LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

 

 P1040744  P1040772  P1040790 

Jeudi dernier, à l’initiative de l’association « débats et convergences », une réunion-débat s’est tenue dans la salle Plantagenêt du Crédit Agricole, bd Pierre de Coubertin. Animée par Paul Jeanneteau , député de la circonscription, avec la participation de Mme Brigitte Angibaud, procureure de la République à Angers, Mme Roselyne Bienvenu, juriste spécialisée et Clotilde Rougé-Maillart, professeur de médecine légale, chef du service au CHU d’Angers, elle a permis de sensibiliser un public attentif à la veille de la journée internationale éponyme.

Après le mot d’accueil de Daniel Houlle, président de l’association et les présentations d’usage de Paul Jeanneteau, c’est Roselyne Bienvenu qui a planté le décor, s’appuyant sur son expérience de directrice du CIDFF (Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles). Le but de cet état des lieux : « savoir » afin que chacun soit mieux « outillé » pour apporter une aide, sachant que la violence est en chacun de nous, que c’est un fait humain planétaire et que le silence et le doute sur la parole sont les caractéristiques d’une problématique ancestrale. La violence conjugale est au coeur du phénomène, sans être exclusive, évidemment. Le processus en est bien connu avec son cycle répétitif, l’occasion de rappeler qu’une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint. L’exposé permet aussi de découvrir les types de violences et le cercle vicieux qu’elles instaurent. Face à ce fléau, Roselyne Bienvenu préconise trois attitudes : écouter, croire, prendre du recul.

Paul Jeanneteau invite ensuite Clotilde Rougé-Maillart à expliquer en quoi consiste son métier de « médecin légiste ». Le professeur décrit alors les différentes étapes de la violence qu’elle doit discerner, sachant que la médecine légale n’échappe pas au problème que rencontrent toutes les professions de santé, à savoir repérer la vraie violence qui n’est pas que physique et qui ne laisse pas toujours des traces quand elle l’est : de la violence chronique au cycle infernal de la violence conjugale établie, qui concerne 50% des homicides femmes. Mais le rôle du professionnel de santé c’est aussi la prévention et surtout le dépistage par les praticiens qui n’est pas encore suffisamment établi, malgré les campagnes de sensibilisation. Il faut continuer l’effort de formation. Le rôle du médecin légiste est précisément de qualifier la gravité du délit par les lésions observées et leur retentissement sur la personne. Un travail qui se fait en collaboration avec les collègues psychiatres pour les aspects de souffrance psychologiques, fréquents dans ces violences.

Nous terminons le tour de présentation avec Mme Angibaud, dont on connait la rigueur et la détermination. Se resituant dans le cadre général de sa fonction de procureure auprès du parquet, elle rappelle que ses fonctions l’amènent à traiter des affaires dans le cadre commercial des entreprises en difficulté, des affaires civiles notamment de protection des mineurs et même de personnes majeurs et les affaires pénales qui constituent 45 000 procédures par an pour 12 000 poursuites. En ce qui concerne les violences conjugales, l’important est d’amener la victime à porter plainte. Dans les cinq dernières années, on a assisté à un doublement des plaintes. Tout un travail qui s’appuie sur les relais que sont les associations, les médecins mais qui doit être conforté par la formation des enquêteurs et des professions médicales pour assurer une bonne prise en charge. C’est à ces conditions qu’on arrive à faire sortir les affaires, saluant au passage le service de médecine légale très performant qui détecte 200 victimes par mois… avec 60 défèrements.

Le tableau étant complet, le débat peut s’engager et les questions portent sur l’accueil des plaintes, les possibilités de protection offerte aux femmes, l’accompagnement des procédures… C’est aussi l’occasion pour les représentants des associations comme SOS Femmes de témoigner  et pour les orateurs de montrer leur parfaite connaissance du sujet. Un public conquis, dont on peut penser qu’il assurera à l’avenir son rôle de relais et pour chacun la nécessité de solidarité face à une situation de violence dont une femme serait victime.

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

 Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

Lundi : Mme Aubry a déclaré qu’elle était favorable à la dépénalisation du cannabis. En même temps Arnaud Montebourg déclare qu’elle lui a proposé un « ministère » en échange de son soutien…La sériale menteuse dément. Il n’y a pas de lien entre les deux échos, évidemment. / - Mosco est fâché qu’on ait pu appeler son candidat « Babar » et appelle à un débat « digne » : il nous fait bien rire et c’est drôle comme  il est oublieux des épithètes homériques dont lui et ses compères (ou commères) ont affublé Nicolas Sarkozy.

Mardi :  Accord PS-EELV : 24-24 (24 sièges aux législatives contre 24 centrales fermées…) / - Le Président s’en prend aux frauderus de la sécu : plus qu’une affaire de gros sous, c’est une exigence morale pour notre pacte social. Encore fallait-il le dire. Merci Sarko. / - 1 jour de carence pour les fonctionnaires (c’est nouveau) et 1 de plus, donc 4 pour le privé. On n’est pas obligé de conclure qu’ 1 fonctionnaire vaut 4 salariés du privé… / - Injures raciales : Brice est relaxé. On n’entend guère les médias….       

Mercredi : « Mollet » a présenté son équipe de campagne pléthorique : il faut faire plaisir à tout le monde. Une habitude chez lui. Mais c’est la cacophonie sur l’accord avec les Verts : où est donc passé le mox ? / - La candidature Duflot à Paris déclenche une tempête : un nom prédestiné, sûrement. Comme Delanoë. On pariera qu’ils vont tout faire pour qu’elle se noie. / - Même concert de protestation à Lyon pour accueillir Meirieux: ben mon Colomb ! / - Plus sérieux : la France rappelle son ambassadeur en Syrie. Bachar ne veut rien entendre.

Jeudi : Heureusement, y a le Beaujolais nouveau (et le saucisson). / - Claude Guéant, à Montfermeil, rappelle que les immigrés doivent respecter nos coutumes et appendre notre langue… au risque de perdre leur titre de séjour. On est d’accord. / - Nouveau thème pour l’UMP : organiser un « Grenelle » de la finance écoresponsable. Pour verdir notre économie ? / - Le mox est réapparu dans le texte de l’accord, et Mollet mange son chapeau. Quelle fermeté ! / - Nicolas Sarkozy ne veut pas de plan social chez PSA.

Vendredi : Où est donc passée Eva ? Elle est partie digérer l’accord avec le PS en se mettant à la diète… médiatique. Sa candidature a du plomb dans l’aile. / -  « L’ordre et la morale », un film sur la prise d’otages d’Ouvéa, mais version vue par l’œil gauche. Partisan et partial, oubliant au passage le vote à 95% des calédoniens pour la France et l’assassinat de 6 gendarmes…

Samedi : MLP présente son programme au cours d’un banquet : plus flou, tu meurs. Posture et cris d’orfraie ne font pas une politique sérieuse. Mais, magie, elle promet du pouvoir d’achat !!! / - Mollet veut faire oublier l’épisode calamiteux avec les Verts par un meeting à Strasbourg avec les jeunes socialistes. Carnet de chèque (en bois) en main. / - Eva Joly s’est fait portée pâle au conseil fédéral des Verts. / - En appelant à généraliser le dopage, Noah crée la polémique : affligeant. Quel exemple pour les jeunes ?

Dimanche : Victoire absolue de la droite… en Espagne. Au programme : l’austérité remplace l’austérité / - Le Nouveau Centre est divisé sur la candidature Morin : le roi est nu ! / - Le meurtre d’Agnès : l’incroyable silence autour du passé du meurtrier et encore les experts psychiatres … C’est bien triste !

 


Le mur du "çon"

 

Autrefois dans le "Canard", il y avait la "noix d'honneur". Désormais il y aura la "Noah d'honneur".

Celle-là, il fallait la faire :

" Arrêtons l'hypocrisie. Il faut bien sûr respecter la présomption d'innocence, mais plus personne n'est dupe. La meilleure attitude à adopter est d'accepter le dopage. Et tout le monde aura la potion magique" ... !!!!!!!!

                                                                                                      Yannick Noah.

 


LE BON EXEMPLE

 

L’Alsace veut créer une collectivité unique

Alsace 2Les présidents du conseil régional d’Alsace et des conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin annoncent leur volonté de fusionner les trois collectivités en une seule. Les Alsaciens se prononceront par référendum sur la création du « Conseil d’Alsace », qui pourrait voir le jour en 2014. « Une réforme sans précédent des institutions et des modes de gouvernance en Alsace. » C’est ainsi que Philippe Richert, Charles Buttner et Guy-Dominique Kennel (tous les trois UMP), respectivement présidents du conseil régional d’Alsace et des conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, ont présenté, le 12 novembre, leur projet de fusionner les trois collectivités en une seule, le futur Conseil d’Alsace. Une évolution permise par la loi sur la réforme des collectivités territoriales de décembre 2010.

