III - Réflexions pour aujourd'hui - Les remèdes (2)

Les remèdes.

 

Une tâche de longue haleine.

Une fois qu’on a dit tout ça, avec les progrès importants des sciences cognitives et grâce à l’aide que pourrait apporter l’intelligence artificielle (IA), il est possible de  mieux définir ce qui est efficace et ce qui ne l’est pas en pédagogie, et même en matière d’organisation. Il y a des établissements pionniers, il existe des méthodes alternatives, des outils qui ont fait leurs preuves. Dans son livre « Apprendre », Stanislas Dehaene énonce les chemins que balisent ses expériences scientifiques sur le fonctionnement du cerveau. Les pratiques qui fonctionnent peuvent être la source des réformes indispensables, en ne perdant pas de vue que la restauration de la confiance de la société  dans son école  est une priorité.

Remettre la machine sur le chemin des performances sera néanmoins une tâche de longue haleine. Et d’abord, tant pis pour les cénacles progressistes qui crieront à la « réaction », mais il est urgent de renouer avec l’humanisme pédagogique. Il  ne s’agit pas de se  tourner vers le monde d’hier, mais plutôt d’examiner en quoi le  passé peut nous aider en essayant de ne pas confondre « l’école d’hier » avec « l’école de toujours », une école qui ne devrait jamais perdre de vue que la  culture peut vraiment  être transmise pour ce qu’elle est : le patrimoine de l’humanité  à travers la diversité des œuvres de l’esprit à toutes les époques. C’est la Culture partagée qui rassemble, qui fait lien entre les individus.  Commençons donc par arrêter de charger l’école  de tous les problèmes du moment pour la laisser se concentrer sur sa seule et unique mission : la transmission du savoir.

L’objectif.

Il est simple : transmettre à chaque enfant le meilleur de la culture dont il est, d’où qu’il vienne, un légitime  héritier. Mais il n’y a pas de culture sans savoir et de savoir sans instruction....

Lire  le chapitre complet dans "l'Ecole s'invente tous les jours" , en cliquant sur : "III. Réflexions pour aujourd'hui - Les remèdes (2)" dans la colonne ci-contre, à gauche, tout en bas.

 


LA COMEDIE CONTINUE

Comédie grecque

 

Inutile de se prendre la tête. Pour Laurent Berger la ligne rouge a été franchie, mais tout reste négociable bien que le Premier Ministre prétende être ferme.  Inutile de se prendre la tête, parce que, en l’état, je ne risque pas de voir la fin des régimes spéciaux… Si ça continue comme ça, je serai dans l’autre monde avant.

Un peu plus de clarté.

La réforme a été présentée. On y voit un peu plus clair. Mais elle reste lointaine : elle sera appliquée pour la génération 75, avec une mention spéciale pour les régimes « spéciaux » qui bénéficieront d’un large report  (générations 80, 85, voire plus…). Ce sera un régime universel par points, avec une augmentation des cotisations pour les salariés du privé touchant plus de 120 000 € par an. 64 ans, c'est le nouvel âge d' « équilibre » (on ne dit plus âge pivot). C'est le sujet qui a fâché la CFDT plutôt favorable au régime universel. On pourra toujours partir à la retraite à 62 ans mais avec un malus et il faudra attendre les 64 ans pour toucher le taux plein, ce qui revient à une diminution déguisée des pensions. Quelle hypocrisie pour ne pas avoir le courage d’expliquer qu’il faudra travailler plus longtemps.

Peut faire mieux !

On serait tenté de dire « tout ça pour ça »… Doit-on enfoncer les portes ouvertes , ce qu'on se tue à répéter depuis des mois : on va devoir travailler plus longtemps , on va devoir cotiser plus, on va toucher une retraite plus faible, et elle sera davantage taxée. Avec ce système universel, c’est inévitable compte tenu de la démographie et du vieillissement de la population. Pour les bas revenus, la retraite sera préservée. Pour les classes moyennes « supérieures », la retraite par répartition ne sera qu'une retraite « complémentaire », leur retraite « principale » viendra de leur capitalisation. Quand je dis « on », c’est pas nous, les actuels retraités, pour qui rien ne change.

Quant à la méthode, difficile de faire pire.

Voilà le pays complètement bloqué ! Bref, vous allez dire que je suis incorrigible : le projet des Républicains est autrement plus franc, plus réaliste et plus opérationnel pour garantir les pensions et mettre fin à la fuite en avant de la dette. La droite c’est différent !

En attendant, je pense à ceux qui galèrent pour aller au boulot. Et aussi : prenez vos précautions, si vous devez bouger pour les fêtes, remplissez vos réservoirs …


PARLONS FRANÇAIS !

Académie française

 

Halte à la colonisation culturelle !

L’anglo-américain s’insinue partout, sous la forme du franglais le plus souvent, ou même comme seconde langue de communication entre les Français. Les enseignes commerciales, l’univers audio-visuel, quand ce ne sont pas les équipements publics –ainsi Angers a son « ice-park » (une patinoire)-, sont gangrénés par ce qui est devenu plus qu’une mode : une véritable colonisation culturelle. Pourtant, tous les sondages montrent que nos compatriotes sont attachés à leur langue, d’autant plus qu’elle est la seconde langue internationale, utilisée sur tous les continents, sans parler de l’Afrique et de sa francophonie. Mais malgré le foisonnement d’associations de défense du français, le mal se répand.

Le « globish » hante tous les milieux.

Il est devenu « in » de glisser des mots anglais dans les phrases au milieu de mots français, et de conjuguer des verbes improbables : ainsi le verbe « timer » cité en exemple samedi dernier par Barbara Lefèbvre, pour dire plus ou moins « programmé » ou « arrivé à l’heure » … Les premiers défenseurs de notre langue devraient être les femmes et hommes politiques. Las, ils sont loin d’être exemplaires. Anne Hidalgo est très active pour introduire le franglais dans la communication de la mairie de la capitale: « Made for sharing ! » vantant les JO de 2024 est inscrit en grand sur la Tour Eiffel, inscription contraire à la loi et aux dispositions olympiques, un comble ! Et Metz a son « Lorraine Airport », une décision du Conseil Régional qui s’est cru probablement très original. Nous ne sommes pas les derniers avec notre « Loire Valley »… Notre président « manager » n’est pas en reste avec sa « start-up nation », ses « clusters de compétences » sous les applaudissements des représentants de la « French Tech » pour mettre en avant la « French touch »…

L’univers de l’entreprise est particulièrement exposé. Le franglais en inonde les moindres recoins, de « calls » en « meetings » dans « l’open space ». On y fait du « benchmark », on engage des « process », on attend le « feedback »… Ce sont les nouveaux codes du « corporate ». Ainsi va la novlangue du bureau. Plus on fait « Silicon Valley », plus on est certain de paraître performant, critère inversement proportionnel au niveau de compréhension du vulgum. J’ai passé sous silence « job » trop connu et « mail » pour courriel, trop usé, que « courriel » n’a pas vraiment réussi à remplacer.

