les mêmes, les classes dites moyennes, qu’il appauvrit évidemment parce qu’elles doivent payer toujours plus, sans que les plus démunis, chômeurs ou précaires, n’en profitent vraiment,  malgré tous les dégrèvements et avantages « sous conditions de ressources » dont ils bénéficient par ailleurs. Ce système débouche sur une situation explosive à terme : il n’y aura que des très riches et des pauvres. Du pain béni pour le populisme. Il présente un inconvénient majeur : il freine pour ne pas dire obère, la production de richesse, par les charges qu’il impose : 56% du PIB.

Le choix de l’appauvrissement

Le financement des retraites nous donne un autre exemple de la préférence pour la pauvreté : les cotisations de retraite complémentaire prélevées sur le plus grand nombre d'actifs, celles de l'Agirc et de l'Arrco,  vont être relevées, pour harmoniser les normes des deux régimes et pour les renflouer. La hausse des cotisations reste une tentation, même si les syndicats rétifs semblent avoir compris qu'il n'est pas souhaitable de relever indéfiniment les charges sur le travail. Mais c’est ce qui va se passer le 1er  janvier prochain. Ensuite, les retraites vont être moins augmentées que la hausse des prix, qui a fâcheusement accéléré ces derniers mois. La baisse des pensions reste là encore une autre solution de facilité, comme on le voit avec les arbitrages gouvernementaux d’un gouvernement à la recherche de marges de manœuvre inexistantes. Autrement dit, on reste dans l'ancien monde. Face à des problèmes de financement, on relève les cotisations et on laisse s'éroder le pouvoir d'achat des prestations sans toucher au troisième paramètre de l'équilibre du système, l'âge de la retraite. Or il est à la fois possible et souhaitable de relever cet âge. Et  au moins la solution serait durable. Le  manque de lucidité et de courage est évident.

Il existe encore un autre moteur de la pauvreté,  c’est notre modèle de croissance qui privilégie la « consommation ». Or celle-ci est génératrice du lourd déficit de notre balance commerciale. Je le répète, si nous produisons 2 points de croissance en la stimulant, soit 44  milliards d’€ de plus pour le PIB, nous creusons en même temps le déficit du commerce extérieur qui s’est soldé l’an passé par un trou de 65 milliards d’€ (et nous avons déjà 33,5 milliards d’€ de déficit à la fin du premier semestre de cette année). Le calcul est simple : voilà un cycle pervers qui nous appauvrit collectivement.

Le  choix de la dépense publique

Depuis son arrivée au pouvoir, l’exécutif a-t-il cherché à réduire la dépense publique ? Evidemment non, puisque les dépenses de  l’Etat ont encore augmenté. Et au lieu de s’attaquer aux réformes structurelles indispensables, comme  la réduction drastique du nombre des fonctionnaires, il préfère encore, pour le budget 2019  pratiquer la vieille technique du « rabot » qui consiste à plafonner artificiellement les dépenses des ministères, uniquement guidé qu’il est par l’objectif de tenir le déficit en-dessous des 3%. On n’en finirait pas de lister tous les choix  gouvernementaux qui cèdent à  la dépense. Les propositions des experts de CAP 22 qui préconisaient une baisse de 30 milliards d’€ des dépenses publiques d’ici la fin du quinquennat ont été mises à la corbeille. Et on engage de nouvelles dépenses ruineuses comme l’inutile service universel ou  l’extension du champ de l’assurance-chômage. L’euphorie de l’an passé aura été de courte durée.  La dégradation de l’environnement international explique en grande partie le ralentissement : hausse des taux d’intérêt et du prix du pétrole, guerre commerciale, technologique et même monétaire. Mais les erreurs de politique économique de Macron pèsent lourd tout de même. Le  choc fiscal de 4,5 milliards d’€ de prélèvements supplémentaires sur les ménages et l’explosion de la fiscalité sur les carburants et sur l’immobilier ont jeté un coup de froid sur la consommation. Et maintenant, il faut rajouter le choc du prélèvement à la source qui ne manquera pas de se  produire, ne serait-ce que par le vaste transfert des charges de l’Etat sur les entreprises.

Produire de la richesse d’abord

Il faut remplacer le cercle vicieux de la pauvreté par le cercle vertueux de la prospérité. Il faut privilégier les entreprises et en premier lieu l’investissement et l’innovation. Cela suppose une baisse significative de leurs charges qu’on peut obtenir par un transfert de deux ou trois points de TVA, et de leurs contraintes administratives. Le retour de la compétitivité leur permettra de regagner des parts de marché, notamment en Europe  où c’est le plus facile, de générer des emplois et  enfin d’augmenter les salaires. Produire la richesse d’abord avant de la distribuer. Rien n’interdit d’accompagner une telle politique de mesures favorisant l’emploi en diminuant les indemnités du chômage progressivement.

