Previous month:
février 2016
Next month:
avril 2016

POUR ROUSSEF L’AVENIR SENT LE ROUSSI !

Dilma Rousseff

Dilma Rousseff, la présidente du Brésil, s'est rapprochée un peu plus de la sortie depuis que le Parti centriste qui était dans la coalition gouvernementale a préféré quitter le navire. D'autres petits partis pourraient suivre d’autant plus que de nouvelles procédures de destitution ont été lancées. La présidente va encore essayer de tenir, puis elle tentera probablement de passer le bâton du pouvoir à un autre éléphant de son parti tout autant impliqué dans les affaires de corruption. Le Brésil n'est donc pas sorti de l'ornière.

L’affaire Petrobras.

La fièvre était un peu retombée avec le carnaval. Elle est remontée depuis et les manifestations se multiplient, réclamant la démission de Dilma Roussef, sous le coup d’une procédure « d’impeachement » pour  ses compromissions dans les affaires du géant pétrolier Petrobras. L’implication de l’ancien président Lula, qu’elle a appelé près d’elle au gouvernement pour lui faire bénéficier de l’immunité, a mis le feu aux poudres. Il a été interpellé manu militari par la police fédérale car il est soupçonné d’avoir touché des avantages en nature de la part des entreprises impliquées dans le vaste scandale de corruption autour du pétrolier. Il n’aurait pas déclaré être le propriétaire d’une grande maison de campagne et d’un appartement à la plage.. Ce dernier nie tout en bloc et crie à la persécution, sachant fort bien que ses partisans encore nombreux crieront « touche pas à Lula ! ». Néanmoins le parquet a ouvert des poursuites judiciaires contre lui. Etre de gauche et mettre la main dans le pot de confiture, est-ce possible ? Luchini a bien raison de dire qu’être « de gauche », c’est du boulot !

Un feuilleton judiciaire.

La suspension, par un juge du Tribunal suprême fédéral, de la nomination de l’ancien président Lula à la Casa civil du gouvernement, un rôle équivalent à celui de Premier Ministre, pour « obstruction à des procédures judiciaires », illustre bien la crise institutionnelle que traverse le Brésil. Une grande défiance s’est installée entre les juges et l’opinion vis-à-vis de la classe politique soupçonnée de corruption, doublée d’une défiance du Parlement vis-à-vis de l’exécutif, incarné par Dilma Rousseff en raison de la procédure de destitution engagée contre elle. Une procédure qui s’annonce longue et incertaine. Il faudra quinze sessions de la commission spéciale composée de  soixante-cinq parlementaires, qui soumettra un rapport à l’assemblée plénières du Congrès des députés, une majorité des deux tiers étant requise pour mettre en accusation et saisir le Sénat … Un vote des eux tiers des Sénateurs serait ensuite nécessaire pour une destitution. On n’est pas rendu au bout.

La coalition se délite.

Le mariage de raison contracté en 2003 entre le parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) et le parti de Lula et Dilma Rousseff, vient de finir par un divorce. Le PMDB a décidé de claquer la porte du gouvernement. Ce parti qui a été de tous les gouvernements depuis trente ans avait réussi à imposer son leader, Michel Temer, comme bras droit de la présidente et sa désaffection pourrait en hâter la chute. Dans un système avec plus de trente-trois partis représentés au Parlement, la capacité à faire émerger une nouvelle majorité s’avère compliquée. Plusieurs petits partis devraient néanmoins suivre le mouvement, devant l’ampleur de la crise. Mais le calcul du PMDB s’explique surtout par l’approche des élections municipales dans sept mois, les maires sortants ne voulant plus être associés au gouvernement alors que la crise économique a des effets dévastateurs. Et surtout, en cas de destitution de Dilma Rousseff, c’est Michel Temer, actuel Vice-Président, qui devrait hériter du poste.

Une course de vitesse.

Mais il lui faut pour cela accélérer le vote au Congrès. En effet, le Tribunal suprême électoral est saisi d’une plainte déposée par le Parti de la Social-Démocratie Brésilienne (PSDB), opposition de droite. Celui-ci dénonce des financements illégaux dans la campagne de l’actuelle présidente, et si le Tribunal qui examine les comptes annulait l’élection, elle annulerait aussi  celle de Michel Temer par contrecoup. Le PMDB a voté la sortie du gouvernement et ses ministres devront le quitter avant le 12 avril, sauf Michel Temer qui sera le seul à s’y maintenir en attendant que la commission parlementaire propose la destitution de la présidente. On y verra plus clair fin avril.

 


LE COUP DU « ça va mieux ! »

Courbe du chômage

 

Il fallait bien s’y attendre : la grande manipulation pour redistribuer a commencé depuis longtemps, mais il fallait l’étayer sur  des chiffres, pour que ça fasse plus vrai. Alors on nous fait le coup du « ça va mieux ! ». Vraiment ? Non, pas vraiment.

Moins de déficit sans rien faire.

Ah, c’est sûr, Sapin-les-bas-roses est tout fier de se vanter d’avoir réduit plus que prévu le déficit en 2015 : 3,5% au lieu des 3,7% laborieusement négociés avec nos partenaires, car en 2015 on aurait dû faire 3% ! Moins pire que pire, devrait-il dire. D’autant plus que, preuve que la situation ne s’est pas améliorée, la dette a continué d’augmenter (95,7% du PIB à 2097 milliards d’euros) : plus de 57 milliards d’euros en un an ! Encore devrait-il préciser, s’il était honnête, que si le PIB a augmenté de 1,1% en 2015, la chute du prix du pétrole et du gaz nous a fait gagner 23 milliards d’euros (Insee), soit exactement 1,1% du PIB !!! Autrement dit, les avantages venus de l’extérieur (baisse du coût de l’énergie, taux bas, et baisse de l’euro) expliquent nos très relatifs « progrès ». La France n’ayant fait aucun effort, elle n’y est pour rien dans cette relative amélioration. Ces conditions favorables ont permis aux bons élèves de rebondir, mais chez nous on continue de transformer l’or en plomb.

Il y a statistiques et statistiques.

A défaut de vrais résultats, on nous abreuve de statistiques « torturées ». En janvier la situation du chômage s’était subitement et inexplicablement améliorée avec 27 100 chômeurs de moins. Tout allait donc très bien Madame la Marquise. A tel point qu’on nous annonçait même avant qu’il paraisse, un rapport de l’Insee avec la confirmation de la reprise. Tous les médias ont suivi sur le même thème. Mais le rapport n’a fait que répéter ce qu’on savait déjà avec les mêmes chiffres pour l’année 2016, confirmés. Autrement dit rien de nouveau sinon que l’année sera grise. D’ailleurs les chiffres du chômage de février sont venus doucher les espoirs de l’exécutif. Avec 38 000 demandeurs d’emplois supplémentaires, le chômage explose à nouveau.

Inverser la courbe, mais laquelle ?

Le plus cocasse, c’est que parfois les chiffres se contredisent. L’obsession présidentielle pour le chômage, comme l’on sait, c’est « l’inversion de la courbe ». Mais laquelle ? Il y a celle qui est fournie par Pôle Emploi, sur laquelle tous les regards se focalisent. Ainsi, il y avait le 31 décembre 2015 3 580 000 demandeurs d’emplois inscrits. Et il y a les statistiques de l’Insee, qui correspondent à la définition internationale du BIT, tout aussi officielle. A la fin 2015, 2 900 000 demandeurs d’emplois remplissaient les conditions de cette définition, soit 10% de la population active. Alors que le nombre des demandes d’emplois non satisfaites de Pôle Emploi a augmenté de 88 200 en 2015, l’Insee annonce une baisse du taux de chômage de 10,1% à 10% ! Mais ces petites finesses échappent à notre « Monsieur 6000 petits pas » : il n’a jamais dit à quelle courbe il pensait pour concrétiser l’inversion !

A vouloir trop prouver…

Et en plus, il arrive que l’emploi des chiffres conduise nos responsables à s’emmêler les pinceaux. Ainsi, Manolito a précisé dans une interview « qu’un chômeur sur quatre a moins de 25 ans » ! Enorme ! En réalité, sur les 3 552 000 demandeurs d’emploi, 514 200 ont moins de 25 ans, soit 15% du total et c’est encore beaucoup trop. A force de vouloir trop prouver, on ne prouve rien. Le Catalan voulait sans doute dire que parmi les jeunes de moins de 25 ans sur le marché du travail, un quart d’entre eux sont au chômage, ce qui est la vérité. Bref, le chômage des jeunes est un drame et la situation ne s’est pas améliorée avec Hollande, bien au contraire, malgré tous les emplois aidés.

Ces grand groupes si méprisables.

Nos gouvernants de gauche n’ont en même temps que mépris pour les grands groupes français. Il suffit de voir l’émoi que suscite le salaire de Carlos Tavarès de PSA. Il n’y a qu’en France qu’on voit ce genre de débat. Les 3 000 plus grandes entreprises françaises, sur un total de 3,3 millions, mériteraient un peu plus de considération. Elles réalisent le quart de la création de richesse du pays, la moitié de la valeur ajoutée, 70% des investissements et 83% des exportations (Insee). Or, l’Etat ne pense qu’à les affaiblir. Il suffit de voir que pour le secteur de l’industrie la production est toujours inférieure de 15% à ce qu’elle était en 2008 ! Et n’évoquons pas nos fleurons industriels qui se font racheter par des concurrents étrangers… souvent pour aller prospérer sous des cieux plus cléments.

La croissance fantasmée …

Cela n’empêche pas de faire mine en fin de mandat de redistribuer les « fruits d’une croissance fantasmée ». La réalité est en effet triviale : les exercices 2012-2015 ont été les années consécutives les pires pour la croissance Française depuis que les statistiques de PIB existent (1949). Heureusement peu de monde le sait. Et si jamais l’embellie économique n’est pas aussi marquée que souhaité, c’est évidemment la faute à la croissance mondiale qui patine. Toujours la faute des autres. Les pétards mouillés que sont les lois Macron pour « libérer » l’économie et El khomry pour « libérer » le travail, n’y sont pour rien, qu’est-ce que vous allez imaginer !

 


A PAQUES … OU A LA TRINITE !

Tintin paques 2

 

Voilà une expression qui ne s’emploie plus guère, qui veut dire : « à une date inconnue », c’est-à-dire, par extension : jamais. Un exemple : Quand la courbe du chômage s’inversera-t-elle ? On peut répondre : « A Pâques ou à la Trinité ! »…

C’est curieux, comme interprétation parce que les dates de Pâques ou de la Trinité sont parfaitement connues. Il n'y aurait donc aucune raison de considérer qu'on parle d'une date indéterminée. Cela vaut bien une explication.  A la fin du XVIIe siècle, Lord Churchill, duc de Marlborough, l’ancêtre de Winston,  était le capitaine de l'armée britannique et, à ce poste, il mit plusieurs fois bel et bien la pâtée aux Français. En 1709, à l'époque de Louis XIV, il les affronta encore à la bataille de Malplaquet. Au cours de cette bataille, pour se moquer du capitaine anglais qu'ils croyaient mort, les Français écrivirent la chanson « Malbrough s'en va-t-en guerre ». Vous connaissez bien sûr les paroles et l’air : « Malbrough s'en va-t-en guerre, mironton, mironton, mirontaine,… Il reviendra-z-à Pâques, ou à la Trinité ! … La Trinité se passe, Malbrough ne revient pas. » L’expression est donc née de la chanson : il reviendra à Pâques ou à la Trinité, comme Malbrough, c'est-à-dire un jour peut-être ou bien jamais.

Pâques n’est jamais à la même date.

Si elle est connue à l’avance, voilà pourtant une fête chrétienne dont la date change tous les ans. Encore un problème de calendrier. Mais plusieurs explications se croisent. Auparavant, le peuple juif célébrait la fête de la « Pâque » pour commémorer la fin de l'esclavage et la sortie d'Égypte. A l'époque de Jésus-Christ, la date était fixée au 14 nizan, jour de la pleine lune de printemps. Cette date est dépendante du cycle lunaire (13 mois ou lunaisons) et non de notre actuel calendrier solaire en 12 mois. C’est le concile de Nicée, en 325, qui a souhaité faire coïncider la célébration de la résurrection du Christ avec le retour du printemps, le premier dimanche suivant la pleine lune après l'équinoxe de printemps. La définition précise du jour de Pâques fut établie par les pairs de l'Église, réunis par l'empereur Constantin : « Pâques est le dimanche qui suit le 14ème jour de la Lune qui atteint cet âge le 21 mars ou immédiatement après.» Cela permettait aussi de christianiser les nombreuses fêtes païennes qui célébraient depuis longtemps cette résurrection de la nature. Le calcul de cette date, qui dépend du cycle lunaire, permet de déterminer non seulement le jour de Pâques mais aussi celui des nombreuses célébrations chrétiennes qui s'y réfèrent comme l’Ascension, par exemple.

