HISTOIRE
Previous month:
juillet 2022
Next month:
septembre 2022

LR, PIVOT INATTENDU DE L’ASSEMBLEE.

Assemblée nationale

 

Après deux mois de débats dans la nouvelle assemblée, les  députés LR ont abordé la fin de  la session parlementaire l’esprit serein. Forts de 59  inscrits et 3 apparentés, le groupe a  montré sa  cohésion et son esprit à la fois constructif et déterminé, sous la houlette de son expérimenté président Olivier Marleix. La place qu’il occupe au sein de  l’hémicycle en fait le passage obligé des textes gouvernementaux pour atteindre  la  majorité nécessaire à  leur adoption. Lui échoit le rôle qu’ambitionnait de jouer  le groupe Horizon.  Mais voilà, les urnes sont passées par là, et le parti d’Edouard Philippe doit se contenter d’une place de supplétif sans vrai possibilité de peser. 

Cette situation inédite qui donne au groupe LR un pouvoir  surdimensionné par rapport  à son poids réel vient du fait qu’il est la  plupart du temps le seul groupe d’appoint possible pour la majorité présidentielle. Le  groupe sortant était deux fois  plus nombreux mais face  à une  majorité  pléthorique il s’était heurté à des députés dominateurs et condescendants qui fermaient la porte  à  tout amendement, fut-il de bon sens. Aussi, dans un palais Bourbon à  la composition grandement renouvelée, ils ont tenu d’abord à réaffirmer leur volonté d’être dans l’opposition, quitte à s’ériger en « seule opposition utile » au gouvernement. Sans  majorité absolue, celui-ci a bien compris la  nécessité d’obtenir les voix des  Républicains. Mais il a  fallu un petit temps d’adaptation  avant  d’entrer dans le mécanisme de concertation, le gouvernement pensant passer en s’en affranchissant. On est passé  à côté de la possibilité d’un contrat de  législature comme  cela se serait fait en Allemagne : on se met autour de la table et on se met d’accord sur un programme, en toute transparence. Manifestement, Macron n’en voulait  pas, et de leur côté, les  LR qui avaient dû vendre chèrement leur peau et échaudés par  l’expérience du précédent mandat, souhaitaient garder leur marge de manœuvre privilégiant le  coup par  coup. 

Cette  première session aura permis  de faire adopter des mesures parfois portées de  longue date par le  parti et qui  ont pu être prises en compte à l’issue d’un gros travail en amont avec la  majorité et  avec le soutien du groupe sénatorial.  Ainsi, grâce à leur action, 230 millions d’euros ont été votés  pour aider les  personnes se  chauffant toujours au fioul, la déconjugalisation de l’allocation adultes handicapés est enfin  réalisée, la  monétisation des RTT est rendue possible… et  bien d’autres. Si les  élus se  réjouissent du nouvel esprit de dialogue qui anime la majorité, la vigilance reste de mise : « sur certains textes, on est capable  de voter, sur d’autres, on est capable de s’opposer ! » précise l’un d’eux. Ils  ne sont pas naïfs non plus : lors de la prochaine session, le chemin pourrait s’avérer plus compliqué  avec  des  chantiers importants et tous les textes ne seront pas travaillés en amont  comme l’a  été celui sur le  pouvoir d’achat et celui sur la loi de finances rectificative. Se mettre d’accord   sur le budget de l’Etat ou sur celui de la Sécurité sociale sera autrement  périlleux. Pourtant, tous sont conscients que le parti ne tirerait aucun avantage d’un blocage législatif. Tout dépendra de l’attitude du gouvernement. Le chahut des dernières semaines dans l’hémicycle venu essentiellement des rangs de la gauche et particulièrement des Insoumis,  incite les députés LR à rester sérieux. Plus que jamais, leur boussole c’est l’intérêt des Français. La ligne de crête entre co-construction et opposition est étroite, mais tenable.

C’est pourquoi le parti travaille, avec Annie Genevard  à réussir la rentrée : préparer la coordination des groupes parlementaires sur les prochains projets de lois qui devrait être actée lors des journées parlementaires de Biarritz  prévues du 14 au 16 septembre, lancer ensuite le renouvellement des adhésions en vue du scrutin à la présidence dont les candidats déclarés auront jusqu’au 3 octobre pour déposer  leurs parrainages auprès de la haute autorité du parti. Sur le front du débat politique, c’est Olivier Marleix qui montera au créneau,  pour assurer l’argumentation sur les textes  prévus et qui ne seront pas  une simple  formalité pour le  parlement   : sécurité, immigration, loi de finances sont présentés comme des rendez-vous cruciaux. La  France  a besoin d’une politique énergique, il faut mettre en œuvre des réformes audacieuses et il faut agir  sans attendre. Un terrain rêvé pour  faire valoir les exigences des Républicains.

La rentrée des Jeunes Républicains à Angers ce week-end, à l’initiative de Guilhem Carayon, Président des Jeunes, et Tristan Ganivet, responsable local, sera  un événement d’autant plus important que la plupart des figures du Parti seront présentes : Olivier Marleix, Bruno Retailleau, Michel Barnier, Eric Ciotti, Aurélien Pradié, François-Xavier Bellamy, Gilles Platrais… avec tables rondes à l’appui. Annie Genevard y fera sonner  le tocsin de la mobilisation dont le point d’orgue sera le grand congrès de décembre, moment décisif s’il  en est !  D’ici là,  un gros  travail devra être  mené  à  bien sur  la ligne du parti afin que  les  aléas inévitables des votes  à l’Assemblée nationale ne viennent pas  brouiller le cap qui doit impérativement être défini sur l’écologie, l’éducation, la  sécurité, l’immigration, les dépenses publiques, l’universalisme républicain, la  vision de l’Europe  et du monde.

