Previous month:
octobre 2019
Next month:
décembre 2019

Les catalyseurs de pédagogie - (1) Le spectacle

Le spectacle, 

pédagogie de la « troisième dimension ».

 

«  Ah, tu es avec Monsieur Houlle, alors tu vas faire du théâtre ! » s’était écrié un parent en début d’année.

Le spectacle compte-rendu.

Justement, cette année-là, un voyage en Touraine de trois jours devait nous mener de Bourgueil à Richelieu en passant par le Clos Lucé, Villandry, Saché et Chinon. C’est comme ça que naquit l’idée de monter un spectacle genre diaporama. Une autre année, avec nos élèves de cinquième, nous avions fait une « classe patrimoine » à l’abbaye de Fontevraud : un séjour d’une semaine qui nous avait permis de « radiographier » l’ensemble monumental,  des égouts à la charpente. Au retour, il fallait trouver le moyen d’exploiter ce capital de découvertes accumulées au cours des nombreuses activités et aussi en rendre compte aux parents : évidemment, un spectacle s’imposait. Inévitable pour des collégiens fréquentant le collège « Jean Vilar » ! ....

Lire la suite dans la colonne ci-contre : "L'Ecole s'invente tous les jours" en cliquant sur "Les catalyseurs de la pédagogie (1) le spectacle."

 


LA FILIERE NUCLEAIRE DANS L’IMPASSE ?

Epr

 

Mais que se passe-t-il avec la construction de l’EPR de Flamanville ?

Aujourd’hui, plus personne ne semble maîtriser ni l’agenda, ni les coûts du chantier, et l’on peut compter sur les écolos pour contribuer à saborder définitivement le projet. Heureusement on n’en est pas encore là. EDF ira certainement au bout, mais 12 milliards d’euros ont déjà été engloutis pour un devis initial de 3,5 milliards !  Ce qui est en jeu est bien plus grave : c’est l’avenir du réacteur de nouvelle génération que les retards de Flamanville compromettent. Or c’est un outil dont la France a grand besoin pour remplacer d’ici les 15 prochaines années le parc des réacteurs actuels que le « grand carénage » va prolonger à une soixantaine d’années d’exploitation. Car les écolos ne nous feront pas croire à l’alternative généralisée des énergies renouvelables qui se ferait au prix d’une augmentation colossale du coût de l’énergie.

Une catastrophe industrielle.

L’histoire de la construction de l’EPR est édifiante de la gouvernance politique des dix dernières années : la guerre entre EDF et AREVA, le mensonge de Flamanville, les pertes de compétences… et la pression constante des écologistes. En 2006, AREVA vend un EPR à la Finlande. Pour ne pas laisser  le marché  libre à son concurrent, EDF s’engage à construire un EPR à Flamanville pour 3,3 milliards d’euros et programme un chantier sur 54 mois. Un énorme mensonge que l’Etat avale. Irréaliste, surtout que les pertes de compétences ont rendu le pari totalement impossible : depuis  le début des années 90, l’électricien n’avait plus construit de centrale nucléaire (dernière en date Civeaux, 1991). Entre temps, il a perdu les capacités de maîtrise d’ouvrage et surtout les soudeurs hautement spécialisés pour lesquels il a fallu recourir à des entreprises étrangères. La crédibilité du nucléaire français en est profondément affectée. En 2018, 8 soudures de haute technologie défaillantes sont découvertes reportant le retard à 2022 après une liste de contretemps déjà impressionnante. Pour arranger les choses, depuis 2007, l’énergie est une compétence partagée entre le ministère de la Transition énergétique et le ministère de l’Economie. L’Etat actionnaire ne parle plus d’une seule voix et l’arrivée de Hollande à l’Elysée n’a fait qu’aggraver les choses avec des promesses de campagne, comme la fermeture de Fessenheim et la réduction de moitié de l’apport de l’énergie nucléaire, se sont révélées insoutenables. La catastrophe de Fukushima a fait le reste, en rendant l’ASN (Agence de Sureté Nucléaire) quasi paranoïaque.

Le temps est compté.

L’Elysée reste le décideur ultime. Fidèle à son habitude, le Président se garde bien de donner une direction claire et assumée. Certes, le retard d’entrée en production de Flamanville ne permet pas d’avoir un retour d’expérience sur le prototype. La décision de construire une flotte d’EPR devait être prise en 2021. La question sur la compétitivité risque donc de rester entière et rend aléatoire la relance d’un programme nucléaire de grande ampleur. De son côté EDF veut emmener l’ensemble du parc actuel jusqu’à 50 ans, et même pour certains réacteurs jusqu’à 60 ans, moment où une flotte d’EPR devrait prendre le relais. A condition que la décision soit prise en temps utile. EDF est certaine que les travaux de mise à niveau permettront aux centrales actuelles de se rapprocher des standards de sécurité les plus élevés tout en permettant de produire de l’électricité dans de bonnes conditions économiques. Fessenheim qui doit fermer l’année prochaine est considérée comme la plus sûre du parc et devrait voir sa vie encore prolongée du fait du retard de mise en service de Flamanville qui devait prendre le relais. Par ailleurs, notre électricien national continue de vouloir exporter sa technologie, notamment en Inde, sans parler du contrat avec les Anglais. Le géant français jouit encore d’un statut qui n’est pas contesté en matière de référence dans le domaine de l’atome.

L’espoir vient de Chine.

Le comble, c’est que les Chinois, eux, ont réussi avec leur EPR. La centrale de Taishan fonctionne à plein régime depuis sept mois ; elle a été construite avec une cinquantaine d’ingénieurs d’EDF présents en permanence sur place. Une coordination exemplaire saluée par les Chinois : la centrale a été portée par une coentreprise entre le chinois CGN (51%), EDF (30%) et un provincial Yuedian (19%). Le second EPR est presque terminé. A Paris, le chœur des voix discordantes continue a capella : tandis que Bruno Le Maire souhaite s’affranchir de la mise en service de Flamanville pour prendre la décision d’un nouveau programme nucléaire, Elisabeth Borne, de son côté, campe sur cet enchaînement : d’abord Flamanville puis décision…. Ce qui reporterait le projet de la construction de 6 EPR au mieux à 2023 ou 2024. Aucun arbitrage présidentiel n’a été rendu sur le sujet. Il est vrai que le Président a d’autres chats à fouetter en ce moment. Et pourtant, s’il y a bien un enjeu crucial, c’est bien celui-là. La France sera-t-elle demain toujours un pays nucléaire, quand la Chine construit 11 autres réacteurs ? La réponse est éminemment politique. Le fait que le gouvernement ait discrètement mis fin au programme ASTRID de recherche sur le surgénérateur ne rend pas optimiste. L’arbitrage à rendre entre le nucléaire et les autres sources de production d’électricité, c’est maintenant ! C’est la sécurité énergétique des générations futures qui l’exige. Il est encore temps de remobiliser une filière industrielle qui connait des déboires mais qui a les moyens de redevenir le fleuron qu’elle a été. En choisissant de l’abandonner, la France s’engagerait définitivement sur le chemin du déclin. Il faudrait d’autant plus de courage politique que les « vents écologiques » sont très défavorables, avec leur capacité de désinformation phénoménale.

Mais du courage, en a-t-on seulement encore une parcelle en haut lieu ?

 

 


Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection

L’évaluation.

S’il y a bien une question qu’on ne se posait pas au début des années 60, c’était celle de la notation. Tous les devoirs et travaux étaient évalués sur une base immuable, sauf rare exception : le barême sur 20. Il en était fait une déclinaison décimale jusqu’au ¼ de point selon la nature des exercices, du « pifomètre » de la rédaction au décompte méticuleux des fautes de dictée, des questions qui suivaient ou des exercices de grammaire. Le tout faisait l’objet d’une moyenne trimestrielle elle-même sur 20. Un système très ancré et qui a eu la vie dure puisqu’il est encore largement utilisé, même s’il n’a plus le monopole de l’évaluation.

Evacuons d’abord le débat sur l’absence de notes :....

 

Lire la suite  dans la colonne ci-contre, à gauche : "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur

Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection


" C'EST CA LA FRANCE..." Conférence-débat

On ne présente plus Barbara LEFEBVRE, enseignante, auteur de livres qui ont fait l'actu. 

C'est son dernier ouvrage qui sert de support à son exposé. : "C'est ça la France ... Qu'a-t-on fait pour mériter ça ?"

Elle y passe en revue tous les enjeux et les modeleurs de la "pensée conforme" à la manoeuvre, tout ce qui déconstruit et détisse les liens entre les générations, la France coupée en deux entre gentils "progressistes" et  méchants "nationalistes"...

Nation, identité nationale, culte victimaire, manipulations idéologiques : un état des lieux sans concession par quelqu'un qui n'a pas froid aux yeux !

Nous avons la chance qu'elle vienne à notre rencontre !

Un rendez-vous incontournable !

Merci de vous inscrire, en utilisant le lien ci-dessous. Vous aiderez à la bonne organisation de la réunion.

Carton Lefebvre002

 

 


« TU SAIS CE QU’IL TE DIT LE VIEUX C** ? »

OK boomer

 

« Ok Boomer ! »

Voilà encore une mode qui nous vient des Etats-Unis via les réseaux sociaux. Ce « mème » (élément de langage répétitif des internautes) qui veut dire « ferme-la vieux con ! » est utilisé par ceux qu’on appelle les « millennials » (nés dans les années 80-2000) pour dire aux « Baby-boomers » qu’ils n’ont plus leur mot à dire, eux qui n’ont connu que le plein-emploi et massacré la planète pour satisfaire leur consommation. Ce slogan est employé par les jeunes (plus ou moins) militants écolos qu’ils soient collapsologues ou suivistes de Greta, par les anars d’Extinction Rebellion qui nous font le « remake » du capitalisme maudit source de tous les maux, et autres « alt-right » américains qui rendent la génération des baby-boomers responsables de l’immigration de masse…  Joli pot-pourri de motivations qui ont en commun de cultiver la haine des vieux, comme en témoignent les messages qu’on peut lire sur les réseaux sociaux.

Trop facile !

