Previous month:
septembre 2007
Next month:
novembre 2007

"IL LES PAS VOLES !"

JusticeDiatribe de Patrick D. devant le tribunal d'Angers contre la loi sur la récidive instaurant les "peines planchers". Il plaide en appel, et de s'indigner qu'on puisse condamner à trois ans d'emprisonnement un "paumé" pour avoir extorquer 20€. Sauf que c'était la 7ème fois qu'il comparaissait pour des faits similaires, et qu'il avait avec lui un chien menaçant dont il se servait pour obtenir l'argent dont il a besoin pour se nourrir, lui et son chien. Mais un rottweiller, même muselé n'est pas un caniche ! L'avocat est scandalisé et parle de "loi scélérate... votée dans l'indifférence totale". Résumer la condamnation à "trois ans pour 20€ !" et en mettant en parallèle avec "des personnes ayant commis des délits d'initiés", c'est faire un raccourci à la limite de l'honnêteté intellectuelle et se vautrer dans la démagogie.

Je ne suis donc pas d'accord avec lui. S'il s'était déjà fait agresser de cette façon-là, il aurait peut-être un autre jugement. Moi, je fais partie de ces gens qui trouvent très bien que les multirécidivistes soient punis plus sévèrement sans possibilité de descendre en-dessous d'une peine certaine. Car ce sont ces voyous qui accumulent les petits délits sur les personnes qui nous pourrissent la vie au quotidien et qui créent de l'insécurité. Au demeurant, quand on choisit de "zoner" au lieu de "bosser" on évite d'avoir en plus un gros chien à entretenir. Quand on est en récidive de récidive, il faut s'attendre à ce que la société se défende et que la loi s'applique dans toute sa rigueur. Ses trois ans, "il les a pas volés !!"

Patrick , je t'aime bien, mais là, tu pousses l'effet de manche un peu trop ! je sais bien que tu es en campagne, mais quand même.

                                                                           


GRENELLE OU LA "RUPTURE" ECOLOGIQUE

GrenelleGrenelle0018La croissance sera écologique ou ne sera pas. C'est la principale conclusion que l'on peut tirer du "Grenelle de l'Environnement". La montagne aurait pu accoucher d'une souris verte (qui trottait dans l'herbe), tant les approches des uns et des autres pouvaient diverger : comment faire aller dans le même sens l'agriculture intensive et les partisans de l'agriculture raisonnée, les faucheurs d'OGM et les semenciers pour qui les expériences sont vitales, les écolos des énergies renouvelables et le lobby nucléaire....

C'était sans compter avec l'astucieux Jean-Louis BORLOO qui n'a pas lésiné sur son temps pour rapprocher les points de vue, éviter les sujets qui fâchent, faire travailler ensemble des gens qui n'avaient pas l'habitude de s'écouter. Et le résultat est à la hauteur. Dans son discours de clôture, le Président n'a pas barguigné : il assumera la révolution verte. La France va montrer le chemin au Monde pour sauver la planète et elle sera exemplaire. Pour sacraliser le geste, il ne fallait pas moins du prix Nobel AL GORE comme parrain de la cérémonie. Si bien que l'idée d'un "Grenelle Mondial" a percé et pourrait bien fleurir dans les instances internationales, jusqu'à l'ONU....

Premier objectif : rattraper notre retard, en mettant les bouchées doubles sur les énergies nouvelles avec le gel de la construction des centrales nucléaires, en luttant contre les rejets avec un programme volontariste d'isolation du bâti ancien.... Ce sera une révolution verte par l'orientation des investissements autant que par l'évolution des comportements.

Deuxième objectif : mobiliser l'Europe. la France va assumer la présidence de l'Union. Ce sera l'occasion de proposer des mesures ambitieuses à nos partenaires. La lutte contre l'effet de serre, c'est déjà mieux à l'échelle du continent !

Il reste encore à faire. La taxe "carbone" a été mise à l'étude, mais en contrepartie il faudra alléger la taxation du travail. Une idée déjà émise pendant la campagne électorale : il s'agit de tranférer l'origine de la ressource davantage sur les importations en allégeant notre fardeau intérieur qui pèse sur la compétitvié de nos entreprises. Il faut aussi préserver le pouvoir d'achat des salariés.

Nicolas SARKOZY a réussi ce tour de force de sortir du Grenelle en maintenant un équilibre entre les écologistes, les forces économiques et le monde agricole.

Seul point faible : le dossier des déchets. Les incinérateurs semblent mis au rancart, mais la résistance continue de se manifester. Les industriels concernés poussent devant eux la cohorte des élus qui croient toujours à la magie du "four" pour faire disparaître leurs déchets. De la même façon, ils résistent en dehors de toute logique contre la mise en place de la "redevance" à la place de la TEOM (taxe d'enlèvement des ordures ménagères) dont le caractère uniforme et injuste ne pousse pas vraiment au tri et à la réduction.... Il faudra deux mois de plus de travaux pour accorder les violons.

L'écologie devient l'outil principal de la croissance, de la révolution économique. L'économie verte va créer de l'emploi et du progrès. Elle croît déjà au rythme de 5% l'an.

Le vert plus le rouge, ça le faisait pas.Voilà que le vert et le bleu sont complémentaires. Mais c'est bien sûr !

                                                                                                                                                            


SARKO GARDE LE RYTHME

Sarko_elyseIl était déjà redoutable avant. Maintenant qu'il est redevenu officiellement célibataire, il va être encore plus sur tous les fronts. D'ailleurs l'accélération est déjà visible. On peut dire tout ce qu'on veut, mais nous avons à faire à un personnage hors norme. Bien sûr, l'opposition voudrait bien prendre ses désirs pour des réalités en annonçant trop tôt donc sans grand risque que les mesures sur le pouvoir d'achat (les heures sup') n'ont pas produit leur effet. Au début de l'année prochaine, là-dessus, on commencera à avoir une tendance. Mais pour le reste, c'est le Président qui réussit : le traité européen, le Grenelle de l'environnement qui ouvre bien plus de chantiers qu'on ne l'imagine, même les propositions de réforme des institutions surprennent et vont ouvrir un débat dans lequel les socialistes vont avoir du mal à ne pas paraître divisés.

J'écoutais la semaine dernière Fadela AMARA parler de Nicolas : avec sa franchise coutumière, elle a campé le personnage que je connais pour avoir participé à des réunions restreintes de l'UMP. Il parle clair, il est franc, il écoute, il donne la parole, il ne tient pas rigueur si on est en désaccord avec lui, mais il trouve toujours le moyen d'avoir le dernier mot, en toute logique... Et en conclusion elle ajoute : "je l'aime bien" ! Je buvais encore du petit lait à écouter l'autre soir, "Jack" dire toute sa satisfaction des travaux de la commission à laquelle il a participé et visiblement fait passer certaines de ses idées.

Après six mois de travail intensif, certes la cote du Premier Ministre s'est un peu dégradée -comment pourrait-il en être autrement- mais que de travail accompli ! Et ce n'est pas fini : la réforme des régimes spéciaux est sur les "rails" (d'accord, un peu facile), avec des syndicats divisés comme jamais face à une opinion toujours ferme dans son idée que la justice c'est tout le monde au même nombre d'annuités. Le service minimum commencera à s'appliquer à partir du 1er janvier. La réforme de l'Université : réglée, celle du système judiciaire va entrer aussi dans les faits. Avec quelques remous. Mais comment justifier une juridiction avec un seul magistrat quand on demande de prendre des décisions collégiales. La réforme de la santé avance et le budget proposé par Roselyne est passé avec les "franchises"...

