BOUILLONNEMENTS POST-ELECTORAUX
BECHU EST-IL FACHE AVEC L’HONNETETE INTELLECTUELLE ?

PETIT JOURNAL DE L’ECONOMIE

Economie  bourse

 

Le « nouveau monde » selon Le Maire…

Les méthodes employées par notre « grand financier » relèvent des recettes économiques de notre arrière-grand-mère. Il fait partie d’un gouvernement dont le Premier Ministre, en bon social-démocrate, croit fermement aux vertus de l'intervention de « la main bien visible de l'Etat » dans l'économie. Voilà un environnement de rêve pour ce technocrate dont la besace regorge de propositions toutes plus étatistes les unes que les autres. On le retrouve donc sur le front de toutes les entreprises en difficultés avec  le succès que l’on sait : De General Electric  (merci Macron) à Ascoval et Blanquefort, on peut  mesurer l’étendue de l’efficacité de « l’Etat-stratège ». Mais le top de l’efficacité a été atteint par le  « fonds pour l'innovation » constitué au sein de l'établissement public Bpifrance, structure contrôlée par l'Etat. Un dispositif tellement performant que la Cour des comptes est venue mettre son nez dans son fonctionnement et, dans un rapport publié le 15 mai, s'est prononcée « pour sa suppression et la réintégration des 250 millions d'euros annuels dans le budget général via les dispositifs classiques de financement de l'innovation ». En cause, la multiplicité et la complexité des opérations nécessaires à la constitution de ce fonds n'ont pas permis de le rendre opérationnel en 2018, pour reprendre les mots de la Cour. Bref : du gaspillage d’argent public ! ? Il est clair que la création de ce fonds, annoncée en grandes pompes car répondant à des enjeux d'affichage politique, est une usine à gaz conçue dans la plus pure tradition française. L'efficacité de « l'Etat stratège » n'est qu'une légende, laquelle sévit en France au moins depuis le XVIIe siècle, et  prospère  plutôt dans les beaux cerveaux des technocrates jacobins. Un dernier exemple  ce matin : Fiat Chrysler ne veut plus de deal avec Renault qui avait demandé une journée de plus pour réfléchir. Il semble que Nissan soit parvenu à saborder le deal avec ses réticences. Xavier Bertrand va  être  content, pas  Bruno Le Maire !

Youpi, les investissements étrangers …

Voilà de quoi pousser un joli cocorico : une enquête sur le nombre de projets d'investissements étrangers montre que... la France a dépassé l'Allemagne ! Leur nombre en France en 2018 s’est monté à 1027 contre 973 en Allemagne.  Serait-on devenus champions d’Europe ? Eh non : la Grande-Bretagne est devant avec 1054. Sorry !  Ce serait quand même mieux si les investissements étaient français, mais voilà, au pays de l’enfer fiscal le capitaliste se fait rare. On est donc premiers sur les centres de Recherche & Développement financés par des capitaux étrangers. Et c’est bien normal puisque nous avons un système de crédit d'impôt recherche, financé par nos impôts, extrêmement généreux. Non seulement les étrangers investissent chez nous mais ils en profitent pour défiscaliser. Et  c'est nous qui payons...

Eclaircie sur la pompe ?

Le prix du pétrole s'est effondré, en dessous des 53 dollars sur le brut américain. Il était à 77 dollars il y a peu. Pourtant le pétrole iranien n'arrive plus sur le marché. Mais l'Arabie Saoudite alimente pour que les États-Unis continuent à mettre la pression sur l'Iran.  Et aussi la production du pétrole de schiste aux États-Unis continue à progresser, favorisée par les prix élevés. Il  y a une autre raison moins réjouissante :  les investisseurs anticipent un fort ralentissement de l'économie mondiale, notamment à cause des gesticulations tweetesques de Trump. Si ça se confirme, ça n'est pas réjouissant du tout.

Les  taux bas ne font pas les bons totaux.

Et c'est reparti, partout dans le monde. L'Australie en tête avec sa première baisse des taux depuis 3 ans pour contrer les effets négatifs du ralentissement de l'économie chinoise. De  son côté, Trump va pouvoir continuer son offensive commerciale contre la Chine, le Mexique et bientôt l'Europe, sans peser sur l'économie et les marchés, grâce à l'aide, une fois de plus, de la Banque centrale américaine.Il a suffi d'un mois de baisse relative sur les indices boursiers en mai, pour que le patron de la FED, Jay Powell, annonce que la Banque Centrale se tenait prête à baisser les taux. Il va donc continuer ses guerres commerciales au risque de faire dérailler l'économie et les marchés.

En France, en mai le taux de crédit immobilier moyen a atteint un nouveau record de baisse : 1,29%.
Du jamais vu depuis les 1.33% de décembre 2016. Et cela devrait continuer en juin. Les banques baissent les taux et repartent à l'attaque. Jamais les niveaux d’emprunts ont été aussi élevés…  L’argent pas cher rend fou !  Mais combien de temps les banques centrales vont-elles tenir l'économie mondiale et les marchés à bout de bras avec la baisse des taux d'intérêt ? Une fuite en avant !

Forcément ça finira mal… un jour  ou l’autre.

 

Commentaires

Jean-Marie Humeau

Le commentaire ne sera pas à la hauteur de la chronique mais je me risque quand-même. D'ailleurs, c'est plutôt la période que nous venons de vivre que je veux évoquer. Je partage ce que tu as écrit à ce sujet et c'est plus d'une douche froide que nous avons reçue, c'est un coup de massue. Comment cette liste porteuse, avec un candidat exceptionnel, qui faisait la plus belle course, rassemblait le plus de monde, faisait sortir les sympathisants de leur tanière, a pu sombrer sans qu'on le voit venir ?
Avec le recul, on comprend pourquoi mais le candidat exceptionnel reste exceptionnel. Avec lui, j'ai compris et j'ai aimé l'Europe.
De quoi demain sera fait pour LR ? J'ai crainte mais je garde la foi et jamais je n'abandonnerai mes valeurs et convictions. L'arrivée à la présidence LR d'un homme solide, non contestable, à l'écoute et écouté, reconnu et respecté, style C. Jacob, serait une respiration vitale, surtout s'il sait s'entourer.
Je crois par ailleurs qu'il faudra vite parler aux adhérents, au national et au local.. Le mot de S. Piednoir a été bien perçu, je pense, mais des évènements ont modifié le paysage, et il faudra remettre l'ouvrage sur le métier. Tu as apporté beaucoup, merci de continuer. Ne lâchons rien.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)