AH NON, PAS PETAIN ! (Pauvre France)

Archibald en colère

 

Déshérence mémorable

La cote de confiance du chef de l'Etat recule pour le troisième mois consécutif dans le baromètre Elabe pour « Les Echos » et tombe à 27 %. Signe que « l'impopularité devient hostilité », 44 % des Français ne lui font « pas confiance du tout », soit une hausse de 9 points sur un mois, et sept Français sur dix (69 %) ne lui font « pas confiance ». Ce qui montre un durcissement inquiétant pour lui. Lorsqu'ils sont interrogés par les instituts de sondage, les Français ne font même pas référence à la baisse de la taxe d'habitation ni à  celle des cotisations sociales, intervenues en octobre. Ces deux arguments font partie de la rhétorique macronienne mais n’impriment pas.   En ce qui concerne les baisses de cotisations sociales sur les salaires, payées par les salariés, c’est un mauvais argument pour trois raisons.  D’abord, le gain est assez minime, deuxièmement il donne le sentiment que l’Etat fait l’aumône puisque c’est de lui que procède la diminution de cotisations qui participaient au financement de la sécurité sociale, troisièmement en contrepartie, la  CSG a été augmentée de 25% au début de l’année. Les salariés ne sont pas dupes. Ils savent par ailleurs que l’Etat devra trouver l’argent pour financer la Sécu dans leur poche ou par la dette. Enfin le raisonnement du Président fait l’impasse sur l’inflation. Or on ne peut débattre de la question du pouvoir d’achat sans regarder aussi du côté de l’inflation : le pouvoir d’achat désigne non pas ce que l’on gagne – sa « fiche de paie » ou le montant de sa pension retraite – mais ce que l’on peut acheter avec ce que l’on gagne et il dépend donc de manière cruciale de l’évolution des prix. Si on ajoute au cocktail, les taxes multiples qui viennent s’ajouter, on obtient le résultat que l’on sait.  Le ras-le-bol  fiscal ! « L’itinérance mémorielle » devient donc « une déshérence  mémorable ».

Objectifs de croissance bien optimistes.

Avec 0,4 au premier semestre, suivi d’un 0,4 au troisième trimestre, la croissance française n’a pas encore atteint 1%: 0,8 % ! Pourtant les observateurs continuent de tabler  sur 1,6  % pour l’année 2018. Il faudrait un furieux rebond de  0,8 % minimum au quatrième trimestre pour y parvenir. Il y a bien sûr la suppression du 1/3 de la taxe d’habitation pour ceux qui en bénéficient, mais il  n’est pas dit que les Français dépensent ce bonus.  Car  l’horizon s’assombrit et ne va pas vers  une conjoncture aidante. Bruxelles n'est pas très optimiste sur l'état de santé de l'économie européenne. La Commission européenne révise à la baisse ses perspectives de croissance pour l'an prochain à 1,9 % en 2019 contre 2 % annoncé cet été et prévoit un ralentissement à 1,7 % en 2020.  Et l’Allemagne, notre principal  partenaire révise aussi à la baisse ses objectifs.  Le coup de frein de l’environnement économique européen, annoncé par Jean-Marc Daniel, se précise  et pourrait mettre à mal la croissance française. Si on fait 1,3 % ce sera  peut-être le  bout du monde. Et avec une inflation à 2 % … Et avec quel déficit commercial ?

Une victoire en « Trump l’œil » !

Trump a le triomphe tonitruant mais il perd gros  en perdant la majorité à la chambre des représentants. Aussi, il n'a pas attendu. Il tend la main aux démocrates en façade mais c’est pour mieux tenter de les étrangler. Car la main tendue s’accompagne de menaces. Du pur Trump ! S'ils adoptent une « warlike posture », il répliquera. Et violemment. Là, on peut lui faire confiance. De leur côté, les démocrates se préparent déjà à l'attaquer sur les impôts, sur les conflits d'intérêt, sur ses relations avec la Russie pendant la campagne, entre autres. Les  sujets d'affrontements ne manquent pas. Sans perdre de temps, le Président a annoncé qu’il serait candidat à sa succession. On est donc parti pour deux ans de guerre sans merci et deux ans de campagne électorale féroce. Les démocrates réclament déjà des auditions sur le renvoi de Jeff Sessions, l’opposition estime que le limogeage du ministre de la Justice plonge les États-Unis « en pleine crise constitutionnelle ». Rien ne va pouvoir avancer dans les deux ans qui viennent aux États-Unis, entre Trump, une chambre des Représentants démocrate et un Sénat républicain. On appelle ça le « gridlock » ! (l’impasse). Pas de quoi inquiéter les marchés :  c’est le scénario idéal pour les investisseurs. Pour l’instant.

 


TRUMP S’EN SORT, MAIS RIEN N’EST REGLE

Donald Trump

 

Le scénario anticipé s'est produit.

Comme annoncé par  les sondeurs, les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des Représentants. C’est une première depuis 2008. Le Sénat reste républicain. Les démocrates ont gagné quelques sièges de gouverneur mais des états clés comme la Floride sont restés républicains. Pourtant, la chute des indices boursiers, provoquée par la hausse des taux et les tensions commerciales avec la Chine, n'étaient pas une bonne nouvelle pour Donald Trump. Sa popularité est  au plus bas après le meurtre de Khashoggi, les colis piégés adressés à des personnalités démocrates et l’attaque contre une synagogue de Pittsburgh. Il  a contrebalancé par une furia populiste   et une collection de mensonges sans précédents.

Pas de vague anti-Trump.

« Tremendous success tonight. Thank you all. » C'est le tweet de Trump ce matin. Il se félicite de sa « victoire ». « Fabuleux ? » même s'il a perdu la Chambre des Représentants. Certes, il n'y a pas eu de vague bleue, de vague démocrate, et Trump n'a pas été rejeté massivement. Il avait transformé cette élection en referendum en s'investissant massivement, plus qu’aucun autre président pour des élections de mid-terms, et sa campagne a permis de sauver quelques candidats. Mais le pays reste divisé. Les  Etats-Unis sont coupés en deux camps totalement différents, et totalement opposés. À l'image des femmes qui représentent 52% des votants et ont voté massivement pour les démocrates et contre Trump avec un écart de 18 points. D’un côté, Trump a réussi à prendre le contrôle de fait du GOP, le parti républicain, et de l'autre, les démocrates ont réussi à prendre le contrôle de la Chambre des Représentants.

Deux années agitées s’ouvrent.

C'est la campagne présidentielle qui commence. On peut s’attendre à ce que l'affrontement entre les deux camps soit sanglant. Les démocrates vont tout tenter, et ils ont deux ans pour le faire, pour déstabiliser Trump et le fait d'avoir la majorité à la Chambre des Représentants va être une arme redoutable, notamment sur les sujets domestiques et sur les enquêtes en cours. Evidemment, Trump va encore plus tweeter qu'à son habitude, avec une violence qui va être décuplée par son sentiment de victoire. Mais pour les marchés c'est le scénario « idéal » pour les investisseurs. A partir de maintenant Trump est sous contrôle, et les acquis des deux premières années ne seront pas remis en question. Il va falloir à nouveau regarder du côté des nouvelles économiques et se désintéresser un peu pendant quelques mois de la politique. D’autant plus que le ralentissement mondial promet des rebondissements imprévisibles de l’hôte de la Maison blanche.

Le pétrole et les marchés.

Le pétrole s’est effondré. Le  prix du baril a chuté de plus de 20%, pour de multiples raisons mais en particulier du fait des exemptions massives concernant l'achat de pétrole iranien qui va donc continuer à couler sur le marché. La baisse du prix du pétrole, c'est évidemment une bonne nouvelle. Sauf pour le gouvernement français qui fait campagne en ce moment sur le thème : « si les prix du carburant flambent c'est à cause de la flambée du pétrole... ».  Sur les marchés boursiers, le mois d'octobre est derrière nous mais cela ne veut pas dire que les craintes sont dissipées. Elles sont toujours présentes et elles sont même nombreuses. De la panne de la croissance européenne aux taux et à l'inflation en passant par les tensions commerciales, la consolidation était nécessaire. Elle a eu lieu. Mais pour combien de temps ? On se demande même comment les marchés ont fait pour résister pendant de si longs mois. La fin de l'année risque donc d'être encore agitée. Les indices vont maintenant tenter un rebond. Il faudra surveiller trois éléments : d’abord, les taux américains et notamment le niveau des 3,25 % sur le 10 ans ;  ensuite les taux italiens et notamment le « spread » avec les taux allemands ; enfin, la rencontre fin novembre entre Trump et Xi Jinping à Buenos Aires qui devrait marquer un tournant dans les relations commerciales entre les deux pays. En attendant, tous les regards des traders et des investisseurs sont tournés vers un chiffre et un seul : le taux de référence pour les taux d'intérêt aux États-Unis, le taux à 10 ans des emprunts d’État. Il a atteint vendredi dernier les 3,22 %, un niveau proche de son record de hausse depuis 7 ans.

Les  taux américains remontent.

Un peu de technique. On distingue deux catégories de taux d'intérêt.  Les taux d'intérêt à court terme d'abord. Ils sont déterminés par les banques centrales. Et la FED, la Banque centrale américaine, a remonté ses taux d'intérêt 8 fois depuis décembre 2015 et s'apprête à les remonter encore une fois en décembre et plusieurs fois en 2019. Les taux d'intérêt à long terme ensuite. Ils sont déterminés par les marchés, par l'offre et la demande. Et ils progressent car l'économie américaine est en pleine croissance, avec un plein-emploi qui provoque une hausse des salaires et par conséquent une hausse de l'inflation et donc une hausse des taux d'intérêt à long terme, comme le taux à 10 ans des emprunts d'État américain. Il faut suivre ce taux pour une raison simple : la hausse des marchés boursiers depuis 2009 a été, en grande partie, alimentée par la baisse des taux d'intérêt. Quand les taux d'intérêt étaient à zéro, on disait « qu'il n'y avait pas d'alternative aux actions ». Mais avec des taux d'intérêt qui remontent, il y a maintenant une alternative aux actions : si le taux à 10 ans dérape au-dessus des 3,4 % et s'approche des 4%, cela aura un impact négatif sur les indices boursiers. Aux niveaux actuels, les taux américains sont encore sous contrôle. Pour combien de temps ? La surchauffe provoquée par la relance massive de Trump alimente l’inflation. Une crise boursière violente pourrait donc arriver  dans les deux ans… Et quand les taux américains remontent, les nôtres suivent. Pas  bon pour nous, vous savez pourquoi ! Pas bon pour Macron non plus, mais ça on s'en tape.

 

 


LES ANCIENS ONT LA VIE DURE

Hollande 14 Royal jt 2 Sarkozy lambersart

 

 

 

Pendant une semaine nous allons être saturés de Macron à toutes les sauces mémorielles ou pas.  Alors échappons-nous un peu !