Quel Gouvernement de ces vingt dernières années peut se vanter d'avoir autant fait bouger les choses en si peu de temps. La France vit une véritable bourrasque réformatrice avec un flegme remarquable. C'est que le retard pris était tellement criant !

Rappelez-vous, "il" part à fond et ensuite "il" accélère....

                                                            


NEUF CONTRE RAFISTOLAGE

Stade_de_footChristophe BECHU vient de nous faire une nouvelle démonstration qu'il voit l'avenir d'ANGERS avec les yeux de sa génération et l'expérience du Président du Conseil Général qui lui a appris la maîtrise complète des dossiers. Son projet de "Grand Stade" à la périphérie de la ville, près du Parc Expo, dans un site bien desservi par l'autoroute et la RN 23, facilement accessible par un bus-way à partir du centre-ville, en est une parfaite démonstration. Un équipement qui ne servirait pas qu'au foot mais qui placerait Angers sur le parcours de grands événements musicaux ou autres... c'est évidemment plus "bandant" que ce que propose le Maire avec la reconstruction précipitée du vieux stade Jean BOUIN, sortie de son chapeau comme un lapin de celui d'un illusionniste, sans aucune concertation ni réflexion préalable. Un "petit Rennes" précise l'adjoint aux sports, c'est-à-dire un stade couvert, dont le volume sera forcément confiné dans l''espace exigü actuel. Sans parler des places de stationnement inexistantes qu'on compte résoudre à coups de "navettes"... Bref : du bricolage pour ne pas dire du rafistolage. L'oxygène des grands espaces d'un côté, l'assistance respiratoire de l'autre. Les Angevins qui assistaient au match contre Le Havre, samedi soir, ne s'y sont pas trompés : ils ont fait une ovation à Christophe.

Si vous n'avez pas encore contracté la "béchumania", rien n'est perdu. Elle vous guette, le contenu de la prochaine conférence de presse pourrait vous être fatal. Mais ne craignez rien, ça fait plutôt du bien. Les symptomes sont faciles à identifier : optimisme, légère euphorie, confiance dans l'avenir... et "l'envie d'avoir envie" comme dirait Johnny !

Rien à voir avec "l'Antoninine", sorte de déprime qui donne un teint gris, rend sourd et inutilement agressif par dessus le marché.

                                                                                                                  


THEODULFE

P1000575

P1000579

P1000580

                                                                      

                                                                                                       

Mes itinéraires d'amitié m'ont amené ces temps derniers sur les bords de Loire, près d'Orléans. C'est à Germigny-des-Prés que l'on trouve ce petit trésor architectural, véritable anomalie de l'histoire. Voici comment il est présenté :

"Proche de la Loire, dans le Val d'Or, cet oratoire est à la croisée de plusieurs grands circuits touristiques ; routes des châteaux de la Loire et de la Vallée des rois. A cet emplacement fut bâtie en 806 la villa de Théodulfe, évêque d'Orléans, abbé de Saint Benoît et conseiller intime de Charlemagne, dont il ne subsiste aujourd'hui que l'oratoire. Théodulfe, Goth par sa naissance, fut l'un des meilleurs esprits de son temps. D'une grande instruction, poète et amateur d'art, il s'intéressait à toutes les branches du savoir de son époque. C'est sans doute ce qui lui valut d'être un des plus éminents missi-dominici de l'Empereur, avant de tomber en disgrâce et de mourir dans une prison d'Angers en 820.                                                                                              Cet édifice de plan carré et à quatre feuilles est ramassé autour d'une tour lanterne. Sa conception s'apparente à celle de monuments mozarabes que l'on retrouve notamment en Languedoc et en Espagne.... A l'intérieur de cet oratoire, dans l'abside orientale se trouve une voûte, ornée d'une mosaïque unique en France, en cul de four, datant du IXème siècle. Plus de 130 000 cubes de verre cassé composent cet ensemble représentant l'Arche d'Alliance. Apparentée à l'école de Ravennes, elle est l'oeuvre d'un artiste byzantin. Recouverte de badigeons, ce n'est qu'au XIXème siècle qu'elle fut retrouvée et restaurée."

Cet oratoire mérite le détour. Son côté mauresque et byzantin en fait une rareté à une période où les croisades n'avaient pas encore commencé et l'influence d'orient ne se faisait pas encore sentir. Une nef lui a été ajoutée pour en faire une église latine. Il est parfaitement entretenu. Tout simplement superbe !

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir.                                                                                                                                                          


A VOS ORDRES....

Alm_tramQuand on est responsable d'une mission, on est aux ordres. C'est le cas du Monsieur Tramway, Jacques LANDREAU. C'est lui que TOUTANKOM a envoyé au charbon pour réfuter les arguments avancés aussi bien par Hervé CARRE que par Christophe BECHU. Je veux bien croire qu'il connaît son dossier, mais je suis choqué qu'un fonctionnaire territorial soit amené à s'exprimer à la place des élus. Ce n'est pas son boulot. Mais c'est une pratique courante du "Maire-Président de l'agglo". Cela lui évite de se mouiller et il pense peut-être que les arguments du technicien feront plus sérieux. A voir ! On a déjà vu des techniciens dont on peut contester peu ou prou la compétence, officier sur d'autres dossiers.

Et le Monsieur Tramway n'échappe pas à la règle. Je me souviens, alors que j'étais conseiller municipal, d'une commission voirie à la mairie, où il nous présentait un aménagement avec un beau rond-point (ça commençait à être la mode) avec bordures et petit-terre plein et de lui dire :"je connais les lieux, avec ce rond-point, les bus ne pourront pas tourner", "mais, si, mais si, nous avons tout mesurer !". Donc le rond-point  est réalisé : et les bus obligés de rouler dessus. Quelques jours plus tard, il était démonté et remplacé par.... une pastille blanche peinte sur la chaussée ! Cette histoire, c'est du vécu. Comme quoi on peut avoir des certitudes, mais la réalité est toute autre.

Les arguments de M. LANDREAU sont évidemment sujets à caution puisqu'il est en service commandé. On peut toujours trouver les chiffres qui arrangent. Mais si, comme il le dit, les boulevards ne sont pas plus larges que la rue de la Roë en raison de la cohabitation des divers usagers, alors pourquoi passer par le boulevard Foch ?  Quant au pont devant le cinéma Gaumont, je ne comprends toujours pas que le tramway n'emprunte pas celui de haute chaîne, qui est plus logique s'il passe par les boulevards. S'il doit se substituer aux voitures, autant prendre les grands moyens. La vérité que "Monsieur Tramway" ne dit pas, c'est que la mise en route de la ligne de tramway ne fera pas baisser le flux des véhicules particuliers, qui probablement continuera d'augmenter. Il oublie de dire aussi que la durée des travaux place du Ralliement -qu'on va remodeler pour la troisième fois et à quel coût ?- risque de plomber fortement les commerces de l'hyper centre. Comme séduction, on peut faire mieux que de les tuer pour essayer de les ressusciter ensuite. On n'est pas au bout de nos peines, côté dépenses, comme on le voit.

                                                                                     


LE SIEGE

Ce meuble n'a l'air de rien, mais il joue un rôle beaucoup plus important qu'il n'y paraît dans la vie de chacun d'entre nous. A chaque siège son cortège de contraintes, d'émotions, de sensations, d'attitudes...

Ainsi, le siège du dentiste, évoque irrésistiblement le bourdonnement sourd de la roulette, la douleur aiguë de son contact sur la dent et le tressaillement qu'elle produit quand elle touche le nerf. C'est une position dans laquelle on est irrévocablement en infériorité, à demi couché, la tête penchée en arrière, à la merci de l'homme de l'art et de ses outils de torture. C'est un contact froid avec la moleskine, aggravé par un projecteur fait pour éclairer la bouche mais qui vous en met plein les yeux.

