Previous month:
juillet 2015
Next month:
septembre 2015

LE BOUT DU ROULEAU

Bout du rouleau

Rentrée houleuse à La Rochelle, crise chez les Verts, polyphonie à droite et au centre, querelles à l’extrême-droite… et tous les problèmes qui restent pendants, sans esquisses de solutions : immigration, chômage, absence de croissance, violences et j’en passe. Drôle de rentrée !

L’échec, il est là !

Il suffit de voir le spectacle que les socialistes du PS ont donné à La Rochelle où ils se sont déchirés quasiment en public pour comprendre qu’il n’y a pas de ligne politique qui domine dans le parti dit « majoritaire ». Passons sur les détails des petits affrontements, des frondeurs et des siffleurs, ce qu’on a découvert ce week-end, c’est qu’il ne se passera rien d’important à partir de maintenant en matière de réforme. Quand le Premier Ministre est obligé de suer sang et eau en reprenant tous les poncifs de la gauche à laquelle lui-même ne croit pas pour calmer la « bronca » et tenter de redonner un peu de tonus à un parterre de militants désabusés quand ils ne sont pas déboussolés ou désemparés, c’est que la défaite est déjà consommée, au moins dans les esprits. Quand on engueule la base c’est que ça va pas bien. Comme l’on dit tous les commentateurs, il s’est « époumoné » ! Autant dire qu’il a perdu son temps.

Tragi-comédie chez les écolos.

Le départ d’Europe-Écologie les Verts de François de Rugy, puis de Jean-Vincent Placé, n’est pas une surprise : les deux hommes ruaient dans les brancards d’EELV depuis que Cécile Duflot et Pascal Canfin ont décidé, en avril 2014, de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls. Leur démission n’en traduit pas moins le chaos qui règne chez les écologistes, incapables de s’entendre. C’est un affaiblissement de plus pour la gauche. On ne voit pas de quelle manière la crise créée par leur départ pourrait être apaisée car Cécile Duflot est suffisamment têtue pour ne pas renoncer au plan qu’elle a conçu, celui de se rapprocher de l’extrême gauche de Mélenchon. Sauf que plus l’extrême-gauche durcit son discours, plus le Front National gagne des voix. La stratégie que Jean-Luc Mélenchon et Cécile Duflot tentent de mettre en place est suicidaire dans la mesure où ils n’ont toujours pas compris que, entre deux maux, il faut savoir choisir le moindre. Au lieu d’accepter le pis-aller que pourrait être François Hollande, ils font à peu près tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la victoire de leur pire ennemie, l’extrême-droite.

Fillon abat ses cartes.

« Osons » proclame celui qui fut cinq ans le premier ministre de Nicolas Sarkozy. « Osons dire, osons faire » … La volonté est là. Le programme aussi. Le plus complet, le plus fouillé, le plus charpenté. Probablement le meilleur pour redresser notre pays s’il était appliqué. J’y reviendrais dès que j’en aurais fait le tour. Mais qui écoute dans le grand public ? Le drame de François Fillon c’est qu’il n’est plus audible. Espérons que son audience reviendra, mais pour l’instant, quoi qu’il fasse, il ne parvient pas à s’affirmer sur le devant de la scène. Il faut dire que les médias ont des personnels tellement ignards en économie et en culture générale que bien peu sont en mesure d’apprécier l’ouvrage réalisé par le Sarthois et ses amis. Certains n’hésitent pas à affirmer que les autres candidats à la primaire n’hésiteront pas à puiser dans le document. Au moins le travail servira à quelque chose, sinon à quelqu’un. NKM a aussi sa petite mélodie en cette rentrée, et la polytechnicienne n’est pas en reste avec son choc fiscal à 100 milliards. Sa méthode va un peu à l’encontre de ce que préconise Eric Woerth, qui travaille lui pour Nicolas Sarkozy…  Alain Juppé publie sur l’éducation un document qu’on dit « modéré ». Il faut le lire bien évidemment pour se faire une idée. Mais bien malin qui peut s’y retrouver. Les amis, le temps presse, il va falloir vous mettre d’accord si on veut avoir du temps pour convaincre les Français.

Le Pen, ce vieil emmerdeur …

Marine devrait connaître son père. Elle devrait savoir que si Dieu lui prête vie, il n’a pas fini de lui causer des ennuis. Le vieux para de l’extrême-droite a mis tellement de temps à construire sa boutique et à réunir tous les groupuscules qui constituent l’aile droite ultra-conservatrice de notre pays pour en faire un parti qui compte, qu’il n’accepte pas que l’héritage soit avili par une doxa venue d’ailleurs et particulièrement de l’extrême-gauche que le vieux a toujours haïe. L’affaire est donc loin d’être consommée, quoiqu’en dise la patronne du FN.

Une France épuisée.

A l’image de sa classe politique qui peine à se renouveler, la France n’a plus de marges de manœuvres. Elle les a toutes épuisées. Qui le dit ? Ray Dalio, le créateur de Bridgewater, le premier « hedge fund » au monde. Et son diagnostic est sans appel. La France est trop endettée. Elle a atteint les limites de son cycle de dette à long terme, car les niveaux sont très élevés et les intérêts  ne peuvent pas tomber plus bas. Si elle tient c’est parce que la baisse des taux, l’affaiblissement de l’euro et les injections de liquidités par la BCE lui procurent ses derniers facteurs de soutien. Mais comme les taux ne peuvent plus baisser et que l’euro tend à se raffermir, ceux-ci vont s’émousser s’ils ne disparaissent pas. La France se heurte donc à deux obstacles majeurs : le niveau d’endettement et des perspectives médiocres de gains de productivité. La croissance annuelle de la France ne peut donc excéder 0,5% sur les dix prochaines années. La productivité est le facteur essentiel de la croissance à long terme et elle s’explique avant tout par la compétitivité de la force de travail. La France est très chère : les coûts de main d’œuvre, corrigés du temps de travail hebdomadaire, du nombre de semaines de vacances et du nombre d’années de travail au long de la vie, sont près de deux fois plus élevés qu’aux Etats-Unis ! Le remède existe. Il faudrait des réformes structurelles significatives concernant le marché du travail, les charges administratives, les transferts sociaux pour accroître substantiellement les revenus de production… Et maintenant faites la liste des « gros mots » qui viennent d’être écrits dans la dernière phrase. Valls l’a dit : on ne touche pas aux tabous !!!

Mais il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ….

 


BILLET D'HUMEUR

Archibald en colère

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce billet de Yannick CHAUVIN, docteur en droit, qu'une amie m'a fait parvenir...

"L’arrogance est l’arme des incompétents ; les autres cherchent à convaincre.

Arrogante, la péronnelle qui s’occupe de l’Éducation nationale : tenue en laisse par les pédagos cinglés, elle a raison contre tout le monde, y compris 80 % des profs.
 
