HISTOIRE

LE POINT SUR L’ECONOMIE

Planche à billets

 

LA PEUR DU RETOUR DE L’INFLATION

Intéressant le rapport de l’ancien ministre des Finances, Jean Arthuis. Il nous montre un horizon bien sombre à  l’horizon 2030, un moment où notre dette se situerait entre 130 et 150%  de note PIB. Et ce  rapport explique à demi-mot qu’il est impossible de concevoir un plan de rétablissement de nos finances publiques. Et pourtant nous allons vers les 3 000 milliards de dette, car nous continuons à emprunter 1 milliard d’euros par jour sur les marchés.

Trop de liquidités.

Les banques centrales injectent trop de liquidité et les gouvernements en font trop. Le principal danger vient du risque avéré de surchauffe de l’économie, et particulièrement de  l’économie américaine du fait des plans successifs de Joe Biden qui injectent des dollars par dizaines de milliards. Avec  la crise sanitaire on a un effet  de cumul : l'épargne des ménages, la trésorerie des entreprises, les liquidités des banques centrales, les plans de relance, constituent un cocktail explosif.  Le 4 mai dernier, Janet Yellen, secrétaire au Trésor américain a, pour la première fois, évoqué la possibilité d'une hausse des taux d'intérêt. C’est un tournant. Elle a très précisément déclaré qu'il faudrait peut-être augmenter les taux d'intérêt pour que l'économie US n'entre pas en surchauffe. Elle alimente l’idée que l'inflation va revenir, et qu’inévitablement les taux d'intérêt vont remonter, surtout aux États-Unis. Les prévisionnistes s’accordent sur une inflation américaine qui devrait dépasser les 3,5 ou 4%. D’autant plus que la hausse des matières premières va aussi alimenter la hausse de l'inflation.
L’Europe suivra. En Europe, la reprise sera forte mais moins forte qu'aux États-Unis et les pressions inflationnistes seront moins fortes. Le travail de la BCE  devrait donc s’avérer moins complexe que celui de la FED. Notons tout de même que le taux de référence en France, le taux d'emprunt à 10 ans, n'est plus négatif. Il reste bas à 0 ,12%, mais il n'est plus négatif. Les taux d'emprunt d'État remontent partout en zone euro, 0,81% en Italie, 0,43% en Espagne. L'Allemagne a encore un taux négatif à -0,23% mais rappelons qu'il était tombé à -0,67% il y a 6 mois. Ce sont des signes avant-coureurs.

Rappelons que, en économie, si on accroît massivement les liquidités en circulation, la masse monétaire augmente et si la masse monétaire augmente, inéluctablement, l'inflation dérape. On aurait donc dû  avoir un retour de l’inflation depuis des années compte tenu des baisses des taux et des injections massives de liquidités par les banques centrales. Celle-ci n'est jamais venue. On a déjà expliqué pourquoi : les pressions déflationnistes structurelles étaient fortes : la démographie avec  l’effondrement des taux de fécondité et le vieillissement de la population, du fait de la digitalisation de l'économie, et enfin du fait de la révolution sociétale, et notamment de la prise de conscience écologique qui pèse sur la surconsommation.

Le retour de l’inflation.

L’inflation semble maintenant pointer son nez et ça va  changer la donne, tant sur l'économie que sur les marchés. Le facteur déclenchant aura été la crise sanitaire. Les masses d'argent mobilisées par les gouvernements et les banques centrales ont atteint des niveaux tellement délirants qu'à la sortie de la crise sanitaire, la consommation et l'investissement explosent, comme on le voit en Chine ou aux Etats-Unis. Et la pression est tellement forte que, cette fois, la hausse de l'inflation est inéluctable. Désormais, le débat porte sur son caractère plus ou moins durable. Les banques centrales font le pari  que cette hausse de l'inflation sera conjoncturelle et accompagnera la sortie de crise en raison du retard de consommation et d'investissement accumulé pendant la crise. La FED et la BCE tentent de rassurer sur les craintes d'inflation, et, pour l’instant, n’envisagent pas de  monter les taux pour la contrer. Mais rien n’est moins certain. Il peut y avoir un dérapage de l'inflation, car il y a trop d'argent en circulation dans l'économie, et cela risque de provoquer des turbulences. L’indicateur  à suivre de près c’est l'inflation aux États-Unis. Si elle dérape, il faudra se mettre aux abris.

Cycle de hausses ?

Le risque est d’autant plus difficile à appréhender que les matières premières industrielles, agricoles, l'énergie, sont entrées dans un cycle de hausses, du cuivre au plus haut depuis 2011 au soja au plus haut depuis 8 ans, en passant par le maïs, le minerai de fer ou encore le sucre, tout monte. Les raisons sont les  mêmes : la masse de liquidités déversée par les banques centrales, les plans de soutien et les plans de relance massifs des gouvernements, le rebond de l'économie post-crise sanitaire en Chine et aux États-Unis avec l'effet rattrapage de la consommation et de l'investissement, la « transition écologique » qui provoque des ruées sur certaines matières premières. Enfin, la Chine est le premier consommateur au monde de matières premières et son économie a redémarré sur les chapeaux de roue. Même si elle anticipe un cycle de croissance plus contrôlé, les prévisions de ses besoins sont impressionnantes. Le  redémarrage de l’économie américaine ajoute aux tensions d’approvisionnement. La flambée des matières premières va inévitablement alimenter la hausse de l'inflation. Autant d’éléments qui plaident pour un dérapage de l'inflation dans les mois qui viennent.

Voilà pour le contexte.

Et pendant ce temps, en France… 

Les français ...épargnent, épargnent et épargnent encore. Nous allons de records en records, notamment pour l'assurance vie : 1 812 milliards d'euros d'encours, 1 milliard d'euros de collecte nette en mars, 4 milliards en 3 mois. Mais ce qui se passe en France est grave, et nous risquons d'en payer les conséquences pendant longtemps : grisé par un sentiment de totale liberté et par l'ivresse du chèque en blanc de la Banque centrale européenne, le gouvernement dépense sans compter. Le problème c’est qu’il dépense, il n'investit pas, et  qu’il essaie de faire passer la masse des dépenses publiques préélectorales pour de la « relance ». Pas un jour ne passe sans que nous distribuions une aide qui additionnées se comptent en centaines de millions, voire en milliards d'euros. Des aides de soutien évidemment nécessaires pour les secteurs, les entreprises et les personnes en difficultés. Mais cela va bien au-delà de ce qui est nécessaire. Sous couvert de soutien à l'économie du fait de la crise sanitaire, le gouvernement a fait exploser des dépenses publiques qui n'ont rien à voir avec ce soutien. Nos gouvernants y ont vu une opportunité historique de distribuer de l'argent sans compter, et pour que ça passe mieux vis-à-vis de nos partenaires, nous changeons les étiquettes : nous labellisons de simples dérapages des dépenses publiques avec une étiquette « plan de relance ». On disait qu'en France, il y avait une taxe pour chaque problème. Aujourd'hui il y a une aide pour chaque problème. Rien n’a été fait pour limiter les mauvaises dépenses publiques que nous accumulons sous forme de déficit depuis 1974, celles qui dépassent nos revenus et sont faites totalement à fonds perdu, avec une efficacité de plus en plus réduite, comme on l'a vu avec notre système hospitalier pendant la crise.  Elles ne seront jamais remboursées et vont donc peser sur la croissance à venir. Quand la crise sanitaire sera terminée, nous ferons une fois de plus figure de cancres et de tricheurs. Et que se  passera-t-il  si l’inflation repart et entraîne une remontée  des taux…

Notre dette est  déjà un enjeu de souveraineté  puisque plus de 51% est détenu par des investisseurs étrangers.  De 250 à 300 milliards d’euros d’obligations tricolores s’accumuleraient dans les caisses de la banque centrale chinoise.

Aussi devrions-nous avoir, parallèlement à la fin des aides de sortie de crise une stratégie claire de réduction des dépenses associant une baisse durable des impôts pour sauver la croissance et  l’emploi.

 


DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte abdication

 

LA  CHUTE DE L’EMPIRE  1812-1814

L’entrevue d’Erfurt avait montré les réticences du tsar. Aussi l’alliance avec Napoléon ne dura pas. Le  mariage autrichien, le tort causé à l’économie russe par  le  Blocus continental, la résurrection de la Pologne, sont autant de motifs pour la rupture. La campagne de Russie sera le signal  déclencheur d’une avalanche que l’Empereur ne pourra pas arrêter,  avec son cortège de révoltes et de trahisons.

Le tsar Alexandre était vivement critiqué par la noblesse et le blocus gênait considérablement les intérêts des grands propriétaires en stoppant toutes les exportations vers l’Angleterre.  Le mariage de Napoléon avec Marie-Louise, l’envoi de Bernadotte en Suède, l’annexion par la France des ports allemands de la Baltique étaient autant de menaces pour le Russie qui n’y trouvait pas son compte. La résurrection de la Pologne sous la forme du grand-duché de Varsovie fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Dès la fin de 1810, Alexandre avait rouvert ses ports aux neutres, donc indirectement aux Anglais. En juin 1812, la  guerre éclatait de nouveau, avec aux côtés  de  la Russie, l’Angleterre et la Suède de Bernadotte  qui trahit pour conserver son trône. La 6ème coalition est née, elle sera bientôt  renforcée par  la Prusse et l’Autriche.

Le désastre en Russie.

Lorsqu’il franchit le Niemen, le 24 juin 1812, Napoléon ne songea pas un seul  instant à se rendre maître de Moscou. A la tête d’une armée de 500 000 hommes, c’est l’armée des vingt nations, il pensait écraser très rapidement un ennemi très inférieur en nombre. Elle ne comprenait que 200 000 Français, rattachés au centre du dispositif où Davout et Napoléon lui-même commandaient. Il voulait une campagne éclair et une victoire décisive qui obligeât l’adversaire à demander la  paix. Mais  les  Russes  pratiquèrent une tactique à laquelle il ne s’attendait pas : villes désertées et en feu, terre brûlée, Vilna, Vitebsk, Smolensk.  Napoléon entra dans cette dernière, vide de sa population et de ravitaillement. Au lieu de faire une pause, pour se refaire des forces, il continua la poursuite alors qu’il pouvait aller frapper  le coup  mortel à Saint-Pétersbourg. Grave erreur ! C’est  ainsi qu’il se retrouva sans l’avoir voulu, aux portes de l’ancienne capitale. La  bataille a enfin lieu  le 7 septembre à Borodino. Ce fut la plus meurtrière qu’eût jamais connu l’armée française : il en coûta 30 000 hommes à Napoléon pour forcer  le passage de la Moskova. Malgré de lourdes  pertes, l’armée russe n’était pas vaincue et Koutouzov lui réservait encore des surprises. La  ville de Moscou fut incendiée sur l’ordre de son propre gouverneur.

Désormais, c’était un peuple tout entier qui voulait chasser l’envahisseur. Sous la pression populaire le tsar  refusa la paix.  Quant à l’armée de Napoléon elle commençait à s’affaiblir en raison des maladies, de la malnutrition et des nombreuses désertions. L’Empereur, au lieu de marcher sur Saint-Pétersbourg commit l’erreur de prendre le même chemin qu’à l’aller, et trop tard : le  19 octobre, il  neigeait déjà. Ce fut une retraite sans ravitaillement, tout ayant été pillé, harcelée par les cosaques qui ne cessaient de monter des escarmouches. Koutouzov pensait  encercler le reste  de  l’armée française sur les rives de la Bérézina, mais grâce aux pontonniers d’Eblé, la plus grande partie réussit à franchir le fleuve. Napoléon fut obligé de quitter ses troupes le 5 décembre pour rentrer rapidement à Paris, alerté par la rumeur d’un coup d’Etat du général Malet. C’est Murat et le Prince Eugène qui ramenèrent les soldats, terriblement éprouvés par l’hiver russe.  Ils n’étaient plus que 25 000 à refranchir le Niemen le 16 décembre. Un vrai désastre ! La retraite de Russie fit dire  à Talleyrand qui avait commencé à « manigancer », « c’est le commencement de la fin ».

La farce du général Malet.

Ce fut un épisode rocambolesque. Le général Malet, personnage assez médiocre, était en disponibilité depuis dix ans. Avec  quelques complices, il tenta de  prendre le pouvoir.  Un jour d’octobre, muni d’un faux « sénatus  consulte » qui annonçait la mort de l’Empereur, l’abrogation de l’Empire et qui le nommait commandant militaire de la place de Paris, il disposa d’hommes en arme, alla arrêter Savary, le ministre de l’Intérieur qui avait remplacé Fouché,  et  le Préfet Pasquier. Mais dans sa tournée pour arrêter les hautes personnalités, il butta sur le général Hulin qui ne tomba  pas dans le panneau. Comme on lui résistait, Malet ouvrit le feu mais la garde de Hulin riposta et désarma l’escorte  de  l’insurgé. Malet était neutralisé. Mais il s’en était fallu de peu. La facilité avec laquelle il avait pu agir prouvait la fragilité de la monarchie impériale.

La campagne d’Allemagne.

La Prusse se retourna contre la France dès février 1813. Le tsar Alexandre pouvait se prétendre le champion d’une croisade contre le grand Empire. Napoléon savait qu’il devrait forcément s’engager vers l’Ouest et il espérait bien renouveler un nouvel Austerlitz. Il rassembla à la hâte 160 000 hommes et sans attendre lança une nouvelle offensive en Allemagne, et porta deux coups à ses adversaires : à Lutzen en mai  il repousa russes et prussiens sur l’Elbe et les fit reculer par une nouvelle victoire à Bautzen deux semaines plus tard. Un armistice fut signé le 4 juin, l’Autriche jouant les bons offices, mais les conditions de la paix  étaient telles que Napoléon refusa de s’y plier.  La conférence de Prague échoua. L’Autriche rejoignit la coalition le 10 août 1813. C’était la septième ! L’Empereur avait déclaré à Metternich : « Que veut-on de moi, que je me déshonore ? Jamais. Vos souverains, nés sur le trône, peuvent se laisser battre vingt fois et rentrer dans leurs capitales. Moi, je ne le puis pas, parce que je ne suis qu’un soldat parvenu ! ». Dès le mois d’octobre, trois armées de la coalition convergent vers l’ouest : au nord, les troupes suédoises sous le commandement de Bernadotte, au centre Blücher commandant une armée russo-prussienne, au sud, Schwarzenberg dirigeait les forces autrichiennes. Napoléon affronta 320 000 coalisés à Leipzig du 16 au 19 octobre. Après avoir perdu 60 000 hommes, l’armée française fut obligée de refluer vers le Rhin.

La campagne de France et la 1ère abdication.

Au début de 1814, la France fut envahie. Face à 250 000 hommes, l’Empereur livra avec ses « Marie-Louise », l’une de ses plus belles campagnes : Champaubert, Montmirail, Château-Thierry, Vauchamps. Mais il ne put empêcher les coalisés de prendre Paris le 30 mars. Avec 60 000 hommes qu’il lui restait, il s’installa à Fontainebleau. Le 3 avril, à l’instigation de Talleyrand,  il apprit que le Sénat avait voté sa déchéance. Le 4, il décida de rédiger un acte d’abdication en faveur de son fils. Mais Marmont l’abandonna. Désormais à la merci des coalisés, il fut obligé d’abdiquer sans conditions. Marie-Louise tenta en vain de le rejoindre. Découragé, il signa enfin le 11 avril le traité qui lui assurait la souveraineté sur l’île d’Elbe en échange de sa renonciation définitive à la France. Dans la nuit du 12 au 13 avril, il aurait tenté de s’empoisonner. Le 4 mai 1814 il débarqua à Portoferraio, capitale de l’île d’Elbe. Talleyrand avec l’aide d’une soixantaine de sénateurs avait formé un gouvernement provisoire dont il assumait la direction. Le traité de Paris fut signé le 30 mai 1814. La France retrouvait la plupart de ses colonies,  mais ses frontières sur le Rhin et sur les Alpes étaient ramenées à celles de 1792.  Le Sénat avait décrété que Louis XVIII serait « roi des Français » dès qu’il accepterait une constitution.

 


LES MENSONGES DES ECOLOGISTES ET AUTRES BALIVERNES (2)

Voiture électrique

 

Comment faire quand les mensonges véhiculés par les idéologues écologistes sont repris par nos institutions démocratiques et font comme s’ils étaient la vérité incontournable au point d’inscrire des objectifs contraignants par la loi ou d’engager des dépenses pharaoniques pour les financer avec l’argent des contribuables. Il en va ainsi de la voiture électrique, de l’eau, de l’extinction de la biodiversité et des OGM.

L’escroquerie de la voiture électrique.

Peu de gens savent que les nouvelles générations de moteurs diesel sont aussi propres, si ce n’est plus, et moins polluantes pour la planète que les voitures électriques. Et pourtant, l’Europe nous oblige à marche forcée à des horizons de plus en plus courts, avec des normes de rejet de CO2 toujours plus basses, à reconvertir toute notre industrie pour fabriquer des véhicules électriques  soi-disant propres. C’est une monstrueuse escroquerie, quand on comptabilise les capitaux que nous allons devoir engager pour reconvertir toutes nos usines. Il faut abandonner les fonderies de moteurs thermiques et très rapidement renoncer à la  fabrication de moteurs diesels considérés comme responsable de la pollution même si ses émissions de CO2 sont inférieures à celles des moteurs à essence. Il faut adapter l’outil industriel aux moteurs électriques, en passant par l’hybride rechargeable qui fait produire des véhicules plus lourds, plus gourmands en carburant et à l’autonomie électrique ridicule. J’ai déjà démontré en quoi le véhicule électrique était loin d’être propre : extraction du graphique et des métaux rares, surconsommation du cuivre, composition des batteries et coût de leur recyclage, sans parler de  la manière dont l’électricité est produite pour les alimenter qui fait aussi appel aux centrales thermiques. En fait, on déplace la pollution. Quelle hypocrisie ! On va diviser par deux les effectifs des personnels qui travaillent dans l’industrie automobile avec le coût social qui en découlera, il va falloir créer des infrastructures de ravitaillement le long des routes et autoroutes. L’Etat, avec  ses caisses vides, n’en a pas les moyens. Les grandes entreprises sont lancées dans une course folle mais la mutation demande du temps. Une fuite en avant qui nous envoie dans le mur à coup sûr, dont nous ne maîtrisons pas  les approvisionnements soumis au bon vouloir de la Chine ; dans vingt ans nous aurons détruit notre industrie automobile et nous n'aurons que nos yeux pour pleurer. Après, on nous assure que la vente des véhicules électriques décolle enfin : on n’oublie de nous dire que leur prix devient accessible parce que la plupart sont subventionnés à 40%. Quand vous voyez passer une « Zoé », saluez-là bien bas, vous en avez payé la moitié avec vos impôts. Et au même horizon, il faudra financer le nouveau mixte énergétique sans nucléaire…

Les contre-vérités sur l’eau et la biodiversité.

« La France va manquer d’eau ! ». Les écolos veulent aussi nous faire croire que nous allons manquer d’eau à cause du réchauffement climatique. La France transformée en désert aride. Désolé, mais c’est encore un mensonge. Sur les 176 milliards de litres d’eau de précipitations qui ruissellent ou s’infiltrent, l’activité humaine n’en évapore que 3%, le reste part à la mer. Evidemment, un écosystème précis peut manquer d’eau en été. Mais les 1 600 retenues collinaires permettent d’écrêter les crues d’hiver et de remettre de l’eau en été quand la nappe phréatique est basse. Les problèmes d’eau sont locaux et datés. Comme le dit très bien Jean de Kervasdoué, « le fait de se priver d’eau à Paris ne va permettre d’abreuver les éléphants du Zimbabwe ». A écouter nos brillants penseurs verts, il faudrait détruire, au nom du respect de la nature, les barrages, tel Serre-Ponçon, et pourquoi pas les lacs d’Orient en amont de Paris qui régulent la Seine ou encore détruire la Camargue, où s’épanouissent les flamants roses et les chevaux sauvages, au prétexte qu’elle est due à l’aménagement du Rhône par les hommes !

De même, la biodiversité n’est pas menacée en France. La forêt gagne du terrain grâce à des politiques intelligentes de reboisement, à tel point qu’on manque de chasseurs pour réguler les espèces animales comme les sangliers ou les cervidés qui deviennent trop nombreux. Aujourd’hui, il y a trop de phoques en Bretagne. Ceux qui plaident pour le retour de la forêt primaire oublient le fait qu’ils ne pourraient pas y vivre parce qu’il n’est pas possible d’y avancer de plus de deux mètres. A les croire, il faudrait brûler nos futaies de hêtres et de chênes au prétexte qu’elles sont une création humaine. Ils marchent sur la tête et  des gens les croient.

L’hypocrisie sur les OGM.

« Les OGM sont dangereux ! ». Grâce aux progrès de la science, nous avons, par exemple des blés à paille courte, plus nourrissants, plus sains. Depuis dix mille ans, l’Homme travaille pour obtenir des mutations génétiques favorables qui ont permis d’améliorer et de rendre plus nourrissante sa nourriture. La sélection des gènes, autrefois aléatoires, est aujourd’hui maîtrisée. Faut-il s’en plaindre ? Au nom de l’écologie, la France et l’Allemagne refusent de cultiver des plantes génétiquement modifiées, mais elles les importent. Encore  une hypocrisie. Pourtant, on est bien content d’avoir à notre disposition les vaccins ARN et le  plasma humain produit par des chèvres génétiquement modifiées. Trop souvent, les entreprises françaises qui étaient en pointe ont transféré leurs essais ailleurs dans le monde et l’on est tout surpris de découvrir que la  production d’un vaccin aux Etats-Unis est due à un Français. C’est grâce à la technique des « ciseaux génétiques », découverte par la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna, que le vaccin ARN a pu être développé facilement. Demain, ce sera  le traitement des  maladies dues à des déficiences génétiques qui sera rendu possible. Quand l’idéologie combat la science, l’obscurantisme n’est pas loin.

Derrière l’écologie, la décroissance.

L’écologie cache une autre idéologie, celle qui a été recyclée du marxisme. La France est un pays au bilan carbone vertueux, grâce à la science, puisque  c’est essentiellement dû à nos centrales nucléaires. Il n’empêche, elle doit montrer l’exemple. Donc tuer son économie : mais en rayant de la carte son industrie, son agriculture, tous les avions, les camions, en arrêtant de nous chauffer l’hiver …  en supprimant tout ce qui peut polluer, cela changerait-il le sort de la planète ? Non, en aucun cas. Par rapport aux milliards de Chinois et d’Indiens et à leur croissance ultra rapide,  la  France est quantité infinitésimale. Notre exemple servirait strictement à rien, zéro. C’est là que la « transition écologique »  qu’on essaie de nous vendre tourne à la farce. Ainsi, on donnerait l’exemple au monde entier en passant  de 90 à 80 km/h  sur les routes et en augmentant le prix  du carburant. Un délire qui a provoqué le mouvement des « gilets jaunes ». En fait, derrière tous ces beaux discours sur le réchauffement climatique et la fin du monde, qui prônent un autre modèle de production, plus solidaire, plus collectif, moins productiviste, opposé au capitalisme,  se cache un nouvel autoritarisme. On sait ce qu’il a donné dans les pays où il a été appliqué. On en a un vestige sous nos yeux avec la Corée du Nord. Le chemin c’est la décroissance et le déclin avec au bout la misère et la pauvreté généralisée. Et la dictature à la clé. Pas  étonnant que les verts et les rouges fassent liste commune aux régionales, n’est-ce pas Monsieur Orphelin ?

« Viens à la manif, on va changer le climat ! »  Sans moi !

 


DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte chef de guerre

 

L’EMPIRE CONTINENTAL 1807-1812

L’affrontement avec l’Angleterre devint l’axe majeur de la politique de l’Empereur. Après Trafalgar, elle était maîtresse des mers ce qui lui permit de résister au « blocus continental » imposé par Napoléon. La volonté de le rendre plus rigoureux l’entraîna  dans une politique d’annexions et de guerres qui inquiétaient les monarchies. L’invasion de l’Espagne, en 1808, procédait de cette exigence mais se transforma en un guêpier où la grande armée perdit son statut « d’invincibilité ». L’Europe soumise se remit alors à espérer, alimentant les complots, les revirements des monarques et le renouvellement des coalitions. L’entrevue d’Erfurt avec le tsar Alexandre montra la fragilité de l’empire napoléonien.

Le blocus continental.

Dès lors Napoléon était prisonnier de la logique du système : il fallait à tout prix empêcher les marchandises anglaises d’entrer sur le continent. En 1807, il fit occuper la Poméranie suédoise. Tous les grands ports de la mer du Nord passèrent sous la souveraineté française ; la Hollande fut annexée en 1810… ll restait à régler le sort du Portugal, vieux client et ami de l’Angleterre. Face au refus de fermer ses ports aux Anglais, Junot fut chargé de conquérir le pays, et en novembre 1807, il entrait  dans Lisbonne. L’occupation de l’Espagne s’imposa alors. Celle-ci semblait être une proie facile.

Le guêpier espagnol.

L’arrivée des troupes françaises commandées par Murat (1808) provoqua des troubles. Charles IV dut abdiquer et son successeur Ferdinand, craignant la révolte populaire, fit appel à l’aide française. Murat entra dans Madrid en mars et Napoléon organisa la « tragi-comédie » de Bayonne où il convoqua la famille royale espagnole. Il venait d’apprendre le soulèvement de Madrid le 2 mai et la sanglante répression qui s’en était suivie. Napoléon imposa à Ferdinand de rendre la couronne à son père qui s’empressa d’abdiquer en faveur du « grand Napoléon, son ami » qui l’offrit aussitôt à son frère Joseph. Rien n’était résolu. Des milliers de partisans prenaient les armes, une junte, réunie à Séville dirigeait l’insurrection et organisait la « guerrilla ». En juillet 1808, le Général Dupont capitulait à Baïlen, Joseph dut quitter Madrid. 16 000 Anglais débarquèrent au Portugal et Junot capitulait à Cintra au mois d’août. A Erfurt, Napoléon s’efforça d’obtenir des garanties suffisantes du tsar avant de partir pour l’Espagne, mais rien de précis n’en sortit. En novembre l’Empereur était en Espagne pour y engager un combat difficile avec la « grande armée ».  Comme toujours, la campagne commença par une série de victoires et il entra le 4 décembre à Madrid. Le siège de Saragosse par Lannes montra que la résistance espagnole était loin de s’éteindre. Napoléon qui craignait une nouvelle guerre continentale rentra à Paris en 1809 où Talleyrand et Fouché, inquiets pour l’avenir, complotaient. Les troupes françaises tenaient les villes mais ne parvinrent jamais à se rendre maîtresses des campagnes. Napoléon perdit en Espagne des forces précieuses qui manquèrent par la suite. L’affaire se solda par le renvoi de Ferdinand sur son trône en 1812 !

Une cinquième coalition.

A peine rentré, Napoléon dut faire face à l’Autriche qui entrait à nouveau en guerre. Trois fois déjà, elle s’est trouvée en guerre contre la France révolutionnaire et impériale (1797, 1801, 1805), et elle a été à chaque fois battue. En 1809, elle espère qu’un soulèvement de toute l’Allemagne viendra la soutenir amis la tentative de rallier la Prusse avorte et « l’appel de l’archiduc Charles à la nation allemande », en avril 1809 n’obtient que des résultats sporadiques. Si, après la prise de Vienne, Essling fut un échec pour Napoléon, il écrasa définitivement les Autrichiens à Wagram en juillet 1809, malgré une bataille difficile où il laissa 20 000 morts. Pour l’Autriche, une crise financière totale venait s’ajouter à la défaite militaire. Elle dut accepter la dure paix de Vienne (octobre 1809). La France continuait son expansion territoriale jusqu’aux « provinces illyriennes » et l’Empereur obtint la main de Marie-Louise d’Autriche. Napoléon répudia Joséphine et le mariage avec l’archiduchesse fut célébré solennellement en 1810. L’alliance matrimoniale des Habsbourg avec l’ennemi et l’usurpateur, considérée comme une infamie par l’empereur François, permettrait, pensait Metternich appelé aux affaires, de préparer en paix le relèvement intérieur autrichien. L’archiduchesse était réellement éprise de Napoléon et lui donna un héritier en 1811, complétant le triomphe de l’Empereur. Celui-ci reçut le titre de « roi de Rome », vieux titre du Saint-Empire romain germanique. Plus encore que la Prusse en 1806, l’Autriche avait accepté et adopté l’Empereur des Français. Metternich sera fidèle à Napoléon jusqu’au début de 1814. La puissance de la France, qui étend son pouvoir de l’Adriatique aux bouches de l’Elbe, en Europe occidentale, lui paraissait conciliable avec celle de l’Autriche en Europe centrale.

