Previous month:
septembre 2019
Next month:
novembre 2019

LA CRETINISATION EN MARCHE.

Crétin

 

« Mort aux cons » s’était écrié un quidam au passage du Général De Gaulle. Celui-ci lui avait répondu : « Vaste programme » ! Cette anecdote m’est revenue à l’esprit en lisant il y a quelques jours l’éditorial de Vincent Trémollet de Villers dans Le Figaro. Celui-ci y dénonçait les actions agressives contre les éleveurs des animalistes, portés par la philosophie de l’antispécisme.  Il voulait y voir surtout le symptôme « d’une crétinisation qui depuis quelques temps prend des proportions insensées ». Il n’a pas tort. En fait l’éditorialiste a mis le doigt sur un sujet qui ne se limite pas, malheureusement aux seuls antispécistes. La crétinisation, c’est le thème qui est repris par d’autres journalistes, écrivains ou essayistes, constatant l’étendue de ses dégâts dans bien d’autres domaines. Et de fait, notre époque semble favoriser tout ce qui peut concourir à la crétinisation de la population.

L’Ecole, d’abord.

Je ne reviens pas sur l’ouvrage de Jean-Paul Brighelli, « la fabrique du crétin », écrit dans les années 80, où il dénonçait déjà tout ce qui conduisait à l’affaiblissement de la connaissance et de l’esprit critique. On en mesure aujourd’hui la pertinence. Nos hautes instances, affolées par les inégalités que l’abdication de la récompense de l’effort et du mérite a provoquée, en sont à distribuer les places en fonction de l’appartenance ethnique ou du genre, décisions nourries par un discours de victimisation. Ainsi, par exemple, on supprime à Sciences-Po l’épreuve de culture générale ce qui évite de mesurer l’inculture. Avec la disparition des notes, l’histoire en miettes, on fabrique, faute d’exigences, des générations d’incultes qui vont se trouver fort démunies face à l’Intelligence artificielle.

La fin de l’individu.

La crétinisation nous guette aussi avec tous les services que nous rendent déjà les nombreuses applications sur nos portables ou tablettes, qui, certes nous apportent du confort, mais surtout nous évitent de réfléchir et de penser. Le « nudge » nous prend déjà en charge, comme l’explique Gaspard Koening, au détriment de notre « libre arbitre ». En nous procurant un service toujours plus irrésistible, en nous promettant une information quasi exhaustive, les technologies nouvelles nous dissuadent de décider et de délibérer par nous-mêmes. Pourtant l’intelligence humaine est si complexe qu’il faudrait pour la copier, fabriquer un système auto-organisateur ayant la capacité d’apprendre par lui-même, par l’expérience, et rien ne permet pour l’instant d’envisager une intelligence artificielle dotée du « sens commun » polyvalent et généraliste dont disposent les humains. Encore faut-il que ces derniers continuent d’exploiter leur cerveau, ce à quoi l’Ecole semble renoncer. Car, face aux multiples faisceaux du « nudge », seuls les esprits munis d’un solide sens critique et d’une culture approfondie pourront se défendre, et préserver leur libre arbitre.

Les réseaux sociaux et  les chaines d’info en continu.

L’individu du 21ème siècle est en plus soumis à un pilonnage en règle qui le soumet à un torrent d’informations et d’avis en tous genres sans qu’il ait tous les repères pour forger son propre jugement. Les réseaux sociaux sont redoutables : il s’y côtoie le vrai et le faux en toute impunité, la vérité scientifique y exposée au feu roulant des théories obscurantistes, les injures remplacent les arguments, la bêtise s’y étale plus facilement que la culture et l’intelligence. Les chaines d’info contribuent  aussi à la crétinisation. 24H sur 24, elles débitent leur flux d’information sur tous les sujets d’actualités, experts plus ou moins avérés, commentateurs plus bavards que compétents, débats débouchant le plus souvent sur la confusion. Seul le citoyen éclairé et muni d’une solide culture ne s’en laissera pas compter. Je crains que ce soit devenu une denrée rare. Il s’en suit alors des effets de mode, les médias étant entre les mains d’une intelligentsia orientée et de lobbys fortement installés. La cabale contre Zemmour en témoigne.

La confusion politique.

Depuis la pratique du « en même temps » qui veut nous faire croire que toutes les idées se valent et qu’il suffit de faire confiance à la technique pour gouverner (entendez technocrate), les gens ont de moins en moins des convictions.  Et ceux qui en ont sont soumis au feu des censures les plus violentes dès lors que leurs convictions déplaisent : c’est un séminaire sur la radicalisation qui est suspendu à la Sorbonne, sous la pression de groupuscules islamogauchistes, c’est la philosophe Sylviane Agacinsky qui a vu déprogrammée sa conférence prévue de longue date sur « la procréation à l’heure de la technique », à l’université de Bordeaux sous la pression des LGBT, en raison de son opposition connue à la PMA. L’avachissement de nos instances gouvernantes à tous niveaux est patent et est de nature à créer la confusion. Le règne de l’intimidation prévaut, qu’il s’agisse de sujets graves comme la bioéthique qui mériteraient des débats approfondis, ou de la place de l’Islam dans la République qui devrait compter avec des positions claires au plus haut niveau. Mais que dire d’un Président qui ajoute à la confusion pour ne pas créer la confusion ! Un président plus acteur de théâtre que décideur politique.

 


« EN MÊME TEMPS », LA POLITIQUE DES COCUS ALTERNATIFS !

Haddock cons

 

Le regretté Jean d’Ormesson.

« Macron, c’est le grand flou ! Entre l’électeur de droite et l’électeur de gauche qui votent pour Macron, l’un des deux, forcément, sera cocu, mais toute l’intelligence de Macron est de faire croire à l’un que ce sera l’autre et inversement. » Il l’avait prédit : avec Macron les électeurs de droite et les électeurs de gauche sont cocus. Il n’avait pas prévu que ce serait alternativement.

