Previous month:
novembre 2006
Next month:
janvier 2007

C'EST NOEL !

Sapinclignotant Le bloc-notes va prendre quelques jours de vacances. Toute la famille est déjà rassemblée, enfants et petits-enfants, pour fêter Noël. Paulette et moi allons consacrer notre temps à peaufiner les menus et préparer la "hotte". 

Je vous souhaite de passer de joyeuses fêtes avec ceux qui vous sont chers.

A bientôt,

Daniel


LE RASSEMBLEUR

Sarkozy Le paysage politique commence à bouger.  Nicolas SARKOZY engrange en cette fin d'année le fruit de ses efforts. D'abord un nombre d'adhérents à l'UMP jamais atteint : 320 000. Ensuite, après le renfort clairement exprimé d'Alain JUPPE, c'est Jean-Pierre RAFFARIN qui apporte le soutien des 140 parlementaires et des ministres qui ont signé son appel à l'Union. L'UMP va se retrouver unie dans sa diversité comme elle ne l'a jamais été. Enfin, la pénétration de ses idées atteint le centre-gauche puisqu' une personnalité comme Bernard KOUCHNER est prête à offrir ses services pour un gouvernement d'union nationale en cas de victoire de Nicolas SARKOZY.

L'union nationale pour le redressement de la France : voilà un beau thème porteur. On est loin du discours de guerre de tranchée déployé par Ségolène Royal qui n'a que l'invective à la bouche pour évoquer "la droite" et Nicolas SARKOZY...


LA DANSE DEVANT BUFFET (2)

  Gagné ! 80% des adhérents du PC ont dansé devant Buffet pour l'introniser "Candidate" ! C'est le "rassemblement anti-libéral" qui reste sur sa faim (normal quand on danse devant le buffet). Comme si les militants communistes avaient l'habitude de travailler pour autre chose que leur parti. Les collectifs n'étaient qu'un attrape-nigauds pour tenter d'élargir la "base" d'un PC moribond. Et maintenant, il ne reste plus qu'à chanter Sheila, le standard international : "Sheila lutte finale..."


QUI CROIRE ?

Entre Ségolène et son "compagnon", les nouvelles ne vont pas vite. Ils se voient si peu souvent. On l'a bien vu avec les projets énoncés par celui-ci dans l'interview au journal "Le Monde". Mme Royal ne semble pas d'accord pour augmenter les prélèvements fiscaux.  Alors, s'agit-il d'une répartition des rôles ou tout simplement d'un nouvel épisode du feuilleton bien connu : "Je t'aime, moi non plus". C'est vrai qu'il est bien encombrant le projet socialiste pour conquérir des voix au centre, sans lesquelles il n'y a pas de victoire possible pour elle. L'un rassure les socialistes et les électeurs de gauche, l'autre fait mine d'avoir un projet différent.

En attendant, elle organise ses premières réunions avec la fameuse méthode de "démocratie participative" où, pendant que ses collaborateurs animent la réunion, elle prend des notes, pour finalement répondre avec un discours tout préparé..... L'énarque n'est jamais bien loin. Chassez le naturel, il revient au galop.


"CHAUDLETAIS"

P5190004La température n'est pas retombée dans la tête du Député-Maire de Cholet. Voilà maintenant que le duc veut faire allégeance au marquis de Vendée. Sera-t-il logé à meilleure enseigne ? Il pourrait y trouver une tutelle bien plus pesante que celle du Maine-et-Loire.... La vérité c'est qu'il est bien difficile de travailler avec Gilles Bourdouleix, toujours en guerre contre quelqu'un. Et même quand on lui donne satisfaction, comme pour la liste de l'élection au Conseil Régional,  il n'en a pas pour autant plus de reconnaissance, Roselyne Bachelot est bien placée pour le savoir.

Dans un tel rapprochement avec la Vendée, honnie hier pour avoir fait un échangeur qui dessert directement le Puy du Fou, on peut espérer qu'il renoncera comme elle, à son incinérateur, équipement superflu dans le Maine-et-Loire, coûteux, et dangereux pour la santé des riverains.

A quand la création du 28ème état de l'Union Européenne ?.....  Vous savez ce qu'on dit :"tout ce qui est excessif, est insignifiant".