La défaite de Masséna au Portugal en mai 1811 réalisait la prophétie de Joseph Bonaparte : « Sire, votre gloire échouera en Espagne ». Le dernier chapitre de l’épopée va bientôt s’ouvrir avec le nouveau conflit voulu par le tsar Alexandre.


CONTRE-VERITES ET AUTRES BALIVERNES DES ECOLOGISTES

éoliennes

 

Il y aurait beaucoup de choses à dire sur les causes du réchauffement climatique, et l’attribuer aux hommes est caricatural. Surtout quand on établit systématiquement un lien avec les catastrophes climatiques : par exemple, les incendies en Australie s’expliquent par l’exclusion des Aborigènes qui maîtrisaient la gestion des forêts. Un peu de connaissance de l’histoire climatique de la Terre ne nuirait pas, car le réchauffement a commencé à la fin de la dernière glaciation, ce qui explique que les ports de l’Antiquité sont tous sous l’eau. Quant au domaine alimentaire, si la bio était si bon que ça, comment expliquer que la DGCCRF ait retiré du marché l’an passé uniquement des produits bio au motif de leur dangerosité pour la santé humaine… La pression écologiste nous conduit tout bêtement à pénaliser inutilement notre industrie, notre agriculture et au bout du compte les ménages. Excluons aussi du débat toutes ces mesures prises par les nouveaux maires écolos, sapin de Noël et autres délires « genrés » qui relèvent des idéologies à la mode chez les « progressistes » mais non aucun fondement scientifique.

L’écologie radicale dans la constitution.

La proposition du Président de la République de réviser la Constitution pour y introduire dans l’article 1er « la garantie de la préservation de l’environnement et de la diversité biologique » ouvre la voie à une politique écologique qui fait de cette « garantie » un absolu qui prévaudra sur tout autre droit, tout autre objectif d’intérêt général, toute autre considération politique. Une disposition dans laquelle s’engouffrera  tous les écologistes radicaux pour empêcher tous les projets qu’ils jugeraient, selon leurs critères, nuisibles à l’environnement. Elle nous fait courir le risque d’une régression à la fois politique, sociétale et démocratique en faisant table rase des acquis du développement durable que la Charte de 2005, à valeur constitutionnelle, promeut. Avec le verbe « garantir » il y a une obligation de résultat qui vient en contradiction avec l’article 6 de la Charte qui dispose que « les politiques publique… concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social ». Le développement durable n’est pas la « décroissance ». L’écologie radicale à l’oeuvre dans le projet de révision constitutionnelle est une fuite en avant qui nous ferait sortir de l’écologie humaniste dont les principes inspirent la Charte de 2005.

Le  mensonge énergétique.

Les écologistes diabolisent le nucléaire au profit d’énergies qui seraient plus vertes. Déjà, ils oublient de dire que pour financer les éoliennes et le photovoltaïque, les Français et les entrepreneurs paient plus cher l’électricité avec 20% de taxes dédiées. On peut ajouter que l’électricité produite en France à partir du nucléaire et de l’hydraulique est déjà décarbonée. Le nucléaire a fait la preuve de sa maîtrise et exige peu d’espace, sa production est fiable. Quant au traitement des déchets, les plus radioactifs peuvent être recyclés sur les surgénérateurs. Le plutonium produit relève d’un autre débat quant à son utilisation.

L’énergie du vent est diffuse et aléatoire et les éoliennes ont un niveau de production faible, capricieux, auquel il faut être capable de substituer une autre production immédiatement disponible, donc gaz ou charbon. La fermeture de Fessenheim, pour faire plaisir aux écologistes, alors que la centrale offrait toutes les garanties de fiabilité, a failli provoquer, le 8 janvier dernier, un « black-out » en raison d’un pic de consommation électrique. Heureusement, les entreprises, en raison du télétravail tournaient au ralenti… Là est tout le problème : la variabilité de l’éolien et du solaire dont la production ne survient pas forcément quand les consommateurs ont besoin d’électricité. Cela suppose d’investir lourdement pour construire entre 40 et 60 gigawatts de capacité supérieures de production pour conserver des marges et faire face aux pics de consommation. De plus, particuliers et entreprises devront, en outre, adapter leur consommation en fonction de l’électricité disponible. Une autre difficulté reste encore à résoudre : le maintien stable du réseau à 50 hertz, que les grosses centrales nucléaires sont seules capables de maintenir.

Dernier obstacle : passer à un mix énergétique à plus de 50% « d’énergies renouvelables » suppose de densifier les parcs éoliens et solaires, avec le maillage équivalent du réseau des lignes électriques. Et on s’aperçoit alors de la forte résistance locale aux adaptions nécessaires. Les parcs éoliens sont vécus de plus en plus souvent comme des envahisseurs qui défigurent les paysages et ces moulins de plus en plus hauts, lourds, bruyants font l’objet d’un rejet des populations pour des raisons de préservation de leur environnement mais aussi parce que nombre de citoyens ne tombent pas dans la fiction écolo, peu persuadés qu’ils sont que l’énergie qu’ils produisent est propre, et même qu’ils en produisent.

En 2050, la France pourrait se passer du nucléaire, nous dit un rapport de RTE et de l’AIE, mais les auteurs n’ont ni évalué le coût des investissements nécessaires pour y parvenir ni leur impact sur les prix de l’électricité. Il y a une autre voie plus sûre pour remplacer les centrales nucléaires existantes, celle des EPR. Ce serait le bon sens. Mais les écolos en manquent cruellement.

A suivre : L’escroquerie de la voiture électrique, les contre-vérités sur l’eau et la biodiversité, l’hypocrisie sur les OGM, derrière l’écologie, la décroissance.

 


DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte empereur

L’APOGEE NAPOLEONIENNE 1804-1807

L’exécution du duc d’Enghien leva les dernières inquiétudes des anciens révolutionnaires qui craignaient une restauration de Louis XVIII par le Premier consul. Ils acceptèrent que la dictature fût habillée en monarchie pour conforter le régime, garant des conquêtes de la révolution. Napoléon ne sera pas roi, mais empereur, titre qui correspond bien au mimétisme de l’empire romain à la mode. De plus on pensait que cela allait lui permettre de parler d’égal à égal avec les empereurs d’Autriche et de Russie. Un referendum est organisé en 1804 sur la question : « Le peuple français veut-il l’hérédité de la dignité impériale dans la descendance directe, naturelle, légitime et adoptive de Napoléon Bonaparte ? ». Il y eut plus de 3,5 millions de « oui » pour 2579  « non ». Bonaparte devient Napoléon Ier, empereur des Français, s’entourant d’une cour et d’un appareil qui rappelle la tradition monarchique. Le sacre n’était pas prévu dans la constitution, mais on pensait qu’il renforcerait l’autorité de l’empereur. Il eut lieu à Paris, à Notre-Dame, le 2 décembre  1804 en présence du pape. L’histoire retient surtout de l’événement, le tableau de David exposé au Louvre qui attire toujours un public nombreux et qui représente le couronnement de … Joséphine par Napoléon ! Celui-ci à 35 ans.

La monarchie impériale.

Comme les rois, Napoléon voulut une cour, à la fois instrument de pouvoir et de contrôle. La famille de l’Empereur formait les dynasties princières, au-dessus de six grands dignitaires, quatorze maréchaux, huit grands officiers civils et militaires. A la cour, l’étiquette effaçait les souvenirs du tutoiement des bivouacs. Sabres et galons étaient proscrits.  Seul l’Empereur s’habillait en soldat, adoptant l’uniforme des chasseurs de la garde. Une nouvelle noblesse  fut fondée, comme instrument de règne : il y eut bientôt  trente fiefs en Italie. L’Empereur distribua des trônes à sa famille : Louis devint roi de Hollande, Joseph, roi d’Espagne, Jérôme, roi de Westphalie, Eugène de Beauharnais, vice-roi d’Italie  … Désireux de fonder une dynastie, Napoléon se désolait de ne pas avoir de fils. Il se croyait stérile puisque Joséphine avait eu deux enfants de son premier mariage jusqu’au jour où la comtesse Walewska lui donnera un fils.  Raison d’Etat obligeant, il répudia Joséphine et devint le gendre de l’Empereur d’Autriche. Une manière de rattacher sa dynastie à celle qu’il avait renversée. Marie-Louise lui donna l’héritier tant attendu : le roi de Rome. Napoléon a même donné un « style » : meubles, draperies, décors.

L’expansion économique.

Au recensement de 1802, la France comptait 27 millions d’habitants et ce chiffre s’accrut jusqu’en 1814 pour atteindre 29 millions. Avec  le retour de l’ordre et de l’autorité sous le Consulat, le pays retrouva peu à peu sa prospérité. L’agriculture était devenue plus féconde. La pomme de terre, introduite dans la culture donnait aux paysans une nourriture plus consistante et plus saine, les récoltes de blé étaient plus abondantes,  la consommation de vin et de viande augmentait. On commença à tirer le sucre de la betterave, une production stimulée par la demande en l’absence du sucre de canne. L’industrie était aussi en pleine progression avec le développement du machinisme notamment dans les textiles : Oberkampf pour la toile de Jouy, Jacquard pour les soieries, Richard et Lenoir dans les cotonnades étaient des patrons modernes.  Chaptal, Berthollet, Vauquelin s’employaient à l’essor de la chimie. De nouvelles mines de houille furent mises en exploitation ce qui tripla la production, tandis que De Wendel utilisait le coke pour fondre le minerai de fer de Moselle et pourvoyait aux fournitures d’artillerie de l’Etat. De son côté l’Etat favorisait les entreprises par des subventions et des commandes ainsi que l’organisation de foires expositions. L’économie était aussi soutenue par une politique de grands travaux : routes, canaux, ports, voies alpestres, aménagement de Paris avec la construction de nouveaux ponts, le percement de la rue de Rivoli et du carrefour de l’Arc de Triomphe. Enfin, les  ouvriers étaient tenus en main avec le « livret ouvrier » et l’interdiction des grèves.

Les guerres interminables.

Bonaparte en avait assez du caractère belliqueux des Anglais. Il rêvait de débarquer sur l’île. Mais comment faire ? Il envisagea une double opération : d’abord rassembler une armée de débarquement imposante et éloigner  la flotte anglaise pendant au moins six heures, le temps de faire travers la Manche à ses troupes.  C’est ainsi qu’au camp de Boulogne furent concentrés 150 000 hommes (cinq ans de service  militaire, ça aide !). Ses bateaux étant bloqués dans les ports par la flotte anglaise, il ordonna à Villeneuve qui commandait la flotte de Méditerranée de faire une manœuvre de diversion. Mais Nelson ne tomba pas dans le piège qui  lui était tendu.  Le Français,  au lieu de se réfugier dans la rade de Brest, préféra prudemment  rejoindre Cadix. Ayant reçu l’ordre de Napoléon, furieux, de venir à Brest, il prit la mer  le 21  octobre  1805 et ce fut… Trafalgar. Une déroute avec un lot de consolation : Nelson y trouva la mort quand la France perdait le tiers de sa flotte. Les Anglais gardaient la maîtrise des mers. Il fallut abandonner le  projet d’invasion.

Par contre sur le continent, les victoires s’enchaînaient contre la  troisième coalition : Ulm, Austerlitz, Iéna. Napoléon imposa le « blocus continental ». Il faut savoir que deux mois avant les hostilités, il avait dicté un plan de campagne : on reste confondu, encore aujourd’hui de voir comment ces plans furent systématiquement réalisés, les batailles livrées et les dates presque respectées selon ses prévisions. Mais, sans nul doute, la plus prestigieuse  victoire et la plus géniale dans sa manœuvre fut celle d’Austerlitz, utilisant le brouillard puis le fameux soleil qui apparut au moment primordial,.  Inutile d’entrer dans les détails. Il suffit de dire qu’elle eut lieu un an jour pour jour après le sacre ! La plus belle manière pour fêter un tel anniversaire. « Soldats, je suis content de vous. Mon peuple vous reverra avec joie, il vous suffira de dire : j’étais à Austerlitz pour que l’on vous réponde : voilà un brave ! » Détail : les canons pris à l’ennemi servirent à fondre la colonne Vendôme. L’Empereur d’Autriche signa la paix de  Presbourg…

Mais Napoléon allait devoir faire face à la quatrième coalition. Là encore, son génie tactique lui permit d’écraser la Prusse, le 14 octobre 1806 à Iéna pendant que Davout, à Auerstaedt, rencontrait le gros de l’armée prussienne qui se débanda.  Contre les Russes,  la bataille d’Eylau fut une effroyable boucherie, mais les Français restèrent maîtres du terrain. Ce fut la paix de Tilsitt. Sur un radeau installé au milieu du Niemen, le  25 juin 1807, Napoléon et le tsar Alexandre Ier pouvaient décider du sort du monde. Le maître de la Russie était las de la guerre et outré par la politique des Anglais qui ne faisaient aucun effort pour constituer une armée terrestre. La paix fut signée le 8 juillet.

Napoléon est au sommet de sa gloire.

A suivre : l’Empire continental et la chute.

 


« UNE BELLE SALOPERIE ! »

Archibald en colère

 

Cette manière de faire de la politique me donne envie de vomir.

En politique, ce que vient de faire Renaud Muselier, s’appelle « une belle saloperie ». C’est l’expression qu’aurait utilisé autrefois un ancien maire d’Angers qui était mon ami. Car elle a été faite dans le dos de tous ceux qui lui faisaient confiance. Muselier a mené ses tractations souterrainement, a attendu d’être réélu à la tête de sa fédération et a passé son accord en contournant les consignes liées à son investiture par le parti LR et qu’ils connaissaient parfaitement : pas d’alliance avec LRem au premier tour. Et l’annonce intervient alors qu’il reste peu de temps avant le dépôt des listes. Des conditions de réalisation qui rendent la manœuvre encore plus sordide. Muselier, un maillon faible, ça n’est pas nouveau, c’est bien pour ça que Gaudin n’a jamais voulu lui passer le manche à la mairie de Marseille. Et tout ça parce que son manque d’envergure le faisait arriver derrière le RN dans les sondages. Mais additionner deux faiblesses n’a jamais fait une force. Rien ne dit que l’accord passé lui permettrait de gagner, les sondages sont souvent trompeurs face à une dynamique électorale. Qui peut mesurer en région PACA, le taux de répulsion qu’inspirent Macron et LRem dans l’électorat LR ?

Le poker menteur de Macron.

Macron aime tirer les ficelles, car le coup de PACA vient de l’Elysée. Il a une bête noire : Les Républicains qui existent encore et toujours. Ils sont la cible privilégiée car c’est de là que pourrait venir l’alternance qui le mettrait au chômage. Son assurance-survie, c’est Marine Le Pen. Mais PACA n’est peut-être pas le bon choix pour tester sa stratégie d’absorption à droite (on dit pudiquement de « recomposition » comme le répète si mal le perroquet Castex). En effet, ce n’est pas non plus un hasard si Marine Le Pen a mis en tête de liste Thierry Mariani, cet ancien LR, ancien ministre de Sarkozy. Et dans ce cas de figure, elle pourrait bien remporter le « jackpot » : nombre d’électeurs LR de PACA auraient moins de  mal à franchir le Rubicon en votant pour un ancien de la maison plutôt que pour un « traître » (on est dans le midi). Macron pourrait bien vérifier le scénario qu’il souhaite pour 2022 à ses dépens. Si le RN remportait la région PACA, quel signal  pour la  présidentielle !!! Et dans ce cas-là, ce n’est pas un « « bla-bla tour de France » qui changerait la donne. Justement, parce qu’on a déjà donné avec le simulacre du « grand débat ».

LR n’a pas dit son dernier mot. 

D’abord Muselier a perdu son investiture, ce qui est logique et sain. Et ce serait bien que le parti soit  en capacité de vider la liste du parjure et d’en monter une autre « LR grand teint ». Avec en tête de liste un « David Lisnard » : ça aurait de la gueule ! Le Cannois n’aurait rien à perdre étant donné les conditions, et il est capable de mener une campagne « à la hussarde », d’autant plus que LR est très bien implanté dans tous les départements de la Région. Et d’autant plus que toutes les études montrent que l’épicentre politique de la France est aujourd’hui à droite. Et en PACA probablement encore plus. Le  meilleur moyen de démontrer qu’on ne peut pas évacuer notre famille politique est encore de la faire exister.

Ce qui ne tue pas renforce.

Macron voudrait souder tous les Républicains qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Car le parti, fort de son ancrage territorial, est plus solide que les médias qui ne répercutent que l’écume des choses veulent bien le dire. Car, bien évidemment, la droite aura «un» candidat en 2022. Chaque jour qui passe nous montre qu’elle a des représentants dignes de la représenter, qui ont des convictions, du souffle, de l’énergie, une vision pour la France, tels les Retailleau, Bertrand, Pécresse, Lisnard, Juvin. Demain peut-être ce sera le tour des Wauquiez, Barnier, Baroin, et j’en passe. Nos talents ne manquent pas. Les Républicains ont de quoi être au « rendez-vous ».  Et je suis frappé par la grande cohérence de leurs discours. Les adeptes de la martingale « anti-Le Pen » devraient savoir qu’elle se retournera inévitablement contre eux, parce que le discours que tient Attal est usé jusqu’à la corde et parce que 80% des Français ne veulent pas d’un nouveau duel Macron-Le Pen. De quoi donner aux électeurs affamés l’envie d’aller chercher un autre menu. Du coup, la responsabilité de la droite est immense !


DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte 2le Premier Consul

 

LE  CONSULAT 1800-1804

Après le 18 brumaire, Bonaparte, auréolé du titre de Premier Consul, est le maître de la France. Avec la nouvelle constitution, tous les pouvoirs procèdent de lui. Le Consulat exerce une rigoureuse centralisation administrative qui marque encore  la France aujourd’hui, rétablit les finances, assure la paix religieuse par le concordat de 1801, met au point le Code civil.

Un administrateur exceptionnel.

Dès les premières semaines du Consulat, le pays et ses élites se rendirent compte qu’ils s’étaient donnés à un homme d’Etat exceptionnel aux immenses qualités. Bonaparte savait s’entourer et écouter les avis de collaborateurs choisis pour leurs compétences, leurs capacités de travail et leurs compétences… au moins  jusqu’au moment où « Napoléon » prit le dessus. Des hommes qui ont aussi souvent laissé leur nom dans l’Histoire : Cambacérès, son numéro deux, pour l’analyse juridique et la stratégie politique, Gaudin et Barbé-Marbois pour les finances publiques, Fouché pour la police, Portalis pour les grands textes, Talleyrand, évidemment, pour la politique étrangère, mais pas seulement. Il avait sa garde rapprochée avec Berthier, Duroc, Murat, Savary et côté familial il pouvait compter sur ses frères Joseph et Lucien, les  Beauharnais et les Clary. Bourreau de travail et homme d’autorité, ce jeune chef de l’Etat de trente ans frappait tous ceux qui l’approchaient par sa soif d’agir et de décider, par son implication jusqu’aux moindres détails et très souvent par la justesse de sa vision. Il se voulait « national », c’est-à-dire, dans son esprit, hors et au-dessus des factions.

La paix civile.

En un semestre, de janvier à juin 1800 des dizaines de lois et de décrets remirent  la France en ordre. La  loi du 17 février 1800 établit une centralisation administrative telle que la France n’en avait jamais connue : une organisation hiérarchisée avec un découpage territorial uniforme en départements, arrondissements et communes, et les collectivités sous tutelle avec les préfets, sous-préfets et maires nommés.  La justice fut réorganisée avec 29 cours d’appel et des magistrats nommés ;  auprès de chaque tribunal un commissaire faisait fonction de ministère public et avait aussi pour tâche de surveiller ses collègues. La restauration des finances était nécessaire : Gaudin créa la Direction des contributions directes et la Caisse d’amortissement ; un groupe de banquiers fonda la Banque de France qui eut le monopole de l’émission des billets. Le budget fut rapidement équilibré. Le Franc « germinal » de 5g en argent, la  pièce de 20 francs en or devaient rester stables jusqu’en 1914. La réforme éducative de 1802 mit en place les lycées. La paix civile put s’appuyer sur un système  policier relevant exclusivement de l’Etat et de nouveaux corps intermédiaires virent le jour telles les chambres de commerce et d’agriculture, et les professions judiciaires furent elles aussi rénovées. Enfin, la Légion d’honneur fut instituée pour récompenser les fidèles.

Le Code civil.

L’outil principal de « l’ordre public » devait être la règle de droit. En ce domaine, le travail qui fut mené fut colossal pour aboutir à un ensemble cohérent et pérenne. Les conseillers d’Etat sous la direction de Cambacérès et de Bonaparte reprirent le travail de la Convention et rassemblèrent les articles du code civil en articles simples et clairs : égalité, liberté, laïcité, partage égal des successions, suppression des dernières féodalités, mais aussi sacralisation des valeurs bourgeoises comme la propriété, ou la domination du père de famille. A cet égard, Napoléon Bonaparte, était un homme de son époque sur la répartition des rôles des femmes et des hommes dans la société. Après la période troublée que la France venait de traverser, les grèves et les coalitions ouvrières étaient interdites. L’œuvre fut terminée en 1804 et porta d’abord le nom de « Code Napoléon », car bien qu’il ne rédigeât rien lui-même, il était celui qui avait rendu possible cette codification sans précédent  qui marquait le triomphe du droit écrit unique sur les coutumes et les législations locales. Une petite moitié des articles actuels datent encore de 1804,  preuve qu’au fond, Napoléon Bonaparte n’avait pas tort lorsqu’il déclarait à Las Cases que « son » Code resterait une des vraies gloires de son règne. De fait la France contemporaine vit encore beaucoup sur cet héritage.

Le Concordat.

La paix religieuse était, pour Bonaparte, une autre condition essentielle du redressement de la France. Il n’était pas un pratiquant convaincu mais il appréciait la puissance du catholicisme et pensait qu’il était nécessaire de rallier l’Eglise à la France moderne. Politiquement, l’appui du clergé lui semblait indispensable à la consolidation de son pouvoir. Et il était urgent de régulariser la situation du culte catholique. Le traité entre la puissance temporelle du Consulat et la puissance spirituelle de Rome, le Concordat, fut signé le 15 juillet 1801. Le catholicisme n’était pas religion d’Etat,  mais reconnu comme celle de la grande majorité des Français.  Le Premier Consul nommait les évêques, qui, à leur tour, nommaient les curés : l’Etat leur assurait un traitement en échange d’un serment de fidélité. Le pape mettait fin au schisme révolutionnaire et gardait le contrôle du clergé régulier. Il reconnaissait la vente des biens du clergé.  Les articles organiques établirent le nombre des évêchés et des cures et renforcèrent le contrôle du gouvernement sur la liturgie et le catéchisme. En guise d’apaisement, 16 évêques réfractaires furent nommés en même temps que 12 constitutionnels. La religion protestante était légalement reconnue elle aussi.

La vie politique étroitement encadrée et surveillée.

La paix civile n’en fut pas autant instaurée immédiatement comme par magie. L’organisation mise en place par Fouché pour surveiller et encadrer les activistes de tout bord nécessitait un peu de temps pour produire ses effets. Elle en avait bien besoin car les opposants, royalistes et jacobins restaient actifs. Le 24 décembre 1800, alors que le Premier Consul se rendait à l’opéra, un baril de poudre explosa rue Saint-Nicaise, tuant un grand nombre de personnes. Napoléon en sortit sain et sauf, il avait été protégé par le plancher de son carrosse. L’enquête établit de manière accablante que les « chouans » avaient préparé la machine infernale à l’instigation de Cadoudal, mais ce sont les  Jacobins qui furent incriminés, ce qui permit une répression féroce et de se débarrasser des irréductibles de la gauche dont une centaine furent déportés. Progressivement le régime se durcit, la presse fut de plus en plus censurée, et en 1802 les opposants furent exclus des assemblées. Un plébiscite nomma Bonaparte Consul à vie et la Constitution de l’an X lui donna le droit de nommer son successeur tout en augmentant encore ses pouvoirs devenus quasi absolus.  A la fin de 1803, les royalistes tentèrent un suprême complot, avec Pichegru et l’accord  tacite de Moreau, concurrent éconduit de Bonaparte. Cadoudal, débarqué d’Angleterre préparait l’enlèvement de Bonaparte et attendait pour agir, l’arrivée d’un des princes émigrés. Il est arrêté le 2 mars 1804 après avoir abattu deux agents. Le 15 mars suivant, Bonaparte fit enlever le Duc d’Enghien, descendant du Grand Condé, en Allemagne, et après un simulacre de jugement, il fut condamné à mort et fusillé  séance tenante dans les fossés du château de Vincennes. Les conséquences, par le retentissement que prit l’événement, furent multiples et contribuèrent notamment à ce qu’une partie de l’aristocratie se détachât du pouvoir consulaire.

La reprise de la guerre.

La paix fut de courte durée. Dès 1803 les hostilités reprirent avec l’Angleterre, à son initiative. Le traité d’Amiens n’avait pas abordé les questions de fond. Les Anglais voyaient d’un mauvais œil le redressement français, le retour d’une politique coloniale active notamment dans les Antilles, l’interventionnisme permanent dans les « républiques italiennes » et en Allemagne. Les Français à Anvers, c’était un pistolet braqué sur le cœur de Londres. La reprise des hostilités avec l’Angleterre à cause de Malte est suivie d’une troisième coalition avec  la Russie et à nouveau l’Autriche, suivis de la Suède et de Naples… Aucune des deux puissances ne fait d’efforts pour sauvegarder une paix à laquelle personne ne tient vraiment.

La question de l’esclavage.

 C’est le moment d’en parler. Présenter Napoléon Bonaparte comme une icône de l’esclavage est un anachronisme qui ne tient compte ni de la situation, ni de l’époque. Quand la France récupéra les îles antillaises des mains des Anglais en 1802, l’esclavage n’y avait pas été aboli. Et l’exemple de Toussaint Louverture qui finira en drame par sa faute même, pourrait servir d’exemple a contrario. Le général noir, français, s’était autoproclamé quasi chef d’Etat de Haïti, partie française de Saint-Domingue, et après avoir aboli l’esclavage avait fait voter des lois sur le travail forcé, ce qui revenait au même. Napoléon n’avait qu’une idée en tête : il fallait relever l’agriculture en ruine et la France avait besoin du sucre. L’esclavage fut donc maintenu par nécessité, pour des raisons économiques –ne pas déstabiliser l’économie des îles-  et géopolitiques.  Ses consignes sur le sujet furent d’ailleurs floues et ne furent guère appliquées pour la simple raison que la France reperdit ses colonies avec la reprise des hostilités avec l’Angleterre. L’expédition aventureuse contre Toussaint Louverture relevait  d’autres raisons : l’île était livrée aux désordres et Toussaint Louverture avait décidé d’envahir la partie espagnole alors que Napoléon venait de signer une alliance avec l’Espagne. Napoléon reconnut d’ailleurs dans ses mémoires que ce fut deux erreurs.

La reprise de la guerre avec l’Angleterre accéléra le glissement vers l’Empire en 1804.

 


DANS LES PAS DE NAPOLEON.