Un coup  à droite, un coup à gauche…

En simple illustration,  prenons deux exemples récents. Sur la politique d’immigration, Manu a délivré subitement un discours que n’aurait pas désavoué Marine Le Pen. Il faut dire qu’il fallait exploiter l’émotion suscitée par le massacre de la préfecture de Paris.  Et de quoi satisfaire les électeurs de droite  sensibles aux arguments pourtant mille fois développés par Eric Ciotti. Enflure du vocabulaire (l’hydre islamique) et véhémence (vigilance de chacun). Cela n’a pas manqué d’inquiéter le  clan des « dénislamiques » au sein de LRem. Presque en même temps, le  même a fait voter à  l’Assemblée l’autorisation de PMA pour les couples femmes homosexuelles et  pour les femmes  seules.  De  quoi satisfaire la gauche libertaire  et  plus généralement tous les progressistes qui ont voté comme un seul « homme » si je puis dire, de  la  France  insoumise au PS en passant par les inévitables transfuges d’un certain centre. Nul doute qu’un certain  électorat centriste qui aura voté Macron ne s’y est pas retrouvé. On a encore revu le clivage se  manifester à propos de la polémique déclenchée sur le port du voile par  les  accompagnatrices de sorties scolaires. Au sein même de  LRem, la querelle entre Aurore Bergé et Aurélien Taché en est l’exemple  emblématique.  Un coup à droite, un coup à gauche et quand ça ne marche pas, le sphinx se tait.

La politique macronienne.

Cette situation ne durera pas éternellement. Le moment approche où l’électorat de la droite capté et abusé par Macron  va  inévitablement ouvrir les yeux. Comment peut-il cautionner plus longtemps une politique dont l’essentiel des idées est puisé à gauche, et mis en œuvre par une caste de technocrates qui n’a jamais été aussi puissante. En résumé, la  politique de Macron, c’est  « Terra Nova » pour l’inspiration et les technocrates de « France Stratégie » pour la mise en œuvre.  Cela nous vaut des attaques récurrentes contre la famille, contre les  successions et l’héritage, une fiscalité  qui ne faiblit pas, une Etat redistributeur qui pompe les uns pour donner des  miettes aux autres,  une atonie économique et les finances les plus mal tenues des pays développés. Le peuple est toujours aussi incandescent au point que le  pouvoir met le pied sur le frein pour toutes les réformes, à commencer par celle des retraites qui est pourtant de plus en plus urgente.

Les félons de la droite : Philippe, Le Maire, Darmanin…

Il faut faire tomber les masques : depuis qu’ils sont au gouvernement, Les Philippe, Le Maire, Darmanin & C° n’ont cessé de trahir leurs propres idéaux : où est la  politique de l’offre tant vantée par Bruno Le Maire contraint de faire de la  relance keynésienne sans le dire ;  où est la rigueur budgétaire qui fonde toutes les politiques de droite et l’équité fiscale quand Gérald Darmanin met en place le prélèvement à la source qui déresponsabilise totalement le  contribuable,  comme la généralisation du tiers  payant de Hollande pour les patients, et matraque systématiquement toujours les mêmes,  les aisés, par ses prélèvements abusifs ; où est  la décentralisation chère au centre droit de Raffarin et Bussereau,  quand l’Etat continue de supprimer des ressources aux collectivités pour  les remplacer par des dotations… Au point que Jacqueline Goureau a fait son discours devant une salle vidée de son assistance au congrès des départements de France. On n’en finit pas de lister tous leurs renoncements.   

Les vigiles de la gauche.

Au sein de la majorité gouvernementale, il existe bel et bien une gauche qui ne cède rien de ses certitudes au point que près d’une centaine de députés étaient prêts à exprimer  publiquement leur mécontentement après le discours présidentiel sur l’immigration. L’Elysée a dû lâcher du lest. La  conséquence en a été un débat à l’Assemblée débouchant sur… le vide ! Cette pression existe sur tous les sujets sensibles. Si bien qu’il n’est pas exagéré d’affirmer que globalement, la politique actuelle  est une politique classique de gauche : le symbole en est le budget en discussion actuellement au Parlement. Un budget que François Hollande aurait pu présenter et même valider.

En attendant, la France va chaque jour un peu plus mal. Elle n’a pas mis à profit la conjoncture qui permettait d’améliorer sa situation financière et budgétaire et n’aura donc aucune marge de manoeuvre quand la  crise surviendra, car elle surviendra. 

 


CE QUE J’ATTENDS DU NOUVEAU PRESIDENT DES REPUBLICAINS.

Christian-jacob

 

Les Français ne croient plus à rien. 

Les  Républicains ont rétréci comme peau de chagrin et vieilli sur place. Les jeunes n’ont aucunes convictions, ils se contentent de suivre des modes. Les  partis politiques sont discrédités et au fond du trou. Je suis pourtant persuadé qu’ils restent nécessaires pour organiser  la vie démocratique. Dans ces conditions,  comment se faire entendre ? Comment redevenir à la mode ? C’est une tâche difficile à laquelle s’attelle Christian Jacob  qui a  été désigné pour relever le défi de la reconstruction,  pour ne pas dire de la résurrection.

Personnellement, pour la refondation des Républicains, je ne crois pas à une résurgence de l’UMP.  Ce n’est pas d’un retour vers le passé dont nous avons besoin. Et je suis persuadé qu’il faut s’occuper moins de notre positionnement à droite, plus ou moins,  peu importe, que de proposer  des solutions aux problèmes des Français qui ne sont pas traités. D’ailleurs la majorité des Français ne croit plus au clivage gauche-droite.

Cela n’empêche pas de nous définir.

Nos valeurs.

Par nos valeurs d’abord : nous croyons au primat de la personne sur  le collectif, nous accordons de l’importance aux liens face  à  l’individualisme, et nous sommes attachés à la nécessité de mettre des limites à toutes choses, notamment pour les projets sociétaux et l’immigration. Cela suppose de mettre fin aux privilèges des corporations, d’affirmer nos valeurs culturelles face au multiculturalisme, et nos convictions anthropologiques.

Nos fondamentaux.

Rappeler nos fondamentaux n’est donc pas inutile : nous sommes pour la liberté économique,  la rigueur de la gestion budgétaire, l’ordre social assorti de l’égalité des chances et de l’ascenseur social, une République une et indivisible qui affirme son identité nationale et assure la sécurité de  nos concitoyens. Nous croyons nécessaire de franchir une nouvelle étape de la décentralisation, de défendre notre culture  et de combattre les outrances libertariennes comme  la  PMA et la GPA.

Deux champs primordiaux.

Enfin,  les Républicains doivent investir deux champs primordiaux pour l’avenir :  celui de l’écologie, en s’attachant à promouvoir des solutions  positives pour la transition énergétique, et celui de l’Intelligence Artificielle qui menace déjà le libre arbitre des individus.

