Previous month:
novembre 2007
Next month:
janvier 2008

BONNE ANNEE

Avec le renfort de tout leur clan, Paulette et Daniel vous crient :

P1000932                                      

                                                          

                 

                                                                                                                                                                            BONNE ANNEE 2008 !

  (Cliquez sur la photo, vous aurez une idée de l'ambiance)   

                                                


JOYEUSES FETES

Perenoel11_small

           Chers amis et fidèles du bloc-notes,

Paulette et moi vous souhaitons de passer de bonnes fêtes de fin d'année.

                                                  JOYEUX NOËL à tousPre_nol

          Le bloc-notes se met en veilleuse pour la trêve des confiseurs et aussi parce que nous avons envie de profiter pleinement de tous nos enfants et petits-enfants. Rendez-vous donc au début de l'année prochaine.                           

                             A bientôt,

                                                                     Daniel

                                                               


LETTRE AU PERE NOEL

Qu'est-ce qu'on pourrait bien demander au Père Noël comme cadeau politique pour l'année 2008, après 6 mois et quelques de Présidence SARKOZY ?

Le dynamisme n'étant pas en cause, nous voudrions bien quelques aménagements de détail dans la conduite des affaires. D'abord la vie privée du Président. Certes, elle ne regarde que lui tant que les affaires de l'Etat n'en souffrent pas et que l'image de la France n'est pas affectée. Sa liaison avec Carla BRUNI, réputée pour être de gauche, ne serait donc qu'un prolongement de l'ouverture. Ce qui peut gêner c'est la rapidité avec laquelle les choses se font et se défont. De là à en tirer la conclusion qu'en amour il traite les choses avec la même méthode qu'en politique, il n'y a qu'un pas. Car Nicolas SARKOZY poursuit sa course d'obstacles sans ralentir, une crise débouchant sur la suivante. Tellement que l'on finit parfois par douter de la cohérence.

Dans le domaine cris et chuchotements, on aimerait aussi y voir plus clair. On peut aimer la liberté de ton et de parole des uns et des autres, mais les écarts de langage et la véhémence finissent par donner l'image d'un gouvernement "auberge espagnol" où chacun peut dire et faire ce qu'il veut. Alors que ce n'est sûrement pas le cas. Le Président gagnerait à border un peu les choses. Le bon moyen d'éviter le "c'est dégueulasse !" de Fadela AMARA était de renvoyer l'amendement sur les tests ADN dans les tiroirs d'où il n'aurait jamais dû sortir. Et organiser la visite de M. KADHAFI de façon qu'elle ne commence pas un jour qui puisse faire hurler Rama YADE : "la France n'est pas un paillasson". Car au-delà de l'impertinence du propos, c'est le problème de la marge de manoeuvre des ministres d'ouverture qui est posée. On peut penser que si le Président les a nommés, c'est qu'il n'est pas hostile à leurs idées. Il faut donc en assumer les conséquences de manière plus organisée. Cela mettrait moins notre Ministre des Affaires Etrangères en porte-à-faux... par exemple.

Peut-être que les Français attendent un peu plus de modération dans les choix de villégiature de leur Président. Ils espèrent surtout que les réformes ne seront pas superficielles et que l'on ne donnera pas plus de la main gauche que ce que la main droite aura voulu corriger.

Notre vieux pays avait besoin d'être bousculé. Mais il aspire aussi à l'apaisement. Je ne sais pas si le Père Noël a tout cela dans sa hotte.

                                                       


HIVER

Bonhomme_de_neige_2                                                                                                 

Dans la nuit de l'hiver
Galope un grand homme blanc.
Galope un grand homme blanc.
C'est un bonhomme de neige
Avec une pipe en bois
Un grand bonhomme de neige
Poursuivi par le froid.
Il arrive au village
Il arrive au village
Voyant de la lumière, le voilà rassuré.
Dans une petite maison, il entre sans frapper.

Dans une petite maison, il entre sans frapper.
Et pour se réchauffer
Et pour se réchauffer
S'asseoit sur le poêle rouge
Et d'un coup disparaît.
Ne laissant que sa pipe
Au milieu d'une flaque d'eau
Ne laissant que sa pipe
Et puis son vieux chapeau.

                                                                         

          Jacques PREVERT

                                                                                                 

Le bloc-note a revêtu son habit de frimas et de froidure. L'hiver est là. Les jours vont commencer à s'allonger tout doucement....

                                                                           


400 MILLIONS

Drapeau_europenCe soir à minuit nous serons 400 millions d'Européens dans le même espace sans frontières.  En effet, l'espace dit de "SCHENGEN" s'ouvre à 9 pays supplémentaires, de l'ex-Europe de l'Est pour la plupart. "Nous pourrons voyager sur plus de 4000 km de Tallinn en Estonie à Lisbonne au Portugal sans aucun contrôle frontalier" s'est exclamé M. FICO, le Premier Ministre Slovaque. Il a scié symboliquement avec le Chancelier autrichien une barrière du poste frontière de Berg-Petrzalska. Des festivités vont avoir lieu sur de nombreuses frontières sur le thème "Noël sans frontières": feux d'artifice, discours, bals.... Cette ouverture est perçue comme l'ultime démantèlement du "rideau de fer" qui avait coupé l'Europe en deux pendant la période des démocraties populaires communistes.

Cette ouverture s'est faite après d'intenses préparatifs pour coordonner les polices, le système des visas, mettre en place les fichiers informatiques, etc... Ces pays prennent une responsabilité importante puisqu'ils deviennent les nouvelles frontières de l'Europe. Mais pour ces peuples, la joie, c'est de partager avec tous les autres européens la même liberté de mouvement. Cette liberté devenue si banale chez nous.

L'Europe n'en finit pas de franchir les étapes de sa communauté de destin. Ce qui a fait dire à José Manuel BARROSO :"Ensemble, nous avons supprimé les contrôles aux frontières, ces obstacles à la paix, à la liberté et à l'unité en Europe, tout en instaurant les conditions favorables à une sécurité accrue".

                                                                         


Barnum Circus Hit (suite)

"J'ai rompu les discussions avec Laurent GERAULT et Christophe BECHU. Je ne discute plus qu'avec le Maire d'Angers". Combien on parie que la "Bernadette" négocie sa place sur la liste du maire sortant ! Je peux d'autant mieux l'affirmer que je suis persuadé qu'il n'y a pas eu le moindre échange avec les deux sus-nommés. Ce type d'affirmation, c'est pour amuser la galerie et faire croire qu'il y a des gros méchants d'un côté et un gentil agneau de l'autre. Bernadette, c'est son ambition dévorante qui la mène... et qui la perdra. Au MoDem, on doit drôlement s'amuser. L'un des adhérents, A.C., me demandait récemment :" Quel est le mois où l'on dit le moins de conn....?" Comme je lui disais mon ignorance, il me dit :" C'est le mois de FEVRIER, parce qu'il n'a que 28 jours !"  Les initiés comprendront.

