III - Réflexions pour aujourd'hui - Les remèdes (2)

Les remèdes.

 

Une tâche de longue haleine.

Une fois qu’on a dit tout ça, avec les progrès importants des sciences cognitives et grâce à l’aide que pourrait apporter l’intelligence artificielle (IA), il est possible de  mieux définir ce qui est efficace et ce qui ne l’est pas en pédagogie, et même en matière d’organisation. Il y a des établissements pionniers, il existe des méthodes alternatives, des outils qui ont fait leurs preuves. Dans son livre « Apprendre », Stanislas Dehaene énonce les chemins que balisent ses expériences scientifiques sur le fonctionnement du cerveau. Les pratiques qui fonctionnent peuvent être la source des réformes indispensables, en ne perdant pas de vue que la restauration de la confiance de la société  dans son école  est une priorité.

Remettre la machine sur le chemin des performances sera néanmoins une tâche de longue haleine. Et d’abord, tant pis pour les cénacles progressistes qui crieront à la « réaction », mais il est urgent de renouer avec l’humanisme pédagogique. Il  ne s’agit pas de se  tourner vers le monde d’hier, mais plutôt d’examiner en quoi le  passé peut nous aider en essayant de ne pas confondre « l’école d’hier » avec « l’école de toujours », une école qui ne devrait jamais perdre de vue que la  culture peut vraiment  être transmise pour ce qu’elle est : le patrimoine de l’humanité  à travers la diversité des œuvres de l’esprit à toutes les époques. C’est la Culture partagée qui rassemble, qui fait lien entre les individus.  Commençons donc par arrêter de charger l’école  de tous les problèmes du moment pour la laisser se concentrer sur sa seule et unique mission : la transmission du savoir.

L’objectif.

Il est simple : transmettre à chaque enfant le meilleur de la culture dont il est, d’où qu’il vienne, un légitime  héritier. Mais il n’y a pas de culture sans savoir et de savoir sans instruction....

Lire  le chapitre complet dans "l'Ecole s'invente tous les jours" , en cliquant sur : "III. Réflexions pour aujourd'hui - Les remèdes (2)" dans la colonne ci-contre, à gauche, tout en bas.

 


PARLONS FRANÇAIS !

Académie française

 

Halte à la colonisation culturelle !

L’anglo-américain s’insinue partout, sous la forme du franglais le plus souvent, ou même comme seconde langue de communication entre les Français. Les enseignes commerciales, l’univers audio-visuel, quand ce ne sont pas les équipements publics –ainsi Angers a son « ice-park » (une patinoire)-, sont gangrénés par ce qui est devenu plus qu’une mode : une véritable colonisation culturelle. Pourtant, tous les sondages montrent que nos compatriotes sont attachés à leur langue, d’autant plus qu’elle est la seconde langue internationale, utilisée sur tous les continents, sans parler de l’Afrique et de sa francophonie. Mais malgré le foisonnement d’associations de défense du français, le mal se répand.

Le « globish » hante tous les milieux.

Il est devenu « in » de glisser des mots anglais dans les phrases au milieu de mots français, et de conjuguer des verbes improbables : ainsi le verbe « timer » cité en exemple samedi dernier par Barbara Lefèbvre, pour dire plus ou moins « programmé » ou « arrivé à l’heure » … Les premiers défenseurs de notre langue devraient être les femmes et hommes politiques. Las, ils sont loin d’être exemplaires. Anne Hidalgo est très active pour introduire le franglais dans la communication de la mairie de la capitale: « Made for sharing ! » vantant les JO de 2024 est inscrit en grand sur la Tour Eiffel, inscription contraire à la loi et aux dispositions olympiques, un comble ! Et Metz a son « Lorraine Airport », une décision du Conseil Régional qui s’est cru probablement très original. Nous ne sommes pas les derniers avec notre « Loire Valley »… Notre président « manager » n’est pas en reste avec sa « start-up nation », ses « clusters de compétences » sous les applaudissements des représentants de la « French Tech » pour mettre en avant la « French touch »…

L’univers de l’entreprise est particulièrement exposé. Le franglais en inonde les moindres recoins, de « calls » en « meetings » dans « l’open space ». On y fait du « benchmark », on engage des « process », on attend le « feedback »… Ce sont les nouveaux codes du « corporate ». Ainsi va la novlangue du bureau. Plus on fait « Silicon Valley », plus on est certain de paraître performant, critère inversement proportionnel au niveau de compréhension du vulgum. J’ai passé sous silence « job » trop connu et « mail » pour courriel, trop usé, que « courriel » n’a pas vraiment réussi à remplacer.

Mais ce n’est pas fini. Le cancer a gagné la vie quotidienne. Désormais, on quitte son « job » pour aller boire un « drink » dans un « afterwork ».  Autrefois on pratiquait le culturisme, remplacé désormais par le « bodybuilding », dans des salles de sport ? non, de « fitness », les pieds dans des baskets pour faire du « running ». En sortant tardivement il n’y aura plus qu’à se consacrer au « souping » (le « must ») : c’est l’art de manger la soupe. On ne rit pas !  Mais notre univers culturel est aussi envahi par « Facebook », ses « followers », ses « likes »…  Nous n’utilisons pas un téléphone multifonctions, mais un « smartphone » qui nous permet de faire des « selfies » et d’agrémenter nos messages de « gifs » sur « Whatsapp ». On regarde « the Voice », on organise un « brunch », on fait ses courses à « Carrefour City ». L’envahisseur anglais est partout. Le sabir est devenu un incontournable des conversations du quotidien.

Allons enfants …

Ne me faites pas dire que cette évolution est inévitable et que c’est la vie ! Rappelons que dans la salle de presse de la Commission européenne à Bruxelles, il est d’usage de parler français. Pourtant, on assiste à une accélération de la soumission universitaire, intellectuelle et populaire à l’impérialisme linguistique de la langue anglaise. Elle s’impose d’autant plus facilement que ceux qui l’adoptent, le font soit par naïveté pour faire moderne, soit sous l’effet d’une globalisation mal comprise. C’est renoncer, en réalité, à notre empire intellectuel : cette anglicisation souterraine marque le déclin des intellectuels français qui croient pouvoir renverser leur marginalisation en adoptant la langue dominante, à laquelle ils ont si longtemps résisté. Il est bon de rappeler ici la richesse de notre langue et que cette évolution est d’autant plus inacceptable qu’elle constitue un appauvrissement. N’acceptons pas cette lente dégringolade dans le sous-développement culturel. Ce n’est pas rien de parler et d’écrire la langue de Racine, Voltaire, Chateaubriand, Hugo, que le monde admire et même nous envie. Car ne nous y trompons pas, perdre la maîtrise de notre langue, c’est aussi perdre notre identité. Ce sont les idées qu’elle véhicule qui vont disparaître et perdre de leur influence, ce que Jean-Marie Rouart dénomme « l’âme française », « ce message si original d’esthétique et d’éthique façonné par les siècles ». Le globish n’est la langue de personne, il fait même injure à la langue anglaise, c’est un mythe de modernité qui a surtout la faveur des publicitaires et des « branchés ». Et la langue française a tous les outils pour résister, il suffit d’en convaincre ses usagers. Commençons par respecter la loi qui la défend. Justement nous fêtons les 25 ans de la loi Toubon.

 


III - Réflexions pour aujourd'hui - Les maux du système éducatif (1)

Ces maux dont souffre l'Education nationale.

Triste constat.

Le recul des performances éducatives de la France dans les classements internationaux n’est que l’effet visible d’une dégradation profonde du système éducatif qui vient de loin. Le dernier classement Pisa en est encore le reflet même s’il semble montrer une certaine stabilisation par rapport au précédent. Tout de même, il paraît difficile de s’en satisfaire : la France, 7ème puissance mondiale, le pays de l’éducation gratuite et obligatoire, en 22ème position en lecture, 25ème en mathématique, 24ème en sciences…  Le Ministre Jean-Michel Blanquer a raison quand il dit que le redressement sera une tâche de longue haleine et qu’il faudrait le même ministre pendant au moins dix ans ! Ce classement consacre, malgré les efforts récents, l’échec d’un système et de ses pédagogies hasardeuses incapables d’affronter correctement l’enseignement de masse. Il suffit de regarder comment font les pays qui font réussir leurs enfants : priorité aux fondamentaux, enseignants solidement formés, évalués, et surtout valorisés. Le pire, c’est qu’avec une idéologie égalitariste largement partagée par le corps professoral, on arrive à un système champion de la reproduction des inégalités sociales qu’il prétend combattre. Souhaitons bon courage au ministre actuel qui en est bien conscient !... 

Lire  le chapitre complet dans "l'Ecole s'invente tous les jours" , en cliquant sur : "III. Réflexions pour aujourd'hui - Ces maux dont souffre l'Education nationale (1)" dans la colonne ci-contre, à gauche.

 


L'école s'invente tous les jours !

Après le "bref regard sur une carrière" et la "radioscopie d'une expérience", j'aborde le 3ème chapitre, tourné davantage sur le présent et l'avenir du système éducatif.

Plus que jamais, je reste persuadé que "l'école s'invente tous les jours" !

 

III - Réflexions pour aujourd'hui 

« L’unité de tout cela, Monsieur l’Inspecteur, c’est la vie, la  qualité de tous ces textes, la résonance qu’ils provoquent chez les  élèves  … »

                                                      Philipe  Delerm

 

C’est comme Obélix tombé dans la marmite de potion magique : l’enseignement, une fois qu’on est tombé dedans, il arrive très souvent qu’on ne s’en défasse plus jamais. C’est pourquoi je ne peux m’empêcher de continuer à cogiter en suivant les convulsions et évolutions de notre système éducatif.

 

Deux constats préliminaires

L’ignorance gagne du terrain.

De manière générale, je suis effaré de constater qu'à mesure que le progrès scientifique accumule un savoir de plus en plus exact, on observe à travers le monde une lente montée de l'ignorance. Chaque jour la science nous apporte de nouvelles découvertes et pourtant jamais l'ignorance n'a gagné autant de terrain. En France, les chiffres sont là : nous comptons 6 % d'illettrés, c'est-à-dire environ 3 millions de personnes. Si on additionne les personnes analphabètes qui ont des difficultés à lire et à écrire le français, on arrive à près de 10 % de la population. C’est énorme pour un pays où l’enseignement est gratuit et obligatoire !

Mais ce phénomène concerne le monde entier. Selon une récente projection de l'ONU, en 2020, le monde arabe comptera 25 % d'analphabètes. Ce monde arabe qui a publié plus de livres entre le VIIIe et le XIIe siècle qu'aujourd'hui. Que penser de ces prédicateurs saoudiens qui apprennent à leurs étudiants que la Terre est plate, et dernièrement, à l'Université de Sfax en Tunisie, qui est pourtant l'un des pays arabes parmi les plus avancés, une chercheuse voulait démontrer aussi que la Terre était plate et qu'elle ne tournait pas autour du Soleil. Il y a quarante-cinq ans, quand j’enseignais au Maroc, je rencontrais le  même problème avec le professeur de l’enseignement religieux  mais cela ne semblait pas perturber les élèves qui s’accommodaient des deux vérités. Cette progression du fondamentalisme  existe aussi aux États-Unis où 46 % des Américains (effarant, non ?) pensent que la Terre a moins de 10 000 ans. Parmi eux, il y a ceux qu'on appelle les « créationnistes » et ceux-ci commencent à prendre pied en France, en Angleterre, et même en Turquie où, parait-il, ils sont déjà très nombreux. Cette montée de l'ignorance favorise  l’obscurantisme, phénomène à mettre en corrélation avec la montée de l'islamisme politique.

Faut-il admettre que nous sommes en pleine régression intellectuelle dans le monde ?

La surinformation favorise l’ignorance.

Certains établissent aussi un lien avec la révolution numérique. Selon eux c’est dans les années 2000 qu’on a commencé à assister à une surinformation qui a conduit à l'ignorance. J’avais commencé à faire ce constat, juste avant de  prendre ma retraite, en 2003. Aujourd’hui, trop de 15-29 ans ne lisent plus de livres. En revanche, ils lisent davantage sur les réseaux sociaux, les blogs... D'après une étude de l'Université de Yale, la lecture sur le réseau internet n'est pas la même : les informations se superposent les unes aux autres alors que la lecture d'un livre permet de pénétrer les pensées de l'auteur et de structurer les informations. D'autres études sont à mettre en corrélation avec ce constat inquiétant : les Français auraient perdu 4 points de QI entre 1989 et 2009, phénomène mesuré aussi en Angleterre ou aux États-Unis.

Wikipédia est le plus bel exemple des effets pervers de l'Internet. Si dans le domaine scientifique, les notices sont rédigées par des experts, dans le domaine de la littérature et en histoire, c'est un agrégat de données nivelées par le plus grand nombre. On est loin du concept des « encyclopédies », véritables réceptacles du savoir vérifié. Ce qui est grave c’est que l’absence de hiérarchisation du savoir conduit au relativisme culturel où tout se vaut. La page d’une star de la chanson  est bientôt  plus fournie que celle de Victor Hugo, et Homère y passe pour un galopin.

 

Il n’y a qu’une seule façon de réagir à cela : rétablir le pouvoir  du savoir et de l’intelligence par l’école ! Il faut absolument replacer la culture générale et l'histoire au centre de nos préoccupations. Avec des enseignants aux connaissances indiscutables, de préférence !

A suivre : "Les maux dont souffrent le système éducatif".


Les catalyseurs de pédagogie - (2) Les voyages

Le voyage,

cet autre adjuvant pédagogique…

(et machine à fabriquer les « petits bonheurs »).

 

Les voyages scolaires sont, dans la  deuxième moitié de ma carrière, les compléments indissociables des spectacles, dans la mesure où beaucoup d’entre eux ont donné lieu à une représentation devant un public. Ce fut d’abord un compte-rendu sous forme de diaporama audio-visuel, un peu à la manière de ce que présentaient les voyageurs de « Connaissance du monde »,  puis ce furent des spectacles de plus en plus élaborés, comme je l’ai évoqué dans le chapitre précédent.

