Previous month:
novembre 2018
Next month:
janvier 2019

ECONOMIE : DIX VERITES QU’IL FAUDRAIT PRENDRE EN COMPTE !

Dix préjugés

 

Terminons l’année en beauté, avec une leçon d’économie donnée par Jacques de Larosière, histoire de donner de bons conseils à ceux qui auraient, un jour, l’idée géniale de vouloir redresser la situation de notre pauvre pays. Jacques de Larosière, ancien directeur du FMI à Washington, ex-gouverneur de la Banque de France, est aujourd’hui une exception, un homme hors Système qui parle vrai en matière économique. Le titre de son dernier ouvrage est tout un symbole : Les 10 préjugés qui nous mènent au désastre économique et financier.

Spéculation contre production.

Et  c’est en citant l’incontournable Georges Maynard Keynes (encore lui) qu’il commence son ouvrage : « Lorsque l’organisation des marchés financiers se développe, l’activité de spéculer l’emporte sur l’activité d’entreprendre. »  En bref : il dénonce la financiarisation extrême de l’économie mondiale actuelle et il est convaincu que la politique monétaire très laxiste menée par le président de la Fed, Alan Greenspan, de 1987 à 2006, a conduit à une surabondance de crédits et à la crise des « subprimes » de 2007-2008. Une bien belle vérité si l’on observe le fonctionnement de l’économie planétaire depuis qu’en 2008, la  crise des subprimes nous a explosée au nez.  Les capitaux n’allant pas à l’économie réelle, la compétitivité en souffre évidemment. En France, les  biens d’équipement continuent d’être pénalisés par des prix trop élevés et d’insuffisantes innovations. En ce qui concerne le rapport moyen qualité-prix nous restons dans la moitié inférieure du classement européen.

Le choix de l’endettement.

De même, il s’élève contre l’hyper-endettement des gouvernements, des entreprises et des particuliers et la folie de la politique d’assouplissement quantitatif des banques centrales créant des liquidités monétaires pour mettre fin au krach de 2008. La dette publique française a pratiquement doublé en 10 ans. Dans la même période, 700 000 emplois ont été créés dans les collectivités locales sans que l’augmentation de la population ou l’amélioration des services rendus ne les justifient. Ces dérives sont liées au laxisme financier global. Jacques de Larosière estime, également, que la politique des taux d’intérêt nuls ou négatifs est de la folie pure et simple. L’effet pervers de ces  politiques conduit à dérégler le système par la facilité qu’offrent le crédit et l’endettement alors que, par exemple, rien n’a été fait, en France, « pour allonger impérativement l’âge de départ en retraite ». Elles ont empêché les réformes structurelles du monde réel.

La course est engagée entre l’inflation et les taux d’intérêt.

Il est donc impératif de remonter les taux d’intérêt, suite à l’inflation qui devrait atteindre 3,5 % aux États-Unis, bien que Jay Powell, le président de la Fed, commence à fléchir, à douter quant au nombre de hausses de taux d’intérêt en 2019, qui pourraient être ramenées à deux au lieu de quatre. Seule a été confirmée, la majoration de 0,25 % du 19 décembre dernier, suite aux pressions de Trump et de Wall Street. Parallèlement, si on veut éviter la catastrophe, il faudrait assainir les finances publiques et réduire l’endettement. Un chemin que ni les Etats-Unis, ni la France n’ont décidé d’emprunter pour l’instant. Et pour cause : la Bank of America Merrill Lynch a déjà averti officiellement que la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis pourrait déclencher une nouvelle crise. Le renoncement à la hausse des taux d’intérêts,  qui ne peut être que provisoire, aura pour effet de prolonger la vie des « entreprises-zombies ». General Electric, par exemple, est présentement fragilisée par la hausse des taux d’intérêt. Ses ratios financiers se sont détériorés et sa capitalisation boursière est descendue en dessous de sa dette de 110 milliards de dollars.

Le système bancaire et la bourse.

Les banques ne sont pas en reste : elles maquillent leurs ratios financiers pour rassurer la galerie et mentent sur la réalité de leurs capitaux propres, ce qui permet aux médias d’affirmer qu’elles sont plus solides, en passant également sous silence le problème de l’hyper-endettement qui mènera à l’explosion. Des traders londoniens estiment que le système est redevenu très fragile  et n’hésitent pas à dater le prochain krach à mars ou avril 2019, au moment du Brexit et des élections européennes. D’autres paramètres sont inquiétants : l’indice du Dow Jones rapporté au prix de l’once d’or tourne autour de 20, ce qui est phénoménal et dépasse le niveau de 2008. L’indice Wilshire 5.000, qui compare la valeur boursière des actions américaines au PIB américain, est à 1,4, soit au même niveau très élevé qu’en 2000, et supérieur, même à 2007. Ce qui semble n’émouvoir personne ! Un système monétaire international n’est qu’une manière de coordonner les  politiques économiques des grands acteurs.  Mais les données politiques actuelles ne semblent guère compatibles avec cette conception de l’intérêt collectif, car toute coordination implique une certaine limitation de la souveraineté si on veut maximiser le « bien commun ».

Un krach, c’est comme la mort.

L’événement est certain, mais personne ne connaît l’heure fatidique. Dans l’attente, le Système et les médias passent leur temps à mentir et à rassurer. On voit venir la catastrophe mais comme  on ne sait pas comment arrêter le mécanisme, on ferme les yeux. C’est l’un des paradoxes les plus étranges de notre temps : « Abondance de savoir et pauvreté du savoir, on ne veut pas tirer les bonnes leçons », constate Jacques de Larosière.  Et il précise : « il  me semble que c’est une erreur d’attendre des économistes qu’ils prédisent avec précision les ruptures et les crises ».

Jacques de Larosière, les 10 préjugés qui nous mènent au désastre économique et financier.  Odile Jacob.


PIETRES ECONOMISTES !

économie pour les nuls

 

Mais comment se fait-il que les dirigeants politiques soient si nuls en économie ? Nous en France, on a une excuse : on a l’ENA ! Mais les Etats-Unis, tout de même, avec leurs  grandes universités, la  patrie de Georges Maynard Keynes … !

Données brutes.

Aux Etats-Unis, le déficit du commerce extérieur explose malgré la guerre commerciale engagée par Trump avec comme objectif de  « protéger » son  pays, et sa relance entraîne une surchauffe qui va précipiter le « retournement cyclique » de l’économie au lieu de l’avoir contré. En France, la dette avoisine les 100% du PIB et les récents événements conduisent à une aggravation des déficits et de l’endettement. Mêmes causes, mêmes effets. L’économie a ses règles et elle est têtue. Pourquoi sont-ils donc si mauvais ? Nos dirigeants occidentaux sont de piètres économistes qui ne connaissent même pas leurs fondamentaux. Et ce n’est pas la faute de Keynes, considéré par nos technocrates comme l’alpha et l’oméga de toute politique économie.

Trump et l’Etat-dealer.