Ce que nous devons faire.

Les sujets d’application ne manquent pas pour occuper le champ politique du quotidien : traiter  le chômage, s’attaquer aux déficits et à la dette tout en réformant une fiscalité confiscatoire et inéquitable, rétablir la compétitivité des entreprises, résorber les déséquilibres entre les territoires, promouvoir le retour d’une éducation qui « transmette », relever le défi migratoire, attaquer vigoureusement toutes les tentations communautaristes, assurer la sécurité des Français sur tout le  territoire. Et enfin, il faudrait peut-être s’interroger sur le lien entre l’abstention électorale et l’exemption fiscale : les  deux taux se superposant !

Une équipe large mais soudée.

Pour réussir tous ces chantiers, le nouveau président doit constituer l’équipe la plus solide et la plus  large possible.  Il aurait grand tort de répéter l’erreur de  Laurent Wauquiez qui avait écarté ses concurrents.  Beaucoup de nos adhérents, et notamment ceux qui ont voté attendent que l’esprit d’union prévale sur les  rancunes ou les divisions, et donc que Julien Aubert et Guillaume Larrivé aient des postes de responsabilité près du nouveau président. Si d’autres  personnalités, comme François Baroin acceptent de s’engager, tant mieux. Mais avant toute chose, c’est de cohérence dont nous avons besoin. S’il ne faut pas être contre une organisation « horizontale » qui consulte  le  plus grand nombre,  la verticalité  est nécessaire, notamment pour que le groupe ne parle  que d’une seule voix .

Il  ne me  reste  plus qu’à souhaiter bon courage à Christian Jacob.

 


LE VOILE ISLAMIQUE SUR LES LUMIERES

Laicite

Je viens de lire l’interview d’Aurélien Taché dans Le Point, réagissant à  l’incident intervenu au Conseil Régional de  Franche Comté : j’y ai retrouvé les arguments développés déjà il y a trente ans au moment de l’affaire de Creil. Ces « islamocollabos » inconscients,  dont font partie la  Présidente de ce conseil Régional et  les cadres de la FCPE avec leur affiche, n’ont toujours rien compris, à commencer par le fait que l’Islam est une "religion intégriste".  A savoir seulement s’ils savent ce que cela signifie.  Je leur livre  l’article ci-dessous, écrit à la  même époque et  paru dans la presse. Depuis trente ans, il n’a  pas pris une ride. Mais l’Islam a  continué son grignotage de nos valeurs, souvent en défiant la loi.

Avec  le  port du voile ou du foulard (comme on voudra) islamique,  ce n’est pas la question du simple port d’un vêtement qui est posée, mais bien celle des rapports entre notre civilisation occidentale et l’utilisation politique ou identitaire de l’Islam.

Le débat ne se situe pas sur le plan vestimentaire.

Il y a une trentaine d’années, les chefs d’établissement interdisaient la mini-jupe ou le pantalon pour les filles, au nom des usages en vigueur à l’époque. L’évolution des mentalités permet  aujourd’hui ce qui ne l’était pas hier.

L’usage impose encore aujourd’hui quelques règles de politesse comme se découvrir pour saluer (de moins en moins) ou entrer dans certains lieux, dont l’école fait partie. Sur le plan strictement vestimentaire, si l’on accepte une exception pour le « foulard », rien ne permettra plus alors de s’opposer à la casquette sur l’oreille ou d’autres accessoires moins anodins. Et de ce point de vue, l’école reste un des rares endroits où se fait l’apprentissage de la politesse et des usages. Le voile islamique, dans la rue, personne ne songe à l’interdire ; à l’école, et encore plus en classe, il est contraire aux usages.

Mais le voile n’est pas la mini-jupe ou le blue jean en raison de la symbolique forte dont il est porteur.

Le débat ne peut se situer que sur le terrain des valeurs.

Ce qu’on essaie de nous imposer par le voile islamique c’est une pratique religieuse associée à une morale et une pratique sociale toutes deux incompatibles avec nos valeurs.

Rappelons que le voile islamique est le symbole ostentatoire d’une condition féminine inacceptable pour nous, instituant l’inégalité avec l’homme par la soumission de la femme : la femme stérile répudiée, la femme adultère punie de mort, le témoignage de l’homme qui vaut celui de deux femmes, la soeur qui n’obtient que la moitié de la succession dévolue à son frère, le mariage mixte interdit, la polygamie autorisée… Nous ne pouvons pas l’ignorer. C’est la vraie signification du port du voile.

L’affirmation de leur « islamité » par les jeunes filles ne s’arrête pas à cet accessoire vestimentaire. Elle s’accompagne généralement de contraintes supplémentaires telles que l’interdiction de suivre les cours de sciences naturelles, d’éducation physique ou de musique, voire même de s’adresser au professeur si celui-ci est de sexe masculin. D’où le mutisme de certaines filles en classe  que les professeurs ne comprennent pas toujours.

Tolérer le voile, c’est renier le « siècle des lumières ».

Depuis le XVIIIème siècle, l’individu européen a conquis une à une toutes ses libertés. Cette remise en cause devenue permanente, à laquelle l’église catholique s’est elle-même adaptée, a permis la proclamation puis l’application progressive des « Droits de l’Homme ». C’est au nom des Droits conquis que nous avons le devoir de lutter contre toutes les atteintes aux droits élémentaires de la personne. Comme le dit Finkielkraut : « ou le hommes ont des droits, ou ils ont une livrée… ». De peur de paraître intolérants avec les musulmanes « on les confond avec la livrée que leur a taillée l’Histoire ». Voilà le piège : sous prétexte de droit à la différence, on voudrait imposer sur notre sol un apartheid. Ces jeunes musulmanes, et leurs parents avec, devraient savoir que les lois de la République s’imposent à tous et qu’elles ne sont pas toujours compatibles avec celles édictées par le Coran. Les respecter est un devoir pour chaque citoyen et impose des comportements : il n’est pas possible de remettre en cause ce qui touche aux fondements de notre Constitution, même au nom de dieu. La France est d’abord un état laïc.

Le cas particulier de l’Ecole Publique.