 

 


COULIS D’ETE

 

Self service

 

A LA CAFET’

La cafétéria c’est le bon compromis entre le restaurant traditionnel et le fast-food type Mac Do’. Au restaurant, il faut pouvoir prendre son temps, et le fast-food propose des menus stéréotypés qui vont un temps. A la sortie de l’autoroute, une grande enseigne de supermarché s’est installée et offre les services d’une cafétéria où nous mangeons de temps en temps : c’est bon, c’est économique et c’est suffisamment rapide. Le self est organisé en deux parties : la première propose en plusieurs étals et îlots tout ce qui est froid : salades de fruits, salades en tout genre, assiettes froides avec jambon cru ou saumon, pizzas, fromages, pâtisseries, et les boissons. Ensuite on franchit la barrière des caisses où l’on peut commander éventuellement un des plats chauds proposés, viandes grillées, poissons, plats cuisinés, à aller chercher une fois installé à une table. Les légumes sont accessibles à volonté. Nous voilà donc à faire la queue au self-service de cette grande enseigne. Il faut dire que nous avons choisi la bonne heure : midi et demie, l’heure du coup de feu. C’est l’occasion de vérifier trois travers bien de chez nous dont nos compatriotes ont la spécialité.

La peur de manquer.

Le petit hall des plats froids est assez encombré entre ceux qui cherchent à se servir une entrée ou/et un dessert, du pain, une boisson, et ceux qui font la queue aux deux caisses ouvertes. Il pourrait y en avoir trois, mais deux seulement sont opérationnelles. A cette heure d’affluence, c’est assez incompréhensible, mais c’est toujours comme ça. Le mois d’août sans doute … Nous tentons donc de cheminer, plateaux en mains, dans cet agglomérat compact. Etant donné le monde en quête d’objets de sustentation, les vitrines réfrigérées ont tendance à se dégarnir. C’est là que la « peur de manquer » entre en action. Certains n’hésitent pas à bousculer pour atteindre leur objectif : la dernière assiette au saumon, où sur l’îlot des desserts, la dernière tartelette aux myrtilles. Ces goujats sont sans retenue. Ils vous passent devant sans vergogne sans même un « pardon ». S’il n’y en avait qu’un encore. Nous avons donc droit à une « vestale » plantureuse qui profite d’un espace étroit et éphémère entre la personne qui me précède et moi, pour plonger littéralement sur l’assiette dont j’allais me saisir.  Ce manque de délicatesse est bien inutile parce que dans les minutes qui suivent l’étal est réapprovisionné par un service qui a l’œil. Cela ne nous empêche pas de parvenir à nos fins : j’ai opté pour une assiette de jambon cru, un wrap et un bol de fruits rafraîchis en salade. De quoi faire un repas complet agrémenté d’une carafe de 25 cl de rosé remplie à la tireuse. En raison de la foule, inutile d’envisager un plat chaud, il y a gros à parier qu’une queue monumentale s’étirera devant le grill. Il s’agit de ne pas perdre trop de temps. Personne ne nous attend, mais rien n’y fait : on ne change pas les habitudes acquises avec quarante années de vie professionnelle.

La resquille.

Il faut maintenant faire la queue pour payer. Et évidemment, nous devons composer avec ceux qui sont plus pressés que les autres et qui « grugent ». J’en vois deux qui étaient derrière nous et qui se retrouvent maintenant devant. Ils ont profité des mouvements de ceux qui sont en train de se servir et nécessairement coupent la file pour se faufiler et gagner trois ou quatre places. A quelques mètres de la caisse, il faut néanmoins choisir entre la caisse de gauche et celle de droite. Mauvaise pioche : ils ont opté pour la droite et c’est justement dans cette queue-là que devant eux sévit cet autre archétype social : l’emmerdeur qui n’a rien compris, n’a pas ce qu’il faut, cherche éperdument sa carte de paiement, demande des détails, que sais-je encore ! En l’occurrence c’est une « emmerdeuse » qui a oublié de prendre ses couverts et tente de payer avec des tickets restaurants que l’établissement n’accepte pas, c’est écrit en grosses lettres. Nos resquilleurs patientent derrière, impuissants et visiblement énervés. C’est ainsi que, ayant choisi l’autre alternative, nous nous retrouvons bien avant eux dans la salle pour nous installer à deux pas de l’îlot des légumes d’accompagnement. Il y a une justice quand même !

Les yeux plus grands que le ventre.

