Previous month:
mai 2019
Next month:
juillet 2019

CE QUE J’ATTENDS D’UNE « REFONDATION »

Fondation

 

D’abord, cessons de vivre avec des mythes.

A commencer par celui de l’UMP. J’en ai été le premier secrétaire fédéral en Maine-et-Loire, je sais de quoi je parle. Elle n’a jamais  atteint l’objectif qui lui était assigné : passer la barre des 50% d’électeurs en réunissant la droite et le centre. Si dans notre département elle pouvait frôler les  46%, en moyenne, c’était autour de 40%. Encore fallait-il compter avec une UDF résiduelle transformée en Modem pour nous tirer dans les  pattes avant d’essayer de tirer les  marrons du feu au second tour. Grâce au scrutin majoritaire à deux tours, elle a été néanmoins efficace  sinon pour gagner -on a perdu municipales et régionales – du moins pour faire barrage  au Front National, ce qui était après tout  le souci de Jacques Chirac. Pourtant il n’a  pas fallu attendre bien longtemps pour que les états d’âmes centristes ne contribuent à déliter l’assemblage initial RPR-UDF. Si bien que  « Les Républicains » étaient devenus finalement un parti majoritairement issu du RPR avec quelques résidus centristes-libéraux. D’ailleurs les  scores  électoraux en manifestaient la déliquescence, passant progressivement sous le seuil  des 30%, pour atteindre à peine 20% à la dernière présidentielle. Vouloir ressusciter une « Union de la  droite et du centre »,  c’est poursuivre  le même   mythe. Cela ne veut pas dire que l’espace  politique n’existe  pas.

Rappeler les fondamentaux.

Issu de l’UDF, j’ai en commun avec mes amis venus d’autres horizons, un certain nombre de  lignes directrices qui orientent la politique et dans lesquelles les Français pourraient se retrouver  majoritairement : la liberté économique qui préfère le libéralisme et  se méfie du dirigisme, le souci de la rigueur de gestion budgétaire, l’attachement à l’ordre social fondé sur l’égalité des chances et l’ascenseur social, la  certitude d’appartenir à une identité nationale porteuse de valeurs universelles dans une République « une et indivisible », le devoir de sécurité dû à nos concitoyens… Ces fondamentaux sont aujourd’hui menacés par le dirigisme technocratique, l’emballement de la dette et l’accumulation des déficits, la  progression de la pauvreté fruit d’une politique inepte fondée  sur  un fiscalisme confiscatoire dans une société bloquée ou la désespérance l’emporte sur la foi en l’avenir, le  communautarisme larvé et la  lâcheté devant l’islamisme qui ronge notre société et ses valeurs,  l’incapacité à assurer  l’ordre et la  sécurité de nos concitoyens. Nous avons donc une responsabilité immense. Notre devoir est de dénoncer cette situation avec force, d’autant  plus que nous devrons passer outre à la barrière médiatique qui fera tout pour nous empêcher de nous faire entendre. On l’a vécu lors de la dernière élection pour les européennes.

Apporter des solutions aux vrais problèmes.

Plus que d’un positionnement ou d’une étiquette, nous avons besoin de nous mettre au travail pour apporter des réponses concrètes aux problèmes quotidiens vécus par nos compatriotes. Ces problèmes nous pouvons les lister : le chômage, le déficit, la  fiscalité, la compétitivité de nos entreprises, les déséquilibres des territoires, le  communautarisme, la réponse au défi  migratoire, le retour d’une éducation nationale qui « transmette », l’insécurité qui gangrène bien des quartiers,  et aussi l’abstention en se posant la question : y a-t-il un lien avec l’exemption fiscale ? Le  groupe du « Comité de renouvellement » formé de jeunes élus républicains de toutes sensibilités a pris une initiative qu’il convient d’encourager. Nos jeunes auraient-ils tout compris ? En proposant des ateliers de réflexion et en abordant les  sujets  tels que « réinventer l’alimentation », « réinventer le logement », « réinventer le handicap », … je crois qu’ils prennent les  problèmes par le bon bout, celui qui peut être compris  par nos concitoyens. Mais par-dessus tout, qu’on nous épargne une nouvelle course aux « egos » qui nous conduirait avec certitude à la catastrophe non seulement pour notre camp, mais aussi pour  la France, en empêchant une alternance démocratique. 

Ni populiste, ni progressiste  : modéré !