Entendons-nous, un voyage, ce n’est pas la simple sortie locale. C’est un déplacement plus ou moins lointain qui nécessite au minimum une journée entière, voire plus. Il faut distinguer deux types de voyages.

Les échanges linguistiques.

D’abord, il y avait les voyages organisés dans le cadre des échanges linguistiques. Enseignant le français et  l’histoire-géographie, je n’étais pas concerné au premier chef, mais  les collègues d’allemand ou d’espagnol me sollicitaient comme  accompagnateur. C’est ainsi que je fis plusieurs fois les séjours de Brême et de Grenade....

Lire la suite dans la colonne ci-contre : "L'Ecole s'invente tous les jours" en cliquant sur "Les catalyseurs de la pédagogie (2) Les voyages."

 


Les catalyseurs de pédagogie - (1) Le spectacle

Le spectacle, 

pédagogie de la « troisième dimension ».

 

«  Ah, tu es avec Monsieur Houlle, alors tu vas faire du théâtre ! » s’était écrié un parent en début d’année.

Le spectacle compte-rendu.

Justement, cette année-là, un voyage en Touraine de trois jours devait nous mener de Bourgueil à Richelieu en passant par le Clos Lucé, Villandry, Saché et Chinon. C’est comme ça que naquit l’idée de monter un spectacle genre diaporama. Une autre année, avec nos élèves de cinquième, nous avions fait une « classe patrimoine » à l’abbaye de Fontevraud : un séjour d’une semaine qui nous avait permis de « radiographier » l’ensemble monumental,  des égouts à la charpente. Au retour, il fallait trouver le moyen d’exploiter ce capital de découvertes accumulées au cours des nombreuses activités et aussi en rendre compte aux parents : évidemment, un spectacle s’imposait. Inévitable pour des collégiens fréquentant le collège « Jean Vilar » ! ....

Lire la suite dans la colonne ci-contre : "L'Ecole s'invente tous les jours" en cliquant sur "Les catalyseurs de la pédagogie (1) le spectacle."

 


Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection

L’évaluation.

S’il y a bien une question qu’on ne se posait pas au début des années 60, c’était celle de la notation. Tous les devoirs et travaux étaient évalués sur une base immuable, sauf rare exception : le barême sur 20. Il en était fait une déclinaison décimale jusqu’au ¼ de point selon la nature des exercices, du « pifomètre » de la rédaction au décompte méticuleux des fautes de dictée, des questions qui suivaient ou des exercices de grammaire. Le tout faisait l’objet d’une moyenne trimestrielle elle-même sur 20. Un système très ancré et qui a eu la vie dure puisqu’il est encore largement utilisé, même s’il n’a plus le monopole de l’évaluation.

Evacuons d’abord le débat sur l’absence de notes :....

 

Lire la suite  dans la colonne ci-contre, à gauche : "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur

Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection


Radioscopie d'une expérience - (6) L'importance de la lecture !

L’importance de la  lecture.

 

Dans les programmes de Français des années 60, la  lecture  avait une place « institutionnelle » :  elle faisait l’objet d’une heure hebdomadaire de « lecture expliquée »  au cours de  laquelle  le prof étudiait un texte d’auteur en classe avec les élèves, et une heure consacrée à la « lecture suivie et dirigée » qui consistait à faire lire en entier par  les élèves une œuvre au programme, par tranches hebdomadaires, avec des  questions  auxquelles  il  fallait répondre   par écrit pour guider la compréhension. Parallèlement, il pouvait être  mis en place, à  l’initiative du prof, une bibliothèque de classe  pour proposer aux élèves qui le souhaitaient  d’autres lectures d’œuvres choisies,  avec éventuellement un compte-rendu.

J’ai toujours accordé  beaucoup  d’importance à la lecture...

...

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience"  - (6) L'importance de la lecture !


Radioscopie d'une expérience - (5) Les "bases"

Les  bases

Les quatre années du collège étaient pour moi le  temps de l’acquisition des « bases »  du fonctionnement de la langue française.  C’était une priorité qui allait de pair avec une bonne lecture. C’était aussi en principe, le programme. Ces bases devaient être maîtrisées à la fin de la 3ème. Il fallait donc s’y atteler sans relâche et sans cesse.  Ecrire sans faute, conjuguer correctement et connaitre sa grammaire pour écrire avec une syntaxe convenable, constituaient des apprentissages incontournables, quel que soit le niveau de classe et celui des élèves. Par nature, j’avais un penchant  pour la grammaire plus que pour la littérature, ce qui, au collège n’est pas un handicap pour les élèves.

 L’orthographe : écrire sans faute.

Il se  trouve que mon épouse travaillait  dans le service  de ressources humaines d’une grande entreprise et son expérience me confortait dans mon combat pour l’orthographe. Elle me disait combien le  nombre de fautes contenues dans une lettre de  motivation  pour un recrutement comptait pour  la  suite  à y donner.  C’est  ainsi : aujourd’hui encore, nous  sommes jugés plus souvent qu’on ne l’imagine, sur notre orthographe, sur notre façon d’écrire. Une mauvaise orthographe et l’ordinateur s’égare. Dans le milieu hospitalier, confondre un « é » et un « er » peut tuer… Combien de rêves évanouis à cause d’une orthographe défectueuse ? Et les  « textos », avez-vous vu les « textos » de nos adolescents ? Des mots estropiés qui s’enchainent et n’offrent au destinataire qu’une compréhension phonétique, car du côté du sens,  c’est une catastrophe.  Ecrire : « sa va ? », c’est déjà utiliser un déterminant possessif qui ne devrait se trouver que devant un nom à la place d’un pronom démonstratif, ce qui révèle une incompréhension manifeste de la langue française, de sa grammaire et de son sens. Entre « incultes », on se comprend, me dira-t-on, sauf que ce genre de raisonnement peut conduire aux pires  malentendus.

...

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience"  - (5) Les bases 


Radioscopie d’une expérience - (4) Les rituels

Les rituels !

Il n’y a pas de bonheur sans rituels !

 

D’abord, le matériel pour travailler.

Au début de  ma carrière, il fallait se contenter de peu. L’essentiel du  matériel d’enseignement reposait sur  le tableau noir et  la craie blanche et de couleurs. Les élèves  avaient des manuels correspondant aux cours,  généralement deux en Français,  recueil de textes et grammaire, un d’Histoire et un de Géographie, pour ce qui concernait mes enseignements. Il y avait  un projecteur diapo à disposition dans la salle des  profs mais il fallait  le réserver,  si bien que les  projections prenaient des  allures de séances exceptionnelles.  Il fallait en effet transporter tout le matériel auparavant dans la classe y compris  l’écran sur enrouleur. On ne peut pas dire que l’image était intégrée dans la pédagogie. Elle était tout au plus un faire-valoir de fin de trimestre pour une leçon plus distrayante. Avec le temps, la  situation s’est améliorée, et l’audio-visuel  a fini par  faire  partie intégrante de mes  leçons même  en Français.  Ainsi il m’est  arrivé de faire  écouter « Les vieux » chanté par  Jacques Brel,  avant de lire le texte  et d’en étudier tous les aspects. J’avais fini par avoir dans ma classe  tout ce dont j’avais besoin : projecteur diapo, rétroprojecteur, magnétophone à cassettes et même lecteur de cd, puisque je possédais un « walkman » assorti de mini-enceintes que je pouvais installer rapidement. La pédagogie moderne a besoin de supports techniques. Aujourd’hui je suppose que j’aurais dans ma classe ordinateur,  vidéoprojecteur et tableau électronique interactif, et en face des  élèves munis de tablettes…

Le matériel concerne aussi les élèves. Chacun doit avoir son nécessaire pour travailler, le bon livre,  le bon classeur ou cahier, de quoi écrire, une règle pour tirer  les traits, gomme, correspondant à la liste fournie en début d’année. C’est tout un travail que de faire acquérir les bonnes habitudes et il faut y passer du temps quotidiennement, toute l’année et à tous les niveaux jusqu’en fin de troisième.

Le  premier cours d’une année qui commence.

.....

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience" (4)  

 


Radioscopie d’une expérience - (3) Le "bobineau"

Le « bobineau »

 

« Tous les enfants peuvent réussir ! ». Cette phrase d’Antoine de la Garanderie fut le fil rouge d’une grande partie de ma carrière, et bien avant que je ne lise ses ouvrages. J’étais là pour « ça » ! J’étais convaincu que ma mission consistait autant à transmettre un savoir qu’à donner à chacune et chacun les moyens de réussir. Pour moi, c’était trouver le bout du fil qui permet de dérouler le « bobineau », provoquer le déclic qui change tout et qui fait que l’esprit fermé sur lui-même s’ouvre enfin. Cela se traduisait dès le premier jour de classe, au moment de l’accueil des élèves. J’aimais dire : « Ici, il n’y a que des gens intelligents et vous êtes tous pourvus de neurones. Il  suffit donc que vous les utilisiez correctement. On va s’y employer ! ». Trouver le bout du fil pour les activer : une obsession !  ...

Lire la suite ci-contre dans "l'Ecole s'invente tous les jours"  chapitre "Radiocopie d'une expérience - (3) le bobineau". 

 


Radioscopie d’une expérience - (2) Profil d'emploi

Profil d’emploi.

 Que faut-il comme capacités et qualités pour être un bon prof ? Les exigences de niveau d’étude actuelles devraient largement faire l’affaire sur le plan des connaissances à transmettre : avec  bac + 5, les professeurs débutants devraient normalement être armés pour assumer leur mission de la maternelle à la fin du secondaire. Encore que ce que je perçois de la scolarité de mes petits-enfants me laissât dubitatif. c'est donc que les connaissances, si elles sont nécessaires, ne suffisent pas. Je n’aurai pas la prétention ici de faire l’inventaire de toutes les qualités qui définiraient l’enseignant parfait. Voici néanmoins, par une approche empirique, quelques certitudes tirées de mon expérience....

La suite, ci contre, dans "L'Ecole s'invente tous les jours", "Radioscopie d'une expérience - (2) profil d'emploi".


Radioscopie d’une expérience (1)

« Mais si, Monsieur je la savais encore hier soir,  je l’ai récitée à mon frère, seulement c’était de la poésie hier soir, mais vous ce matin, c’est une récitation que vous attendez et moi ça me constipe cette embuscade »

                                Chagrin d’école - Daniel Pennac

 

De la pédagogie.

Je me dois de revenir sur le choix du métier d’enseignant : alors que l’actualité nous porte, comme je le remarquai dans le chapitre précédent à entendre plutôt « je ne suis pas fait pour ça ! », en ce qui me concerne, « j’ai aimé ça ! ». Comme Daniel Pennac l’explique très bien dans son livre « Chagrin d’école », il convient de mettre un contenu à ce « ça ». Est-ce que j’étais fait  pour « ça » ? Enseigner c’est se retrouver devant une classe, se confronter à des élèves tous différents, avec un but ou une mission, comme on voudra : faire en sorte qu’ils apprennent un savoir. Mais le « ça » va de pair avec d’autres paramètres qui viennent compliquer la tâche : l’éducation bonne ou mauvaise des uns, les handicaps culturels des autres, la concurrence des autres sources de savoir qui n’a fait que prospérer au cours de ma carrière. Heureusement, il y a les méthodes pour faire face. Certains s’y réfugient constamment pour être mieux armés mais on découvre rapidement qu’elles ont leurs limites puisque tous les enfants ne réussissent pas de la  même façon.

Y-a-t-il encore des profs heureux ?

Je me demandais encore récemment s’il était possible de trouver son bonheur de prof dans les classes actuelles. En lisant « Petite Poucette » de Michel Serres, je me suis surpris encore à imaginer les stratégies d’apprentissage que je mettrais en œuvre si j’étais encore en activité,  pour utiliser cette source de savoir immense qu’offre internet, mobilisant l’intérêt des élèves pour les écrans, à discerner le vrai du faux, l’utile et l’accessoire … Quelle chance pour les profs d’aujourd’hui ! Quelle opportunité pour mettre enfin en place des exercices adaptés à chaque personnalité ! La gestion mentale plus internet est peut-être le chemin efficace vers la réussite pour tous. Et ce que je lis actuellement sur la « neuro-éducation » me fait sourire. Je n’avais pas attendu les progrès de l’imagerie fonctionnelle pour m’apercevoir que le stress et l’anxiété étaient des freins pour les processus de mémorisation et qu’au contraire, les émotions positives, l’humour et le  jeu facilitaient les apprentissages. A condition de ne pas oublier que l’effort reste  indispensable.

Le naufrage de l’Education nationale est suffisamment évoqué et mesuré,  les témoignages de ce que vivent les enseignants dans les établissements des « zones sensibles » suffisamment nombreux et évocateurs des difficultés qu’ils rencontrent, que je pensais ce métier voué désormais au supplice. Les livres  qui paraissent me rassurent. Certes, le passage d’une ministre idéologue a pu contribuer à accentuer les ravages du pédagogisme et de la théorie égalitariste. Certes, la machine de la rue de Grenelle est une machine à broyer les élèves,  certains élèves, et même les enseignants...

La suite dans "L'Ecole s'invente tous les jours", colonne ci-contre, "radioscopie d'une expérience 1"

 


Bref regard sur une carrière...

 

Je continue la  publication de : "l'Ecole s'invente tous  les  jours" .

Voici un bref  extrait   du premier chapitre : "Bref regard sur une carrière", à lire dans "Mes cahiers  pédagogiques", colonne de gauche du bloc-notes, ci-contre. 