Arrogante, la Taubira, incapable d’essuyer la moindre critique, toute raidie dans sa victimisation permanente et ses certitudes laxistes dont personne ne veut.
 
Arrogante, l’extatique ministre de la Santé, qui nationalise la médecine, comme au bon vieux temps de l’URSS, contre l’avis de la majorité des médecins généralistes.
 
Arrogant, le Sapin, le seul à voir la France se redresser là où tout le monde regarde, effaré, le gouffre s’ouvrir.
 
Arrogant, le rondouillard de l’Intérieur, qui chasse les Français d’une plage pour l’offrir, toute bassesse bue, au roi du pétrole arabe.
 
Arrogant, ce Premier ministre qui pioche dans nos impôts pour aller à Berlin, avec ses enfants et en avion officiel, voir un match de football.
 
Arrogant, ce minable conseiller qui se fait cirer les chaussures à l’Élysée.
 
Arrogants, ces ministres qui croient en leur impunité absolue malgré leurs comptes en Suisse, leur défaut de paiement auprès du fisc ou leurs mensonges sur leurs diplômes.
 
Arrogante, la Bricq, qui se plaint de la « bouffe dégueulasse » de l’Élysée alors que des millions de Français n’ont pas de quoi s’acheter un steak haché par semaine.
 
Arrogante, la Saal, qui ose présenter une note de taxi équivalant à deux ans et demi de SMIC, alors qu’elle dispose d’une voiture avec chauffeur.
 
Arrogant, Le Foll, qui voit la campagne s’embraser et fait répondre sottement qu’il attend un rapport pour s’intéresser à la question et rencontrer les paysans.
 
Arrogante, l’inculte ministre de la Culture – n’est-ce pas, Patrick Modiano ? -, qui créé des conseils et des comités Théodule dans tous les sens pour masquer le vide de son action.
 
Arrogante, l’Hidalgo qui fête la fin du ramadan à grands coups d’argent public tout en attaquant en justice un caricaturiste qui la représente en lécheuse de babouches.
 
Arrogant, enfin, le maître de tout ceci, l’occupant temporaire de l’Élysée, qui nomme ses copains partout, y compris ceux qui ont ouvertement démérité – n’est-ce pas, Harlem Désir ? -, qui se prend les pieds dans ses contradictions, ses changements de cap, ses volte-face, ses palinodies, qui tente ingénument de nous vendre son incapacité pour de l’audace, qui passe son temps à se tromper de politique – c’est idiot de se mettre la Russie à dos, n’est-ce pas, Messieurs les agriculteurs ? -, qui répudie sa concubine comme ne le ferait pas un petit marquis d’avant la Révolution, qui, casqué, rejoint sa maîtresse dans la chambre de bonne voisine, qui sait, en fin de compte, qu’il n’a pas l’étoffe d’un président mais, incapable de la moindre décision – n’est-ce pas, Ségolène ? -, refuse d’en tirer la conséquence.
 
La Bruyère, traitant des hommes, dans Les Caractères, a ce mot crucifiant : « À quelques-uns l’arrogance tient lieu de grandeur. » Jamais, peut-être, parole n’a été autant justifiée que sous la république de Hollande."
 
 

PENDANT LES VACANCES, LA CRISE CONTINUE

Retraites

 

Depuis le début de l’année, et même avant, on savait que l’économie mondiale allait mal. Mais nous étions obnubilés par le problème grec. Nos médias n’ont donc pas vu que le Brésil dévissait, que la Russie surjouait le nationalisme pour cacher son déclin économique, et surtout que la croissance chinoise, dont on annonçait sans jamais y croire qu’elle fléchissait dangereusement, allait dans le mur avec une bulle boursière devenue incontrôlable. En même temps, les américains hésitaient sur la conduite à tenir quant à leur politique monétaire et l’Europe, qui s’engageait dans la voie du « quantitative easing », n’arrivait pas à relancer convenablement la croissance sur l’ensemble du vieux continent. Et voilà : la bulle boursière a explosé à Pékin et la tempête s’est propagée à toute la planète.

Le tableau est apocalyptique.

Depuis le mois de juin, 10 000 milliards de dollars sont partis en fumée dans les bourses, dont une grande partie à Shanghai, épicentre de la spéculation, qui efface d’un seul coup tous ses gains de l’année. La tempête s’est propagée à toute la planète financière et pas une place n’est sortie indemne. Elle a provoqué dans la foulée le chaos sur les devises avec un euro qui remonte à 1,16$ et un yen plus que jamais valeur refuge, l’hécatombe sur les matières premières avec le pétrole qui plonge à 40$ le baril, du jamais vu depuis 25 ans, entrainant les métaux comme le cuivre et l’aluminium dans la descente aux enfers. Après un tel cataclysme, la consolidation  va prendre forcément du temps et le commerce mondial va s’en ressentir. Avec son corollaire inévitable : le ralentissement économique.

Comme quoi, l’alignement des planètes, naguère vanté par nos gouvernants myopes, a fait long feu. Si le prix du pétrole est une bénédiction, la remontée de l’euro est fort contrariante. Lot de consolation : les taux bas risquent de perdurer encore un peu. Mais un krach est un krach. En 2008 il était venu des Etats-Unis, cette fois-ci c’est l’Asie qui nous joue des tours. L’argent disparu, fruit de spéculations irresponsables, n’ira jamais alimenter l’économie réelle et le risque d’aggravation de la déflation est plus fort que jamais. La Chine, à l’origine de la panique généralisée pour cause de ralentissement inchiffrable, c’est soixante fois la Grèce en termes de richesse créée, et un élément perturbateur de grande ampleur. Evidemment la France en subira le contrecoup d’autant plus que ce nouveau choc intervient alors même que nombre d’Etats européens convalescents n’ont pas fini ou même entamé – à l’instar de notre pays – les réformes structurelles imposées par la précédente crise.

Mais tout va bien.

Manolito  trouve que les chiffres du chômage vont dans le bon sens, Pépère annonce des baisses d’impôts, Sapin estime que la croissance a redémarré comme prévu… et les tracteurs marchent sur Paris. Les frondeurs, Montebourg en tête, et les « ultra-gauche » célèbrent leur idole Varoufakis, comme quoi ils ne sont pas difficiles puisqu’ils ovationnent un vaincu. La Ministre de l’Education promène son arrogance insolente, les migrants continuent de déferler  sur le territoire, on s’entretue pour un rien au coin des rues, … Dormez en paix braves gens !

Les vacances ne sont qu’une parenthèse française.