Astronomie et mathématique à la rescousse.

Cette définition a posé de redoutables problèmes de calcul astronomique et mathématique auxquels les savants se sont attelés dès le IVème siècle. Il faut attendre le VIème siècle pour qu'une méthode de calcul précise soit progressivement adoptée par les Églises. Comme on le sait, la Terre tourne autour du Soleil en un peu plus de 365 jours et le compte n'est pas rond, d'où les années bissextiles, tous les quatre ans, pour rectifier le décalage. Un tout petit décalage qui a entraîné, mille ans plus tard, une différence de dix jours entre le calendrier sur papier et le calendrier solaire. C’est pourquoi, en 1582, le pape Grégoire XIII a décidé de rattraper le retard en supprimant dix jours du calendrier.  Cette année-là, on est passé du 5 octobre au 15 octobre. Pour compliquer un peu plus les choses, les chrétiens orientaux,  en froid avec Rome depuis plusieurs siècles, n'ont pas adopté cette réforme, et ont préféré rester au calendrier julien, plus conforme selon eux au rythme des Écritures. Bien que ce soit la fête chrétienne la plus importante, les Pâques catholique et orthodoxe ne coïncident que rarement, marquant ainsi symboliquement la division des Églises. Ainsi, la fête de Pâques orthodoxe peut se célébrer soit en même temps que la catholique, comme ce fut le cas en 2014 et en 2017, soit une semaine après, comme en 2012 et en 2015, mais il arrive que ce soit jusqu'à cinq semaines après. Pâques tombe en mars ou en avril pour le culte romain mais jamais en mai ; en avril ou mai pour les orthodoxes mais jamais en mars.  

Les cloches de Pâques.

En ce dimanche de Pâques, il est une question que nous devions nous poser et sur laquelle nous mettre d’accord: cloche ou lapin? Parmi les différentes mythologies autour des Pâques, laquelle choisirons-nous pour nos enfants.

Après la messe du Jeudi Saint, veille de la mort de Jésus, les cloches se taisent, jusqu’au Gloria de la veillée pascale. La croyance serait apparu à la fin du XIIème siècle et serait liée au fait que Rome venait de faire interdire de sonner des cloches de métal. D’après la légende, les cloches déposent des oeufs dans les jardins en revenant de Rome où elles sont allées se faire bénir. Pour la commodité, et la gourmandise aussi, la matière des œufs s’est transformée en chocolat pour tous les goûts.

Le lapin de Pâques tire ses origines d’une légende allemande selon laquelle une femme trop pauvre pour acheter des chocolats à ses enfants aurait décoré des oeufs pour les cacher dans son jardin. Au matin, lorsque ses enfants se mirent en quête, ils auraient aperçu un lapin et crurent alors que c’était l’animal qui avait déposé les oeufs. A partir de ce jour, ils fabriquèrent un nid dans leur jardin chaque année espérant que le lapin viendrait y déposer des oeufs. Une fois qu’on a expliqué, on n’est pas plus avancé. Alors voici la synthèse de mon petit-fils : ce sont les cloches qui lâchent les œufs en passant, et ce sont les lapins qui les cachent dans le jardin ! Bien, tout le monde s’y retrouve !

Et la dimension commerciale.

La gourmandise est aussi affaire de commerce : cette année, plus de 15.000 tonnes de chocolat seront consommées autour de Pâques. Au total, le marché du chocolat de Pâques - qui est concentré sur cinq semaines - représente 300 millions d'euros de ventes en grande distribution, contre 725 millions pour Noël. Pâques reste, en effet, un moment incontournable pour les familles. Les œufs font partie du rituel pascal depuis le XIXe siècle grâce aux progrès réalisés dans l'affinage de la pâte de chocolat et la mise au point des premiers moules. « Les Français sont attachés au chocolat car il est le symbole du plaisir que l'on offre et que l'on est content de recevoir », explique le Syndicat du chocolat qui regroupe 81 entreprises du secteur. Pâques est aussi une fête familiale : 87% des consommateurs reçoivent ou sont invités par des proches à Pâques, selon Ferrero, leader du marché. Et des chasses aux œufs, pour petits et grands, sont organisées un peu partout, dans les parcs et jardins publics ou privés. Tout le monde y participe, croyants et non croyants. Question de tradition culturelle.

Ah oui, précisons, c’est quand même une fête chrétienne !

 


DES PRIMAIRES QUI « TRUMP » ENORMEMENT !

Donald Trump

 

Le folklore des primaires 2016.

Ceux qui aiment le folklore seront servis : les primaires américaines de 2016 ne ressemblent à aucune des campagnes précédentes. Elles sont dominées par deux troublions venus de nulle part, si l’on veut dire par là qu’ils ne sont pas sortis de « l’establishment » des deux grands partis, Démocrate et Républicain. On ne s’attardera pas sur l’incongruité d’un candidat comme Sanders qui arrive avec des idées socialistes sous le bras et qui rencontre un succès plus qu’honorable. Au pays de l’Oncle Sam c’est quand même surprenant. Mais c’est surtout Trump qui étonne par le succès qu’il rencontre. Un succès incompréhensible pour nous autres Français, tant sa campagne est triviale, violente, basique. Voilà un « superman » providentiel tel que l’Amérique semble en rêver. Il n’a aucune expérience du pouvoir et n’appartient que par hasard à la formation dont il brigue l’investiture et dont il a mis hors circuit l’état-major. Il n’a rien d’un conservateur, ni en matière fiscale ni sur les questions de société et pourtant il rallie un électorat bizarrement composé, mêlant des « petits blancs » qui n’ont jamais accepté Obama, des évangélistes du Sud, des cols-bleus du Nord-Est et du Centre,… Ils ont pour dénominateur commun de faire partie d’un monde de plus en plus marginalisé, d’une main d’œuvre vulnérable, tout un peuple qui voit avec inquiétude son Amérique « éternelle » être en déclin, devenir moins blanche, moins chrétienne, moins traditionnelle.

Donald Trump probable vainqueur chez les Républicains.

Donald Trump est en chemin pour l’investiture républicaine et malgré l’effroi que cela suscite parmi les élites du parti, on ne voit pas comment elle pourrait lui échapper. Il n’a pourtant des rouages de l’état que des notions assez brumeuses et il propose de gouverner la plus grande puissance de la planète comme il gère son « business ». Et quand on sait qu’il a connu quatre faillites retentissantes, ça devrait calmer ! Et bien non. Son projet est simple : il n’en a pas. Il n’a qu’une ambition, celle de remporter les élections à coups de promesses plus intenables les unes que les autres : déporter des millions d’immigrés illégaux, construire un mur le long de la frontière mexicaine, interdire le sol américain aux musulmans, légaliser la torture pour les ennemis de l’Amérique. Son protectionnisme économique rassure et il annonce le rapatriement de millions d’emplois de Chine et du Mexique.  Il a pour lui de ne pas appartenir à la « classe politique » qui ici, comme en Europe, fait l’objet d’un rejet de la part d’un grand nombre de citoyens. Il n’est pas de Washington et il aime le marteler, au pied de son énorme avion à l’enseigne « Trump » avec lequel il sillonne les « States ». Quand on sait que 79% des Américains sont mécontents du Congrès qu’ils jugent « coupé du monde réel », ça éclaire le débat. Alors que le lascar passe son temps à construire des casinos, ou qu’il ait divorcé plusieurs fois, peu importe. Même sa foi balbutiante qui aurait dû être un handicap n’altère pas sa marche triomphale.

La marche d’un communicateur surdoué.

Mais voilà, c’est un communicateur surdoué, charismatique. Il a dicté les thèmes de la campagne et abattu mille tabous. Sa brutalité verbale n’est pas improvisée : elle est conçue avec méthode pour résonner auprès d’un électorat dont on a pu vérifier la réceptivité. Ses attaques virulentes contre le « politiquement correct » participent à son succès. Elles révèlent l’ampleur de l’indignation morale et des frustrations accumulées en silence depuis des années dans un pays où il était de règle de se plier aux injonctions d’un « Parti du Bien » érigé en tribunal de moralité. « Make America Great Again », le slogan repris à Ronald Reagan joue à plein la carte nostalgique en sous-entendant que la grandeur des Etats-unis a été éclipsée et que seul Trump pourra la restaurer. En réalité le Trump que voilà n’a pas de vision du monde. Il construit un discours sur la peur et sur le refus des autres, un grand classique « populiste ». Il a le goût de la farce grotesque et le mépris des femmes.

La ruine et le déclin au bout du chemin.

Comme tous les démagogues, si les Américains sont assez sots pour confier le pouvoir à ce clown sinistre, il ne laissera que des décombres. Il ruinera les Etats-Unis, il multipliera les contresens historiques et fera courir au peuple américain le risque d’un plus grand déclin encore face aux chocs du XXIème siècle.Et ce sera encore au citoyen de payer la facture que laissent les mensonges et l’irresponsabilité. Compte tenu des traditions américaines, il est en effet possible qu’une administration Trump nouvellement installée puisse s’appuyer sur de larges soutiens pour mettre en œuvre une politique multipliant les entraves au commerce international. Le résultat serait un engrenage mortifère aussi nuisible à la croissance que le furent les mesures protectionnistes prises dans les années 1930. Pour l’économie mondiale, comme pour bien des aspects de la démocratie américaine, il y a donc un « danger Donald Trump ». C’est au citoyen américain qu’il revient donc en premier de l’empêcher de nuire en refusant de s’abandonner à sa fatale séduction.

 


ARRETONS D’ETRE NAIFS ET LAXISTES !

Attentats Bruxelles

 

La riposte de Daech à l’arrestation de Salah Abdeslam n’a pas tardé. Des terroristes ont fait exploser deux bombes à l’aéroport et une dans le métro de Bruxelles à une station proche des bâtiments abritant les institutions européennes. Ces attentats ont fait 30 morts et 300 blessés. L’interpellation de Salah Abdeslam, très impliqué dans les terribles événements du 13 novembre à Paris, constitue pour Daech une menace considérable. En effet les djihadistes ne sont pas censés survivre à leurs crimes. S’ils restent vivants, ils risquent de révéler des secrets et l’Etat islamique tient à ce que le silence absolu soit fait sur l’organisation de ses crimes, de sorte que le manque de renseignements rende plus difficiles la prévention ou la riposte en cas de nouvelle agression. Il ne faut donc pas s’étonner que la réaction ait été si rapide car c’est une caractéristique de l’État islamique de chercher à avoir le dernier mot. Cette réaction extrêmement violente montre qu’il a subi un sérieux revers avec l’arrestation d’Abdeslam. Il fallait d’une part assurer la vengeance et d’autre part utiliser les islamistes prêts à se faire sauter pendant qu’ils étaient encore opérationnels. Il savait évidemment que la police belge pourchassait plusieurs suspects, et notamment ceux qui ont hébergé Abdeslam dans une douzaine de caches différentes. Cela, d’autant plus que les médias ont relayé un peu vite une information cruciale qui a pu précipiter le passage à l’action : « Abdeslam a décidé de parler ». Il s’est, en effet, déjà beaucoup exprimé et a même affirmé qu’il envisageait de participer à une nouvelle action terroriste.

Abdeslam est une pièce essentielle du puzzle.

Dans les semaines qui viennent, il sera appelé à expliquer pourquoi il est resté vivant, pourquoi il s’est débarrassé de sa ceinture explosive dans une poubelle, pourquoi il a fait organiser son rapatriement en Belgique, comment, ensuite, il a pu se cacher pendant plusieurs mois. Il a forcément bénéficié de l’aide de nombreux complices qui pourront ainsi être appréhendés eux aussi.  Mais l’important réside dans le fait qu’il ne s’est pas résolu au suicide : vivant, il a une valeur inestimable. Il se trouve que non seulement Abdeslam n’a pas voulu mourir, mais qu’il accepte de raconter sa vie. Il devient une source essentielle pour alimenter enfin le renseignement. D’ailleurs le déploiement exceptionnel de nos forces de sécurité témoigne de ce que la prévention a pris d’importance en raison de la faiblesse du renseignement, jugé notoirement insuffisant en général. Certes, notre terroriste peut tenter de balader les enquêteurs mais ceux-ci ont les moyens de faire le tri. Il n’est pas du tout impossible qu’il fournisse des informations sur les filières qui fournissent Daech en chair humaine, au moins pour les réseaux auxquels il appartenait. L’essentiel est que nous tenions ce monstre, que nous lui fassions avouer ses motivations, dénoncer ses complices, énumérer les moyens qui lui ont été fournis et par qui, et, si possible, loger les autres cellules terroristes qu’il connaitrait. L’essentiel, quoi que tente son avocat, est que tôt ou tard, il sera transféré à Paris. Ainsi, il y aura un procès indispensable pour que les familles des victimes retrouvent un peu de sérénité et fassent complètement leur deuil.