A Stanislas Dehaene

Je viens de finir la lecture du livre de Stanislas Dehaene, neuroscientifique qui préside le Conseil scientifique de l’Education nationale : « Apprendre, les talents du cerveau, le défi des machines ». J’y ai découvert les quatre piliers qui permettent au cerveau d’apprendre : l’attention, l’engagement  actif, l’erreur et la surprise, la consolidation. Il se trouve que,  sans le savoir, ma  pratique a peu ou prou fini par respecter ces étapes, et j’y étais parvenu par l’accumulation que procurent les expériences successives avec les élèves, les apports pédagogiques engrangés au gré de mes  lectures, la confrontation avec  ce qui marche et ce qui ne marche pas. Par exemple, Stanislas Dehaene dénonce l’échec des pédagogies de la découverte : celles du constructivisme (ou dites de la découverte), cette nébuleuse d’idées qui a débouché sur la mise en œuvre des « écoles » Decroly, Freinet ou Montessori. Pour m’être frotté aux techniques Freinet par curiosité, en tentant de laisser l’enfant découvrir par lui-même et construire son savoir, au-delà de la difficulté à installer les stratégies appropriées dans le contexte d’un établissement « standard », non seulement on perdait beaucoup de temps mais l’élève avait la  plus grande difficulté à retenir quoi que ce soit. J’en conclus que l’apprentissage de l’autonomie passait par des chemins balisés, et que le rôle de l’enseignant était de choisir avec soin les exemples qui facilitent la découverte. Par contre, j’ai su très tôt que le meilleur moyen de susciter « l’engagement actif », c’était de  piquer la  curiosité de mes élèves (le fameux « étonne-moi ») : l’attention ainsi mobilisée, leur esprit était disponible pour l’explication, ou la suite du cours. J’avais, c’est vrai, l’obsession de la stimulation de  la curiosité, que Stanislas Dehaene décrit comme l’un des moteurs essentiels de la faculté d’apprendre. Je me garderai bien d’affirmer que j’obtenais ainsi en permanence un « engagement actif » de tous les élèves, mais je le recherchais constamment par des questions, des remarques, des exemples  stimulant leur imagination, auxquels j’ajoutais une empathie réelle  à leur égard. Leur donner envie d’aller plus loin,  par des cours structurés tout en encourageant leur créativité, fut plus tard, ma préoccupation quasi permanente. J’avais aussi mis en place des dispositifs qui permettaient ce qu’on appelle « le retour sur erreur », autre étape de l’apprentissage : je ne me contentais pas de signaler la faute, j’indiquais précisément ce qu’il aurait fallu faire pour l’éviter ou pour réussir. Cette démarche s’avéra très efficace pour améliorer l’expression écrite (la rédaction) quand la correction réalisée s’accompagna de points regagnés : le retour sur erreur récompensé ! Car la note  en elle-même, si elle traduit  bien une récompense ou une sanction, n’apporte qu’un signal bien faible  dans les deux cas, car elle est totalement dénuée de précision. D’instinct,  je me suis attelé à cet écueil.  Mes « grilles d’évaluation »  en expression écrite  en furent le  résultat.

Ainsi, sans vraiment savoir que je m’appuyais sur ce que la science permet aujourd’hui de décrire en matière de fonctionnement du cerveau, mon enseignement respectait dans les grandes lignes les principales phases de l’acte d’apprendre. Les enseignants d’aujourd’hui n’auront plus d’excuses. Avec les acquis des neurosciences et des sciences cognitives, l’école peut dès maintenant ressusciter chez tous les enfants la curiosité et le bonheur d’apprendre. Encore faut-il qu’ils renoncent à leurs certitudes idéologiques et pédagogistes…

J’ai bu du petit lait en parcourant les quelques pages au long desquelles  Stanislas Dehaene résume par des idées simples les résultats de ses travaux scientifiques. Je les prends toutes et vous propose,  pour faire court, les plus éclairantes : « ne sous-estimons pas les enfants », « ne croyons pas qu’ils sont tous différents », « faisons attention à l’attention », « rendons l’enfant actif, engagé, autonome », « faisons de chaque jour d’école un  plaisir »,  « encourageons les efforts », « fixons des objectifs clairs d’apprentissage », « acceptons et corrigeons les erreurs », « révisons encore et toujours », « laissons les enfants dormir »… Même sur ce dernier conseil, j’avais aussi ma petite idée : ainsi je demandais à mes élèves d’apprendre leur « récitation » plutôt avant d’aller dormir ;  je préconisais aussi de faire le  point du travail de la journée, chaque soir, à ce moment-là, qui devait être aussi celui de la préparation du cartable du lendemain. Je m’enquerais souvent de leur temps de sommeil, de l’heure du coucher… simple pragmatisme que je suis heureux de voir confirmé par la science...

La suite ci-contre.


L'ECOLE S'INVENTE TOUS LES JOURS !

Je lance aujourd'hui une nouvelle  page que vous pourrez consulter à partir de la colonne gauche du bloc-notes.  Elle s'intitule : " l'Ecole s'invente tous les jours ".  Je compte y publier régulièrement mes souvenirs, mes réflexions,  faire-part de mon expérience, proposer méthodes et travaux... en référence à ma carrière dans l'Education nationale. 

 

Des « bonheurs de prof » du passé qui éclairent l’avenir.

Depuis quelques temps, on me dit de plus en plus souvent, autour de moi, que je devrais raconter ma carrière d’enseignant ou écrire mes mémoires. J’ai beaucoup hésité avant d’envisager cette aventure. D’abord parce que l’expérience que j’ai vécue risque de n’intéresser que moi et quelques proches et puis écrire des mémoires, pour quoi faire ? J’avais dit à mes collègues, le jour de mon départ : « Je partirai sans me retourner ».

Ce qui m’a décidé, c’est le spectacle de désolation auquel j’assiste, que ce soit à travers les témoignages récurrents  dont la presse se fait l’écho ou tout simplement à travers l’expérience de la vie scolaire de mes petits-enfants.  Il est désolant, en effet, de consacrer autant de moyens financiers au système éducatif  pour d’aussi piètres résultats. Des milliers de jeunes livrés  à la  vie active sans aucun diplôme en sont la  partie émergée de l’iceberg d’un échec monumental. Il y aurait beaucoup à dire sur les conservatismes multiples qui sclérosent  l’institution, hantée par une idéologie égalitaire  inappropriée, ceux des syndicats comme ceux d’une hiérarchie désuète, ou encore les dégâts causés par la caste des docteurs en pédagogie et  leur langage et préconisations absconses.

J’ai passé quarante ans à enseigner au sein de l’Education nationale, de 1964 à 2003. Dieu sait  qu’on nous pondait déjà des  « circulaires  inapplicables »  comme celle des « itinéraires pédagogiques » d’un ex-ministre de la  Culture recyclé à l’Education. On s’est  toujours arrangé pour « faire avec », ou plutôt sans, avec un  peu d’habillage des emplois  du temps. Et pourtant, j’imagine encore tout ce que je pourrais inventer de moyens pour faire apprendre avec les technologies nouvelles de l’informatique. Pas  besoin de la rue d’Ulm ! J’ai peut-être été passionné par la pédagogie, toujours à l’affût d’un procédé nouveau pour étonner mes élèves et leur donner envie d’aller de l’avant. Ce n’était que l’amour du métier.  Cela n’a pas  toujours été évident, la « grande maison » étant toujours en retard d’une guerre quant aux outils modernes : il aurait fallu se contenter du tableau noir et de la craie, certes en couleur pour la géographie, mais tout de  même ! Quelle bataille pour obtenir un projecteur diapo, et les diapos en question, il valait mieux les faire soi-même, ce qui fait que très tôt j’ai passé  mes vacances à prendre des clichés « utiles ». De même, il valait mieux  avoir ses propres documents et je fus longtemps  abonné à la « Documentation photographique » du Secrétariat au gouvernement, tant les fonds  documentaires des établissements étaient pauvres.

Malgré tout, j’ai été un professeur heureux, et la  plupart du temps, mes élèves me l’ont bien rendu, par  les résultats obtenus, par les projets menés à bien, par les voyages ou sorties réussis… Que de souvenirs ! Et plus de quinze ans après, il m’arrive encore de croiser tel ou tel, toujours si heureux de me revoir (et moi aussi) et de me redire combien il me devait… Eux, ne savent pas ce que je leur dois. Mais tout de  même, de quoi rosir de plaisir !

Je n’ai donc pas été, probablement, un si mauvais prof que ça. Je sais les points forts mais aussi les faiblesses de mon parcours et de mon enseignement. Mais ce bonheur d’enseigner, irremplaçable, a-t-il un secret ? Je le cherche encore. Et si je vous disais qu’il m’arrive encore, après une quinzaine d'années de retraite, de rêver la nuit que je suis en classe …

Je ne sais pas si j’aimerais encore enseigner dans le contexte actuel du service public. Mais je sais qu’il y a encore des profs heureux quelque part. En tout cas, moi je l’ai été tout au long de ma longue carrière.

Je vais vous livrer dans cette page du blog, jour après jour, quelques analyses et recettes qui ont souvent contribué à mes bonheurs de prof et  que je vais  évoquer à travers quelques thèmes  qui les mettent en scène, tels qu’ils me reviennent, découvrant au passage quelques-unes de mes  pratiques de la classe, certaines orthodoxes, d’autres moins. Et je n’ai pas pu m’empêcher de les assortir de réflexions sur le système éducatif, nourries de mon expérience.

Puissent-ils redonner envie d’enseigner, puisqu’on me dit qu’aujourd’hui l’Education nationale peine à recruter. Je suis persuadé qu’avec les outils numériques et les  apports des neurosciences, il y a une formidable source d’espoir pour un enseignement plus efficace et plus individualisé, pour peu qu’on laisse l’imagination de chacun s’exprimer et aussi qu’on mette à  l’épreuve le savoir-faire des élèves en la matière. « Petite Poucette » de Michel Serres pourrait donner des idées à ceux qui en manqueraient. Enseigner a encore un sens, d’autant plus que l’accès au savoir s’est  diversifié au point de mêler trop souvent le faux au vrai, et que l’obscurantisme tente d’imposer sa loi dans certains établissements. Dans ce contexte le professeur a un rôle majeur à  jouer de médiateur et de consolidateur. Il faut faire en sorte que le « plus beau métier du monde » attire à nouveau les meilleurs.

En attendant, je dédie ces lignes à tous les élèves qui ont eu affaire à mes enseignements. Sans eux, je n’aurais pas pu être cet enseignant heureux qui poussait chaque matin la porte du collège  avec plaisir et qui en parcourait les couloirs jusqu’à sa classe,  en chantonnant.

à suivre  ...


NOTRE SOCIETE PAIE L’ABSENCE DE VERTICALITE

Comment on demande

 

La délinquance juvénile  explose. 

Partout. Dans les  écoles, au cœur des villes, dans les banlieues, à la campagne même ! Et de plus en plus elle se présente sous une forme organisée, quasi professionnelle.  Ce sont les cambriolages, des vols de véhicules, et cela va jusqu’à des vols violents avec armes. Dans les cours de récréation,  des bandes rivales s’affrontent. Elles sont le fait de mineurs de moins de 18 ans dans des proportions qui vont croissant au fil des années. Le phénomène est aggravé par les mineurs étrangers délinquants qui errent dans nos villes et passent entre les mailles du filet d’une police et d’une justice démunies pour traiter leur cas. Pourtant, il n’y a  que les naïfs et les idéologogues qui s’en étonneront.

Des causes multiples, évidemment.

La  France assiste impuissante à cette pandémie de violence qui  prend toutes les formes : nouvelle  guerre des boutons, mais avec des kalachnikovs, qui opposent des quartiers, rodéos urbains au mépris de  la loi qui pourrissent la vie des habitants, les femmes violentées au gré des pulsions de jeunes sauvageons, les gares et les trains devenus terrains de jeu favoris de ces nouveaux barbares … On invoque l’ignorance et l’obscurantisme dont les progrès sont fulgurants, l’inefficacité  des juges et des éducateurs qui font ce qu’ils peuvent. Mais nous avons nous-mêmes abandonné le terrain : à la défaillance judiciaire d’un droit inadapté au comportement de ces jeunes qui n’ont plus rien d’enfants, il faut ajouter la défaillance culturelle qui laisse trop de terrain aux pulsions communautaires et la défaillance éducative des parents et de l’école. Tout cela est avéré.

L’absence générale de verticalité.

L’origine du phénomène tient, en effet, dans l’absence généralisée de « verticalité ». Comme l’explique le pédiatre célèbre Aldo Naouri, tout commence par l’enfance. L’éducation, c’est la  verticalité ! Il explicite : « C’est la capacité de dire « non » à un enfant ! C'est un enfant pour lequel les quatre premières années de sa vie ont servi à le conduire à son statut d'humain. Un nouveau-né, et c'est immuable depuis 7 millions d'années, est un être de pulsions qui mord dans la vie avec pour seule boussole le principe de plaisir. L'éducation est là pour lui opposer le principe de réalité, pour lui montrer qu'il n'est pas seul au monde et qu'il doit tenir compte des autres. Acquiescer sans discernement à ses demandes développera sa toute-puissance infantile, dont les manifestations sont multiples, des troubles du sommeil à l'agitation. Il croira devoir conserver son rapport à la toute-puissance toute sa vie. Cette affaire, si elle est bien menée, est jouée à 4 ans. On peut encore la rattraper, avec des efforts plus ou moins grands, jusqu'à 12 ans. » Et comme notre époque est propice à l’enfant roi qui veut imposer sa toute-puissance en toutes circonstances, il est indispensable que quelqu’un lui rappelle constamment les « limites ».  Car ce sont ces limites qui sont aptes à le rassurer : c’est quand on est capable de réprimer ses pulsions qu’on devient capable d’efforts. Si l’ascenseur social fonctionnait autrefois,  c’est parce que les deux -famille et  école- pratiquaient  le  même principe d’autorité, la même verticalité. Comme l’enfant, l’adolescent a besoin de se sentir intégré dans un ensemble où existe une hiérarchie. Si la société ne la lui fournit pas, il s’en invente une, hors-la-loi. Le principe d’autorité a disparu dans la famille -quand elle existe encore-, et a bien du mal à être appliqué dans l’institution scolaire. Les  enseignants  ne sont pas naturellement des êtres de  pouvoir, ils sont des êtres de savoir et de transmission. Comment faire  quand il faut déjà se battre pour faire cours !

