PARUTIONS IRREGULIERES

Vous êtes nombreux à continuer à venir consulter le bloc-notes malgré des parutions qui se font plus irrégulières.  

C'est dû à un problème de santé d'un proche qui nous oblige à nous absenter pour aller à son chevet. Loin de  mes  bases  et de ma documentation et d'un accès internet fiable, je ne suis pas toujours en situation d'éditer.   Les sujets ne manquent pas et dans les jours qui viennent, je vais tâcher de faire le maximum. 

Je vous remercie de votre compréhension.

Merci pour votre fidélité. 


BIDEN : LE MIRAGE DE L’APAISEMENT

Biden 2021

Joe  Biden a lancé un appel à l’unité dès son élection. Reste à convaincre les 74,2 millions d’électeurs qui ont voté Trump. Un pari difficile à tenir dans un contexte caractérisé par une vague de censure généralisée  surtout depuis les événements du Capitole.

Un sans faute international.

Pour l’opinion internationale, l’indispensable défaite de Trump était infiniment plus importante que la victoire de Biden. Voilà qu’elle découvre un président qui a pris en un mois toute une série de décisions positives et rassurantes, surtout pour notre vision française et européenne : retour dans la conférence mondiale sur le climat, retour à l’OTAN, deux instances où il va affirmer le leadership américain, fermeté nécessaire avec la Chine et la Russie, main tendue à l’Iran que les mollahs feraient mieux de saisir, rétablissement des liens avec l’Union européenne, lancement d’un plan économique de 1 900 milliards de dollars, c’est plus, au total, qu’un président peut accomplir en si peu de temps. Il a bel et bien mis fin à l’isolationnisme américain. La menace terroriste l’a déjà incité à adopter un moratoire sur les troupes américaines déployées à l’étranger, à réaffirmer la solidarité de Washington avec l’Europe  et il reste présent au Sahel où l’armée française est aidée par le renseignement américain.

Une logique centriste.

Le pari de Biden  en donnant l’image d’un président qui agit est de convaincre beaucoup d’américains de la  classe moyenne qui croient aux valeurs traditionnelles. Le président actuel propose un discours apaisant qui n’utilise pas les superlatifs et s’adresse aussi à ceux qui ont voté contre lui, avec l’espoir que les décisions qu’il annonce et qu’il applique deviennent irréversibles avec le temps. Célébrant dans la tristesse les 500 000 morts du Covid, il a fait ses condoléances au peuple américain et il a mis les drapeaux en berne. À l’irréversibilité apparente du trumpisme, qui aurait été confirmée par la réélection du président sortant, il a substitué le retour aux réalités politiques et philosophiques : l’Amérique est en deuil, les victimes du Covid sont autant de preuves de la réalité de la pandémie. Ainsi le cynisme a-t-il laissé la place à la compassion. La clé de son succès tiendra dans la mise en œuvre de son plan économique et social qui, s’appliquant à tous, donc aux moins riches, tentera de séduire une partie de l’électorat de Trump. Peut-être, alors, cette partie de l’opinion sera-t-elle lassée, au bout d’un certain temps, par cette hystérie collective qu’il faut alimenter tous les jours à coup de mensonges ; peut-être sera-t-elle satisfaite d’être traitée comme de simples démocrates si elle abandonne toute violence ; peut-être ceux qui votaient Trump sans aller jusqu’à la mise à sac du Capitole finiront-ils par admettre qu’une page est tournée. Biden est un centriste, mais les activistes de sa gauche n’en restent pas moins actifs.

La  faiblesse du Parti Républicain.

Pour autant, il ne fera pas disparaître en un jour le courant puissant qui a donné plus de 70 millions d’électeurs à Trump. Bien qu’ils soient désormais privés de réseaux sociaux, les suprémacistes, complotistes, racistes et autres bataillons d’une extrême droite dure et violente, continuent à se répandre par d’autres canaux d’Internet et grâce à quelques radios et télévisions. Tout dépendra de la suite que le Parti Républicain donnera à l’épisode Trump. Il sort très affaibli et divisé en interne des quatre dernières années. Donald Trump n’a pas été destitué a posteriori, comme le souhaitaient les démocrates. Mais il aura été à ce jour le seul président des États-Unis qui ait subi deux fois la procédure d’impeachment. Trump voit déjà se dresser le mur du fisc contre lui : la Cour suprême vient de l’obliger à livrer au procureur de New York sa comptabilité. Il risque donc d’être condamné pour fraude fiscale car l’ex-président par ses errements peut nous laisser penser que ses comptes sont truqués. Cela n’empêche pas que les électeurs Républicains ont de quoi douter de la volonté de réconciliation. Ils n’ont pas perdu de vue que la priorité de l’administration Biden pour l’aide accordée aux PME pour rouvrir et reconstruire après le Covid ira en priorité aux entreprises tenues par des Noirs, des Latinos, des Asiatiques, des amérindiens et des femmes.  C’est son programme. Kamal Harris y veillera. La ligne de fracture politique qui divise l’Amérique en deux n’est pas vraiment organisée autour de conceptions rivales de l’organisation économique mais autour d’une hiérarchie morale à laquelle l’idée de bien commun est étrangère.

Plaire aux Européens ne veut pas dire plaire aux Américains.

Il faudra au Président élu, s’il veut réussir la réconciliation, s’affranchir de la philosophie morale qui constitue le cœur idéologique de la gauche américaine depuis de nombreuses  années.  Tout est conçu, en effet,  pour promouvoir le « cercle de la raison et de la vertu » : les programmes des chaines d’information en continu, les séries et les films, les formations des  départements des ressources humaines, les panneaux publicitaires, les slogans des supermarchés et des restaurants, les devoirs scolaires des enfants, tout est à l’unisson de la bien-pensance démocrate qui contrôle tous les réseaux,  avec au cœur du dispositif la philosophie morale « woke ». Composée d’ONG, de fondations, de départements diversités insérés dans toutes les structures bureaucratiques, cette machine a réussi  peu à peu, à faire qu’une grande partie de la société américaine a été gagnée par le langage toxique de la gauche universitaire, faisant passer aux oubliettes la vieille aspiration à la social-démocratie. Et le vécu sur le terrain, que nous autres européens percevons difficilement, est redoutable si l’on en croit ce que rapportent les observateurs sur place : si vous n’adhérez pas au prêt-à-penser, vous êtes classé ipso-facto dans le camp des « déplorables », surtout si vous êtes un homme blanc, hétérosexuel et père de famille ! Le risque est donc grand de bannir du champ de la responsabilité  politique toutes  les revendications d’un peuple dont Trump s’était fait le porte-parole et de traiter en séditieux tout Américain qui prétendrait y rester fidèle.

 


DE QUOI LE BITCOIN EST-IL LE SYMPTOME ?

Bitcoin

 

Coke monétaire.

Le prix du bitcoin vient de subir une correction sans que cela remette en cause sa folle course vers les sommets. Une trajectoire stupéfiante, qui tient en partie au potentiel supposé de la reine des cryptomonnaies, mais surtout à la frénésie actuelle des marchés financiers. Le bitcoin à 58 335 $ au plus haut  a chuté à 45 000 $ avant de rebondir à 50 000 $. En 3 jours. Même chose pour Tesla : 900 $ au plus haut, chute à 619 $, Rebond à 698. Le patron de la Banque centrale américaine, dealer en chef de la coke monétaire, a voulu rassurer tous les accros aux liquidités des banques centrales qui craignaient qu'on réduise leurs doses : Jay Powell a confirmé qu'il maintiendrait son « soutien à l'économie » car le retour à la normale n'était pas proche. On va pouvoir racheter du bitcoin et Tesla... Vive la coke monétaire.

Le bitcoin à 50 000 $ pièce.

Depuis le début de l'année, la valeur de la reine des cryptomonnaies n'est pas loin d'avoir doublé, et sur un an, elle a été multipliée par cinq. Résultat, les « tokens » s'échangent désormais à prix d'or, au sens propre, puisque chacun des quelque dix-huit millions de bitcoins en circulation vaut ces jours-ci pas loin de l'équivalent d'un kilogramme de  métal jaune ! Un engouement incompréhensible quand on sait qu’il s’agit d’un actif virtuel qui n'offre aucun rendement et n'a de devise que le nom  , dans la mesure où il ne permet pas d'acheter grand-chose. Il  faut  pourtant expliquer  l’inexplicable. En finances, il y a toujours une ou plusieurs raisons, rien ne se fait au hasard. 

Le bitcoin est d’abord un thermomètre de la spéculation.

Depuis des mois maintenant, Wall Street vole de record en record, alimentée par les liquidités fournies par la banque centrale. Cela crée un environnement dans lequel la valeur économique n'est plus forcément le critère principal pour déterminer la valeur d'un actif . Cette financiarisation alimente la spéculation,  mais les phénomènes « Robins des bois » de  petits porteurs  qui se rassemblent sur des  plates-formes internet comme « Reddit », viennent troubler le jeu en infligeant de lourdes pertes à des fonds experts. C’est ce qui s’est passé avec « Gamestop » fournisseur de jeux vidéo, propriétaire de  « Micromania » que ces derniers jouaient à la baisse : ces petits porteurs ont décidé d’acheter massivement et de façon concertée les actions de cette entreprise ciblée, et comme ils sont des millions, même avec des petites sommes, ils ont fait monter le cours de cette entreprise de 1 000 % en un rien de temps. Leur motivation était d’abord le jeu. L’argent, car la montée des cours leur a bien sûr profité, mais, à voir les messages postés sur les groupes d’échanges, un vague objectif politique aussi, comme faire payer la finance et la punir des désordres de la crise d’il y a douze ans. La persistance de ces raids boursiers a été suffisante pour inquiéter des investisseurs à la recherche d’opportunités  plus fortes. Le bitcoin a été providentiel. 

Une double révolution à venir.

La monnaie cryptée annonce pourtant d’autres évolutions. Pour beaucoup d'observateurs, les politiques monétaires ultra-accommodantes menées par les banques centrales conduiront fatalement à un regain d'inflation et à une fuite devant la monnaie. Par ailleurs, conjuguée à la digitalisation des usages, la technologie qui sous-tend le bitcoin, la » blockchain », devrait tôt ou tard révolutionner le monde des paiements et plus largement le secteur financier. Cette envolée reposerait donc sur de solides fondamentaux. Elle refléterait le rôle économique clé que le bitcoin est appelé à jouer, comme disrupteur, d'abord, comme valeur refuge, ensuite. L’inflation et la dévaluation monétaire sont les deux fléaux contre lesquels la devise électronique née il y a douze ans à peine offrirait une protection efficace. D'où son nouveau statut d'or digital, dont il ne faut pas s'étonner. C'est ce qui explique que les unes après les autres les grandes maisons de Wall Street en proposent désormais à leurs investisseurs à la recherche d'actifs à fort rendement , augmentant ainsi le nombre des acheteurs et donc la fièvre spéculative. En clair, le bitcoin est en train de devenir le subprime des années 2020. Cependant son marché limité aujourd'hui à 1.000 milliards de dollars est loin d'avoir le potentiel systémique de celui des crédits subprimes en 2007, mais la dynamique, elle, est quand même très préoccupante.

Dans l'euphorie actuelle, il offre donc des perspectives de gains élevés et rapides. Ou de pertes importantes en cas de retournement, comme on vient de le voir… Car son gros inconvénient, c’est qu’il n’y a pas d’amortisseur et ses mouvements sont largement imprévisibles.  On estime que la volatilité du bitcoin est dix fois supérieure à celle du marché des actions. Avis aux amateurs de sensations fortes ! C’est bien pourquoi Janet Yellen, la secrétaire du Trésor, ex-patronne de la Fed, n'en est pas fan : « Je ne pense pas que le bitcoin soit largement utilisé comme mécanisme de transaction dans la mesure où il est utilisé, je le crains, souvent pour le financement illicite »…« Le bitcoin est un moyen extrêmement inefficace de mener des transactions et la quantité d'énergie consommée pour traiter ces transactions est stupéfiante ». Cela n’a pas empêché la cryptomonnaie de gagner 300% sur 6 mois. Bulle ???

Le bitcoin est un indicateur de plus de la folie du monde dans lequel nous vivons.

 


CETTE ULTRA GAUCHE INTOUCHABLE QUI SE CROIT TOUT PERMIS.

Vidal-islamogauchisme-universite

Islamo-gauchisme : le débat secoue les facultés et fait la une des médias avec la demande d’enquête formulée  par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Cet article propose de faire  le point sur ce qu’il en est vraiment : pourquoi c’est une réalité, à quel point les universités sont touchées, la farce du discours victimaire de ceux qui se sentent accusés, et ce qu’il en est vraiment des pseudos sciences importées du monde anglo-saxon.

Vous avez dit « nauséabond » ? 