Mais ce n’est pas fini. Le cancer a gagné la vie quotidienne. Désormais, on quitte son « job » pour aller boire un « drink » dans un « afterwork ».  Autrefois on pratiquait le culturisme, remplacé désormais par le « bodybuilding », dans des salles de sport ? non, de « fitness », les pieds dans des baskets pour faire du « running ». En sortant tardivement il n’y aura plus qu’à se consacrer au « souping » (le « must ») : c’est l’art de manger la soupe. On ne rit pas !  Mais notre univers culturel est aussi envahi par « Facebook », ses « followers », ses « likes »…  Nous n’utilisons pas un téléphone multifonctions, mais un « smartphone » qui nous permet de faire des « selfies » et d’agrémenter nos messages de « gifs » sur « Whatsapp ». On regarde « the Voice », on organise un « brunch », on fait ses courses à « Carrefour City ». L’envahisseur anglais est partout. Le sabir est devenu un incontournable des conversations du quotidien.

Allons enfants …

Ne me faites pas dire que cette évolution est inévitable et que c’est la vie ! Rappelons que dans la salle de presse de la Commission européenne à Bruxelles, il est d’usage de parler français. Pourtant, on assiste à une accélération de la soumission universitaire, intellectuelle et populaire à l’impérialisme linguistique de la langue anglaise. Elle s’impose d’autant plus facilement que ceux qui l’adoptent, le font soit par naïveté pour faire moderne, soit sous l’effet d’une globalisation mal comprise. C’est renoncer, en réalité, à notre empire intellectuel : cette anglicisation souterraine marque le déclin des intellectuels français qui croient pouvoir renverser leur marginalisation en adoptant la langue dominante, à laquelle ils ont si longtemps résisté. Il est bon de rappeler ici la richesse de notre langue et que cette évolution est d’autant plus inacceptable qu’elle constitue un appauvrissement. N’acceptons pas cette lente dégringolade dans le sous-développement culturel. Ce n’est pas rien de parler et d’écrire la langue de Racine, Voltaire, Chateaubriand, Hugo, que le monde admire et même nous envie. Car ne nous y trompons pas, perdre la maîtrise de notre langue, c’est aussi perdre notre identité. Ce sont les idées qu’elle véhicule qui vont disparaître et perdre de leur influence, ce que Jean-Marie Rouart dénomme « l’âme française », « ce message si original d’esthétique et d’éthique façonné par les siècles ». Le globish n’est la langue de personne, il fait même injure à la langue anglaise, c’est un mythe de modernité qui a surtout la faveur des publicitaires et des « branchés ». Et la langue française a tous les outils pour résister, il suffit d’en convaincre ses usagers. Commençons par respecter la loi qui la défend. Justement nous fêtons les 25 ans de la loi Toubon.

 


III - Réflexions pour aujourd'hui - Les maux du système éducatif (1)

Ces maux dont souffre l'Education nationale.

Triste constat.

Le recul des performances éducatives de la France dans les classements internationaux n’est que l’effet visible d’une dégradation profonde du système éducatif qui vient de loin. Le dernier classement Pisa en est encore le reflet même s’il semble montrer une certaine stabilisation par rapport au précédent. Tout de même, il paraît difficile de s’en satisfaire : la France, 7ème puissance mondiale, le pays de l’éducation gratuite et obligatoire, en 22ème position en lecture, 25ème en mathématique, 24ème en sciences…  Le Ministre Jean-Michel Blanquer a raison quand il dit que le redressement sera une tâche de longue haleine et qu’il faudrait le même ministre pendant au moins dix ans ! Ce classement consacre, malgré les efforts récents, l’échec d’un système et de ses pédagogies hasardeuses incapables d’affronter correctement l’enseignement de masse. Il suffit de regarder comment font les pays qui font réussir leurs enfants : priorité aux fondamentaux, enseignants solidement formés, évalués, et surtout valorisés. Le pire, c’est qu’avec une idéologie égalitariste largement partagée par le corps professoral, on arrive à un système champion de la reproduction des inégalités sociales qu’il prétend combattre. Souhaitons bon courage au ministre actuel qui en est bien conscient !... 

Lire  le chapitre complet dans "l'Ecole s'invente tous les jours" , en cliquant sur : "III. Réflexions pour aujourd'hui - Ces maux dont souffre l'Education nationale (1)" dans la colonne ci-contre, à gauche.

 


UNE FOIS DE PLUS, FAIRE SEMBLANT ?

Retraites 3

 

Quelle réforme ?

L’idée était séduisante : un régime universel unique pour tous, bien égalitaire à souhait, qui mettrait fin aux injustices. Un système par point bien technocratique comme nos énarques savent en pondre. Et surtout bien flou et comme dit notre Martine lilloise, « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ! ». On ne sait plus s’il s’agit de remettre de l’ordre dans les comptes, ou comme la promesse de la campagne présidentielle l’avait annoncée, de construire un régime idéal mettant fin aux 42 régimes disparates actuels. Une réforme mérite d’être menée, mais faut-il voir si simpliste dans un pays aussi compliqué que la France, où les « acquis sociaux » se sont construits dans la durée et ne seront pas faciles à détricoter. C’est bien pour cela que le pouvoir avance masqué et prolonge à n’en plus finir le moment où il faudra annoncer la vérité : le système par points est une machine à ne faire que des perdants et une étatisation déguisée, mettant à la marge les partenaires sociaux, qui ont pourtant montré leur capacité à gérer de façon paritaire les retraites complémentaires, avec le grand danger de laisser l’Etat fauché et impécunieux fixer le prix du point, moyen le plus commode de faire les ajustements… à la baisse.