DIALOGUE SOCIAL

Le Président de l'agglo et Maire d'Angers, toujours prompt pour se solidariser avec les mouvements sociaux quand ils sont contre le gouvernement, est beaucoup moins coopératif quand c'est la cagnotte qu'il gère qui doit payer. C'est le gros bâton de la justice qu'il va saisir en assignant les syndicats pour les blocages qu'ils opérent. Que ne prend-il pas des cours de "démocratie participative" auprès de Ségolène, l'experte en dialogue rapproché ! En attendant, et comme d'habitude, c'est par l'intermédiaire de sa directrice de cabinet qu'il communique courageusement. Qu'un fonctionnaire soit systématiquement en première ligne, c'est choquant. S'il ne veut pas parler lui-même, il pourrait au moins avoir un élu porte-parole, son adjoint aux finances, par exemple. Ce serait plus respectueux des interlocuteurs et des citoyens !


LA DANSE DEVANT BUFFET

Logo3 Marie-Georges ne fait pas l'unanimité, mais elle est têtue. Le Collectif du rassemblement anti-libéral  a rejeté son leadership pour la présidentielle. Elle remet le couvert au travers d'une consultation des adhérents de son parti dont on connaît le résultat à l'avance. On a la légitimité qu'on peut. Elle pourra ensuite chanter "ô ma darling Clémentine !" Mais ça m'étonnerait que la jolie AUTAIN de Paris se laisse charmer. L'union est un combat !


GILLES DE CHOLET

Gilles : personnage pittoresque dansant et distribuant des oranges au carnaval de Binche. Dans le Nord de la France, faire le "Gilles", c'est se faire remarquer par un comportement bizarre, excessif...

Le duc de Cholet, fidèle à sa réputation fait honneur à son prénom. Il s'est encore signalé par une grosse colère à cause de l'installation de Zannier en dehors de son fief et c'est le Comité d'Expansion qui est puni en se voyant supprimer sa subvention... De la même façon, il a fait évacuer de la séance du Conseil les opposants au projet d'usine d'incinération. Choix fort contestable, il est vrai. Vous savez ce que je pense de ce procédé d'élimination des ordures ménagères. Toutes ces colères et un positionnement politique illisible à droite vont finir par exaspérer même ses fidèles. Attention, les élections approchent !


SUPER CSG

Si Ségo l'emporte, nous voilà prévenus : la gauche reviendra sur toutes les baisses d'impôts sur le revenu, et pour financer les retraites, créera une nouvelle CSG, calculée sur l'ensemble de la richesse produite.  C'est François HOLLANDE qui l'affirme dans "Le Monde". Mais est-ce que Madame a été consultée ? On notera au passage, la "nouveauté" de la démarche : créer un nouvel impôt pour ménager le plus possible les régimes spéciaux et revenir sur l'alignement de la durée de cotisation public-privé. Et il ose parler de justice ! Tant pis si on continue de plomber la France avec des prélèvements obligatoires inadaptés, en plus il faut pénaliser les classes moyennes, premières concernées par les impôts sur le revenu. Dans ces conditions la CSG = Collecte de Sous Gaspillés.


ZERO DE CONDUITE

Comment saboter une obligation ? Un professeur d'éducation physique du Pouliguen a décidé de mettre 20 en note de conduite à tous ses élèves. "Un coup de pied de l'âne" rapporte la presse. L'âne c'est lui : s'il n'est pas capable de mettre en place une grille d'évaluation de ses élèves pour noter l'assiduité, la ponctualité et le respect du réglement intérieur, il faut qu'il change de métier. Moi, je ne lui confierai pas mes enfants. Parce que son attitude fait passer l'idéologie avant l'obligation qu'a tout fonctionnaire de faire correctement ce qu'on lui demande.


SARKO 2 - MAM 0

A l'UMP on débat ! Et même plutôt bien ! Tant pis si les médias restent sur leur faim : il n'y a pas de sang, tout juste quelques incorrigible sifflets ! Après les deux premiers forums, magistralement animés par Jean-Pierre RAFFARIN, Nicolas SARKOZY écrase de sa personnalité une Michèle ALLIOT-MARIE pugnace et ferme sur ses positions. Mais force est de constater que les militants ne viennent pas pour elle. Il n'y a pas de désir de MAM, ni dans les auditoires, ni dans les fédérations... Mais au moins tout le monde peut s'exprimer sans fardage et au grand jour, et c'est ce qui importe le plus.