La réplique doit être l’occasion d’un sursaut.

Les terroristes ont plongé Bruxelles dans le chaos. Que ce soit par précipitation ou prévu de plus longue date, c’est le cœur de l’Europe qu’ils ont voulu toucher. Ce n’est pas un hasard. Les dégâts, physiques, psychiques et matériels, causés par les trois attentats sont considérables. Plus que jamais, la coopération entre les services belges et français est indispensable. Les critiques réciproques que les deux pays étaient tentés de s’adresser ne sont plus d’actualité. Les terroristes ignorent les frontières et les gouvernements européens doivent s’organiser en conséquence. Il serait indécent d’opposer à la menace terroriste des européens divisés, plus préoccupés par leurs différends sur les procédures que par leurs ennemis. Molenbeek est un nid de terroristes, protégés par des lois démocratiques mais capables de semer une violence épouvantable. Mais combien de Molenbeek ignorés en France, en Allemagne, partout en Europe ? Seule une réponse européenne au terrorisme sera efficace. La preuve en est que les Britanniques et les Allemands, comme les Français, ont pris des mesures supplémentaires de sécurité. Notre solidarité avec les Belges ne relève pas de la simple compassion pour les victimes, elle est une nécessité vitale. Cela fait des années qu’il est question d’établir un PNR (passenger name record), mais il n’a toujours pas vu le jour, alors que les djihadistes de Daech tuent par dizaines des civils à la bombe et à la kalachnikov. Notre Ministre de l’Intérieur a raison d’exhorter ses amis socialistes du parlement européen à se décider à le voter. Il est grand temps de passer à l’action et de mettre fin à une situation ubuesque qui voit les terroristes circuler librement en Europe quand la police ne peut pas circuler dans certaines banlieues de Bruxelles ou de Paris, des attentats se préparer alors qu'on n'a pas encore enterré les morts de Bruxelles…

Aujourd'hui, nous sommes tous bruxellois comme nous étions tous Parisiens ou Charlie. Hier Bamako et la Côte d’Ivoire étaient frappés. Mais à quoi bon si demain nous devons tous être à nouveau « quelque chose ». Toute la planète est concernée. Le terrorisme est une atteinte à l'humanité toute entière, une négation des droits de l'homme les plus fondamentaux, à commencer par le droit à la vie, à la liberté, à la sûreté. Les attentats de Bruxelles constituent un coup de boutoir contre l'Union européenne parce que Bruxelles est considérée comme la capitale de l'Europe. C’est une occasion à saisir pour resserrer ses rangs, coordonner les politiques et renforcer les coopérations. Ne la ratons pas ! Car, tant que nous combattrons la barbarie par la naïveté et le laxisme, il y aura d'autres attentats meurtriers en France, en Belgique ou ailleurs. Les fanatiques se réjouiraient de voir l'Europe exploser. Ne leur donnons pas cette victoire !

 


APRES MOI LE DELUGE …

Confiture

 

C’est un peu comme ça qu’on pourrait interpréter la décision prise par le polichinelle qui nous gouverne d’augmenter les salaires des fonctionnaires de 1,2%. Il faut décidément une belle dose de cynisme pour le faire au moment où la contestation bat son plein contre la loi Travail. Il fait montre de bien peu de vergogne pour le faire à moins de 13 mois de l’élection présidentielle : il ne cherche même pas à masquer son jeu. On ne s’étonnera pas que les deux têtes de l’exécutif plongent dans les sondages, ce qui montre bien que les Français ne sont pas dupes.

C’est vrai que les fonctionnaires ont été l’objet d’une cure d’austérité depuis cinq ans sans que leur point d’indice n’ait été relevé. Même dans le privé il n’y a pas d’exemple d’un gel de cinq ans. Néanmoins ils ont quand même eu les augmentations liées à leur avancement… et la dépense publique à continuer d’augmenter de manière périlleuse. Il ne s’agit pas ici de sous-estimer ce que les fonctionnaires apportent à la richesse nationale et au fonctionnement même du marché. Mais quand on aborde le débat sur la fonction publique, sur ses effectifs pléthoriques, sur la nécessité d’en diminuer la masse salariale pour viser à l’équilibre budgétaire et au désendettement, cela ne signifie pas qu’il faille la supprimer comme certains le souhaitent un peu trop rapidement. Ne méprisons pas les missions qu’ils remplissent. Cela n’empêche pas d’en évaluer le nombre et de chercher à ajuster leurs effectifs aux justes besoins de notre pays pour qu’il soit correctement administré.

Quand on compare les effectifs de nos trois fonctions publiques à ceux des autres pays européens, les nôtres apparaissent énormes, et pour fixer un point de comparaison, près de deux fois plus qu’en Allemagne dont on ne sache pas qu’elle soit mal administrée. Chez nous, on peut affirmer sans hésiter que le recrutement dans la fonction publique d’État et dans les collectivités locales a servi à compenser les ravages du chômage, ce qui aura certes été utile pour ceux qui ont ainsi trouvé un emploi, mais a contribué à nous enfoncer collectivement dans un déséquilibre où la part des emplois publics est trop élevée par rapport à celle du secteur privé. La masse salariale publique ainsi hypertrophiée empêche des investissements qui nous permettraient de lancer de grands travaux structurels et de créer des emplois plus productifs de richesses.

L’idée de réduire le nombre de fonctionnaires alors qu’ils sont notoirement trop nombreux n’est pas sacrilège. C’est même la seule solution au problème du coût de la fonction publique, car une diminution du nombre faciliterait une hausse des traitements. Il est devenu impératif de corriger une complaisance qui nous coûte très cher et que rien ne justifie. Ne pas remplacer une partie des fonctionnaires qui partent à la retraite n’est donc pas une mesure discriminatoire, c’est commencer à introduire un peu de bon sens dans une gestion qui continue à nous valoir les blâmes de Bruxelles, et à juste titre. Mais même en pratiquant le un sur deux, ça ne sera pas suffisant. La solution passera aussi par un retour aux 39 heures, vraie mesure décisive qui permettrait d’en réduire le nombre de façon drastique, soit 500 000 sur un quinquennat. Notre Sapin-les-bas-roses, pseudo Ministre des Finances, peut toujours se réjouir des progrès de la France dans la résorption des déficits structurels qui sont des résultats en trompe l’oeil  alors que nous bénéficions d’une baisse des taux qui nous permet d’emprunter à un taux dérisoire ou presque nul, la Commission européenne continue de nous pointer du doigt en signalant que nous faisons partie du peloton européen des mauvais élèves, au même titre que l’Italie ou le Portugal.


L’État a négocié avec les organisations syndicales le montant de la revalorisation de l’indice à 1,2% ce qui coûtera 2,5 milliard d’euros que nous nous empresserons d’emprunter sur les marchés de capitaux, puisque les caisses sont vides. Il n’a pas pour autant contenté les syndicats qui exigent un rattrapage pour les cinq années sans augmentation ! Emmanuel Macron a évidemment trouvé cette revendication excessive, et pour cause !  Éric Woerth, le spécialiste budgétaire des Républicains, a jugé la démarche gouvernementale « infinançable ». François Hollande, qui a voulu rallier la droite à son projet de loi sur le travail, avant de reculer devant la menace de la rue et d’amender son projet de façon qu’il soit un peu plus acceptable pour la gauche, cherche maintenant à réconforter les fonctionnaires, son électorat naturel. Une manigance politique évidemment. Mais qui sert à quoi ? On va dépenser 2,5 milliards d’euros qu’on n’a pas, ce qui n’est pas rien pour une augmentation de 20 balles par tête de pipe pour soutenir la consommation : tout juste de quoi s’acheter une liquette … fabriquée en Asie ! Macache pour l’emploi en France !


C’EST DIMANCHE, ON S’DETEND !

Saisons

 

AUJOURD’HUI, C’EST LE PRINTEMPS …

On apprend à l'école que le printemps commence le jour de l'équinoxe c’est-à-dire le 21 mars. Mais les paramètres astronomiques en jeu pour déterminer ce jour bien particulier en décident parfois autrement .

Il existe, à l'Observatoire de Paris , « l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides » (IMCCE), selon les tableaux duquel l'équinoxe de printemps tombe cette année le dimanche 20 mars, très précisément à 5h30mn et 12s (heure légale française), moment exact où le soleil traverse le plan de l'équateur terrestre. Ce jour-là, la durée du jour est aussi longue que celle de la nuit et le Soleil se lève plein est et se couche plein ouest. A partir de ce moment, l'illumination quotidienne devient plus longue dans l'hémisphère nord que dans le sud, ce qui marque la sortie de l'hiver et l'entrée dans le printemps de l’hémisphère nord.

L’orbite de la Terre n’est pas tout à fait circulaire.

La révolution de notre planète autour du Soleil est en fait assez compliquée à faire tenir dans un quelconque calendrier. C'est justement pour éviter la dérive des dates des saisons que notre calendrier grégorien a été mis en place en 1582, pour résoudre deux problèmes.  D'une part l'orbite de la Terre n'est pas parfaitement circulaire et l’on sait que la distance Terre-Soleil varie de 147 à 152 millions de kilomètres, ce qui fait que les saisons ont une durée inégale.  D'autre part, le tour complet autour du Soleil dure exactement 365,2422 jours, ce qui est un peu différent de l'année légale de 365 jours. Voilà pourquoi l'équinoxe ne tombe pas toujours le 21 mars, mais parfois le 20, voire de façon très rare, le 19. De plus, pour compenser le décalage entre l’année solaire et l’année calendaire, on a inventé les années bissextiles. Comme en 2016, elles permettent de rajouter un jour tous les 4 ans ce qui fait une année moyennée à 365,25 jours. Mais cette compensation est un peu trop forte et au bout de 130 années en moyenne, l'équinoxe tombe un jour plus tôt : ce qui est le cas aujourd’hui. Au XXIe siècle, seules les années 2003 et 2007 ont eu l'équinoxe de printemps tombant un 21 mars, et en 2044, le printemps commencera le 19 mars.

Le printemps météorologique ne correspond pas tout-à-fait.

Pour ne rien simplifier, les saisons astronomiques, rythmées par la révolution de la Terre autour du Soleil, ne correspondent pas aux saisons telles qu'elles sont définies par les agences météorologiques internationales. Car elles ne font pas toutes la même longueur : l'hiver dure 89 jours et l'été 93 dans l'hémisphère nord, et comme nous venons de le voir elles ne commencent pas à date fixe. En météorologie, l'été correspond à la période de l'année la plus chaude, précise Météo-France, et la durée maximale d'ensoleillement se situe autour du solstice d'été (20 ou 21 juin). Mais en raison de l'inertie de l'atmosphère, ce n'est qu'environ trois semaines plus tard que la température moyenne est généralement à son maximum, c'est-à-dire à la mi-juillet. Si on considère que la période la plus chaude correspond au milieu de l'été, celui-ci commence alors début juin et fini fin août. Les météorologues considèrent que chaque saison dure trois mois. Le printemps commence donc pour eux bien avant l'équinoxe, dès le 1er mars !

C’est toute la différence entre le temps de la mécanique céleste et le temps ressenti.

 


MACRON, LE VOLTIGEUR DE LA GAUCHE CAVIAR

Macron enjoleur
 

L’homme est jeune, indépendant, neuf en politique. Il a la tête bien faite, l’empathie naturelle et il apprend vite. Il présente bien, a le col de chemise impeccable, même sans cravate. Il se veut affranchi des partis politiques, et cultive la parole libre dans un climat de discrédit généralisé de la parole politique. Bref, il apparaît fringant dans un quinquennat à bout de souffle. Il n’en fallait pas plus pour qu’il devienne le chouchou des médias toujours à la recherche d’un « bon client ». Il séduit ceux qui rêvent d’un renouveau en politique et en même temps il agace ceux qui décèlent en lui les vieilles ficelles de l’ambition. Et d’ambition, notre jeune ministre n’en manque pas. Il a d’ailleurs suffi de quelques sondages pour que « l’homme pressé de Bercy » pense qu'il est réellement populaire et pour qu'il se mette en avant pour l'échéance de 2017 faisant même planer le doute sur une éventuelle candidature. Jamais avant lui un inconnu du grand public n’était entré dans le cercle des « présidentiables » en un an. Il bénéficie pleinement de l’engouement pour la nouveauté dans un environnement usé par les échecs et le pouvoir.

Un « diseux » plus qu’un « faiseux ».