Mobilisation massive.

Le jeudi 5 décembre a annoncé la couleur : le gouvernement voulait savoir, il n’est pas déçu. La mobilisation a été massive et cela ne présage rien de bon. Trop de colères, de rancoeurs accumulées, se sont exprimées face à un Macron trop présomptueux, trop orgueilleux, incapable de reconnaître ce qui a été fait avant lui, par la droite notamment, aveuglé par une promesse de campagne inconsidérée. Il a cultivé les ambiguïtés, multiplié les petites phrases sources de confusion, méprisantes à l’égard du peuple. Avec le Premier Ministre, ils ont réussi à alimenter les craintes au lieu  de rassurer et d’établir la confiance. Et puis ce Jean-Paul Delevoye qui met les pieds dans le plat en élargissant maladroitement le sujet à l’immigration… comme si le climat n’était pas assez anxiogène ! Le constat : ils ont réussi à faire l’unanimité contre eux et ce projet qui se voulait simple et se révèle fumeux. Le pouvoir est donc condamné à reculer, d’une manière ou d’une autre, s’il veut éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé. On voit déjà comment : en reculant sur les régimes spéciaux et en prenant le chemin de la fuite en avant sur la dette.

Une autre réforme est possible.

Les comptes sont tenus même si leur équilibre est fragile, comme le souligne le dernier rapport du COR (Conseil d’Orientation des Retraites). Et cela grâce aux réformes en profondeur de 2003 et 2010 menées par les Républicains, Hollande s’étant surtout contenté de rajuster le niveau des cotisations. Les dernières réformes de 2010 et de 2014 ont commencé à rapprocher les règles dans les régimes spéciaux de celles des fonctionnaires et du secteur privé. Mais, c’est vrai, rapprochement ne veut pas dire égalité de traitement. Ce sont ces différences qui perdurent auxquelles voudrait mettre fin le régime universel en intégrant les régimes spéciaux, ce qu’il faudra faire de toute façon, en évitant de reculer aux calendes grecques. Mais, la priorité devrait être d’ajuster d’abord le financement avant d’envisager les autres modifications, et il n’y a qu’une mesure qui puisse assurer l’équilibre financier au-delà de 2025 : reculer l’âge de départ progressivement à 64 puis 65 ans. Les Français le savent et ils y sont prêts, pour peu qu’on y mette les formes. Ensuite, il faut mettre fin aux injustices criantes pour les salariés en faisant converger les régimes public et privé. Evidemment, il faut en profiter pour mettre fin aux autres injustices du système actuel concernant les femmes et les carrières hachées, préserver les droits familiaux et conjugaux, et les caisses autonomes bien gérées qui ne demande rien à personne. C’est la réforme qui permettra de maintenir assurément le niveau des pensions sans faire peser leur financement sur les générations futures, sans augmenter les cotisations qui pèseraient sur le pouvoir d’achat des actifs. C’est le projet proposé par les Républicains. Il est réaliste et il est tenable.

La clarification à reculons ?

Edouard Philippe va devoir clarifier le projet. Mais les rumeurs qui circulent ne sont pas de nature à rétablir la confiance ni rassurer les Français inquiets pour leur avenir. Quelle justice à reculer la réforme des régimes spéciaux en appliquant la clause du dite du « grand-père », qui consiste à la repousser de 40 ou 50 ans ? Il n’y aurait pas non plus de « mesure paramétrique », expression technocratique pour dire qu’on ne repoussera pas l’âge de départ, ce qui veut dire que le financement serait assuré par l’emprunt et la dette pour combler les 17 milliards d’euros qui manqueront à court et moyen terme. Peut-on être surpris que le pouvoir lâche du lest  sur la dette et les économies, lui qui fonctionne à chéquier ouvert depuis le début du quinquennat ? C’est une faiblesse et un manque de courage qui est la marque de toutes les réformes entreprises depuis 2017.

C’est tout simplement de l’irresponsabilité.

 

 


L'école s'invente tous les jours !

Après le "bref regard sur une carrière" et la "radioscopie d'une expérience", j'aborde le 3ème chapitre, tourné davantage sur le présent et l'avenir du système éducatif.

Plus que jamais, je reste persuadé que "l'école s'invente tous les jours" !

 

III - Réflexions pour aujourd'hui 

« L’unité de tout cela, Monsieur l’Inspecteur, c’est la vie, la  qualité de tous ces textes, la résonance qu’ils provoquent chez les  élèves  … »

                                                      Philipe  Delerm

 

C’est comme Obélix tombé dans la marmite de potion magique : l’enseignement, une fois qu’on est tombé dedans, il arrive très souvent qu’on ne s’en défasse plus jamais. C’est pourquoi je ne peux m’empêcher de continuer à cogiter en suivant les convulsions et évolutions de notre système éducatif.

 

Deux constats préliminaires

L’ignorance gagne du terrain.

De manière générale, je suis effaré de constater qu'à mesure que le progrès scientifique accumule un savoir de plus en plus exact, on observe à travers le monde une lente montée de l'ignorance. Chaque jour la science nous apporte de nouvelles découvertes et pourtant jamais l'ignorance n'a gagné autant de terrain. En France, les chiffres sont là : nous comptons 6 % d'illettrés, c'est-à-dire environ 3 millions de personnes. Si on additionne les personnes analphabètes qui ont des difficultés à lire et à écrire le français, on arrive à près de 10 % de la population. C’est énorme pour un pays où l’enseignement est gratuit et obligatoire !