Le retour des boulets

François Hollande et Ségolène Royal y croient encore. Ils rêvent toujours l’un de retrouver le palais présidentiel, l’autre de le conquérir. François Hollande n’a aucune retenue.  Oublié le bilan calamiteux de son quinquennat, oubliée son incapacité à se représenter, oubliées les cinq années perdues pourtant propices aux réformes qu’un contexte particulièrement favorable avec  « l’alignement des planètes » rendait possibles. Il revient comme si seule comptait la trahison dont il a été victime par celui qui occupe la place aujourd’hui.  Désir de vengeance ? Pas seulement.  Les  commentaires méprisants à l’égard de son successeur, sur ses « enfantillages », « son manque d’expérience », laissent percer une présomption qui n’a jamais quitté le personnage. Et pourtant, le seul souvenir de son passage aux affaires et du bilan qu’il a laissé devraient dissuader les Français, au moins l’électorat du PS, de revoter pour lui. Ils n’ont pas oublié l’humiliation qu’il leur faisait subir chaque fois qu’il se déplaçait à l’étranger ; ils n’ont pas oublié les hausses vertigineuses des impôts ; ils n’ont pas oublié l’incapacité à maîtriser les dépenses publiques… Quant à Ségolène Royal, c’est une autre affaire. Elle n’a pas assez à s’occuper avec ses  hectares de glaces à représenter comme ambassadrice des Pôles.  Elle a caressé l’espoir de reprendre du service après le départ de Hulot mais à l’Elysée  on n’avait pas envie de réchauffer la vipère. Alors elle revient sur le devant de la scène pour régler ses comptes avec un livre  aux nombreux passages qui paraîtront « croustillants » aux amateurs de « politique vue par Gala ». Selon ceux qui ont lu l’ouvrage, tout le monde y passe : Sarkozy, Hulot, Hollande évidemment pour l’avoir trompée avec  une plus jeune qu’elle, Macron, Bayrou … Elle développe la thèse de la femme qui gêne en proie au sexisme de la classe politique. Se poser en victime : son meilleur rôle. En oubliant qu’elle a souvent tendu le bâton pour se faire battre. Mais c’est une manière de solder  le  passé pour prétendre  à de nouveaux horizons.  C’est que la « duchesse du Poitou » se rêve en sauveuse de la gauche en prenant la tête d’une liste aux Européennes. On n’a donc pas fini de la voir pérorer avec sa  condescendance naturelle. Les deux annoncent clairement que l’Elysée reste un objectif. Combien de temps ces deux boulets vont-ils polluer le débat  politique ? La réponse,  c’est la même que celle du fût du canon pour refroidir : un certain temps !

Lui, il n’est pas en manque.  Mais…

Nicolas Sarkozy fait quand même tout pour qu’on ne l’oublie pas. Il  est trop  occupé pour faire de la politique, mais il trouve quand même le temps de délivrer une longue interview au Point. A la différence des deux premiers qui se vautrent dans le terre-à-terre, il fait le choix  de  l’altitude. Une manière aussi de montrer sa connaissance des grands dossiers nationaux et planétaires, façon de prouver qu’il  n’est pas encore « has been ». Il expose dans ces longues pages sa vision des grandes questions diplomatiques de l'heure, tout en lançant des piques de-ci de-là sur la manière de gouverner de l'hôte de l'Elysée,  tout en s’abstenant de critiquer évidemment. Ce passage en revue ne laisse aucune question importante de côté et chacune est traitée avec une rare acuité. Manifestement, l’ancien chef de l’Etat a une vision du monde, démontre qu’il est capable de se projeter, et, en creux, fait ressortir la vacuité de celui qui est aux manettes comme de son prédécesseur. La  France, l’Europe, la démographie, l’islam, le populisme, Trump, les valeurs… Les sujets ne manquent pas sur lesquels son analyse fait mouche. Il n’est  pas dans le combat politique mais quand on lui pose la  question : « Qu’est-ce qu’un leader ? », la réponse qu’il donne lui correspond tout-à-fait : « Pour conduire un pays, il faut quelqu’un qui ait la vision de ce que doit être l’avenir… ».  Il  n’hésite pas  non plus à aller franchement au fait, quitte à  provoquer : « Faire de Viktor Orban un dictateur et un leader de l’extrême-droite ne correspond pas à  la réalité »,  ce qui est vrai mais pas forcément admis  dans nos cercles officiels. Mais il  l’a dit et répété : « Je ne suis plus dans le combat  politique ! ».  Néanmoins, il passe ton temps à recevoir des élus dans ses bureaux de la rue Miromesnil, non loin de l'Elysée. Et s’il donne parfois l'impression de parier sur l'échec  de Laurent Wauquiez, c’est « une fausse impression », s'insurge-t-il. Il n’empêchera pas les lecteurs de son interview de penser qu’il se pose, ce faisant, en recours. Pour le moins. Echaudé  par sa dernière tentative de retour,  vous ne lui ferez plus jamais dire qu’il  y pense. Mais ne pas le dire, n’empêche pas d’y penser. En tout cas c’est la conclusion à laquelle j’arrive.  Une interview à lire absolument,  c’est  un cours de politique de haut niveau.

 


LES INCONGRUITES DE M. MACRON NE SERVENT PAS LA FRANCE

Macron de dos

L’histoire ne se répète jamais, même quand il arrive qu’elle bégaie. 

Le Président par inculture historique ou syndrome de la communication tombe dans un piège ridicule par simplisme. En comparant notre époque à celle des années 30, il cède à de nombreuses facilités  plus caricaturales que réelles. Les « éléments de langage »  aussi bien affûtés soient-ils feront long feu face aux esprits cultivés. Ils  abuseront peut-être les incultes à qui on a infusé depuis de nombreuses années une histoire simplifiée, idéologisée et fragmentaire. Aussi débute-t-il son « itinérance mémorielle » avec le  même boulet, comme  le souligne une professeure d’histoire-géographie, auteur du livre « Génération ‘j’ai le droit’ », dans un tribune,  publiée par Le figaro,  dénonçant l’inconséquence des programmes d’histoire qui amène à traiter la guerre de 14-18 en 3 heures de cours…  quand j’y passais presqu’un trimestre, il y a 20 ans. Mais revenons au discours présidentiel.

Comparaison n’est pas raison.

Dans son approche, Emmanuel Macron commet une première erreur.

Celle d’oublier le contexte,  la toile  de fond qui oblige à resituer tout événement dans son époque avant d’oser un parallèle. Certes, Staline, Hitler et Mussolini ont été des dirigeants néfastes pour leurs peuples et pour la paix du monde.  Ils ont porté des idéologies qui ont fait des ravages en Europe et notre devoir commun est de ne jamais l’oublier. Mais oser les comparer à Orban, Salvini et pourquoi pas Morawiecki en Pologne et Kurz en Autriche, est une absurdité historique. Ce ne sont pas des fascistes. La défiance qui s’est installée au sein des peuples européens vis-à-vis de la construction européenne vient de la manière dont les partisans d’une union plus « intégrée » ont imposé leurs choix en donnant l’impression de ne pas tenir compte des scrutins.  Et le mal n’a fait que s’aggraver depuis 2005 après le « non » à la Constitution. La  montée en tension que l’on connaît aujourd’hui n'est pas imputable au seul Emmanuel Macron, elle est à l'œuvre depuis que l’on a voulu contourner ce refus par les traités qui ont suivi. Rien à voir avec les tensions et les antagonismes nationaux de la fin des années 30. Le  discours du Président français apparaît donc comme une opération politique profondément anti-européenne propre à attiser les colères en insultant les peuples qui ont élu les dirigeants précités. Il contribue ainsi à aggraver les tensions entre partenaires européens. Et le clip, scandaleusement partisan, émis sur les chaines de télé, par le gouvernement, n’arrangera rien. Du jamais vu en la matière sous la Vème : de la propagande officielle payée par le contribuable !

Il fait une deuxième erreur qui frise l’incongruité.

L'Europe de l'entre-deux-guerres n'est évidemment pas comparable en termes politiques à l'Union européenne des 28. Trois facteurs énormes les différencient. En premier lieu,  l’Europe d’alors était composée d'États-nations souverains qui n’appartenaient pas à une entité supranationale comme c'est notre cas. En second lieu, des idéologies concurrentes puissantes imprégnaient les peuples (communisme, fascisme, nazisme) et s’étaient formalisées politiquement dans trois pays, la Russie, l'Italie puis l'Allemagne, alors qu’aujourd’hui, aucun des Etats de l’Union ne remet  en cause l’économie sociale de marché qui y règne en maitre. En troisième lieu, et c’est un moteur fondamental de la guerre, l'URSS et le IIIe Reich avaient des ambitions d'expansion territoriale, sinon d'hégémonie planétaire, et il s'agissait de nations hyper militarisées. On cherche vainement les « légions » d’Orban ou de Salvini et encore plus une intention belliqueuse quelconque.

Il fait une troisième erreur, grave elle aussi. 

Une erreur d’appréciation. Les  « lépreux » qu’il  dénonce avec mépris, souhaitent, peut-être avec  trop d’intransigeance (à voir),  se concentrer sur leurs intérêts nationaux, protéger leurs frontières de flux migratoires incontrôlés que l'Europe de Schengen n’arrive pas à enrayer, refuser la société multiculturelle dont ils observent les échecs en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Belgique. Prendre en compte ce besoin de protection de l’identité, même Hubert Védrine, qui ne passe pas  pour un foudre de guerre nationaliste, y appelle, si on veut consolider l’Union. Ils  agissent au nom d’un choix de souveraineté politique pour laquelle leurs citoyens les ont élus. Des citoyens qui peuvent encore se dédire aux prochaines élections puisque ni Orban, ni Salvini n'ont remplacé la démocratie par l'autocratie, sans compter que le second fait partie d’une coalition et ne gouverne pas seul. Et on  pourrait encore gloser sur leur arrivée au pouvoir qui n’est en rien comparable  avec celles de ceux à qui on veut les comparer, qui n’avait pas grand-chose de « démocratique ».  

Puisqu’on prend l’Histoire à témoin.

On ne peut pas réduire la montée des totalitarismes dans l'entre-deux-guerres à une conséquence de la crise de 1929 comme le laisse croire Monsieur Macron : c'est encore voir l'histoire par le petit bout de la lorgnette. Ce genre de raccourci ne sert qu’à manipuler l'opinion pour une justifier une politique à venir. Cette manière de faire n’aide pas à comprendre ni le passé, ni le présent. La crise de 1929 a montré pour la première fois à l'échelle mondiale, où pouvaient conduire le capitalisme financier et la spéculation sans limite. Elle se développa dans un contexte protectionniste qui n’existe pas aujourd’hui à la même échelle. Elle déstabilisa les démocraties,  certes,  mais il existait d’autres germes  comme le désir  de revanche de l’Allemagne, humiliée lors des traités qui mirent fin à la  première guerre mondiale, comme les menées bolchéviques sur lesquelles l’URSS naissante s’appuyait pour répandre le communisme en Europe, comme l’affaiblissement de la 3ème République minée par ses rivalités politiciennes…

En tout cas, tout cela ne justifie en rien de tels sermons, une telle arrogance qui ne servent ni la France, ni la cause de l’Europe. Jupiter se voulait le « roi du Monde, de l’Europe, il a bien du mal à être le Président de tous les Français » : une « dégringolade » comme le raille Luc Ferry, en attendant une « sévère déculottée » ?

