Previous month:
janvier 2020
Next month:
mars 2020

LA MACHINE A REMONTER LE TEMPS

1 aAgadir

2

Jamais je n’aurais imaginé retourner cinquante ans en arrière, et pourtant  c’est ce qui vient de nous arriver. Mais pour comprendre, il faut revenir au début : en 1968, à 25 ans, j’arrivais avec ma femme et ma fille de trois ans, à Oulad Teima une bourgade de 5-6 000 habitants, à mi-chemin entre Agadir et Taroudant .  C’est la manière que j’avais choisi d’accomplir mon service « militaire ». L’accueil chaleureux des habitants, les conditions d’enseignement, la vie  sous un climat  généralement clément au milieu des orangers nous ont rapidement convaincus de  prolonger  notre séjour.  Nous sommes donc restés six ans, jusqu’en 1974. 

« Une parenthèse heureuse »

73abJ’étais un jeune professeur, pas encore très chevronné, mais l’enseignement au collège Hassan II était facile. Les élèves étaient appliqués et bien élevés, et avaient la plupart du temps, soifs d’apprendre, et pour beaucoup d’entre eux un courage énorme pour venir chaque jour au collège. J’avais très envie de les faire réussir (Une envie qui ne m’a d’ailleurs jamais quitté au cours de ma carrière). Avec les autres coopérants, nous voulions que notre collège ait de bons résultats et nous faisions tout ce qui était en notre pouvoir pour y parvenir, sous l’autorité bienveillante et sereine de notre directeur, Mohamed El Aatiq. Nous étions au service du Maroc et notre seul souci était d’accomplir la mission qui nous était confiée, le plus honnêtement possible. Ces six années ont marqué ma pédagogie et largement fait évoluer mes méthodes d’enseignement. Les programmes que nous appliquions étaient adaptés pour le Maroc, notamment pour le Français, mais en avance par les contenus et les moyens sur celui que l’on pratiquait alors en France. Et cela m’a beaucoup servi à mon retour, ayant été affecté dans un collège, Jean Vilar à Angers, alors expérimental. J’ai eu aussi à enseigner l’histoire et la géographie du Maroc. En histoire, ce fut pour moi une révélation : j’ai  découvert un passé riche  dont j’ignorais à peu près tout, marqué par des règnes prestigieux dont le patrimoine marocain garde la mémoire. Je connaissais sur le bout des doigts le règne de notre « Roi soleil », Louis XIV, et j’ai découvert qu’il avait son équivalent au Maroc, à la même époque, avec Moulay Ismaïl.  Ces six années ont enrichi ma culture et m’ont ouvert l’esprit, notamment sur la civilisation musulmane. J’ai été frappé, en arrivant, de la tradition d’accueil du peuple marocain, particulièrement dans le Souss. Ces six années me parlent encore de bonheur. Celui d’une vie rythmée par l’amitié, la découverte, l’aventure parfois quand nous nous aventurions dans le grand sud, jusqu’à Merzouga. Celui d’une vie agréable à peine gâtée par les coups de chergui ou les rares pluies, avec  les week-ends à la plage ou les grandioses festivités quand le Roi venait à passer. Certains coopérants n’ont fait qu’un passage éphémère, d’autres comme moi, sont restés plus longtemps, mais tous, nous avons gardé de notre séjour le souvenir d’une « parenthèse heureuse » dans notre vie, et particulièrement de notre vie d’enseignants.

Le fil maintenu.

12Depuis cette époque-là, je n’ai jamais eu l’occasion de revenir. Trop d’engagements professionnels et politiques ont accaparé mon emploi du temps. Peut-être aussi, qu’inconsciemment je ne voulais pas écorner cette page si particulière. C’est vous dire le choc que j’ai ressenti en arrivant lundi dernier : en cinquante ans que de transformations ! En 1974 j’avais quitté un village, je me retrouvais  dans une grande ville de 60 000 habitants  au moins ! Quel développement !  Quant à Agadir qui se relevait à peine du tremblement de terre de 1960, elle est devenue une conurbation immense. Mais comment ce rendez-vous avec le passé a-t-il pu  avoir lieu ? Il se trouve que l’un de mes élèves, parmi les  plus  brillants, Abdellatif,  est  venu terminer ses études en France à la fin des années 70, et finalement acquérir la double  nationalité et faire une  carrière de professeur dans notre enseignement public. Nous avions renoué contact et ne nous étions plus perdus de vue.  Il eut l’idée  d’écrire un livre sur le village  que nous avions connus  et  m’avait  demandé d’en écrire  la préface. Ce livre « Houara, mon amour »  a été récemment édité  au Maroc.  Il sera le catalyseur des  événements qui vont suivre. C’est de sa rencontre avec des  anciens élèves du collège qu’est née l’idée d’organiser un « hommage aux anciens professeurs français et marocains » du collège de l’époque. Un comité pour la mise en œuvre fut créé.

Les retrouvailles.