Une "supercollectivité" à la place de trois !

Évoquée depuis le début de l’année, la création de cette nouvelle “supercollectivité” se heurtait jusqu’alors aux réticences de Charles Buttner, qui redoutait un « centralisme strasbourgeois ». Le conseil général du Haut-Rhin a ainsi adopté en mai dernier une résolution préconisant la création d’une entité fédérant les institutions actuelles, mais sans les remplacer. Le projet sur lequel se sont entendus les trois présidents prévoit la création de deux conseils de territoire dans chacun des deux départements alsaciens le temps de la première mandature. Strasbourg et Colmar se partageraient les sièges de l’exécutif et de l’assemblée du futur Conseil d’Alsace.

Pour justifier leur projet, les trois élus font valoir la poursuite du processus de décentralisation et la situation particulière de l'Alsace. « Dans l'espace rhénan, nous devons pouvoir traiter avec nos voisins des cantons suisses et des Länder allemands », souligne Philippe Richert, par ailleurs ministre des Collectivités locales.

Une première en France.

Pour être validé, le projet de fusion, une première en France, devra franchir plusieurs étapes. Les élus des trois assemblées, les 122 élus locaux réunis en congrès, se prononceront le 1er décembre en répondant à la question : « Souhaitez-vous que le Conseil d’Alsace, nouvelle collectivité territoriale, voie le jour ? » Chacun des trois conseils votera ensuite séparément. Puis le Comité de massif vosgien, instance représentative composée pour moitié d’élus et pour moitié de représentants civils, s’exprimera à son tour. Les Alsaciens pourront alors décider de leur avenir par référendum avant la promulgation d’une loi organisant le fonctionnement de la nouvelle collectivité et les transferts de compétence. L'objectif est de faire voter la loi avant la fin de la législature et de réaliser le référendum au second semestre 2012. Reste à savoir si le calendrier parlementaire, serré, le permettra. « Une mise en œuvre en 2014 est prévu », espèrent Philippe Richert, Charles Buttner et Guy-Dominique Kennel, c’est-à-dire avant l’élection des conseillers territoriaux. Un scénario que la proximité politique des trois majorités (UMP) rend crédible, même s’il compte quelques détracteurs, parmi lesquels le maire PS de Strasbourg, Roland Ries, et le président PS de la Communauté urbaine de Strasbourg, Jacques Bigot.

Autre point délicat, le projet prévoit de doter l'Alsace d'un système électoral spécifique, incluant une dose de proportionnelle en plus du scrutin uninominal. Or, ni la Constitution ni la loi ne prévoient explicitement qu'une région métropolitaine pourrait disposer d'un statut électoral particulier différent.

Le rapprochement des services.

Sans attendre l'aboutissement du processus, les trois présidents vont dès à présent mettre en œuvre tous les rapprochements possibles entre leurs services. Premier en date, la « très prochaine fusion des trois agences de développement économique ». L'efficacité de la promotion régionale a en effet souvent été jugée discutable en raison de l'éparpillement des compétences entre les deux agences départementales et la régionale. Viendra ensuite la question du tourisme.

Plusieurs « enjeux clés » ont été identifiés par les promoteurs du Conseil d’Alsace : infrastructures, innovation, éducation, création d’entreprises… L’un des objectifs affichés est de « faire de l’Alsace la première région française en matière de protection de l’environnement et de croissance verte ». Une ambition sur laquelle sont invités à s’exprimer localement forces vives et partis politiques. L’Alsace se prépare à trois années de débats. Tous les dossiers, cependant ne sont pas encore déminés.  La question du siège de la future institution est notamment encore un sujet de tensions. Les élus strasbourgeois s'opposent à tout projet qui consisterait à retirer à la capitale régionale l'une de ses prérogatives.

En attendant, voilà une belle initiative de réduction des échelons administratifs. Qu’elle vienne d’élus UMP n’est pas étonnant. On n’imagine mal des socialistes, au nom du « faux nez » de la « proximité » s’emparer d’un tel projet.

 

 

 

 

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

Lundi : François Fillon a présenté son nouveau plan d’ajustement budgétaire. Caractéristique : équilibré. Il s’agit d’adapter le budget aux nouvelles prévisions de croissance. Comme d’habitude, les commentaires de l’opposition sont ou mensongers (favorise les riches) ou hors sujet (ce n’est pas le moment d’une réforme fiscale). / - Chevènement : le retour du looser.  Il veut se présenter à la présidentielle. Un vieux fantasme qui le fait trémuler. / - Eva Joly lance un ultimatum au PS sur le nucléaire. Hollande répond sur France 2 qu’il fera l’EPR. Début du feuilleton.

Mardi : rupture des négociations PS-Ecologistes sur le contrat de gouvernement et le partage des circonscriptions. Psychodrame alimenté par Noël Mamère./ - A l’Assemblée François Baroin fait disjoncter le groupe socialiste avec le mot « par effraction » pour qualifier leur arrivée au pouvoir en 1997. Il faut dire que le gouvernement venait de subir une pluie d’accusations et d’insultes à répétition. / - La droite sociale propose une baisse de 10% des indemnités des députés. / - François Hollande réduirait de 30% le salaire du Président et des membres du gouvernement. Laurent Wauqiez lui propose de commencer tout de suite comme Président du conseil Général de son département surendetté.

Mercredi : EPR (suite) : Chevèement approuve la fermeté de « Ch’Mol » tandis que Fabius glisse une peau de banane sur la sécurité. Sympa les socialo entre eux. / Aura-t-on des coupures de courant au plus fort de l’hiver : voilà qui est plus prosaïque que le débat fumeux sur le nucléaire ? Se c’était le cas, ce serait la faute des allemands qui ont fermé 9 centrales sans avoir prévu de production de remplacement. L’interconnexion des réseaux fait le reste. / - Nouvelles révélations sur DSK : des textos très… compromettants dans l’affaire du Carlton.

Jeudi : Le SMIC sera revalorisé de 2,1% le 1er décembre. / - Le gouvernement débloque 14 Millions d’€ de plus pour les universités, dans le cadre des investissements d’avenir. / - Jean Arthuis, le sénateur centriste mayennais a été chargé d’une mission sur l’euro par François Fillon.

Vendredi : Berlusconi out ! Le « cavaliere » a donné sa démission de 1er Ministre après avoir gouverné pendant 17 ans. Il est remplacé par Mario Monti et un gouvernement d’union nationale de « techniciens » : en jeu calmer les marchés. / - En Grèce enfin un nouveau 1er Ministre aussi et un gouvernement d’union. Objectif : appliquer le plan de redressement qui prévoit l’abandon de la moitié de la dette. / - A Paris, Nicolas Sarkozy propose de faire du 11 novembre, un jour de commémoration de tous les morts de la guerre. Il n’y a plus aucun ancien combattant de la « grande guerre ». / - Duflot au PS : « L’EPR, une catastrophe ». La catastrophe, c’est elle !

Samedi : Nucléaire (suite) : les négociations avec le Verts-PS sont au point mort. Qui a le plus à perdre ? / - DSK dénonce un « lynchage médiatique » : si c’est le cas, c’est par les couilles, non ?

Dimanche : « François Hollande, un capitaine de pédalo pour affronter la saison des tempêtes »… C’est Jean-Luc Mélenchon qui l’affirme dans le JDD. / - En Espagne, un raz-de-marée de la droite se prépare avec 17points d’avance dans les sondages à une semaine du scrutin. / - Sarkozy gagne 4 points et Hollande en perd 3 selon un sondage Opinionway.

 


BIENTOT LE RETOUR DU BLOC-NOTES

 

L'interruption "technique" du bloc-notes touche à sa fin. Ce sera bientôt le retour d'Archibald, De Triphon, de Savinien... et des notes d'actu.

En attendant, je peux vous dire que je me suis régalé avec le film de Spielberg, "Le secret de la Licorne" en tintinophile incurable et je le conseille à tous ceux qui connaissent les albums, (ou pas d'ailleurs).

Ne croyez pas que je me sois éloigné de l'actualité. Pour une fois j'ai suivi avec plaisir "Mots Croisés" avec 2 UMP en pleine forme, Besson et Chartier, pour assommer Sapin et ses élucubrations grotesques. L'équilibre des intervenants étant réalisé, les temps de paroles l'ont été aussi. Espérons que ça continue.

Nous aurons donc l'occasion de nous retrouver bientôt pour faire face à une actualité consistante. Archibald ne sera pas de trop.