Un autre chemin existe.

Celui de  la prise en compte des  aspirations des peuples pour faire évoluer l’Europe actuelle  afin qu’elle réponde à leurs vraies préoccupations et aux défis de l’avenir pour lesquels la dimension européenne est utile : protection contre l’invasion immigrationniste,  grands projets communs d’équipements, de recherche, et investissements massifs dans l’intelligence  artificielle, défense commune  ,  etc…  Il y a mieux à faire que d’exacerber des tensions en ignorant leurs causes réelles. Pour ce faire,  « Les Républicains » ont bâti un projet sur sept  piliers fondamentaux.  Les sept piliers de la  raison  ou de la  sagesse : 1. la France a besoin de l’Europe pour répondre aux défis qui sont face à nous. 2. Des frontières sûres : la protection de nos frontières européennes face à l’immigration de masse incontrôlée doit être une priorité absolue. 3. Des frontières stables : aucun nouvel élargissement de l’Union Européenne ou de l’espace Schengen. 4. La préférence européenne et la réciprocité pour nos entreprises, nos emplois et nos agriculteurs avec principe de réciprocité doivent être l’élément fondateur de notre politique commerciale. 5. Refus de la concurrence déloyale : libre entreprise et refus la concurrence déloyale par exemple avec le détournement du travail détaché. 6. Moins de normes. Plus de projets : il faut revoir les compétences de l’Union Européenne : moins de normes, plus de décisions prises au niveau des Etats et de nouvelles coopérations dans les domaines de la Défense, de la recherche médicale, d’Internet, des grandes infrastructures de transport etc.. 7. Une civilisation européenne : ne pas oublier qu’avant d’être une construction institutionnelle, l’Europe est une civilisation commune, dont nous voulons transmettre l’identité, la culture, les racines et les valeurs.

Voilà le projet que « Les Républicains » vont porter et développer jusqu’à l’élection du mois de mai. Sans invectives à l’égard de quiconque. Mais avec  la  sérénité d’offrir une  voie  réaliste à  mi-chemin des progressistes à tout crin et des souverainistes inconséquents.

 


SANTE : COMMENT MACRON L'ETATISE AVEC SA REFORME

Réforme santé

 

Vers un système  à l’anglaise

Déjà la part du financement de la santé est de moins en moins assurée par les charges sociales, puisque la  part de l’impôts via la CSG grossit petit à petit et finira par remplacer  les cotisations salariales. On s’éloigne du modèle dit « bismarckien », fondé sur l’assurance assise sur le travail, pour se rapprocher du modèle dit « beveridgien » à l’anglaise, de type assistanciel, piloté par l’Etat. On sait déjà à quoi s’attendre : une médecine à deux vitesses, avec des médecins « fonctionnaires » et les anglais qui ont les moyens qui viennent se faire soigner en France. 

Le plan santé 

Les  médecins ont pourtant applaudi quand le Président de  la République a présenté son projet, parce qu’il  vise à sortir du modèle tricolore hospitalo-centré et englobe tous les acteurs, privés et publics, dans une évolution systémique. Des lignes de force qui paraissent logiques, en effet : deux paris,  celui du territoire et celui de la confiance aux acteurs de santé. On tourne le dos à l’ère idéologique Touraine, dont le parti pris était de réserver les missions de service public au seul hôpital public, au mépris des réalités du terrain. Pour autant, si l’approche est claire, paraît cohérente et bien pensée sur le papier, en donnant une vue d’ensemble où chacun trouve sa place,  la ville  comme l’hôpital, avec une gradation des soins, et en partant des territoires, rien n’est réglé. Il faudra réformer les directoires et conseils de surveillance institués par la loi Bachelot,  et renouveler les  directeurs des ARS  tout en divisant les effectifs de leur personnel par deux. Il faudra aussi  supprimer des pans entiers du Code de la santé publique pour laisser une vraie liberté aux hospitaliers. Enfin, il faudra réguler l’offre de soins de la médecine de ville et c’est le plus compliqué à mettre en place, car la  grande difficulté d’aujourd’hui c’est justement pour les établissements hospitaliers  d’avoir en face d’eux, localement, des interlocuteurs libéraux pour assurer la  permanence des soins, les parcours de prise en charge, mettre en place les coopérations.

Déjà ça commence mal

« Le  compte n’y est pas » dans le budget 2019 de la Sécurité sociale constate la fédération hospitalière de France, et  appelle à plus de volontarisme. Pour mettre en place la réforme, il y a une double nécessité : réguler les soins de ville et accompagner financièrement la transition.  Dans le  budget 2019 on ne retrouve ni l’approche des territoires, ni les nouvelles régulations pour la médecine de ville. Le gouvernement continue à surestimer l’activité des hôpitaux et à baisser les tarifs  en sous-estimant la progression de leurs charges, supprimant tout lien entre le coût d’une pathologie et la somme versée  pour la traiter. Et le système shaddock fait le reste : on gèle les crédits des hôpitaux puis on puise dans ces crédits gelés pour financer les dépassements de la médecine de ville, et présenter ainsi une sécurité sociale en équilibre… Avec une équation insoluble pour les hôpitaux à qui on demande 960 millions d’euros d’économie  cette année.  L’investissement hospitalier est tombé à moins de 4 milliards d’euros par an, là où près de 7 seraient nécessaires en rythme de croisière !

La  fin du modèle libéral ?

« En même temps », la réforme enterre le modèle national de médecine libérale. D’abord en battant en brèche son principe fondateur : le  paiement à l’acte, pour le remplacer par le forfait qui s’appliquera « pour commencer » dès 2019 à l’hôpital  pour l’insuffisance rénale et le diabète. Les  médecins de ville suivront. Deuxio, la réforme veut mettre fin à l’exercice « isolé » -aujourd’hui majoritaire- du médecin dans son cabinet, pour le remplacer par les cabinets de groupe qui devraient procurer efficacité et convivialité. Avec le risque, comme  c’est le cas pour les cliniques et les laboratoires absorbés par des grands groupes, que ces cabinets regroupés et maisons de ville de connaître le  même sort, les médecins devenant de simples salariés. Troisio, le plan Macron pose l’obligation de former des « communautés professionnelles territoriales de santé ».Il en existe aujourd’hui 17,  il en voudrait 1000 d’ici à 2022.   Mais ça coince, avec un cahier des charges très rigide, organisé d’en haut et peu de latitude laissée aux acteurs. Quarto, 400  médecins salariés des hôpitaux vont être envoyés dans les déserts médicaux jusqu’à ce que la fin du numerus clausus crée  l’offre de soins suffisante et permette de les remplacer.  En espérant que la  surabondance ne débouche pas sur l’instauration de règles strictes pour réguler les ouvertures de cabinets. Et quand on sait que la cohérence du système  sera alors assurée non plus par les cotisations et les  partenaires sociaux,  mais  par l’impôt et l’Etat … la  boucle est bouclée.

Une médecine administrée

Il y a gros à parier que la  régulation des soins se fera par des incitations et des contraintes calculées à partir d’écarts-types, de moyennes d’actes, avec des remboursements dégradés et potentiellement des déconventionnements pour les établissements ou les professionnels de santé qui s’écarteraient trop des référentiels. .  Quand on voit les résultats que l’Etat obtient avec l’économie française qui crève d’être administrée… on sait à quoi s’attendre pour la  médecine.

 

 


« EN MARCHE… VERS L’IMMOBILISME »

Agnès Verdier En marche vers001

 

Dans son livre « En marche vers l'immobilisme »  Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation IFRAP, tire la sonnette d'alarme : le gouvernement ne va ni assez vite, ni assez loin dans sa politique de réforme de la France. Rien ne serait pire que de sombrer dans le piège de l'enlisement. Les quinquennats passent mais les urgences restent les mêmes : réduire les dépenses publiques et les impôts, mais aussi renforcer au plus vite la compétitivité des entreprises.

Et le verdict tombe à la page 235 : « Deux choix s’offrent  maintenant à nous : continuer à vivre dans l’obscurité ou allumer la lumière. » Et elle ajoute : « Les Rentiers de la République,  ceux qui refusent de faire le bilan,  de regarder en face les faits et  les chiffres de l’état de la France écornent chaque jour un peu plus la démocratie. Ils manquent de courage, de panache, mais aussi de clairvoyance.  Pour se  maintenir  ils  laissent les citoyens dans l’illusion du redressement économique. Avec  le risque majeur de dérouler le tapis  rouge aux populistes et autres  bonimenteurs. »… Le  verdict est sans appel.   « Le  gouvernement tombe dans le panneau des fausses réformes et complique un peu plus  chaque jour la vie des  Français.  La réforme de la formation professionnelle qui ne simplifie rien et conserve des structures avec des emplois quasi fictifs,  le  prélèvement à la source, la réforme de  la taxe d’habitation avec  sa cascade d’impôts  en vue… Impuissance à éclairer suffisamment le  projet gouvernemental, à en faire la pédagogie, impuissance à ne pas  se  perdre dans les détails technocratiques, impuissance à vaincre  les résistances provenant tant des corps  intermédiaires que de sa propre administration ! »

Quand les promesses s’évaporent…

La grande réforme fiscale se fait attendre, les économies promises sont restées lettres mortes, l'administration responsable de biens des blocages n'a pas été remise au pas, mais la communication bat son plein. Certes, des réformes ont été lancées. Mais elles se révèlent trop timides et très imparfaites dans leurs mises en œuvre. Bref, Agnès  Verdier-Molinié craint que le mandat d'Emmanuel Macron ne s'enlise dans les mêmes sables mouvants que ceux de ses prédécesseurs. Ce livre est un essai concret et pragmatique,  un petit manuel de la réforme agrémenté de quelques idées simples et efficaces pour libérer les énergies et redonner du pouvoir d'achat aux particuliers ainsi que des marges d'investissements aux entreprises. C'est un livre "libéral", ce qui nous permet de relativiser le "libéralisme" macronien.

Tout ça pour ça !

Dans « En marche vers l'immobilisme », Agnès Verdier-Molinié nous dit en quelque sorte: « Tout ça pour ça ? »

Voici une petite liste de ses constats :

- le prélèvement à la source se révèle être un choc de complexité et se résume à cette alternative extravagante pour le contribuable : dévoiler [ses] revenus ou payer plus cher !

- la non-transparence publique est toujours ce qu'elle était : le public, par exemple, cache des emprunts en milliards d'euros que le citoyen ne saurait voir, qu'il s'agisse de la Ville de Paris ou de la SNCF.

- les prélèvements obligatoires ne baissent pas : un impôt (ou une taxe) qui baisse peut en cacher un ou une autre qui monte comme  par exemple : d'une part baisse des cotisations sociales et d'autre part hausse de la CSG ; et la suppression de la taxe d'habitation sera inévitablement compensée...)