Le Président américain mène les Etats-Unis comme on joue au poker. Il veut une « America great again ». Il  y a de fortes chances qu’il la laisse plus faible qu’il ne l’a trouvée.  Ses tweets rageurs, ses rodomontades, ses esbroufes ne trompent plus personne. La réalité c’est qu’en dehors du rapport de force, il ne connait  rien au fonctionnement de l’économie au-delà des réactions spasmodiques des  marchés et de la bourse qui le font enrager. Ses fausses négociations ne cherchent qu’à faire croire plus qu’à réellement aboutir. Mais la réalité le rattrape : ainsi sa volonté de doper l’économie américaine à coups de baisses massives d’impôts a eu pour effet de creuser massivement le déficit commercial américain à 55,5 milliards de dollars rien  que pour le mois d’octobre, par la  baisse conjuguée des exportations et l’augmentation des importations stimulées par une forte demande intérieure. C’est tout simplement un record !  Voilà ce qui arrive quand on est à la tête d’un pays qui n’est plus capable de produire suffisamment pour répondre à la demande et qui voit ses exportations contrariées par des mesures de rétorsion.  Pire, l’acier, pourtant taxé à 25%  depuis le mois de mars, continue d’entrer massivement pour alimenter les industriels en matière première, contribuant à l’inflation. Comme quoi il parait simple de favoriser les producteurs américains avec des analyses simplistes.  Les effets néfastes de cette politique, qui étaient prévisibles, ne s’effaceront pas avec un coup de colère. Contentons-nous de constater : sa mauvaise connaissance de Keynes l’a conduit à produire une double erreur. On ne relance pas une économie qui va déjà bien. Et on ne le fait pas sans avoir préalablement assaini les finances, sinon, on aggrave la situation. Trump ne récoltera donc que des fruits amers. Son entêtement dans son bras de fer avec les démocrates, en provoquant le « shutdown » prolongé de son administration,  est surréaliste mais inquiétant : il préfère la paralysie de son pays plutôt que composer. De même,  il n’a pas l’air de comprendre la volonté d’assainissement de la Fed quand elle remonte les taux d’intérêts. Les spasmes de la bourse viennent ajouter au tableau. On découvre qu'après neuf  ans de progression ininterrompue, la croissance peut ralentir. On découvre aussi que le monde a surmonté la crise de 2008 en créant artificiellement une masse incontrôlable de dettes. Ce dont Trump n’a cure.

Les énarques gestionnaires mal avisés.

L’américain Georges Meynard Keynes est la référence en matière d’économie pour nos énarques  et notre gauche démocrate-socialiste. Ils n’ont retenu de lui que « la  politique de stimulation de la demande »  pour maintenir l’activité  et favoriser la croissance. C’est en s’appuyant sur ce principe que depuis près de quarante ans, nous avons dans notre pays une progression continue des dépenses budgétaires, avec un Etat qui a grossi de 40% depuis les années 70,  qui a accru les prélèvements de 25%, passant à 57% du PIB, et comme c’était loin de suffire, la dette  a  grimpé pour atteindre 100% du PIB. Sans pour autant apporter une réponse satisfaisante en matière de croissance et d’emplois. Un peu trop court comme définition !  Car Keynes n’a jamais préconisé une hausse ininterrompue de la dépense publique et de l’endettement. Il exposait d’ailleurs qu’il fallait limiter le montant des prélèvements obligatoires à 25% du PIB parce qu’au-delà, l’excès d’impôts nuisait à l’activité !!!  De  même, nos technocrates se réfèrent encore au « maître » qui avait expliqué pour la crise de 1929 que « la restriction des crédits avait été une erreur aggravante ». D’où la politique des banquiers centraux qui ouvrent grand les vannes à chaque choc : abaissement des taux et rachat d’actifs par milliards.  Là encore, Keynes avait indiqué qu’en dessous d’un certain seuil -un taux d’intérêt minimal- une politique monétaire trop expansive joue contre elle-même. De fait, déficits budgétaires et relances monétaires excessives ont contribué à entraîner le monde dans une financiarisation extrême, détachant la finance de l’économie réelle et créant des bulles et des crises à répétition. Ce manque de culture et de lucidité, on en paie le prix aujourd’hui. On  pourrait y ajouter le manque de courage : l’argent facile a trop souvent permis aux politiques de « gagner du temps » et différer les  réformes structurelles telles que allègement de l’Etat, ajustement de l’éducation, adaptation à la concurrence… Et on continue, avec Macron, de marcher sur la tête. Le débat serait donc en France entre trop et pas assez de libéralisme  ? Avec une culture économique aussi pauvre, c'est évidemment un leurre.  D'ailleurs, les statistiques parlent d'elles-mêmes : nous avons l'Etat le plus socialisé de la planète. Vous constaterez, comme moi, que lorsqu'on parle d'augmenter le pouvoir d'achat, on ne parle  jamais en même temps d'augmenter la création de richesse qui le permettrait. 

 

 

 

 


RIC, IMMIGRATION et C°

Haddock cons BIS

 

Le jeu trouble des médias.

L’engagement est passé à  la trappe  sans que les médias ne s’émeuvent. Le Président avait bien dit le 10 décembre dans les 13 minutes de son discours que « l’immigration » était un problème  que nous devions affronter. Hélas, dès le lendemain on apprenait incidemment que le sujet ne ferait pas  partie du « grand débat (lage) » national. Les protestations de sa gauche d’« En Marche » étaient passées par là. Va pour le virage social à 15 milliards non financés, mais l’immigration était une concession insupportable et trop « identitaire » (parait-il) ! Alors en attendant on nous « beurre la  tartine » jusqu’à ne plus en pouvoir  avec  le nouveau sujet à  la mode : le  RIC ! « Que le grand cric me croque », aurait dit Archibald.

Invention de gilets jaunes en mal de démocratie,  voici donc le « Referendum  d’Initiative Populaire », nec plus ultra de la  démocratie directe, mieux que  la  « démocratie participative » de Ségolène, comme si la démocratie représentative ne suffisait pas. Le prof d’histoire que j’ai été (et suis encore parfois la nuit dans mes rêves) a de bonnes raisons d’être méfiant : ce genre de fausse bonne idée sortie de la tête de démagogues parfaitement récupérés  par l’extrême gauche ne me dit rien qui vaille. Non seulement  elle pue le populisme, mais elle peut déboucher sur la dictature de « Madame Michu ». Ce sont les mêmes engrenages qui ont conduit à la « Terreur » en 1794. Je n’aurai pas la prévention d’un Stanislas Guérini, ci-devant patron désigné de  la REM par un système de « démocratie réduite au laquais », qui l’illustre en agressant Laurent Wauquiez (ça aussi c’est  à la mode).  Au moins ce dernier a-t-il été élu à  la tête des  Républicains dans des conditions autrement plus sérieuses.

Mais les médias en boucle ne se contentent pas de faire le tri des sujets, ils font aussi le tri des invités dans leurs débats.  Avez-vous remarqué  qu’ils suivent peu ou prou la stratégie présidentielle qui consiste à éliminer tout ce qui pourrait exister  entre Macron et  les  extrêmes.  Exit donc les représentants LR et PS,  réduits à la portion congrue, alors qu’on fait tapis rouge aux  mélenchonistes et à Jordan Bardella, du Rassemblement national. Voilà un jeu dangereux. Quant aux « gilets jaunes », j’ai été surpris de voir que leurs porte-paroles dûment affublés de la tunique canari, quand ils ne disaient pas trop de bêtises étaient bien souvent des fonctionnaires syndicalistes habilement infiltrés et parfaitement rôdés. Dominique Wolton   a écrit sur le sujet un article remarquable  dans le Télégramme de Brest : « Aujourd’hui, on tend le micro à n’importe qui ». 

L’immigration en rade.

Donc le grand débat national va s’emparer du RIC (Hérissé : tout un programme) et fera l’impasse sur le sujet « immigration », que pourtant dans son discours le chef de l’Etat liait à la « réflexion sur l’identité profonde de la Nation ». Et c’est la seule question pour laquelle il a précisé : « Il nous faut l’affronter ». L’intention était donc bien présente. Comment peut-on imaginer avoir un débat  en laissant de côté cette question. L’immigration ne fait-elle pas partie des  sujets qui troublent les Français ? Alors pourquoi cette reculade ? Il faut croire que la  pression ait été forte de la part  des éternels indignés qui voient du racisme partout et qui plaident pour une société communautariste. A moins que le Président soit à ce point si faible ! Mais alors qu’attend-on de ce « grand débat » ? S’agit-il d’écouter enfin la France profonde en libérant sa parole pour que les citoyens disent ce qu’ils ont en travers de la  glotte ou d’un exercice dérivatif destiné à  habiller des réformes que le pouvoir ne parvenait pas à faire aboutir.. Emmanuel Macron voulait combattre les tabous et regarder la réalité en face. Les partisans du déni lui imposent de se déjuger. Il y a gros à parier qu’on parlera quand même de l’immigration parce que d’autres s’en empareront pour en faire leurs choux gras électoraux. D’autant plus que la France a signé en douce le « pacte de Marrakech » proposé par l’ONU sur la régulation des migrations, sans même accorder un débat à la représentation nationale pour en discuter de l’opportunité, ce qui aurait été un minimum.

