HISTOIRE

NOUVEAUTE !

Pour faciliter la consultation de mes articles sur le climat et le réchauffement climatique, souvent il s'agit de compte-rendu de  lectures de livres, je les ai regroupés dans la colonne de gauche ci-contre dans "MES DOSSIERS". 

Il suffit de cliquer sur le titre qui vous intéresse pour ouvrir la page. 


EUROPEENNES : DENI DE REALITES… ET POURTANT !

Européennes 2024

 

Bardella est-il l’arbre qui cache la forêt ?

Le « monsieur selfie » occupe largement l’espace médiatique en cultivant son face-à-face superficiel avec Macron. Alors, nos compatriotes peu enclins à se documenter perdent de vue l’enjeu fondamental du scrutin du 9 juin prochain. A un mois de l’échéance, le climat est morose et le contexte multiplie les causes qui l’alimentent : le voisinage immédiat de l’Union nous inquiète avec les avancées russes en Ukraine, le Moyen-Orient nous offre le spectacle désolant d’un affrontement sanglant, en Géorgie, pays auquel les 27 ont accordé le statut de candidat à l’adhésion, le pouvoir fait voter une loi incompatible avec les valeurs européennes. L’économie patine et la reprise se fait attendre, creusant l’écart du Pib avec celui des Etats-Unis, tandis que la Chine reprend sa  politique commerciale agressive. Une réaction s’impose pour adapter le fonctionnement du vieux continent aux nouvelles conditions que les pays autoritaires imposent en s‘affranchissant de toutes les règles. Mais cela ne doit pas nous empêcher de voir la réalité : L’Union est tout simplement la meilleure combinaison de liberté politique, de prospérité économique et de cohésion sociale jamais produite par l’humanité. Cette affirmation n’est pas exagérée : même en cherchant bien, vous ne trouverez pas un autre espace dans le monde réunissant ces critères. 

Les classements internationaux attestent les réussites de l’Europe.

On ne le sait pas assez, mais l’Union place dans la plupart des secteurs 5 à 10 pays en tête des classements.  Quelques exemples : 8 dans le top 20 de l’indice de développement humain de l’ONU (niveau de vie, santé, éducation), 10 dans le top 20 de l’indice de bonheur autodéclaré, 8 dans le top 10 de la liberté de la presse, 5 dans le top 10 de la capacité d’innovation … Ces performances des différents pays concernés doivent beaucoup à l’appartenance à l’UE, mais qui en a conscience ? L’Européen moyen de notre époque, rendu myope par son comportement de consommateur final d’un confort dont il n’a plus la moindre idée des conditions qui le produisent, préfère se vautrer dans l’ingratitude, tel le passager du Titanic qui n’avait pas conscience du naufrage tant celui-ci lui paraissait impossible. 

Ne vous laissez pas avoir par les discours simplistes. 

De nombreux électeurs semblent vouloir donner leur voix à des partis politiques eurosceptiques, eurocritiques ou nationalistes. En France, le RN et Reconquête pourraient séduire 38% des électeurs, en Allemagne l’Afd un électeur sur cinq, en Italie La Lega et les Fratelli d’Italia promettent de faire autant … Certes, même les plus sévères contre l’Union ne promettent pas d'en sortir, mais leur programme prévoit de nombreuses dispositions de rapatriements de compétences à l’échelon national : donc un affaiblissement qui ne permettrait pas d’entamer les réformes nécessaires  pour rester dans la course mondiale. Ne leur donnons pas le pouvoir d’obstruction dont ils rêvent. Car, ne nous leurrons pas, seul chacun des pays d’Europe se retrouverait impuissant et perdrait son indépendance au profit de l’ogre chinois ou de « l’ami » américain.  Et les domaines sont nombreux pour lesquels c’est l’Union qui permettra de rivaliser : défense, intelligence artificielle, transition climatique, sans parler de notre protection sociale et de nos libertés.

Nous pouvons éviter le déclin.

C’est en unissant les compétences et les moyens de nos pays que nous parviendrons à enrayer le déclin qui nous menace. Il faut plus d’Europe dans la défense, les telecoms, l’énergie,  la  lutte  contre l'immigration ; il faut améliorer la capacité de décision en sortant de l’unanimité ; il faut de nouveaux partages de souveraineté qui valent mieux que pas de souveraineté du tout ; il faut donner à l’Europe sa force de frappe financière en unissant les marchés de capitaux, complément indispensable de notre Euro … La redéfinition de l’Union ne doit pas être moins ambitieuse que l’élan donné par les pères fondateurs. Ces choix sont à faire maintenant.

Alors pour qui voter ?

37 listes, c’est de la folie. Il y en a pour le moins 30 de trop qui ne sont là que pour attirer quelques milliers de voix qui leur permettent de faire vivre leur micro parti sur le dos des électeurs. N’oubliez pas que lors des précédentes élections de 2019, ce sont les Verts et le RN qui sont arrivés en tête :  qu’ont-ils fait de leur mandat ? Les Verts sont à l’origine de toutes les directives outrancières en matière de transition climatique, dont nos agriculteurs ont fait les frais, et le RN a été absent chaque fois qu’on aurait eu besoin de lui, comme pour renforcer Frontex, par exemple.  Il faut dire que la présence à Strasbourg n’était pas la priorité de Jordan « pas très là ». Parmi les listes qui ont leur place, il n’y en a que deux qui ont une utilité :  les deux qui siègent à Strasbourg dans les deux grandes formations traditionnellement hégémoniques au sein du parlement : le PSD pour les socialistes, le PPE pour la droite modérée, dont les projections annoncent une représentation à peu près stable.  Donc, chez nous, « Place publique » de Glucksmann et LR de Bellamy qui fait  une campagne brillante et démontre la qualité de ses propositions. 

 


UNE FORCE DE FRAPPE EUROPEENNE : LES MARCHES DE CAPITAUX.

Dette  mondiale

 

L’Europe est face à un mur d’investissements.

Les besoins de financements à venir sont énormes pour la transition énergétique, la révolution numérique et l’Intelligence artificielle, le renforcement de l’armement. Si le domaine de la défense appartient aux états, pour les autres, il faudra faire appel à l’argent privé.  Il n’est pas question de créer des impôts européens et ça n’est pas nécessaire. L’épargne financière des Européens représente 32 000 milliards d’euros, dont à peu près 15% sont investis en actions. Sans entrer dans les détails techniques, cela représente un potentiel de 10 000 milliards d’euros disponibles pour investir dans les domaines concernés. A cela, il est possible de dégager 3 000 milliards supplémentaires dégagés du bilan des banques. Une force de frappe mobilisable de 13 000 milliards d'euros ! Les dispositions techniques sont exposées dans le rapport Noyer, (ancien directeur de la Banque de France) présenté à Bercy fin avril.

Une autorité unique de régulation.

Pour mobiliser cette ressource financière il faut créer une autorité unique de régulation au niveau européen, afin d’unifier les réglementations des différents marchés et rendre nos acteurs et nos produits compétitifs à l’échelle européenne. Il faut créer des produits européens qui attirent les investisseurs étrangers et qui pourraient être vendus dans le monde entier. Cela permettra de renforcer l’euro dont la dimension mondiale est un atout dans la compétition internationale.

Un enjeu de souveraineté.

L’enjeu de l’union des marchés de capitaux et de la mobilisation de l’épargne européenne n’est pas seulement un enjeu de financement du « mur d’investissements » à venir, c’est aussi un enjeu de souveraineté. Lorsque les entreprises sont financées par des investisseurs américains, elles ont tendance à regarder vers les Etats-Unis, c’est bien compréhensible.  C’est pourquoi, nos gouvernants voient d’un mauvais œil l’envie de Total de se faire coter à la bourse de New-York pour bénéficier de la profondeur du marché américain qui permettrait une valorisation beaucoup plus importante, mais avec le risque de voir les actionnaires locaux devenir majoritaires et prendre le contrôle de l’entreprise. Si les Européens investissent dans les actions de leurs entreprises, elles resteront en Europe.

Notre avenir passe par l’Europe.

Voilà pourquoi il est important de porter un message positif sur l’Europe et faire comprendre à nos concitoyens la nécessité du projet européen. L’Europe est l’espace le plus démocratique au monde. C’est plus compliqué à gérer, mais en termes de liberté, de sécurité et de solidarité, nous n’avons rien à envier à nos voisins. Personne ne niera que nous avons encore beaucoup de progrès à faire collectivement, et l’union des marchés de capitaux en fait partie.  Quand on se compare aux autres, nous sommes bien plus souvent qu’on ne croit meilleurs qu'eux.  Ceux qui voyagent s’en rendent compte.  Notre avenir passe par l’Europe.