L’école publique est faite pour transmettre les valeurs de la République qui constituent le Consensus National, c’est-à-dire notre patrimoine commun, que traduit la notion de citoyenneté. Y entrer, c’est nécessairement les respecter et notre esprit de tolérance doit s’arrêter à toute remise en cause de celles-ci, avec d’autant plus d’exigence que l’établissement accueillera des élèves mineurs. Elle offre en échange, le respect de l’enfant, de sa conscience et de sa personnalité.

Accepter des jeunes filles portant le voile, avec l’espoir qu’elles rejetteront ainsi leur foi, ce serait assigner à l’Ecole publique la mission de laminer les consciences, ce qui n’est pas plus concevable. Mais si les islamistes insistent et acceptent ce risque c’est justement parce qu’il n’est pas grand et que le plus important pour eux c’est l’affirmation de leur prosélytisme religieux.

Céder serait catastrophique : ce serait donner aux partisans d’une certaine pratique de l’Islam les moyens de renforcer leur oppression intellectuelle sur la communauté musulmane. Comme me disait une jeune « beur » récemment : « n’oubliez jamais qu’une jeune fille musulmane vit sous le regard permanent de sa communauté et que cela suffit à la persuader de faire autrement qu’elle le souhaiterait ». Et de fait, depuis quelques années, le port du voile islamique se fait de plus en plus fréquent et de plus en plus jeune.

La liberté de conscience est inscrite dans nos institutions et il n’appartient pas à l’école publique de se substituer aux choix éducatifs des parents. Si les parents des jeunes filles souhaitent leur donner une éducation coranique, c’est leur droit. Mais encore faut-il leur donner la possibilité de faire d’autres choix une fois devenues adultes. C’est donc aux parents que notre société doit chercher à faire adopter ses valeurs. En acceptant que les jeunes filles portent le voile, nous faisons le contraire.

C’est au nom des mêmes valeurs qu’il faudrait y regarder à deux fois avant d’accepter l’ouverture d’écoles coraniques dont l’enseignement reposerait sur des contenus incompatibles avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et les lois de la République et les pratiques répétitives assimilables à celles de sectes.

Il ne s’agit pas d’intolérance, mais de respect de la personne et de protection des mineurs. Dans son livre « Bas les voiles » Chahdortt Djavann assimile à une maltraitance l’obligation du port du voile faite aux filles mineures, et elle n’a pas tort, dans la mesure où cette obligation enferme l’enfant dans une démarche mutilante de sa féminité.

l’Islam n’est sûrement pas incompatible avec la laïcité. Il reste à en rechercher les modalités et à aider ceux, parmi les musulmans français qui souhaitent se situer dans cette perspective-là.

LIBERTE, EGALITE…

Cependant, la pratique de S’il ne faut pas obliger toute personne d’origine étrangère à calquer sa conduite sur notre façon d’être, il est possible tout de même de dénoncer cet aspect de la tradition islamique, sans pour autant vouloir détruire sa culture. D’autant plus qu’il s’agit d’une interprétation la plus étroite de l’Islam, issue du Wahabisme, contre laquelle les femmes luttent dans beaucoup de pays musulmans.

Les minorités religieuses doivent pouvoir exister à condition que celles-ci soient constituées d’individus libres et égaux. Il nous appartient de faire en sorte que cette dernière condition soit toujours remplie.

De ce point de vue, il est important de signifier que la loi républicaine est au-dessus de toute autre, y compris la Charia des musulmans.

 


LE RECHAUFFEMENT A LE DOS LARGE !

Changement-climatique

 

De Greta aux ultras d’Extinction-Rebellion, ce sont les rouges repeints en vert pour nous faire marron !

Les idéologies ont la vie dure.

Des  communistes, il ne reste pas grand-chose.  Les gauchistes survivent à travers des gens comme Mélenchon, mais la France insoumise fait du surplace.  Il ne restait plus qu’aux éternels partisans de « la lutte finale » à enfourcher la cause du dérèglement climatique avec  pour cible l’éternel ennemi :  le « capitalisme » cause de tous nos maux et de s’attaquer à sa soeur la « démocratie libérale » qui en fait le lit. Voilà donc Marx repeint en vert, pour en faire un « Hulk » prêt à instaurer la dictature totalitaire  pour le  plus grand bien de la planète et de ses habitants.  Les anciens comme moi ont déjà connu : l’URSS et ses camps de rééducation en Sibérie. Mais nos jeunes, eux, sont des gogos disponibles prêts à avaler toutes les instrumentations de l’écologie contre la démocratie, pour en faire une arme contre le  libéralisme et imposer toujours plus de fiscalité, de réglementations contraignantes grâce  à une sphère publique à l’emprise toujours plus forte.

Un totalitarisme vert.

Ces cavaliers de l’apocalypse, on les appelle aussi les « colapsologues », prônent un écologisme mortifère à vocation totalitaire. Derrière ces pseudos défenseurs de la planète, on trouve en fait d’anciens maoïstes, heureux de pouvoir se refaire une santé avec  la destruction de la civilisation occidentale. Le rapport du GIEC sert de nouveau livre rouge, librement interprété en « catastrophisme », avec à la clé une hausse des températures de 5° qui entraînerait des milliards de morts.  Ce qui est une pure invention. Mais comme au bon vieux temps  de la  « lutte des classes », un bon slogan vaut mieux qu’un raisonnement.  Un bon  prétexte pour promouvoir la décroissance, la  misère,  le chômage et le déclin irréversible qui sont les  conditions de la prise du pouvoir. Ce combat titanesque exige une mobilisation générale qui passe par la confiscation des ressources des individus, donc un Etat qui peut tout et qui dirige sans partage. Un nouveau démiurge, résurgence de la pensée collectiviste avec un avantage inestimable : ses résultats ne seraient connus que par  les générations à venir ce qui évite de rendre des comptes.

Un raisonnement caricatural.