Bonaparte 18 brumaire001

LE 18 BRUMAIRE ET LE CONSULAT

L’instabilité gouvernementale.

A partir de la fin 1797, le Directoire entre dans une période confuse. Les Directeurs se servent de l’armée pour régler leur conflit avec les assemblées. Le 18 fructidor (4 sept  1797) les troupes de Hoche interviennent contre les députés royalistes et permettent au Directoire de s’octroyer des pouvoirs étendus. En mai 1798 (le 22  floréal), un nouveau coup d’Etat annule de nouveau les résultats d’élections trop favorables cette fois aux jacobins. S’en suivirent une répression féroce contre monarchistes et jacobins, une politique d’assainissement financier avec la  « banqueroute des deux tiers » et de nouveaux impôts. Mais la 2ème coalition vint perturber une situation fragile. Au printemps 1799,  les armées républicaines reculaient sur tous les fronts. Un nouveau Directoire se mit en place avec Sieyès, et le général Bernadotte au ministère de la guerre. La reprise en  main nécessita des mesures impopulaires : réquisitions et emprunts forcés.  

Le coup d’Etat du 18 brumaire.

Lorsque Napoléon arriva d’Egypte à Paris le 24 vendémiaire (16 octobre 1799), après s’être secrètement échappé d’Egypte, le régime était en plein désarroi. Les élections de « l’an VIII » menaçaient de remettre en question à nouveau l’équilibre gouvernemental. Seule l’armée paraissait alors en mesure de résoudre la crise dans un pays où la population aspirait à un pouvoir fort. C’est alors qu’une poignée d’hommes parmi lesquels figuraient Sieyès (encore lui), Benjamin Constant et Talleyrand, décida d’y mettre un terme par un coup d’Etat. Ils avaient d’abord pensé au général Joubert, mais celui-ci fut tué à la bataille de Novi en août 1799. Le prestige dont jouissait le jeune Bonaparte était immense : on ne voyait en lui que le prestigieux vainqueur d’Italie.  Il leur parut être  l’homme de la situation. Cette proposition rencontrait les ambitions du Corse et il accepta. La mécanique se mit en place. A un député qui invoquait le danger d’un « complot terroriste », les Anciens votèrent le transfert des Conseils à Saint-Cloud et mirent les troupes sous le commandement de Bonaparte, tandis que Lucien Bonaparte était porté à la présidence des Cinq-Cents. Sieyès et Ducos étaient prêts à remettre leur démission, il fallait obtenir celle de Barras que Talleyrand était chargé « d’acheter », ce qui fut fait le 18 brumaire (9 novembre 1899).

Bonaparte posta le lendemain 5 000 hommes autour du château de Saint-Cloud et se présenta devant les Conseils pour effectuer le coup d’Etat. Si les Anciens lui firent bon accueil bien qu’il peinât à expliquer qu’on les faisait siéger à Saint-Cloud pour échapper à un complot parisien,  il put prononcer une harangue dans laquelle il promettait d’abdiquer des pouvoirs extraordinaires qu’il réclamait dès que tout danger serait écarté. Il pénétra ensuite dans la salle des Cinq-Cents sans autorisation du président, entouré de grenadiers et d’officiers généraux ; il fut accueilli aux cris de « à bas le dictateur ». Il fut même assailli et bousculé et dut être entraîné dehors par ses grenadiers. La  discussion continuant dans la confusion, son frère Lucien réussit à retarder le vote de la "mise hors la loi" qui équivalait à une condamnation à mort sans jugement. Exfiltré par un peloton du service d’ordre, ce fut encore Lucien, monté sur un cheval qui convainquit l’armée hésitante d’intervenir, en faisant croire qu’une minorité avait tenté d’assassiner leur général. Les troupes sous le commandement de Murat et Leclerc évacuèrent la salle et dispersèrent les représentants. L’opération changea de sens. Le  coup d’Etat devait être parlementaire, en faisant voter les députés sur un nouveau gouvernement et la nécessité d’une nouvelle constitution, il devint de fait un coup d’Etat militaire.

La confusion tourna pourtant à l’avantage de Bonaparte.  C’est lui qui tenait désormais les rênes du pouvoir en s’appuyant sur l’armée.  Le soir même, le Directoire était dissous par la majorité des Anciens et la minorité des Cinq-Cents, et remplacé par une commission consulaire de trois membres, Sieyès, Bonaparte et Ducos, investis des pleins pouvoirs. Deux commissions de vingt-cinq membres, chargées de voter les lois présentées par les Consuls et de préparer la révision  de la constitution  prirent la place des Conseils. Napoléon Bonaparte avait eu chaud. Sa maladresse avait failli lui coûté cher. Sans son frère, le coup d’Etat aurait tourné court ou se serait terminé par un bain de sang.

Le Consulat.

Le 15 décembre 1799, la  constitution de l’an VIII  était promulguée. Elle consacrait autorité et centralisation. Elle était en réalité essentiellement l’œuvre de Bonaparte. Le suffrage universel était rétabli. En fait, on n’élisait plus : les  électeurs désignaient 1/10 d’entre eux parmi les notabilités communales qui élisaient dans les mêmes proportions les notabilités départementales.  Un dernier échelon conduisait aux notables nationaux (En gros le même mécanisme que sous le Directoire mais sans le « cens » électoral). Parmi eux, le gouvernement choisissait les fonctionnaires et les membres des assemblées. Le pouvoir exécutif était confié à trois Consuls nommés par un Sénat pour dix ans et rééligibles. La totalité du pouvoir était entre les mains du Premier Consul, qui nommait ministres et fonctionnaires, possédait l’initiative des lois et le pouvoir réglementaire pour leur application. Les deux autres Consuls n’avaient qu’une voix consultative. Quatre assemblées se partageaient le pouvoir législatif : le Conseil d’Etat (30 à  50 membres) nommé par le Premier Consul était chargé de préparer les projets de lois que ce dernier lui proposerait ;  le Tribunat (100 membres désignés par le Sénat) se contentait d’émettre un vœu pour ou contre, autrement dit discutait les textes sans voter ; le Corps législatif (300 membres) votait par scrutin secret sans aucune discussion. Le Sénat (60 puis 80 membres de 40 ans au moins) choisis par les trois Consuls puis par cooptation, désignait les membres du Tribunat et décidait de la constitutionnalité des lois. La souveraineté populaire s’exerçait aussi par plébiscite qui proposait au peuple de voter sur un texte à registre ouvert par oui ou par non. En février, un plébiscite ratifia cette constitution à une énorme majorité. Bonaparte, c’est-à-dire l’armée, tenait la réalité du pouvoir.

Napoléon était bien le général appelé à mettre fin à la révolution. Désormais, il voulait imposer une paix qui « finirait la guerre de la Révolution en assurant l’indépendance et la liberté de la grande nation ». La France était dans un état lamentable, ruinée, la population appauvrie et au bord de la famine. Si la Vendée était boursouflée de cadavres, les plaines du Nord et les campagnes du Midi étaient couvertes de « croix humaines ». La bourgeoisie aspirait à l’ordre, indifférente quant à la forme du gouvernement. Elle ne voulait surtout pas de la restauration de l’Ancien Régime qui effrayait les acquéreurs de biens nationaux. En deux ans, Napoléon redressa la situation financière, pacifia la Vendée, signa un concordat avec le Pape qui permit la reprise du culte.

Restait à mettre fin à la guerre. Descendant par la Suisse et le Grand Saint-Bernard en Italie, Bonaparte battit à nouveau les Autrichiens à Marengo (14 juin 1800), grâce à Desaix qui y laissa sa vie. La  victoire de Moreau à Hohenlinden, en Bavière (décembre 1800) contraignit les Autrichiens à traiter : la paix de Lunéville (février 1801) renouvelait les stipulations de Campoformio et reconnaissait les « républiques-sœurs ». Le tsar Paul 1er fut assassiné le mois suivant. L’Angleterre, à nouveau esseulée, qui connaissait de sérieuses difficultés intérieures, ouvrit les négociations en mars 1801, après la démission de Pitt.

Les préliminaires de Londres débouchèrent sur la Paix d’Amiens le 25 mars 1802. L’Angleterre rendait les Antilles à la France (on y reviendra) et toutes leurs possessions à l’Espagne et à la Hollande, alliées des Français. En échange la France évacuait l’Egypte et les ports napolitains. Cette paix fit pousser à toute l’Europe, comme à la France, un immense soupir de soulagement. Bonaparte, de « Petit Caporal » devint le « héros pacificateur ». En 1802 un plébiscite fit de lui un « Consul à vie », témoignage de la reconnaissance nationale. Il avait  pu compter encore sur sa bonne étoile : le  coup d'Etat sauvé par son frère, et la bataille de Marengo, mal engagée sauvée par la cavalerie de Desaix qui meurt et lui laisse la victoire et l'aura qui va avec. 

Cependant, le Consulat ne fut pas de tout repos pour le nouveau maître de la France. A tous points de vue. C’est entre 1800 et 1804 que l’essentiel de l’œuvre de rétablissement du pays est menée.

A suivre.

 


LE PROPHETE ET LA PANDEMIE

Gilles Kepel001

DU MOYEN-ORIENT AU JIHADISME D'ATMOSPHERE

Par Gilles KEPEL

Certes  l’ouvrage est ardu à lire.  C’est une enquête très serrée et très documentée mais un outil indispensable  pour qui veut comprendre ce qu’est aujourd’hui « l’islamisme », ou « islam politique », et quels en sont les différents acteurs, les alliances qu’ils nouent et les stratégies qu’ils développent, face aux grands acteurs mondiaux : Europe, Etats-Unis, Russie et même Chine. L’auteur y explique comment on est passé d’un djihadisme de commanditaires avec Al Qaïda et Daech à un « djihadisme d’atmosphère » alimenté par des « entrepreneurs de colère ».

Le livre de Gilles Kepel trouve toute son actualité, malheureusement, avec le nouvel  attentat qui vient de frapper la France, et qui entre en une triste résonnance avec  les  mécanismes qu’il décrit. Voilà un livre que tout responsable public, homme politique ou fonctionnaire exécutif devrait lire. Cela éviterait à certains leur attitude de déni.

Gilles Kepel est directeur de la chaire « Moyen-Orient Méditerranée » à l’Ecole Normale supérieure. Il est l’un des rares spécialistes français du monde arabe et fin connaisseur du Moyen-Orient. Son savoir gène les mouvances décoloniales et « indigénistes » à l’œuvre dans l’Université et les grandes écoles dont il affirme qu’elles  participent indirectement de ce djihadisme d’atmosphère. Il en a vécu personnellement  les effets par la fermeture de la  chaire « Moyen Orient Méditerranée » à Sciences Po, créée en 1985 par Rémy Leveau et dont il avait pris la suite, et qui rayonnait dans le monde entier. « La connaissance a été éradiquée pour faire  place nette à l’idéologie, et l’on a vu apparaître le « hidjab day » à l’instigation d’associations islamistes et les études postcoloniales » précise-t-il. Or Gilles Kepel déplore le délaissement des études de la langue et de la civilisation arabes quand elles n’ont pas été détruites volontairement par de hauts fonctionnaires omniscients mais incultes et des « cuistres universitaires » selon lesquels  « ça ne sert à rien de connaître l’arabe pour comprendre ce qui se passe en banlieue ». Il  plaide au contraire pour que soit renforcée en France et à l’université la connaissance du monde arabe, de ses langues, de ses cultures et civilisations qui ne se réduisent nullement à la simplification salafiste. Une faiblesse que la  loi « confortant les principes républicains » ne saurait compenser.

Dans son livre « Le Prophète et la pandémie », il tente un parallèle avec la progression du coronavirus : « et si le djihadisme prospérait dans notre pays à la manière d’un virus ? ». En retraçant l’année 2020, de l’effondrement du marché pétrolier à l’assassinat de Samuel Paty, d’Ankara aux banlieues françaises, il démonte les rouages d’un mécanisme qui se met en place, s’appuyant sur « une atmosphère » entretenue par des activistes qui ne peinent pas à motiver quelques « idiots utiles » qui passent à l’acte. Les ressorts sont souvent complexes et les alliances à géométrie variable courantes : ainsi en Syrie, Turcs et Iraniens parrainent deux camps ennemis mais communient dans le patronage du mouvement palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza… Cartes et chronologie à l’appui, il met en perspective l’actualité de l’année 2020 ce qui permet de comprendre la trame profonde des évolutions à l’œuvre. Ainsi vous saurez comment s’est forgée « l’entente d’Abraham » sous l’égide des Etats-Unis qui établit la paix entre les pays arabes et Israël avec la bénédiction discrète du saoudien Mohamed Ben Salman, et comment cette entente se heurte au front « fréro-chiite » animé par Qatar, Turquie et Iran, avec le soutien ponctuel de la Russie…

Parmi les indispensables : le président turc Erdogan en profite pour mener une « blitzkrieg » pour tenter de refaire d’Istanbul le centre de l’islam mondial. Ainsi il rend au culte musulman la  basilique Sainte Sophie dont Atatürk, pour « l’offrir à l’humanité », avait fait un musée 85 ans auparavant. Il fait de la France sa bête noire pour faire oublier l’héritage très francophile d’Atatürk, mène une campagne déchaînée contre le président Macron qu’il couvre d’insultes en réaction à son « islamophobie » présumée, permettant à son contempteur de conforter la figure du héraut des musulmans offensés. Il devient de ce fait, l’un des principaux entrepreneurs du djihadisme d’atmosphère, d’autant plus qu’il peut attiser les affrontements avec la république laïque honnie par les leviers qu’il  possède sur notre propre territoire, telle l’association Milli Görüs. Il peut même provoquer des désordres comme on l’a vu à Décines où des « Loups gris », des extrémistes nationalistes turcs, sont venus en commando, s’attaquer aux descendants du génocide arménien, depuis longtemps réfugiés en France et intégrés. Par ailleurs, il bénéficie de la mollesse de l’Europe qu’il n’hésite pas à humilier.

En dehors du Moyen Orient, il existe un autre territoire qui cristallise l’ensemble  des crises : la Libye.  On y trouve un concentré des  problèmes :  des hydrocarbures aux migrations, du terrorisme aux rivalités  entre Tripolitaine - où Turquie et Qatar soutiennent, avec la mansuétude américaine, un pouvoir issu des Frères musulmans -, et la Cyrénaïque, - où Abou Dhabi et Le Caire appuient leurs rivaux avec le support de Moscou -. Sur le terrain les  deux camps se combattent grâce à des mercenaires syriens prélevés parmi les insurgés islamistes et les miliciens pro-Assad démobilisés, tous les ingrédients sont réunis pour que viennent s’installer là le vecteur de la déstabilisation de l’Afrique du Nord et derrière elle de l’Europe,  en parallèle au contentieux qu’Ankara cultive contre Athènes en Méditerranée. Et profitant que l’Europe  est divisée entre les intérêts concurrents de l’Italie et ceux de la France.  

Le résultat en est un terrorisme qui frappe  en France, en Autriche, avec des combattants sans organisation. Passant tous les attentats au crible, il met à jour, preuves à l’appui, le système des « entrepreneurs de colère », mobilisant foules et réseaux sociaux du monde musulman pour venger le prophète face à l’Occident, qui servent de support de motivation. Mille autres détails passionnants ou éclairants émaillent un ouvrage riche en références.

On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

A lire en prenant son temps !

« Le Prophète et la Pandémie », du Moyen-Orient au jihadisme d’atmosphère – Gilles Kepel – Chez Flammarion. Collection Esprits du Monde.

 


DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte en Egypte"Soldats, du haut de ces pyramides 40 siècles vous contemplent !"

L’EXPEDITION D’EGYPTE

Pour comprendre pourquoi la France est engagée par le Directoire dans l’expédition d’Egypte, il nous faut à nouveau faire un petit détour pour rappeler l’enchaînement des événements.

On se souviendra qu’en 1789, les Etats-Généraux réunis par Louis XVI s’étaient proclamés « Assemblée Constituante ». Elle accoucha d’une monarchie constitutionnelle, accordant au Roi un pouvoir très limité, l’essentiel des prérogatives étant entre les mains de « l’Assemblée Législative », élue  pour deux ans. Celle-ci se réunit le 1er octobre 1791. La fuite du Roi rattrapé à Varennes, les débuts catastrophiques de la guerre contre l’Autriche et la 1ère coalition,  les insurrections de 1792, conduisirent la Législative à suspendre le roi et convoquer une nouvelle assemblée, la « Convention nationale ».

La  nouvelle assemblée élue, organisa le procès du Roi pour trahison et procéda à son exécution. Elle proclama la République. Et elle se mit à la tâche pour installer le nouveau régime pour remplacer la monarchie constitutionnelle : elle vota en juin 1793 une nouvelle constitution mais elle ne fut pas appliquée. La guerre civile, la crise économique, les troubles et les rivalités politiques conduisirent au « Comité de salut public » qui la suspendit, installa la « Terreur » et la dictature de Robespierre. Après la chute de celui-ci, la Convention thermidorienne se remit au travail et proposa la Constitution de l’an III. Vous suivez ?

La constitution de l’an III.

Elle met en place Le régime du « Directoire ». Elle est mise au point par une commission de 11 membres, où dominent les républicains modérés et les monarchistes constitutionnels. Elle marque le retour aux principes de 1789, et en réaction aux excès de la Terreur et des révoltes  populaires, elle rejette la démocratie politique pour confier le pouvoir aux  propriétaires aisés et aux « notables ». La Déclaration des Droits  de l’Homme qui la précède est en recul  par rapport  à celle de 1789 : seule l’égalité civile est reconnue. Elle est assortie d’une « Déclaration des devoirs ». Elle établit le suffrage censitaire à deux degrés : les « citoyens actifs » qui sont en capacité de payer le cens électoral nomment les « électeurs », environ 30 000 pour toute la France.  Ceux-ci  élisent le « Corps législatif », composé du « Conseil des Anciens » de 250 membres âgés d’au moins 40 ans, et du « Conseil des Cinq-Cents », âgés d’au moins 30 ans, l’un et  l’autre renouvelables  par tiers chaque année.

Les « Cinq-Cents » ont l’initiative des lois et adoptent des résolutions que les « Anciens » peuvent transformer en lois. Le pouvoir exécutif est confié à un « Directoire » de cinq membres nommés par le Conseil des Anciens, et renouvelable par cinquième chaque année. Ses pouvoirs sont étroitement encadrés. On s’aperçoit tout de suite que cette nouvelle constitution est écrite avec une volonté de ne pas revivre l’accaparement du pouvoir par une faction, elle met en place un pouvoir conservateur, qui émiette les responsabilités et marqué par la méfiance du peuple. Coupé de la réalité politique qui restait encore agitée comme on l’a vu précédemment, il révéla une faible autorité. La période fut propice à des tentatives de coups d’Etat : comité insurrectionnel de Gracchus Babeuf (mars 1796), agitation des royalistes…

Au printemps 1797, l’impopularité du Directoire était à son comble : l’effondrement de l’assignat avait provoqué une crise économique très grave, les troupes manquaient d’armes et de munitions et se détachaient d’un gouvernement incapable d’imposer son autorité. Les royalistes parvinrent même à obtenir la majorité du Corps législatif. Le conflit entre le Directoire et les assemblées devenait inévitable. Les Directeurs jouèrent l’armée contre la monarchie et s’octroyèrent des pouvoirs étendus, réduisant les Conseils à un rôle secondaire.  Mais il avait perdu tout contrôle sur les généraux qui donnaient libre cours à leurs ambitions, dont notamment Bonaparte qui imposa « son » traité de Campoformio. Il devint urgent de les éloigner.

L’expédition d’Egypte.

19 mai 1798. 340 navires embarquèrent 40 000 hommes commandés par les meilleurs généraux de la République : Bonaparte, général en chef, Berthier, chef d’état-major, Desaix, Kléber, Lannes, Davout, Murat, entre autres, et de nombreux savants illustres tels Monge, Berthollet, Dolomieu. Ils appareillèrent de Toulon, Marseille, Ajaccio, Gênes et Civitavecchia. La destination, tenue secrète ne sera dévoilée aux troupes que le 28 juin, veille de l’arrivée. C’était l’Egypte ! Un pays dont probablement la plupart n’avait jamais entendu parler. Le choix, il était simple, Bonaparte l’expliqua lui-même à ses soldats : «  Vous porterez à l’Angleterre le coup le plus sûr et le plus sensible, en attendant que vous puissiez lui donner le coup de mort ».

Trois objectifs plus un.

L’Angleterre, restée seule contre la France, malgré tout s’installait dans la guerre. Pour l’amener à traiter, il fallait la toucher dans sa force vive, c’est-à-dire dans son commerce. L’expédition d’Egypte répondait à trois objectifs : en occupant l’isthme de Suez, couper l’une des routes de l’Angleterre vers l’Inde, utiliser l’Egypte comme base d’attaque contre l’Inde ou s’était insurgé Tippo-Saïd, et fonder une colonie qui se substituerait aux Antilles que nous avait enlevées l’Angleterre. Une autre raison plus noble est invoquée : la découverte scientifique d’un pays que « Les Ruines » de Volney avait mis à la mode. Cette mission aura un grand retentissement ensuite, avec la publication très documentée de la « Description de l’Egypte » et la découverte de la pierre de Rosette qui permettra à Champollion de déchiffrer les Hiéroglyphes.

L’Egypte était une proie facile selon les dires du Consul de France sur place à Alexandrie. L’autorité du sultan de Constantinople y était purement nominale et la domination des Mamelouks très affaiblie.

Après avoir occupé Malte, les Français débarquèrent à Aboukir et enlevèrent Alexandrie. En juillet, la  bataille des Pyramides leur livrait Le Caire. Poussés par les Anglais, les Turcs qui avaient la légitimité de leur suzeraineté, entrèrent aussi en guerre. Bonaparte se porta à leur rencontre en Syrie. Il prit Gaza et Jaffa,  mais échoua devant Saint-Jean d’Acre. Entre temps, Nelson avait découvert la flotte française dans la rade d’Aboukir. Les bateaux  pris au dépourvu n’eurent pas le temps de se  mettre en ordre de bataille et les Anglais  les envoyèrent pratiquement tous par le fond.  Napoléon était piégé, coupé de toute possibilité de ravitaillement et de renforts.

La 2ème coalition.

D’autre  part, sur le continent, les Anglais réussirent à reconstituer un front des  monarchies contre la République française. C’est la 2ème coalition. C’était la réponse de l’Europe à la politique expansionniste de la France, avec les « Républiques sœurs ». Autour des anglais, on retrouva la Russie, l’Autriche, le Royaume des Deux-Siciles et la Turquie. En « métropole », le Directoire privé de sa meilleure armée bloquée en Egypte, ne disposait que de 170 000 hommes. Il dut affronter 300 000 coalisés. Le cauchemar sembla recommencer. Les Français reculèrent d’abord sur tous les fronts. La situation se redressa grâce à la victoire de Masséna sur les Russes à Zurich et au St-Gothard (sept. 1799), à l’action de Brune en Hollande  et aux dissensions entre les alliés. L’offensive coalisée était brisée. Les Russes retirèrent leurs troupes.  Bonaparte, informé de la situation, rentra secrètement en France, après avoir laissé l’armée d’Egypte à Kléber,  mais il arriva trop tard pour être le sauveur sur les champs de bataille.

Napoléon avait-il un rêve « oriental » ? On lui a prêté l’idée de se constituer un empire dans la lignée d’Alexandre. Certaines de ses déclarations ont pu le laisser penser. En fait, Bonaparte est allé en Egypte pour conquérir la France. Car, malgré ses faiblesses, pour ne pas dire ses déboires, l’expédition, après ses victoires en Italie, allait lui valoir un immense prestige. Après la paix de Campoformio, il avait déjà pensé qu’il  pourrait renverser le Directoire, mais Talleyrand l’en avait dissuadé. C’était trop tôt. Cette fois, l’heure était venue. Il sut s’imposer.

Le coup d’Etat du 18 brumaire lui donna le pouvoir.  Ce sera le prochain épisode.


EXASPERATION !

Archibald en colère

 

Le crime barbare de Rambouillet fait monter en moi une forte envie de révolte.

Une fonctionnaire de 49 ans, désarmée, habillée en civil, se fait égorger à l’intérieur  d’un commissariat de police au fin fond de l’Ile-de-France. Le fait qu’elle soit mère de deux enfants encore adolescents rend le geste d’autant plus monstrueux. Comment est-ce possible ? On hallucine ! Alors bien sûr, on va avoir les fleurs et les hommages, l’inévitable marche blanche et puis … circulez, il n’y a rien à voir. Ce sont les cache-misère de l’impuissance tout comme les  « nous ne céderons rien » ! Autant le dire tout de suite, nous ne ferons rien de plus, jusqu’à la prochaine fois. Peut-être une loi de plus qui ira grossir l’arsenal pléthorique des textes suant les bonnes intentions martiales, et l’eau passera sous les ponts, le temps qu’elle soit votée et que les textes d’application paraissent, et qui sera appliquée ensuite avec parcimonie par une justice précautionneuse. Je parierais bien que d’ici là… mais non, n’en rajoutons pas à notre désarrois.

Il va bien falloir que ça s’arrête. Trop c’est trop !  La France n’a pas vocation à être le terrain de prédilection où  les fanatiques islamistes peuvent venir assouvir leurs pulsions barbares. Il n’y a plus de place pour le « en même temps » ni pour les discours. Il faut une réaction forte : que l’événement se soit produit dans un commissariat de police, au cœur même de l’Etat de droit, est une provocation qui ajoute à l’insupportable.  Alors assez de  mollesse, assez de génuflexions, assez de repentance, assez de prudence  pour ne pas « stigmatiser » car ce ne sont pas les musulmans qui sont en cause, mais ceux qui instrumentalisent la religion !

Désormais, tous les sujets doivent être posés.

Il n’est pas anodin que l’assassin ait été fraîchement « régularisé », ce qui veut dire qu’il était entré irrégulièrement en France, tout comme celui de Nice, lui aussi originaire de Tunisie, qui arrivait clandestinement d’Italie en n’ayant pas obtempéré aux injonctions de retour dans son pays. Migrations et régularisations  d’étrangers venus sur notre sol sans y être autorisés sont un seul et même sujet, rendu encore plus sensible par le contexte djihadiste que nous ne pouvons ignorer. Le contrôle des frontières, la gestion des flux migratoires, le mécanisme européen du « nouveau pacte migratoire », tout doit être réexaminé.

La question migratoire est l’une des dimensions principales du rapport à la France des pays d’Afrique du Nord et du Sahel, dont est originaire le groupe d’immigrés et de leurs descendants directs le plus important à s’être implanté. En 2018, l’INSEE  établit que le poids de ces habitants de confession presque exclusivement musulmane représente un nombre supérieur à celui des citoyens de l’ensemble des Emirats arabes. L’attractivité de la France et de l’Europe reste forte en dépit des protestations récurrentes contre les discriminations, le racisme et autre « islamophobie » dont les « fréristes » ont fait leur ritournelle. Le flux migratoire répertorié, sans compter les clandestins, vers  la France, au cours de la décennie 2010, oscille entre 150 000 et 200 000 entrées par an… même en ayant une vision négative de notre pays : « La misère de la France est un paradis pour nous ! »  clame un candidat à l’émigration, selon un journaliste du Monde. Autant dire que nous sommes face à une impossibilité « d’intégrer » tous ces gens, si tant est qu’ils le souhaiteraient. 

La menace de « l’Islamisme politique ».

Nous ne pouvons pas ignorer non plus, que les répercussions de l’islamisme politique, inspiré  par les Frères musulmans et le djihadisme d’une manière générale, font peser une menace sur le devenir du mode de vie libéral européen, et du nôtre en particulier, tant que l’immigration n’aboutit pas à une intégration culturelle dans les pays d’accueil dont les nouveaux arrivants auraient vocation à partager les valeurs, alors que nombre d’entre eux se réfugient dans un « séparatisme islamiste » qu’ils prônent ou tentent d’imposer. Il n’est pas certain qu’une loi soit suffisante pour régler ce problème. Si nous étions ne fût-ce qu’un seul instant en guerre contre le terrorisme islamiste, nous placerions cette cause tout en haut de nos priorités. Le drame de Rambouillet est d’une clarté aveuglante : il met en cause l’immigration et la présence de l’islamisme politique dans notre pays.

