HISTOIRE

LA CHUTE DU SAVOIR

Crétin

L'occident est en déclin. L'obscurantisme progresse partout  au lieu du savoir, et   pourtant, " le temps de cerveau disponible" pour apprendre n'a jamais été  aussi important. Alors  pourquoi  ?

L'article ci-dessous propose une observation et une analyse très éclairantes. Je ne peux qu'y souscrire. Elles recoupent les attendus énoncés par Gérald Bronner dans son ouvrage, "Apocalypse cognitive" dont je vous entretiendrai bientôt. 

" Un ingénieur français travaillant dans l’intelligence artificielle dans la Silicone Valley remarquait cette semaine qu’il y avait de moins en moins d’ingénieurs américains dans son équipe et de plus en plus d’Indiens, de Chinois, de Coréens. Il y voyait une explication : depuis leur plus jeune âge les Américains sont encouragés par le pédagogisme ambiant - « tu es merveilleux mon fils » - même s’ils sont nuls. Arrivés à l’âge adulte ils sont encouragés à l’Université - « ce que tu fais est formidable » - même si leur production est insignifiante. Entrés dans l’entreprise on les encourage encore en leur disant que ce qu’ils font est « exceptionnel ». Et un jour le couperet tombe : on les vire car on s’est rendu compte qu’ils étaient très mauvais et que leur insuffisance remontait à l’acquisition des savoirs fondamentaux. Et on les remplace par des Indiens.

En France, nous en sommes au même point. Les résultats annuels de l’étude Pisa sont sans appel : en mathématiques les 5% des meilleurs élèves d’aujourd’hui sont à peine au niveau des élèves moyens d’il y a 30 ans, et les élèves moyens au niveau des plus mauvais d’hier. En sciences de la vie, idem. En français et en philo, n’en parlons pas. Et pourtant les résultats au bac sont exceptionnels… Cherchez l’erreur : elle tient à la même cause qu’aux USA, le pédagogisme qui veut faire de chaque enfant depuis 40 ans un être exceptionnel qui a droit à toute la bienveillance de ses aînés même si son savoir et son intelligence sont des plus mauvais. Arrivé à l’âge adulte, cet être exceptionnel, paré de son inculture n’a jamais été confronté à l’échec.
 
Investi des pouvoirs formidables que lui donnent les réseaux sociaux, cet imbécile patenté et encensé par l’Education Nationale se croit investi d’une mission : donner son avis sur les avancées les plus prodigieuses de la science, remettre en cause les études des plus grands chercheurs, défier la communauté scientifique. Il n’a, bien entendu, pas le début du commencement de la moindre compétence dans aucun domaine, à commencer par la médecine, ni le bagage théorique minimal pour comprendre ce qu’est une série statistique ou une probabilité.
 
Ajouter à cela une méconnaissance complète des grands mouvements de l’Histoire, il s’autorise à se comparer à un résistant, ou à voir dans nos gouvernants des apprentis dictateurs. Son civisme et sa moralité, pour autant qu’il en ait jamais eu, ont été systématiquement démolis depuis 30 ans par le droit des minorités qui tend à s’imposer à la majorité et il se vit désormais en héros révolutionnaire. Parce que « sa voix compte ». Parce qu’il a « quelque chose à dire ». Même une énorme connerie.
 
L’inculture générale règne. Chaque année 600 000 bacheliers sortent de l’enseignement secondaire. Ils n’ont qu’une très vague idée de qui est Jean Moulin, de ce pourquoi il est mort. Ils ne savent pas comment fonctionnent une cellule animale et comment y pénètre un virus. Ils n’ont aucune idée de ce qu’est une loi de distribution normale… Toutes choses qui sont pourtant au programme et qu’ils n’ont jamais apprises. Mais on leur a dit qu’ils étaient « formidables ». Alors Ils parlent, ils postent leur tweets vengeurs et ils refusent de se faire vacciner « parce qu’on n’a pas assez de recul ». Ils refusent le pass sanitaire parce « qu’on vit en dictature » et plus ils parlent, plus on les écoute parce que « la parole de chacun est précieuse ».
 
Notre pays a été à l’origine de l’esprit des lumières, des plus grandes avancées de la science et de la médecine. Nous avons longtemps été à la pointe de l’innovation. Nous sommes désormais à la queue des classements internationaux. Le mouvement antivax, la révolte contre le pass sanitaire ne sont pas des accidents de l’Histoire. Ils sont le symptôme d’un spectaculaire basculement de notre pays dans l’ignorance."
 
Marc Wluczka, médecin de santé publique

 


LES REGRESSISTES (3)

Je continue à publier les articles qui argumentent sur le néogauchisme.  Voici une nouvelle tribune publiée par Le Figaro récemment.

Philippe d’Iribarne: «La folie “woke” et décoloniale, fille de l’utopie de l’égalité parfaite propre à l’Occident»

Iribarne

Figure importante du paysage intellectuel français Philippe d’Iribarne est auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs sont des classiques dont La Logique de l’honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales (Seuil, 1989) et L’Étrangeté française (Seuil, 2006).

TRIBUNE - Le sociologue, X-Mines, directeur de recherche au CNRS analyse avec une exceptionnelle clarté les racines du mouvement «woke» et décolonial, né dans les universités américaines et qui progresse de façon fulgurante en France. Les pays occidentaux sont victimes de leurs intentions élevées et des objectifs écrasants et utopiques qu’ils s’assignent, explique le penseur.

La fracture de l’opinion provoquée par l’émergence du mouvement «woke» aux États-Unis et du mouvement décolonial en France paraît radicale. Les débats provoqués en France, jusqu’au sein de la majorité, par la loi «confortant le respect des principes de la République» en témoignent. L’université offre maintenant un terrain de choix à la manifestation de cette fracture. Entre ceux qui, tels nos ministres de la Recherche et de l’Enseignement supérieur ou de l’Éducation, dénoncent l’islamo-gauchisme qui y sévit et ceux qui, telle la Conférence des présidents d’université, défendent bec et ongles les orientations ainsi mises en cause, tout dialogue paraît impossible. Cette radicalité est intimement liée à la mutation qu’a connue la promesse d’égalité au cours du dernier demi-siècle.

Dans l’élan premier des Lumières, l’égalité des peuples, des cultures, était vue comme un horizon qui ne pourrait être atteint que grâce à une action intense de civilisation, d’éducation, menée par le monde occidental en faveur des peuples les moins «avancés». Le Pacte de la Société des nations de 1919 témoigne de cette vision. Ainsi son article 22 évoque les territoires «habités par des peuples non encore capables de se diriger eux-mêmes dans les conditions particulièrement difficiles du monde moderne». Il affirme que «le bien-être et le développement de ces peuples forment une mission sacrée de civilisation», et que «la meilleure méthode de réaliser pratiquement ce principe est de confier la tutelle de ces peuples aux nations développées qui (…) sont le mieux à même d’assumer cette responsabilité».

Cette vision est encore présente dans la Charte des Nations unies de 1945, bien que celle-ci mette en avant, d’emblée, le «principe de l’égalité de droits des peuples» et affirme de manière réitérée le refus des «distinctions de race, de sexe, de langue ou de religion» (articles 1, 13, 76). Son chapitre «Déclaration relative aux territoires non autonomes» invite encore (art. 73) à aider les populations «dans le développement progressif de leurs libres institutions politiques, dans la mesure appropriée aux conditions particulières de chaque territoire et de ses populations et à leurs degrés variables de développement ».

De nos jours, cette vision inégalitaire fait scandale. Il est hautement affirmé que tous les peuples, toutes les cultures, toutes les religions, toutes les manières de vivre, se valent tels qu’ils sont ; que, certes, il peut exister dans chaque société des individus qui diffèrent, pour reprendre les termes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, par «leurs vertus et leurs talents», mais que ces qualités se retrouvent également distribuées dans tous les peuples et, au sein d’un peuple, dans toutes ses composantes ethniques ou religieuses. Affirmer le contraire relève de préjugés racistes qui méritent la condamnation la plus vive.

Or, en dépit de cette affirmation solennelle, de grandes disparités demeurent, entre les peuples et au sein de chaque peuple, dans les sorts réservés à ceux qui diffèrent par leur culture, leur religion ou leur couleur de peau. Ainsi, dans les universités américaines, les Noirs réussissent nettement moins bien et les Asiatiques beaucoup mieux que les Blancs. En France, ceux qui ont un prénom musulman ont plus de mal à trouver un emploi que ceux qui ont un prénom chrétien. La promesse d’égalité parfaite et immédiate se révèle mensongère et rien ne laisse présager qu’elle cessera bientôt de l’être.

Il est absurde de regarder comme monstrueuses certaines actions si elles sont le fait de Blancs et comme vertueuses si elles sont le fait de non-Blancs

Comment donner sens à ce hiatus ? Logiquement deux interprétations paraissent possibles. L’une, qui relève du réalisme sociologique, est que l’on n’efface pas en un jour les effets de l’histoire ; qu’à chaque époque il a existé des civilisations plus brillantes que d’autres ; qu’il faut distinguer la reconnaissance de l’égale dignité de tous les êtres humains, qui va de soi, de l’objectif d’égalité immédiate entre tous les peuples, toutes les cultures, tous les groupes humains, qui relève de l’utopie. Mais une telle interprétation ne peut être vue que comme un retour intolérable à des temps définitivement révolus.

L’autre interprétation part du caractère sacré de la promesse, fondement de l’appartenance à une humanité commune de ceux et ceux seuls qui la respectent. Mais reste alors à expliquer pourquoi elle n’a pas plus de prise sur le monde réel.

Le mouvement «woke» et le courant décolonial apportent une réponse radicale. Pour eux, si la promesse n’a pas été tenue, c’est du seul fait de la résistance de dominants attachés à leurs privilèges. Affirmer que certains groupes humains ou certains individus membres de ces groupes sont responsables de leur situation défavorable n’a pour objet que de permettre à ces dominants de jeter un voile sur leurs menées. Les coupables sont clairement identifiés: ce sont les Blancs racistes, esclavagistes, colonisateurs, qui ont mis la planète en coupe réglée. Cette vision a un caractère transcendantal (qui est connu a priori et non pas fondé sur l’expérience, NDLR), au-delà de tout besoin de confirmation ou de possibilité d’infirmation reposant sur des données de fait.

Cette mise en avant de l’infinie culpabilité des Blancs alimente une représentation totale de la vie sociale portée par tout un vocabulaire: privilège blanc, racisme systémique, appropriation culturelle, etc. Ainsi, si certains «racisés» ont du mal à trouver un emploi, il est impensable d’envisager que les employeurs cherchent simplement à embaucher ceux dont le profil laisse augurer qu’ils sont les plus à même de contribuer à la bonne marche de leur entreprise. Il va de soi que la prospérité économique de l’Occident est fondée sur l’exploitation du travail des esclaves noirs et il est indécent de l’attribuer au génie inventif et à la capacité d’organisation dont l’Occident a fait preuve. Si les figures de l’art, de la pensée et de la science célébrées dans le monde occidental, et bien au-delà, tels Kant, Pascal, Rembrandt, Bach, Shakespeare, Dante, Dostoïevski, Cervantès ou Einstein, sont essentiellement blanches, c’est l’effet d’un complot des Blancs conduit à dissimuler les figures non blanches. Etc.

Entre croyants (ceux qui sont engagés dans le mouvement «woke», les tenants d’une approche décoloniale) et incroyants il n’existe pas de terrain commun au sein duquel échanger des arguments.

Pour les incroyants, ce mouvement est sans doute explicable par la souffrance de ceux qui se sentent victimes d’une promesse trahie mais n’est pas intellectuellement respectable. Il est absurde de regarder comme monstrueuses certaines actions si elles sont le fait de Blancs et comme vertueuses si elles sont le fait de non-Blancs ; par exemple de déclarer la colonisation blanche crime contre l’humanité et de porter au pinacle la colonisation arabe, notamment en Espagne ; ou encore de dénoncer une «appropriation culturelle» quand des Blancs se permettent d’interpréter une musique «noire» mais de parler de manque de diversité à fondement raciste quand les Blancs dominent au sein des orchestres symphoniques voués à une musique «blanche». Il échappe à toute logique de considérer comme monstrueux l'esclavage perpétré par les Blancs alors que, perpétré par des Arabes ou des Noirs il ne mérite aucune attention. Et comment accepter que l’histoire de l’Occident soit réécrite à la manière d’une histoire de la Révolution française qui serait centrée sur la Terreur, les massacres de Septembre, et le génocide vendéen, pendant qu’une approche hagiographique prévaut quand il s’agit d’autres civilisations?

De plus, les incroyants ne se privent pas de souligner ce qui leur paraît le plus outré dans l’approche décoloniale. L’affirmation selon laquelle les Blancs devraient toute leur pensée aux Grecs qui eux-mêmes devraient tout aux Égyptiens, lesquels étaient noirs, et qu’ils doivent donc toute leur pensée aux Noirs leur paraît une pure fable. Ils ne peuvent croire que si, dans les expressions «idées noires», «âme noire», «noirs desseins», etc., le terme noir a une connotation négative, la source en est l’association du mot noir à l’esclavage que les Noirs ont subi du fait des Blancs et non une opposition entre la lumière et les ténèbres. Et quand, pour écarter toute objection, la réponse (que l’on trouve par exemple dans une vidéo célèbre concernant l’université américaine d’Evergreen) est que l’appel à l’objectivité, l’attention aux faits, est une invention perverse de Blancs, les incroyants se voient conforter dans la conviction que ce courant de pensée est bien peu sérieux.

Par ailleurs, la place que tient la cancel culture, la création de safe spaces où les croyants sont mis à l’abri de pans entiers de la réalité, apparaît aux incroyants comme liées au besoin de ces derniers d’être protégés de ce qui pourrait faire éclater la bulle de certitudes qu’ils habitent.

On sait que la dérive d’un milieu de recherche sous l’influence d’intérêts ou d’une idéologie n’est pas l’apanage de la « science prolétarienne » de jadis

Mais, pour les croyants, tout cela n’est qu’arguties qui ne tiennent pas face au scandale que représente la radicalité du privilège blanc qui, avec sa dimension raciste, viole les principes les plus sacrés qui doivent inspirer la vie de l’humanité. Ces arguties se trouvent disqualifiées par le fait qu’elles légitiment le maintien d’un tel privilège et il est hors de question de leur accorder quelque valeur que ce soit. Ceux qui en font usage ne méritent pas d’être écoutés et les interdire de parole, comme l’implique la cancel culture, relève de l’objectif vertueux d’empêcher de nuire des représentants du mal. Leur donner la parole, débattre avec eux, reviendrait à accorder au mal un statut égal à celui du bien.

C’est dans ce contexte que prennent sens les affrontements actuels portant sur le monde de la recherche, la place qu’y tient l’islamo-gauchisme, les mérites des courants décoloniaux, la dénonciation par les étudiants d’enseignants déclarés racistes ou islamophobes et l’autocensure de ceux qui craignent d’être regardés comme tels. La vision décoloniale, affirme ses croyants, s’appuie sur des travaux de recherche menés dans des institutions prestigieuses et conduisant à des publications savantes dont seuls les tenants d’une forme de suprématisme blanc peuvent contester la pertinence. Ce n’est pas, affirment-ils, l’idéologie «woke» qui a perverti le monde de la recherche, mais le résultat de recherches de qualité qui alimente les convictions correspondantes. Mais cette affirmation laisse ouverte la question de portée générale de la scientificité des travaux académiques et de la qualité du contrôle de cette scientificité.

On sait que la dérive d’un milieu de recherche sous l’influence d’intérêts ou d’une idéologie n’est pas l’apanage de la «science prolétarienne» de jadis. Les recherches tendant à démontrer l’absence de nocivité du tabac ou des perturbateurs endocriniens ont été marquées par de telles dérives, y compris quand elles étaient réalisées au sein des universités. On peut penser aussi aux travaux d’économistes de renom qui ont légitimé les pratiques, tels les subprimes, au cœur de la crise financière de 2008. De manière générale, il n’est pas difficile de biaiser les résultats d’une recherche tout en sauvant les apparences. Il suffit de sélectionner les données dont il est fait état et de les interpréter en fonction de ce que l’on souhaite démontrer.

Prenons, à titre d’exemple, la manière dont la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) s’y prend pour démontrer que la société française est islamophobe. Le parti adopté est d’écarter tout élément permettant de rattacher des réactions négatives à l’égard de l’islam à la réalité de celui-ci, ce qui permet de mettre ces réactions au passif de la population majoritaire. Ainsi, le rapport mentionne bien «un conflit de valeurs, considérant la religion musulmane et ses pratiques en contradiction avec le principe de laïcité et avec les droits des femmes et des minorités sexuelles». Mais, et c’est là que la pensée glisse, loin de considérer que ce conflit est à la source de réserves légitimes envers l’islam, il affirme que ceux qui le mettent en avant sont coupables d’«inverser la causalité et de rejeter la responsabilité du racisme sur ceux qui en sont les victimes». La manière même dont sont libellées les questions dont le rapport fait usage relève de cette stratégie. Ainsi, il n’est pas demandé si certains comportements associés à l’islam sont incompatibles avec les valeurs républicaines, mais si «certains comportements peuvent parfois justifier des réactions racistes». Du coup, une majorité des personnes interrogées n’a pas d’autre choix que de déclarer que des comportements «racistes» sont justifiés, ce qu’il s’agissait justement de démontrer.

Que nous réserve l’avenir ?

On peut douter que cet affrontement idéologique soit moins pérenne que celui qui s’est noué autour du rêve communiste. Un retour au réel impliquerait que ce qui relève d’une fausse science soit scruté avec la même rigueur que celle qui est déployée quand il s’agit d’impostures scientifiques au service d’intérêts privés. Mais cette rigueur ne paraît pas pour demain. Et qui est prêt à admettre que la folie «woke» est un enfant monstrueux de promesses radicales propres à l’Occident, promesses impossibles à tenir à l’échelle d’une ou deux générations et qui méritent d’être reconsidérées avec plus de réalisme ?

 


CETTE ULTRA GAUCHE INTOUCHABLE QUI SE CROIT TOUT PERMIS.

Vidal-islamogauchisme-universite

Islamo-gauchisme : le débat secoue les facultés et fait la une des médias avec la demande d’enquête formulée  par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Cet article propose de faire  le point sur ce qu’il en est vraiment : pourquoi c’est une réalité, à quel point les universités sont touchées, la farce du discours victimaire de ceux qui se sentent accusés, et ce qu’il en est vraiment des pseudos sciences importées du monde anglo-saxon.

Vous avez dit « nauséabond » ? 

D’abord, il y a des mots qu’il ne faut pas prononcer sans qu’aussitôt on ne déchaîne les orgues de la bien-pensance : « islamo-gauchisme » en fait partie. Pensez donc, un vocable qui aurait son origine à l’extrême-droite, ne peut être que « nauséabond », et aussitôt les références les plus outrancières sont brandies pour dénoncer l’abject.  Les personnes visées par ce vocable seraient ni plus ni moins, victimes d’une chasse aux sorcières comme les  communistes à l’époque de Mac Carthy, rien que ça. Défense bien connue des gauchistes, celle de crier à l’intolérance qu’ils pratiquent eux-mêmes sans vergogne et souvent manu military. Mais…  circulez, il n’y a rien à voir. On l’a bien vu l’autre soir, à « C à vous », avec le sieur Blanchard, chercheur en Histoire, que le décolonialisme n’effraie pas, trouvant en Jean-Michel Apathie et Patrick Cohen des journalistes bien compatibles.  L’amicale des « islamo-gauchistes » touche tous les milieux : politiques, journalistiques, universitaires, éducatifs.

Islamo-gauchisme : une réalité.