D’abord, il y a des mots qu’il ne faut pas prononcer sans qu’aussitôt on ne déchaîne les orgues de la bien-pensance : « islamo-gauchisme » en fait partie. Pensez donc, un vocable qui aurait son origine à l’extrême-droite, ne peut être que « nauséabond », et aussitôt les références les plus outrancières sont brandies pour dénoncer l’abject.  Les personnes visées par ce vocable seraient ni plus ni moins, victimes d’une chasse aux sorcières comme les  communistes à l’époque de Mac Carthy, rien que ça. Défense bien connue des gauchistes, celle de crier à l’intolérance qu’ils pratiquent eux-mêmes sans vergogne et souvent manu military. Mais…  circulez, il n’y a rien à voir. On l’a bien vu l’autre soir, à « C à vous », avec le sieur Blanchard, chercheur en Histoire, que le décolonialisme n’effraie pas, trouvant en Jean-Michel Apathie et Patrick Cohen des journalistes bien compatibles.  L’amicale des « islamo-gauchistes » touche tous les milieux : politiques, journalistiques, universitaires, éducatifs.

Islamo-gauchisme : une réalité.

L’expression a été popularisée en France par les travaux d’un directeur de recherche du CNRS, Pierre-André Taguieff, dès 2002 dans un ouvrage sur « l’intifada », et sur laquelle il revient dans une tribune publiée dans Libération le 26 octobre 2020 : « Aux sources de  l’islamo-gauchisme ». Il y décrit la convergence de fait entre certains groupes d’extrême-gauche et des mouvances islamistes. Elle n’est nullement un « concept venu de l’extrême droite », comme l’ânonnent les ignorants, les imbéciles et les gens de mauvaise foi. A  l’université, cette convergence donne lieu à une bataille idéologique qui secoue le monde  académique, surtout depuis les propos de Jean-Michel Blanquer, tenus après l’assassinat de Samuel Paty. Il avait nommé et pointé « l’islamo-gauchisme » qui sévit dans les facs et dénonçait « une matrice intellectuelle venue des universités américaines et des thèses intersectionnelles qui veulent essentialiser les communautés et les identités et propager une vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes ». Une réalité qui, de fait, a gangréné une grande partie de nos sciences sociales. Mais « l’islamo-gauchisme » n’est qu’une facette du « nouveau dogme universitaire » qui partout dans le monde occidental, dénature l’enseignement supérieur.  Ce sont surtout les départements de sciences sociales qui se retrouvent « idéologisés » de part en part. Il s’agit d’une guerre idéologique beaucoup plus large menée sous couvert de rigueur universitaire,  qui installe l’obsession de la race, du genre, de l’identité, des laboratoires de recherche jusque sur les plateaux de nos médias publics, en passant par les syndicats étudiants tels l’Unef, la Ligue des droits de l’Homme, la FCPE, les présidences d’universités, et évidemment le personnel politique dont Jean-Luc Mélenchon est le porte-drapeau. L’islamo-gauchisme n’est que le symptôme d’un mal qui ronge la société dans son ensemble, d’autant plus que l’effondrement du PS et de la sociale-démocratie laisse une place béante, aggravée par le « en même temps » macronien.

Frédérique Vidal a posé le doigt où ça fait mal.

Dans l’université, nombre de professeurs s’inquiètent de la pression grandissante des théories décoloniales et racialistes. La Ministre n’a fait que son devoir en s’inquiétant d’un mal qui s’attaque à nos valeurs universalistes et à nos traditions universitaires fondées sur la confrontation sereine des idées et des opinions.  Car point de liberté pour les ennemis de la nouvelle  « doxa » : syndicats et enseignants montent la garde. On ne compte plus les entraves faites aux intellectuels qui ne pensent pas droit. Bernard Rougier a dû se tourner vers la  Région Ile-de-France pour financer ses travaux sur l’Islamisme que son UFR lui refusait ; Sylviane Agacinski, Alain Finkielkraut se sont vu refuser des conférences ; ce ne sont que quelques exemples emblématiques des pratiques en usage. Les réunions non mixtes, interdites aux blancs, un prosélytisme islamiste comme à Sorbonne Paris Nord, des phénomènes de censure, d’intimidation, de discrimination ont été instaurés et menacent la liberté académique et  même la liberté de pensée en obligeant à un alignement idéologique. Des chercheurs militants, confondant propagande et recherche, ont investi le monde universitaire et procèdent à une occupation systématique des postes-clés : élections de présidents et des conseils universitaires, commission de recrutements pour la cooptation des jeunes maîtres de conférence … L’étape de la vérification de la qualité des travaux des candidats par le Conseil National des Université est supprimée et les  recrutements directs des professeurs sont autorisés, ce qui a permis un entrisme encore plus large. Les militants du décolonialisme et de l’intersectionnalité sont dorénavant libres de poursuivre leur entreprise d’accaparement de l’institution au gré des politiques universitaires locales. Il y a de quoi émouvoir la Ministre de tutelle !  D’autant plus qu’après l’assassinat de Samuel Paty, cent universitaires ont signé un « appel » qui critiquait le déni de  l’islamisme dans nos universités et constatait la montée des idéologies indigéniste, racialiste et décoloniale.

La farce du loup devenu agneau.

On peut s’interroger sur le choix de Frédérique Vidal de demander au CNRS d’enquêter sur le sujet.  C’est comme demander à un tricheur au poker de dévoiler sa méthode ou à Al Capone de rechercher les trafiquants. Car le CNRS, dont on peut douter que ce soit sa mission de mener des enquêtes sur l’université, est devenu depuis quelques années un pôle avancé de ces idéologies. Les travaux sur le genre, la race, entre autres, sont très encouragés par le CNRS qui pratique d’ailleurs l’écriture inclusive systématiquement. Mais c’est le génie de  la gauche quand elle est le loup de se faire  passer pour l’agneau. La Ministre a trouvé le moyen de donner un statut de victime à ceux qui pratiquent l’exclusion et l’ostracisme. Sans surprise, la « nomenklatura »  académique s’est braquée contre elle en l’accusant d’employer un concept forgé par « l’extrême-droite ». Ce qui est un mensonge, mais un mensonge censé avilir. Une manoeuvre convenue qui devrait prêter à rire, tant cette technique de l’épouvante ne bluffe plus personne. Le CNRS, comme la conférence des Présidents d'Universités ont réagi par le déni et les réflexes corporatistes bien connus. Ils dénoncent vigoureusement un danger extérieur qui planerait sur les libertés académiques, en gardant le silence sur les pressions internes qui entravent les mêmes libertés. Dans la foulée, pour faire contrepoids au « manifeste des cent », ils se sont trouvés à « six cents universitaires »  pour interpeller Frédérique Vidal. L’amicale gauchiste  montre ainsi son implantation. On l’a vue aussi à l’œuvre quand il a s’agi de déstabiliser  Didier Lemaire, le prof de Trappes, en venant au secours du maire Génération.S, Ali Rabeh. Ils appellent à la démission de la Ministre ! Au-delà, c’est toute la gauche, pour une fois unie, qui dénonce l’intrusion et le procès, à quelques rares voix près comme celles de Manuel Valls ou de Julien Dray, qui appelle les universitaires à ne pas se laisser faire. Cocasse, Mélenchon précise, inversant les rôles : « Si vous laissez exercer la  police de la pensée, nous sommes perdus ! ». Quant à Oliver Faure, toujours aussi nul, il avoue ne pas savoir ce que veut dire « islamo-gauchiste ». Avec un chef comme ça, le PS n’est pas  prêt de se reconstruire.

Une opinion qui se déguise en science.

L’université est donc bien l’otage des idéologues radicaux. Le CNRS se fourvoie lui aussi quand il tente de disqualifier la proposition de la ministre en expliquant que le concept d’islamo-gauchisme n’est pas « scientifique ». Une réplique loufoque pour le moins, de la part de gens qui affirment la légitimité des concepts issus des études « postcoloniales » comme le « racisme systémique »,  le « privilège blanc », la « culture du viol » ou la « fluidité identitaire »… Ces disciplines en « toc » qui troquent le savoir pour la subjectivité victimaire engendrent un savoir frelaté. C’est au nom de la science que ces gens décrètent sérieusement l’inexistence de l’homme et de la femme, relégués au placard au nom de la fluidité de l’identité de genre. Et surtout n’allez pas affirmer que la biologie est une science ! Elle est  disqualifiée pour cause de son caractère patriarcal et viriliste. Le « trans »  ou le « queer » au genre « fluide » sont les nouveaux héros alors que la masculinité est toujours toxique. On crée ainsi de nouvelles spécialités universitaires sur le modèle des « studies » anglo-saxonnes. La multiplication des canulars qui en proviennent a confirmé à quel point la validation par les pairs relevait de la tartufferie intellectuelle. Ces gens sont de grands farceurs ou de grands fraudeurs, et les deux sont possibles. Dans tout ça,  le coupable, lui, est aisé à trouver : le mâle blanc, occidental, hétérosexuel. L’islamo-gauchisme n’est qu’un versant de cette bêtise sophistiquée.  Le grand péril que ces idéologues nous font courir tient dans l’atrophie de l’intelligence, l’effacement de la culture, pour aboutir selon la formule d’Alain Bloom, à des « âmes désarmées ».

Frédérique Vidal veut savoir ce qu’il en est. Il est un moyen facile de le savoir. Il suffit qu’elle se fasse remettre la liste des sujets d’études proposés aux étudiants lors de ces cinq ou dix dernières années,  dans les  établissements ou départements universitaires concernés. Mais il faut réagir vite, à l’université  comme au CNRS, car  il est grand temps de ne plus confondre les prises de parti militantes et les vérités scientifiques. Ce qui s’accélère est  l’arrivée rapide chez nous des théories qui sont en train de détruire les universités  américaines. Ce serait une catastrophe pour la France, mère de la pensée rationnelle et universelle. Ne comptez pas sur la majorité pour défendre sa Ministre, elle n'a  pas d'avis sur la question. Ou plutôt, comme d'habitude, c'est du "en même temps", selon les intervenants, le grand écart entre Aurore Bergé et Gabriel Attal...

 

 


BEETHOVEN NOUS PARLE ENCORE !

Beethoven

 

2020 était l’année du 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven.

La pandémie nous a privés de la plupart des commémorations, hormis cette magnifique « folle journée » nantaise qui a rassemblé 1 800 artistes juste avant que ne se mette en place le confinement. Ce fut l’un des derniers grands rassemblements culturels de 2020 avec plus de 140 000 billets vendus  et  plus de 150 000 spectateurs-auditeurs. Cette célébration va donc se poursuivre encore pendant de longs  mois en 2021 et pas seulement en Allemagne. Mais pour autant que je me souvienne de  ma présidence de L’ONPL, toutes les années sont des années Beethoven tant l’homme et son œuvre conservent une dimension universelle. Toutes ses  créations sont des chefs d’œuvre, et les directeurs musicaux n’ont que l’embarras du choix pour construire une programmation sans jamais se  répéter. Au moins l’anniversaire de sa naissance n’en exige pas une réévaluation ou une redécouverte, tant sa musique tient du génie et que ses pièces influencent encore aujourd’hui nombre de compositeurs.

campagne de dénigrement.

Malheureusement, au cours des derniers mois on a surtout entendu une campagne de dénigrement, relayée par nos médias publics toujours prêts à épouser les idéologies du moment, à l’encontre d’un musicien accusé de représenter la classe dominante, selon les nouveaux canons de la « cancel culture », alimentant de vifs débats chez nos voisins anglo-saxons. Vous avez deviné : « trop blanc, trop mâle, trop vieux ». Tout est dit : voilà Beethoven mis au rancart pour cause d’apparaître comme l’emblème d’un monde culturel prônant la suprématie blanche, masculine et conservatrice.  Ceux-là interprètent la 5ème symphonie comme  un rappel de l’histoire de l’exclusion et de l’élitisme de la musique classique, face aux oubliés, femmes, personnes LGBTQ, personnes de couleur … En un parfait  contresens historique.  Car  la 5ème de Beethoven incarne au contraire l’énergie de la  musique dans laquelle gronde la révolution française. Mais il ne faut pas attendre des connaissances  de la part de gens qui ont décidé de faire de l’inculture leur porte-drapeau et de l’obscurantisme leur profession de foi. Donc, non, nous n’effacerons pas Beethoven, comme le préconisent quelques idéologues illuminés, et s’il occupe une place prépondérante  dans l’histoire, elle  ne fait  pas d’ombre à nos contemporains, elle les inspire. Ce n’est pas notre faute si Beethoven n’était pas noir, et qui plus est, était féministe avant l’heure.  Il vaut  mieux donc s’asseoir sur les élucubrations de musicologues de pacotille qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Notre grand homme était un génie.

Ce qui explique que 250 ans après, il est le compositeur le plus cité. Car quelle que soit l’époque, il est toujours notre contemporain.  Un peu comme Tintin.  Une contemporainéité musicale,  parce qu’il  a influencé tous les styles, préfiguré le jazz ; il nous est proche aussi par la nature engagée de sa musique qui veut porter les idées plutôt que les illustrer; il nous parle encore parce qu’il cherche en permanence la lisibilité, l’équilibre parfait entre le subjectif  et l’universalisme. Il est pleinement une figure de l’art universel. Et aujourd’hui on redécouvre, que sa musique n’est pas seulement profondeur et tension, mais aussi  une vraie expression de sa joie de vivre  qui explose  dans l’hymne à la joie de la 9ème. C’est un des rares musiciens à avoir repoussé toutes les limites de l’expression des émotions, dans un univers bouillonnant. Derrière cette œuvre pleine de vie humaine, de l’extase religieuse à la folie, de toutes les passions, de fraternité… se cachait un homme certes colérique, vivant l’angoisse de sa surdité,  mais aussi un être généreux, bon, intelligent, curieux, idéaliste.  C’était un artiste passionnément amoureux de la révolution française qui a voulu placer la liberté et l’égalité au sommet du monde avec la beauté.  C’est tout cela qui lui confère sa dimension universelle. Les transformations des temps résonnent toujours à travers ses symphonies !