Le monde continue sa vie sans nous et on a une bonne occasion de le constater. Car les faits sont par nature têtus : avec la rentrée, on retrouve le chômage là où l’on l’a laissé, la menace terroriste continue de s’accentuer, la croissance retombe, les nuages s’accumulent, l’orage, visible à l’horizon, gronde. Cette crise qui affaiblit la France n’existe que par les mauvais choix qui ont été faits et dans le tableau qui se présente à nous, le facteur le plus négatif, c’est le refus du pouvoir d’adopter la seule politique qui ait encore ses chances : réduction de la dépense publique et refonte du marché du travail. Pourtant la crise qui secoue la Chine nous concerne dans la mesure où elle est sans doute le premier marché du monde où les pays développés exportent énormément de marchandises. Moins d’exportations vers la Chine, moins de croissance en Europe et aux États-Unis, plus de chômage. Face à cette situation calamiteuse, il y a les forts et les faibles. La France fait partie des faibles qui verront leurs parts de marché diminuer un peu plus.

L’été a été celui d’une France immobile contemplant son marasme avec des ministres commentateurs comme M. Rebsamen qui préfère se réfugier sur son Aventin… Dans l’apathie de nos concitoyens, Il est facile de déceler davantage de résignation que de volonté d’en découdre avec un pouvoir qui a remplacé l’action par le verbe. Et c’est bien là notre malheur. Qui va nous réveiller ? Il faudrait un sauveur, mais il y en a dix… alors qui croire ?

 


TU COMPRENDRAS QUAND TU SERAS GRAND !

 

C'est pas de ton âge

Et voilà encore une réponse de parents ou d’adultes qui se défaussent.

C’est que les temps modernes, peut-être plus que ceux plus anciens, foisonnent de questions embarrassantes qui viennent à l’idée de nos chères têtes blondes … ou brunes. La télévision, l’accès à quantités de vidéos via internet et les portables ouvrent sur des horizons pas toujours recommandés pour les yeux et les oreilles des enfants. Enfin, quand je dis « horizons », je suis prudent, voire prude. On n’imagine pas ce qu’un ado de 11-12 ans peut visionner sur son portable.

De notre temps, les questions gênantes venaient de situations observées souvent dans la vie de tous les jours : une dame qui donnait le sein avec les précautions d’usage quant à la décence pouvait amener une question du style : « Qu’est-ce qu’elle fait avec son bébé ? », surtout si l’univers du bambin avait été encombré de biberons. Ou encore des amoureux qui s’embrassaient sur la bouche en public -ce qui était moins courant qu’aujourd’hui comme le chantait Brassens- alors que dans beaucoup de familles les mœurs restaient assez pudiques sur les témoignages amoureux, provoquaient de la part d’un enfant un peu curieux le même type de question : « pourquoi t’embrasses pas maman comme ça ? »… Evidemment, « tu comprendras quand tu seras grand !» c’était la solution facile pour esquiver une réponse qui aurait été par nature très alambiquée, compte tenu des tabous qui régnaient alors sur toutes les questions touchant à l’amour et au sexe. Mais bien d’autres domaines n’échappaient pas à la sagacité de la progéniture : « Pourquoi vous vous disputez tout le temps ? », « Pourquoi il y a des toilettes pour les dames et pour les hommes ? », « Pourquoi il y a des films interdits aux moins de 16 ans ? », et plus compliqué : « Pourquoi il y en a qui disent que Dieu existe et d’autres qu’il n’existe pas ? »… 

Aujourd’hui, on a le droit de penser que l’éducation des enfants n’est pas une sinécure, notamment en raison de l’accélération de leur maturation intellectuelle et de la facilité d’accès à toutes les informations, y compris celles qui ne sont pas forcément adaptées à leur âge. Progrès ? Internet sans filtre, certainement pas. Je continue de penser que l’enfance doit être préservée, et qu’à chaque âge doit correspondre un niveau de préoccupations. C’est bien de vouloir tout expliquer, mais peut-être y a-t-il des réponses qui peuvent attendre. Et manifestement, on a changé de registre et l’on ne doit pas s’étonner que les grands débats de notre société arrivent jusqu’aux oreilles de nos garnements. « C’est quoi un homosexuel ?» est une question à laquelle il est relativement simple de répondre aujourd’hui, plus facilement qu’hier. Les mots « avortements », « vagins » ou « inceste » peuvent encore gêner dans certaines familles, et on peut le comprendre. Au gamin qui rentre de l’école et qui demande  tout de go : «  C’est quoi une fellation ? », je ne vous dis pas la tête de la mère !

Comment expliquer sans traumatiser ?

« Tu comprendras quand tu seras plus grand ! » est une manière de différer la réponse. Tant pis si les enfants pensent que si les parents disent ça, c’est qu’ils ne veulent pas répondre. C’est aussi leur faire comprendre quelque part le sens de la vie : il y a un âge pour tout, plus tard tu pourras le faire ou le comprendre… On prend aussi le risque que d’autres donnent des réponses sans s’encombrer de fioritures. C’est le risque. Le temps de l’enfance est décidément de plus en plus court !

 


AUTISME ?

Najat-Vallaud-Belkacem-

La "perle du jour" à notre Ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, jamais en retard d'une certitude et d'une démonstration de vanité :

"ces trois dernières années ont été celles de réformes menées dans le dialogue et l’efficacité, dans la concertation et la conscience de l’urgence qu’il y avait à refonder, avec patience et détermination, tous les niveaux de notre système d’enseignement"

On ne doit pas vivre sur la même planète !

 


COMMENT EXPLIQUER QUE TOUT EST A DEFAIRE ?

 

Chantier

La France recule.

 « La France avance » proclame Manolito : c’est une contre-vérité. Depuis 2012, la France a reculé. Tous les chiffres l’attestent, toutes les comparaisons permettent de le vérifier. Le déficit stagne autour de 4% malgré le coup d’assommoir fiscal alors qu’il aurait dû être résorbé. La dette continue de progresser pour atteindre les 2100 milliards d’euros. Le commerce extérieur est toujours en berne avec un déficit qui stigmatise notre appauvrissement. Les charges en tout genre qui pèsent sur les entreprises les font courir dans la course mondiale avec des semelles de plomb et un sac à dos rempli de pavés. Le coût du travail y reste plus élevé que chez nos principaux concurrents et la France continue de perdre ses parts de marché. Les cerveaux fuient le pays. Les fortunes aussi. Le chômage de masse n’a jamais aussi bien porté son nom. Triste bilan !

Les grandes manipulations électorales ont déjà commencé à gauche.

D’abord on change la méthode de comptage des « demandeurs d’emploi » ce qui permet le mois dernier d’en faire passer une bonne dizaine de milliers à la trappe. Ensuite on nie l’absence de croissance en faisant croire que les objectifs contractualisés avec nos partenaires européens seront atteints, ce qui ressemble de plus en plus à une gageure. Enfin, notre présidaillon de pacotille nous annonce gaillardement des baisses d’impôts pour … juste avant 2017, puisque croyant à ses propres mensonges, il aura réuni toutes les conditions pour se représenter. Tout cela, c’est de la fumisterie ! D’autant plus que les marges se réduisent avec l’atonie de notre économie.

