ECHO... D'ECOCYCLERIE
GEANT !!!!!!!!!!

RATIONALISER L'ETAT

Entre 1982 et 2003, les effectifs des fonctions publiques ont augmenté beaucoup plus vite, en proportion,  que dans le secteur privé. La fonction publique territoriale, avec la décentralisation a grossi de 42%, pendant que celle de l'Etat, qui aurait dû diminuer du fait des transferts de compétence, prenait, elle, 14%. La fonction hospitalière publique de son côté a augmenté de 28%. Y a-t-il une logique ? La question mérite d'être posée parce que partout, on crie au manque de postes : autrement dit, il faut toujours plus de fonctionnaires ! Tout cumulé, cela fait tout de même plus de 5 millions de personnes.  Et on n'a pas assez de policiers, d'infirmières ; l'éducation ne fonctionne pas bien....

De deux choses l'une : où il y a des personnels qui se la coulent douce, ou ce sont les tâches qui augmentent. C'est probablement vrai dans la santé. Mais il est évident que les vases communicants entre l'Etat et les collectivités territoriales n'ont pas fonctionné, pour toutes sortes de raisons, à commencer par la principale : le sacro-saint statut. Tout de même on aura du mal à me faire croire qu'il y a toujours plus de travail au Ministère des Anciens Combattants. Il semble bien que ce qui manque à l'Etat, c'est une vraie gestion de la ressource humaine. Elle serait pourtant facile à organiser. Les ordinateurs permettent aujourd'hui ce qui était difficile hier. N'oublions pas que lorsque un fonctionnaire est titularisé, il est inamovible pour 40 ans et continuera d'émarger au budget de l'Etat pour sa pension. C'est une donnée qu'on doit prendre en compte au départ. Si je prends  le système éducatif, c'est bien le secteur ou tout est prévisible : on connaît le nombre des naissances, le temps de parcours des élèves, les taux de redoublement, la répartition par niveaux, la durée de la carrière des prof' et le nombre d'heures qu'ils produisent. On doit pouvoir en déduire le nombre de prof' nécessaires, année après année, non ? ..... et la politique de recrutement qui doit l'accompagner.

On voit bien qu'on bon coup de "jeune" est nécessaire. On devrait pouvoir faire mieux avec moins de fonctionnaires, mieux outillés et mieux payés. Il faut aussi un Etat mieux organisé, qui n'hésite pas à tailler dans les "doublons", et ils sont nombreux entre fonction publique d'Etat et territoriale. Il faudrait des cadres plus simples que la multiplicité des statuts qui existent actuellement et qui compliquent constamment la gestion. Au moment où la génération du baby boom va quitter la vie active, s'offre la possibilité d'ajuster relativement facilement les effectifs. Encore faut-il bien viser et bien "cadrer". De toutes façons, l'endettement de l'Etat est un puissant adjuvant.

                                          

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)