 


LA GRANDE DEBACLE… ET APRES ?

Retraites

 

Le travail c’est la santé…

Les  médias en juillet ont fait état de ce mal  qui touche les pays occidentaux et plus particulièrement la France,  en utilisant l’expression « grande démission ».  C’est une épidémie de démissions sur le marché du travail, ou l’aquabonisme et les bras baissés se mélangent avec une sorte de refus du travail. De ce point de vue, notre  pays partait avec une belle avance : inventeur des « 35 heures », nous travaillions déjà 7 milliards d’heures par an de moins que la  moyenne des pays comparables, sans parler des records d’absentéisme. La crise sanitaire avec ses mesures généreuses de soutien a fini de convaincre ceux qui bossaient encore un  peu de lever le pied. L’idée de travailler  moins ou pas du tout, sous couvert de travailler mieux, est devenue la  référence de la recherche du bonheur. Même nos cadres surdiplômés sont touchés par la maladie. Résultat : aujourd’hui, alors que nous avons plus de 3 millions de chômeurs, plus de 360 000 postes étaient à pourvoir dans  l’hôtellerie-restauration cet été.  Mais  ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.  Si l’on fait  le tour des métiers, on s’aperçoit que nous manquons de couvreurs, d’aides à domicile, d’aides ménagères, de chaudronniers, de tôliers, de  serruriers, de carrossiers automobiles, de plombiers, de chauffagistes,  d’infirmiers, de pharmaciens, de puéricultrices, de menuisiers, d'enseignants, de chauffeur de cars scolaires … Au total, près de 3 millions de postes à pouvoir, selon Pôle Emploi. Elisabeth Borne n’est pas loin de la  vérité quand elle affirme que le « plein emploi » est à portée de main.

… Rien faire c’est la conserver.

Les Français sont de  plus en plus nombreux à prendre leurs distances par rapport à  leur boulot, estimant souvent ne plus y trouver le sens et l’intérêt qu’ils espéraient. Une recherche qui touche davantage la  « génération Y »,  nés après 1995, qui voudraient y trouver la possibilité d’avoir un impact sur la société. Et il n’est pas rare de voir des individus quitter l’emploi pour lequel ils se sont formés pour se tourner vers un nouveau métier, se  lancer à leur compte ou vivre différemment.  Une sorte de retour du fantasme du Larzac des babas cool. Le  revers du chômage partiel a peut-être été aussi une découverte de la paresse, d’autant plus que notre modèle hyperprotecteur que le  monde nous envie n’incite pas toujours à retrouver un emploi aussi rapidement qu’il le faudrait. On est bien loin du « travailler plus pour gagner plus »  de Sarko. Le sujet proposé à l’épreuve de philosophie du bac n’était-il pas : « Travailler moins,  est-ce vivre mieux ? ». De nombreux groupes occultes se sont emparés du sujet préconisant les uns l’indépendance financière et la retraite précoce, d’autres choisissent une vie minimaliste et sobre, participative et communautaire, beaucoup veulent s’affranchir des contraintes du travail flirtant avec l’idéologie de la décroissance… Et souvent, bien que super diplômés ils constituent un ramassis de paumés  en quête de  sens  et certains revendiquent même un « droit » au temps partiel, profondément convaincus que « les défis sociaux et écologiques nous obligent à changer notre regard sur nos activités et leur impact ».  On nage  en plein obscurantisme idéologique,  ce qui n’a rien à voir avec l’aspiration légitime à un bon équilibre entre travail et temps  libre. On comprend pourquoi le message de Pécresse est passé  à côté !

Power blues.

Cet état d’esprit où se mêle défaitisme et résignation semble toucher jusqu’à nos dirigeants de nos grandes démocratie occidentales. Emmanuel Macron en est un bon exemple. Son « power blues » s’est manifesté à travers son détachement de la campagne présidentielle qu’il a voulu réduire à peau de chagrin et à laquelle il a participé le moins  possible et au dernier moment, refusant tout bilan ; de même il a été quasiment absent de la campagne législative se contentant d’un appel qu’il voulait solennel à la reconduction de sa majorité, d’ailleurs peu entendu comme  en témoigne le résultat. La  plupart des commentateurs ont souligné l’absence de cap : le pouvoir, mais pour quoi faire ?  comme si le Président réélu doutait lui-même, cherchait à donner du sens à son second mandat. Sa  déclaration de rentrée face à ses ministres sur « le grand basculement, la fin de l’abondance  et  de  l’insouciance », tourne le dos à son optimisme viscéral  avec ce discours pessimiste, ce qui devrait annoncer une politique d’austérité. C’est que, secoué par les trois années de crise qu’il vient de traverser, l’équation s’est terriblement complexifiée pour lui avec la menace d’une crise énergétique, l’inflation et la remontée des taux d’intérêt. Une manière aussi de prévenir le bon peuple que l’Etat  nounou ne va plus pouvoir subvenir à tous les  besoins, que la dette va peser sur le pays, et que le changement climatique va nous imposer des sacrifices. On sent la tentation de Venise dans cet amer constat, quand d’autres se réfugieraient dans le Métavers. Or, c’est d’un sursaut dont la France a besoin, d’une galvanisation des énergies et d’un discours tonique sur la valeur travail. Notre vieille démocratie n’a-t-elle plus rien à dire ni proposer ? Pourtant, avec 3 000 milliards d’euros de dettes, il va bien falloir se relever les manches ! 