Un quinquennat pour rien.

Oui, pour rien. Pire, beaucoup de temps et de terrain perdu dans tous les domaines. La grande erreur économique est d’avoir voulu taxer le capital comme le travail. Du coup, l’investissement n’est jamais reparti. Le CICE, ça ne marche pas, c’est une usine à gaz que les patrons de PME répugnent à utiliser. La suppression du jour de carence dans le public a fait bondir l’absentéisme. Le matraquage fiscal des classes moyennes et supérieures continue de peser sur l’économie. La réforme des rythmes scolaires a rendu la semaine scolaire plus fatigante, créé des inégalités flagrantes entre les villes et a alourdi la charge sur les finances communales, une charge  qu’elles ne peuvent pas assumer sinon en augmentant les impôts locaux. L’institution du compte pénibilité crée des contraintes supplémentaires pour nos entreprises et ajoute à leur asphyxie administrative. Le laxisme imposé par la Ministre de la Justice aboutit à une explosion de la délinquance et des actes violents en tous genres. La suppression des aides aux entreprises a fait chuter le nombre des apprentis avant de mettre en place, en tentative de rattrapage, un dispositif tortueux qui ne résout rien. Même chose pour la TVA : après avoir abrogé la loi votée sous Sarkozy qui instituait la TVA anti-délocalisation, le pouvoir a mis en place une baisse des charges assortie d’une augmentation des taux de TVA en choisissant de cibler les activités non délocalisables avec un rendement plus faible et un vrai effet dissuasif sur les travaux concernés. La loi ALUR a été une catastrophe pour le bâtiment et il a fallu entreprendre son démontage partiel qui n’a pas fait revenir les investisseurs. La famille a été particulièrement visée au cours des trois dernières années par les lois sociétales et la suppression des aides qui accompagnaient une natalité soutenue. Même les domaines dits « régaliens » sont atteints : la Justice est entre les mains d’une gauchiste redoutable qui place ses pions partout, le plan Vigipirate absorbe l’essentiel de l’activité de la police et de la gendarmerie si bien que l’insécurité devient très préoccupante. Quant à notre armée, elle fait face grâce au professionnalisme de nos militaires, mais elle est à bout de souffle, notamment pour les matériels. Quel que soit le côté où l’on se tourne, on ne trouve que du mauvais.

Il faudra tout remettre à plat.

Comment va-t-on faire comprendre à nos compatriotes qu’hélas, si la droite revient au pouvoir, il faudra tout remettre à plat ? Tant de mesures ont révélé leur inefficacité et leur inadaptation au monde contemporain qu’il faudra, en effet, commencer par détricoter. Ensuite, il y aura la lourde tâche de tout remettre sur le métier pour prendre les bonnes décisions et mener les bonnes réformes. Je crois qu’il faut dès maintenant préparer les esprits à ce bouleversement si on veut éviter la lassitude des Français et le slogan facile : « ils passent leur temps à défaire ce que les autres ont fait ». D’abord affirmer clairement qu’on ne peut pas bâtir sur des fondements erronés. Or, ceux de la gauche le sont. Il faudra réaliser la grande réforme fiscale pour en finir avec ce fatras incompréhensible de taux et de niches et rétablir en priorité une fiscalité qui favorise l’investissement. Il faudra reprendre le chemin d’actualisation de la réforme des retraites car les caisses sont vides et la dernière réformette de la gauche a été un coup d’épée dans l’eau. Il faudra remettre le système éducatif sur des bases saines et revenir sur la réforme des collèges : il n’y a pas d’autre chemin que d'abroger cette dernière qui tire tout le dispositif vers le bas. Il faudra reprendre de fond en comble la réforme territoriale, dont le découpage a été bâclé sur un coin de table et les compétences distribuées en fonction des exigences des groupes de pression des associés du PS ou des chicayas internes. Aura-t-on le courage d’en finir avec les 35 heures qui continuent de coûter une fortune au trésor public et mettre en place une conception moderne du temps de travail par branche d’activités ? Pour la santé, il faudra revenir à la convergence tarifaire public-privé, supprimer le tiers payant généralisé et reprendre l’effort de rationalisation de l’offre hospitalière. Ce n’est là que l’esquisse de ce qu’il faudra entreprendre.

La volonté politique sera essentielle.

Pour construire sur des bases assainies, il faut faire comprendre clairement où l’on veut aller et comment on veut y parvenir. Mais ça va être difficile, car la pente à remonter demandera des efforts continus sur une longue période.  Et il n’est pas certain que le contexte international facilite la tâche, notamment si le « krack obligataire » tant redouté se produit, avec la remontée des taux d’intérêts sur la dette. Ce qui se passe en Chine n’est pas annonciateur de bonnes nouvelles pour la croissance mondiale, après la panne du Brésil et l’entrée en récession de la Russie.

 


DEBILES INCANTATIONS.

La croissance en panne

La France a connu une croissance zéro au deuxième trimestre. En réponse, les responsables de l’exécutif se drapent dans leurs certitudes, Sapin-les-bas-roses en tête. Au lieu de se poser les bonnes questions, ils répondent par des incantations, désemparés qu’ils sont que les réalités disent « merde » à l’idéologie. Et encore ne faut-il pas trop se plaindre, parce que ce serait bien pire si les conditions extérieures n’étaient pas aussi favorables : pétrole à prix cassé, taux d’intérêts surréalistes, euro affaibli… Si l’objectif  de 1% de croissance reste techniquement accessible, ce n’est pas avec une reprise qui s’essouffle sur un faux plat interminable que la France va résoudre ses difficultés. Sur le chômage, le déjà ex-ministre en charge a visiblement montré son impuissance et son découragement (mais il n’a rien proposé), et donc il va durablement rester à un niveau élevé. Et notre modèle social, si l’on en croit le discours de l’Elysée, comme le temps de la redistribution est venu, il n’a pas fini d’être financé à crédit.

Dans ces conditions il faudrait un taux de croissance phénoménal pour apercevoir le début du commencement du redressement des comptes publics. Inutile de dire qu’il ne faut pas y compter.  La croissance française n’a pas de moteur : l’investissement, nerf de la guerre, ne repart pas et les ménages continuent de privilégier l’épargne déjà pléthorique et par nature peu productive. Si on en est là, c’est parce que la confiance n’est pas au rendez-vous. Pour qu’elle revienne, il faudrait qu’il y ait un cap établi et compris. Le poids des prélèvements et l’absence de réforme de fond pèsent aussi lourdement. Si la croissance dépendait des dépenses publiques, nous serions les champions du monde. C’est tout l’inverse. La spirale infernale des prélèvements, du chômage et de la croissance en rade auraient plutôt tendance à s’emballer qu’à ralentir. Et l’effet d’optique est renforcé par la croissance réelle et solide des pays qui nous entourent. De quoi avoir le tournis !

