Previous month:
mars 2016
Next month:
mai 2016

LES ETATS-UNIS ENTRE GAUCHISME ET POPULISME

Bernie Sanders   Hillary Clinton   Donald Trump

 

L’Amérique change de visage. Déjà, elle avait élu Barak Obama, c’était un signe d’évolution mais ce n’était pas un changement en profondeur tant le président noir avait les codes de la société traditionnelle américaine incarnée pendant des décennies par les WASP (White Anglo-Saxon Protestant). L’évolution démographique – les latinos sont désormais plus nombreux que les blancs- et la crise de 2008 ont modifié à la fois la sociologie électorale et les mentalités.

Des primaires plus démocratiques qu’on ne le pense.

La campagne des primaires est un révélateur de ces transformations. Derrière le « barnum » des « super Tuesdays » et autres « caucus », il y a bien un processus démocratique dans le déroulement de la consultation : innombrables meetings, centaines de débats, multiples rapports, commentaires, sans compter les heures consacrées par les médias aux analystes de tout poil. Mais cette fois, les primaires ont pris une tonalité différente : le fait que Donald Trump  écrase tous ses rivaux du côté Républicain et qu’Hillary Clinton soit bousculée par un Bernie Sanders rendent visibles le désarroi d’une Amérique mutante. Les citoyens ont envie de participer, d’entendre les candidats et aussi de se faire entendre d’eux. On découvre ainsi une défiance à l’égard de « l’establishment » et des candidats qui le représentent beaucoup plus forte que les fois précédentes.

La percée populiste de Trump.

Déjà, on avait vu le Parti Républicain traversé par le courant ultra conservateur du « Tea Party ». Cette fois-ci, ce sont les candidats de l’élite du parti qui ont été éliminés ou mis à l’écart. Ainsi le troisième représentant de la dynastie Bush, Jeb, a dépensé 140 millions de dollars pour rien, il a dû jeter l’éponge, Marco Rubio s’est retiré et si Ted Cruz reste en course, ses chances s’amenuisent au fil des élections. Son profil d’ultra conservateur ne lui permet pas de rassembler. Donald Trump s’est taillé un boulevard malgré le « Tout Sauf Trump » qui continue parmi les cadres du Great Old Party. Il surfe sur l’énorme frustration économique, la misère aussi, et sur une classe moyenne qui tremble devant la menace d’un déclassement social et se sent abandonnée ou oubliée par les élites. A chaque primaire, son avance se confirme, malgré ses outrances et ses erreurs. Il est le symptôme d'un mal américain qu'on ne peut pas ignorer : la peur de perdre son identité. « América first ! »

Le glissement à gauche des « démocrates ».

Côté démocrate, Sanders est le grand gagnant. La nomination comme candidat lui échappera sans doute, mais une étude de Harvard attribue au sénateur du Vermont la « gauchisation » radicale des opinions politiques des jeunes Américains (18-29 ans) : 45% se prononcent pour davantage de dépenses publiques pour réduire la pauvreté, 51% se disent opposés au capitalisme et 33% se déclarent même « socialistes ». Cette évolution est à prendre au sérieux et marque un tournant important de ce que l’on pourrait appeler la « gauche » américaine. En effet, cette génération des « millenials » est en train de remplacer celle des baby-boomers comme fraction numériquement la plus importante de la population des Etats-Unis et leur domination continuera à augmenter jusqu'en 2030 où ils représenteront un adulte sur trois.

La défiance des élites et des institutions.

Une grande partie des Américains a le sentiment que les actions de Washington ne se décident pas en fonction du bien commun, mais dans l’intérêt particulier des plus privilégiés. Ce sentiment explique beaucoup de choses, et notamment les grandes difficultés rencontrées par Hillary Clinton. Il est annonciateur de changements idéologiques dans la société US. Bernie Sander a longtemps été  considéré comme une « curiosité » de la vie politique que l’on expliquait par son origine : élu du Vermont, état classé le plus à gauche des Etats-Unis. Son langage clair et simple, assis sur des propositions précises et concrètes pour résoudre les problèmes économiques et les demandes sociales urgentes, lui assure le soutien massif des jeunes générations. Un discours qui fait écho à l’inégale répartition des richesses, à l’évasion fiscale ressentie comme intolérable et qui propose de s’occuper davantage des équipements collectifs. De quoi compliquer sérieusement l’action d’Hillary Clinton plus en phase avec la stratégie dite du « recentrage » chère à Bill Clinton et qui lui avait valu son succès. Mais l’Amérique n’est plus la même et le contexte idéologique laissé par la crise a profondément changé.

D’un côté la perte d’identité fait le succès de Donald Trump, de l’autre la peur du déclassement social favorise la « renaissance » d’une gauche affirmée.


MONDE A LA DERIVE CHERCHE LEADER(S)

Bagarre_village_gaulois

 

Le monde actuel va mal. Quel que soit le côté où l’on se tourne, ce n’est qu’incertitude, difficulté et pessimisme. J’entends déjà votre reproche : « Daniel, arrête de jouer les Cassandre ! ». Mais que voulez-vous, je n’y peux rien si la réalité est ce qu’elle est. La preuve par l’observation : faisons un petit tour d’horizon.

Les menaces qui pèsent sur la croissance mondiale

On en compte au moins quatre : la transition économique de la Chine pèse sur les échanges internationaux parce que son gouvernement peine à maitriser les mutations que génère le passage du modèle tourné vers l’export à celui de la consommation intérieur ; les pays émergents sont menacés d’un retrait massif des capitaux internationaux, soit parce qu’ils dépendent trop de leurs matières premières dont les prix chutent, soit parce qu’ils sont en crise politique comme le Brésil ; de nombreux pays en développement sont déstabilisés durablement par la volatilité des marchés financiers et connaissent une récession ; enfin, la plupart des pays développés dont l’Europe et le japon, affichent une croissance faible et restent au bord de la déflation. Ces menaces ont été rappelées par Christine Lagarde, présidente du FMI.

L’arrêt de la globalisation

La conjonction de tous ces facteurs, s’ils intervenaient au même moment comme cela semble se profiler,  pourrait entraîner un mouvement inverse de celui de la « mondialisation ». Ce phénomène de repli sur soi généralisé serait peut-être loué par les apôtres populistes mais serait en réalité une véritable catastrophe pour notre planète. En effet, la plupart des économistes s’accordent sur le constat que l’ouverture généralisée des frontières a permis à près d’un milliard d’êtres humains de sortir de l’extrême pauvreté. Cela n’empêchera pas le spectre d’une crise financière mondiale de hanter tous les esprits. Car les systèmes bancaires de plus en plus interconnectés, les mouvements de capitaux dont la taille n'a cessé de croître et qui sont devenus plus volatils, les acteurs non bancaires du type fonds de gestion, « hedge funds », compagnies d'assurances, centres offshore, sans parler du marché parallèle des « bitcoins »,  gagnent en importance mais avec une distorsion de l’impact sur l’économie réelle par la création de « bulles »: toutes ces évolutions multiplient les risques encourus par l'économie mondiale. Tant et si bien que certains économistes prédisent une nouvelle crise encore plus dévastatrice que celle de 2008, alors que les efforts de régulation ont été engagés mais ne sont pas à la hauteur.

L’absence généralisée de leaderships

A ce climat, viennent s’ajouter trois risques supplémentaires majeurs. Le premier, c’est l’élection américaine. La course de Donald Trump est à cet égard préoccupante. On sait, en effet, que son élection serait le signal d’un repli des USA sur eux-mêmes, tant le discours qu’il développe est ultra protectionniste. Un repli qui se ferait évidemment aux dépends du reste du monde, puisqu’il s’agit d’exacerber la puissance américaine contre tous les autres. Le second risque, c’est l’Europe. On voit bien partout les causes d’immobilisme ou de stagnation : une Espagne paralysée qui doit retourner aux urnes, un Portugal qui recule avec son gouvernement de coalition de gauche, la Grèce qui nous refait le coup du chantage comme tous les dix-huit mois et qui en est encore à faire les fonds de tiroir pour payer ses fonctionnaires, la menace du Brexit qui serait une catastrophe pour la deuxième économie de l’UE s’il se réalisait et pour tous les autres partenaires, le climat des affaires qui se dégrade en Allemagne… Et je ne parle pas de la France, puisqu’il parait qu’elle va mieux (je plaisante). Le dernier risque auquel nous devons faire face, c’est la crise migratoire à quoi on peut associer les tensions religieuses et l’explosion du terrorisme, et le repli identitaire qu’elles déclenchent partout. La dernière élection en Autriche n’envoie pas un signal réconfortant. La fermeture progressive de toutes les frontières serait un formidable frein au développement. Et dans aucun pays, il n’y a un leader qui s’impose avec une vue d’ensemble, et encore moins au niveau continental voire mondial. Le monde court au désordre et il n’y a personne pour prendre les décisions qui l’empêcherait.

Une triple conjonction

Imaginons ce que pourrait produire une déconnection Nord-Sud, associée à une balkanisation de l’Europe et une démondialisation liée au double repli américain et chinois ! Imaginons ce que produiraient les replis de capitaux, la guerre des monnaies qui ne manquerait pas de s’en suivre, et les désastres en chaine amplifiés par les réseaux connectés. Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne : les pays émergents n'ont pas accès à tous les instruments financiers de défense et surtout, ils n'ont pas le privilège d'émettre une monnaie de réserve internationale à l'instar des Etats-Unis, des membres de la zone euro et du Japon. Sans parler de la Chine qui ne se laissera pas faire. Sans parler de la Russie, des pays du golfe….

Heureusement, ce n’est pas parce qu’une catastrophe est prévisible qu’elle se réalisera. Comme dirait l’autre : « les prières sont les bienvenues ». Et avec la chance qu’on a, la droite pourrait bien reprendre le pouvoir au pire moment. On mesurera alors amèrement le temps perdu pendant cinq ans pour mettre nos finances d’équerre quand « la conjonction des planètes était favorable ».

 


"EH OH LA GAUCHE", … DEGAGE !

Hollande grimace

 

Le dernier carré.

Ses partisans sont aux abois. Comment sauver le soldat « Hollande » ! Le clan qui le soutient, qui voit fondre ses effectifs de jour en jour a confié au fidèle d’entre les fidèles le soin de battre le tambour du rappel. Pour reprendre la comparaison de Marc Fiorentino, « tel Custer et ses 647 hommes face à une déferlante de Cheyennes et de Sioux, Hollande rassemble son dernier carré de fidèles pour tenter d'enrayer l'immense ras-le-bol qu'il a réussi à provoquer. Je rappelle que Custer est mort dans la bataille ». C'est donc  « Le Foll » qui se colle à cette folle entreprise ! Pour ce faire il a trouvé un slogan improbable : « Hé oh, la gauche ! », qui résonne comme un cri de détresse perdu dans la pampa.  Avec ça, on va s’amuser follement ! C’est donc ce lundi soir, au centre universitaire des Saints-Pères  (tout un programme à mettre en rapport avec « les prières sont les bienvenues »), que la vingtaine de pèlerins inconditionnels du gouvernement vont se retrouver pour un meeting-spectacle sur l’air du « ça va mieux ! » devant ce qu’il reste de militants du PS. Manolito et le Macron aux yeux bleus n’ont pas été invités. En être là, à un an de l'élection présidentielle pour tenter désespérément de sauver un candidat potentiel qui surfe sur les 12% d’opinions favorables, c'est pathétique. Il faut donc s’attendre au pire, car tout sera mis en œuvre pour faire prendre aux Français des vessies pour des lanternes.