 


LA PROPORTIONNELLE DE TOUS LES DANGERS.

Proportionnelle 3

 

Le  vieux serpent de  mer des décadents refait surface : le temps presse. La loi oblige à voter la réforme du mode de scrutin avant juin 2021, après ça ne sera plus possible, à moins d’un an des élections législatives de 2022.  Si les études d’opinion  montrent qu’une majorité des Français y est favorable, peut-être à cause de ce que Macron a fait de l’Assemblée nationale avec sa majorité introuvable, ça n’est pas une raison suffisante pour rendre ce mode de représentation utile au bon fonctionnement de notre démocratie. D’autant plus que la situation actuelle dans le pays est suffisamment compliquée pour ne pas y rajouter encore la déstabilisation inévitable de la gouvernance politique qu’elle provoquerait s’il était institué.  Encore faut-il savoir de quelle proportionnelle il s’agirait.

Le mauvais souvenir de la IVème République.

Il n’y a guère que les vieux qui peuvent encore témoigner des désagréments du scrutin proportionnel intégral , des tripatouillages de ce qu’on appelait les « apparentements », et de l’instabilité  gouvernementale qui faisait que les groupes charnières de quelques députés exerçaient un chantage à la majorité inversement proportionnel à leur influence réelle dans le pays. Tout le monde se souvient d’un gouvernement Félix Gaillard investi un matin et mit en minorité le soir même. Cela n’a  pas empêché la République de survivre de 1946 à 1958, mais c’est de là qu’est venue la tradition de la haute fonction publique : les gouvernements passent,  les fonctionnaires restent…  Notre technocratie déjà omnipotente n’a guère besoin du renfort supplémentaire d’un parlement affaibli qui sortirait immanquablement d’un scrutin à la proportionnelle dans une France divisée comme jamais, même avec le scrutin majoritaire actuel.  Le fait est que, à ce jour, jamais l’Assemblée nationale n’a connu autant de groupes parlementaires, et jamais autant de transfuges d’un groupe à l’autre en cours de  mandat.

La dose de proportionnelle.

L’idée est déjà ancienne. Sarkozy l’avait envisagée, Hollande l’avait promise, Macron l’avait inscrite à son programme. Les conseils municipaux des villes moyennes et grandes, les conseils régionaux sont élus selon un mode de scrutin panaché, majoritaire avec une part de proportionnelle qui permet aux oppositions d’être mieux représentées. Le Sénat lui-même est soumis aux deux modes d’élection selon les départements. Alors  pourquoi pas l’Assemblée nationale ?   Mitterrand s’y était risqué, au prix d’une augmentation du nombre des députés passés de 465 à 577. La droite, dès son retour au pouvoir rétablit le scrutin majoritaire en redécoupant les circonscriptions pour garder le même nombre de députés afin de ne pas renvoyer chez eux nombre de ses propres élus. L’avènement du quinquennat et l’inversion du calendrier électoral  avec les législatives dans la foulée de l’élection présidentielle  ont faussé le résultat de ce  mode de scrutin qui provoque inévitablement le renforcement du fait majoritaire dont l’élection de 2017 a été la caricature. Cette anomalie plaide  pour un rééquilibrage. Par contre, la  transformation du paysage électoral avec une extrême-droite autour de 30% exige la plus grande prudence. Notre démocratie n’a rien à gagner à se retrouver  avec une Assemblée nationale où le Rassemblement national  serait le groupe le plus important. D’où la prudence de Macron qui envisageait l’introduction d’une dose de 25%  de proportionnelle,  avec une réduction du nombre des élus. Pour y parvenir, le  temps manque désormais.

Le projet dans les tiroirs.

Convenons-en : le scrutin proportionnel intégral donne la représentation la plus juste. Son inconvénient majeur, c’est la fragmentation politique spécifique à la France et l’impossibilité de majorités stables pour soutenir le gouvernement. Le second défaut, c’est le scrutin de listes concocté par les états-majors politiques  qui font des députés « hors sol ». C’est pourquoi, le Général De Gaulle avait préféré instaurer le scrutin uninominal majoritaire à deux tours qui avait l’avantage  d’inscrire l’élection dans les territoires avec des députés de circonscriptions. Au premier tour on choisit, au second on élimine. Un système mixte pourrait donc faire l’affaire, pour peu qu’on calibre correctement la part de proportionnelle afin de ne pas empêcher l’émergence de majorités stables. Mais là est la difficulté. Car désormais le temps est compté pour élaborer un projet de loi viable  et respecter  toutes les procédures de concertation.

Dans le premier  projet  de loi présenté en 2018, l’exécutif prévoyait d’élire  15% des députés  sur une liste nationale pour une assemblée dont l’effectif global aurait été réduit de 30%. L’affaire Benalla avait obligé à suspendre les travaux. L’année suivante, Il  avait relevé  le seuil à 20%  pour un nombre total d’élus réduit de 25%, mais le processus parlementaire avait  été une nouvelle fois interrompu par le « grand débat ». Le problème, c’est qu’avec une dose nationale de proportionnelle et le maintien de circonscriptions territoriales partout, ces projets envisagés nécessitaient  un redécoupage de toutes  les  circonscriptions, travail colossal qui n’a pas été fait et impossible à réaliser d’ici juin. Reste la possibilité de calquer le système sénatorial : la proportionnelle dans les départements peuplés, le scrutin majoritaire dans les autres. Avec le seuil équivalent à celui du Sénat, un département sur deux voterait à la proportionnelle, ce qui conduirait à désigner trois députés sur quatre  élus selon ce mode de scrutin,  l’inverse de la proportion souhaitée.  Le « seuil Bayrou »  de 25% correspondrait aux neuf départements élisant douze députés et plus. Mais aux dernières  nouvelles, Bayrou, conscient que le temps est compté, préconise une loi électorale simple, proportionnelle, départementale, avec un seuil de 5% pour l’éligibilité (on n’a pas fini de voir les listes « Théodule » apparaître). Emiettement garanti au palais Bourbon. Avec un referendum à la clé pour que les Français donnent leur avis. Retour à la IVème République dont le parti centriste a toujours été nostalgique. Mais où caser un tel referendum dans le calendrier électoral déjà bien chargé. Il y a déjà celui sur le climat à organiser.

L’opportunité politique.

Proposer une telle  modification du mode de scrutin,  en tant de crise sanitaire, s’avère hautement risqué, surtout après l’annonce de l’augmentation que les parlementaires se seraient votés. Difficile, mais pas impossible. Néanmoins,  on peut s’interroger sur la subite pression que le Modem met sur le chef de l’Etat, alors qu’il n’a même pas utilisé sa niche parlementaire, il y a une dizaine de jours, pour inscrire la proportionnelle à l’ordre du jour,  préférant la gestion du service des eaux en Guadeloupe ou l’indemnisation des catastrophes naturelles. Comme l’Elysée fait le dos rond, les  centristes se rabattent sur l’agitation politicienne, en rameutant la carpe et le lapin : le RN, les Verts, la France insoumise … à leur cause. Ils ont réussi à faire sortir du bois Darmanin et Legendre. L’union des déclinistes et des démolisseurs de la Vème République. On n’aura pas de mal, le télescopage avec les inquiétudes liées au Covid aidant, à faire le procès au gouvernement de gâcher un temps précieux pour « tripatouiller » un mode de scrutin par seule peur d’une défaite en 2022, surtout si les départementales et régionales signifient une nouvelle déroute de LREM. Il n’échappe à personne que le changement de règle  électorale favoriserait le mouvement de Bayrou. Mais celui-ci se trompe quand il imagine redonner à notre vie publique, par ce moyen, davantage d’ouverture et de possibilités de rassemblement. Ce sera, à n’en pas douter, davantage de dispersion et de confusion, de négociations d’arrières-cuisines, avec des accords qui se font en général sur le dos des électeurs, une fois les élections passées.  Si les citoyens peuvent avoir des raisons d’être  mécontents d’une assemblée où une majorité d’entre eux n’est pas représentée, leur offrir le système qui permet le plus les « tripatouillages » post-électoraux n’est peut-être pas le meilleur moyen de les réconcilier avec la démocratie représentative, qui en sortira affaiblie encore un peu plus.

Les technocrates se frottent les  mains !

 


EMPLOI, FINANCES, Où EST LA REALITE ?

Dette publique

En ces temps de  crise, il est bien difficile aux Français de se faire une idée de l’état réel dans lequel se trouve notre pays. On sait que l’activité économique s’est effondrée de 9% sur l’ensemble de l’année 2020 et qu’elle reste à l’étiage. Des moyens financiers hors-normes sont mobilisés pour lutter contre les conséquences économiques de la crise sanitaire, mais qui peut affirmer avec certitude qu’on dit toute la vérité à nos compatriotes ? Les statistiques habituelles sont faussées par l’enchevêtrement des aides de l’Etat et ce qu’elles mesurent ne veut plus dire grand-chose.

La situation de l’emploi.

Ainsi, il est bien difficile de dire quelle est la réalité du chômage et son ampleur. Le recul du PIB nous permet d’imaginer la violence du choc sur l’emploi.  Les données de base sont connues : notre population active compte 29,2 millions de personnes, dont environ 6 millions dans la fonction publique. Bercy, puis l’Insee  ont évalué les destructions nettes d’emplois autour de 700 à 800 000 pour l’année 2020,  mais paradoxalement, la courbe du chômage n’a guère bougé.  En tout cas, pas  pour le moment. La pléthore des statistiques n’empêche pas que nous soyons dans le brouillard,  tant la frontière entre le travail et l’absence d’activité est devenue floue. La difficulté provient de « l’activité partielle » largement soutenue par les dispositifs d’aide qui permettent de maintenir les salariés au sein de l’entreprise. 

A la Dares, au Ministère du Travail, on recensait 2,6 millions de salariés concernés, en novembre  2020.  Cette nationalisation déguisée des salaires empêche de mesurer les dégâts réels en terme de  réductions d’emplois par une « rétention de main d’œuvre » comme l’indique l’Insee avec cette jolie expression. La facture en est salée pour les finances publiques : 30 milliards d’euros en 2020 (1,5% du PIB). Les enquêtes  de notre institut national établissaient au 3ème trimestre 2020 un taux de chômage de 9% à quoi il fallait ajouter un « halo » de 1,7 millions de gens au statut pas  vraiment défini, entre chômeur et employé.  Le calcul selon les  normes du BIT avait même mesuré un recul du chômage, c’est dire : les gens confinés étaient dans l’impossibilité matérielle de chercher un emploi. Dans le « halo », il n’est pas certain qu’on trouve  les intermittents, les CDD, les intérimaires, les saisonniers, les autoentrepreneurs qui sortent pour la plupart des radars. Une certitude : l’addition des 6 millions de demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi et des 2,6 millions d’actifs en « chômage partiel » équivaut  à la moitié des salariés du secteur privé,  en approchant des 9 millions. Il n’est pas difficile d’imaginer ce qu’il en sera au moment de la reprise d’activité. C’est là qu’on mesurera vraiment les dégâts, quand les entreprises zombies maintenues artificiellement en vie déposeront le bilan.

La face cachée de la dette.

Mille milliards… aurait crié le capitaine Haddock. Le « quoi qu’il en coûte » présidentiel y ressemble :  les milliards semblent tomber du ciel, sans fin, créant l’illusion d’une richesse inépuisable.  Sauf que celle-ci n’existe pas. La réalité c’est qu’en 2020, la France a emprunté des sommes gigantesques : 1 milliard par jour, ou 700 000 euros par minute. L’argent coule à flots,  comme par magie, mais il n’est pas gratuit. La  vérité, c’est que la dette française détenue par le système financier, les épargnants et la BCE, explose et constitue une véritable bombe  à retardement. Nos finances publiques sont entrées dans une zone rouge, dans un contexte compliqué, avec une société à cran, les fermetures administratives  et le chômage qui remonte, car évidemment, on commence à voir s’aligner les chiffres  des suppressions d’emplois dans les secteurs impactés par la crise.  Il faut bien savoir qu’en vingt ans, le poids de la dette dans la richesse nationale a doublé. Elle représentait 60% du PIB dans les années 2 000, elle atteint aujourd’hui les 120%. Mais en réalité,  en valeur, son poids a triplé, passant de 1 050 milliards d’euros à  environ 2 800 milliards aujourd’hui et, très vraisemblablement 3 000 milliards en 2022. Il faut y ajouter la dette invisible,  celle qui n’est pas prise en compte dans les mesures selon Maastricht.  Il faut ajouter 4 000 milliards de dettes hors bilan supplémentaires, qui correspondent aux engagements de l’Etat.