Il n’y donc rien à attendre de cette rentrée du côté du gouvernement. Sauf un débat inutile sur les baisses de charges entre la gauche et… la gauche (plus à gauche). De quoi ajouter aux incertitudes. Le sujet n’est pas anodin. Sapin émet aujourd’hui une fin de non-recevoir aux demandes de sa majorité, mais demain qu’en sera-t-il ? Ce climat mouvant pèse sur l’activité, tout autant que les 35 heures, le compte pénibilité et autres dispositifs contraignants qui n’existent nulle part ailleurs. Nous avons les travailleurs les mieux protégés du monde, mais ils sont de moins en moins nombreux. Alors pensez-donc, quand on a l’outrecuidance de croire que l’on est un modèle pour le monde, on n’imagine pas qu’on pourrait aller voir chez ceux qui ont de la croissance, comment ils s’y sont pris.

La France est donc condamnée à faire du surplace. Donc à reculer, puisque les autres avancent. Mais étant la deuxième économie de l’Europe, elle tire la croissance de l’Union vers le bas. Les incantations : « la croissance, elle est là ! » tournent à la débilité !

 


CHRONIQUE DES JOURS QUI PASSENT

Tintin voyage

 

« T’AS PRIS TES PAPIERS ? »

Le senior ça voyage !

Et même ça prend l’avion. Il faut dire que les compagnies « low coast » y contribuent pour beaucoup. Comment résister à un aller-retour  Beauvais-Bratislava  à moins de 200€ pour un couple. Quand on constate ce qu’on paie en carburant et en péages avec la voiture on peut faire à peine 500 km pour le même prix ! Et encore, sans compter l’amortissement du véhicule, la pause resto quand ce n’est pas une nuit à l’hôtel pour un trajet plus long. Comme dirait l’autre : « y’a pas photo ! ». Alors, pourquoi se priver ? L’avion à bas prix ouvre des perspectives que je n’aurais pas imaginées il y a seulement 10 ans. Prague, Budapest, ces joyaux de l’Europe centrale semblaient tellement inaccessibles. D’abord il y avait autrefois l’obstacle du sinistre « rideau de fer ». Celui-ci levé, il y avait encore la distance. Alors quand on a la chance d’avoir des enfants expat’… plus d’excuses !

Mais voyager, pour un senior, c’est toute une entreprise.

D’abord,  il faut an-ti-ci-per, c’est la règle d’or. Avec un peu d’habitude, il suffit de surfer sur les sites appropriés d’internet pour trouver le meilleur tarif, mais en s’y prenant au moins trois mois à l’avance. Pas de souci, sauf avatar de santé, le retraité a le choix dans la date (s’il vous plait, pas de malice). Puis, il faut s’assurer d’avoir les « papiers » à jour et en règle, notamment la carte de SS européenne. On n’y pense pas toujours.  Enfin avoir un planning à sa disposition, éventuellement avec des « alertes » pour ne pas rater l’enregistrement en ligne, indispensable pour embarquer rapidement. La première fois, c’est un peu stressant. Surtout les premières fois où j’ai attendu mes billets par envoi postal. La routine vient vite surtout avec la possibilité de les imprimer en ligne dès la commande.

La date approche.

Les bagages deviennent le problème principal : comment emporter suffisamment  de vêtements sans dépasser le poids imposé, sinon, gare au coup de massue du supplément ? Ce n’est pas au guichet d’enregistrement qu’il faut s’apercevoir des kilos en trop. Ensuite vient la question : soute ou pas soute ? Sans être d’une importance vitale,  la réponse n’est pas anodine. Au début, notre bagagerie nous obligeait à choisir la soute. Si cela donne l’avantage de pouvoir augmenter le poids du contenu, elle impose l’attente à l’arrivée pour récupérer ses valises, avec le stress qui va avec, sans parler du supplément de prix. Avec l’habitude, nous avons opté pour la « valise cabine ». L’avantage du « bagage cabine » est incomparable : s’il impose des contraintes supplémentaires en restrictions sur le contenu, celui-ci permet un gain de temps appréciable aussi bien à l’enregistrement puisqu’on évite la queue fastidieuse au guichet pour la mise en soute, et avec le « check-in » en ligne on se présente directement à l’embarquement. A l’arrivée, aucune formalité, on peut se diriger directement vers la sortie. Le pied ! A condition d’avoir une organisation minutieuse du contenu de ses bagages qui doivent avoir le bon format pour entrer dans le coffre de la cabine. En général, il est limité à dix kilos par passager, ce qui s’avère amplement suffisant quand on voyage à la belle saison. Evidemment, s’il faut y fourrer des après-skis et une doudoune, ce sera plus compliqué. Nous avons donc acheté deux valises au bon format, qui sont venues enrichir une collection bien fournie et de tous formats !

Il faut penser à tout et méthodiquement.

Alzheimer s’abstenir. Les bagages à main font l’objet d’une réglementation stricte. Ce qui impose des trousses de toilette transparentes par exemple, pour faciliter les vérifications. Les volumes « liquides » sont très limités, mais fallait savoir qu’un « Reblochon fermier » en faisait partie : résultat, à la poubelle ! Douloureux mais impitoyable ! Quant au contenu de la valise, c’est une tâche qui m’est dévolue. Il paraît que je n’ai pas mon pareil pour « litter » les vêtements en couches fines, caser les rigides dans les coins, positionner les chaussures sur les bords. Le surplus ira dans le bagage à main permis : agenda, appareil photo, guides touristiques, etc… mais avant de quitter le domicile, ne pas oublier de poser la question qui tue : « t’as pris tes papiers ? ». Existentiel ! C’est la panne de voyage degré zéro, à éviter absolument. Tout comme les billets et les cartes d'embarquement.

« Les voyages forment la jeunesse », voilà un dicton qui se vérifie.

Le temps de la retraite permet plus que la période active « le voyage ». Alors qu’on se contentait de dépaysements dans l’hexagone, voilà que le temps libéré ouvre de nouvelles perspectives. Notre choix à nous, c’est l’Europe. Pas une grande ambition quand d’autres choisissent de courir le monde. Chacun façonne l’élargissement de son horizon à son besoin. Notre option nous permet de découvrir l’espace culturel auquel on appartient et dans lequel plonge nos racines. Quels points communs entre Prague et Barcelone, entre Vienne, Madrid et Paris ! Un peu comme un château renaissance où tout se ressemble sans que rien ne soit vraiment pareil, les capitales européennes nous offrent ce camaïeu d’art baroque, nouveau et moderniste ou encore d’architecture hausmannienne qui déclenche cette jubilation esthétique que rien ne remplace et qui justifie de l’avoir vécue. Et puis, il y a les vrais particularismes, ces détails qui n’appartiennent qu’à une culture, un peuple, un lieu. C’est la richesse de l’Europe, unie –on s’en rend compte à chaque pas- et si diverse. Cela vaut bien un peu de stress au départ, notamment celui irrépressible lié à la peur d'arriver en retard à l'aéroport, et la satisfaction de retrouver son nid, si possible intact au retour.

