L’ORACLE A PARLE !
LE POINT SUR LE "QUOI QU'IL EN COÛTE !" (2) LES BOURSES

LE POINT SUR LE « QUOI QU’IL EN COÛTE ! » (1) LA DETTE

Dette  mondiale

 

La situation en France fin novembre.

Après le plan de relance à 100 milliards d’euros, le gouvernement a mis 20 milliards de plus sur la table pour faire face au reconfinement. Mais depuis la fin octobre, les annonces de rallonges pour donner un os  à chaque chien qui aboie n’en finissent plus de pleuvoir. Il s’agit de muscler les aides aux entreprises  et aux Français les plus précaires. L’aggravation de l’épidémie refait plonger les comptes publics dans une spirale négative. Le déficit est attendu à plus de 11% du PIB à la fin 2020, autour de 250 milliards d’€, mais l’inquiétude porte surtout sur l’exercice 2021 : la croissance sera loin d’atteindre les 8% espérés et devrait se limiter à 5%. Depuis mars dernier, le Covid a déjà coûté 186 milliards d’€ à l’Etat soit 100 milliards de pertes de recettes du fait de la chute d’activité et 86 milliards d’€ de mesures d’urgence. La dépense publique culminera à 65% du PIB et restera à un haut niveau alors que la base fiscale va fondre avec la baisse durable de la  production des entreprises et des revenus des ménages. La  dette publique frôle les 120% du PIB. Au bilan : 11% de récession, 11% de déficit, 11% de chômage.

Pour comprendre la situation, nous examinerons successivement le rôle des banques centrales dans l’explosion de la dette des Etats, puis les raisons qui expliquent l’envolée des cours boursiers  avec TINA (There Is No Alternative) et enfin ce qui attend la France et l’Europe.

 

(1) LE RÔLE DES  BANQUES CENTRALES

Première préoccupation : la dette.

Quand la crise sanitaire sera terminée nous découvrirons l'étendue des dégâts qu'elle a causés. Et un des éléments les plus frappants sera sans conteste la dette massive que l'économie mondiale devra assumer. À la fin de l'année 2020, la dette mondiale aura dépassé les 277 000 milliards de $. Avec une hausse de 15 000 milliards juste pour l'année 2020. Il est difficile de se rendre compte de ce que ça représente tant les chiffres sont énormes : 365% du PIB mondial. C'était 320% à la fin de 2019. Les États se sont massivement endettés pour soutenir l'économie  de même que les entreprises, en particulier dans les secteurs exposés, principalement auprès des États. Cela dit, la dette n'est pas un problème pour les États tant qu'il n'y a pas d'inflation. Les pays développés bénéficient de taux particulièrement bas quand ils ne sont pas négatifs. Ils bénéficient de la confiance des investisseurs et du soutien massif de leurs banques centrales qui absorbent la dette. Celle-ci devient un problème si un pays (ou une zone) est plus exposé(e) qu'un(e) autre, par comparaison, ou si l'inflation dérape. Mais, pour l'instant, dans la plupart des grandes puissances économiques, il n'y a pas d'inflation. Au contraire, il y a une double déflation comme je l’ai déjà expliqué : la déflation structurelle liée à la démographie, à la technologie et à la révolution sociétale, et une déflation conjoncturelle liée à la crise du Covid.

La toute-puissance des banques centrales.

Les banquiers centraux étaient déjà largement intervenus pour inonder le monde de liquidités et baisser les taux à zéro voire en dessous. La nouveauté c’est que cette  année nous avons découvert que leur pouvoir était illimité. Dès le début de la crise sanitaire, les banques centrales ont mis en place des rachats massifs de dettes d'États ou d'entreprises pour soutenir l'économie mondiale, avec des montants de plus en plus importants. Comme cela n'a pas suffi, elles sont rapidement passées à la vitesse supérieure en n'indiquant plus de montants  et en annonçant que leurs interventions seraient illimitées. Les banques centrales dirigent de fait l'économie mondiale d’autant plus qu’on sait qu'elles maintiendront les taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas très longtemps, et aussi longtemps que nécessaire. Elles incitent même les gouvernements à faire des plans de relance, à creuser les déficits, à augmenter leurs dettes qu’elles s'engagent à financer par les rachats massifs de dettes d'États mais aussi de dettes d'entreprises, et en commençant à distribuer de l'argent directement, de « l'helicopter money ».

Le pouvoir des banques centrales est-il vraiment illimité ?

La question se pose en effet. Si c'était le cas, on pourrait aller jusqu’à imaginer qu'une fois sortie de crise, on continuerait à faire tourner la machine à déficit et la planche à billets. Beaucoup se demanderaient pourquoi les gouvernements devraient faire des économies et pourquoi ne pourraient-ils pas distribuer encore plus d'argent puisqu’il est gratuit et que leurs déficits et leurs dettes sont financés par les banques centrales. D’autant plus que les économistes ne sont d'accord sur rien, notamment sur le fait qu'on puisse indéfiniment laisser la dette des États déraper. Certains pensent qu'il faudra bien rembourser un jour, d'autres qu'on ne remboursera jamais et qu'on transformera les dettes en « dettes perpétuelles » ou qu'on annulera tout simplement les dettes d'États détenues par les banques centrales. Ce  débat n’est pas nouveau. Les uns pensent que les banques centrales pourront toujours continuer à créer de la monnaie tant qu'il n'y aura pas d'inflation, or nous sommes en pleine déflation structurelle et conjoncturelle. Les autres pensent que l'inflation finira un jour par rebondir et que le jour où l'inflation commencera à rebondir sera le jour de vérité.

Comme le dit François Lenglet, «  lorsque nous aurons consommé la crédibilité à la fois de l’Etat et de la banque centrale, il n’y aura plus qu’à aller voir sur la lune. Le krach est la première route possible. La deuxième est l’inflation ».

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)