L’apocalypse c’est aussi le « renouveau » !

Oui mais voilà, l’apocalypse cognitive ajoutée à l’apocalypse scolaire, nous a fabriqués plusieurs générations de « crétins » obscurantistes et ignares, incapables d’esprit critique pour la plupart et prêts à croire tous les gourous et autres charlatans qui hantent les réseaux sociaux et irriguent  notre vie politique et notre société. Malgré tout, l’Occident se doit de proposer des alternatives à la voracité de l’Asie que tel un mauvais sorcier elle a nourrie, à la négation de la liberté de conscience et de la liberté des femmes sous la férule de religions moyenâgeuses, à la folie des théories inventées de toutes pièces aux Etats-Unis et tournant allégrement le dos à la science et à la raison, au déchaînement des nouveaux barbares qui sévissent à l’Est de l’Europe et en Afrique…  Les « Lumières »  ne sont pas éteintes, elles demandent qu’une main s’empare du flambeau pour éclairer à nouveau le Monde. Ce leadership peut revenir à la France si elle le veut : elle en est la source, elle en a la tradition  par son histoire, il ne manque que l’énergie !

 


LE TROU DE LA COUCHE D’OZONE A ETE REBOUCHE. VRAIMENT ?

Augmentation-considerable-trou-couche-dozone-antarctique-2020-couv

 

Dans ses chroniques d’été consacrées « aux victoires de l’écologie », le  Figaro Magazine a  consacré un article au fameux trou dans la  couche d’ozone sous le titre : « On a rebouché un trou dans le ciel ». Et de rappeler que dans les années 80, la ratification à Montréal d’un protocole soutenu par des découvertes scientifiques majeures permettait de mettre un terme à la destruction de la couche d’ozone, ce bouclier naturel qui protège la Terre des rayons ultraviolets.

« Nous avons quand même réussi à reboucher un trou dans le  ciel »

Ainsi s’exprime la présidente du Programme des Nations unies pour l’environnement, Inger Andersen, faisant avec ce raccourci le bilan de cette organisation créée en 1972 et qui fête cette année ses 50 ans. En effet, ce fameux trou défrayait la chronique dans les années 80 et 90  et faisait régulièrement l’actualité. On s’inquiétait du trou  qui s’était formé au-dessus de l’Antarctique et observé par les chercheurs de la Nasa, de l’Agence américaine  d’observation océanique et atmosphérique, de la Fondation nationale pour la science et de l’Association des fabricants de produits chimiques, le  gratin de l’époque. Les  données qu’ils rassemblent permettent d’élaborer la théorie selon laquelle la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique se réduisait tous les ans à partir du mois d’octobre et l’Homme en serait le responsable. En cause, l’utilisation des CFC, les chlorofluorocarbures, ces gaz largement utilisés dans nos  bombes aérosols. Exit donc, à partir de 1987, les  CFC : 46  pays signent le protocole de Montréal. On s’apercevra plus tard que la Chine a continué longtemps à les utiliser. Et  voilà que 35 ans plus tard on affirme que la science et l’histoire ont donné raison aux chercheurs, et assurent que le trou  se résorbera d’ici à la seconde moitié du XXIème siècle. Pourtant en 2022, même si on n’en parle plus, le « rebouchage » est pour le moins partiel, ce  qu’admet Didier Hauglustaine, directeur de recherche au CNRS, en admettant que la victoire n’est pas totale, car en 2020 et 2021, le trou détecté fait 40 fois la superficie de la France, c’est-à-dire, à peu près la même chose qu’en 1990 !!! De  quelle  victoire parle-t-on, alors ?

Un « trou » très capricieux !

Yves  Vercautre, dans son livre « l’Obscurantisme vert », nous offre une version plus crédible, dans son chapitre intitulé : « Où l’on s’arrête un instant sur le trou de la couche d’ozone pour s’amuser du puits sans fond des petits  bonshommes verts ».  Il y démontre que la thèse de la culpabilité humaine ne tient pas. En effet, les mêmes qui pestent contre le réchauffement climatique et le « trou » n’ont apparemment toujours pas compris que le réchauffement permet de combler le fameux trou, tandis que le refroidissement le crée. Explication technique à l’appui : le froid provoque la condensation des molécules d’eau et d’acide nitrique qui se combinent alors au chlore qui détruit l’ozone. C’est pourquoi le trou dans la couche d’ozone est surtout au-dessus de l’Antarctique.  Et ce froid est produit essentiellement par les « vortex »  polaires, les rayonnements solaires,  le rayonnement gamma d’une super nova et les éruptions volcaniques.  Ainsi, l’éruption du Pinatubo en 1991 a émis environ 4 mégatonnes de chlore.  En revanche, durant les périodes chaudes, la couche d’ozone est bien sans trou, et même un peu trop épaisse.  Ce phénomène dure depuis au moins 3,6 milliards d’années ! Donc les Hommes n’y sont pour rien, ou pas grand-chose. C’est bien d’éviter les produits nocifs à la santé, chacun  peut s’accorder  là-dessus, mais il  est malhonnête d’en tirer des conclusions visant à accabler les activités humaines, la  croissance, la consommation et l’industrie chimique… La convenance idéologique se cache derrière une science  prise en défaut. Il suffit de faire le catalogue des  variations  de la  surface du célèbre trou depuis  la date du « protocole » pour s’apercevoir que les efforts consentis en supprimant les CFC n’ont rien changé : rétréci à 10 millions de  km2  en 1988, alors que le protocole vient tout juste d’être signé, il passe à 24,2 millions de km2 en 1993 puis 25,9 en 1998 pour se rétracter à 23,3 millions de km2 en 1999.  Mais pourquoi alors en 2002  ne fait-il plus que 12 millions de km2  après 25 millions  en 2001, ce qui contredit les 2 ou 3% de diminution par an prévu par les scientifiques ? Et ainsi de suite, les variations incessantes continuent (je vous épargne la litanie). Plus près de nous, en 2019,  le trou ne fait que 16,4 millions de km2 pour repasser à la mi-août 2020 à 25 millions de km2  à cause d’un vortex polaire immense et il se referme (sans prévenir !) en décembre. Il s’agit en fait d’un phénomène physique contre lequel on ne peut pas grand-chose,  ce qui explique le constat fait par notre directeur du CNRS, cité plus haut, sans en tirer les conséquences.