LEGISLATIVE

RoselyneRoselyne BACHELOT sera bien candidate dans la 1ère circonscription aux législatives de juin 2007 pour retrouver son siège à l'Assemblée Nationale . Ce n'est pas un scoop. Elle l'avait clairement annoncé au-début de cette année. Elle aura aussi un nouveau suppléant en la personne du Maire de Chateauneuf, Paul Jeanneteau, Vice-Président du Conseil Général et Président du Comité d'Expansion Economique du Maine-et-Loire. C'est la parfaite complémentarité : ville-campagne, représentative de la géographie de la circonscription ; femme-homme tous deux de terrain ; national-local pour la répartition des rôles.

Roselyne a présenté sa candidature dans le droit fil de son soutien à Nicolas SARKOZY, et sous la triple exigence de la proximité, de la disponibilité et de la compétence pour porter les dossiers. Trois conditions qu'elle remplit pleinement. nous la retrouverons donc au premier rang des batailles électorales de 2007... Qui en doutait ?


T'AS LE LOOK, COCO !

Dans "Femme Actuelle", une des gazettes attitrées de la promotion "people" de Ségolène, on a  eu droit cette semaine à une analyse du look de "l'icône habitée". D'après Sophie Kune, consultante en image, pour conquérir l'électorat, la candidate PS se serait fabriqué un style BC-BG qui incarne la femme française, parfaite mère de famille. Et d'expliquer : "Elle cumule les erreurs de style, autant de détails qui la rendent humaine." Elle a opté pour le blanc, symbole de pureté mais aussi du renouveau. "Elle s'habille en Paul Ka, Gérard Darel, Zara, et ne porte pas de diamant. Il n'y a pas de décalage entre elle et les gens. Bref, elle est accessible !" . Personnellement je trouve qu'elle fait plutôt bobonne et les femmes françaises ne commettent pas de fautes de goût, elles sont élégantes, même quand elles vont au boulot : il suffit pour s'en rendre compte de s'installer à un guéridon face à la sortie de la gare Saint-Lazare, comme je l'ai fait hier midi !

Mais je suis rassuré. Finalement, si Ségolène s'habille comme ça, c'est de l'apparence fabriquée pour mieux nous rouler dans la farine. Tout ça n'a rien de sincère, comme le reste !


DECROCHAGE

La croissance de la France sera inférieure à 2% en 2006, alimentée par la seule consommation financée par la hausse de l'endettement public et privé. La désindustrialisation s'accélère (plus de 100 000 suppressions d'emplois en 2006), l'investissement productif stagne, le déficit commercial se creuse à plus de 30 milliards d'€ et signe une spectaculaire perte de compétitivité. La baisse du chômage reste donc superficielle et ne résulte que de la multiplication des emplois subventionnés. Au contraire, l'Allemagne qui a engagé des réformes substantielles aura une croissance de 2,4% en 2006, soutenue par un boom des exportations (excédent de 180 milliards d'€) et de l'investissement productif, et une reprise progressive de la consommation. Son déficit budgétaire diminue fortement et sera inférieur à 20 milliards d'€ en 2007.... La recette ? Repositionnement de la capacité de production par la réforme des structures économiques, libéralisation du travail, renforcement de la formation, réduction drastique des déficits budgétaires et sociaux et transfert de la fiscalité des entreprises vers les ménages. Du coup l"Allemagne redevient attractive pour l'accueil des capitaux, des investissements et des emplois en Europe. Moralité : les états qui se réforment renouent avec le succès, ceux qui tardent à le faire, comme la France et l'Italie, décrochent ! On mesure à quel point le programme socialiste est déconnecté de cette réalité.

A ce rythme, la Fance est promise à la relégation entre la 15ème et la 20ème place à l'horizon 2020. Son redressement devrait être le thème majeur de la campagne présidentielle !


AIE !