Et puis, il faut le dire, l’exemple vient de l’Etat lui-même. Celui-ci  est le reflet d’une défaillance collective qui a pulvérisé les hiérarchies. Que penser du principe d’autorité quand  un Etat n’est même pas capable d’expulser 300 zadistes qui occupent indûment des terres qui ne leur appartiennent pas ? Ce principe d’autorité qu’un Président est obligé de rappeler à un adolescent irrespectueux qui l’interpelle  d’un « Manu » un peu trop familier !  Et ne parlons pas de la justice imprégnée d’idéologie soixante-huitarde toujours  prête à excuser …

Il  faudrait reprendre le travail éducatif : il sera long et difficile mais lui seul évitera « le  choc des incultures ».  À l'adolescence, c'est extrêmement difficile. Cela passe par le rappel constant des limites. Encore faudrait-il que ce travail soit entrepris.

Je  vous conseille de lire l’interview qu’Aldo Naouri avait donnée au journal Les Echos le 20/10/2017, on la trouve facilement sur internet. Tout y est !

 


APPRENTISSAGE : UNE MAUVAISE REFORME

Apprentissage

 

Le projet présenté par le gouvernement part dans la mauvaise direction, en voulant confier le pilotage de l’apprentissage aux branches professionnelles, après une concertation pipée comme d’habitude. Le  premier ministre a suivi  le choix de sa  ministre du travail, qui,  ça n’est un secret pour personne, voulait absolument que  le bébé soit pris en charge par ses amis du patronat. Tout n’est pas encore joué,  car le projet doit encore être discuté au parlement. Il importe que les  Régions continuent de faire entendre leur voix.

Un tabouret à trois pieds.

L’apprentissage repose sur un tabouret à trois pieds : l’Etat, les entreprises et les Régions.  Il  importe qu’un équilibre soit respecté entre ces trois partenaires dans la définition des rôles, sinon  le système sera bancal. Et  l’on sait ce qui arrive  quand on s’assoit sur un tabouret  bancal. Ce sont les Régions qui devraient recevoir la mission principale du pilotage de l’apprentissage, je suis bien placé pour  le savoir,  ayant eu en charge son développement pendant six ans au Conseil Régional des Pays de la Loire, de 1992 à  1998. Nous avions multiplié par deux le nombre des apprentis, car c’est d’abord une question de volonté politique. J’ai pu mesurer alors combien l’exercice était périlleux, car le nerf de la guerre,  la taxe d’apprentissage, était capté par les branches professionnelles et les réseaux consulaires, qui  l’utilisaient à leur guise pour financer leurs  propres outils de formation. La plus grande  partie de  la  collecte nationale allait à  la Région Ile-de-France.  Les  Régions s’étaient vu confier l’organisation de l’apprentissage par les lois de décentralisation mais n’avaient pas les moyens correspondants. Il a fallu lutter pour obtenir qu’une péréquation plus équitable des fonds soit mise en place.

Le projet comporte des avancées appréciables.

Le volet « Etat » du tripode propose plusieurs points qui sont des progrès utiles : la hausse de la rémunération de l’apprenti de 30€ par mois, l’élargissement de l’accès à Erasmus, l’allongement de l’âge à 30 ans au lieu de 26 pour entrer en apprentissage, l’aide de 500 € pour passer  le permis de conduire… De même la simplification de la  taxe qui devient unique avec un taux de 0,85% de la masse salariale pour financer les contrats d’apprentissage. Une manne de 4 milliards d’€ qui ira aux centres de formation en fonction du nombre d’apprentis. Le gouvernement veut aussi cibler les aides à l’embauche d’apprentis vers  les petites entreprises, c’est bien vu et bienvenu. Les artisans ne s’en plaindront pas. C’est aussi une bonne chose que les Régions récupèrent l’orientation.  

Les  branches professionnelles ne sont pas les mieux placées.

Le projet prévoit de simplifier le financement en confiant aux branches professionnelles le  pilotage de la  distribution des fonds collectés. Cela peut paraître logique. Mais c’est oublier qu’elles ne couvrent pas tous les champs de formation ouverts à l’apprentissage : la fonction publique, les carrières médico-sociales et les réseaux des  maisons familiales qui ont en charge des formations multiples très impliquées dans la ruralité. Qui prendra en charge le financement de tous ces outils ? Se pose aussi une autre question et qui n’est pas anodine : qui régulera le taux de l’heure de formation dans les différents CFA ? Il y a un grand risque de rendre les branches professionnelles à la fois juges et parties. Sans parler du risque d’opacité sur l’utilisation des fonds collectés comme on l’observe pour ceux de la formation professionnelle. Enfin,  ce n’est pas au monde professionnel de décider de la  place de l’apprentissage, mais à la puissance publique, élue démocratiquement.

La Région devrait être le pôle d’équilibre de  l’apprentissage.

C’est la Région qui est la mieux à même d’organiser un développement harmonieux de  l’apprentissage sur l’ensemble de son territoire. Parce qu’elle est déjà au centre du dispositif et à l’expérience de la négociation avec tous les partenaires concernés,  avec un panel beaucoup  plus large que les seules branches professionnelles qui sont loin de couvrir tous les métiers. C’est donc vers elle que devrait converger toute la taxe d’apprentissage, à charge pour elle de financer les CFA, qu’ils soient de branche ou pas.  Elle est encore la mieux placée pour savoir quels types de formations il faut développer, ayant en charge  par ailleurs le développement économique. Or, pour le développement de l’apprentissage, la connaissance des besoins des bassins d’emplois est essentielle. La réduire à un rôle de concertation avec les branches professionnelles est à la fois dérisoire et pitoyable. C’est méconnaitre gravement l’expérience qu’elles ont acquise depuis plus de vingt ans. Je ne peux  m’empêcher de penser que derrière cette recentralisation, car c’en est une, il y a une volonté d’affaiblir les Régions. Il  est clair  là encore que la vision métropolitaine l’emporté sur celle des  « territoires ».

Pour que l’apprentissage réussisse, il faut aussi faire évoluer les mentalités des  parents et surtout celles qui dominent au sein de  l’éducation nationale. Quant à faire de  l’apprentissage une filière d’excellence, il y a longtemps que c’est une réalité dans les Pays de la Loire !

 

 


LA SURINFORMATION CONDUIT A L’IGNORANCE

Bonnet_d_ane

 

Une farce qui en dit long.

Laurent Gerra déplore l’appauvrissement de notre belle langue et constate que « les gens lisent moins et s'attardent moins sur les choses ». « Il y a une pauvreté du vocabulaire qui est terrible. Dans le TGV, j'entends discuter les gens et je ne comprends plus ce qu'ils disent. Ils parlent à moitié anglais, en raccourci. La langue s'appauvrit alors qu'au contraire, elle doit s'aiguiser. Je constate qu'une forme de poésie dans le langage disparaît »… Plusieurs causes  à ce phénomène, probablement,  mais en premier vient  le smartphone,  ce qui  l’a  conduit un jour à faire une petite farce à tous les passagers d'une rame de TGV : « Un jour, on m'a procuré un brouilleur, et paf ! j'ai fait disjoncter les téléphones portables de toute une rame de TGV ! C'était très agréable ! »… raconte-t-il au Figaro Magazine. Mais il n’y a pas que l’appauvrissement de la langue français. C’est bien pire.

L’ignorance gagne du terrain en France.

Selon l’historien Dimitri Casali, la société bascule dans l'ignorance. Ce n’est pas le progrès scientifique qui ralentirait, au contraire, chaque jour la science nous apporte de nouvelles découvertes. Pourtant, il est facile de constater qu'à mesure que le progrès scientifique s'accumule vers un savoir de plus en plus exact, on peut mesurer à travers le monde une lente montée de l'ignorance. Par exemple, en France, aujourd’hui, nous comptons 6 % d'illettrés, c'est-à-dire environ 3 millions de personnes. Si on additionne les personnes analphabètes qui ont des difficultés à lire et à écrire le français, on arrive à près de 10 % de la population. C’est  un comble  dans un pays où l’instruction est gratuite et, en principe, obligatoire. Et loin de s’enrayer, le phénomène s’aggrave : jamais l'ignorance n'a gagné autant de terrain. Ce constat est à mettre en corrélation avec le piètre classement de notre école, au classement international PISA dans lequel nous sommes désormais au 27ème rang. Il y a vingt ans, notre pays était 10ème : en 17 ans, nous avons perdu 17 places. Si on se réfère aux années 80, nous étions dans les cinq premiers, et nous avions l'un des meilleurs systèmes scolaires au monde. On observe les mêmes constats en chute de compétence ne lecture et dans les disciplines scientifiques. Il faut prendre conscience du phénomène qui devient vraiment effrayant.

Le monde entier est touché.

Dans une étude, une récente projection de l'ONU montre que l'an prochain, le monde arabe comptera 25 % d'analphabètes. Le monde arabe a publié plus de livres entre le 8ème et le 12ème siècle qu'aujourd'hui, alors qu’actuellement, il publie moins de 1 % du marché mondial du livre. Et que penser de ces prédicateurs saoudiens qui apprennent à leurs étudiants que la terre est plate ? Et de cette chercheuse à l'Université de Sfax en Tunisie, l'un des pays arabes les plus avancés, qui voulait dernièrement démontrer aussi que la terre était plate et qu'elle ne tournait pas autour du soleil ! Le même mal touche aussi la grande puissance que sont les USA où 46 % des Américains pensent que la Terre a moins de 10 000 ans. Voilà ce que produisent les « créationnistes » qui commencent à prendre pied en France, en Angleterre, un peu partout en Europe… Il est difficile de ne pas constater que nous sommes en pleine régression intellectuelle dans le monde.

L’ignorance est le terreau de l’obscurantisme.

Le vide spirituel et culturel qui saisit nos sociétés est à mettre en relation avec la progression de l’islamisme, du djihadisme, du complotisme et du fanatisme. On assiste, en effet, parallèlement à cette montée de l'ignorance, à une montée de l'obscurantisme. Et notre époque, du même coup, plonge dans le relativisme culturel. Tout se vaut. On perd de vue la hiérarchie des valeurs qui favorise le communautarisme. Ce phénomène est particulièrement violent en France dont la culture est de longue tradition « universaliste ». Que valent les « droits de l’Homme » entre les mains de gens incultes ?

Un avatar de la révolution numérique.

L’historien voit un lien évident avec la révolution numérique. Cela a démarré dans les années 2000. C’est la surinformation qui a conduit à l'ignorance. Ainsi, les 15-29 ans ne lisent plus de livres, en revanche, ils lisent davantage sur les réseaux sociaux, les blogs... Et d'après une étude de l'Université de Yale, la lecture sur internet n'est pas la même : les informations se superposent les unes aux autres alors que la lecture d'un livre permet de pénétrer les pensées de l'auteur et de structurer les informations. Cela organise le cerveau. D'autres études sont à rapprocher de cette observation : les Français auraient perdu 4 points de QI entre 1989 et 2009, phénomène mesuré aussi en Angleterre ou aux États-Unis. Wikipédia, qui est le plus bel exemple des effets pervers d'internet, a donné la culture aux imbéciles. Si dans le domaine scientifique, les notices sont rédigées par des experts, dans le domaine de la littérature et en histoire, c'est un agrégat d'informations nivelées par le plus grand nombre. Il n'y a plus de hiérarchisation du savoir. Ainsi la page de Kim Kardashian sera bientôt plus longue que celle de Montaigne et le grand poète grec Homère a déjà moins d'articles que Homer Simpson…

La seule réponse : l’école !

Il faut replacer la culture générale et l'histoire au centre de nos préoccupations. Et d'abord à l'école. Or, depuis une trentaine d'années, la culture générale a été abandonnée. Les pédagogistes de la rue de Grenelle portent une lourde responsabilité, eux qui ont remplacé la transmission du savoir et des connaissances par de simples compétences techniques, et encore. L'idée est de fabriquer un homme nouveau, sans racines ni héritages. On se souvient que Mérieu et Bourdieu préconisaient d'apprendre à lire dans les notices d'appareil électroménager, pour éviter que les élèves s’ennuient, et non plus grâce aux textes de Hugo ou de Molière... Au  lieu de corriger  le mal de la surinformation apportée par l’omniprésent smartphone qui véhicule le vrai et le faux, le superfétatoire au détriment du sérieux, on l’a aggravé en supprimant les repères de la vraie culture et de l’esprit critique. Il faut revenir à la culture classique française, car c’est son rejet qui fait du mal aux esprits faibles. Et cesser de croire aux vertus de l’égalitarisme qui conduit à être tous être égaux dans la médiocrité.

 


LE DEFI OBSCURANTISTE

Burqua

 

Les musulmans français sont partagés entre majorité silencieuse et fondamentalisme.

C'est ce que révèle l'enquête exclusive menée par l’IFOP pour l'Institut Montaigne. Elle a au moins le mérite de nous mettre devant la réalité. Il existe en effet deux groupes très différents au sein des musulmans de France. D'un côté, une majorité silencieuse : 46% des personnes interrogées sont parfaitement intégrées dans la République et à l'aise avec ses valeurs. À l'opposé, un groupe de près de 29% conteste la laïcité et considère qu'elle ne permet pas d'exprimer librement sa religion. Il est qualifié d'autoritaire par le rapport : ces musulmans sont pour le port du voile intégral, considèrent que la Charia est au-dessus des lois de la République et utilisent l'Islam comme instrument de révolte. Elle met donc en évidence ce qu’on savait déjà intuitivement : l’intégrisme religieux progresse au sein des musulmans de France. Il vaut mieux le savoir. L’Institut Montaigne ose un chiffre sur la présence – souvent fantasmée – de musulmans dans notre pays. Ils seraient entre 3 et 4 millions. On est loin des 8% à 10% de la population brandis par les théoriciens catastrophistes du « grand remplacement ». Ils représentent aujourd'hui 5,6 % de la population française et 10% des moins de 25 ans. Il s’agit donc d’un groupe social particulièrement jeune : 84% ont moins de 50 ans. L’âge moyen s’établit à 35,8 ans (il est de 53 ans chez ceux qui se déclarent chrétiens et de 43 ans pour les « sans religion »).