On retrouve le même thème, en plus édulcoré, dans les propos de nos gouvernants qui justifient le surcroît d’impôts sur les retraités parce qu’ils auraient des revenus supérieurs à ceux des jeunes. C’est aussi la thèse défendu par les « Terra nova » qui voudraient reprendre aux anciens une partie du patrimoine qu’ils auraient accumulé sur le dos des générations suivantes… Comme quoi, il ne fait pas bon vieillir en France !  Mais le raisonnement se heurte à au moins trois écueils. Le premier tient dans le mode de vie de la génération actuelle des grands parents qui ont été beaucoup plus raisonnables, en général, que les générations suivantes : moins de couples séparés et sens du sacrifice pour économiser et préparer les vieux jours ont permis effectivement d’accumuler davantage que le « zapping » permanent et le tout « tout de suite ». Le second, c’est qu’il est trop facile de rendre responsable de tous les maux  tous les anciens sans discernement. Parmi eux, se trouvent les soixante-huitards qui ont introduit le ver dans le fruit avec leur concept du « jouir sans entraves » qui est à l’origine de bien des dérèglements de notre société : on leur doit la retraite à soixante ans non financée, les 35 heures et  une large part des dérives financières qui ont conduit la France au point où elle en est. Ils ont transmis aux millennials le refus de l’effort et un système éducatif « à la rue ». C’est vrai, ils peuvent avoir des raisons d’en vouloir à ceux-là. Le troisième écueil, je les invite à chausser leurs lunettes pour observer les transformations du monde des 50 dernières années : le formidable progrès de la santé sur tous les continents qui a permis d’éradiquer les épidémies et d’augmenter considérablement l’espérance de vie des populations, le recul  de la pauvreté… avec un corollaire redoutable : la bombe démographique qui menace la planète. C’est peut-être le défi le plus explosif que l’humanité doit relever, en même temps que celui de la préservation de notre planète. Et de cela, il serait ridicule d’en rendre responsable la génération des « Boomers ».

« Ta gueule et apprends ! »

Je reprends à mon compte la réponse faite par Olivier Mazerolle sur un plateau télé et j’ajoute un conseil : « apprends ! » Puisque le Ministre actuel semble vouloir remettre un peu de consistance dans les contenus d’apprentissage, je ne saurais trop conseiller aux jeunes tentés par le « OK Boomer » de se mettre sérieusement  à l’étude des mathématiques et des sciences, matières dans  lesquelles nous sommes tombés bien bas, de l’histoire pour mieux savoir de quoi il retourne, et du français pour apprendre la nuance de la pensée et développer leur esprit critique, plutôt que de sécher les cours le vendredi. Ils pourront ainsi se forger leur opinion personnelle plutôt que de se contenter de suivre des modes, parfois obscurantistes, comme des moutons bêlant. Qu’ils abandonnent aussi pour un temps leurs écrans sur lesquels ils épuisent inutilement leur cerveau en activités vaines au profit de contenus plus structurants de la pensée. L’intelligence n’est rien sans le savoir, et les temps qui viennent seront gros consommateurs d’intelligence. Ensuite, il sera toujours temps d’établir des conversations plus fécondes entre générations que ces apostrophes triviales. Car vouloir opposer les générations, en campant par exemple sur les positions empiriques d’une Greta Thunberg élevée au rang d’icône, c’est établir un clivage qui sera impuissant à répondre aux défis tant sociaux qu’écologiques, car ceux-ci appellent à une mobilisation de la société tout entière.

OK les jeunots ?

 

 


Radioscopie d'une expérience - (6) L'importance de la lecture !

L’importance de la  lecture.

 

Dans les programmes de Français des années 60, la  lecture  avait une place « institutionnelle » :  elle faisait l’objet d’une heure hebdomadaire de « lecture expliquée »  au cours de  laquelle  le prof étudiait un texte d’auteur en classe avec les élèves, et une heure consacrée à la « lecture suivie et dirigée » qui consistait à faire lire en entier par  les élèves une œuvre au programme, par tranches hebdomadaires, avec des  questions  auxquelles  il  fallait répondre   par écrit pour guider la compréhension. Parallèlement, il pouvait être  mis en place, à  l’initiative du prof, une bibliothèque de classe  pour proposer aux élèves qui le souhaitaient  d’autres lectures d’œuvres choisies,  avec éventuellement un compte-rendu.

J’ai toujours accordé  beaucoup  d’importance à la lecture...

...

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience"  - (6) L'importance de la lecture !


LES CIGALES ET LES FOURMIS

Cigale_fourmi

 

Publication hier d'un rapport de la Commission Européenne.

Plutôt sévère : il dénonce les pays qui ne jouent pas le jeu, qui augmentent leurs dépenses publiques, qui augmentent leurs déficits. Evidemment, qui est aux premières loges ? Vous avez deviné : La France… et l’Italie, suivies de près par l'Espagne. Un rappel à l’ordre à juste titre au moment où le gouvernement français est tenté d’ouvrir les vannes des « cadeaux de Noël », autant de sparadraps sur des jambes de bois, pour tenter d’éteindre le feu social qui menace d’exploser, et cela en continuant de creuser les déficits et la dette à tours de bras.

La cigale Macron.

L’exécutif n’en finit pas d’ouvrir son carnet de chèques, depuis la fin 2018, et la liste est longue des gestes coûteux : revalorisation de 40 € par mois pour les policiers suivie du paiement d’une partie des heures supplémentaires, désocialisation des heures supplémentaires, smic revalorisé de 100 €, baisse de la CSG des retraités modestes, prime exceptionnelle de fin d’année défiscalisée, baisse d’impôts de 5 milliards d’€ pour 17 millions de contribuables … 17 milliards de dépenses publiques supplémentaires. Et ça continue avec l’hôpital public et les infirmières. Non pas que ces ajustements ne soient pas nécessaires, ils témoignent surtout de l’incohérence et de l’incurie de l’Etat qui se révèle par ailleurs, incapable de la moindre économie, alors que les Régions gérée par la droite montre que c’est possible si on veut s’en donner la peine. Et comme toujours, ces efforts seront jugés comme « trop peu, trop tard » par ceux qui vont en bénéficier, ce qui n’est pas faux non plus.

L’écart avec les fourmis grandit.

A force de faire des mauvais choix économiques, la France continue de s’enfoncer au lieu de se redresser. Loi de finances après loi de finances, ses objectifs de réduction du déficit sont revus à la baisse. Des renoncements redoutables quand on mesure l’ampleur du drame : 100 milliards de trou pour des recettes évaluées à 400 milliards : 25% ! Voilà une autre manière moins aseptisée d’évaluer la douloureuse que les 3% du PIB. Le quinquennat de Macron a commencé comme celui de Hollande : un choc fiscal  de 20 milliards d’euros avec l’augmentation de la CSG qui a enrayé la croissance et qui fait que malgré la relance budgétaire, elle se traîne. Celui de Hollande avait été de 32 milliards rien que pour les ménages et avait plombé l’économie pendant trois ans. Ces choix conduisent à faire tourner l’économie artificiellement et à l’envers en encourageant le cercle vicieux : hausse de la dépense publique-hausse des prélèvements- moins de compétitivité-moins de croissance- détérioration de la balance du commerce extérieur- augmentation de la dette- plus de pauvres … Rappelons que la relance, (justifiée, elle) de Nicolas Sarkozy en 2009, avait rapporté 1€ de croissance pour 3€ dépensés, selon la Cour des Comptes. Il ne peut pas y avoir de retour à une croissance durable et solide sans assainissement préalable des comptes en dépensant moins. Chaque cycle de prélèvements pour relancer le pouvoir d’achat nous appauvrit un peu plus. La France a perdu toutes ses marges de manœuvre, et Macron en est à vilipender la règle des 3% qu’il considère comme d’un autre siècle. Mais comment ont donc fait les Pays-Bas, l’Allemagne et d’une manière générale nos partenaires d’Europe du Nord ?

Le salut économique ne viendra pas des autres.

Depuis plusieurs mois, Bruno Le Maire fait une fixation sur nos voisins allemands. C’est que la France « locomotive de l’Europe », ça pourrait faire rire outre-Rhin, même si la Germanie frôle la récession. C’est que l’Europe, dotée d’une politique monétaire commune, sans véritable budget partagé, est bâtie sur un déséquilibre. Bruxelles aurait aimé que les pays dotés de budgets en équilibre mènent une politique davantage expansionniste, pendant que les autres redressent leurs comptes.  Sauf que l’appel de Bruno Le Maire, qui irait dans ce sens, tombe à plat : la légitimité de Paris à demander à un voisin de s’endetter pour aider les mauvais élèves ne tombe pas sous le sens. Car pendant que nous passons notre temps à jeter l’argent par les fenêtres –les Gilets jaunes ne réclamaient pas 17 milliards d’€- les divergences se sont accentuées avec l’Allemagne et son énorme excédent des comptes courants. Si ce fait a pour effet de plomber la compétitivité des autres états, cela leur permet néanmoins de vivre à l’abri d’une monnaie solide qui permet... d'emprunter à bon compte. Compte-tenu du climat interne allemand, les discussions sur le sujet de l’investissement devrait davantage répondre à l’équation nationale croissance-emploi qu’à celle d’une relance européenne en répondant aux appels du pied des Français.

« Que faisiez-vous aux temps chauds … ? »

 

 


Radioscopie d'une expérience - (5) Les "bases"

Les  bases

Les quatre années du collège étaient pour moi le  temps de l’acquisition des « bases »  du fonctionnement de la langue française.  C’était une priorité qui allait de pair avec une bonne lecture. C’était aussi en principe, le programme. Ces bases devaient être maîtrisées à la fin de la 3ème. Il fallait donc s’y atteler sans relâche et sans cesse.  Ecrire sans faute, conjuguer correctement et connaitre sa grammaire pour écrire avec une syntaxe convenable, constituaient des apprentissages incontournables, quel que soit le niveau de classe et celui des élèves. Par nature, j’avais un penchant  pour la grammaire plus que pour la littérature, ce qui, au collège n’est pas un handicap pour les élèves.

 L’orthographe : écrire sans faute.

Il se  trouve que mon épouse travaillait  dans le service  de ressources humaines d’une grande entreprise et son expérience me confortait dans mon combat pour l’orthographe. Elle me disait combien le  nombre de fautes contenues dans une lettre de  motivation  pour un recrutement comptait pour  la  suite  à y donner.  C’est  ainsi : aujourd’hui encore, nous  sommes jugés plus souvent qu’on ne l’imagine, sur notre orthographe, sur notre façon d’écrire. Une mauvaise orthographe et l’ordinateur s’égare. Dans le milieu hospitalier, confondre un « é » et un « er » peut tuer… Combien de rêves évanouis à cause d’une orthographe défectueuse ? Et les  « textos », avez-vous vu les « textos » de nos adolescents ? Des mots estropiés qui s’enchainent et n’offrent au destinataire qu’une compréhension phonétique, car du côté du sens,  c’est une catastrophe.  Ecrire : « sa va ? », c’est déjà utiliser un déterminant possessif qui ne devrait se trouver que devant un nom à la place d’un pronom démonstratif, ce qui révèle une incompréhension manifeste de la langue française, de sa grammaire et de son sens. Entre « incultes », on se comprend, me dira-t-on, sauf que ce genre de raisonnement peut conduire aux pires  malentendus.

...

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience"  - (5) Les bases 


PLUS QUE JAMAIS NOUS AVONS BESOIN DE L’HISTOIRE !