75Je fus malheureusement le seul des coopérants français à répondre à l’invitation, les autres, devenus des amis, étant indisponibles pour différentes raisons. J’eus donc la mission de les représenter. Et  je n’ai pas  été déçu. Les festivités de « l’hommage » étaient prévues sur trois jours. Mais dès  l’arrivée, l’accueil fut extraordinairement chaleureux. Naturellement Abdellatif m’attendait,  mais aussi Tayeb, le « gadiri » avec qui j’étais en contact sur facebook. L’un des organisateurs vint me rendre visite à l’hôtel le mardi matin, pour me saluer et  me souhaiter la bienvenue. Et je découvris que tous ces anciens élèves avaient derrière eux une carrière brillante de professeurs,  de médecins, d’ingénieurs. L’un d’eux, Abdelkebir est procureur du Roi au tribunal de Taroudant. Il tint à recevoir la  délégation des anciens profs, avant une réception somptueuse dans le palais-musée Claudio Bravo,  un artiste chilien qui s’était établi là. Une demeure qui mérite  mille fois le détour. Ce  fut le mercredi après-midi. Mais auparavant  le matin nous avions eu rendez-vous à l’ancien collège devenu une école  primaire.  Ce fut une séquence « émotion » intense : revoir les anciens collègues après cinquante ans. Embrassades, étreintes, larmes, photos… Et une drôle de sensation quand je me suis retrouvé dans « ma classe » ! Déjà les quelques élèves de l’époque évoquaient des souvenirs enfouis : mon magnétophone pour  les  cours d’élocution, les projections de diapos, et la séance de cinéma car je filmais  beaucoup à l’époque, agrémentés de « méfiez-vous ! »  ou de « prenez un ¼ de feuille ! » … 73il’un des membres du comité, devenu directeur d’une école privée, tint absolument à nous recevoir dans son établissement, au demeurant magnifique. Cette première journée fut  déjà mémorable. Le  soir, pas question de revenir à Agadir, puisque  la suite nous attendait à Oulad-Teima. Une chambre nous avait  été réservée à Taroudant, au Dar Zitoune (Maison de l’Olivier) où nous eûmes le plaisir de dormir dans une jolie tente berbère.

148153155178
Le temps fort fut la cérémonie d’hommage au centre culturel d’Oulad Teima, le jeudi après-midi. Plus de 150 personnes y ont participé, pour  la plupart des anciens élèves qui tenaient à être là et aussi à me rencontrer. Pendant près de trois heures les discours et  évocations se sont enchaînées jusqu’à ma prise de parole, inévitable. Mais parmi les évocations, l’une m’a particulièrement touchée, celle d’Abdeladi. 208Je vous en livre un (court) passage : « Au nom de ceux et celles qui, autrefois, demeuraient loin et pourtant rejoignaient l’établissement à pied. Au nom de ceux et celles qui, malgré l’éloignement, sortaient  de chez eux dès l’aube, par les matinées glaciales pour regagner le collège Hassan II et ne rentraient que tardivement  le soir, après avoir passé toute la journée au village. Au nom de ceux qui parcouraient un peu moins ou un peu plus d’une dizaine de kilomètres à bicyclette -et quelles bicyclettes !- afin d’être en classe avant que le portail ne soit condamné par feu Ba Salem que Dieu ait son âme… Au nom de ceux et celles qui scrutaient leur cartable chaque soir, avant de s’endormir puis l’enfonçaient  au fond d’un sac d’engrais vide en vue de le protéger des intempéries, par la saison de pluie. Au nom de ceux qui furent condamnés tant bien que mal durant toute leur enfance à subsister en se suffisant au déjeuner, d’un demi  pain tartiné de confiture à 20 centimes, et occasionnellement, se régalaient d’un petit plat de lentilles ou de haricots secs à 50 centimes chez Moulay Abdelaziz… Au nom de ceux qui n’avaient pas la chance d’avoir  une paire d’espadrilles par manque de moyens et se trouvaient obligés de courir pieds nus, pendant une séance d’éducation physique, en guise d’échauffement,  par les matinées froides, sur un terrain vague couvert de petits cailloux tranchants. Quelle souffrance !!... » Voilà qui évoque le « courage » auquel je faisais référence. La fin de cette cérémonie fut pour moi un étourdissement : chacun tenait à me serrer dans ses bras et prendre une photo jusqu’au vertige.  Chaque fois que je remerciais je m’entendais invariablement répondre : « non c’est  peu, on te doit tant ! » De quoi perdre sa  modestie. Notre journée se termina par un repas gastronomique, pastilla de fruit de  mer, méchoui, tajine … agrémenté du spectacle d’un groupe musical local,  dans la salle  de réception luxueuse d’un notable local. Un autre repas était prévu le vendredi midi, mais nous déclarâmes forfait, ma femme ayant une laryngite qui s’aggravait. Nous dûmes d’ailleurs consulter un médecin le samedi matin.

196197218a222b
La séquence se termina le dimanche après-midi, après une bonne friture dégustée avec Tayeb, par un dernier rendez-vous avec quelques membres du comité d’organisation qui tenaient à nous faire leurs adieux. Une nouvelle  occasion d’échanger et de d’engranger une bonne dose de chaleur humaine ! Merci aux Mohamed, à Abdeladi, à Abdelwahed, à Ali, à Abdelkebir, à Tayeb, à ceux que j’oublie (qu’ils me pardonnent) et évidemment à Abdellatif qui a organisé tous nos déplacements dans une voiture  confortable  avec un chauffeur fort sympathique en la  personne de  son neveu. 

245246189


251

Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus. Pour revenir au texte, cliquez sur  la flèche "retour" du navigateur, en haut, à gauche.


REPERES

Longue vue 2

Dès fois que ça  vous aurait échappé ...

Covid19 : non content d’avoir plombé les  bourses,  le  coronavirus,  par l’extension de la pandémie à 40 pays sur la  planète est en train de  planter  la croissance  mondiale.  L’économie chinoise est toujours à l’arrêt, la Corée  du Sud panique,  l’Italie  du Nord, cœur de l’industrie italienne est touchée. La  France,  avec son médiocre 1,2% de  prévision n’avait pas  besoin de ça.  Affaire  à suivre !

Inépuisable Dati : rien ne l’arrête et elle est en train de faire une belle démonstration !  Connaissance du terrain,  projet  concret et réaliste, sincérité et compétence et surtout loyauté et franchise.  Voilà les valeurs que  j’aime. Hier  c’était François Baroin qui était  à ses côtés, aujourd’hui, c’est Xavier  Bertrand,  le  4 mars c’est le « boss » en personne,  Nicolas  Sarkozy qui viendra  lui prêter main forte.  Elle fait l’union et  elle commence à faire  peur. La preuve Hidalgo commence  à ressortir les slogans éculés : « le  retour en arrière ». Si c’est vers plus de  propreté et de sécurité,  les  parisiens ne s’en plaindront pas !