Alors quand la France et l’Allemagne souhaitent relancer les travaux sur l’union des marchés de capitaux, il faut sauter sur l’occasion.  Le rapport Noyer propose des solutions techniques concrètes et réalisables. Le mode de gouvernance proposé sera crucial pour convaincre les plus sceptiques. Certes, cette union des marchés est un projet d’intégration européenne et représente un nouveau transfert de souveraineté, mais comme l’a souligné Mario Draghi, une souveraineté partagée vaut mieux que pas de souveraineté du tout !  L’objectif : une politique unique, mise en œuvre de manière décentralisée dans un réseau intégré, à l’exemple de la politique de la concurrence qui a fait ses preuves. 

Raison de plus pour aller voter  le 9 juin !

 


L’ETONNANTE MODERNITE DE POMPIDOU

Les-Lecons-de-Pompidou

 

Emporté le 2 avril 1974 par la maladie, Georges Pompidou n’eut pas le temps de terminer son mandat. 50 ans après, son œuvre au pouvoir reste largement méconnue. Et pourtant, elle aura été une des plus belles périodes de la Vème République. L’action de Georges Pompidou ne se limite pas à son mandat présidentiel. Entré très tôt au cabinet du Général de Gaulle, il a été son premier Ministre de 1962 à 1968 avant d’être élu Président de la République en 1969, à la suite de la démission du Général.

La France de la croissance.

La décennie pompidolienne, dans l’ombre de de Gaulle d’abord puis sous sa gouvernance, est celle d’une France heureuse, même si les Français n’en ont pas forcément eu conscience au quotidien. Elle est marquée par une croissance continue du PIB de 6 à 7% l’an, ce qui ferait rêver aujourd’hui, et se traduit par un doublement du pouvoir d’achat entre 1960 et 1970. C’est l’époque où chaque foyer accède au frigo, à la machine à laver et à la voiture. Pompidou à l’obsession de l’industrialisation et fait sortir le pays de l’âge agricole. Mais il veille aussi au bonheur des Français, son autre obsession. Ce qui pourrait paraître surprenant, c’est qu’encore aujourd’hui, on vit sur de nombreux acquis résultant de la politique de Georges Pompidou, à commencer par le nucléaire.

Un personnage aux multiples facettes.

Normalien brillant, à l’intelligence vive, Pompon ou Pompi, comme on aimait l’appeler à l’époque, commence sa carrière comme professeur à Marseille, avant de devenir un haut fonctionnaire dont le parcours passe par la banque Rothschild.  Il garde de ses origines paysannes de Montboudif, dans le Cantal, un solide bon sens paysan et sa vision politique est un mélange de pragmatisme et de volontarisme, le tout empreint d’une fibre humaniste. Féru d’art moderne, il est néanmoins attaché au patrimoine de la France. Avec sa femme Claude, il fréquente les milieux branchés mais aime à se retrouver dans sa maison d’Orvilliers, le week-end, où ils mènent une vie simple. Le Provincial veillera aussi à ce que l’Etat reste à sa place et craignait par-dessus tout l’administration et sa paperasse.

Les leçons pour notre époque.

Le mérite de David Lisnard et de Christophe Tardieu, grâce à un découpage thématique efficace, est de nous proposer un ouvrage qui s’appuie à la fois sur les bases historiques, comprenant les relations avec Charles de Gaulle, les Institutions et le rôle de l’Etat, les politiques étrangères, industrielle et sociale avant de jeter les ponts avec le présent : l’aménagement du territoire et l’écologie, l’instruction et l’éducation, la culture, l’homme et la civilisation … Les nombreuses citations et anecdotes agrémentent la lecture. Mais, il ne s’agit pas pour les auteurs de se comporter en thuriféraires béats. Ils dressent le portrait d’un homme d’Etat décidé, et moderne, construisant l’avenir, soucieux des équilibres sociaux, réfléchissant sur le progrès technique et attaché à un équilibre entre métropolisation et ruralité. On en tire une leçon générale qui résume assez bien le pompidolisme : « il y a un besoin urgent de bon sens politique contre l’impuissance publique. »

"50 ans après, Pompidou un modèle" : il faut évidemment s’abstraire du contexte socio-économique qui est très différent.  C’est davantage à travers une pratique du pouvoir et de la volonté politique au service d’une vision de l’avenir que l’exemple de Georges Pompidou peut avoir un intérêt. Le mérite de l’ouvrage est de nous le faire toucher du doigt.

 


MAIS Où SONT PASSES LES ELECTEURS DE DROITE ?

Européennes 2024

 

Depuis 2012 et la défaite de Nicolas Sarkozy, les électeurs des Républicains se sont réfugiés dans l’abstention ou éparpillés entre Macron, le RN et le parti de Zemmour, au motif que la droite n’avait pas fait ce qu’elle avait qu’elle ferait. Depuis l’eau a coulé sous les ponts.  Pourtant, le même reproche continue d’être prononcé alors qu’elle n’est plus au pouvoir depuis 12 ans. A la veille du scrutin européen, on peut même affirmer qu’il est largement injustifié.

Un candidat fiable.

Avec François-Xavier Bellamy, nous avons un candidat qui affirme clairement nos convictions et à qui on ne peut pas faire ce reproche. Du plus loin que je puisse remonter, je n'ai pas le souvenir d'autant d'intelligence, de compétence et de clairvoyance concentrées sur une seule personne.  Elu il y a cinq ans, son bilan d’action au Parlement européen parle pour lui : il a rempli tous les engagements qu’il avait pris et porté haut les couleurs de notre parti au sein du PPE.  Quelques exemples des décisions auxquelles il a fortement contribué avec nos élus : pour le pouvoir d'achat, ils ont obtenu que le prix de l'électricité ne soit plus lié à celui du gaz, et notre pays retrouve ainsi l'atout du nucléaire malgré le choix du gouvernement d'augmenter les taxes sur l'électricité ; sur l’immigration et  la protection de nos frontières, ils ont obtenu l’augmentation du budget de Frontex, le financement de murs aux frontières de l’Europe, que la commission européenne renonce à la délocalisation obligatoire des migrants et défendu une solidarité européenne réaliste via un soutien financier ou logistique, et qu'un individu qui fait une demande d'asile, s'il en est débouté, ne pourra demander l'asile dans un autre pays européen ; pour l’agriculture ils ont apporté un soutien sans faille à nos agriculteurs en garantissant les fonds de la politique agricole commune, en empêchant le gel de 10% de la surface agricole, et défendu les éleveurs en votant de nouvelles règles sur les émissions industrielles ;  ils sont aussi à l’origine d’une importante victoire pour l’énergie nucléaire : ce sont eux qui ont  obtenu que la filière nucléaire bénéficie des 210 milliards d'euros du plan de relance européen, et défendu l'idée que l'énergie nucléaire, en tant qu'énergie décarbonée, peut aider à atteindre les objectifs en matière de climat ;  Enfin, ils se sont  opposés à la création de tout nouvel impôt européen et opposé vigoureusement à la promotion du voile islamique. Ils ont participé à la décision de créer une barrière écologique pour taxer les importations des pays les plus pollueurs et en matière de défense à la création du premier fonds européen de défense pour soutenir nos forces armées.

La gauche se reconstruit avec Glucksmann, pourquoi pas la droite ?

À quelques semaines du scrutin, la liste LR est toujours estimée entre 7% et 8% des intentions de votes. Mais se disant pleinement engagé dans la « bataille », nos candidats veulent croire que les choix des électeurs de droite ne sont pas cristallisés et qu'ils finiront par être sensibles aux « principes » défendus par LR. Des signaux positifs remontent du terrain où les militants manifestent un appétit pour les qualités de Bellamy et la densité de son discours. Nos électeurs ont la chance de pouvoir voter pour des candidats qui joindront les actes à la parole et qui en ont fait la preuve. Et le moment est venu de renouer avec les valeurs de la droite républicaine modérée. On ne règlera pas le problème de l’immigration par la xénophobie que propose Reconquête ni par l’affaiblissement de l’Union que propose le RN. 

Ce n’est pas le moment d’affaiblir l’Union européenne.

Le contexte géostratégique nécessite au contraire le renforcement de son action, notamment en matière de défense.  Avec le Général Gomart au sein de la liste, LR propose une ligne d’action compatible avec le respect de notre souveraineté nationale. Le projet européen du RN a gommé ses aspects les plus radicaux, mais continue de remettre en cause des piliers essentiels du fonctionnement de l'Union européenne. Priorité nationale, primauté du droit français, droit de véto : Jordan Bardella, la tête de liste du RN, défend des mesures perçues comme revenant à défaire la construction communautaire de l'intérieur. Sous ses aspects plus policés que par le passé, le programme du RN en vue du scrutin européen continue d'égrener des mesures perçues comme clairement contraires aux règles de fonctionnement actuel de l'Union européenne, et qui auraient pour effet d'amener à son délitement. Sa victoire réjouira surtout M. Poutine. 