L’expression a été popularisée en France par les travaux d’un directeur de recherche du CNRS, Pierre-André Taguieff, dès 2002 dans un ouvrage sur « l’intifada », et sur laquelle il revient dans une tribune publiée dans Libération le 26 octobre 2020 : « Aux sources de  l’islamo-gauchisme ». Il y décrit la convergence de fait entre certains groupes d’extrême-gauche et des mouvances islamistes. Elle n’est nullement un « concept venu de l’extrême droite », comme l’ânonnent les ignorants, les imbéciles et les gens de mauvaise foi. A  l’université, cette convergence donne lieu à une bataille idéologique qui secoue le monde  académique, surtout depuis les propos de Jean-Michel Blanquer, tenus après l’assassinat de Samuel Paty. Il avait nommé et pointé « l’islamo-gauchisme » qui sévit dans les facs et dénonçait « une matrice intellectuelle venue des universités américaines et des thèses intersectionnelles qui veulent essentialiser les communautés et les identités et propager une vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ». Une réalité qui, de fait, a gangréné une grande partie de nos sciences sociales. Mais « l’islamo-gauchisme » n’est qu’une facette du « nouveau dogme universitaire » qui partout dans le monde occidental, dénature l’enseignement supérieur.  Ce sont surtout les départements de sciences sociales qui se retrouvent « idéologisés » de part en part. Il s’agit d’une guerre idéologique beaucoup plus large menée sous couvert de rigueur universitaire,  qui installe l’obsession de la race, du genre, de l’identité, des laboratoires de recherche jusque sur les plateaux de nos médias publics, en passant par les syndicats étudiants tels l’Unef, la Ligue des droits de l’Homme, la FCPE, les présidences d’universités, et évidemment le personnel politique dont Jean-Luc Mélenchon est le porte-drapeau. L’islamo-gauchisme n’est que le symptôme d’un mal qui ronge la société dans son ensemble, d’autant plus que l’effondrement du PS et de la sociale-démocratie laisse une place béante, aggravée par le « en même temps » macronien.

Frédérique Vidal a posé le doigt où ça fait mal.

Dans l’université, nombre de professeurs s’inquiètent de la pression grandissante des théories décoloniales et racialistes. La Ministre n’a fait que son devoir en s’inquiétant d’un mal qui s’attaque à nos valeurs universalistes et à nos traditions universitaires fondées sur la confrontation sereine des idées et des opinions.  Car point de liberté pour les ennemis de la nouvelle  « doxa » : syndicats et enseignants montent la garde. On ne compte plus les entraves faites aux intellectuels qui ne pensent pas droit. Bernard Rougier a dû se tourner vers la  Région Ile-de-France pour financer ses travaux sur l’Islamisme que son UFR lui refusait ; Sylviane Agacinski, Alain Finkielkraut se sont vu refuser des conférences ; ce ne sont que quelques exemples emblématiques des pratiques en usage. Les réunions non mixtes, interdites aux blancs, un prosélytisme islamiste comme à Sorbonne Paris Nord, des phénomènes de censure, d’intimidation, de discrimination ont été instaurés et menacent la liberté académique et  même la liberté de pensée en obligeant à un alignement idéologique. Des chercheurs militants, confondant propagande et recherche, ont investi le monde universitaire et procèdent à une occupation systématique des postes-clés : élections de présidents et des conseils universitaires, commission de recrutements pour la cooptation des jeunes maîtres de conférence … L’étape de la vérification de la qualité des travaux des candidats par le Conseil National des Université est supprimée et les  recrutements directs des professeurs sont autorisés, ce qui a permis un entrisme encore plus large. Les militants du décolonialisme et de l’intersectionnalité sont dorénavant libres de poursuivre leur entreprise d’accaparement de l’institution au gré des politiques universitaires locales. Il y a de quoi émouvoir la Ministre de tutelle !  D’autant plus qu’après l’assassinat de Samuel Paty, cent universitaires ont signé un « appel » qui critiquait le déni de  l’islamisme dans nos universités et constatait la montée des idéologies indigéniste, racialiste et décoloniale.

La farce du loup devenu agneau.

On peut s’interroger sur le choix de Frédérique Vidal de demander au CNRS d’enquêter sur le sujet.  C’est comme demander à un tricheur au poker de dévoiler sa méthode ou à Al Capone de rechercher les trafiquants. Car le CNRS, dont on peut douter que ce soit sa mission de mener des enquêtes sur l’université, est devenu depuis quelques années un pôle avancé de ces idéologies. Les travaux sur le genre, la race, entre autres, sont très encouragés par le CNRS qui pratique d’ailleurs l’écriture inclusive systématiquement. Mais c’est le génie de  la gauche quand elle est le loup de se faire  passer pour l’agneau. La Ministre a trouvé le moyen de donner un statut de victime à ceux qui pratiquent l’exclusion et l’ostracisme. Sans surprise, la « nomenklatura »  académique s’est braquée contre elle en l’accusant d’employer un concept forgé par « l’extrême-droite ». Ce qui est un mensonge, mais un mensonge censé avilir. Une manoeuvre convenue qui devrait prêter à rire, tant cette technique de l’épouvante ne bluffe plus personne. Le CNRS, comme la conférence des Présidents d'Universités ont réagi par le déni et les réflexes corporatistes bien connus. Ils dénoncent vigoureusement un danger extérieur qui planerait sur les libertés académiques, en gardant le silence sur les pressions internes qui entravent les mêmes libertés. Dans la foulée, pour faire contrepoids au « manifeste des cent », ils se sont trouvés à « six cents universitaires »  pour interpeller Frédérique Vidal. L’amicale gauchiste  montre ainsi son implantation. On l’a vue aussi à l’œuvre quand il a s’agi de déstabiliser  Didier Lemaire, le prof de Trappes, en venant au secours du maire Génération.S, Ali Rabeh. Ils appellent à la démission de la Ministre ! Au-delà, c’est toute la gauche, pour une fois unie, qui dénonce l’intrusion et le procès, à quelques rares voix près comme celles de Manuel Valls ou de Julien Dray, qui appelle les universitaires à ne pas se laisser faire. Cocasse, Mélenchon précise, inversant les rôles : « Si vous laissez exercer la  police de la pensée, nous sommes perdus ! ». Quant à Oliver Faure, toujours aussi nul, il avoue ne pas savoir ce que veut dire « islamo-gauchiste ». Avec un chef comme ça, le PS n’est pas  prêt de se reconstruire.

Une opinion qui se déguise en science.

L’université est donc bien l’otage des idéologues radicaux. Le CNRS se fourvoie lui aussi quand il tente de disqualifier la proposition de la ministre en expliquant que le concept d’islamo-gauchisme n’est pas « scientifique ». Une réplique loufoque pour le moins, de la part de gens qui affirment la légitimité des concepts issus des études « postcoloniales » comme le « racisme systémique »,  le « privilège blanc », la « culture du viol » ou la « fluidité identitaire »… Ces disciplines en « toc » qui troquent le savoir pour la subjectivité victimaire engendrent un savoir frelaté. C’est au nom de la science que ces gens décrètent sérieusement l’inexistence de l’homme et de la femme, relégués au placard au nom de la fluidité de l’identité de genre. Et surtout n’allez pas affirmer que la biologie est une science ! Elle est  disqualifiée pour cause de son caractère patriarcal et viriliste. Le « trans »  ou le « queer » au genre « fluide » sont les nouveaux héros alors que la masculinité est toujours toxique. On crée ainsi de nouvelles spécialités universitaires sur le modèle des « studies » anglo-saxonnes. La multiplication des canulars qui en proviennent a confirmé à quel point la validation par les pairs relevait de la tartufferie intellectuelle. Ces gens sont de grands farceurs ou de grands fraudeurs, et les deux sont possibles. Dans tout ça,  le coupable, lui, est aisé à trouver : le mâle blanc, occidental, hétérosexuel. L’islamo-gauchisme n’est qu’un versant de cette bêtise sophistiquée.  Le grand péril que ces idéologues nous font courir tient dans l’atrophie de l’intelligence, l’effacement de la culture, pour aboutir selon la formule d’Alain Bloom, à des « âmes désarmées ».

Frédérique Vidal veut savoir ce qu’il en est. Il est un moyen facile de le savoir. Il suffit qu’elle se fasse remettre la liste des sujets d’études proposés aux étudiants lors de ces cinq ou dix dernières années,  dans les  établissements ou départements universitaires concernés. Mais il faut réagir vite, à l’université  comme au CNRS, car  il est grand temps de ne plus confondre les prises de parti militantes et les vérités scientifiques. Ce qui s’accélère est  l’arrivée rapide chez nous des théories qui sont en train de détruire les universités  américaines. Ce serait une catastrophe pour la France, mère de la pensée rationnelle et universelle. Ne comptez pas sur la majorité pour défendre sa Ministre, elle n'a  pas d'avis sur la question. Ou plutôt, comme d'habitude, c'est du "en même temps", selon les intervenants, le grand écart entre Aurore Bergé et Gabriel Attal...

 

 


NOTRE CULTURE PREND L’EAU DE TOUTES PARTS !

Académie française

Au moment où le  Royaume-Uni quitte l’Europe, les 27 pays de l’Union, en toute logique, devraient abandonner  la langue anglaise comme langue de communication, et, pourquoi pas, permettre au  français de prendre le relais. Mais le « globish » anglo-maniaque n’a jamais été aussi fleurissant et s’est imposé comme une soi-disant évidence dans les échanges intra-européens parce qu’il serait plus pratique. Que s’est-il  donc passé chez nous depuis  une vingtaine d’années pour que nous arrivions à un avachissement généralisé qui nous conduit tout droit à la relégation intellectuelle, alors que la France a longtemps pu, à juste titre, s’enorgueillir de sa langue et de sa culture ? Sans prétendre retrouver le XVIIIe siècle, époque où notre langue était celle des cours européennes , et même de la cour russe, on peut s’étonner de ce que la langue anglaise, dans sa version la plus pauvre, ait définitivement pris le pouvoir dans une Europe qui avait pour ambition de réunir les peuples et non de céder à cet impérialisme linguistique. En octobre dernier, encore, le parquet européen a ainsi choisi d’adopter l’anglais comme unique langue de travail,  un comble !

La furie féministe sape le génie de la langue.

Le français a aussi ses ennemis de l’intérieur. Depuis son apparition, l’écriture inclusive qui se  manifeste  par l’usage du point médian et la mention systématique du genre féminin, a tendance à se répandre en dépit des interdictions officielles, notamment  dans nos universités. Cette pratique est une insulte au génie de notre langue et conduit directement à un appauvrissement intellectuel.  Elle rend l’oralité de la langue impossible. Essayez de lire à haute voix : « Cher.e.s étudiant.e.s vous êtes convoqué.e.s  pour venir rencontrer vos interlocuteur.trices … ». Faut-il « oraliser » les  points ? On mesure le ridicule. Mais c’est une véritable oppression qui s’est mise en place pour imposer ce langage stupide. Dans certains cas, ce sont les professeurs qui l’imposent à leurs étudiants dans leurs devoirs ou dans leur messagerie, sous peine de ne pas corriger ou répondre, ce sont les organisations syndicales qui l’imposent aux administrations, quand ce sont les administrations elles-mêmes…  Les opposants à cette nouvelle forme d’écriture sont alors qualifiés de réactionnaires ou de conservateurs,  ce qui est pour moi un compliment.  Certains enseignants ont vu leur conférence annulée quand le thème était jugé « inapproprié » tel Jean Szlamowicz, auteur du livre « le sexe et la langue » (qui ne parle pas du cunnilingus), qui devait exposer dans le cadre d’un séminaire linguistique, « l’écriture inclusive à l’épreuve de la grammaire ». Ses collègues avaient fait pression sur le doyen pour empêcher la conférence d’avoir lieu. Et le cas n’est pas isolé. 

Voilà l’université française qui pratique l’ostracisme. Le résultat est préoccupant, car la réflexion scientifique est étouffée par l’idéologie. L’Académie française y a vu un « péril mortel ». Cette pratique est un bras d’honneur aux instituions gardiennes de la langue française. L’écriture inclusive part d’une idée fausse qui voudrait que le masculin dans la langue «  invisibilise » (admirez le néologisme) les femmes. C’est une croyance qui ne repose sur aucun fondement sérieux : faire du masculin un genre qui ne prend pas en compte le féminin, c’est faire comme si les mots n’étaient jamais utilisés dans un contexte qui en éclaire le sens : ainsi, quand je parle des « habitants de ma ville», je pars du principe que c’est un ensemble qui comprend des hommes et des femmes. Il est urgent que l’usage de cette écriture soit réellement proscrit à l’école, elle est un danger pour l’apprentissage de notre langue car elle génère de l’insécurité  linguistique en rendant le français moins accessible, elle éloigne les gens qui ont des difficultés avec la langue. Un député s’est saisi du problème et prépare une proposition de loi allant dans ce sens. Espérons qu’il soit suivi.

Nous fabriquons des infirmes de la jouissance littéraire !

Un autre mal ronge notre culture : la  castration littéraire.  C’est un inquiétant symptôme de ce nivellement généralisé qui, dans le sillage de ce qu’on appelle la « culture de l’effacement » ou «cancel culture», est en train de bâillonner l’imaginaire en éteignant la saveur des mots. Désormais, il faut éviter  toute complexité et renoncer à la richesse de la langue dans les textes à destination des jeunes. Ainsi un éditeur transforme, lors d’une réédition, une phrase telle que «Le soleil disparut dans un flamboiement d’incendie et le lac refléta de merveilleux tons de pourpre et d’or» en la phrase amaigrie «Le soleil disparaît derrière les sommets alpins et le lac prend des reflets dorés». C’est ce qu’a fait Casterman en rééditant « Le Club des cinq et le Cirque de l’étoile ». De la même façon on  renonce au passé simple au profit d’un présent aplati, ce qui supprime la différenciation féconde  que nous faisions entre l’action factuelle intervenue à un  moment précis du passé et celle qui a une durée, exprimée par le passé simple ou l’imparfait. Pour Alain Duault, on prive nos enfants « de la pulsation gourmande d’une langue riche et charnue pour en faire une sorte de prose végane ». 

Le désapprentissage de la langue dans son épaisseur et sa complexité se fait au profit de sa seule valeur d’échange. L’argument de la simplification induit donc la réduction : il faut aplatir les textes destinés aux enfants, pour les préparer à « être en phase avec leur époque », ainsi que le dit la directrice de Casterman jeunesse. Un seul chemin : l’utile, le pratique, ou l’échangeable, voire le jetable. La poésie ne leur est plus nécessaire, pas plus que la musique ou que la peinture, pas plus que tout ce qui crée un langage propre à élever l’esprit, à questionner le monde, à en révéler la beauté et la multiplicité.  Bientôt on simplifiera Chateaubriand qui fait des  phrases trop  longues, si on l’étudie encore, et on « allégera » la neuvième de Beethoven aux orchestrations trop capiteuses. Bah,  le rap est bien plus accessible et il n’est pas produit par des « vieillards blancs, hétérosexuels, suppôts du patriarcat ». Ne cédons pas à tous ces alignements devant le politiquement correct de soi-disant progressistes, qui fait réécrire des titres, déboulonner des statues, étouffer des œuvres, débaptiser des écoles, défigurer la graphie de la langue avec la pratique de l’écriture inclusive, réduire toute expression à la pensée unique du moment.

Les néo-totalitaires nous imposent leur censure castratrice.

L’accumulation de ces atteintes anticulturelles cible les jeunes, les enfants même, qui, si l’on accepte de laisser cette action rongeuse se poursuivre, n’auront bientôt plus de mémoire pour se défendre, plus d’images pour rêver, plus de mots pour dire la beauté, l’amour, la vie. Il faut en finir avec cette maltraitance récurrente de ce qui constitue la matière de notre culture et qui se traduit par une langue décharnée plutôt que savoureuse et colorée, un imaginaire censuré plutôt qu’une ouverture au rêve, une aseptisation des contenus plutôt qu’un apprentissage des différences et de la mise en perspective historique. L’uniformisation du style, du son, de la perception conduit à une robotisation des consciences à un langage unique comme l’est la pensée. Insupportable ! Qui ne mesure la régression quand la langue qui est notre première identité doit se modeler à la dictature de la facilitation du discours, au nom d’une aberration intellectuelle ?

 

 


AUDIOVISUEL PUBLIC : LA MISE AU PAS EN MARCHE !

Archibald en colère

 

Delphine Ernotte a annoncé la couleur en prenant la tête de France Télévisions : elle consacrera l’essentiel de son temps  à « promouvoir la diversité ». Et effectivement  on commence à voir  le « progressisme » à  l’œuvre : Drucker enfin débarqué, Patrick Sébastien viré, et quelques autres têtes de gondole. Il ne fait pas bon être un mâle blanc par les temps qui courent. Plus insidieusement on commence à voir disparaître des émissions, le Cabaret de Patrick Sébastien, par exemple.… Ce n’est pas  pour des raisons d’audience, elles sont plutôt bonnes.  Elles coûteraient trop chères est-il avancé …  mais personne ne croit vraiment à ce genre d’argument.

Une télé diversitaire.

Delphine Ernotte  prétend donc faire entrer la télévision française publique dans les canons des intellectuels progressistes à la  mode. Une télé qui prend en compte la théorie du genre dont l’auteur a pourtant avoué qu’elle était entièrement inventée, et offre une meilleure représentativité aux « racisés ».  Il s’agit d’effacer la télévision « réactionnaire » « d’hommes blancs  de  plus de 50 ans ». Donc la règle est désormais : on ne finance pas un projet quand la diversité n’est pas représentée. Autrement dit France Télévisions devient l’organe exécutif d’une idéologie, avec nos redevances.  Mais quand on est  persuadé qu’on agit pour répondre aux exigences du sens de l’Histoire, on ne se pose même pas la question.

Ainsi, puisque 25% de la société française serait non blanche (là, les statistiques ethniques sont autorisées), le régime diversitaire doit s’imposer. Il est tellement facile de présenter, comme le faisait Françoise Nyssen, l’ex-falote ministre de la Culture « le pays des lumières, sur le sujet de la diversité, comme hautement réactionnaire ». Donc, la théorie de la représentativité va s’appliquer avec sa sociologie bancale, qui compartimente toujours plus étroitement la société en identités claniques. Il va falloir faire en distinguant  les hommes des femmes et des « non-binaires » qui refusent d’entrer dans une de ces deux catégories. Inutile d’invoquer la biologie, c’est « réac ». Il y aura les bien portants, les handicapés, et en plus il faudra trier tout le monde en groupes raciaux, séparant évidemment les « méchants blancs »  des minorités  opprimées.

Il ne fera pas bon être un mâle blanc, hétérosexuel, de surcroît un peu âgé donc susceptible d’être « colonialiste ». J’exagère à peine. Et encore, il y a tant d’autres catégories. Une production selon Ernotte doit donc refléter fidèlement ce saucissonnage nous présentant un monde sous la forme d’une série d’échantillons représentatifs… en espérant que chaque téléspectateur ou téléspectatrice (téléspecta.teur.trice, en inclusif) se trouvera représenté par un membre du groupe auquel  la bureaucratie médiatique diversitaire l’aura assigné. Et si ça n’est pas le cas, cela sera interprété comme une discrimination ! Notre culture nationale  universaliste, est condamnée à disparaître pour laisser  la place au monde « racisé »  et « multiculturaliste »,  machine à concasser l’idée même de nation.

Lavage de cerveau.

Est-ce  la mission du service public de se faire  propagandiste zélé d’une idéologie,  car  la « promotion de la diversité », vue sous ce prisme catégorisant est tout sauf un progrès. Et il ne s’agit plus d’éducation des consciences mais  de  lavage de cerveau, puisque la diversité des points de vue sur le sujet n’est même pas discutable. L’universalisme dont nous nous réclamons et qui met tous les êtres humains sur un pied d’égalité fait partie des opinions du vieux monde véhiculant des préjugés  à déconstruire pour faire place à la société inclusive. Avec à la clé des comportements comme ceux en action à France Inter qui tient la liste des intellectuels à bannir, comme Zemmour ou Onfray, meilleur moyen de liquider les « réactionnaires ». On comprend bien que les problèmes de santé de Michel Drucker sont tombés au bon moment, on apprend que « Mongeville » ne serait pas continué et que « La maison France 5 » ne sera pas renouvelée à partir de 2021. Le ménage est en cours. Ce sont pourtant des émissions qui ont leur public. Mais voilà : trop blanc, pas assez de couleur, pas  assez « genré »,  trop réactionnaire.