L’argent coule à flots, mais au moins on voudrait penser qu’il est bien utilisé. Tout le problème c’est qu’il est largement gaspillé dans les tuyauteries ministérielles. Pendant le confinement, environ 40% des effectifs de  la fonction publique d’Etat étaient payés  100%  tout en restant chez eux sans travailler. Nos administrations ont montré leur manque d’agilité. Ce qui est frappant c’est le contraste entre les sommes dépensées et les résultats calamiteux. Pour prendre un exemple concret, le statut des agents publics hospitaliers ajouté à la suradministration de l’hôpital ont eu pour conséquence l’arrêt beaucoup plus important de notre économie par rapport à  nos voisins allemands… nous avons un nombre d’agents au ministère de la Santé supérieur (plus de 11 000) à tous les pays comparables et  nous n’arrivons pas à gérer la logistique en interne.  L’argent va à des emplois administratifs au lieu de s’investir dans l’amélioration des services sous-dimensionnés. Bref, notre suradministration nous coûte 84 milliards d’euros par an selon l’IFRAP. Encore faudrait-il évoquer le cloisonnement qui fait que les préfets, les maires, les ministres, les présidents de région, les départements, les  ARS ne se parlent pas vraiment, ajoutant à la lourdeur, les cafouillages bien connus ( les masques, les tests, et aujourd’hui la vaccination).

La question du remboursement.

La dette détenue par la Banque Centrale européenne ne pourra pas être effacée d’un trait de plume. Et il est dangereux et irresponsable de laisser penser que ce pourrait être le cas. Car  la  valeur de la signature de la France repose sur la confiance et celle-ci est volatile. Nous dépendons financièrement presque totalement de la BCE, de ses engagements et des votes du Conseil des gouverneurs. Si la banque européenne est intervenue massivement, c’est pour éviter une crise des dettes souveraines : en mars 2020, les taux d’emprunts divergeaient rapidement entre l’Allemagne et l’Italie… et la  France. Il fallait voler au secours des états les plus fragiles. Le soutien de la BCE ne sera pas éternel et inévitablement les vannes vont se refermer progressivement. Il nous faudra donc revenir aux règles de bonne gestion quand les pays européens les plus vertueux vont dire stop aux politiques de taux négatifs et de rachat de dettes publiques. La question est de savoir combien de temps ils vont laisser à la France devenue désormais un des maillons faibles de l’Union. Le temps nous est compté.  L’argent magique et gratuit n’existe pas.  On finit toujours par payer la note.

Conforter la confiance dans la signature de la France est fondamental alors que l’Etat va encore emprunter plus de 260 milliards d’euros en 2021, et les besoins seront du même ordre les années suivantes. Il faut donc faire la démonstration de la volonté de la France de réduire son endettement, si l’on veut que les non-résidents qui détiennent la moitié de notre dette ne se détournent de notre pays. Il faudra mettre en œuvre rapidement un plan pour ramener la dette à 100% du PIB. Un sujet pour les candidats à la présidentielle !

 


NOTRE CULTURE PREND L’EAU DE TOUTES PARTS !

Académie française

Au moment où le  Royaume-Uni quitte l’Europe, les 27 pays de l’Union, en toute logique, devraient abandonner  la langue anglaise comme langue de communication, et, pourquoi pas, permettre au  français de prendre le relais. Mais le « globish » anglo-maniaque n’a jamais été aussi fleurissant et s’est imposé comme une soi-disant évidence dans les échanges intra-européens parce qu’il serait plus pratique. Que s’est-il  donc passé chez nous depuis  une vingtaine d’années pour que nous arrivions à un avachissement généralisé qui nous conduit tout droit à la relégation intellectuelle, alors que la France a longtemps pu, à juste titre, s’enorgueillir de sa langue et de sa culture ? Sans prétendre retrouver le XVIIIe siècle, époque où notre langue était celle des cours européennes , et même de la cour russe, on peut s’étonner de ce que la langue anglaise, dans sa version la plus pauvre, ait définitivement pris le pouvoir dans une Europe qui avait pour ambition de réunir les peuples et non de céder à cet impérialisme linguistique. En octobre dernier, encore, le parquet européen a ainsi choisi d’adopter l’anglais comme unique langue de travail,  un comble !

La furie féministe sape le génie de la langue.

Le français a aussi ses ennemis de l’intérieur. Depuis son apparition, l’écriture inclusive qui se  manifeste  par l’usage du point médian et la mention systématique du genre féminin, a tendance à se répandre en dépit des interdictions officielles, notamment  dans nos universités. Cette pratique est une insulte au génie de notre langue et conduit directement à un appauvrissement intellectuel.  Elle rend l’oralité de la langue impossible. Essayez de lire à haute voix : « Cher.e.s étudiant.e.s vous êtes convoqué.e.s  pour venir rencontrer vos interlocuteur.trices … ». Faut-il « oraliser » les  points ? On mesure le ridicule. Mais c’est une véritable oppression qui s’est mise en place pour imposer ce langage stupide. Dans certains cas, ce sont les professeurs qui l’imposent à leurs étudiants dans leurs devoirs ou dans leur messagerie, sous peine de ne pas corriger ou répondre, ce sont les organisations syndicales qui l’imposent aux administrations, quand ce sont les administrations elles-mêmes…  Les opposants à cette nouvelle forme d’écriture sont alors qualifiés de réactionnaires ou de conservateurs,  ce qui est pour moi un compliment.  Certains enseignants ont vu leur conférence annulée quand le thème était jugé « inapproprié » tel Jean Szlamowicz, auteur du livre « le sexe et la langue » (qui ne parle pas du cunnilingus), qui devait exposer dans le cadre d’un séminaire linguistique, « l’écriture inclusive à l’épreuve de la grammaire ». Ses collègues avaient fait pression sur le doyen pour empêcher la conférence d’avoir lieu. Et le cas n’est pas isolé. 

Voilà l’université française qui pratique l’ostracisme. Le résultat est préoccupant, car la réflexion scientifique est étouffée par l’idéologie. L’Académie française y a vu un « péril mortel ». Cette pratique est un bras d’honneur aux instituions gardiennes de la langue française. L’écriture inclusive part d’une idée fausse qui voudrait que le masculin dans la langue «  invisibilise » (admirez le néologisme) les femmes. C’est une croyance qui ne repose sur aucun fondement sérieux : faire du masculin un genre qui ne prend pas en compte le féminin, c’est faire comme si les mots n’étaient jamais utilisés dans un contexte qui en éclaire le sens : ainsi, quand je parle des « habitants de ma ville», je pars du principe que c’est un ensemble qui comprend des hommes et des femmes. Il est urgent que l’usage de cette écriture soit réellement proscrit à l’école, elle est un danger pour l’apprentissage de notre langue car elle génère de l’insécurité  linguistique en rendant le français moins accessible, elle éloigne les gens qui ont des difficultés avec la langue. Un député s’est saisi du problème et prépare une proposition de loi allant dans ce sens. Espérons qu’il soit suivi.

Nous fabriquons des infirmes de la jouissance littéraire !

Un autre mal ronge notre culture : la  castration littéraire.  C’est un inquiétant symptôme de ce nivellement généralisé qui, dans le sillage de ce qu’on appelle la « culture de l’effacement » ou «cancel culture», est en train de bâillonner l’imaginaire en éteignant la saveur des mots. Désormais, il faut éviter  toute complexité et renoncer à la richesse de la langue dans les textes à destination des jeunes. Ainsi un éditeur transforme, lors d’une réédition, une phrase telle que «Le soleil disparut dans un flamboiement d’incendie et le lac refléta de merveilleux tons de pourpre et d’or» en la phrase amaigrie «Le soleil disparaît derrière les sommets alpins et le lac prend des reflets dorés». C’est ce qu’a fait Casterman en rééditant « Le Club des cinq et le Cirque de l’étoile ». De la même façon on  renonce au passé simple au profit d’un présent aplati, ce qui supprime la différenciation féconde  que nous faisions entre l’action factuelle intervenue à un  moment précis du passé et celle qui a une durée, exprimée par le passé simple ou l’imparfait. Pour Alain Duault, on prive nos enfants « de la pulsation gourmande d’une langue riche et charnue pour en faire une sorte de prose végane ». 

Le désapprentissage de la langue dans son épaisseur et sa complexité se fait au profit de sa seule valeur d’échange. L’argument de la simplification induit donc la réduction : il faut aplatir les textes destinés aux enfants, pour les préparer à « être en phase avec leur époque », ainsi que le dit la directrice de Casterman jeunesse. Un seul chemin : l’utile, le pratique, ou l’échangeable, voire le jetable. La poésie ne leur est plus nécessaire, pas plus que la musique ou que la peinture, pas plus que tout ce qui crée un langage propre à élever l’esprit, à questionner le monde, à en révéler la beauté et la multiplicité.  Bientôt on simplifiera Chateaubriand qui fait des  phrases trop  longues, si on l’étudie encore, et on « allégera » la neuvième de Beethoven aux orchestrations trop capiteuses. Bah,  le rap est bien plus accessible et il n’est pas produit par des « vieillards blancs, hétérosexuels, suppôts du patriarcat ». Ne cédons pas à tous ces alignements devant le politiquement correct de soi-disant progressistes, qui fait réécrire des titres, déboulonner des statues, étouffer des œuvres, débaptiser des écoles, défigurer la graphie de la langue avec la pratique de l’écriture inclusive, réduire toute expression à la pensée unique du moment.

Les néo-totalitaires nous imposent leur censure castratrice.

L’accumulation de ces atteintes anticulturelles cible les jeunes, les enfants même, qui, si l’on accepte de laisser cette action rongeuse se poursuivre, n’auront bientôt plus de mémoire pour se défendre, plus d’images pour rêver, plus de mots pour dire la beauté, l’amour, la vie. Il faut en finir avec cette maltraitance récurrente de ce qui constitue la matière de notre culture et qui se traduit par une langue décharnée plutôt que savoureuse et colorée, un imaginaire censuré plutôt qu’une ouverture au rêve, une aseptisation des contenus plutôt qu’un apprentissage des différences et de la mise en perspective historique. L’uniformisation du style, du son, de la perception conduit à une robotisation des consciences à un langage unique comme l’est la pensée. Insupportable ! Qui ne mesure la régression quand la langue qui est notre première identité doit se modeler à la dictature de la facilitation du discours, au nom d’une aberration intellectuelle ?

 

 


UNE LOI QUI NE CONFORTE PAS LA REPUBLIQUE

Laicite

Le débat sur le projet de loi contre « l’islamisme radical », devenu contre « le séparatisme », puis "confortant les principes de la République", a donné lieu à un florilège d’arguments développés par les « Insoumis », la  gauche  communautariste et le PC, qui laissent pantois.  Mélenchon et ses comparses ont tourné le dos définitivement aux acquis des « Lumières ». Dire n’importe quoi, proclamer des absurdités, porter les pires reniements, défendre la soumission quand on se dit « insoumis », reculer sans cesse, pour justifier que l’on n’a pas le courage de dire ce qui est : le voile islamique n’a rien à faire en France, et encore moins sur la tête des fillettes. Ce n’est pas la question du simple port d’un vêtement qui est posée, mais bien celle des rapports entre notre civilisation occidentale et l’interprétation la plus étroite de l’Islam.

Il faut bien distinguer, s’agissant de l’Islam, la face proprement  religieuse, démarche de foi définie par les « cinq piliers de l’Islam », tout-à-fait compatible  avec nos lois républicaines et la laïcité, et l’autre face qui veut l’imposition d’un ordre social et politique qui sont, eux, incompatibles. Il est important de bien distinguer ces deux faces. La stratégie des islamistes, Frères musulmans et autres, et  de leurs alliés objectifs à fin de récupération électorale, est de dissimuler dans  leur rapport  avec notre monde occidental ce qui sépare ces deux dimensions de l’Islam. Et le point crucial de  cette  occultation concerne la tenue islamique notamment  pour les femmes. Son port  est présenté comme relevant d’une démarche de foi et toute entrave à celui-ci, en particulier à  l’école, comme « islamophobe ». Or, il suffit de consulter le Coran pour constater que cette tenue est un élément d’ordre social.

Ce qu’on essaie de nous imposer par le voile islamique, c’est une pratique religieuse associée à une morale et une pratique sociale toutes deux incompatibles avec nos valeurs. Rappelons que le voile islamique est le symbole ostentatoire d’une condition féminine inacceptable pour nous, instituant l’inégalité avec l’homme par la soumission de la femme : la femme stérile répudiée, la femme adultère punie de mort, le témoignage de l’homme qui vaut celui de deux femmes, la soeur qui n’obtient que la moitié de la succession dévolue à son frère, le mariage mixte interdit, la polygamie autorisée… Des Etats, comme la  Tunisie ont essayé récemment  d’avancer sur ces sujets,  mais ont dû reculer devant la pression exercée par les orthodoxes religieux. C’est la vraie signification du port du voile. L’affirmation de leur « islamité » par les jeunes filles ne s’arrête pas à cet accessoire vestimentaire. Elle s’accompagne généralement de contraintes supplémentaires telles que l’interdiction de suivre les cours de sciences naturelles, d’éducation physique ou de musique, voire même de s’adresser au professeur si celui-ci est de sexe masculin. D’où le mutisme de certaines filles en classe  que les professeurs ne comprennent pas toujours. Nous ne pouvons pas l’ignorer.