Le Ministre des finances aimerait incarner une forme de synthèse idéologique confinant au libéralisme intégral aussi bien en économie que politique et sociétal. A chaque apparition, il décline méthodiquement une doctrine de la réforme avec un goût de la provocation qu’il ne dissimule plus. A l’automne les médias n’avaient d’yeux que pour ce premier de la classe à l’aisance intellectuelle dévoilant les grandes lignes de sa loi Macron 2… qu’on attend toujours. Il n’avait pas hésité, auparavant à ébranler les totems d’une gauche engoncée dans ses vieilles certitudes et ses principes souvent dépassés : il s’en est pris aux 35 heures, s’est dit favorable à la rémunération au mérite dans la fonction publique, a osé revendiquer un libéralisme de gauche. Ce jour-là il décrivait soigneusement les fonds de pensions qu’il souhaitait pour financer les retraites et permettre à tout un chacun de se constituer une rente, tout en apportant un vrai moyen d’apporter aux entreprises une source d’investissement sur le long terme. L’ancien banquier sait de quoi il parle. Il sait aussi que ce faisant il agite un chiffon rouge. C’est bien là le problème : il parle, mais tous ses projets sont retoqués et ses bonnes idées ne passent pas les limites de l’enceinte parlementaire où elles sont systématiquement mises au rebut par une majorité rétive. Pour l’instant son bilan se limite à l’ouverture de lignes d’autocar. Il a, aux yeux de « l’ancien monde » comme il dit de Cambadélis, la tache originelle de l’univers que François Hollande présentait comme son « véritable adversaire, le monde de la finance » et dont il est issu. La banque Rotschild n’était pas un handicap pour Pompidou, elle pourrait être un obstacle de taille pour Macron.

Il faut aussi connaitre les Français.

C’est que l’élection présidentielle est exigeante. Il ne suffit pas d’avoir une vision de la France. Il faut aussi connaître les Français. Il est étonnant qu'un garçon aussi brillant confonde la popularité dans les sondages et la mousse médiatique parisienne avec la popularité réelle de terrain. Si Emmanuel Macron, inconnu du grand public il y a encore quelques mois, est populaire aujourd’hui c’est sans doute parce qu’il incarne par son discours le réformisme qui est dans l’air du temps. Il ne peut pas compter que sur la révolution digitale pour aller à la rencontre du peuple. Si les Français sont fatigués de ces campagnes artificielles dans lesquelles des cars de militants convaincus vont de meeting en meeting applaudir les mêmes personnes et les mêmes discours, il n’en demeure pas moins qu’un minimum de structure d’appui est nécessaire. C’est pourquoi, bien que déconnecté de tout parti, il lance depuis quelques semaines ses filets pour se constituer des réseaux. Il choisit de faire la « une » de l’Express le jour de la mobilisation contre la loi El Khomry. Il y tient un discours sur la réforme qui le conduit à revendiquer et à expliquer les deux mesures qui ont mis le feu aux poudres et sur lesquelles l’exécutif est revenu depuis. En même temps il lance un mouvement, installe des groupes de travail, compense ses positions libérales par un positionnement marqué à gauche sur les questions sociétales… Manifestement, il se prépare. Et il va vite. Il entend profiter de l’espace que la fragilité du gouvernement où il agace de plus en plus, ouvre devant lui. Côté finances, il a le soutien d’Henry Hermand, le riche homme d’affaire qui veut faire de lui un président. Récemment un collectif « Les jeunes avec Macron » a été mis en place revendiquant 3500 adhérents.

Le plus dur reste à faire. 

Prouver que l’astre Macron n’est pas une étoile filante et que son projet ne se résume pas au seul mot de "renouveau", ce n’est pas une mince affaire. Il anticipe une recomposition entre une gauche réformiste et une droite modérée, ce vieux fantasme qui hante la politique française depuis que le centre existe. De là à en faire une réalité, la route peut être longue. Pour l’instant il nous chante en sourdine : « Si j’étais président… ». Une chose est de bâtir une popularité, mais croire que l’homme providentiel existe, c’est un piège dans lequel il lui faudrait éviter de tomber. Surtout que cette popularité lui est acquise plus à droite qu’à gauche. Une opinion n’est jamais un vote, il ne faut pas confondre, même quand on a la tête du gendre idéal et qu’on connait par cœur les répliques des « Tontons flingueurs ». Et il se pourrait bien que plus tard, ce soit un autre air qu’il entonne : « Je m’voyais déjà … »

 


LA PRIMAIRE DE LA DROITE : LE TROP PLEIN ?

Primaire à droite

 

EMBOUTEILLAGE PLACE DES PRETENTIONS

La primaire de la droite était initialement prévue pour éviter la multiplication des candidatures à la présidentielle. Il n’était pas prévu que les candidats à la candidature seraient aussi nombreux : on est rendu à une bonne dizaine rien que chez les Républicains et la liste n’est pas close, puisque d’autres sont encore annoncées. On s’éloigne de la conception gaullienne qui, selon la formule consacrée, faisait de l’élection suprême « la rencontre singulière d’un homme et d’un peuple », une alchimie qui s’élaborait en dehors des partis, même s’ils pouvaient y contribuer. De fait, la cohue qui s’annonce risque bien de nous cacher le « grand homme », s’il y en a un parmi elle. Ce qui a fait dire à un ancien ministre, qui s’amusait un peu en forçant le trait, que la primaire « ressemblait davantage à un mode de sélection des nains de jardin qu’à une propédeutique à l’exercice de la magistrature suprême. »

N’est pas « présidentiable » qui veut.

Chacun sait bien que face à chaque candidat, on se pose vite la question : « est-ce qu’il (elle) a la carrure pour endosser le costume noir à plastron blanc barré par le ruban rouge de la Légion d’honneur ? » On attendra en effet d’un futur président des capacités qui en font une personne exceptionnelle. A deux titres au moins : une capacité à faire bifurquer le cours de l’Histoire à partir d’un grand dessein, une aptitude à incarner la nation dans toutes ses composantes, dans ses valeurs comme dans son histoire. C’est à lui qu’on va confier la direction des armées et le droit de déclencher la bombe atomique. Les responsabilités du chef de l’Etat sous la Vème République sont écrasantes. Elles ne peuvent être confiées à n’importe qui, et quand cela arrive comme depuis 2012, on voit les dégâts. C’est pourquoi les Français sont toujours à la recherche de l’Homme (ou la femme) providentielle, parce qu’ils savent que le navire France est d’un maniement très difficile et qu’il ne peut être confié qu’à un pilote chevronné. C’est pourquoi aussi, le renouvellement à ce poste est si difficile, tant il est compliqué de donner leur chance à de nouvelles têtes. Devenir présidentiable, c’est un aboutissement, c’est le bout d’un long chemin, d’un parcours où l’expérience accumulée garantit un exercice du pouvoir à la hauteur. Le contre-exemple de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, jamais ministres avant d’être propulsés à l’Elysée et à Matignon ne peut qu’encourager la méfiance envers les novices. L’élection du président de la République au suffrage universel a été adoptée par deux fois par referendum dans notre Histoire, et les Français aiment ça. C’est d’ailleurs le seul scrutin où ils se déplacent en masse.

« La candidature à la candidature » n’est pas assez prise au sérieux.

Cette multiplication des candidatures au sein même du parti Les Républicains confine au ridicule. Elle nuit à l’image souhaitable que doit avoir une telle consultation. Il s’agit de sélectionner « le candidat(e) » qui sera le meilleur pour représenter la droite et le centre au printemps 2017. Ce n’est pas « un concours de beauté », comme l’a raillé Laurent Wauquiez. Trop de candidats entrent en lice pour d’autres motifs que la magistrature suprême à laquelle ils ne peuvent sérieusement prétendre. L’un veut affirmer une ligne politique comme Jean-Frédéric Poisson, du Parti Chrétien-Démocrate, l’une veut se venger ou barrer la route à un adversaire comme Nadine Morano qui fait une fixation contre Nicolas Sarkozy, une autre veut faire valoir sa différence comme NKM ou représenter sa famille si Michèle Alliot Marie se décide, un autre encore tente de reprendre le chemin d’un rêve brisé comme Jean-François Copé. Ces prétendants sont-ils en mesure d’aller jusqu’au bout ? Heureusement non ! Car les conditions sont draconiennes : pour figurer dans la liste finale qui sera validée en septembre, chacun devra réunir les parrainages de 2500 adhérents répartis sur 15 départements et le soutien de 250 élus répartis dans 30 départements, sans compter celui de 20 parlementaires, sachant qu’un député ou un sénateur ne peut soutenir qu’un seul candidat. Espérons qu’ils se concentreront sur les favoris (on les connait) pour limiter à quatre ou cinq les candidats au sein du parti Les Républicains, auxquels pourront s’adjoindre un ou deux autres issus des partis partenaires et qui ne sont pas soumis à ces règles de parrainage.

Faire barrage à la démagogie.

François Hollande est broyé par la démagogie de sa campagne de 2012. Sa présidence est marquée par la faiblesse du leadership, le décrochage économique, la montée du Front National et la perte d’influence en Europe et dans le Monde. Si les primaires fonctionnent bien, il ne faut pas qu’elles nous entraînent dans le même piège. Au contraire, elles peuvent être l’occasion de sélectionner celui qui devra relever le pays. Parmi les prétendants, déclarés ou non, il y en a bien deux ou trois qui peuvent y prétendre : Alain Juppé, François Fillon, Nicolas Sarkozy, peut-être Bruno Le Maire dans le rôle de l'outsider.. L’élection présidentielle est le pivot de la politique française. Il faut qu’elle soit en 2017 le tremplin du renouveau si nécessaire de la France. Celui qui sera élu devra appliquer une thérapie de choc à l’économie, en libérant la capacité d’entreprendre, en réduisant drastiquement les impôts sur le travail et le capital, en assouplissant le code du travail, en augmentant la durée du travail, en détendant les seuils sociaux… Il devra en même temps investir massivement dans l’éducation, la sécurité intérieure et extérieure… et apaiser les tensions de la société française tout en la faisant réellement entrer dans la troisième révolution industrielle. Ce n’est pas seulement le choix d’une personne, mais celui d’un système de gouvernement qui s’appuie sur la vigueur des institutions de la Vème République.  Mais plus qu’un programme aussi bien élaboré soit-il, il nous faudra un visionnaire capable de penser par lui-même et de forger une idée du monde à long terme pour la proposer au peuple. Ainsi, d’une arène politique où les ambitions personnelles priment souvent sur l’intérêt collectif, la primaire peut être l’occasion de révéler le talent, la dimension, la hauteur de vue et jouer ainsi son rôle de machine à sélectionner. Sinon, elle n’aura été qu’une machine à diviser, un bal des prétendants qui concentre les guerres d’égo…. avec les conséquences que l’on peut imaginer.

 


RENDEZ-VOUS EN TERRE INCONNUE !

Draghi

 

C’est le dernier scénario mis en place par Mario Draghi, dit « Super Mario », avec les dernières décisions prises par la BCE, annonçant des mesures très agressives qui vont bien au-delà des attentes du marché. Rappelons l’intérêt supposé de cette politique « non conventionnelle » : il s’agit d’abaisser les taux d’intérêts quasiment à zéro, et cette fois-ci on y est, et de créer massivement de la monnaie par  « Quantitative Easing » (assouplissement quantitatif) pour empêcher les faillites de banques, re-solvabiliser les Etats surendettés et stimuler la reprise, avec un objectif de sortir de la déflation. La BCE a donc décidé la semaine dernière une politique de taux de refinancement amené à zéro, de taux sur les dépôts enfoncé en territoire négatif, de rachats d’actifs en quantité toujours plus importante… Des décisions sévèrement critiquées par la presse allemande.

Des politique monétaires discutables.

Car, en effet, il y a tout juste un an, la BCE lançait son programme de rachat de dettes souveraines dans le but de faire remonter l'inflation et de booster l'économie. Force est de constater qu’un an plus tard, le bilan est plus que mitigé. La planche à billets a peut-être permis d'éviter la spirale de la déflation, mais l'inflation est toujours aussi basse et l'économie est restée très molle. De quoi jeter le doute sur l'efficacité de ces politiques monétaires. On se souvient également du flop de la Banque centrale japonaise après la mise en place de taux négatifs. Alors bien sûr, à l'annonce de ces dernières décisions massives, les marchés se sont envolés, l'euro s'est effondré. Mais quelques minutes plus tard, l'euro rebondissait violemment et les indices boursiers rechutaient. Ce qui veut dire que les marchés eux-mêmes doutent de l'efficacité des politiques des banques centrales. L’arme monétaire, c’est comme un antibiotique : il ne faut s’en servir que sur de courtes périodes. Sinon, on perd l’effet potion magique. Non seulement le malade ne guérit pas, mais il peut subir de graves effets secondaires ! En effet, en entretenant ces brutales oscillations des marchés, à la hausse comme à la baisse, les banquiers centraux découragent l’investissement dans les actifs risqués, notamment les actions ou les obligations d’entreprises. Ils n’incitent pas non plus les Etats – drogués à l’argent bon marché – à se désendetter. Et les gouvernements ne font pas les réformes structurelles qui permettraient de relancer la croissance et l’emploi.