« Vous n’êtes rien » : réplique du rapporteur du projet  de loi sur les  retraites, à ses opposants  dans l’hémicycle.  On a  le  droit d’être  agacé par  l’obstruction systématique de LFI et du PC, on a  le droit d’être fâché par les amendements de  bon sens des LR, qui ont réussi à en faire passer  deux.  Mais on ne dit  pas à la  représentation nationale qu’elle est  « rien ».  Mépris hautain de  la   démocratie ! Du pur macronisme.

L’opposition responsable : dans ce débat, Les républicains s’illustrent par leur   projet réaliste, fiancé et  responsable, face à l’arrogance et à l’obstruction systématique. Ils  élèvent  le débat   et proposent de sortir par le haut en ajournant la discussion jusqu’à la fin de la conférence de financement. Mais la majorité  reste sourde.

Le compte n’y est pas : le dernier rapport de  la Cour des Comptes  n’est pas tendre avec l’exécutif.  La politique de réduction des dépenses est à l’arrêt, contrairement  aux objectifs  qui étaient affichés. Elle est rejointe par  la Commission européenne qui s’alarme du creusement de la dette  française.  Le Maire s’engage à réduire les dépenses publiques : une nouvelle   promesse de Gascon.

Froid : le temps est  détraqué. Mais pas qu’en météorologie. Entre le   gouvernement et les Régions, les relations fraîchissent. En cause,  l’annulation de la  participation du Ministre de l’Agriculture,  Didier Guillaume, à une conférence organisée par les Régions à l’occasion du salon de l’agriculture.

Sextapes : on savait qu’un responsable public doit avoir une capacité à tenir le manche… mais à ce point-là, ça dépasse l’entendement. Griveaux  continue de nous étonner. On sait  maintenant pourquoi il était sourd.

Signaux : Sarkozy déjeune aujourd’hui au siège des Républicains avec Christian Jacob. Pour les adhérents qui attendaient un signal, puisque c’est la période des réadhésions,  le  moment est venu de remplir à nouveau un bulletin, non ?

Le Pen : Elle a sorti plusieurs contre-vérités  criantes sur la soi-disant inaction de l’Europe face  à l’épidémie du Coronavirus. Quand on prétend  à la magistrature suprême on ne ment pas aux Français !

 


REPERES

Longue vue 2

Ce qui ne vous a peut-être pas échappé !

6 millions d’euros : mieux que Carlos ! C’est la  somme totale que pourrait atteindre le salaire du nouveau PDG de Renault fixé à 1,3 million annuel.

EELV-PC : c’est le rapprochement « pastèque ». Les deux formations vont présenter des listes communes dans plusieurs villes.

Interventionnisme : Pour les investissements dans le numérique Le Maire met en place une planification des secteurs qu’il faut privilégier d’après lui. L’Etat ne se trompe jamais…

Retraites : les avocats ne lâchent pas. La justice est paralysée. Jamais on n’a vu une telle révolte.  Et le gouvernement reste sourd.

Plus d’emplois : Malgré une croissance atone, les offres d’emplois se  portent bien. C’est dû aux effets cumulés de la transformation du CICE en baisse des charges, du rebond de croissance de 2018 mais aussi d’une productivité qui stagne. Point noir : seulement 8000 emplois industriels.

La droite qu’on n’a pas vu (re)venir : Il n’y a pas qu’à Paris où la droite se réveille (Dati à 20% derrière Hidalgo à 25%), à Lyon aussi où Etienne Blanc (20%) talonne Le Vert Grégory Doucet (21%).

Ah non, pas lui : La folle rumeur de la candidature en 2022 de Cyrille Hanouna a circulé.

Erotisme et démocratie… ne font pas bon ménage. Auteur d’un blog érotique, le candidat PS Mathieu Cahn a  dû se retirer de la liste, dénoncé par Médiapart !

LRem à l’Elysée : les députés  reçus par  le  Président. La séance de calinothérapie présidentielle a tourné à l’adulation collective et au déni de réalité.

Projet de loi : il arrive intact devant l’Assemblée. La commission spéciale devant étudier la réforme des retraites a dû cesser ses travaux sans avoir terminé l’examen du texte, submergée par les amendements.

Cartes en trop : il y aurait 2,6 millions de cartes vitales en trop. Mais ça n’entraînerait pas de consommation supplémentaire !

 

 


MUNICIPALES : L’ARNAQUE VERTE

Ecologie

 

Plus vert que moi tu meurs.

La lecture des programmes des candidats aux municipales, surtout dans les grandes villes, laisse franchement rêveur, mais on a  plutôt envie de rire : elle se traduit le plus souvent par « la  course aux arbres ». Ainsi Hidalgo propose de planter 170 000 arbres à Paris, aussitôt battue par Griveaux qui veut mettre « Central Park » à la  place de la  gare de l’Est. Aucune ville n’échappe à cette nouvelle mode et toutes les couleurs politiques participent au concours : à Angers, le maire sortant (LR-centre droit)  envisage d’en planter 100 000, et à Saint-Barthélemy qui compte pourtant le vaste parc de Pignerolle largement boisé, on s’est fixé un objectif de 10 000 ! C’est Brassens qui aurait été content : « Auprès de mon arbre, je vivais heureux  … ». L’autre thème récurrent, ce sont les « nouvelles mobilités », expression valise qui cache la volonté d’exclure l’automobile du paysage urbain. On se fait plaisir,  mais est-ce  de nature à régler le  problème du réchauffement climatique ?

