çA NE VOUS AURA PAS ECHAPPé !
DEBILES INCANTATIONS.

CHRONIQUE DES JOURS QUI PASSENT

Tintin voyage

 

« T’AS PRIS TES PAPIERS ? »

Le senior ça voyage !

Et même ça prend l’avion. Il faut dire que les compagnies « low coast » y contribuent pour beaucoup. Comment résister à un aller-retour  Beauvais-Bratislava  à moins de 200€ pour un couple. Quand on constate ce qu’on paie en carburant et en péages avec la voiture on peut faire à peine 500 km pour le même prix ! Et encore, sans compter l’amortissement du véhicule, la pause resto quand ce n’est pas une nuit à l’hôtel pour un trajet plus long. Comme dirait l’autre : « y’a pas photo ! ». Alors, pourquoi se priver ? L’avion à bas prix ouvre des perspectives que je n’aurais pas imaginées il y a seulement 10 ans. Prague, Budapest, ces joyaux de l’Europe centrale semblaient tellement inaccessibles. D’abord il y avait autrefois l’obstacle du sinistre « rideau de fer ». Celui-ci levé, il y avait encore la distance. Alors quand on a la chance d’avoir des enfants expat’… plus d’excuses !

Mais voyager, pour un senior, c’est toute une entreprise.

D’abord,  il faut an-ti-ci-per, c’est la règle d’or. Avec un peu d’habitude, il suffit de surfer sur les sites appropriés d’internet pour trouver le meilleur tarif, mais en s’y prenant au moins trois mois à l’avance. Pas de souci, sauf avatar de santé, le retraité a le choix dans la date (s’il vous plait, pas de malice). Puis, il faut s’assurer d’avoir les « papiers » à jour et en règle, notamment la carte de SS européenne. On n’y pense pas toujours.  Enfin avoir un planning à sa disposition, éventuellement avec des « alertes » pour ne pas rater l’enregistrement en ligne, indispensable pour embarquer rapidement. La première fois, c’est un peu stressant. Surtout les premières fois où j’ai attendu mes billets par envoi postal. La routine vient vite surtout avec la possibilité de les imprimer en ligne dès la commande.

La date approche.

Les bagages deviennent le problème principal : comment emporter suffisamment  de vêtements sans dépasser le poids imposé, sinon, gare au coup de massue du supplément ? Ce n’est pas au guichet d’enregistrement qu’il faut s’apercevoir des kilos en trop. Ensuite vient la question : soute ou pas soute ? Sans être d’une importance vitale,  la réponse n’est pas anodine. Au début, notre bagagerie nous obligeait à choisir la soute. Si cela donne l’avantage de pouvoir augmenter le poids du contenu, elle impose l’attente à l’arrivée pour récupérer ses valises, avec le stress qui va avec, sans parler du supplément de prix. Avec l’habitude, nous avons opté pour la « valise cabine ». L’avantage du « bagage cabine » est incomparable : s’il impose des contraintes supplémentaires en restrictions sur le contenu, celui-ci permet un gain de temps appréciable aussi bien à l’enregistrement puisqu’on évite la queue fastidieuse au guichet pour la mise en soute, et avec le « check-in » en ligne on se présente directement à l’embarquement. A l’arrivée, aucune formalité, on peut se diriger directement vers la sortie. Le pied ! A condition d’avoir une organisation minutieuse du contenu de ses bagages qui doivent avoir le bon format pour entrer dans le coffre de la cabine. En général, il est limité à dix kilos par passager, ce qui s’avère amplement suffisant quand on voyage à la belle saison. Evidemment, s’il faut y fourrer des après-skis et une doudoune, ce sera plus compliqué. Nous avons donc acheté deux valises au bon format, qui sont venues enrichir une collection bien fournie et de tous formats !

Il faut penser à tout et méthodiquement.

Alzheimer s’abstenir. Les bagages à main font l’objet d’une réglementation stricte. Ce qui impose des trousses de toilette transparentes par exemple, pour faciliter les vérifications. Les volumes « liquides » sont très limités, mais fallait savoir qu’un « Reblochon fermier » en faisait partie : résultat, à la poubelle ! Douloureux mais impitoyable ! Quant au contenu de la valise, c’est une tâche qui m’est dévolue. Il paraît que je n’ai pas mon pareil pour « litter » les vêtements en couches fines, caser les rigides dans les coins, positionner les chaussures sur les bords. Le surplus ira dans le bagage à main permis : agenda, appareil photo, guides touristiques, etc… mais avant de quitter le domicile, ne pas oublier de poser la question qui tue : « t’as pris tes papiers ? ». Existentiel ! C’est la panne de voyage degré zéro, à éviter absolument. Tout comme les billets et les cartes d'embarquement.

« Les voyages forment la jeunesse », voilà un dicton qui se vérifie.

Le temps de la retraite permet plus que la période active « le voyage ». Alors qu’on se contentait de dépaysements dans l’hexagone, voilà que le temps libéré ouvre de nouvelles perspectives. Notre choix à nous, c’est l’Europe. Pas une grande ambition quand d’autres choisissent de courir le monde. Chacun façonne l’élargissement de son horizon à son besoin. Notre option nous permet de découvrir l’espace culturel auquel on appartient et dans lequel plonge nos racines. Quels points communs entre Prague et Barcelone, entre Vienne, Madrid et Paris ! Un peu comme un château renaissance où tout se ressemble sans que rien ne soit vraiment pareil, les capitales européennes nous offrent ce camaïeu d’art baroque, nouveau et moderniste ou encore d’architecture hausmannienne qui déclenche cette jubilation esthétique que rien ne remplace et qui justifie de l’avoir vécue. Et puis, il y a les vrais particularismes, ces détails qui n’appartiennent qu’à une culture, un peuple, un lieu. C’est la richesse de l’Europe, unie –on s’en rend compte à chaque pas- et si diverse. Cela vaut bien un peu de stress au départ, notamment celui irrépressible lié à la peur d'arriver en retard à l'aéroport, et la satisfaction de retrouver son nid, si possible intact au retour.

« Vos papiers ! » s’il vous plait. Bon voyage. 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)