TU COMPRENDRAS QUAND TU SERAS GRAND !
BILLET D'HUMEUR

PENDANT LES VACANCES, LA CRISE CONTINUE

Retraites

 

Depuis le début de l’année, et même avant, on savait que l’économie mondiale allait mal. Mais nous étions obnubilés par le problème grec. Nos médias n’ont donc pas vu que le Brésil dévissait, que la Russie surjouait le nationalisme pour cacher son déclin économique, et surtout que la croissance chinoise, dont on annonçait sans jamais y croire qu’elle fléchissait dangereusement, allait dans le mur avec une bulle boursière devenue incontrôlable. En même temps, les américains hésitaient sur la conduite à tenir quant à leur politique monétaire et l’Europe, qui s’engageait dans la voie du « quantitative easing », n’arrivait pas à relancer convenablement la croissance sur l’ensemble du vieux continent. Et voilà : la bulle boursière a explosé à Pékin et la tempête s’est propagée à toute la planète.

Le tableau est apocalyptique.

Depuis le mois de juin, 10 000 milliards de dollars sont partis en fumée dans les bourses, dont une grande partie à Shanghai, épicentre de la spéculation, qui efface d’un seul coup tous ses gains de l’année. La tempête s’est propagée à toute la planète financière et pas une place n’est sortie indemne. Elle a provoqué dans la foulée le chaos sur les devises avec un euro qui remonte à 1,16$ et un yen plus que jamais valeur refuge, l’hécatombe sur les matières premières avec le pétrole qui plonge à 40$ le baril, du jamais vu depuis 25 ans, entrainant les métaux comme le cuivre et l’aluminium dans la descente aux enfers. Après un tel cataclysme, la consolidation  va prendre forcément du temps et le commerce mondial va s’en ressentir. Avec son corollaire inévitable : le ralentissement économique.

Comme quoi, l’alignement des planètes, naguère vanté par nos gouvernants myopes, a fait long feu. Si le prix du pétrole est une bénédiction, la remontée de l’euro est fort contrariante. Lot de consolation : les taux bas risquent de perdurer encore un peu. Mais un krach est un krach. En 2008 il était venu des Etats-Unis, cette fois-ci c’est l’Asie qui nous joue des tours. L’argent disparu, fruit de spéculations irresponsables, n’ira jamais alimenter l’économie réelle et le risque d’aggravation de la déflation est plus fort que jamais. La Chine, à l’origine de la panique généralisée pour cause de ralentissement inchiffrable, c’est soixante fois la Grèce en termes de richesse créée, et un élément perturbateur de grande ampleur. Evidemment la France en subira le contrecoup d’autant plus que ce nouveau choc intervient alors même que nombre d’Etats européens convalescents n’ont pas fini ou même entamé – à l’instar de notre pays – les réformes structurelles imposées par la précédente crise.

Mais tout va bien.

Manolito  trouve que les chiffres du chômage vont dans le bon sens, Pépère annonce des baisses d’impôts, Sapin estime que la croissance a redémarré comme prévu… et les tracteurs marchent sur Paris. Les frondeurs, Montebourg en tête, et les « ultra-gauche » célèbrent leur idole Varoufakis, comme quoi ils ne sont pas difficiles puisqu’ils ovationnent un vaincu. La Ministre de l’Education promène son arrogance insolente, les migrants continuent de déferler  sur le territoire, on s’entretue pour un rien au coin des rues, … Dormez en paix braves gens !

Les vacances ne sont qu’une parenthèse française.

Le monde continue sa vie sans nous et on a une bonne occasion de le constater. Car les faits sont par nature têtus : avec la rentrée, on retrouve le chômage là où l’on l’a laissé, la menace terroriste continue de s’accentuer, la croissance retombe, les nuages s’accumulent, l’orage, visible à l’horizon, gronde. Cette crise qui affaiblit la France n’existe que par les mauvais choix qui ont été faits et dans le tableau qui se présente à nous, le facteur le plus négatif, c’est le refus du pouvoir d’adopter la seule politique qui ait encore ses chances : réduction de la dépense publique et refonte du marché du travail. Pourtant la crise qui secoue la Chine nous concerne dans la mesure où elle est sans doute le premier marché du monde où les pays développés exportent énormément de marchandises. Moins d’exportations vers la Chine, moins de croissance en Europe et aux États-Unis, plus de chômage. Face à cette situation calamiteuse, il y a les forts et les faibles. La France fait partie des faibles qui verront leurs parts de marché diminuer un peu plus.

L’été a été celui d’une France immobile contemplant son marasme avec des ministres commentateurs comme M. Rebsamen qui préfère se réfugier sur son Aventin… Dans l’apathie de nos concitoyens, Il est facile de déceler davantage de résignation que de volonté d’en découdre avec un pouvoir qui a remplacé l’action par le verbe. Et c’est bien là notre malheur. Qui va nous réveiller ? Il faudrait un sauveur, mais il y en a dix… alors qui croire ?

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)