QUELQUES SOUHAITS POUR 2021
BREXIT : UNE VICTOIRE A LA PYRRHUS POUR BOJO !

LA FIN CATASTROPHIQUE DE TRUMP

Donald Trump

 

Ultime coup politique.

Les images des manifestants pro-Trump envahissant le Capitole étaient spectaculaires. Par son discours incendiaire, Donald Trump a lui-même incité ses partisans à interrompre la procédure de confirmation du nouveau président, dans l’ultime tentative de prouver par l’absurde qu’il n’a pas perdu l’élection présidentielle. On a frôlé le coup d’État. Beaucoup d’observateurs sont, en effet, tentés de décrire un coup d’État avorté, mais il n’a pas eu lieu. En revanche, le seul et unique responsable de cette journée sinistre qui a ridiculisé l’Amérique aux yeux du monde entier, c’est bien Trump : il a tout fait pour inciter les émeutiers à intervenir physiquement dans la procédure et ce n’est pas par hasard que le rassemblement avait été prévu hier à Washington. Ces manifestations ont provoqué 4 morts et des dizaines de blessés. La fin du règne du président sortant est pathétique. Cette tentative de renverser le cours démocratique aura réussi à détacher de lui la plus grande partie des élus Républicains. Certains ministres envisagent même de l'écarter du pouvoir en le déclarant inapte.

La démocratie résiste.

Heureusement le fonctionnement normal des institutions a pu reprendre et la confirmation officielle de l’élection de Jo Biden a pu se faire. Comme pour couronner cette officialisation, le parti démocrate a remporté les deux sièges de sénateur dans l’élection sénatoriale de Géorgie, ce qui lui procure, dans la chambre haute, la majorité absolue de 50% à laquelle s’ajoute le vote démocrate de la présidente du Sénat, qui n’est autre que la future vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris. Dans quelques jours, le 20 janvier exactement, Biden va devenir officiellement président. Et, c'est une surprise, il aura à ses côtés un Congrès à majorité démocrate, Chambre des Représentants et Sénat. Le nouveau président disposera des instruments nécessaires pour gouverner, et s’il n’a pas la majorité des deux tiers indispensable aux grandes réformes, il dispose néanmoins des voix pour conduire à la fois son programme économique et sa politique extérieure. Par contre il n'aura pas l'excuse de la crainte d'un blocage par les Républicains pour refuser certaines mesures réclamées par l'aile la plus radicale de son parti, mesures auxquelles il lui faudra résister. Il a déjà montré hier, par un discours de haute tenue, qu’il n’était pas l’homme amoindri dont certains nous faisaient complaisamment le portrait.

Un couple aguerri.

Le couple Biden-Harris n’est pas une somme de médiocrités. Joe Biden a été sénateur pendant trente ans, vice-président pendant huit ans ; Kamala Harris, qui se destinerait à la présidence en 2024, était sénatrice après avoir occupé le poste de procureur de la Californie. Ces deux-là ne souhaitent pas plonger leur pays dans une révolution. Ils veulent, comme tous les dirigeants centristes du monde, le réformer. Ils continueront à le faire, même s’ils affrontent le vent contraire que fait souffler la minorité républicaine. Il n’est pas impossible que, maintenant que Trump est à terre, les ténors du Grand Old Party se ravisent et s’affranchissent de sa tutelle ; les chances du perdant de continuer à peser sur la politique ne vont pas cesser de s’amenuiser, surtout après la journée d’hier. D’autre part, Joe Biden ne sera pas inerte : il a déjà annoncé que les États-Unis reviendraient dans le giron de la conférence mondiale sur le climat ; il est probable qu’ils reviendront à l’Unesco ; on peut espérer qu’ils vont redevenir membre de l’OTAN à part entière. Il ne fait aucun doute que la pandémie sera gérée désormais avec le sérieux nécessaire, que la réforme de l’assurance-maladie, amorcée par Obama, va progresser, en dépit des réticences républicaines, car les électeurs américains ont compris ce qui se passe au moment d’une épidémie quand on n’a pas d’assurance-maladie. Les pessimistes font grand cas de la division du pays entre ceux de la campagne et ceux des villes, les suprémacistes blancs et ceux qui vénèrent les libertés pour tous, la gauche dite socialiste et la droite réactionnaire et irréductible. Il n’existe pas d’autre moyen, pour un gouvernement rationnel et raisonnable, de convaincre par les actes qu’il ne présente aucun danger pour ses opposants. Et ça, Biden devrait savoir le faire.

Un sombre avenir pour Trump.

Pendant les quatre années qui viennent, Donald Trump va continuer à répéter que les fonctions de Biden sont le produit de la fraude électorale, conformément à l’esprit de la « réalité alternative » qui remplacerait la vérité tout court, celle qui résulte de l’arithmétique électorale. Le contexte ainsi créé par cette machine à mensonges n’est pas favorable à l’exercice du pouvoir, c’est le moins que l’on puisse dire. Mais combien de temps encore la moitié de la population des États-Unis maintiendra-t-elle l’idée que Trump a gagné les élections de 2020 ? Quelques occasions vont lui être offertes de douter de son héros, principalement les procès judiciaires et politiques qui lui seront intentés et au cours desquels seront déposées les preuves innombrables de sa corruption : d’abord et avant tout, il a tenté à plusieurs reprises de fausser le jeu des institutions, ensuite il traînait déjà quelques lourdes casseroles qui lui valent des procès au sujet de la conduite de ses affaires immobilières. Au terme de cette descente aux enfers, combien d’Américains souhaiteront encore le réélire, s’il se représente ? Car Trump a tout à craindre pour son sort de citoyen lambda.

La réaction des marchés.

La façon dont les marchés se sont positionnés dès qu'ils ont appris la victoire des démocrates au Sénat est très intéressante : baisse du dollar, hausse des taux d'intérêt et envolée des marchés spéculatifs comme le bitcoin. Ces trois mouvements reflètent la même anticipation : une hausse des dépenses publiques, un creusement du déficit, et une possible perte de confiance sur le dollar et certains actifs américains. Du côté des actions, on a assisté à un mouvement de hausse surtout le S&P et le Dow Jones : les investisseurs ont préféré jouer un nouveau plan de relance plus généreux des Démocrates. En fait, il y a eu « rotation » : ils se sont rués sur les valeurs « Biden », comme les valeurs liées à la consommation ou aux énergies renouvelables, et ont un peu délaissé les valeurs technos. Pour nous, Français, Biden avec les pleins pouvoirs, c'est une présidence qui va être beaucoup plus sociale. Dans un premier temps c'est une bonne nouvelle pour les indices boursiers car Biden va être beaucoup plus généreux et distribuer encore plus d'argent aux ménages américains, surtout les plus modestes. Mais dans un deuxième temps, cette présidence va peser sur les indices boursiers car on peut s’attendre à ce que les déficits, la dette et les taux d’intérêts dérapent.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)