A bientôt donc,

                                        Daniel

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

 Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

Lundi : Jean-Paul Huchon, le Président socialiste de la Région Ile-de-France, a confondu vitesse et précipitation : il s’est fait flasher à 171 km/h au lieu de 130. Permis retiré. C’est la deuxième fois. Récidiviste ! Pourtant les socialistes sont censés donner l’exemple. / - Hervé Gaino, le conseiller du Président était en Corrèze pour porter la « bonne » parole. Un département « exemplaire » sous tutelle de l’Etat à cause de sa dette. C’est qui déjà le président de son Conseil Général ? / - Villepin de plus en plus seul : le député Daniel Guarrigue vient de se rallier à la candidature de… François Bayrou. Pas un bon choix non plus !

Mardi : Arnaud Montebourg annonce qu’il va lancer son mouvement politique : « Nouvelle France » ou comment faire du « neuf » pour l’avenir avec les vieilles lunes marxistes du XIXème siècle. / - Morano a crié à Dati : « ça suffit ! » : en rappelant que l’enfant terrible de l’UMP avait été servie sur un plateau en « or massif ». S’il y en a une qui ne doit pas se plaindre, en effet, c’est bien elle. / - Le parlement a donné le feu vert aux garanties de Dexia pour le démantèlement de la banque franco-belge.

Mercredi : Bataille pour le perchoir en perspective, enfin, si la gauche passe (y’en a qui vendent la peau Sarko…) : le secrétaire du PS de la Rochelle pose sa candidature et contre Ségolène Royal qui a annoncé son intention de se présenter aux législatives dans le port charentais. On va encore bien se marrer ! / - « Les Guérini ont mis en place un système mafieux » : c’est Arnaud Muselier qui l’affirme dans un livre qu’il vient d’écrire. / - Laurent Wauquiez veut réserver les logements sociaux à ceux qui travaillent. L’occasion de redire qu’on n’en a jamais construit autant que cette année (130 000, contre 40 à 50 000/an sous Jospinou). Une vérité que le PS n’aime pas entendre. / - Bayrou déclare, à propos du sommet européen : « Il ne s’agit pas d’aider la Grèce, mais la France ». Justement, il faut aider la Grèce pour éviter l’éclatement de l’Union Européenne, donc c’est aider la France. CQFD.

Jeudi : accord européen : ouf ! Le tandem Merkel -Sarkozy a réussi la « synthèse ». / - Nicolas Sarkozy à la télé : agir au rythme de l’actualité et les pistes pour l’avenir : croissance revue, budget corrigé, poids lourd franco-allemand, objectif 2016, et la martingale de la réussite : moins d’assistanat, plus d’investissements d’avenir./- Aubry : « l’accord européen n’est pas à la mesure de la gravité de la crise ». Mais qu’aurait-elle donc fait ? Décider toute seule ? La critique est facile. / - Marine le Pen : « Nicolas Sarkozy est l’avocat fatigué d’une monnaie à l’agonie » et elle c’est la « madone rabâcheuse d’arguments éculés ».

Vendredi : Grève à Air France, en pleines vacances, histoire d’emmerder les gens un peu plus. Ils le font exprès, ne cherchez pas. / - « Ch’mol »  au JT de France 2 tente de répondre à Sarkozy. Ses arguments n’arrivent pas à la cheville du Président. Mais c’est sûr qu’il n’aime pas qu’on mette les socialistes devant leurs responsabilités sur les retraites et les 35 heures. Il tente vainement de minimiser la dépense de ses 60 000 postes de prof en plus. Ce qu’il y a de terrible avec les socialistes, c’est leur malhonnêteté intellectuelle qui consiste à faire comme si le président avait gouverné sans avoir eu à subir la moindre crise. / - François Fillon a « déclassifié » les documents Karachi –comme il s’y était engagé-. Que la justice fasse son boulot.

Samedi : On aura tout vu, voilà que les « catho » intégristes manifestent à leur tour. Au nom de la France chrétienne. Bon, alors là, y’a du boulot ! / - Grave débat : combien coûtent 60 000 enseignants. 2,5 milliards sur 5 ans disent les socialistes, qui sortent aussitôt des gros mots. 7,5 milliard rétorque le Ministre de l’Education. Et il a raison : 12 500 enseignants par an supplémentaires c’est 500 millions, mais qui se cumulent : 500 millions (N) + 1 milliard (N2) + 1,5 milliard (N3) + 2 milliards (N4) + 2,5 milliards (N5) = 7,5 milliards en cumulé sur 5 ans. Conclusion : « Ch’mol est un menteur et c’est Lang qui est fâché avec le calcul (mais ça on le savait déjà !)

Dimanche : Le PS joue le réflexe « nationaliste » au sujet de la participation de la Chine au fonds de soutien européen. Curieux ! Giscard, lui, y voit une preuve de l’intérêt pour l’Euro. Question d’ouverture d’esprit, sûrement. /

 


NOUVELLE TENUE !

 

Changement d'heure, changement d'habillage pour le bloc-notes.

Dimanche soir nous ferons le point avec "la semaine selon Savinien", puis ce sera une pause.

Un congé de quelques jours n'ayez crainte !

                                                 Daniel

 


TOUT EST BON ...

 

Ce soir le chef de l'Etat sera interviewé par Jean-Pierre Pernaud et Yves Calvi. Voilà qui ne convient pas aux syndicats de gauche des journalistes. Des journalistes trop "gentils" et trop "polis", voire trop "respectueux", probablement. Des valeurs  qui leur échappent souvent. Pourtant ils n'ont pas protesté le choix des jounalistes qui animaient les "primaires citoyennes" en passant "gentiment " les plats... et le cirque de la configuration du face-à-face du 2ème tour !

Il est vrai qu'entre gens de gauche, on ne va pas se faire des misères, pas vrai.

Vraiment tout est bon pour critiquer. Mais je perds mon temps. Audiard disait : "On ne parle pas aux cons, ça les instruit".

                                                                                       Mille sabords !

 


LE CARNET DE CAMPAGNE DE SERAPHIN

 

Carnet1
 

L’atterrissage de Fillon dans le VIIème arrondissement de Paris ne se fait pas en douceur. C’était plus facile d’aller dire aux élus de la Sarthe : « Je vous quitte ! » en précisant en langage diplomatique qu’il avait peur de s’ennuyer à reprendre les chemins mille fois parcourus. On peut le comprendre après presque cinq ans passés dans l’enfer trépident de Matignon, où les mauvaises nouvelles tombent en rafale chaque matin et les bonnes rares comme une pompe à essence sur le Ténéré. Il savait probablement que Rachida Dati ne verrait pas d’un bon œil son arrivée, d’autant plus qu’occupant le poste de Maire de l’arrondissement, elle comptait bien troquer son mandat européen pour un siège au Palais Bourbon. Ce qui n’était pas prévu c’est qu’elle sortirait l’artillerie lourde. Une grave erreur d’appréciation qui était pourtant prévisible quand on connaît le caractère « explosif » de la Dame. Elle a donc déballé, comme elle sait le faire, certaine que les médias suivraient dès lors que l’on crache dans la soupe. Voilà une guéguerre dont on se passerait bien. Il ne faut être guère adulte pour ne pas être capable de régler ses différends entre quatre yeux. Quant à Jean-François Copé, on a l’impression qu’il a plutôt joué les Ponce Pilate, ce qui n’est pas à la hauteur d’un patron. Cela dit, Paris reste un beau panier de crabe, à droite comme à gauche d’ailleurs. Dans le contexte actuel, cette scène de ménage fait quelque peu décalée. De là à conclure que l’UMP est déliquescente, comme le voudrait la grande « Mariole » du Modem, c’est aller un peu vite en besogne.

A propos, on peut trouver des accents convaincants au discours de Bayrou prônant un grand rassemblement national des bonnes volontés. C’est effectivement ce qu’il faudrait pour consolider notre vacillant AAA. Un seul programme est crédible aujourd’hui : moins de dépenses, plus de recettes … Mais allez donc faire comprendre ça à nos socialistes qui sont les plus bornés et les plus sectaires d’Europe. Regardez le sort qu’ils ont fait aux ministres qui avaient accepté d’élargir le spectre gouvernemental au moment de « l’ouverture » ! Cette idée, Nicolas Sarkozy nous en avait averti dès le mois de janvier 2007, dans son discours d’investiture. Le débat délétère qui s’en est suivi avec la gauche a perverti cette bonne idée. Je ne dis pas que le Président n’a pas commis des maladresses dans sa façon de faire, mais cela ne valait pas les torrents de haine mensongère qui se sont abattus sur lui-même et son action.