De gaulle, au secours, ils sont revenus !

« Ils » ce sont les vieux démons de la France. Macron a laissé entrevoir son intention : il y a gros  à parier qu’il va profiter de l’aubaine pour vendre ses projets mortifères pour la République avec  sa réforme constitutionnelle fourre-tout. On va introduire la proportionnelle pour faire  plaisir à Mélenchon,  Le Pen et Bayrou, et rendre ainsi la France ingouvernable. On va  réduire le pourvoir de contrôle du parlement sur l’exécutif  alors que celui-ci est déjà bien aléatoire. On veut diminuer drastiquement  le nombre de parlementaires : quelle drôle d’idée que d’éloigner les élus un peu plus du peuple au moment où celui-ci  demande de la proximité. On va donc affaiblir le Parlement. Je ne sais pas ce qu’apportera le « referendum d’initiative citoyenne », au moment où la démocratie représentative est mise à l’épreuve des temps et doit subir tous les mépris : mépris de la technocratie qui ne respecte  même pas un referendum comme celui de NDDL ;  mépris du gouvernement envers le parlement par le biais de ses sbires élus, cette majorité présidentielle traitée comme de la valetaille interdite d’amendements et assignée aux « éléments de langage », auquel s’ajoute le mépris de l’opposition qu’on enferme dans l’inutilité en refusant tout ce qu’elle propose même ce qui va dans le sens de l’intérêt général.  Mais ce qui fait le plus peur, c’est le mépris du peuple pour les élus qui ne penseraient qu’à leur carrière, et la représentation nationale jugée  incompétente,  corrompue, trop payée…  Dans ces conditions, il faut craindre le pire. Et pendant ce temps-là, les « experts », qui sont souvent à l’expertise ce que je suis à la monasticité, pérorent sur les chaines à débats continus, pour expliquer au « peuple crétin » ce qu’il est censé comprendre …

Surfiscalité, mépris, incompétence, peur… Ce sont les mêmes ingrédients qui ont conduit maintes fois à la révolution. Déjà au cours de l’été 1789, la « grande  peur » fondée sur des rumeurs (on dirait aujourd’hui des fake news) de complot  aristocratique se répandait à travers toute la France brûlant les châteaux …. Aujourd’hui on brûle des péages d’autoroute !

 


LA BATAILLE DU POUVOIR D’ACHAT

Contribuable détroussé

 

Edouard Philippe en fait son leitmotiv.

Dom Quichotte contre les moulins… En cela, il relaie les imprécations de son Ministre des Finances, Bruno Le Maire et de son acolyte de l’Action et des Contes (sic) Publics. Alors,  voilà confiée une nouvelle fois à l’Etat  la tâche ingrate de distribuer ce que notre économie  n’a  pas permis, conformément aux décisions du Technocrate en chef, Macron-le-Généreux.  De la simple parole à l’exécution, il y a  tout un  monde technocratique. Rien n’est plus compliqué que de verser 100€ à un smicard quand ce n’est pas  le  patron qui débourse. Ces 100€ d'augmentation du SMIC vont donc passer par la prime d'activité. Et selon «  les Échos », même si le nombre des bénéficiaires de la prime d'activité (40% aujourd'hui) va augmenter, seulement 55% des Smicards vont toucher la prime. Forcément ça ne va pas  plaire... Les smicards dont les conjoints sont mieux rémunérés seront donc exclus !  Dans les mêmes « Echos », notre Premier Ministre détaille l’application des promesses. Les heures supplémentaires seront bien défiscalisées et exonérées de charges sociales mais elles seront plafonnées à 5 000€ (bah oui, tout ça c’est  à crédit)  pour éviter les effets d'aubaine. Et la mesure sur l'annulation de la CSG pour les retraités dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas 22580€ est bien confirmée. Tant pis pour les autres : il faut bien des poires. Ils tapent encore à côté du clou !

Le  casse-tête du trou à combler.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ces dépenses n’étaient pas prévues, auxquelles il faut ajouter  le manque à gagner des taxes annulées. La France va encore se ridiculiser à Bruxelles. Et  les  Italiens se  marrent. Le déficit public, selon Édouard Philippe, sera de 3.2% en 2019... Avec une prévision de croissance maintenue à 1.7%.Ce qui est très optimiste et surtout on évite d’évoquer le trou que la croissance de cette année va laisser. Je maintiens qu’elle va plafonner à 1% ! Pour économiser, le gouvernement va donc décaler la baisse des impôts sur les sociétés de 33% à 31% pour les sociétés qui ont plus de 250 millions d'euros de CA. Il devrait y avoir aussi une taxe sur les GAFA en 2019, tant pis si on se prend une volée de mesures de rétorsion ... Mais  toujours pas de réformes structurelles pour réduire les dépenses publiques. Ils sont incorrigibles !  La vérité, c’est qu’un ministre de Bercy n’a aucun véritable levier pour garantir cette promesse de bonheur qu’est l’augmentation du pouvoir d’achat. Dans le schéma technocratique, avec nos économies ouvertes sur le vaste  monde, aux politiques monétaires et budgétaires contraintes,  le jeu s’avère toujours être à somme nulle : on prend aux uns pour donner aux autres en se servant des canaux de la fiscalité et de la  redistribution. Ce faisant, on constate que les gagnants sont toujours les mêmes, et les perdants existent forcément en face. Comme la richesse  produite est insuffisante pour financer ce  pouvoir d’achat factice,  fruit d’une décision politique et non d’un résultat obtenu, on a recours  à  l’endettement. C’est une solution très utilisée par nos gouvernements qui augmentent le pouvoir d’achat de leurs électeurs  en laissant à leurs successeurs le soin de régler la facture. Si je vous disais que la France a abusé de ce subterfuge, vous ne me croiriez  pas, avec une dette qui frôle les  100% du PIB. Prendre  aux entreprises  pour donner aux ménages ne vaut guère  mieux : on grignote les  marges, on réduit la  compétitivité, on  augmente le  nombre de chômeurs,  avec  en prime le déficit du commerce extérieur. Chez nous on combine les deux procédés avec le succès que l’on sait. Et Pénicaud s’étonne que le chômage ne baisse pas.

Il y avait pourtant un moyen bien plus simple.

L’Etat va décaisser 15 milliards (et pas 10) pour financer les décisions de Macron. Il suffisait de baisser les charges qui  pèsent sur les entreprises d’autant : il y a  gros  à parier qu’en six mois, avec  l’amélioration de  la croissance ainsi générée, l’économie nationale aurait été en mesure d’augmenter les salaires probablement dans les mêmes  proportions et de façon bien plus harmonieuse qu’avec cette mesure plaquée sur un cadre rigide (le smic) qui génère toutes de sortes d’effets  pervers, à commencer par  le tassement de  la hiérarchie des salaires, et augmente l’iniquité fiscale puisque les couches moins défavorisées  n’ont droit à rien. Evidemment, en même temps, il aurait fallu engager des réformes qui permettent de diminuer la dépense publique. Car il faut réunir trois conditions pour obtenir une vraie augmentation du pouvoir d’achat. D’abord, empêcher l’inflation : la BCE s’en charge et plutôt  bien. Ensuite,  assainir les finances publiques est un préalable à toute augmentation du pouvoir d’achat. Enfin, il faut de la croissance, que l’on obtient par l’expansion économique, c’est-à-dire par la compétitivité des entreprises. Ces trois conditions ont été réunies par le plan Pinay-Rueff de 1958 et valut à la France  un joli « redressement » et de belles années de prospérité avec augmentation annuelle du pouvoir d’achat qui frisa les 10%.

Comme le gouvernement s’entête sur le mauvais  chemin, on n’est donc pas au bout de la crise !