La mode et la réalité.

Depuis les  Européennes, l’écologie est  à la mode, au point que les listes EELV se sentent le vent en poupe et se verraient bien comme nouveau rempart au Rassemblement National. Au point que Yannick Jadot annonce qu’elles se désisteront en faveur du mieux placé, quel qu’il  soit, pour faire barrage à l’extrême droite. Greta Thunberg et ses leçons à bon compte est passée par là. Mais nos efforts écologiques, dont certains s’avèrent très coûteux qu’il s’agisse de  l’arrêt de Fessenheim ( un contresens à 10 milliards d’euros) ou des énergies renouvelables  largement subventionnées parce que non concurrentielles, dans  un  pays exemplaire en matière de bilan carbone (1%), sont-ils  justifiés, quand on sait que les Chinois construisent encore  des centrales au charbon, qu’ils  vont  même en construire une en Allemagne et que la  Pologne tire l’essentiel de son énergie du lignite. Nous reboisons, mais qu’en est-il  ailleurs sur la planète ? Ce que nous faisons est peut-être vertueux mais relève largement  du coup d’épée dans l’eau. Comme toutes les modes, celle du vert est très coûteuse !

Vert en surface, mais dedans ?

Naguère on disait des radicaux, qu’ils étaient comme les radis : rouges dehors, blancs dedans, souvent creux et toujours placés près de l’assiette au beurre. On peut faire  le  parallèle avec les  écolos : ils sont comme les pastèques, verts dehors, souvent rouges dedans, et pleins de pépins. Leurs méthodes, comme leur idéologie s’apparentent au totalitarisme communiste dont ils reprennent les thèmes économiques anti-capitalistes et sociétaux égalitaristes. Autrement dit, ces nouveaux sauveurs ne rêvent rien moins que de nous remettre aux mains d’un Etat déjà omnipotent, seul   capable selon eux de lutter contre le réchauffement climatique par une mobilisation générale qui suppose la confiscation d’une  large  partie des ressources  des individus : fiscalité vertigineuse, réglementations toujours plus contraignantes et emprise toujours plus grande de la puissance publique. Il n’est pas compliqué d’y voir une résurgence de la pensée collectiviste avec l’avantage imparable que les résultats improbables ne seront connus que par les générations à venir, ce qui dispense de rendre des comptes ! Les  militants verts estiment que l’écologie doit être imposée « politiquement » à l’économie, comme un objectif supérieur, celui de la préservation de la planète, car  ils  croient l’économie intrinsèquement nocive… éventuellement  en s’engageant dans la  décroissance. Certains vont même plus loin : c’est en détruisant d’urgence la civilisation occidentale qu’on sauvera le monde. On ne plaisante pas ! Du rouge au vert, il n’y avait qu’un pas, aussitôt franchi par  ceux qui étaient nostalgiques des  mesures coercitives pour continuer la lutte finale contre la liberté. Alors, ils se  font plaisir comme cet  après-midi, en envahissant Black-Rock, ce fonds de pension américain symbole de la retraite complémentaire des « riches ».  Cette opération entre dans le cadre des manifestations de protestation contre la réforme des  retraites : où l’écologie  va-t-elle se nicher ?

Pour ne pas se faire arnaquer.

Il faut cesser d’instrumentaliser l’écologie pour en faire une arme contre la démocratie, contre le libéralisme dont nous avons grand besoin pour créer les richesses dont personne n’a envie de se  passer et qu’on ne saurait partager sans les avoir d’abord  produites. Les  solutions passeront par l’innovation scientifique et l’intégration de l’écologie dans une économie circulaire. Les fleuves de  plastique ne viennent pas de chez nous mais d’endroits sur terre où les systèmes de collecte et de traitement des déchets sont inexistants ou très insuffisants. Ne nous laissons pas abuser par une communication où les bilans carbones des soi-disant solutions telles que les éoliennes sont soigneusement cachés. Tous ceux qui prolongent des courbes à partir de données passées se trompent, parce qu’ils ne prennent pas en compte la créativité de l’homme, sa réactivité  pour corriger, amender, transformer le monde. Je crois plus dans l’écologie d’un programme porté par des  listes de droite,  pluralistes, pragmatiques que dans celui de listes  uniformément vertes portées  par l’idéologie.

 


L’ECONOMIE DE PARKINSON.

Ena

 

Il  parait que la France va mieux et que tous les voyants sont au vert. C’est une vision de daltonien. C’est vrai  que facialement on  pourrait avoir cette impression d’amélioration : baisses d’impôts, baisse du chômage,  record de créations d’entreprises, louange sur l’attractivité qui attire les capitaux… Ce sont en fait quelques arbustes qui cachent la forêt. Les Français ne perçoivent  pas vraiment ce mieux parce qu’il repose en grande partie sur une illusion. Un Etat en déficit ne peut alléger la fiscalité  sans faire des victimes, ainsi les baisses d’impôt de cette année sont financées par les retraités, par les jeunes et par de la dette. La réalité c’est que la France continue de s’appauvrir  parce qu’elle ne produit pas suffisamment de richesse et continue de vivre au-dessus de ses  moyens. Le système en place fabrique même de la pauvreté, car la redistribution massive ne fait que pallier les inégalités, elle ne les corrige pas. Et la France détient toujours le record du monde des prélèvements obligatoires !

La  loi de Parkinson.