En attendant, les socialistes sont sur un nuage et les sondages leur donnent des ailes. Aussi font-ils feu de tout bois dans le débat budgétaire, offrant à l’Europe et au monde un spectacle désolant. La situation internationale devrait les inciter à la modestie, car il y a gros à parier qu’ils auront vite fait de se fracasser sur le mur des réalités.

Les Verts font monter les enchères et la môme Duflot (de paroles) met la pression sur « Ch’mol » pour négocier sur le nucléaire et Notre-Dame des Landes… Des rodomontades que le candidat PS en vieux routier laisse de côté. D’abord parce qu’il n’est pas sans observer les sondages qui créditent Eva Joly de 3%. Ensuite parce que la sortie du nucléaire est une vraie bombe atomique sur le plan financier, et vu l’état de nos finances, il est urgent de temporiser. Ah, on a hâte de voir « Ch’mol » à la manœuvre. Sa stratégie est pourtant simple : pomper les voix du centre dès le 1er tour, la discipline républicaine chère à la gauche et l’antisarkozysme primaire feront le reste pour le second. On négociera ensuite au vu des résultats de chacun. Cela n’empêche pas que l’on entrevoit déjà la distribution des postes. L’inénarrable Ségolène viserait donc le « perchoir ». Y manquerait plus que l’amère de Lille soit première Ministre…. Pour le coup, l’enfer se déplacerait de Matignon à … l’Elysée.

On a vu arriver la Marine avec sa planche de surf pour profiter du drame bruxellois et proposer sa sortie de l’Euro et le retour à un Franc dévalué pour donner de l’oxygène. Je ne savais pas qu’on pouvait s’asphyxier avec de l’air. C’est pourtant ce qui arriverait à notre économie. Comme quoi proposer une solution simpliste (ça plait au bon peuple) sur des constats justes peut être un remède pire que le mal. Il suffit de prendre l’Histoire à témoin. Mêmes causes, mêmes effets…

On a hâte de connaître le résultat du sommet européen de demain ! Et rendez-vous jeudi soir sur la Une ou la Deux !

 

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300


Lundi :
Pas fine la Marine, elle s’est trompé de "Lamy" : une grosse bourde pour une « prétendante » ! / - Fillon au JT de France 2 recadre avec son calme olympien le débat budgétaire : la France s’ajuste au fur et à mesure à la conjoncture. Comment faire mieux. Ah si, voyons : yaka ! / - Jacques Bompard, le bon maire FN d'Orange semble avoir confondu les finances muncipales avec les siennes pour des"dépenses à caractère familial" selon la chambre régionale des comptes. Irréprochables au FN !!!

Mardi : Le commissaire Squarcini est mis en examen pour les « fadettes ». Et contre le journaliste du Monde qui a violé le secret de l’instruction, on ne fait rien ? / - Moody’s story : l’agence met la note de la France sous surveillance. De nouvelles armes pour les spéculateurs. Mais le PS porte une responsabilité dans l’inquiétude qui se manifeste. / - « Méluche » a inauguré son QG de campagne dans une ancienne usine de chaussures. Il n’exclut pas un accord avec le PS… quand il aura inversé le rapport de force. C’est dire ce qu’il pense de « Ch’mol » (Hollande) ! / – Au pavillon Gabriel, l’UMP fait les comptes : le projet socialiste coûtera 255 milliards de dépenses supplémentaires financés par 125 milliards d’impôts en plus. Tout le monde paiera.!

Mercredi : Bonjour Giulia Sarkozy. Voilà une naissance qui va mettre un peu de baume sur le cœur du Président qui en a bien besoin. / - A Angers, Luc Belot (PS) se fend d’un communiqué scandaleux contre Sarkozy et Bachelot. Ce qui est excessif est méprisable. / - Le Sénat a commencé sa guéguerre : il s’oppose à l’encadrement militaire des mineurs. L’Assemblée aura le dernier mot. / - François Hollande s’est rendu en Espagne pour sa première visite à l’étranger : il a rencontré Zapatero qui va être sorti par la droite et Lula qui n’est plus président. Quand on n’a pas d’expérience internationale, il vaut mieux commencer petit bras.

Jeudi : Le tyran le plus sanguinaire est mort : les Lybiens ont enfin eu la peau de Kadhafi./ - Niches : Fillon s’est engagé à ne pas toucher celles qui favorisent l’emploi dans l’artisanat (TVA à 5,5% pour les travaux et dans la restauration). / - En Mayenne, Nicolas Sarkozy a défendu la croissance verte et a défendu le bilan du Grenelle qui devrait incliner les Verts à la modestie.

Vendredi : Carlton de Lille : le nom de DSK circule avec insistance. » Allez venez Milord … ». / - Guéant publie une « bible » de la laïcité / - Marie Dedieu est morte faute de soins. Ses ravisseurs espèrent tirer de l’argent de sa dépouille : la barbarie n’a pas de fond. / - Au sommet européen, Nicolas Sarkozy défend la taxe financière pour financer le développement. Les opinions publiques pourraient lui apporter une aide bien utile.

Samedi : Parlant à Thor (et à travers), Jean-Marie Le Pen ne change pas. Il est comme les vautours qui se repaissent des difficultés de la crise. Il voit sa fille en tête au 1er tour ! Il a le droit de rêver, mais ce serait un cauchemar pour la France pire que la mort de l’Euro qu’il appelle de ses vœux ./ - Hollande, dit « Ch’mol » (gauche molle), est officiellement le candidat du PS. Comme dans l’enterrement de Brassens : tous derrière et lui devant. / - « Go Ch’mol ! » : dans son discours, le candidat socialiste a passé son temps à tirer à boulets rouges sur Sarkozy. Plus facile que de faire des propositions unitaires ! / - Les listes électorales des primaires ont été détruites. Bon, mais qu’est-ce qui nous dit qu’elles n’ont pas été photographiées (et numérisées) avant ?

Dimanche : Il s’en est fallu de peu : 8 à 7 ! L’équipe de France peut sortir la tête haute du Mondial après un match d’anthologie. Respect ! Le match contre les Tongas est oublié. / - Duflot, «  la pie jacasse » des Verts a lancé un ultimatum à « Ch’mol » : sans accord sur la sortie du nucléaire, les écolos pourraient faire cavalier seul. Avec la candidate qu’ils ont, je parie que le candidat socialiste attendra les résultats du premier tour pour négocier. / - Sommet européen : les discussions se poursuivent. Il faudra attendre mercredi pour connaître le résultat. Le tandem Merkel –Sarkozy est à la manœuvre. Comme toujours, il y aura un accord, mais l’Europe ne sait pas avancer vite.

 


AD LITERAM

 

"Je m'étonne que François Hollande vienne au secours de la victoire et sans jamais prononcer son nom approuve enfin l'action menée par Nicolas Sarkozy en Côte d'Ivoire comme en Libye"

                                                                                             Jean-François Copé.

 


LA SEMAINE DE SAVINIEN

 

Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

 Lundi : Au début de la semaine, Montebourg pose ses conditions, fort de ses 17% : voulez-vous dansez Martine ? voulez-vous chanter François ? – Les sondages donnent la majorité absolue à la droite… en Espagne !

Mardi : La participation à la primaire a réveillé le candidat qui sommeillait en Sarko : la contre-attaque a commencé – Les slovaques votent contre l’accord du 21 juillet : vont-ils bloquer à eux seuls la machine européenne déjà bien lente ? – en France, c’est la journée contre l’austérité : elle semble avoir touché même la taille des défilés. – Nos as du ballon rond ont arraché le nul à la Bosnie et se qualifient pour la coupe d’Europe : une équipe toujours instable…

Mercredi : Fillon met un pied à Paris au grand dam de Rachida. – A l’UMP, les « Humanistes » lancent leur courant autour de Marc Laffineur et Jean Léonetti : une autre manière de parler du centre. – Royal soutient Hollande, elle a choisi entre deux haines. – Débat télé entre les deux « impétrants » : téléréalité insipide mais bonjour les impôts !

Jeudi : Alors l’affaire DSK continue ? Banon, elle est classée, bien que l’agression sexuelle soit reconnue… mais trop tard ! – La Slovaquie a revoté : cette fois-ci c’est oui. Ouf ! – En Haute Marne, Sarko retacle les propositions PS ; il faut dire qu’ils ont tendu le bâton.

Vendredi : Mahmoud Habbas remercie Sarkozy pour les efforts de la France pour faire libérer le soldat Shalit. Alors ce que disent les socialistes n’est pas vrai : le Président n’est pas un incapable. – Les noms d’oiseaux fusent entre Martine-la-dure et François-le-mou : candidat du système pour l’un, label  « Martine Le Pen » pour l’autre…- Montebourg opte pour Hollande, à titre personnel : la corde soutient le pendu.