 


COMME QUOI LES STATISTIQUES N’EXPLIQUENT PAS TOUT !

étatisme

 

Comment expliquer que dans le pays le plus égalitaire et le plus « redistributeur » d’Europe et du monde développé, le peuple se sente  bientôt le plus malheureux de la planète et le plus pessimiste quant à son avenir et celui de ses enfants. Vrai paradoxe qui mérite approfondissement si on veut comprendre la révolte des « gilets  jaunes ».

Ce que les statistiques nous disent.

Elles nous disent que nous ne devrions pas nous plaindre. Vous ne le croirez  pas,  mais  notre pays a un niveau de vie « médian » très élevé, sur la 2ème marche du podium des 28  de l’Union européenne, juste devancé par le Luxembourg. « En même temps », c’est  celui qui en fait profiter le plus tous ses  habitants avec  l’un des écarts les plus faibles entre les plus riches et les plus pauvres. Mieux, le revenu disponible des ménages a toujours été en hausse depuis 60 ans, à trois exceptions près, et depuis 1970 le niveau de vie moyen des ménages les plus pauvres a  progressé de près de 20% (en euros constants). En conséquence, nous avons le plus faible taux de ménages pauvres d’Europe et les riches sont plus fortement mis à contribution qu’ailleurs : 1% des ménages les plus riches paient le quart du total de l’imposition directe, la  France est le pays qui impose le plus le capital, même  sans l’ISF. Nos entreprises sont les plus taxées, très au-dessus  de la moyenne de la zone euro (8 points). En résumé, il est bon de le rappeler, la France est championne du monde de la dépense publique (57% du PIB) et des prélèvements obligatoires (47% du PIB), ce qui n’empêche pas les Français d’être insatisfaits de leurs gouvernants, de leurs services publics et même de leur système social pourtant le plus généreux du monde.

Un Etat-providence unique au monde, mais un enfer fiscal.

La « révolte des gilets jaunes » repose sur un paradoxe entièrement contenu dans cette vidéo qui a fait le tour de Facebook avec des  millions de visionnages, celle de Jacline Mouraud :  « Qu’est-ce que vous faites de notre pognon ? ».  Ce cri de ralliement au départ du mouvement tient dans ce cocktail empoisonné qui veut que les pauvres et les classes moyennes s’estiment rançonnés par l’Etat,  tout en voulant garder des services publics toujours présents, même quand ça n’est plus possible, et toujours plus efficaces. Bref : des salaires et des retraites plus élevés, moins d’impôts, plus de services gratuits ! Revendications d’autant plus justifiées que chez nous l’Etat est responsable de tout. Notre histoire est faite de cet effort constant du pouvoir de centraliser la  décision. Il gère des aspects de la vie quotidienne qui sont dans d’autres pays organisés par les familles, les  communes,  les régions,  les  entreprises. Et  Macron a amplifié ce trait : jamais la province et les corps intermédiaires, élus locaux, syndicats, associations, ne se sont sentis aussi dépossédés de leurs responsabilités. La  conséquence en est effectivement une fiscalité confiscatoire. Si on en est là, c’est parce que notre modèle de fonctionnement est mauvais. D’abord, il est essentiellement centré sur la taxation des revenus du travail : 52% en France contre 39% en moyenne dans l’Union. De quoi nourrir fortement la colère de la France qui travaille. Car ce système de redistribution pénalise les classes moyennes : si les plus modestes paient moins en prélèvements qu’ils ne reçoivent en allocations, ceux qui bossent,   c’est-à-dire les classes moyennes dites « inférieures », paient autant qu’elles reçoivent et les « supérieures » se sentent mises à contribution, en proportion, autant que les hauts revenus. Tous les systèmes « sous conditions de ressources » ont donné le sentiment qu’il y avait deux Frances, une qui touche et une qui paie dont lafrustration a augmenté au fil des ans. Depuis des décennies, les classes moyennes sont massivement taxées, faiblement aidées socialement  et de moins en moins bien servies par les administrations.  C’est une réalité. Il  a suffi que l’effort demandé paraisse totalement inéquitable, ce qui est arrivé avec la taxe sur les  carburants qui pesait davantage sur les assujettis à la voiture pour aller au boulot (les périphériques et la province), pour que la colère explose. Ce que Dominique Reynié résume par la formule : « Ce que nous vivons, c’est plus qu’un affrontement entre le peuple et les élites, c’est un conflit entre la société et un État qui donne le sentiment de n’avoir plus d’efficacité sinon pour lever l’impôt ».

Attention à la récupération.

Les « gilets jaunes » maintiennent leur mobilisation pour demain, 15 décembre, malgré les annonces présidentielles. Il y a gros à parier que ce ne seront plus les mêmes. Même Marine Le Pen s’est fendue d’un appel à ne pas manifester. Il n’y a plus que Mélenchon. Le  mouvement va découvrir le principe de « réalité » : « quand on n’est  pas capable de désigner un chef dans ses rangs, d’autres viennent de l’extérieur pour vous asservir ». Et  la  roue révolutionnaire jaune et plutôt  pacifique, va se mettre à rougir, récupérée par les  éternels radicaux qui se sont infiltrés,  trop heureux de l’aubaine qui leur permet de récupérer un mouvement qu’ils essayaient en vain de créer. C’est l’inconvénient des « réseaux sociaux » que d’être un corps intermédiaire gazeux et perméable. La manipulation y est aisée et  incontrôlable. Et  la glissade, on la connaît ! « On veut plus », il suffit de prendre l’argent aux riches. Ils rêvent d’une France  libertaire, entre vie de zadiste et paumés du lève-tard, sans se rendre compte qu’il faudrait un régime de « servitude » à la coréenne pour appliquer un tel  programme. Chez nous, cette  mentalité s’est répandue chez les jeunes, peu enclins à réfléchir à leur avenir professionnel  pour être en adéquation avec les forces économiques, ils sont nombreux à préférer  vivre de minimas sociaux plutôt que de travailler. Si la grogne contre le mensonge de la taxation verte des carburants était lisible, il suffit de voir la vacuité des revendications qui ont suivi,  approuvées par  une large majorité de nos concitoyens, pour comprendre qu’on est face à une vision exclusivement matérialiste de la condition humaine. Ils génèrent la misère morale qui gangrène notre société et rend difficile tout redressement politique.

Quelles voies pour en sortir.

Macron a épuisé son crédit. Il peut promettre tout le contraire de ce qu’il a fait jusqu’à maintenant, en annonçant une réforme profonde de l’Etat qui s’appuierait sur une nouvelle décentralisation, qui  peut y croire ?  Mais il faut pourtant d’urgence remettre les classes moyennes au coeur des enjeux publics. Il faut basculer très vite le financement de la protection sociale sur la TVA à 20% (oui,  je sais, ça fait hurler certains), seul impôt qui fait participer tout le monde plus les importations, plafonner les allocations maladies, retraite et chômage, accroître fortement les incitations à travailler et plus longtemps, augmenter la productivité de l’Etat et des collectivités locales. Ainsi, en limitant les dépenses sociales sans réduire la protection des ménages les plus modestes, on ponctionnerait moins les classes moyennes  et on pourrait allouer davantage au service public. Si nous avions le même  niveau de dépenses sociales que la moyenne de nos partenaires européens, nous libérerions 100 milliards d’euros qui pourraient être alloués à des baisses d’impôts ou à la hausse d’autres dépenses. Et à rembourser notre dette !

 

 


LA FRANCE EN SOUFFRANCE

Marianne pleure

Attentat mardi soir sur le marché de Noël de Strasbourg. Triste. Pas de commentaire.

La croissance a du plomb dans l’aile.