De l’audio-visuel aux universités.

Et le mal ne sévit pas que sur le service public audiovisuel. Il gangrène aussi nos universités et il ne fait pas bon,  par les temps qui courent, dénoncer  les islamo-fascistes, déconstructionnistes et diversitaires. Après le secondaire, où il est solidement installé, l’islamo-gauchisme s’est attaqué à l’enseignement supérieur où des courants très puissants sont à la manœuvre. On y voit la  montée des idéologies hostiles aux valeurs de la République qui menacent explicitement et directement les piliers de notre vie démocratique. Elles se manifestent, sous prétexte d’être les victimes d’une chasse aux sorcières et en hurlant au maccarthysme, par les pressions multiples et variées pour empêcher des conférences ou des interventions  d’avoir lieu, comme celles de Mohamed Sifaoui sur la prévention de la radicalisation ou de Sylviane Agacinski. Alain Finkielkraut y est interdit de séjour, ce qui est un comble pour un académicien. Je me demande ce qu’en pense sa chère collègue Danielle Sallenave. Bernard Rougier  et ses collaborateurs sont l’objet de menaces récurrentes pour avoir commis le livre « Les territoires conquis de l’islamisme ». Il s’agit d’une inversion des rôles incroyable, très pratiquée par le gauchisme. Menaces, actions militantes, pressions,  tout est bon pour transformer  l’enseignement supérieur en chasse gardée  sans que le monde académique ne se mobilise. L’objectivité du savoir est remise en cause  et on ne respecte plus la diversité des opinions.

Islamo-gauchisme et idéologie diversitaire, même combat.

Pour éclairer le débat, car c’est le même combat qu’il faut livrer dans l’audio-visuel et l’enseignement supérieur, il est utile de définir ce qu’on entend par islamo-gauchisme. Il se fonde sur trois idées. Il considère d’abord, l’islam comme « la religion des opprimés »,  ce qui permet à ces agitateurs athées d’oublier leur aversion du religieux. Il s’agit de substituer « la révolte islamiste » à celle du prolétariat européen devenu trop réactionnaire (surtout quand il vote RN). Il faut donc, deuxième principe, importer un prolétariat actif et révolutionnaire  en maintenant le plus possible les frontières ouvertes, donc surtout pas de frein à l’immigration. C’est avec ces nouveaux « damnés de la Terre » que les islamo-gauchistes espèrent détruire la  sociale-démocratie libérale et l’affreux système capitaliste. Enfin, troisième principe fondateur, «  l’islamisme » n’est qu’une simple réaction de défense (légitime) contre l’impérialisme néocolonial occidental  qui se servirait de l’idéologie « des droits de l’Homme » dans le  monde entier, à coup de canons !  Vous comprenez  maintenant l’embarras de M. Mélenchon quand il  lui faut dénoncer  le crime contre Samuel Paty. Et d’ailleurs, ce gauchisme sait utiliser toutes sortes de gradations pour imposer progressivement son idéologie, du déni à la « mauvaise conscience » (il ne faut pas stigmatiser, pas d’amalgame), en passant par le « pas-de-vaguisme » et si ce n’est pas suffisant, culpabiliser ou utiliser la peur. La somme de toutes ces petites trahisons conduit directement à une sorte de soumission à ses thèses.

Quel rapport entre l’idéologie diversitaire d’une Delphine Ernotte et l’islamo-gauchisme d’un Jean-Luc Mélenchon : une complémentarité qui conduit à mettre « hors d’état de nuire » notre culture de l’universel, fondée sur les Droits de l’Homme, l’esprit critique et le savoir.  Mais en se servant des thèses obscurantistes, venues des Etats-Unis ou véhiculées par une religion fondamentaliste, ils jouent un jeu dangereux. Ils mettent en danger notre civilisation et notre art de vivre.

 


CONTRE LA BARBARIE, L’HISTOIRE !

HISTOIRE

 

A hauteur de l’Histoire, les événements que nous vivons, telle la multiplication des « attaques au couteau », correspond à une entreprise de terreur pour sidérer les Français.  Et l’attaque de  Vienne, montre, s’il  en était besoin, qu’il s’agit bien d’un choc de civilisation. La France, comme  l’Autriche, comme tous les pays de l’Union européenne, incarnent un modèle de civilisation qui représente une résistance objective à la conquête islamiste. C’est donc l’Europe qui est attaquée, quel que soit son visage, qu’elle soit catholique, protestante, juive ou athée. Ce choc de civilisation qu’Erdogan cherche à amplifier en le transformant en guerre d’agression, est plus violent sur le territoire de la France par le fait que notre pays y ajoute le principe de laïcité, mortel pour les obscurantistes qui nous combattent. Car la laïcité, c’est l’autre nom de « l’universalisme », ce nom savant pour proclamer l’unité de l’espèce humaine.

Le rôle de la connaissance de l’Histoire.

Le modèle de civilisation dans lequel nous vivons ne va évidemment pas de soi.  Il suffit de regarder le monde autour de nous pour constater qu’il est assez unique sur la Terre.  Même les Etats-Unis d’Amérique présentent des traits d’obscurantisme, ne serait-ce qu’en enseignant à partir des thèses du « créationnisme », et leur société communautarisée montre au moment de l’élection du Président des limites inquiétantes par les violences qu’elle entretient.

Il  est donc essentiel d’enseigner l’Histoire à nos enfants qui arrivent dans un monde plus vieux qu’eux et dont elle seule peut leur donner les clés de compréhension. Il importe de refaire avec eux, quelle que soit leur origine, le chemin qui a mené à la République, à la proclamation des Droits de l’Homme puis au principe de séparation. Comme  l’énonçait Charles Péguy, « laïcité, République et France sont une seule et même chose ».  La laïcité, c’est l’unité dans la séparation, celle de l’église et de l’Etat, entre le religieux et la conscience basée sur la raison. Cette séparation a pour présupposé l’unité de l’Esprit humain, l’idée qu’il y a un Esprit universel à l’image de l’intelligence humaine. Et c’est la grandeur de la République d’avoir proclamé ce principe valable  pour tous les temps, tous les pays,  toutes les civilisations, toutes les religions.  C’est ainsi que notre coin de terre est devenu la patrie de l’Universel. Principe rappelé par des intellectuels de renom dans un manifeste publié dans le Journal du Dimanche le 25 octobre dernier.

C’est le principe de séparation qui permet le libre-arbitre, la liberté de croire ou de ne pas croire, la  liberté d’expression … et qui nous a permis une fois pour toute de sortir des guerres de religion (encore l’Histoire). Et c’est pour le défendre, que des Boualem Sansal, Kamel Daoud, Zhineb El Rhazaoui, Jeannette Bougrab, et tant d’autres pas particulièrement gaulois…  risquent leur vie au nom de la liberté.  En même temps, c’est aussi pour nous qu’ils se battent !

L’Histoire pour combattre les contre-vérités.

A Nice, c’est  la France chrétienne qui était visée. Même si beaucoup parmi nous rejettent désormais cet ancrage, pour les musulmans, elle est une « terre chrétienne ». Et pour ceux qui l’attaquent elle est encore le pays des croisés, des colonisateurs. On retrouve là deux mensonges historiques qui font partie de leur rhétorique. D’abord les arabes avaient totalement oublié les Croisades jusqu’au XIXème siècle. Ensuite, il n’y a pas de continuité historique entre les Croisades et la colonisation : leurs buts étaient totalement différents. Enfin  il n’y avait pas de collusion entre les colonisateurs et les missionnaires, sauf peut-être en Algérie, car la plupart du temps  ces derniers étaient plutôt considérés comme des gêneurs qu’il fallait parfois expulser. L’enseignement de l’Histoire peut rétablir la réalité des faits dans leur chronologie et leurs motivations. Il est utile aussi de faire la part d’ombre et de lumière de ces périodes qui ont permis bien des échanges entre l’Orient et l’Occident. Ce n’est pas  un hasard si nous comptons avec des chiffres arabes. Quant à affirmer que la France est encore aujourd’hui un pays impérialiste, c’est un mirage que des esprits nostalgiques ou malintentionnés essaient d’entretenir.

L’Histoire et la spécificité de l’Islam.

Il est bon de faire découvrir aussi, sous l’angle historique, ce qui fait la nature des trois grandes religions monothéistes. Elles ont la même origine, sont toutes les trois « abrahamiques », sont parties du même concept de Dieu unique qu’on ne nomme pas (Yahvé, Dieu, Allah) et ont d’abord prospéré au Moyen-Orient avec Jérusalem comme point d’ancrage. La religion hébraÏque est la plus ancienne, le christianisme est venu près de 2000  ans plus tard et l’Islam encore plus de six siècles après. L’islam méprise depuis le début le christianisme qu’il accuse d’avoir trahi le message d’Issâ (Jésus) qui aurait trafiqué l’Evangile pour en effacer l’annonce de la venue de Mahomet, et aussi d’être une religion qui associe au Dieu unique deux créatures : Jésus et Marie. De même que pour les chrétiens, le juif a longtemps été « perfide » à cause de Juda,  pour les Musulmans, l’Islam est la seule vraie religion  et il  convient de convaincre tous les autres  croyants de s’y soumettre. L’affrontement d’aujourd’hui perdure depuis les origines  entre deux systèmes de normes, deux lois divines : l’une cherchée  par la raison et la conscience, créées  par Dieu ou de manière plus moderne par la raison, l’autre dictée par Dieu dans un livre, le Coran, et dans la conduite de Mahomet, qui l’a reçu sans rien y ajouter ou en retrancher. Cependant, l’Histoire nous montre qu’à plusieurs époques et en différents lieux, elles ont pu cohabiter pacifiquement.

Le christianisme a dû s’adapter.

Les musulmans peuvent croire que la République les stigmatise et ne s’en prend qu’à eux. Ils comprendraient mieux ce qu’est la séparation de la religion avec l’Etat si l’Histoire leur enseignait qu’avant eux,  les  chrétiens ont du se résigner à la laïcité et ça ne s’est pas fait sans mal. Les  républicains n’ont pas hésité à utiliser des méthodes brutales : en 1880, Jules  Ferry expulse près de 6 000 jésuites des établissements scolaires, en 1904,  sous le  Ministère Combe, 30 000 religieux sont interdits d’enseignement. On nous objecte que l’Islam est un système politico-religieux d’une seule pièce, incompatible avec la seule  pratique d’une foi personnelle. C’est ce qu’on prétendait naguère du catholicisme.  Pourtant, à  l’issue de l’affrontement, la  laïcité a triomphé et avec elle la paix des esprits et des consciences.  Il faut donc créer les conditions pour que l’Islam devienne compatible avec la démocratie, en évitant, si possible, les violences que la République a fait subir au catholicisme.

L’Islamophobie, ce mauvais prétexte.

Bien des musulmans, installés  depuis  longtemps sont sincèrement républicains. Mais pour de multiples raisons, les islamistes ont marqué des points dans la jeunesse. Si bien qu’aujourd’hui, il existe une « zone grise » composée d’une  majorité d’hésitants et de nouveaux venus qui n’approuvent pas le terrorisme mais sont tentés par le « communautarisme ». Il nous revient de faire le nécessaire pour les convaincre d’adhérer aux règles du jeu de notre société. Encore faut-il leur en montrer l’intérêt intellectuel. Après tout, la vérité qui affirme que la Terre est plate arrive à coexister avec la réalité sphérique ! Encore faut-il faire en sorte que notre société leur ouvre les bras : le chemin serait plus facile si le décalage entre l’affirmation d’égalité et la réalité sur le terrain était réduit. C’est pourquoi  les partisans d’une « laïcité ouverte », qui ont abandonné l’universalisme  au profit des communautarismes rivaux, ne sont que les tristes organisateurs des guerres civiles qui ne manqueraient pas de se produire si on les laissait faire. L’islamo-gauchisme d’un certain nombre d’intellectuels, minoritaires mais très puissants dans les médias, a paralysé toute reconquête républicaine en l’assimilant à de l’islamophobie, qui identifie l’islam à une race et toute résistance à l’islamisme, à du racisme. La rhétorique du « pas d’amalgame » d’Edwy Plenel et de Jean-Luc Mélenchon ne convainc plus personne. Seule la vraie laïcité peut instaurer la coexistence organique de toutes les familles de pensée, de toutes les religions, même de celles qui ne croient pas en elle.

Nous sommes dans une lutte pour la liberté de l’esprit, et le rôle de l’éducation est essentiel, avec  au premier rang l’enseignement de l’Histoire et de l’Education civique. Cette lutte ne concerne pas que les Français de confession musulmane. L’Etat doit soutenir inconditionnellement tous ses professeurs.   L’école a besoin, pour briser le huis clos familial, du « colloque singulier de l’enseignant et de l’enseigné », comme l’énonce si bien Jacques Julliard. Ce n’est pas aux parents de dire ce que l’on doit enseigner à leurs enfants. Ecrivant cela, je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée  pour Samuel Paty.

 


TU L’AS DIT BOUFFI !

Archibald en colère

 

Quoi qu’il en coûte.

Il en coûte toujours quelque chose. Les générations futures paieront la note héritée de Macron. La Caisse d’amortissement  de la dette sociale (Cades)  a été prolongée cet été jusqu’en 2033 et pourrait être étendue jusqu’en 2045,  portant sa durée de vie totale à un demi-siècle…

La dette publique s’envole.

Après de 2 640 milliards d’euros au deuxième trimestre, l’endettement de la France représente désormais un peu plus de 114% de la richesse nationale. La dette  a  grimpé de 200 milliards sur le seul  12ème trimestre 2020.  Explosion des dépenses publiques et effondrement des recettes liées aux reports et aux exonérations de cotisations et d’impôts.

Le déficit de la sécu explose.

Un record  à 53 milliards contre 5,1 attendu initialement, avant la crise. Retour dans le rouge de l’ensemble  des branches : 21 milliards pour l’assurance-maladie, 17 milliards pour les retraites, 3 milliards pour la famille…

Economie et emplois « zombies ».

Les taux d’intérêt quasi nuls prodigués  par les  banques centrales et les aides d’Etat ont mis sous perfusion des dizaines de milliers de sociétés petites  ou grandes dont on ne sait pas si elles retrouveront un jour une activité normale. Le danger est d’entretenir une population de canards  boîteux qui serait préjudiciable pour le pays tout entier. Mais le problème se pose de  la  même façon pour les  emplois préservés temporairement grâce au chômage partiel financé par l’Etat qui prend en charge de 60 à 100% des salaires. Il y aurait en France  près de 2 millions de jobs « zombies ». Et faute d’une reconversion professionnelle de leurs titulaires, ces « emplois zombies » ne seront qu’un cache-misère statistique permettant de dégonfler artificiellement les chiffres su chômage. Il s’agit du problème social le plus douloureux que nous aurons à affronter !

Purge.

La purge des  emplois provoquée par la crise du Covid  est déjà à l’œuvre mais largement invisible. Elle touche les intérimaires, les salariés en CDD, les indépendants sans mission… auxquels il faut ajouter le gel des   plans d’embauche, notamment des jeunes diplômés. Par exemple, l’intérim affiche toujours un déficit de 150 000 emplois sur un an, soit une purge de 20% par rapport à la rentrée 2019. Et encore, on n’a rien vu. Le gros des plans sociaux est attendu pour début  20121.  La recrudescence de l’épidémie n’arrange rien.

Education en crise.

Selon la commission européenne, la France est le  pays d’Europe occidentale qui rémunère le plus mal ses enseignants, à l’exception de l’Italie.  Et pourtant le rôle  de  l’école dans l’éducation est parait-il  primordial.  Un professeur qui enseignait pour la première  fois en 2018-19 a perçu un salaire brut de 26 329  €.  La  même année un instituteur allemand touchait quasiment 50 209 €, et un Suisse  71917 € (ça fait rêver !).  Après on s’étonne qu’on ne trouve plus dans le recrutement de nos enseignants, le « haut du panier » (pour rester correct).

Darmaninbus  gros menteur.

Darmanin a déclaré dans le Figaro : «  Il vaut  mieux que les élèves apprennent l’arabe avec des enseignants français que dans les mosquées ».  C’est un gros  mensonge. La France n’a pas d’enseignants français capables d'enseigner l'arabe et au  mois d’avril dernier elle a passé un accord  avec la Tunisie  pour qu’elle fournisse les professeurs nécessaires. Je trouve  que c’est un peu gros !

Covid et Neandertal.

Les  facteurs génétiques entreraient en ligne de cause pour expliquer les formes graves du coronavirus. Une équipe internationale a identifié sur le chromosome n°3 un groupe de gènes jouant un rôle clé. L’un des variants de cette séquence d’ADN serait à l’origine d’un risque trois fois plus élevé de développer une forme  grave  nécessitant  une ventilation artificielle. Or on a retrouvé cette séquence à risque dans l’ADN fossilisé d’un homme de Néandertal qui vivait il y a 50 000 ans et l’aurait donc transmis à certains d’entre nous. Peut-être que Tump en fait partie. Pas certain que  les créationnistes  américains acceptent cette explication.

 


III - Réflexions pour aujourd'hui - Un (tout petit) peu de prospective (6)

Rentree_scolaire_

L'ECOLE S'INVENTE TOUS LES JOURS

Un (tout petit) peu de prospective.

« Alors que leurs prédécesseurs se réunissaient dans des classes ou des amphis homogènes culturellement, ils étudient au sein d’un collectif où se côtoient désormais plusieurs religions, langues, provenances et mœurs. Pour eux et leurs enseignants, le multiculturalisme est la règle… ».  Voici en quelques lignes ce que serait l’enseignement pour « Petite Poucette », tel que nous le décrit Michel Serres. Il nous projette dans la révolution numérique qui plonge les enfants d’aujourd’hui dans le  monde virtuel et planétaire où ils vivent déjà. Et d’après lui, ils n’ont déjà plus la même tête que nous : ils peuvent manipuler plusieurs informations à la fois, ils ne connaissent, ni n’intègrent, ni ne synthétisent comme nous sommes habitués. Par la toile ils accèdent à tout le savoir et ils ne parlent déjà plus la même langue que nous… Et voilà ces jeunes auxquels « nous prétendons dispenser   de l’enseignement, au sein de cadres datant d’un âge qu’ils ne reconnaissent plus : bâtiments, cours de récréation, salles  de classe, amphithéâtres, campus, bibliothèques, laboratoires, savoirs même… cadres datant d’un âge et adaptés à une ère où les hommes et le monde étaient ce qu’ils ne sont plus. »

Mais le savoir reste à transmettre !

Le nouveau monde dans lequel Michel Serres se projette va-t-il se passer du pédagogue ? De tout temps le savoir avait pour support le savant ou le « sachant » comme on dirait en « novlangue ». Au temps de la tradition orale, il était aède ou griot. Puis vint l’écriture pour le fixer sur les  supports antiques : tablettes d’argile, rouleaux, parchemins. Des moines passaient leur vie à le copier pour le diffuser. A la Renaissance, l’imprimerie fait du livre  le principal support de diffusion. On construit des bibliothèques pour le rassembler, à la Sorbonne et ailleurs. Même le moindre collège est conçu autour de ce centre vital : le CDI (Centre de Documentation et d’Information).  Mais aujourd’hui, ces supports sont devenus obsolètes,  c’est la toile qui est devenue le  principal support de messages et d’information. Dans mon bureau, il y a une éternité que je n’ai pas ouvert mon « Grand Larousse encyclopédique » ni un volume de  mon « encyclopedia universalis ». Démodés,  poussiéreux, dépassés, ils sont devenus un décor d’érudit. Un simple décor. Ils ont été détrônés par « Google » ou ses équivalents. Il suffit de taper quelques lettres et la réponse jaillit, immédiate. Désormais, le savoir est partout, sur la toile, disponible. Il suffit de se baisser  pour le ramasser. Encore faut-il se baisser ! Encore faut-il,  surtout, qu’il soit vérifié ! Car en même temps, il faut bien l’admettre,  l’ignorance  progresse.