Mais ce phénomène concerne le monde entier. Selon une récente projection de l'ONU, en 2020, le monde arabe comptera 25 % d'analphabètes. Ce monde arabe qui a publié plus de livres entre le VIIIe et le XIIe siècle qu'aujourd'hui. Que penser de ces prédicateurs saoudiens qui apprennent à leurs étudiants que la Terre est plate, et dernièrement, à l'Université de Sfax en Tunisie, qui est pourtant l'un des pays arabes parmi les plus avancés, une chercheuse voulait démontrer aussi que la Terre était plate et qu'elle ne tournait pas autour du Soleil. Il y a quarante-cinq ans, quand j’enseignais au Maroc, je rencontrais le  même problème avec le professeur de l’enseignement religieux  mais cela ne semblait pas perturber les élèves qui s’accommodaient des deux vérités. Cette progression du fondamentalisme  existe aussi aux États-Unis où 46 % des Américains (effarant, non ?) pensent que la Terre a moins de 10 000 ans. Parmi eux, il y a ceux qu'on appelle les « créationnistes » et ceux-ci commencent à prendre pied en France, en Angleterre, et même en Turquie où, parait-il, ils sont déjà très nombreux. Cette montée de l'ignorance favorise  l’obscurantisme, phénomène à mettre en corrélation avec la montée de l'islamisme politique.

Faut-il admettre que nous sommes en pleine régression intellectuelle dans le monde ?

La surinformation favorise l’ignorance.

Certains établissent aussi un lien avec la révolution numérique. Selon eux c’est dans les années 2000 qu’on a commencé à assister à une surinformation qui a conduit à l'ignorance. J’avais commencé à faire ce constat, juste avant de  prendre ma retraite, en 2003. Aujourd’hui, trop de 15-29 ans ne lisent plus de livres. En revanche, ils lisent davantage sur les réseaux sociaux, les blogs... D'après une étude de l'Université de Yale, la lecture sur le réseau internet n'est pas la même : les informations se superposent les unes aux autres alors que la lecture d'un livre permet de pénétrer les pensées de l'auteur et de structurer les informations. D'autres études sont à mettre en corrélation avec ce constat inquiétant : les Français auraient perdu 4 points de QI entre 1989 et 2009, phénomène mesuré aussi en Angleterre ou aux États-Unis.

Wikipédia est le plus bel exemple des effets pervers de l'Internet. Si dans le domaine scientifique, les notices sont rédigées par des experts, dans le domaine de la littérature et en histoire, c'est un agrégat de données nivelées par le plus grand nombre. On est loin du concept des « encyclopédies », véritables réceptacles du savoir vérifié. Ce qui est grave c’est que l’absence de hiérarchisation du savoir conduit au relativisme culturel où tout se vaut. La page d’une star de la chanson  est bientôt  plus fournie que celle de Victor Hugo, et Homère y passe pour un galopin.

 

Il n’y a qu’une seule façon de réagir à cela : rétablir le pouvoir  du savoir et de l’intelligence par l’école ! Il faut absolument replacer la culture générale et l'histoire au centre de nos préoccupations. Avec des enseignants aux connaissances indiscutables, de préférence !

A suivre : "Les maux dont souffrent le système éducatif".


NOUS SOMMES LA NATION FRANCAISE…

Barbara Lefebvre c'est ça001

 

« C’est ça la France … Qu’a-t-on fait pour mériter ça ? » Un livre que tout citoyen qui s’intéresse à la chose publique devrait lire.  Barbara LEFEBVRE y passe en revue toutes les dérives de notre temps qui cherchent à détruire La France, sa culture, son histoire, sa laïcité, son unité…. Un livre d’une grande lucidité qui part de l’observation des faits et qui en analyse les origines et les conséquences néfastes. Et pourtant, nous restons la « nation française », c’est le cadre qu’il faut continuer à défendre. Elle nous dit comment. Un merveilleux outil de réflexion pour une droite qui se reconstruit.

Les deux postmodernités.

Faisant référence au sociologue Yves Bonny, Barbara Lefèbvre évoque « l’idéologie de la déconstruction » à l’œuvre et met en lumière les deux axes de la critique postmoderne du « en même temps » macronien. La première postmodernité met en valeur toutes les catégories sociales dite marginalisées ou opprimées (femmes, immigrés, homosexuels, minorités religieuses…). Racialisation et ethnicisation en sont la démarche naturelle. Le processus débouche sur la nation multiculturaliste. L’identité nationale y est présentée comme hégémonique, car imposée par les groupes sociaux dominants. La seconde postmodernité est celle de l’individu nomade, cosmopolite, sans racines… Il est chez lui partout et ne connait pas les frontières. Sans passé ni avenir, il vit uniquement dans le présent. Il est le digne représentant des élites intellectuelles, artistiques, économiques des grandes métropoles. La nation est l’ennemi de ces deux postmodernités : elle oppresse les minorités, elle est un geôlier pour le nomade. Voilà pourquoi tous ceux qui s’en réclament sont aussitôt stigmatisés et suspectés de vouloir restaurer des valeurs nauséabondes.

La nation.

La culture qui fonde notre identité nationale est le résultat d’un melting-pot, de mélanges, de métissages, elle s’est forgée au cours des siècles. En valorisant l’unité de la nation (une et indivisible) nous mettons en avant ce constat. Accepter de se fondre dedans va à l’encontre de l’accusation d’exclusion, de xénophobie ou de racisme. Encore faut-il adopter le principe d’universalité sur laquelle cette identité s’est construite. Cela ne convient pas aux obsédés de la race ou du genre qui préfère la psychologie victimaire.

La patrie.

Ce n’est pas un hasard si le drapeau tricolore a été remis à la mode au milieu des années 2000. Déjà, l’insécurité culturelle pointe et une partie de l’élite politique, intellectuelle et médiatique s’empare des couleurs nationales pour  montrer au peuple inquiet un attachement patriotique à la France. Mais il ne suffit pas de pavoiser. D’abord le bleu-blanc-rouge ne plait pas à tout le monde et est réduit par certains à « la revendication d’une nation mythifiée de tradition judéo-chrétienne, de blancs aux yeux bleus, excluante et raciste ». L’extrême gauche apporte ainsi son soutien aux islamistes. Peu importe qu’on soit pris en contradiction entre l’hyper souverainisme des Conventionnels de 1792 et le courant internationaliste prolétarien repeint aux couleurs du multiculturalisme, dont ils se réclament. La patrie c’est aussi La Marseillaise. Autre symbole fort de l’attachement à la France, elle est forcément une cible. Se réapproprier les symboles de la République, c’est aussitôt être suspecté de faire le jeu de l’extrême droite. Le débat autour du « sang impur » qui au début du XVIIIème siècle n’a aucune connotation raciste ni protofasciste, n’est qu’un artifice pour se démarquer à bon compte. En quoi une ligne de la Marseillaise réduit-elle l’identité des Français à une couleur de peau ou à une ethnie quelconque ?  La patrie enfin, c’est un territoire. La géographie rejoint l’histoire. Le pays abrite la nation comme le paysan fait le paysage. C’est pour avoir nié cette réalité que le pouvoir centralisé et technocratique s’est pris de plein fouet le mouvement des « gilets jaunes » ! Attaquée sur ses symboles et niée dans sa réalité par la mise à mort du monde rurale, notre « patrie » est en grand danger.