Restons humble, donc, mais ce serait bien que certains cessent leurs balivernes. Dommage que le Figaro magazine y contribue.

 


LES AMERICAINS DESUNIS

Capitole 2

 

Jamais les Etats-Unis n’ont été aussi divisés  et la manifestation la plus criante en est  la récente décision de  la cour  suprême de supprimer la loi sur l’avortement, laissant les Etats choisir leur camp. Ce n’est pas le seul  débat qui agite  la première  puissance  mondiale. On constate de  plus en plus que les  américains ne sont plus d’accord entre eux sur rien tant  les débats philosophiques, éthiques et sociétaux qui agitent la société font état de fractures inconciliables à tel point que certains n’hésitent plus à affirmer que le  pays court  à la guerre civile.

Ni écoute, ni compromis.

Le  combat entre conservateurs et  progressistes fait rage, mais ce qui est grave c’est qu’ils ne débattent plus. Tout est sujet à affirmation péremptoire et selon que les Etats sont aux  mains des uns ou des autres, les lois ne sont pas les mêmes, à tel point qu’on y déménage pour aller dans celui qui convient, ce qui renforce la polarisation. Sur l’avortement, les armes  à feu, la sexualité, l’immigration, le climat et même le port du masque, tout est sujet à s’opposer. Les Etats du Sud, le Midwest et les Rocheuses,  les campagnes et les petites villes sont tenus par les Républicains ; la côte pacifique, le Nord-Est, les grandes métropoles  sont favorables aux démocrates… La page Trump n’est toujours pas tournée et accentue le glissement « à droite » du parti Républicain dont les groupes radicaux continuent d’entretenir le soupçon de l’élection volée et si les procès qui sont faits à l’ancien président débouchent sur une ou des inculpations, ce pourrait être le déclencheur d’une guerre civile.

Une  démocratie malade.

La  prise d’assaut du Capitole pour tenter d’empêcher la proclamation de  la victoire de Joe Biden, encouragée par Trump, est emblématique du mal qui ronge  les  Etats-Unis. L’obscurantisme religieux des diverses églises évangélistes, le communautarisme, l’offensive woke, la radicalisation des suprémacistes blancs face au Black Lives Matter,  ont provoqué le  déclin des  modérés de chaque camp et entraîné la défiance envers les institutions. Ainsi, à la suite de la  perquisition par le FBI de la villa de Trump, un individu armé n’a pas hésité à attaquer un bureau local de l’agence fédérale. La défaite de Liz Cheney à la primaire républicaine face à la candidate trumpiste en est une autre démonstration. Les inégalités économiques aggravent le clivage et  conduisent à une faible  participation électorale qui atteint  la représentativité du système et réduit à néant la confiance dans les assemblées élues. L’engrenage est en marche : déclin de l’efficacité de l’Etat et des valeurs démocratiques, factions  politiques fondées sur l’identité et la race, gouffre entre urbains et ruraux, médias et réseaux sociaux qui mettent de l’huile sur le feu, toutes les conditions sont réunies pour un embrasement. Avec deux blocs qui s’affrontent au Sénat et à la chambre des Représentants, le  vote des lois est à la merci du moindre récalcitrant.  Le pays est quasi  ingouvernable. Joe Biden peine à faire voter quoi que ce soit. Et pour certains, le 6 janvier 2021 avec  l’attaque du Capitole, n’a marqué que le début du coup d’état. Pour preuve, une alliance d’une dizaine de secrétaires d’Etat s’est formée qui assurent que Trump à gagné. Or leur rôle est de  certifier le résultat des élections dans chaque Etat, et tout se passe comme si ces Républicains préparaient un noyautage plus large en vue de la prochaine présidentielle. En parallèle, les « progressistes » font régner une véritable terreur intellectuelle dans les universités et un certain nombre de médias avec  une  mauvaise foi évidente. Ce qui fait dire à une enseignante : « Dans ce pays, plus personne ne s’écoute, plus personne n’accepte de compromis,  Je ne vois pas comment on va dépasser ça. » Elle s’attend à toujours plus de violence.

Nous ne sommes pas à l’abri.