Et même sans astreinte religieuse, l’usage impose encore aujourd’hui quelques règles de politesse comme se découvrir pour saluer ou entrer dans certains lieux, dont l’école fait partie. Sur le plan strictement vestimentaire, si l’on accepte une exception pour le « foulard », rien ne permettra plus alors de s’opposer à la casquette sur l’oreille ou d’autres accessoires moins anodins. Et de ce point de vue, l’école reste un des rares endroits où se fait l’apprentissage de la politesse et des usages, du moins j’ose l’espérer. Le voile islamique, à l’école, et encore plus en classe, est contraire à notre code de civilités. Son port dans la rue, relève d’un autre débat.

Entendre Marie-Georges Buffet défendre « la religion opium du peuple » la plus antiféministe qui soit, au nom de la stigmatisation qu’elle subirait, pourrait être savoureux, mais relève d’un déni de  réalité et d’une confusion inexcusables. Une démarche rejointe par l’aile gauche de la majorité  présidentielle, qui a conduit à dénaturer le projet de loi initial,  et  confirmée par le Président lui-même quand il  affirme : « La France n’a pas de problème avec l’Islam ». Ainsi, la fable selon laquelle le voile islamique ne serait pas une pièce maîtresse d’un ordre collectif mais relèverait de démarches de foi individuelles a été largement acceptée par les députés. Tous les amendements concernant le voile ont été rejetés par la majorité. Et en marge, que dire de l’intervention de  la Défenseure des Droits volant au secours du burkini ! En n’affirmant pas clairement que la liberté de conscience  concerne exclusivement la dimension spirituelle de l’existence et exclut totalement l’imposition d’un ordre social et politique qui constituerait une contre-société, le projet de loi voté par l’Assemblée nationale manque son objet. Comme  il  considère l’Islam dans sa totalité  comme une religion, il est conduit à prendre des mesures  concernant les  religions en général,  alors même que la vraie cible n’est pas religieuse. Par souci de neutralité, il  impose des contraintes nouvelles de manière indiscriminée à des organisations religieuses, chrétiennes et juives, qui n’entretiennent aucune visée séparatiste et sont donc des victimes collatérales de la nouvelle loi.

Depuis le XVIIIème siècle, l’individu européen a conquis une à une toutes ses libertés. Cette remise en cause devenue permanente, à laquelle l’église catholique s’est elle-même adaptée, a permis la proclamation puis l’application progressive des « Droits de l’Homme ». C’est au nom des Droits conquis que nous avons le devoir de lutter contre toutes les atteintes aux droits élémentaires de la personne. Comme le dit Finkielkraut : « ou le hommes ont des droits, ou ils ont une livrée… ». De peur de paraître intolérants avec les musulmanes « on les confond avec la livrée que leur a taillée l’Histoire ». Voilà le piège : sous prétexte de droit à la différence, on voudrait imposer sur notre sol un apartheid. Dans son livre « Bas les voiles » Chahdortt Djavann assimile à une maltraitance l’obligation du port du voile faite aux filles mineures, et elle n’a pas tort, dans la mesure où cette obligation enferme l’enfant dans une démarche mutilante de sa féminité. Il ne s’agit pas d’intolérance, mais de respect de la personne et de protection des mineurs, en application de nos valeurs et de nos lois.

Cependant, la pratique de l’Islam n’est sûrement pas incompatible avec la laïcité. Il reste à en rechercher les modalités et à aider ceux, parmi les musulmans français, à l’instar de l’Imam Chalgoumi, qui souhaitent se situer dans cette perspective-là. Les testings effectués auprès des employeurs montrent que les candidats à l’embauche dont les CV suggèrent que, musulmans, ils adhèrent aux valeurs de la République, sont bien accueillis. Nombreux sont ceux qui adhèrent pleinement à la République et le bon sens exige qu’on évite tout amalgame ignorant cette diversité. La  confusion entre les  deux faces de l’Islam  empêche de voir qu’un regard positif sur la dimension spirituelle de cette religion coexiste chez les Français en même temps qu’un ressenti négatif sur sa dimension sociale et politique. Ainsi, si 86% de nos concitoyens rejettent le port du voile, ils ne sont plus que 24% à juger négativement le jeûne du Ramadan. S’il ne faut pas obliger toute personne d’origine étrangère à calquer sa conduite sur notre façon d’être, il est possible tout de même de dénoncer certains aspects de la tradition islamique, sans pour autant vouloir détruire sa culture. D’autant plus quand il s’agit d’une interprétation la plus étroite de l’Islam, issue du Wahabisme, contre laquelle les femmes luttent dans beaucoup de pays musulmans.

Les minorités religieuses peuvent exister à condition que celles-ci soient constituées d’individus libres et égaux. Il nous appartient de faire en sorte que cette dernière condition soit toujours remplie. De ce point de vue, il est important de signifier que la loi républicaine est au-dessus de toute autre, y compris la Charia des musulmans. Ce que la loi votée a oublié d’affirmer clairement.

 


LE FIASCO DE LA VACCINATION

Covid vaccination

Après les masques puis les tests, voici un nouveau fiasco : celui de la vaccination. La  campagne, commencée sur la pointe des  pieds devait prendre de l’ampleur avec la cible des personnels  soignants de plus de 50 ans et les plus de 75 ans. Un mois après, force est  de constater le plantage du plan de vaccination mis en œuvre par M. Véran et son indécrottable  administration sanitaire.

Commençons par une petite histoire vécue.

Nous avions réussi à décrocher deux rendez-vous pour le 23 janvier, par Doctolib, à la même heure, au centre de vaccination d’Angers. Cela paraissait normal pour un couple. Au jour dit, nous nous présentons à l’accueil, et là nous découvrons qu’un seul est inscrit sur la liste, moi en l’occurrence. Pourtant nous avions reçu tous les deux une confirmation du site, la veille. Mais rien à faire : pas  d’inscription sur la liste, pas de vaccin. Le cerbère de service est catégorique : les doses sont comptées à l’unité près. Nous faisons part de notre surprise à la médecin qui nous reçoit, qui manifeste son étonnement et se propose d’aller vérifier s’il n’y aurait pas une dose disponible. Elle se lève donc et se dirige vers le fond de la salle vers l’endroit où sont probablement entreposés les vaccins, ce que voyant, le cerbère de l’entrée se précipite aussitôt pour la rattraper… Bref, à son retour, il n’y avait effectivement aucune possibilité de vaccination supplémentaire, comme par hasard. La machine administrative dans toute sa splendeur. Pour l’heure, le bureaucrate qui avait pris le numéro de notre téléphone, n’a jamais rappelé, et nous n’avons pas pu décrocher un nouveau rendez-vous.

Le rendez-vous impossible.

Le fait est que, dans cette fameuse tranche d’âge des plus de 75 ans, à laquelle nous appartenons, qui doivent être vaccinés le plus vite possible, beaucoup ne sont même pas capables, à ce jour, d’obtenir un rendez-vous pour la première injection ce mois-ci, le mois prochain ou plus tard. Le problème n’est pas que le rendez-vous risque d’avoir lieu dans trois ou quatre mois, c’est que, tout simplement, on demande de rappeler plus tard, donc qu’ils ne peuvent même pas se projeter dans un avenir proche. La première des solutions consisterait donc à accorder des rendez-vous même éloignés aux personnes âgées pour qu’elles soient à la fois enregistrées et rassurées. Cette mesure, on n’en parle même pas, on fait des promesses qui seront vite oubliées, sans véritablement envisager l’affreuse hypothèse en vertu de laquelle beaucoup de personnes âgées ne seront jamais vaccinées.

Course de lenteur.

Pour les Français, la lenteur de la campagne vaccinale est un phénomène inquiétant, si bien que le président de la République a annoncé, pour nous soulager, que nous serons tous vaccinés avant la fin de l’été prochain. Aux calendes grecques. Pour parvenir à ce résultat, diverses mesures d’approvisionnement, la mise sur le marché de vaccins parvenus au terme des essais cliniques, la pression exercée par la Commission de Bruxelles sur Pfizer et AstraZeneca, le recours lointain à des laboratoires français pour la mise en condition du vaccin, sont présentés comme l’arsenal extraordinaire tout droit sorti de la tête du génie de nos dirigeants. La  vérité, si nous prenons des mesures secondaires pour augmenter notre puissance vaccinale, c’est qu’en réalité, nos stocks sont très insuffisants, et dans certaines régions, inexistants. Et combien de doses perdues par la gestion tâtillonne et bureaucratique du Ministère et des ARS ?

Notre recherche en déroute.

L’Europe a procédé à temps aux commandes de vaccins auprès des laboratoires qui parvenaient au terme des essais cliniques. Ce sont ces labos qui n’ont pas pu satisfaire une demande énorme, encouragée par la qualité du produit PfizerBiotech, qui a éliminé le scepticisme et l’hostilité au vaccin. Mais ce n’est pas un problème européen, c’est un problème national. Cela fait au moins deux décennies que notre Etat obèse n’investit pas assez dans la recherche et que nous subissons la fuite des cerveaux. Nous n’avons pas un laboratoire capable de prévoir un virus et, le cas échéant, de produire massivement au moins cent millions de doses en une fois un vaccin efficace, indolore et disponible. L’échec de Pasteur est la partie visible de l’iceberg de notre incurie.

C’est aussi l’échec d’une logistique hypercentralisée et bureaucratique. 

L’exemple raconté par le maire de L’Haÿ-les-Roses est  édifiant. Après vaccination dans l’Ehpad de sa commune, il restait 60 doses disponibles, et  logiquement le directeur envisageait de les mettre à la disposition du centre de vaccination de la commune, avec l’accord du maire, heureux de cette aubaine.  Mais voilà, pour l’ARS, consultée, ce changement d’affectation du vaccin n’était même pas concevable : ce qui est destiné aux Ehpads doit rester aux Ehpads, non mais ! L’histoire ne dit pas ce qu’on a fait des vaccins disponibles  … J’espère seulement qu’ils n’ont pas été jetés, ce qui entrerait dans les statistiques prévues par le Ministère.

Christophe Mahé peut rajouter trois couplets à sa chanson « Il est où » … Il est où le masque, il est où le test, il  est où le vaccin !!! Quant au bonheur, il faudra encore attendre jusqu’à la fin de l’été, enfin, si ça n’est pas une promesse de gascon de plus ! En attendant, on fait tout pour détourner l’attention de ce fiasco par  un insupportable teasing sur le « reconfinement », avec en star inénarrable, Monsieur Castex et la valse des « variants ».

 


Une agricultrice écrit à Yann Arthus Bertrand !

Claire Juillet

 

De temps en temps,  il faut remettre les idées en place face à la propagande écolo des décroissants qui nous vaudra paupérisation généralisée  et déclin. Ce cri de colère d’une agricultrice est salutaire.  Je m’en fais volontiers le messager.  
Claire juillet est agricultrice en Saône et Loire à l’Earl du Paquier (élevage bovins allaitants, porcs plein air, maraîchage, agriculture biologique). Elle adresse ici un message « nécessaire » au photographe dont le discours à charge contre une certaine agriculture est devenu inacceptable.

«  Monsieur Arthus Bertrand,
La presse unanime annonce avec enthousiasme la diffusion imminente de votre dernier (?) film “Legacy” qui sera projeté sur M6 dans quelques jours. Avant tout, je tiens à préciser que je conserve précieusement dans ma bibliothèque votre magnifique livre “Bestiaux”, acquis dès sa parution et que je feuillette régulièrement avec le plus grand plaisir, tant les portraits qu’il contient montrent toute l’humanité des éleveurs et le lien particulier qui les unit à “leurs bêtes”.

Au vu de la bande annonce de votre film, bien que je comprenne qu’il s’agit d’une mise en bouche destinée à appâter le spectateur, j’ai d’abord été prise de colère, puis d’indignation. Depuis quand vous sentez-vous pousser des ailes de procureur ? Qui vous permet, apôtre de la décroissance sur le tard, familier des milliardaires, utilisateur compulsif des moyens de locomotion les plus polluants, de donner des leçons au reste de l’humanité ? Certes, personne n’est irréprochable, mais votre commentaire en voix off dans ce petit teaser est un ramassis d’approximations qui viendra, une fois de plus, alimenter l’infime minorité agissante de ceux qui veulent la peau des agriculteurs en général et celle des éleveurs en particulier. Où avez-vous filmé les images terrifiantes de ces concentrations de bovins ? Pas en France, bien sûr, mais le film ne le dit pas. Vous laissez croire que tous les bovins seraient soumis à un régime d’injections chimiques de toutes sortes. Ignorez-vous que c’est interdit chez nous ? Vous semblez trouver scandaleux que la consommation mondiale de viande ait été multipliée par 3 en 40 ans. Avez-vous bien réalisé que, dans le même temps, la population mondiale a doublé et qu’elle se répartit comme suit : 59,5 % en Asie et 17,2 % en Afrique, loin devant l’Europe qui représente moins de 10 % ?