« Hé oh la gauche ! »

La formule, il fallait la trouver. D’abord elle sonne comme un reproche, comme un rappel à l’ordre. On a envie de mettre au bout : « Merde alors ! ». Pas sûr que ce soit le meilleur moyen de faire revenir les militants et les électeurs en les engueulant. Et s’il faut interpréter l’exclamation comme moyen de galvaniser les foules, c’est pas gagné non plus. Mais peut-être que le troll Le Foll la considère comme une formule magique qu’il suffirait de murmurer à l’oreille de la belle (la gauche en l’occurrence) pour la sortir de la léthargie où « Moi, je » l’a plongée. Comme si par un coup magique, à la fin du meeting, elle se réveillait ragaillardie, à nouveau pleine de certitudes et prête à suivre son prince charmant pendant les douze mois qui viennent… comme par enchantement. Il faut dire que le prince en question est un fameux joueur de pipeau. Tout cela pour dire que ce soir, on sonne le rassemblement. Mais il ne semble pas que cette réunion permettra au PS de refaire son unité. Dans l’hostilité d’une partie du PS et du reste de la gauche à l’action du gouvernement, l’ingrédient principal est le conflit idéologique, donc la remise en cause d’un certain nombre d’orientations adoptées par le gouvernement.

De la com’ à la con !

Faute d’y parvenir, on va avoir ce soir un avant-goût de ce que sera la campagne électorale du candidat Hollande. Car c’est bien de ça qu’il s’agit. Le message envoyé aux frondeurs et récalcitrants de gauche est extraordinairement négatif : « Ne nous attaquez pas, parce que vous faites le lit de la droite et qu’avec elle, ce sera pire. Si elle gagne, ce sera  avec votre complicité puisque vous nous mettez des bâtons dans les roues ». D’un côté, « on a tout fait bien », de l’autre : « Au secours, la droite revient ! » L’autre message est sur le thème du « ça va mieux ». Attendons-nous à un déluge de communication pour nous convaincre de l’extraordinaire bilan réformateur du quinquennat. On repeint tout en rose vif. Une gigantesque entreprise de mystification, à laquelle les médias ont commencé de participer en permettant la multiplication des interventions télévisées des porteurs des « éléments de langage » diligentés par la rue de Solférino, va nous submerger jusqu’à l’overdose. On a vu Julien Dray à la manœuvre,  Najat la bornée fière de ses bêtises, Sapin-le-claqueur-de-slip et ses comptes d’apothicaire verreux…  Ils vont nous vendre les progrès du « modèles social » avec 600 000 chômeurs de plus, l’inversion de la courbe du chômage pour cette année et le redressement des comptes pour 2017 (après l’élection si, si). L’éducation nationale va beaucoup mieux à tel point que les syndicats veulent chahuter la journée bilan de la Ministre. Ils vont même tenter de nous faire oublier la raclée fiscale qu’ils nous ont assénée. Et tout cela grâce à un grand timonier déterminé comme on sait ! Une tragi-comédie dont nous allons être les spectateurs involontaires mais obligés. Cette entreprise monstrueuse de désinformation est engagée : il s’agit de faire accroire à une France oublieuse le contenu d’un quinquennat calamiteux transformé en chef d’oeuvre de cohérence entre les mains d’un chef qui savait où il allait dès le départ ! Défendre l’indéfendable.

« Ohé, la droite ! »

Face à ce déluge, il va falloir que la droite sorte l’artillerie lourde et accorde ses violons au moins pour mener la contre-offensive. Il ne s’agit pas de les laisser endormir les Français. Il nous appartient d’être vigoureux dans la réplique. Il faut dénoncer toutes les manœuvres, communiquer sans cesse sur le bilan réel, souligner l’ineptie  ou le mal fondé des réformes menées. C’est une véritable guérilla parlementaire qu’il faut engager, réclamer la démission de l’impécunieuse du Poitou, exiger l’évacuation de la place de la République…

Car « Hé, ho, la gauche ! » n’est pas autre chose que la traduction du désarroi de « Moi, je » et de ses amis. S’il s’agit de complaire aux caprices des frondeurs et autres dissidents cela veut dire qu’il ne se passera rien pendant les douze mois qui nous séparent de l’élection et s’il s’agit de les rallier à ce qu’il reste de réformisme au sein du gouvernement, la tentative de réunification de la gauche est vouée à l’échec. Sans compter que les reculades sur la loi El Khomry ont réussi l’exploit de mettre Jean-Luc Mélenchon sur un nuage, avec, suprême outrage, des sondages qui le mettent à égalité avec le titulaire actuel !

Et dire qu’il va falloir attendre encore un an !


PRIMAIRE DE LA DROITE ET DU CENTRE : COMBIEN D’IZNOGOUD ? (suite)

Primaire à droite   Iznogooud 4

 

Dans le billet précédent, nous avons fait le point de situation sur la primaire et le démarrage des campagnes que constitue la « chasse » aux parrainages. Dans la foule qui se presse au portillon, on dénombre aujourd’hui une bonne douzaine de candidats déclarés sans compter ceux qui sont annoncés comme MAM et Gaino, on distingue les gros calibres et le menu fretin. Hier je vous ai proposé mon point de vue sur les campagnes d’Alain Juppé, de Bruno Le Maire et de François Fillon. A ceux que j’ai radiographiés hier, il faudra ajouter Nicolas Sarkozy dont nous allons examiner le cas aujourd’hui. Mon propos n’est pas de faire le tri ni de prendre parti. Ils sont tous bons et leurs programmes se ressemblent, même si on peut y trouver des nuances. Je souhaite simplement faire part du vécu de cette entreprise inédite à droite par un militant de base ayant quelque expérience pour en avoir beaucoup vu depuis quarante ans et des poussières.

Le « parrain » attend son heure.

C’est un secret de polichinelle. Nicolas Sarkozy sera candidat à la primaire. L’association « La France pour la vie » est en place et commence à collecter des fonds et les messages qu’elle envoie sont on ne peut plus explicites. S’il retarde son entrée dans l’arène c’est pour plusieurs raisons dont la présidence du parti qu’il ne quittera qu’après avoir mené à bien la tâche sur le « projet » et sa quête de notoriété avec son tour de France des « dédicaces ». Il est bien conscient que pour l’instant, le climat ne lui est pas favorable. Il sait qu’il avance à contre-courant.

Les sarkozystes purs et durs vont dire que je suis bien sévère avec l’ancien président en le dénommant le « parrain ». Loin de moi, l’idée de l’assimiler à un chef de mafia ou de clan comme le déclame fielleusement Jean-Louis Debré, ce chiraquien fossilisé et figé dans une adoration hors du temps. Il y a cependant dans le comportement de Nicolas Sarkozy quelque chose qui y fait penser : si on n’est pas avec lui, on est contre lui. Ayant été président de la République, il a du mal à se départir de cette superbe qui fait que l’allégeance devrait aller de soi. Et bien il se trompe. Il est redescendu de son piédestal et il doit comprendre qu’il s’est mis au niveau de tous ses concurrents. S’il y a bien une phrase qui m’a choqué, dans la prestation de Hollande la semaine dernière c’est celle au sujet de Macron : « Il sait ce qu’il me doit ». Grave erreur : en politique, on ne doit jamais rien. Quand on est appelé par le « prince », on est mis en lumière mais on peut être jeté à tout moment. Inversement, il n’est pas interdit de profiter de la lumière pour exister et prendre son envol. C’est vieux comme le monde. Avec Nicolas, c’est aussi un peu ça. Il vit comme une trahison l’émancipation de ses anciens ministres, à commencer par le premier d’entre eux. Mais en fait, il n’y a aucune trahison.

Par ailleurs, je ne vais pas m’attarder sur ses démêlés avec la justice. Simplement il faut savoir que l’accumulation des « affaires », qui sont à l’initiative du camp d’en face pour la plupart, même si personnellement je suis persuadé qu’elles sont orchestrées, nuit à son image d’intégrité. On peut le déplorer, mais c’est comme ça. On a observé que la sortie de son livre « La France pour la vie » lui avait permis de faire remonter sa cote mais que ce mouvement a été stoppé par sa mise en examen. C’est un boulet qu’il doit tirer et, n’en doutons pas, qui pèsera tout au long de la campagne.

Néanmoins, Nicolas Sarkozy reste un client sérieux. Son socle de supporters est intact et son expérience est irremplaçable tant l’évolution de la situation sous la gouvernance de son successeur peut faire regretter qu’il n’ait pas été réélu en 2012. Il avait annoncé tout ce qui est arrivé. Il a une expertise internationale inégalable. La preuve, quand il se déplace, il est reçu au plus haut niveau. Les grands de ce monde n’ont pas oublié qu’on lui doit le G20 et des initiatives fortes pour enrayer la crise financière mondiale. Sur le plan intérieur, il sait mieux que tout autre comment réformer. On l’accuse à tort de n’avoir rien fait entre 2007 et 2012. C’est tout le contraire : en cinq ans, la France a commencé de se moderniser comme jamais, dans tous les domaines. On sait qu’il a du courage, c’est même sa marque de fabrique, et de la détermination, mais en même temps, une grande capacité d’écoute et une force de négociation qui tient probablement à sa formation d’avocat. Il s’est entouré d’une « garde renouvelée » avec des compétences indiscutables comme celles d’Eric Woerth, d’Eric Ciotti ou d’Alain Wauquiez. On aurait donc grand tort de sous-estimer  son tempérament de rassembleur et sa capacité à gagner. Retenons la phrase de Thierry Solère qui répondait à un proche d’Alain Juppé qui pensait que « Sarko était fini » : « Si tu considères que Nicolas est mort, je te conseille de couper les morceaux, de les enterrer bien profond dans chaque continent, parce qu’il va quand même revenir ! ». (Rapporté dans Le Figaro).

Les Iznogouds.