Le siège de bar est une autre chose. D'abord il est haut sur patte et il faut se déhancher pour pouvoir se jucher dessus. le tout est d'y rester ensuite en équilibre. Les pieds cherchent un support pour s'appuyer sans toujours le trouver, pendant que les fesses reposent sur une surface trop étroite pour y être à l'aise. néanmoins, il ne laisse pas de mauvais souvenir, sauf si la bière n'était pas aussi fraîche que vous l'auriez souhaitée.

Le siège Louis XV, très en vogue dans les intérieurs bourgeois angevins, avec ses accoudoirs et ses pieds contournés, ses parties rebondies couvertes de tissus d'époque, semble vouloir nous accueillir avec bonhomie. Las, le dossier est trop droit, l'assise un peu basse, si bien qu'il est difficile d'y prendre ses aises. Cela oblige à se tenir avec une certaine raideur qui sied bien à la conversation qu'on tient, mais lorsqu'on nous tend la tasse de café avec sa soucoupe, on frise la catastrophe à cause de l'ankylose dont on est gagné.

Et puis il y a le siège de maire. Au conseil municipal, on le reconnaît tout de suite : il est souvent plus haut que les autres. probablement parce que celui qui y siège a "bon dos" ou le "dos large". Mais s'il ne présente pas de caractère bien particulier, en dehors du fait qu'il appartient à la catégorie des meubles fonctionnels plus confortables (on peut s'y endormir) que beaux,  il a, par contre, des pouvoirs étonnants. J'ai remarqué que ceux qui s'y assoient, au bout de très peu de temps, sont atteints d'une forme d'autisme. Ils ne perçoivent plus que les louanges, n'écoutent plus rien, et plus surprenant, se mettent à parler d'eux-mêmes à la troisième personne. On pourrait penser que ce dont je parle ne concerne que les édiles des grandes villes. Mais non, ceux des petites villes aussi sont pris du même vertige.

Est-ce vraiment le siège qui est en cause ?

                                                                                    


PASSEPORT BIOLOGIQUE S'IL VOUS PLAIT !

P7090096Ce n'est pas un effet de la loi sur l'immigration dont je vais vous entretenir. Non, il s'agit du nouveau contrôle antidopage que Roselyne BACHELOT a réussi à faire entériner au sommet international contre le dopage. La partie n'était pourtant pas gagnée d'avance car les relations de Pat Mac Quaid, président de l'UCI et de Dick Pound, son homologue de l'AMA, tenaient du "je t'aime, moi non plus !". Mais le savoir-faire de notre Ministre a su réaliser le miracle : tout le monde s'est mis à tirer dans le même sens au point que les médias n'hésitent pas à mettre ce 23 octobre dans les annales comme une "date fondatrice de l'histoire du cyclisme".

Validé scientifiquement, le passeport biologique sera exigé de tous les coureurs qui prendront le départ du Tour de France. Enfin, un système fiable (ou presque) pour provoquer ce que Roselyne appelle "un changement de moeurs" dont le "cyclisme doit avoir un caractère précurseur". Il était en effet grand temps. Les affaires du dernier Tour en ont fait un des plus calamiteux, au point que le public, bien qu'encore présent, ne croit plus beaucoup à l'honnêteté des performances réalisées. Un sport en danger de mort faute de crédibilité et à cause des tricheurs malheureusement trop nombreux.

"500 à 700 passeports seront complets au 1er juillet" annonce Roselyne BACHELOT. Pour les réaliser il faudra procéder à des prélèvements sur les coureurs dès le 1er janvier. Le passeport sera basé, pour commencer, sur le suivi des paramètres sanguins de chaque coureur avant de s'étendre plus tard à son profil stéroïdien. Toute variation anormale par rapport aux paramètres établis  pour chacun pourra faire l'objet de sanctions (interdiction de départ ou suspension).

Ce n'est pas encore l'arme fatale, mais c'est un réel progrès. Ce projet novateur, notre Ministre de la Jeunesse et des Sports y tenait particulièrement : elle est aussi Ministre de la Santé !

Sarko veut des résultats : en voilà !

A chaque jour suffit sa peine. Aujourd'hui elle a, semble-t-il, trouvé un accord avec les internes grévistes.

photo DH : Le tour de France 2004 passe à Saint-Barth.  .....                                                                                                                                             


FIL A COUPER LE BEURRE, EAU CHAUDE....

Et autres inventions connues !

CartableCette semaine : le cartable trop lourd.

La FCPE relance la lutte éternelle contre le poids des cartables des élèves de sixième. Comme si on n'y avait pas pensé avant ! Personne n'a constaté comme les cartables étaient lourds en 6ème et étrangement minces et légers en 3ème. Que s'est-il donc passé entre temps. Ce devrait être le contraire, pas vrai ?

Toute ma carrière, j'ai dû lutter contre ce fléau, que même Madame ROYAL avait voulu éradiquer. Visiblement, elle n'y est pas parvenue. Combat perdu d'avance. Pourquoi ? Allez savoir : c'est dans la tête des gamins. De la psychologie. Tout simplement parce qu'un(e) élève de 6ème doit se distinguer visuellement d'un(e) élève de CM2. Il le fait en ayant un cartable plus gros. Il n'y a rien à faire. Dans mon établissement, nous avions uniformisé les pratiques pour éviter les gros classeurs, les gros cahiers, les livres inutiles, mis en place un suivi de familiarisation avec l'emploi du temps. Des résultats étaient obtenus... le temps que la surveillance opérait. Mais on ne peut pas passer toute l'année à faire ouvrir tous les cartables de la classe chaque matin. Certes, on peut utiliser les casiers, mais les devoirs ne sont plus faits : "j'ai oublié mes affaires dans le casier !". On peut doubler les livres : bonne idée, comme ça on pourra travailler correctement, parce que les livres oubliés à la maison, bonjour... mais qui paiera ? Si c'est sur les crédits d'enseignement, je plains nos prof'. Franchement, que les parents fassent leur boulot chaque soir en veillant à la préparation du cartable pour le lendemain, et le problème sera résolu. Ce ne sont pas les réunions de concertation avec les enseignants qui manquent au cours desquelles on explique de A à Z le fonctionnement de la discipline enseignée et les pratiques utilisées. Dès la 5ème, le phénomène commence à disparaître. Le look commence à compter : il faut plaire et ne pas avoir l'air trop "intello". Alors, le cartable : un sac plutôt mince, de préférence, qui doit taper sur les fesses, sinon, ça le fait pas !

Quant à faire changer de classes tous les prof, au lieu que ce soit les élèves, excepté celui de Français ou de math (et encore), ils ont tous besoin de salles équipées de matériel intransportable. Il est fini le temps où on n'utilisait que la craie : donc, mission impossible.

Comme quoi on peut faire de la mousse avec pas grand chose. Même avec le poids d'un cartable !

                                                                               


VOUS AVEZ DIT CON...CERTATION ?