Samedi : « Les indignés » mobilisent partout dans le monde ; en France, ils font le service minimum : à peine 800 à Paris. C’est pas plus mal ! – François Léotard qui était Ministre de la Défense à l’époque, défend les « commissions », mais n’a jamais entendu parler de « rétrocommissions ». Une autre piste est possible pour l’attentat de Karachi, mais elle ne convient pas au juge. – Fillon confirme en Sarthe ses intentions parisiennes : il sera privé de rillettes ! – Copé et Juppé promettent « du pain noir » au PS : on attend avec impatience ! – Les bleus se qualifient sans éclat pour la finale : seul le résultat compte, mais on aurait aimé un coq plus altier !

Dimanche : Après la réunion des financiers du G20, Baroin annonce une réponse décisive de l’Europe pour enrayer la crise de la dette lors du sommet du 23 : il est grand temps ! – Primaire : ce sera donc « Hollande-la-gauche-molle » : Il va falloir que l’UMP soigne son centre !

 


COMEDIA DELL'ARTE

 

L'amère de Lille s'avoue-t-elle vaincue ?  ses propos de ce samedi matin pourraient le laisser penser :

"La primaire, c'est un petit peu comme au rugby, ils (les joueurs) se cognent dessus beaucoup plus fort que nous pendant deux mi-temps (...) et puis, ensuite, à la troisième mi-temps, ils font la fête ensemble. Nous, ce sera la même chose dès lundi", a-t-elle assuré commentant la demie-finale de rugby. Comme on ne sait pas ce qu'en pense son adversaire...

La haine de Sarko plus forte que la haine de Hollande, en quelque sorte !

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

 Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

Lundi : La nomination de Cécile Fontaine, ex collaboratrice de Nicolas Sarkozy à la cour des comptes malgré l’avis défavorable de son président met les magistrats de la rue Cambon en fureur. Le Migaud serait-il sectaire ? – DSK a-t-il convaincu les Français ? Banon ! Il n’y en a encore tout de même …4% qui lui accordent un avenir politique

Mardi : Selon BVA, c’est Hollande qui a tiré les marrons du feu du débat sur F2… - Question à Jean-Claude Antonini : « Va-t-il passer la main ? » Le maire d’Angers a répondu avec la clarté éblouissante qui le caractérise : « Vous le verrez bien ! ». – dette grecque : on fait du surplace.

Mercredi : Charette nous joue du pipeau en annonçant son intention de voter pour la liste d’Isabelle Leroy, comme s’il n’était pour rien dans la constitution de sa liste. – Et Chirac ? : relaxe ! – Villepin quitte la présidence de son parti : il ne va rester plus personne alors ? – Bayrou aurait été « approché » par des porteurs de valises. Sûrement des gens qui avaient de l’argent à perdre. Mais pourquoi ne les a-t-il pas dénoncés au lieu de se contenter de les éconduire ?

Jeudi : Karachi refait surface : on nous présente comme certitude l’attentat relié au financement de la campagne de Balla, ce qui n’est pas du tout établi. Et les médias étalent complaisamment la « proximité » des deux mis en examen avec Nicolas Sarkozy, comme s’ils étaient encore à son service. Des fois que ça pourrait nuire ... - La bourse perd encore 5 points : c’est l’inquiétude des marchés face aux prévisions de croissance mondiale. Vivement que la gauche prenne le pouvoir qu’on rigole.

Vendredi : Et Brice qui fait des siennes au rayon « gaffe ». De quoi donner le bâton pour se faire battre. C’est Karachi partout (ouais, facile). - La Palestine veut aller à l’ONU, et c’est bien vu par les arabes ?  Une manière de sortir de l’impasse où végètent les négociations avec Israël. Pour l’instant on les prie d’aller se rhabiller.

Samedi : Les bleus n’ont pas broyé du noir, mais nous, on a de quoi ! Maintenant va falloir « enfiler » les tongas, en espérant qu’ils ne soient pas d’une trop grosse pointure. - Auxiette et Antonini font campagne sur le marché pour Martine Aubry : ils sont pris en photo avec un marchand de salades, tout un programme !

Dimanche : Sénatoriales remportées de justesse par la gauche : à 80% résultat de la poussée mécanique due aux derniers scrutins municipaux et régionaux, plus un poil de dissidences, plus un soupçon de crise, plus une larme de « dossiers » surgissant opportunément… - En Maine-et-Loire la liste dissidente de "Bourdou" a fait perdre un siège à la majorité. Merci Charette ! - L'UMP garde ses deux sièges, Na ! Merci Christophe. - Si les centristes étaient un peu plus "lisibles" ils auraient pu garder leur siège. Mais on s'y perd dans leurs groupuscules.

 

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

 

Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300 
Lundi :
Je retiens cette phrase au vol de Roland Cayrol à « Mots Croisés » : « On ne fait pas campagne sur un bilan, mais encore faut-il qu’il soit connu. Il s’est fait beaucoup de choses, il y a de la matière, peut-être que ça apparaîtra au cours de la campagne… ». Comme lui, je trouve que la majorité ne communique pas assez sur le bilan. Un thème : la France s’est plus modernisée en 4 ans que dans les trente années auparavant. La « France abîmée » de Martine Aubry, c’est parce qu’on ose toucher aux « fromages » du PS. C’est la « France transformée » qu’il faut comprendre. – A 8 et 11 ans, ils saccagent une école en Charente !!! Mais qu’ont-ils donc dans leur tête ? – Claude Guéant veut faire le ménage sur les Champs Elysées en renvoyant les jeunes délinquants roumains chez eux. Le PS proteste ! Pas moi !

Mardi : Martine Aubry veut transformer le fonds de soutien européen en banque publique européenne et créer les euro-obligations. – Au Medef, Laurence Parisot affirme que le programme de Marine Le Pen aboutirait à la ruine pour notre économie et notre pays.

Mercredi : « Les politiques n’acceptent le changement que devant la nécessité et ne trouve la nécessité que dans la crise ». Cette citation de Jean Monnet connaît aujourd’hui une résonnance particulière. - Villepin, relaxé dans l’affaire Clearstream, loue l’indépendance de la justice. Que n’aurait-il pas dit dans le cas d’une condamnation ? Il marche de plus en plus seul, Le député Jacques Le Guen le quitte aussi. – Un Normand gagne 162 millions d’euros au loto européen mais il ne s’est pas fait connaître ; pas fou, les socialistes lui prendrait tout.

Jeudi : Ce soir, un nouveau jeu sur France 2 avec six candidats : « Qui veut dépenser plus ? » a fait l’audience. Coup de chance, j’étais invité au concert du 40ème anniversaire de l’ONPL avec au programme « La symphonie fantastique » de Berlioz. Qui verra le parallélisme entre les deux programmes ? – Euro obligations,   « une erreur absolue » selon Angela Merkel répondant ainsi à Martine Aubry. – Nicolas Sarkozy accueilli en héros par les Libyens avec Cameron. On espère qu’ils n’ont pas prêché dans le désert… En suisse un trader perd 2 milliards : ubs !!

Vendredi : Les prières de rues à Paris, c’est fini. Les musulmans ont une mosquée assez grande pour les accueillir. Marine ne dit pas merci à Claude. – Suite du débat où on découvre qu’il y a six manières d’être socialistes : abondance de biens ne nuit pas ? A voir …

Samedi : Défilé de candidats socialistes à la fête de l’Huma. Les « nombrilistes » comme dit Mélenchon, ne négligent rien pour glaner des voix. Mais à l’accueil on mesure la popularité à l’intensité des huées. Royal en tête ! Ce sont les « ébats de la gauche ».- Nicolas et Carla enceinte jusqu’aux yeux ont accueilli les visiteurs de la journée du patrimoine, ce qui a été très apprécié par les heureux veinards qui ont pu les croiser.

Dimanche : Les bleus ont retrouvé des couleurs face au Canada plus trempé que Dry. Encore un petit effort. La semaine prochaine c’est le « gros client » tout noir. – Ce soir DSK était à la une sur la Une. Que dire ? Joli numéro de comédien mais personnage qui reste abject sur le fond. Pour un peu, on aurait pleuré ! On aurait pu croire que c’était Anne Sinclair qui posait les questions. Et puis, plus scandaleux, c’est cette photo que l’on montre à plusieurs reprises en fond d'écran, avec sa femme triomphante à ses côtés et sous-titrée : «L’avenir ». Osé tout de même !

