LE COUP DU « ça va mieux ! »
PETITE CHRONIQUE DE LA DESERTIFICATION MEDICALE…

POUR ROUSSEF L’AVENIR SENT LE ROUSSI !

Dilma Rousseff

Dilma Rousseff, la présidente du Brésil, s'est rapprochée un peu plus de la sortie depuis que le Parti centriste qui était dans la coalition gouvernementale a préféré quitter le navire. D'autres petits partis pourraient suivre d’autant plus que de nouvelles procédures de destitution ont été lancées. La présidente va encore essayer de tenir, puis elle tentera probablement de passer le bâton du pouvoir à un autre éléphant de son parti tout autant impliqué dans les affaires de corruption. Le Brésil n'est donc pas sorti de l'ornière.

L’affaire Petrobras.

La fièvre était un peu retombée avec le carnaval. Elle est remontée depuis et les manifestations se multiplient, réclamant la démission de Dilma Roussef, sous le coup d’une procédure « d’impeachement » pour  ses compromissions dans les affaires du géant pétrolier Petrobras. L’implication de l’ancien président Lula, qu’elle a appelé près d’elle au gouvernement pour lui faire bénéficier de l’immunité, a mis le feu aux poudres. Il a été interpellé manu militari par la police fédérale car il est soupçonné d’avoir touché des avantages en nature de la part des entreprises impliquées dans le vaste scandale de corruption autour du pétrolier. Il n’aurait pas déclaré être le propriétaire d’une grande maison de campagne et d’un appartement à la plage.. Ce dernier nie tout en bloc et crie à la persécution, sachant fort bien que ses partisans encore nombreux crieront « touche pas à Lula ! ». Néanmoins le parquet a ouvert des poursuites judiciaires contre lui. Etre de gauche et mettre la main dans le pot de confiture, est-ce possible ? Luchini a bien raison de dire qu’être « de gauche », c’est du boulot !

Un feuilleton judiciaire.

La suspension, par un juge du Tribunal suprême fédéral, de la nomination de l’ancien président Lula à la Casa civil du gouvernement, un rôle équivalent à celui de Premier Ministre, pour « obstruction à des procédures judiciaires », illustre bien la crise institutionnelle que traverse le Brésil. Une grande défiance s’est installée entre les juges et l’opinion vis-à-vis de la classe politique soupçonnée de corruption, doublée d’une défiance du Parlement vis-à-vis de l’exécutif, incarné par Dilma Rousseff en raison de la procédure de destitution engagée contre elle. Une procédure qui s’annonce longue et incertaine. Il faudra quinze sessions de la commission spéciale composée de  soixante-cinq parlementaires, qui soumettra un rapport à l’assemblée plénières du Congrès des députés, une majorité des deux tiers étant requise pour mettre en accusation et saisir le Sénat … Un vote des eux tiers des Sénateurs serait ensuite nécessaire pour une destitution. On n’est pas rendu au bout.

La coalition se délite.

Le mariage de raison contracté en 2003 entre le parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) et le parti de Lula et Dilma Rousseff, vient de finir par un divorce. Le PMDB a décidé de claquer la porte du gouvernement. Ce parti qui a été de tous les gouvernements depuis trente ans avait réussi à imposer son leader, Michel Temer, comme bras droit de la présidente et sa désaffection pourrait en hâter la chute. Dans un système avec plus de trente-trois partis représentés au Parlement, la capacité à faire émerger une nouvelle majorité s’avère compliquée. Plusieurs petits partis devraient néanmoins suivre le mouvement, devant l’ampleur de la crise. Mais le calcul du PMDB s’explique surtout par l’approche des élections municipales dans sept mois, les maires sortants ne voulant plus être associés au gouvernement alors que la crise économique a des effets dévastateurs. Et surtout, en cas de destitution de Dilma Rousseff, c’est Michel Temer, actuel Vice-Président, qui devrait hériter du poste.

Une course de vitesse.

Mais il lui faut pour cela accélérer le vote au Congrès. En effet, le Tribunal suprême électoral est saisi d’une plainte déposée par le Parti de la Social-Démocratie Brésilienne (PSDB), opposition de droite. Celui-ci dénonce des financements illégaux dans la campagne de l’actuelle présidente, et si le Tribunal qui examine les comptes annulait l’élection, elle annulerait aussi  celle de Michel Temer par contrecoup. Le PMDB a voté la sortie du gouvernement et ses ministres devront le quitter avant le 12 avril, sauf Michel Temer qui sera le seul à s’y maintenir en attendant que la commission parlementaire propose la destitution de la présidente. On y verra plus clair fin avril.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)