C’est Michel Poniatowski qui avait le premier utilisé ce héros de bande dessinée à des fins politiques. Iznogoud c’est ce mauvais vizir qui rêve d’être calife à la place du calife, et qui utilise les complots les plus absurdes pour parvenir à ses fins, sans jamais y arriver. Il est donc le symbole du « politique » à côté de la plaque. Et dans le catalogue des prétendants qui veulent concourir à la primaire, combien prennent leurs désirs pour la réalité. J’ai déjà dit ce que je pensais de toutes ces candidatures inopportunes, dont le but n’est pas d’être un jour président, mais d’exister ou de mesurer l’influence d’un courant. C’est se tromper d’élection. C’est déjà insupportable quand il s’agit du premier tour de l’élection présidentielle véritable, avec cette kyrielle de « petits candidats » qui viennent profiter de l’occasion pour faire de la télé à bon compte et gagner des points pour financer un micro parti. Insupportable mais incontournable au nom de la démocratie. On pourrait au moins pour une primaire interne de la droite et du centre, faire preuve d’un peu de civisme ou d’humilité. Pour moi, les Morano, Lefebvre, Myard, Didier, n’ont rien à faire dans cette course. J’ajouterai même à la liste NKM et Copé. Tout juste peut-on admettre le bien-fondé de la candidature d’Hervé Mariton qui s’était présenté à la présidence du parti et peut justifier d’un (petit socle) de supporters libéraux. Je serai déçu qu’une personnalité comme Michèle Alliot Marie se lance dans cette galère où elle n’a rien à gagner. Quant à Henri Gaino, espérons qu’il continuera de camper sur son Aventin. Cette abondance de candidats n’est pas anodine et elle peut avoir un effet démobilisateur sur l’électorat de la droite et du centre qui commence à y voir « une mascarade ». C’est ce que j’entends autour de moi. Il y aura bien suffisamment de candidats pour représenter la droite, le moment venu, en dehors de celui qui sera désigné par la primaire. On sait qu’il y aura des « grignoteurs de voix » comme Dupont-Aignan. Depuis hier, Rama Yade veut aussi « y aller ». Elle n’a aucun soutien ni fonds pour concourir…

Assurée de figure au second tour, la droite rêve d’alternance. C’est probablement ce qui suscite autant de convoitise et pousse toutes sortes d’ego à se croire en capacité de « faire le job ». Il ne faudrait tout de même pas que l’année 2017 soit celle de l’élection présidentielle qui frise le ridicule par le nombre des impétrants. Le monde va nous regarder : un peu de sérieux ! Car avec le Front National en embuscade, cette élection sera tout sauf une partie de plaisir.

 


PRIMAIRE DE LA DROITE ET DU CENTRE : COMBIEN D’IZNOGOUD ?

Primaire à droite   Iznogoud3

 

On se presse au portillon !

La campagne officielle ne commencera qu’en septembre, mais elle est bien lancée pour un certain nombre de candidats. Les « poids lourds » parcourent la France de meetings en réunions, qu’ils soient déclarés ou non, et il y a tous les autres qui se sont fait connaitre et qui s’emploient à exister. Cette primaire devrait avoir le caractère solennel que devrait lui conférer la dimension nationale et internationale des prétendants. Si certains étaient un peu attendus, d’autres arrivent là un peu comme des cheveux sur la soupe. Bien peu ont pourtant le profil de « présidentiable ». Ils transforment la consultation en « concours de beauté » comme dit Laurent Wauquiez, et en dénaturent le but qui est de sélectionner le « champion » de la droite et du centre pour l’élection présidentielle, sachant que celui qui en sortira vainqueur a toutes les chances de se retrouver à l’Elysée. Le nombre des « prétentieux » qui se déclarent alors qu’ils n’ont aucune chance la transforment en foire d’empoigne. Et c’est d’autant plus regrettable que, sondages et audience de l’émission consacrée au Président de la semaine dernière à l’appui, la démonstration que les Français sont passés à « autre chose » est faite. Les sondages disent tous la même chose : ils éliminent la gauche d’autant plus sévèrement qu’elle est éclatée et mettent en avant Marine Le Pen au 1er tour et le candidat de la droite, quel qu’il soit, vainqueur au second. Or, face à la désillusion et au rejet, quel visage présente la droite : aujourd’hui ? Pour l’instant celui de la confusion et de l’émiettement.

Heureusement, les parrainages vont servir de filtre.

Le tri va commencer à se faire avec les parrainages. Leur publication constitue le véritable coup d’envoi de la campagne. Le calcul est simple. Les Républicains comptent 360 parlementaires, députés, eurodéputés et sénateurs. Chaque candidat doit présenter 20 signatures avant le 9 septembre pour valider sa démarche. Seul Jean-Frédéric Poisson peut s’affranchir de cette procédure puisqu’il appartient au parti Chrétien Démocrate. En théorie, il y a suffisamment de parlementaires pour cautionner jusqu’à 16 candidats, mais c’est compter sans la guerre que se livrent les gros « poissons » pour en afficher le plus grand nombre et marquer ainsi leur puissance. La collecte s’en trouve donc beaucoup plus compliquée pour ceux que l’on appelle déjà les petits candidats. Ainsi François Fillon tire le premier et affiche déjà 71 parlementaires, une manière de bloquer les soutiens. Naturellement Alain Juppé n’a pas d’inquiétude sur ce point-là mais il préfère s’afficher avec 1000 maires. On sait que Bruno Le Maire peut compter sur une trentaine de signatures.  Quant à Nicolas Sarkozy, il compte de nombreux supporters dans le groupe Les Républicains, mais il ne peut en faire état puisqu’il n’est pas officiellement entré en lice. Jean-François Copé dispose avec son club  d’une trentaine de parlementaires fidèles, par contre c’est plus incertain pour Hervé Mariton qui peut s’appuyer sur une grosse douzaine d’amis, et pour NKM qui n’a recueilli pour l’instant que 2 soutiens. Pour tous les autres, de Lefebvre à Morano en passant par Myard et Didier, la quête s’avère compliquée, sauf si des « grands » leur concèdent des « missionnés » avec des arrières pensées de tactique électorale : du billard à plusieurs bandes qui peut s’avérer dangereux.

Faisons le point. Il y a les candidats valables et les autres.

Alain Juppé continue sa course en tête.

Largement plébiscité dans les sondages, même s ‘il faut rester prudent par rapport à ces études dont le pannel peut ne pas être bien représentatif, c’est une satisfaction pour le Maire de Bordeaux que de continuer à tenir le premier rang. Il est même le seul à pouvoir battre Marine Le Pen dès le 1er tour. Il doit sa cote à une campagne habile, qui lui permet d’avoir un bon soutien de l’électorat de droite tout en neutralisant les velléités du centre d’avoir un candidat. Et en menant une campagne sereine et méthodique, il mord même sur les déçus du hollandisme. Il vient de mettre en place son 1 000ème  comité de soutien, ce qui lui permet de s’appuyer sur un maillage solide pour affronter le scrutin. « Qu’est-ce qui peut bien faire que les Français se tournent vers lui ? » me demandai-je. J’ai la réponse : les Français sont orphelins de leur président qu’ils ont massivement rejeté et ils se cherchent un « père » qu’ils trouvent dans l’image rassurante et mûre que leur présente Alain Juppé.

Bruno Le Maire, en embuscade.

Le « jeunot » de la bande, qui a fait de son âge l’argument principal de sa vitrine avec le slogan « le renouveau, c’est Bruno », marque incontestablement des points que l’on retrouve dans sa progression dans les sondages. Sa campagne est très active, très présente sur le terrain et sur internet avec des messages nombreux et bien faits. La mise en scène des réunions est soignée et étudiée avec une préférence pour la disposition forum dont il est le personnage central. Son discours et son éloquence sont désormais bien rôdés, quoique parfois un peu trop théâtralisé ou récitant. Mais la voix porte et le ton est spontané à souhait. Il a fait récemment de la lutte contre l’islamisme radical un cheval de bataille identitaire avec des arguments clairs et percutants. Mais pour l’instant, le reste du programme manque encore de consistance et quelques propositions comme de gouverner par ordonnances, reprenant une antienne de Copé, prêtent le flanc à la légèreté. Il ne gagnera pas que sur sa posture actuelle.

François Fillon, lui, n’arrive pas à percer.

Pour être le champion de la droite, il ne suffit pas d’avoir le programme le plus abouti, l’entourage le plus étoffé en experts, universitaires, élus de toutes sortes, il faut être le meilleur candidat. Comme pour les deux précédents, je ne rate jamais une émission où il vient s’expliquer. Il est bon dans son argumentation. Il n’est pas le meilleur. Son élocution manque de relief, la voix campe dans les tonalités graves, ce qui peut être rassurant mais ne déclenche pas l’enthousiasme, les intonations ne sont pas assez variées. On voudrait qu’il sorte ses tripes, mais ce n’est pas dans sa nature. En plus, comme il est foncièrement honnête, il a beaucoup de mal à lâcher des coups, voulant trop s’en remettre à la solidité de son projet et à l’évidence de ses idées. Il faut absolument qu’il transcende son image de « notaire de province policé », ce qu’il essaie de faire, sauf que lorsqu’on lui fait retirer la cravate, un futur président de la République doit avoir une chemise qui reste « classe ». Récemment il a enfin décidé de s’affirmer en tentant de se démarquer à la fois de Nicolas Sarkozy, dans l’ombre de qui il est resté pour nombre d’électeurs, d’Alain Juppé dont il dénonce le caractère illisible de certaines positions qui fluctuent, de Bruno Le Maire qu’il qualifie de « vieux routier de la politique », ce qui n’est pas faux. Il est le seul à proposer des mesures innovantes en matière d’emploi, notamment pour les jeunes, et en adéquation avec les bouleversements que commence à produire la révolution numérique. Ce point n’est pas assez mis en évidence : il ne dit pas assez que son projet vise le plein emploi et est destiné à donner un avenir à nos jeunes. Déterminé, il l’est. Soutenu, il l’est. Il suffit qu’il passe de « l’estime » à « l’adhésion » ! Mais qu’il sorte de cette posture de grand frère bienveillant !

Demain, la suite : « le parrain attend son heure et les Iznogouds »


LES "TOTOS" DE LA REPUBLIQUE

Affiche cgt     Policier tabassé

 

La kermesse gauchiste.

Véronique Genest, qui habite Place de la République, agressée. Alain Finkielkraut venu en curieux, molesté et vivement repoussé…  Décidément le vent de démocratie qui souffle sur la place parisienne souffle à sens unique. Eric Brunet, dont le visage est moins connu de cette faune particulière a pu se glisser dans les groupes pour observer et écouter. Il nous livre son constat dans « Valeurs Actuelles » sous le titre : « Les niais debout ». Tout est dit. Nous avons bien affaire à des anarchos, des bolchos martinézien, des zadistes en goguette, des intermittents crasseux à nattes, dont on connait les méthodes et la fermeture d’esprit. En un mot, des totalitaires, abréviation : « totos ». Des poux aussi, car ce ramassis de paumés est avant tout peuplé de parasites qui vivent sur le dos de la société.

On y réinvente le « totalitarisme »

Drôles d’humanistes, ces énergumènes vitupérants et menaçants. Notre académicien bousculé et agoni d’insultes, sur lequel on s’est permis de cracher au visage, ne doit son salut qu’à la présence des caméras. Sa visite aurait dû être un honneur au même titre de celle de Varoufakis, qui a eu droit, lui, à ses cinq minutes de temps de parole. Gauchisme oblige. Encore que je ne place pas les deux personnages sur le même plan. Le gauchiste grec devrait avoir l’humilité de reconnaitre qu’il a conduit son pays dans un gouffre dont il n’arrive pas à sortir. Il est loin d’avoir la lucidité éclairante d’un Finkielkraut. Mais voilà, il faut faire partie « de la cause ». Donc pas question pour ces apprentis bolchos, politiciens en herbe professionnels, experts en « verrouillage », d’accepter la moindre contestation ni contradiction. Ils se parlent à eux-mêmes en exerçant leur dictature sur l’assistance qu’ils surveillent et « épurent » si besoin est. Une technique d’action politique bien rôdée et bien connue pour aboutir à l’unanimisme dans la plus pure orthodoxie des « soviets ».  Dans ces conditions, on se demande pourquoi ces illuminés qui ont sauté le 20ème siècle, bénéficient de la complaisance des pouvoirs publics et de la surmédiatisation des chaines TV en continu. Serait-ce de la part des journalistes une nostagie post-soixantehuitarde ?