Les résultats de cette enquête sont évidemment contrastés.

Ils ont le mérite de nous fournir une radiographie détaillée de ce que pensent nos 3 ou 4 millions de compatriotes qui se revendiquent de l’Islam. S’il est rassurant de constater que leur grande majorité adhère à la laïcité et aux lois de la République,  on notera toutefois que 2/3 d’entre eux sont favorables au port du voile par les femmes, ce qui paraît paradoxal mais peut s’expliquer par le fait culturel, comme le fait très majoritaire de consommer « halal ». Par contre elle nous apporte aussi des informations inquiétantes : les musulmans qualifiés d’ « ultras en rupture » par les chercheurs sont très représentés chez les inactifs, les précaires et surtout les jeunes dans une proportion effarante puisque  50% des moins de 25 ans se rangent dans cette catégorie. Ils vivent en rupture avec les valeurs républicaines, plébiscitent le port du niqab ou de la burka et la polygamie. C’est ainsi que 32% des musulmans placent la charia au-dessus des lois de la République.

On comprend bien que la situation économique et sociale constitue une clef de radicalisation. Mais l’explication n’est pas suffisante. Il s’agit de la révolte d’une génération de personnes contre le pays qui les a accueillis. Elle consacre l’échec du système éducatif qui s’est révélé incapable de leur transmettre le minimum de culture pour qu’il puisse construire leur identité au sein de la communauté nationale. L’affirmation religieuse prend la forme d’une sorte de vengeance contre une société qui n’aurait pas voulu d’eux. Signe d'autant plus inquiétant que les auteurs de l'étude postulent qu'il s'agit d'un effet de génération, qui ne s'atténuerait donc pas avec la maturité.

L'utilité de cette enquête est évidente.

Certains y verront une tentative de constituer des statistiques ethniques là où il ne s'agit que de sonder pour savoir, au même titre que ce que pensent les catholiques est souvent sondé. Et il vaut mieux savoir,  dans la période que nous traversons.

En effet, nous savons maintenant que ceux qui nous font la guerre peuvent s’appuyer à l’intérieur du territoire sur un important vivier qui lui est prédisposé. Il est donc urgent de combattre ces comportements minoritaires, comme il est primordial d’éviter les amalgames et les discriminations. Il est tout aussi urgent d’attaquer le mal à la racine par le renforcement de la lutte contre tous les comportements « communautaristes » aux urgences des hôpitaux comme dans les écoles où les enseignements sont là pour lutter contre l’obscurantisme. Nous combattons un fondamentalisme qui tient pour incontestablement vrai tout ce qui a été écrit dans le Coran au 6ème siècle après JC.  Va-t-on renoncer à enseigner que la Terre est sphérique et tourne autour du soleil, que l’homme a une préhistoire, que la science lui a permis d’aller sur la Lune … Et en matière d’ éducation civique, être intraitable sur les valeurs qui fondent notre société, le droit de croire ou de ne pas croire, l’égalité de la femme et de l’homme, la citoyenneté qui fait de chacun de nous une personne libre et autonome dans la République. Cela passe forcément par des mesures radicales telles que l’’interdiction de certaines institutions ouvertement fondamentalistes et  prosélytes. Il ne s’agit pas de limiter la liberté de penser et de conscience, mais de lutter contre l’endoctrinement.

Empêcher l’obscurantisme.

La tâche va être d’autant plus difficile que nous aurons de plus en plus des comportements de refus qui existent déjà : refus d’apprendre, refus de tout savoir autre que celui de source religieuse. C’est de là que vient la mode aujourd’hui répandue dans les collèges et les lycées de traiter « d’intello » celui qui réussit pour le stigmatiser et faire pression sur lui. Comme le raconte Magyd Cherfi dans « Ma part de Gaulois », petit beur des quartiers Nord de Toulouse, tabassé parce qu'il travaille bien à l'école, et qui réussit malgré tout à obtenir son bac, grâce au soutien de sa mère, tout en cultivant son goût pour l'écriture de poèmes et de pièces de théâtre, puis à devenir célèbre en intégrant un groupe de musique connu (Zebda). On ne s’étonnera donc pas du faible taux de réussite de certains établissements scolaires. Les islamistes ont bien compris que le meilleur moyen de manipuler la population et de  l’empêcher de s’intégrer, c’est de la maintenir dans l’ignorance. Lutter contre l’obscurantisme, c’’est la priorité. Dans cette bataille, la lutte contre le « vestimentaire » n’est pas accessoire comme le voudrait de bonnes âmes faussement libérales.  Si les musulmans sont divisés sur la question du voile, celui-ci reste cependant un point de convergence identitaire : 60% des sondés estiment que les jeunes filles devraient pouvoir porter le voile à l’école et au collège contre 37% des non-musulmans… De même, autre pierre d’achoppement qui fait débat, 80 % des pratiquants et 67 % des non-religieux considèrent que les enfants devraient pouvoir manger halal dans les cantines scolaires – avis partagé quels que soient le niveau d’études, la situation professionnelle et l’âge. 

Le problème est sociétal.

Le réflexe des gouvernants et des politiques est de se tourner vers les « autorités » musulmanes et les mosquées.  Mais la pratique religieuse est elle aussi contrastée : un tiers des musulmans ne se rendent jamais à la mosquée, un tiers pour les fêtes religieuses, 29% s’y rendent chaque semaine dont le vendredi et 5 % quotidiennement. On se demande alors s’il est  bien utile d’organiser l’islam de France autour des lieux de culte. D’autant plus que la plupart des musulmans (68%) ne connaissent même pas le Conseil français du culte musulman (CFCM). Enfin, il sera bien plus difficile d’empêcher l'influence des chaînes de télévision de la péninsule arabique ou la consultation de sites sur internet, même si des moyens de surveillance existent pour ces derniers. Faire respecter la République et lutter  contre  l’obscurantisme implique deux types d’actions : la répression ferme chaque fois que les lois sont transgressées et le renforcement de l’éducation dans un effort qui ne doit pas se limiter aux institutions scolaires. Deux autres axes d’action sont nécessaires : la lutte contre les  discriminations à l’embauche et en matière de logement, la « déconstruction » des ghettos communautaires et le rétablissement d’une mixité de population en profitant des opérations de renouvellement urbain. Tâches  peut-être de long terme mais qui doivent être menées en permanence. En regard de ces problématiques, les  propositions de l’Institut Montaigne sont discutables pour certaines comme le financement des mosquées par une taxe « halal », les autres peuvent être utiles notamment pour faciliter la surveillance et tenter de « franciser » la pratique religieuse, mais restent anecdotiques par rapport à l’enjeu.

 


DES CHEMINS UN PEU TROP GALVAUDES

Mes chemins pour l'école alain Juppé001

 

J’ai beaucoup de respect et d’estime pour Alain Juppé. C’est donc avec beaucoup d’intérêt que je me suis penché sur son livre « Mes chemins pour l’école », avec l’espoir d’y trouver la « pierre philosophale » qui permettrait de remettre sur les rails un système éducatif en pleine déroute.

Un état des lieux honnête.

L’état des lieux qu’il fait est souvent lucide, mettant souvent le doigt sur les problèmes qui rendent inefficaces les apprentissages. Je partage globalement le diagnostic qu’il fait sur le fonctionnement de l’école : il est assez juste. Il est énoncé avec un ton serein qui n’appelle pas à la guerre, en s’appuyant sur des constats incontestables. Je dois cependant reconnaitre que j’ai dû m’accrocher pour lire ce livre jusqu’au bout. Et je ne crois pas que ce soit à cause d’un préjugé qui viendrait de mon expérience personnelle. Le choix de rendre compte de nombreux témoignages rend le parcours fastidieux et amène à des redites. Souci d’honnêteté certainement de la part de l’auteur, qu’on reconnait bien là, mais si la pédagogie est l’art de la répétition, ici elle n’emporte pas l’adhésion. Mais au fond, peu importe la forme, ce qui compte ce sont les projets. Là encore, je suis resté sur ma faim.  A force de vouloir « rassembler, apaiser » finalement on ne « réforme » guère.

Des propositions rarement innovantes.

Certes, les propositions sont pertinentes, la plupart relèvent du bon sens et de ce fait sont trop convenues, quand elles ne sont pas académiques. Ces chemins reposent sur un vécu que j’ai connu moi-même, celui d’une école de la République qui a permis d’emprunter l’ascenseur social à de nombreuses générations de Français, et Alain Juppé en parle avec une sincérité et une émotion touchantes. Cette vision idyllique est celle d’une école qui a disparu comme s’est évanouie la « construction démocratique des élites » qui faisait sa gloire.   Cela ne retire rien à la bonne foi et à l’honnêteté du propos. Tout le monde s’accorde aujourd’hui sur l’idée qu’il faut donner de l’autonomie aux établissements, sur la nécessaire déconcentration –à défaut de décentralisation- de la gestion des personnels enseignants, sur l’urgence d’une revalorisation financière du métier.  On adhère à la vision du maire de Bordeaux sur l’irruption de l’informatique et la nécessaire adaptation des pédagogies à ces nouveaux outils.  Un bon point aussi quand il tranche en faveur de la méthode syllabique pour apprendre à lire… Je suis moins convaincu quand il propose des évaluations qui supposent toujours des démarches lourdes et technocratiques, alors qu’un simple cahier des charges un peu précis permettrait à chaque maitre de mesurer les performances de ses élèves sans avoir recours à ces « grands-messes » uniformes. De même le « conseil d’établissement » et « l’agence d’évaluation » me paraissent directement sortis de l’univers technocratique : en a-t-on vraiment besoin ? Des machins qui viendront s’ajouter à une machine déjà très dévoreuse en parlottes de toutes sortes, en « conseils » en tous genres, en dispositifs variés … Enfin je déplore le refus de recourir à l’arme de la sélection par l’examen. Exemple : l’entrée en 6ème. Si on veut sauver le collège, commençons par n’en permettre l’accès qu’à ceux qui pourront en suivre les cours. Quelle autre procédure, meilleure que l’examen –pas le concours-, peut établir sans arbitraire le tri nécessaire ?

Le « dark side of the wall ».

Surtout, et c’est un reproche que je me permets parce que je veux être utile à la réflexion qu’Alain Juppé poursuit. Il sous-estime, à mon avis gravement, le « dark side of the wall » (excusez l’emprunt aux Pink Floyd).  Notre éducation nationale est aujourd’hui dans un état de délabrement que l’ensemble des témoignages qu’il a recueillis effleure mais ne mesure pas correctement.  Nous avons une légion d’enseignants dont beaucoup ont été recrutés à un niveau insuffisant voire médiocre, très souvent ignorants de la langue française correcte, encore plus de ses subtilités. Nous avons affaire à une citadelle  où la part de l’idéologie agite encore une fraction non négligeable du personnel, formé par Lutte Ouvrière à travers le réseau de feu les IUFM. On en a mesuré la capacité de nuisance avec les « réfractaires » qui refusaient les heures de soutien individualisé. Et puis il y a le repaire, le bastion de la pensée bobo-psycho-soixante-huitarde qui inspire le contenu des réformes et son langage verbeux digne des précieuses ridicules : j’ai nommé l’Institut Pédagogique National. Il faudrait le supprimer. Comme il faudrait revoir le pouvoir de la caste des Inspecteurs Généraux… Le chemin que propose Alain Juppé parcourt un monde de bisounours, alors que la réalité est faite de barrières, d’obstacles, de résistances. Un monde avec lequel le « consensus » est impossible. Je me rappelle, cette réflexion que m’avait faite une collègue avec laquelle je croyais bien m’entendre alors que nous nous concertions sur une « charte de l’élève citoyen » pour notre établissement : à ma proposition de l’appuyer sur les valeurs qui font « consensus » elle me répliqua qu’avec moi il n’était pas possible, que nous ne partagions pas les mêmes valeurs. Evidemment, tout le monde savait que j’étais de « droite » ! Edifiant non ? Une autre impasse est faite sur les établissements des « territoires perdus de la  République » où tenter d’enseigner est un enfer. Il ne sert à rien de nier leur existence, mais les oublier est encore pire. Il aurait fallu en faire des « citadelles », ils sont devenus des zones de non-droit au savoir. Régler ce problème demandera beaucoup de fermeté car le discours d’apaisement n’a aucune chance d’y être compris encore moins entendu.

Education et enseignement ne se confondent pas.

Il est bon de le rappeler. Comme Luc Ferry, je pense qu’éducation et enseignement ne se confondent pas. L’éducation relève des parents et s’incarne dans la sphère privée, l’enseignement est d’abord l’affaire des profs et se dispense dans la sphère publique des établissements scolaires. Sans enfants correctement élevés, il n’est pas possible d’enseigner, même si les enseignants sont amenés de temps en temps à rappeler les règles élémentaires de la civilité. Mais voilà, les parents sont de plus en plus aux abonnés absents ou manquent d’autorité, ou encore inculque une éducation dont les valeurs sont incompatibles avec celles de notre société. Il ne sera pas possible de relever le défi d’un système éducatif performant si les familles continuent de faire défaut. Il ne servira à rien de réformer. Tant qu’on ne mettra pas l’éducation avant l’enseignement. On n’est pas obligé d’ajouter à ce drame des mauvaises réformes comme celle qui vient d’être décidée pour le collège –la pire jamais vue- qui va casser le peu qui reste à bien marcher dans le système.

En conclusion, je donnerai le mot de la fin à Alain Juppé : toute réforme à venir devra commencer par l’école primaire, voire maternelle, c’est-à-dire par l’acquisition des fondamentaux qui commandent toute la suite des études.