Les prévisions sont implacables : malgré la réforme FILLON de 2003, les régimes obligatoires assureront à l'avenir à peine la moitié des montants nécessaires pour maintenir à la retraite un niveau de vie comparable à celui des dernières années d'activité. Pour un cadre, le taux de remplacement passe de 64,1% aujourd'hui à 56,7% en 2020 et 53,2% en 2050.... pour un départ à la retraite à 65 ans ! (origine COR -Conseil d'Orientation des Retraites-). Encore faut-il que le salarié ait cotisé le nombre de trimestres nécessaires.Malheur à celui qui se fait licencier entre 50 et 57 ans !


DANGEREUX

"Le projet de SARKOZY est dangereux, injuste et coûteux". Venant de François HOLLANDE, le propos ne manque pas de sel. Ce qui est dangereux et très coûteux c'est de faire croire aux Français qu'on peut mettre le SMIC à 1500€ sans dommages pour l'économie et l'emploi, qu'on peut revenir sur la réforme des retraites et augmenter le gouffre de leur financement, qu'on peut accroître sans cesse le nombre des fonctionnaires au moment où le coût des pensions explose pour l'Etat, qu'on peut étendre les 35 heures à toutes les entreprises pour créer de l'emploi alors qu'on n'a pas encore fini d'absorber l'onde de choc de la loi AUBRY..... Ce qui est injuste, c'est d'envisager, pour financer tout ça, d'augmenter les impôts directs entièrement supportés par la moitié des classes moyennes, bloquant toute mobilité sociale, et d'avoir comme perspective de progrès le maintien dans un statut d'assistance des chômeurs et des personnes en difficultés.


LE MUR DU SON...

D'après un sondage Orange BVA, 66% des Français approuveraient la position de Ségolène de refuser aux Iraniens l'accès au nucléaire civil. Le "peuple expert" ému par les rodomontades d'un dictateur manifeste ainsi sa crainte de l'usage qu'il ferait d'une arme nucléaire. Beau succès en vérité ! Mais c'est ignorer la différence qu'il y a entre nucléaire civil et nucléaire militaire, et oublier que le "traité de non prolifération" reconnu par la communauté internationale prévoit explicitement l'accès au nucléaire civil. Une position démagogique et irresponsable au moment où les tensions entre le monde musulman et l'occident n'ont pas besoin qu'on en rajoute.


JPR TONIC'

JprP1010122_1

P1010119                                                                                                

                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Devoir de victoire !

J'ai toujours beaucoup de plaisir à revoir Jean-Pierre. Il y a si longtemps que nous militons ensemble pour la même cause. Et c'est toujours la même chaleur et la même simplicité qui l'animent.

La salle "Lino Ventura” à Avrillé était bondée avec plus de 600 personnes présentes pour rencontrer le pèlerin de l'Union, venu animer une réunion publique sur le thème :

"L’Union pour la victoire".

Après l'accueil chaleureux de Marc LAFFINEUR, c'est un Jean-Pierre RAFFARIN enjoué et visiblement en pleine forme qui s'est présenté comme l’infatigable artisan de l’Union. Visiblement ravi que Nicolas SARKOZY lui ait confié le " joli chantier " de l’organisation des forums  pour le débat interne sur la désignation du candidat, il a commencé son propos par l’importance de l'échéance de 2007 et le DEVOIR DE VICTOIRE qui s'impose à l'UMP pour continuer le redressement de la France et préserver son rôle dans la paix du Monde.

Comment gagner ?

D’abord utiliser le bilan du gouvernement en s'appuyant sur les réussites : l’évolution favorable du marché de l’emploi, les réformes réussies comme celle des retraites ou l’assouplissement des 35 heures, le redressement difficile mais effectif de nos finances publiques. Ensuite il propose que le candidat de l’UMP soit le candidat de "la diversité des valeurs et des sensibilités" qui la composent en ayant comme ligne de conduite de protéger les Français des tensions extérieures et intérieures, de valoriser le travail et les atouts de la France.

Face au "désert d’avenir" de Mme Royal, -qu'il égratigne à peine pour l'instant- et son projet socialiste archaïque, il souhaite que le candidat de l’UMP soit celui d’une alliance entre la France de toujours et la société de demain, faite d’équilibre entre traditions et modernité.