La violence juste.

Que peut-on attendre de ce mouvement sans queue et surtout sans tête, puisque même celui qui en est à l’origine, le sieur Ruffin, botte en touche au sujet du molestage d’Alain Finkielkraut. On tremblerait presque à l’idée qu’il pourrait en sortir une « Constituante » comme l’affirme sans barguigner une participante, sérieuse. Les réquisitoires contre la société de consommation et contre le capitalisme seraient risibles s’ils n’étaient pas accompagnés de la violence qui sévit tous les soirs autour de la place. Evidemment les communistes, enfin ce qu’il en reste, participent aux débats à sens unique. La CGT n’est pas en reste : la répression est indigne, comme en témoigne l’affiche que ses militants collent en ce moment. Les vieux réflexes reviennent rapidement. Avec eux, même sous un gouvernement de gauche, l’ordre n’est jamais juste, par contre la violence, quand elle est du bon côté, l’est ! Après « Je suis Charlie », on se demande ce qu’est devenu l’esprit chanté par Renaud : « J’ai embrassé un flic ! ».  Oublié, bien sûr !

Le regard énamouré des bobos.

Bruno Le Maire a bien tort de porter de la considération à ces pseudo jeunes et quand il les invite à s’engager, il ne risque pas d’être entendu : « Ni dieu, ni maître ! », il devrait savoir ça, ou alors il est encore trop « vert » (au sens jeune).  NKM n’est pas en reste, en bonne bobo parisienne, elle ira sûrement se frotter au bas peuple et se créer des émotions à bon compte. Elle nous avait habitués à mieux. Il est vrai qu’elle vient d’annoncer la couleur : « elle est de droite ET de gauche ». Bizarre totologie, un oxymore très à la mode, inversé de celui du  « joli macron aux yeux bleus » qui, lui, n’est « ni de droite, ni de gauche ». « Ailleurs » donc ! Il devrait aller faire un tour place de la République, il pourrait y fumer un pétard et rejoindre, dans une volute bleutée, cet ailleurs où il situe son ancrage politique.

Consternant.

Le pouvoir, à la tête de l’Etat, semble désemparé. Il n’ose pas mettre fin à cette farce polluante. Il espère acheter la paix avec « les jeunes » en oubliant que ceux avec qui il négocie ne représentent qu’eux-mêmes. Avec l’UNEF, il n’aura jamais fini de sortir le porte-monnaie. Ila déjà dépensé 500 millions d’euros en « garantie jeunes », mis en pièce la loi El Khomry, surtaxé un peu plus les CDD. En toute logique, comme tout cela ne pourra qu’aggraver le chômage des jeunes, on va maintenant leur offrir le SMIC jeune. En toute logique, puisque le travail c’est l’aliénation, on doit donc pouvoir vivre sans travailler, surtout quand on est jeune. Cela coûtera 6 milliards d’euros par an. Qu’importe, quand on a 70 milliards de déficit et une dette de 2 100 milliards, un peu plus, un peu moins… les élections sont dans un an.

Tout le monde s’en fout !

Besancenot, ce revenant, voudrait une grève générale au mois de mai. Mais je parie que son appel fera un flop : au mois de mai, il a un ennemi redoutable qui s’appellent « pont et week-end prolongé ». Et puis, c’est comme « Nuit debout » : excepté les zadistes en mission qui rêvent de greffer une « ZAD » au cœur de Paris, l’expérience n’intéresse personne. Chacun vaque à ses occupations autour de la place dans l’indifférence la plus totale. Comme le dit Alain Finkielkraut, « Tout le monde s’en fout ! », ce n’est « qu’une kermesse gauchiste sous cloche » au milieu d’une ville totalement indifférente. Et c’est tant mieux ! Simplement, les riverains aimeraient dormir un peu la nuit et que les pouvoirs publics mettent fin au trouble de voisinage, ce qui fait partie de leur mission.

Une conséquence pas si inattendue que ça : Mélenchon a repris des couleurs, et dans les derniers sondages, il fait presque jeu égal avec Hollande. La honte ! Pas vraiment réjouissant pour l’avenir.

 


« A TOUCHE LE FOND, MAIS CREUSE ENCORE ! »

Hollande télé

 

Argumentaire plat, comme l’écran !

Je n’ai pas fait partie des malheureux qui se sont ennuyés pendant deux heures, jeudi dernier, devant l’écran plat, aussi plat apparemment que la parole présidentielle. Le peu que j’en ai vu à travers les commentaires qui ont suivi m’a largement suffi. Mon verdict, c’est celui d’un prof qui avait de l’humour et qui à propos d’un cancre, avait écrit sur son bulletin : « a touché le fond, mais creuse encore ! ». Tout le monde aura quand même retenu le « ça va mieux ! ». Enorme mensonge fondé sur des apparences trompeuses habilement exploitées. D’ailleurs les Français, en général ne sont pas prêts à le gober : la faible audience en témoigne, aggravée par son érosion au fil de l’émission. Avec moins de 3,5 millions de téléspectateurs, on peut dire qu’il a prêché dans le désert. La parole du chef de l’Etat est complétement dévalorisée et comme aurait Pierre Dac, « il n’est plus cru, il est cuit ! ». Comment peut-il songer à se représenter ? Tout homme sensé aurait déjà tiré les conclusions qui s’imposent, non ?

Non la France ne va pas mieux !

Les trois arguments sur lequel le locataire de l’Elysée s’est appuyé pour justifier son appréciation, la croissance, le déficit, le pouvoir d’achat, sont pipés. La croissance reste atone et les prévisions légèrement plus optimistes sont en train de fondre comme neige au soleil avec la conjoncture internationale morose : les 1,6% prévus au budget 2016 sont ramenés à 1,1% par le FMI. De toute façon on est bien loin des 3%, voire 2% qu’il nous faudrait, à minima, pour commencer à redresser véritablement la situation. Et encore faut-il répéter que la faible croissance que nous affichons est entièrement due aux facteurs extérieurs que sont le faible prix du pétrole (qui rapporte à lui-seul l’équivalent d’1 point), les taux d’intérêts nuls voire négatifs, l'euro faible, et à l’absence d’inflation. Il faudrait ajouter que les économies que cela permet, 6 milliards sur les taux d’intérêts en 2015 et 3,9 milliards escomptés en 2016, sont déjà dépensées avec toutes les largesses dispensées depuis le début de l’année : 2 milliards pour le plan de soutien à l’emploi, 2,5 milliards pour les fonctionnaires, 800 millions pour les agriculteurs, 500 millions pour les jeunes, 1 milliard pour la police et la gendarmerie, … Et il a oublié un paramètre important : le niveau de la dette ! Le recul du déficit en 2015 est obtenu mécaniquement par les économies réalisées sur les intérêts de la dette et en aucun cas par des efforts de réduction des dépenses publiques. Quant à la hausse du pouvoir d’achat, elle provient non de la hausse des salaires, mais de la diminution des dépenses des ménages sur le prix de l’énergie. Elle aura permis une reprise de la consommation qui s’est aussitôt soldée par une augmentation de notre déficit de la balance commerciale. Le seul gain à en tirer c’est l’augmentation des rentrées de TVA pour l’Etat.

Cette crise mondiale qui vient doucement … mais sûrement !

Le plus grave est à venir. On peut refaire le monde place de la République. Avec des vieilles idées on essaie de nous faire croire qu’un vent de fraîcheur souffle sur notre démocratie. Ce vent a l’haleine putride,  tellement les slogans qu’on voit affichés sont éculés. Ils sont les proclamations d’une pensée figée dans le 19ème siècle. Le monde dont ce peuple soi-disant anonyme dessine les contours n’existe pas et s’il est virtuel, c’est plus un « téléportage dans le passé » à l’époque de Karl Marx et de Zola qu’un « retour vers le futur ». On est très loin du monde réel dont en haut lieu on ferait bien de s’inquiéter, toutes tendances politiques confondues. Car le plus grave incendie économique que la planète ait à connaitre couve  sous les dérèglements monétaires que nous observons. Le FMI vient de tirer le signal d’alarme mais personne ne veut écouter. Qui peut croire qu’il est normal de recevoir de l’argent comme intérêts d’un emprunt contracté : c’est l’effet des taux négatifs, et ça existe au Danemark ! Les effets bénéfiques de la baisse des taux des grandes banques centrales et de la liquidité monétaire qui abonde partout, se lisent dans les signaux macro-économiques mondiaux, mais occultent deux énormes difficultés qui s’avancent parallèlement, comme deux vagues monstrueuses au milieu de l’océan. La première est celle de l’économie réelle, la seconde est celle de l’argent.

L’économie réelle ne va pas bien et le phénomène est mondial : pratiquement aucun pays ne peut prétendre à une croissance de plus de 2%. Les « émergents » sont victimes des désordres sur les prix des matières premières, les pays producteurs de pétrole sont à la peine et la crise qu’ils connaissent que l’Arabie et la Russie tentent maintenant d’enrayer, se répercute sur toutes les matières premières. Le Japon échoue à se relancer. La Chine a longtemps connu un contexte économique favorable qui n’existe plus et sa « transition » va être longue. Le Brésil est en crise profonde et l’Inde ne va guère mieux. L’Europe est à la traîne et à la limite de la déflation. Les Etats-Unis ont l’air d’aller mieux, et pourtant c’est encore de chez eux que viendra la tempête quand elle se déclenchera.

La vague de l’argent va en effet servir de courroie de transmission : trop peu a été fait en matière de régulation financière, notamment concernant la séparation des activités. Le trading haute fréquence s’intensifie et les marchés boursiers américains montrent de nombreux signes de faiblesse. Trois facteurs réunis déclencheront le cataclysme : la hausse des taux de la Fed, une crise obligataire et les technologies de l’instantané qui propulseront un « effet domino ». Il s’ensuivra, comme en 2008-2009, mais en plus accentué, un grippage du système économique mondial (en 2016, en 2017 ?). La mécanique enclenchée obligera à un cycle de hausse des taux avec multiplication des « défauts », crise de dette publique à laquelle s’ajoutera une crise de la dette privée. 

Quand les deux vagues se seront rejointes, la liquidité deviendra plus rare dans un contexte global de ralentissement intensifié des émergents et de faible croissance des pays développés. Un krack obligataire créera la défiance dans le système interbancaire puis dans l’économie réelle qui se retrouvera paralysée. Les faillites seront cette fois-ci à l’échelle du monde.

La France est un maillon faible.