Le 9 juin, il faut donc aller voter, c’est très important.

Le 9 mai, c’est la « journée de l’Europe ». A la veille de cette commémoration,  et à un mois du scrutin, je voudrais inviter tous nos électeurs à voter pour François-Xavier Bellamy. Comme le dit Catherine Nay, c’est « de loin, le meilleur candidat ».  Il s’agit d’élire nos députés au Parlement européen et pas d’un referendum contre Macron.

Pour conclure, donnons la parole à la tête de liste LR : « C'est de nous-mêmes que vient notre propre fragilité. L'intensité du contrôle, de la défiance, de la surveillance, de l'asphyxie généralisée de notre société… Nous voulons sortir d'une Europe de la norme et rentrer dans une Europe des stratégies collectives ». Voilà une belle ligne de conduite !

 


ASSEZ DE LA CHIENLIT GAUCHISTE !

Blocage science po


 

L’extrême-gauche s’est toujours trompée : pendant des décennies le PC avec les lendemains qui chantent de l’URSS en restant dans le déni des crimes staliniens et des goulags, puis les maoïstes ont pris le relais avec l’agit’prop dans les universités et les exaltés de mai 68. On sait aujourd’hui l’escroquerie intellectuelle que ça a été. Mélenchon procède de la même démarche avec son islamogauchisme et sa solidarité avec le peuple palestinien qui cache en réalité un soutien aux terroristes du Hamas.  Tout est bon pour peu que l’on pourfende Israël au nom de la lutte contre le sionisme qui cache mal un racisme antisémite, et devenu le symbole de l’impérialisme blanc, occidental qu’il faut « déconstruire ». 

Il suffit d’une poignée d’étudiants, largement minoritaires mais déterminés, pour faire le ramdam. Bloquer une fac, une grande école, c’est tellement facile. Mais quand le mal touche un établissement comme Science-Po Paris, sensé former les élites qui gouverneront demain, on s’interroge sur l’intelligence et les compétences de ces excités. Que penser devant le spectacle de cette salle d’université remplie de jeunes dont beaucoup de petits citadins plutôt des beaux quartiers, chauffés par des conférenciers contre « l’Etat colonial génocidaire et raciste d’Israël », à coup de formules en novlangue « intersectionnelle ». Ils n’ont que faire de la vérité historique ou géographique, connaissent-ils seulement le nom du Jourdain, mais ces défenseurs des opprimés ne sont jamais soumis à l’évaluation des connaissances et pratiquent encore moins le débat contradictoire.

A leur décharge, ces étudiants sont le fruit des deux dernières décennies qui ont vu sombrer le système éducatif, munis d’un baccalauréat au rabais. On est loin de l’objectif visé :  faire d’eux une génération de citoyens éclairés, capables de penser par eux-mêmes, forts d’une raison critique charpentée. Ils nous offrent le spectacle affligeant d’amphithéâtres transformés en tribunes de l’ignorance, du négationisme et du complotisme.  Université française et tes traditions universalistes où es-tu ? Faute de culture historique, ces jeunes militants sont perméables aux manipulations et aux mensonges politico-historiques dont LFI s’est fait la spécialité, Mélenchon reproduisant le modèle de ses prédécesseurs.

Le plus grave c’est que ces jeunes activistes adhèrent à l’idéologie gaucho-frériste et font le jeu des ennemis du monde occidental, de nos démocraties et de nos libertés.  Il n’est peut-être pas inutile de leur rappeler que la révolution en Iran est née de la jonction entre communistes et islamistes. Et Mélenchon aveuglé par son délire électoral, devrait pourtant savoir que Khomeyni s’est empressé d’emprisonner et exécuter ses alliés communistes sans l’ombre d’une hésitation, une fois au pouvoir.

Ce triste spectacle devrait inciter nos gouvernants et nos intellectuels à réagir fermement pour rétablir la vérité : mettre fin à l’amalgame entre musulmans et islamistes voulu par les islamistes au nom de « l’islamophobie » dont nous serions coupables alors que nous sommes face à une laïcitophobie exacerbée de leur part, muselant les citoyens français musulmans dans une illusion communautaire qui dessert tout le monde.

La laïcité c’est la promesse républicaine incarnée. Comme le proclame Abnousse Shalmani, « quelles que soient nos différences de naissance, de sexe, d’ethnie, de religion, nous sommes frères et sœurs en humanité.  C’est révolutionnaire et puissant ». Elle réunit sous le même drapeau et sans discrimination tous les citoyens qui signent le pacte républicain, rassemblant dans un même mouvement universalisme et humanisme, ouvrant sur la possibilité de choix, donc la liberté individuelle. Il est urgent de retrouver le chemin de l’universalisme : cessons d’abandonner nos concitoyens à la pression communautaire des islamistes, soutenons les efforts de nos intellectuels qui défendent encore ses valeurs, soyons fermes face aux dérives qui empêchent leur transmission à l’école ou ailleurs. La laïcité, plus que jamais reste le rempart de la République.

C’est au nom de la laïcité et de la liberté individuelle contre l’embrigadement qu’il faut combattre LFI, Mélenchon et ses sbires mal éduqués qui dégradent l’image de la démocratie par leur comportement à l’Assemblée nationale et en instrumentalisant des jeunes en mal de causes à défendre. La laïcité, c’est le point faible de Mélenchon.  

 


EUROPEENNES : LES VOTES DE L’IMPUISSANCE.

Europa

 

La liste RN caracole en tête des sondages avec 30% des intentions de vote. Beaucoup d’électeurs qui se disent de droite vont semble-t-il contribuer à ce succès. Ce constat me navre tellement je suis persuadé qu’ils sont en train de faire une grosse bêtise dont ils constateront trop tard les effets délétères. Au moins les électeurs   de gauche sont-ils moins bêtes en fuyant les outrances de Mélenchon et en reportant leurs voix sur le candidat socialiste Raphaël Glucksmann. A droite, ils n’ont pas l’excuse de l’absence d’alternative, car  ils ont à  leur disposition la liste de  François-Xavier  Bellamy  qui présente toutes les  garanties de sérieux et d’efficacité comme  en témoigne le bilan des actions  menées au cours du mandat sortant et de renouveau avec l’arrivée de Céline Imart et du Général Gomart.

Voter Bardella est une escroquerie.

Bardella, épargné à force de ne rien dire, fait campagne contre Macron : hors sujet. Après le 9 juin, il sera toujours là. Il réclamera la dissolution de l’Assemblée nationale : nouveau hors sujet et aucune chance de l’obtenir, car c’est Macron qui détient la décision. Une campagne sur un double mensonge, donc. Mais surtout, comment ne pas voir ce qui attend la France si le RN devient l’ambassadeur de ses intérêts à Bruxelles. Rappelons qu’il avait déjà gagné il y a cinq ans et qu’a-t-il fait de sa victoire ? :  Rien ! La réponse est simple :  l’Europe n’intéresse pas le RN.  Il brille par son absentéisme au Parlement européen où le parti est faible et isolé. Il n’y dispose d’aucun allié sinon l’Afd néonazie et l’encombrante Ligue italienne, soutien de la Russie. Pointé régulièrement pour son manque de travail, le RN ne dispose d’aucun relais à la Commission européenne et au Conseil. C’est un nain politique qui affaiblira l’influence française. De  plus, l’escroquerie continue avec les votes à Strasbourg, à rebours des principes  qu’il affiche  à Paris :  jamais il  n’a approuvé la moindre mesure de soutien économique ou militaire à l’Ukraine, de peur de  froisser ses « alliés » russes ; partisan d’un contrôle musclé aux frontières, il s’est constamment opposé au renforcement des moyens de Frontex. Plus grave, prônant une Eruope à la carte et  le rétablissement des frontières nationales, il continue de défendre un « Frexit » qui ne dit pas son nom, au mépris de tous les accords et traités signés par notre pays.Ce qu’il préconise n’est soutenu que par Orban (Hongrie) et Frisco (Slovaquie), alliés notoires de  Moscou au sein des 27.  Avec son beau sourire et à coups de selfies, Jordan Bardella conduit la France dans l’impasse. De Moscou à Pekin, on voit bien qui peut s’en réjouir. Les électeurs de droite sensés, ne peuvent être complices d’une telle aventure !

Marine, la ruine !