La liberté guidant le  peuple bis

 

Peut-être avez-vous écouté comme moi l’interview de François-Xavier Bellamy sur France Inter ? J’ai eu l’impression qu’il était interrogé par des incultes tant l’interrogatoire a tourné constamment au cours d’Histoire et de Philosophie tellement ils ne comprenaient rien à ce que leur invité tentait de leur expliquer. Voilà un bon reflet de notre époque : elle nage dans l’inculture comme la Place Saint-Marc de Venise baigne dans l’aqua alta. Comment en est-on arrivé là ?

Les méfaits de la « nouvelle histoire. »

Patrice Gueniffey, historien de renom, directeur d’études à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), le dénonçait récemment : la nouvelle histoire est une fabrique à oubli. La méthode globale qu’elle utilise brouille notre lien avec le passé. Elle privilégie les ressemblances plutôt que les particularités, or l’histoire est vouée à l’étude du particulier de ce que chaque expérience humaine a d’irréductiblement singulier. Voilà pour la définition. Dans cette histoire, telle que celle mise à la mode par Boucheron, on fait croire à l’existence d’un lien logique entre des événements disparates, choisis selon le principe du hasard ou du caprice. L’indifférence à toute idée de vérité est totale. Le propos est en fait très idéologique et correspond aux aspirations du progressisme : créer une société d’individus délivrés de toutes les déterminations qu’ils peuvent tenir du passé ou de la nature.

L’histoire n’a pas sa place dans cette vision du monde. Cette histoire nouvelle, faite surtout de « déconstruction » se veut vide de sens. C’est à cette condition que le citoyen peut être réduit au consommateur : assujettir à la tyrannie du présent des individus sans  racines, sans passé et sans mémoire. Un exemple : pour 1917, dans « l’Histoire mondiale de la France », Boucheron retient les « Kanaks » et fait l’impasse sur les milliers de Français qui se font massacrer au Chemin des Dames ou ailleurs -tant pis pour eux, ils n’avaient qu’à pas partir la fleur au fusil- et sur la révolution russe qui va pourtant changer la face du 20ème siècle. De l’histoire en miettes !  « L’Histoire de l’Exploration du monde » de Romain Bertrand est du même tonneau. C’est une entreprise de déconstruction du récit des Grandes Découvertes, puisque c’est bien connu, l’Europe a moins découvert le monde qu’elle ne l’a conquis, spolié et dominé. Il ne s’agit surtout pas que Cartier ou Cook redeviennent des emblèmes, des fois que ça redonnerait aux Européens des idées impérieuses… Or c’est par l’histoire que s’est bâtie l’unité de la nation, c’est dans la connaissance du passé français que l’on trouve les racines d’une cohésion, et qui fait qu’aujourd’hui, on peut revendiquer à la fois les Rois qui ont fait la France et l’oeuvre de la Révolution. Impossible de savoir qui nous sommes et pourquoi nous sommes comme ça, sans connaissance de notre Histoire nationale.

La revanche de l’histoire.

Le besoin de racines est humain. Jamais il n’a été aussi pressant, quoi qu’en pense les progressistes qui voudraient en affranchir l’être humain. Il est renforcé par les mutations de notre société et rendu d’autant plus nécessaire que plus de 20% de la population ne partage pas notre passé. Seul l’enseignement du récit national et sa connaissance peuvent conduire à son appropriation nécessaire. J’espère que Blanquer l’a compris. Un récit historique fédérateur est toujours possible, à défaut, son absence favorisera les ferments de division. L’histoire reste pertinente pour apporter les fondements de la communauté nationale et reste le meilleur moyen de lutter contre le communautarisme.

Ce qui s’est passé depuis la chute du mur de Berlin est édifiant. L’angélisme de l’Europe emportée par son rêve de « sortie de l’histoire » a empêché nos démocraties de comprendre le 21ème siècle et de s’y adapter. Ainsi, elles n’ont pas vu la permanence des totalitarismes, notamment chinois, et la montée du fanatisme religieux. La fin des idéologies n’était qu’un leurre : on voit même l’antienne anticapitaliste reprise par les mouvements de « libération » écologiques, en plus des traditionnels anars. De la même façon, la politique et l’histoire se vengent. Voilà que nous reviennent en pleine figure les tourments qui ont leur racines dans l’histoire du passé sans laquelle il est impossible de comprendre : la guerre que se livrent chiites et sunnites, les séquelles de la colonisation qui expliquent la volonté expansionniste de la Chine, la nouvelle affirmation des empires que ce soit la Russie de Poutine ou la Turquie d’Erdogan, le retour de la guerre froide entre l’occident libéral incarné par les Américains et la Chine communiste… Et c’est en tirant les leçons de l’histoire que les démocraties européennes pourront reprendre pied dans le 21ème siècle à travers l’éternel affrontement de la démocratie face aux tentations autoritaires et au terrorisme. L’histoire encore, est là pour rappeler que dans le passé, elles ont su affronter les crises, les guerres et les révolutions. François-Xavier Bellamy ne cesse de le rappeler, les fondements de notre civilisation, dans leurs origines gréco-latines et judéo-chrétiennes, sont encore les meilleurs remparts pour nous défendre. Les citoyens déculturés et planétaires auront du mal à trouver leur place dans les temps qui viennent.

A moi, Vercingétorix, Charlemagne, Clovis, Saint-Louis, Louis XIV, Napoléon, Clémenceau, De Gaulle !… C’est en étant fiers de leur histoire que les Français reprendront confiance en l’avenir, car contrairement à ce que leur enseigne la « nouvelle histoire », ils en ont un !

 


Radioscopie d’une expérience - (4) Les rituels

Les rituels !

Il n’y a pas de bonheur sans rituels !

 

D’abord, le matériel pour travailler.

Au début de  ma carrière, il fallait se contenter de peu. L’essentiel du  matériel d’enseignement reposait sur  le tableau noir et  la craie blanche et de couleurs. Les élèves  avaient des manuels correspondant aux cours,  généralement deux en Français,  recueil de textes et grammaire, un d’Histoire et un de Géographie, pour ce qui concernait mes enseignements. Il y avait  un projecteur diapo à disposition dans la salle des  profs mais il fallait  le réserver,  si bien que les  projections prenaient des  allures de séances exceptionnelles.  Il fallait en effet transporter tout le matériel auparavant dans la classe y compris  l’écran sur enrouleur. On ne peut pas dire que l’image était intégrée dans la pédagogie. Elle était tout au plus un faire-valoir de fin de trimestre pour une leçon plus distrayante. Avec le temps, la  situation s’est améliorée, et l’audio-visuel  a fini par  faire  partie intégrante de mes  leçons même  en Français.  Ainsi il m’est  arrivé de faire  écouter « Les vieux » chanté par  Jacques Brel,  avant de lire le texte  et d’en étudier tous les aspects. J’avais fini par avoir dans ma classe  tout ce dont j’avais besoin : projecteur diapo, rétroprojecteur, magnétophone à cassettes et même lecteur de cd, puisque je possédais un « walkman » assorti de mini-enceintes que je pouvais installer rapidement. La pédagogie moderne a besoin de supports techniques. Aujourd’hui je suppose que j’aurais dans ma classe ordinateur,  vidéoprojecteur et tableau électronique interactif, et en face des  élèves munis de tablettes…

Le matériel concerne aussi les élèves. Chacun doit avoir son nécessaire pour travailler, le bon livre,  le bon classeur ou cahier, de quoi écrire, une règle pour tirer  les traits, gomme, correspondant à la liste fournie en début d’année. C’est tout un travail que de faire acquérir les bonnes habitudes et il faut y passer du temps quotidiennement, toute l’année et à tous les niveaux jusqu’en fin de troisième.

Le  premier cours d’une année qui commence.

.....

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience" (4)  

 


UN ETAT IMPREVOYANT ET IMPECUNIEUX

Dette publique

 

Mathieu Laine a beau nous vanter les mérites de la Macronie dans le Figaro d'avant-hier, lui et moi nous ne vivons pas sur la même planète. Macron serait le grand réformateur indépassable qui aurait osé faire ce que ni la droite ni la gauche n’ont jamais réussi ou voulu : en effet il a baissé l’impôt sur le revenu en en  augmentant les recettes, il a aboli la moitié de l’ISF et plafonné la taxation du capital en bon néo-libéral libertarien pour favoriser la planète financière déconnectée de l’économie réelle, il a réformé la SNCF, parce qu’il ne pouvait pas faire autrement, il a assoupli le droit du travail, si peu, et arraché l’école au pédagogisme, mais pour combien de temps, avec à la clé une réforme du baccalauréat qui consacre l’affaissement du savoir. Il a supprimé la taxe d’habitation, à quoi personne n’aurait songé tant c’est une lourde  erreur qui porte atteinte à l’autonomie des collectivités locales. Quant au puissant mouvement régalien et républicain qu’il aurait lancé et que M. Laine nous annonce, à part les discours et quelques gesticulations, on se demande bien où il se niche. En matière de reniement, le macronisme empêtré entre ses députés de droite et de gauche d’accord sur rien   - une démission tous les deux mois, encore une cette semaine- n’est pas en reste : le grand « plan d’investissement » de 57 milliards d’euros est complètement enlisé, la réforme des retraites n’en finit pas d’agonir. Et le courage, face aux gilets jaunes, parlons-en : tout le monde a vu un président aux abois lâcher 17 milliards  d’euros de chèques en bois. Le pouvoir d’achat pour une fausse relance, c’est prendre aux uns, toujours aux mêmes, pour redistribuer des miettes aux autres, en aggravant au passage la situation des finances publiques, sans empêcher l'explosion du nombre des pauvres. Désolé, Monsieur Laine, vous qui vous réclamez du libéralisme, vous devriez savoir que ce n’est pas l’Etat qui crée les emplois, ce sont les entreprises qui courent avec les mêmes boulets aux pieds, que ce n’est pas l’Etat qui crée la richesse mais l’activité économique, toujours autant entravée par le carcan administratif et financier d’un Etat technocratique.

Un Etat imprévoyant.

Avec Macron, jamais l’Etat n’a été aussi imprévoyant. L’exemple des prisons est emblématique. A force de renoncer à construire les nouvelles places nécessaires pour faire face à l’afflux des condamnations, la France offre le spectacle  de prisons surpeuplées, vétustes et insalubres. Les 4 000 places sur les 15 000 promises suffiront à peine à compenser la fermeture des établissements les plus vétustes. Le gouvernement en est réduit à multiplier les « peines alternatives » ce qui n’empêche pas les maisons d’arrêt de continuer d’être submergées. Dans un autre domaine, pourtant fondamental, celui de l’énergie, le gouvernement vient de prendre une décision d’une imprévoyance rare : l’arrêt du programme ASTRID qui signifie le renoncement à construire les réacteurs de quatrième génération. L’énergie nucléaire nécessite une denrée qui n’est pas inépuisable, l’uranium, et génère des déchets à longue durée de vie. Sur ces deux questions les « réacteurs à neutrons rapides » apportent une réponse techniquement éprouvée : la surgénération, en permettant d’utiliser le plutonium issu du retraitement des combustibles usés, et l’uranium appauvri, sous-produit de l’enrichissement, diviserait par 10 le volume des déchets produits, et assurerait notre autonomie en matière de ressources en uranium et d’autonomie énergétique pour un bon millier d’années au rythme actuel de consommation. On ne dira pas merci d’avoir cédé aux écologistes.