Un petit rayon de soleil dans cet océan de morosité : deux jours de suite que la bourse est dans le vert. Ce soir elle remonte sur les 4 900 points. Les espoirs d'un apaisement des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et les propos de Donald Trump sur un possible accord entre les deux pays alimentent cet optimisme. En Europe, l’Italie proposerait à l’Union européenne de ramener son objectif de déficit pour 2019 de 2,4% à 2% du PIB. Bel effort,  comme quoi les populistes peuvent devenir raisonnables. Chez nous ce sera plutôt l’inverse. La France avait déjà accumulé un retard de croissance par rapport aux autres grandes puissances économiques. Mais l’année dernière, on avait pu croire qu’elle renouait avec une activité plus conforme. Hélas, depuis le début 2018, elle se traine à nouveau et la crise des « gilets jaunes » va provoquer un ralentissement majeur dont nous n’avions vraiment pas besoin. Un ralentissement qui risque de toucher de plein fouet nos TPE et PME. En écoutant Bruno Le Maire, j’ai eu un vertige : il tablait encore hier sur 1,6% pour cette année,  avec un impact de 0,1% en moins quand la  Banque de France l’estime à -0,2%.  Je suis donc allé voir sur l'Insee les chiffres de la croissance 2018 : 0,2 au 1er trimestre, 0,2 au second, 0,4 au 3ème. Et maintenant on peut espérer 0,2 au 4ème selon la Banque de France. Soit 1% pour l’année ! Je voudrais qu'on m'explique comment Mr Le Maire et les médias peuvent annoncer au moins 1,5% ???? Mensonge ? Désinformation ? Il est vrai que 1% de croissance au lieu de 1,7 espéré, ça fait un sérieux trou de plus dans la caisse : quelques 15 milliards d‘euros voir plus. Les conséquences de ce ralentissement risquent d'être rudes pour l'emploi, et, évidemment, pour le déficit public. Des faillites de PME et TPE sont à prévoir, notamment dans les secteurs les plus touchés par la crise : le commerce, la grande distribution, l'hôtellerie, le tourisme et le transport. Et ce ralentissement va automatiquement limiter les marges de manœuvre du gouvernement en matière de relance du pouvoir d'achat. Cela n'empêche pas des irresponsables d'appeler à un "Acte V" samedi prochain et certains vont même jusqu’à inventer un complot avec l’attentat de Strasbourg. Proprement indigne !

Pas de quoi fermer le robinet.

Donc, malgré tout, Macron-Père Noël a ouvert les vannes : coup de pouce de 100€ pour le SMIC qui sortira directement des caisses de la Providence sans qu’il en coûte à l’employeur, en plus de la revalorisation prévue au 1er janvier, les heures supplémentaires complètement défiscalisées, possibilité d’une prime du patron sans charges ni impôts, la hausse des taxes sur les carburants annulée évidemment, ainsi que la hausse de la csg pour les retraites en-dessous de 2 000€. Les évaluations de la dépense faites par Bercy tournent autour de 10 milliards d’euros. Un montant sous-estimé probablement pour ne pas  affoler Bruxelles. On serait plus près de 14 ou 15 milliards en réalité si l’on en croit la calculette d’Agnès Verdier-Molinié, généralement plus fiable. Pour satisfaire les gilets jaunes cela devrait suffire, même si les  premières réactions sont grognonnes.  Mais, que voulez-vous, certains ont pris le goût du pouvoir par la rue et le goût de l'hyper médiatisation des chaînes continues.

Comme d’habitude, on a donc tout fait à l'envers.

Normalement, il aurait fallu d'abord faire des réductions des dépenses publiques avec des réformes structurelles profondes comme l’avait réalisé l'Agenda 2010 de Schröder en Allemagne. Puis on aurait utilisé ensuite les surplus dégagés pour améliorer le pouvoir d'achat en baissant substantiellement les impôts. Chez nous, on fait le contraire. Il resterait à espérer que le gouvernement a prévu d'accélérer la mise en place des réformes indispensables et la réduction des dépenses publiques mais c'est peu probable car il n'a plus aucune marge de manœuvre, d’autant plus que maintenant « l'état de grâce » de Macron est bel et bien terminé. Curiosité : l’année 2019 commence avec un trou financé par la dette et va se poursuivre avec un autre trou, celui généré par le point de croissance qui manque. Le Maire qui annonce des baisses d’impôts va devoir se  transformer en Mandrake.

Voilà où conduisent l’hypercentralisation doublée du mépris des classes moyennes et le déni. La révolte n’a compté finalement que quelques dizaines de milliers de personnes et elle n'aurait pas eu autant de retentissement sans... les casseurs. C’est bien dommage d’avoir été obligé d’en passer par là pour être (un peu) entendu. Un effort a été fait, mais la plus grande partie des classes moyennes est encore tenue à l’écart.

 

 


LE PERE NOËL EST PASSE

Noel

Ou plutôt Saint-Nicolas…

A quelques jours près, la coïncidence aurait été amusante  puisque Saint-Nicolas passe le 6 décembre. La seule personne qui peut aujourd'hui sortir la France de la crise ressemble fortement à celui qui vient apporter les cadeaux. Il est descendu ce soir du haut de son trône élyséen avec une bonne quinzaine de milliards à distribuer. Il ne manquait que la voix doucereuse de Tino Rossi en fond sonore. La  magie de Noël va-t-elle opérer ? Ce soir on a  donc appris ce que le Président, prophète de l’Etat providence, (donc ceux qui paient l’impôt), a offert comme cadeaux au-delà de la suppression de la taxe sur les carburants pour 2019 déjà obtenue. Une jolie liste, en vérité,  bien technocratique à souhait : une prime de 100€ à chaque smicard qui ne coûtera rien à l’employeur, en plus de la revalorisation du smic déjà programmée, la fin de la hausse de la CSG pour les petites retraites de moins de 2 000€ (encore  pas pour nous), les heures supplémentaires seront défiscalisées et sans charges, les employeurs qui le peuvent  devront verser une prime de fin d’année, elle aussi sans impôts ni charges. « Elle est pas belle la vie ? » 

Et qui c’est qui va payer tout ça ?

Voilà des mesures qui  sont de nature à aider les fins de mois. Pas pour tous, évidemment. C’est mieux que rien, mais le  Père Noël est encore dans son  schéma techno  et sa vision comptable. Si le but était de baisser les impôts et les charges pour la « classe moyenne », la cible n’est que partiellement atteinte, à cause d’un  problème qu’il  ne prend toujours pas en compte : seulement 45% des Français paient l'impôt sur le revenu !  Et  pour ceux-là il faudra continuer de payer, et probablement un peu plus  encore. Faudra bien trouver les 15 milliards que coûte le contenu de sa hotte. Encore heureux, il n’a pas touché à l’ISF ni à la flat tax. Ouf ! Mais on évoque déjà un relèvement des tranches supérieures de  l'impôt sur le revenu... Ce sont surtout les entreprises qui vont être visées avec un report ou une suppression de la prochaine baisse des taux d'IS. Avec des recettes fiscales de 48,4 % du PIB en 2017, la France est la championne d'Europe des prélèvements : une hausse de 0,7 point en 2017. Dans l’affaire, Macron a totalement oublié la compétitivité, c'est vrai que ce n'est pas très grave,  au point où  on en est. Ce problème n’est pas dans l’urgence économique et sociale.

Révolution à la petite semaine.