« Vos papiers ! » s’il vous plait. Bon voyage. 

 


çA NE VOUS AURA PAS ECHAPPé !

 

IMG_1134


La France court après sa croissance.

Avec 0,3% au 2ème trimestre elle sera inférieure de moitié à celle des trois mois précédents parce que ni les patrons, ni les ménages n’ont retrouvé la confiance nécessaire à une reprise confirmée. La consommation des ménages a baissé entre fin mars et fin juin et la production industrielle a reculé de 0,7%. La situation économique reste donc incertaine, très loin des discours glorieux de Manolito et de « Moi,je ». Il faudrait que la deuxième moitié de l’année se maintienne à 0,3 ou 0,4% par trimestre pour arriver à 1,2% de croissance du PIB, qui est la prévision retenue par les économistes…

En attendant, le folklore des dépenses et de la gabegie réunies continue. Vous me direz, c’est l’été. Le beau temps incite à la légèreté. Ce dont nos gouvernants n’ont certainement pas besoin. Voici quelques chiffres pour colorer la situation.

Exil fiscal.

Notre pays est bien un enfer pour les plus aisés et ils sont de plus en plus nombreux à faire le choix de l’exil. On a constaté une accélération des départs pour 2013 qui atteint une hausse de 40% par rapport à l’année précédente. Ce sont évidemment les redevables de l’ISF qui sont les premiers concernés  (+ 15%). C’est un appauvrissement pour la France et son économie.

Le plafonnement de l’ISF.

Celui-ci concerne un peu plus de 8 000 contribuables a été mis en place à la suite de l’abandon du bouclier fiscal institué sous Nicolas Sarkozy. En 2014, le nouveau dispositif aura coûté plus de 900 millions d’euros à l’Etat, bien plus  que le dispositif qu’il a remplacé (entre 600 et 700 millions). Le nombre de foyers à en bénéficier est plus restreint qu’avant, mais les sommes restituées bien plus élevées … Et si on supprimait cet impôt stupide qui ne rapporte rien !

C’est le temps de la chute des feuilles… d’impôts.

Puisqu’on est sur les impôts, rappelons que ce sont 74 milliards d’euros de hausses d’impôts et de charges qui ont été prélevées en trois ans dont 30 milliards sur l’ensemble des ménages. 20% des foyers (les plus aisés) ont absorbé 75% des hausses d’impôts sur le revenu en 2013 et 2014, soit près de 6 milliards d’euros. Inversement, avec l’effacement de la 1ère tranche sur les revenus de 2014, 9,3 millions de foyers verront leur impôt effacé ou diminué. L’inconvénient, c’est que la part des ménages imposables tombe à 46%, moins d’un foyer sur deux, et l’impôt se concentre sur les revenus les plus élevés : les 10% les plus riches acquittent à eux seuls 70% du montant total prélevé. Si ça n’est pas décourageant… Ah oui, il y a encore la solution d’aller voir ailleurs (voir le 1er §)

Cher président-délégué.

C’est un accord à 114 millions d’euros entre le PS et ses alliés, qui pue les petits arrangements entre « copains ». Pour ne pas faire de peine à ceux qui se verraient privés de leur siège de président de région à la suite du nouveau découpage, et aussi pour faire passer la pilule, on a glissé dans la fameuse loi NOTRe (la pompeusement nommée « nouvelle organisation territoriale de la république ») la création d’un poste de président-délégué. On ne sait pas à quoi il servira sauf qu’il devrait être plus important que les vice-présidents et aurait les mêmes indemnités et facilités de personnel que le président !!! C’est le contribuable qui paiera. Elémentaire ! En bon Français on appelle ça un « trucage » ! Et ça donne des leçons !

Le coup de Mistral.

La France est riche, chacun le sait bien. Elle a des finances qui lui permettent de renoncer à la vente de deux bateaux, achetés en bonne et due forme et de rembourser près d’un milliard d’euros. Outre le préjudice que ce renoncement porte à notre industrie, cette somme  est aussi un coup de froid sur nos finances publiques. Les « Mistral » portent bien leur nom. Car ils sont aussi le symbole d’un sérieux rafraîchissement de nos relations avec le Kremlin.

Les statuts de l’agence France-Presse.

Je ne résiste pas à vous présenter ce régal. Notre vénérable AFP nous offre un exemple très symbolique de la nécessité de remettre tout à plat dans ce foutus pays. On découvre que ce ne sont pas moins de 117 statuts sociaux différents qui régissent les personnels de l’agence. Quand le patron a décidé de mettre à l’ordre du jour la réforme nécessaire de ce fatras, tous les syndicats sont venus dire qu’ils boycottaient la réunion ! Vous voulez une idée de la situation kafkaïenne qui y sévit : les journalistes bénéficient de 44 jours de congés payés, les cadres administratifs de 50, voire 56 s’ils ont quinze ans d’ancienneté. Les RTT peuvent varier de 14 à 18 jours… Il y existe encore un statut de « radiotélégraphiste » (ben quoi ?) et un de « journaliste hippique » alors que l’agence ne couvre plus depuis belle lurette les courses de chevaux. Le « binz » dure depuis 18 mois. Pas facile de môôderniser !

1 million d’autoentrepreneurs

Un peu de baume pour terminer. Ce vieux pays a encore du ressort. La preuve, on a près du million d’autoentrepreneurs. En place depuis 7 ans, ce statut simple reste plébiscité par les Français qui souhaitent se mettre à leur compte. Ils sont 980 000 personnes à avoir lancé leur activité. Tout l’enjeu consiste à leur donner les moyens de faire croître leur activité. Et ça, c’est pas gagné avec les gouvernants qu’on a. Car il faut bien reconnaître que pour 90% d’entre eux, les revenus générés sont faibles.

Puisqu’on vous dit que tout va bien !

 


CHRONIQUE DES JOURS QUI PASSENT

Cedric demande à ton père

 

« DEMANDE A TON PERE ! »

« Dis, maman, est-ce que je peux aller au cinéma avec … ». La sentence tombe : «  Demande à ton père ! ». L’enfant est là et reste béat, les yeux écarquillés, le visage animé d’une moue perplexe. Evidemment ça n’est pas une réponse. Combien de gamins se sont retrouvés confrontés à cette situation bizarre qui peut intervenir à tous âges de l’enfance et surtout de l’adolescence.  Mais que peut vouloir dire cette défausse ?