En proposant de baisser la TVA, de ramener l’âge légal de la retraite à 60 ans et d’exonérer d’impôt sur le revenu les moins de 30ans, Marine Le Pen entend ratisser « large ». Mais avec ces mesures aussi ruineuses qu’injustes, elle fait courir au pays le risque de la faillite.  En réalité, ces promesses ont un coût :  c’est 100 milliards d’euros de déficit chaque année en plus. Ses propositions sont révélatrices de l’absence de programme économique d’un parti qui se présente comme un parti de gouvernement. La seule proposition vaguement chiffrée (16 milliards d’euros) concerne l’immigration comme source de coût pour les finances publiques, calcul largement contestable qui méconnaît la réalité. Cette obsession sur le lien supposé entre immigration et emplois peu qualifiés révèle un biais et un angle mort qui caractérise la vacuité de la réflexion économique du RN qui ne va jamais au fond des choses. D’ailleurs, en conclusion de sa chronique dans les Echos, elle invite elle-même les experts et les économistes « de bonne volonté » à chiffrer et à compléter ses propositions.  Si ça n’est pas une preuve d’indigence en matière de programme, j’en perds mon latin. Marine Le Pen est seule. Sa politique de communication de dédiabolisation pour sortir des vieilles images fachos de son père a fonctionné et permis de séduire les médias. Elle n’a plus besoin de communiquer sur l’immigration, l’actualité s’en charge pour elle. Le RN attrape toutes les colères.  Mais au-delà de la démagogie et de ses beaux discours, on tombe sur une incohérence idéologique totale qui enferme son parti dans une spirale du vide : le programme est pauvre, manque de sérieux.  Collectionner les colères donne du bruit, pas une direction. Le discours de Bardella à Marseille nous donne un bon résumé : trois quarts d’heure de dénonciations de Macron, des disparitions de la France, de libertés confisquées… et aucune réelle proposition.

Ouvrons les yeux.

L’immense majorité des européens pensent que l’Europe est nécessaire. Les populistes donnent de fausses réponses   à de bonnes questions. Cherchons donc ceux qui dans cette campagne tentent de nous donner les bonnes réponses à ces questions simples : face aux empires autoritaires, faut-il renforcer l’Union européenne ? Face à l’agressivité économique de la Chine, faut-il renforcer les réponses de l’Union ? Pour contrer la Russie, L’Union européenne est-elle le bon niveau pour faire face ? …  Les sujets ne manquent pas.  Une dernière chose :  pour avoir de l’influence au Parlement européen, il faut siéger dans l’un des  deux puissants groupes qui le dominent :  le PSD, à gauche et  le  PPE à droite. 

Voter Bardella ou Reconquête, ce sont des voix perdues.

 


COMMENT TROUVER 20 MILLIARDS D’ECONOMIES…

Pluis de billets

Le glissement du déficit budgétaire de 2023 à 5,5% du PIB au lieu des 4,8% attendus a mis  le  gouvernement au défi de trouver 10 milliards d’économies supplémentaires au 10 milliards déjà prévus, et déjà… difficiles à trouver. C’est que le contexte général ne permet plus les fantaisies : la charge de la dette va en effet mécaniquement passer de 46,3 milliards en 2024 à 54 milliards en 2025 puis 62,7 en 2026 pour atteindre 72,3 milliards en 2027. Et encore, si les taux ne s’affolent pas. Et dans le même temps, l’exécutif programme (sérieusement) le retour dans les clous des 3% de déficit à la même échéance.

A la recherche de la recette magique.

Le Ministère des Finances mobilise tous les outils à sa disposition : Direction du Trésor, Inspection générale, Direction du Budget… et les réunions s’enchainent avec les différents agents, conseillers et ministres tandis que   les « notes » s’empilent. C’est la quête de coupes tous azimuts avec à la clé 5 milliards d’euros à trouver d’ci la fin de l’année en plus des 10 milliards déjà actés, sans parler des 20 milliards pour l’an prochain nécessaires pour respecter les objectifs. Le problème c’est qu’on voit ressortir les mêmes recettes qui sortent toujours des mêmes tiroirs pour proposer toujours les mêmes économies qu’on sait inopérantes. Au point où on en est, on comprend bien qu’un « pilotage fin » des dépenses ne sera pas suffisant. Et comme il n’est pas question d’augmenter les impôts, il va bien falloir tailler dans les dépenses. Les endroits ne manquent pas  entre l’administration centrale, les collectivités  territoriales, les dépenses sociales  et  d’une manière générale la « suradministration » ….

Et toujours plus de fonctionnaires.

Mais comment faire des économies avec toujours plus de fonctionnaires supplémentaires. Macron avait promis d’ne supprimer 120 000, Pécresse 150 000, Fillon 500 000.  En 2022, les effectifs de la fonction publique ont augmenté de 17 300 et pour 2023 ce serait 60 000 de plus selon l’Insee. On constate dans le même temps que la qualité des services publics se dégrade. La question de la productivité des 5, 7 millions d’agents publics se pose plus que jamais d’autant plus que l’état des lieux est accablant : 30% des agents de l’hôpital ne sont jamais devant les patients et 250 000 agents de l’Education nationale sur 1,2 million ne sont jamais devant les élèves et 200 000 fonctionnaires ne font pas les 35 heures légales.  Bureaucratie, absentéisme, suradministration embolisent le système.  De quoi mettre à mal le principe de « la nécessité de renforcer l’efficacité du service public par une augmentation des effectifs ». C’est d’une réforme dont la fonction publique a besoin. La comparaison avec nos voisins de l’Union européenne est à cet égard édifiante : nous avons trop d’administratifs peu performants.  

Mais le problème de fond reste posé : il ne sera pas possible de baisser les dépenses si on ne diminue pas le nombre des fonctionnaires. C’est aussi simple que cela ! Avec la bureautique moderne et l’Intelligence artificielle, les opportunités ne devraient pas manquer. Il suffit d’un peu (beaucoup) de volonté politique.


L’homme qui valait 1000 milliards

Cette fois,  je laisse la place à notre ami, le Sénateur Stéphane PIEDNOIR qui s'exprime sur l'état de la dette de la France.

Stephane-piednoir

"Concernant l’état des finances publiques de notre pays, tous les signaux d’alerte sont désormais dans le rouge écarlate.  Même s’il ne s’agit sans doute pas du tout premier sujet de discussion des déjeuners de famille, cela relève de la plus haute importance et la situation s’aggrave considérablement depuis dix ans.

La dette de la France culmine en effet à plus de 3100 milliards d’euros de dette, soit 110 % de notre PIB contre 96% en 2016. L’écart se creuse avec tous nos voisins européens (65 % en Allemagne, 82 % en UE), et seuls l’Italie et la Grèce font pire. Ainsi, chaque nouveau-né français vient au monde avec un solde débiteur de 45 000 € !

Chaque année depuis 1974, l’exécutif national présente un budget structurellement en déficit et s’endette toujours plus, non pas pour engager les dépenses d’investissement nécessaires à son développement, mais pour payer des charges de fonctionnement qui sont hors de contrôle.

La France vit largement, et de plus en plus, au-dessus de ses moyens, sans consentir aux efforts nécessaires pour redresser ses comptes. Tout cela engage le pays sur une pente bien glissante qui condamne les générations futures à des horizons bien sombres.

Et il y a plus grave : l’insincérité. Avec cynisme, le Gouvernement a fait adopter en décembre dernier (à l’aide de l’article 49-3 !) un Projet loi de finances qui misait sur une croissance nettement supérieure aux prévisions de tous les instituts.  Résultat, deux mois plus tard : le Ministre le Maire s’est vu contraint, dans la précipitation, de passer un coût de rabot de 10 milliards d’euros touchant quasiment tous les postes budgétaires, sans concertation ni débat parlementaire.

Mais il y a encore pire : le déni. Alors que l’INSEE annonce un nouvel écart conséquent sur le déficit de l’année 2024, le Président de la République affirme que « Nous n’avons pas un problème de dépenses excessives mais un problème de moindre recettes ». De toute évidence, l’homme qui valait 1000 milliards (de dette !) est frappé d’une cécité et d’une paralysie politiques qui l’empêchent de mener les réformes profondes dont notre pays a besoin. En revanche, il ne s’interdit pas de piocher dans la poche des Français et des collectivités locales pour résorber un trou budgétaire qu’il a lui-même contribué à créer depuis dix années au cœur de l’exécutif !"

 

 


ZERO IMPUNITE…

Bagarre_village_gaulois

 

« Plus le monde s’enlaidit, plus la société s’ensauvage et plus le regret du passé suscite la méfiance voire la colère… » remarque Alain Finkielkraut dans « Pêcheur de perles ». Sans sous-estimer les innombrables bienfaits de la modernité, on a le droit de garder la mémoire intacte et d’affirmer que bien des choses étaient mieux avant. Et il poursuit : « Quand être absolument moderne est devenu une loi spéciale proclamée par le tyran, ce que l’honnête esclave craint plus que tout, c’est qu’on puisse le soupçonner d’être passéiste ». Et c’est bien ce qui se passe. En nous acharnant contre notre passé, par la déconstruction systématique des anciens repères, nous avons anéanti les murs porteurs de la société. Ne nous étonnons pas alors de voir surgir le chaos. Le triomphe de l’individualisme exacerbé efface toute référence collective et conduit à méconnaitre les piliers de l’autorité : ni souverain, ni maître, ni père…

Alors, vient le règne de la violence ordinaire qui se banalise. 