P8110021Le 16 octobre dernier une réunion d'information était organisée par la Mairie d'Angers pour présenter le projet "BALZAC-MONTESQUIEU", c'est-à-dire la construction de six barres de cinq étages en zone inondable avec garages en sous-sol...le tout en contrebas de l'immeuble Montesquieu qui domine de sa haute silhouette le bas de l'avenue Patton. Notre ami Dominique R. y assistait. Voilà en quels termes il nous raconte la réunion :

"Dormez en paix braves Angevins et surtout ne venez pas ébranler les certitudes de Madame PIROTAIS (adjointe) qui en matière d'urbanisme en connaît un rayon qui doit aller, pensez donc, au moins jusqu'au bout de ses chaussures de luxe (elle tient un commerce de chaussures de luxe, effectivement). Alors voilà, crise du logement oblige, il y a une prairie, un parc, eh bien hop ! six barres, 198 logements : on fait du social. Même les "verts" trouvent que bétonner une prairie dans la Parc Balzac, c'est une bonne idée. Au moins, on va embêter ces riches bourgeois de proprios à Montesquieu, en leur bouchant la vue. D'ailleurs ils en profitent depuis 40 ans (Madame Pirotais), alors ça suffit ! Ce lundi 16 octobre, la démocratie participative a joué à plein : réunion cadrée. Jugez : ouverture 18H45, exposé du cabinet ROLLAND (architecte) 35 minutes, et pour les questions, l'adjointe, sourire narquois, ironise. Quoi, tout ce bas peuple ose protester ? Alors n'en pouvant plus, à 20H : fermez le ban. Et l'opposant politique que je suis n'a pas eu le droit de poser une question. Tout comme le journaliste du Courrier de l'Ouest qui, lui, a été viré avant la réunion, sous le prétexte que celle-ci était privée ! Donc privé de réunion ! Aux opposants, Madame Pirotais a dit qu'il y avait l'île Saint-Aubin (celle où TOUTANKOM se ressource -lire son blog-) pour se défouler. Pour Balzac, il en restera encore un bout. Voilà ! Circulez, braves gens. Ah j'oubliais, pour ceux qui veulent acheter des parkings dans le parc Balzac : en sous-sol (sans rire), 17 852€, en surface,   4 620€....Et, paraît-il, c'est donné !"

Résumons : on vous bouche la vue, on met du béton à la place d'une prairie dans un site sensible, et on vous fait un cadeau en vous vendant (hors de prix) des places de stationnement inondables... il faut avoir mauvais esprit pour venir râler, non ?

Quand on vous disait que le PLU décidé par TOUTANKOM était une véritable folie. "Je ne serai pas le Maire qui bétonnera Angers," avait-il dit. Bien évidemment, il fait le contraire. Les cubes de béton poussent partout et il faut construire dans l'agglo 2500 logements par an !!!! A quand l'urbanisation de la place LA ROCHEFOUCAULD ou du jardin du Mail....

MONSTRUEUX !

  photo DH : promenade dans le parc Balzac. Au fond, l'immeuble Montesquieu.

                                                                                                                                                                                                


PLUS VRAI QUE NATURE !

Vous voulez avoir une petite idée de qui est vraiment Jean-Claude ANTONINI ? C'est tout simple, vous allez sur son blog et vous aurez un portrait on ne peut plus vrai : ANTONINI par lui-même !

C'est un concentré de vindicte, d'anathème, de prétention et d'intolérance. Si vous pensiez qu'il échappait au sectarisme de gauche, vous verrez qu'il en est au contraire un exemplaire modèle. Si vous pensiez qu'il était modeste, vous découvrirez que son égo n'est pas sans rappeler le mastodonte qui trône dans l'ile de Nantes. Si vous imaginiez qu'il était respectueux du denier public, vous vous apercevrez qu'il n'hésite pas à faire arroser la ville d'Angers de subventions régionales au "bon moment" et qu'il n'hésite pas à s'en glorifier...

Moi qui croyait qu'il était sous son bureau, les mains sur les oreilles pour ne pas entendre la rumeur, je me trompais lourdement. En fait, il tape rageusement sur son clavier sa littérature peu amène. Une manière de conjurer l'angoisse qui l'a gagné et qui transparaît dès qu'il évoque Christophe BECHU.

J'ai oublié la mauvaise foi... mais ça, les conseillers municipaux de l'opposition connaissaient depuis longtemps.

                                                                        


ROSELYNE C'EST VICHNOU !

P1000655P1000653                                                                                                                

                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Non que je place notre Ministre de la santé dans un quelconque panthéon, mais je veux faire simplement référence aux quatre bras du dieu hindou. Encore que le rôle de protecteur accordé généralement à ce dieu irait fort bien à la fonction qu'elle occupe.

De passage pour un déjeuner éclair avec les cadres de l'UMP de la 1ère circonscription, en présence de Paul JEANNETEAU, elle a néanmoins pris le temps de brosser en quelques mots les différents dossiers qu'elle a "en mains".... Et là, il en faut effectivement quatre. Ma mère disait volontiers : "j'ai pas quat' bras !" quand elle était débordée. Ce n'est pas le cas de Roselyne : elle fait face et elle assume, dût-elle y passer ses jours et ses nuits. Petite revue, en passant les détails? de ce qu'elle mène à bien : le projet de loi de financement de la Sécurité sociale qui arrive sur le bureau de l'Assemblée et qu'elle devra défendre, concocter la réforme nécessaire et de grande ampleur qu'appelle le déficit de la santé avec l'obligation de trouver les financements supplémentaires, de penser la modernisation des agences hospitalières qu'il faut transformer en agences régionales, de trouver la voie de la responsabilisation des malades, tout en assumant les mutations imposées par les nouvelles technologies... et assurer la permanence des soins : vaste ambition pour une population vieillissante aux habitudes plus consuméristes (ça, c'est moi qui le dit) que citoyennes.

En même temps elle a mis au point le "Sommet Mondial Contre le Dopage", travaille avec le Comité Olympique Français et suit attentivement la préparation des jeux olympiques. D'ailleurs le budget 2008 des sports est déjà monté. Elle prévoit déjà la charge de travail que va lui imposer la présidence français de l'Union, avec la tenue d'un Conseil des Ministres de la Santé de l'Union Européenne en Anjou (scoop). Et elle donne de sa personne comme on dit, que ce soit avec l'équipe de France de rugby dont elle est la mascotte ou en judo pour goûter les joies du tatami...

Quelques mots sur les prochaines échéances, notamment cantonales puisque c'était l'objet de la réunion. Fermez le ban. "Ciao les amis"... Et la voilà déjà dans sa voiture pour être à l'heure à son prochain rendez-vous en attendant le soir, la finale de la Coupe du Monde de Rugby... Une journée ordinaire, quoi.

Vishnu

         

                                        

            

                                                                           


LIRE OU NE PAS LIRE....

Le Président de la République, le jour de sa prise de fonction a tenu à faire lire en sa présence, près de la cascade du bois de Boulogne, à l'endroit où furent fusillés des résistants, la lettre que Guy MOQUET écrivit à ses parents avant d'être passé par les armes dans la carrière de Chateaubriant.

Quelle signification voulait-il donner à ce geste symbolique ? Le contenu de la lettre dans sa simplicité et son émotion montre une grande lucidité devant la mort. Pas un seul instant le moindre regret de la part de ce jeune résistant. Qu'il fût communiste n'a guère d'importance. Les idéaux qu'il représentait en résistant à l'occupant nazi, ce sont les nôtres. C'est ce qui donne à sa lettre une valeur universelle. Oui, il était un temps où des jeunes étaient capables de se mobiliser pour défendre les idéaux de liberté et de dignité de l'Homme face à la barbarie. Se mobiliser au risque de mourir. Cela mérite bien d'être pris en exemple dans une époque où la liberté nous semble si familière que l'on serait tenter d'oublier qu'on la doit à d'autres qui sont morts pour qu'en en bénéficie. Vouloir ramener cette lettre à la seule exaltation patriotique n'a guère de sens. C'est que la liberté ne va pas de soi, encore aujourd'hui.