La situation est asses surréaliste et plutôt étrange. La semaine, tout est calme,  ou presque. Et la révolte se déroule juste un jour par semaine : le samedi. Ce  jour-là, les casseurs entourés de gilets jaunes entraînés par le mouvement, et la police se donnent rendez-vous. De préférence à Paris. Et chaque semaine, chaque camp se déplace pour gagner la bataille du jour. Avouez que c'est assez unique. Mais l'impact du mouvement et les manifestations violentes auxquelles il donne lieu, est une catastrophe pour l'économie française. Directement, avec l'effondrement en décembre de la grande distribution, du commerce mais aussi de l'hôtellerie et du tourisme ;  beaucoup d’enseignes réalisent plus de la moitié de leur chiffre d’affaires annuel et risquent de se trouver en mauvaise posture une fois passées les fêtes. Indirectement, avec la détérioration spectaculaire de l'image de la France auprès des investisseurs étrangers. Notre balance des paiements, déjà mal en point, ne dira  pas merci. Avec le temps, le discours protestataire s’est radicalisé, et les extrêmes des deux bords  s’emploient à souffler sur les braises. Mélenchon y prend même son pied. Ce type devrait faire vraiment peur tellement il fait penser à Robespierre. Qu’en sera-t-il samedi prochain. Tout le monde attend évidemment... « samedi », puisque c'est la révolution du samedi. Pas sûr que les mesures annoncées ce soir soient suffisantes pour calmer complètement le jeu. Il faudrait l’espérer, même si le message des Français qui bossent et qui en ont ras-le-bol d'être matraqués par les impôts n’a pas vraiment été entendu. Pour l’instant Bruno Le Maire promet une baisse des prélèvements à la fin du quinquennat...d'1%, ça fait rêver, non ? Un objectif qui paraît dérisoire, alors qu'on est huit points au-dessus de la moyenne de la zone euro. Enfin on peut miser sur le retour au calme pour le samedi suivant.  En effet, les manifestants ne pourront sûrement pas venir car c'est le début des vacances scolaires... Faut pas exagérer non plus.

Quant à la croissance,  elle est définitivement en berne pour 2018. Après les deux premiers trimestres à 0,2, seul le troisième a rempli le  contrat avec 0,4. Pour le dernier,  la  Banque de France vient de diviser par deux sa prévision de 0,4. On est loin, très loin des 1,5%  envisagés par Bercy ! Voilà des marges encore réduites pour le gouvernement. Heureusement, il y a la dette… On n’est plus à quelques milliards près.

 


CE GAUCHISME QUI TUE LA FRANCE

Révolution russe

 

Et  voilà, l’ISF de nouveau sur la sellette.

Rien que d’en parler, c’est comme si on avait rétabli cet impôt imbécile qui n’existe nulle part en Europe et même dans l’OCDE. Car, pour les investisseurs, la crainte de  l’instabilité fiscale est aussi nuisible que sa réalité. Evidemment, non seulement il  ne faut pas le rétablir, mais il faudrait aussi supprimer l’IFI. Ou alors ne nous  plaignons pas que les milliards fuient la France, nous condamnant un peu plus chaque jour à partager… la  pauvreté ! Il y a des totems qui ont la vie dure.

« Le problème vient de loin. »

C’est la phrase  en vogue à « En Marche » en ce moment, tentative naïve de faire  porter  le chapeau à l’ancien  monde. Dommage tout de même que le « nouveau » ne fonctionne pas.  Oui, le  problème vient de loin et il porte  un nom : le socialisme. Le problème de la France vient de ce qu’elle a emprunté le chemin inverse de  tous ses concurrents. Elle est  devenue de plus en plus socialiste alors  que ceux avec qui elle échange l’étaient de moins en moins. Position qui fait de notre pays le champion du monde de la taxation et des prélèvements publics avec la croissance la plus anémique.  Et par son niveau de redistribution et le nombre des dispositifs « sous conditions de ressource », il est pratiquement le seul pays socialiste de la planète ayant atteint ce niveau d’étatisation. Le mal était endémique jusqu’à la prise de pouvoir de Mitterrand. Il s’est aggravé avec des décisions majeures non financées comme la retraite à 60 ans,  avec les nationalisations et autres inepties collectivistes. Il a empiré sous Jospin et Hollande. Les gouvernements de droite n’ont été que des intermèdes qui n’ont guère permis de toucher au système. On a donc continué de financer par   toujours plus de dette et le cercle vicieux que l’on connaît pour les impôts et les taxes.

Le paradoxe de l’Etat-providence.

Les  Français semblent réclamer toujours plus de  services et d’allocations à l’Etat et hurler dès qu’il faut les financer.  Ce n’est qu’une apparence.  Le système en place  est tellement pervers, qu’un peu plus de la moitié des Français est sous assistance pendant que l’autre petite moitié est celle qui finance, généralement sans profiter des aubaines. Le point de repère c’est le  « pouvoir d’achat » que l’on finance par  la « redistribution » parce que nos entreprises aux semelles de plomb ne créent pas  suffisamment de richesse. On prend aux uns pour donner aux autres. Ailleurs dans le  monde, et dans la majorité des pays européens, les citoyens ont compris que le pouvoir d’achat n’est pas une « denrée » qu’on peut augmenter d’un coup de baguette magique, comme s’apprête à le faire Edouard Philippe qui va nous sortir de la hotte du Père Noël une prime de 1 000 €, mais qu’il faut d’abord produire la richesse. Ce raisonnement de base échappe à  nos compatriotes habitués à  être exonérés d’impôts sur le revenu et en même temps de taxe d’habitation, tout en « touchant » toutes sortes d’aides. Pour eux, il n’y a pas de lien évident avec le travail. Par contre, ceux-là sont sensibles à tous les revenus élevés et trouvent normal que les « riches » paient. Pour les satisfaire,  notre système de prélèvement est donc devenu confiscatoire. Pour autant, les services publics n’en sont pas forcément plus performants. Du fait des intérêts de la dette qui pèsent sur le budget, ce serait même le contraire. Dans cet esprit, et en bonne logique, certains profitent de la crise actuelle  pour demander le rétablissement de l’ISF. Cet impôt rapportait quelque 7 milliards d’euros par an : une goutte d’eau. Mais symbolique, parait-il.  Tellement symbolique qu’il a fait fuir les familles riches et a engendré un manque à gagner fiscal de plus de 30 milliards en impôts classiques que ces familles auraient payé en France. Or l’impôt est fait pour financer les dépenses de l’Etat, il n’est pas fait pour punir le riche !

Egalitarisme mortifère.

Le  cri de colère des « gilets jaunes » est en train d’être détourné. Ceux qu’on a d’abord vu manifester,  ce sont ces Français des classes moyennes, habitant la France dite périphérique,  souvent les lotissements pavillonnaires des premières et deuxièmes couronnes des grandes villes, ou plus prosaïquement à la campagne, comme on dit. On travaille à deux avec les salaires d’aujourd’hui : il ne reste pas  grand-chose une fois qu’on a tout payé. Deux voitures sont souvent obligatoires pour aller et venir, alors le prix du carburant, ça compte. La décision de lui faire porter  le « chapeau » de la transition écologique a été la goutte d’eau de trop.  Ce qui s’exprimait clairement, c’était le ras-le-bol fiscal auquel s’ajoutait un ressenti négatif, celui d’être  méprisé. Comme le dit François-Xavier Bellamy : « Les Gilets jaunes sont des personnes à qui l'on dit qu'il faut changer sinon ils resteront des ploucs, des ringards, qu'ils fument des clopes et qui roulent au diesel. On leur demande de changer mais ils sont dans l'incapacité de changer car on ne leur offre aucune alternative. Et en plus, on les méprise, on les insulte en disant qu'ils ne changent pas assez vite ». Rien  à voir avec ce que le mouvement tend à devenir, où les revendications mille fois entendues et irresponsables prennent le dessus avec le discours égalitariste bien connu, entretenu par les Mélenchon de service. La surenchère gauchiste est un classique du genre : ses militants n’ont pas leur pareil pour infiltrer et imposer leur discours démagogique. Elle s’accompagne toujours de la violence,  dans la bonne vieille tradition révolutionnaire. La preuve, les mêmes réseaux tentent d’enflammer les lycéens pour ajouter aux désordres. Ces revendications conduiront à encore plus d’impôts et de dette, puisqu’on ne mettra pas nos entreprises en situation de produire la richesse supplémentaire que l’on pourrait  partager. Les Gilets jaunes ne revendiquent pas l'émancipation de l'individu, la mobilité, mais de rester là où ils sont, ce qu'ils sont et que leur monde reste vivable et humain. S’ils n’y prennent garde, les vrais « gilets jaunes »  pourraient se retrouver « gros Jean» comme on dit à la campagne.

Et la croissance ?