A qui le transmettre, s’interroge alors le philosophe ? A tous ! Désormais le savoir est accessible à tous ! Avec l’accès aux personnes, par le téléphone, en tous lieux, l’accès au savoir est ouvert : d’une certaine manière il est toujours et partout déjà transmis. Soit !

Mais si on voit bien ce que ce constat génère comme conséquences matérielles : plus besoin de lieux concentrés, plus d’enseignant énonçant le  savoir à un groupe silencieux à l’écoute attentive, l’apprentissage interactif peut se faire entre des personnes dispersées dans l’espace planétaire dès lors qu’elles sont connectées. Ce n’est pas sans poser au moins deux problèmes : quoi mettre dans la tête, et à quelle(s) source(s) de savoir se référer ?

La tête bien faite.

Michel Serres utilise la métaphore de la légende de Saint-Denis pour illustrer le fait que nous avons dorénavant la tête à côté du corps, autrement dit un cerveau bis dans la main qui contient tout le savoir dont on peut avoir besoin. A-t-on pour autant de manière innée, le mode d’emploi pour l’utiliser ?  Montaigne préconisa une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine, parce qu’il prenait en compte le formidable progrès apporté par le stockage de la connaissance dans les livres. Inutile donc  comme les anciens de se remplir la tête : la méthode devenait  aussi importante que le contenu. N’oublions pas qu’il ajoutait : « qu’on y requiert les  deux ! » Et cela nécessitait d’apprendre et d’apprendre à apprendre. Ce que curieusement, Michel Serres oublie.

La tête de nos enfants mute une nouvelle fois : ils ont les fonctions cognitives qui permettent d’assimiler le savoir ainsi distribué,  puisque ces fonctions se transforment avec le support et par lui. La pédagogie change donc totalement avec les nouvelles technologies. Tout reste à inventer ! Mais… j’ajoute un « mais ». Je pense malgré tout qu’il y a un commencement nécessaire à la transformation de la tête bien faite en tête numérique,  qui s’appelle  « apprentissage de l’écriture » –peu importe laquelle, cryptage, encodage, - et de « la lecture ». Car sans ces deux apprentissages il n’y aura point de formation de l’esprit critique, absolument indispensable à l’utilisation et à l’interprétation de toute information si on veut qu’elle devienne « connaissance ». Sinon, le cerveau bis, dont on lui imposera le contenu, pensera à sa place. D’ailleurs si l’on en croit Michel Desmurget (« La fabrique du crétin digital »), le cerveau mutant que décrit Michel Serre n’existe pas, études scientifiques à l’appui.

La  vérification du savoir.

Michel Serres nous dit : « N’ayant plus à travailler dur pour apprendre le savoir, puisque le voici, jeté là, devant elle, objectif, collecté, collectif, connecté,  accessible à loisir, dix fois déjà revu et contrôlé … ». Objectif et contrôlé : peut-on en être certain ? Et par qui ? Peut-on faire confiance au collectif ? Chacun sait que tous les moteurs de recherche ne sont pas exempts d’erreurs, et même  nombreuses.   Wikipédia, déjà citée, cette encyclopédie collective est une collection d’articles souvent fort bien documentés, mais à l’initiative de contributeurs pas toujours complètement objectifs.

Allons plus loin. 

Le monde est dominé aujourd’hui par un géant des données d’information : « Google ». Mais qui le contrôle ?  Qui nous garantit le savoir qu’il dispense. Questions de béotien probablement,  mais quand on voit tout ce qui circule sur internet, où  le vrai côtoie très souvent le « fake »,  il convient d’être  méfiant. Certes Petite Poucette  ne lit ni ne désire plus « ouïr l’écrit dit » (l’expression est de Michel Serres : en gros, la transmission orale par le prof),  parce que le  savoir annoncé, tout le monde l’a déjà, et en entier, sous la main. Alors ce nouveau savoir qui ne sort  plus du livre  où  il  était stocké, quel est–il ? « C’est une offre sans demande » nous répond le philosophe. C’est la fin des experts et un retournement de la pédagogie. Petite Poucette cherche et trouve le savoir dans sa machine. Mais celle-ci ne fait que compiler le savoir sorti des livres dont on a bien voulu la nourrir et c’est elle qui choisit ce qu’elle va afficher (Gaspard Koenig, « la fin de l’individu »). Et alors comment Petite Poucette discernera-t-elle le bon savoir de l’obscurantisme qui sait lui aussi se glisser dans les algorithmes de la connaissance ? Car, comme nous le montre Gaspard Koenig, les banques de données ne sont rien d’autre que du savoir compilé. Alors, le savoir « discuté » sera-t-il capable de faire face ? D’autant plus que l’intelligence artificielle va aussi s’en mêler. Et quand la machine  tombera en panne, quelle solution ?... Mon esprit cartésien me pousse à la  méfiance.

La compétition avec l’Intelligence Artificielle.

Aujourd’hui, c’est l’Intelligence Artificielle qui mène la danse. Elle est capable de battre des champions du monde d’échec. Elle progresse à une vitesse exponentielle et elle s’auto-éduque autant qu’elle  se programme nous prévient Laurent Alexandre (La guerre des intelligences – JC Lattès). En 2020, les ordinateurs traiteront 1 milliard de milliards d’opérations toutes les secondes, tandis que l’humanité produira 1 000 milliards de milliards de data chaque semaine, une masse de données et d’informations que le cerveau humain sera   incapable de digérer sans le recours à l’Intelligence Artificielle  dans tous les domaines de la vie humaine. Ce tsunami numérique,  dont il est déjà impossible de se passer et qui va impacter tous les métiers, exigera de  la part des humains une intelligence naturelle plus développée, au risque sinon que l’IA les  dépasse.  En effet, quelle va être la place de l’homme face à  ce qu’on appelle l’Intelligence Artificielle faible, déjà opérationnelle,  sans parler de l’Intelligence Artificielle forte dotée de conscience et d’émotions qui pourrait émerger plus tard, bien qu’on en soit encore très loin ?

Les algorithmes : des crétins performants.

Dans sa quête mondiale sur l’Intelligence Artificielle, Gaspard Koenig nous rassure tout en nous montrant les multiples biais dangereux qui peuvent conduire à la fin de l’individu. Du « Turc mécanique », ce joueur d’échec hongrois automatique du Baron Von Kempelen inventé en  1769, aux supercalculateurs de Google,  l’IA, qui se résume en fait à la somme de nos connaissances compilées en informatique, est une illusion seulement capable de reproduire un résultat et non un processus.  Mais c’est une illusion convaincante. Pour faire simple, la dernière génération d’algorithmes est capable de fouiller dans une masse de données, de manière plus ou moins autonome, pour en extraire des régularités et des prédictions. Mais sans données, pas d’IA, qu’elle soit « machine learning », « reinforcement learning » ou « deep learning ». Les technologies d’IA sont maintenant capables d’anticiper et d’orienter les comportements individuels grâce à la puissance de personnalisation et d’optimisation fournie par le traitement des « data ». La collecte de ces « data » est donc essentielle. Ce sont des milliers de personnes qui s’y emploient mais aussi chacun d’entre nous grâce à tous les « cookies » et « conditions d’utilisation »  que nous téléchargeons quotidiennement. Pourtant, la « super intelligence » est un mythe, car le bon sens est la chose du monde la moins partagée par les robots. Aucun algorithme ne peut concevoir une interprétation globale du monde et des hommes qui le peuplent : comme  l’affirmait Spinoza, « le  cerveau et le corps sont dans le  même bain  et  produisent l’esprit de  manière conjointe », ce  que Antonio Damasio, neuroscientifique de renommée mondiale, explique par  « l’homéostasie » : on pense autant avec ses doigts de pieds qu’avec son cerveau ! Et aucune IA n’est capable  d’imiter nos doigts de pied.  Avec en plus nos « sentiments », au coeur du processus homéostatique, qui sont seuls à produire du sens. Sans corps,  pas  de sens commun, mais  pas d’humour non plus. Cela n’empêche pas  l’IA de menacer l’humain.

Le « nudge » : une nounou souterraine.

Commençons par le mot lui-même, qui, en anglais, signifie «coup de pouce». C’est en 2008 que la théorie du Nudge a été popularisée par deux américains : Richard Thaler, un économiste et théoricien de la finance comportementale et Cass Sunstein, professeur à l’Université de droit d’Harvard. Son principe est simple: influencer nos comportements dans notre propre intérêt. Elle part du principe que les individus ne sont pas des êtres rationnels et que leurs prises de décisions sont sous l’influence de l’environnement, des émotions et des instincts, les biais cognitifs. Ainsi, ce « coup de pouce » serait ce qu’il y a de plus efficace pour aider les individus à faire des choix : par exemple, une grande surface avait augmenté de 30% en 3 mois ses ventes de poissons frais en diffusant des bruits de mouettes et des odeurs de marée. Issu de la  psychologie comportementale, le  principe du « nudge » a été intégré dans  les algorithmes. Pour aller à l’essentiel, l’idée qu’avance l'auteur, c’est que nous vivons dans un monde où nos libertés seraient de toute part menacées notamment par les Gafa, mais aussi par des entreprises, par des gourous et des partis politiques qui tentent de nous faire aller dans telle ou telle direction, non par une méthode autoritaire, mais en nous incitant doucement, par micro-messages publicitaires ou autres, à choisir telle option d’achat, de vote, de spectacle, etc… Influencer sans contraindre, et pour le bien. Autant de formes de soumission aux algorithmes. Avec  le danger évident, celui d’agir pas seulement pour notre bien mais surtout pour la communauté,  variable selon le développeur de l’appli. Derrière le « nudge », il y a toujours une forme d’allégeance à un communautarisme qui se profile,  soit par utilitarisme (cas américain) soit par idéologie collectiviste (cas chinois). L’individu perd  alors sa liberté de jugement. On imagine assez facilement ce que le « nudge » appliqué à des logiciels pédagogiques pourrait provoquer comme orientation des apprentissages…

Le libre arbitre en danger.

Les stratégies  développées par  les créateurs d’applications mettent en effet nos facultés de choix personnel « libre et par soi-même » à rude épreuve par le confort qu’elles nous apportent. Et les  exemples dans notre vie quotidienne ne manquent pas : « Waze » qui nous guide en nous promettant  le meilleur temps de parcours, c’est tellement plus facile  que de déplier une carte routière ; nos messageries nous proposent des réponses toutes faites sans que nous ayons à  faire  l’effort de rédiger ou de chercher un mot  plus précis… Des petits riens qui font de nous, petit à petit des zombies décérébrés : interrogez un chauffeur parisien d’Uber sur la ville qu’il traverse chaque jour, et vous serez surpris du vide ;  et ne cherchez pas pourquoi vos enfants, sinon vous-mêmes, avez  perdu votre vocabulaire  et votre syntaxe !  A force d’économiser nos fonctions cérébrales,  Gaspard Koenig explique que l’humain perd pour de bon l’habitude de prendre ses propres décisions et sa liberté de choisir.  Les algorithmes agissent comme une drogue. Grâce aux délibérations « tellement logiques » servies sur un plateau, chacun acceptera d’être accompagné par une IA dans les choix les plus importants de son existence. C’est déjà ce qui se passe avec les sites de « rencontres ». C’est la fin de l’individu autonome et responsable par le triomphe du « bien-être » !

L’individu n’a pas dit son dernier mot.

On observe déjà  les nombreuses transformations  dans la société, générées  par la fin du libre arbitre. Ce sont les ordinateurs qui échappent au monde financier, c’est  l’art sans artiste, la science sans causalité, la théorie, fruit de la réflexion humaine rendue obsolète par les data, et sans libre arbitre,  fini le marché : la prédiction de nos comportements suffit déjà à ajuster l’offre à la demande dans bien des  cas.  Pour échapper à tous ces dérèglements, c’est à l’individu de reprendre la main  en commençant par ne plus fournir gratuitement  ses données,  en définissant ses  propres normes  pour les imposer aux algorithmes et tant pis  si elles ne sont pas « optimales » pour  le  groupe.  Chacun devrait pouvoir  imposer  son propre nudge, de manière consciente et volontaire.  C’est le  principe de  la  « Prime Directive », que Gaspard Koenig sort  de la  série Star Trek, pour en faire  une règle supérieure d’ordre moral.  Cela remettrait de l’humain dans l’IA et surtout lui redonnerait du sens.

L’Etat français à la manœuvre.

Notre  pays présente des prédispositions pour exploiter  le  filon du « nudge » et utiliser les algorithmes à son profit. Il est centralisé et hypertechnocratisé, deux caractères facilitateurs. Le système fiscal  mis en place  avec  le  prélèvement à la source en est un bon exemple : le  « nudge » ici consiste à soulager le contribuable  de toutes les démarches déclaratives, il n’a plu qu’à  payer, et encore, le prélèvement  a lieu sans même son consentement. Une autre application est en train de se mettre en place : Bercy a glissé dans le  projet de loi de finances une disposition qui lui donnerait  le droit de collecter et d’exploiter, au moyen de traitements informatisés,  les contenus librement accessibles publiés sur internet.  Un « ciblage de  la fraude et valorisations des requêtes », pour définir un traitement automatisé des données collectées consistant à appliquer des  « méthodes statistiques innovantes ». En clair  il  s’agit de conjecturer qui va frauder dans le futur en fonction de  données personnelles (vraies ou fausses)  publiées par soi-même  ou  par des tiers…  Le  « data mining »  est  en plein dans le sujet puisqu’il est  censé permettre de prédire les  comportements et de prévenir le délit. Et on envisage maintenant d’utiliser la « reconnaissance faciale » pour la sécurité. Espérons qu’on ne suivra pas le modèle chinois. Big Brother est  déjà  là !

Il  ne s’agit  pas pour autant de devenir technophobe. Le particularisme de l’Europe, par rapport au reste du monde, c’est sa culture spécifique à l’origine de l’individu libre et responsable.  L’Europe  a  tout son rôle à  jouer pour proposer des régulations intelligentes conciliant prospérité et libertés. L’important est que, là  aussi, les  algorithmes n’enterrent pas nos « Lumières ». Comme le dit Gasparov dans le livre, à  propos de « Deep blue » qui l'a battu aux échecs : «  il n’est  pas plus intelligent qu’un réveil-matin programmable ! »

Plus que jamais, l’éducation aura un rôle primordial.

Dans ce contexte, l’une des grandes questions qui sera au cœur des préoccupations sera celle de l’éducation : quelles compétences et quelles connaissances transmettre à nos enfants et petits-enfants pour qu’ils ne deviennent pas les esclaves de l’Intelligence Artificielle, des personnes ayant perdu leur libre-arbitre, et qui fera qu’ils ne seront pas facilement manipulables par les médias où le virtuel peut si facilement remplacer le réel, par le  monde économique, toujours preneur de mains-d’œuvre dociles, sans parler du politique  où  le mensonge peut façonner l’opinion plus facilement qu’autrefois (cf. la campagne sur le Brexit au Royaume-Uni) ?

Déjà les métiers tels que la  médecine, la radiologie et la chirurgie sont envahis par elle. Il n’y aura bientôt plus d’agences bancaires parce que la  plupart des opérations sont traitées sans intervention humaine… L’avenir est donc dans les activités qui font appel à l’esprit d’entreprise dans les métiers de la robotique, les biotechnologies,  les nanotechnologies.  Il sera aussi  dans toutes celles qui peuvent donner un sens à la vie : l’enseignement évidemment, la recherche bien sûr,  mais aussi le droit,  les loisirs, les services  à la  personne, la sécurité, et  forcément la politique dont il vaudrait mieux qu’elle ne soit pas exercée par des robots !

Il est impératif  que l’économie de la connaissance prenne rapidement en compte les personnes qui ont des capacités moyennes ou modestes, puisque dans le même temps l’Intelligence Artificielle va avancer de  plus en plus vite. Celles que l’on commence à former seront encore sur le marché de l’emploi en 2070.  Qu’en fera-t-on quand elles seront dépassées  par les progrès de  l’Intelligence Artificielle ? L’auteur de « La guerre des intelligences » préconise : l’école a un rôle à jouer, à condition que, lorsqu’on investit dans l’éducation, cela ne profite pas qu’aux élèves qui ont un QI élevé. En effet, partout dans le monde, l’éducation ne marche vraiment bien que sur ces derniers, toutes les études internationales le montrent. Cela  passe par une modernisation des moyens et un nouveau type de recrutement des enseignants. 

Investir dans la recherche pédagogique.

Il faut réfléchir à une pédagogie qui améliore  les capacités des gens à QI modeste et qui leur permette d’apprendre : c’est le seul moyen d’éviter le  pire scénario qui consisterait à avoir d’un côté l’élite et de l’autres  les inutiles. Laurent Alexandre, déjà cité  plus haut, stipule que nos cerveaux pourraient être modifiés par la  science pour augmenter notre quotient intellectuel afin de résister à la concurrence de  l’Intelligence Artificielle. Une montée en puissance radicale en utilisant tout le potentiel  des nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives. Il  plaide encore  pour une école « transhumaniste » qui trouvera normal de transformer le cerveau des élèves, pour favoriser une démocratisation de l’intelligence. Nombre d’intellectuels humanistes y verront une dérive qui rappelle le « Meilleur des Mondes » d’Aldous Huxley,  mais l’essayiste a des arguments qu’il faut savoir entendre, sans qu’ils soient décisifs.

On a lancé la société de la  connaissance, du big data, et l’industrialisation de l’Intelligence Artificielle sans se préoccuper de l’intelligence biologique. Laurent Alexandre dénonce, à juste titre  des élites qui n’ont même pas commencé à réfléchir à l’avenir des gens moins doués, alors  que les inégalités de quotient intellectuel sont les principales sources des inégalités sociales et économiques. Or le quotient intellectuel mesure notre capacité à résister à l’Intelligence Artificielle puisqu’il synthétise notre plasticité neuronale et donc notre adaptabilité intellectuelle. En ce sens, la prise  en compte  par  l’école de cette nécessité évidente  d’égalisation des chances, impose des investissements lourds dans la recherche pédagogique au moins autant que les  géants du numérique américains et chinois investissent dans l’éducation des cerveaux de silicium.

Nous avons en France, une « mission sur l’intelligence artificielle » pour la développer dans notre pays et en Europe. Elle a défini six pistes de  réflexion : politique industrielle, enjeu des données, impact  sur l’emploi, écologie, éthique et recherche. Rien sur la formation et l’évolution de la pédagogie ! En retard sur le développement de l’Intelligence Artificielle, nous ne prenons pas en compte son impact sur l’humain. Peut-on se contenter d’une vision qui réduit l’Intelligence Artificielle à débarrasser l’humain de ce qui est répétitif pour se concentrer sur le stratégique et l’empathique qui font de nous des humains ? Voilà une vision un  peu trop réduite du rôle de l’Intelligence Artificielle. Le  débat est donc loin d’être clos. 

Les écrans ne sont pas la solution.

L’ouvrage de Michel Desmurget qui a mis trois ans à rassembler la littérature scientifique concernant le sujet est sans appel. Dans « la fabrique du crétin numérique », il démontre avec une grande précision les dégâts provoqués par le temps passé de nos chères têtes blondes devant les écrans. Toutes les études montrent un affaissement majeur des compétences cognitives de ces jeunes, depuis le langage jusqu’aux capacités attentionnelles en passant par les savoirs culturels et fondamentaux les plus basiques. La numérisation de l’école ne fait qu’aggraver les choses, on le sait, entre autre, par les études PISA. Le miracle que décrit Michel Serres  n‘a pas eu lieu : homo numericus n’est pas advenu. Ce prodige évolutif que d’aucuns nomment « millenial, digital native, e-generation,… » n’existe que dans la tête des propagandistes de la consommation d’écrans. L’enfant mutant du numérique, que son aptitude à taquiner le smartphone aurait transformé en omnipraticien des nouvelles technologies, qui grâce aux jeux vidéo aurait vu son cerveau prendre force et volume, cet enfant n’est qu’une légende. De même la performance des élèves chute d’autant plus que les investissements dans les technologies de l’information et de la communication (TICE) augmentent. Alors que nombre d’études ont démontré l’importance de la lecture dans les livres pour enrichir et développer le langage et son influence positive sur les résultats scolaires. L’enfant n’a besoin pour développer son verbe ni de vidéos ni d’applications mobiles, il  faut qu’on lui parle, qu’on sollicite ses mots, qu’on l’encourage à nommer les objets. Il a besoin d’interaction humaine. Le cerveau humain s’avère, quel que soit son âge, bien moins sensible à une représentation vidéo qu’à une présence humaine effective.  C’est pour cette raison que la puissance pédagogique d’un être de chair et d’os surpasse irrévocablement celle de la machine.

