POUR ROUSSEF L’AVENIR SENT LE ROUSSI !
BREXIT, TU M’EXCITES !

PETITE CHRONIQUE DE LA DESERTIFICATION MEDICALE…

Médecin de campagne

 

Jean-Pierre Werner, médecin de campagne depuis toujours, exerce son sacerdoce dans une commune rurale, qui pourrait être n’importe laquelle de la France périphérique. Quelques images nous révèlent qu’on n’est pas très loin de Paris, et pourtant… c’est déjà la France profonde. Il représente une espèce en voie de disparition avec la désertification médicale qui accompagne trop souvent la disparition des commerces et des écoles, mais aussi à cause du manque de médecins formés et du peu d’appétence de ceux-ci pour « s’enterrer » dans un trou. Le problème est exposé dans le film avec une grande acuité, sans fausse note ni exagération.

Notre médecin de campagne apprend qu’il est atteint d’une tumeur au cerveau. Sur les conseils d’un ami, Nathalie Delezia arrive pour le seconder. Elle n’est pas toute jeune et offre un profil qui pourrait plaire au praticien : elle vient de finir son internat après avoir repris des études sur le tard, en prolongement d’une solide expérience d’infirmière hospitalière. Mais elle n’est pas vraiment la bienvenue : « Médecin de campagne, ça ne s’apprend pas ! » lui oppose d’entrée de jeu un Werner agacé. Mais elle y croit et elle s’accroche… L’histoire est solide, le récit aborde le sujet avec humanité et justesse.

François Cluzet campe le « docteur » avec une précision étonnante. C’est un rôle qu’il interprète à merveille, tout en nuance. Certains retrouveront le toubib de leur enfance, complètement dévoué à ses patients, de jour comme de nuit. Marianne Denicourt lui donne la réplique avec la même crédibilité. Tous les deux témoignent de la même foi, de la même ardeur et du même sens du dévouement. Ils ne pouvaient que se rencontrer. C’est une chronique de vie quotidienne, mais, comme le dit l’acteur lui-même, c’est un film « engagé et fraternel ». Il plaide en effet pour la dimension humaine qui relie le patient à son médecin. Ainsi, la thèse exposée, quand il met tout en œuvre pour qu’un patient puisse mourir chez lui… quand 80% de nos compatriotes meurent à l’hôpital.

Un bon documentaire, bien rendu, très pédagogique, magnifiquement joué. Par contre l’intrigue reste un peu faible. Le médecin, malgré sa tumeur continue son activité et parait plus en forme qu’il ne devrait l’être probablement. Il y a aussi l’esquisse d’une relation sentimentale avec sa « remplaçante »… qui n’apporte pas grand-chose de plus au film, mais lui donne une dimension romanesque presque convenue, un peu à l’eau de rose. L’important, c’est que l’émotion reste et que le message passe.

Un beau film à voir. Que nos édiles devraient aller voir !

En tout cas, moi, j’ai aimé !

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)