La loi de Parkinson pose que tout travail au sein d'une administration augmente jusqu'à occuper entièrement le temps qui lui est affecté. Elle concerne en particulier la multiplication inéluctable des fonctionnaires, évaluée à 6% l’an … A tel point qu’un service qui s’arrêterait continuerait de produire pendant quelques semaines les circulaires habituellement programmées. C’est naturellement une caricature. Appliquée à l’économie, c’est l’idée d’un éternel recommencement des mêmes procédures. Le gouvernement est parvenu à relancer la croissance par l’augmentation du pouvoir d’achat  obtenue par une stimulation de la  consommation des ménages (en gros) : en 2018 1,7%, et en 2019 1,2% du PIB. L’année dernière, il a donc réussi à augmenter le PIB d’environ 28 milliards d’euros. Pour y arriver, il a distribué 17 milliards d’euros aux ménages, réduit  la taxe d’habitation pour 4 Français sur 5, et fait basculer le CICE en réduction des cotisations patronales (environ 20 milliards supplémentaires ajoutés au coût du CICE de 22 milliards)… Une lourde facture donc. A laquelle il faut ajouter le déficit du commerce extérieur de 59 milliards d’euros, car quand on augmente la consommation, on augmente parallèlement le déficit de notre balance commerciale. D’autant plus qu’une partie des 17 milliards a été financée par la Sécurité sociale, sans compensation par l’Etat, la faisant renouer avec le déficit. Faites le calcul vous-mêmes : malgré l’augmentation de son PIB, la France s’est appauvrie.

Keynes a la vie dure.

Ce mécanisme de relance par la consommation et la « redistribution », nous le connaissons bien. En 2018,  les retraités avaient fourni comme matière première  l’augmentation de la  CSG, soit 22 milliards d’euros… Mais à chaque cycle, on s’appauvrit un peu plus. Cette conception repose sur une idée fausse : l’Etat serait capable de créer du pouvoir d’achat,  autrement dit de la richesse économique. Il ne peut en réalité que la redistribuer, suivant les prescriptions d’économistes (dont Thomas Picketty) qui recommandent d’accroitre la redistribution en taxant les patrimoines et les hauts revenus.  Mais  ces recommandations ne sont pas adaptées à la situation française, en raison de son niveau élevé de fiscalité et de la possibilité d’évasion. Fort taux de prélèvement et hausse continue des dépenses sociales ont fait chuter la croissance structurelle autour de 1%. Si la France est le pays qui bat les records de prélèvements obligatoires avec plus de 1 000 milliards d’euros, c’est aussi celui qui a le taux de pauvreté le plus élevé avant impôts et transferts. Qui ne voit que les deux vont ensemble. C’est le résultat du cercle vicieux : on prélève toujours plus sur les riches et les aisés pour améliorer le sort des plus défavorisés, et comme la richesse disponible globale à tendance à diminuer, il faut compléter le dispositif fiscal déjà à son maximum, par du déficit de l’Etat (92  milliards en 2019, 93 milliards prévus pour 2020) et de la dette (on est à 100% du PIB). On appauvrit tout le  monde. Avec , plus grave, un effet de laminage des classes moyennes qui sont le  socle de la démocratie. Car, évidemment, bien que le gouvernement ait annoncé des baisses d’impôts pour 2020, les recettes continuent d’augmenter, par le biais d’un rendement accru et de diverses mesures techniques comme la non-indexation du barème sur l’inflation. Résultat : Les Français acquitteront 75,5 milliards d’impôts sur le revenu en 2020 au lieu de 72,6 milliards en 2019. La  bataille pour le pouvoir d’achat est devenue un jeu à somme nulle entre Français dont l’Etat-arbitre tient le curseur !

La championne de la pauvreté.

Certes, nous sommes le pays qui réduit le plus le taux de pauvreté  grâce à la fiscalité, exactement de 27,2 points. Mais il est encore à 14,3% après redistribution, et malgré cela, le nombre de pauvres continue d’augmenter. Cette situation résulte de la conjonction de plusieurs dysfonctionnements : un marché du travail qui exclut toujours de l’emploi, un système éducatif qui reproduit les inégalités, une formation professionnelle particulièrement inefficace. Nous sommes les champions des dispositifs qui enferment leurs publics dans la précarité. Les réformes menées sont restées bien trop superficielles. Mais le fond du problème réside dans la chape fiscale qui pèse sur l’économie. Il y a au gouvernement des personnes qui en sont conscientes, mais les marges de manœuvre sont bien trop étroites. Les mesures d’allègement qui ont été prises ne sont que des ajustements rendus nécessaires par la conjoncture : il fallait redonner un peu d’air à nos entreprises pour diminuer leur handicap de compétitivité. Enfin, les principales mesures qui ont été décidées concernent la financiarisation de l’économie : suppression de l’ISF, taxation du patrimoine avec l’IFI, flat tax de 30%... Elles ont rendu la France attractive pour les capitaux étrangers (8 milliards annoncés avec « Choose France »), accroissant, avec la dette, notre dépendance économique. C’est la vision « néo-libérale » de notre Président, par ailleurs gauchiste et libertaire sur le plan sociétal, pour maintenir la France dans la « globalisation ». Les capitaux français sont à la peine, devinez pourquoi ? Pour le reste Ségolène se trompe, il n’est pas libéral,  mais social-démocrate : la réforme des retraite en porte tous les stigmates, comme le dit très bien Jean-Louis Bourlanges, « de gauche, étatiste et égalitariste » ! Et hypertechnocratique !

Un nouveau cycle pour 2020 ?