                                                                                          


FOULARD BLEU

Il y a dans le journal Ouest-France d'aujourd'hui un compte-rendu des débats du Conseil Général de Maine-et-Loire sur le vote du budget qui est d'une grande qualité par sa précision tout en étant très synthétique. Une bonne analyse et un rendu sans parti pris des positions des intervenants. Je rouspète suffisamment contre la subjectivité des journalistes pour ne pas dire aussi quand j'apprécie un article. Il était signé Alain MACHEFER.

Comme tout vient à point à qui sait attendre et qu'il m'avait reproché de ne pas lui envoyer "l'écharpe bleue" promise pendant la campagne des législatives, j'ai pensé que cette période de Noël, propice aux cadeaux, était le bon moment pour mettre la promesse à exécution. Ce qui a été fait aujourd'hui. J'espère qu'elle contribuera à lui inspirer souvent des textes comme celui d'aujourd'hui.

                                                                               


CALAIS

P1000796 Hier, je n'ai pas mis ma contribution quotidienne sur le calepin pour cause de déplacement à CALAIS pour visiter le site de traitement de déchets par méthanisation. Aller-retour dans la journée avec mon ami Robert : départ 7H, retour 23H et 4 heures sur place. C'était très intéressant et j'ai complété encore mes connaissances sur le sujet.

Je vous en parlerai bientôt.

                                                                           


INDEMNITE

Fortune_100

Stupeur quand j'ai lu l'expression réservée aux groupes politiques dans le magazine de Saint-Barthélemy. Les rédacteurs du billet du groupe "Saint-Barthélemy la vie" (PS) évoquent les disqualifications sociales qui grandissent... pendant que certain se vote 170% d'augmentation de salaire. Est-ce le Maire de Saint-Barth qui aurait fait ce coup-là ?

Renseignement pris, il faut comprendre qu'il s'agit de l'indemnité de Nicolas SARKOZY. Quel rapport avec Saint-Barthélemy ?  Comme la mesquinerie va se nicher jusque-là, il faut bien tordre le coup à ce qui n'est qu'un discours de circonstance.

Oui le Président de la République a fait voter par l'Assemblée Nationale une nouveau régime indemnitaire  dont le montant était fixé de manière discrétionnaire par l'hôte de l'Elysée. De fait Jacques CHIRAC s'était alloué quelques 6 000 € par mois, auxquels s'ajoutaient le cumul de ses différentes retraites. Au final, l'ancien président empochait un peu plus de 20 000 €.  Nicolas SARKOZY a voulu mettre fin à ce régime opaque. Il a fait voter par le parlement un régime indemnitaire et le budget de l'Elysée (avec contôle de la Cour des Comptes) pour que ce soit désormais "transparent" et non cumulable avec d'autres revenus.  On peut considérer que c'est une augmentation, effectivement, puisqu'il est trop jeune pour jouir de pensions ou de retraites....

Alors il va toucher au premier janvier 2008, 19 331 € nets par mois. A titre d'exemple, Mme MERCKEL touche 23 000 € plus son traitement de député, Gordon BROWN a 22 000 €, Georges BUSH 23 000 €....Le Roi du Maroc à 35 000 €, et je ne vous parle pas du sultan de BRUNEï......

On voit bien qu'il n'y a rien de déraisonnable dans la somme qui a été fixée pour rétribuer le Président de la République. Etait-ce le moment ? Pour ce genre d'ajustement, ce n'est jamais le moment. Mais comparer la somme en prenant pour référence le SMIC, c'est à la fois caricatural et dénué de sens.

                                                         


LA PLACE DES FEMMES

P1000784P1000786P1000793 P1000789

                                       

                                                                                                                                                                                                                                                                                        

150 personnes avaient répondu à l'invitation des femmes de l'UMP de Maine-et-Loire pour un dîner-débat sur le thème :"Aujourd'hui en France, quelle est la place de la femme dans la société" ?". C'était à l'Hôtel du Lac de Maine, jeudi dernier. Avec une invitée d'honneur : Chantal DESBORDES, Contre-Amiral de la Marine Française et auteure du livre "Une femme Amiral".

La présentation de la soirée revenait à Danielle MESNARD, responsable de l'animation du groupe "Actualités-femmes" au sein de la fédération. Le débat était organisé en trois temps correspondant aux trois thèmes de travail. Les Saumuroises planchaient sur "l'engagement de la femme dans le monde du travail", les Angevines sur "Libertés des choix de la femme au quotidien" et les Choletaises sur "l'engagement de la femme en politique". Les trois groupes intervinrent à tour de rôle : les Saumuroises pour l'entrée, les Angevines pour le plat principal et les Choletaises pour le dessert, une manière de rendre moins pesant leur travail très approfondi . Et il faut dire qu'on ne s'est pas ennuyé. Sur les trois thèmes, les témoignages ont apporté des éclairages concrets et vivants de ce que vivent les femmes dans notre pays aujourd'hui.

Conclusion : nets progès de la condition féminine vers l'égalité, mais doit encore progresser. Quelques moments forts : l'exposé de Geneviève MAURAS, ancien doyen de la faculté de médecine d'Angers, évoquant le monde "clos" de l'Université, la prise de parole de Marie-Christine PELLETIER, adjointe au Maire de Cholet et élue depuis 28 ans... Un monument de la politique choletaise et de l'énergie à revendre. Un parcours qui reflète des convictions... fortes ! Ou comment le notariat ne mène pas forcément à l'étude. Et puis il y a eu le témoignage de "l'Amirale". Une personnalité au sens plein du terme. Son itinéraire marque le point de départ de l'affirmation féminine dans la Marine, c'est dire les difficultés auxquelles elle a pu être confrontées. Un seul remède : la compétence et l'action. On s'aperçoit que les femmes sur un bateau (ou pourrait dire comme partout) sont un plus d'efficacité et de rendement. Obligées d'être incontestables, leur motivation sert d'émulation à tous les hommes. Mais une femme hors du commun, on le sent.

Les personnalités de la Fédération ont bien entendu apporté leur pierre à l'édifice qu'il s'agisse de Catherine DEROCHE, qui ne sent pas particulièrement "femme" quand elle intervient en tant qu'élue et Marc LAFFINEUR qui a montré l'intérêt des listes paritaires et la complémentarité nécessaire des approches, les femmes étant, selon lui, plus attachées au concret et allant plus au fond des choses.

Une soirée passionnante ! Merci Mesdames.

                                                                                    


UN CONTINENT DE DECHETS !

On le trouve dans le Pacifique. Il fait près du 1/3 de la superficie de l'Europe. Dans les eaux internationales, personne n'est responsable, on s'en doute bien.

Dans le Nord-Est du Pacifique, entre la Californie et Hawaï, les déchets produits par les activités humaines et déversés dans les océans seraient acheminés par les courants marins vers un nouveau continent boulimique dont la taille atteint près de 3,5 millions de km2 !

Selon des observations et un suivi effectués depuis plus de dix ans par "l'Algalita Marine Research Foundation", sous l'effet des courants marins, les déchets provenant des littoraux et des navires flottent des années avant de s'accumuler dans deux larges zones connues sous les noms de "plaque de déchets du Pacifique est"  et "plaque de déchets du Pacifique ouest". Ces deux plaques forment un monstre dont la taille aurait déjà triplé depuis les années 90 et représente un poids de 3,5 millions de tonnes.