On constatera alors que faute d’avoir fait de réels efforts pour diminuer sa dette et ses déficits publics, la France sera exposée dès les premiers coups de vent de la tempête. La hausse des taux sera alors mortelle, les marges budgétaires qui existaient encore en 2008 ayant été rognées par l’inaction des socialistes. On peut craindre un impact majeur sur les ménages, mais ce sont surtout les investisseurs et le marché obligataire qui seront dépossédés de leurs avoirs, entraînant dans leur chute l’ensemble des économies.  Inutile de vous dire que le Président aurait dû avoir en tête ce scénario avant d’annoncer, triomphal, « ça va mieux ! ».

 


LES ARDOISES DU « SOCIALISME GESTIONNAIRE »

Contribuable détroussé
 

De bons gestionnaires, ah oui !

Dieu sait qu’on nous avait rebattu les oreilles avec les « bons résultats » obtenus par les socialistes au pouvoir dans les mairies, les Conseils départementaux et régionaux. Les politologues tels Roland Cayrol, nous expliquaient doctement que les collectivités locales tenues par le PS étaient bien gérées, et que les Français en étaient globalement satisfaits, ce qui expliquait la difficulté de la droite à les battre au moment des élections. C’est curieux comme la réalité découverte est bien différente. Mais pour la connaitre, il faut pouvoir reprendre les manettes. Bruno Retailleau avait souligné dans sa campagne régionale des Pays de la Loire, les excès de l’équipe socialiste au pouvoir : une dette multipliée par trois en dix ans, l’augmentation du budget de fonctionnement par l’embauche de personnels et des dépenses de com’ démesurées, et les taxes au maximum de ce qui pouvait être perçu. Il était bien loin de la réalité qu’il va découvrir en prenant ses fonctions. Ainsi, même une région que l’IFRAP  d’Agnès Verdier Molinier citait pourtant en exemple, n’a pas échappé aux tares du « socialisme gestionnaire ». Alors, qu’il s’agisse de mairies, de départements ou de régions, on trouve « curieusement » les mêmes constantes : un terrain miné que les nouvelles équipes doivent assainir avant même de penser à mettre en œuvre leur propre projet. Et la réalité découverte, dépasse souvent la fiction ! Faire l’inventaire de toutes les dérives constatées dans les régions passées à droite exigerait d’écrire un livre. On se contentera ici de quelques exemples suffisamment emblématiques pour illustrer des pratiques souvent improbables.

La dissimulation.

C’est fou ce qu’on peut trouver comme factures oubliées, non payées, dans les tiroirs, surtout quand il s’agit du budget d’une année électorale. En Poirou-Charentes, l’ardoise des impayés atteint 132 millions d’euros ! Mais aussi des « sous-budgétisations » multiples,  procédé qui consiste à ne pas inscrire toutes les dépenses  prévues dans le budget. Sans la fusion avec l’Aquitaine et le Limousin, la Région de Ségolène Royal aurait été en faillite. Ceci explique certainement le pourquoi de ce regroupement que rien ne justifiait : une manière de diluer une réalité devenue trop dangereuse. En Ile-de-France, la technique des « gels budgétaires », permet de voter des budgets fictifs puisque les dépenses affichées lors du vote sont gelées dès le lendemain, permettant à l’exécutif  de débloquer seulement une partie des crédits, c’est l’artifice inverse de la sous-budgétisation. Il peut justifier des hausses de taxes ou le recours à l’emprunt. Ainsi en 2015, 777 millions d’euros ont subi cette procédure. L’affichage budgétaire cache la réalité d’une région qui s’endettait et ne pouvait plus investir. En Pays de la Loire c’est une dette cachée de 479 millions d’euros qui permet d’enjoliver la réalité budgétaire : ainsi 392 millions d’euros d’autorisations de programmes pour les lycées (construction, restauration) non budgétés. A cette somme il convient d’ajouter 1,7 milliard de « reste à payer ». Ces caractéristiques rejoignent les constats faits par Christophe Béchu à son arrivée dans le fauteuil de maire d’Angers et de bien d’autres.

La gabegie et le clientélisme.

La folie dépensière fait partie aussi des dérives presque constantes : train de vie avec des voitures de fonction par centaines (142 en PACA, 154 en Rhône-Alpes…), voyages aux frais de la princesse, frais de représentation généreux. Par exemple, une délégation de six élus et de 17 agents d’Ile de France s’est rendue au festival de Cannes pour une dépense de 258 000 euros, transport et hébergement compris. Chez Wauquiez, c’est une facture de 1 million d’euros pour des notes de … taxis (Agnès Saal a des émules). Mais là où le bât blesse le plus, c’est l’envolée des dépenses de fonctionnement dans toutes les régions auditées par Ersnt et Young. En premier lieu à cause des dépenses de personnel qui explosent partout depuis 2010 : + 7,8% d’agents en plus en Ile de France pour 16% de masse salariale supplémentaire, 215 millions d’euros en plus sur 5 ans en Rhône-Alpes, ... L’autre versant de la gabegie, c’est le subventionnement des associations. La palme revient à la région Ile de France : 461 millions d’euros versés la plupart du temps sans vérification ni suivi et 80% des bénéficiaires de ces largesses perçoivent moins de 100 000 euros. Du saupoudrage électoraliste dont l’efficacité est nulle pour le denier public. Poitou-Charentes n’est pas en reste puisque la région intervenait sur tout, même en dehors de son champ de compétence. On a encore en mémoire les dizaines de millions engloutis dans le véhicule électrique, en pure perte puisque l’entreprise a fait faillite. Dans les lignes du budget de Rhône-Alpes Auvergne, on trouve une subvention de 1 million d’euros à des collectivités sénégalaises (!!) et 3,5 millions d’euros pour financer des projets artistiques à l’étranger dont une exposition à New-York à 2 millions d’euros pour 2 000 visiteurs. Et puis il y a les dépenses de « prestige » : PACA a sa « Villa Méditerranée » à 70 millions d’euros et qui émarge à 5 millions d’euros  de fonctionnement par an ; Pays de la Loire avait ses « antennes départementales », y compris à Nantes,  au coût exorbitant pour un passage de 5 à 6 personnes/ jour ; Rhône-Alpes se distingue encore avec l’affaire du « pavillon de Shangaï », vitrine de luxe pour l’expo de 2009 qui a coûté 19 millions d’euros et qui appartient à la municipalité de Shangaï à laquelle il a fallu ensuite payer un loyer ( !!) : 40 millions d’euros depuis 2010 pour le contribuable rhônalpin, et n’oublions pas le « palais Queyranne », nouvel hôtel de Région à 180 millions… En Ile de France, Valérie Pécresse se bat pour obliger l’état à participer au financement du « Pass navigo unique » dont la perte de recette estimée à 275 millions d’euros par an n’a pas été compensée et n’est pas soutenable par le budget régional.

Le recours à la fiscalité et à l’endettement.

Excepté Poitou-Charentes, les régions ont toutes eut recours à la fiscalité en mettant au taquet maximum les recettes qu’elles pouvaient prélever, sur les cartes grises et les carburants. Comme cela ne suffisait pas, il a fallu trouver d’autres recettes : toute se sont donc endettées au-delà du raisonnable. Les marges de manoeuvre budgétaires pour l’investissement étant réduites par des dépenses de fonctionnement en croissance exponentielle, il fallait bien trouver des moyens de financement, au lieu de tailler dans les dépenses. En Ile de France, entre 2010 et 2015, l’épargne de gestion a diminué de 20% tandis que les dépenses d’investissement progressaient de 3,22% seulement, tandis que la dette progressait de 53% ce qui fait d’elle l’une des régions les plus endettées, juste après nord Pas de Calais et PACA. Pour Pays de la Loire le stock de la dette a crû de 55% (355 euros/hab), dont une grande partie dans les deux dernières années. En Rhône-Alpes, le taux d’endettement a été multiplié par quatre depuis 2003. Ces constantes, on les retrouve malheureusement dans la politique nationale : matraquage fiscale et endettement. La conjoncture libère des marges inattendues, en raison notamment des taux d’intérêts très bas liés à l’abondance de liquidités générée par la BCE, et aussitôt elles sont dépensées au lieu d’être affectées à la réduction de la dette ou des déficits ce qui revient  au même. Il y a bien une addiction socialiste à la dépense, même quand elle n’est pas couverte par des recettes équivalentes.

Les économies sont pourtant possibles.

Les nouveaux exécutifs régionaux se sont aussitôt attelés à la tâche pour réaliser les coupes budgétaires partout où elles sont possibles : 40 millions d’économies en deux ans ont été trouvées par Bruno Retailleau, Christian Estrosi  a supprimé 30% des véhicules de fonction tout comme Laurent Wauquiez qui en a revendu 50, et qui a réussi à baisser de 75 millions  les dépenses de fonctionnement… Quant à Valérie Pécresse elle a mis en chantier tout un faisceau de nouvelles pratiques : outils de contrôles, respect des procédures, pour aboutir à une gestion maitrisée. Mais on n’infléchit pas comme on veut une situation. La continuité républicaine impose de tenir les engagements pris par les anciennes majorités. Il faudra bien un mandat pour redresser les finances des régions les plus sinistrées.

Je souhaite bien du plaisir au prochain exécutif en espérant qu’il soit de droite : il y a tout lieu de penser que la situation qu’il trouvera se sera encore plus dégradée et que tout n’est pas au jour. Merci la Gauche !

 


DERRIERE LES MOTS, LE VIDE ! (CINQ ANS POUR RIEN )

Hollande officiel

Voici quelques données que vous devriez garder en mémoire s'il vous prenait l'idée saugrenue de suivre l'interview présidentielle prévue jeudi soir.

Le goût du péremptoire.

Un journaliste avait écrit un livre sur Martine AUBRY et l’avait surnommée la « mère emptoire », pour souligner cette tare de la politique française qui consiste à privilégier le verbe, la parole sur l’action. Péremptoire : il suffit d’affirmer pour que cela soit. Ainsi procédait Hollande dans sa campagne de 2012. Pour gagner, c’est le verbe qui compte. Après, advienne que pourra. On comprend tout de suite que « Moi, Président… », cette célèbre anaphore d’un débat (peu) historique, c’était un effet oratoire dont on a pu voir que les certitudes qu’elle annonçait était en fait du vent.

Promesses non tenues.

On ne s’étonnera donc pas que le mandat de François Hollande aura été celui des promesses non tenues. Dans tous les domaines. En voici un petit inventaire.

En 2012, il avait promis de ramener le déficit à 3% du PIB en 2013 et 0% en 2017. C’était écrit en toutes lettres dans ses « 60 engagements pour la France », son petit livre (rouge) de campagne distribué par les militants du PS à plusieurs millions d’exemplaires. C’est même l’engagement n°9 ! La réalité fut toute autre : l’illusion n’aura même pas duré un an. Tout en niant la réalité, il négociait avec la Commission européenne, accompagné du ministre des finances de l’époque, l’évanescent Mosco, un report de deux ans pour ramener le déficit à 3%, ce qu’il obtint. Comme la réalité se refusait toujours à lui permettre de tenir ce nouvel engagement, en juin 2015, il fallut obtenir un nouveau délai et renvoyer à 2017… Et l’on sait déjà qu’on a peu de chance d’y arriver, Bruxelles tablant sur 3,2% au mieux.

