Previous month:
novembre 2006
Next month:
janvier 2007

HORS JEU

François BAYROU a  sauté le pas. Il sera bel et bien candidat. Qui en doutait ? Depuis 2002, il a organisé son parti en écurie présidentielle exclusivement à son service. Mais il cherche désespérément un espace politique. Le voilà travesti en sauveur de la France, venu de son Béarn profond, et rêvant d'abriter sous un même toit les bonnes volontés de droite et de gauche comme outre-Rhin. Mais l'état politique de la France est aux antipodes de cette vision : la gauche n'a qu'une idée, c'est de reprendre le pouvoir sans le partager, et à droite, le Front National oblige à faire bloc. Malheureusement pour lui, le Béarn n'est pas la Lorraine, et la France n'est pas l'Allemagne !

François, tu es hors jeu ! Un joueur hors jeu ne peut pas marquer de but et en plus il nuit à son camp...

Christineboutinhome_1159347951

Christine BOUTIN qui avait fait 1,2% des voix en 2002 a pris la décision sage de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle pour ne pas participer à une dispersion des suffrages de droite au 1er tour. "Elle vaut mieux que l'image anti-PACS dans laquelle les médias l'ont un peu trop caricaturalement enfermée" disait un chroniqueur. Il faut saluer ce réalisme qui la rend d'autant plus respectable et nul doute que ses idées contribueront à enrichir le projet du candidat de l'UMP.


REVE CONTRE FANTASME

P1010115_1

"Education, le devoir de réussite", c'était le thème choisi par Nicolas SARKOZY pour sa première sortie en tant que candidat "déclaré", à Angers devant plus de 6 000 personnes et de nombreux élus. Après avoir donné les raisons de sa "rupture tranquille" condition indispensable pour rétablir un pacte de confiance avec les Français, il a proposé un "nouvel avenir pour l'école de la République" en dénonçant les "hypocrisies" du système actuel. Visiblement il rêve d'une école qui retrouve le chemin de la réussite par le mérite et qui donne sa chance à chaque élève. C'est un maillage serré de propositions qui passe en revue toutes les données : rôle des enseignants et des parents,  méthodes, comportements, ..... Nicolas SARKOZY veut la véritable égalité des chances dans l'école de la République, celle qui donne plus à celui qui a le moins, celle qui met à égalité de savoir devant le diplôme, celle qui permet de réussir même quand on n'a pas d'argent ni de relations... Il prend le risque du concret qui dérange. Mais au moins ses propositions sont cohérentes. Elles appellent le mouvement contre l'immobilisme.

P1010116_2

Après avoir rêvé tout haut l'avenir qu'il voudrait dessiner pour la France, il termine son propos par un appel à la lucidité des Français.

A côté, Ségolène fait figure de fantasme : agréable, mais loin de la réalité.

Pour découvrir le discours de Nicolas SARKOZY, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.viewontv.com/ump/angers_011206/metas/20061201_angers_ns.asx


A TOUT SENIOR, TOUT HONNEUR

L'Insee vient de publier une étude sur les revenus et le patrimoine des Français. J'en avais retenu ce que les médias en ont dit : il y a six millions de Français qui vivent sous le seuil de pauvreté avec 744€ par mois pour vivre. Chômeurs en fin de droit, smicards, RMistes, jeunes sans 1er emploi en forment  les gros bataillons. Ce tableau sombre, qui voudrait tout mettre sur le dos de la "méchante droite" (rappelons-nous le "KO social"), est pourtant à nuancer. En effet sur la période considérée (1996-2004) les revenus des ménages les moins favorisés ont augmenté de 20% pendant que ceux des plus favorisés ne progressaient que de 13%. Cela résulte évidemment des efforts de l'Etat pour améliorer les prestations sociales. Effort qui s'est amplifié avec l'augmentation continue de la prime pour l'emploi et du SMIC. L'étude montre aussi que la galère est réservée aux jeunes qui ont beaucoup de mal à accéder au marché du travail, (voilà pourquoi le CPE qui était destiné en priorité aux "sans qualification" aurait été utile !) tandis que les plus de 55 ans ont en général une vie plus confortable. Dans notre pays il vaut mieux être vieux et bien portant que jeune et sans emploi. Voilà bien le paradoxe. Même si ce cliché est une caricature, il montre deux choses essentielles qui bloquent aujourd'hui le bon fonctionnement de notre société : d'une part, le sort fait à nos jeunes ne leur permet pas d'avoir foi en l'avenir, au moment où au contraire on devrait se projeter, d'autre part, le principal de l'effort de solidarité est assumé par les couches moyennes qui se retrouvent écrasées, malgré quelques cadeaux fiscaux, alors qu'elles devraient être le moteur de l'économie et de l'ascenseur social. Quand on connaît le mal, on sait comment le soigner. Personnellement je préfèrerais les remèdes du Dr Nicolas, plutôt que ceux de la guérisseuse Ségolène.