Radioscopie d’une expérience - (3) Le "bobineau"
Radioscopie d’une expérience - (4) Les rituels

UN ETAT IMPREVOYANT ET IMPECUNIEUX

Dette publique

 

Mathieu Laine a beau nous vanter les mérites de la Macronie dans le Figaro d'avant-hier, lui et moi nous ne vivons pas sur la même planète. Macron serait le grand réformateur indépassable qui aurait osé faire ce que ni la droite ni la gauche n’ont jamais réussi ou voulu : en effet il a baissé l’impôt sur le revenu en en  augmentant les recettes, il a aboli la moitié de l’ISF et plafonné la taxation du capital en bon néo-libéral libertarien pour favoriser la planète financière déconnectée de l’économie réelle, il a réformé la SNCF, parce qu’il ne pouvait pas faire autrement, il a assoupli le droit du travail, si peu, et arraché l’école au pédagogisme, mais pour combien de temps, avec à la clé une réforme du baccalauréat qui consacre l’affaissement du savoir. Il a supprimé la taxe d’habitation, à quoi personne n’aurait songé tant c’est une lourde  erreur qui porte atteinte à l’autonomie des collectivités locales. Quant au puissant mouvement régalien et républicain qu’il aurait lancé et que M. Laine nous annonce, à part les discours et quelques gesticulations, on se demande bien où il se niche. En matière de reniement, le macronisme empêtré entre ses députés de droite et de gauche d’accord sur rien   - une démission tous les deux mois, encore une cette semaine- n’est pas en reste : le grand « plan d’investissement » de 57 milliards d’euros est complètement enlisé, la réforme des retraites n’en finit pas d’agonir. Et le courage, face aux gilets jaunes, parlons-en : tout le monde a vu un président aux abois lâcher 17 milliards  d’euros de chèques en bois. Le pouvoir d’achat pour une fausse relance, c’est prendre aux uns, toujours aux mêmes, pour redistribuer des miettes aux autres, en aggravant au passage la situation des finances publiques, sans empêcher l'explosion du nombre des pauvres. Désolé, Monsieur Laine, vous qui vous réclamez du libéralisme, vous devriez savoir que ce n’est pas l’Etat qui crée les emplois, ce sont les entreprises qui courent avec les mêmes boulets aux pieds, que ce n’est pas l’Etat qui crée la richesse mais l’activité économique, toujours autant entravée par le carcan administratif et financier d’un Etat technocratique.

Un Etat imprévoyant.

Avec Macron, jamais l’Etat n’a été aussi imprévoyant. L’exemple des prisons est emblématique. A force de renoncer à construire les nouvelles places nécessaires pour faire face à l’afflux des condamnations, la France offre le spectacle  de prisons surpeuplées, vétustes et insalubres. Les 4 000 places sur les 15 000 promises suffiront à peine à compenser la fermeture des établissements les plus vétustes. Le gouvernement en est réduit à multiplier les « peines alternatives » ce qui n’empêche pas les maisons d’arrêt de continuer d’être submergées. Dans un autre domaine, pourtant fondamental, celui de l’énergie, le gouvernement vient de prendre une décision d’une imprévoyance rare : l’arrêt du programme ASTRID qui signifie le renoncement à construire les réacteurs de quatrième génération. L’énergie nucléaire nécessite une denrée qui n’est pas inépuisable, l’uranium, et génère des déchets à longue durée de vie. Sur ces deux questions les « réacteurs à neutrons rapides » apportent une réponse techniquement éprouvée : la surgénération, en permettant d’utiliser le plutonium issu du retraitement des combustibles usés, et l’uranium appauvri, sous-produit de l’enrichissement, diviserait par 10 le volume des déchets produits, et assurerait notre autonomie en matière de ressources en uranium et d’autonomie énergétique pour un bon millier d’années au rythme actuel de consommation. On ne dira pas merci d’avoir cédé aux écologistes.

Un Etat impécunieux.

La France a les finances publiques les plus mal tenues de toute la zone euro : déficit, dépense, impôts. L’hexagone est le champion de la dépense publique qui accapare 55,6% du PIB (10 points de plus que la moyenne de la zone). L’ensemble des recettes publiques pèsent 52,4% du PIB. Il faut y ajouter le déficit à 3,2%, le plus calamiteux des 19, même l’Italie fait mieux. Macron propose de supprimer le seuil des 3ù : casser le thermomètre permet en effet de ne pas voir la fièvre. Il n’explique pas pourquoi tous les autres partenaires sont capables de respecter les règles (1% du PIB en moyenne) ! Enfin la dette publique  atteint les 2400 milliards d’euros, pratiquement 100% du PIB. Ce qui est incroyable, c’est que le gouvernement a financé les quelques baisses d’impôts par le crédit. De la cavalerie !

La situation de l’emploi.

Cela fait des semaines qu'on nous serine que ce qui se passe en France est extraordinaire : on crée des millions d'emplois. Patatras, le chiffre du chômage est sorti ce matin : 8,6% au troisième trimestre, avec une hausse de 0,1%. Quelques chiffres pour comparer : Etats-Unis : 3,6%, Chine : 3,6%, Japon : 2,4%, Grande-Bretagne : 3,8% (malgré le Brexit), Allemagne : 3,1% (le pays qu'on est soi-disant en train d'écraser économiquement), Suisse : 2,3%. Nous avons le taux de chômage le plus dramatique de tous les grands pays développés. Et les explications techniques ne tiennent pas. La vérité, c’est que comme pour tout le reste, la réalité rattrape toujours le baratin.

Avec ça, les Français ne croient plus en rien.

Je n’ai pas noirci le tableau. Il se suffit à lui-même. J’aurais pu évoquer un plan immigration avec des quotas sans plafond, la situation de l’hôpital, des pompiers, des forces de l’ordre … Je combats le progressisme de Macron parce qu’il prospère sur la confusion des repères constitutifs de la vie politique et qu’il gouverne à la godille plus par le verbe que par l’action. Comme Jacques Julliard, je crois que la gauche et la droite, ça existe. Il suffit de constater comment la droite gère la dépense publique dans les collectivités qu’elle détient, notamment les Régions, pour s’apercevoir que le logiciel n’est pas le même. Je combats le progressisme de Macron parce qu’il détruit notre culture en introduisant le relativisme qui fait le lit du communautarisme et participe à la déconstruction de notre histoire nationale. M. Laine a encore de la chance, nous sommes encore quelques-uns à connaître le roman qu’il utilise en référence de son article : « La peau de chagrin ». Je ne suis pas certain que les « Bacheliers » que la réforme nous prépare en auront entendu parler.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)