Pas un jour sans son fait divers criminel :  hier soir encore, attaque au couteau à Bordeaux avec un mort et un blessé grave ; pas un jour sans qu’un ado tombe sous les coups d‘une meute vengeresse… Une litanie insoutenable de crimes où l’inhumanité se fait fille de l’impunité, concrétisant le grand renversement qui donne la primauté à la force sur le droit, à la cruauté sur la civilité, à la horde sur l’autorité. Les causes sont multiples et s’y ajoutent l’expansion des obscurantismes religieux et autres, les méfaits amplificateurs des « réseaux sociaux », les pulsions les plus brutales que désormais aucune retenue fondée sur la raison n’empêche, une justice trop souvent défaillante par l’incapacité à sanctionner. Il s’agit bien d’un mouvement de « décivilisation ».

Le remède, c’est l’école.

Malheureusement elle est en déroute. Elle, qui devrait être le sanctuaire de la transmission, le temple de l’instruction, le refuge de l’émancipation, est frappée au cœur par l’entreprise de décivilisation qui ne se donne aucune limite. Les nouveaux maîtres de la doxa préfèrent s’intéresser aux « violences symboliques » que d’ouvrir les yeux sur la jeune fille battue à mort sur le trottoir à la sortie de son collège. Et le proviseur est obligé de démissionner, menacé de mort pour avoir osé demander à une lycéenne de retirer son voile. C’est là qu’on voit l’inversion des valeurs :  on veut voir de « l’islamophobie » dans ce qui est en réalité de la « laïcitophobie ».

Pourtant, rien n’est perdu.

Des professeurs, des policiers, des infirmières, des parents, dans la tempête, ne baissent pas les bras et tiennent ce qu’ils peuvent. Le génie universaliste qui fonde notre République n’est pas mort. On surmontera la sauvagerie par le retour de l’autorité intangible, la maîtrise des pulsions et l’élévation des sentiments et de la pensée. La science et le savoir doivent en être le socle. La juste répression et le « zéro impunité » la règle.  On le voit bien, l’institution scolaire est au cœur du problème. Elle a besoin d’une rénovation de fond en comble : formation des maîtres, contenus des savoirs, primauté des valeurs républicaines. Tout le pays attend une discipline fondée démocratiquement, capable de protéger nos libertés fondamentales et la vie de nos enfants.

 


AH OUI, LA DETTE !

Dette publique

 

Près de 50 milliards d’euros d’intérêts par  an, c’est le « service »  de la   dette qui dépasse  les 3000 milliards d’euros. Le premier budget de l’Etat.  Mais dormez en paix, le gouvernement, promis, juré,  n’augmentera  pas les impôts  pour commencer à la rembourser.  D’ailleurs le déficit public a explosé tous les pronostics en 2023 avec 5,5%. On devrait être sur la pente du retour à 3%.  Cherchez l’erreur. « La séquence est tout bonnement sidérante. Nous avons les meilleurs technos à Bercy, qu’ils soient ministres ou dans nos grandes directions, ils ont fait les meilleures écoles, ils savent tout sur tout et ils n’auraient pas vu arriver l’iceberg du déficit 2023 ? » s’interroge Agnès Verdier-Molinié.

Comment, plus de déficit !?

A-t-on affaire à des Diafoirus ? Personne ne semble prêt à endosser la responsabilité des gigantesques 154 milliards de déficit public. Ce qui a péché est avant tout la dépense. 20 milliards de plus. Quant aux prélèvements obligatoires, ils sont 10 milliards en dessous de la prévision. Par rapport à 2022, les prélèvements augmentent de 36 milliards et les dépenses de… 70 milliards. On a voulu nous faire croire que les recettes étaient moins importantes que prévues. Mais la vérité c’est que les moindres recettes sont moins importantes que les dépenses supplémentaires. Cela ne nous enlève pas notre statut de champion des prélèvements obligatoires. Ceux qui veulent encore augmenter les prélèvements obligatoires (les impôts) n’ont rien compris. Le levier fiscal est mort :  ce  n’est pas avec la taxation des « superprofits » ou la  suppression de « niches fiscales » qu’on trouvera les revenus suffisants, quelques centaines de millions tout au plus, pour combler le gouffre des 150 milliards.

Pas d’impôts mais des taxes  …

Pour rétablir le déficit public mais pour donner aussi un gage de bonne foi à son aile gauche courroucée par la réforme annoncée de l'assurance chômage, le gouvernement a eu une idée brillante : Gabriel Attal a annoncé des propositions pour la « taxation des rentes » d'ici juin. Les rentes ! Il fallait y penser. Mais de quelles rentes parle-t-on et quels sont les rentiers visés ? Il ne s'agit pas évidemment d'une catégorie de fonctionnaires qui bénéficient d'une « rente » de situation. Alors s’agit-il des « personnes qui s'enrichissent en dormant » que visait par Mitterrand ? Là encore, si on s'en tient à la définition d'une personne qui tire des revenus d'un capital, tous les Français ou presque sont concernés : le livret A est une rente, l'assurance-vie est une rente, l'immobilier locatif est une rente, les dividendes des actions sont des rentes… En fait ce qui est visé, c'est l'épargne. Et n'oublions pas l'autre définition d'une rente : « emprunt de l’État, représenté par un titre qui donne droit à un intérêt ». En fait, le plus gros marché de la « rente », c'est la dette publique !!! Si on veut donc s'attaquer réellement à la « rente », il faudrait interdire de prêter de l'argent à l’État pour financer son déficit !!! En réalité, c’est un message clair pour l'Europe, à qui on dit : « ne vous inquiétez pas pour nos 3300 milliards d'€ de dettes, nous avons en garantie 12 000€ milliards d'€ d'épargne des ménages dont nous pouvons piquer une partie dès qu'on le décide. »

Nous sommes au pied du mur.

Le levier fiscal est mort. Enterrons-le et activons enfin le levier dépenses. Il n’est plus temps de faire les poches des Français et de leurs entreprises. Il est temps de couper l’herbe sous le pied à ceux qui voient toujours l’augmentation des impôts comme premier recours alors que le consentement à l’impôt s’effrite, la croissance potentielle aussi et la capacité de création de richesses marchandes dans notre pays avec. La baisse de la dépense demande que l’État, les collectivités locales et la Sécurité sociale marchent main dans la main pour faire les efforts au lieu de se refiler la patate chaude.

Mais pour cela, il faudrait du courage et de la détermination.



FAIRE AVANCER L’EUROPE DANS LE RESPECT DES NATIONS

Elections-europeennes-2024-

 

D’abord, aller voter.

Une récente enquête IPSOS publiée à mi-mars met les intentions d’aller voter entre 42% et 46%, au-dessous des 50% de participation enregistrés en 2019. L’élection des députés au Parlement européen ne passionne pas les foules et c’est bien dommage. Les Français ne mesurent pas suffisant ce qu’ils doivent à l’Union dans leur vie quotidienne ou alors seulement quand les politiques se défaussent sur Bruxelles ce qui est d’une grande commodité mais rarement à juste titre. Normalement le niveau d’intérêt devrait être plus fort qu’en 2019 parce que l’action de L’Europe a gagné en visibilité au gré des crises et des menaces, comme la pandémie ou la guerre en Ukraine. Mais ce scrutin à la proportionnelle peine à intéresser les Français qui se détournent de plus en plus des urnes. Et pourtant…

Le Parlement européen.

Son rôle est malheureusement trop mal connu. Les groupes qui le composent échappent la plupart du temps à l’idée que l’on se fait de la politique dans l’hexagone. Il a longtemps été dominé par les  deux grandes familles politiques qui traversent les 27 :  les sociaux-démocrates et les chrétiens-démocrates (PPE), dans lesquelles se fondent les partis nationaux. Lors des dernières élections, l’équilibre a été bousculé par une poussée des écolos (en France avec EELV) et une première percée populiste. Même si le rôle du Parlement n’est pas extraordinaire, il n’en est pas moins mesurable, comme on l’a vu avec les décisions prises sous l’influence des Verts. Cette fois-ci les projections donnent les populistes encore plus nombreux au point d’atteindre une possible minorité de blocage. Dans le contexte géopolitique actuel, ce serait dramatique. Vous voyez Orban Président de la Commission, moi  pas.  Les démocraties n’ont vraiment pas intérêt à offrir le spectacle de la paralysie face aux empires autoritaires tels que Russie et Chine qui se frotteraient les mains. Il est donc primordial de mobiliser les modérés de droite et de gauche vers les votes utiles à la fois pour l’Europe et pour la France.

