ARRETONS D’ETRE NAIFS ET LAXISTES !
A PAQUES … OU A LA TRINITE !

DES PRIMAIRES QUI « TRUMP » ENORMEMENT !

Donald Trump

 

Le folklore des primaires 2016.

Ceux qui aiment le folklore seront servis : les primaires américaines de 2016 ne ressemblent à aucune des campagnes précédentes. Elles sont dominées par deux troublions venus de nulle part, si l’on veut dire par là qu’ils ne sont pas sortis de « l’establishment » des deux grands partis, Démocrate et Républicain. On ne s’attardera pas sur l’incongruité d’un candidat comme Sanders qui arrive avec des idées socialistes sous le bras et qui rencontre un succès plus qu’honorable. Au pays de l’Oncle Sam c’est quand même surprenant. Mais c’est surtout Trump qui étonne par le succès qu’il rencontre. Un succès incompréhensible pour nous autres Français, tant sa campagne est triviale, violente, basique. Voilà un « superman » providentiel tel que l’Amérique semble en rêver. Il n’a aucune expérience du pouvoir et n’appartient que par hasard à la formation dont il brigue l’investiture et dont il a mis hors circuit l’état-major. Il n’a rien d’un conservateur, ni en matière fiscale ni sur les questions de société et pourtant il rallie un électorat bizarrement composé, mêlant des « petits blancs » qui n’ont jamais accepté Obama, des évangélistes du Sud, des cols-bleus du Nord-Est et du Centre,… Ils ont pour dénominateur commun de faire partie d’un monde de plus en plus marginalisé, d’une main d’œuvre vulnérable, tout un peuple qui voit avec inquiétude son Amérique « éternelle » être en déclin, devenir moins blanche, moins chrétienne, moins traditionnelle.

Donald Trump probable vainqueur chez les Républicains.

Donald Trump est en chemin pour l’investiture républicaine et malgré l’effroi que cela suscite parmi les élites du parti, on ne voit pas comment elle pourrait lui échapper. Il n’a pourtant des rouages de l’état que des notions assez brumeuses et il propose de gouverner la plus grande puissance de la planète comme il gère son « business ». Et quand on sait qu’il a connu quatre faillites retentissantes, ça devrait calmer ! Et bien non. Son projet est simple : il n’en a pas. Il n’a qu’une ambition, celle de remporter les élections à coups de promesses plus intenables les unes que les autres : déporter des millions d’immigrés illégaux, construire un mur le long de la frontière mexicaine, interdire le sol américain aux musulmans, légaliser la torture pour les ennemis de l’Amérique. Son protectionnisme économique rassure et il annonce le rapatriement de millions d’emplois de Chine et du Mexique.  Il a pour lui de ne pas appartenir à la « classe politique » qui ici, comme en Europe, fait l’objet d’un rejet de la part d’un grand nombre de citoyens. Il n’est pas de Washington et il aime le marteler, au pied de son énorme avion à l’enseigne « Trump » avec lequel il sillonne les « States ». Quand on sait que 79% des Américains sont mécontents du Congrès qu’ils jugent « coupé du monde réel », ça éclaire le débat. Alors que le lascar passe son temps à construire des casinos, ou qu’il ait divorcé plusieurs fois, peu importe. Même sa foi balbutiante qui aurait dû être un handicap n’altère pas sa marche triomphale.

La marche d’un communicateur surdoué.

Mais voilà, c’est un communicateur surdoué, charismatique. Il a dicté les thèmes de la campagne et abattu mille tabous. Sa brutalité verbale n’est pas improvisée : elle est conçue avec méthode pour résonner auprès d’un électorat dont on a pu vérifier la réceptivité. Ses attaques virulentes contre le « politiquement correct » participent à son succès. Elles révèlent l’ampleur de l’indignation morale et des frustrations accumulées en silence depuis des années dans un pays où il était de règle de se plier aux injonctions d’un « Parti du Bien » érigé en tribunal de moralité. « Make America Great Again », le slogan repris à Ronald Reagan joue à plein la carte nostalgique en sous-entendant que la grandeur des Etats-unis a été éclipsée et que seul Trump pourra la restaurer. En réalité le Trump que voilà n’a pas de vision du monde. Il construit un discours sur la peur et sur le refus des autres, un grand classique « populiste ». Il a le goût de la farce grotesque et le mépris des femmes.

La ruine et le déclin au bout du chemin.

Comme tous les démagogues, si les Américains sont assez sots pour confier le pouvoir à ce clown sinistre, il ne laissera que des décombres. Il ruinera les Etats-Unis, il multipliera les contresens historiques et fera courir au peuple américain le risque d’un plus grand déclin encore face aux chocs du XXIème siècle.Et ce sera encore au citoyen de payer la facture que laissent les mensonges et l’irresponsabilité. Compte tenu des traditions américaines, il est en effet possible qu’une administration Trump nouvellement installée puisse s’appuyer sur de larges soutiens pour mettre en œuvre une politique multipliant les entraves au commerce international. Le résultat serait un engrenage mortifère aussi nuisible à la croissance que le furent les mesures protectionnistes prises dans les années 1930. Pour l’économie mondiale, comme pour bien des aspects de la démocratie américaine, il y a donc un « danger Donald Trump ». C’est au citoyen américain qu’il revient donc en premier de l’empêcher de nuire en refusant de s’abandonner à sa fatale séduction.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)