Il souligne l’absence béante d’une politique d’assimilation digne de ce nom, négligée par un Etat plus prompt à parler de la République que de la faire vivre. L’augmentation du nombre des policiers n’y changera rien. Ils resteront encore pour un moment des « cibles », ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas un rôle essentiel à jouer.

Pas d’état de droit sans police.

Encore faudrait-il que nos islamo-gauchistes ne jouent pas à la « cinquième colonne ». Classer Sonia Mabrouk (avec mépris) dans la « droitosphère », comme le fait Libération, parce qu’elle revendique son assimilation et fait la guerre au séparatisme communautariste, est un signe qui ne trompe pas. Pour un peu, ce serait une « réac » ou une « facho » ! Cependant, il y a des coïncidences qui ne s’inventent pas et sont particulièrement significatives : jeudi soir dernier, Élise Lucet a consacré son numéro d’« Envoyé spécial » aux « violences policières »,  avec comme invité un certain M. Zécler, ce producteur passé à tabac… Comme s’il fallait à tout prix nous persuader que croiser une patrouille de police en France, c’était risquer sa peau surtout si elle n’est pas blanche. En tout cas, c’est ce leitmotiv qu’Élise Lucet a cherché à nous faire avaler, en l’accompagnant comme il se doit des traditionnelles précautions de langage, censées cerner une « infime minorité de brebis galeuses ». On ne pourra s’empêcher de rapprocher les deux événements : quelques heures après la diffusion de ce reportage, où M. Zecler a été mis en exergue, c’est Stéphanie, policière depuis vingt-huit ans, qui aura été sacrifiée sur l’autel de la République. Elle s’ajoute à la trop longue liste des policiers qui ont versé leur sang pour défendre nos vies, et même celle des gauchistes qui leur crachent dessus… On ne peut pas faire la guerre à la fois au terrorisme et à la police. Il faut en finir avec l’idée qu’en France, les musulmans seraient persécutés et que la police serait structurellement raciste.

Alors oui, la tâche est immense.

Les solutions existent, les sources du mal sont connues. Mais d’abord commençons par fermer le « robinet ». Ensuite, il sera question d’urbanisme et de mixité sociale, d’éducation et du rôle de l’école, des réseaux sociaux, des paraboles qui enferment dans la culture d’origine quand elles ne déversent pas la haine de la France, de justice ferme, de renforcement du renseignement, de surveillance ... et enfin d’appliquer sans faiblesse les lois qui obligent à respecter la République, La France !

 


DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte 1

LA  CAMPAGNE D’ITALIE

Donc, le 26 mars 1796, Napoléon est à Nice. Dès le lendemain, il rencontre les généraux placés sous ses ordres, et  pas les moindres : Masséna, Augereau, Laharpe et Sérurier. Dire qu’ils sont enthousiastes face à ce jeune général qui ne compte à son actif que la reprise du port de Toulon et l’écrasement de  l’insurrection royaliste à Paris, avec ses canons,  serait beaucoup dire. Il n’a jamais participé aux campagnes sur les champs de bataille de  l’Europe. Pour Masséna c’est un intrigant ou un comploteur, quant à Augereau il le prend tout simplement pour un imbécile. Il était si petit et  malingre que ses subordonnées ne daignèrent même pas enlever leur chapeau. Il les aurait subjugués d’un seul regard, paraît-il.  Mais l’armée d’Italie est considérée comme secondaire, même si elle  n’est pas si mal équipée que Napoléon l’a décrite plus tard. Elle compte 60 000 hommes. Elle manquait de vivres et de  munitions et l’inaction poussaient les soldats  à l’indiscipline.  Pour le Directoire, elle n’a qu’un rôle de diversion. L’action extérieure a l’avantage d’occuper quelques généraux gênants. Il faut abattre l’Autriche, dernière puissance de la coalition encore debout sur le continent. Au nord, l’armée du Rhin,  commandée  par Moreau porte l’essentiel des espoirs.

Commencée en avril 1796, la  campagne d’Italie devait être l’une des plus retentissantes de l’histoire. En face, l’armée austro-sarde, compte 80 000 hommes, commandée par des officiers vieillissants tels  Beaulieu ou Wurmser qui ont 70 ans. Par comparaison, Bonaparte et Joubert en ont 26 !

Surprise et rapidité.

Bonaparte pratique avec succès deux principes qui seront sa marque en matière de stratégie : la surprise et la rapidité. La rapidité de ses déplacements lui permet la concentration de ses forces pour affronter les uns après les autres ses adversaires sans se disperser. C’est ainsi qu’il surgit par le col de Calibone le 11 avril 1796 entre les forces autrichiennes et l’armée sarde et en trois jours les sépare.  Alors que Moreau piétine au nord contre l’archiduc Charles, Bonaparte improvisant la victoire, vainc les Sardes en quatre batailles : il repousse les Autrichiens à Montenotte, le 12 avril, écrase sur sa gauche les Sardes à Millesimo le 13 puis sur sa droite les Autrichiens à Dego le 15. Coupés des Autrichiens, durement éprouvés, les Sardes sont anéantis à Mondovi le 21 avril et poursuivis jusqu’à Turin. Le souverain du Piémont-Sardaigne dépose les armes et signe la paix le 15 mai. Il reconnaît par le traité de Paris, l’attribution de la Savoie et du Comté de Nice à la France.

Reste à affronter à nouveau les Autrichiens de Beaulieu qui veut défendre Milan à tout prix. Bonaparte franchit le Po à Plaisance le 7 mai, et la bataille a lieu à Lodi le 10 mai. Le général autrichien a abandonné la ville aux Français pour se replier sur la rive gauche de l’Adda, de l’autre côté d’un vieux pont qu’il n’a pas pu détruire. Après une bataille acharnée,  les Français le franchissent obligeant ses adversaires à battre en retraite. La route de Milan est ouverte et le général français y  entre triomphalement le 15 mai, scène immortalisée avec  lyrisme par Stendhal dans la Chartreuse de Parme : « Le général Bonaparte fit son entrée dans Milan à la tête de cette jeune armée qui venait de passer le pont de Lodi, et d’apprendre au monde qu’après tant de siècles, César et Alexandre avaient un successeur ! ».  A la tête de son armée,  il pénètre successivement à Parme et Modène, avant même que les Autrichiens puissent intervenir, et entreprend le siège de Mantoue, place forte qui commandait la route de l’Autriche. Les armées autrichiennes tentèrent vainement de débloquer cette ville clef : à Castiglione, Arcole, Rivoli, d’août 1796 à janvier 1797, ils furent battus et Mantoue capitula. A Rivoli, près du lac de Garde, Masséna se couvrit de gloire, avec la fameuse 32ème demi-brigade ;  la vitesse des manœuvres, l’emploi de la cavalerie eurent raison d’Alvinczy qui avait 82 ans. Masséna avait fait faire à ses troupes plus de 110 km et trois batailles en quatre jours. Le sort de l’Italie était joué. Le pape Pie VI signa la paix. Bonaparte prenait déjà la route des Alpes pour marcher sur Vienne à travers les montagnes, lorsque l’Autriche accepta des négociations de paix qui débouchèrent sur le traité de Campoformio, en octobre 1797.

Le traité de Campoformio.

Daté de Campoformio,  petit bourg de Vénétie, mais signé en réalité à Passariano, où réside Bonaparte, il est précédé par l’armistice et les préliminaires de paix de Leoben du 18 avril 1797. Le traité est signé le 18 octobre 1797 entre Bonaparte et le gouvernement autrichien représenté  par   Cobenzl. François II d’Autriche renonce au profit de la France à  la possession des Pays-Bas autrichiens. Comme souverain du Saint-Empire, il consent par des articles secrets à l’annexion de la rive gauche du Rhin par la France, à l’exception de la région de Cologne, et s’engage, lors du congrès prévu à Rastatt entre la France et l’empire, «  à employer ses bons offices pour que la République française obtienne cette même frontière ». En Italie, il abandonne la Lombardie à la France et reconnaît comme « puissance indépendante » la République cisalpine constituée par Bonaparte avec la Lombardie, le duché de Modène, la Romagne et les légations enlevées au Pape, les territoires de  Mantoue, Crémone, Brescia et Bergame, enlevés à la République de Venise qui est rayée de  la carte. L’Istrie,  la Dalmatie, Venise sont donnés à l’Autriche qui obtient ainsi un accès à l’Adriatique en échange de la cession de la Lombardie. Le traité de Campoformio ne tient aucun compte du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Et dans ses  négociations, Bonaparte n’a pas tenu compte non plus des instructions données par le Directoire qui comportaient la cession de la rive gauche du Rhin et le rétablissement de la République de Venise. Néanmoins, le gouvernement s’incline devant l’immense popularité que valent à Bonaparte, dans un  pays las de la guerre, ses succès et la conclusion de la paix.  Le Directoire n’en ratifie pas  moins le traité qui couronnait la  « campagne d’Italie » et reconnaissait à la France ses « frontières naturelles ». La paix continentale est établie et seule l’Angleterre reste en guerre contre la France.

Bonaparte avait conquis ses hommes, galvanisés par les victoires remportées. 

A Lodi, à l’issue de la bataille, les soldats élevèrent le « soldat Bonaparte » au grade de « caporal » pour le courage dont il avait fait preuve. Le surnom de « petit caporal » vient de là. « Après Lodi, dira plus tard Napoléon, je me regardai non plus comme un simple général, mais comme un homme appelé à influer sur le sort d’un peuple ». A Arcole, autre fait d’arme devenu légendaire, Bonaparte donne de sa personne. Le lundi 15 novembre 1796, ses troupes se trouvent à Ronco, face à Arcole qu’occupent les Autrichiens de Wurmser.  Reliant les deux localités, le pont d’Arcole, enjambe l’Alpone, affluent de l’Adige.  Les « habits blancs » le tiennent fermement, contraignant sous la mitraille les Français à marquer le pas dans les marais. Alors, agacé par l’hésitation de ses soldats, Bonaparte saisit un drapeau et le plante sur l’ouvrage. Le geste subjugue ses grenadiers qui s’élancent et enlèvent à moitié la position. Mais un feu de flanc les met en panique et  ils  battent en retraite, bousculant parmi eux  leur général qui tombe accidentellement dans la boue. Vite dégagé, il ressaisit ses braves et  à la charge emporte le pont,  puis le bourg. Bon, certains disent que c’est Augereau qui a commis l’exploit. La victoire d’Arcole n’est acquise que le 17 novembre, en plaine.  Elle coûte aux Autrichiens  qui se sont pourtant battus à deux contre un, 40 000 hommes. C’est Napoléon que le peintre représentera sur le célèbre tableau commémoratif de l’épisode dans la posture de l’homme qui entraîne  ses soldats à sa suite.

Après la campagne d’Italie, Bonaparte a acquis une gloire énorme, d’abord auprès de ses soldats,  mais elle déborde rapidement jusqu’au peuple tout entier. Il a consolidé son autorité et peut désormais assouvir de nouvelles ambitions.

L’Autriche battue, restait l’Angleterre…

 


DU «EN MÊME TEMPS» A «L’ESSUIE-GLACE»

Macron voeux 2020

 

"IL" ne pense plus qu’à ça : comment être réélu. A un an de l’échéance, Emmanuel Macron a lancé sa campagne électorale.  Après avoir tenté de séduire les jeunes en donnant une interview sur les réseaux sociaux avec Brut, constatant qu’il avait perdu 17 points dans l’électorat de droite il donne une interview au Figaro pour tenter de « rassurer » en s’emparant du thème de la sécurité. Il réaffirme au passage quelques principes « qu’il ne valide pas » en contradiction  avec ses propos précédents. Puis dans la foulée, il est interviewé par la chaine américaine CBS, interview au cours de laquelle il explique que la France doit « déconstruire » son histoire à cause de son passé colonial.  De quoi plaire aux oreilles américaines … mais là encore en contradiction avec ce qu’il avait dit auparavant : il n’était pas question de déboulonner les statues !  Autant d’interlocuteurs, autant de discours complaisants. Ce n’est pas nouveau. Toute l’année 2020, il est  passé  de la mise en avant des idées communes au centre gauche et au centre droit à l’envoi de signaux désordonnés aux deux camps. Plus il parle et moins on l’entend, plus il s’explique, moins on le comprend. Bien malin est celui qui sait ce qu’il pense vraiment. Chez nous on appelle ce genre d’individu « un charlatan » !

Le confusionniste.

Le  propos est de Jacques Julliard.  Voilà quelqu’un qui manie sciemment le contresens et les contradictions dans ses discours. « Nous sommes un peuple de paradoxes »  prévient Emmanuel Macron. Si c’est vrai, il est un expert en la matière. Sur l’identité, il énonce dans une interview donnée au Point, « Etre français, c’est habiter une langue et une histoire », ajoutant même la laïcité au triptyque « liberté, égalité, fraternité ». Cependant, il ajoute aussitôt, « Comme Président, je ne reconnais qu’une communauté nationale, mais je ne dénie pas aux autres communautés, le droit d’exister ». Il oublie de dire qu’en aucun cas ces communautés d’origine ou de culture ne doivent s’ériger en concurrentes de la communauté nationale. Une brèche dans laquelle les islamistes se sont engouffrés. En affirmant « qu’on peut être français et cultiver une autre appartenance », il avoue son communautarisme. Sur Brut, il a été capable de prendre la défense de la police tout en dénonçant les « violences policières », élément de langage qui est une manière de donner satisfaction à l’extrême gauche. La polémique sur la loi de sécurité globale l’a conduit à dire tout et son contraire en quelques jours selon qu’il s’adressait à des jeunes ou à des policiers. Emmanuel Macron déplore notre déclassement industriel et affirme « l’élite économique s’est mondialisée… elle est partie, elle est devenue de nulle part ».  Le  « libéral-libertaire » de 2017 qui devait adapter la France à la mondialisation et qualifiait les migrants de « héros » dénonce désormais « la trahison des clercs », une autre manière de nommer les élites dirigeantes économiques et politiques.  Le but est le même qu'en 2017 : reprendre des thèmes de gauche et de droite, poussant les politiques des deux camps à se radicaliser pour exister, et donc à dériver vers les marges. Mais sa mise en oeuvre a changé, faite d'embardées puis de coups de frein.

Le démagogue.

Philippe Bilger, commentant l’interview récente au Figaro n’y va pas par quatre chemins. Quand le président affirme : « Je me bats pour le droit à la vie paisible », il se moque de nous. Et il poursuit : « Je relève, dans ses réponses, son goût du verbe, son appétence pour le commentaire qui pourrait séduire la gauche avec ses considérations sociologiques, la surestimation de son action et le caractère provocateur d’annonces in extremis, comme si on n’aurait pas dû en bénéficier bien avant. » L’ancien magistrat dénonce la  volonté d’occuper le terrain parce qu’il sent l’exaspération monter face à la délinquance et que ça influera sur l’élection présidentielle : « Il est clair que nous avons une action à bride abattue pour créer l’illusion d’un pouvoir qui aurait été conscient depuis le début des exigences régaliennes, alors que les Français n’ont cessé de constater dans leur quotidien les errements et les abstentions de cette présidence dure avec les faibles et molle avec les forts. Dont le « en même temps », n’arrêtant jamais son cours, fait se succéder rigueur proclamée et impuissance concrète. » Tout est dit, exemples, ils sont multiples, à l’appui. Un mélange dévastateur de démagogie et de cynisme. Je me demande encore comment quelqu’un d’aussi intelligent que Christophe Béchu peut suivre un tel personnage… à moins qu’il ne soit comme lui.

L’adolescent attardé.

On a l’impression que chaque intervention  présidentielle est une dissertation comme on en fait encore probablement à Sciences-Po, avec les trois parties, thèse, antithèse, synthèse. Emmanuel Macron parle trop, trop longtemps et en tous sens. C’est son souci de tout dire, d’aller au-devant de toutes les objections qui l’amène à la profusion et à la confusion. Or, diriger c’est choisir ! Il cherche encore sa vérité qu’il n’a pas atteinte, c’est évident. Mais en politique, ce type de discours porte un nom : la duplicité ! Nous avons affaire à une espèce de caméléon politicien : le personnage de 2021 ne parle pas comme celui de 2017 et pas  plus probablement que celui de 2022, au moment de  l’échéance. L’ivresse qui l’accapare dans le maniement des concepts a quelque chose d’adolescent (le constat est de Jacques Julliard) .  Il faut simplement se demander si l’Elysée est l’endroit adéquat pour continuer son éducation. On peut être séduit par son intelligence, son énergie, mais « le petit prince de la technocratie, combinant l’ouverture de la société avec le souci de la verticalité »  voit sa « rêverie » violemment interrompue par les vents violents qui agitent l’arène politique, les mouvements sociaux,  les « gilets jaunes », jusqu’au déferlement du coronavirus. Le fait est qu’il ne rassure pas grand monde. Il voulait être le chantre du centrisme, cette union de la droite de la gauche avec la gauche de  la droite, contre la droite de la droite et la gauche de la  gauche, un jeu politique  qui a toujours été incompréhensible pour l’opinion publique. Il n’est en réalité que celui du centrisme étatique,  ou centralisme, vieux courant jacobin, qui, s’appuyant sur une technocratie inamovible, domine encore dans la gestion de notre  pays et qui passe à côté du clivage économique, social et culturel entre la France du centre, les métropoles, et la France périphérique. L’obsession des sondages qui servent de boussole explique les motivations actuelles du chef de l’Etat. Les personnes âgées qui sont les  plus assidues aux élections demandent une protection sanitaire et de l’ordre et ses rivaux de droite restent  plus dangereux que ceux de gauche. D’où les signaux moins fréquents à gauche qu’à droite, d’autant plus que le centre gauche semble rester fidèle, probablement parce que l’action menée lui convient alors que les discours qui s’adressent à la droite en restent souvent aux paroles.

Qu’en sera-t-il à l’heure du bilan ? Si le président jouit d’un socle de popularité stable, les Français n’en jugent pas moins très sévèrement son action.

 


DANS LES PAS DE NAPOLEON

Bonaparte Saint-Roch

 

PREMIERS FAITS D’ARMES

La  Corse, c’est terminé. Il réintègre l’armée  et rejoint la cause des « montagnards » et tourne le dos à la cause fédéraliste  désormais  honnie à cause de Paoli. Capitaine d’artillerie, il arrive au siège de Toulon en septembre 1793 avec l’armée de la Convention.

Le port de Toulon.

Premier coup d’éclat : son génie militaire permet de précipiter la chute du port tenu par les royalistes et les Anglais, grâce à ses canons. Les révolutionnaires sont généreux avec les promotions.  Dès le 22 décembre 1793 il est nommé général de brigade. Mais il doit cette promotion au frère de Robespierre.  Encore une mauvais pioche. La chute de « l’incorruptible » le 27 juillet 1794 (9 thermidor)  lui vaut d’être destitué et même mis en état d’arrestation un court moment. C’est l’insurrection royaliste contre la Convention qui va le remettre en piste.  Barras qui défend l’assemblée a besoin  des généraux républicains qui se trouvent à Paris.  Il connaît Bonaparte qu’il a rencontré lors d’une mission dans le midi. Il le réintègre et une fois de plus,  les canons du jeune général vont faire la différence alors que l’assemblée est cernée par 25 000 insurgés le 5  octobre 1795 (13 vendémiaire).

Devant l’église Saint-Roch.

Bonaparte avait assisté à la prise des Tuileries  le 10 août 1792. Il a encore en mémoire la violence de l’émeute. Cette fois, il empêche la concentration des sections contre-révolutionnaires en interdisant l’accès aux avenues qui mènent à l’assemblée avec ses pièces d’artillerie. Il est aidé par un jeune chef d’escadron : Joachim Murat. On gardera de l’épisode l’image de la canonnade de la foule sur les marches de l’église Saint-Roch, qui relève plutôt de la légende, mais il disperse les insurgés sans faiblesse, mettant fin à l’épisode.  La restauration monarchique attendra. La voie est libre pour mettre en place le Directoire.

La percée du jeune Bonaparte.

Il est enfin dans le camp des vainqueurs. Et en plus il y gagne la main d’une ancienne maîtresse de Barras, Joséphine de Beauharnais, dont il tombe follement amoureux. Un bonheur n’arrive jamais seul : on lui confie le commandement de l’armée d’Italie qui doit faire une manoeuvre de diversion pendant que les armées de Sambre et Meuse avec Jourdan et du Rhin avec Moreau devront porter les coups décisifs aux Autrichiens et marcheront sur Vienne. La campagne d’Italie sera décisive pour établir la renommée de Napoléon Bonaparte. Pour bien comprendre dans quel contexte elle a lieu, faisons un petit détour pour expliquer pourquoi en 1796, au moment ou le général Bonaparte rejoint Nice pour prendre son commandement, la  France est en guerre contre l’Autriche.

La 1ère coalition.

Sous la Révolution et l’Empire, la guerre est pratiquement continue en Europe.  La France doit faire face à sept coalitions mises sur pied essentiellement sous l’impulsion de l’Angleterre.

Les origines de la 1ère coalition remontent à la déclaration de guerre de Louis XVI, le 20 avril 1792, après approbation de l’Assemblée Législative, au roi de Hongrie et de Bohême, c’est-à-dire à l’Autriche. Elle va faire face non seulement à celle-ci mais aussi à la Prusse qui lui apporte son soutien et à l’armée des émigrés sous les ordres de Condé. L’invasion de la France sera à l’origine de l’insurrection du 10 août 1792 et des massacres de septembre. Elle est heureusement arrêtée par le général Dumouriez à Valmy le 20 septembre 1792.

Le 21 septembre 1792, la « Convention nationale » a succédé à la « Législative », élue au quasi suffrage universel, mais le scrutin s’est déroulé dans un climat de peur et d’insécurité. Elle siège pour la première fois le lendemain de la victoire de Valmy et proclame aussitôt la République. Essentiellement bourgeoise, elle se partage entre Girondins à droite, Montagnards à gauche et « la Plaine » entre les deux. Le Roi est mis en accusation. Son procès conduit à sa condamnation à mort et il est exécuté le 21 janvier 1793. Pendant ce temps, il s’en est suivi un renversement de situation avec les armées révolutionnaires qui progressent le long de la rive gauche du Rhin, en Belgique et en Savoie.

Ces victoires et surtout la  mort de Louis XVI provoquent une vaste coalition dont l’âme est l’Angleterre pour riposter à la France. C’est la « première coalition » qui regroupe, outre l’Angleterre, l’Espagne, la Hollande, la Prusse et l’Autriche. La France connaît alors de violentes secousses : la trahison de Dumouriez, les défaites à l’extérieur, le soulèvement de la Vendée et de nombreux troubles conduisent à la « Terreur ». Avec Carnot qui réorganise les armées et la « levée en masse », l’ordre est rétabli à l’intérieur et les frontières sont dégagées. La Convention se termine dans les soubresauts évoqués plus hauts.

Heureusement, à l’extérieur, les victoires se succèdent : après la  victoire de Jourdan à Fleurus en juin 1794, la Belgique est rapidement reconquise, les Pays-Bas occupés ainsi que la Rhénanie. A la suite du traité de Bâle (avril 1795), la  paix est signée avec la Prusse puis avec l’Espagne et la Hollande ; seules restent en guerre l’Autriche et l’Angleterre. Avant que ne se sépare la Convention, la France a annexé la rive gauche du Rhin, les Pays-Bas deviennent une république  satellite, et la réunion de la Belgique à la France est proclamée le 1er octobre 1795. Les opérations reprennent  notamment contre l’Autriche.

C’est à ce moment-là qu’intervient la campagne d’Italie.

(à suivre)


LREM, L’AUTRE NOM DE LA GAUCHE.

Lrem logos

 

Le néogauchisme dont la France insoumise est le principal vecteur, renforcé par les idéologies importées des Etats-Unis, a fracturé la gauche française. Et à un an de l’élection présidentielle, les études d’opinion sont toutes convergentes : toutes tendances confondues, elle ne rassemble plus qu’entre 24 et 26%, pas plus. Le total d’intentions de votes à gauche est l’un des plus faibles de toute l’histoire de la Ve République. En fait c’est un trompe l’œil.  Les Français sont toujours globalement partagés.  Mais pour les formations politiques concernées, il y a urgence.  Et la priorité des verts, du PS et autres tendances est de trouver un moyen de se rassembler pour avoir un candidat commun avec l’objectif de passer la barre du 1er tour. Samedi dernier, ils étaient nombreux à se retrouver toute la matinée, à l’initiative de Yannick Jadot qui en rêve, dans un hôtel parisien du 19e arrondissement. N’en manquait pas un ! Si, justement, l’un des principaux, Jean-Luc Mélenchon, parti opportunément rendre visite à ses amis gauchistes d’Amérique du sud dont il admire les régimes totalitaires. Après une matinée de palabres, dispersion avec  clause de revoyure. Autant dire que la réunion a tourné au « bal des faux-culs ». Mais personne ne se demande où sont passés les 25% manquants !

La gauche française n’est pas à l’agonie. Elle a juste changé de nom. 

La réponse tient en un seul constat.  Les mêmes sondages indiquent que 25% des électeurs de Hollande continuent  de voter pour Macron. Eh oui, on voudrait nous faire oublier que Macron est entouré de la plupart des hommes qui constituaient le socle du PS : Ferrand, Véran, Le Drian … et que son groupe parlementaire est composé pour une bonne part d’élus venus de la gauche.

Mieux, son bilan est encore plus révélateur car la politique mise en œuvre s’apparente bien davantage à la poursuite de la politique socialiste de François Hollande qu’à un alignement sur les projets de la droite. Sur le plan économique et financier, la hausse des déficits et des prélèvements obligatoires, la vertigineuse explosion des dépenses de l’Etat, le célèbre et socialiste « quoi qu’il en coûte », autre expression pour « c’est gratuit, c’est l’Etat qui paye », l’augmentation exponentielle de la dette, n’ont fait que prolonger la tendance déjà à l’œuvre avant 2017. De même, sur les questions sociétales, les choix accomplis par les macronistes divergent largement des orientations de la droite et du centre : la PMA sans père remboursée par l’assurance maladie, l’interruption médicale de grossesse à 9 mois pour détresse psycho sociale, et maintenant la tentative d’instaurer l’euthanasie, à quoi il faut ajouter l’explosion sans précédent des flux migratoires, le communautarisme forcené, la flambée de la délinquance et de la violence à laquelle Lionel Jospin n’a rien à envier. Il faudrait ajouter ses contorsions écologistes qui font la part belle aux tenants de la décroissance. Enfin, la repentance qui imprègne la vision du chef de l’Etat qui voit dans l’histoire de la colonisation un « crime contre l’humanité » est un emprunt au néogauchisme.  

Et  pis encore, le recours aux conventions citoyennes pour traiter de sujets fondamentaux est devenu une pratique banalisée du « nouveau monde politique », directement tirée des thèses de la démocratie de proximité chère à Ségolène royal. En fin d’année dernière, à la demande du président de la République, 35 Français ont été tirés au sort pour former un « collectif de citoyens » chargé de « se prononcer sur la stratégie vaccinale en France ». Cette initiative faisait suite à « la Convention citoyenne sur le climat », composée de 150 citoyens, sélectionnés au hasard pour « représenter pleinement la société dans toute sa diversité et sa vitalité ». La méthode est-elle si nouvelle ? D’ores et déjà sous le quinquennat de François Hollande, « une conférence citoyenne », composée de 18 citoyens désignés selon des critères de représentativité de la société française définis par l’IFOP avait été chargée de réfléchir à la fin de vie. Elle avait débouché, à la fin de l’année 2013, sur des conclusions favorables à la « possibilité de se suicider par assistance médicale (dans certaines conditions) ».