Laissez-moi vous apprendre que dans cette même période la consommation de viande en Chine a été multipliée par 12, celle du Brésil par 2 et que, depuis 2004, l’Inde est devenu le premier producteur mondial de lait. Je vous suggère sur ce point la lecture du rapport de 2006 de la FAO sur l’élevage, dans lequel vous pourrez découvrir que le centre de gravité des activités liées à l’élevage se déplace inéluctablement du Nord vers le Sud depuis 1995. Que vous en soyez désolé n’y change rien : il se trouve que les populations des pays émergents ont aussi envie d’avoir accès à une nourriture autrefois réservée aux “riches” et qu’ils en acquièrent peu à peu les moyens. Au nom de quel principe vous sentez-vous autorisé à leur faire la morale ? Auriez-vous le toupet de proposer que, pour lutter contre le réchauffement climatique, il conviendrait que le Botswana mette fin à une politique agricole qui tend à l’autosuffisance alimentaire de sa population ?

Que n’utilisez-vous votre entregent considérable pour aller faire, pourquoi pas, la leçon à Xi Jinping ou à Bolsonaro ? Il est vrai que c’est un poil plus risqué que de culpabiliser la ménagère de moins de cinquante ans, de cajoler la vegane trentenaire ou de désigner comme tant d’autres avant vous, les agriculteurs comme boucs émissaires.

Venons-en au passage le plus ridicule de votre texte. Vous prétendez qu’un hectare cultivé peut nourrir deux carnivores ! De quels carnivores parlez-vous ? Je crois comprendre que vous faites allusion à l’être humain dans une pirouette sémantique destinée à flatter vos amis animalistes. Car vous ne pouvez pas ignorer que, d’une part, Homo Sapiens est omnivore (sinon il ne pourrait pas choisir de devenir végétarien) et, d’autre part, qu’on ne verra pas de si tôt vos chers lions brouter la savane. Au passage, vos deux carnivores ont un solide appétit car un hectare, c’est à peu près ce qu’il faut sous nos climats pour élever un bovin. Dans mon entourage, je ne connais personne d’assez affamé pour avaler la moitié d’un bœuf (soit 200 kg) par an.

Vous semblez par ailleurs réellement croire que le même hectare pourrait nourrir 50 végétariens. Ah bon ? C’est dommage, mais votre optimisme vous égare ou alors vous n’avez pas beaucoup pratiqué l’agriculture. 50 végétariens, c’est peut-être possible dans le cadre d’une agriculture ultra intensive chère aux industriels de la chimie, mais sûrement pas en agriculture biologique que vous prétendez défendre et en respectant les cycles nécessaires à la rotation des cultures. Une hypothèse plus raisonnable n’aboutirait alors qu’à la possibilité de nourrir 4 à 5 personnes sur cette surface. Mais bien sûr, asséner un slogan, ça marque davantage le spectateur qu’une leçon d’agronomie.

Cher Monsieur, il est possible que la bande annonce de votre film ne reflète pas avec exactitude le contenu de celui-ci. Ce ne serait pas la première fois que la pub ne correspondrait pas à la réalité du produit proposé. Mais, voyez-vous, il devient de plus en plus insupportable de recevoir, à longueur de journée et par trop de canaux médiatiques, ces incessantes leçons de morale, surtout lorsqu’elles viennent d’écologistes de salon dont les modes de vie sont aux antipodes de ce qu’ils exigent du citoyen lambda. Et vos récents efforts de soit disant “compensation carbone” visant à annuler l’impact écologique de vos déplacements dans les transports les plus polluants du monde ne sont rien d’autre qu’une version moderne du commerce des indulgences. C’est ce qu’on appelle s’acheter une conscience pour pas cher.

Soyez aimable Monsieur et quittez ce costume paternaliste passé de mode qui fleure la naphtaline néocoloniale. Nous sommes fatigués des discours de cette génération qui, après avoir profité sans réserve des Trente glorieuses, s’autorise à vouloir imposer à tous une prétendue sagesse acquise bien tardivement. Vous nous assurez que vous avez un cœur. À la bonne heure.

À l’avenir, servez-vous aussi de votre cerveau pour éviter de raconter n’importe quoi. Vos images sont plus éloquentes que vous. Vous feriez bien de vous en contenter ou d’employer vos talents et votre influence à mettre un terme à la dérégulation sauvage des échanges commerciaux qui est la véritable responsable du saccage de notre belle planète. »

 


L’HYPOTHESE BARNIER

Barnier

 

Pendant quatre ans, Michel Barnier a mené les négociations du Brexit, au nom des 27. Le Brexit, il l’a abordé comme une catastrophe non naturelle, une situation très grave pour l’Union qui posait si on y prenait garde une question existentielle  pour elle.  Ce que Nigel  Farage, apôtre de la  sécession, caricaturait  en répondant  à Barnier à la fin d’un entretien, sur la  manière dont il envisageait la relation post-Brexit de  son pays avec l’Europe : « l’UE n’existera  plus ! »  Le divorce, c’était donc aussi la volonté de certains de détruire l’Union européenne.

The right man at the right place.

Quatre ans et demi plus tard, le divorce est prononcé, et l’Union européenne en est sortie confortée. Si la mission est accomplie, c’est bien grâce au négociateur en chef et à  son inlassable volonté de cohésion des 27 face au trublion anglais. En choisissant Michel  Barnier, Jean-Claude Juncker avait fait le bon choix : il savait qu’avec le Français, il incommodait les Anglais  et  confiait la tâche à un politique chevronné, patient, fin négociateur et surtout connaisseur en profondeur des rouages de l’Union et du dossier.  Et, de fait, il a fallu la patience du « montagnard en route vers le sommet », déployant une stratégie méticuleuse, pour  affronter les rodomontades et la gestion cahotique des britanniques, leurs chantages, et sans que jamais ils aient pu percer le front uni mis en place. Grâce à une évidence : très vite il est apparu très clairement que le marché unique était le bien le plus précieux et qu’en sortir provoquait nécessairement des différences. Londres ne pouvait espérer avoir le beurre et l’argent du beurre.

Il n’y a pas de bon accord.

Michel Barnier, le reconnait lui-même, si son but était de préserver au mieux les intérêts de l’Union, et si on a eu raison de se réjouir d’un accord  in extremis entre Britanniques et Européens, qui a évité le chaos d’un « No deal », c’est inévitablement un accord « perdant-perdant » pour les deux parties qui ne permet pas l’autosatisfaction . Avec le temps, le  coût économique ira grandissant pour un Royaume-Uni, de moins en moins uni, et l’Europe s’est affaiblie en perdant  l’un de ses pays les plus importants par son économie et sa population. Son économie représente en effet 20% de celle de l’Union. En 2019, 46% des exportations de marchandises britanniques étaient pour le continent, alors que la part des exportations de l’Union vers le Royaume-Uni ne constituait que 15% du total. Il n’en reste pas moins que dans le monde actuel, l’Union et les  Britanniques sont plus que jamais dans le même camp. Il appartient à ces derniers de faire la démonstration qu’ils demeurent des Européens. S’ils choisissent de s’enfermer dans un splendide isolement chauvin et sourcilleux, il sera facile aux 27 qui ont montré leur cohésion de se passer d’eux. Grâce à Barnier, on a évité le pire.

Là où il y a une volonté, il y a un chemin...

L’aboutissement des négociations a rendu Michel Barnier disponible.  Et  à 70 ans, qu’il  porte bien, il semble déterminé à ouvrir une nouvelle page de son engagement politique, lui qui est resté fidèle à sa famille politique. Il n’a  pas  caché qu’il souhaitait jouer un rôle « utile » en s’investissant sur la scène nationale, ce que d’aucuns ont interprété comme un premier pas vers une ambition présidentielle. Et pourquoi pas ? Son image  de négociateur européen hors pair est peu abîmée par la politique nationale, il a un style rassurant, il peut plaire à cette France périphérique dont il est un des représentants par les nombreux mandats exercés en Savoie. Et il a une expérience solide de l’exercice des responsabilités, de l’élu départemental aux portefeuilles ministériels, de l’élu européen aux fonctions de commissaire, à quoi s’ajoute une stature d’homme d’Etat ayant croisé tous les  grands de ce  monde… Et quand on a réussi a fédérer 27 pays européens pendant quatre ans et demi, on doit pouvoir trouver les  moyens de fédérer les Français sur un projet national… et européen. Car le « plus » indéniable de  Michel Barnier  est d’ajouter à sa foi patriotique, une conviction européenne, car pour lui les deux engagements vont ensemble. Il lui reste  à convaincre sa famille, les sympathisants de la droite et du centre et plus largement les Français qui croient encore dans les chances de notre pays. On sait le personnage habile à fédérer les énergies, et l’équipe du Brexit qu’il a animée en est une preuve tangible. Il lui faudra un projet  sur lequel asseoir son ambition : son attachement au gaullisme lui procurera les fondements et les travaux du parti et de ses multiples filiales un bouquet de propositions dans lesquelles il suffit de puiser. La  partie ne sera pas facile, d’autant plus que Macron arrivera à la Présidence de l’Union au 1er janvier  2022. Déjà, autour du personnage, une activité discrète et collective anime son appartement parisien. Le Savoyard a entamé une tournée avec Gérard Larcher, Président du Sénat, a  partagé un petit déjeuner avec  Christian Jacob, s’est entetenu avec Damien Abad…  Et même une association aurait vu le jour sur  les bases du club Nouvelle République que Barnier avait créé en 2003.  Il compte sur la stratégie du consensus, fidèle à une démarche qui ne lui a pas trop mal réussi jusqu’à maintenant. Il a la pointure et la stature,  les compétences et, semble-t-il, l’envie.  Dans le chemin qu’il entreprend, il sait que la patience, l’effort, la détermination sont des vertus indispensables. Dans ses vœux formulés sur Twitter, on trouve cette citation, comme un aveu : « là où il y a une volonté, il y a un chemin ! ».  

Voilà de quoi remplir le « vide » à droite, non ?

 


UNE SITUATION SURREALISTE.

Cédric-un-look-denfer-

 

C’est certain, ça va repartir.  Tous les ingrédients d’une reprise forte s’accumulent.  Le  problème c’est quand.   Car avec cette pandémie qui n’en finit pas et dont on ne voit pas le bout,  avec les multiples complications apportées par les « variants », bien malin celui qui peut le dire.

2020 : une année hors-normes.

En attendant, nous vivons une période atypique pour ne pas dire surréaliste. L’exercice économique 2020 aura été hors normes.  Qui peut comprendre que la production nationale, le  PIB, ait baissé de 10% et qu’en même temps les revenus français se soient maintenus, le pouvoir d’achat aurait progressé de 0,3% en moyenne selon la Banque de France. L’activité tourne à un rythme inférieur de 10% à celui de janvier 2020 et pourtant le chômage n’a pratiquement pas augmenté et  les faillites d’entreprises ont été  moins nombreuses qu’en 2019. On saisit alors que nous sommes en plein dans l’artificiel. Ces paradoxes ont une explication : la crise sanitaire a été largement « surfinancée ». Si la chute de  production subie a entraîné une perte de 240 milliards l’année dernière, les pouvoirs publics ont injecté 400 milliards entre les  plans d’urgence et de relance.  Ce déluge d’argent public soit déboursé dans le chômage  partiel, soit prêté aux entreprises sous des formes multiples garanties par l’Etat  a permis jusqu’à maintenant d’éviter  ce qui aurait dû être la conséquence de la  crise  sanitaire, une dépression qui aurait été bien plus terrible que celle de 1930.

Le miracle pourra-t-il continuer en 2021 ?

Ce serait surprenant. La sagesse serait de se préparer à la fin de « l’argent hélicoptère » déversé par la Banque Centrale Européenne. Les difficultés sont forcément devant nous. Elles vont surgir aussi bien à l’échelle européenne que chez nous, au moment où nous allons entrer dans la campagne électorale de 2022, dont les enjeux vont du même coup se trouver exacerber. Certes Emmanuel Macron peut se  glorifier des avancées de l’Union européenne qui a réussi à concevoir un plan de relance collectif et massif de 750 milliards d’euros avec un endettement commun.  Mais si l’Europe nous protège, il ne faut pas oublier qu’elle reste, et c’est heureux, un espace de concurrence. Elle financera les dettes  publiques jusqu’en mars 2022 puis ses béquilles seront amenées à être retirées. Les divergences Nord-Sud reviendront au premier plan. Comment alors, résorber les déficits qui resteront béants une fois l’épidémie vaincue, et qui seront autant de handicaps ? Voilà une question hautement politique. Il ne suffira pas d’affirmer : « pas d’impôts Covid », comme l’assure pour l’instant Bruno Le Maire. Nous, nous savons qu’il n’a pas de baguette  magique, et que son « quoi qu’il en coûte » a été financé  par la générosité de la  BCE. Certains on pu croire à la magie, la réalité s’imposera durement une fois la source  tarie.

Une année marquée par l’incertitude.