Donc, le professeur solidement formé reste la meilleure solution. Un écran ne peut pas sourire, accompagner, guider, stimuler, encourager, rassurer, émouvoir, faire preuve d’empathie … qui sont des éléments essentiels de la transmission et de l’envie d’apprendre.

Les écrans ont d’autres effets négatifs qu’il serait dangereux de sous-estimer : leur utilisation abusive affecte lourdement le sommeil, augmente fortement la sédentarité en diminuant d’autant le niveau d’activité physique, effets auxquels il faudrait ajouter les contenus « à risque » de tous ordres ( sexuels, tabagiques, alcooliques, alimentaires, violents …) qui saturent l’espace numérique. Maîtriser l’utilisation des écrans s’avère donc une nécessité si l’on veut préserver les performances scolaires, le développement intellectuel et la santé des enfants.

D’autres enjeux tout aussi cruciaux.

La France a aussi pris du retard dans toutes les problématiques d’accueil des enfants « différents » : tous les « dys.. », précoces, autistes.  Ce sont des défis que les autres  pays relèvent. Et dans le domaine de la pédagogie, voilà un des rares domaines où les outils numériques peuvent être d’une grande utilité pour faciliter l’insertion de ces enfants, le  plus souvent possible, en milieu « ordinaire », c’est-à-dire les scolariser.

Ainsi, prenons le cas des enfants autistes. En France,  80% des enfants autistes ne sont pas scolarisés. Leur prise en charge devient indispensable,  d’autant plus que la Haute Autorité de Santé estime à 1 nouveau-né sur 150 concerné par l’autisme, taux que les spécialistes estiment largement sous-estimé et plutôt  à 1 sur 100. Ils seront donc de plus en plus nombreux. A la rentrée 2019, ce sont plus de 4 000 enfants de 3 ans qui n’ont pas pu intégrer l’école maternelle. 

L’imagerie cérébrale montre que le cerveau des autistes fonctionne différemment de celui des « neurotypiques » (gens dits « normaux »). Ce ne sont pas les mêmes zones du cerveau qui s’activent chez les uns et chez les autres, ce qui suggère qu’aux différences constatées au niveau des processus cognitifs répondraient des connexions  entre régions cérébrales elles-mêmes différentes. Un chercheur californien a établi que le développement important du cortex préfrontal, siège des fonctions cognitives supérieures,  comme le langage et le raisonnement, résultait d’un nombre anormalement élevé de neurones dans cette région, de 67 % supérieure à celui des enfants non autistes. Ainsi, si les autistes ont tant de difficultés pour apprendre à parler, ce serait peut-être en raison d’un excès de neurones à la naissance.  Ces  observations ont permis dans d’autres pays de  mettre en place des stratégies d’apprentissage adaptées. L’apport des neurosciences pourrait être décisif pour adapter  les  modèles d’enseignement. Il existe des méthodes qui sont mises en œuvre dans d’autres  pays, qui fonctionnent et qui permettent de sortir la  plupart des enfants autistes du milieu hospitalier. Ce sont soit des classes spécialisées, de moins de 12 élèves, soient des classes  ordinaires avec accompagnant formé. Au Canada, on pratique « l’autorégulation ». Les cas d’autisme étant très variés, les enfants sont insérés dans des classes ordinaires et en cas de « crise » dirigés  vers un « sas » médico-social associé à l’établissement. L’important étant d’assurer la  prise en charge en continu de la maternelle à l’école élémentaire et au collège. Cela suppose de former les  personnels à ce type d’encadrement. L’expérience démontre que tout le  monde bénéficie de cette démarche : les autres élèves acquièrent une connaissance de ces enfants et s’habituent à eux, les  accompagnants spécialisés profitent aussi aux élèves dits « normaux » mais en difficultés. Et les outils pédagogiques sont déjà familiers. Le  problème des autistes étant souvent un défaut de verbalisation, l’i-pad permet, grâce à des logiciels de pictogrammes, de contourner ce défaut et de rétablir la communication. Il existe évidemment d’autres contraintes correspondant à la sensibilité particulière de ces enfants, comme privilégier le visuel, qui peuvent être gérées.  Il  ne s’agit pas ici d’entrer dans le détail. Le « plan autisme » du gouvernement vise en priorité la précocité du diagnostic, avant 2 ans, ce qui voudrait signifier  une entrée en maternelle à 3 ans, en 2021. Restera à convaincre le ministère de l’Education nationale et à former les  enseignants et les accompagnants, ce qui imposera un gros effort financier.

Pour faire court, je suis persuadé que les outils numériques, utilisés avec des programmes très précis et adaptés, associés  à des stratégies pédagogiques spécialisées mises en œuvre par des enseignants dûment formés, permettraient de répondre aux cas des élèves  précoces,  si mal  pris en compte dans  les classes  ordinaires, et de tous ceux qui présentent des troubles de dyslexie, dysphasie, dyspraxie… Toujours avec le même  objectif : leur faire suivre autant que faire se peut une scolarité en milieu ordinaire. Espérons que comme d’habitude, nous ne prenions pas un train de retard. Car il faut compter avec les forces conservatrices du système que sont les syndicats de gauche comme le Snuipp-FSU, qui continueront de défendre l’indéfendable. Il serait temps que les sciences, et surtout les neurosciences, qui sont autrement plus fiables que la psycho-sociologie des pédagogistes, soient prises  réellement en compte en ce qu’elles apportent des éléments de connaissance sur l’activité cérébrale. C’est   ainsi que le professeur Dehaene, spécialiste de psychologie cognitive  a  démontré, imagerie cérébrale à l’appui, l’inefficacité de la méthode globale pure expérimentée dans les années 80. Et de fait, il estime que le « décodage » doit tenir une place importante en CP dans l’apprentissage de la lecture.  De quoi faire se dresser tous les experts en « sciences de l’éducation » de la rue de Grenelle !

Le pédagogue a encore un rôle à jouer.

Je vois bien que lorsque mon imagination me projette dans un enseignement avec des élèves bardés d’outils électroniques, en adaptant mes recettes et un  renversement des rôles - les élèves qui énoncent ce qu’ils ont trouvé et le  prof qui écoute et fait le tri, réoriente ou valide- je ne suis qu’une relique du 20ème  siècle qui ferait cours avec  les schémas de « l’ancien monde ». Evidemment, les cours du 21ème siècle s’annoncent complètement différents et l’on peine à les imaginer à travers les évolutions qu’envisage Michel Serres, assez surréalistes d’ailleurs. Pourtant je reste persuadé que malgré tout, il faudra continuer d’apprendre à lire  et  à écrire parce que c’est par là que tout a commencé et continuera de commencer. Luc Ferry nous prévient : il ne croit pas  au recours aux « sciences de l’éducation » ou « neurosciences », il doute, en effet, qu’une meilleure connaissance du fonctionnement du cerveau d’un élève par un enseignant rendra forcément ce dernier meilleur pédagogue, sinon comment expliquer que de merveilleux professeurs aient pu tout ignorer des neurosciences ! Il a en partie raison s’il veut dire par là que la relation pédagogique restera essentielle. Sauf que l’amélioration des facultés cognitives est  possible et requiert des méthodes adaptées, utilisant tout le potentiel des sciences du cerveau. Une meilleure connaissance du fonctionnement de notre matière grise ne peut qu’aider  le  pédagogue à imaginer ses stratégies d’apprentissage, comme  je l’ai fait  en découvrant les travaux de La  Garanderie.

Pédagogue ou « médiateur » ?

Il n’y aura peut-être plus de pédagogue dans un rôle tel qu’on le conçoit aujourd’hui encore, néanmoins je reste  persuadé qu’un « médiateur » du savoir sera toujours indispensable,  sous quelle forme et comment… cela reste à inventer. La solution pourrait être dans la recherche des complémentarités entre le cerveau humain et  celui de silicium, grâce à une cartographie de l’intelligence artificielle qui permettrait d’en identifier les zones de  compétences. Ainsi, il y aura des endroits où l’on va être moins bons que l’Intelligence Artificielle mais que l’on pourra reprendre par de la formation,  par  du travail de groupe,  par de nouvelles  approches intellectuelles… Une guerre de  mouvement passionnante et du pain sur la planche pour  les futurs pédagogues qui devront se remettre sans cesse en cause.  Il reste que les livres de  Laurent Alexandre, de Michel Serres, de Gaspard Koenig, de Michel Desmurget, soumettent à la réflexion de ceux qui ont en charge les destinées du système   éducatif, des pistes de réflexions qui rendent leur lecture indispensable par nos intellectuels et nos politiques s’ils veulent appréhender les enjeux du monde qui vient, et  qui est déjà là pour partie. Avec toutefois une constante : le geste d’enseigner, quel que soit le contexte, se situera toujours au-delà des réformes et des circulaires, car il est d’abord une relation qui se  construit avec autrui, en l’occurrence entre le pédagogue et un élève ou un étudiant.

 


ALERTE : LES ECRANS VONT FAIRE DE NOS ENFANTS DES CRETINS !

La fabrique du crétin digital001

 

« La consommation récréative du numérique sous toutes ses formes (smartphones, tablettes, télévision, etc…) par les nouvelles générations est absolument astronomique… Entre 8 et 12 ans, ils passent à peu près 4h45 (chaque jour). Entre 13 et 18 ans, ils effleurent les 6h45. » 

C’est sur ce constat que débute le livre de Michel Desmurget « LA FABRIQUE DU CRETIN NUMERIQUE ». L’auteur est directeur de recherche en neurosciences à l’Inserm. Il a passé trois ans à éplucher toute la littérature scientifique qui existe sur le sujet et son constat est sans appel : on court à la catastrophe. La consommation actuelle de nos jeunes, et souvent dès deux ans, saborde tous les piliers de notre intelligence avec comme résultat un affaissement du QI et de nombreux autres effets nocifs. L’article que je vous propose est un peu long, mais la matière est dense (400 pages), même synthétisée. Et je n'ai fait qu'effleurer le sujet...

Rétablir la vérité.

Le chercheur se fixe comme premier objectif de démolir toute la propagande véhiculée par les pseudos experts médiatiques qui semblent se féliciter de la situation et selon lesquels nous aurions changé d’ère et le monde appartiendrait désormais aux « digital natives » dont le cerveau aurait muté. Un cerveau plus rapide, plus réactif, plus apte aux traitements parallèles, plus compétent à synthétiser d’immenses flux d’informations, plus adapté au travail collaboratif. Et ces évolutions représenteraient une chance extraordinaire pour l’école, pour refonder l’enseignement, terrasser l’échec scolaire…  La réalité est toute autre. Les études scientifiques viennent malheureusement infirmer le discours des charlatans du numérique. La recherche met en lumière une longue liste d’influences délétères chez l’enfant et l’adolescent. C’est pourquoi Michel Desmurget s’attache d’abord, preuves à l’appui,  à démonter tous les discours offerts au grand public pour le rassurer et le pousser à consommer de l’écran. Car la partie n’est pas gagnée. Il faut d’abord en finir avec « l’enfant mutant » : « si vous voulez voir à sapiens un successeur, revenez dans quelques millions d’années ». Il faut combattre ceux qui sèment le doute en présentant les savants comme des « alarmistes digitaux ». Il faut expliquer que science et opinion ne se valent pas…

Le mythe : homo mediaticus.

La première partie de l’ouvrage est consacrée au démontage précis et méthodique de la construction du mythe. Comment il s’est répandu  en faisant croire à l’émergence d’une génération différente, possédant un cerveau plus développé, et vantant le caractère formidable des écrans. Ces « contes et légendes »  ne tiennent pas. L’enfant mutant du numérique, de la confrérie X, Y, Z, lol, zappien ou C, que son aptitude à taquiner le smartphone aurait transformé en omnipraticien des nouvelles technologies, qui grâce aux jeux vidéo aurait vu son cerveau prendre force et volume, cet enfant n’est qu’une légende. Aucune étude scientifique ne valide une telle évolution. Le problème n’est pas résolu pour autant. Son image continue à hanter les croyances collectives. Comme pour les industriels, le problème est tout de même sérieux, ils dépêchent sur le terrain  et dans les médias les « experts ». Il faut alors dénoncer les conflits d’intérêts, combattre les verbiages creux et les réponses fumeuses, et s’attaquer à tous ceux qui entretiennent le doute. Le constat est sans appel : « nombre d’experts médiatiques parmi les plus importants présentent une stupéfiante capacité à collectionner les âneries, sornettes, revirements, approximations et contrevérités » nous dit Michel Desmurget. Pour le citoyen lambda il est très difficile d’isoler les sources compétentes des foyers impropres et lobbyistes. Et au bout du compte les petits soldats du numérique, psychiatres, psychologues, médecins, universitaires, continuent, sous couvert d’expertise, sans jamais avoir à expliquer leurs sujétions industrielles, à emplir l’espace collectif de leur affligeante propagande. Ainsi des études boiteuses à la méthodologie coupable,  font croire que les loisirs numériques n’affectent pas les performances scolaires, que les jeux vidéos améliorent les résultats scolaires, et même qu’il y aurait moins de crimes grâce aux jeux vidéos violents. Toutes ces errances se combinent pour installer un mythe bien éloigné des dures réalités scientifiques.

Homo numericus : la réalité est loin du mythe.

La génération contemporaine est bien « la plus bête ». Les écrans sont mauvais pour le développement cérébral. Les nouvelles technologies mettent le cerveau dans une situation permanente de multitâche pour laquelle il n’est pas conçu… Bien plus grave encore le numérique à l’école est un désastre, un canular à 60 milliards de dollars qui n’améliore pas les résultats des élèves. Ce qui explique que les fameux « geeks » soient nombreux à inscrire leur descendance dans de coûteuses écoles privées dépourvues d’écrans, comme l’admet l’un de ces visionnaires de la Silicon Valley. Michel Desmurget analyse le problème en le prenant à la racine : le constat des usages abusifs trop répandus.

L’imprégnation se fait dès l’enfance alors que les premières années d’existence sont fondamentales en matière d’apprentissage et de maturation cérébrale, amputant l’enfant d’un certain nombre de stimulations et expériences essentielles très difficiles à rattraper.

Suit la période 8-12 ans de l’amplification : le temps passé aux activités numériques, essentiellement des jeux et des vidéos, dépasse quotidiennement les 4h30. La généralisation des smartphones entraîne une vraie submersion au moment de l’adolescence poussant la consommation au-delà de 6h30/jour… 40% du temps normal de veille. Sur une année, les écrans absorbent autant de temps qu’il y a d’heures cumulées d’enseignement du français, des maths et des SVT durant tout le secondaire. Ces chiffres ne sont que des moyennes d’usage. Il est évident qu’avoir plusieurs télés, consoles, smartphones ou tablettes à la maison favorise la consommation, et ce d’autant plus que la chambre est concernée.

Le milieu familial devrait au contraire limiter l’accès et donner l’exemple. La consommation n’est pas inéluctable : les études démontrent que fixer des règles ça marche, à condition de réorienter les activités. D’autant plus que l’impact préjudiciable des écrans récréatifs sur la santé et le développement cognitif surgit bien en deça des seuils d’usages moyens observés.

Ecrans et résultats scolaires ne font pas bon ménage. 

L’auteur aborde ensuite les répercussions sur la réussite scolaire pour souligner le danger. La littérature scientifique démontre de façon claire et convergente un effet délétère significatif des écrans domestiques sur la réussite scolaire, indépendamment du sexe, de l’âge, du milieu d’origine. A cet égard, le « smartphone » se révèle être le Graal des suceurs de cerveaux et de la décérébration : plus ses applications deviennent intelligentes, plus elles se substituent à notre réflexion et plus elles nous conduisent à devenir idiots.

L’utilisation du numérique à l’école, n’est guère plus convaincante. Pour faire court, la technologie peut permettre d’optimiser un enseignement de qualité, mais elle ne pourra jamais pallier un enseignement de piètre qualité. On comprend pourquoi toutes les expériences de « classes sans profs » ont échoué. Il est infiniment plus astreignant d’apprendre avec un MOOC qu’avec un enseignant qualifié, sans parler du danger que présentent les algorithmes qui se soucient comme d’une guigne de la validité des résultats, incapables qu’ils sont de s’interroger sur la rigueur factuelle des contenus identifiés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus les Etats investissent dans les TICE, plus la performance des élèves chute. A la différence d’un prof, un ordinateur ne peut pas sourire, accompagner, guider, encourager, stimuler, rassurer, émouvoir ou faire preuve d’empathie, qui sont les éléments essentiels de la transmission et de l’envie d’apprendre.

Une intelligence entravée.

Les résultats scolaires ne sont que la partie visible de l’iceberg des effets néfastes. Ce qui est atteint c’est l’essence même de l’édifice humain en développement, depuis le langage jusqu’à la concentration en passant par le mémoire, le QI, la sociabilité et le contrôle des émotions. Une véritable agression silencieuse. Les écrans mutilent les interactions humaines si importantes au cours de l’enfance et de l’adolescence notamment pour la réussite scolaire, la stabilité émotionnelle et la prévention des conduites à risque. Une étude récente montre l’action négative du temps global d’écran sur le développement moteur, social et cognitif. Le langage est amputé ; il demande bien plus que des paroles pour assurer son déploiement : il demande des livres. L’attention est saccagée. Sur ce point les résultats sont accablants. Un exemple : la pratique de la télé ou des jeux vidéos, le matin, avant l’école, altère durablement les capacités de concentration et par suite la performance intellectuelle.

Une santé menacée.

Les médias électroniques doivent être reconnus comme un problème majeur de santé publique, souligne la communauté scientifique. La liste des champs touchés paraît sans fin : obésité, anorexie ou boulimie, tabagisme, alcoolisme, toxicomanie, violence, sexualité non protégée, dépression, sédentarité… Bref, les écrans sont les pires faiseurs de maladies de notre temps.

Le sommeil est brutalement mis à mal, oubliant que pendant que nous dormons, notre cerveau travaille. Or, le manque de sommeil perturbe la réactivité et la connectivité des circuits cérébraux impliqués dans la gestion des émotions. Et les écrans portent une large part de responsabilité : ils retardent l’heure du coucher, augmentent la latence d’endormissement, interrompent souvent la continuité de nos nuits, et altèrent la qualité du sommeil par les contenus excitants, stressants ou anxiogènes. Ainsi les scientifiques ont établi un lien étroit, au sein des jeunes générations, entre consommation numérique et souffrance psychique (dépression, anxiété, mal-être, suicide…).

La sédentarité que la consommation d’écrans engendre a aussi son cortège d’effets dévastateurs. Chez les enfants, une heure quotidienne d’écran suffit à perturber le système cardio-vasculaire. Des indices convergents indiquent des risques plus inquiétants sur le long terme. Ainsi, l’augmentation impressionnante du nombre d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) depuis une trentaine d’années chez le jeune adulte. Je passe sur le lien avec le développement des addictions : tabagisme et alcoolisme. Un quart de nos lycéens de 16 ans boivent régulièrement et se saoulent une fois par mois au moins.

Pour en sortir : 7 règles essentielles.

1 - Avant 6 ans : pas d’écrans.

2 - Après 6 ans : pas plus de 30 mn à une heure par jour, tout compris.

3 - Pas d’écran dans la chambre.

4 - Pas de contenus inadaptés.

5 - Pas le matin avant l’école.

6 -  Pas le soir avant de dormir.

7 - Un écran à la fois.

Moins d’écrans, c’est plus de vie : c’est toute l’écologie familiale qu’il faut réorganiser. Parler, échanger, dormir, faire du sport, jouer d’un instrument de musique, dessiner, peindre, sculpter, danser, chanter, prendre des cours de théâtre, et surtout lire.