Ce portrait du soi-disant « nouveau monde » ressemble furieusement à « l’ancien monde socialiste », y compris pour le nombre des fonctionnaires qui ont continué d’augmenter. Il suffisait seulement de rebaptiser le parti socialiste en LREM, et de débaucher un quarteron d’opportunistes à droite, il y en a toujours, et le tour était joué. Voilà pourquoi la gauche « titulaire » se meurt.  En fait, elle est au pouvoir depuis 9 ans, le quinquennat Macron s’inscrivant très clairement dans la suite de celui de François Hollande. C’est une évidence. Des segments de réforme dite de droite  et un verbe droitier pour le « en même temps » n’y changent rien. Comme s’il suffisait de poser des mots sur les maux de la France pour les faire disparaître. Et voilà pourquoi,  comme beaucoup d’autres qui me le font savoir, en aucun je ne revoterai pour lui.

LR pour sortir de la confusion.

Ce scénario repose sur une contre-vérité entretenue par les transfuges de la droite vers le macronisme : « Ce qu’a fait le président (Macron), la droite en a toujours rêvé mais ne l’a pas fait », et largement reprise par les commentateurs et les  médias.

La responsabilité de la droite est historique. Au moment où elle est clairement l’objet d’OPA, à la fois du Macronisme qui voudrait l’asphyxier et du RN qui s’empare un à un de ses  thèmes pour se rendre plus acceptable, elle a le devoir de s’affirmer haut et clair.

Le cycle électoral qui commence va façonner la gouvernance de notre pays pour la décennie à venir. Face à une gauche fracturée, une majorité présidentielle qui entretient la confusion, un Rassemblement national qui vote systématiquement contre tous les textes régaliens mais qui soigne sa « normalisation », la  droite porte une responsabilité importante. Celle de proposer d’abord dans chaque région, puis à l’élection présidentielle, une candidature intransigeante sur les fondamentaux et déterminée à prôner d’abord puis à appliquer sans faiblesse ensuite les mesures difficiles mais indispensables pour restaurer l’autorité de l’Etat et recréer une « envie »  de reconstruire la communauté nationale pour en faire à nouveau « une Nation ».

A l’heure ou 80% des Français expriment de la méfiance ou du dégoût envers la politique (enquête CEVIPOF), un alignement de LR sur LREM se présenterait comme une manœuvre opportuniste. Quant à un ralliement au Rassemblement national il n’est tout simplement pas pensable. Ces manœuvres ne feraient qu’aggraver l’image de responsables politiques ayant tourné le dos à l’intérêt général et obsédés par leurs intérêts personnels, le partage des prébendes et des privilèges.

L’idée que les LR n’auraient pas de « candidat naturel » touche à la quintessence du renoncement et de la sottise politique. Les tentatives pour l’empêcher d’exister montre assez bien que c’est en raison de sa capacité à apporter les vraies réponses au pays. C’est  bien pourquoi la sphère  médiatique se garde bien de faire écho du travail en profondeur qui est mené depuis bientôt un an. Il y aura évidemment un candidat issu de ses rangs ou de sa sphère. La question n’est pas de porter à l’Elysée un surhomme, un sauveur providentiel, mais de donner à la France un candidat crédible, motivé par le sens de l’Etat et la capacité à s’entourer d’une équipe solide et compétente pour gouverner le pays dans le respect de la démocratie. Et pour cela, il en est largement encore temps.

Les Républicains apparaîtront rapidement comme la seule alternative raisonnable  pour éviter un nouveau duel Macron-Le Pen.

 


NAPOLEON BONAPARTE

Sainte-Hélène, 5 mai 1821, 17h49,  l’Empereur s’éteint. Deux cents ans plus tard nous nous apprêtons  à commémorer sa  mort. Un évènement  qui suscite bien des expositions, bien des émissions de télévision, et même des manifestations avec défilés en habits, colloques  sans oublier les innombrables articles et livres.  Nous saurons tout sur Napoléon,  le  vrai, le faux,  le génie, le despote,  son parcours,  ses amours, sa gloire et ses  erreurs… Certains voudraient qu’on l’efface de notre histoire.  Je ne serai pas de ceux-là. Car  Napoléon est l’une des figures les plus populaires du monde, dont l’aura dépasse largement les frontières de la France. Il est autant connu par la vraie histoire que par la légende qui est née après sa  mort et qui a dominé  les esprits tout au long du XIXème siècle, et même encore aujourd’hui. Son œuvre a été considérable bien que le bilan de son règne soit évidemment contrasté.

Je vous propose donc d’entrer "dans les pas de Napoléon Bonaparte".  Une  histoire que j’ai enseignée pendant de nombreuses années et que je prends plaisir à redévelopper pour le calepin.

 

Bonaparte à BrienneBonaparte à Brienne

Deux mots pour dresser le décor.

Le printemps 1794 est marque par la lutte de Robespierre contre les factions hébertistes et dantonistes. Mais la « Révolution est glacée » comme  le  dit « justement » Saint Just. La dictature de Robespierre et la Terreur, que ne justifie pourtant plus la situation militaire, ne peuvent se prolonger : le 9 thermidor (27 juillet 1794), les robespierristes disparaissent dans le soulagement général. Les thermidoriens représentent la bourgeoisie révolutionnaire qui veut consolider son pouvoir politique face aux sans-culottes et aux royalistes. L’équilibre est difficile à maintenir, et  lorsque  la Convention fait place au Directoire, le nouveau régime ne parvient pas davantage à la stabilisation : une série de coups d’Etat traduit cette lutte sur deux fronts. Une force va dès lors s’imposer et jouer le rôle d’arbitre : l’armée, auréolée de son immense prestige dû aux victoires d’Italie.  Il faut donc s’intéresser au plus populaire de ses chefs, Bonaparte, qui est choisi par le Directoire pour mettre fin à l’anarchie qui s’installe à Paris.

Qui est Napoléon Bonaparte.

Deuxième fils de Charles Marie Bonaparte et de Letizia Ramolino, Napoléon est né le 15 août 1769  à Ajaccio, un an après l’annexion de la Corse par la France. Pasquale Paoli avait défendu en vain l’indépendance de l’île ;  il avait été vaincu à Ponte-Novu en mai 1769 et s’était exilé. Charles Bonaparte qui combattait à ses côtés avait alors rallié les Français. C’est grâce au comte de Marbeuf, nouveau gouverneur, que la noblesse d’origine florentine des Bonaparte est reconnue et c’est ainsi que Napoléon eut accès aux écoles d’officiers du continent. Il quitte donc la Corse fin 1778 pour faire ses études. Il sera successivement élève au collège d’Autun, puis de Brienne pour terminer à l’Ecole militaire de Paris dont il sort lieutenant.  Il n’en est pas moins resté Corse dans l’âme. Il n’aura de cesse que de retourner dans son île natale qui devient bientôt un département et où il se mettra au service de Paoli, revenu d’exil. A ce moment-là, il ne voit son avenir qu’en Corse.  Il lui importe peu que la monarchie soit renversée et que la guerre éclate sur le continent.  Mais ses relations avec Paoli sont entachées par la trahison de son père que le chef corse n’a pas oubliée, et quand celui-ci se rapproche des Anglais, Napoléon s’y oppose. Son admiration pour lui s’effondre.  Paoli étant mis hors la loi, Napoléon rejoint les Conventionnels envoyés en mission pour rétablir l’ordre. Mais la tentative pour reprendre Ajaccio aux paolistes échoue. Napoléon est obligé de fuir avec sa famille. Il débarque en France le 11 juin 1793.  C’est sur le continent que s’écrira son histoire !

... 

 


QUAND LES « ASSIMILES » SE REBIFFENT !

La liberté guidant le  peuple bis

 

Rachel Kkan avec  « Racée », Claire Koç avec « Claire, le prénom de la honte », Lydia Guirous avec « assimilation, en finir avec ce tabou français », Sonia Mabrouk avec « Insoumission française », quatre exemples de parcours d’assimilation qui montrent qu’un chemin différent du communautarisme est possible. La publication de ces livres, de leur témoignage intervient au moment où la loi contre le « séparatisme » qui ne dit plus son nom termine son parcours législatif à l’Assemblée nationale.

Françaises à part entière.

Contre  l’idéologie ambiante véhiculée par les réseaux sociaux et nombre de médias complaisants qui voudrait légitimer le discours victimaire, décolonial, genré et racisé, elles ont choisi de devenir françaises à part entière et de le crier haut et fort. Elles ont en commun l’amour de notre pays  et fait le choix de l’universalisme.  Elles démontrent après d’autres comme Jeannette Bougrab, que la France n’est pas un pays raciste et que chacun ou chacune peut s’y épanouir pour peu qu’il ou elle se saisisse des chances offertes par la possibilité de s’instruire quel que soit son statut social, par l’application du principe d’égalité si important pour les femmes issues de  familles musulmanes, par l’appropriation d’une histoire qui peut être aussi la leur.

L’amour de la France.

L’amour de la France peut avoir été transmis par les parents, et évidemment, ça compte, mais Claire Koç nous montre qu’il peut en être autrement, elle qui a choisi l’assimilation contre sa famille. L’amour de la France comme chemin d’assimilation c’est peut-être  Manuel Valls qui le définit le mieux dans son livre « pas  une goutte de sang français » qui sort chez Grasset. Pour « son retour d’exil » comme il dit, il complète la formule par ces mots empruntés à Romain Gary « Je n’ai pas  une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines ! ». Parfait exemple d’assimilation réussie il explique avec humilité qu’en deux ans et demi passés à Barcelone, il a acquis la certitude qu’il était français, que tout le ramène à la France et qu’il a fallu qu’il la quitte pour le comprendre. Son éloignement lui a permis de comprendre ce que ses amis, son épouse lui répètent : «  Tu penses fraçais, universel, comme un républicain, jacobin et laïque ». Comment en arrive-t-on là ?  L’histoire joue un rôle bien sûr et de Napoléon à Clémenceau, elle lui a apporté des références.  Mais aussi les lectures à une époque où la télévision n’était  pas omniprésente : Hugo, Dumas, Péguy, Camus, Zweig, Kafka… ont nourri son esprit d’adolescent.  Tout est dit.

Chacun délivrera un parcours différent selon le contexte et l’époque. Mais tous ces auteurs ont un point de convergence : c’est parce qu’ils ont appris d’une manière ou d’une autre à aimer notre pays. Pour Claire Koç , le déclic a été les  voisins français qui ont servi de modèle. Ils apportaient des plats qu’ils avaient préparés pour les faire goûter à sa famille, comme par exemple le pot-au-feu. Mais elle explique aussi comment  peu à peu, dans son quartier, la France est devenue inexistante.

Les discours de haine.

On ne peut pas s’assimiler si on n’aime pas le pays dans lequel on vit.  Voilà le constat. Et d’autant moins si on vit dans un milieu qui ne manifeste qu’un sentiment : la haine de la France. Quand j’entends Amel Bent proclamer qu’elle préfère brandir un drapeau algérien, pays où elle n’est jamais allée, plutôt qu’un drapeau français, je pense d’abord  à de l’ingratitude, puis je me dis qu’on l’a  probablement élevée dans la haine de notre pays. La  haine de la France, ou la coupure, ou le refus de s’assimiler à défaut de s’intégrer, est venu avec l’antenne parabolique, qui s’est généralisée  dans les années 90.  Elle a été le principal  frein à l’assimilation qui fonctionnait auparavant. Des familles entières se sont mises à vivre à l’heure de leur pays d’origine.  Les Turcs se sont mis à penser Turc, les Algériens à croire Télé Alger. A cela s’est ajoutée la concentration conduisant dans les quartiers à des populations endogames d’où les nationaux de souche se sont petit à petit retirés. Quand les individus sont tous les mêmes, il n’y a même plus besoin de parler français. Et quand tous les commerces, les cafés, les vêtements, les aliments sont à  l’unisson, on sombre dans le communautarisme. Il n’y a plus aucun espace pour la France dans ces quartiers. Et quand en plus la religion vient imposer une chape de plomb, le piège communautaire se referme complètement. Le séparatisme s'impose. 

Autant de cris d’alarme.

Mais si ces ouvrages sortent aujourd’hui, ça n’est pas le fait du hasard. Ils sont autant de cris salutaires pour dénoncer les méfaits de cette vague portée par le néogauchisme, avec les idées venues des Etats-Unis, qui prônent le racialisme, l’identité, le décolonial qui fait de la race blanche la porteuse du malheur du monde, idéologie obscurantiste qui nous vient d’un pays où l’on refuse d’enseigner la théorie de l’évolution  et  où les écoles sont obligées de suivre les préceptes du « créationnisme ». Ces auteurs veulent nous alerter, nous ouvrir les yeux sur le grave péril qu’elles font courir à notre pays, en voulant anéantir notre conception de l’Universel qui a fait rayonner la France à travers le monde entier.  

La  méritocratie.

Voilà pourquoi il est urgent de rétablir le prestige de l’école, et particulièrement dans les  quartiers concernés.  C’est par le savoir et le mérite qu’on redonnera le goût de l’assimilation.  Une lourde tâche qui attend les prochains gouvernements. Comme  le disait Atatürk : « Ce n’est  pas grave de ne pas savoir. Ce qui est honteux, c’est de ne pas vouloir apprendre ! ». Il va donc falloir prendre tous les problèmes à bras-le-corps.  Il faudra lutter contre l’oppression d’une minorité qui veut imposer la loi communautaire  par la terreur intellectuelle ;  il n’est pas normale qu’une Claire Koç reçoivent des tombereaux de menaces plus sinistres les unes que les autres et doivent faire l’objet d’une protection policière. Il faudra mettre fin au lobbying des puissances étrangères pour exercer leur influence sur les populations issues de leur pays, et qui infiltrent les associations, les partis politiques en imposant des concepts incompatibles avec les lois républicaines. Il faudra être vigilant sur le rôle de l’école et lui donner les  moyens de s’imposer dans les quartiers, afin qu’elle soit en mesure d’inculquer la culture française, qui ne veut pas dire rejeter la culture d’origine, et surtout  apprendre à être fier d’être un citoyen français. Le principal moyen d’entrer dans la nation c’est d’apprendre le français, sans quoi il ne peut se développer un sentiment d’appartenance. 

L’élection du prochain président de la République sera donc déterminante. Ce serait mieux qu’il soit de droite, pour une raison simple : aujourd’hui,  c’est elle qui porte l’idéal d’universalisme  et  qui veut rétablir la méritocratie. La gauche est aux abonnés absents.  Macron est nulle part. 

 

Des  livres à lire absolument !

Rachel Khan, « Racée », chez l’Observatoire

Claire Koç, « Claire, le prénom de la honte », chez Albin Michel

Lydia Guirous, « assimilation, en finir avec ce tabou français »,  chez l’Observatoire

Sonia Mabrouk, « Insoumission française », chez l’Observatoire

Manuel Valls, « Pas une goutte de sang français », chez Grasset.

 


LES REGRESSISTES (3)

Je continue à publier les articles qui argumentent sur le néogauchisme.  Voici une nouvelle tribune publiée par Le Figaro récemment.

Philippe d’Iribarne: «La folie “woke” et décoloniale, fille de l’utopie de l’égalité parfaite propre à l’Occident»

Iribarne

Figure importante du paysage intellectuel français Philippe d’Iribarne est auteur de nombreux ouvrages dont plusieurs sont des classiques dont La Logique de l’honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales (Seuil, 1989) et L’Étrangeté française (Seuil, 2006).

TRIBUNE - Le sociologue, X-Mines, directeur de recherche au CNRS analyse avec une exceptionnelle clarté les racines du mouvement «woke» et décolonial, né dans les universités américaines et qui progresse de façon fulgurante en France. Les pays occidentaux sont victimes de leurs intentions élevées et des objectifs écrasants et utopiques qu’ils s’assignent, explique le penseur.

La fracture de l’opinion provoquée par l’émergence du mouvement «woke» aux États-Unis et du mouvement décolonial en France paraît radicale. Les débats provoqués en France, jusqu’au sein de la majorité, par la loi «confortant le respect des principes de la République» en témoignent. L’université offre maintenant un terrain de choix à la manifestation de cette fracture. Entre ceux qui, tels nos ministres de la Recherche et de l’Enseignement supérieur ou de l’Éducation, dénoncent l’islamo-gauchisme qui y sévit et ceux qui, telle la Conférence des présidents d’université, défendent bec et ongles les orientations ainsi mises en cause, tout dialogue paraît impossible. Cette radicalité est intimement liée à la mutation qu’a connue la promesse d’égalité au cours du dernier demi-siècle.

Dans l’élan premier des Lumières, l’égalité des peuples, des cultures, était vue comme un horizon qui ne pourrait être atteint que grâce à une action intense de civilisation, d’éducation, menée par le monde occidental en faveur des peuples les moins «avancés». Le Pacte de la Société des nations de 1919 témoigne de cette vision. Ainsi son article 22 évoque les territoires «habités par des peuples non encore capables de se diriger eux-mêmes dans les conditions particulièrement difficiles du monde moderne». Il affirme que «le bien-être et le développement de ces peuples forment une mission sacrée de civilisation», et que «la meilleure méthode de réaliser pratiquement ce principe est de confier la tutelle de ces peuples aux nations développées qui (…) sont le mieux à même d’assumer cette responsabilité».

Cette vision est encore présente dans la Charte des Nations unies de 1945, bien que celle-ci mette en avant, d’emblée, le «principe de l’égalité de droits des peuples» et affirme de manière réitérée le refus des «distinctions de race, de sexe, de langue ou de religion» (articles 1, 13, 76). Son chapitre «Déclaration relative aux territoires non autonomes» invite encore (art. 73) à aider les populations «dans le développement progressif de leurs libres institutions politiques, dans la mesure appropriée aux conditions particulières de chaque territoire et de ses populations et à leurs degrés variables de développement ».

De nos jours, cette vision inégalitaire fait scandale. Il est hautement affirmé que tous les peuples, toutes les cultures, toutes les religions, toutes les manières de vivre, se valent tels qu’ils sont ; que, certes, il peut exister dans chaque société des individus qui diffèrent, pour reprendre les termes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, par «leurs vertus et leurs talents», mais que ces qualités se retrouvent également distribuées dans tous les peuples et, au sein d’un peuple, dans toutes ses composantes ethniques ou religieuses. Affirmer le contraire relève de préjugés racistes qui méritent la condamnation la plus vive.

Or, en dépit de cette affirmation solennelle, de grandes disparités demeurent, entre les peuples et au sein de chaque peuple, dans les sorts réservés à ceux qui diffèrent par leur culture, leur religion ou leur couleur de peau. Ainsi, dans les universités américaines, les Noirs réussissent nettement moins bien et les Asiatiques beaucoup mieux que les Blancs. En France, ceux qui ont un prénom musulman ont plus de mal à trouver un emploi que ceux qui ont un prénom chrétien. La promesse d’égalité parfaite et immédiate se révèle mensongère et rien ne laisse présager qu’elle cessera bientôt de l’être.

Il est absurde de regarder comme monstrueuses certaines actions si elles sont le fait de Blancs et comme vertueuses si elles sont le fait de non-Blancs

Comment donner sens à ce hiatus ? Logiquement deux interprétations paraissent possibles. L’une, qui relève du réalisme sociologique, est que l’on n’efface pas en un jour les effets de l’histoire ; qu’à chaque époque il a existé des civilisations plus brillantes que d’autres ; qu’il faut distinguer la reconnaissance de l’égale dignité de tous les êtres humains, qui va de soi, de l’objectif d’égalité immédiate entre tous les peuples, toutes les cultures, tous les groupes humains, qui relève de l’utopie. Mais une telle interprétation ne peut être vue que comme un retour intolérable à des temps définitivement révolus.

L’autre interprétation part du caractère sacré de la promesse, fondement de l’appartenance à une humanité commune de ceux et ceux seuls qui la respectent. Mais reste alors à expliquer pourquoi elle n’a pas plus de prise sur le monde réel.

Le mouvement «woke» et le courant décolonial apportent une réponse radicale. Pour eux, si la promesse n’a pas été tenue, c’est du seul fait de la résistance de dominants attachés à leurs privilèges. Affirmer que certains groupes humains ou certains individus membres de ces groupes sont responsables de leur situation défavorable n’a pour objet que de permettre à ces dominants de jeter un voile sur leurs menées. Les coupables sont clairement identifiés: ce sont les Blancs racistes, esclavagistes, colonisateurs, qui ont mis la planète en coupe réglée. Cette vision a un caractère transcendantal (qui est connu a priori et non pas fondé sur l’expérience, NDLR), au-delà de tout besoin de confirmation ou de possibilité d’infirmation reposant sur des données de fait.

Cette mise en avant de l’infinie culpabilité des Blancs alimente une représentation totale de la vie sociale portée par tout un vocabulaire: privilège blanc, racisme systémique, appropriation culturelle, etc. Ainsi, si certains «racisés» ont du mal à trouver un emploi, il est impensable d’envisager que les employeurs cherchent simplement à embaucher ceux dont le profil laisse augurer qu’ils sont les plus à même de contribuer à la bonne marche de leur entreprise. Il va de soi que la prospérité économique de l’Occident est fondée sur l’exploitation du travail des esclaves noirs et il est indécent de l’attribuer au génie inventif et à la capacité d’organisation dont l’Occident a fait preuve. Si les figures de l’art, de la pensée et de la science célébrées dans le monde occidental, et bien au-delà, tels Kant, Pascal, Rembrandt, Bach, Shakespeare, Dante, Dostoïevski, Cervantès ou Einstein, sont essentiellement blanches, c’est l’effet d’un complot des Blancs conduit à dissimuler les figures non blanches. Etc.

Entre croyants (ceux qui sont engagés dans le mouvement «woke», les tenants d’une approche décoloniale) et incroyants il n’existe pas de terrain commun au sein duquel échanger des arguments.

Pour les incroyants, ce mouvement est sans doute explicable par la souffrance de ceux qui se sentent victimes d’une promesse trahie mais n’est pas intellectuellement respectable. Il est absurde de regarder comme monstrueuses certaines actions si elles sont le fait de Blancs et comme vertueuses si elles sont le fait de non-Blancs ; par exemple de déclarer la colonisation blanche crime contre l’humanité et de porter au pinacle la colonisation arabe, notamment en Espagne ; ou encore de dénoncer une «appropriation culturelle» quand des Blancs se permettent d’interpréter une musique «noire» mais de parler de manque de diversité à fondement raciste quand les Blancs dominent au sein des orchestres symphoniques voués à une musique «blanche». Il échappe à toute logique de considérer comme monstrueux l'esclavage perpétré par les Blancs alors que, perpétré par des Arabes ou des Noirs il ne mérite aucune attention. Et comment accepter que l’histoire de l’Occident soit réécrite à la manière d’une histoire de la Révolution française qui serait centrée sur la Terreur, les massacres de Septembre, et le génocide vendéen, pendant qu’une approche hagiographique prévaut quand il s’agit d’autres civilisations?

De plus, les incroyants ne se privent pas de souligner ce qui leur paraît le plus outré dans l’approche décoloniale. L’affirmation selon laquelle les Blancs devraient toute leur pensée aux Grecs qui eux-mêmes devraient tout aux Égyptiens, lesquels étaient noirs, et qu’ils doivent donc toute leur pensée aux Noirs leur paraît une pure fable. Ils ne peuvent croire que si, dans les expressions «idées noires», «âme noire», «noirs desseins», etc., le terme noir a une connotation négative, la source en est l’association du mot noir à l’esclavage que les Noirs ont subi du fait des Blancs et non une opposition entre la lumière et les ténèbres. Et quand, pour écarter toute objection, la réponse (que l’on trouve par exemple dans une vidéo célèbre concernant l’université américaine d’Evergreen) est que l’appel à l’objectivité, l’attention aux faits, est une invention perverse de Blancs, les incroyants se voient conforter dans la conviction que ce courant de pensée est bien peu sérieux.

Par ailleurs, la place que tient la cancel culture, la création de safe spaces où les croyants sont mis à l’abri de pans entiers de la réalité, apparaît aux incroyants comme liées au besoin de ces derniers d’être protégés de ce qui pourrait faire éclater la bulle de certitudes qu’ils habitent.

On sait que la dérive d’un milieu de recherche sous l’influence d’intérêts ou d’une idéologie n’est pas l’apanage de la « science prolétarienne » de jadis

Mais, pour les croyants, tout cela n’est qu’arguties qui ne tiennent pas face au scandale que représente la radicalité du privilège blanc qui, avec sa dimension raciste, viole les principes les plus sacrés qui doivent inspirer la vie de l’humanité. Ces arguties se trouvent disqualifiées par le fait qu’elles légitiment le maintien d’un tel privilège et il est hors de question de leur accorder quelque valeur que ce soit. Ceux qui en font usage ne méritent pas d’être écoutés et les interdire de parole, comme l’implique la cancel culture, relève de l’objectif vertueux d’empêcher de nuire des représentants du mal. Leur donner la parole, débattre avec eux, reviendrait à accorder au mal un statut égal à celui du bien.

C’est dans ce contexte que prennent sens les affrontements actuels portant sur le monde de la recherche, la place qu’y tient l’islamo-gauchisme, les mérites des courants décoloniaux, la dénonciation par les étudiants d’enseignants déclarés racistes ou islamophobes et l’autocensure de ceux qui craignent d’être regardés comme tels. La vision décoloniale, affirme ses croyants, s’appuie sur des travaux de recherche menés dans des institutions prestigieuses et conduisant à des publications savantes dont seuls les tenants d’une forme de suprématisme blanc peuvent contester la pertinence. Ce n’est pas, affirment-ils, l’idéologie «woke» qui a perverti le monde de la recherche, mais le résultat de recherches de qualité qui alimente les convictions correspondantes. Mais cette affirmation laisse ouverte la question de portée générale de la scientificité des travaux académiques et de la qualité du contrôle de cette scientificité.

On sait que la dérive d’un milieu de recherche sous l’influence d’intérêts ou d’une idéologie n’est pas l’apanage de la «science prolétarienne» de jadis. Les recherches tendant à démontrer l’absence de nocivité du tabac ou des perturbateurs endocriniens ont été marquées par de telles dérives, y compris quand elles étaient réalisées au sein des universités. On peut penser aussi aux travaux d’économistes de renom qui ont légitimé les pratiques, tels les subprimes, au cœur de la crise financière de 2008. De manière générale, il n’est pas difficile de biaiser les résultats d’une recherche tout en sauvant les apparences. Il suffit de sélectionner les données dont il est fait état et de les interpréter en fonction de ce que l’on souhaite démontrer.

Prenons, à titre d’exemple, la manière dont la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) s’y prend pour démontrer que la société française est islamophobe. Le parti adopté est d’écarter tout élément permettant de rattacher des réactions négatives à l’égard de l’islam à la réalité de celui-ci, ce qui permet de mettre ces réactions au passif de la population majoritaire. Ainsi, le rapport mentionne bien «un conflit de valeurs, considérant la religion musulmane et ses pratiques en contradiction avec le principe de laïcité et avec les droits des femmes et des minorités sexuelles». Mais, et c’est là que la pensée glisse, loin de considérer que ce conflit est à la source de réserves légitimes envers l’islam, il affirme que ceux qui le mettent en avant sont coupables d’«inverser la causalité et de rejeter la responsabilité du racisme sur ceux qui en sont les victimes». La manière même dont sont libellées les questions dont le rapport fait usage relève de cette stratégie. Ainsi, il n’est pas demandé si certains comportements associés à l’islam sont incompatibles avec les valeurs républicaines, mais si «certains comportements peuvent parfois justifier des réactions racistes». Du coup, une majorité des personnes interrogées n’a pas d’autre choix que de déclarer que des comportements «racistes» sont justifiés, ce qu’il s’agissait justement de démontrer.

Que nous réserve l’avenir ?