Un Etat impécunieux.

La France a les finances publiques les plus mal tenues de toute la zone euro : déficit, dépense, impôts. L’hexagone est le champion de la dépense publique qui accapare 55,6% du PIB (10 points de plus que la moyenne de la zone). L’ensemble des recettes publiques pèsent 52,4% du PIB. Il faut y ajouter le déficit à 3,2%, le plus calamiteux des 19, même l’Italie fait mieux. Macron propose de supprimer le seuil des 3ù : casser le thermomètre permet en effet de ne pas voir la fièvre. Il n’explique pas pourquoi tous les autres partenaires sont capables de respecter les règles (1% du PIB en moyenne) ! Enfin la dette publique  atteint les 2400 milliards d’euros, pratiquement 100% du PIB. Ce qui est incroyable, c’est que le gouvernement a financé les quelques baisses d’impôts par le crédit. De la cavalerie !

La situation de l’emploi.

Cela fait des semaines qu'on nous serine que ce qui se passe en France est extraordinaire : on crée des millions d'emplois. Patatras, le chiffre du chômage est sorti ce matin : 8,6% au troisième trimestre, avec une hausse de 0,1%. Quelques chiffres pour comparer : Etats-Unis : 3,6%, Chine : 3,6%, Japon : 2,4%, Grande-Bretagne : 3,8% (malgré le Brexit), Allemagne : 3,1% (le pays qu'on est soi-disant en train d'écraser économiquement), Suisse : 2,3%. Nous avons le taux de chômage le plus dramatique de tous les grands pays développés. Et les explications techniques ne tiennent pas. La vérité, c’est que comme pour tout le reste, la réalité rattrape toujours le baratin.

Avec ça, les Français ne croient plus en rien.

Je n’ai pas noirci le tableau. Il se suffit à lui-même. J’aurais pu évoquer un plan immigration avec des quotas sans plafond, la situation de l’hôpital, des pompiers, des forces de l’ordre … Je combats le progressisme de Macron parce qu’il prospère sur la confusion des repères constitutifs de la vie politique et qu’il gouverne à la godille plus par le verbe que par l’action. Comme Jacques Julliard, je crois que la gauche et la droite, ça existe. Il suffit de constater comment la droite gère la dépense publique dans les collectivités qu’elle détient, notamment les Régions, pour s’apercevoir que le logiciel n’est pas le même. Je combats le progressisme de Macron parce qu’il détruit notre culture en introduisant le relativisme qui fait le lit du communautarisme et participe à la déconstruction de notre histoire nationale. M. Laine a encore de la chance, nous sommes encore quelques-uns à connaître le roman qu’il utilise en référence de son article : « La peau de chagrin ». Je ne suis pas certain que les « Bacheliers » que la réforme nous prépare en auront entendu parler.

 


Radioscopie d’une expérience - (3) Le "bobineau"

Le « bobineau »

 

« Tous les enfants peuvent réussir ! ». Cette phrase d’Antoine de la Garanderie fut le fil rouge d’une grande partie de ma carrière, et bien avant que je ne lise ses ouvrages. J’étais là pour « ça » ! J’étais convaincu que ma mission consistait autant à transmettre un savoir qu’à donner à chacune et chacun les moyens de réussir. Pour moi, c’était trouver le bout du fil qui permet de dérouler le « bobineau », provoquer le déclic qui change tout et qui fait que l’esprit fermé sur lui-même s’ouvre enfin. Cela se traduisait dès le premier jour de classe, au moment de l’accueil des élèves. J’aimais dire : « Ici, il n’y a que des gens intelligents et vous êtes tous pourvus de neurones. Il  suffit donc que vous les utilisiez correctement. On va s’y employer ! ». Trouver le bout du fil pour les activer : une obsession !  ...

Lire la suite ci-contre dans "l'Ecole s'invente tous les jours"  chapitre "Radiocopie d'une expérience - (3) le bobineau". 

 


LA FRANCE, L’ISLAM ET LA CULTURE DU DENI

Laicite

 

Depuis quelques temps, notre pays est particulièrement exposé à la violence. Le terrorisme islamique vient en tête du palmarès, si je puis dire, avec plus de 250 morts et près de 1 000 blessés, depuis janvier 2015. Celle des groupes gauchistes ultra vient ensuite et se manifeste surtout par des dégradations et des exactions. Si la sécurité est la première des libertés, la propagation et la répétition des phénomènes violents constituent le principal moteur de l’affaiblissement des démocraties, y compris de la nôtre. La solution tellement facile serait de faire appel à des pouvoirs autoritaires qui ne manqueraient pas de s’appuyer sur la promesse du rétablissement de l’ordre pour mettre à bas ou amputer l’Etat de droit. La violence est une des causes majeures du populisme, particulièrement en France. Et avec l’Islam, la sécurité apparaît comme l’angle mort du quinquennat, ouvrant un boulevard politique au Rassemblement National. Or l’Etat préfère être dur et impitoyable envers nos concitoyens, soumis à une surveillance numérique généralisée au mépris des libertés pour vérifier leur situation fiscale, et faire preuve de mollesse quand ce n’est pas d’impuissance face aux islamistes. Evidemment, la religion en tant que telle, doit être respectée et défendue au nom de la liberté de pensée ; l’islamisme, en tant que projet politique, parce qu’il est liberticide, doit être combattu avec tous les moyens de l’Etat de droit. La manifestation d’hier, au nom de la lutte contre « l’islamophobie », en inversant les paradigmes, apporte plus de confusion que de clarté. La collusion avec la gauche communautariste, naguère aux avant-postes de la défense de la laïcité, permet tous les excès. Que penser d’un orateur qui fait crier « Allah Wakbar » à la foule en guise de conclusion, en écho à ce cri qui retentit sinistrement après les assassinats à Charlie Hebdo, sinon qu’il cherche à souffler sur les braises de la haine et de la violence.

L’incapacité de l’Etat à traiter l’islam.

Dans un livre très documenté, « Déni français, notre histoire secrète des relations franco-arabes »,  Pierre Vermeren, l’historien spécialiste de l’histoire du Maghreb et des relations de la France avec le monde arabe, expose cette incapacité de l’Etat à traiter comme il faudrait les questions que soulève l’Islam en France. Il le fait en s’appuyant sur l’étude de l’immigration sur la longue durée,  l’examen des inhibitions et des a-priori idéologiques qui ont nui à la lutte contre le terrorisme, l’observation de la politique catastrophique de Paris sur le dossier syrien … tant d’éléments qui éclairent les tours et détours d’une politique souvent illisible. Pour l’historien, il est grand temps de sortir des non-dits.

Quelques clés de compréhension.

Bataille d’influences.

Les musulmans de France et leurs divers islams sont pris en étau entre plusieurs hégémonies dont deux dominent. Ce sont les Etats étrangers qui veulent les soumettre aux normes de leur Islam pour mieux les surveiller et qui les considèrent de jure comme leurs ressortissants. L’Algérie tient une comptabilité très précise de ceux-ci, ils sont cinq millions selon ses chiffres internes. Cette allégeance est encore plus nette dans le cas du Maroc, puisque cette « filiation » repose sur la fidélité personnelle au commandeur des croyants et calife qu’est le Roi, dont nul ne peut s’abstraire en droit religieux.  A l‘ingérence de ces deux Etats, s’ajoute un ensemble d’organisations fondamentalistes, salafistes ou fréristes, paraétatiques ou privées qui exercent une influence internationale notable. La France qui s’était d’abord appuyé sur l’Algérie a accordé ensuite plus de responsabilités au Maroc. C’est qu’il faut tenter de contrôler le flux des imams et des fonds de l’Islam en France.

Course à la construction des mosquées.

Devant la confusion de la situation, Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur, a voulu y remédier en dotant les pouvoirs publics français d’un interlocuteur collectif pour le culte islamique. Le CFCM n’empêchera en rien les ingérences des Etats ou des organisations islamiques, qui au contraire vont instrumentaliser la nouvelle structure pour influencer l’Islam de France.  Le ministère a aggravé la situation en établissant que les élus du CFCM correspondraient au nombre de m2 de mosquées  contrôlés par tel ou tel groupe. On a alors assisté à une course internationale à la construction de mosquées, et à une lutte de clans pour les sièges au CFCM.

Tâtonnements.

Quelles que soient les solutions ou les arrangements, dès lors que l’Etat français s’en mêle, les musulmans qui paraissent « collaborer » sont aussitôt démonétisés. Les dirigeants français pensent toujours qu’une religion, c’est un clergé et qu’un clergé ça se gouverne. Or l’Islam sunnite n’a ni clergé, ni pape et toute figure qui s’en réclame est aussitôt déligitimée si elle apparaît en relation avec une main étatique chrétienne ou laïque. L’Etat étant lui-même empêtré entre le Bureau des cultes, le médiateur de la République, l’Elysée, Matignon et sa « Dilcra », les commissions parlementaires…

Le projet des Frères musulmans.

Les Frères musulmans voient dans leur présence en terre occidentale une revanche sur la domination européenne du XIXème siècle, qui s’était emparée de terres islamiques. Ils considèrent que Dieu leur a ouvert le temps de l’offensive et de la reconquête des territoires par les berceaux et la prédication qu’elle soit salafiste ou wahhabite. Les noms donnés aux mosquées en disent long. Et ce n’est pas une vue de l’esprit : cette doctrine s’exprime ouvertement.

Lobbying et ingérence.

Il se trouve que depuis Jacques Chirac, le personnel politique et les fonctionnaires qui sont arrivés au pouvoir n’ont ni les relations ni les amitiés anciennes avec des responsables étrangers, surtout en Afrique. L’Elysée est donc en position de faiblesse face à des Etats, à des gouvernements, à des groupes de pression qui l’attendent de pied ferme. C’est ainsi que le nouveau tour des relations avec le monde arabe a versé dans une diplomatie parallèle et une périlleuse confusion des genres. Une politique d’ingérence et d’influence sur la présidentielle française est désormais menée ouvertement et sans scrupule au gré des intérêts patrimoniaux ou nationaux. L’auteur affirme même : la politique d’influence s’est transformée en ingérence directe.

Le chaudron du Maghreb.