Ce qui est apprécié dans ce genre de restaurant, c’est la partie « buffet à volonté ». C’est le cas de celui des légumes que chacun peut librement choisir pour accompagner son plat. Les plats sont disposés en cercle sur une plate-forme installée autour d’un pilier : il y a là, côte à côte : les inévitables frites, les pommes sautées, des beignets de fleurs de courgettes, des pâtes, des haricots verts, des mogettes,  des choux fleurs… Alors que nous sommes occupés à déguster notre repas, je ne peux m’empêcher d’observer le va et vient continuel des gens qui viennent se servir. Et je constate alors que pour beaucoup « à volonté » signifie à satiété, voire plus… C’est incroyable ce qu’on peut entasser de frites sur une assiette déjà bien garnie. C’est vrai, elles sont bonnes et toutes fraîches, mais tout de même ! Elles semblent faire l’unanimité. Je remarque aussi que les portions sont proportionnelles au gabarit de celui qui se sert et visiblement personne n’a entamé un régime pour diminuer sa surcharge pondérale. Un peu comme la dette de la France. On y pensera demain. On pourrait y voir aussi comme une volonté de se refaire sur le dos du prestataire, une compensation du prix, pourtant très raisonnable,  qu’il a fallu payer pour le reste. J’en étais là de mes réflexions quand une petite fille plutôt menue est venue s’asseoir à la table voisine avec une énorme assiette de moules…  Nous avions fini notre repas. Je ne saurais jamais si elle l’a terminée !

 


COULIS D’ETE

Blonde sur la plage

 

LA BLONDE SOPHISTIQUEE

La plage est un spectacle.

Pour qui est observateur, elle devient rapidement un observatoire de nos contemporains que le sociologue n’hésiterait pas à classer en catégories, tant les typologies sont variées et révélatrices des tendances comportementales et de l’évolution de nos us et coutumes. Mais il y a des constantes. La « blonde sophistiquée » en fait partie.

Nous sommes installés au pied de la  dune, à l’abri des sautes de vent.  A  droite, la plage s’étale jusqu’à Saint-Vincent sur Jard, à quelques encablures. A gauche elle court sur près de 8 km jusqu’à la  pointe du Grouin du Cou. Un beau cordon littoral continu couronné du vert sombre de la forêt de Longeville. Devant, la  marée à mi-hauteur dégage un large espace de  sable en pente douce, avec un léger ressaut qui marque la limite de  la marée haute. C’est sur cette partie légèrement surélevée qu’elle s’est posée, juste en face de nous.

Sur sa serviette de plage, elle a pris la pose.

La « blonde sophistiquée » ne laisse rien au hasard. Elle est allongée sur le ventre avec une posture précise : elle tient dans sa main, d’un geste étudié, sa jolie tête dont ses cheveux dorés tirés vers le haut et rassemblés par une petite barrette accentuent la  rondeur. Elle porte évidemment une paire de lunettes de soleil d’un jaune réfléchissant très mode et accordé à sa chevelure. Je ne connaitrai donc pas la couleur de ses  yeux. Je les imagine verts, pour le fun…

Le moment d’aller se rafraîchir est venu.

Evidemment, elle se trouve sur mon chemin.  Passant près d’elle, je prolonge mon observation d’un coup d’œil panoramique : son corps  bien proportionné arbore un maillot de bain deux pièces noir, très pudique, agrémenté, on s’en serait douté, d’une petite bande de broderies dorées. Le côté pile, en tout cas est uniformément  bronzé, d’une belle  couleur pain brûlé,  sans le moindre défaut. On sent là aussi le soin et la précision  pour éviter la moindre imperfection. Près d’elle est disposée à portée de main une petite trousse carrée rose, décorées de bandes tressées dorées, qui appartient sans nul  doute à l’univers des  poupées  Barbie.

Un peu plus tard, le corps correctement refroidi, je refais le chemin vers mon parasol  en sens inverse. Cette fois-ci j’ai droit au côté face. Elle est allongée sur le dos. Même constat sur les proportions du corps et le décorum du maillot de bain, haut et bas, même hâle parfait. Visage impassible.

Une rôtissoire programmée.

Et de fait, de ma  place, prolongeant mon observation, je constate que la « crêpe » est retournée tous  les quarts d’heure, montre en main, en un mouvement de métronome lent. Et à chaque fois, elle plonge la main dans sa trousse  pour en saisir un flacon de produit solaire dont elle s’enduit méticuleusement. Pour elle, bronzer sur la  plage est une activité à temps plein. Pas de lecture, pas de jeu, pas de bain. Juste prendre  le soleil et  le faire savoir,  car la place choisie n’est certainement pas  le fait du hasard. Elle est jolie et elle le sait, elle veut que nous aussi on le sache ! Une blonde à la peau brunie comme ça, ce n’est pas courant.

Je n’ai pas voulu prendre de photo, ce n’est pas l’envie qui manquait. Respect de l’image de la personne oblige. Je ne me voyais pas  lui  demander l’autorisation. Aussi l’illustration ci-dessus ne correspond-elle pas…

 

 


COULIS D’ETE

Achille Talon

 

« TU AS RONFLE ! »

Le ton faussement détaché  a quand même gardé son côté comminatoire : « si, si, tu as ronflé ! ».  Une sentence qui vient sortir l’interpelé de sa torpeur, surpris l’œil quelque peu torve assorti du regard du « ravi de la crèche ». Et cela, juste au moment où il goûtait la volupté de fermer les yeux  tout en suivant une conversation dont les éclats de voix lui parvenaient de plus en plus lointains dans une atmosphère progressivement cotonneuse. Que répondre ? Il n’y était plus !