On peut douter que cet affrontement idéologique soit moins pérenne que celui qui s’est noué autour du rêve communiste. Un retour au réel impliquerait que ce qui relève d’une fausse science soit scruté avec la même rigueur que celle qui est déployée quand il s’agit d’impostures scientifiques au service d’intérêts privés. Mais cette rigueur ne paraît pas pour demain. Et qui est prêt à admettre que la folie «woke» est un enfant monstrueux de promesses radicales propres à l’Occident, promesses impossibles à tenir à l’échelle d’une ou deux générations et qui méritent d’être reconsidérées avec plus de réalisme ?

 


« GOUJATERIE A ANKARA »

Erdogan Van Der Leyen

 

C’est le dernier film sorti en Turquie, avec à la mise en scène et comme principal Acteur Recep Tayyip Erdogan, avec la participation exceptionnelle de Charles Michel, président du Conseil européen et Ursula Van Der Leyen,  présidente de la Commission européenne. 

La « Sublime Porte » est devenue aujourd’hui, avec le pseudo descendant du « califat » en la personne de Erdogan, le modèle de ce qui se fait de pire en matière d’indignité. Recevant le président du Conseil européen, Charles Michel et la présidente de la Commission de Bruxelles, Ursula Van der Leyen, le président turc a placé Mme Van der Leyen sur un siège disposé à l’écart, ce qui a provoqué un tollé justifié dans les instances européennes de Bruxelles. Les deux hauts représentants de l’Europe s’étaient rendus à Ankara pour demander à Erdogan des explications sur le retrait de la Turquie de la « Convention internationale d’Istanbul » consacrée au droit international des femmes. On peut se demander si le piège ainsi tendu à Ursula Van der Leyen n’a pas été conçu par la diplomatie turque pour trancher le débat avant même le début de la conversation. Ce faisant, Erdogan s’est conduit comme un homme cynique, un malappris qui étale son mépris des femmes et en même temps de l’Europe dans laquelle il voudrait pourtant entrer.  

Les mauvaises manières de la diplomatie turque.

Maître chez lui,  le Petit Mamamouchi d’Ankara a cru bon d’infliger une humiliation à la présidente de la Commission qui, après un instant d’hésitation, s’est assise à l’écart, ce qui ne l’a pas empêchée de défendre la Convention pour les femmes avec opiniâtreté. Les mauvaises manières sont devenues la marque de fabrique de la diplomatie turque et d’un potentat qui multiplie les gaffes délibérées. Cette fois-ci encore, la manœuvre a parfaitement réussi : les médias se sont emparés de l’incident en ne s’intéressant qu’au scandale de la mise en scène, en occultant l’entretien dont on ne saura que peu de choses, ce qui était le but recherché. C’était une manière d’informer d’entrée de jeu Van der Leyen que son pays ne réintègrerait pas la Convention. N’oublions pas que le Turc siège au Conseil de l’Europe et fait toujours partie de l’OTAN !!!

Charles Michel : un hubris fait de lâcheté.

Mais si on déplore la goujaterie du président turc, on peut aussi s’indigner encore plus fort du comportement de Charles Michel qui, au lieu de participer complaisamment au scénario, aurait dû avoir l’élégant réflexe de donner son siège à sa collègue, ce qu’il n’a pas fait, s’asseyant confortablement et étendant ses jambes pour se relaxer. Tous les personnels européens ont réagi avec vigueur. Il s’est excusé du bout des lèvres, constatant simplement que la rencontre n’a pas été inutile. Rien de plus dangereux pour l’Europe que de prendre de tels accommodements avec une démocratie vidée du droit et décidée à imposer son modèle à une Europe veule. Dans toute politique, l’important est le symbole. En Europe, l’incident n’est pas passé inaperçu  mais les peuples européens semblent ne pas avoir accordé  à l’épisode beaucoup  d’importance, habitués qu’ils  sont  au manque de fermeté face à Ankara.  Les nombreuses associations féministes qui s’égosillent dans des manifestations en France auraient une conduite plus judicieuse si elles s’en prenaient à l’homme qui affiche son mépris et sa haine  des femmes, en abolissant un texte qui fut signé, coïncidence étonnante, à Istambul.

Un pas de plus vers l’obscurantisme.

M. Erdogan veut enterrer le modernisme qu’avait insufflé Kemal Ataturk à son pays en instaurant la laïcité et la suppression du port du voile pour les femmes, synonyme d’égalité.  Il rêve de retrouver un leadership dans le monde musulman sous l’influence des  alliances qu’il a nouées avec les « Frères Musulmans » et les pays  les plus conservateurs, dans le cadre de la triplice turco-irano-qatarie. Kemal Ataturk doit se retourner dans sa tombe.  Avec  la  mise en scène de cet entretien, il adresse aussi au peuple turc un message en vertu duquel jamais une femme, fut-elle qualifiée, ne changera ses projets de retour vers le Moyen-Age. C’est peut-être judicieux sur le plan tactique, mais c’est désastreux sur celui des intérêts bien compris de la Turquie, qui n’a jamais eu autant besoin de l’aide technologique et financière des Européens qu’il tente de remplacer par l’afflux des capitaux en provenance du Qatar.

Arrogance sans limites.

On ne dissertera jamais assez sur le comportement d’un chef d’État, par ailleurs assailli par de graves problèmes nationaux et par la chute de sa monnaie, qui surfe pour se maintenir sur la crête d’un nationalisme belliqueux aggravé par une politique de force dont il n’a pas réellement les moyens et qui détourne son budget vers les conquêtes militaires au détriment d’un peuple besogneux dont le niveau de vie ne cesse de baisser. On sait qu’il se maintient au pouvoir par la manipulation des préparatifs électoraux, les  provocations contre la Grèce, la persécution des Kurdes et des Turcs qui les soutiennent, les interventions multiples en Arménie, en Libye, en Méditerranée, en Syrie ou des milices déchaînées tirent sur tout ce qui bouge. Il ne faut donc rien attendre de cet individu mû par la haine. Profitant de la déstabilisation du Moyen-Orient provoquée par la pandémie et le crash des hydrocarbures, la Turquie de Erdogan a passé l’année 2020 à pousser son avantage pour tenter de reconquérir une hégémonie régionale  dans la perspective de ressusciter une sorte de califat ottoman. Il fait comme si la Turquie était une grande puissance, capable de projeter à l’étranger des opérations militaires susceptibles de modifier les équilibres géographiques. C’est dans ce cadre qu’il faut situer la réislamisation le 24 juillet 2020 de l’antique basilique byzantine Sainte-Sophie, rendue au culte musulman, dont Atatürk avait fait un musée  il y a quatre vingt cinq ans. Provocation hautement symbolique  qui a laissé l’Europe de marbre… ou presque, mais qui était une réponse aux accords signés le 13 août 2020 entre  les Etats sunnites, Arabie et Emirats avec Israël, dits  « accords d’Abraham », sous l’égide américaine.  Ceux-ci ont été passés pour faire face à la surenchère de la triplice.

L’initiative européenne était donc importante si elle voulait  signer un refus de se laisser marginaliser. Il serait temps qu’elle tienne la dragée haute à ce fauteur de troubles et qu’elle lui impose des sanctions économiques et commerciales. Il serait temps que l’Europe défende avec ardeur les valeurs de la démocratie parlementaire, sans craindre les risques qui seront pris. Et cela d’autant plus que Erdogan est capricieux, condamné à la fuite en avant perpétuelle. Mais il ressemble à ses maîtres, Poutine et Xi. Ils ne comprennent que le langage de la force, cette force que les Européens, sous la houlette de moins en moins assurée de la chancelière Angela Merkel, cherche à retenir au profit d’une diplomatie plus sereine. À force de rester sereins, nous finirons par aller chercher ordres et projets  chez les fossoyeurs de la démocratie.

 


L’EUROPE A TOUJOURS BON DOS !

Covid vaccination

 

Le moment viendra pour juger à partir de la pandémie du Covid 19 de la qualité de la gouvernance des nations et de la résilience de nos sociétés. Il est, à mon avis, bien trop tôt pour tirer des conclusions sur la hiérarchie entre les nations et les continents qu’elle aura redessinée. D’abord parce que la crise n’est pas terminée, y compris pour ceux qui croient qu’ils en sont sortis. Et contrairement à ce que nombre d’observateurs, le plus souvent europhobes, affirment dans la précipitation, le déclassement de l’occident n’est pas du tout acté face à l’Asie, et encore moins celui de l’Europe au sein de l’occident. On peut seulement affirmer sans trop se tromper, que,  sans avoir un bilan aussi calamiteux dont on l’accable, la France a perdu quelque peu le  contrôle de la situation sanitaire par la défaillance d’un Etat obèse et impuissant dont la bureaucratie omnipotente a fait la démonstration de ses lenteurs et de ses errements. Le moment venu, il faudra en tirer lucidement les enseignements.

Ah, ces vaccins !

S’il y a un sujet sur lequel tout le  monde s’en est donné à cœur joie, c’est bien celui des vaccins. Comparaison n’est pas raison. Il faut souligner ici à quel  point le débat public et médiatique, procédant en permanence à des comparaisons internationales, s’est organisé autour d’indicateurs et de chiffres « non maîtrisés », pour rester correct. Tous les jours, au Parlement, à la télé, les critiques  de tous bords pleuvent, des experts pérorent, des chroniqueurs ricanent, surfant sur l’air du temps, sans que ni les uns, ni les autres n’aient une connaissance suffisante, vérifiée, de la réalité. Et revient en boucle  l’accusation : l’Europe est responsable du retard  pris par la vaccination sur le continent et en France. Tellement facile. Et de prendre à témoin la Grande Bretagne de Johnson, les Etats-Unis, et même la Russie, ce qui est un comble, quand on connaît la « transparence » de son pouvoir.

Il est temps de rétablir quelques vérités fiables parce que vérifiables.

Oui, la centrale d’achat des vaccins mise en place par la Commission européenne  n’a pas été d’une gestion optimale. Créée à la demande des Etats alors que la santé n’est pas une compétence  partagée, on peut comprendre qu’elle ait été d’abord précautionneuse, donc un peu lente. Et sa négociation avec les labos a probablement, au départ, manqué de technicité, d’autant plus qu’elle se faisait sous l’œil sourcilleux des parlementaires européens, de nombreux eurodéputés penchant du côté de la réticence et de la temporisation. Mais il est faux de dire que l’Europe se soit  fait dépasser par la Grande Bretagne, la preuve en est que les contrats qu’elle a signés avec Astrazeneca, l’ont été la veille de la signature de ceux de sa gracieuse majesté. Si les  vaccins ne nous ont pas été livrés comme il était prévu, c’est à cause de  la  pression d’un Premier Ministre, peu respectueux de sa signature, coutumier des méthodes de voyou, mis le dos au mur par sa gestion désastreuse de la pandémie  dans son pays, et prêt à tout pour se refaire une santé aux yeux de son peuple, alors que de son côté, l’Europe tenait ses engagements. La Grande Bretagne a fait le choix de vacciner avec une seule dose dans un premier temps, reportant la seconde aux calendes grecques. Un pari fou qui a marché pour l’instant mais qui aurait pu tourner à la catastrophe. Sauf que maintenant le temps presse pour lui et il aurait bien besoin de doses que l’Union Européenne réserve désormais en priorité à sa population. Si nous avions reçu les 100 % de vaccins AstraZeneca qui nous étaient contractuellement destinés, l'Union européenne serait aujourd'hui au même niveau que la Grande-Bretagne en termes de vaccination. Les Etats-Unis, eux, ont choisi l’autarcie : « on garde tout ce que l’on produit pour nous et on ne partage pas ». Sans solidarité internationale, l’Europe s’est  organisée pour faire face. A la fin de l’été, il sera temps de faire les comptes.

L’Union européenne n’a pas à rougir.

L’Union européenne ne mérite pas l’hystérie dont elle fait l’objet. Pour les uns, c’est parce qu’elle ne devrait pas exister, pour les autres parce qu’elle est un bouc émissaire commode. Convenons d’abord d’une réalité incontournable : le début de la vaccination a commencé sous le signe d’une pénurie structurelle. Les Européens, parce que c’est leur culture, n’auraient pas accepté les risques pris par les Etats-Unis et la Grande Bretagne pour rattraper le temps perdu sur l’épidémie grâce à la vaccination. Par ailleurs, on ne produit pas 800 millions de doses du jour au lendemain ! Les performances de stratégies de commando comme l’a pratiquée Boris Johnson ne pouvait se faire qu’au détriment de tous, ce qui était gagné par lui était forcément perdu pour les autres. Le Brexit n’a rien à voir là dedans. On n’a  pas beaucoup communiqué sur le travail que l’Union a effectué et c’est dommage.  Dès le 5 février elle a nommé le Commissaire à l’Industrie, Thierry Breton, à la tête d’une « task force » chargée de produire le plus rapidement possible sur le continent les vaccins dont nous avons besoin. Début avril, le dispositif est en place et 52 usines sont  en capacité de produire. D’ici l’été, la montée en puissance va permettre de fournir les dizaines de millions de doses à toute l’Europe pour atteindre le plus tôt possible, autour de la mi-juillet, le seuil d’immunité qui empêchera le virus de se propager et arrêter ainsi l’épidémie : 14 millions de doses ont été livrées en janvier, 28 millions en février et 60 millions en mars ; pour le trimestre suivant, nous passons à 100 millions en avril, mai et juin ; puis 120 millions à l'été et nous atteindrons un rythme de croisière de 200 millions à partir de septembre. Dès le dernier trimestre de l’année, l’UE sera à même d’envoyer en Afrique tous les vaccins nécessaires. On verra alors qui s’en est sorti le mieux et qui est capable de contribuer à éradiquer sur toute la planète cette saloperie de virus, garantie qu’il ne nous revienne pas sous la forme de variants divers et variés. L'Europe sera le premier continent en matière de production vaccinale dès la fin de cette année, avec une capacité de production de près de 3 milliards de doses par an. Me revient alors à l’esprit le slogan d’une campagne européenne avec Nicolas Sarkozy : « Quand l’Europe veut, l’Europe peut ! ».

On ne se sauvera pas tout seul.

Il est  déraisonnable de penser que chacun aurait pu faire mieux en restant chacun dans son coin, à l’abri chez lui, face à une pandémie qui se  joue de toutes les frontières. Qui peut imaginer que la France, pays divisé, ankylosé par son principe de précaution, bureaucratique et incapable de produire son propre vaccin, le seul des membres du Conseil de Sécurité de l’ONU à être dans ce cas, aurait pu tirer correctement son épingle du jeu dans un affrontement au chacun pour soi. Et à quel prix ? Au contraire, il paraît plus réconfortant d’avoir participé à un ensemble qui a choisi la solidarité et comme règle le partage équitable entre tous ses membres des doses disponibles.  Il a pu y avoir des impatiences ici ou là,  mais elles n’ont plus lieu d’être dès lors que la production arrive à faire face aux besoins. Oui, l’Union européenne a fait un choix collectif de prudence et de précaution. Qui l’en blâmerait ? L’administration bruxelloise, a fait preuve de prudence et de responsabilité comptable, comme on le lui demandait. Elle a, en réalité, parfaitement rempli sa mission. Si certains chez nous, l’accablent pour sa lenteur, n’est-ce pas en raison de la mauvaise gestion du freinage de la pandémie, l’autre moyen de ralentir sa progression.

Il est tellement facile de mettre sur le dos de l’Europe ce qui relève  de nos propres insuffisances. Mais ce n’est pas une attitude nouvelle. Et la France est loin d’être exemplaire quant à sa responsabilité.

 


RANTANPLAN ET TRISTE SIRE

Ed Philippe

 

Avec son ami Gilles Boyer, Édouard Philippe publie un livre intitulé « Impressions et lignes claires » (1) qui offre un large horizon sur sa conception de la politique, sans toutefois apporter la moindre révélation sur les trois ans qu’il a passés à Matignon. A en croire la longue interview que Le Point accorde à l’ancien premier ministre, on n’apprendra rien sur les relations parfois tendues entre Matignon et l’Elysée. C’est selon le Rantanplan de la politique, qui s’est associé à son « Triste Sire* », pour commettre l’ouvrage, être au-dessus du « menu fretin » quand il s’agit de l’éthique et de la dignité. Deux qualités qui lui ont furieusement manqué  quand il s’est agi de rallier la macronie, en loucedé, caché sous une couverture dans une voiture, pour ensuite renier tous ses engagements, y compris en soutenant aux législatives suivantes des candidats contre ceux dont il avait exigé l’investiture aux Républicains.

"Les manettes".

Ce livre n’est pas plus le signe avant-coureur d’une nouvelle trahison, une candidature à la présidence de la République en 2022, ce que confirme l’intéressé dans l’entretien. Mais alors à quoi bon écrire un livre, si  c'est pour ne rien dire. Car ce n’est ni un  programme politique, ni une profession de foi, ni l’esquisse de ce que serait une présidence sous son nom.  On n’y apprend qu’une chose, peut-être pour se justifier, c’est qu’il continue de croire que le clivage gauche-droite est obsolète, alors que l’expérience et l’observation de tous les jours prouvent le contraire, mais l’homme est paraît-il têtu. On retiendra d’ailleurs de son passage à Matignon que sa politique a essentiellement consisté à prolonger celle de François Hollande, qu’il s’agisse de la dette ou des lois sociétales. Contrairement à ce qu’il affirme comme faisant partie de ses convictions, il a été surtout celui qui a consacré l’effondrement de l’autorité de l’Etat. Il est celui qui a abandonné le projet de  Notre-Dame des Landes, cédant à quelques dizaines de zadistes ultra-violents, en piétinant le droit, tous les  recours ayant échoué, et la démocratie avec le referendum. Il dit : « J’aime être aux manettes », un contrepoint de son incompétence.  Où était l’homme qui « aime être aux manettes », quand il accourait affolé au Ministère de l’Intérieur pendant que les  émeutiers mettaient à sac l’Arc de Triomphe, alors que les blindés de la gendarmerie cantonnés à Versailles attendaient des ordres pour intervenir ? Le même qui passait les forces de l’ordre en revue au bas des Champs-Elysées, image surréaliste, pendant que les black blocs déguisés en gilets jaunes, quelques centaines de mètres plus haut, mettaient le feu chez « Maxim’s » ? Aux manettes peut-être, mais il avait perdu les pédales !

De cela, on n’a rien à faire.

Il ne faut considérer le livre ni comme un coup d’envoi de sa candidature, ni comme un règlement de comptes avec Macron, il en est loin, ni même comme un ouvrage pour vous divertir en vous révélant les secrets de Matignon. « Le Point » publie quelques extraits de l’ouvrage. On y découvre les humbles origines de l’ex-locataire de Matignon, sa modestie qui va si bien à son air bonhomme et qui  dit aux Français « ce qu’il savait  et ce qu’il ne savait pas ». Un politicien qui reconnaît qu’il ne sait pas tout dans un monde où il est désormais possible de tout savoir : Rantanplan, quoi !  On se demande ce qui a tellement plu aux Français puisque dit-on, il serait le plus populaire de France. Qu’il se reconnaisse non seulement dans l’exercice du pouvoir, mais aussi dans le peuple qu’il a eu à gérer, en avouant publiquement les incertitudes liées à sa fonction, nous fait une belle jambe et cette manière  de dire les choses sans jamais les affirmer complètement confine à "l’enculage de mouche", excusez la trivialité. En fait, cette tentative de nous expliquer son succès par ce qu’il est lui, personnellement, confirme s’il en était besoin que notre démocratie est tombée bien bas. Une preuve du nivellement par le bas qui est à l’œuvre depuis plus de trente ans et dont il serait la partie visible de l’iceberg.

On aurait aimé savoir…

Les raisons de sa rupture avec le président restent mystérieuses. On y a vu le jeu naturel du couple exécutif, mais alors, on peut légitimement se demander en quoi c’était nécessaire si les deux hommes partageaient autant d’idées. On ne saura jamais comment il aurait géré la suite de la crise sanitaire. On se souvient seulement des mensonges érigés en vérité sur les masques et sur les tests et des grandes mises en scènes de ses conférences de  presse, assorties de son croque mort, Jérôme Salomon. De la com’ pour faire oublier le réel. Ce livre aurait pu être l’occasion de raconter  pourquoi Alain Juppé a échoué et quelle part son acolyte et lui ont pris dans cet échec, puisqu’ils dirigeaient la campagne. Comment ils ont enfermé le candidat en le coupant d’un entourage qui aurait pu lui être utile. Comment ils l’ont fait aller sur les thèmes qui l’ont desservi en oubliant qu’il fallait avant tout parler à la droite dans la primaire qui s’adressait prioritairement à elle, alors que Juppé avait écrit un ouvrage remarquable sur l’autorité de l’Etat. D’ailleurs on apprend au détour d’une question, qu’avec Gilles Boyer, ils avaient évoqué avec Alain Juppé la possibilité de nommer Macron à Matignon en cas de succès à la présidentielle. Il y avait bien une préméditation à la trahison. C’est ce qui arrive quand on est profondément convaincu que le clivage gauche-droite n’est plus de ce temps et qu’il faut le transcender.

"Anti Jupiter".

Il joue le rôle de l’anti-héros, un Poulidor, l’image inversée de Macron. C’est peut-être  là que se trouve la clé de l’énigme de sa popularité. Autant le Président  montre chaque jour, par ses maladresses, son dédain du peuple, autant « Ed » a plu au peuple dans son passage à Matignon, par sa timidité apparente, sa manière de relativiser les choses, sa riposte éloquente bien que souvent de mauvaise foi aux élus de l’opposition qui lui rappelaient des vérités gênantes. Il fait découvrir par un long coup de projecteur ce qu’est l’exercice du pouvoir en France, qui apporte beaucoup plus d’inquiétude, et même de peur, que de bonheur. L’hyper technocratie incontrôlable y apparaît en filigrane. L’exécutif a d’immenses responsabilités et doit trancher chaque jour sur les événements les plus anodins. Matignon est un enfer. Mais on le savait déjà. ». On pourrait croire à  l’absence « d’hubris ». En fait, c’est le point de vue d’un boxeur qui joue la modestie en prenant des coups, et qui aime ça. Voilà donc un livre qui voudrait combler le vide de l’absence, de l’éloignement du pouvoir. On n’y apprendra pas grand-chose sinon que l’auteur principal est un esprit « emberlificoté » comme le dit Bruno Jeudy. On y découvre surtout qu’Edouard Philippe est un quidam ordinaire.

Opportuniste.

Faire son retour médiatique sur la « 2 » le soir de Pâques, il faut le faire, surtout quand on n’a pas la foi. Est-ce pour autant une « résurrection » ? Pas vraiment. On peut pourtant être certain que cela a été pensé, longuement mûri, planifié. Il pensait occuper seul le devant de la « scène » (non, non, je ne l'ai pas fait) . Mais voilà, il a été précédé par Xavier Bertrand et le discours de Macron pour le reconfinement. De quoi occulter largement la manoeuvre. Nommé pour donner une caution de droite à Macron, après avoir été le principal soutien à Juppé, une nouvelle déloyauté ternirait définitivement son aura politique. Mais débarqué sans son consentement, il peut se croire libre de tout engagement. Là-dessus, il reste confus. Chez les macronistes on ne veut croire qu’à un engagement derrière le Président. D’autres, surtout ceux qui l’ont suivi en tant que « constructifs », le  rêvent en réunificateur de la droite, ce qui les arrangerait bien, eux qui n’ont servi à rien. Lui se garde bien de dire ce qu’il pense. Tout sera affaire d’opportunité. Faute de pouvoir peser sur les évènements, ce sont eux qui décideront. Il lui faudra faire oublier le chaos des trois premières années du quinquennat, la limitation de vitesse à 80 km/h et la taxe carbone qui furent les éléments déclencheurs de la crise des Gilets Jaunes, le fiasco de la réforme des retraites après deux mois de blocage du pays, un bilan accablant en matière de maîtrise de l’immigration, de violence, d’ensauvagement de la société et de poussée de la misère. On peut espérer  mieux comme « homme providentiel ».

Au fond, l’avenir politique proche d'Edouard Philippe dépend avant tout du niveau de la mémoire collective.

Il se veut en réserve de la République. Mais quand il sera candidat, si un jour il l’est, c’est certain, personne n’osera l’appeler Jupiter. Le Panda, comme sa fille ? Pas plus. Vous savez le surnom que je lui ai choisi.

Une question : fallait-il être deux pour écrire tout ça. Avait-il donc besoin d’un porte-plume (on ne peut plus dire « nègre ») de service ? « Impressions et lignes claires » ce serait plutôt « confusion et esprit torturé ».

*Conf.  Robin des Bois.

 


TOUT EST DIT !

Macron déconfinement 24 nov

 

Marc Fiorentino résume le discours d’hier soir. Je voulais vous en faire  profiter.

Pourquoi chercher plus loin, puisque tout est dit  :

« IL a donc parlé hier.
La France L'attendait.
Et IL était content.
Content de la décision de ne pas avoir reconfiné.
Content de la campagne de vaccination.
Content donc.

"Nous avons bien fait".

IL a aussi respecté la tradition du poisson d'avril.
IL a publié sur son compte Twitter le message suivant « Vacciner. Vacciner. Vacciner ».
Excellent.
Quel sens de l'humour !
Même dans les périodes difficiles.

Remarquable.

Et on n'a plus qu'un objectif : l'ouverture des terrasses. « À la mi-mai » nous a dit l'Oracle. »

 

 


LES REGRESSISTES (2) – LE DOSSIER COMPLET

Racialisme

 

Au XXème siècle les marxistes voulaient changer la société  en instaurant la dictature du prolétariat. Cela a valu les camps de rééducation dans les pays où  elle s’est instaurée en URSS, et en Chine encore aujourd’hui avec les Ouïghours, par exemple. En occident, nous y avons échappé. Mais  avec la nouvelle gauche, issue de la « French Theory » des Foucault, Derrida, Deleuze et compagnie, ces marxistes partis prêcher sur les campus américains dans les années 70, la même tentation nous est revenue sous une forme plus souterraine et pernicieuse. Par la « déconstruction » de nos  valeurs, et en prenant le pouvoir dans tous les départements de sciences sociales de nos universités, ils inculquent à notre jeunesse leurs théories fumeuses pour promouvoir une nouvelle société. Mais le fond est le même : anticapitaliste et antilibéral, et les méthodes identiques : terreur intellectuelle et attitudes totalitaires. La race, le genre et l’identité en sont les nouveaux totems qui portent en eux une véritable régression intellectuelle.

La fracture de la gauche fait désormais l’actualité presque quotidiennement. Voici un dossier pour vous permettre de vous y retrouver. C’est l’enquête d’Eugénie Bastié, parue dans Le Figaro. Vous y trouverez toutes les définitions des nouveaux « totems » de la nouvelle gauche ou « néogauchisme ». Vous pouvez vous y reporter chaque fois que vous aurez besoin de trouver la définition des nouveaux concepts : théorie du genre, wokisme, décolonialisme, intersectionnalité, etc …

 

Théorie du genre, décolonialisme, racialisme... Ces nouveaux dogmes qui veulent s’imposer en France

Par Eugénie Bastié

En France, patrie des idées, on aime à se déchirer sur les mots. Chacun a sa définition de la «laïcité», on veut retirer «race» de la Constitution, on glose sur la pertinence du terme «ensauvagement». La polémique sur «l’islamo-gauchisme» vire, elle aussi, à la querelle sémantique. Tandis que la ministre Frédérique Vidal s’est empêtrée dans une définition floue du phénomène («l’ensemble des radicalités qui traversent notre société», a-t-elle dit dans le JDD ), de nombreux universitaires et responsables politiques de gauche en profitent pour déduire de l’imprécision du mot la preuve irréfutable qu’il s’agirait d’un fantasme. Telle il y a quelques années la «théorie du genre qui n’existait pas», l’islamo-gauchisme est discrédité comme un concept «imaginaire» (dixit les 800 universitaires qui ont signé une tribune réclamant la démission de Vidal), forgé par des «réactionnaires», qui ne renverrait à aucune réalité sociale. Et, en effet, ce terme qui domine le débat ne recoupe qu’une partie d’une dérive militante des sciences sociales qui se déploie sur plusieurs fronts.