 


EXTRA DU DIMANCHE ... EN ATTENDANT TF1

 

L’AFFAIRE DSK EN VERS

Puisque l’intéressé doit s’exprimer, voilà ce qu’il pourrait (peut-être) nous dire :

Comme Ruy Blas, (acte 1, scène 1) par exemple :

« Ah! Tout perdre en un jour.
Pour une amourette avec une suivante,
Une fille de rien. On m'exile !
Et vingt ans d'un labeur difficile,
Vingt an d'ambition, de travaux nuit et jour.
Mon crédit, mon pouvoir, tout ce que je rêvais...
Charge, emploi, honneurs, tout en un instant s'écroule.
Au milieu des éclats de rire de la foule
! »


Et pour rafraîchir la mémoire de ceux qui auraient oublié de quoi il s’agit, voici l’affaire résumée en vers. Merci à celui qui a pris la peine d’écrire ce morceau de bravoure qui m’est parvenu par courriel :

 

Ballade pour un coup manqué.

Plus que le Tsunami sur les côtes Nippones,
L’affaire qui parut de nature friponne,
Plus loin que l’Effémi provoqua des remous :
Pour la première fois Déeska banda mou !
Mais l’amour qu’il portait aux petites culottes, 
Avait-il mérité qu’on lui mît les menottes ?

Qu’avait-il fait, sinon que tenter d’honorer,
En bravant le Sida qu’on y pouvait trouver, 
L’entre-deux rebondi d’une Cananéenne,
Race bibliquement vouée à la géhenne... ?

De l’acte rédempteur, eût-il dû s’abstenir ?
Qu’en pense Anne Sinclair qui n’a rien vu venir ?

David n’usa-t-il pas ainsi de Bethsabée,
Qui ne fut pas cruelle et céda bouche bée ?
Déeska pouvait-il, étant fils de Sion,
Donc de la race élue ! - oublier l’élection ?
Peut-on lui reprocher de s’être trompé d’urne,
Et d’en avoir cherché la fente avec ses burnes ?
Allons donc ! Quand on est serviteur de Démos,
Et qu’on se sent pourvu du braquemart d’Eros,
On se doit de pousser l’argument sans réplique,
Afin que tout sillon devienne raie publique !

Mais toi, de tels assauts, si riche en souvenirs,
Comment Anne Sinclair n’as-tu rien vu venir ?

Un poète a bien dit, et ça vaut pour Hercule,

Que le désir s’accroît quand l’effet se recule !
C’est un fait que l’objet désiré recula,
La tentatrice noire ayant dit : «  Halte-là ! ».
Ainsi donc l’instrument dont s’honorait Priape,

Se trouva bêtement privé de sa soupape,
Et Déeska gagné par la fièvre du rut,
Déversa sa fureur sans atteindre son but !
Ce Niagara, (ce n’était pas la mer à boire !)
Devint pour la police une piste notoire !
Et désormais, le Procureur va requérir !
Comment Anne Sinclair n’as-tu rien vu venir ?

Princesse dont la grande ambition s’est brisée,
Par une foufounette insensible au plaisir, 
La roche Tarpéienne est près de l’Elysée !
Mais comment tes yeux pers n’ont-ils  rien vu venir !


L'impromptu de Berlin

 

Avec cette nouvelle journée maussade aussi bien par la météo que par le nouveau plongeon des bourses, voici un petit texte, dont j'ignore le nom de l'auteur, qui permet d'aborder le sujet sur un mode plus détendu. je l'ai reçu il y a déjà quelques temps et ne résiste pas au plaisir de le partager avec vous. Une manière d'oublier la descente vertigineuse des titres de nos banques. Si ça continue, on va bientôt trouver du pétrole sous le siège de la société Générale ! ...

La scène se passe dans les jardins du Château Bellevue, à Berlin. Angela Von Mecklemburg et Nicolas de Neuilly se sont discrètement éclipsés de la réception offerte par le roi de Prusse. On entend, au loin, les accents du quatuor de Joseph Haydn.

Nicolas :
> > Madame, l'heure est grave : alors que Berlin danse
> > Athènes est en émoi et Lisbonne est en transes.
> > Voyez la verte Erin, voyez l'Estrémadoure
> > Entendez les Romains : ils appellent au secours !
> > Ils scrutent l'horizon, et implorent les Dieux.
> > Tous les coffres sont vides, et les peuples anxieux
> > Attendent de vous, madame, le geste généreux !
> > De leur accablement ils m'ont fait l'interprète :
> > Leur destin est scellé, à moins qu'on ne leur prête
> > Cet argent des Allemands sur lesquels vous régnez.
> > Cette cause est bien rude, mais laissez-moi plaider...

Angela :
> > Taisez-vous Nicolas ! Je crois qu'il y a méprise
> > Folle étais-je de croire à une douce surprise
> > En vous suivant ici seule et sans équipage
> > Je m'attendais, c'est sûr, à bien d'autres hommages !
> > Mais je dois déchanter, et comme c'est humiliant
> > De n'être courtisée que pour son seul argent !

Nicolas :
> > Madame, les temps sont durs, et votre cœur est grand
> > Vos attraits sont troublants, mais il n'est point décent
> > D'entrer en badinage quand notre maison brûle !
> > Le monde nous regarde, craignons le ridicule !
> > Notre Europe est malade, et vous seule pouvez
> > La soigner, la guérir et, qui sait ? La sauver !
> > Nous sommes aujourd'hui tout au bord de l'abîme
> > Vous n'y êtes pour rien, mais soyez magnanime !
> > Les Grecs ont trop triché ? Alors la belle affaire !
> > Qu'on les châtie un peu, mais votre main de fer
> > Est cruelle aux Hellènes, et nous frappe d'effroi !

Angela :
> > J'entends partout gronder, en Saxe, Bade ou Bavière
> > L'ouvrier mécontent, le patron en colère.
> > Ma richesse est la leur, ils ont bien travaillé.
> > L'or du Rhin, c'est leur sueur et leur habileté.
> > Et vous me demandez, avec fougue et passion
> > De jeter cette fortune au pied du Parthénon ?
> > Ce serait trop facile et ma réponse est non !

Nicolas :
> > On ne se grandit pas en affamant la Grèce
> > En oubliant Platon, Sophocle et Périclès !
> > Nos anciens nous regardent, et nous font le grief
> > D'être des épiciers et non pas de vrais chefs !
> > Helmut Kohl est furieux et Giscard désespère.
> > Un seul geste suffit, et demain à Bruxelles
> > Desserrez, je vous prie, le nœud de l'escarcelle !

Angela :
> > Brisons là, je vous prie, la nuit est encore belle
> > Votre éloquence est grande et mon âme chancelle...
> > Mais si je disais oui à toutes vos demandes
> > Je comblerais la femme, et trahirais l'Allemande !

(Ils s'éloignent, chacun de leur côté)

 ...

 


LA SEMAINE SELON SAVINIEN

 

 

Recharge-pour-carnet-de-notes-pic-brechargepourcarnetdenotesb_1_400x300

11 septembre 2001 : attentat contre les tours jumelles du World Trade Center à Manhattan.

Lundi : C’était la rentrée. J’ai entendu au journal de midi une « mère en colère » se plaindre de la suppression des postes : rendez-vous compte, dans la classe de son enfant, les effectifs vont passer de 14 à 21 ! En effet, c’est monstrueux ! Ils devraient passer à … 25, au moins. Qui va expliquer à cette brave dame que les prof’ sont payés à crédit toute l’année, puisque les intérêts de la dette équivalent aux salaires des fonctionnaires ? Le retour de DSK chez lui, place des Vosges, c’est DSKtologis ? C’est ce que m’inspire ce jeu médiatique à la complicité partagée. Lundi noir à la bourse de Paris, et les valeurs bancaires dégustent. Irrationnel ?

Mardi : c’est la rentrée aussi pour les députés. L’assemblée nationale examine le plan d’ajustement du gouvernement : on se chamaille pour des queues de cerises à l’UMP, mais on finit par trouver les sous. Il y en a quand même qui trouvent le moyen de râler pour la taxe sur l’hôtellerie de luxe. Les marchés continuent de plonger, malgré une tentative de rebond, mais ce n’est pas pour ça. Borloo a du mal à respirer, c’est pour ça qu’il a fait sa rentrée dans les locaux « d’Oxygène », en maintenant le suspense sur sa candidature. Il est vrai que sans les maigres troupes du Nouveau Centre et l’argent de l’UMP (aucun député n’a quitté le groupe), le radical est plutôt démuni. Sans percée dans les sondages, il est contraint à faire un peu de démagogie pour exister. Mon pronostic : il va déclarer sa candidature mais ne pourra pas aller jusqu’au bout. Pas assez au centre pour l’incarner.