Mobiliser les électorats.

Les partis le savent : il s’agit davantage de mobiliser ses propres électeurs que d’aller chercher ceux des autres partis. Les sièges se gagnent avec la participation. Ensuite ne pas se tromper d’élection : plus de la moitié des électeurs disent qu’ils voteront avant tout pour manifester leur soutien ou leur opposition au président ou à son gouvernement. Certains comme le RN ou LFI, faute de vrai programme pour l’Europe, cherchent à surfer sur cette vague. L’essentiel de l’enjeu repose sur le parti présidentiel qui du coup veut surjouer le face-à-face avec la liste Bardella en cherchant à remobiliser son électorat ne serait-ce qu’en dramatisant les complaisances du parti lepéniste avec Poutine, ce qui est réel. Les Républicains et le PS doivent d’abord conserver leur socle électoral.  Il a été rétréci par les précédentes élections mais ce sont des partis qui sont mieux armés que d’autres grâce à un maillage dense d’élus locaux et à des électeurs plus âgés qui votent davantage. François-Xavier Bellamy comme Raphaël Glucksmann, parce que leur formation fait partie des deux grands partis du Parlement européen peuvent faire état d’une action concrète au cours des 5 dernières années et parient sur la force de leur bilan pour convaincre leurs électeurs. Ils peuvent aussi lorgner sur les déçus du macronisme souvent issus de leur électorat. Un bon moyen aussi de dissuader de voter pour les petites listes qui ne sont là que pour recueillir des votes qui financeront leur activité microscopique ou des listes parasites qui n’ont aucune chance d’avoir de l’influence à Strasbourg, comme  « Reconquête » ou  « Debout  la  France » …

Renforcer l’Union face aux défis géopolitiques.

Nous avons plus que jamais besoin d’Europe. La question est de savoir si l’on veut continuer à donner à l’Ukraine les moyens de se défendre contre Vladimir Poutine. Le jour où  Zelinski et Poutine décideront de négocier, ce dernier devra comprendre que derrière l’Ukraine il y a une puissance de défense prête à s’engager pour que sa tentation impérialiste ne s’étende pas à d’autres pays. L’enjeu c’est la façon dont l’Europe sera capable d’être encore plus forte et plus autonome face à cette nouvelle donne géopolitique. En matière de défense en Europe, on sait tout faire, nous avons toutes les compétences technologiques.  L’Europe a fourni plus de 28 milliards d’euros d’aide à l’Ukraine à quoi vont s’ajouter 21 milliards en 2024 :  c’est plus que les Etats-Unis. On dépense en matière de défense au niveau européen 250 milliards d’euros par an, ce sera 140 milliards d’euros de plus avec l’effort qui est engagé. La Russie a dépensé 60 milliards pour sa guerre avec son PIB  qui se situe au niveau de l’Espagne. Alors oui, avec ses 450 millions d’habitants, l’Europe peut peser dans les rapports de force continentaux.

Faire évoluer l’Europe.

C’est vrai que les institutions sont complexes. C’est vrai qu’à 27, les décisions sont longues à prendre. Forcément c’est plus difficile que quand on est tout seul. N’étant ni fédéraliste, ni eurosceptique, je pense qu’on peut faire évoluer les institutions au gré des besoins des nations qui la composent.  Chaque fois qu’unis, nous sommes plus forts. Ne laissons pas le discours de la rupture aux extrêmes.  Utilisons ces élections pour favoriser les changements qui s’imposent.  Non que le Parlement ait une influence considérable, mais c’est le seul moment où l’on peut s’interroger sur le fonctionnement de l’Union. Faisons de la puissance de la démocratie un atout majeur. L’Europe est une machine à fabriquer du consensus et il faut s’en réjouir. Elle s’est un peu enrayée mais elle peut être encore décisive face aux idéologies rigides des pays autoritaires. De quels élus avons-nous besoin ? Il s’agit   d’envoyer à Strasbourg les femmes et les hommes qui sauront créer des consensus et coalitions pour répondre aux enjeux des années à venir. Choisissons des élus moins dans le discours et plus dans l’action, de fins connaisseurs des pays européens comme de nos terroirs, plus stratégiques et compétents scientifiquement, capables de rassembler en traçant une voie claire et expliquer les enjeux et les chemins pour y parvenir. Une liste comme celle des Républicains, quoi !

Pour l’Europe, il est peut-être minuit moins cinq. Regardons les dégâts occasionnés aux Anglais par le Brexit alors qu’on leur avait promis monts et merveilles, que le Royaume-Uni allait redevenir une puissance planétaire. Tout était faux !  Comme dirait l’autre, au fond, l’Union c’est pas si moche.


EUROPEENNES : LA CAMPAGNE DEMARRE VRAIMENT

Europe_le_volontarisme_politique

 

Toutes les listes se sont lancées.

En juin, les 27 vont renouveler les 720 députés du parlement européen. En France, pas moins de 22 listes vont se disputer les suffrages de nos concitoyens : 3 listes de gauche radicale, 3 listes écologistes, 2 listes de sociaux-démocrates, 2 listes centristes libérales, 2 listes souverainistes, 3 listes d’extrême-droite et 9 listes diverses (animalistes, pirate, Europe fédérale, alliance rurale…). Il y en a pour tous les goûts, mais toutes ne partent pas avec un potentiel suffisant pour franchir la barre des 5%, seuil minimum pour participer au partage des sièges. Evidemment, la bagarre va se concentrer sur les candidats bénéficiant d’un socle électoral identifié et mesurable : citons LFI avec  Manon Aubry concurrencée par le PCF avec un inconnu, Leon Deffontaines, et l’inévitable Nathalie Arthaud pour Lutte  ouvrière ;  pour les  écologistes c’est EELV avec Marie Toussaint à qui Jean-Marc Governatori pour « Ecologie au centre » espère tailler des  croupières ; pour la gauche modérée  Raphaël Glucksmann espère fédérer les  voies sociales démocrates mais il doit compter avec  un candidat radical de gauche ; au centre-droit on trouve la liste macroniste de Valérie Hayer (Renaissance) et celle emmenée par François-Xavier Bellamy pour Les Républicains ; Les souverainistes devront choisir entre Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et François Asselineau (Union populaire républicaine) ; Enfin à l’extrême-droite Le RN de Jordan Bardella bataillera avec Reconquête de Marion Maréchal et Florian Philippot pour « les  Patriotes ». De quoi faire fuir les électeurs qui voudraient s’intéresser au scrutin : comment organiser des débats avec autant de prétendants ?

Ce que disent les sondages.

En ce début de campagne, les sondages donnent des indications sur l’état de l’opinion publique.  Ils mettent le Rassemblement national largement en tête assez stable à 30% suivi de la liste Renaissance macroniste à 21%. Derrière, la liste « Place publique » du PS complète le podium provisoire avec 11% d’intentions de vote et devance les autres listes de gauche : écolo à 7%, LFI à 6% et PCF à 3%. A droite, la liste conduite par François-Xavier Bellamy recueillerait 7% devant Reconquête à 6%. On n’est qu’au début et certaines positions pourraient évoluer au gré des événements plus ou moins liés d’ailleurs à l’objet du scrutin.

Les lignes commencent à bouger.

Si personne n’est surpris par le mauvais score de la liste LFI parrainée par Mélenchon, dont les Français rejettent massivement les dérapages aussi bien sur la guerre en Ukraine que sur le conflit Israël-Hamas, et le faible intérêt suscité par le PCF, la surprise vient de la petite mais réelle percée de Raphaël Glucksmann dont les prestations passent bien et peuvent plaire à un électorat pro-européen de la gauche des démocrates-sociaux et il n’est pas impossible qu’il continue de progresser en réussissant à mobiliser un électorat qui se sentait abandonné. Les écologistes d’EELV sont en perte de vitesse. Il serait étonnant qu’ils rééditent le coup des élections précédentes.  On leur doit notamment la crise des agriculteurs tant les décisions qu’ils ont fait adopter par l’Union ont généré de mécontentement par leur caractère irréaliste. D’ailleurs ils refluent partout dans les 27. Quant aux autres listes, elles sont assez inaudibles. A droite, le Rassemblement national se taille la part du lion. Il prend des voix un peu partout, fidèle à sa tradition de parti attrape tout. C’est François-Xavier Bellamy pour LR, qui vient d’entrer en campagne qui doit relever le gant. Face à des candidats qui avancent à coups de slogans, qu’il s’agisse de Jordan Bardella ou de Marion Maréchal, il est le seul à pouvoir s’appuyer sur un vrai bilan, à apporter une garantie de sérieux et de positionnement, et à proposer un projet pour l’Europe, crédible et réalisable. Il est à la tête d’une liste en prise directe avec les préoccupations des Français, avec Céline Imart en 2ème position, agricultrice de terrain et le Général François Gomart en 3ème position, militaire de haut vol qui a été notamment à la tête du renseignement. Logiquement, avec un tel potentiel, elle devrait progresser en ralliant les électeurs en attente d’élus qui les défendent par leur travail et leur présence assidue au parlement. Quant aux souverainistes Dupont-Aignan et Asselineau, leur discours anti européen est top extravagant pour être pris au sérieux.