Avec cet épisode et ce qu’il va être obligé de lâcher, le gouvernement peut définitivement dire adieu à son objectif de croissance pour 2018, qui était déjà bien entamé. Un malheur n’arrivant jamais seul, le pétrole repart à la hausse après la réunion de l’Opep, et les bourses continuent de plonger, malgré  le léger rebond de Paris hier. L’arrestation de la patronne de Huawei a même provoqué un début de panique boursière à Wall street jeudi. Bref, l’horizon se bouche.

 


CETTE CRISE QUI VIENT : LES SIGNES AVANT-COUREURS SE PRECISENT

Baisse de l'euro

 

Bien évidemment je n’oublie pas la crise que nous vivons avec l’épisode « gilets jaunes » et la séquence parisienne de samedi prochain qui va certainement décider de  la suite, selon qu’elle sera « maîtrisée » ou pas. Cela ne doit pas nous empêcher de regarder ce  que le vaste monde nous prépare.  Là aussi, il semble que l’orage monte. Après le « krach rampant » qui a repris après un léger rebond,  voici les inversions de courbes des taux aux Etats-Unis. Si elles se confirment, elles annoncent une récession.  Explications.

Le contexte.

En ce moment le grand jeu chez les prévisionnistes est d'anticiper deux événements majeurs : un krach boursier aux États-Unis dont certains affirment qu'il aura lieu en juin 2019, d'autres fin 2019 ou mi-2020, sans plus d'explications... et une récession aux États-Unis que beaucoup s'accordent à voir à la mi-2020. L'euphorie qui a suivi l'annonce d'une trêve entre la Chine et les États-Unis a fait long feu. Le président américain Donald Trump a envoyé une salve de tweets peu accommodants. Il est prêt à prolonger la trêve, mais il reviendra à la politique de hausse des droits de douane si un « véritable accord » avec la Chine se révélait impossible. C'est normal et c’était prévisible : le différend entre les États-Unis et la Chine va bien au-delà du seul problème du déficit commercial

Les  marchés financiers réagissent.

Sur fond de  trêve fragile dans la guerre commerciale qui oppose Pékin à Washington, mardi, les principaux indices américains, le Dow Jones et le Nasdaq, ont reculé de près de 3 %. Et mercredi, dans le sillage de Wall Street, les places européennes ont entamé une nette baisse qui s’est   prolongée encore aujourd’hui à Paris où le CAC 40 cède encore 3,30 % : les marchés ont pris conscience que la trêve n'est rien d'autre qu'un apaisement de façade à ce stade. Pas de répit donc sur les marchés financiers.

La vraie raison de la baisse est ailleurs...

Ce qui a vraiment inquiété les marchés aux États-Unis, c'est la courbe des taux d'intérêt des emprunts d’état américains en fonction de leur durée. Les taux courts sont déterminés par la Banque centrale américaine, la FED, alors que les taux longs sont établis par le marché, en fonction de l'offre et de la demande. Normalement, les taux longs sont supérieurs aux taux courts. C'est logique : vous voulez recevoir plus de rémunération si vous prêtez votre argent à l’État américain plus longtemps. Mais lundi dernier  la courbe des taux s'est « inversée ». Les taux longs sont passés en dessous des taux courts. Cela veut dire que les marchés anticipent une baisse des taux à moyen terme, autrement dit un ralentissement de l'économie américaine, voire une récession. De quoi créer la panique sur les marchés.

Les banques ont enregistré de forts reculs.

C’est en lien avec les marchés. Les  banques sont exposées,  forcément. JPMorgan a cédé 4,46 %, Goldman Sachs 3,82 % et Bank of America 5,43 %. On observe un aplatissement de la courbe des taux : la différence entre les taux courts et les taux est de plus en plus mince. Sans entrer dans le détail et pour faire court, mardi, la courbe entre le 3 et le 5 ans s'est inversée, nourrissant l'inquiétude des investisseurs. Heureusement, il  faut encore relativiser, le meilleur indicateur d'un retournement imminent est la courbe entre le 10 ans et le 3 mois. Si l'écart se réduit de plus en plus, il reste encore 50 points de base. Pour  l’instant !

L’excitation post cessez le feu « Chine/Etats-Unis » est retombée. Comme il fallait s’y attendre, on revient aux vrais sujets : le ralentissement de l’économie Européenne et le ralentissement annoncé de l’économie US en 2019/2020, et bien sûr aussi le ralentissement de l’économie Chinoise. Maintenant la question sur les marchés n'est plus de savoir s'il y aura une récession aux États-Unis ou une crise sur les marchés, mais de savoir quand elle aura lieu. Et les investisseurs ont décidé, brusquement, de l'anticiper. En toute logique, la baisse des indices boursiers continue donc.

 


LA POLITIQUE DU PIRE.

Gaulois2

 

Philippe n’est pas à la hauteur.

J’ai encore en tête  l’image de ce Premier Ministre  désemparé faisant part de son émotion devant le  triste spectacle des dégâts commis à l’Arc de Triomphe. Il était « choqué » ! Mais ce n’est pas ce qu’on attendait de lui. Ce sont les décisions pour faire respecter l’Etat qui ont manqué  comme elles ont manqué à Notre-Dame des Landes. Il est  l’image d’un pouvoir qui tremble et qui ne comprend  pas ce qui lui arrive. De même, l’attitude de Darmanin à l’Assemblée nationale faite de mépris et de mauvaise foi quand il répond à l’opposition est insupportable. Ces gens-là ne se rendent pas compte à quel point ils suscitent la colère : celle que je ressens est à l’aune de celle de beaucoup de Français en gilets jaunes ou pas. Édouard Philippe, a enfin annoncé qu’il proposait un moratoire de six mois sur la hausse des taxes liées aux carburants le 1er janvier 2019. Les gilets jaunes traitent évidemment cette décision par le mépris et toutes les formations de l’opposition estiment que le geste est insuffisant. Il ne suffit pas de seriner « c’est un geste fort »,  un élément de langage auquel tous les ministres et tout ce que compte la macronie sont astreints, pour qu’il le soit.  C’est trop peu et trop tard  pour reprendre une vieille formule. Seul Daniel Cohn-Bendit regrette que la politique écologique du gouvernement recule. Vit-il seulement en France et y paie-t-il ses impôts ? Ce faisant l’exécutif se rend-il compte qu’il pratique la  politique du pire ? Quand il annonce « une vaste concertation qui permettrait de dégager des pistes utiles » avec tous les  partenaires et élus  locaux, après des mois de mépris, il ne faut pas s’étonner s’il n’est pas pris au sérieux. Surtout que le « nouveau monde » continue de rejeter la responsabilité de la situation sur les représentants de « l’ancien monde » responsables de tout, à commencer par la désindustrialisation du pays. Ce qui est vrai c’est que le ras-le-bol fiscal a bien commencé avec la présidence Hollande, mais le gouvernement actuel, en prolongeant la même politique, l’a amplifié, ce que soulignent  les élus « Les Républicains » depuis des mois. L’écrasement des classes moyennes a été pratiqué sciemment  et la France périphérique traitée pour négligeable. L’explosion, Macron en porte toute la responsabilité. La  liste des erreurs qu’il a ajoutées est longue : arrogance technocratique, amateurisme du groupe parlementaire En Marche et de ministres inconnus, pratique jacobine du pouvoir, excès de puissance de la caste de Bercy…      

Macron joue la montre.