Entre le populisme de Marine Le Pen, qui  passe son temps à dénoncer mais ne propose jamais de vraies réponses aux difficultés de notre pays, et le progressisme d’Emmanuel Macron, qui confond bougisme et véritable progrès, et  qui à  force de vouloir concilier les contraires en est réduit au suivisme de certains lobbys quand ce n’est pas l’immobilisme, pour finalement s’en remettre aux technocrates, il y a une large  place  pour les modérés, gens de bon sens et pragmatiques. Modéré ne veut pas dire mou ni indécis.  C’est l’approche de la  vie  politique qui a toujours donné le  plus de progrès pour nos compatriotes. Oui, il faut être modéré face aux rodomontades d’un Trump, oui, il faut être  modéré face  aux hurlements de Mélenchon, oui, il faut être modéré sur les sujets sociétaux quand la science peut faire de  l’être humain un apprenti sorcier, oui, il faut être modéré quand il s’agit de fiscalité… La modération n’exclut ni l’imagination ni le courage, et n’empêche pas d’avoir des convictions pour peu qu’elles s’accompagnent de l’ouverture d’esprit. Les graves problèmes posés  par les déficits et la dette peuvent être compris  par  les Français si on s’y attaque posément et sans brutalité,  tant il est  possible d’engager la gestion rigoureuse en en partageant les bénéfices avec tous. Sur tous les sujets,  les  exemples ne manqueraient pas pour faire l’éloge de la modération.   Plus fait douceur que violence, conclurait La Fontaine. C’est cette droite-là que j’appelle de mes vœux.

 


INCURIE BUDGETAIRE

Contribuable détroussé

 

La  proposition politique de la majorité est encore une fois à côté de la  plaque, en se mobilisant sur la  justice  sociale dans un pays qui en crève déjà et l’urgence climatique parce que les verts ont fait un demi-succès, elle oublie l’essentiel : l’incurie budgétaire du gouvernement. Je ne disconviens pas qu’il faille prendre en compte les difficultés économiques, avec les plans sociaux, et sociales, celles des territoires isolés, et se préoccuper d’écologie, pour répondre à l’appel de la jeunesse, mais rien ne se fera sans le rétablissement des comptes publics. L’endettement nourrit sans qu’on s’en rende bien compte le déclin de la France. Mieux gérer la France est un impératif parce qu’elle reste toujours, malgré les discours, le pays le plus taxé et le plus dépensier d’Europe. Baisser la dépense publique, supprimer des échelons administratifs, baisser les charges, voilà autant de pistes systématiquement remises au lendemain !

La Cour des Comptes tire encore le signal d’alarme.

Dans son rapport, elle souligne la fragilité de la réduction du déficit d’ici 2022. Il  semble que ce ne soit plus, en effet,  la priorité du Président. L’objectif de 3,1% de déficit cette année reste crédible, mais il n’en va pas de même pour la suite. La trajectoire de 2020 à 2022 est particulièrement  alarmante. Sans entrer dans le détail du rapport, on retiendra le coût de l’éruption des Gilets jaunes qui consacre le relâchement des objectifs, une prise en compte plus réaliste des prévisions de  croissance en baisse avec le ralentissement de l’économie mondiale. Le plus grave est la conjonction de baisses d’impôts envisagées et d’un moindre  effort sur les dépenses publiques, hors charge d’intérêts. Et puis il faut compter aussi avecles annonces de décembre dernier :  en gros 20 milliards de manque à gagner ( taxe carbone, ristournes sur les  heures sup, suppression de la  taxe d’habitation, annulation partielle de la hausse de la  CSG…) alors que les dépenses vont augmenter de  0,5 Pt du PIB ! Quant à l’effort de compression des  dépenses publiques il est programmé sur la fin du quinquennat, juste avant les élections !... La Cour des Comptes se demande même où est  passée la réforme de l’Etat dans un « programme de stabilité » qui ne fait même plus référence au programme « Action publique 2022 ». Le plus incroyable c’est que les annonces faites à l’issue du « Grand débat » n’ont pas été intégrées dans la trajectoire proposée à Bruxelles, comme par exemple le financement de la baisse de 5 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu dès 2020  pas plus que les  autres mesures. Le déficit prévu pour 2020 sera inévitablement autour de 2,3% et l’élaboration du budget de l’année prochaine s’annonce périlleuse. La Cour des Comptes n’est pas plus tendre avec la  suite : recettes surévaluées, modération bien improbable de la  masse salariale de la  fonction publique. Dernière mise  en garde : la faiblesse des taux d’intérêt qui favorise  le relâchement de la dépense publique. Il est souligné que « le passage  d’un régime de taux d’intérêt très bas à un régime de taux d’intérêt élevé peut très bien être très rapide ! »

Autre sujet d’inquiétude : l’endettement privé.