Aussi, la demande du Président pour qu'on lise cette lettre dans tous les établissements, à tous les élèves, ne mérite pas tout le débat auquel on assiste. Qu'il y ait des enseignants pinailleurs, on ne le sait, qu'il y en ait qui s'oppose systématiquement dès lors qu'il ne s'agit pas d'une demande syndicale, on le sait aussi ! Pour moi, la question ne se poserait même pas. Chaque fois que le Président MITTERRAND a souhaité qu'un texte soit lu, je l'ai fait en fonctionnaire discipliné et dans le respect que l'on doit à la fonction présidentielle. Je ne comprends donc pas que certains refusent de satisfaire à cette demande. L'idéologie les aveugle-t-elle à ce point ?  Ce serait bien triste.

Il suffit de voir comment le fanatisme fait avancer sa cause en poussant les hommes à se sacrifier en se faisant sauter au milieu de foules innocentes et anonymes. Ce fanatisme est une menace pour nos libertés. Un temps viendra peut-être où la question de la liberté se reposera dans les mêmes termes que pour Guy MOQUET. Alors il faudra que des hommes (et des femmes) risquent à nouveau leur vie pour défendre les idéaux qui fondent notre civilisation. Espérons qu'ils auront encore suffisamment foi en eux. L'exemple du jeune résistant que l'on veut mettre à l'honneur comme le souhaite Nicolas SARKOZY prend tout son sens.

                                                         


SORTIE D'IMPASSE

Drapeau_europen Avec l'accord de Lisbonne, les européens viennent de sortir l'europe de l'impasse constitutionnelle dans laquelle le double "non" français et néerlandais l'avait plongée.

Ce n'est plus une constitution, mais ça en a tout l'air. L'essentiel de la constitution Giscard a été conservé en matière d'organisation des pouvoirs : un président élu pour deux ans et demi, un haut commissaire pour la politique étrangère et la sécurité, une commission réduite, les pouvoirs du parlement accrus, le renforcement du contrôle des parlements nationaux. Le texte est allégé des titres encombrants qui l'entouraient.

Demain l'Europe sera gouvernable et c'est le plus important. Il a fallu en passer par quelques concessions aux Polonais (encore !) et aux Italiens (ma que !...) pour finalement sceller un accord qui doit beaucoup à l'opiniâtreté d'Angela MERKEL et à l'initiative de déblocage mise en oeuvre par Nicolas SARKOZY. Le Président français peut légitimement s'enorgueillir d'avoir obtenu rapidement le résultat qu'il recherchait et qui faisait parti de son programme électoral.

La ratification se fera par la voix parlementaire. Le recours au referendum, le Président de la République a dit maintes fois qu'il ne l'utiliserait pas. Son projet de ratification parlementaire a été validé par son élection. Il n'y a pas à y revenir. C'est un simple traité. La constitution ne l'oblige pas à recourir au referendum.

Un seul regret : la préparation de ce traité et son contenu n'associent pas suffisamment le peuple à la construction européenne. Il faut absolument réfléchir aux moyens de faire participer davantage les populations à l'élaboration de leur destin. Il y va de l'avenir de l'union sur le long terme.

                                                                                                    


VENDS DEGUISEMENT DE CENTRISTE.... et autres échos angevins

N'est pas centriste qui veut. Suite à la démission de "l'amère Michelle", TOUTANKOM l'a remplacée par plusieurs adjoints, dont un certain M. HOUDEBINE, qu'il a présenté comme centriste. Celui-ci, que je connais bien, n'est certes pas un extrémiste excité, mais je l'ai toujours connu comme se revendiquant de la gauche modérée. Il faut croire que le déguisement fourni par TOUTANKOM n'était pas suffisant puisque les centristes -il en reste quelques-uns- du Conseil Municipal ont cru bon de faire une mise au point.

"Michel HOUDBINE siège avec les élus socialistes" ont protesté Nicole ROLAND, Martine POUPIN et Alain LEBOUC, qui le considèrent comme le "faux alibi centriste de JC ANTONINI".

Ambiance, ambiance ! Les réunions du groupe majoritaire de la Mairie doivent être joyeuses, entre Hervé CARRE en quarantaine, les centristes qui font la gueule et les verts qui revendiquent.... On comprend que TOUTANKOM s'enferme de plus en plus dans sa tour d'ivoire. Au moins au troisième étage il est entouré de gens qui le comprennent. Et pour cause, ils sont payés pour ça !

Il nous reste dans les vieux stocks de l'UDF-canal historique- (pas le Modem), au moins un ou deux déguisements qui pourraient servir au Maire : un habit de motard ayant peu servi, une panoplie de "pom-pom girl" version dite "tomasette"....  On peut rire un peu, non ?

Un article a attiré mon attention, avant hier : "Laurent G., le maillon faible de Christophe B." émanant, selon l'O.F., d'un Groupement Angevin Militant. je vous passe le contenu de cet article fort polémique dont le ton excessif aurait dû mettre la puce à l'oreille de nos plumitifs locaux. Et hier de lire : "Municipales : qui se cache derrière le Gam ?" s'interroge A.W. On ne le saura pas parce que le Julien LEFORT censé l'animer n'existe pas avoue penaudement le journaliste, pas plus que le Gam. Comme quoi, il faut toujours vérifier les sources avant de publier? surtout une première fois. Du coup l'O.F. gomme le Gam ! 

Mais c'était tellement tentant de publier cinq ou six lignes de vacheries contre Christophe BECHU !!!

                                                                                                                                     


PRISE D'OTAGES XXL

Des millions de Français, demain ne pourront pas vaquer normalement à leurs occupations pour cause de grève des transports publics, ou plus prosaïquement des cheminots de la SNCF et des agents de la RATP. Mais dans 25 grandes villes le réseau sera aussi paralysé.

Pour le cas où vous n'auriez pas compris, France Info s'est fait le relais de l'évènement version Tam-Tam. Ainsi, bien conditionné vous avez peut-être pris la décision de rester chez vous. Et on nous annonce une grève très dure. Le service minimum n'étant pas encore entré en application, il faudra faire avec... le peu de moyens de transports circulant.

Qu'est-ce qui justifie cet important mouvement de protestation ? La défense du service public, monsieur, qui est menacé par un gouvernement sans coeur qui a décidé de réformer les régimes spéciaux de retraite. Surtout, ne parlez pas de privilégiés ! On vous demontrera par A+B que ce ne sont que des pauvres malheureux qui sont usés avant l'heure par la pénibilité de leur tâche, et que le régime dont ils bénéficient est un avantage acquis chèrement au cours des âges ! Quant au financement, c'est tout simple, s'il y a plus de retraités que de cotisants, c'est la faute de l'Etat qui n'a pas développé suffisamment les transports publics et donc l'emploi qui va avec. L'accroissement de la durée de la vie qui augmente le nombre des ayant-droits parce qu'ils vivent plus longtemps, ils n'en ont pas entendu parler. Bref, il y a sûrement d'autres solutions, aux frais de la princesse, que l'équité qui consiste à appliquer à ces régimes la même règle qu'à tous les autres: au moins la même durée de cotisation, dès lors que les particularités qui ont justifié naguère cet avantage, ont disparu.

Oublié aussi, le fait que le projet a été largement validé par le vote des Français ! Mais la démocratie, dont ils ont plein la bouche, ils s'en battent....

C'est surtout un prétexte pour affronter le gouvernement : on retrouve Bernard THIBAULT à son affaire. Il prévient que la CGT ne  négociera pas si le gouvernement maintient son projet. De toutes façons, son organisation syndicale ne signe jamais aucun accord. Alors... En attendant il peut faire chanter à ses grévistes : "tous ensemble, tous ensemble...", c'est le refrain préféré, et la manif' leur culture de la négociation.