Elle risque même d’être chaotique. Elle démarre mal avec  une stratégie vaccinale illisible et incompréhensible. Les pierres  d’achoppement s’additionnent : gestion sanitaire approximative, croissance économique  insaisissable, chômage aux contours inquiétants, finances de  l’Etat transformées  en corne d’abondance, restructurations de secteurs entiers, autant de sujets qui vont mettre l’exécutif  à bout de souffle face à une opinion publique éruptive. « Peut-être que je devrai faire des choses dures dans la dernière année », s’interrogeai le Président lors de son interview sur le site  Brut. Il peut en effet s’y préparer,  car  il va devoir faire des arbitrages hautement politiques, et notamment  trouver  la recette qui lui permettra  de mettre fin au torrent des dépenses  publiques qui agit sur les Français comme une drogue. On sait alors   que le plus difficile c’est quand il faut commencer à s’en passer. L’autre écueil  c’est la tentation  d’augmenter  les  prélèvements dans un pays  qui est pourtant au plafond en la matière. Mais c’est incontournable : nos incorrigibles  PS proposent un prélèvement exceptionnel de « solidarité » (élémentaire) sur les en-cours d’assurance-vie supérieurs à 30 000 euros, avec en prolongement, le retour de l’ISF.  De son côté, le  Comité de suivi des retraites recommande une mesure de sous-indexation des pensions visant toute la population des retraités, au prétexte qu’elles ont été épargnées  par la crise. Pendant ce temps-là, les épargnants thésaurisent les billets de banque. Un phénomène qui inquiète les autorités bancaires : rien qu’en France, ce serait 33 milliards d’euros qui seraient stockés sous les matelats, manifestation d’une méfiance d’autant plus paradoxale que l’on paie de  moins en moins en billets. Ce trésor caché est une façon d’échapper à d’éventuelles hausses d’impôts.

Le flou est partout.

La paralysie du pouvoir est patente. Le quinquennat entre dans sa phase terminale et finalement le bilan des réformes sera bien maigre. Il reste peu de temps utile et tant de choses à faire : réforme des retraites, de la décentralisation, du droit du travail, de la constitution, sans parler du referendum sur le climat. Avec un calendrier parlementaire déjà bien encombré. Les incertitudes  politiques s’y ajoutent : quel calendrier pour les  élections, quels candidats pour s’y présenter, quels champions  pour les familles politiques qui constituent l’offre électorale. Autant de domaines pour lesquels les Français aimeraient avoir des réponses et n’ont qu’un théâtre d’ombres à se mettre sous la dent. Une certitude commence à se faire jour : encore un quinquennat pour rien. Le déclassement de la France va continuer.

 


LA DICTATURE DU « JE »

Haddock insultes maj

 

La toute puissance des algorithmes.

Pour ceux qui, comme moi, ont  lu le livre de Gaspard Koenig, « La  fin de l’individu »,  dont je vous ai déjà entretenu, la numérisation accélérée de la société  pendant le Covid n’est pas une surprise. Elle annonce un tremblement de terre qui met en évidence un risque d’obsolescence  rapide de nombreuses tâches pour lesquelles nous estimions que l’homme était indispensable, mais en plus, et c’est le plus grave, le rétrécissement de la pensée subjective humaine individuelle submergée par une rationalité déterminée par des algorithmes supposés nous représenter dans notre globalité.

Encore une fois, ce n’est pas l’Intelligence Artificielle qui est en cause, mais l’usage que nous en faisons et qui façonne une drôle de société. Comme l’Europe a déjà perdu pied dans la compétition qui s’est engagée pour la maîtrise du modèle, il nous reste le choix entre celui qu’impose le régime  chinois, exquise fusion du communisme et des technologies les plus avancées pour enrégimenter l’individu, et celui des Etats-Unis contrôlé entièrement par le géant Google et ses intérêts matériels, dont on vient de voir qu’il pouvait faire le tri dans le contenu des messages qui circulent dans ses réseaux et  fermer un compte purement et simplement.

Deux périls nous menacent : les choix des algorithmes et les choix politiques ou idéologiques de ceux qui contrôlent les serveurs que nous utilisons. Ils connaissent de mieux en mieux nos vies, nos goûts, nos habitudes et ils dominent des pans entiers de l’activité économique du fait de l’accumulation incroyable de données qu’ils sont parvenus à réaliser. Ils se sont aussi attribué un nouveau rôle : être les censeurs de la vie politique et de l’opinion. Et ce n’est peut-être qu’un début. La suspension des comptes de Donald Trump après l’invasion du Capitole le 6 janvier dernier pose la question essentielle pour la liberté d’expression, de la régulation des réseaux sociaux.

Ultra-connectés et bavards.

A cela s’ajoute un troisième péril.  L’avènement du smartphone a fait de la plupart d’entre nous des êtres ultra-connectés, repliées sur leur subjectivité et leurs intérêts tout en intensifiant l’impression de jouir d’une forme d’allégement de l’existence et d’une indépendance sans cesse accrue, constate Eric Sadin (« L’ère de l’individu tyran »). Et nous sommes devenus dépendants de cet « infini » vertigineux. Avec nos téléphones, nos tablettes, nos ordinateurs, un espace d’expression sans limite et à tous moments permet à chacun de s’offrir une multitude de tribunes virtuelles, pour exprimer un avis sur tout –et surtout un avis, aurait dit Coluche-,  dans une débauche de « je » aussi gratifiante qu’addictive. L’inconvénient c’est que ces réseaux sociaux échappent à tout contrôle. Ils constituent un territoire ni structuré ni  hiérarchisé,  chacun étant maître de son « je ».

Avec Twitter on assiste au triomphe de la parole sur l’action, où l’on cherche à s’affirmer non pour défendre un point de vue mais pour imposer une perception des choses. Avec Instagram, l’affichage de soi se transforme en une continuelle monétisation de sa personne, faisant de « l’instagrameur » un homme-sandwich. Les mécanismes pervers mis en œuvre nous font glisser vers une culture de l’humiliation.  Il suffit de lire les commentaires sur Facebook pour s’en convaincre. Enfin, en étant indulgent, parce que l’indigence y règne entre la syntaxe approximative et l’orthographe déficiente qui va généralement avec la superficialité du discours. La  plupart y recherchent des signes pouvant flatter  leur narcissisme ;  asséner sa vérité est devenu un carburant pour l’ego : « je twitte, donc j’existe ! » Cette galaxie inépuisable d’individus produit une profusion de messages qui concurrence les médias traditionnels qualifiés de « top down ».

Un fait, une phrase, une remarque qui tombe  dans ces réseaux va s’envelopper d’une masse de commentaires dont les chaines d’information en continu font leur miel. Ainsi, l’information disparaît au profit de son commentaire. La parole « des gens » remplace l’argumentation de ceux qui militent ou réfléchissent, elle devient vérité et disqualifie le sachant et l’expert, le journaliste, ces passeurs d’une parole vérifiée, d’une opinion étayée ou d’un projet structuré. Tout se vaut, la  parole d’un professeur d’université et celle d’un youtubeur, celle d’un président et celle d’une madame Michu. Il devient quasiment impossible de faire émerger un point de vue  sur ces forums obéissant à la règle de celui qui braille le plus fort. L’information est partout,  mais elle n’est  pas hiérarchisée  et nous nous égarons.

Le triomphe du relativisme.

Les « gens », bien à l’abri de l’anonymat qui permet le lynchage permanent, peuvent s’indigner, se révolter, dénoncer les  incapables, les pratiques insupportables, les complots imaginaires  … Argumenter dans ces conditions, c’est perdre son temps, quant à la raison, « braves gens » … Les contenus qui ont le plus de succès ne sont pas nécessairement les  plus rationnels. C’est lié à la nature même de nos cerveaux qui mémorisent davantage les informations contre-intuitives, qui sélectionnent celles qui confirment nos vues, qui installent des œillères mentales pour nous permettre de camper sur nos positions et que les algorithmes savent renforcer. Car les  plateformes accélèrent la diffusion des fausses nouvelles,  les  post-vérités des complotistes, parce que c’est ainsi qu’elles fonctionnent : proposer à chaque internaute des lectures « proches » de ses recherches précédentes et « fabriquer » des groupes de gens qui pensent pareil, qui se confortent et se justifient. La parade serait l’esprit critique, mais il a disparu avec la culture qui l’accompagnait.

Menace pour la démocratie.

Sauf que tout ce tintamarre, ce  système d’expression est dangereux pour la démocratie.  Il favorise le populisme et le rejet des élites. D’autant plus que toutes les manipulations sont possibles, une minorité de dictateurs de l’indignation polluent les plates-formes, en dénaturent les valeurs de partage.  S’y ajoutent les algorithmes  de certains réseaux qui choisissent et trient vos « followers ».

L’impact de ces nouvelles technologies sur notre psychologie individuelle et collective  est effarant : l’histoire récente des systèmes numériques révèle une ivresse des réseaux qui encourage l’avènement de particularismes autoritaires et l’émergence d’une forme d’ingouvernabilité permanente, autrement dit la montée des comportements d’incivilité qui caractérisent l’effondrement de notre monde commun. Ceux-ci sont aggravés par les technologies de l’embrasement des esprits mises en œuvre sur les réseaux tels que Facebook, Twitter ou Instagram. On s’étonnera alors de la vacuité de ceux qu’on porte au pouvoir, faisant ainsi les choux gras de la technostructure inamovible et de ce fait, toute puissante.

Il faut se doter d’outils pour contrôler les algorithmes eux-mêmes et limiter la puissance des géants du numérique pour rétablir la concurrence. Les Facebook, Twitter, Youtube, Instagram, Snapchat doivent rentrer très rapidement dans le champ de la loi française. Ce sont tous des éditeurs de médias dont les dirigeants pour la France doivent être pénalement responsables de leurs contenus, à l’instar de leurs homologues de la presse audiovisuelle et écrite. Mieux, la  France devrait détenir ses propres plateforme numériques. Il y va de notre survie démocratique, économique et culturelle. Ces  plateformes sont simples, rapides et  peu coûteuses à démarrer et  l’on sait que notre environnement digital est fécond.

L’Europe est le premier continent à s’être engagé dans une réforme globale de son espace numérique par le biais du Règlement sur les services numériques (DSA),  et du Règlement sur les marchés numériques (DMA). Ils sont en discussion actuellement.  Ils permettront de veiller en temps réel à ce que les  plateformes se conforment aux injonctions qui découleraient de ces règlements qui s’appliqueront à tous les Etats membres. Nous devons en effet, fixer les règles du jeu et organiser l’espace informationnel avec des droits, obligations et garanties clairement définis.  C’est une question essentielle pour nos démocraties au XXIème siècle.

 


WOKE, PIRE QUE LES BOLCHOS !

Crétin

Avez-vous entendu parler du mouvement « Woke » ?

Aux Etats-Unis il a envahi toutes les universités. Dans  l’éventail politique, on le place  à « l’ultra-gauche ». Ce sont des extrémistes qui alimentent le « Black lives Matter » et  avec lesquels Joe Biden va devoir composer. De ce point de vue, il  aurait mieux valu que les Démocrates ne gagnent pas les deux sièges qui leur permettent d’avoir les coudées franches au Sénat. Le nouveau président aurait eu ainsi un bon prétexte  pour leur résister.

Un obscurantisme simpliste.

Cette gauche « woke » est adepte de la  politique identitaire et pratique la chasse aux sorcières en faisant taire toute parole dissidente au nom d’un antiracisme devenu une sorte de racisme fou lui-même. Bret Weinsten, professeur de biologie, a dû démissionner de l’université d’Evergreen où il enseignait après s’être  opposé à une journée « anti-blancs » organisée par des étudiants militants  de la cause identitaire. Il ajoutait ainsi son nom à la liste déjà longue des « professeurs annulés » par les « justiciers sociaux ». Ce mouvement vise à abattre le système parce qu’il le considère comme corrompu, et se donne comme objectif de « tout recommencer » à partir d’une page blanche. C’est d’une grande naïveté, mais aucune nuance n’est possible et la contradiction n’est pas permise. Ce que l’on observe ressemble de manière effrayante au bolchévisme où à la période chinoise précédant le Grand Bond en avant.  Des séances d’autocritique sont organisées où les professeurs blancs doivent battre leur coulpe en public en énumérant leurs privilèges.  Des séances grotesques mais  le mouvement manie une telle stigmatisation, notamment sur les réseaux sociaux, avec la complicité de grands  médias, qu’il n’y a guère de possibilité d’y résister. Les  accusés préfèrent se résigner et avouer des choses qui ne sont pas vraies dans l’espoir que les accusateurs passent à autre chose ou ciblent quelqu’un d’autre. Une dictature en cours de formation menace donc les principes fondamentaux de la démocratie et du libéralisme qui font de nous des citoyens et non simplement des porteurs d’identités raciales ou sexuelles. Même si les arguments sont pauvres et la « bêtise » de la vision Woke évidente, le caractère contagieux de la stratégie est spectaculaire. Notre civilisation se trouve confrontée à ces nouvelles formes de racisme, camouflées en lutte contre l’injustice.

Une coalition instable.