Ils ont trouvé en Greta Thunberg une égérie pour porter auprès de la  jeunesse ce message mortifère élevé en tâche messianique. En fait, celle-ci est le  jouet de la  manipulation d’une extrême gauche en mal de crédibilité qui y a vu le moyen de justifier son combat  contre la liberté et l’économie de marché. Mais derrière elle se cache aussi un  lobby d’industriels souhaitant vendre leurs solutions vertes. Ils ne reculent devant aucune manipulation pour nous faire  peur et assurer que la fin du monde est imminente. On va se servir des enfants, masse malléable  et facilement disponible, et fanatiser des jeunes influençables par une propagande incessante,  avec une idée  toute simple :  le  libre-échange, la consommation, le  confort  pour  le  plus grand nombre ne sont tout bonnement pas  compatibles  avec l’écologie. Le but de ces discours alarmistes est tout simplement de  justifier la dictature. Donc, il ne nous reste  plus qu’à réduire drastiquement notre consommation énergétique, vivre comme Robinson et revenir à une économie de subsistance fondée sur les circuits courts. Economie vivrière comme au Moyen-Age ! Avec un corollaire : la décroissance ne pourra que réprimer l’innovation et la  recherche scientifique qui pourraient proposer d’autres solutions. En France la tâche va être facilitée par la désignation de 250 000 « échos-délégués », soit autant de Greta Thunberg ! qui se feront vite un devoir de relayer les thèses « effondristes » et l’injonction de la jeune scandinave comme quoi il est inutile de  poursuivre ses études attendu l’imminence de la fin du monde.

L’obscurantisme comme  toujours.

Tous ces raisonnements sont bâtis sur l’ignorance, par commodité, aussi. De la  même façon qu’on tient à l’écart le  bilan carbone catastrophique des éoliennes, on produit des  scénarios sur des projections simplistes. Tous ces ignorants feraient bien d’abord de retourner à l’école. La fonte  de  la  glace des pôles  est effrayante. Et  alors ? Le  climat change. Il  a toujours changé. Les  Vikings se sont installés au Groenland (pays vert) entre  le VIIIème et le  XIIème siècle,  lors de « l’optimum médiéval » au cours duquel  tout  l’hémisphère nord a  connu une longue série d’étés chauds et secs. Dans l’Antiquité, c’est l’Afrique du Nord et la Sicile qui étaient les  greniers à blé des Romains… Et la Méditerranée était plus basse de dix ou vingt mètres comme  en témoignent les  ports antiques noyés. L’homme s’est toujours adapté.  C’est là l’erreur fatale de ces nouveaux chevaliers de  la fin  du monde : ils méconnaissent la capacité  de l’homme  à innover sans cesse pour tirer le meilleur parti des  moyens que la nature   met à sa disposition ou pour en trouver de nouveaux. Il ne s’agit pas de nier le réchauffement climatique, ni la part de  l’homme qui y contribue. Notre histoire est faite d’adaptations permanentes : chaque étape de la croissance des pays développés a été marquée par l’apparition de nouvelles  pollutions et en même temps par la mise en place de moyens pour les  combattre. L’erreur des climatocatastrophistes tient dans l’interprétation erronée des courbes issues  des données passées : il ne suffit pas de les prolonger,  ce qui n’a  aucune chance de se produire.  Car la réactivité  de  l’homme, sa capacité à réagir, amender, transformer sans cesse le monde dans lequel  nous vivons,  invalideront rapidement leurs  conclusions.  C’est ce qui s’est   produit déjà maintes fois dans le  passé, des  thèses  de  Malthus à celles  de Paul Ehrlich qui n’avait pas prévu que  le sort   de l’humanité se soit amélioré de manière continue au point que le revenu moyen des habitants du monde a augmenté de 7 à 8 fois.  Bien évidemment,  les solutions,  ce sont les démocraties libres et le libéralisme, grâce à  l’innovation et à la recherche scientifique, qui les  détiennent. C’est un autre sujet que j’aurai bientôt l’occasion de développer.  En attendant, nous n’avons pas besoin d’un nouveau culte de Gaïa.  Je ne suis pas  certain que Macron l’ait bien compris.

 

 

 


FINANCES : LES ROBOTS ECHAPPENT-ILS AUX HOMMES ?

Economie  bourse

 

C’est Marc Fiorentino, dans sa lettre hebdomadaire qui émet cette hypothèse. Cela expliquerait  la déconnection des marchés financiers de l’économie réelle. 

Les machines ont pris le pouvoir à Wall Street.

C’est suffisamment sérieux pour que « The Economist » consacre un dossier au sujet. Pour la première fois dans l'histoire de Wall Street, l'encours des fonds indiciels et des trackers (ETF), la gestion passive, a dépassé la gestion active, les fonds gérés par des humains. Les chiffres sont frappants : les fonds gérés par des systèmes informatiques représentent 35% de l'intégralité de la Bourse américaine, mais 60% de la gestion institutionnelle et 60% de l'activité de trading. Si la grande majorité des modèles informatiques est conçue par un esprit humain, de plus en plus de programmes sont autonomes grâce à l'intelligence artificielle. Et les ordinateurs deviennent de plus en plus autonomes. C'est particulièrement sensible dans le trading à haute fréquence qui représente une très large partie des 7 milliards d'actions traités quotidiennement sur les marchés américains pour un montant de 320 milliards de $. De plus en plus de « hedge funds », ces fonds spéculatifs que les Soros et autres avaient rendus célèbres, ont opté pour la gestion algorithmique.

L’amplification des mouvements.

Les conséquences, on ne les connaît pas encore, on n'a pas encore vécu de grand krach, ni de vraie panique sur les marchés. Mais ces nouveaux maîtres de l'univers ont tendance à amplifier les mouvements, à pousser les valorisations de certaines entreprises à des niveaux spectaculaires sans « état d'âme », et pour cause ! Et ça explique peut-être aussi leur insensibilité aux aléas géopolitiques qui secouent le monde : un ordinateur n’a pas d’émotions. Pour The Economist, cette prise de pouvoir des machines présente plusieurs dangers : la stabilité financière, la concentration de la richesse entre les mains de ceux qui détiennent le pouvoir des machines et possèdent les données -on imagine ce qui se produirait si un jour Amazon entrait dans le trading en se servant de toutes les données sur ses clients...- et, enfin, la « corporate governance », le gouvernement d'entreprise.  Finies, les salles de marchés, et les « corbeilles » des Bourses où les traders et les brokers passaient leurs journées à hurler leurs ordres,  tout se passe désormais dans  les salles de trading où  les robots ronronnent 24H sur 24,  réagissant au moindre mouvement à la micro-seconde.

Un chamboulement numérique.