Il se peut que le peuple pris en otage en ait marre ! D'ailleurs si on lui disait toute la vérité sur les fameux avantages acquis, avec autant d'insistance qu'on nous a annoncé la grève, il y aurait probablement moins de Français à éprouver de la sympathie pour leur mouvement.

Et si on nous demande d'aller manifester pour soutenir le gouvernement, nous irons. Au nom du principe d'égalité !!!

                                                            


PADD

Le conseil d'agglomération du 11 octobre dernier a voté le PADD. Ques Aco ?

Aaah, le PADD ! C'est une nouvelle sorte de document pondu par les technocrates pour prévoir l'avenir. Sauf que ce n'est pas une boule de cristal. Il vise à organiser l'urbanisme pour les années à venir : Projet d'Aménagement et de Développement Durable . Derrière ce titre ronflant se cache une réalité bien moins reluisante puisqu'il s'agit rien moins que de définir les espaces urbains, agricoles et naturels.... à l'avance. Votre commune souhaiterait qu'un super marché s'installe ? Nenni, c'est pas dans le PADD, en tout cas pas chez vous ! Pas question de créer sa salle de sport si une autre existe tout près. Plus question de décider d'un projet tout seul. Voilà où le bât blesse.

Entre l'anarchie et la vision castratrice de technocrates qui appliquent des normes et font des choix à votre place, il y a tout de même une marge qu'on aimerait bien voir conservée. Mais voilà, la grogne a été bien timide. Quelques élus ont eu le courage de monter au front pour dénoncer la confiscation du pouvoir qu'on veut leur imposer. Et les réponses lénifiantes de l'élu chargé du dossier pas plus que celles gratuites du Président de l'agglo (quel crédit peut-on accorder à des propos du type "je ne suis pas un président fou qui fera n'importe quoi dans l'agglomération" ?) n'ont guère convaincu. Un maire a perduré dans son jugement en affirmant que le "projet d'agglomération (est) définitivement décalé par rapport au territoire". Et si l'élu de terrain connaissait le territoire mieux que les bureaucrates ?

En attendant les sept pôles de développement autour d'Angers ont été validés. On serait curieux de savoir si tous les critères pour les retenir ont été objectifs. Et il faudra construire 2600 logements par an pendant 15 ans. C'est du "Développement Durable totalitaire". Normal il est inspiré par les fondamentalistes du "global warning" dirait Claude ALLEGRE. Après le PLU, le PLH et le SCOT, voici donc le PADD. De quoi laisser tout en plan !

Tout serait tellement plus clair si l'agglomération ne se superposait pas au pouvoir démocratique des communes. Il faudra bien un jour mettre aussi de l'ordre dans l'empilage des structures de décision. Je propose que ce soit l'objet du PSA "Projet de Simplification Administrative".

                                                                               


A LA PECHE, PECHE, AUX VOIX....

Les affiches tapissent les panneaux d'affichage libre comme feuilles d'automne au vent d'octobre les trottoirs. Sans tambours ni trompettes, "Angers-BECHU" montre sa binette à tous les coins de rue. La campagne est partie à son rythme : à fond la caisse, quoi. Et vous pouvez le croiser dans les rues d'Angers : il est frais comme un gardon. On dirait qu'il est dans son élément. La campagne lui va au teint, il a l'oeil frais et pétillant de malice. Partout où il pointe le bout de son nez, les angevins lui font un accueil chaleureux : dans les bars de Belle-Beille ou de la Roseraie, sur le marché, aux puces de la Doutre....

Le "grand-rassemblement-du-parti-des-angevins" est en train de prendre corps. Pendant que ça se délite chez TOUTANKOM, ça coagule du côté de Christophe. Ainsi le partenariat s'est constitué avec Laurent GERAULT : un accord stratégique avec l'UDF-Modem. Mais ce n'est sûrement pas fini. Le galopin, comme certains l'appellent avec condescendance, a très probablement encore quelques bonnes surprises dans sa besace. Et déjà, il mène le débat : et pan, voilà mes propositions pour le tramway. Quelques corrections de bon sens à un projet qui en avait bien besoin ! ET TOUTANKOM sur la défensive obligé de dégainer des exagérations !

On n'en est qu'au début. La "Béchumania" naissante inquiète au 3ème étage de l'Hôtel de Ville qui bruit de la rumeur qui monte de la ville. J'imagine TOUTANKOM terré sous son bureau, les mains sur ses oreilles pour ne pas l'entendre.

Et pendant ce temps-là, le candidat BECHU continue très sérieusement son travail de Président du Conseil Général, en homme très organisé conscient de ses devoirs et de ses responsabilités. Il partage son temps (si l'on peut dire, dans la mesure où il l'a allongé), il ne mélange pas les genres. Le supplice pour le Président de l'agglo qui est amené quotidiennement à cotoyer son challenger.

                                                            

                                                          


HONNI SOIT QUI "OVALIE" PENSE, ET RETOUR A LA CASE DEPART !

On pensait manger du rosbif et c'est le coq qui s'est fait plumer !

Après le match de légende livré contre les "Gros gris", on attendait de la part du onze tricolore une 2ème édition. Elle n'a pas eu lieu. Les joueurs n'ont certes pas démérités, mais ils sont apparus trop souvent fébriles, parfois fourbus, perdant les ballons ... face à une équipe qui semblait capable de déjouer tous leurs coups. Avec un coup de grâce en forme de coup du sort dès la 2ème minute, et des pénalités qui pouvaient être évitées. Alors quand on donne bêtement 8 points à ses adversaires, il ne faut pas s'étonner de les retrouver dans le score final. Bien sûr, le match aurait pu basculer si Clerc était allé à l'essai. Aurait pu .... mouais !

Et la suite ne manque pas de sel, puisque ce sera le retour à la case départ. Quel drôle de coupe ! La France affrontera donc à nouveau les "pumas" argentins pour la "petite finale". Elle a l'occasion de prendre sa revanche. Et LAPORTE a intérêt à ne pas rater la sortie : une 3ème place est honorable pour le pays organisateur, la 4ème serait franchement décevante. Et puis perdre deux fois contre l'Argentine, ça le fait pas !  "Les petits", on se sort les doigts du c.. et on se remue le derrière !  Allez, on y croit !

On croise les doigts quand même.

                                                                                     


TEST ADN

Quel débat ! Au point où l'amendement en est réduit, il vaudrait mieux le retirer, parce que le but poursuivi qu'il visait est désormais hors de portée. Je comprends qu'on puisse être réservé sur l'utilisation des tests génétiques. C'est mon cas. Mais c'est vrai aussi que les progrès de la science peuvent nous déranger dans notre confort intellectuel. A bien y réfléchir, nous sommes bien heureux quand les tests génétiques sont utilisés pour confondre un criminel. C'était peut-être un peu exagéré dans le cas d'une vérification pour bénéficier du regroupement familial. La question est alors de savoir quelle est la proportion de fraude, autrement dit : le regroupement familial est-il une filière d'immigration clandestine à ce point qu'il faille utiliser de tels moyens pour l'endiguer ? Si c'est le cas, qu'on nous l'explique clairement. Et que ceux qui condamnent un moyen d'y remédier proposent une alternative. Avec l'évolution des climats en Afrique, il faut bien qu'on se dise qu'on est au tout début d'une pression migrante qui ne fera que s'accentuer au fur et à mesure que la désertification s'étendra. Nous ne sommes donc pas au bout de nos peines !