Les règles  d’appartenance à la cause sont basées sur ce qu’on appelle l’intersectionnalité (qui vient de faire son entrée à Science Po Paris). Le mouvement appelle à la « cancel culture », ou « culture de l’annulation » qui consiste à appeler explicitement au boycott et à l’effacement de l’espace public de personnes jugées racistes, homophobes ou sexistes. Tout est prétexte pour cette génération qui ne supporte plus d’être offensée et pour laquelle le moindre propos caricatural et le scepticisme sont considérés comme autant de micro-agressions  exigeant la création d’espaces sécurisés où aucune parole blessante ne puisse les atteindre (On est où ?). « Je me sens blessé », tel est l’argument qui autorise désormais toutes les excommunications : avoir conscience que l’on est blessé, c’est être « éveillé », « woke » ! "Eveillé" dans l'obscurité, allez comprendre. Il faut dire, que le « woke » vient de loin, il est né dans les départements d’études critiques énamourés du philosophe Michel Foucault et de la théoricienne du genre, Judith Butler. Le « wokisme » s’est épanoui sous la seconde présidence d’Obama. Et ce n’est donc pas un hasard si le Black Lives Matter, après la mort de George Floyd, a vite abandonné le thème des violences  policières pour appeler à mettre à bas le capitalisme et à démanteler tout l’héritage américain. Mais si ce mouvement prend de l’ampleur et parvient à prendre du pouvoir, il se fragmentera en factions qui ne tarderont pas à se battre les unes contre les autres.  La communauté LGBT se fractionne déjà aujourd’hui entre les homosexuels et les transgenres. Les « tribus » auront tendance à se recomposer selon des lignes identitaires raciales, ce qui est très dangereux. L’antisémitisme est présent dans le mouvement  de manière ouverte et en progression.  De plus, ce  mouvement est en train de créer le démon qu’il prétend combattre, et sortir le nationalisme blanc des marges où il campe actuellement, ces blancs que leur diabolisation exaspère et qui vont grossir les rangs des « suprémacistes ».

Mais une idéologie qui se répand.

La  résistance s’organise. De nombreux intellectuels de la gauche libérale américaine se rebellent contre cet étouffement, plus  de 150 écrivains, artistes et journalistes parmi lesquelles J.K.Rowling, Margaret Atwood.... L’université de Chicago a pris la tête de la fronde, suivie par plus de 50 autres établissements universitaires. Il s’agit de défendre la liberté d’expression et le débat contradictoire. En réalité, ces voix dissidentes restent très isolées.  La  vague « woke » a quitté le champ strictement universitaire pour déborder dans les médias grands publics,  le monde des affaires et les institutions de l’Etat. Certains s’alarment de l’alliance des campus avec l’industrie de la tech, cette oligarchie omniprésente qui prête allégeance au mouvement en forçant  ses employés à organiser des séminaires d’inclusivité et à signer avec les fameux pronoms (him, her,she, he), pratique mise en place pour ne pas risquer de « mégenrer » certaines personnes, et que Kamala Harris emploie elle-même sur son compte twitter. La victoire démocrate sonne  comme une victoire pour eux.  Le Committee on Rules de la Chambre des représentants a dévoilé la feuille de route de la 117ème session du Congrès qui se veut la « plus  inclusive de l’histoire ».  Que l’écriture inclusive soit l’une des premières urgences traitées par les démocrates en dit long sur la puissance de la base progressiste « woke ». Et ce n’est pas un hasard si les Etats-Unis voient  se développer comme un phénomène de  mode le nombre des adolescents transgenres qui touche particulièrement les jeunes filles.

Défendre l'universalisme !

L’absurdité du portrait que fait la gauche « woke » des défauts de l’Occident est en fait une terrible insulte pour les minorités qui veulent simplement une chance de réussir.  D’ailleurs l’élection présidentielle américaine a révélé le  nombre impressionnant d’intellectuels noirs qui ont donné de la voix contre ce mouvement, et le constat doit aussi être fait que  le score de Trump a été largement renforcé par les électorats  de gens de couleur.  On comprend aussi pourquoi Trump qui a dénoncé cette idéologie comme un poison, a fait un score énorme bien qu’il ait été battu. Près de la moitié des américains  sont donc en résistance. Comme le constate Sam Abrams,  professeur de sciences politiques à New York et cible  des wokistes : « ça fait tellement de bien de savoir que chez vous les parents peuvent encore dire à leurs enfants qu’ils sont un petit garçon ou une petite fille.  Chez nous on dirait : comment osez-vous assigner un genre ? ». Nous ne sommes pas pour autant à l’abri. La « cancel culture » s’implante dans nos universités et dans nos grandes écoles. Delphine Ernotte l’impose sur le service public télévisuel sous prétexte de « diversité », elle est suivie par le nouveau directeur de l’Opéra où l’obsession raciale est entrée avec Alexander Neef. A Sciences Po Paris, l’idéologie racialiste,  décolonialiste et indigéniste fait peu à peu son nid : « Comment voulez-vous travailler avec des gens qui vous disent que, parce que vous êtes blanc, vous n’avez pas le droit de participer  à la discussion, que vous ne pouvez pas comprendre ce que vivent les noirs ou les personnes maghrébines ? » s’indigne le président de la section UNEF. J’ai envie de crier « au secours, Félix Eboué, Léopold Senghor, Aimé Césaire, Rachida Dati, … ! ». L’universalisme qui fonde notre culture est pourtant le seul remède  au racisme, car  c’est une expérience unique qui essaie de réduire l’impact de l’identité en favorisant la collaboration au-delà des lignes identitaires, à travers la citoyenneté et le mérite. Un système éminemment supérieur aux autres, et plus juste, mais aussi très fragile dès lors qu’il repose sur la volonté et l’effort individuels. La guerre idéologique ne fait que commencer.

Il n’empêche, je suis un mâle blanc, hétérosexuel, républicain universaliste et démocrate libéral. J’assume l’Histoire de mon pays et son passé colonialiste, je respecte sa culture et ses traditions chrétiennes.  Ceux à qui ça ne plait pas, wokistes ou islamistes radicaux, peuvent aller se faire voir ailleurs. Si vous voulez de l'autocritique, en voilà !

 

 


HADDOCK A 80 ANS, MILLE SABORDS !

Haddock 80

Bien que plus vieux que Tintin dans la vie dessinée, Haddock en tant que personnage  est plus jeune que son inséparable ami, qui affiche,  en ce début janvier 2021 ses 92 ans de personnage de BD. Haddock, dont on apprendra bien plus tard qu’il se prénomme Archibald, est apparu dans le « Crabe aux pinces d’or ». Il est alors le capitaine au long cours d’un cargo, « le Karaboudjan », alcoolique au dernier degré, et entretenu dans son vice par son second, Allan, qui utilise le bateau pour faire du trafic de drogue, à son insu.

Un nouveau personnage.

Haddock apparaît donc en 1941, c’est le 9 janvier qu’il croise la route de Tintin, ou plutôt l’inverse puisque ce dernier fait une intrusion spectaculaire dans la cabine du capitaine. Il vient grossir les rangs des personnages qui entoureront le héros dans toutes ses aventures. Le marin barbu fera sa réputation avec ses sautes d’humeur, son penchant pour le « Loch Lomond », ses crises de délirium à répétition  et surtout ses insultes. Dans les années 50, avec les copains, on s’ingéniait à apprendre  par cœur son florilège, et même à tenter de l’enrichir par imitation. Je me souviens encore d’une « brique enfumée » inventée par Pierrot, l’un d’eux. Le génie d’Hergé est d’avoir accolé à Tintin, personnage pur et sans défaut, un être humain plein de défauts, colérique, prétentieux, impulsif. Il est grossier  comme souvent les gens de mer le sont,  mais il fallait contourner les impératifs de l’époque qui régissaient la littérature de jeunesse, c’est pourquoi le capitaine ne pouvait pas décemment utiliser les insultes en vigueur à l’époque, à connotation scatologique ou sexuelle, qui auraient été censurées. Hergé réussit encore son coup en le dotant d’une logorrhée inhabituelle, faite de mots peu connus ou d’expressions détournées de leur sens   comme « moule à gaufre »,  « bachi-bouzouk » ou « ectoplasme ».  « Les bandes de … » ou « les espèces  de … » fleurissent à chaque séquence. Après de longues recherches, Albert Algoud, tintinologue réputé, a découvert le sens de « tchouk-tchouk-nougats » : c’était le nom donné aux marchands ambulants dans le nord de la France et en Belgique. La ruse a tellement bien fonctionné, qu’aujourd’hui encore, Haddock est aussi réputé que Tintin, dont on ne connait comme réaction verbale que « sapristi ! », très propre et très correct. C’est encore grâce à Albert  Algoud qu’on connait la liste des injures et leur sens réel avec son « intégrale des jurons du Capitaine Haddock ». Sens que gamins nous recherchions dans le dictionnaire.

Qui est vraiment « Haddock » ?

« Tintin c’est moi », affirmait Hergé. Ce qui fait que ses aventures n’ont pas eu de suite après la mort de son créateur.  Mais qui est Haddock ? Dans l’univers de Tintin, les personnages qui gravitent autour de lui, ont un rapport avec la vie réelle d’Hergé. Pour Serge Tisseron et pour d’autres experts, Haddock serait aussi une transposition d’Hergé, mais son côté « noir ». Comme Haddock, il était capable d’écarts, de dépression, il était hanté par la folie de sa mère et il avait peur de sombrer lui aussi. Tintin-Haddock, les deux faces d’Hergé. Ne manque que le sexe. Mais les aventures de Tintin n’abordent jamais cet aspect de la vie humaine ? C’est tout juste si l’on subodore un penchant de la Castafiore pour le capitaine, que les médias voudraient marier dans « les  Bijoux de la Castafiore ».

Apporter de la fantaisie dans l’univers de Tintin.

Le rôle du Capitaine Haddock est donc d’apporter de  la fantaisie dans les aventures de Tintin dont le  personnage trop  parfait aurait pu lasser le public. Si Haddock est alcoolique, c’est d’abord pour le comique qu’Hergé veut en tirer, lui qui a été abreuvé par le cinéma muet. Le capitaine est donc excessif dans la gestuelle, les mots et les réactions. Mais imposer un personnage alcoolique et intempérant dans une BD pour enfants et adolescents, à une période où il fallait faire attention à ce qu’on disait, c’est un tour de force. Au début, c’est un fou furieux. Son amitié avec Tintin commence très mal : Haddock tente de l’étrangler. Tintin rêve que Haddock veut lui tire-bouchonner la tête. Cette relation aurait pu être éphémère mais Hergé a dû comprendre toutes les possibilités qu’il pouvait tirer du personnage : ainsi, quand, sur la dune, dans le désert, Haddock se lève fou de rage –un tir vient de fracasser la bouteille posée à côté de lui-  et se met à insulter les pillards pour les faire fuir, il ne se rend pas compte que ce qui les fait réellement fuir est la cavalerie qui arrive derrière lui. Il croit avoir une grande puissance avec ses jurons, alors que ce n’est que de la gueule. Effet comique garanti, amplifié par le découpage des vignettes !

Il a donc fallu donner une épaisseur au personnage.

Ce sera fait avec « le secret de la Licorne » et « le trésor de Rackam le Rouge », puisque le voilà descendant du Chevalier de Hadoque et propriétaire d’un trésor. Ce marin perdu se découvre une lignée, avec des origines nobles.  Cela l’oblige à se « civiliser ». Il se retrouve avec un château ayant appartenu à son ancêtre  au fronton duquel les armoiries affichées montrent un « dauphin couronné », autre fantasme hergéen, et au fil des aventures,  il deviendra un gentleman-farmer. Moulinsart sera même le cadre d’un voyage immobile  avec le mystère des « Bijoux de la Castafiore ». Au fil des aventures il se donne les moyens de dépasser les forces qui le déchirent au  point qu’à la fin, il paraît apaisé. Et dans « Tintin et les Picaros », c’est même lui qui décide d’aller délivrer la chanteuse d’opéra, pour laquelle il aurait une affection…  C’est là qu’Hergé lui accorde enfin un prénom. Il était temps, on est au 23ème album. A noter que ni les Dupondt, ni Tintin n’ont eu ce privilège.

Pourquoi Hergé a-t-il choisi ce nom pour son personnage ?

Haddock, c’est le nom d’un poisson fort connu en Belgique, de l’églefin fumé. Ce qu’on sait moins, c’est aussi le nom du commandant du paquebot jumeau du Titanic (véridique) qui arriva le premier sur les lieux de la catastrophe. Albert Algoud fait le lien avec l’épave qui commande le Karaboudjan : le spectacle des cadavres  aurait ravagé le pauvre capitaine qui ne s’en serait jamais remis. Haddock, un nom facile à retenir, sauf pour la Castafiore. Rien que dans l’album des bijoux, on trouve 14 déclinaisons qu’elle utilise pour nommer le capitaine qui ne cache pas son agacement : Bartock, Kappock, Koddack, Mastock, Kosack, Hammock, Kolback, Karbock, Karnack, Hocklok, Kornack, Hablok, Maggock et Medock ! Pour autant, par la grâce d’Hergé, il est devenu un héros légendaire qui fait partie de la continuité » du monde. Il est encore en résonnance avec ce que nous sommes. Comme les  personnages de Molière, Haddock est universel !

Tonnerre  de  Brest !