- Pôle Emploi coûte et ne sert à rien.

- le nouvel ennemi de classe est le détenteur d'immobilier : pourtant, quand le bâtiment ne va pas, rien ne va...

- l'insécurité est toujours ce qu'elle était, par enlisement et aveuglement.

 Les grands corps de l’Etat ont leur part de responsabilités :

- le Président en est issu et s'entoure de ses semblables...

- ils sont les grands bénéficiaires du système et de ses prébendes, qu'il s'agisse des administrateurs des finances publiques, des administrateurs des douanes ou des parlementaires.

- ils dissimulent les chiffres de l'exil fiscal qui ne diminue pas par la grâce des impôts confiscatoires et du repoussoir qu'est l'impôt sur la fortune immobilière.

- l'ENA ne sera pas réformée et le recrutement des hauts fonctionnaires non plus.

- le nombre de fonctionnaires ne baisse pas significativement et les dépenses publiques pas du tout.

- les fonctionnaires de l'Assemblée nationale ne sont pas moins bien lotis que les hauts fonctionnaires et tiennent tout autant à leurs prébendes.

Et  puis il faut compter avec les bloqueurs : 

- les syndicats de l'éducation nationale : malheur aux dissidents...

- les agents de la fonction publique : pas touche à leurs avantages et à leur temps de travail...

- les syndicats de la SNCF : pas touche à leurs avantages, à leur régime de retraite, etc. La réforme n’y a surtout pas changé grand-chose.

- les syndicats, plus forts dans le public que dans le privé : les ordonnances se caractérisent par beaucoup de reculades et peu d'avancées... et le Code du Travail ne fait que gonfler. Contrairement à ce que d’aucun a cru.

Ce qu’il faudrait faire…

Elle donne aussi sa feuille de route  qu’elle conseille au gouvernement : «  Le gouvernement et l'administration doivent garder en mémoire les 8 objectifs suivants : fiscalité à 40% du PIB [45% actuellement] ; des dépenses publiques à 50% du PIB [57% actuellement] ; un coût de fonctionnement des administrations à 25% du PIB ; une masse salariale à 11% ; 6% de chômage ; 74% de taux d'emploi ; 10 000 communes et interco ; 115 000 élus max ; la retraite à 67 ans.. ».

 Ce n'est même pas ambitieux. Ces objectifs nous permettraient simplement de revenir au niveau de la moyenne européenne... Et cela ne réduirait évidemment pas la dette publique qui tangente les 100% du PIB...

Le tout démontré, chiffres à l’appui,  exemples  concrets et comparaisons parlantes. Tout ce qu’elle constate est étayé, tout ce qu’elle propose existe ailleurs et donne des résultats. Alors ?

Un livre à lire absolument par ceux qui ne veulent pas  voter idiots !

 


PMA SANS PERE : POUR JEAN LEONETTI, C’EST NON ! IL DIT POURQUOI

Portrait officiel Mr Leonetti2014 (3)

Mardi dernier,  Jean LEONETTI, spécialiste en bioéthique à l’origine des  lois sur la fin de vie, était l’invité  des parlementaires « Les Républicains » de  Maine-et-Loire pour un débat dans le cadre de la  révision prochaine  des  lois  de bioéthique, sur le  thème :  « Début et fin de vie : tout ce qui est  techniquement  possible est-il souhaitable ? »

P1180977 P1180954Devant plus de 250 personnes, Catherine Deroche,  Sénatrice de Maine-et-Loire  a d’abord rappelé que l’année 2018 s’inscrit donc dans le calendrier des lois de 1994, 2004 et 2011, et a vu se tenir les États généraux de la bioéthique pilotés par le CCNE auxquels participent des experts et des citoyens.  Cette révision est donc à l’ordre du jour du Sénat. Elle insiste sur le vaste champ couvert par le domaine de la bioéthique impacté par les progrès scientifiques et techniques,  et que sur de nombreux aspects,  le  débat est  nécessaire en appelant  à ce qu’il soit apaisé et objectif.

Du questionnement démocratique au rôle de la médecine.

Jean Léonetti  a ensuite développé  son propos, partant du questionnement démocratique  propre à P1180968 notre pays, passant en revue tous  les  sujets concernés avec la  précision du cardiologue  toujours en exercice. De la naissance à la mort, il argumente, s’appuyant sur sa  propre expérience, émaillant son propos de nombreuses références à l’histoire de la médecine depuis l’antiquité, rappelant les grands principes qui guident la  science et  particulièrement le rôle  du médecin. Un balancement entre le possible et les  limites imposées par la dignité humaine. Tous les  points sensibles sont évoqués : l’embryon, la PMA, la  GPA, la fin de vie  et les améliorations P1180975qu’il a fallu apporter en 2016 à la loi de 2005. De ce fait il pense que légaliser l’euthanasie n’est pas nécessaire si on applique la  loi en vigueur. Pour les expériences sur l’embryon humain, il rappelle les limites imposées par la loi. Quant à la PMA, il oppose l’éthique de l’autonomie à celle de la vulnérabilité et il se déclare finalement  hostile après  avoir examiné  tous  les  avantages et inconvénients, d’ailleurs relevés dans l’avis du Conseil Consultatif National,  et se réfère au principe de précaution au nom de l’éthique de la dignité. La GPA est évacuée  à cause de  la  marchandisation inévitable du corps humain qu’elle entraîne, une atteinte grave à la dignité humaine. Et il  met en garde : si la PMA est autorisée, au nom du même principe d’égalité, on arrivera à P1180978 légaliser la GPA. Il démonte au passage la rhétorique du « droit à l’enfant ». En conclusion, il souhaite que la médecine de demain soit salvatrice et conquérante,  « Mais rappelons-nous le mythe de Prométhée dont les vautours dévorent le foie pour avoir donné le feu aux hommes. Le châtiment menace le progrès. »  Et il donne  le  dernier mot à Camus : « Un homme, ça s’empêche ! ».

Le débat permet de revenir sur les sujets les  plus importants qui permettent à Jean Léonetti d’apporter des précisions, toujours avec la même  humilité et humanité.


P1180965La  conclusion revient à Stéphane Piednoir,
Sénateur de  Maine-et-Loire et nouveau Président de la fédération « Les Républicains », qui se félicite du succès de la soirée et de la grande qualité du propos de Jean Léonetti et du débat qui a suivi. Il rappelle que l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPCST) du Sénat rendra son rapport le 25 octobre 2018 sur l’évaluation de la loi de bioéthique de 2011.

 

 


JE VOUS L’AVAIS BIEN DIT…

Economie  bourse

 

Rappelez-vous mon article  « Cette crise qui vient et qui se  précise »…  Eh bien, à observer ce qui se passe dans les bourses du monde entier, on peut penser qu’elle s’est mise en branle. 

Les bourses plongent.

Il  paraît qu’il ne faut jamais dire : « on vous l’avait  bien dit ! ». Cela ne se fait pas,  ça fait orgueilleux. Pourtant on devait bien s’en douter depuis le temps qu'on vous annonce que les marchés boursiers sont trop chers, en particulier les marchés américains, et que de nombreux signaux d'alerte sont apparus depuis des mois déjà. Et la purge se produit sur les marchés.  Elle était prévisible. Les spécialistes  disent qu’elle était même nécessaire. Beaucoup de marchés sont donc entrés en « bear territory », c’est-à-dire en configuration baissière, comme c'est le cas quand on chute de plus de 20%. L'Asie accuse une baisse de 21% par rapport à son plus haut niveau de l'année en janvier et on évalue tout de même à 5 000 milliards de dollars l’argent qui s’est évaporé en fumée là-bas depuis le début d'année. La baisse des marchés boursiers s'accélère. Et, pour une fois, ce sont les marchés américains qui ont le plus baissé, Nasdaq en tête : 4% de baisse. C’est la plus forte baisse en un jour depuis août 2011. Mais, comme c'est toujours le cas, quand les marchés américains baissent, le reste du monde suit. Avec des hauts et des bas, parce qu’il y aura toujours des prises de bénéfice pour produire des petits rebonds.

Pourquoi maintenant ?

Pour Trump c'est de la faute de la Banque centrale américaine qui a trop remonté ses taux. Et  c’est  logique, il n’a pas tout à fait tort. En effet, c'est bien en partie la hausse des taux d'intérêt aux États-Unis qui a rendu la Bourse moins attractive.  Sauf qu’il se trompe sur le coupable : si les taux remontent ce n'est pas de la faute de la FED, c'est de sa faute à lui, qui a fait une relance keynésienne avec ses baisses massives d’impôts, sur une machine économique américaine qui tournait déjà à plein régime,  ce qui a donc obligé la FED à remonter ses taux d'intérêt... Il devrait lire « l’économie pour les nuls ! »

Ralentissement économique.

Et  bien entendu, on commence à avoir des signes de ralentissement économique. Rappelez-vous que le FMI avait déjà abaissé sa prévision de croissance mondiale pour 2019 de 3,9% à 3,7%.
La Chine a ralenti, et la croissance européenne marque le pas. L'indice des directeurs d'achat, un indice très suivi par les prévisionnistes, a touché son plus bas niveau depuis 25 mois. La baisse des exportations et en particulier des exportations allemandes est l’une des causes principales. On n'attend plus qu'une croissance de 0,3% au 4ème trimestre en zone euro contre 0,4% initialement prévu.  Et ça  n’est certainement pas fini. On n’est qu’au début.

La  France n’est pas mieux lotie.

Les  prévisions de croissance  pour la fin de l’année  tournent maintenant autour de 1,3% : un chiffre qui doit vous dire quelque chose non ? Quant à l’année prochaine, même la  Commission européenne s’inquiète du budget 2019 que l’Assemblée  est en train de voter, tellement il  est plein de mensonges  et de faux-semblants  en matière de baisses des dépenses publiques  et de tenue du cap. Agnès Verdier-Molinié en dresse  aujourd’hui la liste des incongruités dans une longue tribune du Figaro.  Des chiffres mis en perspectives et incontestables qui  démontent  les assemblages trompeurs mis en œuvre  par Bercy. Pour résumer : les 6 milliards de baisses d’impôts n’existent pas. Notons au passage que les recettes de la CSG passent de 91 milliards en 2017 à 119 milliards en 2019 ! Et  les ménages vont payer l’an prochain 2 milliards de taxes en plus sur les  carburants  soi-disant pour la transition écologique.  Si c’est comme  pour  le patrimoine  …   Et le gouvernement ne prend pas en compte le 1,8 milliard d’augmentation des cotisations de retraites complémentaires. Mêmes  tours de passe-passe pour les entreprises. Les impôts  sur la production vont augmenter en 2019 de 4 à 5 milliards  d’euros  alors que ce sont ceux qui plombent le plus leur compétitivité.  Et  c’est encore par un tripatouillage peu accessible au commun des mortels que le déficit de l’Etat à 4% du PIB avec 98,7 milliards d’euros, se transforme en fin de compte à 1,9% !! Au total, la dépense publique  devrait augmenter l’an prochain de 22 milliards d’euros,  après 28 milliards  en 2018. Telle est la réalité de la gestion macronienne via Darmanin-le-racketteur. On ne s’étonnera donc pas que tous les voyants soient au rouge : important déficit du budget, hausse du chômage, croissance en berne, dette en expansion comme le déficit commercial (because le  pétrole, entre autre) avec à la clé un ras-le-bol fiscal des  Français dont  le gouvernement ferait bien de se  méfier.