Christianisme et laïcité.

« Les religions sont des structurants identitaires fondamentaux » affirme Barbara Lefèbvre avec justesse, ne serait-ce que parce que la « morale judéo-chrétienne » subsiste et se retrouve dans nombre de nos valeurs, de nos principe juridiques sous une forme sécularisée, rationalisée. Evidemment l’islam provoque un électrochoc identitaire, dans un monde où le religieux s’est réduit à la « sphère privée ». Mais qui ne voit la contradiction d’une doxa qui se plait à décrire le modèle judéo-chrétien comme désuet voir réactionnaire et pousse des cris d’orfraie quand on s’offusque du port d’un voile pourtant largement discriminant à l’endroit des femmes. Passons sur le fait que les participants à la « manif’ pour tous » soient décrits par les médias « éclairés » comme un ramassis de cul-bénis et de fachos homophobes, ce qui n’est en rien la réalité, il suffit de quelques images bien choisies et le combat est perdu d’avance. Le paravent de la laïcité pour lutter contre une religion qui a la prétention de régir la vie des sociétés humaines dans toutes ses dimensions, depuis la sphère privée jusqu’à l’organisation de l’espace public, risque d’être bien maigre d’autant plus que le Conseil d’Etat rend des arrêts d’une grande tolérance à l’égard de l’islam, en vidant de sons sens la loi de 1905.

L’idéologie de la déconstruction.

C’est le pire poison pour notre société. « La nation est un monstre, l’identité nationale est luciférienne, l’Etat a des penchants génocidaires ». Le culte du repentir concerne tout l’Occident, et l’Europe en particulier, accusés de tous les crimes esclavage, impérialisme, colonialisme, génocide…  Inutile d’entrer dans le détail. Et pour que ce soit bien clair, on réécrit l’histoire. L’objectif est simple :  déconstruire les idéaux universels occidentaux. Le progressisme s’est attaqué à l’art, la littérature, la philosophie. La mise en procès de l’Occident esclavagiste, raciste, islamophobe, sexiste est généralisée. Elle débouche sur le relativisme intégral qui excuse d’avance le terrorisme. Ainsi depuis vingt ans, la repentance est devenue une routine. Mais ne nous y trompons pas, la mouvance décoloniale est par sa nature identitaire, fondée sur des bases ethniques et/ou religieuses. Elle entend se confronter à l’identité nationale pour la disloquer, la remplacer : « La France est à nous ! » disent-ils. Ils refusent ainsi de se fondre dans l’identité nationale comme d’autres l’ont fait avant eux.

La place de l’armée.

Avec le sacrifice d’Arnaud Beltramme, image indépassable du « héros » au service de la patrie, à laquelle on pourrait ajouter le sacrifice des 13 soldats morts au Mali, le lien armée-nation a plus que jamais sa raison d’être. L’engagement militaire reprend enfin tout son sens. Le déni de la guerre est-il pour autant conjuré ? Va-t-on enfin utiliser vraiment l’armée dans le rôle qui lui est dévolu, et non la confiner dans des tâches subalternes, de sécurité-parade ou éducatives. Mais que penser quand le chef des armées humilie son chef d’état-major ?

Je n’ai fait que survoler superficiellement un ouvrage à la réflexion dense et implacable. Le livre mérite qu’on entre dans son intensité.

Vous n’avez pas le temps de le lire ? Alors venez samedi prochain à la rencontre de l’auteure. Et en plus vous pourrez lui poser toutes vos questions au cours d’un échange qui s’annonce ouvert et riche.

Carton Lefebvre002


Les catalyseurs de pédagogie - (2) Les voyages

Le voyage,

cet autre adjuvant pédagogique…

(et machine à fabriquer les « petits bonheurs »).

 

Les voyages scolaires sont, dans la  deuxième moitié de ma carrière, les compléments indissociables des spectacles, dans la mesure où beaucoup d’entre eux ont donné lieu à une représentation devant un public. Ce fut d’abord un compte-rendu sous forme de diaporama audio-visuel, un peu à la manière de ce que présentaient les voyageurs de « Connaissance du monde »,  puis ce furent des spectacles de plus en plus élaborés, comme je l’ai évoqué dans le chapitre précédent.

Entendons-nous, un voyage, ce n’est pas la simple sortie locale. C’est un déplacement plus ou moins lointain qui nécessite au minimum une journée entière, voire plus. Il faut distinguer deux types de voyages.

Les échanges linguistiques.

D’abord, il y avait les voyages organisés dans le cadre des échanges linguistiques. Enseignant le français et  l’histoire-géographie, je n’étais pas concerné au premier chef, mais  les collègues d’allemand ou d’espagnol me sollicitaient comme  accompagnateur. C’est ainsi que je fis plusieurs fois les séjours de Brême et de Grenade....

Lire la suite dans la colonne ci-contre : "L'Ecole s'invente tous les jours" en cliquant sur "Les catalyseurs de la pédagogie (2) Les voyages."

 


Les catalyseurs de pédagogie - (1) Le spectacle

Le spectacle, 

pédagogie de la « troisième dimension ».

 

«  Ah, tu es avec Monsieur Houlle, alors tu vas faire du théâtre ! » s’était écrié un parent en début d’année.

Le spectacle compte-rendu.

Justement, cette année-là, un voyage en Touraine de trois jours devait nous mener de Bourgueil à Richelieu en passant par le Clos Lucé, Villandry, Saché et Chinon. C’est comme ça que naquit l’idée de monter un spectacle genre diaporama. Une autre année, avec nos élèves de cinquième, nous avions fait une « classe patrimoine » à l’abbaye de Fontevraud : un séjour d’une semaine qui nous avait permis de « radiographier » l’ensemble monumental,  des égouts à la charpente. Au retour, il fallait trouver le moyen d’exploiter ce capital de découvertes accumulées au cours des nombreuses activités et aussi en rendre compte aux parents : évidemment, un spectacle s’imposait. Inévitable pour des collégiens fréquentant le collège « Jean Vilar » ! ....