Jusqu'alors, les débris flottants étaient détruits par les micro-organismes mais cela n'est plus le cas avec l'arrivée du plastique qui constituent 90% des déchets flottants sur les océans. le programme des Nations Unies pour l'Environnement mentionnait en juin 2006 qu'on trouve en moyenne 46 000 morceaux de plastique pour 2,5 km2 d'océan sur une profondeur de 30 m. Dans certains endroits elle est six fois supérieure à celle du plancton.

Ce qui pose problème c'est le temps nécessaire à la dégradation de ces plastiques (entre 500 et 1000 ans) et la toxicité des éléments qui les composent. Inutile de préciser quels dégâts ils occasionnent sur la faune. On estime qu'environ 1 million d'oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année de l'ingestion de plastiques, à l'échelle de la Terre... Et 267 espèces marines seraient affectées par la présence de cet amas colossal de déchets. Là aussi le point de non retour semble dépassé.

Comme quoi il n'y a pas que le réchauffement climatique . L'homme saccage les forêts, pourrit les océans, extermine les espèce animales..... Ceux qui en ont conscience ne sont pas encore assez nombreux.

                                                                              


BECHU FAIT SA COM'

Doc_bchu_1Les équipes sont en place et la distribution a commencé. Christophe BECHU écrit aux Angevins pour leur expliquer pourquoi il a décidé de se présenter à leurs suffrages, leur dire qui il est et comment il compte s'y prendre. "ANGERS, CHOISIR L'AVENIR", ce sera l'emblême de sa liste. Une référence évident à sa jeunesse. Mais pas seulement. Il compte jouer la carte de l'ouverture et de la diversité : voilà pourqoi on retrouvera côte à côte Michelle MOREAU, Laurent GERAULT et hervé CARRE. Voilà pour le côté pile.

Côté face, le document décline quelques points déjà évoqués dans les conférences de presse : le tracé du tramway, le nouveau stade, l'insertion des jeunes, la sécurité. Une amorce du programme qui sera décliné plus tard. Avec un fil rouge : "Angers peut faire plus et mieux". Un moyen aussi de faire connaître ces choix au plus grand nombre. tout le monde ne lit pas la presse, loin s'en faut.

La distribution (80 000 exemplaires) sera faite par les militants, sur toute la semaine. Normalement, toutes les boîtes de la cité recevront le document d'ici vendredi prochain. Pour les éventuels "oubliés", il y en a toujours, ils pourront toujours se le procurer à la permanence, 22 rue Saint-Julien à Angers. elle est ouverte en continu tous les jours.


IRRESPONSABLES

Voilà un adjectif qui va me permettre de traiter plusieurs sujets d'actualité.

IRRESPONSABLES. Ce sont les Américains à BALI. L'administration BUSH n'a pas encore pris la mesure de l'enjeu du réchauffement climatique. Combien de "Catherina" faudra-t-il pour que G.W. comprenne  ? Jusqu'au bout les européens et les autres continents ont tenu bon. Mais les résultats, s'ils ne sont pas négligeables, sont en deçà de ce que la situation exige. Les concessions américaines ont permis de sauver la mise, mais la communauté internationale continue de perdre du temps. Le calendrier chiffré n'interviendra que dans deux ans. D'ici là, la Maison Blanche aura peut-être changé de locataire et de position.... Il faudra alors mettre les bouchées doubles.

IRRESPONSABLES. Se sont les cris d'orfraie poussés par la gauche française au moment de la venue de KADHAFI en France. Exagérés, serait plus juste.Il est aujourd'hui en Espagne, reçu par le gouvernement socialiste de M. ZAPATERO. Là-bas, on n'entend pas de telles indignations. Les Pyrénées restent toujours une frontière. Ce qui est vrai d'un côté.... On sait bien que le citoyen-"guide" de la Libye est un personnage fantasque pour qui le mot "démocratie" n'a pas le même sens que chez nous. Mais arrêtons de nous voiler la face. Depuis le retour de ce pays dans le giron des nations après la levée de l'embargo qui le frappait, nous sommes les derniers à nous y être intéressés ou presque. Nicolas SARKOZY n'ignorait pas tous les inconvénients d'une telle visite, mais il a raison quand il dit qu'il faut encourager tous ceux qui tournent le dos au terrorisme.

IRRESPONSABLES. Ce sont les enfants de DON QUICHOTTE qui veulent rééditer leur coup médiatique de l'an passé en plantant des tentes dans Paris. Les personnes qu'ils avaient contribué à "délocaliser" étaient dans un état sanitaire et psychologique bien plus dégradé après l'opération qu'avant, parce qu'ils avaient été sortis des réseaux qui avaient l'habitude de les assister. Et menteurs, en plus ! Parce qu'il n'est pas vrai que le gouvernement n'a pas respecté les accords de l'an passé. Toutes les places d'hébergement ont été créées. Il en reste même à Paris qui sont encore libres. Ce qui est vrai, c'est que beaucoup de ceux qui en bénéficient depuis quelques mois pourraient maintenant aller vers un logement "autonome". Mais ces logements aujourd'hui n'existent pas et on ne peut pas le reprocher au gouvernement. C'est 10 ans de construction de logements sociaux en nombre insuffisant qu'il faut rattraper. L'effort a commencé il y a deux ans, et on est encore loin du compte, même en construisant trois fois plus... Alors il faut gérer l'urgence en flux tendu !


UN SEUL DIMANCHE AU BORD DE L'EAU....

... aux tré-molos / des p'tits oiseaux....

Ah, le travail du dimanche, depuis le temps qu'on en parle, il fallait bien que ça vienne. Notre vie moderne, les femmes qui travaillent, et tout ça, font qu'il faut du temps pour faire ses achats, puiqu'on n'a plus assez de temps sur les autres jours. C'est vrai surtout dans les grandes villes et particulièrement la région parisienne où les Franciliens passent couramment 1H30 dans les moyens de transports pour se rendre à leur travail. Déjà de nombreuses dérogations étaient accordées par les préfets. Il n'y a qu'un commerce, allez savoir pourquoi, qui n'avait jamais le droit d'ouvrir, c'est le négoce du meuble. Et pourtant c'est bien celui pour lequel cette ouverture serait justifiée : l'achat de mobilier nécessite du temps et engage des sommes souvent importantes.

On peut donc se réjouir de l'assouplissement envisagé par le gouvernement. D'ailleurs de nombreux commerces dont la taille le permet, bravent l'interdit et préfèrent payer les amendes, compte tenu du rendement de cette journée, malgré les contraintes qui pèsent sur le personnel et les salaires. Permettre l'ouverture, c'est quelque part rétablir une égalité des chances dans la concurrence avec les entreprises plus petites. C'était dimanche dernier la "foire aux marrons" à Chalonnes et le seul magasin qui était fermé était celui du fabricant local de meubles, réputés dans le secteur ; une affiche était apposée pour bien expliquer qu'il aurait bien voulu être ouvert, mais "interdiction oblige", et elle était destinée autant aux consommateurs incrédules qu'aux Chalonnais qui n'auraient pas forcément compris cette "non participation" à l'animation locale.