Le plus souvent, c’est d’abord pour éviter de répondre à une demande embarrassante. Bien évidemment, ce : « demande à l’autre » (car l’inverse  « demande à ta mère » se pratique aussi), est un « non » déguisé dont on ne veut pas assumer la charge. Histoire de répartition des rôles : la mère « coucoune » et papa est le « gros méchant » qui interdit. Cette distribution des partitions, probablement trop académique, est de plus en plus battue en brèche par les mœurs contemporaines où l’autorité parentale est de plus en plus partagée… enfin, quand elle existe.

C’est aussi une fuite qui diffère le moment de dire « oui », un moyen dilatoire utilisé pour se donner le temps de se concerter avec le conjoint. Un moment mis à profit pour peser le pour et le contre d’une autorisation pour laquelle on peut avoir une hésitation : par exemple la première sortie en « soirée ». Ensuite, inexorablement, viendront les conditions qui traduisent l’anxiété rentrée devant ce-besoin-d’autonomie-qui-arrive-toujours-trop-tôt : avec qui, chez qui, présence des parents, heure de retour… Puis suivront, si c’est finalement « oui », les conseils ou les interdits : faire attention à ne pas fumer des « joints », de ne pas boire d’alcool (ou pas trop), et bien entendu les conditions du retour au bercail. Souvent la première fois l’autorisation est assortie d’un « on ira te chercher à telle heure ».  « La honte ! » protestera l’ado, cependant encore trop content d’avoir obtenu le feu vert.

C’est parfois une véritable incapacité à répondre à la question, quand on ne veut pas dire ce qu’on pense vraiment à son enfant. Une manière un peu vicieuse de déporter le débat vers le conjoint pour voir comment il va se débarrasser du problème. Ce n’est pas glorieux, mais ça peut être efficace surtout si celui-ci n’est pas encore rentré de son boulot. Un moment de répit gagné sur un peu d’hypocrisie. Il ne faut pas trop en abuser, parce que les enfants sont suffisamment futés pour faire le tri et s’adresser malicieusement  au bon interlocuteur suivant les situations : celui qui sera susceptible de dire « oui » plus facilement. 

C’est enfin la manifestation d’une impuissance à résoudre la question posée. La plupart du temps il s’agit d’un cas posé dans un travail scolaire. Il faut donc renvoyer à la personne compétente pour éviter d’apparaître trop nul. Un problème de math avec robinets et fuite ou de coureurs qui partent à la rencontre l’un de l’autre à des vitesses différentes (forcément, ça existe encore) … c’est papa qui s’y collera. Une question de vocabulaire ou de sens d’une phrase au style un peu alambiqué, à moins qu’il ne s’agisse de sciences de la vie, alors c’est plutôt maman qui sera présupposée détenir la clé. Ceci dit, cette répartition des compétences est purement subjective et ne s’appuie que sur une expérimentation très restreinte. Je sais que certains y liront une conception sociétale rétrograde pour ne pas dire franchement « réac ». J’assume !

« Téléphone donc à ton grand père, il doit savoir ça ! ». Je reçus donc un coup de fil d’un de mes petits fils qui voulaient des tuyaux pour un exposé sur le règne de Louis XV et les guerres qu’il a menées en Europe. Ah les exposés ! C’est le supplice des parents. Heureusement, « dnj il y a Wiki ! » (je traduis : de nos jours, il y a Wikipedia et ses imprécisions). J’avais ce qu’il lui fallait. Pas de mérite à cela, j’ai deux bouquins de Pierre Gaxotte sur le dit roi et sa mère savait qu’il frappait à la bonne porte. Je me souviens aussi d’une demande  d’une de mes petites filles pour un cas de grammaire pour lequel je lui ai fait part de mes lumières de grammairien sourcilleux.

Il y a donc une version à laquelle je n’avais pas pensé : « demande à ton grand-père », qui n’existait pas pour ma génération qui n’a guère connu ses grands-parents … Aujourd’hui, elle est peut-être beaucoup plus courante qu’on ne l’imagine avec toutes ces familles  décomposées ! Avec l’avantage d’avoir plusieurs grands-pères.

 


INDECROTTABLES SOCIALISTES !

Hollande 14

A la veille des vacances, on a appris par la voix du 1er secrétaire du PS, « Camba » pour les connaisseurs (peu nombreux), que le bureau politique a voté une motion réclamant une relance de la consommation en prélevant 10 milliards d’euros sur le CICE, sous prétexte que les patrons n’ont pas assez embauché. Déjà que ce dernier dispositif est une usine à gaz sous-dimensionnée, incapable d’intéresser les entrepreneurs par sa complexité administrative, voilà qu’on y rajoute une insécurité supplémentaire en changeant une nouvelle fois les règles du jeu en cours de route.

C’est pas comme ça que la confiance reviendra !

Mais au-delà, ce qui est bien plus grave, c’est que l’état-major du parti socialiste nous démontre une fois de plus son incapacité à s’adapter au monde réel. Les socialistes n’ont toujours pas compris que la relance par la consommation des ménages –à des fins électorales évidemment- ne peut plus produire de croissance et que si le gouvernement cède à ces sirènes-là, ce sont dix milliards empruntés de plus que l’on va jeter par les fenêtres.

Personne ne nie les bienfaits d’une politique de soutien au pouvoir d’achat des ménages, quand elle est appliquée ponctuellement pour répondre à une mauvaise passe conjoncturelle. Nous ne sommes malheureusement pas dans ce cadre-là : ce qu’on nous propose c’est de continuer à solvabiliser la consommation des ménages par des transferts sociaux, eux-mêmes financés par endettement. Sauf que dans le contexte d’une économie ouverte qui est celui de la France, le soutien à la consommation ne conduit pas à soutenir la demande adressée aux entreprises françaises, il bénéficie largement aux pays fournisseurs (à bas coûts) qui exportent vers notre pays. En fait de relance, ce serait plutôt la Chine ou l’Inde qui en tirerait un bénéfice de croissance.

Il y a plus grave.

Au point où on en est en France, avec le niveau d’imposition que nous connaissons, qui pèse notamment sur le tissu économique, le soutien à la consommation par les pouvoirs publics  est incompatible avec le soutien à l’offre des entreprises. Comme dans le cas présent, qui consiste à retirer 10 milliards destinés au soutien des entreprises, modeste contrepartie des lourds prélèvements opérés depuis 2012, ce type de soutien à la consommation  implique en effet des mesures (transferts redistributifs, baisses d’impôts sur les ménages …) financées par des prélèvements sur les entreprises (ici, 10 milliards du CICE détournés de leur objectif). On ne permet pas à leurs marges de se reconstituer,  on limite leurs capacités à investir : en clair, on ne leur permet pas de se développer et on s’étonne ensuite qu’elles n’embauchent pas.