Lire la suite dans la colonne ci-contre : "L'Ecole s'invente tous les jours" en cliquant sur "Les catalyseurs de la pédagogie (1) le spectacle."

 


LA FILIERE NUCLEAIRE DANS L’IMPASSE ?

Epr

 

Mais que se passe-t-il avec la construction de l’EPR de Flamanville ?

Aujourd’hui, plus personne ne semble maîtriser ni l’agenda, ni les coûts du chantier, et l’on peut compter sur les écolos pour contribuer à saborder définitivement le projet. Heureusement on n’en est pas encore là. EDF ira certainement au bout, mais 12 milliards d’euros ont déjà été engloutis pour un devis initial de 3,5 milliards !  Ce qui est en jeu est bien plus grave : c’est l’avenir du réacteur de nouvelle génération que les retards de Flamanville compromettent. Or c’est un outil dont la France a grand besoin pour remplacer d’ici les 15 prochaines années le parc des réacteurs actuels que le « grand carénage » va prolonger à une soixantaine d’années d’exploitation. Car les écolos ne nous feront pas croire à l’alternative généralisée des énergies renouvelables qui se ferait au prix d’une augmentation colossale du coût de l’énergie.

Une catastrophe industrielle.

L’histoire de la construction de l’EPR est édifiante de la gouvernance politique des dix dernières années : la guerre entre EDF et AREVA, le mensonge de Flamanville, les pertes de compétences… et la pression constante des écologistes. En 2006, AREVA vend un EPR à la Finlande. Pour ne pas laisser  le marché  libre à son concurrent, EDF s’engage à construire un EPR à Flamanville pour 3,3 milliards d’euros et programme un chantier sur 54 mois. Un énorme mensonge que l’Etat avale. Irréaliste, surtout que les pertes de compétences ont rendu le pari totalement impossible : depuis  le début des années 90, l’électricien n’avait plus construit de centrale nucléaire (dernière en date Civeaux, 1991). Entre temps, il a perdu les capacités de maîtrise d’ouvrage et surtout les soudeurs hautement spécialisés pour lesquels il a fallu recourir à des entreprises étrangères. La crédibilité du nucléaire français en est profondément affectée. En 2018, 8 soudures de haute technologie défaillantes sont découvertes reportant le retard à 2022 après une liste de contretemps déjà impressionnante. Pour arranger les choses, depuis 2007, l’énergie est une compétence partagée entre le ministère de la Transition énergétique et le ministère de l’Economie. L’Etat actionnaire ne parle plus d’une seule voix et l’arrivée de Hollande à l’Elysée n’a fait qu’aggraver les choses avec des promesses de campagne, comme la fermeture de Fessenheim et la réduction de moitié de l’apport de l’énergie nucléaire, se sont révélées insoutenables. La catastrophe de Fukushima a fait le reste, en rendant l’ASN (Agence de Sureté Nucléaire) quasi paranoïaque.

Le temps est compté.

L’Elysée reste le décideur ultime. Fidèle à son habitude, le Président se garde bien de donner une direction claire et assumée. Certes, le retard d’entrée en production de Flamanville ne permet pas d’avoir un retour d’expérience sur le prototype. La décision de construire une flotte d’EPR devait être prise en 2021. La question sur la compétitivité risque donc de rester entière et rend aléatoire la relance d’un programme nucléaire de grande ampleur. De son côté EDF veut emmener l’ensemble du parc actuel jusqu’à 50 ans, et même pour certains réacteurs jusqu’à 60 ans, moment où une flotte d’EPR devrait prendre le relais. A condition que la décision soit prise en temps utile. EDF est certaine que les travaux de mise à niveau permettront aux centrales actuelles de se rapprocher des standards de sécurité les plus élevés tout en permettant de produire de l’électricité dans de bonnes conditions économiques. Fessenheim qui doit fermer l’année prochaine est considérée comme la plus sûre du parc et devrait voir sa vie encore prolongée du fait du retard de mise en service de Flamanville qui devait prendre le relais. Par ailleurs, notre électricien national continue de vouloir exporter sa technologie, notamment en Inde, sans parler du contrat avec les Anglais. Le géant français jouit encore d’un statut qui n’est pas contesté en matière de référence dans le domaine de l’atome.

L’espoir vient de Chine.

Le comble, c’est que les Chinois, eux, ont réussi avec leur EPR. La centrale de Taishan fonctionne à plein régime depuis sept mois ; elle a été construite avec une cinquantaine d’ingénieurs d’EDF présents en permanence sur place. Une coordination exemplaire saluée par les Chinois : la centrale a été portée par une coentreprise entre le chinois CGN (51%), EDF (30%) et un provincial Yuedian (19%). Le second EPR est presque terminé. A Paris, le chœur des voix discordantes continue a capella : tandis que Bruno Le Maire souhaite s’affranchir de la mise en service de Flamanville pour prendre la décision d’un nouveau programme nucléaire, Elisabeth Borne, de son côté, campe sur cet enchaînement : d’abord Flamanville puis décision…. Ce qui reporterait le projet de la construction de 6 EPR au mieux à 2023 ou 2024. Aucun arbitrage présidentiel n’a été rendu sur le sujet. Il est vrai que le Président a d’autres chats à fouetter en ce moment. Et pourtant, s’il y a bien un enjeu crucial, c’est bien celui-là. La France sera-t-elle demain toujours un pays nucléaire, quand la Chine construit 11 autres réacteurs ? La réponse est éminemment politique. Le fait que le gouvernement ait discrètement mis fin au programme ASTRID de recherche sur le surgénérateur ne rend pas optimiste. L’arbitrage à rendre entre le nucléaire et les autres sources de production d’électricité, c’est maintenant ! C’est la sécurité énergétique des générations futures qui l’exige. Il est encore temps de remobiliser une filière industrielle qui connait des déboires mais qui a les moyens de redevenir le fleuron qu’elle a été. En choisissant de l’abandonner, la France s’engagerait définitivement sur le chemin du déclin. Il faudrait d’autant plus de courage politique que les « vents écologiques » sont très défavorables, avec leur capacité de désinformation phénoménale.