Bien entendu il faut que cet assouplissement de l'ouverture du dimanche pour les commerces respecte le personnel en se faisant sur la base du volontariat et permette à ceux qui font le sacrifice, d'être mieux rémunérés tout en gardant une journée de congé en remplacement. Une fois que tout cela est dit, on sait bien que les conditions réelles sont parfois beaucoup plus crues. Il ne faut pas perdre de vue, non plus, l'intérêt du repos dominical pour son caractère familial. A quoi sert de batailler pour obtenir le samedi matin sans école si c'est pour travailler le dimanche ?

Il faut donc veiller aux conséquences de ce que serait une banalisation du travail le dimanche, à la fois pour les rythmes scolaires et comme point de repère social qui justifie des compensations en salaire et en congé.

Autrement dit, d'accord pour le travail du dimanche, à condition que le dimanche reste le dimanche ! 

CQFD.

                                                   


LE TRAITE DE LISBONNE

13 décembre 2007, une date pour l'Histoire !

Parlement_europeen_newsletterLa constitution s'appellera donc "Traité de Lisbonne". C'est une victoire pour la France.

Cet événement est aussi une victoire de Nicolas SARKOZY dont l'engagement sans faille sur le dossier européen est une nouvelle fois salué. Ce traité simplifié, c'est son idée. Il a su convaincre personellement un à un les autres chefs d'état européens. Il l'a portée tout au long de sa campagne électorale.

L’énergie, la détermination, la rapidité auront réveillé les consciences européennes assoupies ou effrayées par des opinions publiques inquiètes. Ce traité est absolument nécessaire : pour assurer un développement durable, promouvoir la protection des salariés, maîtriser les flux migratoires, seule l’Union peut faire la force ; seule l’Union peut faire ce dont aucun pays européen n’est capable individuellement : réguler la mondialisation, en dégager les bienfaits, en juguler les méfaits.

Ce traité n’est pas un succédané honteux de la défunte constitution : il tire les leçons des non français et néerlandais ; il est la réponse adéquate à la peur, qui s’était faite jour alors, d’une Europe au service d’une économie anarchique et injuste. Les instruments d’une Union efficace et juste sont aujourd’hui entre nos mains.

Le traité n’est qu’un début : il nous donne les moyens de réaliser ces grandes ambitions ; à nous d’être à la hauteur de la tâche. Le traité simplifié est plus qu’une étape majeure de la construction européenne ; c’est un nouveau commencement.

"Pour arriver à ce résultat, tous les gouvernements ont fait preuve de courage politique. Je vous invite maintenant à faire preuve de la même détermination pendant la période de ratification", a déclaré le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Conscient du scepticisme grandissant vis-à-vis du projet européen, il a aussi appelé les gouvernements à "communiquer" sur les bienfaits du traité et à répondre à l'attente des citoyens, qui "veulent des résultats".

48heuresLa France sera probablement le premier pays européen à le ratifier en janvier prochain. Un signal fort envoyé à tous ses partenaires, un exemple à suivre pour dire la bonne nouvelle : la France est de retour et active dans la construction européenne qu'elle avait mise en panne. D'autant plus active qu'elle va prendre son tour de présidence au second semestre 2008 et qu'elle est déjà à la tâche pour aider la Slovénie qui lui a demandé son assistance pour assumer la sienne au premier semestre.

2008, une grande année pour l'Europe.
                                                                                                


LES CHIENS ABOIENT, LA CARAVANE PASSE

Quel raffut !

Enfin l'opposition de gauche a trouvé un terrain d'entente sur un sujet. Au moins la venue de KADHAFI aura servi à quelque chose. Mais la fureur qu'elle orchestre savamment en utilisant toutes les occasions, n'arrive pas à cacher le fait qu'elle est "à poil". Demain, le tumulte retombera, et la vérité réapparaîtra dans toute sa nudité : l'opposition ne s'est toujours pas remise de sa défaite. Elle n'a pas encore reconquis sa crédibilité alors que les municipales s'annoncent. La querelle du couple HOLLANDE-ROYAL qui avait plombé la campagne côté PS perdure à travers le livre qe cette dernière publie et où elle règle ses comptes. le Premier secrétaire n'est toujours pas prêt à faire l'ouverture vers le MoDem de BAYROU alors que la "candidate-de-dans-cinq-ans" visiblement en rêve toujours. C'est la gauche dite "anticapitaliste" qui marque des points et progresse dans les sondages (on se croirait revenu au XIXème siècle, au mieux sous Georges MARCHAIS, le rire en moins).

De GAULLE ne disait-il pas "entre moi et les communistes, il n'y a rien !". De fait on est revenu dans la même configuration qu'à l'époque où la gauche modérée était ballottée entre de multiples officines dont la SFIO peinait à émerger. Sauf que le PC est en miettes et que le relais est pris par l'extrême gauche. Pour le moment, les socialistes ne savent pas où ils vont. On comprend qu'ils ne soient pas tentés par l'ouverture vers BAYROU, d'abord parce qu'il n'est pas du tout de gauche et surtout parce qu'il a construit son parti pour assurer sa candidature en 2012. Un concurrent quoi (lui, il voudrait être élu en 2012 avec toutes les voix du centre et de la gauche, rêve irréalisable au demeurant). En attendant, leur programme est toujours aussi confus et l'extrême gauche commence à rassembler tous ceux qui se moquent bien de la dette, en surfant sur la misère et la pauvreté, et qui croient qu'en tuant l'économie de marché, ils trouveront la solution à leurs maux. Elle a un avantage sur le PS, elle peut abuser de la démagogie, s'appuyer sur les syndicalistes les plus durs et sur le désespoir des Français les plus mal lotis. Entre centre et extrême gauche, que faire ? Faute de leader charismatique comme MITTERRAND l'avait été, la gauche gestionnaire est en panne.

Pendant ce temps-là, Nicolas SARKOZY continue d'avancer à fond les manettes. Une réforme n'est pas terminée que la suivante s'enclenche. Et la France bouge. Même si personne ne croit en l'infaillibilité du Président, sa foi dans l'action et son énergie maintiennent une adhésion forte, surtout dans son camp. Le socle est solide. Les cris et chuchotements qui émaillent la vie gouvernementale n'émeuvent guère les Français. Car c'est une habileté de laisser dire par d'autres ce qu'il ne peut pas dire lui-même, sans pour autant sanctionner, pour montrer que dans son équipe la parole est libre. Mais personne ne s'y trompe non plus. on sait que les Ministres sont attendus au tournant sur leurs résultats. Et le Président veut des résultats. Qui peut croire que le temps de la moisson venue, ils ne seront pas au rendez-vous ? Il ne s'agit pas que de "développement durable", il faut aussi un "redressement durable"... avant 2012, et pour le meilleur profit des Français.

                                                                        


J'ME PRESENTE...