La France  a été longtemps à l’abri du genre d’affrontements que connaissent les Etats-Unis. L’universalisme républicain nous a longtemps mis à l’abri des guerres communautaires et permis de combattre le racisme.  La donne est en train de changer. La  crise scolaire et le quasi abandon de  la transmission de nos valeurs par  l’école qui traverse une crise générale sans précédent, la  ghettoïsation et ses effets pervers, l’immigration non maîtrisée, mettent à mal le modèle d’intégration et d’assimilation mis en échec par un communautarisme de plus en plus virulent. A  l’obscurantisme religieux sont aussi venus s’ajouter le wokisme et les théories à la mode aux Etats-Unis sur le genre, l’identité et le féminisme. Notre vieux  pays soi-disant plein de bon sens, respectant les femmes, tolérant sur les mœurs,  est en passe d’être submergé par ces thématiques qui piétinent les sciences et l’esprit des  Lumières et prétendent réécrire notre histoire. Il est affligeant de voir un Mélenchon, naguère bouffeur de curés, qui refuse d’entrer dans une église pour des funérailles, se mettre au service de l’Islam et de voir le maire de Grenoble défendre le port par les femmes d’une tenue dont la seule signification est la soumission de la femme à l’homme, ne faisant rien d’autre que préférer une revendication communautaire aux valeurs de la République. Quand en même temps on observe la montée de la violence, l’impuissance de l’Etat et des élus, et qu’on constate la même radicalisation de la société qu’aux Etats-Unis, avec une droite de plus en plus autoritaire et identitaire et une gauche de plus en plus contaminée par le wokisme, on se dit que nous aussi nous courons à l’affrontement.  Gérard Colomb l’avait pressenti, on y est presque. S’il est  encore temps de réagir, il  n’y a qu’un remède : le retour à l’universalisme et en corollaire la laïcité intransigeante, qui s’appuie sur  le rétablissement de  l’école de la République avec  comme  principales missions l’assimilation et  l’ascenseur social  appuyé sur la  connaissance et le savoir. Mais  il ne faudrait pas tarder.

 


FAUX PROPHETES ET VRAIE INTOX

Réchauffement climatique 3

 

La France traverse une période de sécheresse inédite.

Evidemment les conséquences en sont dramatiques, puisqu’elle s’accompagne de son cortège d’incendies, de cultures sacrifiées, de maisons dévastées, d’humains désemparés. Notre pays, habituellement mieux servi par la nature, est peu préparé à ce genre d’aléas climatique, ce qui est, de toute évidence un facteur aggravant. Soulignons au passage la réactivité de nos corps de sapeurs pompiers confrontés à des feux épouvantables  dont la plupart ont une origine humaine accidentelle ou plus souvent malveillante.

Mais ce n’est qu’un aléas climatique, comme la Terre est capable d’en produire sans prévenir. Et je me méfie de ces météorologues qui viennent nous annoncer l’apocalypse, comme il le faisait déjà en 1976, sauf que depuis les chaînes en continu leur offrent une caisse de résonance amplifiée. Chacun sait, en effet, que la prévision du temps qu’il va faire est devenue plus fiable  grâce  aux observations des satellites, mais qu’au fond, beaucoup des mécanismes qui y président nous échappent encore tant les paramètres sont nombreux, complexes et souvent imprévisibles.

Le réchauffement climatique est une évidence.

Il n’est  pas nouveau, cela fait 10 000 ans qu’il est à  l’œuvre. Depuis la fin de la dernière glaciation. Il connait des  pauses, des phases de refroidissement (petits âges glaciaires) et des excès comme en cet été 2022.  Et comme toujours, l’Homme  subit  les  caprices de Gaïa mais grâce à son génie, arrive à s’organiser au mieux, tirant de chaque épisode une expérience pour s’adapter. Quant aux déductions que certains commentateurs en tirent, la sagesse commanderait plutôt la prudence, précaution  qui ne semble pas animer la plupart d’entre eux.

Le fléau des demi-sachant.

C’est que les plateaux médiatiques et autres tribunes sont envahies par  les grands prêtres au service de la nouvelle déesse des temps modernes, GaÏa, au premier rang de qui on trouve les climatologues du GIEC suivis de la cohorte des écolos de tout poil, avec pour leit-motiv l’exigence de réduire drastiquement nos rejets de gaz à effet de serre, c’est-à-dire essentiellement celui issu des énergies fossiles,  le CO2.  Moyennant quoi nous parviendrions à enrayer le réchauffement qui, sinon, rendrait la Terre inhabitable à très court terme. Pourtant, rien n’est moins certain mais si je me risque à douter des projections du GIEC, je serai immédiatement mis à  l’index  et catégorisé parmi les  « climato-sceptiques », ce qui revient à être mis au pilori.

Cet écologisme militant confine à l’animisme, comme si l’Homme devait absolument retrouver  la vie en harmonie avec la planète qu’il aurait perdue  par son comportement irresponsable et prédateur et ses activités coupables. Et  c’est en lui vouant un véritable culte qu’il y parviendra.  Sauf que cette harmonie n’a jamais existé que dans la Bible,  et depuis l’histoire de la pomme, on sait ce qu’il en est advenu. La Terre n’a jamais été tendre avec tout ce qui vit sur elle. Aussi  les raisonnements que les écolos exposent forment la trame d’une sorte d’obscurantisme, et, depuis Greta Thunberg, on a  compris que derrière tous les  ukases visant à sauver la planète se  cachent une science aléatoire de « demi-habiles » comme aurait dit Blaise Pascal, aggravée d’un projet politique bien réel, celui de la décroissance et de  l’anticapitalisme, lequel serait à l’origine de tous nos maux.  Le  XIXème siècle à la vie dure. 