Il avait promis aussi de réduire la dette, en janvier 2012, et de la ramener au-dessous de la barre des 80% du PIB, à la fin de son mandat. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on n’en prend pas le chemin. La dette a inexorablement augmenté. Elle a dépassé les 2100 milliards d’euros dans le courant de l’année 2015 et frôle les 100% du PIB. C’est que pour un socialiste, les taux bas créés par l’abondance des liquidités monétaires, est une tentation à laquelle il ne peut pas résister : on emprunte donc à tour de bras, puisque ça ne coûte pas cher ! … Sans se soucier qu’un jour, les taux pourraient remonter et nous conduire à la banqueroute.

Il avait promis une croissance en hausse dès 2013. La crise, c’était Sarko. Donc, lui parti, l’économie devait automatiquement repartir. C’était sans compter sans le plan fiscal voté en juillet 2012 qui gela l’économie française et toute possibilité de reprise. Les 2% de croissance on les attend toujours. La progression du PIB a atteint péniblement 0,7% en 2013, avant de retomber à 0,2% en 2014 pour remonter à 1,1% l’an passé. Quant au 1,6% prévu pour 2016, rien n’est moins sûr qu’on l’atteigne, ce serait plutôt 1,3%...  La croissance n’obéit pas à la parole, elle ne se décrète pas ! Elle résulte de décisions qui la favorisent ou non. Tant que les socialistes ne comprendront rien à l’économie, et continueront de penser que le travail est une aliénation, ils seront incapables de prendre les bonnes mesures.

Et puis il y a le chômage. Voilà la promesse emblématique d’un mandat pour rien. Au début de l’été 2012, François Hollande promettait que la courbe du chômage s’inverserait d’ici un an. Il n’en fut rien. En septembre, il précisa "d’ici la fin 2013" : il se donnait 6 mois de plus.  Hélas, le nombre des chômeurs en catégorie A n’a jamais baissé, sauf épisodiquement, suite à des manipulations de statistiques. La barre des 700 000 chômeurs supplémentaires fut franchie en décembre 2015. C’est le passif le plus sombre depuis de nombreuses années. L’augmentation du nombre des chômeurs a battu un record en 44 mois, avec 16 300 de plus par mois en moyenne, il a fait pire que Sarkozy sur l’ensemble de son quinquennat, 13 500 par mois en moyenne. Encore doit-on corriger en précisant que Sarkozy eut à gérer la plus grave crise à laquelle la France ait eu à faire face depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Hollande  a lié sa candidature en 2017 à l’inversion de la courbe du chômage. Mais on voit bien à son comportement actuel, que cette promesse, là encore, ne sera pas tenue.

On n’en aura donc pas fini avec « Monsieur petites blagues ».

On voit bien que le PS, déchiré, divisé, s’est mis d’accord pour qu’il y ait aussi une primaire à gauche. Un désaveu pour un président sortant qui a 80% des Français contre son désir d’un nouveau mandat. Mais aussi une entourloupe, car il s’agit pour l’instant de gagner du temps. En fait, le Conseil National, sous la férule de Cambadélis, qui est loin d’être un enfant de chœur, n’a rien fait moins que de créer les conditions d’un enterrement de première classe pour la consultation.

Et puis, il y a la fuite par les voyages.

Pendant ce temps-là, Monsieur voyage. Cela a commencé par  un coup de foudre sur l’avion présidentiel qui se rendait en Allemagne, le soir de sa prise de fonction. Prémonitoire avaient prédit les Cassandre. Hollande moquait le « Sarko One », l’avion que Nicolas Sarkozy avait fait acheter pour renouveler la flotte présidentielle. Mais il en aura usé et abusé au point qu’il est tombé en panne lors de l’escale au Chili. En un peu plus de quatre ans, le président a visité 71 pays, et effectué 176 déplacements à l’étranger. J'oublie les coups d'aile du "président normal" pour aller voter à Brive. Il est vrai, de nombreux déplacements sont imposés par les instances internationales : sommets européens, G8, G20, l’ONU. La COP 21 a nécessité de nombreux déplacements à l’étranger pour des réunions préparatoires… Cela ne l’a pas empêché d’inaugurer de nombreuses « premières » : en Slovaquie, en Slovénie, en Azerbaïdjan, en Australie à l’automne 2014, à Cuba pour les jeux paralympiques. Le périple récent dans le Pacifique avec retour par l’Amérique latine relève autant du tourisme que de l’intérêt stratégique de la France. Et ce n’est pas fini, les voyages prévus conduiront le chef de l’Etat en Egypte, en Jordanie et à Oman. Il ira encore à New York pour signer l’accord de la COP 21. En mai, il y aura un G7 au Japon et en septembre un G20 en Chine, où il se rendra donc pour la 3ème fois. Et à chaque fois c’est une centaine de personnes qui l’accompagnent : ministres, parlementaires, dirigeants d’entreprises, personnalités diverses, conseillers, en plus de son médecin, de son chef d’état-major particulier, et de quelques hôtes selon le caprice du moment. Et aussi des journalistes… On serait curieux de connaître la facture consolidée à la fin du quinquennat de ce chapitre des dépenses !

Le péremptoire se paie « cash ». 80% des Français jugent que le pouvoir ne prend pas les bonnes décisions et est incapable de gérer les crises. Le dernier avatar de la loi El Khomry et les désordres qu’elle entraine en sont une bonne illustration. Comme dit François Fillon : on ne gouverne pas à l’inverse des promesses qu’on a faites ! Si seulement ça n’était que ça. Il faudrait y ajouter la pusillanimité, la procrastination, l’amateurisme, et même l’ignorance des rouages de l’Etat… sans parler des mensonges.

On n’en est pas quitte pour autant. Après il reste les « ardoises ».

Les gens de gauche sont des habitués des factures oubliées dans les tiroirs. On en reparlera la prochaine fois.

 

 


C’EST DIMANCHE, ON S’DETEND !

Machiavel

 

UN PLAN MACHIAVELIQUE

Un peu d’histoire.

Nicolas Machiavel, homme de la Renaissance,  était un philosophe, un homme politique et un diplomate. Mais aussi un poète et un stratège. Né à Florence, ville des Médicis, il connut la dictature du dominicain Savonarole avant de commencer une carrière politique. Envoyé successivement à la cour pontificale de César Borgia, à la cour de Louis XII en France et encore auprès de l’empereur du Saint Empire Romain Germanique, il fait l’expérience de tous les usages de ces milieux où le complot est quotidien. Il réorganise l’armée florentine mais ne peut empêcher le retour des Médicis. Il est exilé parce qu’il est soupçonné d’avoir participé à un nouveau complot. Arrêté et torturé, il se retire dans sa propriété où il rédige « le Prince » : il y dresse le portrait philosophique du « Prince », celui qui gouverne, en s’appuyant sur son expérience, sa grande connaissance des hommes au pouvoir à son époque et sur sa culture humaniste et historique. Selon Machiavel, diriger, gouverner, c’est d’abord se faire craindre, ce qui suppose de ne pas s’embarrasser de trop de principes moraux. Ces derniers peuvent être utilisés quand ils servent le « Prince », mais au même titre que la violence, la ruse ou le mensonge.  La théorie politique de Machiavel est avant tout celle de l’adaptation et de l’habileté lucide, louvoyant entre vie et vertu afin de consolider dans la durée l’exercice du pouvoir.

Machiavélique veut dire perfide.

Avec le temps, les belles théories les plus complexes se réduisent souvent à leur plus simple expression. Aujourd'hui, un « plan machiavélique » est toujours la traduction d’un schéma perfide, dépourvu de sens moral, élaboré sans s’encombrer de scrupules selon une règle simple : la fin justifie les moyens.

L’actualité nous offre moult exemples d’agissements  qu’on pourrait qualifier de « machiavéliques », qu’il s’agisse de la manœuvre de Ségolène Royal sur le dossier de l’aéroport de Notre-Dame des Landes ou encore de sa piètre défense contre les accusations de « gabegie » dans sa gestion de la Région Poitou-Charentes. On pourrait en trouver aussi une belle illustration dans les méthodes utilisées par Hollande pour tenter d’imposer sa candidature en 2017, contre l’avis de 80% des Français !

 


LE TEMPS DES ARNAQUES BAT SON PLEIN

Arnaque

Après la fausse bonne idée du "prélèvement à la source", après le fiasco de la "déchéance", après les chiffres su chômage de janvier et le mirage de l'amélioration des comptes publics, et en attendant celle de la loi El Khomry, voici les nouvelles arnaques de la gauche fournies par l'actualité.

Le mouvement « Nuit debout » en est une belle !

Elle prospère avec la complicité d’un pouvoir sans cou…es, et va lui servir de prétexte à une pseudo-réconciliation de Hollande avec les « djeunes », à coups de quelques milliards qui vont allonger la liste des dépenses d’un état exsangue. C’est un hold-up, une mascarade, mais tout est bon pour permettre à pépère de se refaire un lifting pour être présentable en 2017. Dans les AG « spontanées » qui durent tard dans la nuit, se mélangent pêle-mêle des militants d'EELV et du Front de gauche, des syndicalistes du courant anarchiste, des militants associatifs, des intermittents du spectacle, des étudiants attardés, des lycéens qui veulent jouer aux grands. Le collectif « Nuit debout » qui organise des réunions place de la République à Paris et dans d'autres villes de province, se veut autogéré, sans leaders désignés ni appareil. Ce n’est qu’une façade. En fait, à l'origine de ce mouvement disparate, on trouve le journal Fakir et son directeur François Ruffin. Loin d'être spontané, le mouvement a été organisé, depuis le 23 février. Il est sans porte-paroles officiels, et pourtant ce collectif disparate et mystérieux s'appuie sur une communication parfaitement rodée: diffusion des AG sur Périscope, « lives » sur les réseaux sociaux, compte Twitter avec plus de 21.000 abonnés. Leur premier tweet date du 22 mars, et appelle à manifester le 31 sous le hashtag « #Convergencedesluttes ». Un peu grosse la ficelle ! Et la jeunesse a le dos large ! On veut nous faire croire qu’ils sont « LA » jeunesse, alors qu’ils sont à tout casser, une vingtaine de milliers dans toute la France. Les millions de jeunes qui bossent pour préparer leur avenir ne leur demandent rien, et encore moins ceux qui se démènent pour trouver un job ou un stage. Tous savent qu’ils n’ont rien à attendre d’une poignés de gauchistes qui n’ont de la réalité qu’une vision fantasmée et qui réclament en guise de solutions un peu plus d’assistanat.

Notre-Dame des Landes, une étude et la ministre.