Compte-tenu des enjeux et des événements, le renouvellement du parlement européen mérite qu’on s’y intéresse. L’Europe pourra-t-elle continuer à progresser ou connaîtra-t-elle un coup d’arrêt sous la poussée des droites populistes ? Je ne peux pas imaginer que nous soyons assez stupides pour rendre ce service à Poutine. 

 


POURQUOI SOUTENIR L’UKRAINE EST INDISPENSABLE

Guerre ukraine

Quand j’observe que, selon  un sondage, 57 % des Français n’approuvent pas que Macron hausse le ton face à la Russie, je trouve que c’est inquiétant. Même si on n’aime pas Macron, ce qui est mon cas, il faut reconnaître que son action face à Poutine est justifiée et nécessaire. Et je rejoins l’analyse de notre ancien Ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, connu pour sa modération, quand il déclare : « En Ukraine, nous jouons notre liberté et notre existence ». Et son analyse qu’il développe dans une interview au Figaro, est frappée au coin du bon sens.  J’en reprends quelques arguments.

Poutine a tout faux.

Le bilan à l’heure actuelle, c’est un échec de la Russie. D’abord l’Ukraine a résisté si bien que « l’opération spéciale » a capoté. Rappelons-nous cette colonne de camions de 40 km de long qui transportait personnels et matériel pour se substituer à l’administration ukrainienne alors que les soldats  russes avaient dans leur paquetage leurs uniformes  de parade pour défiler dans la capitale quelques jours plus tard. Les erreurs  d’appréciation du Kremlin se sont accumulées : sous-estimation de la résistance ukrainienne et de la force du sentiment patriotique dans le pays ; sous-estimation de l’unité des européens ; sous-estimation de la posture et du talent  de communication du Président Zélinski. Enfin Poutine a surestimé ses forces. Surtout, il n’a pas  vu que cette invasion allait faire revenir dans le jeu l’OTAN et donc les Etats-Unis. Il a subi des défaites cuisantes et même des humiliations : destruction du Croiseur Moskva, frappes contre le pont de Kerch, reflux de la flotte dans la mer Noire, poussée ukrainienne  à Kerson et à Karkiv… La prise d’Avdiivka destinée à offrir au maitre du Kremlin une victoire avant les élections n’est pas une percée  mais un grignotage au prix de milliers de soldats morts. Par ailleurs, les Russes ont un problème de  mobilisation et des lacunes technologiques en raison des sanctions occidentales.

L’Union  européenne exemplaire.

L’unité de l’Union  européenne n’a jamais été démentie dans les actes. La mobilisation fut immédiate dès le 24 février, et dans la même semaine l’UE a pris à l’unanimité les premières sanctions contre la Russie et décidé d’envoyer des armes à l’Ukraine. Aujourd’hui, tout le monde  a compris que l’Ukraine ne doit et ne peut pas perdre.  L’échec de sa contre-offensive et la possible élection  d’un Trump aussi imprévisible que jamais, oblige les européens à un renforcement de leur soutien. D’abord en passant réellement à une économie adaptée à la situation : il faut produire munitions et artillerie pour répondre à la demande, ce qui implique que  les outils de production militaire  soit en capacité d’y satisfaire. Il ne faut pas  avoir peur de l’effort financier : les  6% du PIB de la Russie  consacré à la guerre représentent en effet  bien peu face aux 2% du PIB de l’Union (27 pays). Il faut soutenir la  proposition de la première ministre estonienne de mobiliser un emprunt de 100 milliards d’euros pour relever le défi. Quand l’Europe veut,  l’Europe peut. Et il faut reconnaître que la  France, devant le défaut provisoire américain, seule puissance « dotée » de l’Union a le devoir de mettre Poutine  au pied du mur car celui-ci ne comprend que le  rapport de force. Elle seule a la capacité de le faire. Voilà pourquoi le Président a pris en main le flambeau. Il est dans  son rôle.  Et ne nous y trompons pas, il a toute l’Europe derrière lui, sauf Orban et Frico, et encore.  

Un enjeu civilisationnel.

Il faut se féliciter que l’Europe soit  sortie de sa naïveté et de sa torpeur géopolitique. Après avoir vécu sur les « dividendes de la paix », il est temps qu’elle se réveille. Je pense comme Jean-Yves Le Drian que l’Ukraine est  désormais la première ligne de défense de l’Europe et que nous jouons là-bas notre liberté et notre existence. Le prix  à payer par  l’Ukraine  est déjà élevé mais il n’est rien par rapport au prix que nous aurions à payer si elle était battue. D’autre part, il est choquant de constater que l’ONU est paralysée par le fait qu’un de ses membres au Conseil de sécurité, parce qu’il est doté de la puissance nucléaire, puisse s’affranchir de toutes les règles de droit international  et  envahir un état souverain en tentant de faire régner la loi du plus fort. Elle se ridiculise par la  modestie de  ses  protestations face aux horreurs perpétrées sur l’Ukraine et sa population par les troupes  russes. La  musique de fond de ce qu’on appelle le « Sud global » est en grande partie alimentée par la Russie, aidée par la Chine à travers des discours qui attaquent l’ordre international. Ces  attaques visent à promouvoir un ordre mondial alternatif où  les dictatures servent de modèle. Il  importe pour nos démocraties dont la  pérennité dans le monde est  menacée de combattre  ces  régimes  autoritaires dont certains veulent en profiter  pour atteindre le statut nucléaire. On voit combien laisser tomber l’Ukraine serait catastrophique pour le monde dit « libre ».

Tâchons de nous en souvenir au moment de voter pour renouveler le parlement européen.

 


CAPTEUR DE COLERES, MAIS APRES ?

Iznogooud 4

Le  discours de Marseille.

Le lancement de la campagne du RN  a  eu lieu à Marseille, l’occasion pour Jordan Bardella de faire un discours fleuve de trois quart d’heures.  Au moins, penserait-on, aura-t-il décliné  un projet dense et construit. Nenni : trois quarts d’heure de slogans creux de dénonciation de Macron, de l’Europe, de Bruxelles, mais aucune réelle proposition. Celui qu’on désigne déjà comme la droite  ultrabrite (autrefois on aurait dit « dents blanches ») et roi du selfie remplit parfaitement son rôle de « dédiabolisateur », mais sa réthorique reste creuse.

L’Europe de tous nos maux.

Une vieille rengaine consiste à dénoncer les travers technocratiques d’une institution dont les Français connaissent mal le fonctionnement.  C’est vrai qu’à 27, le fonctionnement est forcément complexe, et que la répartition des pouvoirs entre le  législatif, le Parlement, et les exécutifs qui comprennent le Conseil européen des chefs d’Etats et son bras armé la « commission européenne », ne sont pas complètement aboutis. De  fait, les  projets y avancent lentement, il faut du temps pour parvenir à l’unanimité indispensable à toute décision, mais l’Union a joué un rôle utile pour tous les  pays plus souvent qu’on ne veut bien le reconnaître, pendant la crise du Covid  et face à la guerre en Ukraine, par exemple. Mais le public est tellement peu informé sur ces réalités qu’il n’en perçoit pas souvent l’intérêt.  Il faut dire que nos médias ne font guère d’efforts  pour donner l’importance qu’elle  mérite à la politique de l’Union européenne.  Dans ces conditions, il  est très facile de mettre sur le dos de l’Europe bien des maux qui sont pourtant bien hexagonaux, la France étant la reine de la « surtransposition » des directives. L’Europe bouc-émissaire est un sport facile à pratiquer et le RN y excelle.

Le RN, quelle  Europe ?

Il  y a encore peu, le RN envisageait logiquement de quitter l’Union : le Frexit. Mais vu le désastre que cela a été pour l’Angleterre et cette perspective n’étant absolument pas  populaire, le parti a  modifié son discours. Il prône  une « alliance européenne des nations libres et souveraines » sans qu’on sache le contenu réel de ce concept qui est à l’opposé du principe de l’Union depuis 70 ans, qui repose sur des souverainetés partagées  dont l’euro est le  parfait exemple. L’Europe dont parle le RN est impossible à envisager puisqu’il faudrait l’accord  des partenaires de la France pour défaire les traités en vigueur. Elle se limiterait à des « coopérations » à la carte et renoncerait à ce qui est le cœur de l’Union, à savoir le grand marché et l’absence de frontières intérieures. Quant à imaginer que la victoire de Marine Le Pen suffirait à fléchir  les autres dirigeants, c’est pure fiction. La réalité c’est que la France se retrouverait isolée, condamnée à se plier, comme Méloni, ou à sortir.