 


MA CONTRIBUTION A LA RENTREE SCOLAIRE

Collège

En ce jour anniversaire de la naissance de la 3ème République le 4 septembre 1870 (mais il faudra attendre jusqu’au 30 janvier 1875 pour qu’elle soit adoptée à une voix de majorité), il n’est pas inutile de rappeler que c’est à elle que l’on doit l’école gratuite, laïque et obligatoire.  Cette école était fondée sur la volonté d’une « construction démocratique des élites », l’accès au savoir pour tous, l’autorité des maitres et le culte de l’effort : « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, polissez-le sans cesse et le repolissez… ». Toute une époque me direz-vous, certes, mais avec l’héritage napoléonien des lycées et des grandes écoles, elle a permis à la France de devenir un empire planétaire et de briller de mille feux par ses scientifiques et écrivains de renom.

On doit ce succès en grande partie à « l’école », à ses « hussards noirs », à leur conscience professionnelle souvent vécue comme un sacerdoce. Le mot « mérite » avait encore un sens et ils célébraient le culte du dépassement de soi. Ils officiaient devant des classes pléthoriques, ce qui ne les empêchait pas de faire apprendre à lire, écrire et compter. Nostalgie ? Oui, peut-être, parce que de cette école j’en ai été le produit et quelque part le successeur au cours de ma carrière. Mon texte « totem », que je faisais apprendre aux élèves de 3ème était de Victor Hugo : « Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent, ce sont ceux qui d’un haut destin gravissent l’âpre cime …  ». La couleur était annoncée : ainsi commençait l’année du Brevet !

Bruno Retailleau, vient de rappeler, à l’occasion de la rentrée que l’école avait besoin d’équité (notamment entre les élèves du public et ceux du privé), d’exigence et d’excellence. Trois mots que l’on peut décliner à merveille dans le contexte actuel de permissivité, d’égalitarisme niveleur et d’hédonisme pédagogique. J’en ajouterai pour ma part trois autres : autorité, effort, connaissance.

Autorité.

Il n’y a pas de transmission du savoir sans respect pour celui qui le transmet. L’autorité du professeur n’est pas négociable. C’est lui qui détient le savoir et face aux autres sources, c’est lui qui doit arbitrer sans être contesté. Sa formation est évidemment essentielle. Connaissance à fond de sa matière, mais aussi pédagogie pour l’enseigner ce qui suppose la maîtrise des technologies modernes. Qu’on le veuille ou non, le prof reste un mouton à cinq pattes, mi-savant, mi-histrion, capable de pratiquer l’individualisation comme la dynamique de groupe… Il doit être soutenu par sa hiérarchie, respecté par les parents autant que par les élèves. Encore faut-il que sa démarche soit partagée par la philosophie générale en usage dans son établissement.

Effort.

Pour avoir pratiqué de multiples stratégies pédagogiques dans les disciplines que j’enseignais, le Français et l’Histoire-Géo, je n’en ai trouvé aucune qui pouvait se passer de l’effort d’apprendre. Certes, on peut apprendre à se concentrer, on peut par l’entrainement, faire acquérir des aptitudes d’attention et même faire prendre de bonnes habitudes comme demander la parole, ne pas couper l’expression d’un camarade, faire part de son incompréhension. Je me rappelle d’une élève, pourtant brillante, qui m’avait interpellé d’un : « Là, Monsieur, vous pouvez recommencer, parce que ça n’imprime pas ! ». Cette liberté de ton est possible quand la confiance s’est établie et quand le maître pratique lui-même l’humour. Mais les meilleurs résultats, on les obtient par l’effort, le culte de l’effort, celui qui donne confiance en soi et qui permet de franchir les obstacles. Et tout est possible alors. Exemple, cet élève peu doué, qui me disait sans cesse qu’il n’avait pas de mémoire et qui s’était retrouvé  à jouer le rôle de Chrysale (dont personne n’avait voulu) dans les Femmes savantes que nous avions décidé de jouer. La longue tirade du personnage face à sa femme, je la revois encore : elle avait été son calvaire et la veille de la représentation, elle n’était pas encore au point. « Voulez-vous que je vous dise ? Il faut qu’enfin j’éclate, que je lève le masque, et décharge ma rate… ». C’était parti devant le public attentif et prêt à l’apitoiement. Porté par toute la classe, il alla jusqu’au bout, avec les hésitations comme il se doit, mais elles collaient curieusement à son personnage un peu couard (c’est à vous que je m’adresse, ma sœur,)… Tonnerre d’applaudissements. Ses parents, je crois, n’en sont jamais revenus et ils m’ont dit que cet épisode avait transformé leur fils tant il avait pris confiance en lui-même. Tout cerveau à des capacités, il suffit de vouloir.

Connaissance.

La connaissance doit rester l’objet central de l’enseignement. On nous rebat les oreilles avec le concept « apprendre à apprendre ». Tu parles ! C’est le meilleur moyen de cultiver les lacunes. C’est comme la citation de Montaigne : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine ! », on oublie toujours la suite « mais qu’on y requiert les deux ! ». Je veux bien qu’on donne des méthodes pour apprendre. Tous les cerveaux ne sont pas conformés à l’identique. Cependant, elles ne dispensent pas de l’effort d’apprendre qui passe par la mémorisation quelle que soit la nature de celle-ci. Entre l’encyclopédisme outrancier et le pédagogisme délirant, un juste milieu doit pouvoir être trouvé. Force est de constater que nous formons aujourd’hui des jeunes qui accumulent les lacunes. Ainsi, j’ai entendu un patron d’une entreprise du numérique affirmer que lorsqu’il recrutait des ingénieurs, il faisait passer une batterie de tests reprenant les savoirs acquis en terminale comme « qu’est-ce que la loi d’ohm ? ». Pour en arriver-là, c’est bien qu’il avait des doutes sur le contenu que peut cacher un diplôme ronflant d’ingénieur. Cultiver l’étonnement de soi, c’est bien, capter l’attention, c’est bien, mais au final, il faut emmagasiner le savoir. C’est ce qui donne ensuite la « culture ».

Autrement dit, ce n’est pas de réformes dont le système éducatif a besoin, mais d’une restauration sur ses bases !

 


AUTISME ?

Najat-Vallaud-Belkacem-

La "perle du jour" à notre Ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, jamais en retard d'une certitude et d'une démonstration de vanité :

"ces trois dernières années ont été celles de réformes menées dans le dialogue et l’efficacité, dans la concertation et la conscience de l’urgence qu’il y avait à refonder, avec patience et détermination, tous les niveaux de notre système d’enseignement"

On ne doit pas vivre sur la même planète !

 


LE PETIT COURS D’ORTHOGRAPHE

Bonnet_d_ane

 

 

C’est la Pentecôte. Voici une leçon facile pour occuper la fin du week-end.

S’il y a bien une faute énervante que font beaucoup de journalistes et de nos hommes politiques dans leur expression orale, c’est le défaut d’accord entre le relatif et le nom auquel il se rapporte.  Voilà de quoi réparer.

 

L’ACCORD DE LEQUEL, LAQUELLE, AUQUEL …

 

Lequel, laquelle, lesquels, lesquelles sont des pronoms relatifs ou interrogatifs, selon leur emploi, qui s’accordent avec le groupe du nom qu’ils remplacent.

>> La personne à laquelle je pense est arrivée. / Les bois dans lesquels nous nous promenons appartiennent à la commune.

>> Le sentier auquel vous parvenez est fermé aux touristes. / Le bateau à bord duquel vous vous trouvez est très ancien.

Ils peuvent se combiner avec les prépositions « a » et « de » pour donner par contraction :

-          Avec « à » : auquel, auxquels, auxquelles, mais on garde « à laquelle »

-          Avec « de » : duquel, desquels, desquelles, mais on garde « de laquelle ».

Attention à l’usage : quand il s’agit de personnes et non de choses, on préfèrera « à qui » ou « de qui » à la place de auquel, à laquelle, duquel, de laquelle…

Cela parait facile, mais  à condition de rester vigilant sur la tournure de la phrase.

 

A vos plumes :

Complétez par le relatif qui convient :

Parmi ces fleurs, … veux-tu ? – La personne à … je pense est là. – Ce sont des choses … vous n’avez pas songé. - … sont arrivés les premiers ? - … de ces deux chemises préfères-tu ? – C’est le problème au sujet … je devais vous voir. – Il connut des personnes sympathiques, parmi … votre fils. - … avez-vous envie, des bleus ou des verts ? – Cet idéal pour … il se sacrifie en vaut-il la peine ? – Choisissez bien les élus … vous confierez ce mandat. – La table sur … vous mangez est en chêne. – Vous aviez versé cent euros, … ont été retirés les frais de dossiers.- Les plantes … vous pensiez peuvent être cultivées. – Nous avons entendu deux témoins, … ont déclaré avoir vu la scène. - … parlez-vous, des plates ou des rondes ? – Je ne me souviens plus des faits … vous faites allusion. – La conscience avec … il exerce son métier est exemplaire.- Ce sont des travaux sur … nous fondons beaucoup d’espoirs. 

 

 

Et voici la correction :

Complétez par le relatif qui convient :

Parmi ces fleurs, lesquelles veux-tu ? – La personne à laquelle je pense est là. – Ce sont des choses auxquelles vous n’avez pas songé. - Lesquels sont arrivés les premiers ? - Laquelle de ces deux chemises préfères-tu ? – C’est le problème au sujet duquel je devais vous voir. – Il connut des personnes sympathiques, parmi lesquelles votre fils. - Desquels avez-vous envie, des bleus ou des verts ? – Cet idéal pour lequel il se sacrifie en vaut-il la peine ? – Choisissez bien les élus auxquels vous confierez ce mandat. – La table sur laquelle vous mangez est en chêne. – Vous aviez versé cent euros, lesquels ont été retirés les frais de dossiers.- Les plantes auxquelles vous pensiez peuvent être cultivées. – Nous avons entendu deux témoins, lesquels ont déclaré avoir vu la scène. - Desquelles parlez-vous, des plates ou des rondes ? – Je ne me souviens plus des faits auxquels vous faites allusion. – La conscience avec laquelle il exerce son métier est exemplaire.- Ce sont des travaux sur lesquels nous fondons beaucoup d’espoirs. 

 

 


BELKACEM S’ENTÊTE

Najat-Vallaud-Belkacem-

 

Concertation, mon cul, aurait dit Zazie !

Circulez, y’a rien à voir ! Les décrets d’application de la réforme sont parus ce matin au journal officiel. Pourtant la ministre affirmait hier encore que la négociation était toujours possible et que la porte de son bureau était grande ouverte. En guise de concertation, c’est plutôt « cause à mon c…l ma tête est malade ». Rien de surprenant de la part d’une personne connue pour son entêtement et son aveuglement idéologique. On a déjà tout dit sur la ministre de l’Education, sur son arrogance souriante, sur ses certitudes, sur sa capacité à réciter son bréviaire idéologique sans une fausse note. Dans son cursus de formation, elle a dû sauter le paragraphe sur Descartes et le « doute », comme chemin vers la vérité. La mobilisation des enseignants qui désapprouvent son projet était rien moins que négligeable : près de la moitié des personnels. Se sont retrouvés côte à côte le Snes-FSU, majoritaire dans l'enseignement secondaire, le Snep-FSU, le Snalc (classé à droite), FO, la CGT et Sud. Ils représentent ensemble 80% des votes des enseignants du collège lors des élections professionnelles de décembre dernier, auxquelles avaient pris part quelque 40% des professeurs. De plus selon un sondage  60% des Français ont soutenu la journée d'action et la grève des enseignants contre la réforme du collège. Le gouvernement a donc tort de minimiser une journée d’action plutôt suivie.

Dans la logique de la théorie du genre...

Elle avait dit à plusieurs reprises que la réforme du collège, qui a été approuvée à 51 voix pour (et 23 contre) par le Conseil Supérieur de l'Education début avril, entrera en vigueur à la rentrée 2016. Elle minimise donc la mobilisation syndicale pour pouvoir affirmer qu’elle n’a aucune raison de reculer. Elle prétend écouter les contestataires, mais on voit bien qu’elle n’entend rien. Son plaidoyer pour une réforme qui conduira tous les élèves du collège à « l’excellence » ne risque pas de convaincre des enseignants et des parents qui voient à chaque réforme le système éducatif se dégrader et produire  toujours plus d’ignards. La question est : à quel niveau met-elle l’excellence ? Ses petites manœuvres auprès du Conseil Supérieur des programmes visent à apaiser les profs de lettres classiques, mais cela ne trompe personne tant on connait la duplicité du personnage. On l’a vu avec l’épisode de la théorie du genre. Justement, ce qui est inquiétant dans la réforme qu’elle propose, ce ne sont pas les modalités pratiques, toujours ajustables, mais la logique qui la sous-tend, qui est celle de l’uniformité : c’est la même qu’on retrouvait derrière la loi sur le mariage pour tous. Nous sommes tous pareils, tous égaux, il n’y a aucune différence de sexe, par conséquent, il ne doit pas y avoir de différence de culture. Tout le monde doit avoir accès à un savoir uniformisé, le même pour tous. Il n’est pas permis de se singulariser, d’être attiré plus par une matière que par une autre… Et surtout pourquoi serait-on plus brillant ?  Ce n’est pas pour rien que le mari de la Ministre, Boris Vallaud est conseiller auprès du Président, et quand on sait qu’il est un proche de Terra Nova, le « think tank » qui inspire les réformes, on a tout compris. Que nos enfants glissent dans la médiocrité générale leur importe peu : les élèves des classes bilingues auraient pu bien parler l’allemand, et bien ils en commenceront  l’apprentissage un an plus tôt et sauront mal le parler comme tout le monde !

Dramatisation théâtrale pour dévier du sujet.