Le PIB a baissé de 0,1% au 4ème trimestre 2019. On sait pourquoi. Du coup la croissance de cette année va s’en ressentir d’autant plus que le contexte européen est au ralentissement et la crise du coronavirus chinois ne devrait rien arranger. Quand la Chine tousse, le monde s’enrhume. La  consommation des ménages a ralenti et l’investissement en construction et en travaux publics a freiné en toute logique avant les  « municipales ». Par contre, ce qui est  préoccupant, c’est le coup d’arrêt du côté des entreprises, quant à la production industrielle, elle a reculé de 1,6% au 4ème trimestre, et même franchement plongé en décembre. On est déjà au bout du cycle de relance promu en janvier 2019. Il y a fort à craindre que l’embellie sur le front du chômage ne soit que passagère. La dynamique pour 2020 est donc en panne. Bruno Le Maire en est resté à la méthode  Coué : « ce ralentissement  passager ne remet pas en cause les fondamentaux de la  croissance française qui sont solides ». Il n’a pas dû bien lire sa note de conjoncture. On est sur une trajectoire à 0,9% de croissance du PIB pour 2020. Ce qui veut dire que pour tenir ses  objectifs, le gouvernement devra faire une nouvelle relance. Avec quoi ? Déjà les retraités vont avoir perdu au moins 5% de leur pouvoir d’achat, et les « aisés » en ont ras-le-bol d’être mis à contribution.

 « Avancer… en reculant » serait-il la marque du macronisme, comme le suggère Luc Ferry.

 


REPERES

Longue vue 2

Ce qui ne vous aura pas échappé !

Fillon sur la 2 : après son interview, l’émission s’est prolongée avec un parterre d’éditorialistes qui ont quelque peu stigmatisé l’ancien candidat qui aurait fait preuve d’insouciance en utilisant les avantages liés à sa fonction comme employer sa femme. Personne ne se pose  la question pour le boucher du coin de la rue. Et eux-mêmes  ne jouissent-ils pas de privilèges fiscaux qui devraient les rendre plus humbles ?  Prompts à dénoncer la paille ….

« Un père n’est pas forcément un mâle » : une réponse du Président de la République… Ah oui ? je voudrais qu’on m’explique comment on peut faire autrement.

Réforme : le projet pour le financement des retraites s’avère fortement redistributeur, se veut universel c’est-à-dire égalitaire, et n'est pas financé. Il  va coûter très cher et ne règle rien puisque les régimes spéciaux deviennent « spécifiques »… donc inefficace sauf à faire baisser les pensions.  C’est bien un projet de gauche !

Plus bobo tu meurs : à Paris Griveaux propose de déplacer la gare de l’Est pour faire un parc à la place. Un candidat qui déplacerait les montagnes  … Et il invente le concept de « manager de rues » : c’est quoi ? De la mousse de campagne.

Vieux comme le monde : Ed. Philippe se présente au Havre pour être maire et « en même temps » annonce qu’il restera 1er Ministre. Evidemment le cumul est interdit.  Donc s’il est élu, il laissera sa  place.  Et ça ne choque personne ! Encore heureux que les Républicains ne le soutiennent pas. (Un cas de figure qui pourrait arriver à Angers, mais ça n’est pas dit.)

Concours ENA : où l’on apprend que les  candidats sont nuls en économie. Pas une nouveauté, cela fait des décennies que les énarques plombent l’économie de notre pays.

T-shirt : Macron à Angoulême s’est laissé  prendre en photo  avec un maillot illustré par Jul stigmatisant les violences policières. De quoi mettre les forces de l’ordre de bonne humeur. Cet homme est vraiment inquiétant.

Bertrand flingue : Xavier n’y est pas allé par quatre chemins pour dénoncer le fiasco de la politique sécuritaire du pouvoir. Sans concessions.  Il faut dire que  les stats sont affligeantes. Une manière de se positionner aussi !

Effet pervers : la suppression de la taxe d’habitation risque de mettre le financement d’écoles primaires rurales en péril. Des maires qui tirent le signal d’alarme. Quand on dit que cette suppression est une décision imbécile !

Et une dernière pour la route :

Incroyable Gilles : Le « Perri-Scope » est impitoyable. Gilles Legendre s’y est ridiculisé en tentant d’expliquer  l’inexplicable pour justifier l’attitude des députés de son groupe au sujet du projet de loi allongeant le congé parental en cas de décès d’un enfant. Trop intelligent et trop subtil : je n’ai pas réussi à suivre son raisonnement. On est rassuré, ils n’ont pas fait preuve d’inhumanité. Ils sont tout simplement cons.

 


LA PRESIDENTIELLE EN SOLITAIRE …

Macron-ne-convainc-pas

Ces temps-ci les médias dissertent sur les 1000 jours de Macron à l’Elysée. C’est à qui glosera sur  les   mérites comparés du président et de ses concurrents  potentiels ou de ses prédécesseurs. Les plateaux  n’en finissent plus des bavardages de pseudos-experts avec des animateurs dûment abreuvés aux éléments de  langage en provenance du château.  Je ne me risquerai donc pas à énoncer un quelconque avis qui serait aussitôt taxé de parti-pris par  les uns et applaudi plus que de  raison par les autres. Par contre je vais exercer  mon libre-arbitre en vous faisant la synthèse de quelques sentences livrées par Nicolas Baverez ou Jean-Pierre Robin (du Figaro).

L’exercice solitaire du pouvoir.