Peu d’effets bénéfiques.

On a fini par s’apercevoir que les taux négatifs, ce n'était pas normal, et surtout que leur effet à long terme pouvait être destructeur. Des grands patrons de banques commerciales européennes ont déclaré qu'ils ne pourraient pas supporter longtemps les taux négatifs. Pour l'instant ces taux ne peuvent pas être répercutés aux dépôts des clients mais cette situation est intenable. D’autant plus que cela nuit à la profitabilité des banques et donc la survie de leur modèle est mis en péril. On voit bien que la magie des banques centrales n'opère plus, ce dont on se doutait depuis quelques semaines. Mais elle permet tout de même de limiter la casse : de fait, les marchés ont rechuté mais ils restent, pour l'instant, à des niveaux de relative stabilité. Le CAC a même repris 13% depuis son niveau le plus bas de l'année. Ce n'est donc pas un échec total pour Mario Draghi. Avec tout ce qu'il a annoncé et ce qu'il pourrait continuer à annoncer si la situation économique se dégradait, les marchés reçoivent quand même une dose de dopage monétaire exceptionnelle. Elle n’est peut-être pas suffisante pour alimenter l'euphorie mais elle permet de rester en lévitation dans des paradis artificiels.

L’assouplissement quantitatif semble inadapté.

Si certains pays, comme les États-Unis, la Grande-Bretagne ou l'Allemagne, ont profité de cette manne financière pour s’adapter au nouvel environnement mondial, d'autres comme la France n'ont absolument rien fait. Et quand les mesures exceptionnelles deviennent une habitude, c’est une accoutumance malsaine. Il vaudrait mieux prendre en main notre destin économique. C’est d’autant plus nécessaire que ce type de politique a plus d’inconvénients que d’avantages. Le Japon, qui a poussé l’expansion monétaire à l’extrême, n’a pas vaincu sa déflation… Et l’on voit bien que la BCE n’arrive ni à atteindre son objectif de 2 % d’inflation, ni à faire redémarrer l’économie. Au contraire, les liquidités qu’elle injecte donnent des munitions à la sphère financière, sans profiter à l’économie réelle. Comme les banquiers centraux se trompent de diagnostic, ils appliquent de mauvais remèdes. Ils ont des objectifs d’inflation qui datent des années 1980 quand on stimulait l’économie en ouvrant en grand les vannes de liquidités. Or la croissance faible que l’on connait est due à des problèmes sur lesquels la politique monétaire n’a aucune prise : ralentissement démographique, gains de productivité insuffisants, manque d’investissements dans les nouvelles technologies, inégalité dans la répartition des richesses… Mais plus cette politique laxiste dure, plus il sera difficile d’en sortir.

Les marchés restent fébriles.

L'autre élément intéressant de ces derniers jours, c'est l'importance du pétrole pour les marchés. Celui-ci se maintient pour l'instant autour de 40 dollars et tant qu'il ne rechute pas les marchés trouvent là aussi un point de stabilisation. Après la BCE, les marchés vont attendre probablement les annonces de la Banque centrale américaine dont ils espèrent qu'elle va donner des indications sur le fait qu'elle va continuer à relever ses taux… ou pas. Et la prochaine tendance des marchés sera déterminée par les indicateurs économiques. Et en particulier ceux des américains. Alors la panique du début 2016 va-t-elle devenir un lointain souvenir ? Il ne faut pas trop rêver : les problèmes fondamentaux demeurent. Malgré les projections à 5 ans de la croissance chinoise,  la Chine est toujours en phase de transition économique majeure. Malgré la trêve décidée par l'Arabie Saoudite, le pétrole, et les matières premières en général demeurent en surplus. Et surtout, l'économie mondiale ne montre aucun signe de rebond. Il ne faut  donc pas s’étonner si les doutes sur l'efficacité des interventions des banques centrales sont de plus en plus vifs. D’ailleurs, la Banque des Règlements Internationaux vient de lancer un cri d'alarme sur les conséquences néfastes des taux négatifs.

La BCE a créé une bulle obligataire, avec des taux s’intérêt à long terme anormalement bas. Le jour où cette bulle éclatera –comme avec un retour de l’inflation dû à une brutale remontée du prix du pétrole – les dégâts seront effroyables. Les emprunteurs, à commencer par les états, seront insolvables. Quant aux prêteurs, banques et assurances, ils encaisseraient des pertes considérables en capital. Beaucoup se retrouveraient alors en cessation de paiements. On comprend que les Allemands aient la dent dure, d’autant plus que, à elle seule, la politique des taux d’intérêt bas n’a quasiment rien rapporté, fragilise les banques et ruine les épargnants !

Personne ne sait vraiment sur quoi peut déboucher la politique actuelle, en dehors de la catastrophe, ce qui est le plus facile à envisager !

 


LE T.A.F.T.A.

Tafta

 

A ne pas confondre avec le taffetas, cette jolie étoffe de soie qu’on utilise encore en ameublement et en confection. Rien à voir donc avec le « Tafta » qui est l’acronyme pour désigner le « traité transatlantique » en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’Union Européenne. Encore que son éléboration relève du « tissage » laborieux. Le « Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) » surnommé « Tafta (Transatlantic Free Trade agreement) » par ses détracteurs, est un projet de zone de libre-échange lancé début 2013 par Barack Obama et les dirigeants de l’Union européenne, José Manuel Barroso et Herman Von Rompuy, avec le soutien des 27 Etats-membres européens (qui sont maintenant 28). L’objectif est de libéraliser au maximum le commerce entre les deux rives de l’Atlantique, en réduisant les droits de douane et les « barrières réglementaires », c’est-à-dire les différences de réglementations qui empêchent l’Europe et les Etats-Unis de s’échanger tous leurs produits et services, et qui génèrent des coûts supplémentaires.

La plus grande zone de libre-échange du monde.

Les négociations sur la plus grande zone de libre-échange du monde ont repris à la fin du mois de février. C’est le douzième round. Bruxelles et Washington affirment vouloir aboutir avant la fin de cette année. Ce dont on peut douter. D’une part à cause de la présidentielle américaine et d’autre part parce que des « lignes rouges » ont été fixées de part et d’autre qui compliquent terriblement le calendrier. En clair, l’enjeu est de lever tous les obstacles, tarifaires et non-tarifaires et au-delà, d’influer sur les normes internationales de demain… en faisant barrage au passage à l’empire chinois. Tout cela est bien joli, mais quand on aborde le concret, l’affaire s’avère très complexe et suscite bien des crispations. Les ONG, les syndicats, des politiques s’inquiètent et agitent le chiffon rouge, dénoncent les risques d’abaissement des normes sociales et environnementales. De là à faire de l’Oncle Sam un ogre qui veut tout dévorer avec ses multinationales, il n’y a qu’un pas que certains franchissent vite, et vous promettent force malbouffe et mort de nos PME… la Commissaire européenne en charge des négociations s’emploie à rassurer les consommateurs européens sans trouver beaucoup d’appuis auprès des gouvernements peu désireux de communiquer sur le sujet.

Des négociations denses et difficiles.

Il est vrai que les négociations butent sur plusieurs dossiers, tant les lobbys de part et d’autre sont actifs pour protéger leurs pré carré. « Sans un réel accès aux marchés publics américains, nous ne signerons pas ! » proclamait encore il y a quelques jours notre Secrétaire d’Etat au commerce extérieur, Matthias Fekl. Malgré les déclarations optimistes des négociateurs, cinq gros dossiers n’ont toujours pas abouti : la fin des barrières douanières tarifaires, la convergence des normes réglementaires, l’ouverture des marchés publics américains, la combat pour la protection des indications géographiques, la réglementation des litiges entre Etats et investisseurs. Ce serait fastidieux d’entrer dans le détail. Retenons que l’Europe n’est pas prête à se laisser imposer par les Etats-Unis n’importe quelles conditions. La question agricole fâche, la mise en oeuvre de normes communes est un véritable casse-tête, les américains freinent sur l’ouverture de leurs marchés publics au nom du « Buy American Act » sur le respect duquel le Congrès est très vigilant, pour la France la reconnaissance des « AOC » européenne est un impératif et pas seulement pour les vins, et elle est suivie par l’Espagne et l’Italie, enfin le projet de mécanisme d’arbitrage entre investisseurs et Etats a fait l’objet d’une telle levée de boucliers en France et en Allemagne que Bruxelles a suspendu sa négociation.

L’absence de transparence alimente tous les fantasmes.

En plus le manque de transparence est une constante de la négociation. D’un certain point de vue, cela se comprend. Les points abordés sont ardus et il faut éviter les fuites génératrices d‘informations fausses parce que prématurées. Sous la pression de Paris et de Berlin, les états membres ont obtenu la possibilité  de consulter les documents dans les capitales européennes au lieu de Bruxelles. Une bien piètre avancée tant les conditions d’accès au document sont compliquées. Et le seul document disponible que les députés peuvent consulter concerne le 10ème round qui date de juillet 2015. Rien sur celui de Miami, qualifié de « très important », qui a eu lieu en décembre dernier. Et évidemment, cette absence laisse libre court à tous les fantasmes. La faiblesse de nos gouvernants actuels n’est pas faite pour les calmer.

C’est vrai qu’avec l’Europe dans l’état de segmentation qu’elle connait actuellement, on peut avoir des raisons de craindre qu’elle plie devant le rouleau compresseur des lobbys américains.

 


C’EST DIMANCHE, ON S’DETEND !

Franchir le Rubicon

FRANCHIR LE RUBICON

Expression qui s’impose cette semaine avec la multiplication des annonces de candidatures à la primaire de la Droite et (peut-être) du Centre . Il est bien possible qu’elle s’applique aussi à Manolito face aux contestataires avec sa loi sur le Travail… encore que j’en doute.

A l’instar de Jules César, « franchir le Rubicon » consiste à prendre, en toute connaissance de cause, une décision dont on sait que les conséquences seront décisives et irréversibles. Par extension de sens, l’expression peut aussi vouloir dire : « passer outre… »

Petite histoire de l’importance que peut avoir le franchissement d’un ruisseau.

En 60 av. J.C., Rome est agitée de guerres civiles incessantes. Crassus, Pompée et Jules César forment le triumvirat, déterminés à gouverner la République en s’affranchissant de l’avis du Sénat. Chacun des trois reçoit la gouvernement d’une région. Jules César s’installe en Gaule cisalpine (Nord de l’Italie) et en profite pour faire la conquête de la Gaule. Crassus, quant à lui, est tué à la bataille de Carrhes (Turquie) contre les Parthes en 50 av. J.C. et Pompée est nommé consul à Rome. Celui-ci, jaloux de son pouvoir et suspicieux, interdit à tout général de passer avec ses armées le Rubicon, petite rivière du Nord de l’Italie. En 49 av J.C., Jules César, après avoir prononcé son célèbre « Alea jacta est » (le sort est jeté), franchit le cours d’eau avec la XIIIème légion. Pompée s’enfuit de Rome avec ses troupes. Jules César soumet l’Italie puis l’Espagne et rejoint son adversaire en Thessalie (Nord-est de la Grèce). Pompée est défait à la bataille de Pharsale et s’enfuit en Egypte où il est assassiné peu de temps après.

NKM a « franchi le Rubicon » la semaine dernière. On ne sait pas si elle a prononcé la formule consacrée : « alea jacta est ».

 


LE RETOUR DES BRAILLARDS

35 heures 2

Mercredi fut une journée à marquer d’une pierre blanche : c’était pourtant du grand classique de la manif’ avec tout ce que la gauche paléotlithique compte de sicaires, du psychorigide Mailly de FO au moustachu plexygladtzien Martinez de la CGT en passant par tout ce que la gauche de la gauche peut aligner, les grognons frondeurs Paul et cie du PS, Mélenchon évidemment et les débris du NPA… Que c’est drôle de voir tous ces gens hurler contre le gouvernement… de gauche ! Il y a de quoi rire, mais c’est triste à pleurer.

La loi El Khomry : un prétexte.

Il y avait dans les rues de nos villes des cheminots et des agents de la RATP (pour Paris), des salariés d’Air France et de la Poste, des personnels hospitaliers et les porteurs professionnels de banderoles des syndicats protestataires, CGT et FO en tête. Il y avait aussi des gauchistes d’Europe-Ecologie Les Verts, et même des « jeunes socialistes » accompagnés de lycéens et de tout ce que la gauche compte d’organisations sœurs. Il y avait des magistrats du Syndicat de la magistrature ainsi que, des profs (forcément) et des étudiants de l’UNEF. Mais quel intérêt commun ? Beaucoup ont défilé contre le projet de loi El Khomri, que celui-ci puisse ou non avoir un impact sur leur destin, certains défendaient leur pouvoir d’achat, d’autres protestaient contre les suppressions d’emplois… Un melting-pot dont le dénominateur commun trouve sa réponse dans le quinquennat hollandais. Et les gens de gauche ont de quoi être mécontents quand on a cru aux promesses de « réenchantement » de la France, aux deux ans d’efforts suivis de trois ans de récompenses. C’est le peuple des grugés qui subissent la hausse du chômage et les hausses d’impôts. Hollande paie pour ses mensonges. Mais ceux qui n’attendaient rien de lui sont restés à l’écart.