Devant ses dénégations, car on n’aime pas être accusé de ronfler en public, la question le crucifie : « Ah oui ! Qu’est-ce qu’on disait ? ». Le réveillé est acculé, alors qu’il est encore ébloui par la luminosité de la nappe blanche d’une table  en fin de déjeuner. Le soleil est radieux, l’air embaume les roses toutes proches,  l’ombre est délicieuse. Son regard balaie l’assistance des convives qui, mi-goguenards, mi-ironiques, attendent sa réponse. Avec indulgence bien sûr. De quoi replonger.

Les yeux refermés, l’intéressé marmonne une réponse complètement à côté. Dans sa tête a surgi le visage de la tombe inca qui surprend Tintin dans le tunnel du Temple du soleil. La digestion doit s’accompagner d’une petite sieste, c’est bien connu. Et quand on a des invités et un repas un peu trop riche, l’âge aidant, le résultat est garanti. « Tu devrais aller t’allonger » lui suggère alors la même voix sur un ton bien plus doux. Message reçu dans les nimbes alors que déroulant le fil de l’histoire, on ne sait pourquoi, il en était  à la dalle qui bascule dans la grande salle du trône de l’Inca…

Mécaniquement, le somnolent s’exécute, sans chercher à résister. Les rires ponctuent son parcours sans qu’il cherche à savoir si c’est lui qui en est l’objet. Alors défile la liste des résolutions qu’il avait  prises  pour ces vacances et toujours en rade : faire du vélo, ranger le garage, lire le dernier Pennac… Livré à ses réflexions, tout en marchant vers le canapé, ce coup de pompe lui paraît vraiment surprenant. Ce n’était pas la  première fois qu’un petit coup de mou le prenait après le repas,  mais il trouvait l’excuse dans son activité débordante. Mais là ?  Enigme !

« Finalement, c’est crevant les vacances », dit-il en balbutiant au milieu d’un baillement, en forme de conclusion logique.

 


COULIS D’ETE

Chilienne-double-


 

ATTAQUE DE CHILIENNE EN RASE-MOTTES.

On ne  peut  pas vraiment dire qu’on ne s’y attend pas. Depuis début août, ça couvait,  comme on dit ! Et puis subitement, le 6 août, l’attaque a eu lieu,  sans  prévenir évidemment.  Une  attaque  surprise dans la touffeur méridienne  au pire moment de  la   journée,  quand on sait  l’adversaire sans défense.

Et l’on se retrouve affalé dans la chilienne qui se demandait bien quand ça allait arriver.  Et  vous voilà alangui,  paralysé, inerte, le dos en arc de cercle, les bras ballants. C’est traître une attaque de Chilienne !  J’aimerais vous y voir !  C’est vrai qu’on ne doit pas avoir l’air très malin,  la tête  à moitié à la renverse et la mâchoire à demi pendante. Mais une fois qu’on est dedans,  essayez donc de trouver la force de vous en sortir quand tout le corps dit non et que votre cerveau est aux abonnés absents.

Alors autant se laisser aller en attendant le moment propice à la contre-attaque. Va pour une petite ronflette.  C’est la faute aussi à ce fichu micro-climat vendéen qui vous fait pousser des chênes-verts  comme sur la côte d’Azur.  Il  ne manque que les cigales.  Cette année la température peut rivaliser, et même le bleu de l’Océan, avec celui de la Méditerranée. Il n’y a que la température de  l’eau, dont je ne dirais mot. En attendant c’est la position « relax », car de toute manière, il  fait trop chaud pour envisager quoi que ce soit.  Même tenir un stylo  pour un sudoku n’est pas soutenable, c’est dire : manque d’énergie, cerveau trop mou.

La  chilienne était en embuscade depuis que je l’avais dépliée en arrivant et installée dans son coin habituel du balcon, à l’ombre. Et elle a attendu patiemment son heure. Joli coup très réussi. Elle savait qu’elle parviendrait à ses fins, un jour en début d’après-midi, comptant sur les effets conjugués du rosé – la cuvée « Marie du Fou » est un vrai piège-, de la digestion et de la température. Elle m’a cueilli au moment où j’allais m’endormir sur le journal.  C’est sympa une chilienne quand elle tombe à pic. Elle sait se rendre irrésistible. Même le café n’y peut rien.

Pourtant, j’aurais dû le savoir : chaque année c’est la même chose. J’essaie de faire passer  les bricoles à remettre d’équerre dans l’appartement  en premier. Il y a un an, j’ai tenu quatre jours avant de  me faire  avoir.  Cette année, la chaleur aidant, je n’ai même pas tenu deux jours !  Des  attaques de chiliennes, j’en ai connu plein : en voyage, sur le balcon de la location, à l’hôtel, au bord  de la  piscine, et même l’hiver à la neige,  il y en a toujours une à vous tendre sa toile –les chiliennes n’ont pas de bras, à la différence de leurs cousines  les chaises longues-. Et chaque fois, on se fait prendre parce qu’elle a un allié avec elle, ce rayon de soleil qui fait qu’on cède à la tentation.