On avance vers la crise, et notre pays est plus désarmé que jamais !

 

 


QUELQUES QUESTIONS SUR LA PMA

Naissance

 

A en croire les médias et nombre d’intervenants sur les plateaux médiatiques, c’est une affaire entendue et qui ne se discute même plus, sauf à faire de l’homophobie : la PMA sera adoptée. D’ailleurs le Conseil Consultatif National n’a-t-il pas émis un avis favorable. Le lobby LGBT a bien fonctionné. Pas si simple ! 

Une fausse égalité

La revendication de la PMA, notamment par les couples de femmes lesbiennes, est présentée comme une exigence d’égalité avec  les couples hétérosexuels. Donc comme un droit ! Sauf que « la procréation n’est pas un droit, mais  une fonction biologique, et l’exiger pour tous au nom de la  justice sociale, comme le revendique Marlène Schiappa est parfaitement absurde ». Ce n’est pas un « excité » de la Manif pour tous qui le dit, c’est un journaliste de Charlie hebdo. En même temps, Jacques Testard, l’auteur du « bébé-éprouvette », mettait en garde contre l’eugénisme. Il y a donc une gauche qui refuse  le chantage à  l’homophobie, pour réfléchir pleinement à ce qu’implique la Procréation Médicalement Assistée étendue à toutes les femmes. Sans la technique, l’argument de l’égalité ne tient pas si on s’en tient à  la biologie, pas plus pour les couples de femmes que pour les couples d’hommes.

Le rôle de la  médecine

L’évolution de la  médecine et de ses applications techniques a toujours eu pour but le traitement des pathologies et le soulagement des souffrances et bien des chantiers restent en jachère en la  matière malgré les nombreux progrès et réussites. On voudrait aujourd’hui profiter de ces avancées pour faire entrer dans le champ de ces progrès scientifiques des applications non thérapeutiques. S’agissant de la  PMA, la  loi permet actuellement de pallier à l’infertilité d’un couple hétérosexuel vivant et en âge de procréer, avec un cadre légal bien précis.  La  loi doit-elle évoluer pour accorder à une personne ce qu’il lui est impossible d’obtenir par la nature et non en raison d’une infécondité pathologique. C’est entrer dans la logique de « l’homme augmenté artificiellement » au-delà de la nature humaine, et non plus de « l’homme soigné ».  Certains n’hésitent pas à affirmer que financer leur PMA  à des femmes qui sont biologiquement fertiles à cause uniquement de leur sexualité, alors qu’un Français sur trois renonce  à se soigner faute d’argent, c’est détourner de l’argent public à des fins privées. La  médecine deviendrait alors une activité banale qui produit et fournit des services. Doit-elle détourner des moyens pour répondre non plus à un besoin de soins, mais à la commande d’un client ?

Le « droit à l’enfant »

Car ceux qui réclament « la PMA pour toutes » veulent aussi la prise en charge des frais par la solidarité nationale. Or celle-ci n’a pas à fournir des prestations techniques mais à prendre soin des  plus fragiles. Si l’on rembourse les soins aux malades, c’est en vertu du droit à la santé. Les  procréations artificielles de femmes en bonne santé n’entrent pas dans ce champ d’application. Sauf au nom d’un droit : celui d’avoir un enfant. Et voilà comment une personne devient non plus sujet,  mais objet de droit ! De là à ce que l’enfant et sa mère ne deviennent ensuite « l’objet » d’une transaction commerciale, il n’y a qu’un pas. L’extension de la PMA consacre « un droit à l’enfant, potentiellement inconditionnel et illimité ». Or l’impossibilité d’avoir des enfants est une limitation intrinsèque que les homosexuels devraient accepter, sauf à nier ce statut  pour le faire rentrer dans le rang de l’idéal « familiariste » réservé jusque-là aux hétérosexuels. Il ne faut quand même pas confondre  la veuve ou la femme abandonnée qui élève seule sa progéniture avec la féministe qui voit son projet  aboutir, sa victoire ! Il ne s’agit donc pas d’étendre une liberté au nom de l’égalité, mais de considérer qu’avoir un enfant est un droit pour lequel la collectivité doit payer. L’Etat deviendrait dès lors un fournisseur d’enfants pour tous ceux qui, quelle qu’en soit la raison, ne veulent pas en passer par la production naturelle.

Un marché déjà en place

Le business plan est prêt, avec ses éléments de langage, son calendrier et ses  porte-paroles médiatiques et même ses représentants de commerce.  PMA-GPA, même combat. Sinon, Comment expliquer la « une » de Paris-Match »  avec la  « famille de Marc’O », et sa belle histoire à faire pleurer dans les chaumières. Il ne vient à l’esprit de personne qu’on glorifie en  le faisant un hors-la-loi. Avec  la  PMA, on entre, de facto, sur un « marché » et il ne faut pas sous-estimer la perspective d’utiliser des femmes comme moyen technique de « production d’une commande ». Des femmes-outils en quelques sortes. Ce serait la porte ouverte vers la GPA (gestation pour autrui). Et  le Conseil Consultatif nous l’annonce : la conservation des ovocytes, la généralisation des tests génétiques ne posent aucune question d’éthique générale ; ces émanations du corps humains sont devenues des objets techniques. Contrairement à ce qu’on nous raconte, la technique que la GPA  met en œuvre est la même que celle de la PMA. Seule intervient dans le  champ la nécessité de trouver un « ventre » pour porter l’enfant puisque l’homme en est incapable. Le marché existe déjà  et y pourvoira moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Que l’enfant obtenu dans un cas comme dans l’autre puisse se sentir otage d’un « ubris »  (mot à la mode), cela ne fait pas partie de la réflexion.  Il devra faire « avec ».

La quête des enfants sans racine

Personnellement, j’ai encore envie de croire  à  l’importance de « l’inné » dans la vie d’un être humain. Nous venons tous de quelque part. Le savoir, c’est rassurant. Car cet « inné » venu d’on ne sait où  peut se transformer en souffrance à travers une quête de l’hérédité. Il est encore temps de refuser qu’on fabrique des  enfants sur commande. La technique déshumanise.  Va-t-on se contenter de dire à un enfant « ton père c’est la technique et ton parrain c’est l’Etat ? ». Légiférer pour répondre à des préoccupations individuelles, c’est oublier le souci du bien commun.  Les  perspectives à la fois vertigineuses et fantastiques  des avancées technologiques ne nous imposent-elles pas d’agir avec sagesse et précaution. D’autant plus que l’on sait que pour  l’enfant qui va naitre la gestation n’est jamais anodine. La  vie fœtale comprend aussi  le vécu de la mère et il faut tenir compte de l’acquis anténatal qui aura des répercussions sur sa vie affective. Et puis en face du droit à l’enfant, ne doit-on pas mettre comme  obstacle  le fait de lui ôter la moitié de sa généalogie. S’obstiner à ne pas le voir dénote une hypocrisie, car c’est lui dénier ses propres droits. Dans cette affaire la quête génétique des enfants concernés est sous-estimée quand elle n’est pas mise sous le boisseau. Pourtant elle existe.  Ceux-là veulent que soit reconnu le droit à connaître leurs origines et ils sont de plus  en plus nombreux à espérer retrouver leur donneur grâce à  un test ADN… Cette souffrance-là est bien réelle.

Restons fidèles à l’homme soigné.  Car  après la  PMA et la GPA, viendra le  temps de la parthénogénèse le jour où elle sera possible : le temps des  enfants fabriqués sans parents sur catalogue !   Pourquoi la refuserait-on aux couples qui seraient candidats ?  L’homme apprenti sorcier, ça n’est pas une nouveauté.

 


BLANQUER EST-IL SI BON ?

Blanquer

Le chouchou à droite

Le Ministre de l’Education contribue à faire pencher la balance à droite dans l’esprit de nombreux concitoyens quand il s’agit de qualifier l’action du gouvernement. Et si on conteste en sortant quelques arguments comme ceux touchant aux attaques contre la famille, il est souvent rétorqué : « Oui, mais il y a Blanquer !». J’ai donc voulu en avoir le cœur net. D’autant plus que certains m’avaient dit que si Fillon avait été élu, c’est celui qu’il aurait choisi. Qu’en est-il ?  Justement il nous sort une loi, comme tout Ministre de l’Education qui se respecte. J’ai donc des éléments pour en juger : ce qu’il a fait depuis 18 mois et maintenant un projet de loi.

Le bilan, un peu plus d’un an après

Il faut dire qu’il a hérité de ce « grand corps malade » qu’est l’école. Et que le passage de Vallaud Belkacem n’a rien arrangé. Au bout d’un an et demi, le Ministre a fait le tri parmi les projets absurdes de sa « prédécesseure ». A son actif : il a viré le directeur des programmes, Michel Lussault le « pédagogiste enragé » pour le remplacer par le professeur Dehaene, adepte des « neurosciences ». Il a aussi commencé l’action de dédoublement des cours préparatoires pour améliorer l’apprentissage de la lecture là où c’est nécessaire. Un effort qui se poursuit. Le Ministre mène une réflexion intelligente –mais limitée- sur la revalorisation nécessaire de la condition enseignante. Dont acte. Le travail sur la réforme des programmes rétablit un peu de rigueur, et on sait que les débats restent vifs avec les « pédagogistes ». Mais comme souvent depuis le début du siècle, on n’en est pour l’instant à des réformettes.  Car « en même temps » la situation se dégrade rapidement. La laïcité est chaque jour un peu plus contestée : 30 conflits par jour répertoriés, mais combien ne sont pas relevés ? Et les motifs sont de plus en plus inquiétants causés par le communautarisme musulman : on n’en finirait pas de citer les cas d’élèves voulant imposer leur obscurantisme. Le Ministère campe toujours sur une forme de déni en minimisant. Sans parler des enseignants acquis au « multiculturalisme » prôné par le Président lui-même. Il faut aussi compter avec la violence sous toutes ses formes, comme si le recul du savoir s’accompagnait d’un retour à la loi du plus fort : harcèlement, jeux stupides, intrusions… Tout cela rend la vie infernale aux enseignants et beaucoup craquent. L’absentéisme est aussi une maladie du système éducatif, déjà plus de 26 000 heures de cours n’ont pas été assurées depuis la rentrée et les remplacements demeurent un casse-tête. La situation est en effet rendue compliquée par le fait que les enseignants sont beaucoup plus absents que les autres fonctionnaires.