Mais ce que je n'accepte pas c'est l'amalgame. Les condamnations que j'entends, proférées par les habituels défenseurs des clandestins de tous poils, appartenant à l'internationale anarchiste de préférence, assimilant les promoteurs de l'amendement à des nazis, avec la même volonté d'utiliser la génétique, sont des discours de propagande faits pour provoquer de l'agitation....et dénués de fondement ! Et je suis triste de voir que certains de nos amis tombent dans le piège et cautionnent la démarche. Evitons le mélange des genres. Autant je peux comprendre que pour des raisons philosophiques on y soit opposé, autant je trouve bien léger de cautionner un discours excessif qui prend en otage la thématique des Droits de l'Homme et la République. Que ces protestataires n'oublient pas que la République doit aussi se donner les moyens de protéger ses citoyens et qu'elle a le devoir d'entourer les procédures qu'elle met en place de toutes les précautions qui respectent la dignité. Et c'est le cas !

Si la gauche n'a pas d'autre solution pour exister que de se jeter dans les bras de Charlie Hebdo, elle est effectivement tombée bien bas.

                                                            


ALLEGRO VIVACE

Livre_allgre L'actualité de ce soir, c'est Jacques ATTALI qui la fait en préconisant le retrait du "principe de précaution". C'est l'avis aussi de Claude ALLEGRE exprimé dans "ma vérité pour la planète". Je laisse naturellement aux auteurs la responsabilité de leurs propos.

                                                                                          

"Le principe de précaution, c'est l'arme contre le progrès, et les hommes politiques de tous bords l'ont approuvé en ne comprenant pas que ce principe était un boomerang qui se retournera un jour contre eux, tous autant qu'ils sont : maires, présidents de conseils généraux et régionaux, ministres, Premier Ministre. Président, peut-être.                                                        Avec ce principe, chaque accident doit logiquement conduire à la sanction de quelqu'un ! Cet accident était imprévisible : vous avez eu tort de ne pas le prévoir !                                                                                                       On a voulu théoriser, trouver un juste milieu entre les adages populaires, "on ne prend jamais assez de précautions" et "trop de précaution nuit", si bien que l'on a accouché de ce que j'appelle un "piège à cons" !                          Chemin faisant on a éliminé la notion de risque, c'est-à-dire la notion de vie. La vie c'est le risque, le risque zéro n'existe pas, sauf quand on est mort !"

Discours dérangeant n'est-ce pas ? Moi j'aime bien quand ça dérange, parce que ça oblige à réfléchir.

                                                      


MUNICIP' ALM...

De quoi va-t-on parler dans la campagne des élections municipales d'Angers. Si les candidats se contentent d'évoquer ce qui touchent aux compétences restant à la commune, on risque bien de rester sur notre faim, parce que mis à part la vie (palpitante) des quartiers, les associations et la culture (et encore, le bruit court que le "Quai" serait refilé à l'agglo), il ne reste pas de grand sujet passionnant à se mettre sous la dent.

On le voit bien avec la conférence de presse que viennent de tenir les compères BECHU et GERAULT : de quoi ont-ils parlé ? Du tramway, bien sûr ! Un équipement d'agglo. Tout ça pour dire que la conquête d'Angers est le passage obligé pour atteindre le siège essentiel pour piloter la ville, à savoir la présidence de l'agglo.

Cette bizarrerie démocratique n'a pas que des avantages. De fait l'agglo est une structure pilotée sans véritable contrôle démocratique puisque son mode de fonctionnement fait qu'il n'y a pas d'opposition constituée digne de ce nom. Et cela a conduit à des déboires comme on a pu le voir avec l'augmentation illégale de la TPU dont le Président a imposé le vote pendant plusieurs années. On n'y fait pas de politique, paraît-il. Mon oeil : et le PLU ? et le PLH ? c'est quoi ? Les documents récemment votés dénotent une véritable intention politique imprégnée d'une "certaine idéologie". Les sensibilités différentes ne peuvent s'y exprimer, ce qui est un moyen commode de "museler" ceux qui ne seraient pas d'accord.

Dans ces conditions, quelle foi accorder aux documents publiés, aux rapports que les conseils municipaux doivent approuver. Un élu me disait :"moi, je fais confiance aux services". Confiance bien mal placée si on prend l'exemple du dossier des déchets pour lequel le service compétent s'est révélé déficient sur bien des aspects du projet mis en oeuvre.

Il reste à espérer un autre mode de fonctionnement, plus proche des citoyens par son mode de désignation, avec une majorité qui décide et une opposition qui contrôle et qui en a les moyens. Ce ne sera pas pour le printemps prochain. Malheureusement.

Il ne reste plus qu'à espérer qu'un nouveau président, plus en harmonie avec son temps, vienne donner un coup de jeunesse à un type de gestion où le "j'te passe la rubarbe, passe-moi le séné" ne sera plus de mise, et face à laquelle un élu pourra dire "non" sans avoir peur de représailles sur les subventions légitimes qu'il a demandées pour financer les projets de sa commune.

                                                            


PILOU, PILOU, PILOU, HE...

"Tu me crois, ou tu ne me crois pas...."

Non, on ne le crois pas, le Pilou quand il parle de ses augmentations d'impôts à Saint-Barthélemy. En médiocre gestionnaire qu'il a été, il continue de confondre budget et trésorerie. Il dit qu'à son arrivée, il a trouvé les caisses de la commune vides : qui peut croire qu'un budget voté en février était consommé en mars ? Ce qui est vrai, c'est qu'il n'y avait plus la cagnotte que permettaient les recettes de la zone industrielle passée dans la TPU, sous le contrôle de l'agglo. Alors, il suffisait de faire ce que font tous les maires de France et de Navarre : appeler les emprunt prévus en attendant les rentrées pour alimenter la trésorerie.

Si les impôts ont augmenté fortement c'est parce qu'on lui a conseillé de se donner une bonne marge de manoeuvre en début de mandat pour mener à bien ses onéreux projets. Ainsi, l'augmentation décidée se reporte d'année en année. C'est pour pouvoir financer son projet de "complexe aquatique"  et son nouveau "coeur de ville" qu'il a augmenté les impôts de 18% dès 2002. Et il a récidivé l'année suivante par une nouvelle augmentation de 5%, soi-disant à cause de la condamnation de la commune dans l'affaire de la Morlière. Certes, ce fut un mauvais coup, inédit, et qui a interloqué toute la classe politique. Mais la ficelle est un peu grosse. Ce qui a bloqué Mr "quartdesvoix", c'est son dérapage dans le financement du centre-bourg, qui a fait émarger la commune de 2 millions d'€ prévus à 6,5 millions effectifs, ses pavés de granit chinois et sa mirifique fontaine à 100 000 €... Heureusement il a été balayé avant d'avoir attaqué la piscine, sinon on aurait encore "plongé" !

                                                                   


DETAIL

"détail : petit élément constitutif d'un ensemble et qui peut être considéré comme secondaire." Voilà la définition qu'en donne le Petit Larousse. Evidemment, on est loin de la redondance "lepénisée" que le mot a pris quand il est associé aux chambres à gaz.

Mais voilà, le Premier Ministre a utilisé le mot tabou dans un contexte qui pourrait être "lepénisé" puisqu'il s'agit de la loi sur l'immigration et de son article sur le test ADN. Je ne suis pas suffisamment documenté sur les tenants et aboutissants de cette disposition et je me garderais bien d'émettre un avis. Je sais simplement qu'une quinzaine de pays d'Europe ont pris une disposition du même type sans se poser les problèmes de conscience qui agitent notre classe politique et certains de nos médias. Il n'en fallait pas plus pour que tous les directeurs de conscience (bonne de préférence) de l'hexagone se jettent sur le mot pour le livrer à la vindicte... et en faire l'exégèse bien qu'il ne fût pas extrait de la Bible.