Mais du courage, en a-t-on seulement encore une parcelle en haut lieu ?

 

 


Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection

L’évaluation.

S’il y a bien une question qu’on ne se posait pas au début des années 60, c’était celle de la notation. Tous les devoirs et travaux étaient évalués sur une base immuable, sauf rare exception : le barême sur 20. Il en était fait une déclinaison décimale jusqu’au ¼ de point selon la nature des exercices, du « pifomètre » de la rédaction au décompte méticuleux des fautes de dictée, des questions qui suivaient ou des exercices de grammaire. Le tout faisait l’objet d’une moyenne trimestrielle elle-même sur 20. Un système très ancré et qui a eu la vie dure puisqu’il est encore largement utilisé, même s’il n’a plus le monopole de l’évaluation.

Evacuons d’abord le débat sur l’absence de notes :....

 

Lire la suite  dans la colonne ci-contre, à gauche : "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur

Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection


" C'EST CA LA FRANCE..." Conférence-débat

On ne présente plus Barbara LEFEBVRE, enseignante, auteur de livres qui ont fait l'actu. 

C'est son dernier ouvrage qui sert de support à son exposé. : "C'est ça la France ... Qu'a-t-on fait pour mériter ça ?"

Elle y passe en revue tous les enjeux et les modeleurs de la "pensée conforme" à la manoeuvre, tout ce qui déconstruit et détisse les liens entre les générations, la France coupée en deux entre gentils "progressistes" et  méchants "nationalistes"...

Nation, identité nationale, culte victimaire, manipulations idéologiques : un état des lieux sans concession par quelqu'un qui n'a pas froid aux yeux !

Nous avons la chance qu'elle vienne à notre rencontre !

Un rendez-vous incontournable !

Merci de vous inscrire, en utilisant le lien ci-dessous. Vous aiderez à la bonne organisation de la réunion.

Carton Lefebvre002

 

 


« TU SAIS CE QU’IL TE DIT LE VIEUX C** ? »

OK boomer

 

« Ok Boomer ! »

Voilà encore une mode qui nous vient des Etats-Unis via les réseaux sociaux. Ce « mème » (élément de langage répétitif des internautes) qui veut dire « ferme-la vieux con ! » est utilisé par ceux qu’on appelle les « millennials » (nés dans les années 80-2000) pour dire aux « Baby-boomers » qu’ils n’ont plus leur mot à dire, eux qui n’ont connu que le plein-emploi et massacré la planète pour satisfaire leur consommation. Ce slogan est employé par les jeunes (plus ou moins) militants écolos qu’ils soient collapsologues ou suivistes de Greta, par les anars d’Extinction Rebellion qui nous font le « remake » du capitalisme maudit source de tous les maux, et autres « alt-right » américains qui rendent la génération des baby-boomers responsables de l’immigration de masse…  Joli pot-pourri de motivations qui ont en commun de cultiver la haine des vieux, comme en témoignent les messages qu’on peut lire sur les réseaux sociaux.

Trop facile !

On retrouve le même thème, en plus édulcoré, dans les propos de nos gouvernants qui justifient le surcroît d’impôts sur les retraités parce qu’ils auraient des revenus supérieurs à ceux des jeunes. C’est aussi la thèse défendu par les « Terra nova » qui voudraient reprendre aux anciens une partie du patrimoine qu’ils auraient accumulé sur le dos des générations suivantes… Comme quoi, il ne fait pas bon vieillir en France !  Mais le raisonnement se heurte à au moins trois écueils. Le premier tient dans le mode de vie de la génération actuelle des grands parents qui ont été beaucoup plus raisonnables, en général, que les générations suivantes : moins de couples séparés et sens du sacrifice pour économiser et préparer les vieux jours ont permis effectivement d’accumuler davantage que le « zapping » permanent et le tout « tout de suite ». Le second, c’est qu’il est trop facile de rendre responsable de tous les maux  tous les anciens sans discernement. Parmi eux, se trouvent les soixante-huitards qui ont introduit le ver dans le fruit avec leur concept du « jouir sans entraves » qui est à l’origine de bien des dérèglements de notre société : on leur doit la retraite à soixante ans non financée, les 35 heures et  une large part des dérives financières qui ont conduit la France au point où elle en est. Ils ont transmis aux millennials le refus de l’effort et un système éducatif « à la rue ». C’est vrai, ils peuvent avoir des raisons d’en vouloir à ceux-là. Le troisième écueil, je les invite à chausser leurs lunettes pour observer les transformations du monde des 50 dernières années : le formidable progrès de la santé sur tous les continents qui a permis d’éradiquer les épidémies et d’augmenter considérablement l’espérance de vie des populations, le recul  de la pauvreté… avec un corollaire redoutable : la bombe démographique qui menace la planète. C’est peut-être le défi le plus explosif que l’humanité doit relever, en même temps que celui de la préservation de notre planète. Et de cela, il serait ridicule d’en rendre responsable la génération des « Boomers ».

« Ta gueule et apprends ! »

Je reprends à mon compte la réponse faite par Olivier Mazerolle sur un plateau télé et j’ajoute un conseil : « apprends ! » Puisque le Ministre actuel semble vouloir remettre un peu de consistance dans les contenus d’apprentissage, je ne saurais trop conseiller aux jeunes tentés par le « OK Boomer » de se mettre sérieusement  à l’étude des mathématiques et des sciences, matières dans  lesquelles nous sommes tombés bien bas, de l’histoire pour mieux savoir de quoi il retourne, et du français pour apprendre la nuance de la pensée et développer leur esprit critique, plutôt que de sécher les cours le vendredi. Ils pourront ainsi se forger leur opinion personnelle plutôt que de se contenter de suivre des modes, parfois obscurantistes, comme des moutons bêlant. Qu’ils abandonnent aussi pour un temps leurs écrans sur lesquels ils épuisent inutilement leur cerveau en activités vaines au profit de contenus plus structurants de la pensée. L’intelligence n’est rien sans le savoir, et les temps qui viennent seront gros consommateurs d’intelligence. Ensuite, il sera toujours temps d’établir des conversations plus fécondes entre générations que ces apostrophes triviales. Car vouloir opposer les générations, en campant par exemple sur les positions empiriques d’une Greta Thunberg élevée au rang d’icône, c’est établir un clivage qui sera impuissant à répondre aux défis tant sociaux qu’écologiques, car ceux-ci appellent à une mobilisation de la société tout entière.