Malheureusement le gouvernement va bouger dans le mauvais sens.

Les cortèges de manifestants avaient beau être moins nombreux qu'attendus, quelques dizaines de lycées bloqués…  si le gouvernement ne crie pas victoire, son soulagement est perceptible. La première journée de contestation contre la loi El Khomri réformant le droit du travail n’aura pas été le raz-de-marée annoncé notamment par les réseaux sociaux. Ce qui est certain, c'est que ce premier mouvement est suffisamment conséquent pour obliger le gouvernement à bouger sur la loi, car l’exécutif voudra désamorcer le vrai test que constituera la mobilisation prévue le 31 mars prochain. La loi El Khomri ne sera donc pas la grande réforme de la loi du Travail qu'on attendait. Elle est déjà suffisamment timide, mais face à la grogne de la gauche de la gauche, aux manifestations, aux pétitions en ligne, le gouvernement va reculer en modifiant  ou rajoutant quelques mesures qui ne changeront rien à la donne ou qui compliqueront un peu plus la vie de nos entreprises.

Martine, Martinet, Martinez…

On a envie de chanter sur l’air de Brel « Rosa, Rosa, Rosae… », les noms des trois dinosaures qui font la une contre la réforme du code du travail. Ils se déclinent comme des cas latins (enfin pour ceux qui connaissent encore quelques rudiments de cette langue), mais des cas, ils en sont dans un autre ordre d’idées : leur argumentation sonne comme une cloche mille fois entendue. Le modèle social qu’ils défendent est plutôt un modèle d’échec. Peu leur chaut qu’il produise depuis quarante ans le même résultat : toujours plus de chômeurs, toujours plus de jeunes à l’écart, … ils entonnent les mêmes refrains. Peu leur importe que nos meilleurs économistes les contredisent, de Jean Tirole notre Prix Nobel à Philippe Aghion, pour ne prendre que les plus incontestables, ce sont des iconoclastes face aux vérités imposées par l’idéologie. Martine, l’amère de Lille joue un drôle de jeu et n’en finit pas de ruminer sa défaite à la primaire socialiste ; la vengeance étant un plat qui se mange froid elle trouve là l’occasion de nuire à un Premier Ministre qu’elle abhorre. Martinet, pur produit de la pouponnière du PS qu’est l’UNEF, cet étudiant de 27 ans et (déjà !) licencié est censé poursuivre des études en master  « d’économie sociale et solidaire » (évidemment) ; mais que sait-il de la vraie vie dans une entreprise lui qui n’y a certainement jamais mis les pieds ? De toute façon, ce n’est pas le sujet, sa carrière est toute tracée s’il réussit son coup : au pire apparatchik au PS, au mieux assistant parlementaire pour être un jour député, et qui sait un jour peut-être Premier Secrétaire… Quant à Martinez, c’est le pur bolcho sorti de la glacière du PC, brut de décoffrage ; le temps n’a pas eu de prise sur son argumentaire à toute épreuve directement sorti des stéréotypes de la machine de la place du Colonel Fabien. Normal qu’il soit là.

Les arguments des opposants ont tout faux.

Ceux qui manifestaient hier ont une conception idéologique des relations du travail et font preuve d’une ignorance coupable des travaux des économistes sur ces questions. L’absence de connaissance du monde réel pousse naturellement à se réfugier dans l’éternelle rengaine de la lutte des classes, bien que l’approche soit tout sauf pertinente.  Il y a derrière une conception simpliste de la pensée économique figée sur des théories dépassées, marxiste ou keynésienne, et empaquetée dans des convictions toutes faites. Et comme nous sommes face à un monde complexe, même dans une zone aussi homogène que l’Union européenne, de nombreux travaux ont été menés pour établir des comparaisons afin de comprendre les différences qui existent entre les différents marchés du travail. Chaque pays étant différent, il est facile pour les « simplificateurs » de refuser de regarder ce qui marche ailleurs. Mais depuis quinze ans au moins, l’économie se transforme grâce aux ordinateurs et aux innombrables données qu’ils peuvent traiter.  C’est pourquoi on peut affirmer sans se tromper que la « protection réduit le niveau d’emploi dans les Etats qui l’ont mise en place, avec un impact plus important sur les femmes et sur les peu qualifiés ». La législation contraignante dont la France s’est fait une spécialité est défavorable à l’emploi, en particulier pour les personnes dont l’insertion dans le marché du travail est la plus difficile : les jeunes, les femmes et les plus âgés. La loi travail de Myriam El Khomry ne créera pas forcément des emplois, mais elle devrait avoir un impact pour ouvrir le marché du travail, notamment pour une entrée plus facile des jeunes.  Il parait que 70% des moins de 35 ans sont opposés à la loi ! Un échec pour le gouvernement dont l'objectif prioritaire est de favoriser l'embauche des jeunes en assouplissant le CDI. Rappelons quand même que le chômage des jeunes actifs est à 25 % et qu'aujourd'hui, un jeune obtient son premier CDI à 27 ans. 85 % des embauches se font aujourd'hui en CDD. Alors, surtout, ne changeons rien !

Et pendant ce temps-là, Bruxelles presse la France de réformer davantage. Notre pays figure, avec la Croatie et le Portugal, parmi les trois états membres de l'UE épinglés pour leurs déficits et leurs déséquilibres excessifs. La Commission enjoint Paris de poursuivre ses réformes, en particulier la loi El Khomri. Qu’est-ce qu’on lui dit à la Commission, que c’est bien mal parti ?

 


L’ETAT FORT DE JUPPE

Alain Juppé Pour un Etat fort001

 

J’ai enfin fini le livre d’Alain Juppé « Pour un Etat fort ».

Sur le contenu, rien à dire. Ce n’est pas sur le « régalien » qu’on pourra le prendre en défaut. Car c’est bien de fermeté et d’autorité dont il est question. Si le ton est modéré, les propositions sont claires et précises. Ceux qui voudraient l’afficher en candidat mou et laxiste en sont  pour leurs frais, en tout cas sur ce qui touche au périmètre de l’Etat.

Fermeté, donc !

Et d’abord pour lutter contre le terrorisme. Il propose de renforcer le renseignement, en particulier le « renseignement territorial », qui lui paraît être le parent pauvre des politiques menées ces dernières années. Il pense aussi au volet pénitentiaire, car il ne lui a pas échappé que les prisons étaient devenues des lieux de radicalisation.  Pour faire face et renforcer le pouvoir des gardiens, il souhaite créer une « police pénitentiaire » dont le rôle serait de renseigner et lutter contre les dérives des détenus. Pour compléter le dispositif, il faudra évidemment « négocier un nouveau traité Schengen ».

La fermeté, il l’exprime aussi dans son souci de simplifier la procédure pénale, de supprimer les remises automatiques de peine et le retour des peines-planchers, de construire  10 000 places de prisons supplémentaires (dans un premier temps), pour rendre efficiente l’application des peines.

Et pour l’immigration aussi !

Quant à l’immigration, Alain Juppé est pour l’adoption d’un plafond annuel voté par l’Assemblée tout en instaurant un système de points pour affiner les profils et choisir ceux qui conviennent le mieux aux besoins de notre pays. Autre mesure de bon sens : conditionner le regroupement familial à l’exercice d’un emploi. Il voudrait aussi trouver le moyen de mettre fin au détournement du « droit d’asile » par l’accélération des procédures  et le retour de la rétention administrative, il y ajoute la restriction de l’aide médicale pour les étrangers. Enfin, il créerait le délit d’entrave à la laïcité qui donnerait des moyens supplémentaires de se faire respecter aux personnels publics confrontés aux surenchères communautaristes (hôpitaux notamment).

Fermeté sans surenchère.

Voilà un ensemble de propositions qui battent en brèche les procès d’intention qu’on lui fait régulièrement concernant par exemple sa complaisance à l’égard de l’Islam. On est en effet loin de tout angélisme, même si Alain Juppé répugne à la surenchère. Il ne perd pas de vue son concept « d’identité heureuse », en rappelant que la diversité n’est viable que si elle prend en compte les valeurs de la République. Il doit y avoir unité sur le sentiment national, incarné par le drapeau et la Marseillaise !  Tout est dit.  A droite, on ne peut que souscrire !

Un livre fastidieux par moment.

Par contre, sur la forme, le livre se révèle assez ennuyeux à lire, particulièrement toute la partie des témoignages qui amène à des redites et qui est plutôt fastidieuse. J’ai sauté des pages. Bien plus intéressante se révèle la formule d’interview avec Natacha Polony. Mais l’ouvrage aurait pu faire 100 pages de moins sans perdre de sa substance. Je comprends le souci pédagogique de présenter les propositions comme le résultat d’une concertation. Mais on touche là aux limites de l’exercice, la formule pouvant paraître même artificielle. De même, la synthèse des propositions, à la fin, n'est pas mise en valeur par la présentation typographique. Dommage.

On retient de cette lecture courage et fermeté.

De la part du Maire de Bordeaux, ce n’est pas surprenant, enfin, pour ceux qui le connaissent un peu. Voilà de quoi rassurer le bon peuple de droite en mal d’autorité par ces temps de laxisme et d’amateurisme à la tête de l’Etat. On n’aura donc aucun mal à voter pour lui. Pour certains ce sera dès la primaire. D’autres attendront peut-être le vrai scrutin si c’est Alain Juppé qui est désigné. Ils n’auront alors aucune raison de retenir leur vote.

 


LE PS A BESOIN DE FAIRE SON « BAD GODESBERG »

VALLS 2014

Le Parti Socialiste de François Mitterrand né du Congrès d’Epinay en 1971 est mort. Avec la charge de Martine Aubry contre la politique Hollande-Valls, le départ annoncé de ses partisans du bureau politique, la rupture est consommée. Avec les  manigances des frondeurs qui se sont rallié les satellites que sont l’Unef chez les étudiants et la Fidl chez les lycéens pour les jeter dans la rue, c’est un front qui s’est ouvert entre deux gauches. Le moment de clarification est arrivé, et le locataire de l’Elysée aura bien du mal cette fois-ci à faire la « synthèse ». 

Il faut en finir avec la gauche archéo-socialiste du "programme commun".

L’intérêt du texte de « l’amère de Lille », n’est pas seulement dans la violence du propos, qui vise tout particulièrement Manolito, mais aussi et surtout dans l’éclairage qu’il donne de la vision de l’économie et de l’entreprise de cette vieille gauche qui n’apprend rien de la réalité : l’entreprise reste, sinon l’ennemie de classe, du moins l’adversaire selon la doctrine marxiste « du lieu d’extraction de la plus-value », autrement dit de « l’exploitation de l’ouvrier ». Pour elle, le capitalisme est de plus en plus dur et il ne peut y avoir de compromis : on ne pactise pas avec le capital car c’est un pari perdu. Avec à la clé, les arguments traditionnels que l’on peut énumérer tels que les salaires sont à la baisse, les conditions de vie s’abiment, les riches sont de plus en plus riches… Les rapports sociaux ne sont pas un dialogue, mais un combat. La lutte des classes…

Cette vision négative, particulière au réduit français, trouve quelques échos ailleurs dans le monde développé, profitant des soubresauts provoqués par la transformation de l’économie sous l’effet de la troisième révolution industrielle, mais fait fi des réalités que sont le recul de la pauvreté sur la planète et de la misère bien plus grande des rares peuples où sévit encore cette doctrine dans toute sa cruauté, comme en Corée du Nord. Et si le capitalisme est si dur que ça, la France est encore un mauvais exemple car il y est rudement ficelé par cette sorte de « communisme mou » qui se mesure à des dépenses publiques qui pompent 57% du PIB, aux inégalités qui y sont contenues et à la protection des salariés qui y est forte. Et si l’on connait un chômage à 10% c’est bien spécifique à notre pays, et c’est bien à cause de l’ensemble des coûts, des lourdeurs et des retards à réformer. Cette vieille gauche développe un autre argument, en ligne avec la doctrine : l’Etat est plus intelligent que la bourgeoisie et est mieux capable de gérer l’économie, donc les entreprises.  On ne peut pas faire confiance à la société civile. Rappelons-nous Montebourg et son « redressement productif » !  Or la société civile montre des signes de dynamisme dont l’Etat ferait bien de s’inspirer, toujours en retard d’une guerre, toujours dans la « demande » alors qu’il faudrait stimuler « l’offre »… Elle se trompe aussi sur les patrons. Ce sont les manœuvres de la Maire de Lille et les discours antiéconomiques des frondeurs qui ruinent la confiance dont ils ont besoin pour prospérer et pour embaucher.