Et la ficelle est tellement grosse que même le « gilet jaune » de base, qui filtre son rond-point, l’a comprise : on fait la  paix pendant six mois jusqu’aux élections, et on reprend le  même chemin  après. C’est irresponsable. L’atmosphère nationale est délétère : les pires exactions ont eu lieu et Macron continue de sous-estimer la colère d’un peuple qui n’a rien à perdre. Le « geste d’apaisement »  est toujours attendu, mais le pouvoir refuse de voir la réalité. Il prend le risque de redonner l’opportunité aux bandes de casseurs de profiter de la prolongation du mouvement pour continuer à commettre leurs méfaits, tandis que les revendications d’une masse sans organisation vont croître et embellir dans tous les sens, sensiblement prise en main, par en-dessous, par les réseaux gauchistes. Ainsi vient se greffer une révolte lycéenne, poussée par les pédagogistes qui rêvent de faire reculer Blanquer sur ses décisions de bon sens. Il est peut-être encore temps : un changement radical des priorités et de la  méthode est possible pour peu que la raison l’emporte sur l’entêtement. On attend que le régalien joue son rôle, et d’abord  en faisant respecter l’ordre public,  ce que la droite républicaine ne lui reprochera jamais, ensuite en remettant dans le jeu et pleinement, tous les rouages des institutions : coopération avec le Sénat, concertation avec les corps  intermédiaires, réseaux d’élus locaux et syndicats.  Aucune solution ne peut sortir du cri de colère exprimé par une masse informe. Cela ne veut pas dire qu’elle ne soit ni entendue, ni comprise.

Le RN en embuscade.

A voir la  part belle que les médias donnent à la  présidente du Rassemblement national, qui contribue à la remettre en selle, on  peut se demander si ce n’est pas ce que recherche le pouvoir. Car  elle reste la meilleure adversaire de Macron, qui lui garantit de rester au pouvoir.  Un calcul machiavélique qui expliquerait que les brigades anti-émeutes de  la gendarmerie n’aient pas été utilisées samedi dernier et  soient restées  l’arme au pied dans leur cantonnement à Versailles. C’est jouer avec le feu. Les  concessions faites vont  peut-être calmer l’ardeur des « gilets jaunes »  modérés, mais il faut craindre qu’en s’étiolant, le mouvement ne se radicalise et devienne encore plus violent. C’est bien ce qu’espère le Rassemblement national. Il ne propose rien, il se contente de surfer sur les mécontentements d’un peuple dopé à l’Etat providence, socialisé comme jamais, où ceux qui bossent paient pour tous les régimes « sous conditions de ressources », pris dans l’enfer de ses contradictions à réclamer toujours plus de services à l’Etat sans se rendre compte que ce dernier ne peut  même  plus financer correctement ceux qui existent. Si le RN  parvient jamais au pouvoir, on aura alors une pleine idée du pire.

 


GILETS JAUNES ET IMPOSTURE VERTE

Bagarre_village_gaulois

 

Une révolte est toujours désastreuse.

Rappelons-nous le désastre des portiques autoroutiers avec les « bonnets rouges ». Voici maintenant la révolte des « gilets jaunes » déclenchée par le prix des carburants. Tout ça parce que nos gouvernants ne conçoivent l’écologie qu’à travers des taxes vertes. Le malheur c’est qu’elles viennent s’ajouter à un niveau de prélèvement très élevé qui justifie le « ras-le-bol ». Après, il faut faire la part des choses : le spectacle des violences auxquelles on assiste de week-end en week-end n’est pas le fait des « gilets jaunes » mais de groupes de casseurs qu’on appellera comme on voudra. Ils ne m’étonnent pas vraiment : quand un Etat recule devant quelques dizaines de zadistes comme   à Notre-Dame des Landes, le  signal qui est envoyé ne peut que déboucher sur de tels débordements. Les dégâts  causés sont inexcusables et les auteurs  méritent d’être recherchés et  poursuivis. On peut penser, comme l’affirme Luc Ferry, que le gouvernement a les moyens d’empêcher ces désordres, surtout quand ils touchent des lieux très symboliques comme l’Arc de Triomphe. On peut alors légitimement se demander ce que recherche l’exécutif. On hésite entre incompétence et machiavélisme. Cela n’empêche pas que la colère des gens ordinaires qui manifestent, ou pas d’ailleurs, est profonde. Les taux d’adhésion aux revendications contre les taxes font état de soutiens énormes, dépassant 80%, dans les sondages. Du jamais vu.

Un Etat escroc.

Les Français en « gilets jaunes » ne sont pas contre la transition écologique. Mais ils ont compris que la hausse des taxes « vertes » ne la finance pas. C’est un prétexte. Ils voient bien qu’il s’agit avant tout de mesures de rendement pour remplir les caisses du Trésor public. Ainsi, entre 2018 et 2019, le produit de la TICPE a augmenté de 3,9 milliards d’euros. La quasi-totalité est allée nourrir le budget général  et seuls 80 millions seront reversés sur le compte « dédié » spécial « transition énergétique ». La vérité c’est que le gouvernement se livre à un jeu de bonneteau : la suppression de la taxe d’habitation  pour 2018 aura en effet coûté 3,8 milliards. Le parallèle est facile à faire. Et la projection à l’horizon 2020 est identique : les hausses prévues des taxes (19 milliards) sont appelées à couvrir les 18 milliards de coût de la suppression totale de la taxe d’habitation que l’Etat s’est engagé à compenser aux collectivités à l’euro près. L’erreur de Bercy a été de vouloir combler les pertes de recettes générées par ses réformes de baisses d’impôts  comme l’ISF  ou de cotisations sociales, par une augmentation de la fiscalité verte et de la CSG. C’est clairement une « escroquerie ». Le choix de la facilité alors qu’il aurait fallu plutôt engager une baisse sérieuse des dépenses publiques. Et les Français doivent avoir clairement dans l’esprit que c’est un tsunami qui va leur tomber dessus : selon les prévisions actuelles des finances publiques pour 2022, le  produit de la fiscalité énergétique passerait de 50 à 67 milliards. Un « Everest fiscal », selon l’expression d’Agnès Verdier-Molinié, qui ferait passer la fiscalité verte à 2,53% du PIB, une des plus élevée du monde alors que notre pays est plutôt un bon élève avec moins de 1% d’émission de CO2. Pourquoi être les « premiers de la classe » alors que nous avons déjà une fiscalité confiscatoire. Tous les Français se retrouvent dans le sentiment d’un matraquage fiscal. Car les 1 038 milliards de prélèvements  que nous observons aujourd’hui sont appelés à devenir 1188 milliards en 2022 si le même cap est maintenu.

Une autre fiscalité écologique est possible.

Pour être acceptée, une fiscalité verte doit être équitable, neutre et claire. L’équité consisterait à imposer de la même façon toute atteinte identique à l’environnement, quelles qu’en soient les causes. Si on se réfère au prix de la tonne de gaz à effet de serre émise à 44,60 €, en comparaison l’essence devrait supporter 11 centimes/l ce qui est nettement moins que ce qui est perçu aujourd’hui ! Cela supposerait donc que l’Etat se focalise sur d’autres produits que le carburant qui porte déjà plus que sa part.  D’autre part, la fiscalité écologique doit être neutre à la fois pour les agents économiques et pour les finances publiques. Cela veut dire que chaque euro perçu doit être compensé par un euro rendu. Tout autre façon d’agir ne peut qu’alourdir la pression fiscale, réduire la compétitivité, baisser le pouvoir d’achat. Enfin, l’effort  consenti doit être clair : les fonds perçus pour la transition écologique doivent vraiment abonder un compte dédié à comptabilité séparée et régulièrement audité pour être public. On pourrait ainsi, à taxation constante, modifier progressivement l’assiette de l’impôt, en taxant la pollution plutôt que le travail ou le capital… Une voie vertueuse que le gouvernement pourrait emprunter s’il était honnête.

Si la hausse des carburants a déclenché ce vent de colère, c’est parce qu’elle ne répond à aucun des trois critères précédemment énoncés. Elle n’est pas équitable, car elle ne touche pas les autres produits émetteurs de gaz à effet de serre, elle n’est pas neutre car elle aboutit à une hausse de la pression fiscale non compensée, et elle n’est pas claire parce qu’elle est absorbée dans l’insondable et obscur budget de l’Etat.  Un déclencheur, car c’est la goutte qui fait déborder le vase ! Comme  on le  voit, si le gouvernement et  Macron veulent sortir de  la crise, le chemin n’est pas bien compliqué. Il suffit d'arrêter de mentir.  D’être vertueux !