Laurent Alexandre, l’un de nos spécialistes de l’IA, s’inquiète de l’impact de l’intelligence artificielle sur nos institutions. Il juge le  danger immense et déplore que ni la France ni l’Europe n’aient pris la mesure de l’impact de cette révolution. Et si l’on recoupe les préoccupations qu’il développe  dans un livre qu’il a écrit avec  Jean-François Coppé (« L’IA va-t-elle tuer aussi la démocratie ») avec  les  constats que fait Gaspard Keonig  dans son enquête planétaire sur l’IA (« La fin de l’individu »), on peut penser que la situation pourrait échapper aux hommes  et déboucher sur une immense crise dans laquelle on n’est même pas capable  d’imaginer comment les machines réagiraient, certaines étant capables de « s’améliorer » d’elles-mêmes de leurs propres échecs. Comme nous acceptons sans nous poser de questions de nous laisser guider par Waze pour nos déplacements en voiture, les  financiers s’en remettent à leurs logiciels de trading haute-fréquence pour gérer leurs portefeuilles d’actions. Pourquoi s’inquiéter ? Sauf que dans certains cas, il serait peut-être mieux que ce soit l’humain qui prenne les décisions. Car  l’ordinateur est aujourd’hui capable de toutes les manipulations et même si  le programmateur a prévu des réactions «  bienveillantes » de ses algorithmes, qui sait comment il se comporterait en face d’une crise qui multiplierait des milliers de cas qui l’obligeraient à trancher entre l’intérêt des individus (leur gain) et celui de la communauté, selon le parti pris choisi par les créateurs du logiciel, ceux-ci oeuvrant généralement pour la  communauté en recherchant le bonheur du plus grand nombre. Et alors là, la théorie, fruit de la réflexion humaine est rendue obsolète par le déluge des data et la puissance des corrélations.

Reste qu’une chose est sûre : les marchés sont déconnectés de la macroéconomie. Il y a bien sûr les taux d'intérêt négatifs et le réflexe « TINA », (There Is No Alternative) : pas d'autre choix que d'investir en Bourse avec des taux si bas. Ce sont cependant deux éléments qui n’expliquent pas tout ! Mais peut-être qu’à cause des ordinateurs, la  crise n’arrivera pas.  Finalement, personne n’en sait rien, et c’est bien ça le problème.

Et pourtant, tous les indicateurs montrent qu’elle vient !

 


BIENVENUE DANS LE MONDE D’AGNES ET DE MARLENE !

Manif-6-octobre-pma

 

Je pensais être présent à Paris pour manifester contre la PMA. 

Cela n’a pas pu se faire, mais je vais tout de même apporter ma contribution au débat,  ce sera ma  manière de soutenir les centaines de  milliers de Français  qui ont voulu exprimer leur désaccord  aujourd’hui.  C’est que le débat qui s’est ouvert  à l’Assemblée nationale nous aura permis d’en entendre des  particulièrement gratinées  comme  ce  propos  de la Ministre de la santé : «  le fait d’accoucher ne fait pas automatiquement une mère ! ». Ben non, dans le cas de la procréation pour autrui…. Tout est dit.  Cette volonté de remplacer la parentalité naturelle par la parentalité d’intention  se situe dans le droit fil des délires des libertariens californiens. Est-ce bien cela que l’on veut  pour notre société européenne ? Si nous nous mettons au diapason des autres  pays qui ont suivi ce chemin, alors c’est que la France renonce à son héritage millénaire et n’a plus rien à dire au  Monde. 

Je ne reviens pas sur les nombreux arguments que j’ai déjà développés, notamment dans ma notre du 6 septembre : « J’instruis paisiblement le procès de la  PMA » : rupture avec l’écologie humaine, négation de l’altérité, médecine détournée de son objectif, faux argument de l’égalité, dérives potentielles… Aujourd’hui je voudrais attirer l’attention sur deux sujets dont je m’étonne qu’ils ne soient jamais traités : le devenir de l’enfant né de PMA et  l’hérédité.

Le  devenir de l’enfant né de PMA.

On  parle beaucoup de la souffrance des couples de femmes homosexuelles face au désir d’enfant. Il ne s’agit pas de le nier.  Mais vous remarquerez qu’on prend bien soin de ne jamais abordé le thème de la souffrance des enfants adoptés ou nés de couples de femmes homosexuelles face à la question de leurs origines. Malgré les dénégations des associations pro PMA et leurs études « bidonnées », cette souffrance existe : il suffit de  voir le nombre d’enfants à la recherche de leur géniteur pour s’en convaincre. France 5 a présenté le 24 septembre dernier une émission fort bien faite et très documentée sur le sujet :  « ADN,  la quête des origines », qui retrace le parcours de  plusieurs témoins qui ont fait le choix d’avoir recours  à l’ADN pour retrouver un père, un donneur de sperme, ou encore une mère qui a accouché sous X. Avec une motivation incontournable : ils veulent savoir pourquoi ils sont nés et à qui ils ressemblent. Une remarque : la recherche d’ADN est interdite en France, sauf sur injonction médicale ou judiciaire.  Un obstacle facile à contourner puisqu’un clic sur internet suffit pour se  procurer un test dit « récréatif » contre une cinquantaine d’euros. Sans entrer dans le détail, même en cas d’anonymat, par l’ADN on peut  presque toujours retrouver la trace de ses géniteurs. Un couple hétérosexuel qui a recouru à une PMA peut très bien ne jamais dire à l’enfant qui en est issu, comment il a été conçu. Mais s’il vient à le savoir, il y a gros à parier qu’il voudra savoir d’où  il vient. Alors en cas de couples de femmes, avec  un acte de naissance « mère et mère », inutile de dire  que dès qu’ils  en auront l’âge, de nombreux enfants chercheront le fournisseur du sperme qui aura permis leur conception. Impossible de  cacher qu’un mâle se trouve quelque part, n’en déplaise à  Marlène, sauf à ce que l’on interdise à l’école d’enseigner la procréation chez l’Homme. Je veux dénoncer ici, l’extrême violence sociale que représente  cette volonté de contourner l’anthropologie en niant juridiquement, par idéologie, la part de l’homme dans la procréation,  pour satisfaire une pratique sexuelle. Le législateur devrait prendre en compte cette conséquence avant d’autoriser la  PMA pour les couples de femmes ou pour les  femmes seules : combien d’enfants névrosés, en mal de parent non identifié, va-t-on fabriquer, et avec quelles conséquences pour la société ?

Et j’en viens à l’hérédité.