L’immigration, cheval de bataille.

Voilà un sujet sur lequel le RN se vante de « victoires idéologiques ». On ne peut pas lui donner tort. La majorité actuelle et  la droite a repris en partie son programme : expulsion des clandestins, mise sous conditions des aides sociales, … Mais on voit bien aussi les limites concrètes de l’application de ces mesures. Nos juridictions de recours, tribunaux et Conseil d’Etat,  participent d’ailleurs à compliquer  la tâches.   Il y a en Europe une aspiration des  peuples  à  un contrôle plus strict des immigrations  et c’est au niveau de l’Union que le principal doit se jouer, sinon, nous nous perdrons dans des  procédures constamment remises en cause ou inapplicables.  Déjà les 27 ont avancé sur le sujet en durcissant les conditions d’entrée dans « Schengen » et en renforçant « Frontex ». Décisions que les élus RN n’ont pas votées. Encore faudrait-il que le vieillissement des populations ne constitue pas  un « appel d’air » pour de la main d’oeuvre immigrée indispensable pour faire tourner nos économies. Là encore, les slogans sont plus faciles que  la mise en place de politiques efficaces. Les électeurs qui croiraient aux mirages du RN seraient condamnés à une déconvenue, comme ceux de Méloni en Italie.

Economie, rien ne va plus.

En ce qui concerne l’économie, le RN reste sur une ligne démagogique  irréaliste : revenir sur la réforme des retraites, baisse de la TVA, hausse des salaires de 10%, tout en appelant (récemment) à des économies. Verbalement ça tient, mais en cohérence, c’est impossible à mettre en œuvre. On ne fait pas d’économies en dépensant plus. Aussi,  les propositions restent-elles  souvent au niveau de l’affichage comme « assurer notre indépendance énergétique », ou « garantir aux agriculteurs des prix respectueux », sans expliquer comment on s’y prendra. Il manque au parti un appareil technique qui lui fait défaut depuis toujours. Marine Le Pen est seule et Jordan Bardella appartient au sérail. Le RN n’a aucun outil  intellectuel qui lui permette d’atteindre la crédibilité. Il se contente de sa politique de communication pour sortir des vieilles lunes fachos du père, ce qui a permis de séduire les médias et une partie des Français, donc de monter dans les sondages et de gagner des élus, sans parvenir à s’implanter complètement. De fait, il attrape toutes les colères,  mais l’assemblage des colères ne donne pas  une direction. On le voit bien avec la guerre en Ukraine. D’avoir parié sur la Russie de Poutine s’avère aujourd’hui être un boulet que Marine Le Pen n’arrive pas à porter. La  position qu’elle a développée dans son discours à l’Assemblée nationale est une pantalonnade.

Il faut  à Bruxelles des élus qui comptent.

Le danger de l’avantage électoral cache un inconvénient  majeur qui risque d’enfoncer la  France dans une crise profonde : c’est l’incohérence idéologique alimentée par un jeu trouble jusqu’aux franges du socialisme avec un programme économique qui est un copié-collé de celui de Mélenchon, et qui enferme le RN dans une spirale du vide. Alors, à quoi bon envoyer des députés RN au Parlement européen où leur présence n’a aucun impact, et d’autant plus que les projections montrent que malgré la poussée des extrêmes-droites, les groupes PPE et Socialistes resteront largement dominants. Tout au plus ils auraient une minorité de  blocage : la belle affaire !  Avec seulement 8 élus, Les Républicains ont compté beaucoup plus grâce à leur influence au sein du groupe PPE.

Est-ce bien le  moment de paralyser l’Europe  dans un monde où les empires voudraient imposer la  loi du plus fort comme droit international.

 


UNE TERRE DE VIEUX !

Retraites 3

 

Le déclin démographique.

L’autre jour, on s’émouvait en France, d’être  passé en-dessous des 800 000 naissances par an. Avec au passage, un autre chiffre qui interpelle : plus de 230 000 avortements. Double constat d’une société qui va mal. Mais le  phénomène hexagonal n’est pas le pire. Deux records spectaculaires viennent illustrer ce qui est un phénomène mondial : au Japon avec la baisse en 2023 de la population de 800 000 personnes, solde entre les naissances et les décès, et en Chine, le chiffre a dépassé les 2 millions, une baisse qui va s’accélérer. La Corée du Sud détient le record du monde du taux de fécondité le plus bas, avec 0,72 enfant par femme en âge de procréer. En Corée du Nord, Kim  Il Sung, a versé une larme en appelant les femmes à faire des enfants… D’autres pays suivent cette tendance. L’Espagne, l’Italie, le Portugal, l’Allemagne bien sûr. L’accélération de la baisse du taux de fécondité et du nombre de naissances est tout simplement hallucinante. On fait de moins en moins d’enfants. Pour mémoire, rappelons qu’il faut un chiffre supérieur à 2 pour avoir un simple renouvellement de la population.

Le retour des politiques natalistes.

Dans beaucoup de pays, on revient à des mesures pour favoriser  les  naissances en proposant de  multiples avantages matériels et financiers. Elles n’ont aucun impact. Et on connait les raisons : inquiétudes sur les perspectives économiques à moyen terme, inquiétudes sur l’avenir de la planète, explosion du modèle familial traditionnel, et la liste des raisons est encore longue. De plus en plus de médias évoquent régulièrement le « coût » annuel d’un enfant, surtout dans les  pays développés. De nombreux jeunes vivent avec le syndrome de la planète invivable, tant on rend notre futur anxiogène avec le « réchauffement climatique ». Il faudrait aussi évoquer l’allongement des études, les difficultés d’insertion, de logement … En 2050, il y aura plus d’une dizaine de pays où le nombre de plus de 65 ans va dépasser les 40%. Même la France qui a un taux de fécondité supérieur, à environ 1,70, a un taux inférieur au taux de renouvellement,  et ce taux est en chute libre. Elle comptera plus de 35% de plus de 65 ans en 2050.

L’évolution de l’économie mondiale.

La démographie est un des facteurs principaux de l’évolution de l’économie mondiale. C’est même une révolution qu’il va falloir prendre en compte sérieusement. Cette chute de la population dans les grandes économies mondiales et le vieillissement accéléré présentent déjà de multiples conséquences : le ralentissement de la croissance, la déflation, l’impossibilité de financer les retraites de 40% de la population qui va avoir une espérance de vie de 25 à 30 ans à la retraite, des tensions sur le monde du travail, mais qui seront compensées par l’utilisation accélérée de l’IA. Sans oublier  les phénomènes migratoires qui peuvent servir de variable d’ajustement, mais avec une résultante politique très sensible. Il s’agit de l’immigration en provenance de pays à taux de fécondité encore élevés, mais en baisse aussi. Il faut savoir que  le taux de fécondité en Inde, devenu le pays le plus peuplé de la  planète devant la Chine, n’est plus que de 2. Le gouvernement nippon ne cache pas ses craintes : le Premier ministre Fumio Kishida estime que l’archipel est « à la limite de l’incapacité de pouvoir continuer à fonctionner en tant que société ». En effet, d’ici 2070, la population japonaise pourrait diminuer de 30 %. Si cette projection venait à se concrétiser, le Pays du Soleil Levant enregistrerait une chute démographie vertigineuse, passant de 126 millions à 87 millions d’habitants en moins de 50 ans.

Une autre planète.

La planète des années 2050 va devenir une planète vide, vieille, où il y aura plus de chiens et de chats que d’enfants.  C’est déjà le cas en France. Au Japon, on  a créé un ministère de la  solitude. L’industrie des maisons de retraite a de beaux jours devant elle. Bientôt, on entendra, avec une audition qui va baisser, plus d’aboiements de chiens que de cris de bébés. Triste époque. Quelle vieillesse se prépare ces jeunes sans enfants ? Ils ne connaîtront pas les joies d’avoir des petits enfants, cette cure de jouvence indispensable  pour éclairer les vieux  jours ; ils  ne connaîtront pas les sacrifices que réclament les études  et les parcours de formation avec la satisfaction de voir réussir sa progéniture ;  ils ne pourront  jamais se retrouver dans des sourires, des clignements d’yeux, ces manières d’être que font les hasards de l’hérédité… Et  dans ces non-naissances, ces IVG, combien de Mozart qui ne verront jamais le jour !

Une planète sans enfants, c’est comme une cour d’école vide : c’est bien triste !