La loi pour « une école de la confiance »

Autant dire qu’il y a du grain à moudre et qu’on est en droit d’attendre beaucoup d’une loi qui se fixe comme objectif de rétablir « la confiance ». On en a bien besoin, depuis qu’on voit la France reculer dans tous les classements internationaux.  Elle va donc être soumise pour avis au Conseil supérieur de l’éducation, ce machin entièrement entre les mains des syndicats. Que contient-elle ? D’abord, elle instaure l’instruction obligatoire dès 3 ans. C’est la première raison d’être de la loi. A la fois un coup d’épée dans l’eau puisque près de 90% des enfants sont déjà scolarisés à cet âge-là et un principe un peu contestable , certains y voient la volonté de retirer les enfants de l’influence des parents le plus tôt possible… La loi va permettre des expérimentations  avec de larges contours pour déroger au code de l’Education : les domaines sont variés, organisation pédagogique, coopération avec des partenaires du système éducatif, annualisation du temps de travail,  tout cela avec beaucoup de précautions. La loi crée un nouveau « conseil d’évaluation de l’école » placé sous l’autorité du Ministre, une bonne idée si cette structure ne tourne pas à un machin technocratique de plus. Pour la formation des enseignants, on met fin aux ESPE, qui ont succédé aux IUFM, mais là encore, on change le sigle, Ecole devient Institut, on change le mode de nomination du directeur, mais on reste dans le cadre universitaire, une erreur qui continue, et la loi ne dit rien sur le recrutement et les contenus. Si c’est pour garder les « mêmes abrutis » (dénomination accordée il y a quelques années par un stagiaire) pour y sévir, on n’aura pas beaucoup avancé. La loi prévoit aussi que les enseignants pourront enseigner, ceci pour pallier au recrutement déficient, des ordonnances pour redécouper les territoires des Rectorats (technocratie quand tu nous tiens) et la possibilité de créer des établissements internationaux financés par des entreprises. Une fois cette liste terminée, on est frappé du caractère assez superficiel. C’est que le Ministre ne peut espérer un vote favorable du Conseil supérieur de l’Education que s’il passe sous les fourches syndicales.

On est loin du compte

Il y aurait pourtant pléthore de réformes essentielles. Une vraie annualisation du temps de travail des enseignants pour adapter leur présence dans les établissements aux exigences de notre époque, accompagnée d’une augmentation de ce temps de travail. Le renforcement des compétences des chefs d’établissements, l’autonomie des établissements, la régionalisation de l’administration et de la gestion des corps enseignants pour déconcentrer le « mammouth »… Le système est devenu ingouvernable. Il faudrait mettre fin au paritarisme qui parasite la gestion des carrières, à travers les barèmes qui permettent les affectations et qui empêchent de mettre en place la reconnaissance du mérite. Mais tout cela doit être soumis à la consultation préalable des comités techniques académiques qui « ont compétence sur les questions relatives à l’organisation et au fonctionnement des établissements et des services » et ensuite soumis à l’avis des « commissions administratives paritaires académiques et départementales » concernées. Autrement dit : mission impossible sans une volonté politique à toute épreuve. Car tous les moyens de blocages seront utilisés. Les syndicats, nous rapporte l’IFRAP, bénéficient pour leur service de 1990 temps pleins de décharges syndicales, soit 1,4 million d’heures par an, pour un coût de 82 millions d’euros de rémunérations versées. Une force de frappe ou de frein redoutable !

Du « cosmétique »

On est donc loin du compte. On comprend que le Ministre se contente de faire du « cosmétique », certes souvent de bon aloi, mais on est loin des réformes en profondeur qu’il faudrait mener pour remettre sur les rails le système éducatif. Car les défis sont nombreux. En attendant, rien ou peu de chose est fait pour accueillir les enfants « hors normes », précoces, autistes, et tous les dys… pour qui venir à l’école reste le plus souvent un parcours du combattant quand ce n’est pas tout simplement impossible. En attendant l’obscurantisme progresse et les enseignants sont souvent très démunis pour y faire face. Par contre le gouvernement a durci la possibilité de créer de nouvelles écoles hors contrat, et freine la croissance  du privé sous contrat vers lequel fuient de nombreuses familles quand elles peuvent y trouver une place.

Blanquer : peut mieux faire !

 


REMANI(MINI)EMENT

Macron pénombre

Teasing !

Il aura fallu quinze jours. Que ne nous a-t-on pas dit sur ce remaniement ! Sur l’ampleur, sur la procédure « professionnelle », sur le second souffle qu’il allait apporter… Pendant ce temps-là M. Philippe « double casquette », au four et au moulin, vagabondait au Havre et jurait qu’il n’y avait pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette entre lui et le Président alors que tout le pays bruissait d’une tension entre les deux têtes de l’exécutif. Il a fallu qu’un déluge, il faut dire fort désastreux pour les pauvres habitants du Carcassonnais, en rajoute, pour le retarder encore de 24 heures. A croire que Hollande s’en soit mêlé ! Et la montagne accoucha d’une souris, pour reprendre l’expression bien connue.

Calculs politiciens

En fait de remaniement, on reste un peu sur sa faim. Après avoir mis Ferrand au perchoir de l’Assemblée, voilà Castaner à l’Intérieur. La Macronie se recroqueville sur elle-même pour les postes stratégiques. Pour le reste, on offre un poste à un ancien PS, l’Agriculture pour Didier Guillaume, et un autre à un transfuge du centre-droit, la Culture pour Franck Riester qui obtient ainsi son plat de lentilles, prix de sa trahison. Depuis le temps que ce dernier piaffait pour obtenir enfin un maroquin. Tout le monde aura compris : deux nominations très « ancien monde » qui vise à rallier à droite et à gauche en vue des Européennes. Personne n’est dupe. Des débauchages sans conséquence tellement ils étaient prévisibles. Riester c’est le harpon pour pêcher Juppé et Raffarin !

Oraison funèbre

Et pour consacrer ce moment fort de la geste macronienne, le Président nous a joué le soir au 20H « le crépuscule de Jupiter ». Pathétique ! Comme le relève l’excellent Jean Léonetti à juste titre : tout était faux. Le ton sonnait faux, le texte aux expressions « hermétiques » était faux, la modestie était feinte, et la solennité qui se voulait gaullienne était surjouée donc contre-productive. C’était De Gaulle-le-minus. Ajouté à cela un éclairage qui tenait plus de la pénombre et vous avez un cocktail du meilleur ratage d’adresse au peuple. Celui-ci aura été plutôt angoissé par ce spectre ânonnant qui s’était invité au moment du dîner ! Le remaniement avait tourné à la comédie, il se termine dans le tragique !

Je fais probablement partie de ces « ces somnambules du monde qui va » qui ne voient pas ce qui est en train de se passer. Pour qui se prend-il, le faux prophète. J’ai bien retenu une phrase : si ça va trop lentement, c’est la faute à nos institutions. Tiens, tiens, ça ne nous annonce rien de bon pour la réforme de la Constitution à laquelle il ne renoncera pas.

En fait de second souffle, le résultat est plutôt poussif : 2/3 des Français ne sont pas convaincus. Il est vrai que Castaner, le plus communautariste des macronistes, pour lutter contre l’Islam politique, on ne pouvait pas trouver pire.

 

 


LA TENTATION DE SAUVER LE « SOLDAT MACRON »

Macron planté

 

Les  juppéistes en ébullition.

On s’agite beaucoup chez les « juppéistes ». Qu’ils aient franchi le Rubicon  ou qu’ils soient en passe de le faire au nom du rêve européen,  ils perdent leur temps. Ils  ont toujours le  même  leitmotiv :  « Il  faut aider  Macron à réussir sinon on aura les extrêmes !  ».  Or  Macron ne peut pas réussir. C’est un psychopathe narcissique qui se détruit  lui-même et son action manque de clarté, de profondeur et de pédagogie. Le  mot « transformation » utilisé à toutes les occasions n’a pas de sens et  est  là  pour cacher justement l’absence de réformes structurelles. Quinze mois après son élection,  la France va plus  mal : plus  de dette, plus d’impôts,  plus de déficits, plus  de déficit commercial,  plus  de violence et d’insécurité, plus de communautarisme…  Et  le groupe  La REM se caractérise par son arrogance, sa vacuité et son amateurisme.  Il  est  piloté de l’Elysée  à   coups « d’éléments de  langages » : du prêt-à-porter  pour cerveaux lobotomisés.

Le progressisme est une escroquerie.

Le combat que veut mener Macron en Europe au nom du « progressisme », ne correspond  pas  aux valeurs de la droite, et n’est pas en phase avec les réalités de l’Europe actuelle. Le  « progressisme »  appartient au vocabulaire de la gauche radicale  dans le cadre de la  lutte des classes  pour transformer la société. Même dialectique donc ! Le  détournement de ce  mot par Macron couvre sa politique sociétale et voudrait donner un semblant de  concept à ses réformettes. Il veut maintenant l’utiliser  pour caricaturer le débat sur l’Europe. Il n’y a pas en Europe deux camps  comme il voudrait présenter la  situation,  celle-ci est beaucoup plus complexe. Mais surtout, la  thématique du discours de la Sorbonne correspond au rêve d’il y a vingt  ans. Il n’est plus en phase avec ce que vit l’Europe aujourd’hui. Vouloir plus d’intégration, continuer  à  élargir, ne pas prendre en compte  l’exigence  d’identité que même Hubert Védrine pense indispensable,   ce sont les thèmes qui nous ont  fait perdre il y a  cinq ans.  L’Europe devait nous protéger !  On voit  le résultat. Que nos amis aillent avec Macron dans ce combat  perdu d’avance, ils  aideront  les  extrêmes, à  commencer par  l’extrême droite à ramasser  la mise. Comme le souligne Jean Léonetti, le  projet que « Les  Républicains » vont porter est celui du bon sens, car  il n’est ni souverainiste, ni populiste,  et nos amis juppéistes pourraient, en toute bonne foi,  y souscrire, s’ils n’étaient pas aveuglés par leurs relations avec le Premier Ministre et son entourage.

 Un gouvernement faible.

Quand on n’est ni de droite, ni de gauche, on  n’est  nulle   part.  Surtout on est paralysé  par les courants contraires qui parcourent la macronie. De ce fait, le gouvernement accouche de réformettes : celle du code du travail,  celle  sur la sécurité, celle de la SNCF, et même la  loi  Pacte, aucune ne va assez loin. Celle qui s’annonce pour les retraites navigue entre le  déni, -rejet de l’âge de 65 ans- et   l’hypocrisie  avec   les  points et  l’âge pivot qui reviendra  au même, mais sous forme d’usine à gaz. La réforme de  la taxe d’Habitation est une imbécillité notoire que nos trissotins 2.0 essaient de transformer en gain de pouvoir d’achat alors qu’elle n’est même pas financée et creuse un  peu plus la dette. Pour avoir engagé ce fatras de réformettes, le gouvernement est qualifié de « droite ». Rien n’est  plus faux. On n’est pas de droite quand on s’en prend à la famille, quand on fait payer les classes moyennes à répétition,  quand on s’attaque aux retraités.  On n’est pas de droite quand on augmente sans cesse les  impôts et crée de nouvelles  taxes  au lieu de chercher   à diminuer  les dépenses de  l’Etat. Et on n’est  pas libéral quand on mène une politique qui réglemente à tout va, qui  méprise les territoires et contrecarre la décentralisation, qui assomme  les entreprises avec de nouvelles  astreintes  sociales ou environnementales  alors qu’elles  sont déjà les  plus taxées,  et qui atteint plus de 45% du PIB de prélèvements. Vous voulez  un exemple  d’incurie :  la  gestion de «  l’après »  ND des landes  où zadistes et agriculteurs se  font face-à-face et  où  l’Etat spolie en toute conscience les  anciens propriétaires qui voudraient, comme c’est logique, retrouver leurs propriétés. Voilà le produit de la macronie. Une politique condamnée à échouer d’autant plus que les vents contraires de l’environnement international vont abolir le peu de marge de manœuvre si tant est qu’il y en ait une. Une politique insoutenable pour quelqu’un qui a des convictions de droite.