Voilà une autre belle arnaque.  On la doit à Ségolène Royal, jamais en retard d’un coup de Jarnac, matière dans laquelle elle excelle. Peu importe qu’elle ait contre elle le Premier Ministre et le Ministre des Affaires étrangères qui doivent écumer derrière le rideau. Elle vient même de ridiculiser Pépère et son referendum sur le transfert de l’aéroport, en le vidant de son contenu. La méthode est toute simple : elle fait faire une étude par ses services et en assure elle-même le service après-vente en n’en retenant que ce qui l’arrange, quitte à faire dire aux mots un peu plus que ce qu’ils veulent dire. Il suffit de comparer avec la lecture qu’en fait Philippe Grosvalet le Président socialiste du Conseil Départemental de Loire Atlantique : il aboutit à la conclusion inverse de celle de la Ministre. Tant pis si on piétine un projet qui fait le consensus des élus de droite et de gauche et les jugements prononcés par la justice. Péremptoire, elle annonce que si referendum il y a, il portera sur le transfert d’un aéroport à une seule piste ce qui permettra de rendre 200 ha aux agriculteurs. Comme il faudra une nouvelle enquête publique, les travaux ne pourront pas commencer avant la présidentielle de 2017. Et qui se retrouvera avec le bébé et les évacuations à mener à bien ? … Machiavélique !

« En Marche » … ou crève !

C’est l’arnaque du jour. Elle occupe tous les commentaires et mobilise tous les exégètes patentés. Macron a franchi le Rubicon… On le voyait venir avec ses gros sabots et pourtant, on nous présente la création de son … quoi au fait : parti, mouvement, club ? Peu importe. A voir la mine réjouie et le commentaire amusé de Pépère, on se dit que le pilote de l’opération n’est pas loin. Et le Macron est tombé dans le panneau. Il va aller se brûler les ailes pour servir de leurre à son maitre. Histoire de gêner un Bayrou au cas où ce serait Sarko, ou Juppé si le maire de Bordeaux est adoubé par la primaire. Il fait de l’ombre à Valls qui a bien compris la manœuvre et condamné le non alignement « ni droite-ni gauche » par un trait acide bien dans son tempérament. Le positionnement choisi en dit long d’ailleurs sur l’absence de colonne vertébrale politique du nouveau venu dans le paysage politique français. En dehors de son sourire et de ses beaux costumes, que peut-il nous proposer : de faire une politique de gauche avec des idées de droite ou l’inverse. Il parait que c’est « rafraîchissant » ! Si c’est ça la nouveauté, c’est vraiment nous prendre pour des cons. Au fond, c’est bien ce que fait Hollande depuis 2012. Moi, Président, … !

S’il doit y avoir des « indignés », ce sont tous ceux qui sont victimes de cette démagogie socialiste ! On a vraiment envie de crier : « Dégage » !

 


L’ENIGME DU 1er AVRIL

Apero

 

Cette année on n’a pas eu vraiment le cœur à faire des blagues ni à accrocher des poissons dans le dos des copains. On n’a donc pas eu droit aux fausses nouvelles en « une » ni aux invraisemblables canulars qui circulaient habituellement. Et même si on nous avait dit que Hollande s’était rendu nuitamment à scooter à la « Nuit debout », on n’aurait encore eu peu de chance d’être cru.

Un peu de sourire.

Pourtant, la RATP a fait preuve d'humour. En ce vendredi 1er avril, la Régie Autonome des Transports Parisiens a décidé de jouer un tour à ses clients en rebaptisant - de façon éphémère - 13 stations de son réseau. C’est ainsi que la station « Opéra » est devenue « Apéro », « Parmentier » s’est transformée en « Pomme de Terre » et sur la ligne 11, « Pyrénées » a été renommée « Alpes ». Le plus drôle aura été de rebaptiser la station « Quatre-septembre » sur la ligne 3, tout simplement... « Premier avril ».

Mais d’où vient cette tradition du « poisson d’avril » ?

En fait, malgré les recherches des savants du monde entier, personne n’a vraiment trouvé l’origine.  Personne ne sait ce qui a motivé cette coutume à cette date et quel sens exact donner au « poisson ». Parmi les traditions populaires, il semble que ce soit la plus obscure et la plus controversée. On a dit que le « poisson » c’était une déformation de la « passion » du Christ ou qu’il reprenait le symbole des premiers chrétiens, en relation avec le rituel de Pâques qui tombe à peu près au même moment. On a expliqué aussi que la tradition des bobards était liée au changement de calendrier décidé par le pape Grégoire XIII qui faisait commencer l’année le 1er janvier au lieu du 1er avril. Les farces étaient donc destinées à se moquer des retardataires qui n’avaient pas pris en compte le changement.

Une coutume liée au redémarrage du cycle de vie ?

On a cependant retrouvé des témoignages irréfutables qui établissent les farces du 1er avril bien avant. Dans les pays celtes et germaniques, la coutume existait de mystifier le 1er avril les plus naïfs, les enfants notamment, en leur demandant de réaliser des choses infaisables, comme rapporter un seau de vapeur d’eau ou un flacon d’huile de coude…. Certains ont proposé de lier cette tradition au début du printemps et d’y voir une sorte de rite de passage, inversant réalité et fiction, consistant à faire prendre le faux pour le vrai. Soit ! La farce la plus savoureuse fut organisée en 1864 par un journal londonien qui annonçait que se tiendrait le 1er avril une grande exposition d’ânes rares à l’Agricultural Hall d’Irlington : le lendemain on n’y trouvait pas  trace du moindre âne, par contre la foule était au rendez-vous ! Il y avait bien quantité d’ânes exposés !

Du bon usage du 1er avril.

Ne pas croire tout ce qu’on nous raconte. Et avec les médias qu’on a aujourd’hui, les rumeurs qui circulent sur internet, ce vecteur d’informations sans filtres, cesser de gober, sans réflexion ni sens critique, toutes les histoires invraisemblables, est non seulement salutaire mais indispensable. Rester vigilant et lucide face aux fables que charrient les médias, si le 1er avril servait à nous tenir éveillé, ce serait déjà bien. Une manière de nous aider à prendre conscience de notre propre naïveté pour mieux s’exercer à en sortir !

 


LA CHIENLIT, C’EST MAINTENANT !

Casseurs

 

J’avais prévu de faire une petite chronique humoristique sur la tradition du 1er avril, illustrée cette année par la RATP dans ses stations de métro. Ce sera pour un autre jour. J’ai aussi prévu de faire une synthèse du quinquennat de Hollande, à un an de l’élection de 2017. L’actualité m’oblige à commenter les événements d’hier avec les nouvelles manifestations pseudo-lycéennes et les violences qui les ont caractérisées. Décidément le mandat de Hollande part en quenouille ! Ces bouffées délirantes ponctuées par les nuits « debout » de la place de la République, n’annoncent rien de bon.

Un Etat déliquescent.

Ils n’étaient que 300 ou 400 à vociférer dans les rues de Paris. Les médias en continu n’en parlent pas moins « des lycéens » comme si ces énergumènes cagoulés les représentaient tous. On a évoqué une quinzaine de lycées fermés sur combien de dizaines dans l’agglomération parisienne ?  Il faut cesser de jouer ! Nous avons affaire à une tentative de subversion de quelques poignées de gauchistes patentés,  en mal d’insurrection. Il faut dire qu’ils ont bien raison de s’en donner à cœur joie puisqu’ils bénéficient d’une certaine bienveillance. On aurait aimé que les « veilleurs » de la Manif pour Tous soient traités de la même façon que les occupants de la place de la République que l’on ne consent à déloger qu’à l’aube. Et ce ne sont pas les quelques CRS chargés de  limiter les débordements, et qui n’arrivent d’ailleurs pas à empêcher de mettre le feu à un lycée, qui peuvent faire croire que l’autorité de l’Etat est respectée.

Le réveil des intellos bien-pensants.

Depuis quelques jours, les intellos de gauche se réveillent et nous débordons d’analystes pour décrire une mobilisation de la jeunesse française qu’ils voudraient comparable aux « Indignés » d’Espagne, avec l’espoir de voir naitre un « Podemos » qui a trouvé sa place dans le paysage politique ibérique... pour paralyser le pays. Aussi se plait-on à souligner le sérieux de ces jeunes gens, écoeurés par l’avenir que le pouvoir de gauche leur prépare (ça ils peuvent) et capables par eux-mêmes de faire des propositions pour une économie qu’ils présentent comme rénovée (sic) et des relations sociales qui préservent l’humain. Un monde plus juste quoi (re sic) ! Ces beaux raisonnements, fruits d’une imprégnation culturelle caractéristique de nos universités, peuvent séduire les naïfs, mais il n’est pas bien difficile de voir qu’ils ne sont pas en accord avec l’évolution de l’économie contemporaine : ils impliquent plus de dépense publique au moment où il faut la réduire et plus de protection sociale au moment où elle nous étouffe financièrement.

Un monde virtuel.

Le mouvement peut s’étendre, le monde dont nous parlent les jeunes de « Nuit debout » n’existe nulle part, il est virtuel et qui plus est, inaccessible. Pour le transformer en réalité, il faudrait que la France assainisse ses finances, retrouve une croissance d’au moins 3 %, ce qui n’est pas demain la veille, et se lance avec ardeur et détermination dans la création d’entreprises innovantes, en s’adaptant aux évolutions imposées par la révolution numérique. Des sociologues, des journalistes, des intellectuels continuent à tenter de nous faire croire qu’il existe une autre approche, humaniste et anti-capitaliste, pour relancer l’économie française. Ils nous parlent d’un vieux monde, celui de l’État tout-puissant avec une économie dirigée : l’expérience a déjà été faite avec des résultats désastreux. Il suffit de connaître un peu d’Histoire. Il y a trente ans, la réunification allemande s’est faite entre une République fédérale prospère et un État communiste à bout de souffle. Aujourd’hui encore, et malgré des efforts financiers énormes, la partie orientale de l’Allemagne n’a toujours pas rejoint le niveau de vie de la partie occidentale. Si c’est ce genre d’expérience que l’on nous propose, la réponse est nette : ce sera une calamité bien pire encore que quatre ans d’impéritie socialiste.

Le prix de la faiblesse et de l’impopularité.

Or, le pouvoir actuel s’apprête encore à ouvrir son porte-monnaie, pourtant bien vide, pour acheter avec quelques milliards, la fin d’un mouvement protestataire qui lui fait peur. C’est le prix de l’impopularité et de la faiblesse. Peu importe que l’UNEF ait choisi le chômage pour les jeunes. Les jeunes de M. Martinet et des mouvements lycéens de la nébuleuse marxiste tirent leurs arguments de la précarité et des inégalités croissantes qui existent dans les pays ayant fait les réformes nécessaires, comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Ils ne voient pas que ces pays connaissent le plein emploi et que le redressement permet aux salaires de remonter. Ce que les jeunes qui manifestent en reprenant les habituels discours de la gauche, ne veulent pas comprendre, c’est que, à cause de la mondialisation et de nos rigidités, les bas salaires sont préférables à un chômage de masse de plusieurs années. La vraie précarité est là.

Et au bout, l’impasse.

La « Nuit debout » peut faire entendre sa voix et on peut parier qu’elle parviendra à contraindre le gouvernement à modifier peu ou prou sa politique économique et sociale. Elle peut éventuellement, si le mouvement prend de l’ampleur ce qui est toujours possible dans un pays désespéré, l’obliger à se démettre. Mais elle ne parviendra pas plus que « Podemos » à prendre le pouvoir et à mettre en œuvre son programme, si tant est qu’il y en ait un. Même dans l’Espagne divisée, un gouvernement de droite qui expédie les affaires courantes, celui de Mariano Rajoy, a créé depuis plusieurs mois des centaines de milliers d’emplois. Et au Portugal, depuis que la gauche a repris le pouvoir, le pays s’enfonce à nouveau. Cela devrait faire réfléchir !