La doxa écologisante.

Ces demi-savants qui nous saturent de  leur communication, et en cette période de chaleur anormale il n’en manque  pas  un à chaque heure qui passe pour nous répéter à l’envi son antienne, sont des intellectuels standardisés, des diplômés mal assumés, des intelligences paresseuses  voire des obscurantistes de la raison. Convaincus que leurs argumentaires stéréotypés disent le bien, ils méprisent plus savants qu’eux qui viendrait les contredire. Car ces demi-savants sont d’abord des dévots qui vivent dans leur monde simplifié. Ils  ne vont jamais ou bout de leurs raisonnements, et comme la raison cède à la loi du moindre effort, ils abattent la carte insurmontable, celle du jugement moral. Si vous ne pensez pas  comme  eux, c’est que vous êtes un salaud ! Leur esprit ne connaît qu’un menu unique : développement durable, antiracisme, vérité libertaire. L’effort de la réflexion n’est pas pour eux. Cet obscurantisme confortable  n’est pas sans inconvénients ni contradictions.  Ainsi on a vu nos professeurs de développement durable qui d’ordinaire s’insurgent avec véhémence contre ceux qui produisent trop de CO2, absoudre sans débat la réouverture des centrales à charbon, nécessitées par les conséquences énergétiques de la guerre en Ukraine. Les militants de la cause crient au scandale face à la recrudescence des transports aériens réputés très polluants, sans jamais se poser la question de l’empreinte écologique de leur consommation d’internet dont ils abusent, à l’origine d’une pollution qui approche  le double de celle du secteur civil aérien.

Science sans conscience, n’est que ruine de l’âme.

Banal, me direz-vous. Mais grave. Parce qu’on en arrive au fanatisme écologique avec la création de commandos capables de  commettre les pires méfaits au détriment des braves citoyens qui respectent la loi. Ainsi, on a vu des équipes se mobiliser nuitamment pour faire le  tour des vitrines qui restent allumées la nuit, afin de les  éteindre par des  moyens pour le moins discutables. Cela resta anodin.  Ce n’est pas  toujours le cas. D’autres font le tour des rues pour dégonfler les pneus des gros 4X4 qui n’ont rien à faire en ville ou pénètrent chez les particuliers pour percer les jacuzzis : comportement fasciste s’il en est. On est encore  au niveau de l’incivilité. Mais quand on s’en prend à des bassines, comme cela vient d’être le cas  en Vendée, ces réserves d’eau à l’utilité cruciale en ces temps de sécheresse, avec à la clé des dégâts qui se chiffrent en dizaines de milliers d’euros, on tombe dans l’obscurantisme le plus crasse et le terrorisme insupportable. On pourrait évoquer les multiples actions contre  les forestiers qui entretiennent les forêts… Ce ne sont là que quelques exemples. Ces commandos constituent le bras armé visible d’une dictature de la pensée.

Pourtant, comme dirait l’autre, ça se discute !

Il serait grand temps qu’on ouvre enfin un vrai débat scientifique sur l’origine du réchauffement climatique. Est-il normal que le GIEC soit composé essentiellement de climatologues et de glaciologues, dont la base de données n’offre que 150 ans de recul en regard d’une ère géologique dans laquelle nous vivons qui remonte à 12 000 ans ? N’y a-t-il pas, comme le suggèrent géophysiciens, astrophysiciens, paléontologues, d’autres causes que les rejets de CO2 d’origine anthropologique comme explication au réchauffement ? Que faut-il penser des scientifiques qui assurent que le principal gaz à effet de serre n’est pas le gaz carbonique mais la vapeur d’eau ? Et enfin pourquoi les médias ne prennent-ils jamais en compte cette  prévision de la NASA qui annonce  depuis 2014 la probabilité d’un « petit âge glaciaire » dans les  années 2030-2040, prévision confirmée par la Royal Astronomical Society en 2017 ? Cela fait beaucoup de sujets qui viennent bousculer la « pensée unique » que voudraient imposer les Verts. C’est d’autant plus important que nous sommes à un moment où se prennent des décisions hautement stratégiques comme  la fin de la production des  moteurs thermiques pour les automobiles en 2035  qui va coûter des milliards d’euros sans parler des aspects humains. Je vois venir l’accusation immédiate : la forêt brûle et il veut regarder ailleurs !  C’est justement parce que la forêt brûle qu’il est temps de se demander quelle part de responsabilité revient à l’Homme et quelle part appartient à  l’Histoire de la Terre… contre laquelle on ne peut pas grand-chose.

 


L’ENFER NUMERIQUE

Lecture de l'été.

Enfer numérique001

 

Dans son livre, « L’Enfer Numérique. Voyage au bout d'un like », le journaliste spécialiste de la géopolitique des matières premières et auteur du très remarqué La Guerre des métaux rares, a enquêté pendant deux ans sur quatre continents pour comprendre les enjeux et les défis qui naissent de nos gestes en apparence anodins, chaque fois qu’on utilise internet. Guillaume Pitron, nous dévoile les conséquences bien réelles pour la planète de cette consommation du virtuel qui repose sur des infrastructures très polluantes bien concrètes.