Gilbert HENRY, candidat de la Gôche bartholoméenne nous a gratifiés d'une lettre dans laquelle il se présente et nous précise ses intentions. Et, toute modestie rangée, il nous inflige de sa main l'annotation suivante :" j'ai la capacité, la volonté et l'expérience requise pour y parvenir  (à vivre et agir à St Barthélemy)..."

Si c'est lui qui le dit !

Mais une petite phrase a attiré mon attention. On lit dans son document :" un projet global et collectif capable de rassembler largement au-delà des clivages politiques ou des fractures sociales traditionnelles". Un sentiment de déjà vu. Eh oui, les idées sont gratuites et à la disposition de ceux qui n'en ont pas. C'est directement tiré d'un article de presse publié en mars 2006 à propos d'une déclaration de la liste SAINT-BARTHELEMY REUSSIR ENSEMBLE.... C'est que quand une recette est bonne, on est tenté de la réutiliser, mais la recette ne suffit pas, le résultat dépendra toujours du talent du cuistot ! Il vaut mieux le savoir.

Et partout dans la rue                                                                                                                          J'veux qu'on parle de moi,                                                                                                                    Que les foules se ruent,                                                                                                                      Qu'on m'apporte les voix,                                                                                                                    Qu'on m'admire, qu'on m'adore,                                                                                                              Qu'on ne vote que pour moi....

Air connu.....                                     


RINGARDS DE CHEZ RINGARDS !

Je destine ce texte aux étudiants formant le dernier carré des jusqu'auboutistes de la fac de Lettres d'Angers.

"Pour le marxiste, la lutte c'est-à-dire l'affrontement, est la racine de tout mouvement et de toute vie. Dès lors, le marxisme va tenter d'exacerber les conflits sociaux, raciaux, nationaux... ou de les susciter, voire de les créer s'ils n'existent pas, afin de dégager des forces antagonistes susceptibles par leur affrontement, de faire progresser le mouvement et donc la révolution. Dans le monde et en particulier en France la jeunesse est une des forces révolutionnaires. Pourquoi ? parce qu'elle est "libre". Elle ne participe pas encore au monde des adultes, surtout les étudiants qui n'ont aucune responsabilité sociale ou politique, et le plus souvent aussi aucune responsabilité familiale. Parce que la jeunesse et plus particulièrement les étudiants sont confrontés à cette époque précise à des difficultés grandissantes. La crise de l'Université, les campus, les R.U., l'argent, la longueur des études, l'éloignement du milieu familial sont autant d'éléments propices au développement du virus révolutionnaire.Il ne reste plus qu'à utiliser dans ce milieu de culture marxiste favorable, les revendications légitimes pour les transformer, grâce aux meneurs révolutionnaires, en des conflits sans aucun rapport avec la juste réalité des choses. Dès lors que le processus révolutionnaire est déclenché, c'est-à-dire que la violence est dans la rue, et dans les esprits, les marxistes utilisent à des fins politiques la force ainsi créée."

Staline avait écrit : "Pour le réformiste, la réforme est tout... Pour le révolutionnaire, le principal c'est l'action révolutionnaire et non le progrès (qui)... n'est que le produit accessoire de la révolution. "

Ce texte est tiré d'une revue d'une fédération étudiante de 1968. Les marxistes ne changent pas, parce qu'ils suivent à la lettre La Doctrine. Voilà pourquoi BESANCENOT parle comme TROTSKY, son maître à penser, au mot près. Voilà pourquoi les stratégies sont toujours les mêmes : blocages, vote à mains levées, recours à la violence si nécessaire...

Jeune étudiant, si tu rates tes examens en janvier, ils n'en ont cure. Ce qu'ils cherchent, ce n'est pas l'abandon d'une loi -qui n'est que le prétexte à l'action-, c'est créer une situation insurrectionnelle comme y invite la banderole déployée sur le château : "Grève générale contre la loi Pécresse", slogan à la fois irrationnel compte-tenu du contexte et dramatiquement ringard.

Le XXème siècle ne leur a rien appris. Mais pour toi, ce sera peut-être l'échec de tes études. Et PECRESSE n'y aura été pour rien.

                                                               

 


DELIRES D'AVENIR

Ce n'est plus un questionnaire que TOUTANKOM a épluché, c'est la hotte du Père-Noël. Il en a trouvé des idées, lui qui disait qu'il commencerait sa campagne en janvier. Mais qu'est-ce qui le pousse donc à pousser les feux et à anticiper son démarrage ?

En attendant, braves Angevins, c'est NOEL, profitez-en ! Vous aurez une 2ème ligne de tram, avec le tracé en janvier. La 1ère n'est pas commencée et on ne sait pas avec quoi la seconde sera financée. Il importe peu. L'essentiel c'est de faire plus et mieux... en paroles. Ce n'est pas tout : les chercheurs auront un bioparc de 50 000 m2 et un campus du végétal. vous voulez un IKEA, vous aurez un ALINEA, c'est plus "classe". Vous aurez beaucoup d'espaces verts aux Capucins. C'est sûr qu'à remplacer tous ceux qui existent par des cubes de bétons c'est une perspective qui devrait plaire aux Angevins. Oui, mais les Capucins, c'est pas très central diront les grincheux. Et puis des crèches à toute heure, du pain , du beurre, beaucoup de beurre, plus de beurre que de pain même ! Incorrigible TOUTANKOM. Déjà qu'il a prévu de réaménager les voies sur berge qui ne seront restituées à la ville qu'en 2015...

Il faut croire que c'est la panique à bord pour précipiter autant d'annonces, dans des conditions un peu limites, en s'appropriant des projets, comme pour le secteur de la recherche....

Pipeau !


Barnum Circus Hit

BCH fait son numéro. Le feu follet de la politique angevine veut absoument qu'on parle d'elle. Alors tous les moyens sont bons, mais elle est difficile à suivre : elle n'approuve pas l'alliance du MoDem avec Christophe BECHU, parce qu'il est le représentant de la droite et surtout UMP. Mais ce qu'on ne comprend pas bien c'est qu'elle était présente à la réunion qui en a décidé et elle a même voté pour....distraitement, si on l'en croit. Comme inconséquence, on ne fait pas mieux. Certes, avec une liste MoDem autonome, elle aurait été plus à l'aise et surtout été sure d'être candidate, tandis que dans le cas présent, c'est plus difficile, sauf à faire alliance avec le Maire sortant qui est prêt à lui offrir un poste d'adjoint. Dans la débâcle qu'il vit, il est prêt à faire feu de tout bois pour trouver un alibi centriste. Telle que je la connais, elle doit vouloir la place de 1ère adjointe et de numéro 2 sur la liste, c'est une place qu'elle connaît déjà. Cela lui rappellera de bons souvenirs. Mais à quoi sert donc tout ce ramdam ?