La méthode : c’est celle de la démocratie apaisée qui s’appuie sur des diagnostics partagés et un vrai partenariat social, celle de l’équilibre entre la continuité pour le redressement et le changement pour s’adapter au monde du XXIème siècle.

Enfin il a réaffirmé la nécessité de relancer l’Europe dans un monde où seuls comptent les états-continents.

Son exposé a été suivi d'un échange nourri avec la salle. J'en retiens quelques formules d'un Jean-Pierre en verve, sur son expérience poitevine de Ségolène : "elle séduit de loin, mais au près, elle irrite même ses amis", sur la candidature de Nicolas : "On ne va pas inventer des candidatures pour le plaisir. S’il n’y a qu’un candidat pour l’instant, c’est peut-être qu’il fait consensus !", sur Bayrou : "il fait une erreur. Son positionnement actuel lui attire des voix de gauche qui retourneront à gauche", avant de répondre sérieusement sur Chirac : "merci, question suivante ?"... En écho, une personne dans la salle a évoqué « la candidate championne du marketing et qui vend une boite vide » …

Jean-Pierre Raffarin a conclu en exhortant les jeunes à prendre leur destin en main, en ne se laissant pas influencer par la génération des "dominants", celle du "baby-boom" devenue "papy-boom", qui projette toutes ses angoisses sur eux.


"STAR'AC-MANIA"

Les temps nouveaux sont arrivés. La nouvelle démocratie, celle du 3ème millénaire, est en train de naître sous nos yeux émerveillés avec pour moteur le "jury citoyen", le "blog interactif" et le "peuple expert". Fini le bon vieux mandat à durée déterminée qui légitimait l'élu dans ses prérogatives et la mise en oeuvre de ses projets. Les politiques doutent-ils à ce point de la légitimité de leur pouvoir qu'ils n'aient de cesse de rassurer les électeurs en leur promettant qu'une fois élus ils resteront à leur merci : "N'ayez crainte, c'est vous qui serez au pouvoir !". Dans cette profusion tintamarresque de propositions -toutes plus démagogues les unes que les autres- qui fait la richesse du concept de la "démocratie participative",  le "jury citoyen" mérite une place d'honneur. le fait de constituer des groupes d'électeurs pour évaluer régulièrement l'action des politiques est une idée sympathique qui dissimule une perversion redoutable. Par nature, le vote est une dépossession volontaire : c'est remettre à l'élu pour la durée de son mandat le soin de régler les problèmes au nom de l'intérêt général.  Cette renonciation est au coeur de la mandature démocratique. Elle est le fruit de notre civilisation et de longs siècles de maturation. Elle fonde le respect dans la loi commune, sans laquelle il n'y a pas de "vivre ensemble". Le jury va exactement à l'inverse de ce long travail philosophique et moral. Il subordonne la délégation de pouvoir aux circonstances, aux groupes de pression ou à l'opinion publique. Comment imaginer une action politique ambitieuse et durable dans un cadre aussi fragile ? Pourquoi pas le vote hebomadaire par téléphone mobile : "Vous voulez Sarko au château, tapez 1, vous voulez Ségo, tapez 5..." Vous voulez de l'info : "achetez people mag"....

Ces propositions signent le malaise de la démocratie plus qu'elles ne le soignent. Il n'y a qu'une façon de s'assurer que le personnel politique mérite confiance : bien choisir. Et voter pour les meilleurs. Mais c'est une autre histoire !


ADRENALINE CIRCUS

Qu'est-ce qui nous vaut la montée d'adrénaline des responsables départementaux de l'UDF dans la presse de samedi ?  Tout simplement une interview de Dominique RICHARD dans laquelle il affirmait son identité démocrate chrétienne au sein de l'UMP, il décrivait comment travaillent les 70 députés de sa sensibilité au sein du groupe parlementaire,  et surtout il démontrait qu'en étant partie prenante d'un groupe fort on peut sortir du mode incantatoire pour peser sur les choix, ce qui n'a pas manqué de se produire sur le dossier du logement social ou de l'homoparentalité, par exemple. Dominique RICHARD, fidèle à sa ligne de conduite, n'y agressait personne. Simplement il a donné son sentiment sur l'UDF actuelle qui, selon lui, cherche davantage un positionnement qu'une ligne politique. Est-ce qu'on y peut quelque chose s'il y a beaucoup plus de députés "ex-UDF" dans le groupe UMP que dans celui maigrelet de l'UDF "maintenue", qui n'a plus de l'ancien parti que le nom, il faut bien le dire.

