Radioscopie d'une expérience - (6) L'importance de la lecture !
" C'EST CA LA FRANCE..." Conférence-débat

« TU SAIS CE QU’IL TE DIT LE VIEUX C** ? »

OK boomer

 

« Ok Boomer ! »

Voilà encore une mode qui nous vient des Etats-Unis via les réseaux sociaux. Ce « mème » (élément de langage répétitif des internautes) qui veut dire « ferme-la vieux con ! » est utilisé par ceux qu’on appelle les « millennials » (nés dans les années 80-2000) pour dire aux « Baby-boomers » qu’ils n’ont plus leur mot à dire, eux qui n’ont connu que le plein-emploi et massacré la planète pour satisfaire leur consommation. Ce slogan est employé par les jeunes (plus ou moins) militants écolos qu’ils soient collapsologues ou suivistes de Greta, par les anars d’Extinction Rebellion qui nous font le « remake » du capitalisme maudit source de tous les maux, et autres « alt-right » américains qui rendent la génération des baby-boomers responsables de l’immigration de masse…  Joli pot-pourri de motivations qui ont en commun de cultiver la haine des vieux, comme en témoignent les messages qu’on peut lire sur les réseaux sociaux.

Trop facile !

On retrouve le même thème, en plus édulcoré, dans les propos de nos gouvernants qui justifient le surcroît d’impôts sur les retraités parce qu’ils auraient des revenus supérieurs à ceux des jeunes. C’est aussi la thèse défendu par les « Terra nova » qui voudraient reprendre aux anciens une partie du patrimoine qu’ils auraient accumulé sur le dos des générations suivantes… Comme quoi, il ne fait pas bon vieillir en France !  Mais le raisonnement se heurte à au moins trois écueils. Le premier tient dans le mode de vie de la génération actuelle des grands parents qui ont été beaucoup plus raisonnables, en général, que les générations suivantes : moins de couples séparés et sens du sacrifice pour économiser et préparer les vieux jours ont permis effectivement d’accumuler davantage que le « zapping » permanent et le tout « tout de suite ». Le second, c’est qu’il est trop facile de rendre responsable de tous les maux  tous les anciens sans discernement. Parmi eux, se trouvent les soixante-huitards qui ont introduit le ver dans le fruit avec leur concept du « jouir sans entraves » qui est à l’origine de bien des dérèglements de notre société : on leur doit la retraite à soixante ans non financée, les 35 heures et  une large part des dérives financières qui ont conduit la France au point où elle en est. Ils ont transmis aux millennials le refus de l’effort et un système éducatif « à la rue ». C’est vrai, ils peuvent avoir des raisons d’en vouloir à ceux-là. Le troisième écueil, je les invite à chausser leurs lunettes pour observer les transformations du monde des 50 dernières années : le formidable progrès de la santé sur tous les continents qui a permis d’éradiquer les épidémies et d’augmenter considérablement l’espérance de vie des populations, le recul  de la pauvreté… avec un corollaire redoutable : la bombe démographique qui menace la planète. C’est peut-être le défi le plus explosif que l’humanité doit relever, en même temps que celui de la préservation de notre planète. Et de cela, il serait ridicule d’en rendre responsable la génération des « Boomers ».

« Ta gueule et apprends ! »

Je reprends à mon compte la réponse faite par Olivier Mazerolle sur un plateau télé et j’ajoute un conseil : « apprends ! » Puisque le Ministre actuel semble vouloir remettre un peu de consistance dans les contenus d’apprentissage, je ne saurais trop conseiller aux jeunes tentés par le « OK Boomer » de se mettre sérieusement  à l’étude des mathématiques et des sciences, matières dans  lesquelles nous sommes tombés bien bas, de l’histoire pour mieux savoir de quoi il retourne, et du français pour apprendre la nuance de la pensée et développer leur esprit critique, plutôt que de sécher les cours le vendredi. Ils pourront ainsi se forger leur opinion personnelle plutôt que de se contenter de suivre des modes, parfois obscurantistes, comme des moutons bêlant. Qu’ils abandonnent aussi pour un temps leurs écrans sur lesquels ils épuisent inutilement leur cerveau en activités vaines au profit de contenus plus structurants de la pensée. L’intelligence n’est rien sans le savoir, et les temps qui viennent seront gros consommateurs d’intelligence. Ensuite, il sera toujours temps d’établir des conversations plus fécondes entre générations que ces apostrophes triviales. Car vouloir opposer les générations, en campant par exemple sur les positions empiriques d’une Greta Thunberg élevée au rang d’icône, c’est établir un clivage qui sera impuissant à répondre aux défis tant sociaux qu’écologiques, car ceux-ci appellent à une mobilisation de la société tout entière.

OK les jeunots ?

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)