Eh bien je vais vous dire : je connais le père François, il ne résiste pas à ce genre d'humour et je suis certain qu'il l'a fait exprès. Et je l'imagine en train de bien rire à voir tous ceux à qui il destinait le mot, se le disputer. Pendant ce temps-là, ils sont occupés !

Au Conseil National de l'UMP, il a fait une autre citation que seuls les initiés peuvent comprendre : "le tandem vous salue bien !", a-t-il dit en parlant de ses relations avec le Président. Référence explicite au "gorille" (en l'occurence Lino Ventura) et au film éponyme célèbre. Le nom du gorille dans le film, c'est Géo PAQUET : tout un programme pour le Premier Ministre. Je verrais bien maintenant dans ses prochaines interventions, pour stigmatiser ses adversaires et les grèves qui se préparent, quelques extraits de pur AUDIARD tirés des "Tontons flingueurs" du genre "les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît"...

                                                      


INCINERATEURS

P4070006"20 minutes", le gratuit parisien se fait l'écho du rapport inquiétant sur les incinérateurs remis par un groupe de médecins et de scientifiques (dont le cancérologue Dominique BELPOMME) aux Ministres de l'Ecologie et de l'Intérieur. "Un rapport accablant sur les effets de l'incinération sur la santé" commente le journal. Les auteurs du document se prononcent pour un moratoire sur la construction de nouveaux incinérateurs et préviennent : "Attention à ne pas refaire l'erreur de l'amiante".... Puisse le "Grenelle de l'environnement" apporter une réponse emprunte de sagesse à leur cri d'alarme.

                                                                                    


ALLEGRO VIVACE

Livre_allgre Restons dans les sciences avec cette pensée forte de Claude ALLEGRE, extraite de "Ma vérité sur la planète" :

"Beaucoup trop de Français sont prompts à s'émouvoir lorsqu'on parle de la destruction de la forêt tropicale au Brésil ou en Malaisie, du recul des coraux de la grande barrière d'Australie ou de la disparition du tigre blanc de Sibérie, mais ne font rien ou presque pour préserver la biodiversité de leur propre pays, que ce soit dans leurs rivières ou leurs forêts. Pourtant, c'est d'abord à l'échelle locale qu'il faut se mobiliser..."

Et de préciser ensuite comment agir en développant les réserves de biosphère, en reconquérant les biotopes naturels d'une manière plus diversifiée et plus progressive, et en se mobilisant pour lutter contre la pollution de nos rivières.


RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Une conférence est médiatiquement passée complètement inaperçue et pourtant elle valait le déplacement : en effet, l'autre samedi (le 29 sept), Jean JOUZEL était l'invité de Saint-Barthélemy pour la fête de l'environnement. Une conférence faite par le N°1 français de la recherche sur le sujet du réchauffement climatique, très accessible et passionnante, suivie d'un débat tout aussi intéressant, bien que l'auditoire soit resté assez restreint (moins de 100 personnes). Nous avons été séduits par la rigueur du scientifique, aussi limpide dans sa présentation, images et chiffres à l'appui, que courtois dans ses réponses, claires et précises. Un homme dont on prend plaisir à découvrir le contact humble et en même temps chaleureux.

J'en ai retenu quelques idées : il y a urgence à agir ! (ça on le savait) et la démonstration sur la part anthropique dans le réchauffement est implacable. Mais tout ce qu'on fait maintenant n'aura de répercussion qu'après ... 2050 ! La montée des eaux de 6m (film d'Al Gore) : "oui, mais ce sera dans plusieurs siècles. Pour la fin du siècle ce sera au maximum 60 cm". "La calotte glaciaire du pôle nord fond beaucoup plus vite que prévu : cela prouve que nos modèles mathématiques sont perfectibles...". "Les positions du GIEC sur le réchauffement climatique et le rôle des gaz à affet de serre ont progressé : depuis 1991, où on disait 'peut-être', on arrive en 2007 à 'très probable' et à une fourchette de réchauffement qui varie de 1,8° à 4° pour la fin du 21ème siècle"...

Un trop bref aperçu d'une soirée passionnante. Pas de journaliste pour couvrir la venue d'une personnalité que les plateaux de télé du 20H  se disputent.... Il est vrai que c'était un samedi soir. On a les médias locaux qu'on mérite.

                                                                     

                                                                                 


GEANT !!!!!!!!!!

20 à 18 !

Ils l'ont fait ! Et pourtant on n'aurait pas donné cher de leur peau. Mené de 10 points à la mi-temps, "les petits" ont réussi l'exploit. Quel match !!

Pour moi, demain, c'est le même menu : "du vin et des huitres" !!! Si, si, pour fêter ça !

ALLEZ LES BLEUS !

                                                            


RATIONALISER L'ETAT

Entre 1982 et 2003, les effectifs des fonctions publiques ont augmenté beaucoup plus vite, en proportion,  que dans le secteur privé. La fonction publique territoriale, avec la décentralisation a grossi de 42%, pendant que celle de l'Etat, qui aurait dû diminuer du fait des transferts de compétence, prenait, elle, 14%. La fonction hospitalière publique de son côté a augmenté de 28%. Y a-t-il une logique ? La question mérite d'être posée parce que partout, on crie au manque de postes : autrement dit, il faut toujours plus de fonctionnaires ! Tout cumulé, cela fait tout de même plus de 5 millions de personnes.  Et on n'a pas assez de policiers, d'infirmières ; l'éducation ne fonctionne pas bien....

De deux choses l'une : où il y a des personnels qui se la coulent douce, ou ce sont les tâches qui augmentent. C'est probablement vrai dans la santé. Mais il est évident que les vases communicants entre l'Etat et les collectivités territoriales n'ont pas fonctionné, pour toutes sortes de raisons, à commencer par la principale : le sacro-saint statut. Tout de même on aura du mal à me faire croire qu'il y a toujours plus de travail au Ministère des Anciens Combattants. Il semble bien que ce qui manque à l'Etat, c'est une vraie gestion de la ressource humaine. Elle serait pourtant facile à organiser. Les ordinateurs permettent aujourd'hui ce qui était difficile hier. N'oublions pas que lorsque un fonctionnaire est titularisé, il est inamovible pour 40 ans et continuera d'émarger au budget de l'Etat pour sa pension. C'est une donnée qu'on doit prendre en compte au départ. Si je prends  le système éducatif, c'est bien le secteur ou tout est prévisible : on connaît le nombre des naissances, le temps de parcours des élèves, les taux de redoublement, la répartition par niveaux, la durée de la carrière des prof' et le nombre d'heures qu'ils produisent. On doit pouvoir en déduire le nombre de prof' nécessaires, année après année, non ? ..... et la politique de recrutement qui doit l'accompagner.

On voit bien qu'on bon coup de "jeune" est nécessaire. On devrait pouvoir faire mieux avec moins de fonctionnaires, mieux outillés et mieux payés. Il faut aussi un Etat mieux organisé, qui n'hésite pas à tailler dans les "doublons", et ils sont nombreux entre fonction publique d'Etat et territoriale. Il faudrait des cadres plus simples que la multiplicité des statuts qui existent actuellement et qui compliquent constamment la gestion. Au moment où la génération du baby boom va quitter la vie active, s'offre la possibilité d'ajuster relativement facilement les effectifs. Encore faut-il bien viser et bien "cadrer". De toutes façons, l'endettement de l'Etat est un puissant adjuvant.