Il faut dire que les échéances électorales provoquent chez elle une trémulation irrésistible. Je l'ai connue téléphonant à Roselyne BACHELOT en 2002 pour lui "proposer dêtre sa suppléante sinon elle se présenterait contre elle". On connaît la suite, elle s'est présentée et a fait un score digne de CAP 21... 3 ou 4%. Aux dernières législatives, le ralliement providentiel de Corinne LEPAGE à François BAYROU lui a permis de prendre l'étiquette UDF-MoDem et a trouvé le moyen d'aller contre Dominique RICHARD, qui lui avait donné sa chance en la mettant en 2ème position sur sa liste, eh oui ! Reconnaissante, la donzelle. Elle a remis le couvert à la cantonale partielle du canton de Trélazé.... Et maintenant elle ne se sent plus. Elle se verrait peut-être bien tête de liste, mais le patron du MoDem n'a pas envie de désavouer Laurent GERAULT. Il aurait tort d'ailleurs, parce qu'il tient dans le délégué départemental de son parti un homme dévoué et fidèle comme on n'en rencontre pas tous les jours.

A force de vouloir trop exister, on se grille, dit-on dans le jargon politicien. C'est ce qui pourrait bien lui arriver.


NAïVITUDE (avec petit complément)

Le Président est-il infaillible ? Evidemment, non. Et il y a bien des déclarations ou des décisions qui peuvent légitimement prêter le flanc à la critique. Ainsi, on pourra regretter qu'il n'ait pas attendu des circonstances plus favorables pour mettre de l'ordre dans le financement de l'Elysée et le défraiement de son hôte. De même, on peut faire fi des conventions diplomatiques et trouver notre Président bien complaisant en félicitant POUTINE pour une élection qui pue la fraude ou la manipulation. Ses propos d'aller chercher les autres Français au Tchad, après le retour des hôtesses espagnoles, n'a réussi qu'à exacerber la fierté des Tchadiens et compliquer une éventuelle extradition.... à première vue. Comme dirait l'autre, la critique est facile.

Et maintenant, voici que la critique se porte sur la venue de KHADAFI en France, en visite officielle. Comme tout le monde, je trouve que c'est toujours inconvenant de recevoir un homme de cet acabit. Mais il se trouve que la communauté internationale a levé toutes les sanctions contre la Libye. Alors la suite est affaire de sentiment : ou l'on cède aux grands principes, nous nous drapons dans notre dignité et nous refusons tout "commerce" avec lui, et tant pis pour nos emplois, ou nous prenons acte de la normalisation des relations internationales et nous lui vendons ce que d'autres voudraient bien faire à notre place.

Ce qui est le plus insupportable dans cette venue, est-ce le fait qu'elle ait lieu ou est-ce le tintamarre du  "choeur des vierges effarouchées", notre SEGO en tête ? Que ne l'a-t-on entendu(e) quand il s'agissait d'accueillir ARAFAT, pour qui on a rendu les honneurs sur notre sol, avant que son cercueil ne parte pour son pays ! Parce qu'en matière de terrorisme .... "Avec le temps, tout s'en va... " (Vous connaissez la chanson). Mais l'indignation sélective n'est jamais très crédible.

Nicolas SARKOZY renoue avec une politique qui a toujours été celle de la France dans le bassin méditerranéen et qu'elle avait un peu trop abandonnée : largement ouverte sur le monde arabe, tout en restant ferme sur l'existence d'Israël et sur le Liban. Les deux volets vont ensemble, sont indissociables et permettent à la France de jouer pleinement son rôle. Et puis il pense aussi à son projet de partenariat avec les pays de la Méditerranée. Tout est dans tout.

Ils vont dire quoi nos zélés censeurs de la visite de KHADAFI en Espagne, chez le socialiste ZAPATERO !!!! - "ouf, ouf, ouf !" (réflexe barrien à la Le Luron).

                                                                                                                                                                      


CONVAINCANT !

Voici une livraison qui ne peut pas laisser indifférent. Quand Christophe BECHU parle de rassemblement des talents, il joint la réalité aux paroles. En tout cas, c'est ce qu'on peut dire après l'annonce des personnalités qui vont constituer son pôle "solidarités".

Sous la houlette de Michelle MOREAU, on trouve en effet des personnes marquantes de la vie angevine : Ahmed EL BAHRI, le principal du collège Jean LURCAT, le seul à être estampillé "ambition réussite" dans le département ; Françoise LE GOFF, responsable de l'action sociale à la CAF, spécialiste de l'assistance sociale ; Francis GUITEAU le directeur de l'Institut Montéclair (déficients visuels) et du centre Charlotte BLOUIN (déficients auditifs) ; Romain THOMAS dont on connaît l'engagement en faveur de la formation des jeunes et l'investissement au service de la cause des handicapés....

Carton plein ! Difficile de faire mieux en matière de compétences. Ces gens-là savent de quoi ils parlent et connaissent sur le bout des doigts la problématique des dossiers qui leur seront confiés. Ce pôle, animé par Michelle MOREAU, regroupe l'emploi, la sécurité, la prévention et la vie des quartiers. Les quatre adjoints se répartissent l'éducation et la réussite scolaire ; l'enfance, la famille et la jeunesse ; la cohésion sociale et la diversité ; et enfin les séniors, la santé et les handicaps. Pour les sensibilités, elles vont du centre gauche à l'UMP. Difficile en effet pour Romain THOMAS de cacher qu'il est le collaborateur de Roselyne BACHELOT depuis plusieurs années. Ce qu'il a appris auprès de la Ministre est plutôt un atout pour la liste.

Désormais les Angevins vont attendre la suite avec curiosité et ... impatience. De toute évidence, on est sorti du petit jeu des chaises musicales qui n'intéressait que la classe politique. En levant un coin du voile sur son organisation et les personnes qu'il a réunies, on commence à découvrir l'ampleur du rassemblement qui s'est constitué autour de Christophe BECHU. Par sa jeunesse il incarne l'avenir, par son savoir-faire qu'il déploie à la tête du département, il séduit et attire. Tout le monde s'attend maintenant à d'autres surprises. Et il est tout-à-fait capable d'avoir gardé le meilleur pour la fin ! "Choisir l'avenir" prend chaque jour un peu plus de sens.

Que cela change des délires de com' du camp d'en face !

                                                         

                                                                           


ECOT PETROLIER

BarilLa montée du prix du baril de pétrole et ses répercutions sur les tarifs à la pompe n'est pas sans peser sur le pouvoir d'achat des Français. Comme le sujet est sensible, il fallait bien faire quelque chose. A gauche on a toujours une bonne recette : "y'a qu'à taxer les super profits des compagnies pétrolières". C'est le meilleur moyen pour qu'elles aillent se localiser au-delà de nos frontières. Comme ça on y perdra à la fois la taxe espérée et les impôts qu'elles payent. On peut aussi demander au gouvernement de faire flotter la TIPP, mais comme les caisses sont vides.... Et d'ailleurs ce serait vite annulé par les augmentations de la part de taxe sur les carburants que tous les conseils régionaux de gauche votent en ce moment.

Christine LAGARDE, notre grande (ça oui) argentière a trouvé une meilleure solution : elle double la prime à la cuve de fuel en la portant à 150€ pour les ménages les plus modestes, et ce sont les compagnies pétrolières qui la verseront. Pas bien joué ça ? On ne veut pas savoir comment elle s'y est prise. L'important c'est que l'Etat ne mette pas la main à la poche alors que le déficit continue de se creuser. Pour les autres, les automobilistes, ils n'ont qu'une solution pour faire baisser le coût du carburant : rouler moins. En plus ce sera bon pour la planète.