OK les jeunots ?

 

 


Radioscopie d'une expérience - (6) L'importance de la lecture !

L’importance de la  lecture.

 

Dans les programmes de Français des années 60, la  lecture  avait une place « institutionnelle » :  elle faisait l’objet d’une heure hebdomadaire de « lecture expliquée »  au cours de  laquelle  le prof étudiait un texte d’auteur en classe avec les élèves, et une heure consacrée à la « lecture suivie et dirigée » qui consistait à faire lire en entier par  les élèves une œuvre au programme, par tranches hebdomadaires, avec des  questions  auxquelles  il  fallait répondre   par écrit pour guider la compréhension. Parallèlement, il pouvait être  mis en place, à  l’initiative du prof, une bibliothèque de classe  pour proposer aux élèves qui le souhaitaient  d’autres lectures d’œuvres choisies,  avec éventuellement un compte-rendu.

J’ai toujours accordé  beaucoup  d’importance à la lecture...

...

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience"  - (6) L'importance de la lecture !


LES CIGALES ET LES FOURMIS

Cigale_fourmi

 

Publication hier d'un rapport de la Commission Européenne.

Plutôt sévère : il dénonce les pays qui ne jouent pas le jeu, qui augmentent leurs dépenses publiques, qui augmentent leurs déficits. Evidemment, qui est aux premières loges ? Vous avez deviné : La France… et l’Italie, suivies de près par l'Espagne. Un rappel à l’ordre à juste titre au moment où le gouvernement français est tenté d’ouvrir les vannes des « cadeaux de Noël », autant de sparadraps sur des jambes de bois, pour tenter d’éteindre le feu social qui menace d’exploser, et cela en continuant de creuser les déficits et la dette à tours de bras.

La cigale Macron.

L’exécutif n’en finit pas d’ouvrir son carnet de chèques, depuis la fin 2018, et la liste est longue des gestes coûteux : revalorisation de 40 € par mois pour les policiers suivie du paiement d’une partie des heures supplémentaires, désocialisation des heures supplémentaires, smic revalorisé de 100 €, baisse de la CSG des retraités modestes, prime exceptionnelle de fin d’année défiscalisée, baisse d’impôts de 5 milliards d’€ pour 17 millions de contribuables … 17 milliards de dépenses publiques supplémentaires. Et ça continue avec l’hôpital public et les infirmières. Non pas que ces ajustements ne soient pas nécessaires, ils témoignent surtout de l’incohérence et de l’incurie de l’Etat qui se révèle par ailleurs, incapable de la moindre économie, alors que les Régions gérée par la droite montre que c’est possible si on veut s’en donner la peine. Et comme toujours, ces efforts seront jugés comme « trop peu, trop tard » par ceux qui vont en bénéficier, ce qui n’est pas faux non plus.

L’écart avec les fourmis grandit.

A force de faire des mauvais choix économiques, la France continue de s’enfoncer au lieu de se redresser. Loi de finances après loi de finances, ses objectifs de réduction du déficit sont revus à la baisse. Des renoncements redoutables quand on mesure l’ampleur du drame : 100 milliards de trou pour des recettes évaluées à 400 milliards : 25% ! Voilà une autre manière moins aseptisée d’évaluer la douloureuse que les 3% du PIB. Le quinquennat de Macron a commencé comme celui de Hollande : un choc fiscal  de 20 milliards d’euros avec l’augmentation de la CSG qui a enrayé la croissance et qui fait que malgré la relance budgétaire, elle se traîne. Celui de Hollande avait été de 32 milliards rien que pour les ménages et avait plombé l’économie pendant trois ans. Ces choix conduisent à faire tourner l’économie artificiellement et à l’envers en encourageant le cercle vicieux : hausse de la dépense publique-hausse des prélèvements- moins de compétitivité-moins de croissance- détérioration de la balance du commerce extérieur- augmentation de la dette- plus de pauvres … Rappelons que la relance, (justifiée, elle) de Nicolas Sarkozy en 2009, avait rapporté 1€ de croissance pour 3€ dépensés, selon la Cour des Comptes. Il ne peut pas y avoir de retour à une croissance durable et solide sans assainissement préalable des comptes en dépensant moins. Chaque cycle de prélèvements pour relancer le pouvoir d’achat nous appauvrit un peu plus. La France a perdu toutes ses marges de manœuvre, et Macron en est à vilipender la règle des 3% qu’il considère comme d’un autre siècle. Mais comment ont donc fait les Pays-Bas, l’Allemagne et d’une manière générale nos partenaires d’Europe du Nord ?

Le salut économique ne viendra pas des autres.

Depuis plusieurs mois, Bruno Le Maire fait une fixation sur nos voisins allemands. C’est que la France « locomotive de l’Europe », ça pourrait faire rire outre-Rhin, même si la Germanie frôle la récession. C’est que l’Europe, dotée d’une politique monétaire commune, sans véritable budget partagé, est bâtie sur un déséquilibre. Bruxelles aurait aimé que les pays dotés de budgets en équilibre mènent une politique davantage expansionniste, pendant que les autres redressent leurs comptes.  Sauf que l’appel de Bruno Le Maire, qui irait dans ce sens, tombe à plat : la légitimité de Paris à demander à un voisin de s’endetter pour aider les mauvais élèves ne tombe pas sous le sens. Car pendant que nous passons notre temps à jeter l’argent par les fenêtres –les Gilets jaunes ne réclamaient pas 17 milliards d’€- les divergences se sont accentuées avec l’Allemagne et son énorme excédent des comptes courants. Si ce fait a pour effet de plomber la compétitivité des autres états, cela leur permet néanmoins de vivre à l’abri d’une monnaie solide qui permet... d'emprunter à bon compte. Compte-tenu du climat interne allemand, les discussions sur le sujet de l’investissement devrait davantage répondre à l’équation nationale croissance-emploi qu’à celle d’une relance européenne en répondant aux appels du pied des Français.

« Que faisiez-vous aux temps chauds … ? »