Mercredi : le président reçoit les parlementaires UMP. Recadrage ? Pas besoin. Annonce sur ses intentions ? Trop tôt. Mais il ne renonce à rien ! Il est resté concentré sur la crise, une manière de montrer qu’il veut rester au-dessus de la mêlée. En face, la guéguerre des roses parait bien dérisoire face aux défis actuels. Justement, Ségolène Royal s’en est pris aujourd’hui aux sondages ce qui est dans la droite ligne de ce que j’exposais dans la note « Une belle arnaque » de mardi. Elle a saisi la fameuse « haute autorité des primaires citoyennes » pour contester les conditions de réalisation des enquêtes d’opinion. Chez les alliés de Martine Aubry, le doute s’installe aussi. Coincée entre ses petites phrases sur DSK et son aile gauche, sa campagne patine. A l’Assemblée nationale, les députés ont voté pour l’application de l’accord européen du 21 juillet. La France est le premier pays dont le parlement a voté les nouvelles mesures de sauvetage de la Grèce : difficile de faire mieux ! Les marchés rebondissent.  Hollande viendrait chez Goua le 26 septembre, mais à condition de serrer des paluches du bon peuple d’en bas. En Allemagne, la production industrielle a bondi de 4% en juillet : faux rebond ou redémarrage ? Trompe l’œil plutôt.

Jeudi : Nicolas Sarkozy inaugure la LGV Dijon-Belfort et met l’accent sur l’effort d’investissement dans le ferroviaire. Ce déplacement du Président a mis en émoi (et moi, et moi, et moi) Villepin, on ne sait trop pourquoi. « Il y a d’autres choses à faire en ce moment » affirme-t-il. On sait ce qu’on a envie de lui répondre au cow-boy solitaire. Jean-Noël Guérini a été mis en examen. Au PS on fait profil bas. Mais les noms d’oiseaux commencent à voler dans la primaire. En même temps on apprend que le trou de la sécu en 2010 est béant : 30 milliards. Les Français consomment trop d’anxiolytiques, mais c’est peut-être pour ça qu’on n’a pas « d’indignés ».

Vendredi : Depuis trois jours les images tournent en boucle. Celui qui n’a pas vu l’effondrement des tours jumelles doit être aveugle. Un peu oppressant quand même tout ce battage. Commémorons, mais avec gravité et simplicité. Inutile d’en rajouter quand tout et même plus a déjà été dit. Pendant que les ministres des finances du G8 s’écharpent à Marseille, Obama tente d’injecter 447 milliards de dollars dans l’économie américaine. Un nouveau bras de fer destructeur s’annonce avec les Républicains. Il n’y a pas que nous qui avons une opposition à la c…

Samedi : C’est dans le journal ce matin : c’est sûr, Bodard y va ! Cela fait donc six listes avec celle du FN, pour les sénatoriales dans le Maine-et-Loire : Raoul n’est plus cool, ça lui apprendra de se moquer de la droite.  Les « accroche-cœurs » c’est parti aussi. La grande fête « panem et circem » à la mode angevine déroule ses numéros aux quatre coins de la ville. Gratos ? Sûr, y’a bien quelqu’un qui paie, toujours le même… Le même qui paiera le centre « aqualudique » à 34 millions d’euros ! Nouvelle tempête boursière pour la fin de la semaine sur fond de démission à la BCE : on va finir par atteindre « ground zero ». Rugby : le ballon n’est pas rond, mais ce n’est pas une excuse pour un match aussi décousu. Les bleus ont frôlé le scénario 3D (3 défaites et on rentre). Pour un peu on se serait cru au foot… Le prochain obstacle c’est le Canada : espérons qu’il ne soit pas trop « dry » !

Dimanche : les cérémonies new-yorkaises monopolisent le petit écran. Dix ans après, l’émotion est toujours là et la sidération provoquée par les images, intacte aussi. Mais Oussama est mort ! Maigre consolation, mais consolation quand même. Au chapitre des universités politiques c’est le tour du FN et des centristes. C’est fou ce que la Marine a le visage dur. Est-ce un tropisme de ma part, mais j’ai l’impression de voir de la haine et de la méchanceté même dans son sourire, encore plus dans son arrogance naturelle. A la Grande Motte (tout un programme !) Borloo et Morin se sont retrouvés, mais sans Charette (excédé parait-il), et encore moins Bayrou. De belles faenas (olé), mais comment s’y retrouver entre les centristes des champs (hier au gouvernement) et ceux des villes (aujourd’hui au gouvernement). Tout ça pour affirmer que l’avenir du centre est à droite : ça on le savait déjà. Encore faut-il ne pas la faire perdre, la droite !

 


LES BREVES D’ARCHIBALD

 

GAULLISTE. Après Royal c’est Montebourg qui fait les yeux doux aux gaullistes : « Mon projet pourrait convenir à un gaulliste sincère » affirme-t-il, sans hésitation. Mais il ne dit pas de quel gaulliste il s’agit, peut-être un de 1945… et encore !

INSUFFISANT. C’est sûr, eux, ils auraient fait mieux, à entendre l’ineffable Ayrault avec « y’aka » et « yfaucon »…, . L’accord intervenu à Bruxelles pour tenter de trouver une solution à la crise grecque, à l’initiative majeure de Nicolas Sarkozy il faut bien le reconnaître, est jugé insuffisant par les socialistes, comme si la France décidait toute seule.. On voit bien que c’est pas eux qui ont à négocier avec Merkel.

PRIMAIRES. On découvre ce qu’est devenue la machine mise en place par le PS : une formidable manière de faire de l’agitation tout l’été.  De quoi lasser tout le monde ; avec de plus en plus de questions : compte tenu du passé « maison », on se demande bien qui assurera la sincérité d’un scrutin dont on ne connaît pas les contours du corps électoral. J’ai des amis qui iront voter « Montebourg » rien que pour rigoler…

MONTRE. Le tour de France est terminé, et j’ai cru un instant qu’il avait été rajouté une étape supplémentaire à Washington : une course contre la montre. Une chance pour Voekler de conquérir son podium ? Mais c’est des négociations entre Obama et le Congrès au sujet de la dette dont il était question. Dommage !

MA CASSETTE ! Le torchon brûle entre Borloo et l’UMP à qui il réclame 1 million d’euros. Mais le Parti Radical est lié par un contrat de législature et Copé se fait tirer l’oreille pour verser la somme. Un bon moyen d'obliger le Radical  à mettre un peu d’eau dans son verre.

SPIROU. C’est le parti d’en rire des Belges devant la crise de gouvernement qui s’éternise. Et on dit qu’ils n’ont pas d’humour ? Spirou s’est mis au service de l’unité nationale. Avec le héros et le renfort du Comte de Champignac, ils sont certains de trouver une issue… espérons qu'elle ne soit pas explosive !

 

 


ARCHIBALD SUR LA PASSERELLE

 Longue vue 2

DECULOTTEE. Le naïf Hulot a perdu son pari. L’archiprêtre médiatique de l’écologie planétaire a été vertement renvoyé à ses écrans et son business par les ayatollahs du parti le plus sectaire de l’hexagone. Une veste, il était couvert pour l’hiver, mais le voilà le cul à l’air, parce que c’est une déculottée que les Verts lui ont administrée.

GARGAMELLE. « L’amère de Lille » dans tout son art. Transformée en Mélusine de pacotille pour aller glaner des voix dans le chaudron gaucho des théâtreux d’Avignon, en leur promettant monts et merveilles, c’est en Madame « miracle » qu’elle est venue hanter les colonnes de mon quotidien préféré de l’Ouest. Dans ses colonnes elle n’hésite pas à enfiler mensonges sur promesses démagogiques pour démontrer qu’elle peut diminuer la dette en augmentant les dépenses publiques. C’est Gargamel en jupons devant ses grimoires !

RATEAU. Voilà l’outil le plus spectaculaire qui n’ait jamais été utilisé en politique : le rateau « XXXL » non pas king mais « queen » size, forcément, puisque c’est celui que compte utiliser l’ex et toujours candidate Royal. Il s’agit de ratisser si large qu’elle compte récupérer les voix de Mélenchon à gauche jusqu’aux gaullistes à droite. C’est sûr, il fallait y penser. Et pour quoi faire ? Réunir tous les «antisarkozystes ». Super programme ! Est-ce qu’elle aura des voix du PS au moins ? On pourra toujours dire qu'elle s'est "pris un rateau" !

DEFILE La clown verte à lunettes rouges nous a fait bien rire cette semaine. Inspirée par la tradition de son pays d'origine, elle a préconisé de remplacer nos beaux et vaillants militaires par un défilé citoyen où l’on ferait défiler les enfants des écoles en chantant . Remplacer les légionnaires par les enfants de Puteaux et les filles de Garches, il fallait y penser. Pas sûr que ça fasse des voix !