Mais va bien falloir que je bouge. On a beau « tuer le temps », il s’échappe quand même et trop vite. L’heure de la contre-attaque a sonné. Ce soir j’ai un apéro à préparer et il ne faut pas que je m’y mette trop tard. C’est un autre type d’attaques, mais celles-là, c’est moi qui les mène. Bah tiens !

La chilienne admet facilement sa défaite, elle compte prendre sa revanche dès demain…

 


COULIS D’ETE.

Aout geluck001

 

LA PLAGE ET LE SABLE

Une plage sans sable, c’est une plage de galets. Ce n’est pas le pied. Ou plutôt, ça fait mal aux pieds, et pas qu’aux pieds. A moins d’avoir un matelas bien épais, on peut compter ses abattis en se relevant d’une petite sieste. Donc, le mieux, c’est la plage de sable fin. Voire …

Le sable de la plage n’est jamais comme il faut. Quand il est sec, il est brûlant, on y marche malaisément, il s’insinue dans les chaussures où il nous picote. Quand il est mouillé, il colle et on ne peut plus s’en défaire. Enfiler les nu-pieds devient alors une torture. Pourtant, il ne dissuade guère les amateurs de plage qui s’agglutinent sous leur parasol, s’étalent sur leurs nattes, serviettes et autres accessoires. En fait, à la plage, quand il fait beau et chaud, il n’y a que dans l’eau qu’on est bien. A condition que des cailloux ou galets vicieux, charriés au gré du flux et du reflux, ne viennent pas meurtrir vos pieds douillets.

Je soupçonne les vacanciers d’être un brin masochistes.

En temps ordinaire, ils jugeraient cette activité insupportable s’il s’agissait de conditions de travail. Rendez-vous compte : une expédition à la plage nécessite d’emporter et transporter un parasol ou une tente pliable, autant de nattes que de personnes, les serviettes de bain, le ballon, les raquettes type Jokary, les anciens ajouteront un siège pliant et je n’oublie pas les planches de surf des enfants, sans parler des goûters et des rafraîchissements qu’il faut trimbaler dans une glacière. On y va à pied, c’est une galère. On y va en voiture, il faut charger le coffre, trouver une place pas trop loin ce qui s’avère être un pari aventureux, surtout si on en cherche une à l’ombre. Ensuite il faudra de toute façon parcourir un bout de chemin « pedibus cum jambis ».

C’est marée haute.

Les gens sont tassés, faute de place. L’océan impose ses règles : il faut tenir compte des marées. On se dit que tout-à-l’heure, il y aura un peu plus de place quand la mer commencera à redescendre. Donc, on s’adapte. Une fois installés, le parasol planté, ployant sous les coups de vent, chacun commence à s’occuper. Le plus simple c’est de s’allonger sur la serviette et de se laisser aller sous le soleil jusqu’à ce point de somnolence où tout s’estompe dans une atmosphère sirupeuse. Le cri des mouettes se fait lointain et le bruit du ressac tout proche couvre les braillements des bambins. On peut aussi reprendre la lecture du polar entamé la veille. Comment se mettre : à plat-ventre, le dos cambré ne tarde pas à protester ; sur le dos, il faut tenir le livre en l’air, à contre-jour ; allongé sur le côté, appuyé sur un coude, ça n’est pas pratique quand il faut tenir les pages à deux mains à cause du vent ; assis en tailleur alors, mais il faut changer souvent de position. Je ne vous parle pas du sudoku et des mots fléchés qui nécessitent en plus de jongler avec un crayon en main. Autant aller au bain.

Quand on est dedans, elle est bonne !

Encore faut-il entrer un corps surchauffé et gorgé de soleil dans une eau à 18-20°. L’océan est rarement plus chaud. Mieux vaut y pénétrer tout doucement. Sauf qu’une vague traîtresse va régler le problème en vous arrosant copieusement. Au moins c’est fait. Alors, c’est vrai, voilà enfin un peu de vrai plaisir. Subitement on se sent mieux dans un corps rafraîchi à se laisser porter par l’eau. Les enfants ont enfourché leur planche et surfent sur les vagues qui se forment près du rivage. Ils vont s’épuiser en allers-retours joyeux. Au moins ils dormiront bien ce soir. Le temps passe, le soleil décline. Il est temps de sortir de l’eau pour sécher un peu avant de penser à tout plier pour le retour.

Attention de ne pas exposer le corps mouillé au sable sec. Déjà, les pieds sont enveloppés d’une gangue dont il faudra se départir tout-à-l’heure. C’est tout un art que de se sécher avec la serviette, en une sorte de danse du scalp, avant de retrouver une position propice au séchage, au soleil et au vent. Mais déjà, on pense à la suite. Le petit apéro bien frais sera la récompense de tant d’efforts pour « se reposer ».