Le bouillonnement actuel du Maghreb ne facilite pas les choses. Sentiments et frustrations hantent la relation franco-maghrébine. La France ne pourra pas l’occulter indéfiniment, pas plus qu’elle ne pourra construire dans une bulle l’Islam sur le sol national.

Quelles solutions ?

« L’Islam de France , le temps des solutions. 35 propositions pour agir maintenant », c’est le titre du dernier rapport de l’Institut Thomas More. De quoi relever le défi à travers les questions comme la laïcité, le voile, le burqini, les prêches radicaux, le financement des mosquées, les sorties scolaires, les cantines, les revendications communautaristes... ». Il est temps d’agir. Mais qui le fera ?

 

 


Radioscopie d’une expérience - (2) Profil d'emploi

Profil d’emploi.

 Que faut-il comme capacités et qualités pour être un bon prof ? Les exigences de niveau d’étude actuelles devraient largement faire l’affaire sur le plan des connaissances à transmettre : avec  bac + 5, les professeurs débutants devraient normalement être armés pour assumer leur mission de la maternelle à la fin du secondaire. Encore que ce que je perçois de la scolarité de mes petits-enfants me laissât dubitatif. c'est donc que les connaissances, si elles sont nécessaires, ne suffisent pas. Je n’aurai pas la prétention ici de faire l’inventaire de toutes les qualités qui définiraient l’enseignant parfait. Voici néanmoins, par une approche empirique, quelques certitudes tirées de mon expérience....

La suite, ci contre, dans "L'Ecole s'invente tous les jours", "Radioscopie d'une expérience - (2) profil d'emploi".


QU’AVONS-NOUS FAIT DE LA VICTOIRE SUR LE COMMUNISME ?

Mur de berlin 9 nov 89

 

9 novembre 1989.

Le « Mur de Berlin » tombe. Les Berlinois de l’Est se précipitent à l’Ouest, les larmes aux yeux dans la liesse générale. Nous regardions ces images à la télé et n’en croyions pas nos yeux. Quelques années plus tôt, je m’étais rendu avec une classe du collège Jean Vilar, au cours d’un voyage d’échange scolaire, sur la frontière Oder-Neisse qui séparait la RFA de la RDA. A l’époque on l’appelait le « rideau de fer ». La frontière était fortifiée et infranchissable dans un sens comme dans l’autre : pont détruit, barbelés sur la rive en face, miradors où des ombres militaires étaient occupées à surveiller, panneaux « halt minen ! » agrémentés de têtes de mort très dissuasifs… Les élèves étaient silencieux. L’un rompit le silence : « Les habitants ne peuvent donc pas sortir de leur pays ? »  Ils touchaient  concrètement la réalité de la dictature communiste. Les habitants de l’Allemagne de l’Est étaient coupés du reste du monde, comme tous ceux qui vivaient dans les « démocraties populaires » sous la tutelle soviétique.

La fin d’un monde.

19 ans après la mort du Général De Gaulle, jour pour jour, le monde décidé à Yalta en 1945, cette conférence dont il avait été exclu et qui avait conduit au partage de l’Europe entre la partie sous influence occidentale et celle sous influence russe, voyait  s’effondrer l’un des symboles de cette coupure. Tout le monde fut surpris de la rapidité avec laquelle cet événement se produisit. On sait que les régimes communistes allaient de plus en plus mal, depuis quelques temps, de l’autre côté du « rideau de fer », en proie à une crise sociale, économique et à une soif de liberté de plus en plus affirmée exprimée par des peuples « enchaînés ». Car les dictatures mises en place après 1945, sous la férule de l’URSS, régnaient par la terreur. En témoignent le « goulag » de Soljénitsine, les milliers de morts et de torturés chimiques des asiles psychiatriques soviétiques. Dès les années 50, des peuples commencèrent à se révolter : 1956, Budapest, 1968, Prague … et chaque fois les chars du « Pacte de Varsovie » rétablissent le joug communiste, sans que les occidentaux ne bougent d’un iota. On est en pleine guerre froide et l’on craint la 3ème guerre mondiale atomique. Violence et mensonge d’Etat, espionnage de tous par tous, égalité mais dans la misère : il suffit de voir à Prague le « musée de la terreur » pour se faire une idée des méthodes employées par ces gouvernements de « démocraties dites populaires ». Tous ces jeunes qui s’apprêtent à voter Mélenchon, devraient relire l’Histoire !

Effondrement par l’intérieur.

Bien sûr, tous les peuples n’ont pas opposé la même résistance aux régimes mis en place par le Kremlin, souvent par des coups de force. La Pologne, rurale et catholique fut un foyer de résistance pour de nombreuses raisons sur lesquelles je ne vais pas revenir. Avec le temps les adhérents sincères au système communiste s’amenuisent au fur et à mesure que les informations percent sur les réalités de son fonctionnement. C’est l’époque où en France Georges Marchais commence à parler de « bilan globalement positif » pour contrer les témoignages des dissidents soviétiques. L’action du pape Jean-Paul II, évêque de Cracovie a pu conforter l’action de Solidarnosc, mettant à mal l’idéologie communiste. Mais l’effondrement est surtout venu de l’intérieur : pour faire simple, c’est à partir de la succession de Brejnev et de l’avènement de Gorbatchev et de sa « perestroïka » que les fragilités que Hélène Carrère d’Encausse avaient identifiées en présentant l’URSS comme un colosse aux pieds d’argile, se sont amplifiées jusqu’à l’effondrement final en 1991. Le « Mur de Berlin » n’étant qu’un épisode hautement symbolique ayant accéléré la déliquescence d’un système à bout de souffle.

La victoire du « monde libre ».

La chute du mur de Berlin consacre la victoire du monde libre sur le totalitarisme rouge.  Du jour au lendemain la réalité que l’on pressentait apparaît au grand jour : d’un côté l’opulence, de l’autre, la pauvreté, d’un côté des entreprises prospères et florissantes, de l’autre des établissements obsolètes. La victoire intervient par KO.  Plus qu’une victoire d’un système économique sur l’autre, le capitalisme contre le communisme, c’est celle de la liberté sur l’oppression. On a cru alors à la « fin de l’histoire ».  On a cru que le modèle libéral qui venait de l’emporter sur les économies étatisées, allait s’imposer dès lors partout et de lui-même. Bref, on a cru à l’avènement d’une nouvelle ère : celle de la mondialisation heureuse. La seule bonne chose qui en est résulté, c’est la « réunification de l’Allemagne ». Non la RFA n’a pas annexé la RDA. Il faut être révisionniste endoctriné comme Mélenchon pour faire croire à une pareille fable. Mais les difficultés que cette unité retrouvée après trente ans de séparation étaient énormes à surmonter : elles ont coûté des milliards d’euros aux allemands de l’ouest. Et l’on voit bien aujourd’hui, et c’est vrai pour tous les pays de l’Europe de l’Est, que le traumatisme du joug communiste est encore présent et a profondément modifié les mentalités. Nous ne pouvions pas faire autrement que de leur ouvrir généreusement les portes de l’UE, après les avoir si souvent abandonnés à leur triste sort. Il nous appartient de leur faire comprendre que Bruxelles n’est pas Moscou et que nous sommes prêts à poursuivre le processus d’intégration, de réconciliation entre ces deux Europe artificiellement séparées pendant trois décennies. Qui va à Prague voit bien qu'on est en présence d'un berceau de l'Europe.  Profitons-en aussi pour mettre en garde contre les tentatives pour mettre à bas nos démocraties libérales. Elles ne sont pas parfaites mais  face aux autres modèles, elles restent les « moins pires » comme dirait l’autre. Les tentations totalitaires perdurent : comme on sait les régimes communistes n’ont pas disparu et s’y ajoutent les idéologies vertes ou noires.

Ecoutons Angela Merkel, cette allemande de l'Est devenue chancelière : "Les valeurs qui fondent l'Europe, la liberté, la démocratie, l'égalité, l'Etat de droit et la préservation des droits de l'homme ne vont pas de soi" et "doivent toujours être défendues", a-t-elle assuré dans la chapelle de la Réconciliation, un des lieux de mémoire de la division de Berlin qui dura de 1961 au 9 novembre 1989. Paroles de bon sens ! Restons mobilisés !


Radioscopie d’une expérience (1)

« Mais si, Monsieur je la savais encore hier soir,  je l’ai récitée à mon frère, seulement c’était de la poésie hier soir, mais vous ce matin, c’est une récitation que vous attendez et moi ça me constipe cette embuscade »

                                Chagrin d’école - Daniel Pennac

 

De la pédagogie.

Je me dois de revenir sur le choix du métier d’enseignant : alors que l’actualité nous porte, comme je le remarquai dans le chapitre précédent à entendre plutôt « je ne suis pas fait pour ça ! », en ce qui me concerne, « j’ai aimé ça ! ». Comme Daniel Pennac l’explique très bien dans son livre « Chagrin d’école », il convient de mettre un contenu à ce « ça ». Est-ce que j’étais fait  pour « ça » ? Enseigner c’est se retrouver devant une classe, se confronter à des élèves tous différents, avec un but ou une mission, comme on voudra : faire en sorte qu’ils apprennent un savoir. Mais le « ça » va de pair avec d’autres paramètres qui viennent compliquer la tâche : l’éducation bonne ou mauvaise des uns, les handicaps culturels des autres, la concurrence des autres sources de savoir qui n’a fait que prospérer au cours de ma carrière. Heureusement, il y a les méthodes pour faire face. Certains s’y réfugient constamment pour être mieux armés mais on découvre rapidement qu’elles ont leurs limites puisque tous les enfants ne réussissent pas de la  même façon.

Y-a-t-il encore des profs heureux ?

Je me demandais encore récemment s’il était possible de trouver son bonheur de prof dans les classes actuelles. En lisant « Petite Poucette » de Michel Serres, je me suis surpris encore à imaginer les stratégies d’apprentissage que je mettrais en œuvre si j’étais encore en activité,  pour utiliser cette source de savoir immense qu’offre internet, mobilisant l’intérêt des élèves pour les écrans, à discerner le vrai du faux, l’utile et l’accessoire … Quelle chance pour les profs d’aujourd’hui ! Quelle opportunité pour mettre enfin en place des exercices adaptés à chaque personnalité ! La gestion mentale plus internet est peut-être le chemin efficace vers la réussite pour tous. Et ce que je lis actuellement sur la « neuro-éducation » me fait sourire. Je n’avais pas attendu les progrès de l’imagerie fonctionnelle pour m’apercevoir que le stress et l’anxiété étaient des freins pour les processus de mémorisation et qu’au contraire, les émotions positives, l’humour et le  jeu facilitaient les apprentissages. A condition de ne pas oublier que l’effort reste  indispensable.