 

Interrogé par l’hebdomadaire Marianne , l’inventeur du terme «islamo-gauchisme», le politologue Pierre-André Taguieff affirme qu’il faut élargir l’idée d’une enquête lancée par la ministre au «statut des fausses sciences sociales calquées sur l’idéologie décoloniale, la “théorie critique de la race” et l’intersectionnalisme». Mais que signifient tous ces termes? Ces concepts ou champs de recherches, dont certains se veulent drapés d’une légitimité scientifique, d’autres au contraire utilisés pour désigner péjorativement l’adversaire, recoupent différentes facettes d’une puissante lame de fond qui prend sa source dans les départements des sciences sociales des facultés occidentales, et se déploie aussi en politique et dans les entreprises.

Ce qu’on pourrait appeler le «néogauchisme» - car il reprend certains mots d’ordre du gauchisme culturel des années 1970 en les radicalisant - se traduit globalement par l’abandon de la question sociale au profit de la politique des identités, du paradigme de l’exploitation pour celui de la domination, de la centralité des classes populaires vers celles de minorités sexuelles, religieuses ou ethniques, et la centralité de la race et du genre dans la recherche. Ce dévoiement militant de la science se déploie en rhizome (pour reprendre l’expression phare de la French Theory, c’est-à-dire de façon horizontale et souterraine) dans des proportions qui restent à quantifier précisément, mais qui ne sont certainement pas négligeables.

● Théories de la race et du genre

L’obsession pour le genre, la race et les identités qui parcoure l’université ne tombe pas du ciel. Elle s’enracine dans un mouvement intellectuel qui remonte aux années 1970 et qu’on a appelé postmodernisme. L’abandon des grands récits (le marxisme, le tiers-mondisme, etc.), qui structuraient auparavant le militantisme progressiste, conduit au repli de l’individu sur soi et son identité. Il s’accompagne d’une évolution des sciences sociales vers le constructivisme, c’est-à-dire l’idée que les faits sociaux sont entièrement des constructions sociales. Ce constructivisme ne ferait qu’enfoncer des portes ouvertes (après tout, oui, la plupart des réalités humaines sont construites) s’il ne s’accompagnait pas d’une dimension critique: le dévoilement de la construction s’accompagne de l’impératif de la déconstruction. Suivant la méthode du philosophe Michel Foucault, il s’agit de révéler que ce qui apparaissait comme un universel est, en réalité, une construction sociale au service d’une domination.

La norme n’est plus vue comme la sédimentation du fait majoritaire, mais comme une culture dominante traduisant l’oppression, qu’il faut déconstruire pour laisser place aux minorités raciales et sexuelles. Les Lumières et l’universalisme? Des paravents de la domination blanche. Les «cultural studies» (études culturelles), qui se répandent à l’université à partir des années 1970, reprennent cette idée et postulent le refus d’une hiérarchisation entre les cultures et les objets culturels, soutiennent que la culture ne saurait se réduire aux œuvres classiques et entreprennent de «décentrer l’Occident» au sein même de celui-ci. Les «subaltern studies» («subalternité») analysent les cultures des groupes sociaux longtemps dominés. Il existe même des «fat studies» («études de la grosseur») qui étudient la construction sociale d’une corpulence perçue péjorativement (la «grossophobie»).

Si vous n’êtes pas d’accord avec la théorie critique de la race, c’est que vous profitez du racisme : imparable !

Dans ce cadre, la théorie critique de la race («critical race theory») affirme que la blanchité est une construction sociale dont les Blancs n’ont pas conscience. La race est un déterminisme social que les minorités doivent se réapproprier. L’aveuglement à la race («color blindness») est un luxe permis par le «privilège blanc»: seuls les Blancs peuvent vivre comme si la race n’existait pas. La sociologue et «consultante diversité» américaine Robin di Angelo, auteur du best-seller Fragilité blanche, est typique de cette mouvance. Elle explique que les réactions négatives à la réintroduction de l’idée de race dans le débat public sont constitutives d’une «fragilité blanche», c’est-à-dire de la peur des Blancs de perdre leurs privilèges. En résumé, si vous n’êtes pas d’accord avec la théorie critique de la race, c’est que vous profitez du racisme: imparable!

La même dialectique existe dans la théorie du genre, que ses défenseurs préfèrent appeler «études de genre». Celles-ci proclament que la différence des sexes est entièrement une construction sociale au service, cette fois-ci, non pas des blancs, mais de l’hétéropatriarcat (même si les deux vont souvent ensemble). Dans la foulée de sa principale théoricienne Judith Butler, il s’agit de jeter le «trouble dans le genre» pour libérer les minorités sexuelles de l’oppression qu’elles subissent de par l’existence de normes. L’activisme pour la minorité transgenre prend une place centrale dans ce dispositif. Les «études de genre» se veulent, elles aussi, scientifiques et affirment que ceux qui s’y opposent tirent bénéfice du «système» qu’ils cherchent à préserver. Elles se répandent dans les universités hexagonales. À Paris-VIII, le département d’études de genre est l’un des piliers de l’université. Des masters études culturelles (cultural studies) existent à l’université Paul-Valéry de Montpellier, ainsi qu’à Bordeaux-Montaigne. À Paris-III, a été ouvert un master médias, genre et cultural studies.

● Antiracisme politique

L’«antiracisme politique» est une expression employée par une nouvelle génération de militants, inspirée notamment par les Indigènes de la République, qui s’oppose à l’antiracisme dit «moral» des associations traditionnelles comme SOS-Racisme ou la Licra. Elle leur reproche notamment leur naïveté et leurs échecs attribués à une trop grande culture du compromis avec des institutions gangrenées par la mentalité coloniale. L’antiracisme politique s’oppose frontalement au narratif de l’antiracisme universaliste qui connut son heure de gloire dans les années 1980, quand triomphaient la petite main jaune et le multiculturalisme heureux, version United Colors of Benetton. Le cosmopolitisme laisse désormais place au tribalisme. L’idéal du métissage à celui de la non-mixité. La «race», bannie sous sa forme biologique, est réintroduite comme un concept sociologique, car, comme l’explique le sociologue Éric Fassin, «si les racistes croient à l’existence des races au pluriel (blanche, noire, juive, etc.), les antiracistes nomment la race au singulier pour dénoncer le mécanisme social d’assignation à une différence hiérarchisée». C’est ainsi qu’on parle désormais de «racisés», ce terme désignant une racialisation passive et pourtant revendiquée.

L’universalisme (républicain) est dénoncé comme un différencialisme déguisé qui permet, en réalité, la domination d’un groupe d’individus (les Blancs) sur les autres (les minorités). Ce qui autorise de ne plus parler du racisme comme d’une disposition morale malfaisante des individus à combattre (la permanence du préjugé), mais comme d’une composante structurelle et organisée des sociétés occidentales: on parle désormais de «racisme systémique» ou de «privilège blanc». Ce nouvel antiracisme postule une frontière infranchissable entre «alliés» - quelle que soit leur bonne volonté - et concernés. Ainsi les «dominés» (femmes, ou membres de minorités sexuelles et raciales) ont-ils un droit à la parole privilégié sur la cause qui les concerne. Un homme ne pourra s’exprimer au nom des femmes, ni un Blanc au nom des Noirs et des Arabes. Fini le «Touche pas à mon pote», jugé paternaliste. Cette barrière dressée entre les victimes et les autres, qui nie la distinction entre le «témoignage» et l’analyse, aboutit notamment à la généralisation des «réunions en non-mixité» et autres «safe spaces» au sein des universités, des endroits où les membres de minorités peuvent se retrouver entre eux et d’où sont exclus ceux qui appartiennent au camp des dominants, les Blancs mâles hétérosexuels. En France, l’expression «indigénisme», renvoyant au groupuscule des Indigènes de la République, s’est répandue comme synonyme de cet «antiracisme politique».

● Wokisme

Le «wokisme» est la version militante de cette mouvance universitaire. La praxis de cette doxa. Le terme, aujourd’hui employé de manière péjorative par les opposants à ce mouvement (selon le même processus que le terme «politiquement correct» a été d’abord revendiqué par les progressistes pour être ensuite employé par les libéraux et les conservateurs), est né aux États-Unis dans le sillage du mouvement Black Lives Matters. Il désigne à l’origine le fait d’être woke, en argot «éveillé», c’est-à-dire d’avoir pris progressivement conscience du caractère structurel des discriminations que subiraient les minorités sexuelles et raciales. Être woke, c’est avoir conscience d’être un dominé ou un dominant, et agir en conséquence.

Si on est victime : s’organiser politiquement autour de cette souffrance partagée avec les autres membres de sa communauté pour un agenda d’identity politics (politiques identitaires). Si on est coupable d’appartenir au groupe majoritaire (blanc, hétérosexuel, mâle): faire la liste de ses privilèges et s’en déposséder. On pourrait décrire le «wokisme» comme un renouveau de la posture «radical-chic», selon le terme créé par l’écrivain Tom Wolfe pour désigner l’adoption d’une radicalité politique par des membres de l’élite.

L’ultra-sensibilité aux discriminations, même minuscules (les «micro-agressions»), conduit les tenants de cette nouvelle culture militante à restreindre le champ de la liberté d’expression en pratiquant la «cancel-culture». Cette expression, qu’on pourrait traduire par «culture de l’interpellation» ou «culture de l’annulation», a été distinguée comme «mot de l’année 2019» par le dictionnaire Macquarie. Elle renvoie à la volonté d’effacer du débat, par l’appel au boycott, certains interlocuteurs car leurs propos sont jugés insultants ou à censurer un artiste ou écrivain accusé de racisme, d’homophobie ou d’agression sexuelle (exemples récents: le réalisateur Woody Allen ou l’écrivain J.K Rowling). Une posture qui se répand aujourd’hui grâce aux réseaux sociaux qui permettent de mobiliser des sympathisants sur une cause et accélèrent la polarisation politique.

Ce « droit de ne pas être offensé » se répand aussi en France

La woke culture se développe énormément sur les campus américains, au point que certains intellectuels libéraux parlent de «Great Awokening» (grand éveil) pour décrire le caractère presque religieux de cette mouvance. Pour l’universitaire Joseph Bottum, il ne s’agirait que d’une nouvelle version du puritanisme protestant. En effet, le passage du privilégié au woke a un caractère de conversion. L’ancien président Barack Obama lui-même a blâmé dans une conférence en octobre 2019 «cette idée de la pureté, de n’être jamais compromis, d’être toujours politiquement “éveillé”» (woke).

Ce «droit de ne pas être offensé» (selon l’expression de Greg Lukianoff et Jonathan Haidt dans leur livre Le Chouchoutage de l’esprit américain) se répand aussi en France. C’est ainsi qu’un groupe antiraciste a demandé et obtenu l’annulation de la pièce d’Eschyle Les Suppliantes à la Sorbonne, au motif que les acteurs, grimés à l’antique, auraient pratiqué le «blackface». D’autres intellectuels comme Sylviane Agacinski ou Alain Finkielkraut ont vu leurs conférences annulées ou perturbées par des étudiants adeptes de cette nouvelle culture militante.

● Islamo-gauchisme

«Fantasme» pour les uns, «slogan d’extrême droite» pour les autres, qu’est-ce que l’islamo-gauchisme ? Sur le fond, ce syntagme désigne la tolérance, voire l’empathie d’une partie de la gauche envers l’islamisme, contre lequel elle ne déploie pas son hostilité traditionnelle aux religions et ce, pour des raisons diverses, dont trois principales.

D’abord, par tropisme tiers-mondiste et anti-impérialiste. Le mot «islamo-gauchisme» a, en effet, été forgé au début des années 2000 par le politologue Pierre-André Taguieff. Il voulait désigner ainsi la sympathie affichée de certains mouvements d’extrême gauche avec des mouvements islamistes radicaux pendant la seconde intifada, au nom de la lutte pour le peuple palestinien contre Israël. À l’époque, on voyait dans les rues de Paris défiler dans des manifestations drapeaux du Hamas et militants gauchistes keffieh au cou. La première source de l’islamo-gauchisme est donc la cause palestinienne, aujourd’hui à l’arrière-plan, mais autrefois sacrée.

Après le 11 Septembre, Alexandre Adler parle «d’islamo-altermondialisme» pour désigner un certain antiaméricanisme intellectuel qui voit dans ces attaques une juste punition de l’Occident. D’autres parlent d’islamo-progressisme. En France, le terreau anticolonialiste et l’antiaméricanisme tiers-mondiste ont été fertiles pour faire émerger une fascination teintée de mansuétude pour le réveil de l’islam dans les pays arabes. Ainsi Sartre, l’existentialiste athée, a-t-il lu dans la révolution iranienne une révolte contre l’impérialisme. Michel Foucault n’a pas caché lui aussi son admiration pour la révolution de 1979: «Il n’était pas besoin d’être voyant pour constater que la religion ne constituait pas une forme de compromis, mais bel et bien une force: celle qui pouvait faire soulever un peuple non seulement contre le souverain et sa police, mais contre tout un régime, tout un mode de vie, tout un monde», écrit-il dans un de ses reportages pour le quotidien italien Corriere Della Sera.

Beaucoup comparent aujourd’hui l’expression « islamo-gauchisme » à l’expression des années 1930 « judéo-bolchevisme »

Deuxième source de l’islamo-gauchisme: le prolétariat de substitution. C’est le cas par exemple chez Chris Harman, militant trotskiste britannique et membre du Socialist Worker Party, qui écrit en 1994 un texte qu’on pourrait considérer comme fondateur de l’islamo-gauchisme, intitulé «Le Prophète et le Prolétariat». Il fait de l’islam radical un «mouvement social» qu’il serait une «erreur» de désigner comme fasciste. L’islamisme radical est, selon lui, une «utopie» et dire que les islamistes sont les ennemis de la laïcité, c’est «faciliter aux islamistes la représentation de la gauche comme faisant partie d’une conspiration “infidèle”, “laïciste” des “oppresseurs” contre les couches les plus pauvres de la société». Si Harman affirme que «les islamistes ne sont pas nos alliés», il dit qu’il ne faut pas non plus les traiter en ennemis. Pour lui, il faut essayer de guider une partie de la jeunesse musulmane vers le progressisme, sans chercher à la braquer avec la laïcité.

Troisième source de l’islamo-gauchisme: l’analogie entre les juifs d’hier et les musulmans d’aujourd’hui. En 2014, dans Pour les musulmans, l’ex-directeur du Monde et fondateur de Mediapart, Edwy Plenel, s’appuie sur cette veine: il veut reprendre le flambeau de Zola et être aux musulmans d’aujourd’hui ce que fut l’auteur de «J’accuse» aux juifs pendant l’affaire Dreyfus. Il est convaincu que la «construction d’un problème musulman» est comparable à «l’acceptation passive de la construction d’une question juive» dans les années 1930. À «cette banalisation intellectuelle d’un discours semblable à celui qui, avant la catastrophe européenne, affirmait l’existence d’un “problème juif” en France», Edwy Plenel a «voulu répondre en prenant résolument le parti de (ses) compatriotes d’origine, de culture ou de croyance musulmane contre ceux qui les érigent en boucs émissaires.» L’obnubilation de la répétition du même, à savoir l’extermination massive d’une population en raison de sa religion et la conviction d’un engrenage fatal de la «violence symbolique» à la violence physique, conduit toute une partie de la gauche à fermer les yeux devant le problème islamiste.

Beaucoup comparent aujourd’hui l’expression «islamo-gauchisme» à l’expression des années 1930 «judéo-bolchevisme». Pourtant, contrairement à l’expression raciste qui faisait référence aux origines juives de nombreux penseurs du communisme et affirmait l’existence d’un complot mondial dans lequel les juifs seraient derrière les communistes, l’islamo-gauchisme ne désigne pas des intellectuels musulmans convertis au socialisme ou la poussée d’un agenda gauchiste par des musulmans, mais l’indulgence de compagnons de route parfaitement athées envers un islamisme politique.

La comparaison entre Juifs d’hier et musulmans d’aujourd’hui est d’autant plus douteuse que c’est dans le sillage de cette mouvance islamo-gauchiste que s’est installée une nouvelle judéophobie au nom de la cause palestinienne et de Juifs désormais désignés comme des oppresseurs.

● Décolonialisme

L’expression «décolonialisme» est employée notamment par l’Observatoire du décolonialisme, collectif d’universitaires très opposés à cet entrisme dans les sciences sociales. Les partisans de ces théories préfèrent, eux, parler d’«études décoloniales» ou de «pensée décoloniale». En anglais, on parle de «decoloniality», «décolonialité». Lancé par Edward Saïd et son ouvrage fondateur L’Orientalisme en 1978 (qui présente la manière dont l’Occident a «construit» culturellement une vision fantasmée de l’Orient pendant la colonisation), et avant lui par Les Damnés de la terre de Frantz Fanon, le post-colonialisme, qui ambitionne de déconstruire l’héritage culturel laissé par la colonisation, n’a cessé depuis de progresser au sein des sciences sociales occidentales. Il serait un peu trop rapide de juger l’essor de cette pensée comme une simple «importation» américaine.

À LIRE AUSSI : Comment l’université est devenue l’incubateur du «décolonialisme»

Dans Les Études postcoloniales, un carnaval académique, le directeur de recherche au CNRS Jean-François Bayart rappelle que la déconstruction du colonialisme puise ses sources dans la pensée française, qu’il s’agisse d’écrivains anticoloniaux de langue française - Sartre, Césaire, Fanon ou Senghor - ou des intellectuels de ladite «French theory» - Deleuze, Foucault, Derrida - qui ont largement inspiré les cultural studies sur les campus américains dans les années 1970. La pensée décoloniale naît, elle, en Amérique latine avec le Péruvien Anibal Quijano, professeur à l’université d’État de New York à Binghamton (et concepteur de la «colonialité du pouvoir») et le Portoricain Ramón Grosfoguel, professeur à l’université de Berkeley en Californie (et concepteur du «tournant décolonial»).

Les décoloniaux ont bâti un corpus idéologique qui, pour n’être pas sans failles, raccourcis, approximations et impasses, n’en présente pas moins une certaine cohérence. (Gilles Clavreul, ex-délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme)

Si les penseurs postcoloniaux décrivaient le moment historiquement et géographiquement circonscrit de la colonisation et appuyaient la nécessité de la décolonisation, les penseurs décoloniaux élargissent le spectre à la modernité elle-même. La «colonialité» n’est pas une entreprise de conquête du XIXe siècle, mais une mentalité, une «structure» qui affecte tous les aspects de l’existence humaine. La décolonisation a été incomplète car la colonisation est la matrice même de la culture occidentale, qui se poursuit par les moyens d’une mondialisation capitaliste. Le décolonialisme porte donc l’idée d’une déconstruction de la culture occidentale: il faut décoloniser les arts, la littérature, les corpus universitaires, déloger des bibliothèques estudiantines les «dead white European males» («mâles blancs occidentaux morts»), bref désoccidentaliser l’Occident lui-même. On trouve les traces de cette rhétorique dans le manifeste Nous sommes les Indigènes de la République du 16 janvier 2005 qui donnera naissance au collectif du même nom, présidé par Houria Bouteldja. Il proclame que «la France a été [et] reste un État colonial», si bien que «la décolonisation de la République reste à l’ordre du jour».

 «Les décoloniaux, que cela plaise ou irrite, ont une vraie ambition intellectuelle. Ils ont bâti un corpus idéologique qui, pour n’être pas sans failles, raccourcis, approximations et impasses, n’en présente pas moins une certaine cohérence», résume l’ex-délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, Gilles Clavreul, dans une note pour la Fondation Jean-Jaurès. Si cette doctrine globale, nourrie par de nombreux théoriciens, a tant de succès chez les étudiants, c’est sans doute parce qu’elle offre les séductions d’un système idéologique de rechange après l’effondrement du communisme.

● Intersectionnalité

La notion d’«intersectionnalité» est centrale dans ces nouveaux champs de recherche. Ce concept jargonnant a été inventé par l’afro-féministe américaine Kimberlé Williams Crenshaw, en 1989, pour désigner la triple oppression que subiraient les femmes afro-américaines en tant que femmes, noires et pauvres. Le paradigme de l’intersectionnalité invite à croiser les caractéristiques identitaires d’une personne (genre, classe, sexe, religion, âge, handicap) pour la placer sur l’échelle des discriminations et des privilèges. Si vous êtes un homme blanc âgé, riche, vous cochez toutes les cases de l’oppression. Si vous êtes une jeune femme noire pauvre, toutes celles du dominé. Exemple d’une thèse française en cours en 2020 qui reprend exactement le paradigme de l’intersectionnalité: «De la mauresque à la beurette: la fabrication d’un cliché médiatique. Une question au croisement du postcolonial et du genre».

L’intersectionnalité invite à dépasser la notion marxiste de classe dans l’anticapitalisme et la différence des sexes dans le féminisme pour croiser les différents critères. En pratique, cela aboutit bien souvent à un effacement de la classe au profit de la race et du genre, ce que déplorent les intellectuels pourtant de gauche Stéphane Beaud et Gérard Noiriel dans leur dernier livre, Race et sciences sociales, où ils affirment que l’appartenance sociale reste «le facteur déterminant autour duquel s’arriment les autres dimensions de l’identité des personnes». Le livre a été très mal reçu dans le milieu de la gauche universitaire radicale pour sa critique frontale du paradigme de l’intersectionnalité.

La notion d’intersectionnalité est particulièrement présente dans les études de genre. Elle a donné lieu à un nouveau féminisme qui rompt avec le féminisme universaliste, lequel affirme une solidarité des femmes entre elles face aux hommes. Ce féminisme intersectionnel revendique, au contraire, des féminismes différents selon les groupes communautaires: féminisme blanc (à déconstruire), afro-féminisme, féminisme islamique etc. Ainsi, ce féminisme intersectionnel percevra le voile non comme un outil d’oppression, mais comme un marqueur identitaire du groupe dominé des musulmanes. Il préférera l’objectif de l’inclusion à celui de l’émancipation.

Concept académique qui se veut scientifique, l’intersectionnalité se décline en version militante par l’injonction à une «convergence des luttes» entre différents groupes discriminés (femmes, minorités, LGBT). La convergence devant par nature se focaliser sur un point qui cumule tous les défauts, elle se fera contre un ennemi commun: le patriarcat blanc «hétéronormé».

 

À LIRE AUSSI :L’«intersectionnalité», nouvelle «trouvaille»de l’Éducation nationale

À LIRE AUSSI :Islamo-gauchisme, décolonialisme, théorie du genre... Le grand noyautage des universités

À LIRE AUSSI :«L’entrisme de l’islamo-gauchisme à l’université est une réalité»

À LIRE AUSSI :Aux sources de l’islamo-gauchisme

À LIRE AUSSI :«Cancel culture», «woke»: quand la gauche américaine devient folle

À LIRE AUSSI :Entre vandalisme et réécriture de l’Histoire, l’antiracisme en folie

À LIRE AUSSI :Eugénie Bastié: «Pourquoi le “privilège blanc” est une théorie délétère»

À LIRE AUSSI : Comment l’islamo-gauchisme gangrène les universités


A DROITE, DU NOUVEAU !

Bertrand

 

On ne pourra plus dire, comme les médias de mauvaise foi le font de manière récurrente, qu’à droite il n’y a personne. Xavier Bertrand a décidé de franchir le Rubicon pour la présidentielle de l’année  prochaine. Il y avait déjà des prétendants, mais en interne chez les Républicains, à commencer par Bruno Retailleau, mais bien d’autres comme Valérie Pécresse et Michel Barnier ne cachaient pas leurs intentions. La différence, c’est que  le Président des Hauts-de- France  affiche sa détermination face aux Français, à la manière gaulliste de la rencontre d’un homme avec le peuple, et, donc, ne compte  pas participer à un quelconque mode de sélection.

Pourquoi maintenant …

Cette candidature n’est pas une surprise dans la mesure où l’intéressé avait fait part à plusieurs reprises de son intention. La surprise vient du fait qu’il l’annonce maintenant, à treize mois de l’échéance. N’étant plus chez Les Républicains, il récuse à l’avance toute primaire et veut se présenter en tant que candidat libre qui s’intéresse aux autres couleurs du spectre idéologique. Il n’a donc pas à attendre l’automne prochain, moment choisi par Les Républicains pour procéder au départage des candidats. Il y aura alors profusion de communication, de quoi se noyer. Un coup stratégique qui coupe l’herbe sous le pied aux autres prétendants de la droite modérée, dans un moment de relatif calme politique, tout le monde étant accaparé par la crise du Covid et ses séquelles, et qui lui permet d’exposer tranquillement son projet. Moment d’autant mieux choisi qu’il devance aussi Edouard Philippe qui s’apprête à reprendre la parole à l’occasion de la sortie de son livre, avec un plan de communication très nourri. Désormais, il pourra parler sans s’arrêter, profiter de la campagne des Régionales pour occuper doublement le terrain avec l’espoir de rendre irréversible sa candidature. Tout le monde a été pris de court. Avantage Bertrand.

Une tâche herculéenne.

Sa candidature a été accueillie par les quolibets de l’extrême droite et de l’extrême gauche, sans compter ceux de la gauche, qui rappellent que M. Bertrand est candidat aussi aux régionales et que,  en se déclarant disponible pour la présidentielle, il livre un message à l’électeur des Hauts-de-France, région dont il est président : « Je ne ferai que passer ». Sa double candidature correspond en réalité à une forme de courage et Xavier Bertrand n’en manque pas, lui qui a choisi de se battre en solo. Il a lui-même conditionné sa campagne présidentielle au renouvellement de son mandat dans les Hauts-de-France qui servira à la fois de banc d’essai et de « primaire ». S’il perdait cette première bataille, il ne livrerait pas la seconde. En catimini, les responsables LRem considère Xavier Bertrand comme une concurrence sérieuse à Emmanuel Macron. Car, non seulement la droite peut se rassembler derrière lui, mais son profil de républicain modéré, ferme sur les principes, peut lui permettre de ressouder la « droite bourgeoise » et la « droite populaire » tout en ratissant au-delà, lui, l’ex-agent d’assurances, qui a vécu en HLM, qui n’a pas fait l’ENA, qui a des origines modestes, et  qui veut rester « à portée de baffes » comme il dit. Son plus, c’est le terrain, la France d’en bas, le terroir, la simplicité. Et quand il propose l’hypothèse d’une troisième voie pour « une France fière, redressée et réconciliée », face à Macron et Le Pen, il est crédible. Le Président des Hauts de France est un homme réaliste, qui lit les sondages et les analyses politiques. Et en homme méthodique il va s’appliquer à cocher toutes les cases qui siéront aux électeurs qu’il veut convaincre.

Un projet bien ciblé.

La lisibilité du projet repose sur quelques grands axes : le travail, la restauration de l’autorité, l’intransigeance sur nos principes et nos valeurs, voilà qui parle à toutes les oreilles. Il promet de reprendre la réforme des retraites et de repousser l’âge de départ à 64 puis 65 ans, s’engage à ne pas augmenter les prélèvements obligatoires tout en prônant le remboursement de la dette et la baisse des dépenses publiques. Voilà pour la droite bourgeoise. Mais chacun aura sa part de pouvoir grâce au recours plus fréquent au referendum et aussi avec des décisions qui se prendront sur les territoires, et, encore mieux, dans les entreprises les bénéfices seront partagés. Proximité, simplicité, voilà pour la droite populaire, pour la France des invisibles. Pas de nouveauté décoiffante, mais de quoi consolider un socle électoral.

Réussir l’incarnation.

