LA POLITIQUE DU PIRE.
CE GAUCHISME QUI TUE LA FRANCE

CETTE CRISE QUI VIENT : LES SIGNES AVANT-COUREURS SE PRECISENT

Baisse de l'euro

 

Bien évidemment je n’oublie pas la crise que nous vivons avec l’épisode « gilets jaunes » et la séquence parisienne de samedi prochain qui va certainement décider de  la suite, selon qu’elle sera « maîtrisée » ou pas. Cela ne doit pas nous empêcher de regarder ce  que le vaste monde nous prépare.  Là aussi, il semble que l’orage monte. Après le « krach rampant » qui a repris après un léger rebond,  voici les inversions de courbes des taux aux Etats-Unis. Si elles se confirment, elles annoncent une récession.  Explications.

Le contexte.

En ce moment le grand jeu chez les prévisionnistes est d'anticiper deux événements majeurs : un krach boursier aux États-Unis dont certains affirment qu'il aura lieu en juin 2019, d'autres fin 2019 ou mi-2020, sans plus d'explications... et une récession aux États-Unis que beaucoup s'accordent à voir à la mi-2020. L'euphorie qui a suivi l'annonce d'une trêve entre la Chine et les États-Unis a fait long feu. Le président américain Donald Trump a envoyé une salve de tweets peu accommodants. Il est prêt à prolonger la trêve, mais il reviendra à la politique de hausse des droits de douane si un « véritable accord » avec la Chine se révélait impossible. C'est normal et c’était prévisible : le différend entre les États-Unis et la Chine va bien au-delà du seul problème du déficit commercial

Les  marchés financiers réagissent.

Sur fond de  trêve fragile dans la guerre commerciale qui oppose Pékin à Washington, mardi, les principaux indices américains, le Dow Jones et le Nasdaq, ont reculé de près de 3 %. Et mercredi, dans le sillage de Wall Street, les places européennes ont entamé une nette baisse qui s’est   prolongée encore aujourd’hui à Paris où le CAC 40 cède encore 3,30 % : les marchés ont pris conscience que la trêve n'est rien d'autre qu'un apaisement de façade à ce stade. Pas de répit donc sur les marchés financiers.

La vraie raison de la baisse est ailleurs...

Ce qui a vraiment inquiété les marchés aux États-Unis, c'est la courbe des taux d'intérêt des emprunts d’état américains en fonction de leur durée. Les taux courts sont déterminés par la Banque centrale américaine, la FED, alors que les taux longs sont établis par le marché, en fonction de l'offre et de la demande. Normalement, les taux longs sont supérieurs aux taux courts. C'est logique : vous voulez recevoir plus de rémunération si vous prêtez votre argent à l’État américain plus longtemps. Mais lundi dernier  la courbe des taux s'est « inversée ». Les taux longs sont passés en dessous des taux courts. Cela veut dire que les marchés anticipent une baisse des taux à moyen terme, autrement dit un ralentissement de l'économie américaine, voire une récession. De quoi créer la panique sur les marchés.

Les banques ont enregistré de forts reculs.

C’est en lien avec les marchés. Les  banques sont exposées,  forcément. JPMorgan a cédé 4,46 %, Goldman Sachs 3,82 % et Bank of America 5,43 %. On observe un aplatissement de la courbe des taux : la différence entre les taux courts et les taux est de plus en plus mince. Sans entrer dans le détail et pour faire court, mardi, la courbe entre le 3 et le 5 ans s'est inversée, nourrissant l'inquiétude des investisseurs. Heureusement, il  faut encore relativiser, le meilleur indicateur d'un retournement imminent est la courbe entre le 10 ans et le 3 mois. Si l'écart se réduit de plus en plus, il reste encore 50 points de base. Pour  l’instant !

L’excitation post cessez le feu « Chine/Etats-Unis » est retombée. Comme il fallait s’y attendre, on revient aux vrais sujets : le ralentissement de l’économie Européenne et le ralentissement annoncé de l’économie US en 2019/2020, et bien sûr aussi le ralentissement de l’économie Chinoise. Maintenant la question sur les marchés n'est plus de savoir s'il y aura une récession aux États-Unis ou une crise sur les marchés, mais de savoir quand elle aura lieu. Et les investisseurs ont décidé, brusquement, de l'anticiper. En toute logique, la baisse des indices boursiers continue donc.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)