Je ne voudrais pas être grain de sable, l’été sur la plage.

 


COULIS D’ETE

Mots fléchés sudo

SUDOKU OU MOTS FLECHES ?

 

Sur la plage, la guerre fait rage.

Hormis les ados courbés sur leurs petits écrans, les autres tuent le temps, stylo en main, étalés sur leur serviette de plage, assis en tailleur ou affalés sur un pliant.  Ils se partagent en deux camps : les « sudokistes » et les  « mots-fléchistes ». Quelques « cruciverbistes » font encore  de la  résistance, mais ils sont nettement minoritaires et font clairement partie d’un autre âge, généralement  vénérable.

La source d’approvisionnement.

Comme les cahiers de devoirs de vacances, ils fleurissent à l’étal du marchand de journaux du coin. Une sorte d’armistice a conduit à un partage égal du présentoir : d’un côté les recueils de grilles à neuf chiffres, classées par difficulté de 1 à 10 puis assortis d’épithètes plus ou  moins terrifiants, « expert », « diabolique » et autre ;  de l’autre, en carrés plus imposants, les recueils de grilles à définitions, eux aussi en ordre gradué par difficulté. Le  marché hésite,  bien que le jeu japonais, comme son nom l’indique, semble prendre l’avantage.  Est-ce  la perte du vocabulaire par l’usage abusif des textos qui décourage les quidams en mal  de passe-temps ?

Il n’y a pas que les recueils du  libraire.

Les vacanciers ont à  leur disposition de nombreuses autres sources d’approvisionnement : le journal quotidien, les hebdomadaires, proposent généralement  des grilles.  Et comme tout le  monde doit s’y retrouver, ils offrent la  plupart du temps  le choix, y compris des grilles de mots croisés, signe peut-être  d’un lectorat vieillissant. Je n’ai, en effet, pas encore vu un jeune s’attaquer à un problème  posé par Michel Laclos ou Claude Abitbol…  Certains hebdos proposent des jeux gagnants avec des primes de 50 ou 100 € et même des lots allant jusqu’à 500 € ! Et je remarque que ce sont la plupart du temps les sudokus qui sont ainsi mis en exergue,  preuve tangible d’un engouement. Mais les accros préfèrent les recueils qui permettent d’enchainer les problèmes, les uns après les autres.

Comme la pâte à crêpes.

Adepte de l’activité cérébrale, je préfère alterner les plaisirs.  D’abord un bon bouquin sous le coude pour toile de fond. Dans ma  panoplie de plage, un stylo à encre effaçable accompagne des grilles des deux types. Après la  lecture, la grille de mots fléchés,  au moins de force 3, garde ma prédilection : une bonne grosse et  large grille. Parfois une série de définitions me résiste. C’est qu’il faut l’inspiration. Dans ce cas-là, comme  pour le  sudoku, il faut faire une  pause, passer à une autre activité. Voilà pourquoi il faut avoir sous la main tout le nécessaire. C’est comme  les positions sur le  sable,  au bout d’un moment, il faut en changer pour éviter les courbatures. Eh bien, les grilles c’est comme la pâte à crêpes, il faut laisser reposer.  Après, c’est meilleur : souvent la solution qui ne voulait pas sortir, saute aux yeux subitement, le croisement de deux lignes dégage une case qui permet de placer le chiffre décisif, le mot qui ne prenait pas forme jaillit dans un éclair de lucidité. 

Choix des stratégies.

D’une personne à l’autre, la manière de procéder diffère. Pour  le sudoku, j’ai observé deux types d’approche. Il y a ceux qui procèdent par tâtonnement  une fois épuisées les évidences. Il s’agit d’essais successifs au crayon qui remplissent les cases de petits chiffres pouvant convenir, jusqu’à la solution qui fonctionne, au risque de s’empaler sur une erreur dans la  dernière ligne droite. Cela m’a toujours paru laborieux. La procédure par la logique  pure me convient mieux.  Il faut de la perspicacité, jouer sur les colonnes ou les lignes rendues obligatoires  pour un chiffre, sans connaître son  positionnement exact dans  un casier,  pour l’inscrire par déduction avec certitude dans le casier  où il manque. Parfois, il faut faire la manipulation sur deux « tiroirs » successivement : c’est là qu’il faut rester concentré. Là encore, il faut multiplier les démarches en les associant : par élimination, par cumul, par énumération … Une astuce : je commence toujours une grille par les trois casiers du côté droit. J’ai constaté que c’était un bon moyen de démarrer. C’est peut-être parce que le concepteur l’a terminée par ce côté-là.  Pour les mots fléchés, c’est moins complexe.  En général un premier balayage de la grille permet de trouver une première série de mots correspondants aux définitions. Ensuite, si on hésite, les lettres posées peuvent orienter la recherche. Il faut compter avec l’humour du concepteur qui donne parfois des définitions « tirées par les cheveux », mais ça fait  partie du plaisir. Tiens, par exemple, « pour la coiffure » ou « en hiver », en trois lettres : « gel » évidemment ! Bon, il y a plus subtil,  j’en conviens.