Un « Bad Godesberg » à la française devient urgent.

Il y a quarante ans, en novembre 1959, au Congrès de Bad Godesberg (Rhénanie), le parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) abandonnait deux points clés de sa doctrine: l'étatisation des moyens de production et la lutte des classes. C'était l'aboutissement d'une évolution commencée soixante ans plus tôt. Mais aussi une adaptation à la nouvelle réalité allemande d'après-guerre et une nécessité pour espérer représenter une alternative crédible à la CDU (Union chrétienne démocrate) de Konrad Adenauer, alors incarnation du renouveau de l'Allemagne démocratique.  La mue sociale-démocrate en Allemagne est très ancienne comme on le voit. Ce congrès traduisait la victoire des réformistes sur les doctrinaires marxistes. Ce que nous n’avons jamais connu en France, puisque le congrès d’Epinay qui a vu la naissance d’un PS moderne en 1971, en remplacement de la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière), ne rompait pas vraiment avec le marxisme pour déboucher sur le « programme commun »  avec le PCF dix ans plus tard. La grande fracture Aubry-Valls est là. Le mal est d’abord français, réformons, dit Valls ! Le temps de la mue réformiste serait-il advenu ? Rien n’est moins certain. Il ne suffit pas d’avoir « une vision moderne de la gauche », les programmes figés dans le temps issus de 1981 des « dinosaures » sont encore bien vivants. La tentative de l’exécutif d’imposer une ligne « sociale-démocrate » se heurte à la résistance de la gauche paléo-socialiste de la génération Mitterrand, qui peut, pour la circonstance, se coaguler pour faire face. A la longueur des défilés on verra si elle est en mesure de bloquer l’évolution pourtant indispensable. Car, en effet, ça n’est pas gagné pour les réformateurs qui sont relativement minoritaires dans leur camp. Ceci explique leur souhait d’une « recomposition » pour trouver des troupes au-delà de leur propre parti.

Pourtant l’exemple de Peugeot leur donne raison. Le préalable à tout regain de l’économie française est le retour à la compétitivité. Peugeot apporte la démonstration de l’efficacité de la politique de « l’offre ». Chez PSA, celle-ci a fait souffrir les salariés, avec la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, le gel des rémunérations pendant deux ans, la suppression de 17 000 emplois sur 120 000. Mais cela a payé : le groupe a retrouvé une bonne rentabilité avec deux ans d’avance sur son plan, il repart de l’avant, il vient d’offrir une prime de résultat équivalente à un bon mois de salaire à ses salariés… Et il est le groupe qui fabrique le plus en France ! Ce qui est vrai pour Peugeot peut l’être pour le pays tout entier. Mais Peugeot ne va pas embaucher de sitôt en France. Pas tant que le contexte sera celui que l’on connait, en coûts, charges, durée du temps de travail, législation … Mais le groupe est sauvé et il peut engager une croissance qui apportera directement ou indirectement des bénéfices à la France. Il faut souhaiter que les « sociaux libéraux »  du PS réussissent. Car, tant que la vieille gauche dominera, avec son pouvoir de nuisance et son ignorance crasse des rouages économiques, les réformes seront périlleuses à mettre en place. Il suffit de voir la levée de bouclier que suscite le projet de loi El Khomry dont les avancées timides de réforme du marché du travail sont le dixième de ce qu’il faudrait faire. Si la vieille gauche l’emporte, on imagine la violence de l’affrontement en cas de retour de la droite au pouvoir, avec les propositions qu’elle formule aujourd’hui. Elle aura intérêt à remporter une victoire nette et à profiter du moment de « sidération politique » qui suit l’élection pour agir.

On aura certainement l’occasion de revenir sur le sujet dans les jours ou semaines qui viennent, tant il y a à dire. Sur ces jeunes aux idées de vieux qui récitent des slogans tout faits, sur ces politiques qui font l’impasse sur ce que disent nos plus éminents économistes, sur ces syndicalistes qui disent non avant même d’avoir examiné un projet… Portrait édifiant d’une France qui perd !

 

C’EST DIMANCHE, ON S’DETEND !

Manif

 

FAIRE GREVE

Voilà une expression qui semble-t-il va faire l’actualité de la loi El Khomry, ces jours prochains.

« Faire grève », de nos jours, veut dire  arrêter de travailler, manifester par une action collective pour faire pression afin de faire valoir une revendication d’ordre salarial, social ou moral (plus rare). La cessation du travail en est la caractéristique majeure.

A l’origine, les bourgeois négociants de PARIS obtiennent du Roi Louis VII (Père de Philippe Auguste) la jouissance de la Grève (ou plage), en bord de Seine, déclarée inconstructible par charte royale. Elle est à la fois le lieu de fêtes offertes par les notables de la ville et surtout un lieu de commerce : c’est là que les bateaux accostent pour débarquer leurs cargaisons de vivres, de vin, de matériaux comme le bois, de charbon… Des marchés et des halles s’y tiennent. Comme sur tous les ports, de nombreux hommes viennent y vendre leur force de travail auprès des marins ou des marchands, pour décharger et transporter les marchandises.  Le lieu prit le nom de « place de Grève » et donc, « faire Grève » a d’abord  voulu dire « être à la recherche d’un emploi ». Cette inactivité subie –il n’y avait pas toujours de travail pour tous- est devenue, au fil du temps, un acte volontaire d’arrêt du travail. La place existe toujours, elle est aujourd’hui la place de l’Hôtel de Ville.

 


MIGRANTS, REFUGIES : L’EUROPE PATAUGE !

Europe324

La Grèce en première ligne

Désormais, ce n’est plus l’Italie et Lampeduza qui doit affronter les flux de migrants. C’est la Grèce, qui n’en demandait pas temps qui est la nouvelle porte d’entrée sur le continent européen. Ce pays a beau avoir triché pour entrer dans la zone euro et son dirigeant actuel enterré ses idéaux pour se maintenir à son poste en réussissant à nous extorquer des milliards d'euros avec des promesses qu'il ne tient pas,  on a tort de le laisser se débrouiller seul avec un flot massif de migrants et de l'enfermer dans ses frontières... Jusqu’à il y a peu, la Grèce réclamait de l'aide à Bruxelles mais tout le monde s'en foutait.

La route des Balkans.

Les États membres de l’UE se révèlent incapables de gérer ensemble la crise migratoire, qui mêle immigration clandestine et réfugiés. « L’Europe est confrontée à une crise humanitaire imminente, en grande partie de son propre fait » avertit le Haut-commissariat aux réfugiés. En effet, les barbelés qui ferment la route des Balkans transforment la Grèce en un vaste « Calais », où les migrants se concentrent. 30 000 personnes y sont dans l’attente d’un hébergement d’urgence et ils seront plus de 100 000 à la fin du mois. On comprend bien que le pays, qui connait par ailleurs de graves difficultés économiques n’est pas capable de suivre. La Commission européenne vient de débloquer 700 millions d’euros (sur trois ans) qui devraient lui aller en priorité, mais cela ne suffira pas, si ce n’est pour installer au bord de la mer Egée les mêmes « jungles » que celles qui prospèrent sur le rivage de la mer du Nord. La Grèce se retrouve à nouveau au cœur d’une crise européenne grave, mais cette fois-ci, elle n’est pas seulement la victime de l’incurie de ses dirigeants, mais plutôt de sa position géographique et des mafias turques. Pas plus que d’autres en Europe, la Grèce ne peut gérer cette situation seule. C’est pourquoi Angela Merkel en a appelé à la solidarité avec Athènes et tenter de dissuader  les états européens de se barricader chez eux. Comme toujours, c’est elle qui a raison. 

Le flux ne tarit pas.

Au cours des deux derniers mois, plus de 120 000 migrants ont débarqué en Grèce et pour la plupart ont traversé le pays… Même si les choses se calmaient en Syrie, ce sont sans doute encore des centaines de milliers de personnes qui tenteront leur chance dans les mois à venir. Et l’Union européenne  est restée comme sidérée devant cette menace qui risque pourtant de la détruire. Les pays qui jalonnent la route entre la Grèce et l’Allemagne pratiquent le « chacun pour soi » et ont érigé des murs et des barrières le long de leurs frontières, au mépris des traités qui nous lient. Leurs policiers, quand ce n’est pas l’armée, tentent de dissuader les migrants de marcher vers l’Allemagne, la Suède, l’Angleterre. Devant la pression ils finissent par les laisser passer. La chancelière Angela Merkel est le seul chef de gouvernement à préconiser une juste répartition des migrants entre les pays membres de l’UE, mais beaucoup des États d’Europe centrale et orientale font la sourde oreille.

Les européens se contentent de subir.

Bien qu’Angela Merkel campe sur sa position (« Nous pouvons le faire »), elle est isolée. Jusqu’à maintenant, la France a été quasi absente alors que François Hollande aurait dû lancer une grande négociation européenne sur le sujet des migrants, mais il est resté inerte. Les Européens se sont contentés de subir, faute d’un leadership que l’Allemagne, elle-même divisée, ne peut assumer seule. Il n’y a pas eu de concertation européenne digne de ce nom, pas vraiment de négociations, peu d’espoir de trouver des solutions, même provisoires. On n’a vu que des égoïsmes qui s’additionnaient. A croire que les Européens ne sont pas tous conscients de l’enjeu. Selon les pays, on assiste à des comportements discordants : le Danemark veut confisquer les économies des immigrés pour qu’ils contribuent au financement de leur accueil, tandis que d’autres s’efforcent de traiter les migrants avec humanité et sans coercition. Mais comme à Calais, vient tout de même un moment où il faut imposer une solution. Les pays de l’Union qui refusent tout sacrifice ne veulent pas comprendre que leur politique de l’autruche finira mal parce que l’Europe elle-même baissera les bras devant un phénomène dont seul un traitement radical peut venir à bout. Il est donc temps de mettre un peu d’ordre dans cette situation anarchique qui contribue à détruire l’Union, la discrédite aux yeux des peuples et peut lui porter un coup fatal.

Un sommet européen, enfin !

Il était temps ! Car le temps est compté maintenant pour qu’une solution collective soit trouvée. Les concertations du président français avec Cameron hier et Merkel aujourd’hui semblent annoncer un début de réveil. La réussite du sommet de lundi prochain sera d’abord une question de volonté politique. Les « rustines » financières ne sont pas suffisantes. La pression exercée sur les territoires concernés par le passage des migrants pose mille problèmes. Deux logiques s’affrontent en effet : la première veut accueillir et répartir, la seconde se veut pragmatique et pense qu’une réponse collective est trop compliquée, il faut donc dissuader, fermer les frontières. Ce qui revient à isoler la Grèce. Impensable !

L'Europe se grandirait en sortant du sommet avec des décisions collectives.

 

 


LE XXIème SIECLE EST UNE PROMESSE

Internet

 

Eh bien non, l’avenir n’est pas lugubre !

L’économie mondiale a de beaux jours devant elle. Ses deux moteurs, la démographie et le progrès technique, vont nécessairement déboucher sur une période de prospérité. La population mondiale va passer de 6 à 10 milliards d’habitants ce qui ne peut qu’augmenter la demande qu’il faudra satisfaire. Quant à la technique, avec l’économie numérique, elle va apporter des réponses qui vont bouleverser les services, la production des biens d’équipement, et concerneront aussi des secteurs vitaux comme la santé et l’éducation. Ce n’est pas un hasard si les entreprises multimilliardaires sont issues du numérique comme Amazon, Facebook, Google… et portent la croissance de la bourse américaine. C’est un bouleversement du temps et de l’espace qui met déjà à la portée du consommateur mondial le marché de la concurrence, universel et instantané. Nous sommes entrés dans le monde du XXIème siècle qui est un monde de demandes et d’offres mondiales.

Les turpitudes du monde actuel nous empêchent de voir la réalité.

La politique des banques centrales, la croissance chinoise et la stratégie des saoudiens sur le marché pétrolier obnubilent les observateurs. Or on s’aperçoit que la marge de manœuvre des banquiers centraux devient nulle,  que les marchés fantasment sur l’effondrement de l’économie chinoise qui en fait se stabilise en changeant logiquement de modèle de croissance,  que les bourses s’affolent au moindre écart du prix du pétrole provoqué par la volonté du régime saoudien de tuer l’ours russe, le revenant iranien et l’ami américain. Chacun de ces phénomènes connaitra sa fin même s’ils créent des désordres non négligeables actuellement, comme le montrent l’essoufflement des locomotives mondiales Etats-Unis et Chine, la panne de croissance des BRICS (Brésil, Russie…), l’atonie de l’Europe qui doit se débattre avec les migrants et le Brexit… Et les marchés toujours myopes et abreuvés par la sorcellerie financière, ne voient plus les fondamentaux décrits ci-dessus.