D'où vient ce comportement agressif qui rappelle celui de François BAYROU à l'égard de Claire CHAZAL, l'autre soir, sur TF1 ? La virulence est un aveu d'impuissance : il dénonce, il dénonce... mais ça sert à quoi ? Est-ce notre faute s'il prêche dans le désert ? Comment peut-il ne pas voir la contradiction qu'il y a entre sa position de "rassembleur à lui tout seul", et la situation de l'Allemagne où la coalition CDU-SPD s'est faite, non par le choix des électeurs mais par la contrainte d'un résultat électoral. Si un tel cas de figue se produisait en France, il sonnerait le glas du parti centriste. L'évidence est là : l'UDF actuelle n'a pas d'espace politique entre l'UMP et le PS. Arrivera bien un moment où il faudra choisir : ce n'est pas par hasard si les socialistes lancent des appels à François BAYROU pour qu'il rejoigne leurs rangs.... A-t-il seulement conscience que s'il avait mis son talent au service de l'UMP, il aurait été plus utile aux idéaux qu'il défend ?

Alors, gardons notre calme ! Ce n'est pas la France qui est coupée en deux, c'est le scrutin présidentiel qui conduit à la bipolarisation. Le nier ne sert à rien, sauf à reproduire un nouveau 21 avril. Quant au vieux rêve centriste de la 3ème force, il date du MRP... Comme Christophe BECHU, je pense qu'il est grand temps de changer de "logiciel". 


VOYAGE INUTILE

A vouloir trop prouver.... Le voyage au Proche-Orient de Ségolène ROYAL était censé lui donner une "carrure" internationale. L'incident de la rencontre avec un député du Hezbollah est révélateur d'une légèreté dans l'approche du dossier compliqué qui concerne cette région. Ce n'est pas le fait qu'elle ait entendu ou non ce que son interlocuteur disait qui importe. On se doute bien que si l'insulte à Israël lui avait été traduite, elle aurait quitté l'entretien. C'est le rendez-vous lui même qui pose problème. Son explication pour le justifier :"les membres du Hezbollah sont des élus", est la preuve d'une grave erreur d'appréciation de sa part et de son entourage, comme si le suffrage universel affranchissait de la qualité d'organisation terroriste. Notre diplomatie déploie tous ses efforts pour assurer l'indépendance du Liban, notamment à l'égard de la Syrie. Ce n'est pas en consacrant le Hezbollah qu'elle contribue à ce travail. Au contraire, il aurait été utile que ce mouvement terroriste pro-syrien soit boudé par une candidate à la présidence de la République, histoire de faire comprendre que ses méthodes ne sont pas compatibles avec notre façon de résoudre les problèmes. Sinon c'est accepter de facto qu'il se serve du crime comme levier politique. Et aussi parce que ça ne sert pas à grand chose de rencontrer successivement des Palestiniens et des Israéliens, des pro-syriens et des anti-syriens, des musulmans et des chrétiens, sans annoncer la couleur. Quel était le but de ce voyage pour la "candidate habitée" : s'instruire ou contribuer à une solution ? Si c'était pour s'instruire, on a suffisamment d'experts dans l'héxagone pour lui apporter des lumières.

La crise dans cette région est suffisamment aiguë  pour qu'elle ne soit pas instrumentalisée par les candidats à la présidence. Elle aurait dû attendre avant de se rendre dans cette région, au moment où nos soldats y sont en première ligne et où le moindre faux pas peut leur compliquer la tâche. 


MAUVAIS EXEMPLE

La justice administrative vient pour la 2ème fois de donner raison aux entreprises angevines dans le recours qu'elles avaient fait contre la délibération d'ALM qui augmentait la taxe professionnelle dans des proportions illégales. L'agglomération devra reverser 25 millions d'€, ou plutôt l'Etat, puisque le Préfet n'avait rien vu passer.... On pouvait penser que les élus s'inclineraient, Président Antonini en tête : ils ne pouvaient pas ignorer la loi, mais ils ont tenté le coup quand même. Eh bien non, ils s'entêtent ! Ils envisagent de se pourvoir en cassation. Je trouve ce comportement choquant. Les élus ne sont pas au-dessus des lois. Est-ce en donnant cet exemple qu'on les réconciliera avec les électeurs ? On aimerait sur ce sujet entendre des protestations d'élus du conseil d'agglo !