                                                                                 


ZENITH ET ABIME

La France bouge depuis 6 mois, et elle va plus vite qu'on ne pense. Les Français s'en rendent bien compte. en tout cas c'est ce que reflètent les récents sondages d'opinion.

Pour SARKO, c'est le zénith. Selon l'institut CSA, 50% des Français pensent que sa politque "va dans le bon sens" : un Français sur deux ! Qui plus est, 58% jugent qu'il fait "ce qu'il faut pour réformer le pays". Alors contestataires de tout poil des régimes spéciaux, de l'Université ou de la carte judiciaire, allez vous rhabiller ! Ce n'est pas terminé. 64% jugent qu'il tient ses promesses, 66% estiment qu'il "incarne bien sa fonction présidentielle" et pour 73% (presque 3 sur 4) il "défend bien la France à l'étranger".... En cette période où il faut économiser l'énergie, notre président lui n'économise pas la sienne et les Français lui en sont reconnaissants. Pour l'instant, ils n'ont pas de raisons d'être déçus, même si, comme il est normal, les retombées des décisions ne sont pas encore perceptibles pour leur pouvoir d'achat. C'est l'éternel décalage entre le temps "politique", le "temps économique" et le "temps" médiatique qui ne vivent pas au même rythme.

Pour l'opposition, c'est l'abîme. Un sondage de la TNS-SOFRES montre que 72% de nos compatriotes en ont une image négative. Une condamnation sans appel du discours démagogique qu'elle tient : où est le "choc de défiance" qu'elle voudrait créer et dont elle rêve ? En attendant, c'est le cauchemard. Car 66% des sympathisants de gauche ont aussi un jugement négatif ! Dans la débâcle, Ségolène ROYAL sauve les meubles avec 52% d'avis favorables des sympathisants PS, contre 27% à Bertrand DELANOE et 19% à François HOLLANDE. Pas étonnant qu'il n'y ait pas grand monde "sur le pont" ! Pour 56% des sondés, le PS manque de "propositions adaptées", c'est-à-dire d'imagination ou de projets. 36% jugent qu'il n'a pas de leader...Et ce ne sont pas les manoeuvres de l'ultra gauche, bien relayées par les agitateurs lycéens et estudiantins qui va contribuer à redorer le blason, au contraire. Ces blocages qui perdurent au mépris de la plus élémentaire démocratie et les nouvelles grèves annoncées rendent encore plus périlleux le redressement de la gauche.

                                                                                        


LA GAMBERGE

LogementQuand on interroge un architecte sur ce qu'il faut faire, que croyez vous qu'il aille imaginer ? S'il y a des vides, il faut les boucher par du bâti. Si vous aviez interviewer un jardinier, il vous aurait dit qu'il faut faire un parc. Un peu carucatural, mon propos, je l'admets. Car Frédéric ROLLAND, incontestablement a du talent, même s'il l'a un peu écorné avec une expérience malheureuse à Saint-Barthélemy pour la conception du "coeur de ville". Je me souviens qu'il avait présenté un projet pur angevin très séduisant qui n'a pas été retenu à l'époque et qui nous a valu les "peignes-casernes" de Vasconi face au château. Sa vision du réaménagement des berges de la Maine est intéressante et cohérente, mais elle elle ne peut que nous faire rêver. Cette réalisation ne pourrait se faire qu'à l'horizon de vingt ou trente ans, et encore.

Je reste cependant réservé sur la part du bâti dans sa prospective. Autant je suis d'accord pour qu'on fasse de la Maine un axe d'excellence -c'est une idée que j'avais développée pour la campagne de 1989 - avec des pôles majeurs pour jalonner, en terme d'équipement comme le "quai", autant enserrer une rivière dont le niveau peut varier de 8 à 12m entre étiage et crue maximale dans des constructions me paraît aventureux et téméraire. Et sûrement onéreux pour mettre les bâtiments à l'abri des crues....

Aujourd'hui, il n'y a aucun plaisir à emprunter les voies sur berges. Certes. Mais quel plaisir aura-t-on à patienter dans les bouchons si on les supprime ? Ah oui, Cela n'arrivera pas parce qu'on aura appris à se passer de la voiture. Alors c'est vrai, on peut toujours rêver !

                                                                               


JC FAIT DES MIRACLES

Vous allez me dire que ce n'est pas nouveau. Sauf qu'il ne s'agit pas de Jésus Christ, dont on va bientôt fêter la naissance, mais de notre Jean-Claude. Voilà un homme qui distribue 30 000 questionnaires à ses concitoyens pour les interroger sur leurs attentes. Pas un format A5. Non, un vrai questionnaire bien touffus comme les technocrates savent les confectionner. Eh bien figurez-vous qu'en moins de deux coups de cuillère à pot, il en a récupéré 10 000 ! Oups ! Alors là, ça défie même les lois de la gravitation universelle : obtenir un tel taux de réponse avec un document de plusieurs pages à remplir, c'est purement et simplement un miracle !

Ce n'est pas terminé. Les questionnaires,  il faut les dépouiller. Les instituts de  sondage ont des ordinateurs pour ça, et ça prend du temps. Eh bien, notre Jean-Claude, il en fait le dépouillement en une soirée avec ses militants, nombreux il est vrai. Deuxième miracle !

Pour le troisième miracle, vous attendrez 24h, parce que pour l'instant, ont ne sait pas encore de quoi les questionnaires ont accouché. Je parie que vous allez voir "l'intelligence" en action.

TOUTANKOM, tu pousses un peu, non ? Si tu crois qu'on peut te croire, c'est que tu prends les Angevins pour des buses.

                                                                              


VOLTIGE

L'UDF est morte, vive le MoDem.

Dimanche dernier François BAYROU a porté son parti sur les fonds baptismaux, avec des statuts sur mesure et une élection à la moscovite : un score de démocratie populaire pour le nouveau président du Mouvement Démocrate. Ce ne sont là que les aléas d'une mutation amorcée avec la campagne présidentielle. Tout n'est pas orange pour autant. Les prochains mois seront décisifs pour le nouveau parti et son leader.

François BAYROU est un équilibriste sur un fil ténu, coincé entre le trop plein élargi jusqu'à la gauche du camp du Président de la République et le vide de la gauche, intellectuel autant qu' organisationnel. Mais qu'il penche un peu trop à gauche et son centre droit s'en va, Jean ARTHUIS en tête, qu'il penche un peu trop à droite et ce sont les 40 000 nouveaux adhérents plutôt de gauche qui seront déçus. Passons sur les problèmes de fonctionnement interne : les statuts sont jugés "trop présidentialistes". Tout de même il va falloir gérer les ex-élus UDF qui craignent pour leurs sièges et satisfaire les attentes des nouveaux arrivants. Un exercice qui crée des tensions un peu partout, comme à Angers. Ici il faut soutenir des alliances ancrées dans les moeurs avec la droite (pour ne pas dire l'UMP), là il faut assumer l'alliance nouvelle comme à Dijon avec un François REBSAMEN, numéro 2 du PS. Est-ce ainsi que BAYROU se rendra incontournable ? A condition de défier l'apesanteur ! Car la nature est ainsi faite que lorsqu'on se trouve entre le trop plein et le vide, on risque fort de tomber dans le vide. Certains l'ont pressenti qui ont déjà quitté le navire comme Jean-Marie CAVADA.