Vous avez dit « dématérialisation » ?

Le journaliste a suivi, sur quatre continents, la route de nos e-mails, de nos likes et de nos photos de vacances. Son ouvrage nous conduit dans les steppes de la Chine septentrionale à la recherche d’un métal qui fait fonctionner nos smartphones, mais aussi dans les vastes plaines du cercle arctique où refroidissent nos comptes Facebook, et dans l’un des Etats les plus arides des Etats-Unis, pour enquêter sur la consommation d’eau de l’un des plus grands centres de données de la planète, celui de la National Security Agency (NSA). Pour envoyer un simple like, nous déployons ce qui sera bientôt la plus vaste infrastructure jamais édifiée par l’homme, un royaume de béton, de fibre et d’acier, un inframonde constitué de datacenters, de barrages hydroélectriques et de centrales à charbon, tous unis dans une triple quête : celle de puissance, de vitesse et… de froid.

Une pollution colossale.

L’industrie numérique met en avant son tribut positif à la préservation de la planète compte tenu des fabuleux leviers d’optimisation de nos méthodes agricoles, industrielles, « servicielles » qu’elle permet, mais  la réalité est moins enchantée : la pollution numérique est colossale, et c’est même celle qui croît le plus rapidement. Elle est d’abord due aux milliards d’interfaces constituant notre porte d’entrée sur Internet, mais provient également des données que nous produisons à chaque instant. Les chiffres sont édifiants : l’industrie numérique mondiale consomme tant d’eau, de matériaux et d’énergie que son empreinte est le triple de celle d’un pays comme la France ou l’Angleterre. Les technologies numériques mobilisent aujourd’hui 10 % de l’électricité produite dans le monde et rejetteraient près de 4 % des émissions globales de CO2, soit un peu moins du double du secteur civil aérien mondial.

Un cloud d’acier, de béton et de charbon.

Si l’on en croit les prestataires des serveurs, l’univers digital ne serait guère plus concret qu’un « nuage », le fameux cloud dans lequel nous stockons nos documents et photos. Pour un peu, le monde digitalisé serait synonyme de « vide » ou de « néant ». Il nous invite à commercer en ligne, jouer virtuellement et nous étriper sur Twitter sans que cela ne mobilise, à première vue, le moindre gramme de matière, le plus infime électron, la première goutte d’eau. Juste  un clavier et un écran ! Bref, le numérique est le plus souvent réputé ne générer aucun impact matériel. Ainsi, vous pensez que votre mel passe par  les satellites pour aller en une fraction de seconde à votre correspondant à l’autre bout de la planète : erreur, il  file vers l’un des multiples « data centers » qui le renvoie vers sa destination, captant au passage vos données, le tout par des cables enterrés ou sous-marins en fibre de verre. Personne ne sait quelles installations ont été déployées pour relier nos ordinateurs à nos tablettes ou nos smartphones. Pourtant « La pollution digitale met la transition écologique en péril et sera l’un des grands défis des trente prochaines années » constate l’auteur. Les entreprises du numérique déploient leur formidable puissance financière et d’innovation pour optimiser et tenter de « verdir » Internet, mais le déploiement de la 5G se révèle un gouffre énergivore impossible  à combler. C’est pourquoi des réseaux et communautés de défricheurs pensent qu’un autre numérique, plus sobre, responsable et respectueux de l’environnement est possible et commencent à s’organiser.

Une gabegie à tous les niveaux.

Quelques exemples pour comprendre l’importance du problème. Si  1 octet était équivalent à une goutte d’eau, les 5 exaoctets (1 exaoctet = 1 milliard de milliards d’octets) de données produites dans le monde chaque jour sont l’équivalent de plus de 5 fois le lac Léman, et les  47 zettaoctets (1 zettaoctet = mille milliards de milliards d’octets) générés chaque année, c’est  le volume de la Méditarranée et de la mer Noire réunies. Un océan de données. Pour les traiter, il existerait près de 3 millions de datacenters de moins de 500m2, 85 000 de dimension intermédiaire, une dizaine de milliers  de 5000 m2, et près de 500 dits « hyperscale » de la taille de terrains de football (10 000m2). Au nord de Paris, la  communauté d’agglo « Plaine Commune », qui compte déjà 47 datacenters s’apprête à accueillir une usine numérique de 40 000 m2. Un centre de taille moyenne peut consommer pour sa clim jusqu’à 600 000 m3 d’eau par an ;  on sait que 10% de l’électricité d’Amsterdam est captée par les datacenters… Comme  il faut une disponibilité absolue, les hébergeurs dédoublent les datacenters eux-mêmes, la  messagerie Gmail est dupliquée 6 fois tandis que les  vidéos de chats sont stockées dans au moins 7 datacenters à travers le monde. Cela entraîne une fantastique gabegie d’électricité. Et tout est à l’avenant. Il faudrait aborder aussi le  scandale des puces électroniques toujours plus performantes mais à un coup exorbitant pour la planète. La génération « climat », sera l’un des principaux acteurs du doublement annoncé pour 2025 de la consommation d’électricité du secteur numérique, soit 20% de la production mondiale, ainsi que de ses rejets de gaz à effet de serre. Les « influenceuses » et leurs vidéos futiles coûtent très cher à la planète, bien plus que le « boomer » et sa diesel  pourrie qui lui permet d’aller au boulot gagner son salaire de misère.