Pour la Banque de France, l'endettement du secteur privé est devenu le principal risque à surveiller pour la planète finance. A la faveur des taux faibles, ménages et entreprises empruntent depuis deux ans à un rythme très soutenu. Autre effet de cet environnement de taux, les acteurs de marché, en recherche de rendement, prennent toujours plus de risques. Les entreprises françaises ne se sont jamais autant endettées : leur dette rapportée au PIB s’élève à 175% !! Les taux bas sont en cause, évidemment. Leur endettement total dépassait les 4 000 milliards d’euros à la mi-2018. Ce sont les  PME qui sont les  plus nombreuses à s’endetter. Les grandes entreprises réussissent même à emprunter à taux zéro ou négatif. Elles constituent des réserves de trésorerie ou réalisent des opérations d’investissement dans des opérations de croissance externe.  Mais cet endettement fait peser un risque sur la stabilité financière du pays, notamment en raison du risque de remontée des taux d’intérêt qui les mettraient en difficulté pour faire  face à leur dette.

Les impôts de  production.

On en parle peu. Deux économistes du Conseil d’Analyse Economique proche du gouvernement, attirent l’attention sur les  effets nocifs de ces  impôts pour les entreprises. Ils pèsent 72 milliards d’euros, le double du poids de l’impôt sur les sociétés (IS). Cela représente 3,6% de la valeur ajoutée des entreprises (en Allemagne 0,5%), le niveau le plus élevé en Europe.  Ce  sont des impôts  qui handicapent directement la productivité et la compétitivité. Car contrairement à l’IS, ils ne pèsent pas sur le profit dégagé mais frappent aveuglément, même si l’entreprise ne gagne pas d’argent. Ces impôts taxent « en haut du compte d’exploitation » et expliquent l’atrophie du secteur productif français, notamment des TPE et PME. Parmi les différents impôts qui sévissent, citons la Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (C3S), la cotisation sur la Valeur Ajoutée et la cotisation foncière. La C3S est de loin la  plus nocive : elle pèse sur le chiffre d’affaire et agit en cascade dans le processus de production puisque chaque bien produit est de nouveau taxé s’il entre dans le processus de production d’une autre entreprise. De l’impôt sur de l’impôt, spécialité qui n’existe que chez nous. Au bout du compte, augmentation des coûts de production qui se surajoutent et l’on imagine le handicap qui pèse sur les produits qui exigent de nombreuses étapes de production. Les auteurs expliquent « qu’elle réduit  la compétitivité des entreprises en jouant comme une taxe sur les exportations et une subvention aux importations ». Mais la  supprimer coûterait près de 4 milliards d’euros. La cotisation sur la Valeur Ajoutée, au taux progressif  sur le Chiffre d’affaire présente les  mêmes inconvénients…  Il faudrait une simplification drastique de la taxation des entreprises et visiblement ce n’est pas  à l’ordre du jour.  Bruno Le Maire en parle, mais n’a pas les moyens d’agir. C’est pourtant vital pour consolider la croissance. Mais le gouvernement a choisi la fuite  en avant.

Faute de choix courageux, Macron nous conduit dans le mur. La droite ferait mieux !

 


MON PETIT RAPPORTEUR DU 23 JUIN

Petit spirou qu'est-ce que tu fabriques

 

Proprement scandaleux !

Les cadres vont être plus que jamais les vaches à lait de l’assurance-chômage,  selon le principe désormais  imparable : les « riches » paieront… toujours  plus ! Or ce ne sont pas ces derniers qui creusent le déficit. Ils cotisent même  plus qu’ils ne reçoivent d’indemnités (42% des cotisations pour 15% des indemnités). On se  demande bien pourquoi la réforme   ne s’intéresse pas aux intermittents du spectacle, aux intérimaires ou au CDD qui sont dans le cas inverse. Les  cadres  vont donc connaitre une baisse de 30% de leur indemnisation sans que les cotisations employeurs ou la CSG soient plafonnés.  La réforme  instaure aussi le bonus-malus pour lutter contre l’enchaînement des CDD. Intellectuellement, le bonus-malus est peut-être une solution satisfaisante, mais c’est une vision d’universitaire, infantilisante, loin des contraintes de la réalité. D’autant plus que, comme  par hasard,  les  CDD du secteur public (médico-social) en sont exclus  alors qu’il en est le  plus gros consommateur (17%).  On préfère taper sur le  privé (l’agroalimentaire et la restauration) qui n’en consomme que 8% : encore une vraie rupture d’égalité.  Bravo Darmanin !