SUNDAY CLOSED !

Angers se distingue : le Maire, Jean-Claude Antonini n'autorise pas les commerces à ouvrir le dimanche 24 décembre, même seulement le matin. Il est plus préoccupé de faire plaisir aux syndicats que de faciliter la tâche des consommateurs et des inévitables retardataires, familiers des emplettes de dernière minute.... Il n'a pas à coeur non plus de faciliter celle des commerçants. Ce n'est quand même pas tous les ans que le réveillon tombe un dimanche ! Le plus choquant dans cette décision, c'est qu'elle ne touchera pas les cabanes du marché de Noël, instaurant de fait une situation de concurrence déloyale. Que penser d'une animation "Soleil d'Hiver" au coeur d'un quartier commerçant aux rideaux baissés ?

Heureusement, tous les maires n'ont pas cette position stupide. Dans de nombreuses communes de l'agglomération, il sera possible de s'approvisionner et faire ses dernières emplettes. C'est sûrement la conception de la gauche de la richesse économique qui s'exprime là dans sa version la plus ringarde !


JPR

L'ancien Premier Ministre, Jean-Pierre RAFFARIN vient nous rendre visite mardi 12 décembre 2006. La rencontre a lieu à 18H30, Espace Ventura à AVRILLE, sur le thème : "2007, l'union pour la victoire". C'est un plaisir d'accueillir celui que Nicolas SARKOZY a chargé d'organiser les forums de débat pour la désignation du candidat de l'UMP. Soyons nombreux pour dialoguer avec lui.


ROBIEN...BIEN !

J'ai toujours eu beaucoup d'estime et d'affection pour Gilles de ROBIEN. Nous nous connaissons depuis longtemps. Son action à la tête de l'agglomération d'Amiens est remarquable de modernité et d'efficacité. Je ne suis pas surpris de voir avec quelle habileté il gère ce ministère si difficile de l'Education Nationale. Bien entendu, il n'a pas réussi à convaincre les syndicats (qui le pourrait ?), mais par petites touches, la réforme Fillon se met en place. Aussi, il n'y a pas lieu qu'il se fâche à propos du discours d'Angers de Nicolas SARKOZY : l'inspirateur est le même. Que des dispositions énoncées soient déjà mises en oeuvre, nous le savons tous très bien. Mais le contexte dans lequel elles s'appliquent n'est pas encore complètement cohérent parce que les marges du Ministre d'aujourd'hui sont minces. Et ce n'est pas lui faire injure que de le dire. En attendant, il fait avancer l'école vers des horizons meilleurs et le chemin déjà fait ne sera plus à faire. De ce point de vue, si Nicolas SARKOZY est élu, ce sera plus la continuité que la rupture.


HYPERTROPHIE DU MOI

Nda101 Chaque courant politique aurait un droit moral à être représenté dans la course à l'Elysée. Ce raisonnement constitue un dévoiement de l'élection présidentielle. Dans l'esprit de la constitution, le 1er tour est fait pour sélectionner les deux champions qui s'affronteront au 2ème tour. Il peut éventuellement constituer une primaire entre deux candidats dans chaque camp, mais la multiplication des petits candidats qui veulent en faire une tribune pour renforcer leur notoriété ou prouver l'audience d'un parti ou d'un courant, c'est faire jouer à la compétition présidentielle un rôle qui n'est pas le sien.

En annonçant sa candidature, Nicolas DUPONT-AIGNAN  commet deux fautes. La première, c'est de le faire en dehors de son parti et en crachant dans la soupe, au mépris des règles librement définies par les adhérents de l'UMP, et cela devrait lui valoir d'en être exclu et d'être privé des ressources qui sont allouées à son courant. La seconde, c'est la contradiction qu'il y a à se prévaloir de l'orthodoxie gaulliste et en même temps nier les institutions voulues par le Général De Gaulle. On voit bien que pour lui, le problème est ailleurs....