Le numérique tel qu’il se déploie sous nos yeux ne s’est pas, dans sa très grande majorité, mis au service de la planète et du climat. Aussi évanescent qu’il nous paraisse, sa croissance nous projettera paradoxalement le plus au-devant des limites physiques et biologiques, de notre planète. OK boomer ne vous dit pas merci ! Car l’une des principales pollueuses (entre autres) c’est Greta et ses  followers (16 millions) tous accros de vidéos ! Le livre aborde aussi l’enjeu que constitue la sauvegarde de notre vie privée et de nos démocraties  fragilisées par la collecte des données et la violence des réseaux sociaux. Et  ce n’est pas de la science fiction.

« L’enfer numérique, voyage au bout d’un like ». Guillaume Pitron. Editions « Les Liens qui Libèrent ».


LE METAVERS A L’ENVERS !

Vaillante-academie

 

Ah, le métavers ! 

Voilà un mot tout droit sorti de notre culture greco-romaine  occidentale puisqu’il est  formé du grec « meta » qui veut dire « au-delà » et de « vers » contraction de « univers » : c’est donc un « univers au-delà du réel ». Comment ça marche ? Pour  aller dans un metavers, il vous faut vous fabriquer un « avatar », plus ou moins « customisé », où il  pourra vaquer comme il  lui plait et pratiquer mille activités, grâce à  un casque de « réalité virtuelle » (admirez l’oxymore) qui vous plongera en 3D dans les paysages que vous visiterez et où vous pourrez vivre selon votre propre imaginaire. Le fin du fin sera atteint quand, grâce à des combinaisons « haptiques » (encore du grec : le  sens du toucher), vous pourrez ressentir le contact avec le réel virtualisé. Un moyen de s’inventer une seconde vie hors de la vie réelle. Car dans cet univers virtuel, on pourra presque tout se  permettre : jeux, concerts, musées, activités sportives, achats dans des  magasins … On pourra même faire des rencontres d’autres avatars qui se prolongeraient dans la vie réelle. Une utopie merveilleuse, à condition que nos jeunes ne finissent pas par passer l’essentiel de leur vie hors du réel ! Car, comme tout ce qui est digital, l’addiction n’est jamais loin. Mais est-ce bien utile ? Et  bonjour l’empreinte « carbone » !

Pour les anciens comme  moi, il y a mieux !

Transposer la fiction en réalité vraie ! Si, c’est possible !  Dans mon adolescence, lecteur de l’hebdomadaire Tintin, je suivais chaque semaine avec intérêt les aventures de Michel Vaillant, pilote de formule 1  inventé par Jean Graton. Et miracle, il est possible aujourd’hui, de se mettre dans la peau du héros de BD, de se  glisser dans une « Vaillante » et  de piloter le bolide. Cela se passe  sur le circuit automobile privé de Fontenay-le-Comte. A la « Vaillante Académie », Thierry Place accueille les stagiaires qui veulent vivre l’expérience et on peut  découvrir pour de vrai  les  formules 1 dessinées autrefois par  Jean Graton dans ses albums. Grâce à Jean-Louis Dauger, directeur de la marque et du développement « Michel Vaillant »,  les monoplaces bleues ont été fidèlement reproduites avec un   moteur de 150 chevaux, avec le même « design », exclusivement fabriquées par le constructeur irlandais Crosslé Car Company, une société née en 1957 qui est aussi l’année de naissance de Michel Vaillant dans la BD. Et pour accompagner ce metavers inversé, grâce  à Denis Lapière et Vincent Dutreuil, le héros mythique renaît pour un album  inédit : « Dans l’enfer d’Indianapolis » qui paraîtra à la rentrée. Grâce à la « Vaillante Académie » il est donc possible de passer du virtuel  au réel, de se transformer en coureur automobile et de se glisser au volant d’une Vaillante vintage des années 1960 et de faire vrombir le moteur. L’école de  pilotage est née en juillet 2020, la première session s’est déroulée en mai 2021. Elle est ouverte à tous ceux qui veulent vivre cette expérience incroyable, quel que soit leur  âge. Les  participants sont véritablement projetés dans l’univers de la BD : il  faut, en effet, revêtir les bottines, la combinaison ignifugée aux couleurs de l’écurie Vaillante, ainsi que le casque et les gants.  Après quelques cours de  pilotage, c’est le « top départ » ! Mais pas de chrono.  Il s’agit plus de réaliser un rêve d’enfant  que de se prendre pour Fangio, de se donner du bon temps en s’immergeant tranquillement dans le  monde des courses. Trois moniteurs et deux mécanos participent à l’opération. Le  plus vieux stagiaire avait 82 ans, ce qui n’a rien d’étonnant. Evidemment, Denis Lapière et Vincent Dutreuil n’ont pas résisté a  tenter l’expérience. Amener de la réalité dans la fiction, voilà qui change de la tentation du virtuel. On remerciera Jean-Louis Dauger et Thierry Place de ce formidable travail de concrétisation.  Grâce à eux peut revivre une période inouïe de la Formule  1 : l’époque de Steve Mac  Queen pilotant aux 24 heures du Mans, de Graham Hill remportant les 500 miles d’Indianapolis  après le Grand Prix de Monaco.  Toi aussi t’as connu ?

Alors, rendez-vous à la rentrée pour plonger dans « L’enfer d’Indianapolis ! »

Pour en savoir plus : Vaillante-academie.fr