Assurance-chômage… suite.

Ce que j’avais annoncé il y a déjà quelques temps se réalise : notre protection sociale sort du système « bismarckien » pour glisser vers le modèle anglo-saxon, commencé  avec  la part prise en charge  par la CSG. Le régime n’est plus totalement assurantiel. On est aujourd’hui dans un mélange de solidarité et de financement des entreprises. Bientôt, on ne devrait plus parler d’assurance-chômage, mais d’indemnisation financée par l’impôt… avec inéluctablement, à terme, la baisse des prestations. On sait ce que sont les  finances de l’Etat ! Bon, deux mesures vont dans le bon sens : un mode de  calcul moins généreux qui mettra fin à la possibilité de gagner davantage au chômage qu’en travaillant ; et il faudra avoir travaillé plus longtemps sur les 24 derniers  mois (6 mois).

Quotas … poudre aux yeux !

"C’est aux Français de décider qui entre et qui réside en France, et c’est donc à leurs représentants de voter des plafonds annuels d’immigration. Car votre proposition de quotas d’immigration ne concerne que l’immigration économique, soit 13% des arrivées légales, oubliant les autres portes d’entrées, en particulier l’immigration familiale !" Pierre-Henri Dumont (LR) - L'éternel faux-fuyant de la macronie et  toujours faire croire... alors qu'on ne fait pas !

« La  bataille de la PMA »

L’exécutif se  prépare à la « bataille de la  PMA ».  Quand on parle de « bataille », difficile d'affirmer ensuite que le débat sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules est apaisé et que le sujet n'est pas clivant. Pourtant tout le monde s'accorde à dire qu'il faut réunir les Français... cherchez l’erreur !

Diagnostic.

« Les partis traditionnels sont fatigués. S'ils ne se transforment pas profondément, ils mourront… Le mouvement civique du futur devra donner du sens, privilégier le débat d'idées, être très largement numérique, totalement décentralisé également : son cœur sera dans les territoires, et certainement pas à Paris, pour être à l'écoute de ses militants. Il devra tourner le dos au caporalisme, se questionner et se requestionner sur tous les sujets en permanence. Au lieu d'aller chercher les voix des électeurs de droite à coups de slogans faciles, ayons l'humilité d'écouter leurs voix, ayons l'intelligence de tendre l'oreille plutôt que de tendre un tract. » Bruno Retailleau

Passions.

« Ecrire des Mémoires n'était pas mon but. J'ai préféré parler de ce que j'ai vécu, sans ordre chronologique, sans souci thématique, sans arrière-pensée politique. Je veux parler de la vie. De ce que fut la mienne en même temps que celle des Français. De ce qui, au-delà des contraintes de l'actualité et du combat politique, m'a touché, m'a enthousiasmé, parfois même bouleversé. Il s'agit de raconter un peu d'une vie qui n'est pas au-dessus des autres, cela va de soi…. » Nicolas Sarkozy

Le voile sur les valeurs.

La décision de la commission mixte paritaire des deux assemblées d’enterrer l’amendement interdisant aux accompagnateurs de sortie scolaire de porter des signes religieux, pas seulement le voile, encourage une progression de l’islam radical. Car la seule question qui se posait était celle du voile. Mis à part les mères voilées, on ne voit pas d’autres mamans arborant des signes religieux ostentatoires à la sortie des écoles. Cette décision ne profite donc qu’à une seule catégorie et les pressions sont l’oeuvre de groupes islamiques radicaux.  Une fois de plus les valeurs laïques et républicaines de l’école ont été sacrifiées au profit du totalitarisme islamique.... (Valérie Boyer LR)

Budget symbolique.

Le projet que les chefs d'Etat et de gouvernement  ont à entériner lors du sommet européen est loin des ambitions initiales de la France : un budget à moitié vide pour la zone euro.  Un revers de plus pour Emmanuel Macron sur la scène européenne. L'analyse du résultat est cruelle : le budget tel qu'il se dessine ressemblera plus à l'instrument souhaité de longue date par l'Allemagne pour « encourager » les réformes de compétitivité économique, qu'à l'ébauche d'outil de politique budgétaire commune promu par la France.

Monnaies de singe.

Alors que les banques centrales perdent toute leur crédibilité en « démonétisant » les monnaies traditionnelles, un nouvel État est en train de naître : Facebook. Il a déjà 2 milliards d'habitants,
et il aura sa propre monnaie en étant sa propre banque centrale. Sa monnaie virtuelle, le Libra, verra les épargnants se ruer dessus lors de la prochaine crise. On parie ? Il est donc très inquiétant de voir gouvernements et banques centrales s’accommoder de la prétention des « gafa » à battre monnaie, qui est normalement une prérogative de puissance publique. Dès que les  consommateurs accorderont à cette  monnaie une valeur qui pourrait dépasser le dollar ou l’euro… le drame surgira.

