PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT

  Fukushima


Les nouvelles qui nous parviennent peu à peu de la centrale de Fukushima sont là pour nous rappeler que l’énergie nucléaire, si elle est une technologie maîtrisée, n’en est pas moins sans danger, ce que nous avions tendance à oublier, ayant rangé Tchernobyl dans les accidents provoqués par l’irresponsabilité d’un système au bord de l’effondrement économique.

Ce qui interpelle, c’est que le drame majeur qui est en train de se dérouler quasiment sous nos yeux par le miracle de l’image en temps réel et des « boucles médiatiques », ait pu arriver dans un pays connu pour sa maîtrise des technologies de pointe, son sens de l’organisation, son culte du zéro défaut et du détail. Que cela soit venu à la suite d’un séisme hors norme et d’un raz de marée à la même échelle, ne doit pas empêcher le questionnement et surtout d’en tirer une leçon.

Mais peut-être est-il encore trop tôt. La précipitation des écologistes à s’engouffrer dans la brèche pour profiter de l’émotion pour faire passer leur vision absolutiste et péremptoire est à mettre au chapitre des comportements politiciens dans ce qu’ils ont de plus méprisables. D’ailleurs on voit bien que nos démocraties, toujours sensibles aux mouvements de l’opinion suscités par les événements tentent d’accompagner la dramatisation en prenant des mesures de nature à rassurer leurs électeurs. C’est un faux débat, évidemment. En espérant que l'effroyable scénario du pire ne vienne pas abolir toute possibilité d’opposer aux anti-nucléaires quelques arguments de raison, il serait responsable de ne pas céder à la tentation de la précipitation. Ce serait répondre trop simplement et rapidement à une question complexe.

Avant de condamner globalement et définitivement l'atome, il faut être certain d'avoir compris les causes de cet accident. Aurait-il pu être évité ? Est-il susceptible de se reproduire ailleurs ? Peut-on surmonter tous les risques, qu'ils soient naturels ou humains ? Pour agir, il va falloir prendre le temps de disposer de tous les éléments. Sans oublier que l'équation nucléaire à laquelle nous sommes confrontés est prise en tenailles entre des sources d'énergies en grande partie limitées et une nécessité de lutter contre le réchauffement climatique. N’oublions pas que jamais nous n’avons eu besoin d'autant d'électricité. En même temps on sait bien que la vie n'a pas de prix. Mais une vie ne peut aussi s'imaginer sans énergie.  

Si les énergies renouvelables doivent être développées, elles ne seront jamais suffisantes. Par contre, notre réflexion devrait porter aussi sur un autre mode de distribution de l’énergie, moins centralisé, centré davantage sur l’autosuffisance domestique et les économies. Cela permettrait de réserver la production de centrales moins nombreuses aux gros consommateurs, et d’en limiter l’impact. La vraie question, c’est qu’il faudra bien un jour sortir de l’âge du nucléaire, ne serait-ce que par le vieillissement de nos équipements. L’accident de Fukushima pourrait bien être le point de départ de cette nécessité.

Mais en attendant, le plus urgent est de laisser le Japon compter ses morts et panser ses plaies et de l’aider à sortir de cette situation dramatique où Dame Nature l’a jeté, un certain vendredi 11 mars.



COPENHAGUE : 15 JOURS POUR LA PLANETE


Copenhague

Sans tomber dans le discours catastrophiste, force est de constater que le changement climatique est en marche. L’évolution est même si rapide qu’elle est désormais palpable à l’échelle du temps humain, et c’est ça le plus inquiétant. Nous assistons à une accélération d’un phénomène qui ne dépend pas que de l’Homme. En effet, il est facile de constater que le niveau des mers a monté depuis l’Antiquité : le port antique de Marseille où d’Alexandrie en sont des exemples mesurables. Depuis la dernière glaciation, il y a 20 000 ans, la Terre s’est constamment réchauffée. De ce fait nous nous rapprochons inexorablement de la prochaine. Simplement, à cause de l’effet de serre qui se renforce par le gaz carbonique et le méthane que nos activités dégagent, la part de l’homme s’est considérablement renforcée et contribue à accélérer le phénomène à un rythme qui ne permet pas à la planète de s’adapter. Voilà l’enjeu.