Le naufrage de l’Education nationale est suffisamment évoqué et mesuré,  les témoignages de ce que vivent les enseignants dans les établissements des « zones sensibles » suffisamment nombreux et évocateurs des difficultés qu’ils rencontrent, que je pensais ce métier voué désormais au supplice. Les livres  qui paraissent me rassurent. Certes, le passage d’une ministre idéologue a pu contribuer à accentuer les ravages du pédagogisme et de la théorie égalitariste. Certes, la machine de la rue de Grenelle est une machine à broyer les élèves,  certains élèves, et même les enseignants...

La suite dans "L'Ecole s'invente tous les jours", colonne ci-contre, "radioscopie d'une expérience 1"

 


IMMIGRATION, TRIANGULATION, MANIPULATION

Macron planté

Triangulation.

Le procédé est connu. Aller chercher chez l’adversaire des thématiques qui lui sont propres dans le but de le déstabiliser et de tenter d’attirer une partie de son électorat. C’est ce qu’on appelle faire de la triangulation. Quand Emmanuel Macron a décidé d’intervenir sur la question de l’immigration, c’est bien évidemment sur les terres de la droite et du Rassemblement national qu’il est venu s’installer. Avec ce thème, il n’a pas résisté à la tentation d’aller chercher à droite des soutiens électoraux qui s’amenuisent sur sa gauche. Selon les théoriciens de cette stratégie, la triangulation, ce serait prendre le meilleur de la droite et de la gauche et se placer au-dessus. D’où le mot utilisé pour la définir. Encore faut-il pouvoir trianguler : en France, le clivage droite-gauche est tel, même depuis le « en même temps », que dès qu’on bascule d’un côté, on perd l’autre. C’est ce qui arrive à Macron, qui à force de vouloir dézinguer les Républicains, a perdu son électorat de gauche ce qu’atteste tous les sondages. Il faut bien comprendre que si chaque candidat, chaque parti cherche chez l’adversaire des thèmes spécifiques à lui reprendre, les effets peuvent s’avérer contre-productifs, surtout si les discours ne sont pas suivis d’effets.

Factice.

Avec le thème de l’immigration, le  Président, par son discours, fait plus que des clins d’œil à la droite, voire même à l’extrême-droite, persuadé qu’il est que l’élection de 2022 se jouera sur ces thèmes, ce en quoi il n’a pas tort. Encore fallait-il que l’opportunité d’exploiter le filon se présente. L’attentat dramatique de la Préfecture de Paris lui en a fourni l’occasion sur un plateau. Macron est un as de la communication, c’est bien la seule qualité que je lui connaisse. C’est donc une séquence politique entière qu’il nous a assénée, avec une mise en scène soignée et comme c’est un bon comédien il nous a joué les scènes successives avec brio. Scène 1 : profitant de l’émotion suscitée par le drame, le discours solennel s’est fait martial et grandiloquent pour mener le combat contre « l’hydre islamiste », appelant le peuple tout entier à la vigilance. Scène 2, changement de décor : on le retrouve à Mayotte, haut lieu de l’immigration, pour se mettre en scène sur le terrain le plus approprié et prouver ainsi son intérêt et sa volonté de prendre le problème à bras-le-corps. Scène 3 : le coup de l’interview disruptive dans Valeurs Actuelles, pour s’adresser directement à l’électorat de droite dont c’est l’hebdo favori, et y tenir des propos que n’auraient pas désavouer Eric Ciotti, voire Marine Le Pen. La boucle étant bouclée, il ne restait plus qu’à demander au « grand dadais » de Matignon de présenter le plan décidé par le gouvernement afin de légiférer : 20 mesurettes présentées comme l’alpha et l’oméga pour reprendre en main l’immigration et la maîtriser. L’extrême gauche hurle plus qu’elle n’a mal, à gauche quelques voix protestent mollement, preuve que l’on n’est pas entré dans le dur. On va voir si l’électorat de droite s’y laissera prendre. De ce côté, toutes les voix concordent pour dire que le « compte n’y est pas » ! Cette séquence nous aura permis de mesurer une fois de plus la dimension factice de l’hôte de l’Elysée.

Toxique.

Une nouvelle fois Macron a donné l’impression de vouloir écarter du jeu les Républicains, pour se concentrer sur le match face à Marine Le Pen. Une manœuvre qui revient à faire une nouvelle fois du RN la seule alternative au macronisme. C’est dire s’il joue gros. Le sondage de mi-mandat, met Marine Le Pen dans un rapport 45/55 face au Président. Un second tour qui se joue à 5 points d’écart ! Quand on sait que 64% des électeurs de Mélenchon seraient prêts à voter pour la présidente du RN (JDD du 3/11), la stratégie présidentielle frise le suicide. Car rien ne dit que la triangulation va réussir : que peuvent produire les 20 mesures présentées sinon peu de choses et plutôt une aggravation de l’immigration contrôlable, d’autant que le dispositif n’aborde pratiquement pas la lutte contre l’immigration clandestine en dehors de quelques gesticulations comme le démantèlement des camps de l’est parisien dont on sait que les interpellés seront répartis dans la nature… avant de revenir. Qu’on est loin des constats proclamés devant les députés de sa majorité. Sur l’immigration et contre l’Islam politique, les Français attendent plus que des incantations. En campant sur des postures comme le "ni de droite, ni de gauche", (alors qu'un budget typiquement de gauche est en train d'être voté), et parce que dans notre pays, le Président est doté de presque tous les pouvoirs, auxquels s’ajoutent des médias plus que complaisants, Macron joue un rôle toxique pour la respiration de notre démocratie. Il est rejeté par 2/3 des Français. Son socle est modeste. Il empêche le vrai débat qui devrait opposer la sociale-démocratie aux conservateurs libéraux. L’affrontement « progressistes-populistes » est un succédané qui ne fonctionne pas, comme on l’a vu au Parlement européen. le masque finira forcément par tomber. Macron va laisser la France plus pauvre qu’il ne l’a trouvée et, sur le plan électoral, une démocratie bien mal en point.

 


Bref regard sur une carrière...

 

Je continue la  publication de : "l'Ecole s'invente tous  les  jours" .

Voici un bref  extrait   du premier chapitre : "Bref regard sur une carrière", à lire dans "Mes cahiers  pédagogiques", colonne de gauche du bloc-notes, ci-contre. 

A Stanislas Dehaene

Je viens de finir la lecture du livre de Stanislas Dehaene, neuroscientifique qui préside le Conseil scientifique de l’Education nationale : « Apprendre, les talents du cerveau, le défi des machines ». J’y ai découvert les quatre piliers qui permettent au cerveau d’apprendre : l’attention, l’engagement  actif, l’erreur et la surprise, la consolidation. Il se trouve que,  sans le savoir, ma  pratique a peu ou prou fini par respecter ces étapes, et j’y étais parvenu par l’accumulation que procurent les expériences successives avec les élèves, les apports pédagogiques engrangés au gré de mes  lectures, la confrontation avec  ce qui marche et ce qui ne marche pas. Par exemple, Stanislas Dehaene dénonce l’échec des pédagogies de la découverte : celles du constructivisme (ou dites de la découverte), cette nébuleuse d’idées qui a débouché sur la mise en œuvre des « écoles » Decroly, Freinet ou Montessori. Pour m’être frotté aux techniques Freinet par curiosité, en tentant de laisser l’enfant découvrir par lui-même et construire son savoir, au-delà de la difficulté à installer les stratégies appropriées dans le contexte d’un établissement « standard », non seulement on perdait beaucoup de temps mais l’élève avait la  plus grande difficulté à retenir quoi que ce soit. J’en conclus que l’apprentissage de l’autonomie passait par des chemins balisés, et que le rôle de l’enseignant était de choisir avec soin les exemples qui facilitent la découverte. Par contre, j’ai su très tôt que le meilleur moyen de susciter « l’engagement actif », c’était de  piquer la  curiosité de mes élèves (le fameux « étonne-moi ») : l’attention ainsi mobilisée, leur esprit était disponible pour l’explication, ou la suite du cours. J’avais, c’est vrai, l’obsession de la stimulation de  la curiosité, que Stanislas Dehaene décrit comme l’un des moteurs essentiels de la faculté d’apprendre. Je me garderai bien d’affirmer que j’obtenais ainsi en permanence un « engagement actif » de tous les élèves, mais je le recherchais constamment par des questions, des remarques, des exemples  stimulant leur imagination, auxquels j’ajoutais une empathie réelle  à leur égard. Leur donner envie d’aller plus loin,  par des cours structurés tout en encourageant leur créativité, fut plus tard, ma préoccupation quasi permanente. J’avais aussi mis en place des dispositifs qui permettaient ce qu’on appelle « le retour sur erreur », autre étape de l’apprentissage : je ne me contentais pas de signaler la faute, j’indiquais précisément ce qu’il aurait fallu faire pour l’éviter ou pour réussir. Cette démarche s’avéra très efficace pour améliorer l’expression écrite (la rédaction) quand la correction réalisée s’accompagna de points regagnés : le retour sur erreur récompensé ! Car la note  en elle-même, si elle traduit  bien une récompense ou une sanction, n’apporte qu’un signal bien faible  dans les deux cas, car elle est totalement dénuée de précision. D’instinct,  je me suis attelé à cet écueil.  Mes « grilles d’évaluation »  en expression écrite  en furent le  résultat.

Ainsi, sans vraiment savoir que je m’appuyais sur ce que la science permet aujourd’hui de décrire en matière de fonctionnement du cerveau, mon enseignement respectait dans les grandes lignes les principales phases de l’acte d’apprendre. Les enseignants d’aujourd’hui n’auront plus d’excuses. Avec les acquis des neurosciences et des sciences cognitives, l’école peut dès maintenant ressusciter chez tous les enfants la curiosité et le bonheur d’apprendre. Encore faut-il qu’ils renoncent à leurs certitudes idéologiques et pédagogistes…

J’ai bu du petit lait en parcourant les quelques pages au long desquelles  Stanislas Dehaene résume par des idées simples les résultats de ses travaux scientifiques. Je les prends toutes et vous propose,  pour faire court, les plus éclairantes : « ne sous-estimons pas les enfants », « ne croyons pas qu’ils sont tous différents », « faisons attention à l’attention », « rendons l’enfant actif, engagé, autonome », « faisons de chaque jour d’école un  plaisir »,  « encourageons les efforts », « fixons des objectifs clairs d’apprentissage », « acceptons et corrigeons les erreurs », « révisons encore et toujours », « laissons les enfants dormir »… Même sur ce dernier conseil, j’avais aussi ma petite idée : ainsi je demandais à mes élèves d’apprendre leur « récitation » plutôt avant d’aller dormir ;  je préconisais aussi de faire le  point du travail de la journée, chaque soir, à ce moment-là, qui devait être aussi celui de la préparation du cartable du lendemain. Je m’enquerais souvent de leur temps de sommeil, de l’heure du coucher… simple pragmatisme que je suis heureux de voir confirmé par la science...