BOURDES OU GOURDE ?

Pour se donner une stature de "femme d'Etat", la candidate du PS est amenée à prendre position sur les dossiers internationaux. C'est un jeu délicat quand on n'a pas toutes les cartes en main : on l'a bien vu lors de son voyage au Proche-Orient. Mais sa prise de position sur le nucléaire iranien relève aussi de sa stratégie de communication. Dans le rôle de "l'oie blanche" qui dit tout haut ce que tous les Français pensent tout bas, elle espère à la fois les réactions hostiles de ses adversaires politiques et un accueil favorable de l'opinion. On nage en pleine "michucratie" car sur ces sujets le "peuple expert" n'est pas suffisamment informé pour avoir un avis crédible. Le problème c'est que la position qu'elle a prise n'est pas tenable sur la scène internationale car elle n'est celle d'aucun pays dans le monde, ni celle de la France, ni celle de l'Europe, ni même celle des Etats-Unis ....  Si elle l'ignorait, c'est très grave ! Peut-on le croire ?

Ce serait donc une provocation. Si c'est le cas, cette femme est dangereuse.


INCINERATION ET CANCERS

P4070007

L'étude écologique rétrospective menée par l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) dans quatre départements conclut à l'existence d'une "association sigificative" entre l'exposition aux rejets des incinérateurs et l'incidence de certains cancers (foie et lymphomes malins non hodgkiniens chez l'homme et la femme, tous cancers chez la femme). Pour parvenir à cette conclusion, les épidiomologistes de l'InVS se sont appuyés sur les registres du cancer informatisés de quatre départements où fonctionnaient sur la période étudiée seize incinérateurs. On savait que les rejets des incinérateurs étaient toxiques pour les populations exposées aux retombées du panache des cheminées dans un rayon de 15 km. C'est maintenant une certitude.

L'InVS prend la précaution de préciser que ces conclusions ne sauraient être transposées aux incinérateurs actuels, compte tenu des nouvelles normes appliquées aux installations. Tout danger est-il écarté ? Bien évidemment non. Le discours que l'on nous tient sur les installations récentes est exactement le même que celui qu'on nous tenait avant la découverte des dioxines rejetées par les incinérateurs incriminés. Le danger reste présent d'abord parce que les incinérateurs continuent de polluer en respectant des normes : les produits rejetés le sont en plus petites quantités par m3 mais les incinérateurs sont deux ou trois fois plus gros, le temps d'exposition avant survenue de cancers sera plus long mais le résultat sera le même, enfin si le risque d'imprégnation est "limité" sur les produits toxiques connus, il en reste des milliers qui sont rejetés, dont les effets n'ont pas été étudiés. Rien ne dit que de nouvelles molécules hautement cancérigènes ne seront pas découvertes demain.

L'incinération propre n'existe pas !


ZERO DE CONDUITE

La "note de vie scolaire" instituée par la réforme Fillon fait débat. Le SNES-FSU et la FCPE demandent au Ministre d'y renoncer parce qu'elle pourrait "générer des tensions supplémentaires entre les élèves, les enseignants et les familles par son caractère subjectif"... L'idéologie soixante-huitarde qui conteste tout principe d'autorité n'est donc pas morte !

Cette note qui doit rendre compte de l'assiduité de l'élève, de son respect du réglement et de sa participation à la vie de l'établissement prend d'autant plus d'importance qu'elle joue dans l'obtention du Brevet. Où est le problème ? Les enseignants ne sont-ils pas capables de mettre en place une grille d'évaluation ? Et même si elle est différente d'un établissement à l'autre, les établissements sont-ils tous identiques ? Les absences répétées, les insolences, les violences sont-elles subjectives ? Ne doit-on pas rendre compte aux parents du comportement de leur enfant ? L'élève ne doit-il pas prendre conscience des conséquences de ses actes ?

Refuser que la sanction d'un comportement soit prise en compte, c'est refuser de considérer que la sanction fait partie de l'éducation d'un enfant. Voilà bien le problème. Et encore une fois on voudrait en priver ceux qui en ont le plus besoin pour se construire.