A Copenhague, il ne s’agit pas d’empêcher un phénomène naturel qui correspond au mouvement de la Terre et à sa situation dans l’espace, à un rythme qui dépasse l’échelle humaine par sa lenteur, un espace temps qui n’est pas le nôtre. Il n’est question que de notre propre misère : serons-nous capables, nous, les Hommes, tous ensemble, de faire l’effort suffisant pour préserver la planète et la laisser vivre à son rythme naturel en réformant nos modes de vie et rendre notre empreinte écologique compatible avec ce qu’elle peut nous offrir.

Si nous ne sommes pas capables de nous entendre, alors de graves périls menacent le genre humain et la biodiversité, d’une manière générale, et à cela à court terme. Les signaux sont nombreux : fonte accélérée de la calotte arctique, incendies en Australie, désertification accrue en Afrique, multiplication des tempêtes tropicales toujours plus dévastatrices et peut-être jusqu’à des phénomènes météorologiques jamais connus comme celui qui pourrait être à l’origine de l’accident de l’Airbus Rio-Paris au-dessus de l’équateur. Entendons-les !

Car le réchauffement climatique a déjà un coût : celui des dégâts que les tempêtes occasionnent, des adaptations des cultures au changement du temps, celui des migrations humaines de réfugiés climatiques qui seront toujours plus nombreux….

La France n’est pas parfaite, mais elle fait partie des pays qui font des efforts et qui montrent l’exemple. L’Europe est présente avec un « paquet  commun » de négociation. Les Etats-Unis semblent enfin bouger dans le bons sens grâce aux efforts de Barak Obama. Mais les pays pauvres qui n’ont pas les moyens, les pays émergents qui veulent leur part d’accès au développement, la Chine dont les propositions ont toutes chances d’être annihilées par la masse de ses « consommateurs », présentent autant d’écueils que la mer d’Iroise. Une seule évidence : rien ne se fera de déterminant qui ne soit commun à tous. Les solutions ne sont pas nationales ni continentales, elles seront planétaires où ne seront pas.

Copenhague, c’est Kyoto à la puissance 10 !



TERRIENS EN YOURTES


P1030615  P1030614  P1030618  P1030616    

 

C’est à une exposition bien particulière que nous invite Yann ARTHUS BERTRAND, au Grand Palais à Paris. Ce n’est pas la traditionnelle galerie de photos plus belles les unes que les autres de notre si attachante planète à laquelle il nous avait habitués. Ce n’est pas non plus la projection de films à la qualité incomparable mettant en scène les plus beaux sites terrestres.

 

Cette fois-ci il nous convie à la rencontre de « 6 MILLIARDS D’AUTRES ». Sous l’immense voute métallique il n’a certes pas réuni tous les terriens pour un grand « pow-pow », non !  Mais nous aurons le droit à un échantillon représentatif, aurait dit un paneliste d’institut de sondage.

 

Nous y sommes allés par curiosité, alléchés par la présentation faite par le maître des lieux lors de son passage un midi au journal de France 2, dans la rubrique « l’invité des 5 dernières minutes ». Nous pénétrons donc sous la tente, façon de parler de la verrière magnifique qui nous abrite. Mais c’est au sens propre aussi : en effet, Yann ARTHUS BERTRAND nous propose des rencontres avec des habitants des 5 continents (75 pays) selon un parcours thématique que l’on découvre en pénétrant dans des yourtes.

 

L’une est dédiée à l’amour, l’autre à la guerre, une troisième au sens de la vie, une autre à la famille ou aux rêves d’enfant, une autre encore aux identités : être chez soi, quitter son pays… Ainsi sont exposés dans 7 quartiers thématiques de cet improbable village plus d’une vingtaine de thèmes.