Face à un électorat de droite en mal d’incarnation, Xavier Bertrand sait qu’il va devoir faire rêver l’ensemble de sa famille politique. Il a un atout : il aime les Français, comme le constate Pascal Péri, et ça se voit, ce qui fait de lui un « anti-macron ». Néanmoins, il sait aussi qu’il va lui falloir franchir nombre d’obstacles pour susciter l’engouement des élus comme des électeurs. C’est pourquoi, il ne parle qu’au futur, jamais au conditionnel, comme pour affirmer sa détermination. Son engagement  à un mandat unique se veut un gage d’action. Il a une petite avance dans les sondages mais il lui faut passer au statut de candidat naturel pour ensuite devenir le candidat unique, condition nécessaire pour avoir une chance d’accéder au second tour. Voilà pourquoi il se dit prêt à travailler avec tous, à rassembler, et de fait, il reprend à son compte les fondamentaux de toutes les droites en espérant que désormais le débat s’organisera autour de lui.

Pourquoi pas lui ?

Réussira-t-il à enclencher la spirale vertueuse,  c’est tout son pari ! Certes, il « en a envie », il est travailleur et organisé, il voit clair dans les attentes du pays, et même il donne des gages de désintéressement, ce que les Français aiment par-dessus tout. Reste à faire de tout cela « le président » … Treize mois pour convaincre !

 


QUAND LA DETTE REVIENT DANS LE DEBAT – LE DOSSIER

Image1
Avec le reconfinement qui ne dit pas son nom, le « quoi qu’il en coûte » en prend une louche de plus, et évidemment creuse un peu plus la dette déjà exponentielle.  De quoi relancer le débat sur son remboursement ou non, ce qui oblige les uns et les autres à rappeler leur position sur le sujet et  oblige notre « grand » argentier à donner son point de vue. Mais d’abord  redonnons les chiffres pour qu’on sache bien de quoi on parle.

Où en est la dette ?

Notre dette dépasse désormais les 120% du PIB. La France entre dans le tableau plutôt  infamant des pays les plus surendettés au monde. Arrêtons-nous seulement à l’Europe où nous tenons compagnie à la Grèce et à l’Italie, et bientôt rejoints par l’Espagne et la  Belgique à cause de la dette Covid. La BCE détient 600 milliards d’euros de dette française et nous aurons besoin d’emprunter 290 milliards d’emprunts brut rien que pour l’Etat en 2021. A quoi il faut ajouter 178 milliards de dettes anciennes qui devront  être refinancées en 2023. Sur les 2 800 milliards, la part du Covid s’élève pour l’instant à 215 milliards.

Cette dette est due rappelons-le, en dehors du « quoi qu’il en coûte », à une explosion des dépenses publiques et évidemment la baisse de l’activité l’aggrave. Elle est fortement internationalisée, détenue à 54% par des non résidents ce qui est à la fois une force en démontrant l’attractivité de la France, et une faiblesse en cas de repli dû à toute cause géopolitique. Ce qui devrait imposer  à tous la plus grande prudence quant aux solutions à envisager pour ce que nous souhaitons faire.

Cet argent n'est pas tout à fait magique. S'il était magique, on ne le verrait nulle part. Or, on peut facilement trouver sa trace. Si vous allez, par exemple, sur le service d'information Bloomberg, vous allez voir la progression du bilan de la Banque Centrale Européenne : le bilan de la BCE a dépassé les 7 200 milliards d'€ jusqu'à représenter 71,8 % du PIB de la zone euro (c'est 30 % seulement pour la FED). On peut se dire qu'on s'en fiche, que tout ça n'est qu'un jeu d'écritures comptables. On peut aussi se dire que la BCE est assise sur un baril de poudre, et qu'il finira un jour par exploser, si nous sommes inconséquents.

Le débat du remboursement.

Ce sujet va revenir régulièrement en boucle pendant les 10 ans qui viennent. Et chacun va y aller de sa solution miracle. Ce sera comme pour le covid : encore un sujet sur lequel tout le monde, et en particulier bien des politiques, va avoir un avis éclairé à défaut d’être définitif. Il y a trois types de réponses : ceux qui annoncent qu’on ne la remboursera pas, ceux qui pensent qu’on la remboursera en augmentant les impôts  et ceux qui imaginent qu’on n’en remboursera qu’une partie ou qu’on l’étalera très longtemps dans le temps.

Ceux qui ne veulent pas rembourser : C’est surtout  la  France Insoumise et Mélenchon qui tiennent ce discours qui relève plus de la posture idéologique que de la réalité. Rembourser la dette serait « engraisser » les banques.  Ce credo est repris par une centaine d’économistes européens emmenés  par Thomas Piketti qui rêve d’une action punitive contre les « riches ». Une escroquerie intellectuelle quand on sait quelles conséquences l’application d’une telle décision entrainerait : déjà pour les 600 milliards détenus par la BCE, c’est interdit par les traités européens, inutile d’entrer dans le détail  d’une opération qui serait de toute façon inutile ; ensuite, toute annulation aboutirait a supprimer l’autonomie de la Banque centrale et donc pour financer la dette annulée vis-à-vis des banques commerciales, l’Etat devrait tout simplement augmenter les impôts des Français dans un pays déjà saturé ; enfin, vouloir annuler la dette c’est oublier les taux d’intérêts et croire que les prêteurs sont des idiots : ceux qui nous prêtent à moyen et long terme aujourd’hui avec des taux très bas voire négatifs intégreraient immédiatement une prime de risque avec à la clé une augmentation des taux obligataires, encore heureux s’ils ne nous snobent pas. Enfin, un défaut sur la dette, c’est une spoliation de l’épargne des Français qui détiennent directement ou indirectement via leurs assurances-vie, près de la moitié de la dette nette négociable de l’Etat. Comment paiera-t-on alors les pensions, les salaires publics et des hôpitaux… Retenons comme paramètre que 2% d’intérêts sur une dette de 2 800 milliards d’euros, cela fait 56 milliards d’intérêts à payer, soit le budget de l’Education.

Rembourser en augmentant les impôts : « pourquoi pas », s’est interrogé François Bayrou, en imaginant, une fois de plus, une contribution « des plus riches »…  et de fait, la moitié des Français anticipe une hausse d’impôts. Mais quels impôts permettraient de rembourser ? Le même Thomas Piketti souhaite qu’on revienne sur deux mesures phares du quinquennat : l’ISF et l’allégement de la taxation des revenus du capital. Mais ce qu’ils rapportent sera loin d’être suffisant. On comprend que les Français préfèrent épargner.

Cantonner une partie ou étaler dans le temps : ce sont deux possibilités raisonnables, sans pour autant être équivalentes. Bruno Le Maire a récemment pris position pour le cantonnement de la dette Covid. Rappelons que notre dette dépassait déjà les 100% du PIB fin 2019. La crise sanitaire a été une aubaine pour la France, puisqu'on a arrêté de parler de la limite des 3% du PIB pour le déficit public et de 100% du PIB pour la dette. Au contraire, il fallait dépenser, creuser son déficit et s'endetter pour soutenir l'économie. On n'arrivait déjà pas à rembourser la dette avant le Covid, comment voulez-vous la rembourser après le Covid ? On va donc avoir droit à des manoeuvres « magiques » pour tenter de la faire disparaître. Bruno Le Maire a compris que pour qu'un objet disparaisse, il faut le retirer de la vue : notre Garcimore national propose donc de l' « isoler ». On la cantonne, on la met dans un coin. Vous voyez la dette Covid ? Hop ! Vous ne la voyez plus... !! Ainsi, on la fait disparaître virtuellement, en la rendant « perpétuelle », une sorte de dette à vie donc. On la fait rouler sur du très long terme. La BCE peut le faire, mais cela ne concerne que les 25% de la dette qu’elle détient. Isoler la dette Covid et la rembourser non pas avec une taxe comme la CRDS mais plutôt une partie des recettes issues du retour de la croissance, ce qui est très flou. Pour le reste notre financier propose une feuille de route pour le rétablissement des comptes publics avec une vision pluriannuelle. On aura l’occasion d’y revenir.  Les Républicains,  par les voix de François Baroin, Agnes Evren et Aurélien Pradié, seraient d’accord pour neutraliser la dette Covid au sein de la BCE, mais ils vont au-delà. Ils pensent que pour garder la confiance des Français et des investisseurs, et en même temps garder des marges de manoeuvre  pour relancer l’économie au sortir de la crise, il faut assurer publiquement et fortement que la dette sera remboursée et qu’en parallèle,  le cadre fiscal sera stabilisé et attractif.  Le seul moyen de concilier ces impératifs, c’est d’allonger la durée de la dette française (8 ans aujourd’hui contre 15 ans pour le Royaume-Uni) et développer les emprunts de 50 ans. Il s’agit par ce moyen de soulager la génération qui entre aujourd’hui sur le marché du travail du fardeau de la solidarité entre les âges.

Les outils du remboursement.

La crise sanitaire va finir par s'arrêter avec la vaccination massive. Alors, il va falloir arrêter de dépenser massivement et de faire des cadeaux, et il va falloir faire les comptes. C’est là qu’ on va s'apercevoir que tous les pays ont laissé leurs dettes déraper pour combattre la crise économique, que certains pays ont beaucoup plus dépensé que d'autres et que certains pays, dont la France, auront des difficultés à rembourser le surplus de dette, dite « dette Covid ». Dans ce contexte, si l’on veut préserver les chances d’une reprise forte de l’économie, il faut absolument renoncer à toute augmentation des impôts. Ensuite, il faut combiner trois paramètres qui permettront de commencer à rembourser en étalant : dégager de la croissance, maîtriser rigoureusement les dépenses et compter sur une reprise de l’inflation… en gardant un œil sur les taux d’intérêt. Car les taux, c’est l’étau financier.

Bon courage à ceux qui prendront le manche en 2022.

 


RECONFINES !?

Confinement petit commerce

 

Drôle de printemps.

C’est une manière d’entamer la saison nouvelle. Les millions de Français de l’Ile-de-France et des Hauts de France sont astreints à un reconfinement dont parait-il il ne faut pas prononcer le nom. Et pour cause, en dehors du fait que vous ne pouvez pas sortir de votre région ou département, vous pouvez pratiquement vaquer à vos occupations habituelles.  Seul le shopping est limité, et ce seront les  femmes les plus punies puisque les commerces qui resteront fermés se limitent pratiquement à ceux qui vendent des vêtements. D’ailleurs pour savoir ceux qui ont le droit d’être « essentiels », il faut consulter la liste à la Prévert édictée par notre administration toujours très productive quand il s’agit de réglementer. De même, pour sortir et vous déplacer, vous devrez vous munir d’une auto-autorisation avec pièces justificatives, selon que vous serez à 1km, 10 km ou 30 km de votre domicile. Il a fallu quarante huit heures pour que nos technocrates s’aperçoivent que s’auto-autoriser à aller se promener ne nécessitait pas cette paperasse mais néanmoins, il faudra avoir avec soi un document qui atteste une domiciliation. Cohérent mais courtelinesque. C’est ainsi que les rues de nos grandes villes sont loin d’être désertes, que les endroits de promenades, parcs, bois, bords de rivières, connaissent l’affluence qu’un soleil généreux favorise. Sans que les précautions sanitaires recommandées soient toujours respectées …

Assignés à résidence.

La décision de reconfiner un tiers de la population française n’aura surpris personne, elle n’en est pas moins astreignante pour les personnes concernées. Avec 30 000 nouveaux cas quotidiens, la situation devenait insoutenable. La lenteur de la campagne vaccinale a entraîné un retour aux bonnes vieilles mesures de protection. Une nécessité, mais aussi un aveu d’échec. Fallait-il confiner il y a plus d’un mois, quand le Conseil scientifique le réclamait à cor et à cri ? Le « courage » du président à l’époque n’aura été que provisoire. Voilà qu’aujourd’hui il rentre dans le rang. Le principal objectif de nos autorités, c’est d’apporter un soulagement assez rapide aux hôpitaux dont les salles de réanimation sont saturées, faute d’avoir fait l’effort nécessaire, pourtant annoncé il y a près d’un an, d’en augmenter les capacités. Les conditions du confinement tiennent compte de l’acceptabilité limitée des Français. On devrait plutôt parler d’assignation à résidence, car le principal  interdit concerne la frontière du département dans lequel  on réside qu’il est interdit de franchir. Cependant, ce confinement « aéré » qui, selon le président de la République, n’en est pas un, ne permet de prédire une soudaine amélioration de la situation. L’attitude d’Emmanuel Macron qui, pour des raisons politiques et du fait qu’il a refusé de confiner en janvier dernier, consiste à nier la réalité du troisième confinement est puérile. Cela a conduit à la consigne imposée au porte-parole de l’exécutif, Gabriel Attal, de claironner à l’envi qu’il ne s’agit pas d’un confinement : c’est pathétique, surtout quand le Premier Ministre a fondé son annonce sur le mot proscrit. Espérons malgré tout que tout ce chari-vari portera ses fruits.

Vaccination accélérée.

La bonne nouvelle, c’est que le vaccin AstraZeneca a été réhabilité par l’Agence européenne du médicament, ce qui permet à tous ceux de nos concitoyens qui désirent se protéger d’avoir accès plus vite à l’injection salvatrice. A cet égard, l’intervention hier soir à la télévision de Thierry Breton, Commissaire européen en charge du dossier de la production des vaccins, a été réconfortante : l’Europe s’est donnée les moyens de faire face aux besoins et la montée en puissance de la production va commencer à produire ses effets, chiffres à l’appui. D’ici  le 14 juillet, pratiquement la moitié de nos compatriotes pourra se faire vacciner. Avec l’afflux des livraisons, voici qu’on va aussi changer de stratégie. Ce qui n’était pas envisageable hier va s’imposer demain : nous allons voir fleurir les « vaccinodromes » tant décriés il y a encore peu. L’armée est appelée en renfort, ce qui est aisé à comprendre puisque la logistique, c’est son point fort, et pour avoir les cadences qu’imposent les objectifs du gouvernement, il va falloir « assurer », comme on dit. Enfin, on passe aux choses sérieuses.  Comme pour les masques, tant qu’on manquait de vaccins, ça tortillait pour dire la vérité : à quoi bon faire de grands centres tant qu’on était incapable de les approvisionner !

L’essentiel c’est qu’on en sorte le plus vite. 

 


LE TEMPS DES REGRESSISTES.

Le  bloc-notes vous proposera régulièrement en partage des articles ou analyses significatifs, rédigés par des personnalités qui apportent mieux que je ne pourrai le faire, les arguments nécessaires  à votre réflexion sur ces théories mises en avant par  ceux qui s’appellent les « progressistes » mais qui s’avèrent être une régression extraordinaire de la pensée. Il s’agit d’un vaste mouvement qui a investi nos universités et nos grandes écoles où elles imposent souvent de manière totalitaire leur point de vue et qu’il  s’agit de dénoncer et de combattre sans arrêt et sans concession.

 

L’APARTHED EN FRANCE !

La présidente de l’UNEF a admis publiquement sur Europe 1 que son syndicat organise des réunions interdites aux Blancs. Ainsi, dans des universités françaises, des salles sont aujourd’hui fermées à certains étudiants du fait de leur couleur de peau. Mélanie Luce, dans la même interview, n’hésite pas à condamner « les racismes »... mais pratique le racisme anti-blanc : il s’agit là d’une stratégie de discrimination assumée et revendiquée, d’un délire de « lutte des races » qui prend en otage nos facs. Comment une gauche qui se dit « universaliste » peut-elle admettre une telle dérive ? Comment le gouvernement, chargé de garantir les principes fondamentaux de notre démocratie, peut-il ne pas réagir ?

Cet épisode nous montre qu’il faut sans perdre de temps mener un combat sans concession aux tendances indigénistes, racialistes, décoloniales, qui derrière un discours victimaire, attaquent sans relâche le principe même de l’unité de notre pays. Et si l’UNEF ne rompt pas résolument avec cette dérive, il faudra obtenir sa dissolution.

Voici un article de Pierre-André Tazieff sur le « décolonialisme ».

Taguieff
Pierre-André Taguieff :

« Le décolonialisme est un projet utopique global »

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - L’historien, qui a forgé le concept d’islamo-gauchisme, répond aux critiques qui lui sont adressées. Et l’universitaire explique la rhétorique et les objectifs concrets du mouvement dit «décolonial». Il vient de publier «Liaisons dangereuses: islamo-nazisme, islamo-gauchisme» aux éditions Hermann.

FIGAROVOX.- Depuis les déclarations du ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal sur l’ «islamo-gauchisme» les polémiques sur la question se multiplient. Que pensez-vous de la dernière en date à Sciences Po Grenoble?

Pierre-André TAGUIEFF.- La chasse aux sorcières lancée contre de prétendus islamophobes à Sciences Po Grenoble est une nouvelle preuve que l’islamo-gauchisme existe et fait des ravages dans l’enseignement supérieur. Elle témoigne du fait que des étudiants et des enseignants se sont ralliés à la stratégie rhétorique des islamistes, ce qui relève de l’islamo-gauchisme. Car plus l’islamisme tue, et plus on dénonce «l’islamophobie». Depuis l’assassinat de Samuel Paty, les appels à «lutter contre l’islamophobie» se multiplient.

Le 4 mars 2021, sur un mur de l’Institut d’études politiques de Grenoble, un collage portait cette inscription accusatoire: «Des fascistes dans nos amphis. Tournier et Kinzler démission. L’islamophobie tue.» L’Unef a aussitôt reproduit sur son compte Twitter l’inscription accusatoire, mettant en danger les deux enseignants et les exposant à des menaces et des insultes sur les réseaux sociaux. Par ce geste, le syndicat étudiant a confirmé involontairement ses dérives islamo-gauchistes, observables depuis plusieurs années. Il témoigne aussi du fait inquiétant que, dans certains lieux universitaires, le terrorisme intellectuel règne, expression de la tyrannie des minorités, au nom de l’antifascisme et de l’anti-islamophobie.

Professeur d’allemand à Sciences Po Grenoble, Klaus Kinzler est devenu suspect pour avoir déclaré qu’il voulait débattre sur l’emploi du mot «islamophobie», lors d’une «Semaine de l’égalité», au sein d’un groupe de travail intitulé «Racisme, islamophobie, antisémitisme», auquel il s’était inscrit le 30 novembre 2020. Vouloir débattre sur cette question suffit à offenser les indignés et les «éveillés» permanents. Quant au politiste Vincent Tournier, il a été accusé d’«islamophobie» par l’Union syndicale de l’IEP de Grenoble, nouvelle milice idéologique, pour avoir assuré un cours intitulé «Islam et musulmans dans la France contemporaine» alors qu’il était soupçonné par ces étudiants d’extrême gauche d’être «islamophobe». Les rumeurs malveillantes tiennent ici lieu de preuves.

L’accusation d’islamophobie n’est pas seulement diffamatoire et intimidante, elle équivaut à une légitimation d’éventuelles agressions, voire à une condamnation à mort. Il faut souligner l’inversion victimaire: des militants islamo-gauchistes qui lancent une chasse aux sorcières contre deux enseignants osent dénoncer avec indignation la «chasse aux sorcières islamophobe» qu’aurait lancée Frédérique Vidal, laissant ainsi entendre qu’il y aurait en France une «islamophobie d’État».

La multiplication des accusations mensongères d’islamophobie dans l’espace universitaire nous rappelle que ces accusations illustrent la nouvelle méthode de diabolisation et de criminalisation des adversaires politiques, voués à l’exécration publique et à la mort sociale.

Dans ce que vous appelez un «nouveau grand clivage idéologico-politique», sommes-nous en train de vivre un tournant?

Ce clivage émergent tend à marginaliser et affaiblir le vieux clivage droite-gauche, du moins dans le monde des élites culturelles. L’engagement dans la «lutte contre l’islamophobie» est devenu un trait majeur de l’identité politique de gauche en même temps, et contradictoirement, un puissant facteur de division de la gauche. Il y a de très nombreux citoyens français, de droite et de gauche, qui considèrent que l’islamisme constitue une grave menace pour la cohésion nationale et l’exercice de nos libertés. Peuvent-ils être déclarés «islamophobes»? C’est là, à l’évidence, un abus de langage et une confusion entretenue stratégiquement par les islamistes eux-mêmes, suivis par les gauchistes qui ont pris leur parti. Ces citoyens sont en vérité hostiles à l’islamisme et ont d’excellentes raisons de l’être, au vu des massacres commis par les jihadistes, du séparatisme prôné par les salafistes et des stratégies de conquête des Frères musulmans. Mais ils n’ont rien contre l’islam en tant que religion, susceptible d’être critiquée au même titre que toute religion.

Quant aux anti-islamistes, ils voient nécessairement dans les islamo-gauchistes des adversaires politiques. Rappelons qu’un islamo-gauchiste est un gauchiste (ou un «extrémiste de gauche») qui milite avec certains islamistes avec lesquels il a noué des alliances, éprouve de la sympathie pour certaines causes défendues par les islamistes ou justifie des actions terroristes commises par des islamistes en les présentant comme le «dernier recours» des «opprimés». La dénonciation de l’islamophobie est le principal geste partagé par les islamistes et les islamo-gauchistes.

Ces derniers sont islamophiles pour diverses raisons: l’islam serait «la religion des pauvres» ou des nouveaux «damnés de la terre», les musulmans seraient les victimes d’un «racisme d’État», d’une «islamophobie d’État» ou de «discriminations systémiques», l’islamisme serait porteur d’un «potentiel révolutionnaire» justifiant qu’on puisse passer des alliances avec certains activistes islamistes, etc. Dans ce dernier cas, les «islamo-gauchistes» doivent être qualifiés d’«islamismophiles». Le jihad interprété comme une forme de résistance armée à l’impérialisme et au colonialisme, quoi de plus séduisant pour une extrême gauche anti-impérialiste?

L’opposition entre «islamophobie» et «islamo-gauchisme» est faussement claire. Il y a de très nombreux citoyens français, de droite et de gauche, qui considèrent que l’islamisme constitue une grave menace pour la cohésion nationale et l’exercice de nos libertés. Peuvent-ils être déclarés «islamophobes»? C’est là, à l’évidence, un abus de langage et une confusion entretenue stratégiquement par les islamistes eux-mêmes, suivis par les gauchistes qui ont pris leur parti. Ces citoyens sont en vérité «islamismophobes», et ils ont d’excellentes raisons de l’être, au vu des massacres commis par les jihadistes, du séparatisme prôné par les salafistes et des stratégies de conquête des Frères musulmans. Mais ils n’ont rien contre l’islam en tant que religion, susceptible d’être critiquée au même titre que toute religion.

 

En quoi les idéologues du décolonialisme convergent-ils avec les islamistes ?

Il faut souligner la convergence du discours islamiste intellectualisé de style frères musulmans et du discours décolonial - nouveau catéchisme révolutionnaire de l’extrême gauche -, qui fabriquent du ressentiment dans les populations issues de l’immigration par la dénonciation hyperbolique des «crimes du colonialisme». Accuser en permanence la France de «crimes contre l’humanité» et de «racisme», c’est produire de la conflictualité ethnicisée et de la volonté de revanche ou de vengeance chez ceux qu’on arrive à convaincre qu’ils sont les éternels «indigènes de la République», et entreprendre de culpabiliser les Français dits «de souche», «blancs», «mécréants» ou «racistes».

Les idéologues du décolonialisme rejoignent les islamistes dans leur haine de l’humour, de l’ironie et de la satire, une haine qui se traduit par la «cancel culture», cette culture de l’élimination de tout ce qui censé «choquer» ou «blesser» les membres d’un groupe supposé discriminé, dominé ou «racisé». La passion moralisatrice de ces minorités actives, dans lesquelles se croisent gauchistes et islamistes, c’est la haine de la liberté intellectuelle et de la libre création.

Pour comprendre les liens entre le décolonialisme, l’islamisme et l’islamo-gauchisme, il faut partir de la convergence entre l’anticapitalisme (marxiste), l’anti-occidentalisme (islamiste) et l’antiracisme anti-Blancs (décolonialisme). Comme les islamistes, les propagandistes décoloniaux tendent à réduire le racisme à «l’islamophobie», considérée par les islamo-gauchistes comme le racisme qu’il faut aujourd’hui combattre prioritairement. Depuis les années 1930, au moment où surgissait l’alliance islamo-nazie, les islamistes ont habilement utilisé l’anticolonialisme et l’anti-impérialisme pour faire basculer dans leur camp les nationalistes arabes.

Les idéologues du décolonialisme se sont emparés de cette thématique anti-impérialiste, dont on trouve des traces dans le tiers-mondisme, puis dans l’altermondialisme, pour réduire les sociétés occidentales à des sociétés inégalitaires structurées par les oppositions dominants/dominés et racisants/racisés, héritage supposé indépassable du colonialisme. Ils incriminent les «sociétés blanches», accusées de «racisme d’État», mais font silence sur les sociétés «non-blanches».

Cette politique de discrimination inverse est menée officiellement sous le drapeau de la diversité et de l’inclusivité.

Le décolonialisme remplace-t-il le marxisme à l’extrême gauche ?

Le décolonialisme est un projet utopique global de refonte de l’ordre social, impliquant une critique radicale de l’hégémonie dite occidentale ou «blanche» et la volonté d’y mettre fin. On peut y voir une reformulation du projet révolutionnaire communiste, qui visait l’instauration d’une société sans classes. L’utopie du décolonialisme a pour objectif de créer une nouvelle société sans discrimination (de race, de genre, etc.) au terme d’une «décolonisation» des représentations et des croyances, des savoirs, des pratiques et des institutions. La «décolonisation» généralisée est censée s’accomplir à travers une mise en accusation permanente et systématique des supposés «dominants» et «racisants», ces bénéficiaires du prétendu «privilège blanc» voués à être dénoncés publiquement, isolés et sanctionnés.

Ses armes conceptuelles sont la «déconstruction» qui ne s’applique qu’à la «pensée blanche», la notion floue de racialisation (ou d’assignation racialisante) qui permet de voir du racisme partout dans le camp de l’adversaire, l’intersectionnalité (nom pseudo-savant du banal croisement et cumul des désavantages sociaux, réduits pour l’essentiel aux effets de la race et du genre) et le racisme systémique, cette force mystérieuse qui possède la vertu de multiplier les racistes sans le savoir, de structurer les attitudes, les comportements et les fonctionnements institutionnels. Dans la langue de bois décoloniale, on dénonce les «processus de racialisation», qui consistent à réduire un individu à une catégorie associée à des stéréotypes négatifs. La «racialisation» présente l’avantage d’étendre indéfiniment le champ du racisme et donc le nombre des «racisés», selon les exigences du nouveau combat révolutionnaire dans lequel l’antiracisme» dit politique joue un rôle majeur.

En attendant le nouveau Grand Soir, ce moment rêvé de la décolonisation totale qui permettra d’entrer dans l’âge post-discriminatoire et post-raciste, le mouvement décolonial prétend «déblanchir» l’imaginaire social et le champ culturel, à démanteler tous les héritages de l’«hétéro-patriarcat» (sic) et à systématiser le recours à la discrimination positive, ce qui implique de privilégier, dans l’accès aux postes et aux places, les membres des catégories proclamées victimes de supposées discriminations systémiques. Cette politique de discrimination inverse est menée officiellement sous le drapeau de la diversité et de l’inclusivité.

Votre dernier livre s’intitule: « Liaisons dangereuses: islamo-nazisme, islamo-gauchisme. » N’est-ce pas prendre le risque de l’amalgame de traiter ces deux questions en même temps?

Non, car le sous-titre n’est pas «De l’islamo-nazisme à l’islamo-gauchisme». Je distingue clairement les deux phénomènes idéologico-politiques et ne suppose pas l’existence d’une continuité entre eux. Qu’on puisse relever des analogies ou des thèmes communs dans les couplages entre les islamistes et leurs alliés d’extrême droite ou d’extrême gauche est une autre question. Par exemple, la haine des Juifs, sous ses différentes formes (du racisme antijuif à l’antisionisme radical), se rencontre dans l’islamo-nazisme comme dans l’islamo-gauchisme.

À LIRE AUSSI :

Taguieff: «Le décolonialisme est la maladie sénile de la gauche intellectuelle contemporaine»