L’hérédité, c’est important. Nos gènes ont une histoire qui se transmet.  On la retrouve dans les ressemblances physiques ou les aptitudes. Ils peuvent aussi, dans certains cas, être porteurs  de carences, et dans ce cas, une hérédité connue est préférable ! Mais l’hérédité, c’est quelque chose qui va bien au-delà de la simple réflexion d’Arthur : « les chiens ne font pas des chats »,  dans le reportage de France 5, quand il constate que son donneur est quelqu’un qui aime, comme  lui, l’ordre et l’organisation ; c’est ce sentiment d’appartenance et de vide comblé que ressent la jeune femme blonde qui retrouve son père à New York, dans le couloir d’un hôtel sans l’avoir jamais vu, au moment où  il la prend dans ses  bras. L’hérédité, je pense que nous  en avons tous besoin.  Et  d’ailleurs ça vaut mieux, ne serait-ce que pour éviter la consanguinité dont on sait qu’elle doit être évitée chez les humains. Je comprends bien qu’en cas d’adoption, des parents doivent se contenter de l’acquis qu’ils apportent, en se passant de l’inné. Mais construire une famille avec les deux, c’est mieux. Arthur le dit très bien : « j’ai ses yeux, mais j’ai le regard de mon père ! ».  J’ai besoin de savoir qu’un peu de  mon sang circule dans les veines de mes enfants et petits-enfants, c’est ma part d’éternité !  On est très loin du triste monde sans pères rêvé par Agnès et Marlène !

Entre 74 000 et 600 000 manifestants... Faites votre choix, mais de toutes façons, ça fait beaucoup  et  Macron aurait tort de ne pas en tenir compte  !

 


DOUCE FRANCE… OU ES-TU ?

Douce  France

 

Le visage offert par notre pays aujourd’hui est bien loin de celui chanté par Charles Trenet. Les jours se suivent et se ressemblent avec leur lot de méfaits au point qu’on a l’impression que « tout fout le camp » !  Qu’arrive-t-il à la France ? Comme Sardou ou Delon, vais-je moi aussi me mettre à haïr cette époque ? Il faut dire qu’en cette rentrée, le tableau est chargé : violences, incivilités, drames… Partout le  barbare empiète sur le civilisé.  Toutes les  institutions semblent touchées par le désastre.

Je pense d’abord à ces policiers sauvagement assassinés hier dans la cour même de la Préfecture de Police de Paris, par l’un des leurs, pris de folie ou de fureur extrémiste, puisque la piste du motif  religieux semble prendre consistance. Voilà  un corps d’Etat mis à rude épreuve.  Nos forces de sécurité sont soumises à  une usure jamais vue tant elles ont été sollicitées depuis de nombreux  mois, ayant à faire face, quasiment chaque semaine, à la violence forcenée de manifestants anti-système. Le plus grave, c’est que l’Etat semble dépassé et à court de moyens pour  soutenir les efforts qui leur sont demandés. Le nombre des suicides, plus de cinquante depuis le début de l’année, et leur ras-le-bol  qui s’est traduit par une manifestation  massive, sont les symptômes d’une désespérance qui ne rencontre pas suffisamment l’empathie d’un pouvoir qui, pourtant, a grand besoin d’elles pour sa propre survie.

Ce sont aussi les pompiers, qui sont en grève depuis de nombreux mois sans qu’on s’intéresse vraiment à leurs problèmes, et cela passe relativement inaperçu  puisqu’ils continuent d’assurer le service public de sauvegarde qui leur incombe. Eux aussi en ont assez d’être la cible des voyous qui ne respectent rien et qui entravent leurs interventions.

Ce sont les services des urgences dont la grève  continue de s’étendre devant l’incapacité de la  Ministre de la  Santé à apporter des réponses satisfaisantes à une  corporation elle aussi gravement submergée par la demande se soins qui lui tombe dessus. C’est en fait la partie visible d’un iceberg. C’est le  système de prise en charge global qui ne fonctionne plus  correctement. Notre médecine est en crise, ça n’est  pas nouveau,  mais  le moins qu’on puisse dire, c’est que le mal s’aggrave.

Le suicide la semaine dernière, d’une directrice d’école devrait nous inciter à prendre aussi en considération les difficultés que rencontrent les enseignants. Eux aussi sont exposés à cette société malade et sont en première ligne, face à des parents plus prompts à défendre leur progéniture qu’à lui « botter le cul ».

Au-delà, on n’en finit plus d’énumérer les incivilités et les dysfonctionnements d’une société livrée au libre-arbitre individuel. 

Ce sont les dépôts d’ordures sauvages qui se multiplient et récemment un maire dans le Var est mort pour avoir voulu s’interposer. C’est une véritable gangrène. Il n’y a pas  de bordure de route, de chemin, parfois même de recoin en ville,  qui ne fassent l’objet de ce genre de « facilité » alors que nos communes sont généralement équipées de déchetteries où il suffit de se rendre pour se débarrasser.

Ce sont les bagages volés dans les trains, délit qui tend à se généraliser : désormais, vous devez garder l’œil sur votre valise si vous voulez la récupérer à la fin de votre parcours,  ce qui n’est pas toujours possible, l’aménagement des wagons n’ayant pas été prévu pour tenir compte de ce type d’aléa.

Ce sont les comportements insupportables.  Exemple, cet été, sur la côte vendéenne.  Les estivants ont dû supporter le tapage nocturne de bandes de jeunes,  souvent alcoolisées, jusqu’à des heures avancées de  la nuit. Du jamais vu.  Peut-être est-ce à mettre en relation avec la chaleur d’un été exceptionnel, mais quel spectacle désolant de voir des filles d’une quinzaine d’années se rouler par terre, complètement ivres…  A se demander où sont les parents, ou s’il  y en a !  Inutile  d’appeler la gendarmerie, elle dispose de  trop peu de  moyens pour intervenir : une patrouille pour trente kilomètres de côte  à ce qu’on dit… Seuls les pompiers répondent présents pour ramasser les … comas éthyliques.

A ce tableau déjà peu réjouissant, il faudrait ajouter  les églises qui brûlent ou qui sont vandalisées, les châteaux pillés comme récemment celui de Vaux-le-Vicomte, les exploitations agricoles incendiées par des antispécistes extrémistes, les prisons attaquées, les  maires insultés ou violentés, et plus significatif de l’individualisme forcené, ces  plaintes  portées  par des citadins déracinés qui ne supportent pas le coq de la ferme voisine, les odeurs de la campagne ou  les cloches de l’église du village. Au point que certains députés pensent à légiférer pour protéger le monde rural de ces  bobos exigeants.