La  formule est de Valéry Giscard d’Estaing en 1967 quand il stigmatisa la formule tonitruante du Général en voyage au Canada : « Vive le Québec libre ! », prononcée sans crier gare. On sait que De Gaulle avait son « domaine réservé », notamment la  politique étrangère et la défense. Pour le reste, il était entouré de ministres qui n’étaient pas des inconnus… Ses successeurs ont conservé peu ou prou la même manière de gouverner. Mais Macron a poussé la  « verticalité » à son paroxysme. Il aime les  formules qui choquent, comme : « l’Otan est en état de mort cérébrale », qui a valu une réaction de Merkel : « jugement intempestif ! ».   Difficile de faire plus : il a la main sur tout, parle sur tout, décide de tout. Il s’est entouré comme ses  prédécesseurs de conseillers on ne peut plus capés : son conseiller économique est un polytechnicien passé par Harvard. Mais l’énarque ne l’écoute guère. Et pourquoi recourir à des experts quand on est soi-même capable d’avoir des idées sur tout : on l’a vu pendant le grand débat. Ce centralisme exacerbé se retrouve dans l’organisation verticale du pouvoir. L’Elysée contrôle le moindre détail. Ainsi c’est lui qui décide du recrutement du nouveau directeur de l’Opéra de Paris après un entretien de 45 mn avec l’intéressé ; le conservatoire national supérieur de musique et de danse a dû attendre 6 mois la nomination de son directeur ; la Villa Médicis à Rome attend depuis 16 mois une décision de Jupiter  et est dirigée en attendant  par un intérimaire.  On se demande à quoi sert le Ministère de la  Culture. Ainsi les ministres ne peuvent publier leurs agendas tant que le président n’a pas publié le sien. Et ils sont réduits à répéter du  matin au soir sur les radios et chaines de télé les « éléments de langage » émanant du sommet. On en voit les effets comiques avec Murielle Pénicaud. On dit les équipes gouvernementales tétanisées et elles sombrent souvent dans le ridicule, comme le rétropédalage imposé au sujet de l’allongement du congé parental en cas de décès d’une enfant. Il en résulte une instabilité  ministérielle record avec 16 départs pour des raisons diverses depuis mai 2017, et une absence totale d’esprit critique au sein de l’exécutif qui se paie au prix fort. C’est ainsi que de maladresses en  aveuglements, personne n’a vu venir la révolte des « gilets jaunes » contre la  taxe carbone. Quant au parcours de la réforme des retraites c’est un modèle du genre en matière d’atermoiements, d’allers-retours, d’hésitations et d’amateurisme… Les  ministres sont muselés, il n’y a aucun conseiller de poids à l’Elysée : Emmanuel Macron est le président le plus solitaire de toute la Vème République.

La verticalité  conduit au populisme.

On pourrait voir dans la verticalité du Président, une volonté de pouvoir personnel, autoritaire. De fait la Vème République confère au Président une sorte « d’irresponsabilité » dans la mesure où il n’a de comptes à rendre à aucune assemblée. D’un autre côté, avec l’euro, il peut faire fi de la sanction des marchés en laissant filer les déficits. Troisième volet de l’illusion : Macron est seul face à Le Pen, feignant de croire (et faisant tout pour), qu’il n’y a rien entre eux. Ce contexte l’a conduit évidemment à privilégier les mœurs populistes : s’adresser directement au peuple (il aime pérorer), stigmatisation des uns contre les autres (les retraités contre les jeunes, les régimes spéciaux érigés en privilégiés…) pour diviser les Français afin de (mieux) régner. Le président de la République pourrait enrager contre l’amateurisme des siens s’il ne contribuait pas lui-même à cette confusion : il s’immisce dans la bataille de Paris avec un bras d’honneur en réponse,  il se laisse prendre en photo avec un T-shirt provocateur pour la  police qu’il prétend défendre, il mélange la mémoire de la Shoa et la guerre d’Algérie dans une confusion mémorielle … Tous ces « couacs », maladresses et situations humiliantes contribuent à l’affaissement de son autorité. Macron copie  les mots et les attitudes de Mélenchon et Le Pen, mais les  emprunts aux extrêmes ne sont pas que dans le vocabulaire, ils sont aussi dans la méthode. Il s’est présenté comme un « antisystème » et n’hésite pas à surjouer l’empathie avec le  peuple, surtout depuis l’épisode des gilets jaunes, décrétant par exemple, tout seul, 12 milliards de cadeaux, accordés dans une déclaration télévisée. « Nous sommes de vrais populistes, nous sommes avec le peuple tous les jours » avait-il dit (nov. 2018). Macron a inventé le « bobopopulisme », d’ailleurs  l’expression est de Darmanin, un spécialiste du genre. La verticalité se traduit par le mépris des corps intermédiaires qu’il n’hésite pas à manipuler en cas de besoin, par la  caporalisation du groupe parlementaire  à l’Assemblée nationale au point de dégoûter une douzaine de députés qui en sont partis, et par l’excitation des ressentiments au sein de la population pour manipuler l’opinion… Mais l’exercice a ses limites : il se mesure à l’impopularité du Président.

Décidément, la solitude est mauvaise conseillère.

 


31 JANVIER : SENTIMENTS AMBIVALENTS

Brexit big ben

 

Un pied dedans, un pied dehors.

Les  Anglais ont mis fin à cet interminable feuilleton et c’est tant mieux.  Mais le pari perdu de John Major qui trouve son épilogue ce 31 janvier et qui satisfera les  « brexiters » laisse un arrière-goût  amer. Mon premier réflexe de Français basique est d’applaudir au départ de ces empêcheurs de tourner en rond qui ne faisaient rien comme tout le monde, qui roulaient à gauche, qui refusaient le système métrique et qui voulaient de l’Union, le beurre, l’argent du beurre et « baiser » la fermière en plus, si possible. Toujours  un pied dedans et  un  pied  dehors, ils ont refusé l’euro tout en en acceptant les avantages. Au fond, ils empêchaient l’Union d’avancer et ne s’intéressaient qu’au marché unique. Les  avantages sans les inconvénients. On pourrait donc penser que sans eux,  tout ira  mieux. Il faut l’espérer. Néanmoins, le départ du Royaume-Uni de l’Union Européenne est un double affaiblissement : pour les Anglais qui font un saut dans l’inconnu, pour les européens qui s’amputent d’une des principales nations qui les composent. Qui oserait dire que les Anglais ne sont pas des européens par leur culture, leur langue, leur mode de vie … « Ciao les British, bon débarras ! »  Voire…

Le  mensonge du « Brexit ».