Une démonstration qui s'annonce donc particulièrement difficile. Car le discours du MoDem peut plaire, mais il ne constituera jamais un pôle suffisamment puissant pour arriver au pouvoir. Un peu comme l'extrême droite en a fait l'expérience, avec Jean-Marie LE PEN. Un jour ou l'autre les électeurs reviennent à leur famille naturelle pour peu qu'elle propose les mesures attendues et aussi par souci d'efficacité. Ainsi l'extrême centre du MoDem est-il condamné au même cheminement, intellectuellement séduisant pour certains, mais condamné à l'impuissance. D'ailleurs, son président ne s'est-il pas gardé une poire pour la soif en gardant encore au moins pour trois ans l'existence juridique de l'UDF... Comme Corinne LEPAGE avec CAp 21. C'est fou ce qu'ils y croient !

Pendant ce temps-là, la majorité présidentielle s'organise avec une "gauche moderne" animée par Jean-Marie BOCKEL, et un "Nouveau Centre" dont la principale force est le groupe parlementaire. Diminuant d'autant l'espace politique de BAYROU....

Bref, on a le modem, mais on cherche encore à décrypter le logiciel.

                                                                                                                                    


LE FRONT S'ELARGIT

B1

                                                                                             

                                                                                                            

                                                                                          Il fallait oser. Il l'a fait. Christophe BECHU a convaincu Hervé CARRE de le rejoindre sur sa liste. Il avait prévenu :"je ne m'interdis rien". Cela rappelle ce que disait une candidate à l'élection présidentielle. Espérons que la conlusion ne sera pas la même.

Finalement, pour Hervé CARRE, cela n'a pas été si difficile qu'il le disait puisqu'il a mis moins d'une semaine entre ses propos et sa décision. Attendons d'en savoir un peu plus.

A Christophe BECHU maintenant de rassurer son électorat. Car toute ouverture de ce type n'est pas sans risque. C'est le programme qu'il annoncera qui sera déterminant pour beaucoup d'Angevins.

Patience, donc.

En face, on s'attend au ralliement de Bernadette CAILLARD-HUMEAU à la liste du Maire sortant. L'électron libre va pouvoir y soigner son égo avec une place de choix. Je souhaite bien du plaisir à son nouveau mentor.

Voilà au moins une élection pas comme les autres. Le moins qu'on puisse dire c'est que ça bouge. Mais pour l'instant, à part les chassés-croisés et excepté Christophe, sur le plan "matériel humain" on fait du neuf avec de l'occasion. Heureusement on ne connaît que le début des listes. Il reste encore beaucoup de places dont on ne connaît pas le titulaire, pour nous étonner et renouveler.

                                                                                    

                                                      


SEGO NOSTRA DAMUS

"Notre Dame" revient par les medias "pipeules". Avec les mêmes certitudes et les mêmes méthodes. Les formes se sont un un peu plus arrondies, mais le sourire est resté le même. Aussi mécanique. Pendant que son ex-mari bat le rappel des camarades pour animer ses "forums" des "inventeurs d'avenir", la "belle de Poitiers" fait la promotion de son livre et organise son retour sous les feux de la rampe à grands renforts de manifestations-manipulation-émotico-politico-médiatiques. Le 3 décembre, c'était "tous en scène" au théâtre du Rond-Point, comme invité vedette des grands débats du "Monde", en compagnie de l'indévissable François REBSAMEN (elle est abonnée aux François). En face d'elle, un aréopage sur mesure : Manuel VALLS, Henri WEBER, Alain KRIVINE et l'économiste Zaki LAIDI, pour débattre d'un thème très actuel :"La gauche , comment sortir de l'impasse ?".... (bonne question puisque SARKOZY l'a bouchée avec Fadela, Bockel, Hirsch...)

Aujourd'hui, c'était la sortie de son livre : "Ma plus belle histoire, c'est vous". Le titre n'est pas surprenant, puisque son programme, c'était déjà "nous". Comme par hasard, c'est aussi la Sainte BARBARA ! Une ficelle aussi grosse, ce n'est plus un clin d'oeil. Où alors c'est pour faire avoir la larme à l'oeil dans les chaumières de "Bonne Soirée". Cela s'appelle se donner en spectacle. Elle peut critiquer les paillettes de la campagne de Nicolas SARKOZY. Elle-même se complait dans la politique spectacle pour "Voici" ou "Gala". Jeudi, nous n'y échapperons pas pour peu qu'on suive l'émission d'Arlette CHABOT : "A vous de juger". Si c'est pour nous sortir les critiques insipides auxquelles elle s'est livrée ce soir sur TF1, je vous conseille de zapper.

En tout cas, le mot "solidarité" si cher aux socialistes -quand il s'agit des autres- lui a échappé. C'est bien à une promo très personnelle qu'elle se livre, un peu dans le style de celle qu'elle avait mené pour arriver à se faire désigner candidate un an avant la présidentielle. Chassez le naturel, il revient au galop. D'ailleurs a-t-elle le choix ? Quoi qu'on en dise, le père François est toujours en place et tient plus fermement que jamais les rènes de son parti. C'est pas demain la veille qu'elle lui prendra la place. Chat échaudé craint l'eau froide. Au moins pourrait-elle mettre sa popularité de "star" au service de la rénovation collective.... Impossible, puisque la rénovation, c'est elle. On l'avait compris.

Nous sommes prévenus, "quelque chose s'est levé, qui doit continuer". Elle ne renonce pas à être la future candidate, avec la même certitude quasi mystique que celle qu'elle affichait quand elle disait :"je suis sûre de gagner, je me sens habitée".. Seulement, elle ne sait pas où, ni quand. Elle sait seulement que le nouveau rendez-vous aura lieu.

Une sorte de NOSTRA DAMUS.

Avant d'acheter son livre, je vais attendre que des copains l'aient lu... pour savoir si ça vaut le coup. Je n'ai pas envie de financer sa future campagne.

                                                                   


TOUS SUR LE PONT !

P1000366 C'est le nouveau mot d'ordre du Parti Socialiste.

C'est pour lancer une grande campagne sur le pouvoir d'achat, avec distribution de tracts, réunions publiques et tout le toutim. Voilà la grande idée novatrice de François HOLLANDE, lancée le 24 novembre dernier devant un parterre désert en ce qui concerne les caciques de la maison. Il faut dire que c'était à Avignon. Et tous sur le pont à Avignon, on ne va pas bien loin ! Déjà, on savait le PS au milieu du gué. Maintenant, il a trouvé un pont pour sa rénovation, mais il ne rejoint pas l'autre rive. Quand on vous disait que ce serait dur de dur.

Mais "tous sur le pont" à Avignon, il n'y a que François, et son humour proverbial, pour nous faire ce coup là !