En dramatisant la polémique, la gauche comme d’habitude à instillé son poison dans une discussion qui se suffisait à elle-même et n’avait pas besoin d’être portée à son paroxysme idéologique avec la condescendance dont elle a le monopole : « les bons, c’est nous, les méchants, c’est eux ». Avec les socialistes c’est toujours le même scénario : les ministres sont présentés comme des martyrs pour faire déraper le débat dans un marécage nauséabond qu’ils déplorent après l’avoir alimenté.  Le meilleur dans le genre se trouve être l’incommensurable Premier Secrétaire. Avec Mme Belkacem, et après son mot malheureux sur les « pseudos intellectuels », ils aboutissent  à l’inverse de l’effet recherché. D’une façon générale, les critiques de Nicolas Sarkozy et de Bruno Le Maire portaient sur le fond. Le premier a accusé, il est vrai, Mme Vallaud-Belkacem de « médiocrité », jugement que l’on peut  porter sur à peu près tout le monde, y compris l’ancien président. La seule réponse qu’on leur a opposée a été de déceler dans son propos un soupçon de dénigrement raciste : risible pour ne pas dire ridicule !

Et si on commençait par le commencement...

Sur le fond, tout le monde s’accorde sur le constat qu’il faille réformer du sol au plafond l’Education nationale, dont l’efficacité ne cesse de reculer. Comme pour le mariage pour tous, la méthode choisie alliant confrontation et mépris va à l’encontre de l’objectif. Une vraie réforme pérenne du système éducatif devrait s’appuyer sur un consensus entre droite et gauche. Il ne devrait pas être compliqué de trouver les principes sur lesquels s’accorder, au moins en théorie. Mais il faudrait pour cela des propositions où l’idéologie ne soit pas cachée dans les détails, un chef de l’Etat qui rassemble au lieu de diviser, une ministre de l’Education nationale qui fasse preuve d’humilité, un parti au pouvoir qui sorte de son sectarisme. Après on s’étonne que l’opposition soit obligée de forcer le trait pour se faire entendre.

Enfin, il faudrait commencer par le commencement. A quoi bon réformer le collège, si les élèves qu’il reçoit ne peuvent pas en suivre les enseignements. Tant qu’on n’aura pas réglé ce problème, tous les efforts seront vains. On en revient toujours au même point : la priorité des priorités c’est d’apprendre le Français, savoir lire et écrire correctement, et aussi d’apprendre à compter sans calculette. 

 


PETIT COURS D’ORTHOGRAPHE (enfin !)

 

Bonnet_d_ane


 

QUE FAUT-IL ECRIRE ?  (SUITE)

 

QUEL QUE / QUELQUE (variable) / QUELQUE (invariable)

 

Cela peut paraître épineux : comment écrire « quelque » ?  En un ou deux mots ? Et dois-je accorder ?

Essayons de démêler. Le choix est important pour le sens. Voilà de quoi s’y retrouver :

 

QUEL QUE :

En deux mots : c’est une conjonction.  Elle est composée de l’adjectif « quel » qui est variable en genre et en nombre avec le nom auquel l’expression se rapporte.  Elle est toujours suivie d’un verbe au subjonctif, et très souvent c’est le verbe être.

>>>>  Elle sort tous les jours, quel que soit le temps / Elle sort tous les jours, quelle que soit la température. / Elle sort tous les jours quelles que soient les intempéries.

Attention, quand le pronom sujet précède le verbe, soyez vigilant : Je soutiendrai ton projet, quel quil soit. / Tu as le droit d’exprimer tes opinions quelles qu’elles soient.

 

QUELQUE :

Variable, en un seul mot, il a le sens de « un certain » ou « plusieurs ». Il suffit de tenter la substitution pour avoir la réponse :

>>> Le malade pourra se lever dans quelques (= plusieurs)  jours.

>>> Vous m’avez caché quelque (= une certaine) chose.

Retenez :

On écrit : quelques temps, quelque chose, quelque part.

 

QUELQUE :

Invariable, en un seul mot, il a le sens de « environ ». Dans ce cas c’est un adverbe et il est souvent suivi d’un nombre. On l’utilise aussi avec la conjonction que, au sens de « aussi… que… », « si… que… »

>>> Dans ce cageot, il y a quelque (= environ) six kilos de pêches.

>>> Quelque savant que vous soyez, ne négligez pas d’être très attentif. (Aussi savant que …)

 

A vous de jouer !

 

Ecrivez  correctement « quel que », en deux mots, ou « quelque » en un seul mot, en accordant si nécessaire :

… soit sa bonne volonté, il ne comprend rien. – Mon imagination m’avait encore joué … tour. - … bisons approchaient de la voiture. – Je vous excuse, … que soient vos raisons. -  Il sortit … pièces de son porte-monnaie. - … soient les risques, nous ferons cette expédition. – Je vous rapporte les … livres que vous m’avez prêtés. - … -uns d’entre vous semblent ne pas avoir compris. – J’ai … peine à la croire. – Vous serez bien accueilli, … soit votre pays de provenance. – Il aura encore rencontré … bavard sur son chemin. - … signaux rouges s’allumaient sur son pupitre. – Il lui restait … vingt kilomètres à parcourir. -  Il y a … temps que je vous l’ai envoyé. J’ai vu … soldats passer.- Elle a … trente ans. – … coûteuse qu’elle fût, cette robe était magnifique. – Peut-être soupçonnait-il … complot contre ses projets.

 

Correction :

 

Ecrivez  correctement « quel que », en deux mots, ou « quelque » en un seul mot, en accordant si nécessaire :

 

Quelle que soit sa bonne volonté, il ne comprend rien. – Mon imagination m’avait encore joué quelque tour. - Quelques bisons approchaient de la voiture. – Je vous excuse, quelles que soient vos raisons. -  Il sortit quelques pièces de son porte-monnaie. – Quels que soient les risques, nous ferons cette expédition. – Je vous rapporte les quelques livres que vous m’avez prêtés. - Quelques-uns d’entre vous semblent ne pas avoir compris. – J’ai quelque peine à la croire. – Vous serez bien accueilli, quel que soit votre pays de provenance. – Il aura encore rencontré quelque bavard sur son chemin. - Quelques signaux rouges s’allumaient sur son pupitre. – Il lui restait quelque vingt kilomètres à parcourir. -  Il y a quelque temps que je vous l’ai envoyé. J’ai vu quelques soldats passer.- Elle a quelque trente ans. – Quelle que coûteuse qu’elle fût, cette robe était magnifique. – Peut-être soupçonnait-il quelque complot contre ses projets.

 

                


LE PETIT COURS D’ORTHOGRAPHE

 

  Orthographe chat

QUE FAUT-IL ECRIRE ?

Le Français fourmille de ces mots pour lesquels plusieurs orthographes sont disponibles et nous sommes amenés à nous poser la question : en un ou deux mots, un t ou un d à la fin, etc…

Nous allons en examiner une série, à petites dose, en plusieurs fiches.

 

QUAND, QUANT, QU’EN

On évitera évidemment de penser au nom « camp », dont l’emploi est complètement différent.

QUAND = LORSQUE

Quand est une conjonction de subordination, c’est-à-dire que c’est un mot qui introduit une proposition de temps. On peut TOUJOURS le remplacer par lorsque :

>>  Il était sept heures quand (lorsque) Julien partit.

Quand est un pronom interrogatif qui introduit une question qui porte sur le moment de l’action. On peut le remplacer par « à quel moment » :

>> Quand (à quel moment) viens-tu ?

Quant, avec un « t »  est toujours suivi de « à » ou « aux ». Il signifie « en ce qui concerne », « pour ce qui est de » :

>> Quant à moi, je préfère prendre des frites. / Quant aux tricheurs, ils seront punis.

QU’EN = QUE + EN

Il faut faire attention au sens. « Qu’en » ne contient pas de rapport de temps. Et on peut décomposer l’expression en ses deux morceaux :

>> Que appartient le plus souvent à l’expression « ne… que » : je ne voyage quen train >> je voyage seulement en train.

>> Que peut être aussi un pronom interrogatif suivi de « en » : Qu’en pensez-vous ? >> Que pensez-vous de cela

 

A vos plumes :

Ecrivez correctement quand, quant ou qu’en :

Je me demande … ils vont rentrer. – Ces oiseaux ne reviendront … avril. – Nous irons ensemble, ce sera … même plus intéressant. - … à mon frère, il vit à Montréal. – Il ne parlera … présence de son avocat. - … ces photos seront-elles développées ? – Avez-vous lu ce … écrivent les journalistes ? - … on parle du loup, on n’en voit la queue. - … aux demandes faites par certains d’entre vous, elles sont toujours sans réponses. - … dit l’ambassadeur ? – Nous allions souvent au bord du lac … nous habitions à Lausanne. – Il ne m’a rien confié … à ses espoirs. – Je ne peux … réparer deux aujourd’hui. – Je ne sais pas … passer te voir. – Ce … aurait donné la vente n’aurait pas couvert les frais. – Je doute … te voyant elle te reçoive les bras ouverts. – Pour … voulez-vous ce travail. - … restera-t-il avec nous ? - … restera-t-il de ce projet ? - … à lui, il viendra avec nous !

 

 

Et voici le corrigé :

 

Je me demande quand ils vont rentrer. – Ces oiseaux ne reviendront qu’en avril. – Nous irons ensemble, ce sera quand même plus intéressant. - Quant à mon frère, il vit à Montréal. – Il ne parlera qu’en présence de son avocat. - Quand ces photos seront-elles développées ? – Avez-vous lu ce qu’en écrivent les journalistes ? – Quand on parle du loup, on n’en voit la queue. - Quant aux demandes faites par certains d’entre vous, elles sont toujours sans réponses. – Qu’en dit l’ambassadeur ? – Nous allions souvent au bord du lac quand nous habitions à Lausanne. – Il ne m’a rien confié quant à ses espoirs. – Je ne peux qu’en réparer deux aujourd’hui. – Je ne sais pas quand passer te voir. – Ce qu’en aurait donné la vente n’aurait pas couvert les frais. – Je doute qu’en te voyant elle te reçoive les bras ouverts. – Pour quand voulez-vous ce travail. - Quand restera-t-il avec nous ? – Qu’en restera-t-il de ce projet ? - Quant à lui, il viendra avec nous !

 

 


LE PETIT COURS D’ORTHOGRAPHE

Orthographe chat 

 

L’ACCORD SUJET-VERBE

C’est un des accords les plus simples… à condition d’être vigilant. Chacun sait que le verbe s’accorde en personne avec le sujet. Rappelons qu’il y a six personnes : je, tu, il ou elle, nous, vous, ils ou elles, et que pour chacune d’elle correspond une terminaison spécifique, variable suivant le mode, le temps de conjugaison et le groupe auquel appartient le verbe. Mais ce n’est pas le sujet du jour.

Comment éviter de se laisser (mal) influencer par un mauvais sujet ?

Nous avons l’habitude que le sujet précède le verbe, très souvent immédiatement. C’est là qu’est le piège ! On peut avoir un groupe nominal, ou encore un sujet inversé, quand ce n’est pas un pronom … complément.

Conclusion : toujours poser la question « qui est-ce qui ? » comme un réflexe pavlovien.

Quelques exemples :

-          L’oncle de mes amis aime la tarte au citron.

-          Les statuettes que sculpte son oncle, Julien me les donne.

Méfiez-vous des pronoms comme « nous » et « vous » qui peuvent aussi bien être sujet que complément :

-          Des questions nous viennent à l’esprit.

 

Exerçons-nous :

Mettez la bonne terminaison aux verbes :

Elle les protégeai… soigneusement du soleil. – Jules cueillai… tout ce qu’offrai… les buissons. – les chasseurs à l’affût la guettai… depuis une heure. – Chaque élément de ces trois ensembles représent… un entier positif. – Il tombai… des trombes d’eau. – C’est moi qui traversai… l’atelier d’un pas pressé.-  On ne les oubli… pas. – La maquette que construisai… Patrick et ses amis étai… celle de l’Hermione.- Tous, assis autour de la grande table, l’écoutai… avec respect. – Qui m’appell… ? – Est-ce toi qui jouai… avec eux ? – Philippe, qui les attendai…, les avai… conduits jusqu’au monument. – Les hommes chantai… des mélopées qu’accompagnai… à la guitare un jeune garçon. – On n’a jamais retrouvé le gisement d’où pouvai… provenir de si grosses pierres.- Elles aussi la rejetai… .

 

Pour aller plus loin.

Sujet singulier ou sujet pluriel ?

Quand un sujet est composé d’un nom au singulier complété par un nom pluriel, on peut hésiter sur l’accord du verbe :

-          Lorsque le sujet est composé d’un nom « collectif » tel que foule, multitude, tas, … (noms au singulier qui évoquent une pluralité), ou d’un nom de nombre accompagné de son complément au pluriel, c’est le sens qui décide !

Exemples :     Le tas de caillou sera livré ici. >>> C’est le tas qui est livré.

                       Un tas d’idées lui venaient à l’esprit. >>> ce sont les idées qui viennent .

                       Combien coûte la douzaine d’huîtres ? >>> prix de la douzaine

                       Une douzaine de candidatures nous sont parvenues.

-          Il arrive qu’on ait le choix, selon le sens que l’on veut renforcer :

Exemples :    Une foule d’admirateurs se pressaient ou se pressait.

                       La moitié des récoltes est perdue ou sont perdues.

-          Avec millier et million, le verbe est toujours au pluriel :

Exemple :      Un million de visiteurs sont attendus à l’expo universelle.

-          Lorsque le sujet est composé d’un nom précédé de locutions comme la plupart, beaucoup de, tant de, nombre de, le verbe est du même nombre que ce nom :

Exemples :    Beaucoup de courage sera nécessaire pour cette épreuve.

                       Beaucoup de vacanciers apprécient la nature.

-          Attention, Le verbe est au singulier avec plus d’un, au pluriel avec moins de deux !

 

A vos plumes !