A vous de jouer, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas !

Bon courage.

Une satisfaction, l’info commence à sortir : « Le Point » traite du sujet, c’est déjà ça !

La fabrique du crétin numérique - Michel Desmurget - Editions du Seuil.

 


III - Réflexions pour aujourd'hui - La place des parents (5)

Une vraie et juste place pour les parents.

 

Je n’ai guère évoqué mes relations avec les parents de mes élèves au cours de ma carrière. C’est tout simplement parce que, sauf quelques rares exceptions, ils n’ont pas fait partie de mes  « bonheurs ». Je n’ai pourtant pas entretenu de mauvaises relations ni n’ai gardé de mauvais souvenirs, mais  il faut croire que jouant leur rôle  à leur place, ils ont peu interféré dans ma pratique d’enseignant.

J’ai commencé ma carrière à une époque où les parents étaient tenus à l’écart de l’institution et les conseils de professeurs étaient souverains. Progressivement, les relations avec les parents d’élèves se sont institutionnalisées et ceux-ci, par le biais de leurs associations représentatives ont pu participer aux conseils de classes. Mais l’inspiration « robespierriste » du service public, réactualisée peu ou prou par Vincent Peillon puis par Najat Vallaud-Belkcem, dont la méfiance vis-à-vis des parents provient, ne s’est jamais vraiment éteinte.  L’école a bien sûr évolué et a accordé aux familles toujours plus d’importance, au moins officiellement. Pourtant je n’ai guère vu d’évolution. Au conseil de classe, le parent-délégué ne représentait souvent que lui-même et venait surtout pour s’intéresser au cas de sa progéniture.  Il apportait rarement des informations utiles sur les cas des autres élèves, présentés et discutés au cours du conseil. Je garde dans l’ensemble le souvenir de relations plutôt cordiales et, dans mon dernier poste, que j’ai occupé pendant près de trente ans, je pense même avoir souvent bénéficié de leur sympathie en raison des multiples projets que nous menions dans  l’établissement, sans qu’ils y soient vraiment associés. Je le mesurais au succès que rencontrait le  besoin de me voir  lors des traditionnelles rencontres parents-prof. A cette époque-là, nous n’avions pas recours aux « parents-accompagnateurs » pour sortir du collège. Parmi les quelques petits bonheurs, j’ai en mémoire quelques liens exceptionnels tissés avec certains d’entre eux à l’occasion des spectacles. Il y a bien aussi un « grenadier magnifique » pour frapper les « trois coups » au moment de la représentation d’une pièce de théâtre, fabriqué et offert par un parent, technicien au théâtre municipal. Je l’ai gardé précieusement. ... 

Lire l'article complet, dans la colonne ci-jointe à gauche, dans "L'Ecole s'invente tous les jours", chapitre : "III - Réflexions pour aujourd'hui : la place des parents" (5). Tout en bas.

 

 


III - Réflexions pour aujourd'hui - La formation professionnelle des enseignants (4)

 

Celui qui n’est jamais allé dans une salle des profs peut encore  penser que  les sciences éducatives, ça existe. En fait, c’est une grave erreur. Si l’éducation était une science, alors il y aurait une « meilleure façon d’enseigner » et  il  serait possible d’évaluer les  méthodes mises en œuvre. Mais voilà, ce qui fonctionne ici, ne marche pas là. Telle pratique est appliquée avec succès dans un établissement et échoue dans celui d’à côté  …

Tout simplement parce que l’éducation est d’abord affaire d’humain. D’une école à l’autre, d’un collège à l’autre,  les élèves ne sont pas les mêmes, les enseignants non plus. Le contexte joue un rôle primordial.  Comme je l’ai montré dans un chapitre précédent, la pédagogie nait de l’interaction entre le prof et ses élèves, et il y a une infinité de rapports  possibles. La pédagogie relève du domaine des arts, tant elle est en rapport avec la  « sensibilité » d’un maître et celle de  son public. Mais c’est de la compétence que naît la bonne pédagogie, et non l’inverse. Derrière ce mot se cachent plusieurs exigences : celle du savoir (au sens posséder les connaissances) vient en premier, celle des « savoir-faire » vient ensuite, suivie de celle du « savoir être ». L’enseignement  ne peut pas  être un métier que l’on exerce « par défaut »,  mais si possible  par vocation, même si le mot est un peu fort....

Lire la suite dans "L'Ecole s'invente tous les jours", Chapitre III : "Réflexions pour aujourd'hui - La formation professionnelle des enseignants (4)" dans la colonne à gauche, en bas. (il suffit de cliquer sur le titre du chapitre  choisi).

 


III - Réflexions pour aujourd'hui - Le collège, ce maillon faible (3)

Le collège, ce maillon faible.

 

Dans le système éducatif, le collège unique a été un pas historique d’ouverture à tous de la scolarité jusqu’à 16 ans mais il est devenu le maillon faible du système car il est le plus exposé aux problèmes de l’intégration, et, disant cela, je ne pense pas qu’aux élèves d’origine étrangère. D’abord parce qu’il est censé accueillir tout le monde, y compris les élèves en difficulté et en retard scolaire, ensuite parce que les élèves qu’il reçoit sont à l’âge où se façonne la personnalité. Cette quête du moi des adolescents et la mixité sociale qu’ils vivent devraient être deux atouts pour les guider vers une bonne intégration dans la société. Mais beaucoup d’établissements concentrent une trop  grande hétérogénéité des élèves et trop de types de difficultés pour faire face efficacement à l’une d’entre elles : celle des élèves abandonnés à eux-mêmes, à cause de difficultés sociales, de traumatismes affectifs, du gavage vidéo-télévisuel et numérique ou sous l’emprise d’une culture obscurantiste…

Lire  le chapitre complet dans "l'Ecole s'invente tous les jours" , en cliquant sur : "III. Réflexions pour aujourd'hui - Le collège, ce maillon faible (23" dans la colonne ci-contre, à gauche, tout en bas.


III - Réflexions pour aujourd'hui - Les remèdes (2)

Les remèdes.

 

Une tâche de longue haleine.

Une fois qu’on a dit tout ça, avec les progrès importants des sciences cognitives et grâce à l’aide que pourrait apporter l’intelligence artificielle (IA), il est possible de  mieux définir ce qui est efficace et ce qui ne l’est pas en pédagogie, et même en matière d’organisation. Il y a des établissements pionniers, il existe des méthodes alternatives, des outils qui ont fait leurs preuves. Dans son livre « Apprendre », Stanislas Dehaene énonce les chemins que balisent ses expériences scientifiques sur le fonctionnement du cerveau. Les pratiques qui fonctionnent peuvent être la source des réformes indispensables, en ne perdant pas de vue que la restauration de la confiance de la société  dans son école  est une priorité.

Remettre la machine sur le chemin des performances sera néanmoins une tâche de longue haleine. Et d’abord, tant pis pour les cénacles progressistes qui crieront à la « réaction », mais il est urgent de renouer avec l’humanisme pédagogique. Il  ne s’agit pas de se  tourner vers le monde d’hier, mais plutôt d’examiner en quoi le  passé peut nous aider en essayant de ne pas confondre « l’école d’hier » avec « l’école de toujours », une école qui ne devrait jamais perdre de vue que la  culture peut vraiment  être transmise pour ce qu’elle est : le patrimoine de l’humanité  à travers la diversité des œuvres de l’esprit à toutes les époques. C’est la Culture partagée qui rassemble, qui fait lien entre les individus.  Commençons donc par arrêter de charger l’école  de tous les problèmes du moment pour la laisser se concentrer sur sa seule et unique mission : la transmission du savoir.

L’objectif.

Il est simple : transmettre à chaque enfant le meilleur de la culture dont il est, d’où qu’il vienne, un légitime  héritier. Mais il n’y a pas de culture sans savoir et de savoir sans instruction....

Lire  le chapitre complet dans "l'Ecole s'invente tous les jours" , en cliquant sur : "III. Réflexions pour aujourd'hui - Les remèdes (2)" dans la colonne ci-contre, à gauche, tout en bas.

 


PARLONS FRANÇAIS !

Académie française

 

Halte à la colonisation culturelle !

L’anglo-américain s’insinue partout, sous la forme du franglais le plus souvent, ou même comme seconde langue de communication entre les Français. Les enseignes commerciales, l’univers audio-visuel, quand ce ne sont pas les équipements publics –ainsi Angers a son « ice-park » (une patinoire)-, sont gangrénés par ce qui est devenu plus qu’une mode : une véritable colonisation culturelle. Pourtant, tous les sondages montrent que nos compatriotes sont attachés à leur langue, d’autant plus qu’elle est la seconde langue internationale, utilisée sur tous les continents, sans parler de l’Afrique et de sa francophonie. Mais malgré le foisonnement d’associations de défense du français, le mal se répand.

Le « globish » hante tous les milieux.

Il est devenu « in » de glisser des mots anglais dans les phrases au milieu de mots français, et de conjuguer des verbes improbables : ainsi le verbe « timer » cité en exemple samedi dernier par Barbara Lefèbvre, pour dire plus ou moins « programmé » ou « arrivé à l’heure » … Les premiers défenseurs de notre langue devraient être les femmes et hommes politiques. Las, ils sont loin d’être exemplaires. Anne Hidalgo est très active pour introduire le franglais dans la communication de la mairie de la capitale: « Made for sharing ! » vantant les JO de 2024 est inscrit en grand sur la Tour Eiffel, inscription contraire à la loi et aux dispositions olympiques, un comble ! Et Metz a son « Lorraine Airport », une décision du Conseil Régional qui s’est cru probablement très original. Nous ne sommes pas les derniers avec notre « Loire Valley »… Notre président « manager » n’est pas en reste avec sa « start-up nation », ses « clusters de compétences » sous les applaudissements des représentants de la « French Tech » pour mettre en avant la « French touch »…

L’univers de l’entreprise est particulièrement exposé. Le franglais en inonde les moindres recoins, de « calls » en « meetings » dans « l’open space ». On y fait du « benchmark », on engage des « process », on attend le « feedback »… Ce sont les nouveaux codes du « corporate ». Ainsi va la novlangue du bureau. Plus on fait « Silicon Valley », plus on est certain de paraître performant, critère inversement proportionnel au niveau de compréhension du vulgum. J’ai passé sous silence « job » trop connu et « mail » pour courriel, trop usé, que « courriel » n’a pas vraiment réussi à remplacer.

Mais ce n’est pas fini. Le cancer a gagné la vie quotidienne. Désormais, on quitte son « job » pour aller boire un « drink » dans un « afterwork ».  Autrefois on pratiquait le culturisme, remplacé désormais par le « bodybuilding », dans des salles de sport ? non, de « fitness », les pieds dans des baskets pour faire du « running ». En sortant tardivement il n’y aura plus qu’à se consacrer au « souping » (le « must ») : c’est l’art de manger la soupe. On ne rit pas !  Mais notre univers culturel est aussi envahi par « Facebook », ses « followers », ses « likes »…  Nous n’utilisons pas un téléphone multifonctions, mais un « smartphone » qui nous permet de faire des « selfies » et d’agrémenter nos messages de « gifs » sur « Whatsapp ». On regarde « the Voice », on organise un « brunch », on fait ses courses à « Carrefour City ». L’envahisseur anglais est partout. Le sabir est devenu un incontournable des conversations du quotidien.

Allons enfants …

Ne me faites pas dire que cette évolution est inévitable et que c’est la vie ! Rappelons que dans la salle de presse de la Commission européenne à Bruxelles, il est d’usage de parler français. Pourtant, on assiste à une accélération de la soumission universitaire, intellectuelle et populaire à l’impérialisme linguistique de la langue anglaise. Elle s’impose d’autant plus facilement que ceux qui l’adoptent, le font soit par naïveté pour faire moderne, soit sous l’effet d’une globalisation mal comprise. C’est renoncer, en réalité, à notre empire intellectuel : cette anglicisation souterraine marque le déclin des intellectuels français qui croient pouvoir renverser leur marginalisation en adoptant la langue dominante, à laquelle ils ont si longtemps résisté. Il est bon de rappeler ici la richesse de notre langue et que cette évolution est d’autant plus inacceptable qu’elle constitue un appauvrissement. N’acceptons pas cette lente dégringolade dans le sous-développement culturel. Ce n’est pas rien de parler et d’écrire la langue de Racine, Voltaire, Chateaubriand, Hugo, que le monde admire et même nous envie. Car ne nous y trompons pas, perdre la maîtrise de notre langue, c’est aussi perdre notre identité. Ce sont les idées qu’elle véhicule qui vont disparaître et perdre de leur influence, ce que Jean-Marie Rouart dénomme « l’âme française », « ce message si original d’esthétique et d’éthique façonné par les siècles ». Le globish n’est la langue de personne, il fait même injure à la langue anglaise, c’est un mythe de modernité qui a surtout la faveur des publicitaires et des « branchés ». Et la langue française a tous les outils pour résister, il suffit d’en convaincre ses usagers. Commençons par respecter la loi qui la défend. Justement nous fêtons les 25 ans de la loi Toubon.

 


III - Réflexions pour aujourd'hui - Les maux du système éducatif (1)

Ces maux dont souffre l'Education nationale.

Triste constat.

Le recul des performances éducatives de la France dans les classements internationaux n’est que l’effet visible d’une dégradation profonde du système éducatif qui vient de loin. Le dernier classement Pisa en est encore le reflet même s’il semble montrer une certaine stabilisation par rapport au précédent. Tout de même, il paraît difficile de s’en satisfaire : la France, 7ème puissance mondiale, le pays de l’éducation gratuite et obligatoire, en 22ème position en lecture, 25ème en mathématique, 24ème en sciences…  Le Ministre Jean-Michel Blanquer a raison quand il dit que le redressement sera une tâche de longue haleine et qu’il faudrait le même ministre pendant au moins dix ans ! Ce classement consacre, malgré les efforts récents, l’échec d’un système et de ses pédagogies hasardeuses incapables d’affronter correctement l’enseignement de masse. Il suffit de regarder comment font les pays qui font réussir leurs enfants : priorité aux fondamentaux, enseignants solidement formés, évalués, et surtout valorisés. Le pire, c’est qu’avec une idéologie égalitariste largement partagée par le corps professoral, on arrive à un système champion de la reproduction des inégalités sociales qu’il prétend combattre. Souhaitons bon courage au ministre actuel qui en est bien conscient !... 

Lire  le chapitre complet dans "l'Ecole s'invente tous les jours" , en cliquant sur : "III. Réflexions pour aujourd'hui - Ces maux dont souffre l'Education nationale (1)" dans la colonne ci-contre, à gauche.

 


L'école s'invente tous les jours !

Après le "bref regard sur une carrière" et la "radioscopie d'une expérience", j'aborde le 3ème chapitre, tourné davantage sur le présent et l'avenir du système éducatif.

Plus que jamais, je reste persuadé que "l'école s'invente tous les jours" !

 

III - Réflexions pour aujourd'hui 

« L’unité de tout cela, Monsieur l’Inspecteur, c’est la vie, la  qualité de tous ces textes, la résonance qu’ils provoquent chez les  élèves  … »

                                                      Philipe  Delerm

 

C’est comme Obélix tombé dans la marmite de potion magique : l’enseignement, une fois qu’on est tombé dedans, il arrive très souvent qu’on ne s’en défasse plus jamais. C’est pourquoi je ne peux m’empêcher de continuer à cogiter en suivant les convulsions et évolutions de notre système éducatif.

 

Deux constats préliminaires

L’ignorance gagne du terrain.

De manière générale, je suis effaré de constater qu'à mesure que le progrès scientifique accumule un savoir de plus en plus exact, on observe à travers le monde une lente montée de l'ignorance. Chaque jour la science nous apporte de nouvelles découvertes et pourtant jamais l'ignorance n'a gagné autant de terrain. En France, les chiffres sont là : nous comptons 6 % d'illettrés, c'est-à-dire environ 3 millions de personnes. Si on additionne les personnes analphabètes qui ont des difficultés à lire et à écrire le français, on arrive à près de 10 % de la population. C’est énorme pour un pays où l’enseignement est gratuit et obligatoire !

Mais ce phénomène concerne le monde entier. Selon une récente projection de l'ONU, en 2020, le monde arabe comptera 25 % d'analphabètes. Ce monde arabe qui a publié plus de livres entre le VIIIe et le XIIe siècle qu'aujourd'hui. Que penser de ces prédicateurs saoudiens qui apprennent à leurs étudiants que la Terre est plate, et dernièrement, à l'Université de Sfax en Tunisie, qui est pourtant l'un des pays arabes parmi les plus avancés, une chercheuse voulait démontrer aussi que la Terre était plate et qu'elle ne tournait pas autour du Soleil. Il y a quarante-cinq ans, quand j’enseignais au Maroc, je rencontrais le  même problème avec le professeur de l’enseignement religieux  mais cela ne semblait pas perturber les élèves qui s’accommodaient des deux vérités. Cette progression du fondamentalisme  existe aussi aux États-Unis où 46 % des Américains (effarant, non ?) pensent que la Terre a moins de 10 000 ans. Parmi eux, il y a ceux qu'on appelle les « créationnistes » et ceux-ci commencent à prendre pied en France, en Angleterre, et même en Turquie où, parait-il, ils sont déjà très nombreux. Cette montée de l'ignorance favorise  l’obscurantisme, phénomène à mettre en corrélation avec la montée de l'islamisme politique.

Faut-il admettre que nous sommes en pleine régression intellectuelle dans le monde ?

La surinformation favorise l’ignorance.

Certains établissent aussi un lien avec la révolution numérique. Selon eux c’est dans les années 2000 qu’on a commencé à assister à une surinformation qui a conduit à l'ignorance. J’avais commencé à faire ce constat, juste avant de  prendre ma retraite, en 2003. Aujourd’hui, trop de 15-29 ans ne lisent plus de livres. En revanche, ils lisent davantage sur les réseaux sociaux, les blogs... D'après une étude de l'Université de Yale, la lecture sur le réseau internet n'est pas la même : les informations se superposent les unes aux autres alors que la lecture d'un livre permet de pénétrer les pensées de l'auteur et de structurer les informations. D'autres études sont à mettre en corrélation avec ce constat inquiétant : les Français auraient perdu 4 points de QI entre 1989 et 2009, phénomène mesuré aussi en Angleterre ou aux États-Unis.

Wikipédia est le plus bel exemple des effets pervers de l'Internet. Si dans le domaine scientifique, les notices sont rédigées par des experts, dans le domaine de la littérature et en histoire, c'est un agrégat de données nivelées par le plus grand nombre. On est loin du concept des « encyclopédies », véritables réceptacles du savoir vérifié. Ce qui est grave c’est que l’absence de hiérarchisation du savoir conduit au relativisme culturel où tout se vaut. La page d’une star de la chanson  est bientôt  plus fournie que celle de Victor Hugo, et Homère y passe pour un galopin.

 

Il n’y a qu’une seule façon de réagir à cela : rétablir le pouvoir  du savoir et de l’intelligence par l’école ! Il faut absolument replacer la culture générale et l'histoire au centre de nos préoccupations. Avec des enseignants aux connaissances indiscutables, de préférence !

A suivre : "Les maux dont souffrent le système éducatif".


Les catalyseurs de pédagogie - (2) Les voyages

Le voyage,

cet autre adjuvant pédagogique…

(et machine à fabriquer les « petits bonheurs »).

 

Les voyages scolaires sont, dans la  deuxième moitié de ma carrière, les compléments indissociables des spectacles, dans la mesure où beaucoup d’entre eux ont donné lieu à une représentation devant un public. Ce fut d’abord un compte-rendu sous forme de diaporama audio-visuel, un peu à la manière de ce que présentaient les voyageurs de « Connaissance du monde »,  puis ce furent des spectacles de plus en plus élaborés, comme je l’ai évoqué dans le chapitre précédent.

Entendons-nous, un voyage, ce n’est pas la simple sortie locale. C’est un déplacement plus ou moins lointain qui nécessite au minimum une journée entière, voire plus. Il faut distinguer deux types de voyages.

Les échanges linguistiques.

