Radioscopie d’une expérience - (4) Les rituels
Radioscopie d'une expérience - (5) Les "bases"

PLUS QUE JAMAIS NOUS AVONS BESOIN DE L’HISTOIRE !

La liberté guidant le  peuple bis

 

Peut-être avez-vous écouté comme moi l’interview de François-Xavier Bellamy sur France Inter ? J’ai eu l’impression qu’il était interrogé par des incultes tant l’interrogatoire a tourné constamment au cours d’Histoire et de Philosophie tellement ils ne comprenaient rien à ce que leur invité tentait de leur expliquer. Voilà un bon reflet de notre époque : elle nage dans l’inculture comme la Place Saint-Marc de Venise baigne dans l’aqua alta. Comment en est-on arrivé là ?

Les méfaits de la « nouvelle histoire. »

Patrice Gueniffey, historien de renom, directeur d’études à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), le dénonçait récemment : la nouvelle histoire est une fabrique à oubli. La méthode globale qu’elle utilise brouille notre lien avec le passé. Elle privilégie les ressemblances plutôt que les particularités, or l’histoire est vouée à l’étude du particulier de ce que chaque expérience humaine a d’irréductiblement singulier. Voilà pour la définition. Dans cette histoire, telle que celle mise à la mode par Boucheron, on fait croire à l’existence d’un lien logique entre des événements disparates, choisis selon le principe du hasard ou du caprice. L’indifférence à toute idée de vérité est totale. Le propos est en fait très idéologique et correspond aux aspirations du progressisme : créer une société d’individus délivrés de toutes les déterminations qu’ils peuvent tenir du passé ou de la nature.

L’histoire n’a pas sa place dans cette vision du monde. Cette histoire nouvelle, faite surtout de « déconstruction » se veut vide de sens. C’est à cette condition que le citoyen peut être réduit au consommateur : assujettir à la tyrannie du présent des individus sans  racines, sans passé et sans mémoire. Un exemple : pour 1917, dans « l’Histoire mondiale de la France », Boucheron retient les « Kanaks » et fait l’impasse sur les milliers de Français qui se font massacrer au Chemin des Dames ou ailleurs -tant pis pour eux, ils n’avaient qu’à pas partir la fleur au fusil- et sur la révolution russe qui va pourtant changer la face du 20ème siècle. De l’histoire en miettes !  « L’Histoire de l’Exploration du monde » de Romain Bertrand est du même tonneau. C’est une entreprise de déconstruction du récit des Grandes Découvertes, puisque c’est bien connu, l’Europe a moins découvert le monde qu’elle ne l’a conquis, spolié et dominé. Il ne s’agit surtout pas que Cartier ou Cook redeviennent des emblèmes, des fois que ça redonnerait aux Européens des idées impérieuses… Or c’est par l’histoire que s’est bâtie l’unité de la nation, c’est dans la connaissance du passé français que l’on trouve les racines d’une cohésion, et qui fait qu’aujourd’hui, on peut revendiquer à la fois les Rois qui ont fait la France et l’oeuvre de la Révolution. Impossible de savoir qui nous sommes et pourquoi nous sommes comme ça, sans connaissance de notre Histoire nationale.

La revanche de l’histoire.

Le besoin de racines est humain. Jamais il n’a été aussi pressant, quoi qu’en pense les progressistes qui voudraient en affranchir l’être humain. Il est renforcé par les mutations de notre société et rendu d’autant plus nécessaire que plus de 20% de la population ne partage pas notre passé. Seul l’enseignement du récit national et sa connaissance peuvent conduire à son appropriation nécessaire. J’espère que Blanquer l’a compris. Un récit historique fédérateur est toujours possible, à défaut, son absence favorisera les ferments de division. L’histoire reste pertinente pour apporter les fondements de la communauté nationale et reste le meilleur moyen de lutter contre le communautarisme.

Ce qui s’est passé depuis la chute du mur de Berlin est édifiant. L’angélisme de l’Europe emportée par son rêve de « sortie de l’histoire » a empêché nos démocraties de comprendre le 21ème siècle et de s’y adapter. Ainsi, elles n’ont pas vu la permanence des totalitarismes, notamment chinois, et la montée du fanatisme religieux. La fin des idéologies n’était qu’un leurre : on voit même l’antienne anticapitaliste reprise par les mouvements de « libération » écologiques, en plus des traditionnels anars. De la même façon, la politique et l’histoire se vengent. Voilà que nous reviennent en pleine figure les tourments qui ont leur racines dans l’histoire du passé sans laquelle il est impossible de comprendre : la guerre que se livrent chiites et sunnites, les séquelles de la colonisation qui expliquent la volonté expansionniste de la Chine, la nouvelle affirmation des empires que ce soit la Russie de Poutine ou la Turquie d’Erdogan, le retour de la guerre froide entre l’occident libéral incarné par les Américains et la Chine communiste… Et c’est en tirant les leçons de l’histoire que les démocraties européennes pourront reprendre pied dans le 21ème siècle à travers l’éternel affrontement de la démocratie face aux tentations autoritaires et au terrorisme. L’histoire encore, est là pour rappeler que dans le passé, elles ont su affronter les crises, les guerres et les révolutions. François-Xavier Bellamy ne cesse de le rappeler, les fondements de notre civilisation, dans leurs origines gréco-latines et judéo-chrétiennes, sont encore les meilleurs remparts pour nous défendre. Les citoyens déculturés et planétaires auront du mal à trouver leur place dans les temps qui viennent.

A moi, Vercingétorix, Charlemagne, Clovis, Saint-Louis, Louis XIV, Napoléon, Clémenceau, De Gaulle !… C’est en étant fiers de leur histoire que les Français reprendront confiance en l’avenir, car contrairement à ce que leur enseigne la « nouvelle histoire », ils en ont un !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)