 

Vous vous heurterez d’abord à un immense parasol central sur lequel est projeté une mosaïque saisissante de visages en mouvement qui parlent à tour de rôle dans une sorte de brouhaha de foule. Les deux premières yourtes nous ont un peu déroutés : la surprise d’être confrontés à des gens qui parlent, de telle façon qu’on se sent tout de suite concerné. La beauté époustouflante de la photo ne tarde pas à nous captiver. Puis vraiment on est pris. Et l’on se surprend à sortir d’une yourte pour filer avec gourmandise et curiosité vers une autre : la magie Arthus opère ! Au passage on a droit à un thé à la menthe offert gracieusement.

 

Nous n’avons pas pu tout voir, le temps que nous nous étions donné était trop court. Pensez donc, 20 heures de films, 5 000 interviews…. Mais nous sommes ressortis avec le sentiment rassurant d’appartenir à une seule espèce humaine, tant les préoccupations, les gestes, les mimiques, les paroles, les émotions, les combats exprimés sont proches des nôtres ou de ce que l’on a vécu. L’homme est partout intelligent…

 

A voir absolument si vous passez par Paris. C’est jusqu’au 12 février.

 

                                                                                    



OBAMA OBOULO

P1030571    P1030566  P1030593  P1030600         

 

Grâce à la transition institutionnelle, le Président OBAMA commence à gouverner avec un dispositif complètement au point. Il a réuni autour de lui des gens compétents en se moquant de leurs origines.

 

Porté au pouvoir par la crise, sa mission prioritaire est de maintenant la résoudre. Mais il a pris soin de donner une dimension morale à ses premières décisions, pour restaurer l’image de la démocratie américaine, autant pour les Américains que pour le reste du monde. Rétablir en Amérique un Etat de droit que son prédécesseur avait fait disparaître en réduisant à néant l’habeas corpus. A cet égard la décision de fermer dans un délai d’un an Guantanamo et d’abolir la justice d’exception est impressionnante de lisibilité.

 

Mais le nouveau Président progresse sur plusieurs fronts en même temps. On attend de lui, et pas seulement aux Etats-Unis, des changements immédiats, visibles et tangibles et il multiplie mesures et annonces sur tous les sujets sensibles, en totale rupture avec G W BUSH. 

 

Sur le front économique, la Chambre des représentants se prononçait aujourd’hui sur son plan de relance de 825 milliards de dollars et les établissements financiers bénéficiaires seront tenus de rendre des comptes sous trente jours. Et il espère avoir l’aval du Congrès avant le 6 février. Barak OBAMA veut créer 3 millions d’emplois en 2009 et il lui faut beaucoup d’argent, pour lancer son plan de grands travaux et pour réduire de 1 000 dollars par personne les impôts que paient 95% des Américains, pour financer aussi l’éducation et sa politique sociale.

 

Sur le plan diplomatique, la rupture est éclatante. La guerre contre le terrorisme façon BUSH est totalement abandonnée. Cela ne signifie pas que l’Amérique baissera la garde. Il a fait des choix décisifs  en nommant Richard HOLBROOKE pour gérer les dossiers du Pakistan et de l’Afghanistan, celui-là même qui a fait signer aux Serbes les accords de Dayton, et en désignant George MITCHELL comme émissaire américain pour le conflit israélo-palestinien. C'est ce dernier qui a réussi à mettre fin à la guerre civile entre Irlandais.

 

Comme on le voit, le nouveau Président mène sa politique à « cent à l’heure ». Il a pratiqué l’ouverture en constituant une équipe où sont présents des Républicains, afin d’envoyer un signal d’unité. Il pratique déjà la rupture en se positionnant à l'extérieur sur un multilatéralisme propre à rassurer le monde et à l’intérieur par la réforme du système de santé et sa politique de l’environnement.

