BILLET D'HUMEUR
CHRONIQUE DES JOURS QUI PASSENT

LE BOUT DU ROULEAU

Bout du rouleau

Rentrée houleuse à La Rochelle, crise chez les Verts, polyphonie à droite et au centre, querelles à l’extrême-droite… et tous les problèmes qui restent pendants, sans esquisses de solutions : immigration, chômage, absence de croissance, violences et j’en passe. Drôle de rentrée !

L’échec, il est là !

Il suffit de voir le spectacle que les socialistes du PS ont donné à La Rochelle où ils se sont déchirés quasiment en public pour comprendre qu’il n’y a pas de ligne politique qui domine dans le parti dit « majoritaire ». Passons sur les détails des petits affrontements, des frondeurs et des siffleurs, ce qu’on a découvert ce week-end, c’est qu’il ne se passera rien d’important à partir de maintenant en matière de réforme. Quand le Premier Ministre est obligé de suer sang et eau en reprenant tous les poncifs de la gauche à laquelle lui-même ne croit pas pour calmer la « bronca » et tenter de redonner un peu de tonus à un parterre de militants désabusés quand ils ne sont pas déboussolés ou désemparés, c’est que la défaite est déjà consommée, au moins dans les esprits. Quand on engueule la base c’est que ça va pas bien. Comme l’on dit tous les commentateurs, il s’est « époumoné » ! Autant dire qu’il a perdu son temps.

Tragi-comédie chez les écolos.

Le départ d’Europe-Écologie les Verts de François de Rugy, puis de Jean-Vincent Placé, n’est pas une surprise : les deux hommes ruaient dans les brancards d’EELV depuis que Cécile Duflot et Pascal Canfin ont décidé, en avril 2014, de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls. Leur démission n’en traduit pas moins le chaos qui règne chez les écologistes, incapables de s’entendre. C’est un affaiblissement de plus pour la gauche. On ne voit pas de quelle manière la crise créée par leur départ pourrait être apaisée car Cécile Duflot est suffisamment têtue pour ne pas renoncer au plan qu’elle a conçu, celui de se rapprocher de l’extrême gauche de Mélenchon. Sauf que plus l’extrême-gauche durcit son discours, plus le Front National gagne des voix. La stratégie que Jean-Luc Mélenchon et Cécile Duflot tentent de mettre en place est suicidaire dans la mesure où ils n’ont toujours pas compris que, entre deux maux, il faut savoir choisir le moindre. Au lieu d’accepter le pis-aller que pourrait être François Hollande, ils font à peu près tout ce qui est en leur pouvoir pour assurer la victoire de leur pire ennemie, l’extrême-droite.

Fillon abat ses cartes.

« Osons » proclame celui qui fut cinq ans le premier ministre de Nicolas Sarkozy. « Osons dire, osons faire » … La volonté est là. Le programme aussi. Le plus complet, le plus fouillé, le plus charpenté. Probablement le meilleur pour redresser notre pays s’il était appliqué. J’y reviendrais dès que j’en aurais fait le tour. Mais qui écoute dans le grand public ? Le drame de François Fillon c’est qu’il n’est plus audible. Espérons que son audience reviendra, mais pour l’instant, quoi qu’il fasse, il ne parvient pas à s’affirmer sur le devant de la scène. Il faut dire que les médias ont des personnels tellement ignards en économie et en culture générale que bien peu sont en mesure d’apprécier l’ouvrage réalisé par le Sarthois et ses amis. Certains n’hésitent pas à affirmer que les autres candidats à la primaire n’hésiteront pas à puiser dans le document. Au moins le travail servira à quelque chose, sinon à quelqu’un. NKM a aussi sa petite mélodie en cette rentrée, et la polytechnicienne n’est pas en reste avec son choc fiscal à 100 milliards. Sa méthode va un peu à l’encontre de ce que préconise Eric Woerth, qui travaille lui pour Nicolas Sarkozy…  Alain Juppé publie sur l’éducation un document qu’on dit « modéré ». Il faut le lire bien évidemment pour se faire une idée. Mais bien malin qui peut s’y retrouver. Les amis, le temps presse, il va falloir vous mettre d’accord si on veut avoir du temps pour convaincre les Français.

Le Pen, ce vieil emmerdeur …

Marine devrait connaître son père. Elle devrait savoir que si Dieu lui prête vie, il n’a pas fini de lui causer des ennuis. Le vieux para de l’extrême-droite a mis tellement de temps à construire sa boutique et à réunir tous les groupuscules qui constituent l’aile droite ultra-conservatrice de notre pays pour en faire un parti qui compte, qu’il n’accepte pas que l’héritage soit avili par une doxa venue d’ailleurs et particulièrement de l’extrême-gauche que le vieux a toujours haïe. L’affaire est donc loin d’être consommée, quoiqu’en dise la patronne du FN.

Une France épuisée.

A l’image de sa classe politique qui peine à se renouveler, la France n’a plus de marges de manœuvres. Elle les a toutes épuisées. Qui le dit ? Ray Dalio, le créateur de Bridgewater, le premier « hedge fund » au monde. Et son diagnostic est sans appel. La France est trop endettée. Elle a atteint les limites de son cycle de dette à long terme, car les niveaux sont très élevés et les intérêts  ne peuvent pas tomber plus bas. Si elle tient c’est parce que la baisse des taux, l’affaiblissement de l’euro et les injections de liquidités par la BCE lui procurent ses derniers facteurs de soutien. Mais comme les taux ne peuvent plus baisser et que l’euro tend à se raffermir, ceux-ci vont s’émousser s’ils ne disparaissent pas. La France se heurte donc à deux obstacles majeurs : le niveau d’endettement et des perspectives médiocres de gains de productivité. La croissance annuelle de la France ne peut donc excéder 0,5% sur les dix prochaines années. La productivité est le facteur essentiel de la croissance à long terme et elle s’explique avant tout par la compétitivité de la force de travail. La France est très chère : les coûts de main d’œuvre, corrigés du temps de travail hebdomadaire, du nombre de semaines de vacances et du nombre d’années de travail au long de la vie, sont près de deux fois plus élevés qu’aux Etats-Unis ! Le remède existe. Il faudrait des réformes structurelles significatives concernant le marché du travail, les charges administratives, les transferts sociaux pour accroître substantiellement les revenus de production… Et maintenant faites la liste des « gros mots » qui viennent d’être écrits dans la dernière phrase. Valls l’a dit : on ne touche pas aux tabous !!!

Mais il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ….

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)