REPERES
MUNICIPALES : L’ARNAQUE VERTE

L’ECONOMIE DE PARKINSON.

Ena

 

Il  parait que la France va mieux et que tous les voyants sont au vert. C’est une vision de daltonien. C’est vrai  que facialement on  pourrait avoir cette impression d’amélioration : baisses d’impôts, baisse du chômage,  record de créations d’entreprises, louange sur l’attractivité qui attire les capitaux… Ce sont en fait quelques arbustes qui cachent la forêt. Les Français ne perçoivent  pas vraiment ce mieux parce qu’il repose en grande partie sur une illusion. Un Etat en déficit ne peut alléger la fiscalité  sans faire des victimes, ainsi les baisses d’impôt de cette année sont financées par les retraités, par les jeunes et par de la dette. La réalité c’est que la France continue de s’appauvrir  parce qu’elle ne produit pas suffisamment de richesse et continue de vivre au-dessus de ses  moyens. Le système en place fabrique même de la pauvreté, car la redistribution massive ne fait que pallier les inégalités, elle ne les corrige pas. Et la France détient toujours le record du monde des prélèvements obligatoires !

La  loi de Parkinson.

La loi de Parkinson pose que tout travail au sein d'une administration augmente jusqu'à occuper entièrement le temps qui lui est affecté. Elle concerne en particulier la multiplication inéluctable des fonctionnaires, évaluée à 6% l’an … A tel point qu’un service qui s’arrêterait continuerait de produire pendant quelques semaines les circulaires habituellement programmées. C’est naturellement une caricature. Appliquée à l’économie, c’est l’idée d’un éternel recommencement des mêmes procédures. Le gouvernement est parvenu à relancer la croissance par l’augmentation du pouvoir d’achat  obtenue par une stimulation de la  consommation des ménages (en gros) : en 2018 1,7%, et en 2019 1,2% du PIB. L’année dernière, il a donc réussi à augmenter le PIB d’environ 28 milliards d’euros. Pour y arriver, il a distribué 17 milliards d’euros aux ménages, réduit  la taxe d’habitation pour 4 Français sur 5, et fait basculer le CICE en réduction des cotisations patronales (environ 20 milliards supplémentaires ajoutés au coût du CICE de 22 milliards)… Une lourde facture donc. A laquelle il faut ajouter le déficit du commerce extérieur de 59 milliards d’euros, car quand on augmente la consommation, on augmente parallèlement le déficit de notre balance commerciale. D’autant plus qu’une partie des 17 milliards a été financée par la Sécurité sociale, sans compensation par l’Etat, la faisant renouer avec le déficit. Faites le calcul vous-mêmes : malgré l’augmentation de son PIB, la France s’est appauvrie.

Keynes a la vie dure.

Ce mécanisme de relance par la consommation et la « redistribution », nous le connaissons bien. En 2018,  les retraités avaient fourni comme matière première  l’augmentation de la  CSG, soit 22 milliards d’euros… Mais à chaque cycle, on s’appauvrit un peu plus. Cette conception repose sur une idée fausse : l’Etat serait capable de créer du pouvoir d’achat,  autrement dit de la richesse économique. Il ne peut en réalité que la redistribuer, suivant les prescriptions d’économistes (dont Thomas Picketty) qui recommandent d’accroitre la redistribution en taxant les patrimoines et les hauts revenus.  Mais  ces recommandations ne sont pas adaptées à la situation française, en raison de son niveau élevé de fiscalité et de la possibilité d’évasion. Fort taux de prélèvement et hausse continue des dépenses sociales ont fait chuter la croissance structurelle autour de 1%. Si la France est le pays qui bat les records de prélèvements obligatoires avec plus de 1 000 milliards d’euros, c’est aussi celui qui a le taux de pauvreté le plus élevé avant impôts et transferts. Qui ne voit que les deux vont ensemble. C’est le résultat du cercle vicieux : on prélève toujours plus sur les riches et les aisés pour améliorer le sort des plus défavorisés, et comme la richesse disponible globale à tendance à diminuer, il faut compléter le dispositif fiscal déjà à son maximum, par du déficit de l’Etat (92  milliards en 2019, 93 milliards prévus pour 2020) et de la dette (on est à 100% du PIB). On appauvrit tout le  monde. Avec , plus grave, un effet de laminage des classes moyennes qui sont le  socle de la démocratie. Car, évidemment, bien que le gouvernement ait annoncé des baisses d’impôts pour 2020, les recettes continuent d’augmenter, par le biais d’un rendement accru et de diverses mesures techniques comme la non-indexation du barème sur l’inflation. Résultat : Les Français acquitteront 75,5 milliards d’impôts sur le revenu en 2020 au lieu de 72,6 milliards en 2019. La  bataille pour le pouvoir d’achat est devenue un jeu à somme nulle entre Français dont l’Etat-arbitre tient le curseur !