 

Mais le projet d’OBAMA est bien de réaffirmer la puissance américaine. Si ce n’est par les moyens militaires, ce sera par d’autres moyens. Les Chinois s’en aperçoivent déjà qui viennent de recevoir une mise en garde de Timothy GEITHNER, secrétaire au trésor. Celui-ci les soupçonne de manipuler la valeur de yuan avec pour conséquence de creuser le déficit américain. Non mais !

                    

                                   

                                                                                                             

                                                                    



 


G 20

                                                                                                                              

G20news                                          

                                                       

Le sommet des puissances industrialisées et émergentes (G20), destiné à élaborer une stratégie concertée de lutte contre la pire crise financière mondiale depuis 1929, s'est tenu à Washington le week-end dernier.

                                                                     

C’est un événement d’ampleur que nos médias nationaux ont parfaitement sous-estimé, tout accaparés qu’ils sont par les palinodies du congrès de Reims du PS et de ses suites. Pendant que les socialistes s’amusent à la démocratie, passant de la proportionnelle au majoritaire avec ce que cela suppose de téléscopage, et accaparent l’attention de journalistes friands et complices, les dirigeants importants de la planète échangeaient sur les remèdes à apporter à la crise financière et économique qui s’étend.

                                                                                                  

Bien peu auront souligné la singularité d’un événement qui, comme le souligne excellemment Jean BOISSONNAT, vient de nous faire entrer dans un nouveau monde. La tenue d’un sommet quasi mondial avec la participation de pays comme la Chine, l’Inde, la Russie, jusqu’alors écartés de ces concertations, montre, s’il en était besoin, l’universalisation de notre société, après l’universalisation de l’économie. Comme aucun pays n’est épargné par la crise, le G20 assume une responsabilité collective. Pouvait-on imaginer, il y a seulement un an, tous ces pays réunis pour se mettre au chevet de l’économie mondiale et réfléchir ensemble aux meilleurs moyens d’organiser les marchés financiers et les banques, avec comme objectifs de les mettre en capacité de prêter aux entreprises et de rassurer les épargnants ? Et le fait que l’Europe soit à l’origine de cette réunion, et au premier rang la France, n’est pas anodin.

                                                                                

La question est de savoir s’il en est sorti quelque chose. Là encore, vu la place accordée dans les journaux écrits et audiovisuels, on pourrait douter des résultats obtenus. On n’attendait rien de concret, évidemment. Une telle institution est plus un forum de discussions qu’un lieu de décisions. Le communiqué final fait pourtant état de pistes et indique des directions qui feront l’objet d’un état des lieux sous 100 jours. Avec un accord de fond, ce qui est très important, pour mieux surveiller les sociétés transnationales et renforcer le pouvoir des institutions financières comme le FMI et la Banque Mondiale.

                                                             

Au moment où les Etats-Unis sont en vacance de pouvoir, il était difficile de faire plus. Et pourtant sur trois domaines clés, celui de la transparence et de la responsabilité, celui de la régulation et celui de l’intégrité des marchés, des objectifs très précis ont été  fixés sur lesquels les ministres des finances vont devoir plancher d’ici la prochaine réunion. Pour une première, c’est déjà beaucoup. Et on n’est qu’au début d’un cycle. Car, ne nous méprenons pas, ceux qui voudraient minimiser l’action de Nicolas SARKOZY dans cette affaire, font fausse route. Il s’agit bel et bien de refonder le capitalisme et de remettre à plat le système financier et monétaire mondial. Croire que cela pouvait être fait et obtenu dès la première réunion relève de la naïveté ou de la mauvaise foi…

                                                                 

Le paradoxe, c’est que le G20 redonne du même coup une légitimité nouvelle à l’économie de marché qui pourrait bien sortir renforcée de la crise qu’elle traverse. 

                                                                                                                     

Mais ce bas monde n’est pas à une contradiction près.