La suite ci-contre.


ASTERIX ET L’AIR DU TEMPS

Astérix  fille de Vercingétorix001

Peut-être  comme  moi, avez-vous  lu le  dernier album d’Astérix : « La fille de Vercingétorix » ? Le 38ème album de  la série a  été présenté par les médias comme  très réussi. Je crois savoir pourquoi.  Tiré  à 5 millions d’exemplaires, dont 2 rien que pour la France, l’éditeur est confiant dans le destin de cet opus qui paraît pour la soixantième année d’existence de la série. Un joli destin pour notre cher petit gaulois et son village d’irréductibles. Les deux repreneurs depuis 2013, Ferri et Conrad, continuent de s’inscrire dans la veine  Goscinny-Uderzo, sans tout-à-fait parvenir à leur hauteur, au moins pour le scénario et  les textes.  Pour  les dessins, la main de Conrad excelle à reproduire l’univers de la série.

Je ne vais pas vous raconter l’histoire, pour préserver votre découverte si vous ne l’avez pas lu. Je me contenterai de quelques commentaires. Le scénario est relativement simpliste et contingente Astérix et Obélix dans un rôle finalement assez secondaire. Ils  ne sont pas  les moteurs de l’histoire  et semblent plutôt  la subir. La  fille de Vercingétorix en est évidemment  l’héroïne,  mais campée dans une posture d’anti-héros, en adolescente récalcitrante. Quelques gags  sont bien dans la veine, notamment les références en filigrane à la seconde guerre mondiale et à la résistance, avec un « Monolitix » dont le physique fait penser irrésistiblement à De Gaulle, et la volonté de se réfugier à Londres, mais le filon s’épuise vite et se perd rapidement en chemin. On retrouve forcément des soldats romains toujours aussi peureux et aussi peu motivés,  l’espion repoussant à souhait, le bateau des pirates et son équipage toujours aussi malchanceux… Il est bien question de résistance, mais on sait depuis  le début de la saga que le village gaulois résiste mais n’a aucune intention de reconquête de la Gaule. Alors la fille de Vercingétorix en Jeanne d’Arc  de la  reconquête : c’est raté !  D’ailleurs, l’adolescente est pacifiste. De ce point de vue l’histoire tourne court, là encore.

En fait,  et c’est pour ça que ce 38éme album plait à la gent éditoriale, le véritable sujet tourne autour de la jeune fille.  C’est une caricature de féministe, fugueuse, rebelle dont les idéaux sont très contemporains  et elle coagule autour d’elle les jeunots boutonneux du village que l’on découvre au passage.  Les  Végans ne sont pas loin non plus : ainsi l’appétit d’Obélix  menace d'extinction l’espèce des sangliers, et elle rêve de vivre sur l’île de Thulée, l’île légendaire évoquée par Hérodote  - le rêve hippie ?-.  C’est plutôt  Greta Thunberg pour les leçons aux adultes. Pour rester dans les thèmes d’aujourd’hui,  n’a-t-elle pas été élevée par deux papas ? Elle ne veut pas s’habiller en fille (allusion à la guerre du genre ?) et à la fin, en guise d’épilogue, après être partie sur toutes les  mers, elle revient avec une progéniture très contemporaine… et évocatrice. Je ne vous en dis pas plus.

On hésite pourtant entre la volonté prosélyte d’inscrire cette  histoire dans l’air du temps et la caricature. D’aucuns crieront à  l’influence gauchiste. Et c’est vrai que les  auteurs y cèdent  par plusieurs traits.  Mais on peut y voir aussi une satire  des  progressistes. Quoi, De Gaulle-Monolitix  en couple homosexuel avec un Ipocalorix larmoyant, pour élever la fillette, ça ne marche pas vraiment ! On a abandonné le cliché du village concentré de l’esprit gaulois qui correspondait à la  France du milieu du 20ème siècle. Les archétypes qui le peuplent sont toujours là, Abraracourcix, Agecanonix, Bonnemine, Ordralfabétix et  Cétotomatix, mais ils deviennent subitement démodés : par les critiques de leurs enfants, par leurs réflexes qui paraissent désuets. Bref,  comme si l’alchimie identificatrice Gaule-France ne fonctionnait plus. Difficile de se référer à la France périphérique contemporaine, avec  ses ronds-points et ses zones commerciales. Pas plus qu’à sa fragmentation communautaire. Restent la pratique du décalage, l’humour et le détournement (parcimonieux) des références historiques.

On regrette néanmoins le côté potache qui animait les personnages de  l’époque Goscinny. On perd de  vue ce  qui était la substance de la série : une réelle volonté de résistance franchouillarde. La Gauloise  venant entonner l’air du féminisme ne colle pas vraiment avec le duo Astérix-Obélix et de fait il se trouve marginalisé. « Représentants d’un monde d’arriérés ! » dit même le traître Adictosérix,  partisan du ralliement aux Romains. Une manière d’illustrer le débat conservateurs-progressistes ?  Quant à la vignette du retour d’Adrénaline, dans la dernière page, je vous laisse deviner à quoi elle fait allusion. Et aussi, une bizarrerie :  si les enfants évoquent le barde, il n’apparaît pas du tout dans l’histoire et même pour le banquet final, sa silhouette n’est pas suspendue dans l’arbre. Un oubli ?

Pour moi, cet album n’est pas franchement génial bien qu’il puisse figurer honorablement dans la saga du Gaulois récalcitrant.

 


L'ECOLE S'INVENTE TOUS LES JOURS !

Je lance aujourd'hui une nouvelle  page que vous pourrez consulter à partir de la colonne gauche du bloc-notes.  Elle s'intitule : " l'Ecole s'invente tous les jours ".  Je compte y publier régulièrement mes souvenirs, mes réflexions,  faire-part de mon expérience, proposer méthodes et travaux... en référence à ma carrière dans l'Education nationale. 

 

Des « bonheurs de prof » du passé qui éclairent l’avenir.

Depuis quelques temps, on me dit de plus en plus souvent, autour de moi, que je devrais raconter ma carrière d’enseignant ou écrire mes mémoires. J’ai beaucoup hésité avant d’envisager cette aventure. D’abord parce que l’expérience que j’ai vécue risque de n’intéresser que moi et quelques proches et puis écrire des mémoires, pour quoi faire ? J’avais dit à mes collègues, le jour de mon départ : « Je partirai sans me retourner ».

Ce qui m’a décidé, c’est le spectacle de désolation auquel j’assiste, que ce soit à travers les témoignages récurrents  dont la presse se fait l’écho ou tout simplement à travers l’expérience de la vie scolaire de mes petits-enfants.  Il est désolant, en effet, de consacrer autant de moyens financiers au système éducatif  pour d’aussi piètres résultats. Des milliers de jeunes livrés  à la  vie active sans aucun diplôme en sont la  partie émergée de l’iceberg d’un échec monumental. Il y aurait beaucoup à dire sur les conservatismes multiples qui sclérosent  l’institution, hantée par une idéologie égalitaire  inappropriée, ceux des syndicats comme ceux d’une hiérarchie désuète, ou encore les dégâts causés par la caste des docteurs en pédagogie et  leur langage et préconisations absconses.

J’ai passé quarante ans à enseigner au sein de l’Education nationale, de 1964 à 2003. Dieu sait  qu’on nous pondait déjà des  « circulaires  inapplicables »  comme celle des « itinéraires pédagogiques » d’un ex-ministre de la  Culture recyclé à l’Education. On s’est  toujours arrangé pour « faire avec », ou plutôt sans, avec un  peu d’habillage des emplois  du temps. Et pourtant, j’imagine encore tout ce que je pourrais inventer de moyens pour faire apprendre avec les technologies nouvelles de l’informatique. Pas  besoin de la rue d’Ulm ! J’ai peut-être été passionné par la pédagogie, toujours à l’affût d’un procédé nouveau pour étonner mes élèves et leur donner envie d’aller de l’avant. Ce n’était que l’amour du métier.  Cela n’a pas  toujours été évident, la « grande maison » étant toujours en retard d’une guerre quant aux outils modernes : il aurait fallu se contenter du tableau noir et de la craie, certes en couleur pour la géographie, mais tout de  même ! Quelle bataille pour obtenir un projecteur diapo, et les diapos en question, il valait mieux les faire soi-même, ce qui fait que très tôt j’ai passé  mes vacances à prendre des clichés « utiles ». De même, il valait mieux  avoir ses propres documents et je fus longtemps  abonné à la « Documentation photographique » du Secrétariat au gouvernement, tant les fonds  documentaires des établissements étaient pauvres.

Malgré tout, j’ai été un professeur heureux, et la  plupart du temps, mes élèves me l’ont bien rendu, par  les résultats obtenus, par les projets menés à bien, par les voyages ou sorties réussis… Que de souvenirs ! Et plus de quinze ans après, il m’arrive encore de croiser tel ou tel, toujours si heureux de me revoir (et moi aussi) et de me redire combien il me devait… Eux, ne savent pas ce que je leur dois. Mais tout de  même, de quoi rosir de plaisir !

Je n’ai donc pas été, probablement, un si mauvais prof que ça. Je sais les points forts mais aussi les faiblesses de mon parcours et de mon enseignement. Mais ce bonheur d’enseigner, irremplaçable, a-t-il un secret ? Je le cherche encore. Et si je vous disais qu’il m’arrive encore, après une quinzaine d'années de retraite, de rêver la nuit que je suis en classe …

Je ne sais pas si j’aimerais encore enseigner dans le contexte actuel du service public. Mais je sais qu’il y a encore des profs heureux quelque part. En tout cas, moi je l’ai été tout au long de ma longue carrière.

Je vais vous livrer dans cette page du blog, jour après jour, quelques analyses et recettes qui ont souvent contribué à mes bonheurs de prof et  que je vais  évoquer à travers quelques thèmes  qui les mettent en scène, tels qu’ils me reviennent, découvrant au passage quelques-unes de mes  pratiques de la classe, certaines orthodoxes, d’autres moins. Et je n’ai pas pu m’empêcher de les assortir de réflexions sur le système éducatif, nourries de mon expérience.

Puissent-ils redonner envie d’enseigner, puisqu’on me dit qu’aujourd’hui l’Education nationale peine à recruter. Je suis persuadé qu’avec les outils numériques et les  apports des neurosciences, il y a une formidable source d’espoir pour un enseignement plus efficace et plus individualisé, pour peu qu’on laisse l’imagination de chacun s’exprimer et aussi qu’on mette à  l’épreuve le savoir-faire des élèves en la matière. « Petite Poucette » de Michel Serres pourrait donner des idées à ceux qui en manqueraient. Enseigner a encore un sens, d’autant plus que l’accès au savoir s’est  diversifié au point de mêler trop souvent le faux au vrai, et que l’obscurantisme tente d’imposer sa loi dans certains établissements. Dans ce contexte le professeur a un rôle majeur à  jouer de médiateur et de consolidateur. Il faut faire en sorte que le « plus beau métier du monde » attire à nouveau les meilleurs.