Ils nuisent à la droite et ils ne rendent pas service à la France.

Les élections partielles le montrent : l’alternative, ce sont Les Républicains. C’est cette démarche-là qu’il faut soutenir sinon on favorisera les extrêmes. L’Europe est un bon sujet de rassemblement.  Mais il  est clair que si on veut éviter une mauvaise surprise aux prochaines échéances électorales, ce sont « Les  Républicains » qui offrent la seule alternative crédible en face de l’ectoplasme  macronien.   Il faut unir nos courants et nos sensibilités pour construire et renouveler un projet susceptible de convaincre à nouveau d’abord les électeurs que nous avons perdus et ensuite élargir à tous ceux qui peuvent rejoindre la  droite et le centre. Ce que vit le parti socialiste est une catastrophe. Ne suivons pas le même  chemin. Ceux qui ne veulent pas entendre parler de Laurent Wauquiez ont tort.  L’allergie n’est pas une raison suffisante en politique. Ceux qui se complaisent dans « la  prise de distance » le font au nom de raisons diverses, la plupart du temps au nom d’intérêts particuliers ou d’ambitions pas vraiment avouées, et ne participent pas d’une mouvance vraiment cohérente. La volonté de ressusciter une sorte  d’UDF avec AGIR est une erreur, et voir Juppé y souscrire fait franchement rire, mais il y a toujours eu cette tentation centriste  d’avoir le cul entre deux chaises. Enfin, une chose est claire : ceux qui accepteraient de se faire débaucher pour entrer dans un gouvernement « Philippe 2 » seront ni plus, ni moins, des « traîtres » qui iront lui donner une caution dite « de droite », et participera à la volonté de Macron de  « dézinguer la droite » ! Ils seront alors dénoncés et combattus comme  il se  doit. Sans concession !

 


CETTE CRISE QUI VIENT ET QUI SE PRECISE…

Endettement mondial oct 2018endettement mondial

 

D’abord la chute des marchés.

Cela faisait des mois qu’on attendait une chute des marchés. Hier, la dernière digue a cédé. Les investisseurs s’étaient réfugiés sur les valeurs technologiques américaines, sur les valeurs du luxe ou encore sur les valeurs pétrolières. Ils avaient commencé à fuir les marchés émergents. Mais ces valeurs « refuges » ont fini par chuter aussi. Hier, tout s’est accéléré. Les marchés américains défiaient toutes les lois de la gravité boursière et ont connu un cycle de hausse phénoménale depuis mars 2009. De nombreuses sociétés atteignaient des valorisations aberrantes. Une correction n’est donc pas étonnante. Tout va dépendre maintenant de l’évolution des taux aux États-Unis et des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis, mais la purge pourrait encore continuer.

Les ingrédients d’une nouvelle crise.

Dix ans après l'effondrement de  Lehman Brothers la question la plus pertinente consiste à déterminer ce qui provoquera la récession et la crise mondiale de demain. Six facteurs vont concourir  à son déclenchement : les valorisations excessives sur les marchés boursiers, le retournement de cycle inévitable de la récession, l’inexorable hausse des taux d’intérêt, l’escalade de la concurrence commerciale exacerbée  par l’affrontement entre Trump et la Chine, les marges de relance très réduites du fait de la fuite en avant de la dette  mondiale, une croissance plus lente en Europe, en raison d'un resserrement monétaire et de frictions commerciales, et enfin la désastreuse résolution de la crise de 2008, notamment aux Etats-Unis, où on assista à une situation ubuesque qui vit les épargnants spoliés, sauver par le biais de l’endettement public, les banques qui les avaient floués.  

Comme en 1929, la crise commence à la  bourse.

Le  premier de ces facteurs est en train de se mettre  en place, il fait l’objet du constat en introduction. Les marchés boursiers américains et mondiaux sont en effervescence. Les ratios cours/bénéfice aux Etats-Unis sont supérieurs de 50 % à leur moyenne historique, les valorisations de capitaux privés sont devenues excessives et les obligations d'Etat trop coûteuses compte tenu de leur faible rendement et de leurs primes de terme négatives. Le crédit à haut rendement devient également de plus en plus coûteux, à l'heure où le taux d'endettement des entreprises américaines atteint des sommets historiques. Par ailleurs, l'endettement sur de nombreux marchés émergents et dans certaines économies développées se révèle clairement excessif. L'immobilier commercial et résidentiel est beaucoup trop coûteux dans de nombreuses régions du monde. Le FMI relève qu’avec la hausse des taux d'intérêt américains et le raffermissement du dollar, ainsi que l'intensification des tensions commerciales, un certain nombre d'économies de marché émergentes ont connu une inversion des flux d'investissement de portefeuille. Les fonds d'actions et d'obligations des marchés émergents ont enregistré des sorties d'environ 35 milliards de dollars. Pour l'heure, avec l'appétit de risque des investisseurs internationaux, les pressions sont restées contenues et se sont concentrées dans quelques pays (Argentine, Turquie, Brésil, Afrique du sud). Mais une déstabilisation de plus grande ampleur n'est pas à écarter. Au risque, cette fois-ci de faire sombrer le bateau, c’est-à-dire l’économie mondiale.

Vers une récession mondiale.

L'actuelle expansion mondiale devrait se poursuivre encore l'année prochaine, dans la mesure où  les Etats-Unis enregistrent d'importants déficits budgétaires, où la Chine applique des politiques de crédit assouplies et où l'Europe reste sur une trajectoire de reprise. Mais d'ici à 2020, les conditions tendront vers une crise financière, suivie d'une récession mondiale. D’abord, les politiques de relance budgétaire qui poussent actuellement la  croissance annuelle américaine au-dessus de son potentiel de 2 % ne sont pas tenables. D'ici à 2020, ladite relance se sera épuisée.  Ensuite, le timing de cette relance ayant été inadapté, l'économie américaine connaît actuellement une surchauffe, et l'inflation s'élève au-dessus de la cible.

Inexorable hausse des taux d'intérêt.

La Réserve fédérale des Etats-Unis devrait ainsi continuer d'augmenter le taux cible des fonds fédéraux, l'amenant de son niveau actuel de 2 % à 3,5 % au moins d'ici à 2020, ce qui élèvera probablement les taux d'intérêt à court et long terme, ainsi que le dollar américain. Enfin, dans le même temps, l'inflation augmente également au sein d'autres économies majeures, tandis que le prix du pétrole contribue à des pressions inflationnistes supplémentaires. Cela signifie que les autres grandes banques centrales suivront la Fed sur la voie d'une normalisation de la politique monétaire, ce qui réduira la liquidité mondiale, tout en exerçant une pression à la hausse sur les taux d'intérêt. La surchauffe américaine va précipiter le retournement du cycle de  croissance.

Escalade commerciale.

Facteurs aggravant, les tensions commerciales opposant l'administration Trump à la Chine, à l'Europe, au Mexique, au Canada et à d'autres sont vouées à l'escalade, engendrant une croissance plus lente et une inflation plus élevée. La croissance dans le reste du monde devrait donc ralentir, sous l'effet de pays jugeant bon de riposter contre le protectionnisme américain. Les marchés émergents, d'ores et déjà fragilisés, continueront de subir les effets du protectionnisme et des conditions monétaires resserrées aux Etats-Unis. Pour les pays émergents, l'endettement extérieur a augmenté beaucoup plus rapidement que leurs exportations. Résultat : les pays où la dette extérieure est trop élevée par rapport aux exportations représentent maintenant environ 40 % du PIB global des pays émergents (hors Chine). Les  sorties de capitaux les mettent clairement en grande difficultés : l’Argentine et la Turquie en savent quelque chose.

Marges de relance réduites.

La marge de relance budgétaire dans le monde est d'ores et déjà réduite par une dette publique massive. La possibilité de nouvelles politiques monétaires non conventionnelles sera limitée par  des bilans hypertrophiés et par un manque de capacité à réduire les taux directeurs. Par ailleurs, les sauvetages dans le secteur financier seront intolérables pour des pays marqués par la résurgence de mouvements populistes, et dirigés par des gouvernements quasi insolvables comme par exemple l’Italie. Les  banques centrales seront cette fois-ci impuissantes. Aux Etats-Unis, en particulier, le législateur a limité la capacité de la Fed à fournir de la liquidité aux institutions financières non bancaires et étrangères présentant des passifs libellés en dollars. En Europe, la montée des partis populistes complique l'adoption de réformes au niveau de l'UE, ainsi que la création des institutions nécessaires pour combattre la prochaine crise financière et la récession qui s'ensuivra.

Des mesures de renforcement insuffisantes.

Le Fonds monétaire international (FMI) dresse pourtant un bilan plutôt positif des réformes entreprises pour consolider  le système financier au cours des dix dernières années. Les banques sont maintenant plus solides ; la quantité et la qualité de leur capital se sont fortement accrues ; les tests de résistance des banques à une déstabilisation des marchés ont été largement adoptés ; bon nombre d'activités financières réalisées hors du cadre bancaire classique ( « shadow banking »), en partie responsables de la crise de 2008, ont été réduites ou transformée en outils de marché plus sûrs. Mais il s'inquiète d'une certaine fuite en avant concernant l'endettement dont le niveau global a progressé. Tout indique que la croissance a été soutenue par plus de dettes : les politiques monétaires non conventionnelles mises en oeuvre depuis la crise de 2008, en abaissant le coût de l'endettement, ont soutenu la reprise économique. Là où le bât blesse, c'est que la dette totale du secteur non financier a augmenté à un rythme beaucoup plus rapide que le taux de croissance de l'économieDans les pays dont le secteur bancaire est le plus développé, l'endettement des entreprises non financières a fortement progressé. Il s'élève maintenant à 167.000 milliards de dollars, soit plus de 250 % du PIB de ces pays, contre 113.000 milliards de dollars (210 % du PIB) en 2008. Les vulnérabilités continuent de s'accumuler et le nouveau système financier n'a jamais été mis à l'épreuve.