En attendant, on aimerait bien que le gouvernement fasse preuve d’un peu plus d’autorité pour mettre fin à la chienlit des casseurs, car les exactions ont un coût, et c’est nous qui payons !


BREXIT, TU M’EXCITES !

Brexit

Voir sortir les godons de l’Union, pour le quidam hexagonal qui ne leur a toujours pas pardonné d’avoir brûlé Jeanne, c’est plutôt une bonne nouvelle. Depuis le temps qu’ils nous cassent les pieds avec leurs demandes extravagantes pour ne pas faire comme tout le monde, au moins sans eux, on vivra heureux !  Voire… Ce discours, c’est celui du chauvinisme « béret-baguette-pinard », avec en plus : « Ils roulent à gauche ». Argument définitif ! La raison nous dit tout autre chose.

Le pari dangereux de Cameron.

La date du référendum britannique sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne se rapproche : il aura lieu le 23 juin prochain. Ce jour-là, les citoyens britanniques décideront de rester ou non dans l’Union. Beaucoup d’entre eux sont tentés par ce qu’ils appellent le « Brexit ». La sortie n’est donc pas une hypothèse à prendre à la légère. Mais surtout pour eux. Car aucun argument rationnel ne la justifie, ni sur le plan économique, ni sur le plan politique. Toutes les études, quel que soit l’origine, soulignent les conséquences économiques très défavorables au Royaume-Uni dont l’impact négatif est évalué entre 3% et 8% du PIB. Le coût sera la conséquence de barrières commerciales plus élevées, une baisse des investissements directs étrangers, un impact sur la Livre Sterling, sans parler de l’incertitude causée par la longue période intermédiaire de transition post-Brexit. En outre, bien que le Royaume-Uni n’ait pas rejoint la zone euro, Londres reste la place financière de l’Europe, statut que la capitale britannique perdra. Il faudra probablement un nouvel accord commercial avec l’Union européenne qui ne se fera pas sans contreparties coûteuses pour le sortant. Ainsi les Britanniques supporteront le coût de l’Europe s’ils veulent maintenir leurs échanges, sans être à la table des décisions. En face, le seul avantage bien maigre sera l’économie de la contribution nette au budget de l’Union européenne. Un pari dangereux pris par Cameron quand on sait que les échanges extérieurs du Royaume-Uni sont liés pour près de 50% à l’Europe, son premier partenaire commercial ! Son gouvernement se trouvera contraint à des politiques d’ajustement brutal pour rétablir ses comptes extérieurs. Cela ressemble à un suicide politique. D’autant plus que les entreprises installées en Angleterre, qui exercent souvent des métiers mondiaux et ont fait de ce pays une base d’exportation vers l’Europe comme l’automobile, seraient tentées de se délocaliser pour des territoires plus compatibles avec l’immense marché de 500 millions d’habitants, de surcroit stable grâce à la monnaie unique. Vouloir quitter la première zone économique du monde est donc un non-sens.

De plus en plus de Britanniques prennent conscience de ces enjeux.

Un ancien haut fonctionnaire a lancé la semaine dernière un avertissement aux électeurs britanniques : s’ils choisissent de quitter l’Union européenne, le processus de sortie sera long et compliqué. En effet, le traité de Lisbonne prévoit une période minimale de deux ans de transition si un Etat-membre décide de quitter le groupe des Vingt-Huit. Mais pour Gus O’Donnell, qui a dirigé l’administration britannique sous trois premiers ministres entre 2005 et 2011, il est « hautement improbable » que ce délai soit tenu. Londres devra négocier son accès au marché unique européen, ses relations futures avec l’UE et tous ses traités commerciaux avec les pays tiers. Le gouvernement Cameron qui s’est engagé pour le maintien dans l’Union, a estimé qu’une période de dix ans serait nécessaire pour cette vaste remise à plat. Dans l’intervalle, le pays passerait par deux élections législatives et donc, potentiellement, deux changements de gouvernement, ce qui ne faciliterait pas les choses. Sans compter que les autres Etats-membres, à commencer par l’Allemagne et la France, n’auraient pas intérêt à faciliter la tâche du pays sortant, car ils sont eux-mêmes confrontés à la montée de mouvements anti-européens. Et la règle impose qu’à la fin de la période de deux ans, tout ce qui n’aura pas été négocié devra être prorogé par un vote unanime de tous les autres Etats-membres sauf le sortant ! Effrayant, n’est-il pas ?

Cependant, les dés ne sont pas encore jetés.

La campagne anti-Europe va s’intensifier en Grande-Bretagne où les populistes ne manqueront pas de décrire l’Union sous des traits désavantageux, comme ils n’ont cessé de le faire depuis des années, avec l’aide d’une presse « tabloïd » qui n’en est pas à une outrance près. Ils ne se rendent pas compte que pour le reste de l’Europe, l’enjeu strictement économique est bien plus faible en raison des tailles relatives : l’Union européenne est plus importante pour le Royaume-Uni que l’inverse. Les conséquences économiques éventuelles seraient diluées en termes de croissance et d’échanges, à l’échelle du continent. D’ailleurs les pays européens ne cessent de mettre les Anglais en garde contre un choix historique qu’ils jugent désastreux, moins pour l’Union elle-même que pour la Grande-Bretagne.

Pour l’Europe, l’enjeu est surtout politique.

Le débat sur le Brexit porte en germe le risque d’un retour en arrière de la construction européenne et d’une fragmentation. La sortie du Royaume-Uni serait un symbole dévastateur pour l’avenir du projet européen. Au-delà du rêve,  c’est la force de frappe que représente l’Union pour relever les défis de demain, dans le domaine numérique ou de la propriété intellectuelle, face aux Etats-Unis et à la Chine, qui sera entamée. Et face au terrorisme, comme les attaques dramatiques de Bruxelles viennent de le souligner, l’Europe a davantage besoin de se renforcer que de se désunir. Mais ce peut être aussi une fantastique occasion de rebondir : une nouvelle étape d’approfondissement de la construction européenne pourrait s’ouvrir sous l’impulsion forte d’un couple franco-allemand raffermi.

Un autre contre-exemple pour les souverainistes.

Enfin, ceux qui, chez nous, devraient ouvrir les yeux, ce sont les souverainistes, de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen en passant par Mélenchon. Eux qui persistent dans leurs programmes anti-euro, anti-Europe, le Brexit pourrait être une belle occasion de leur montrer les conséquences négatives d’une rupture de la France avec l’Union. Un peu comme pour la Grèce et Tsipras dont ils chantaient les louanges et tressaient les lauriers. Si on ne tient pas à ce que le Front national continue à s’adjuger chaque année une part plus grande de l’électorat, il est important de rappeler à quoi la famille Le Pen nous exposerait si, une fois à la tête de l’Etat, elle prenait le risque d’une rupture aussi périlleuse.

Le Brexit n’est pas fait.

Un sondage indique que 62 % des Européens sont hostiles à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et montre qu’une majorité d’entre-eux reste favorable au maintien de l’euro. L’enquête a été conduite dans cinq pays européens : la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Il indique aussi que les Britanniques souhaitent à 55% le maintien de leur pays dans l’Union et que les Français se prononcent de la même manière, à 54%. C’est un bon présage pour David Cameron qui réussit donc à faire entendre sa voix.  La perspective consternante d’un départ du Royaume-Uni semble s’éloigner. On a bien compris qu’une rupture avec l’EU serait catastrophique pour les Britanniques, surtout que l’Écosse, dans ce cas de figure, n’hésiterait plus à se déclarer indépendante afin de maintenir ses liens économiques avec l’Europe.

Il faut donc marteler les faits et les arguments rationnels.

Il ne faut pas que le débat reste sur le seul plan émotionnel. Le Brexit, qui permettrait soi-disant au Royaume-Uni de mieux profiter du libre-échange avec d’autres zones et de se libérer de la bureaucratie bruxelloise, plus que jamais, est une illusion ! Puisse Cameron se sortir du mauvais pas dans lequel il s’est fourré. C’est tout le mal qu’on lui souhaite !

 


PETITE CHRONIQUE DE LA DESERTIFICATION MEDICALE…

Médecin de campagne

 

Jean-Pierre Werner, médecin de campagne depuis toujours, exerce son sacerdoce dans une commune rurale, qui pourrait être n’importe laquelle de la France périphérique. Quelques images nous révèlent qu’on n’est pas très loin de Paris, et pourtant… c’est déjà la France profonde. Il représente une espèce en voie de disparition avec la désertification médicale qui accompagne trop souvent la disparition des commerces et des écoles, mais aussi à cause du manque de médecins formés et du peu d’appétence de ceux-ci pour « s’enterrer » dans un trou. Le problème est exposé dans le film avec une grande acuité, sans fausse note ni exagération.

Notre médecin de campagne apprend qu’il est atteint d’une tumeur au cerveau. Sur les conseils d’un ami, Nathalie Delezia arrive pour le seconder. Elle n’est pas toute jeune et offre un profil qui pourrait plaire au praticien : elle vient de finir son internat après avoir repris des études sur le tard, en prolongement d’une solide expérience d’infirmière hospitalière. Mais elle n’est pas vraiment la bienvenue : « Médecin de campagne, ça ne s’apprend pas ! » lui oppose d’entrée de jeu un Werner agacé. Mais elle y croit et elle s’accroche… L’histoire est solide, le récit aborde le sujet avec humanité et justesse.

François Cluzet campe le « docteur » avec une précision étonnante. C’est un rôle qu’il interprète à merveille, tout en nuance. Certains retrouveront le toubib de leur enfance, complètement dévoué à ses patients, de jour comme de nuit. Marianne Denicourt lui donne la réplique avec la même crédibilité. Tous les deux témoignent de la même foi, de la même ardeur et du même sens du dévouement. Ils ne pouvaient que se rencontrer. C’est une chronique de vie quotidienne, mais, comme le dit l’acteur lui-même, c’est un film « engagé et fraternel ». Il plaide en effet pour la dimension humaine qui relie le patient à son médecin. Ainsi, la thèse exposée, quand il met tout en œuvre pour qu’un patient puisse mourir chez lui… quand 80% de nos compatriotes meurent à l’hôpital.

Un bon documentaire, bien rendu, très pédagogique, magnifiquement joué. Par contre l’intrigue reste un peu faible. Le médecin, malgré sa tumeur continue son activité et parait plus en forme qu’il ne devrait l’être probablement. Il y a aussi l’esquisse d’une relation sentimentale avec sa « remplaçante »… qui n’apporte pas grand-chose de plus au film, mais lui donne une dimension romanesque presque convenue, un peu à l’eau de rose. L’important, c’est que l’émotion reste et que le message passe.

Un beau film à voir. Que nos édiles devraient aller voir !

En tout cas, moi, j’ai aimé !