Pendant ce temps-là, Jupiter discourt à la cantonade,  croyant que le «péremptoire»  dispense de l’action. C’est l’autorité de l’Etat, dans tous les domaines qui est  en panne.  Est-on  capable  de la restaurer,  là est la question.  Depuis Notre-Dame-des-Landes, rien ne va plus…

 

 


LA MAISON BRÛLE ET MACRON REGARDE AILLEURS !

Dette publique

La dette française explose.

Vous allez penser que c’est une obsession de ma  part.  La dette française, tout le monde s’en fout ! Et pourtant… La maison brûle, et Macron regarde ailleurs (parodie de  circonstance) !

La solution de facilité.

Le gouvernement achète du pouvoir d’achat à crédit. Il paraît que ça ne coûte rien puisque les taux sont négatifs. Au contraire, emprunter rapporterait  même !  C’est une vision laxiste et lâche qui,  à un moment ou un autre, impactera l’avenir du pays. Qu’on en juge : le  budget 2020 ne propose aucun effort de réduction des dépenses de l’Etat, en transfère même sur les budgets sociaux comme le montre le retour du déficit de la Sécu à 5 milliards d’euros, et prévoit d’emprunter l’an prochain plus de 200 milliards d’euros, soit le double de ce qu’il empruntait en moyenne jusqu’à maintenant. Un record historique : on était à moins de 100 milliards en 2007, avant la crise. Le budget 2020 est un budget de campagne électorale, au mépris de la bonne gestion des comptes de l’État. Il prévoit des cadeaux fiscaux avec des baisses d'impôts. Le signe le  plus inquiétant, c’est qu’aucune, vraiment aucune, réduction du nombre de fonctionnaires n'a été faite et n’est prévue.

La machine s’emballe.

La dette française a dépassé la barrière « symbolique » des 100% du PIB, à 2 400 milliards d'euros, malgré tous les artifices mis en place pour masquer le fait. Elle était à 1830 milliards fin 2012. La France rejoint le club des cancres avec la Grèce, le Zimbabwe et le Japon dont la dette est à 230% du PIB. Le  problème c’est que  malgré cet endettement qui devient massif, la  croissance stagne parce que la relance budgétaire initiée par la politique des banques centrales est à bout de souffle. Combien de  fois faudra-t-il dire que le pouvoir d’achat n’est pas le  bon moteur de la croissance économique. C’est au contraire un gouffre qui nécessitera toujours plus d’emprunts puisque la faculté contributive des Français ne peut plus être augmentée. De fait la  machine s’emballe et chaque jour qui passe le niveau d'endettement excède un peu plus ce que notre potentiel fiscal peut absorber. Plus les taux d'intérêt sont bas, moins la capacité de prêter des banques est établie. Il suffit de voir le nombre d'établissements qui, en zone euro, sont valorisés à environ la moitié de leurs fonds propres. Or la création de monnaie via les banques est un vecteur fondamental de la croissance d'une économie. La configuration actuelle va donc à l'opposé de l'expansion.

Le grand ralentissement.

Une série d'indicateurs économiques viennent de tomber. Ils portent sur la production industrielle. L’indice ISM (Institute for Supply Management) pour l'activité manufacturière aux États-Unis est à son niveau le plus bas depuis la crise de 2008 et du côté de l'Europe, c'est le PMI, l'indice des directeurs d'achat, qui est à son niveau le plus bas depuis 2012. L'Organisation Mondiale du Commerce a revu à la baisse ses prévisions de croissance des échanges pour l'année, de 2,6 % à 1,2% seulement. Et c’est du jamais vu depuis 2008. L'OMC envisage même la possibilité que cette croissance ne soit que de  0,5% ! Pour ceux qui en doutaient encore, l'économie mondiale ralentit. On y est !  Croire que l’économie française, qui vit sur la lancée des mesures « gilets jaunes »  financées  à crédit  par l’Etat, pourrait se maintenir est une gageure. Vous verrez chaque  mois qui passe, les objectifs « optimistes » revus à la baisse, comme nous venons de le vivre en 2019 pour ceux de 2018.  Avec les taux négatifs, la valorisation des actifs, en Bourse, dans l'immobilier, ou encore dans le private equity, n'a été autant déconnectée de l'économie réelle. Cette valorisation masque la réalité.  Il faut savoir que ce ralentissement mondial n'est pas conjoncturel, il est structurel, et présente deux points de faiblesse : le commerce mondial et la production industrielle. En cause, une tendance à la  « déconsommation » et à la « décroissance ».

Creuser la dette en jetant l’argent par les fenêtres.

Le choix assumé de nos argentiers de donner la priorité au pouvoir d’achat des ménages au détriment  des entreprises, en renonçant à diminuer le  déficit de l’Etat et en s’accommodant d’un déficit  commercial qui avoisine toujours les 60 milliards d’euros, c’est se comporter  en piètres  gestionnaires. Bruno Le Maire a beau préciser qu'il n'est pas pour une relance keynésienne, c'est  pourtant ce qu'il fait via le soutien à la consommation, avec 17 milliards de mesures.  Il devrait pourtant savoir que la relance budgétaire a tendance à aggraver les problèmes qu'elle devait soigner et grève singulièrement les capacités d'investissement de l'Etat. C’est oublier tout simplement que ce sont les entreprises  qui créent  la  richesse et que  les ménages sont aussi leurs  salariés !  Les baisses d’impôts devraient d’abord  cibler les entreprises. Ce sont elles qui contribuent plus sûrement au PIB. Quant au « verdissement » du budget avec une fiscalité punitive, c’est encore une autre tarte à la crème. On verra au bout du chemin que le compte n’y est pas. La vérité, c’est ce que disent les chiffres : les 5 milliards de baisse annoncés n’empêchent pas la recette de l’impôt sur le revenu de progresser de 72,6 milliards d’euros à 75,5 milliards d’euros. La  France reste bien un enfer fiscal et comme ça n’est pas encore suffisant, elle emprunte plus que jamais.  Sauf que passé 100 % du PIB, la dette publique reste silencieuse comme le diabète jusqu'au jour où les vraies complications surgissent. Quant aux générations qui viennent, elles écrivent déjà le mot impôt avec leurs futures larmes de travailleurs.