D’abord, il y avait les voyages organisés dans le cadre des échanges linguistiques. Enseignant le français et  l’histoire-géographie, je n’étais pas concerné au premier chef, mais  les collègues d’allemand ou d’espagnol me sollicitaient comme  accompagnateur. C’est ainsi que je fis plusieurs fois les séjours de Brême et de Grenade....

Lire la suite dans la colonne ci-contre : "L'Ecole s'invente tous les jours" en cliquant sur "Les catalyseurs de la pédagogie (2) Les voyages."

 


Les catalyseurs de pédagogie - (1) Le spectacle

Le spectacle, 

pédagogie de la « troisième dimension ».

 

«  Ah, tu es avec Monsieur Houlle, alors tu vas faire du théâtre ! » s’était écrié un parent en début d’année.

Le spectacle compte-rendu.

Justement, cette année-là, un voyage en Touraine de trois jours devait nous mener de Bourgueil à Richelieu en passant par le Clos Lucé, Villandry, Saché et Chinon. C’est comme ça que naquit l’idée de monter un spectacle genre diaporama. Une autre année, avec nos élèves de cinquième, nous avions fait une « classe patrimoine » à l’abbaye de Fontevraud : un séjour d’une semaine qui nous avait permis de « radiographier » l’ensemble monumental,  des égouts à la charpente. Au retour, il fallait trouver le moyen d’exploiter ce capital de découvertes accumulées au cours des nombreuses activités et aussi en rendre compte aux parents : évidemment, un spectacle s’imposait. Inévitable pour des collégiens fréquentant le collège « Jean Vilar » ! ....

Lire la suite dans la colonne ci-contre : "L'Ecole s'invente tous les jours" en cliquant sur "Les catalyseurs de la pédagogie (1) le spectacle."

 


Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection

L’évaluation.

S’il y a bien une question qu’on ne se posait pas au début des années 60, c’était celle de la notation. Tous les devoirs et travaux étaient évalués sur une base immuable, sauf rare exception : le barême sur 20. Il en était fait une déclinaison décimale jusqu’au ¼ de point selon la nature des exercices, du « pifomètre » de la rédaction au décompte méticuleux des fautes de dictée, des questions qui suivaient ou des exercices de grammaire. Le tout faisait l’objet d’une moyenne trimestrielle elle-même sur 20. Un système très ancré et qui a eu la vie dure puisqu’il est encore largement utilisé, même s’il n’a plus le monopole de l’évaluation.

Evacuons d’abord le débat sur l’absence de notes :....

 

Lire la suite  dans la colonne ci-contre, à gauche : "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur

Radioscopie d'une expérience - (7) L'évaluation, l'inspection


Radioscopie d'une expérience - (6) L'importance de la lecture !

L’importance de la  lecture.

 

Dans les programmes de Français des années 60, la  lecture  avait une place « institutionnelle » :  elle faisait l’objet d’une heure hebdomadaire de « lecture expliquée »  au cours de  laquelle  le prof étudiait un texte d’auteur en classe avec les élèves, et une heure consacrée à la « lecture suivie et dirigée » qui consistait à faire lire en entier par  les élèves une œuvre au programme, par tranches hebdomadaires, avec des  questions  auxquelles  il  fallait répondre   par écrit pour guider la compréhension. Parallèlement, il pouvait être  mis en place, à  l’initiative du prof, une bibliothèque de classe  pour proposer aux élèves qui le souhaitaient  d’autres lectures d’œuvres choisies,  avec éventuellement un compte-rendu.

J’ai toujours accordé  beaucoup  d’importance à la lecture...

...

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience"  - (6) L'importance de la lecture !


Radioscopie d'une expérience - (5) Les "bases"

Les  bases

Les quatre années du collège étaient pour moi le  temps de l’acquisition des « bases »  du fonctionnement de la langue française.  C’était une priorité qui allait de pair avec une bonne lecture. C’était aussi en principe, le programme. Ces bases devaient être maîtrisées à la fin de la 3ème. Il fallait donc s’y atteler sans relâche et sans cesse.  Ecrire sans faute, conjuguer correctement et connaitre sa grammaire pour écrire avec une syntaxe convenable, constituaient des apprentissages incontournables, quel que soit le niveau de classe et celui des élèves. Par nature, j’avais un penchant  pour la grammaire plus que pour la littérature, ce qui, au collège n’est pas un handicap pour les élèves.

 L’orthographe : écrire sans faute.

Il se  trouve que mon épouse travaillait  dans le service  de ressources humaines d’une grande entreprise et son expérience me confortait dans mon combat pour l’orthographe. Elle me disait combien le  nombre de fautes contenues dans une lettre de  motivation  pour un recrutement comptait pour  la  suite  à y donner.  C’est  ainsi : aujourd’hui encore, nous  sommes jugés plus souvent qu’on ne l’imagine, sur notre orthographe, sur notre façon d’écrire. Une mauvaise orthographe et l’ordinateur s’égare. Dans le milieu hospitalier, confondre un « é » et un « er » peut tuer… Combien de rêves évanouis à cause d’une orthographe défectueuse ? Et les  « textos », avez-vous vu les « textos » de nos adolescents ? Des mots estropiés qui s’enchainent et n’offrent au destinataire qu’une compréhension phonétique, car du côté du sens,  c’est une catastrophe.  Ecrire : « sa va ? », c’est déjà utiliser un déterminant possessif qui ne devrait se trouver que devant un nom à la place d’un pronom démonstratif, ce qui révèle une incompréhension manifeste de la langue française, de sa grammaire et de son sens. Entre « incultes », on se comprend, me dira-t-on, sauf que ce genre de raisonnement peut conduire aux pires  malentendus.

...

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience"  - (5) Les bases 


Radioscopie d’une expérience - (4) Les rituels

Les rituels !

Il n’y a pas de bonheur sans rituels !

 

D’abord, le matériel pour travailler.

Au début de  ma carrière, il fallait se contenter de peu. L’essentiel du  matériel d’enseignement reposait sur  le tableau noir et  la craie blanche et de couleurs. Les élèves  avaient des manuels correspondant aux cours,  généralement deux en Français,  recueil de textes et grammaire, un d’Histoire et un de Géographie, pour ce qui concernait mes enseignements. Il y avait  un projecteur diapo à disposition dans la salle des  profs mais il fallait  le réserver,  si bien que les  projections prenaient des  allures de séances exceptionnelles.  Il fallait en effet transporter tout le matériel auparavant dans la classe y compris  l’écran sur enrouleur. On ne peut pas dire que l’image était intégrée dans la pédagogie. Elle était tout au plus un faire-valoir de fin de trimestre pour une leçon plus distrayante. Avec le temps, la  situation s’est améliorée, et l’audio-visuel  a fini par  faire  partie intégrante de mes  leçons même  en Français.  Ainsi il m’est  arrivé de faire  écouter « Les vieux » chanté par  Jacques Brel,  avant de lire le texte  et d’en étudier tous les aspects. J’avais fini par avoir dans ma classe  tout ce dont j’avais besoin : projecteur diapo, rétroprojecteur, magnétophone à cassettes et même lecteur de cd, puisque je possédais un « walkman » assorti de mini-enceintes que je pouvais installer rapidement. La pédagogie moderne a besoin de supports techniques. Aujourd’hui je suppose que j’aurais dans ma classe ordinateur,  vidéoprojecteur et tableau électronique interactif, et en face des  élèves munis de tablettes…

Le matériel concerne aussi les élèves. Chacun doit avoir son nécessaire pour travailler, le bon livre,  le bon classeur ou cahier, de quoi écrire, une règle pour tirer  les traits, gomme, correspondant à la liste fournie en début d’année. C’est tout un travail que de faire acquérir les bonnes habitudes et il faut y passer du temps quotidiennement, toute l’année et à tous les niveaux jusqu’en fin de troisième.

Le  premier cours d’une année qui commence.

.....

Lire la suite  dans la colonne ci-contre "L'Ecole s'invente tous les jours", en cliquant sur "Radioscopie d'une expérience" (4)  

 


Radioscopie d’une expérience - (3) Le "bobineau"

Le « bobineau »

 

« Tous les enfants peuvent réussir ! ». Cette phrase d’Antoine de la Garanderie fut le fil rouge d’une grande partie de ma carrière, et bien avant que je ne lise ses ouvrages. J’étais là pour « ça » ! J’étais convaincu que ma mission consistait autant à transmettre un savoir qu’à donner à chacune et chacun les moyens de réussir. Pour moi, c’était trouver le bout du fil qui permet de dérouler le « bobineau », provoquer le déclic qui change tout et qui fait que l’esprit fermé sur lui-même s’ouvre enfin. Cela se traduisait dès le premier jour de classe, au moment de l’accueil des élèves. J’aimais dire : « Ici, il n’y a que des gens intelligents et vous êtes tous pourvus de neurones. Il  suffit donc que vous les utilisiez correctement. On va s’y employer ! ». Trouver le bout du fil pour les activer : une obsession !  ...

Lire la suite ci-contre dans "l'Ecole s'invente tous les jours"  chapitre "Radiocopie d'une expérience - (3) le bobineau". 

 


Radioscopie d’une expérience - (2) Profil d'emploi

Profil d’emploi.

 Que faut-il comme capacités et qualités pour être un bon prof ? Les exigences de niveau d’étude actuelles devraient largement faire l’affaire sur le plan des connaissances à transmettre : avec  bac + 5, les professeurs débutants devraient normalement être armés pour assumer leur mission de la maternelle à la fin du secondaire. Encore que ce que je perçois de la scolarité de mes petits-enfants me laissât dubitatif. c'est donc que les connaissances, si elles sont nécessaires, ne suffisent pas. Je n’aurai pas la prétention ici de faire l’inventaire de toutes les qualités qui définiraient l’enseignant parfait. Voici néanmoins, par une approche empirique, quelques certitudes tirées de mon expérience....

La suite, ci contre, dans "L'Ecole s'invente tous les jours", "Radioscopie d'une expérience - (2) profil d'emploi".


Radioscopie d’une expérience (1)

« Mais si, Monsieur je la savais encore hier soir,  je l’ai récitée à mon frère, seulement c’était de la poésie hier soir, mais vous ce matin, c’est une récitation que vous attendez et moi ça me constipe cette embuscade »

                                Chagrin d’école - Daniel Pennac

 

De la pédagogie.

Je me dois de revenir sur le choix du métier d’enseignant : alors que l’actualité nous porte, comme je le remarquai dans le chapitre précédent à entendre plutôt « je ne suis pas fait pour ça ! », en ce qui me concerne, « j’ai aimé ça ! ». Comme Daniel Pennac l’explique très bien dans son livre « Chagrin d’école », il convient de mettre un contenu à ce « ça ». Est-ce que j’étais fait  pour « ça » ? Enseigner c’est se retrouver devant une classe, se confronter à des élèves tous différents, avec un but ou une mission, comme on voudra : faire en sorte qu’ils apprennent un savoir. Mais le « ça » va de pair avec d’autres paramètres qui viennent compliquer la tâche : l’éducation bonne ou mauvaise des uns, les handicaps culturels des autres, la concurrence des autres sources de savoir qui n’a fait que prospérer au cours de ma carrière. Heureusement, il y a les méthodes pour faire face. Certains s’y réfugient constamment pour être mieux armés mais on découvre rapidement qu’elles ont leurs limites puisque tous les enfants ne réussissent pas de la  même façon.

Y-a-t-il encore des profs heureux ?

Je me demandais encore récemment s’il était possible de trouver son bonheur de prof dans les classes actuelles. En lisant « Petite Poucette » de Michel Serres, je me suis surpris encore à imaginer les stratégies d’apprentissage que je mettrais en œuvre si j’étais encore en activité,  pour utiliser cette source de savoir immense qu’offre internet, mobilisant l’intérêt des élèves pour les écrans, à discerner le vrai du faux, l’utile et l’accessoire … Quelle chance pour les profs d’aujourd’hui ! Quelle opportunité pour mettre enfin en place des exercices adaptés à chaque personnalité ! La gestion mentale plus internet est peut-être le chemin efficace vers la réussite pour tous. Et ce que je lis actuellement sur la « neuro-éducation » me fait sourire. Je n’avais pas attendu les progrès de l’imagerie fonctionnelle pour m’apercevoir que le stress et l’anxiété étaient des freins pour les processus de mémorisation et qu’au contraire, les émotions positives, l’humour et le  jeu facilitaient les apprentissages. A condition de ne pas oublier que l’effort reste  indispensable.

Le naufrage de l’Education nationale est suffisamment évoqué et mesuré,  les témoignages de ce que vivent les enseignants dans les établissements des « zones sensibles » suffisamment nombreux et évocateurs des difficultés qu’ils rencontrent, que je pensais ce métier voué désormais au supplice. Les livres  qui paraissent me rassurent. Certes, le passage d’une ministre idéologue a pu contribuer à accentuer les ravages du pédagogisme et de la théorie égalitariste. Certes, la machine de la rue de Grenelle est une machine à broyer les élèves,  certains élèves, et même les enseignants...

La suite dans "L'Ecole s'invente tous les jours", colonne ci-contre, "radioscopie d'une expérience 1"

 


Bref regard sur une carrière...

 

Je continue la  publication de : "l'Ecole s'invente tous  les  jours" .

Voici un bref  extrait   du premier chapitre : "Bref regard sur une carrière", à lire dans "Mes cahiers  pédagogiques", colonne de gauche du bloc-notes, ci-contre. 

A Stanislas Dehaene

Je viens de finir la lecture du livre de Stanislas Dehaene, neuroscientifique qui préside le Conseil scientifique de l’Education nationale : « Apprendre, les talents du cerveau, le défi des machines ». J’y ai découvert les quatre piliers qui permettent au cerveau d’apprendre : l’attention, l’engagement  actif, l’erreur et la surprise, la consolidation. Il se trouve que,  sans le savoir, ma  pratique a peu ou prou fini par respecter ces étapes, et j’y étais parvenu par l’accumulation que procurent les expériences successives avec les élèves, les apports pédagogiques engrangés au gré de mes  lectures, la confrontation avec  ce qui marche et ce qui ne marche pas. Par exemple, Stanislas Dehaene dénonce l’échec des pédagogies de la découverte : celles du constructivisme (ou dites de la découverte), cette nébuleuse d’idées qui a débouché sur la mise en œuvre des « écoles » Decroly, Freinet ou Montessori. Pour m’être frotté aux techniques Freinet par curiosité, en tentant de laisser l’enfant découvrir par lui-même et construire son savoir, au-delà de la difficulté à installer les stratégies appropriées dans le contexte d’un établissement « standard », non seulement on perdait beaucoup de temps mais l’élève avait la  plus grande difficulté à retenir quoi que ce soit. J’en conclus que l’apprentissage de l’autonomie passait par des chemins balisés, et que le rôle de l’enseignant était de choisir avec soin les exemples qui facilitent la découverte. Par contre, j’ai su très tôt que le meilleur moyen de susciter « l’engagement actif », c’était de  piquer la  curiosité de mes élèves (le fameux « étonne-moi ») : l’attention ainsi mobilisée, leur esprit était disponible pour l’explication, ou la suite du cours. J’avais, c’est vrai, l’obsession de la stimulation de  la curiosité, que Stanislas Dehaene décrit comme l’un des moteurs essentiels de la faculté d’apprendre. Je me garderai bien d’affirmer que j’obtenais ainsi en permanence un « engagement actif » de tous les élèves, mais je le recherchais constamment par des questions, des remarques, des exemples  stimulant leur imagination, auxquels j’ajoutais une empathie réelle  à leur égard. Leur donner envie d’aller plus loin,  par des cours structurés tout en encourageant leur créativité, fut plus tard, ma préoccupation quasi permanente. J’avais aussi mis en place des dispositifs qui permettaient ce qu’on appelle « le retour sur erreur », autre étape de l’apprentissage : je ne me contentais pas de signaler la faute, j’indiquais précisément ce qu’il aurait fallu faire pour l’éviter ou pour réussir. Cette démarche s’avéra très efficace pour améliorer l’expression écrite (la rédaction) quand la correction réalisée s’accompagna de points regagnés : le retour sur erreur récompensé ! Car la note  en elle-même, si elle traduit  bien une récompense ou une sanction, n’apporte qu’un signal bien faible  dans les deux cas, car elle est totalement dénuée de précision. D’instinct,  je me suis attelé à cet écueil.  Mes « grilles d’évaluation »  en expression écrite  en furent le  résultat.

Ainsi, sans vraiment savoir que je m’appuyais sur ce que la science permet aujourd’hui de décrire en matière de fonctionnement du cerveau, mon enseignement respectait dans les grandes lignes les principales phases de l’acte d’apprendre. Les enseignants d’aujourd’hui n’auront plus d’excuses. Avec les acquis des neurosciences et des sciences cognitives, l’école peut dès maintenant ressusciter chez tous les enfants la curiosité et le bonheur d’apprendre. Encore faut-il qu’ils renoncent à leurs certitudes idéologiques et pédagogistes…

J’ai bu du petit lait en parcourant les quelques pages au long desquelles  Stanislas Dehaene résume par des idées simples les résultats de ses travaux scientifiques. Je les prends toutes et vous propose,  pour faire court, les plus éclairantes : « ne sous-estimons pas les enfants », « ne croyons pas qu’ils sont tous différents », « faisons attention à l’attention », « rendons l’enfant actif, engagé, autonome », « faisons de chaque jour d’école un  plaisir »,  « encourageons les efforts », « fixons des objectifs clairs d’apprentissage », « acceptons et corrigeons les erreurs », « révisons encore et toujours », « laissons les enfants dormir »… Même sur ce dernier conseil, j’avais aussi ma petite idée : ainsi je demandais à mes élèves d’apprendre leur « récitation » plutôt avant d’aller dormir ;  je préconisais aussi de faire le  point du travail de la journée, chaque soir, à ce moment-là, qui devait être aussi celui de la préparation du cartable du lendemain. Je m’enquerais souvent de leur temps de sommeil, de l’heure du coucher… simple pragmatisme que je suis heureux de voir confirmé par la science...

La suite ci-contre.


L'ECOLE S'INVENTE TOUS LES JOURS !

Je lance aujourd'hui une nouvelle  page que vous pourrez consulter à partir de la colonne gauche du bloc-notes.  Elle s'intitule : " l'Ecole s'invente tous les jours ".  Je compte y publier régulièrement mes souvenirs, mes réflexions,  faire-part de mon expérience, proposer méthodes et travaux... en référence à ma carrière dans l'Education nationale. 

 

Des « bonheurs de prof » du passé qui éclairent l’avenir.

Depuis quelques temps, on me dit de plus en plus souvent, autour de moi, que je devrais raconter ma carrière d’enseignant ou écrire mes mémoires. J’ai beaucoup hésité avant d’envisager cette aventure. D’abord parce que l’expérience que j’ai vécue risque de n’intéresser que moi et quelques proches et puis écrire des mémoires, pour quoi faire ? J’avais dit à mes collègues, le jour de mon départ : « Je partirai sans me retourner ».

Ce qui m’a décidé, c’est le spectacle de désolation auquel j’assiste, que ce soit à travers les témoignages récurrents  dont la presse se fait l’écho ou tout simplement à travers l’expérience de la vie scolaire de mes petits-enfants.  Il est désolant, en effet, de consacrer autant de moyens financiers au système éducatif  pour d’aussi piètres résultats. Des milliers de jeunes livrés  à la  vie active sans aucun diplôme en sont la  partie émergée de l’iceberg d’un échec monumental. Il y aurait beaucoup à dire sur les conservatismes multiples qui sclérosent  l’institution, hantée par une idéologie égalitaire  inappropriée, ceux des syndicats comme ceux d’une hiérarchie désuète, ou encore les dégâts causés par la caste des docteurs en pédagogie et  leur langage et préconisations absconses.