Sur ce, bonne plage !

 


COULIS D'ETE ...

20160814_174904

LA PLAGE AUX « SENIORS-EN-MODE-PAUSE »

Les séniors en mission.

Juillet et août sont les mois bien connus où l’on voit sur les plages nombre de grands parents en mission : ils assurent la garde de leurs petits-enfants pendant que les parents sont encore au travail et en attendant qu’ils prennent la relève. Non pas que les structures d’accueil manquent, il y a souvent des « centres aérés » et autres « camps d’été » à disposition, mais fréquemment les enfants préfèrent aller chez « papy et mamy » où ils savent par avance qu’ils seront choyés. Alors quand en plus, il y a la mer à la clé, la question ne se pose même plus. Et l’on voit donc des têtes chenues s’affairer ballon au pied ou faire trempette entourées de leur descendance… au milieu de la foule des vacanciers qui ont envahi l’espace, armés (au sens maritime) de parasols, planches, nattes, serviettes, pelles et seaux. Nous n’échappons pas à la règle.

Heureusement, il y a aussi des moments de pause au cours de l’été.

C’est alors que nous changeons de stratégie.Tiens, par exemple, aujourd’hui, il fait chaud, très chaud, surtout au-début de l’après-midi. Depuis la fin de la matinée, nous avons vu passer, parfois en bataillons constitués, des cohortes de vacanciers, fuyant leur « habitat de plein air » surchauffé. Elles se dirigent vers la plage. Celle-ci, naguère déserte ressemble maintenant aux Champs-Elysées au moment du retour des champions du Monde ou au hall de la gare de Lyon un soir de grève. Le mètre carré de sable disponible est devenu très cher. Le temps est magnifique, le ciel est bleu immaculé et vers vingt heures la marée sera haute,  inutile de se presser. Nous attendons que la chaleur commence à retomber. Vers dix-sept heures trente, des « écrevisses géantes » commencent à remonter, saturées de rayons solaires. Puis, ce sont les jeunes mamans qui abandonnent le terrain, entourées de leurs bambins dont il faut assurer l’intendance exigeante. Le moment est venu. En chemin nous croisons les mères de famille qui remontent, transat sous le bras, vers les « mobile homes » du camp tout proche : il faut préparer le repas du soir ; elles sont suivies de près par leur mari qui aura en charge le barbecue, corvée ou plaisir, c’est selon. Nous voilà maintenant sur notre coin favori, à l’abri du vent.

La plage a pris un aspect plus fréquentable.

Quelques groupes de minettes, allongées sur leur natte, en cercles façon « concertation grave », nous gratifient de leurs éclats de rire pointus ; elles prolongent leur séjour mais ne tarderont pas à lever le siège pour aller se faire une beauté : ce soir, il y a karaoké sur le port. Le calme s’est fait progressivement. Un père, peut-être divorcé, esseulé, tape dans la baballe avec fiston ; lui ira probablement au restaurant. Le bruit du ressac reprend le dessus. Désormais, le sable nous appartient. Les cris aigus des mouettes ont remplacé les rires des midinettes. Elles passent en rase-motte pour chiper quelque reste de goûter ou de pique-nique abandonné au sable. Le soleil sur le déclin, nous caresse de ses rayons obliques. Le vent est tombé. L’océan a pris sa couleur « Méditerranée » tandis que la plage blondit dans une ambiance dorée. Restent maintenant quelques couples, célibataires ou retraités comme nous, encore là parce qu’ils n’ont rien d’autre à faire. Nous sommes installés confortablement sur notre siège de plage : reprendre l’un, la lecture du bouquin en cours, l’autre s’affairer sur un sudoku. Le moment venu, une petite baignade viendra ponctuer cette séquence de « lâché-prise ». Laisser le temps filer…  Pas de ballon intempestif, plus de rumeur sourde de la foule. Juste la mer, les oiseaux et quelques odeurs marines. Il fait franchement bon. Nous clignons juste un peu des yeux au soleil vespéral. Un vrai plaisir d’été !

Ah ! Déjà 20 heures passées… Il est temps de plier bagages. Vivement demain, même heure, même lieu.

 


SOURIEZ, C'EST L'ETE !

Internet

OUF, Y A DU RESEAU !

On vient à peine de se lever et déjà les ordis sont allumés. Pour eux, pas de problème, la wi-fi fait le job et la « box » se laisse faire. Les engins sont connectés. Mais depuis que le smartphone a remplacé  le portable, en fait on est « branché » sur le réseau 24h sur 24. C’est quoi  le « réseau » ? On ne sait pas vraiment, alors on dit Internet, ça fait savant pour pas cher. Mais comme beaucoup de gens, on ne sait  pas  vraiment comment ça  marche. Il faut bien en passer par là puisque le « fixe » ne sert plus que lorsqu’on est près de lui. Et encore.