La championne de la pauvreté.

Certes, nous sommes le pays qui réduit le plus le taux de pauvreté  grâce à la fiscalité, exactement de 27,2 points. Mais il est encore à 14,3% après redistribution, et malgré cela, le nombre de pauvres continue d’augmenter. Cette situation résulte de la conjonction de plusieurs dysfonctionnements : un marché du travail qui exclut toujours de l’emploi, un système éducatif qui reproduit les inégalités, une formation professionnelle particulièrement inefficace. Nous sommes les champions des dispositifs qui enferment leurs publics dans la précarité. Les réformes menées sont restées bien trop superficielles. Mais le fond du problème réside dans la chape fiscale qui pèse sur l’économie. Il y a au gouvernement des personnes qui en sont conscientes, mais les marges de manœuvre sont bien trop étroites. Les mesures d’allègement qui ont été prises ne sont que des ajustements rendus nécessaires par la conjoncture : il fallait redonner un peu d’air à nos entreprises pour diminuer leur handicap de compétitivité. Enfin, les principales mesures qui ont été décidées concernent la financiarisation de l’économie : suppression de l’ISF, taxation du patrimoine avec l’IFI, flat tax de 30%... Elles ont rendu la France attractive pour les capitaux étrangers (8 milliards annoncés avec « Choose France »), accroissant, avec la dette, notre dépendance économique. C’est la vision « néo-libérale » de notre Président, par ailleurs gauchiste et libertaire sur le plan sociétal, pour maintenir la France dans la « globalisation ». Les capitaux français sont à la peine, devinez pourquoi ? Pour le reste Ségolène se trompe, il n’est pas libéral,  mais social-démocrate : la réforme des retraite en porte tous les stigmates, comme le dit très bien Jean-Louis Bourlanges, « de gauche, étatiste et égalitariste » ! Et hypertechnocratique !

Un nouveau cycle pour 2020 ?

Le PIB a baissé de 0,1% au 4ème trimestre 2019. On sait pourquoi. Du coup la croissance de cette année va s’en ressentir d’autant plus que le contexte européen est au ralentissement et la crise du coronavirus chinois ne devrait rien arranger. Quand la Chine tousse, le monde s’enrhume. La  consommation des ménages a ralenti et l’investissement en construction et en travaux publics a freiné en toute logique avant les  « municipales ». Par contre, ce qui est  préoccupant, c’est le coup d’arrêt du côté des entreprises, quant à la production industrielle, elle a reculé de 1,6% au 4ème trimestre, et même franchement plongé en décembre. On est déjà au bout du cycle de relance promu en janvier 2019. Il y a fort à craindre que l’embellie sur le front du chômage ne soit que passagère. La dynamique pour 2020 est donc en panne. Bruno Le Maire en est resté à la méthode  Coué : « ce ralentissement  passager ne remet pas en cause les fondamentaux de la  croissance française qui sont solides ». Il n’a pas dû bien lire sa note de conjoncture. On est sur une trajectoire à 0,9% de croissance du PIB pour 2020. Ce qui veut dire que pour tenir ses  objectifs, le gouvernement devra faire une nouvelle relance. Avec quoi ? Déjà les retraités vont avoir perdu au moins 5% de leur pouvoir d’achat, et les « aisés » en ont ras-le-bol d’être mis à contribution.

 « Avancer… en reculant » serait-il la marque du macronisme, comme le suggère Luc Ferry.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)