En attendant, je dédie ces lignes à tous les élèves qui ont eu affaire à mes enseignements. Sans eux, je n’aurais pas pu être cet enseignant heureux qui poussait chaque matin la porte du collège  avec plaisir et qui en parcourait les couloirs jusqu’à sa classe,  en chantonnant.

à suivre  ...


LA FIN DE L’INDIVIDU !

Gaspard Koenig001

 

J’ai enfin terminé le livre de Gaspard Koenig. Passionnant, fouillé, foisonnant ! Voilà une enquête complète et planétaire auprès des acteurs  de la révolution numérique. Difficile de faire plus exhaustif : le philosophe s’est entretenu avec tous ceux qui comptent sur la planète en matière d’Intelligence Artificielle, de la Californie à la Chine en passant par Israël et ailleurs, pour confronter leurs analyses et projets à son expérience personnelle, de Spinoza (entre autres) auquel il se réfère à René Descartes avec qui il nous propose un entretien surréaliste et délicieux, dans un grenier d’Amsterdam.  

Un ouvrage remarquable qui a conduit Luc Ferry à se fendre de deux tribunes dans Le Figaro, une sur la théorie du « nudge », pour démonter l’argumentation de l’auteur, l’autre sur « la fin de l’individu », dans lesquelles il exprime son scepticisme pour ne pas dire sa dérision à l’égard des thèses développées par le philosophe libéral. Je ne voudrais pas être prétentieux, mais il m’a semblé à leur lecture que notre chroniqueur régulier du Figaro n’avait pas complètement lu le livre, ou alors très rapidement et d’un œil distrait. Pour tout dire, le second article de Luc Ferry semble faire totalement l’impasse sur le dernier chapitre du livre de Gaspard Koenig dont les conclusions réduisent à néant les critiques qui lui sont faites. Ce qui a conduit ce dernier à répondre dans les mêmes colonnes : « Face à l’intelligence artificielle, l’optimisme de principe ne suffit pas ». Point de vue que je partage, d’une part, parce que tout le monde n’a pas la culture et la capacité de libre arbitre d’un Luc Ferry, et d’autre part, parce que les constats faits par Gaspard Koenig sont d’une brûlante actualité pour un grand nombre. Explications.

Les algorithmes : des crétins performants.

Du « Turc mécanique », ce joueur d’échec hongrois automatique du Baron Von Kempelen inventé en  1769, aux supercalculateurs de Google,  l’IA, qui se résume en fait à la somme de nos connaissances compilées en informatique, est une illusion seulement capable de reproduire un résultat et non un processus.  Mais c’est une illusion convaincante. Pour faire simple, la dernière génération d’algorithmes est capable de fouiller dans une masse de données, de manière plus ou moins autonome, pour en extraire des régularités et des prédictions. Mais sans données, pas d’IA, qu’elle soit « machine learning », « reinforcement learning » ou « deep learning ». Les technologies d’IA sont maintenant capables d’anticiper et d’orienter les comportements individuels grâce à la puissance de personnalisation et d’optimisation fournie par le traitement des « data ». La collecte de ces « data » est donc essentielle. Ce sont des milliers de personnes qui s’y emploient mais aussi chacun d’entre nous grâce à tous les « cookies » et « conditions d’utilisation »  que nous téléchargeons quotidiennement. Pourtant, la « super intelligence » est un mythe, car le bon sens est la chose du monde la moins partagée par les robots. Aucun algorithme ne peut concevoir une interprétation globale du monde et des hommes qui le peuplent : comme  l’affirmait Spinoza, « le  cerveau et le corps sont dans le  même bain  et  produisent l’esprit de  manière conjointe », ce  que Antonio Damasio, neuroscientifique de renommée mondiale, explique par  « l’homéostasie » : on pense autant avec ses doigts de pieds qu’avec son cerveau ! Et aucune IA n’est capable  d’imiter nos doigts de pied.  Avec en plus nos « sentiments », au coeur du processus homéostatique, qui sont seuls à produire du sens. Sans corps,  pas  de sens commun, mais  pas d’humour non plus. Cela n’empêche pas  l’IA de menacer l’humain.

Le « nudge » : une nounou souterraine.

Commençons par le mot lui-même, qui, en anglais, signifie «coup de pouce». C’est en 2008 que la théorie du Nudge a été popularisée par deux américains : Richard Thaler, un économiste et théoricien de la finance comportementale et Cass Sunstein, professeur à l’Université de droit d’Harvard. Son principe est simple: influencer nos comportements dans notre propre intérêt. Elle part du principe que les individus ne sont pas des êtres rationnels et que leurs prises de décisions sont sous l’influence de l’environnement, des émotions et des instincts, les biais cognitifs. Ainsi, ce « coup de pouce » serait ce qu’il y a de plus efficace pour aider les individus à faire des choix : par exemple, une grande surface avait augmenté de 30% en 3 mois ses ventes de poissons frais en diffusant des bruits de mouettes et des odeurs de marée. Issu de la  psychologie comportementale, le  principe du "nudge" a été intégré dans  les algorithmes. Pour aller à l’essentiel, l’idée qu’avancent l'auteur, c’est que nous vivons dans un monde où nos libertés seraient de toute part menacées notamment par les Gafa, mais aussi par des entreprises, par des gourous et des partis politiques qui tentent de nous faire aller dans telle ou telle direction, non par une méthode autoritaire, mais en nous incitant doucement, par micro-messages publicitaires ou autres, à choisir telle option d’achat, de vote, de spectacle, etc… Influencer sans contraindre, et pour le bien. Autant de formes de soumission aux algorithmes. Avec  le danger évident, celui d’agir pas seulement pour notre bien mais surtout pour la communauté,  variable selon le développeur de l’appli. Derrière le « nudge », il y a toujours une forme d’allégeance à un communautarisme qui se profile,  soit par utilitarisme (cas américain) soit par idéologie collectiviste (cas chinois). L’individu perd  alors sa liberté de jugement.

Le libre arbitre en danger.

Les stratégies  développées par  les créateurs d’applications mettent en effet nos facultés de choix personnel « libre et par soi-même » à rude épreuve par le confort qu’elles nous apportent. Et les  exemples dans notre vie quotidienne ne manquent pas : « Waze » qui nous guide en nous promettant  le meilleur temps de parcours, c’est tellement plus facile  que de déplier une carte routière ; nos messageries nous proposent des réponses toutes faites sans que nous ayons à  faire  l’effort de rédiger ou de chercher un mot  plus précis… Des petits riens qui font de nous, petit à petit des zombies décérébrés : interrogez un chauffeur parisien d’Uber sur la ville qu’il traverse chaque jour, et vous serez surpris du vide ;  et ne cherchez pas pourquoi vos enfants, sinon vous-mêmes, avez  perdu votre vocabulaire  et votre syntaxe !  A force d’économiser nos fonctions cérébrales,  Gaspard Koenig explique que l’humain perd pour de bon l’habitude de prendre ses propres décisions et sa liberté de choisir.  Les algorithmes agissent comme une drogue. Grâce aux délibérations « tellement logiques » servies sur un plateau, chacun acceptera d’être accompagné par une IA dans les choix les plus importants de son existence. C’est déjà ce qui se passe avec les sites de « rencontres ». C’est la fin de l’individu autonome et responsable par le triomphe du « bien-être » !

L’individu n’a pas dit son dernier mot.

On observe déjà  les nombreuses transformations  dans la société, générées  par la fin du libre arbitre. Ce sont les ordinateurs qui échappent au monde financier, c’est  l’art sans artiste, la science sans causalité, la théorie, fruit de la réflexion humaine rendue obsolète par les data, et sans libre arbitre,  fini le marché : la prédiction de nos comportements suffit déjà à ajuster l’offre à la demande dans bien des  cas.  Pour échapper à tous ces dérèglements, c’est à  l’individu de reprendre la main  en commençant par ne plus fournir gratuitement  ses données,  en définissant ses  propres normes  pour les imposer aux algorithmes et tant pis  si elles ne sont pas « optimales » pour  le  groupe.  Chacun doit  imposer  son propre nudge, de manière consciente et volontaire.  C’est le  principe de  la  « Prime Directive », que Gaspard Koenig sort  de la  série Star Trek, pour en faire  une règle supérieure d’ordre moral.  Cela remettrait de l’humain dans l’IA et surtout lui redonnerait du sens.

L’Etat français à la manœuvre.

Notre  pays présente des prédispositions pour exploiter  le  filon du « nudge » et utiliser les algorithmes à son profit. Il est centralisé et hypertechnocratisé, deux caractères facilitateurs. Le système fiscal  mis en place  avec  le  prélèvement à la source en est un bon exemple : le  « nudge » ici consiste à soulager le contribuable  de toutes les démarches déclaratives, il n’a plu qu’à  payer, et encore, le prélèvement  a lieu sans même son consentement. Une autre application est en train de se mettre en place : Bercy a glissé dans le  projet de loi de finances une disposition qui lui donnerait  le droit de collecter et d’exploiter, au moyen de traitements informatisés,  les contenus librement accessibles publiés sur internet.  Un « ciblage de  la fraude et valorisations des requêtes », pour définir un traitement automatisé des données collectées consistant à appliquer des  « méthodes statistiques innovantes ». En clair  il  s’agit de conjecturer qui va frauder dans le futur en fonction de  données personnelles (vraies ou fausses)  publiées par soi-même  ou  par des tiers…  Le  « data mining »  est  en plein dans le sujet puisqu’il est  censé permettre de prédire les  comportements et de prévenir le délit. Et on envisage maintenant d’utiliser la « reconnaissance faciale » pour la sécurité. Espérons qu’on ne suivra pas le modèle chinois. Big Brother est  déjà  là !

Il  ne s’agit  pas pour autant de devenir technophobe. Le particularisme de l’Europe, par rapport au reste du monde, c’est sa culture spécifique à l’origine de l’individu libre et responsable.  L’Europe  a  tout son rôle à  jouer pour proposer des régulations intelligentes conciliant prospérité et libertés. L’important est que, là  aussi, les  algorithmes n’enterrent pas nos "Lumières". Comme le dit Gasparov dans le livre, à  propos de « Deep blue » qui l'a battu aux échecs : «  il n’est  pas plus intelligent qu’un réveil-matin programmable ! »

Je pense n’avoir fait qu’effleurer le sujet, tant le livre  est dense. Plongez dans sa lecture si vous vous en sentez l’envie, vous serez étonné.

La fin de l’individu. Voyage d’un philosophe au pays de l’intelligence  artificielle.  Gaspard KOENIG. Editions : L’Observatoire /  Le Point.