Bon, mais ça, c’est quand tout va  bien et qu’Orange ne nous fait pas de misères. On a connu une époque où c’était la galère, la  « box » décrochait sans arrêt. C’était parait-il parce qu’on était en fin de boucle. Puis un technicien plus malin s’est aperçu que notre prise de raccordement au réseau téléphonique était très érodée en raison de son grand âge. Une fois remplacée par une neuve, nos problèmes avaient disparu. Depuis les décrochages sont devenus rares et nous prenons la précaution de tout débrancher, y compris la prise téléphone, chaque fois que nous nous éloignons pour quelques jours. Chat  échaudé  craint  l’eau froide. Il a  suffi qu’on  oublie une fois  pour qu’on retrouve  la « box » cramée à cause d’un orage.

La  « box »  est devenue le  centre névralgique de la  vie familiale. Enfants et petits-enfants, à peine arrivés, réclament  la clé de connection pour pouvoir profiter du réseau. Je l’ai photographiée dans mon « smart » pour éviter la  gymnastique indispensable pour énumérer la liste longue comme un jour sans pain de chiffres et de lettres. Tous sont munis  de  tablettes, de iphones ou de ipads et autres objets connectés. Dans le  monde connecté, il y a les « avec fil » et les « sans fil ». Ces derniers ont pris le pas sur les premiers. Mais pourquoi donc se connekton ? (pardon,  se connectent-on). De jour comme de nuit, à la maison ou sur la route, en voyage ou au travail (pour ceux qui bossent), en haut débit ou bas débit, nos écrans  servent pour jouer ou pour consulter nos messages, pour suivre la vie de la famille ou des amis sur Viber ou Whatsap, pour travailler aussi…  nous sommes connectés. On va sur la page facebook pour  lire les derniers « post » arrivés sur le  « mur », écrits par des  connaissances le plus souvent, mais aussi des  inconnus, amis de nos amis…

Quel que soit l’endroit où l’on se trouve, l’important, c’est : « y a-t-il du réseau ? »  C’est aussi vital  que le soleil. Ainsi nous avons une résidence secondaire dont nous avons supprimé  la ligne téléphonique fixe. Payer un abonnement pour si peu de consommation,  ça ne valait plus le  coup depuis que nos téléphones mobiles nous permettent de rester joignables ou d’appeler partout. Sauf qu’Internet, c’est  comme « les bras et le chocolat » : plus de ligne, plus de connection. Nous  avons donc opté pour la clé 4G, dénommée option « nomade » dans notre abonnement (sans la caravane ni la guitare). Elle nous permet de connecter l’ordi portable au réseau mobile. Enfin quand il est disponible. C’est qu’à certaines heures, à certaines  époques, au bord de la  mer, nous ne sommes pas tout seuls à vouloir utiliser le dit réseau, et il sature, l’animal.  Il faut se brancher tôt le matin quand les djeunes roupillent, par exemple. Quelle galère pour vaquer à nos occupations « webiennes » quotidiennes !

Bah,  à quelque chose malheur est bon. On a  plus de temps à consacrer à la lecture ou à  la   promenade dans le monde réel, et ça fait  grand bien : sentir le vent,  humer les odeurs iodées de  l’océan, sentir la  caresse des rayons du soleil sur la peau et … rencontrer des vrais gens avec qui « causer ». Car plus nous sommes connectés, en vérité,  plus nous sommes   déconnectés de la  réalité du monde  physique.  L’écran peut nous transporter partout, et  c’est à  peine si on regarde le  temps qu’il fait dehors. Mais l’écran est aussi un as du virtuel qui fait plus vrai que le vrai. La différence entre le vrai et le faux  n’a jamais été aussi difficile à établir et plus nous nous connectons, plus nous mettons d’écrans entre nous et la réalité du monde extérieur, quelle qu’elle soit. Au point que  l’informatique fait écran entre les choses (ou les informations) et  ce  que nous croyons qu’elles sont. Vous suivez encore ?  J’ai envie de dire qu’avec les objets  connectés nous sommes devenus des « sujets » connectés. Esclaves quoi !  Et nous le serons de plus en plus.  Déjà nous sommes, si nous n’y prenons garde, géolocalisables. Demain nous serons peut-être tapissés de puces qui renseigneront notre robot médecin sur notre santé… La chance au grattage garantie !  Et encore, je ne vous ai pas parlé de « réalité virtuelle » un oxymore (si c’est  virtuel, ce n’est  pas réel ?) ni de « réalité augmentée ».

Je crains qu’avec Internet notre bon vieux sens critique s’émousse. Ne pas croire tout ce qu’on nous raconte, cesser de gober sans réflexion les histoires les plus invraisemblables, savoir rester vigilant, autonome, attentif, face aux rumeurs et aux fables que charrient les médias et la « toile ».  Prenons le progrès pour ce qu’il est : en prendre  la  part utile, laisser le reste à ceux qui aiment l’asservissement.

Ouf, y a pas  de réseau !