CONGRES. Borloo veut que le président réunisse le congrès pour débattre avec la représentation nationale de la crise de la dette. A-t-il seulement une solution à proposer ? Si non, c’est de la parole pour exister, et ça ne sert pas à grand-chose. Déjà qu’il faudrait faire entériner la loi sur les équilibres budgétaires, dont les gauchos ne veulent pas entendre parler –on se demande pourquoi puisqu’il sont une solution magique- ça peut faire beaucoup à l’ordre du jour surtout pendant les vacances. Une session extraordinaire le 4 août ? Chiche !

                                                                       Tonnerre de Brest !

 

 


C'EST L'ETE !

 

Vacancier 

Le calepin a revêtu sa tenue d'été. Bien que les sujets sérieux ne manquent pas, il est temps de passer à des sujets plus légers et à un rythme plus estival compatible avec la chaise longue, la plage, les visites touristiques...  Et pour commencer, une pause jusqu'au 20 juillet !

Bonnes vacances à tous,

                Daniel


AH ! LE TOUR …

 

P1080564 P1080565 P1080574 P1080576 P1080545
P1080580 



Samedi c’était la première étape. Il passait à quelques kilomètres, alors difficile de ne pas céder à la tentation « d’aller voir passer le tour ». La grande boucle en juillet c’est rituel comme un bon camembert avec un verre de Bordeaux à la fin d’un repas, et ça ne se rate pas. D’autant plus que cette année la Vendée est vernie. Rien que trois étapes pour satisfaire le plus de monde de ce département dont on dit qu’il compte plus de cyclistes que les moules sur les bouchots de la pointe de l’Aiguillon.

Nous avons choisi de nous rendre à Avrillé : le virage derrière l’église nous semblait en effet le lieu le plus adéquat pour les voir venir, passer et partir. Mais il y a plusieurs précautions à prendre : se munir d’une bonne casquette pour se protéger d’un soleil bien présent en ce début de juillet, d’une bouteille d’eau pour calmer la soif pendant l’attente, et surtout arriver suffisamment tôt pour espérer une place au premier rang, sans pour autant se lever aux aurores, d’autant plus que le peloton était attendu aux alentours de 15H.

Nous voilà donc sur place  avec une bonne heure et demie de délai. Il y a déjà du monde, surtout que le site a été choisi pour un « sprint ». Le Tour est toujours une fête populaire. Mais ce qui est bien, c’est que la foule se répartit sur tout le parcours, ce qui permet d’être partout en bonne place. Un gendarme goguenard veille gentiment à discipliner des spectateurs pas toujours très conscients des dangers. Nous patientons en regardant passer la caravane. Là, c’est un peu la déception : les voitures sont bariolées, mais point de ces carrosseries spéciales comme autrefois où circulaient des bouteilles de Butagaz géantes, d’énormes tubes de dentifrice à roulettes, d’innombrables fourgons à plate-forme distribuant bonbons, casquettes, visières en carton, gadgets de toutes sortes. Je suis un nostalgique d'Yvette Horner assise sur le toit de sa traction, avec sa robe tricolore, jouant de son accordéon, les moucherons collés sur les dents... Cette fois c’est la crise : point de distribution, peut-être à cause de la sécurité, plus probablement en raison de budgets publicitaires plus serrés. Les seuls qu’on aient vu c’était pour nous vendre le kit du tour : maillots, casquettes et je ne sais quoi pour … 20€ : prohibitif !

On a vu aussi beaucoup de voitures officielles : des Skoda en veux-tu en voilà. A croire qu’il y a plus d’officiels que de coureurs. Quelques-unes ont les vitres baissées avec un quidam qui agite la main : sûrement quelqu’un de connu, mais allez le reconnaître dans un véhicule qui passe à plus de 50 km/H, c’est que derrière, le peloton ne s’amuse pas, alors il faut tenir le rythme. « Tiens, on aurait dit Poulidor ! », « Tu as vu, c’était Miss France ! » … Le temps passe vite. Des jeunes, juste à côté de moi s’agitent avec leur drapeau vendéen collé à la barrière. Plus loin ce sont les supporters luxembourgeois qui y ont collé un drapeau. En face, des spectateurs sont revêtus des pieds à la tête de « l’Union Jack » : le folklore bon enfant et habituel d’une étape du tour.

Les choses sérieuses s’annoncent. Cinq hélicoptères passent dans le ciel, le nombre des motards bleus et de voitures de gendarmeries tous feux clignotants ouvrent la route : et voilà trois échappés qui foncent vers la victoire qui leur échappera finalement, entourés de motards bardés d’antennes comme des chalutiers soviétiques, avec caméraman en tansad, voitures porteuses de vélos,  une petite trouée de quelques minutes et le gros du peloton s’annonce : zou, zou, zou, zou… comment peut-on prendre un virage à angle droit aussi vite en étant aussi nombreux ?  et puis c’est la longue file des voitures suiveuses hérissées de porte-vélo, des ambulances-au-cas-où, et enfin la voiture balai. Deux motards de la gendarmerie ferment la marche triomphale.

Il n’y a plus qu’à rentrer, mission accomplie. Comme d’habitude, occupé à prendre des photos en rafales, je n’ai pas vu grand’chose : il faudra que je regarde mes clichés ! Pas de frustration non plus, c’était prévu.

C’était le passage du Tour : trois minutes palpitantes, mais l’ambiance, monsieur, l’ambiance ! Nous on va voir le Tour pour l’ambiance ! Pour le sérieux, on regardera l’étape à la télé…

 

 


LE ZAPPING D’ARCHIBALD

 

Chaos grec. Le dos au mur, l’Europe avance. C’est ainsi. Les ministres des finances de l’eurogroupe ont fini par adopter le plan français de soutien à la Grèce qui va recevoir les quelques 6 milliards pour faire face à ses échéances, la condition du vote d’un nouveau plan de rigueur étant remplie. Mais c’est maintenant la situation de la dette américaine qui inquiète. Du taf pour la nouvelle présidente du FMI.

Avantage Baroin. C’est finalement le chiraquien qui a emporté la succession de Christine Lagarde après une courte tempête dans le verre d’eau gouvernemental. Le Ministre de l’Agriculture est finalement rentré dans le rang et continuera à garder ses vaches, où il fait d’ailleurs du bon boulot. Harry Potter de son côté a reçu le renfort de la wonderwoman Pécresse au budget. Un tandem qui devra verrouiller nos dépenses et veiller à rentrer dans les clous de nos engagements budgétaires.

Les Graines qui tuent. Il a l’air fin le père Noël (Mamère). Le maire bobo-écolo de Bègles  est bien embêté parce que les graines germées qui ont fait des dégâts à Bordeaux, avec un 1er décès à la clé, ont été servies  lors d’une manifestation dans sa commune. Une manière de lui rappeler, à lui qui donne des leçons à tout le monde, que le bio n’est peut-être pas aussi « tout bio- tout joli » (comme dirait Eva). La nature peut aussi se venger.

La fraude est partout. Difficile de passer un examen cette année sans qu’il soit entaché d’une irrégularité, d’une erreur ou d’une fraude. Il faut dire qu’avec les petits bijoux de technologie que nos jeunes traînent dans leurs poches, ça devient de plus en plus difficile à contrôler. Il va falloir de l’imagination à nos technocrates pour trouver les parades.

Conte de fée. Le mariage a bien eu lieu devant tout le Gotha aristo de la planète, le vieux jeune Prince de Monaco a épousé la belle Charlène. Voilà de quoi faire venir la larme à l’œil dans les chaumières. Tout a en effet concouru pour en faire un événement  des plus glamours : le temps, le décor, les limousines, les toilettes… Ah que c’était beau !!!!

Enfin Ministre ! ou presque. Marc Laffineur, comme la rumeur l’avait annoncé, a fait enfin son entrée au gouvernement sur le strapontin de Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants. C’est mieux que rien. Le voilà garé pour dix mois. Après, c’est une autre histoire.

Blanchiment. Pas d’argent mais d’accusé. Les charges contre DSK sont en train de tomber du fait des révélations sur la femme de ménage. Du coup l’ancien patron du FMI a retrouvé sa liberté, avec une soirée resto à la clé : des pâtes aux truffes et une note de 600 dollars. Voilà qui continuera de plaire à nos smicards. On retiendra tout de même son tempérament de forniqueur compulsif. Mais perdre une telle situation pour n’avoir pas su renoncer à une fellation, c’est le comble de la stupidité, d'autant plus qu'il s'était offert les services d'une professionnelle jusqu'à 3H du matin (sûrement pour enfiler des perles...).

Verbatim : « la nomination de Christine Lagarde au FMI, c’est une reconnaissance mondiale de la politique de Nicolas Sarkozy. »  JFC

                                                              Mille sabords !