Pourtant les socialistes devraient savoir que cette politique « keynésienne » dévoyée ne fonctionne pas : il suffit d’observer les résultats obtenus. Malgré une ponction d’impôts massive, non seulement les comptes n’ont pas été rétablis (toujours 4% de déficit) mais le pays a continué à s’endetter gravement, alors qu’aucune crise extérieure n’est susceptible de proposer un début d’explication. C’est le résultat d’une gestion franco-française erronée, purement et simplement.

Cette demande déjà largement subventionnée que les socialistes se proposent d’aggraver un peu plus, quand elle est menée sur la durée ne peut qu’entraîner des impôts et des déficits qui pénalisent les capacités d’investissement des entreprises et dégrade le potentiel d’offre. La France en est là. Les pouvoirs publics n’ont plus les moyens d’intervenir sur les domaines où leur aide serait justifiée comme par exemple favoriser l’innovation. Ils n’ont toujours pas compris que ce sont les entrepreneurs qui sont au cœur de la mécanique de la croissance. Ce sont eux qui connaissent les marchés, qui peuvent apprécier les forces et les faiblesses des produits déjà existants, qui en déduisent les opportunités de croissance. Mais qui à Bercy connait ces mécanismes ?

A la rentrée, le débat risque d’être vif.

Entre les partisans de la politique dite de "l'offre" comme Emmanuel Macron et la gauche du PS qui veut une financer une politique de la demande, ça va chahuter. Si le PS s’entête sur son schéma, ce sont dix milliards d’euros qui seront mis à la disposition des ménages avec l’espoir de gagner (peut-être) un point de croissance (avant les élections ?). En tout cas, le faire croire ! Sauf que les dits ménages au lieu de dépenser l’argent mis à leur disposition, s’empresseront de les thésauriser au lieu de les consommer. L’effet anxiogène dû à la dette gigantesque que chaque Français est capable d’apprécier, et aussi aux déficits qui semblent impossibles à combler sont deux entraves qui viennent s’ajouter et compliquent la reprise d’une vraie croissance en contribuant à gripper la machine. C’est bien pour ça  que l’on constate une hausse du taux d’épargne privée beaucoup plus importante que ce qui est habituellement constaté.

On peut donc parier que l’argent d’une relance par la consommation ira pour partie alimenter les importations et pour partie gonfler les assurances-vie ou les livrets d’épargne. Les entreprises françaises n’auront que des miettes. Donc, d’emplois, point à espérer. Au contraire, l’aggravation du chômage pourrait bien en être la résultante.

 


CHRONIQUE DES JOURS QUI PASSENT

Petit spirou qu'est-ce que tu fabriques

 

« MAIS QU’EST-CE QUE TU FABRIQUES ? »

C’est la question qui survient quand la maison est bien trop calme. Des enfants, ça vit : ça se chamaille, ça joue, ça va, ça vient d’une pièce à l’autre, ça crie ou ça chante. On est ainsi renseigné sur leur activité pendant que chacun vaque aux occupations domestiques. Evidemment tout cela est très variable en fonction de la progression en âge. C’est entre trois et six ans que l’on a en général les « usines à conneries ». Et alors là, il faut toujours avoir un œil sur ce qui se passe  comme quand on a du lait sur le feu, et craindre par-dessus tout le silence s’il se prolonge et qu’on n’y a prêté attention tout de suite. En général, c’est le signe d’une occupation intense  qui réclame de la concentration, et rarement sans « effets collatéraux ». Alors le tableau est facile à décrire : une mère ou un père, les mains sur les hanches dans l’embrasure d’une porte, en train de découvrir l’activité qui absorbe le gamin et surtout de constater les dégâts qu’elle occasionne : décoration murale inédite, découpage intempestif d’une revue à laquelle on tient, collage approximatif d’un objet endommagé… « Mais qu’est-ce que tu fabriques ! »

Ce n’est évidemment plus une question. L’enfant a bien senti dans l’intonation, comme un reproche de ce qu’il considérait comme une attitude noble : l’expression de son talent ou tentative de réparation d’un bris commis par inadvertance. Tout cela part d’un bon sentiment d’où l’intense décalage entre l’admonestation et sa bonne volonté : incompréhension qui se lit dans des yeux grands écarquillés par l’étonnement. Et là, de deux choses l’une, ou l’adulte pique une colère noire, ou il éclate de rire. Tout dépend de la gravité des dégâts et surtout de la répétitivité des actions considérées comme « délictueuses ».

Nous avons tous des souvenirs de bêtises faites par nos enfants. Il y en a un qui me revient à la mémoire en écrivant ces quelques lignes. Notre fille aînée devait avoir sept ou huit ans et avait invité une copine à jouer avec elle. Elle n’était pas du genre à collectionner les bêtises et nous lui faisions plutôt confiance. Ce jour-là, les deux filles jouaient dans la chambre à l’étage avec leurs poupées Barbie, alors très à la mode, avec toute la panoplie des vêtements à mettre et à retirer. D’habitude cela suffisait pleinement à les occuper un bon moment. Nous étions au rez-de-chaussée en train de bavarder. Toutefois, nous trouvions que l’animation à l’étage avait pris un tour bizarre. D’abord les voix nous parvenaient de la salle de bain et nous entendions l’eau couler puis cela s’arrêtait, puis recommençait. Prise d’un doute Paulette décida d’aller jeter un coup d’œil sur ce qui se passait. Elle ne fut pas déçue du voyage : les filles avaient  décidé –qui en eut l’idée ?- de teindre les cheveux de leur poupée et n’avaient trouvé rien d’autre pour cela que … l’éosine !

« Mais qu’est-que-vous fabriquez ? » : le spectacle en valait la peine. Le bidet exprimait son émotion avec un rose uniforme que les deux dégourdies essayaient de faire disparaître à force de rinçages successifs. On comprend qu’elles l’aient utilisé pour faire une couleur, la parenté avec le bac du coiffeur est évidente et surtout, le bassin était bien commode par sa hauteur. Mais on les suivait à la trace dans toute la pièce : le formica blanc des meubles arborait les empreintes des délinquantes en de multiples endroits, sans parler des malheureuses poupées dont les cheveux rouge vif refusaient de reprendre une couleur plus convenable. Le lavabo et la baignoire n’avait pas échappé non plus à leur coupable activité. Bref, un désastre. On en rit encore aujourd’hui, même si récurer la salle de bain ne fut pas de tout repos.

Inutile de préciser que dans les petits enfants on a eu, et on a encore, quelques occasions de poser la question.