La troisième révolution industrielle.

Depuis les années 80, nous sommes en train de vivre une nouvelle révolution qui a commencé à transformer, d’abord modestement puis de plus en plus rapidement toutes nos activités. On nous annonce, comme toujours, les catastrophes que produiront les effets de la digitalisation et de la robotisation sur la croissance et l’emploi. Et pourtant, il y a gros à parier, que cette troisième révolution, s’appuyant sur les fondamentaux du monde, population associée au progrès technique, loin de détruire l’emploi et la croissance, débouchera sur une longue période de prospérité. Elle repose sur de nouvelles sources d’énergie verte telles que l’éolien, le photovoltaïque, la géothermie, la pile à hydrogène, les hydrates de méthane… qui s’organiseront en réseaux de production de stockage et de partage. En même temps, les formes de communication avec le web, permettent de relier le monde entier rendant possible une nouvelle organisation de la vie économique en « réseaux collaboratifs », et les applications Uber, bla-bla car, Airbnb n’en sont que les prémisses.  Le miracle de l’économie numérique se résume en deux formules : « coût marginal zéro »  et « économie du partage ». Le premier permet de tomber dans l’univers du « gratuit »  comme on le voit déjà pour la musique et les logiciels, et on peut imaginer ce que les imprimantes 3D vont pouvoir faire pour les objets matériels. La seconde avec les financements participatifs et les « plates-formes » à l’exemple d’Uber, ouvrent des horizons inédits qui feront disparaître la « rareté » dans presque tous les domaines économiques, comme l’imprimerie l’avait fait pour le livre. L’élévation du niveau de vie dans les pays émergents permet d’anticiper la constitution d’une classe moyenne mondiale passant de 1,8 milliard de personnes à 4,6 milliards au début des années 2030. La population mondiale à moyen et fort pouvoir d’achat passerait de 2 milliards d’individus à 5 milliards, correspondant à l’offre de nouveaux biens et services en train d’émerger.

L’ubérisation du monde est une chance.

Les innovations technologiques ne vont pas anéantir le travail salarié et la croissance. Certes de nombreuses tâches répétitives sont digitalisables, et c’est tant mieux. Mais il s’en faut de beaucoup que tous les métiers le soient. On estime que 45% des tâches pourront être automatisées dans un avenir proche, mais seulement 10% des métiers, ce qui rassure sur la pérennité du travail. Cela ne veut pas dire que tout est simple : un manque de formation et d’adaptation des individus au marché, le manque de flexibilité a pour conséquence la montée du chômage dans les pays qui ne s’adaptent pas. C’est ce que connait la France aujourd’hui. Mais le problème n’a rien de structurel ni d’irréversible… enfin pas tant que nous aurons les guignols actuellement au pouvoir. Ils ne peuvent empêcher les innovations technologiques de s’imposer, comme on le voit avec le conflit entre les taxis et les VTC d’Uber.  Et on aurait bien tort, car ce sont les innovations qui tirent la croissance, ce sont elles qui nous tentent par des produits nouveaux, mais qui détruisent aussi au passage des emplois « dépassés ».  Le progrès technique ne détruit pas l’emploi mais le transforme. Il ne sert à rien d’entraver la progression de l’économie des « plates-formes » telles qu’Uber. Car les « plates-formes » vont apporter des gains gigantesques d’efficacité. Il faut les encourager. Nous devrions suivre l’exemple américain qui passe du statut de superpuissance à celui de cyberpuissance. Il y a urgence pour nous d’avoir une politique fiscale, industrielle pour ne pas nous faire voler toutes nos mémoires et leur valeur, mettre en place les machines équivalentes, les programmes, la recherche, et avec eux, les emplois. Or, la politique numérique de l’Union en est encore au bricolage.

La feuille de route des politiques.

Elle devrait être claire : accompagner la transformation des emplois ! C’est le seul moyen de conjurer les peurs françaises qui ne correspondent pas au monde réel. D’ailleurs dans toutes les économies développées le chômage diminue grâce à l’alliance de la flexibilité du marché du travail, d’un système de formation performant et d’une politique macroéconomique orientée vers la croissance. La France est à l’écart avec ses blocages et sa gauche encore dominée par le marxisme. Il n’y a pas de fatalité au chômage, il n’y a que de mauvaises politiques. De nombreux pays européens flirtent avec le plein emploi : l’Autriche (45% des jeunes passent par l’apprentissage), le Danemark, le Royaume-Uni, et de nombreux landers allemands. Ce plein emploi ne s’accompagne pas, comme on voudrait nous le faire croire, d’un accroissement des inégalités et de la pauvreté. L’emploi est potentiellement illimité, mais il est rendu rare par les obstacles que l’on met devant lui. Particulièrement en France : le chemin vers la lumière passe par la réforme du marché du travail, la déconcentration de l’Education nationale, la réduction du périmètre des actions de l’Etat, et sans sombrer dans le libéralisme (mot honni chez nous alors que nous l’avons inventé), libérer l’économie des boulets qui l’empêchent de progresser en baissant les prélèvements obligatoires (45% du PIB), la dépense publique (57,5%) et alléger la bureaucratie législative et réglementaire. La mutation économique doit conduire à une évolution du droit social de même ampleur, en n’oubliant pas que le droit est d’abord là pour protéger le salarié. Les citoyens sont beaucoup plus prêts aux réformes que ceux qui les gouvernent, ils évoluent plus vite que la classe politique. La French Tech est reconnue dans le monde et ne demande qu’à prendre son essor, témoignant de notre capital technologique et intellectuel. Et il existe encore une fraction importante de la population qui croit aux valeurs de la République et est disposée à s’engager pour les faire vivre.

Les clés de l’avenir sont désormais dans la société civile : c’est par la mobilisation des acteurs économiques  que se développera le nouvel entrepreneuriat adapté à la société ouverte. Mais pour cela, il faut désadministrer l’économie, réformer pour ne plus subir. Un programme tout tracé pour les candidats à 2017 !

 


DANS QUEL MONDE SOMMES-NOUS ENTRES ?

Chantier

 

Quelques éléments du baromètre mondial.

Pour ceux qui en doutaient encore, l'Europe s'est installée dans la déflation : moins 0,2% en février. La voilà sur le même chemin que le Japon. Ce n’est pas rassurant car c’est une déflation durable. L'euro a accusé le coup en chutant au-dessous des 1,09 malgré (ou à cause ?) les anticipations d'une intervention musclée de la Banque Centrale Européenne en mars. Certains commencent à douter que Mario Draghi a encore ses super-pouvoirs.

En Chine, à quelques jours de l’ouverture de l’Assemblée nationale populaire qui doit entériner le plan quinquennal 2016-2020, de nouveaux indicateurs dévoilés pour le mois de février montrent que la deuxième économie mondiale continue de ralentir. Voilà qui ne va pas manquer d’inquiéter les investisseurs.

Les Américains, eux, indifférents à la montée de Trump, affichent de bons indicateurs sur la production industrielle, et veulent une relance. Ils ont clairement dit au G20 qu'ils en avaient assez de tirer la croissance mondiale, ils craignent qu’elle finisse par les ralentir.

On attendait le G20 avec impatience.

Le G20 a frôlé le fiasco. Les voix ont été dissonantes, provoquant une déception des marchés. Il a néanmoins permis à chacun des pays d'exprimer sa différence. Mais aucune mesure concrète de relance coordonnée de l’économie mondiale. Ce G20 est probablement le premier d'une longue série car il faudra plusieurs sommets avant qu'on obtienne ces mesures concrètes qui sont inévitables. Tout le monde est conscient qu’une concertation est nécessaire, inévitable même. Mais il faudra du temps faute d’un chef d’orchestre qui entraine derrière lui. Pour tout dire, il manque au G20 un Sarkozy ! Mais où était donc la France ? Faudra-t-il encore plus  de volatilité sur les marchés pour que les dirigeants politiques se mobilisent ? Toujours est-il que le G20 s'était à peine achevé sur le thème : « Ce n'est plus aux banques centrales de booster la croissance mais aux gouvernements », que la Banque centrale chinoise a mis plus de 100 milliards de dollars sur le marché en réduisant les réserves obligatoires des banques. Comme pied de nez aux autres pays, on ne fait pas mieux ! Ce serait drôle si ce n’était pas un signe tragique de chacun pour soi.  

Un nouveau monde éclot peu à peu sous nos yeux.

Nous sommes à un tournant pour l'économie mondiale comme le prouve l'extrême fébrilité des marchés depuis le début d'année. Le monde connait des situations aux effets durables qui bouleversent nos données habituelles et notre perception : vieillissement démographique qui touche l’Europe et le Japon, mais pas seulement, universalisation du capitalisme qui s’affranchit des frontières et des Etats, réveil des empires tels que Chine, Russie, Iran, sous la pression des réflexes nationalistes et des tensions religieuses, transition écologique traduite par la Cop 21 et imposée par les conséquences du réchauffement climatique, sans parler de l’émergence de Daech et de sa terreur panislamique… Il en résulte des crises aigües qui se superposent à l’échelle planétaire : terrorisme, pandémies, catastrophes industrielles, désastres naturels… Et quand une entreprise comme Apple refuse de collaborer avec le FBI pour lutter contre le terrorisme, on comprend que les Etats tels que nous les concevons ne sont plus vraiment opérationnels face à la montée du cybermonde, l’ubérisation des économies ou la percée de l’intelligence artificielle.

Un monde sans puissance(s) dominante(s), voué à lui-même.

Aussi Les Etats sont-ils à la peine pour garantir la paix civile et la souveraineté telle que nous les concevons. D’ailleurs ils sont affaiblis par le surendettement autant que par la fragilité de leurs régimes politiques, notamment les démocraties, plus vulnérables que les dictatures totalitaires. L’Europe est particulièrement concernée. Elle est sous le feu croisé d’un choc déflationniste qui va ruiner les classes moyennes et de menaces intérieures et extérieures –terrorisme et migrations- qui déstabilisent les pouvoirs en place. Les pays  de l’Union voient leurs institutions déligitimées et le populisme se développer. Elle se divise avec la menace de sortie de la Grèce et du Royaume-Uni, au lieu de se renforcer. Même les Etats-Unis n’échappent pas à la règle –on le voit avec le succès de Trump-, en se désengageant du monde, n’ayant plus ni la volonté ni les moyens de dominer le capitalisme et d’assurer la sécurité planétaire.

Et la France continue de sombrer.

En France, le quinquennat de François Hollande fait basculer progressivement le pays dans la révolte sous toutes ses formes. Plus que jamais, l’étatisme connait une crise de légitimité et toute réforme est bloquée par des institutions balkanisées défendant leur pré carré. Face à l’arrogance de l’exécutif avec sa fiscalité confiscatoire, ses dépenses publiques non maitrisées, sa fonction publique privilégiée au détriment des activités privées, la prolifération de ses réglementations jusqu’à la prétention de dicter les comportements individuels, les Français ont commencé par opposer un droit de retrait de citoyenneté en boudant les élections voire en votant pour le Front National pour manifester leur mécontentement. Mais les données sociétales et économiques montrent d’autres formes de révolte : grève des naissances (- 19 000 en 2015) pour riposter à l’attaque en règle menée contre la famille, grève de la production qui stagne pour l’industrie à son niveau de 1994, grève de l’investissement toujours très au-dessous de son niveau d’avant-crise (- 7%), grève de l’emploi marchand figé à son niveau de 2002, grève du dialogue social qui n’a plus aucun sens puisque bloqué systématiquement par les syndicats. Les parents et les enseignants contestent les réformes stupides, les médecins mettent en échec le tiers payant généralisé, les professions agricoles refusent d’appliquer le compte pénibilité, bientôt suivis par les artisans. Chaque année, 80 000 personnes à haut potentiel quittent la France et son enfer fiscal. Le Ministre des Finances se targue de faire revenir quelques dizaines de millions d’euros d’avoirs cachés en Suisse ou ailleurs, mais ce sont près de 300 milliards d’euros de capital productif qui se sont exilés. Les entreprises changent leurs statuts pour pouvoir devenir « européennes » et se réinstaller plus facilement ailleurs dans l’Union… Enfin, il y a les formes plus violentes de contestation  comme le montrent actuellement les professions agricoles, mais aussi les conflits autour des taxis. La France est au bord de la faillite et même de l’implosion. Voilà la réalité. Et elle n’est pas gouvernée, c’est le moins qu’on puisse dire.

Il y a pourtant des signes positifs qui permettent de garder l’espoir. C’est ce qu’on verra dans le prochain billet du bloc-notes.