A la différence de 2008, époque à laquelle les gouvernements disposaient des outils politiques permettant d'empêcher une chute libre, les dirigeants qui affronteront la prochaine récession auront les mains liées, sachant par ailleurs que les niveaux globaux de dette sont supérieurs à ceux d'avant-crise. Lorsqu'elles surviendront, la crise et la récession de demain pourraient se révéler encore plus sévères et prolongées que celles d'hier. S’il y a crise en 2020, le gouvernement américain ne pourra recourir à des déficits budgétaires abyssaux. La dette américaine a atteint un niveau record qui menace la crédibilité du dollar. De son côté, la Réserve fédérale ne pourra abaisser un taux directeur qui reste très bas en dépit de sa remontée récente. Quant aux épargnants et aux salariés qui perdirent leur emploi suite à la récession de 2008, ils n’accepteront pas d’être ignorés une fois encore. Et l’Europe connaîtra le même sort !

Et pendant ce temps-là, Jupiter qui a perdu son bâton de foudre, n’arrive pas  à former un gouvernement…

 


LA VALSE FOLLE DE JUPITER (extrait n°2)

Macron la valse folle de Jupiter 2

 Voici un autre passage du livre de Jean-Marc Daniel, celui consacré au chantier de la retraite.

« …Pour résoudre une fois pour toutes ce délicat  problème, Emmanuel Macron a nommé un « Monsieur Retraite » en la personne de Jean-Paul Delevoye, ancien président du Conseil économique, social et  environnemental.  Les  consultations ont recommencé avec le défilé des partenaires sociaux dans les  couloirs des ministères en charge du dossier. Qu’il faille encore débattre paraît d’autant plus surprenant que depuis le livre blanc remis à Michel Rocard, nous n’avons guère  manqué d’analyses et de recommandations ;  que le constat est simple, à savoir que la France qui consacre 14% de son PIB à payer des retraites, est le pays de l’OCDE, après l’Italie, où  le poids est le plus élevé ; et que la solution elle-même est en fait assez simple. …La retraite repose, comme tout système  de transfert, sur une mécanique dans laquelle on prend pour donner. Si le système  accumule les déficits, c’est que l’on donne trop ou que  l’on ne prend pas assez. Et Alfred Sauvy de préciser qu’en reculant l’âge de départ à la retraite, on aurait moins à prendre et à donner. Cette évidence a d’ailleurs été rappelée en avril 1999 dans un des multiples rapports rédigés depuis le livre blanc de 1991, à savoir celui qui fut remis par le groupe présidé par Jean-Michel Charpin, alors commissaire général au Plan. Ce rapport, qui faisait un point à ce jour guère égalé sur la situation des retraites, contenait cette observation : « Le recul progressif de l’âge de la retraite pourrait favoriser le rééquilibrage des régimes par répartition sans peser ni sur les revenus des retraités ni sur ceux des actifs. Il est justifié à la fois par l’allongement de la vie, le recul de l’âge d’entrée dans la vie active, et l’amélioration de l’état de santé des plus de 60 ans. »

A quel problème peut donc se heurter Jean-Paul Delevoye ? Juste à une assertion assez péremptoire :  « Pour la première fois depuis des décennies, les perspectives financières permettent d’envisager l’avenir avec une sérénité raisonnable, selon le Comité de suivi des retraites. L’enjeu aujourd’hui n’est donc pas de repousser l’âge ou d’augmenter la durée de cotisation. »

Et comme cette assertion émane du programme d’Emmanuel Macron, circulons puisqu’il n’y a rien à voir… ou à revoir.

On peut compter néanmoins sur Trissotin 2.0 (les technocrates ndlr) pour nous délivrer un texte incompréhensible, nourri de références au notionnel, au système à points, à la sauvegarde de la répartition qui aura comme résultat de noyer une nouvelle fois le poisson.

Soyons clair : toutes les astuces de langage plus ou moins alambiquées n’empêcheront pas que sortir de cet inconcevable déni sur l’âge de départ à la retraite est inévitable. Cependant, cela ne prendra tout son sens que si l’on agit selon une démarche économique plus large. Il se trouve que certain personnage envisage de supprimer un jour férié pour financer la dépendance des personnes âgées. Celui qui fait cette proposition  est celui qui  proposait  en 2014 d’assouplir les 35 heures, car il constate que la quantité de travail mobilisée en France est insuffisante. Il s’agit bien évidemment d’Emmanuel Macron. Cela signifie qu’il est indispensable de résorber  le chômage structurel dont le niveau élevé tend à devenir une spécificité française parmi les économies développées, mais qu’il faut également allonger la durée du temps de travail de ceux qui en ont un, en différant leur départ en retraite, en leur permettant de travailler autant qu’ils veulent par la suppression des 35 heures, et en revoyant le nombre de jours fériés :  Emmanuel Macron  le sait et l’a dit... »

Vous avez donc bien compris : d’un côté on ne touche pas à l’âge de départ, dixit Murielle Pénicaud, et de l’autre on veut mettre en place un système qui y pousse avec un concept fumeux « d’âge pivot » …  

Il  y a un  principe qui échappe à Jupiter : ce qui se conçoit bien s’énonce clairement !


POUVOIR D’ACHAT : MANDRAKE AUX FINANCES

Mandrake

Mandrake, c’est le magicien qui a enchanté mon enfance grâce à ses  pouvoirs d’hypnotiseur. Il  mettait ses dons au service de la lutte contre le mal. On ne peut pas en dire autant de nos apothicaires de Bercy qui essaient par des tours de passe-passe de nous faire croire qu’ils baissent les  impôts quand ils les augmentent et que le  pouvoir d’achat augmente quand il baisse.  Ce serait  de  la  magie si ça n’était  pas  un habile bonneteau fiscal. Attachez  vos ceintures, il va falloir suivre. Car depuis le début de l’année nous sommes pris dans un tourbillon de mesures qui fait que pour nos revenus, même  un comptable  expérimenté se mélangerait les pédales.

Commençons par les hausses.

Au 1er janvier  les taxes sur le tabac et les carburants ont été augmentées, suivies de près fin janvier par la CSG de 1,7 point (25% de hausse en produit). Le renchérissement du pétrole a accentué la hausse du prix de l’essence et du gazole. Du coup, les prix des produits alimentaires ont accéléré. Et  l’inflation est réapparue. Moralité : le pouvoir d’achat a diminué de 0,5% au 1er trimestre. Et le même scénario recommence en 2019. Rebelote pour les  carburants et le tabac à quoi il faudra ajouter les surprises du prélèvement à la  source de l’impôt sur le revenu. Pour les dix millions de Français déjà mensualisés,  le  prélèvement viendra dix jours plus tard et sera, en théorie et à condition que vous n’ayez pas de crédit d’impôts,  un peu inférieur pendant les dix premiers mois de l’année mais il faudra continuer à payer en novembre et en décembre. Ceux qui profitent de niches fiscales recevront un acompte de 30%, et puis non, de 60% (!) du montant des abattements de l’année précédente. L’Etat a retrouvé 5 milliards d’euros pour faire l’avance. En 2019, il faudra compter aussi avec une revalorisation inférieure à la hausse des prix des pensions de retraite : un rabotage déguisé.

Voyons les baisses.

Les cotisations sociales dues  sur les salaires par les employés ont été allégées de 2,2 points et l’impôt sur la fortune dû en juin a fondu des deux tiers. Bon, ce ne sont pas  les mêmes qui sont concernés, mais ça compte quand même. Les  salariés vont connaître une autre baisse de leurs cotisations de 0,95 point fin octobre. A la même date la  taxe d’habitation va diminuer d’un tiers pour quatre foyers sur cinq. Avec un peu de chance vous serez dedans, mais ça n’est pas certain. En 2019, nouvelle baisse de la  taxe d’habitation de 30%  et revalorisation du minimum vieillesse (de combien ?). Cette dernière n’est pas  une baisse mais au moins ça vient compenser un peu les hausses.

Vous avez suivi ?

Selon nos magiciens le sacro-saint  pouvoir d’achat devrait connaître une (forte) hausse de 1,5% au dernier trimestre 2018 ce qui laisse perplexe les statisticiens de l’Insee qui ont du mal à s’y retrouver. Pour eux ce serait plutôt 1 à 1,3%, soit une hausse du même ordre que l’an dernier sur l’ensemble de l’année. La vérité c’est que le gouvernement patauge et  panique à l’approche de la fin de l’année avec la  crainte de ne pas rester dans les clous  des 3% de Bruxelles si la croissance n’est pas au rendez-vous. Il promet des milliards d’euros en mêlant étrangement les  genres dans un jeu de bonneteau effréné, distribuant et reprenant tour à tour. Notons au passage que la hausse de la CSG a été effective dès janvier et que sa compensation pour les salariés a été fractionnée : une partie en début d’année, l’autre ce mois-ci. L’écart de 9 mois dans l’application a généré 4,5 milliards d’euros de trésorerie pour Bercy. Et dans le même temps, les impôts ont augmenté pour les ménages de 4,5 milliards d’euros. Donc une marge de 9 milliards …Voilà un jeu de bonneteau savamment orchestré par une administration fiscale qui sait que les dépenses ne vont pas baisser et qu’il faut prévoir en face de chaque baisse d’impôt une hausse ! Ainsi les  petites taxes créées cette année vont-elles rapporter 7 milliards… Donc, au total, les ménages vont bénéficier de 24 milliards d’euros de baisses d’impôts directs quand le dispositif annoncé sera complètement en place, tout en devant s’acquitter de 29 milliards de prélèvements  supplémentaires … L’Etat crée en moyenne près de 7 taxes nouvelles chaque année, ça n’est donc pas fini. Etonnez-vous alors que la France batte le record de l’OCDE des prélèvements obligatoires : plus de 1 000 milliards.  Jamais on n’a payé autant d’impôts en France. Les entreprises paient plus de 16,1% du PIB, 50 milliards  de plus par rapport à la moyenne européenne, ce qui relativise les baisses programmées pour elles par ce « brave » monsieur Le Maire.

La hausse du pouvoir d’achat.

On comprend que les  Français n’en croient pas un mot. Ce ne sont pas les quelques euros supplémentaires sur la feuille de paie  (30 €) qui vont compenser  la hausse des prix et les  quelques heureux qui vont engranger une taxe d’habitation moindre, il y a de fortes chances  pour qu’ils l’épargnent en prévision du mois de janvier. Le gouvernement lui-même, « Darmamoins » en premier, crée de l’incertitude  par sa  communication brouillonne. Son action est illisible. Et  encore, on n’est pas au bout de nos surprises : un choc pétrolier n’est pas impossible en novembre si Trump applique ses sanctions contre l’Iran qui promet en représailles de bloquer le détroit d’Ormuz. En  plus, il  pourrait bien y avoir, en début d’année prochaine, un effet récessif du prélèvement à la source agrémenté de quelques bugs, ce qui n’est pas exclu. Bonjour les dégâts !

Ce n’est plus Mandrake, c’est Garcimore !

Autrement dit, ce n’est pas la consommation qui est à l’ordre du jour,  mais plutôt l’épargne de  précaution.