Mettez les bonnes terminaisons :

Beaucoup de personnes croi… que l’alcool n’est pas dangereux pour la santé. – Peu de personnes os… accomplir un tel exploit. – Un des hommes le repouss… brusquement. - Pour la seconde partie, aucun d’entre vous ne changer… de camp.- La foule des spectateurs s’écoulai… lentement. – La plupart des avalanches enseveli…  des skieurs. – Une multitude de flamants roses avai… envahi l’étang. – Une foule de voyageurs atten… l’autobus ; la plupart de ceux-ci s’impatient… .-

 

 

Et voici les corrigés :

Mettez la bonne terminaison aux verbes :

Elle les protégeait soigneusement du soleil. – Jules cueillait tout ce qu’offraient les buissons. – les chasseurs à l’affût la guettaient depuis une heure. – Chaque élément de ces trois ensembles représente un entier positif. – Il tombait des trombes d’eau. – C’est moi qui traversais l’atelier d’un pas pressé.-  On ne les oublie pas. – La maquette que construisaient Patrick et ses amis était celle de l’Hermione.- Tous, assis autour de la grande table, l’écoutaient avec respect. – Qui m’appelle ? – Est-ce toi qui jouais avec eux ? – Philippe, qui les attendait, les avait conduits jusqu’au monument. – Les hommes chantaient des mélopées qu’accompagnait à la guitare un jeune garçon. – On n’a jamais retrouvé le gisement d’où pouvaient provenir de si grosses pierres.- Elles aussi la rejetaient.

Mettez les bonnes terminaisons :

Beaucoup de personnes croient que l’alcool n’est pas dangereux pour la santé. – Peu de personnes osent accomplir un tel exploit. – Un des hommes le repousse brusquement. - Pour la seconde partie, aucun d’entre vous ne changera de camp.- La foule des spectateurs s’écoulait ou s’écoulaient lentement. – La plupart des avalanches ensevelissent des skieurs. – Une multitude de flamants roses avait ou avaient envahi l’étang. – Une foule de voyageurs attend ou attendent l’autobus ; la plupart de ceux-ci s’impatientent.- 

 

 


POUR UNE "RESTAURATION" DU SYSTEME EDUCATIF

Réforme du collège


La réforme des collèges que le gouvernement vient de proposer est l’énième avatar d’un système à bout de souffle qui ne remplit plus aucun des objectifs (ou presque)  qui lui sont assignés par la société. Il saute aux yeux qu’il n’est pas en phase avec le monde contemporain, à moins d’être aveugle, et ce n’est pas en imposant des pédagogies nouvelles, qui montrent chaque jour leur inefficacité, avec le vocabulaire des « nouveaux précieux ridicules », et en réduisant les savoirs, qu’on lui permettra de remplir correctement ses missions.

C’est à la représentation nationale de définir les responsabilités

Comme toutes les institutions publiques, l’école (dans son acception générale) doit offrir une lisibilité claire à ceux qui sont appelés à l’utiliser : les parents, les enseignants, les élèves. Pour eux il est important de savoir qui décide, qui finance, qui contrôle. Les Français attendent une parole politique forte sur l’École, une parole politique qui soit à la hauteur de son passé et qui soit tournée vers l’avenir, car c’est l’avenir de la jeunesse et celui du pays qui est en jeu, face aux mutations imposées par la révolution des NBIC. Il est facile d’énoncer quelques objectifs généraux : élever le niveau général de tous, proposer à chacun des parcours diversifiés de réussite, rétablir l’école de tous pour tous, celle qui permet à l’individu de s’élever. Toutes choses dont on a perdu la boussole actuellement. Mettre en œuvre ces objectifs que tout le monde peut partager nécessite une transformation radicale du système de formation. Quand on sera capable de répondre clairement aux questions posées ci-dessous, alors il sera possible d’envisager l’indispensable régionalisation régulée de l’Éducation nationale et son ouverture sur d’autres acteurs sociaux. La redéfinition du métier d’enseignant pourra être abordée sereinement sans être vécue comme la volonté de l’État de se décharger sur d’autres d’une dépense qu’il n’a plus les moyens d’assumer.

Il faut tout remettre à plat : à quoi sert l’école ?

Commençons par répondre à la question qui vient tout de suite à l’esprit et qui décide de tout : « A quoi sert l’école » ?  La perte de sens est en effet flagrante. On a mis l’enfant au centre du dispositif, mais pour quoi faire ? Certes, on a multiplié les dispositifs mis à sa disposition : réforme des rythmes scolaires dans les écoles primaires pour permettre le développement d’activités péri éducatives, soutien et itinéraires de découverte au collège, travaux pratiques encadrés et accompagnement personnalisé au lycée... à quoi s’ajoutent, les projets en tous genres, l’éducation à la santé, à l’orientation, à l’écologie, les voyages et sorties culturelles… Le résultat, c’est l’éclatement des enseignements et la dispersion des élèves à qui on a négligé de faire acquérir les connaissances fondamentales et qui ne savent plus distinguer l’essentiel de l’accessoire. Des élèves qui ne savent plus non plus à quel adulte se référer devant la multiplicité des intervenants au lycée comme au collège et parfois même à l’école élémentaire. Revenons donc à l’essentiel : commençons par respecter les étapes que constituent les âges de la vie, enfance, préadolescence, adolescence, pour adapter l’institution aux capacités correspondantes des élèves. Je ne vois qu’une réponse possible : l’école est d’abord faite pour transmettre du savoir, le « savoir être » et les « savoir-faire » en découlant naturellement. Si on décide de remettre le savoir au centre du projet et qu’on en fait le défi à relever, alors nous retrouverons le sens qui manque tant aujourd’hui.

Ensuite, posons-nous les bonnes questions.

Si l’école doit enseigner, que faut-il enseigner ? Les réponses viennent facilement. On n’est pas obligé de revenir au savoir encyclopédique qui était la marque de l’école de la 3ème République. Toutefois, assurons-nous du minimum requis qui permette l’accès à l’encyclopédie et sa compréhension. Gardons la démarche épistémologique en toute chose si l’on veut bien accepter que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Je veux bien qu’on utilise Wikipédia, mais avec les prérequis intellectuels qui le permettent : avant d’avoir accès à la « mémoire artificielle », cultivons d’abord les capacités de notre cerveau en musclant sa capacité de mémoire, ce qui suppose des exercices de mémorisation. Connaitre la langue française et la manier correctement, savoir lire et écrire, conjuguer, restent les priorités qui doivent être acquises avant d’entamer les études secondaires. De même, je reconnais que la calculette est utile, mais il importe d’abord d’apprendre à compter, de connaitre les tables de multiplication, de comprendre le sens d’une règle de trois et d’être capable de réaliser ces opérations mentalement. L’outil informatique n’en aura que plus d’efficacité ensuite. Et puis, ne laissons pas de côté les savoirs fondamentaux que sont les sciences physiques et naturelles, l’histoire et la géographie en ne laissant pas de côté chronologie, localisation, quand c’est nécessaire. L’apprentissage des langues étrangères doit être abordé de façon pragmatique au collège, et je reste partisan du maintien du latin et du grec parmi les options. Ce serait oublier l’apport non négligeable de ces dernières dans la pratique des professions juridiques notamment, dont la France reste un pays d’excellence.

Comment enseigner ? Et avec qui ?

Une des tares du système c’est d’avoir voulu faire un statut unique du prof de la maternelle à l’université. Qui peut le plus, peut le moins, me direz-vous. En pédagogie, ce n’est pas vrai ! Il n’est nul besoin d’avoir fait bac plus cinq pour enseigner à la maternelle et à l’école élémentaire, voire même au collège. Je préfèrerais des personnels correctement formés à leur métier, en m’assurant qu’ils aient le minimum de culture requis par l’obtention d’un premier grade universitaire. De bons professionnels plutôt que des « surdiplômés ». L’enseignant polyvalent et unique, éventuellement assisté d’une personne complémentaire à certains moments spécifiques, suffit pour enseigner du cours préparatoire au CM2. Au collège, le recours à des enseignants maîtrisant deux disciplines complémentaires permettrait une transition avec le lycée et apporterait beaucoup plus de souplesse dans la gestion des enseignements. Enfin au lycée, les enseignements requièrent une plus grande spécialisation du savoir et justifient le recours à des personnels ayant une connaissance approfondie de leur discipline. Mais à tous les niveaux, la formation professionnelle et pédagogique reste indispensable. Et si l’on veut innover, nul n’est besoin de grandes théories : laissons la liberté créative aux enseignants après leur avoir appris à manier les NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication) correctement, en exploitant toute la diversification d’un enseignement qu’elles permettent. Le tableau électronique doit remplacer le tableau noir, la tablette le cahier… et que de stratégies d’apprentissages alors ! C’est dans ce cadre-là qu’on peut envisager une relation différente de l’élève au savoir : il aura en face de lui une organisation plutôt qu’un individu pour lui enseigner, et des « ressources » auxquelles il peut accéder pour compléter son savoir et qu’il doit apprendre à utiliser. Mais au gré des opportunités locales de l’établissement qu’il fréquente.

Les pistes de réorganisation sont nombreuses.

Evitons de reproduire l’Ecole de la 3ème République : trop centralisée, trop hiérarchisée, elle serait en trop grand décalage avec les mentalités de notre époque. Mais l’ossature générale n’en est pas caduque pour autant. L’organisation en quatre étages : maternelle-primaire, collège, lycée, université doit être sauvegardée car elle correspond assez bien aux âges d’apprentissage. Et elle permet de ne pas perdre de vue ce qui devrait être toujours à l’ordre du jour : la construction démocratique des élites ! Pour cela, il ne faut pas hésiter à proposer une diversification des parcours, en permettant les formations en alternance dès la quatrième par exemple, et en mettant les écoles en concurrence, car, de nos jours, l’Etat ne peut plus être seul à assumer le service public d’éducation nationale. On voit bien que l’ampleur des moyens dispensés aujourd’hui ne garantit en rien l’efficacité. Il faut permettre davantage d’autonomie, notamment pour les enseignants, de concurrence des établissements, et ouvrir beaucoup plus sur l’expérimentation si on veut faire progresser le système. Ne vaut-il pas mieux faire confiance aux hommes et aux femmes qui connaissent les besoins de leurs élèves que d’imposer des solutions toutes faites conçues pour tout le monde par un collège d’experts autoproclamés dont personne ne comprend le langage abscons. Personne ne se plaindra si on débarrasse le « mammouth » d’une bureaucratie superflue.

On pourra alors envisager le nouveau modèle de l’école du 21ème siècle, qu’il faudrait mettre en place progressivement et qui se fonde sur la relation « Elève / Organisation apprenante (programmes, personnels et environnement) / Ressources (livres, outils électroniques, autres élèves, tuteurs, tests..) ». un nouveau modèle qui modifierait en profondeur le rôle joué par l’Etat, la Région, le département, la commune dans les domaines de la formation initiale, de la formation professionnelle et de la formation continue tout au long de la vie !

 


LE PETIT COURS D’ORTHOGRAPHE

 

Orthographe chat

L’orthographe française fourmille de curiosités, c’est ce qui en fait le charme, mais aussi sa difficulté. Puisqu’on a entamé l’étude des variations en nombre, voici un cas très particulier : celui des adjectifs de couleur. On sait que l’adjectif qualificatif varie en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte. C’est une règle simple qui s’applique très généralement sans problème, il suffit d’avoir le « réflexe ». L’adjectif de couleur est rebelle.

L’ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR 

Bon, accrochez-vous !

Quand il est employé seul, pas de problème, il suit la règle générale :

-       Des robes vertes

-       Des vestes bleues

Sauf que, certains sont invariables, parce que ce sont des noms utilisés comme des adjectifs : des robes abricot (couleur de l’abricot) >> subtil, mais logique !

Voici la liste des récalcitrants en plus de l’exemple ci-dessus : marron, orange, kaki, crème, paille, olive, bronze, tilleul, et beaucoup d’autres dès lors qu’il s’agit de la couleur d’une chose dont on prend le nom pour définir la couleur : acier, anthracite, ardoise, argent, bistre, bouteille, brique, canari, carmin, cerise, citron, émeraude, garance, grenat, groseille, indigo, jonquille, noisette, parme, pastel, pervenche, platine, rouille, sable, sépia, turquoise, vermillon ... Mais « rose » est passé dans les formes courantes et s’accorde.

Quand il est composé de deux mots, il est toujours invariable :

-       Des robes vert clair

-       Des vestes bleu foncé

 

A vos plumes :

Accordez correctement les adjectifs :

A la sortie, vous devrez présenter les billets vert.. – Les rebelles portaient des tuniques rouge.. sang.. – J’ai posé les crayons rouge.. sur la feuille bleu.. – Les plumes des ailes étaient jaune.. et vert.. – Les soldats portaient des vêtements kaki.. – Elle utilisait des enveloppes tilleul.. – On ne voyait plus sur l’écran que des taches noir.. et blanc.. qui dansaient – Ils avaient des visages brique.. à force de vivre au soleil – Elle portait une robe de soie gris.. perle – La mode était aux cravates olive.., qu’on appela vite des cravates bronze.. sans que la couleur en fût changée pour autant – Cette femme a les yeux marron.. – Ces pulls sont rose.., et pour être plus précis, rose.. orangé.. – Ses cheveux étaient bien brun.. – Des rubans orangé.. ornaient leurs jeunes têtes blondes. – D’un côté, les rideaux étaient mauve.. et de l’autre, turquoise..

 

Et voici le corrigé :

Accordez correctement les adjectifs :

A la sortie, vous devrez présenter les billets verts – Les rebelles portaient des tuniques rouge sang (inv) – J’ai posé les crayons rouges sur la feuille bleue – Les plumes des ailes étaient jaunes et vertes – Les soldats portaient des vêtements kaki (inv) – Elle utilisait des enveloppes tilleul (inv) – On ne voyait plus sur l’écran que des taches noires et blanches qui dansaient – Ils avaient des visages brique (inv) à force de vivre au soleil – Elle portait une robe de soie gris perle (inv) – La mode était aux cravates olive (inv), qu’on appela vite des cravates bronze (inv) sans que la couleur en fût changée pour autant – Cette femme a les yeux marron (inv) – Ces pulls sont roses, et pour être plus précis, rose orangé (inv) – Ses cheveux étaient bien bruns – Des rubans orangés ornaient leurs jeunes têtes blondes. – D’un côté, les rideaux étaient mauve ou mauves et de l’autre, turquoise (inv)