Je souhaite à nos voisins qui se félicitent d’avoir rompu les amarres de ne pas avoir à déchanter trop tôt. Car ils ne tarderont pas à découvrir que la séparation a été bâtie sur d’énormes mensonges que BoJo continue d’entretenir, leur faisant miroiter un monde qui n’existe pas. La réalité risque d’être têtue, en ce sens qu’elle est la réalité, et que ses conséquences pourraient bien être une potion très amère dont les victimes seront justement ceux qui ont cru aux mirages. La vérité est que l’année de transition qui court jusqu’au 31 décembre 2020, au cours de laquelle rien ne change mais qui verra se tenir d’intenses négociations entre le Royaume encore uni (pour combien de temps ?) et l’Union européenne, sera cruciale. Car sortir de l’orbite  européenne ne sera  pas facile et pourrait même être suicidaire si cela se réalisait. Car, quoi ! On ne va tout de  même  pas  boucher le tunnel sous la Manche !!! Il ne suffit pas de faire sonner  « Big Ben » pour réaliser le miracle.

Une sortie « perdant-perdant »

Les Anglais font 50% de leur commerce avec l’Union européenne alors que celle-ci ne fait que 10% de son commerce avec  le Royaume-Uni… Cherchez l’erreur ! Malgré l’art du bluff de Bojo, la réalité c’est que ce sont les européens qui ont la main. Les Britanniques ont beaucoup plus besoin de  l’Europe que celle-ci n’a  besoin d’eux. Le Premier Ministre espère compenser ce différentiel  en obtenant que les dossiers urgents, comme celui de la pêche ou de la libre circulation des personnes soient traités avant les autres. Or l’intérêt européen n’est pas celui-là, il est de conserver une approche globale, ce que la Commission a bien compris. Rappel : les centaines d’accords passés sont pris dans un accord-cadre qui stipule que le moindre manquement à l’un des accords peut entraîner la  suspension de tous les autres accords. Ainsi procède l’UE. Et le Royaume-Uni sorti de l’Union sera traité à la même enseigne que la Suisse et la Norvège. Autrement dit, être sorti de l’Union n’empêche pas d’être soumis aux règles européennes. Dura lex, sed lex ! Quant au « grand large », Theresa May avait commencé à l’explorer. Elle a approché le Japon qui a répondu en envoyant une liste de 20 questions dont la plupart portaient sur l’assurance que les produits japonais auraient aussi accès au marché européen. Voilà ce qui arrive quand on représente soi-même un « petit marché ». Donc la probabilité de compenser une dépendance à l’Europe par une multitude d’accords forcément au rabais avec le reste du monde est pour le moins problématique. Reste la tentation de céder à Trump. Le remède pour être pire que le mal, car les Anglais ne sont sûrement pas prêts à manger du bœuf aux hormones et du poulet javellisé, et devenir une colonie US. Bojo est plus fin que ça. Il en sera forcément réduit  à vendre à ses électeurs un Brexit « canada dry », quitte à l’habiller de formules ronflantes. Le marché unique est un pacte bien plus solide qu’on ne le croit communément. D’ailleurs les citoyens européens eux-mêmes n’en ont pas toujours conscience. Il n’empêche, que l’Europe se trouve amputée de la 5ème économie mondiale,  d’une puissance nucléaire, dotée d’outils stratégiques, qui siège au Conseil de Sécurité de l’ONU, et dont le PIB manquera à l’Union. C’est un divorce à plus de 40 milliards d’euros pour Londres qui doit tenir la  totalité  de ses engagements dans  le cadre du budget pluriannuel en cours. Prudemment, la banque d’Angleterre revoit la croissance à la  baisse : 1,1% du PIB en moyenne sur les trois prochaines années. Eh oui, divorcer, c’est toujours coûteux ! Dans les communes de France, nombre de citoyens anglais doivent dès maintenant renoncer à leurs mandats locaux, n’étant plus citoyens de l’Union… Eh oui, divorcer c’est souvent douloureux !

La période transitoire.

Le Royaume-Uni n’est pour l’instant sorti de l’Union que sur le plan politique, qui s’est  traduit  par le départ avec cornemuses et grosses caisses de ses députés au parlement européen. Pendant un an, rien ne va changer : les Anglais gardent un pied dedans. L’objectif de cette année est d’obtenir  un accord commercial, délai que les 27 trouvent particulièrement court. D’autant plus  qu’il faut  faire face à des situations complexes, dont celui de la frontière irlandaise et Gibraltar. Michel Barnier veillera tout particulièrement au sort des  expatriés qui doivent conserver tous leurs droits et sur celui de nos pêcheurs qui attrapent la moitié de leurs prises dans les eaux territoriales anglaises. Sur ce dernier sujet, les deux parties voudraient conclure avant le 1er juillet. Quant aux transports, marchandises ou passagers, tout dépendra des négociations : c’est alors qu’on verra ou non des files d’attente dans les  gares, les ports ou les aéroports. Jusqu’à la fin des négociations, le  droit  communautaire continue de s’appliquer et la cour de justice de l’Union gardera toute sa compétence, une manière de dissuader les britanniques de louvoyer avec les règles sitôt le « brexit » prononcé. Le  gouvernement britannique va négocier aussi sous la pression réprobatrice de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord qui n’accepteront pas un éloignement trop grand. Pendant un an, on l’a dit, les Anglais restent soumis aux mêmes obligations financières et réglementaires vis-à-vis de l’Union, avec l’inconvénient de ne plus participer aux décisions ni être présents dans les instances. Ensuite, quel que soit  le niveau de l’accord obtenu, il sera facile de montrer que rien ne peut remplacer une place au sein de l’Union qui est de toute façon la situation la plus confortable.

Et pour bien commencer, le XV de France a  battu les rosbifs 24 à 17 ! Cocorico !