J’ai passé quarante ans à enseigner au sein de l’Education nationale, de 1964 à 2003. Dieu sait  qu’on nous pondait déjà des  « circulaires  inapplicables »  comme celle des « itinéraires pédagogiques » d’un ex-ministre de la  Culture recyclé à l’Education. On s’est  toujours arrangé pour « faire avec », ou plutôt sans, avec un  peu d’habillage des emplois  du temps. Et pourtant, j’imagine encore tout ce que je pourrais inventer de moyens pour faire apprendre avec les technologies nouvelles de l’informatique. Pas  besoin de la rue d’Ulm ! J’ai peut-être été passionné par la pédagogie, toujours à l’affût d’un procédé nouveau pour étonner mes élèves et leur donner envie d’aller de l’avant. Ce n’était que l’amour du métier.  Cela n’a pas  toujours été évident, la « grande maison » étant toujours en retard d’une guerre quant aux outils modernes : il aurait fallu se contenter du tableau noir et de la craie, certes en couleur pour la géographie, mais tout de  même ! Quelle bataille pour obtenir un projecteur diapo, et les diapos en question, il valait mieux les faire soi-même, ce qui fait que très tôt j’ai passé  mes vacances à prendre des clichés « utiles ». De même, il valait mieux  avoir ses propres documents et je fus longtemps  abonné à la « Documentation photographique » du Secrétariat au gouvernement, tant les fonds  documentaires des établissements étaient pauvres.

Malgré tout, j’ai été un professeur heureux, et la  plupart du temps, mes élèves me l’ont bien rendu, par  les résultats obtenus, par les projets menés à bien, par les voyages ou sorties réussis… Que de souvenirs ! Et plus de quinze ans après, il m’arrive encore de croiser tel ou tel, toujours si heureux de me revoir (et moi aussi) et de me redire combien il me devait… Eux, ne savent pas ce que je leur dois. Mais tout de  même, de quoi rosir de plaisir !

Je n’ai donc pas été, probablement, un si mauvais prof que ça. Je sais les points forts mais aussi les faiblesses de mon parcours et de mon enseignement. Mais ce bonheur d’enseigner, irremplaçable, a-t-il un secret ? Je le cherche encore. Et si je vous disais qu’il m’arrive encore, après une quinzaine d'années de retraite, de rêver la nuit que je suis en classe …

Je ne sais pas si j’aimerais encore enseigner dans le contexte actuel du service public. Mais je sais qu’il y a encore des profs heureux quelque part. En tout cas, moi je l’ai été tout au long de ma longue carrière.

Je vais vous livrer dans cette page du blog, jour après jour, quelques analyses et recettes qui ont souvent contribué à mes bonheurs de prof et  que je vais  évoquer à travers quelques thèmes  qui les mettent en scène, tels qu’ils me reviennent, découvrant au passage quelques-unes de mes  pratiques de la classe, certaines orthodoxes, d’autres moins. Et je n’ai pas pu m’empêcher de les assortir de réflexions sur le système éducatif, nourries de mon expérience.

Puissent-ils redonner envie d’enseigner, puisqu’on me dit qu’aujourd’hui l’Education nationale peine à recruter. Je suis persuadé qu’avec les outils numériques et les  apports des neurosciences, il y a une formidable source d’espoir pour un enseignement plus efficace et plus individualisé, pour peu qu’on laisse l’imagination de chacun s’exprimer et aussi qu’on mette à  l’épreuve le savoir-faire des élèves en la matière. « Petite Poucette » de Michel Serres pourrait donner des idées à ceux qui en manqueraient. Enseigner a encore un sens, d’autant plus que l’accès au savoir s’est  diversifié au point de mêler trop souvent le faux au vrai, et que l’obscurantisme tente d’imposer sa loi dans certains établissements. Dans ce contexte le professeur a un rôle majeur à  jouer de médiateur et de consolidateur. Il faut faire en sorte que le « plus beau métier du monde » attire à nouveau les meilleurs.

En attendant, je dédie ces lignes à tous les élèves qui ont eu affaire à mes enseignements. Sans eux, je n’aurais pas pu être cet enseignant heureux qui poussait chaque matin la porte du collège  avec plaisir et qui en parcourait les couloirs jusqu’à sa classe,  en chantonnant.

à suivre  ...


NOTRE SOCIETE PAIE L’ABSENCE DE VERTICALITE

Comment on demande

 

La délinquance juvénile  explose. 

Partout. Dans les  écoles, au cœur des villes, dans les banlieues, à la campagne même ! Et de plus en plus elle se présente sous une forme organisée, quasi professionnelle.  Ce sont les cambriolages, des vols de véhicules, et cela va jusqu’à des vols violents avec armes. Dans les cours de récréation,  des bandes rivales s’affrontent. Elles sont le fait de mineurs de moins de 18 ans dans des proportions qui vont croissant au fil des années. Le phénomène est aggravé par les mineurs étrangers délinquants qui errent dans nos villes et passent entre les mailles du filet d’une police et d’une justice démunies pour traiter leur cas. Pourtant, il n’y a  que les naïfs et les idéologogues qui s’en étonneront.

Des causes multiples, évidemment.

La  France assiste impuissante à cette pandémie de violence qui  prend toutes les formes : nouvelle  guerre des boutons, mais avec des kalachnikovs, qui opposent des quartiers, rodéos urbains au mépris de  la loi qui pourrissent la vie des habitants, les femmes violentées au gré des pulsions de jeunes sauvageons, les gares et les trains devenus terrains de jeu favoris de ces nouveaux barbares … On invoque l’ignorance et l’obscurantisme dont les progrès sont fulgurants, l’inefficacité  des juges et des éducateurs qui font ce qu’ils peuvent. Mais nous avons nous-mêmes abandonné le terrain : à la défaillance judiciaire d’un droit inadapté au comportement de ces jeunes qui n’ont plus rien d’enfants, il faut ajouter la défaillance culturelle qui laisse trop de terrain aux pulsions communautaires et la défaillance éducative des parents et de l’école. Tout cela est avéré.

L’absence générale de verticalité.

L’origine du phénomène tient, en effet, dans l’absence généralisée de « verticalité ». Comme l’explique le pédiatre célèbre Aldo Naouri, tout commence par l’enfance. L’éducation, c’est la  verticalité ! Il explicite : « C’est la capacité de dire « non » à un enfant ! C'est un enfant pour lequel les quatre premières années de sa vie ont servi à le conduire à son statut d'humain. Un nouveau-né, et c'est immuable depuis 7 millions d'années, est un être de pulsions qui mord dans la vie avec pour seule boussole le principe de plaisir. L'éducation est là pour lui opposer le principe de réalité, pour lui montrer qu'il n'est pas seul au monde et qu'il doit tenir compte des autres. Acquiescer sans discernement à ses demandes développera sa toute-puissance infantile, dont les manifestations sont multiples, des troubles du sommeil à l'agitation. Il croira devoir conserver son rapport à la toute-puissance toute sa vie. Cette affaire, si elle est bien menée, est jouée à 4 ans. On peut encore la rattraper, avec des efforts plus ou moins grands, jusqu'à 12 ans. » Et comme notre époque est propice à l’enfant roi qui veut imposer sa toute-puissance en toutes circonstances, il est indispensable que quelqu’un lui rappelle constamment les « limites ».  Car ce sont ces limites qui sont aptes à le rassurer : c’est quand on est capable de réprimer ses pulsions qu’on devient capable d’efforts. Si l’ascenseur social fonctionnait autrefois,  c’est parce que les deux -famille et  école- pratiquaient  le  même principe d’autorité, la même verticalité. Comme l’enfant, l’adolescent a besoin de se sentir intégré dans un ensemble où existe une hiérarchie. Si la société ne la lui fournit pas, il s’en invente une, hors-la-loi. Le principe d’autorité a disparu dans la famille -quand elle existe encore-, et a bien du mal à être appliqué dans l’institution scolaire. Les  enseignants  ne sont pas naturellement des êtres de  pouvoir, ils sont des êtres de savoir et de transmission. Comment faire  quand il faut déjà se battre pour faire cours !

Et puis, il faut le dire, l’exemple vient de l’Etat lui-même. Celui-ci  est le reflet d’une défaillance collective qui a pulvérisé les hiérarchies. Que penser du principe d’autorité quand  un Etat n’est même pas capable d’expulser 300 zadistes qui occupent indûment des terres qui ne leur appartiennent pas ? Ce principe d’autorité qu’un Président est obligé de rappeler à un adolescent irrespectueux qui l’interpelle  d’un « Manu » un peu trop familier !  Et ne parlons pas de la justice imprégnée d’idéologie soixante-huitarde toujours  prête à excuser …

Il  faudrait reprendre le travail éducatif : il sera long et difficile mais lui seul évitera « le  choc des incultures ».  À l'adolescence, c'est extrêmement difficile. Cela passe par le rappel constant des limites. Encore faudrait-il que ce travail soit entrepris.

Je  vous conseille de lire l’interview qu’Aldo Naouri avait donnée au journal Les Echos le 20/10/2017, on la trouve facilement sur internet. Tout y est !

 


APPRENTISSAGE : UNE MAUVAISE REFORME

Apprentissage

 

Le projet présenté par le gouvernement part dans la mauvaise direction, en voulant confier le pilotage de l’apprentissage aux branches professionnelles, après une concertation pipée comme d’habitude. Le  premier ministre a suivi  le choix de sa  ministre du travail, qui,  ça n’est un secret pour personne, voulait absolument que  le bébé soit pris en charge par ses amis du patronat. Tout n’est pas encore joué,  car le projet doit encore être discuté au parlement. Il importe que les  Régions continuent de faire entendre leur voix.

Un tabouret à trois pieds.

L’apprentissage repose sur un tabouret à trois pieds : l’Etat, les entreprises et les Régions.  Il  importe qu’un équilibre soit respecté entre ces trois partenaires dans la définition des rôles, sinon  le système sera bancal. Et  l’on sait ce qui arrive  quand on s’assoit sur un tabouret  bancal. Ce sont les Régions qui devraient recevoir la mission principale du pilotage de l’apprentissage, je suis bien placé pour  le savoir,  ayant eu en charge son développement pendant six ans au Conseil Régional des Pays de la Loire, de 1992 à  1998. Nous avions multiplié par deux le nombre des apprentis, car c’est d’abord une question de volonté politique. J’ai pu mesurer alors combien l’exercice était périlleux, car le nerf de la guerre,  la taxe d’apprentissage, était capté par les branches professionnelles et les réseaux consulaires, qui  l’utilisaient à leur guise pour financer leurs  propres outils de formation. La plus grande  partie de  la  collecte nationale allait à  la Région Ile-de-France.  Les  Régions s’étaient vu confier l’organisation de l’apprentissage par les lois de décentralisation mais n’avaient pas les moyens correspondants. Il a fallu lutter pour obtenir qu’une péréquation plus équitable des fonds soit mise en place.

Le projet comporte des avancées appréciables.

Le volet « Etat » du tripode propose plusieurs points qui sont des progrès utiles : la hausse de la rémunération de l’apprenti de 30€ par mois, l’élargissement de l’accès à Erasmus, l’allongement de l’âge à 30 ans au lieu de 26 pour entrer en apprentissage, l’aide de 500 € pour passer  le permis de conduire… De même la simplification de la  taxe qui devient unique avec un taux de 0,85% de la masse salariale pour financer les contrats d’apprentissage. Une manne de 4 milliards d’€ qui ira aux centres de formation en fonction du nombre d’apprentis. Le gouvernement veut aussi cibler les aides à l’embauche d’apprentis vers  les petites entreprises, c’est bien vu et bienvenu. Les artisans ne s’en plaindront pas. C’est aussi une bonne chose que les Régions récupèrent l’orientation.  

Les  branches professionnelles ne sont pas les mieux placées.

Le projet prévoit de simplifier le financement en confiant aux branches professionnelles le  pilotage de la  distribution des fonds collectés. Cela peut paraître logique. Mais c’est oublier qu’elles ne couvrent pas tous les champs de formation ouverts à l’apprentissage : la fonction publique, les carrières médico-sociales et les réseaux des  maisons familiales qui ont en charge des formations multiples très impliquées dans la ruralité. Qui prendra en charge le financement de tous ces outils ? Se pose aussi une autre question et qui n’est pas anodine : qui régulera le taux de l’heure de formation dans les différents CFA ? Il y a un grand risque de rendre les branches professionnelles à la fois juges et parties. Sans parler du risque d’opacité sur l’utilisation des fonds collectés comme on l’observe pour ceux de la formation professionnelle. Enfin,  ce n’est pas au monde professionnel de décider de la  place de l’apprentissage, mais à la puissance publique, élue démocratiquement.

La Région devrait être le pôle d’équilibre de  l’apprentissage.

C’est la Région qui est la mieux à même d’organiser un développement harmonieux de  l’apprentissage sur l’ensemble de son territoire. Parce qu’elle est déjà au centre du dispositif et à l’expérience de la négociation avec tous les partenaires concernés,  avec un panel beaucoup  plus large que les seules branches professionnelles qui sont loin de couvrir tous les métiers. C’est donc vers elle que devrait converger toute la taxe d’apprentissage, à charge pour elle de financer les CFA, qu’ils soient de branche ou pas.  Elle est encore la mieux placée pour savoir quels types de formations il faut développer, ayant en charge  par ailleurs le développement économique. Or, pour le développement de l’apprentissage, la connaissance des besoins des bassins d’emplois est essentielle. La réduire à un rôle de concertation avec les branches professionnelles est à la fois dérisoire et pitoyable. C’est méconnaitre gravement l’expérience qu’elles ont acquise depuis plus de vingt ans. Je ne peux  m’empêcher de penser que derrière cette recentralisation, car c’en est une, il y a une volonté d’affaiblir les Régions. Il  est clair  là encore que la vision métropolitaine l’emporté sur celle des  « territoires ».

Pour que l’apprentissage réussisse, il faut aussi faire évoluer les mentalités des  parents et surtout celles qui dominent au sein de  l’éducation nationale. Quant à faire de  l’apprentissage une filière d’excellence, il y a longtemps que c’est une réalité dans les Pays de la Loire !

 

 


LA SURINFORMATION CONDUIT A L’IGNORANCE

Bonnet_d_ane

 

Une farce qui en dit long.

Laurent Gerra déplore l’appauvrissement de notre belle langue et constate que « les gens lisent moins et s'attardent moins sur les choses ». « Il y a une pauvreté du vocabulaire qui est terrible. Dans le TGV, j'entends discuter les gens et je ne comprends plus ce qu'ils disent. Ils parlent à moitié anglais, en raccourci. La langue s'appauvrit alors qu'au contraire, elle doit s'aiguiser. Je constate qu'une forme de poésie dans le langage disparaît »… Plusieurs causes  à ce phénomène, probablement,  mais en premier vient  le smartphone,  ce qui  l’a  conduit un jour à faire une petite farce à tous les passagers d'une rame de TGV : « Un jour, on m'a procuré un brouilleur, et paf ! j'ai fait disjoncter les téléphones portables de toute une rame de TGV ! C'était très agréable ! »… raconte-t-il au Figaro Magazine. Mais il n’y a pas que l’appauvrissement de la langue français. C’est bien pire.

L’ignorance gagne du terrain en France.

Selon l’historien Dimitri Casali, la société bascule dans l'ignorance. Ce n’est pas le progrès scientifique qui ralentirait, au contraire, chaque jour la science nous apporte de nouvelles découvertes. Pourtant, il est facile de constater qu'à mesure que le progrès scientifique s'accumule vers un savoir de plus en plus exact, on peut mesurer à travers le monde une lente montée de l'ignorance. Par exemple, en France, aujourd’hui, nous comptons 6 % d'illettrés, c'est-à-dire environ 3 millions de personnes. Si on additionne les personnes analphabètes qui ont des difficultés à lire et à écrire le français, on arrive à près de 10 % de la population. C’est  un comble  dans un pays où l’instruction est gratuite et, en principe, obligatoire. Et loin de s’enrayer, le phénomène s’aggrave : jamais l'ignorance n'a gagné autant de terrain. Ce constat est à mettre en corrélation avec le piètre classement de notre école, au classement international PISA dans lequel nous sommes désormais au 27ème rang. Il y a vingt ans, notre pays était 10ème : en 17 ans, nous avons perdu 17 places. Si on se réfère aux années 80, nous étions dans les cinq premiers, et nous avions l'un des meilleurs systèmes scolaires au monde. On observe les mêmes constats en chute de compétence ne lecture et dans les disciplines scientifiques. Il faut prendre conscience du phénomène qui devient vraiment effrayant.

Le monde entier est touché.

Dans une étude, une récente projection de l'ONU montre que l'an prochain, le monde arabe comptera 25 % d'analphabètes. Le monde arabe a publié plus de livres entre le 8ème et le 12ème siècle qu'aujourd'hui, alors qu’actuellement, il publie moins de 1 % du marché mondial du livre. Et que penser de ces prédicateurs saoudiens qui apprennent à leurs étudiants que la terre est plate ? Et de cette chercheuse à l'Université de Sfax en Tunisie, l'un des pays arabes les plus avancés, qui voulait dernièrement démontrer aussi que la terre était plate et qu'elle ne tournait pas autour du soleil ! Le même mal touche aussi la grande puissance que sont les USA où 46 % des Américains pensent que la Terre a moins de 10 000 ans. Voilà ce que produisent les « créationnistes » qui commencent à prendre pied en France, en Angleterre, un peu partout en Europe… Il est difficile de ne pas constater que nous sommes en pleine régression intellectuelle dans le monde.

L’ignorance est le terreau de l’obscurantisme.

Le vide spirituel et culturel qui saisit nos sociétés est à mettre en relation avec la progression de l’islamisme, du djihadisme, du complotisme et du fanatisme. On assiste, en effet, parallèlement à cette montée de l'ignorance, à une montée de l'obscurantisme. Et notre époque, du même coup, plonge dans le relativisme culturel. Tout se vaut. On perd de vue la hiérarchie des valeurs qui favorise le communautarisme. Ce phénomène est particulièrement violent en France dont la culture est de longue tradition « universaliste ». Que valent les « droits de l’Homme » entre les mains de gens incultes ?

Un avatar de la révolution numérique.

L’historien voit un lien évident avec la révolution numérique. Cela a démarré dans les années 2000. C’est la surinformation qui a conduit à l'ignorance. Ainsi, les 15-29 ans ne lisent plus de livres, en revanche, ils lisent davantage sur les réseaux sociaux, les blogs... Et d'après une étude de l'Université de Yale, la lecture sur internet n'est pas la même : les informations se superposent les unes aux autres alors que la lecture d'un livre permet de pénétrer les pensées de l'auteur et de structurer les informations. Cela organise le cerveau. D'autres études sont à rapprocher de cette observation : les Français auraient perdu 4 points de QI entre 1989 et 2009, phénomène mesuré aussi en Angleterre ou aux États-Unis. Wikipédia, qui est le plus bel exemple des effets pervers d'internet, a donné la culture aux imbéciles. Si dans le domaine scientifique, les notices sont rédigées par des experts, dans le domaine de la littérature et en histoire, c'est un agrégat d'informations nivelées par le plus grand nombre. Il n'y a plus de hiérarchisation du savoir. Ainsi la page de Kim Kardashian sera bientôt plus longue que celle de Montaigne et le grand poète grec Homère a déjà moins d'articles que Homer Simpson…

La seule réponse : l’école !

Il faut replacer la culture générale et l'histoire au centre de nos préoccupations. Et d'abord à l'école. Or, depuis une trentaine d'années, la culture générale a été abandonnée. Les pédagogistes de la rue de Grenelle portent une lourde responsabilité, eux qui ont remplacé la transmission du savoir et des connaissances par de simples compétences techniques, et encore. L'idée est de fabriquer un homme nouveau, sans racines ni héritages. On se souvient que Mérieu et Bourdieu préconisaient d'apprendre à lire dans les notices d'appareil électroménager, pour éviter que les élèves s’ennuient, et non plus grâce aux textes de Hugo ou de Molière... Au  lieu de corriger  le mal de la surinformation apportée par l’omniprésent smartphone qui véhicule le vrai et le faux, le superfétatoire au détriment du sérieux, on l’a aggravé en supprimant les repères de la vraie culture et de l’esprit critique. Il faut revenir à la culture classique française, car c’est son rejet qui fait du mal aux esprits faibles. Et cesser de croire aux vertus de l’égalitarisme qui conduit à être tous être égaux dans la médiocrité.