2020, annus horribilis ?

Les risques d'une récession mondiale s'accumulent pour 2020. A mesure que les Etats-Unis et la Chine s'éloignent l'un de l'autre, sur fond de guerre commerciale, les risques de récession globale, déjà nombreux, prennent de l'ampleur. D'autant que les tensions au Moyen-Orient pèsent sur les cours du pétrole. Neuf risques existent toujours aujourd'hui. La plupart  concernent directement les Etats-Unis. Attention danger.

 

 


ACTE 1 PROLONGE …

Edouard Philippe AN

Rien de bien neuf.

Un moment voulu par le Président de la République pour tenter de faire croire à une sorte de nouveau départ, après la vraie fausse victoire des Européennes.  On retiendra surtout du discours du Premier Ministre un léger virage à gauche à la fois social et sociétal, pour satisfaire sa gauche libertaire, et une inflexion écologique, pour faire avec l’air du temps, après les résultats des écologistes aux Européennes. De la fausse justice sociale avec la réforme de l'assurance-chômage, du faux traitement de la crise de l’emploi avec les malus pour les contrats courts. Pour le reste, on reste dans le flou du « en même  temps »  qui ne résout rien, on ne tardera pas à s’en apercevoir.  Dans ces conditions, et logiquement, les Républicains ne pouvaient pas  voter « la confiance ».  Ils ont d’ailleurs été  suivis par la majorité des centristes de l’UDI, et par l’opposition de gauche, avec évidemment des critères différents.  Philippe 2019  a fait  moins bien que Philippe 2017. Vote de confiance: 363 voix pour, 163 contre.

Rien sur le financement.

La priorité va  à la baisse des impôts de la classe moyenne « inférieure ». Un effort conséquent qui ira jusqu’à 350€ de gain pour certains ménages. Le gouvernement essaie d’acheter la paix sociale sur le dos des  mêmes.  Qui paiera  la facture : de vagues promesses d’économies. Ce qui est certains c’est que Les « zézés », encore et toujours les classes moyennes sups, ne sont pas concernés par la baisse des taux, ils seront touchés par la dégressivité des indemnités de chômage pour les cadres, et la suppression de la taxe d'habitation ne les concernera qu'en 2023...ou peut-être jamais puisque c’est après la fin du quinquennat !

Un projet de droite serait différent.

Philippe fait toujours une politique de  gauche,  dans le droit fil de celle  de Hollande et ne réforme qu’à la  marge.  Or  l’état  du pays a besoin  de mesures moins électoralistes et  plus radicales  si on voulait vraiment « faire réussir la  France », comme le proclame la  posture des « ralliés ».  Cela suppose d’abandonner  la politique keynésienne à laquelle il s’accroche et qui mène le pays à la ruine.

Un Premier  Ministre de droite aurait commencé  par le commencement : mettre fin aux deux cancers qui rongent notre société, le chômage et les déficits  publics. C’est en maîtrisant les dépenses publiques qu’on redonnera du souffle à notre économie et du vrai pouvoir d’achat qui ne soit pas issu d’une redistribution par l’Etat. Et  qu’on fera reculer le chômage. Le chantier suivant , c’est celui du retour à l’équité fiscale en mettant fin au régime confiscatoire qui sollicite  toujours plus les mêmes, créant de fait une fracture sociale profonde entre ceux qui paient et ceux qui touchent. Le rétablissement de  la compétitivité des entreprises et la réindustrialisation de la France devraient être parmi les  priorités d’un gouvernement digne de ce nom, en s’attaquant notamment à la difficulté que représentent les impôts de production,  spécifiques à notre pays et jamais pris en compte dans les politiques.  

Un Premier Ministre de droite se préoccuperait de rétablir la  politique familiale  en mettant fin aux amputations dont elle a été victime ces sept dernières années et qui conduisent au déclin démographique. Il doonerait au Ministre de l’Education la  mission prioritaire de rétablir l’égalité des chances, la vraie, pas  celle du nivellement  égalitariste qui favorise le déterminisme social, et de remettre à l’ordre du jour des programmes la transmission de notre héritage culturel à travers la littérature et l’Histoire.

Un Premier  Ministre de droite aurait à cœur de protéger  notre  société du communautarisme en imposant à toutes les religions le respect des valeurs universelles  qui fondent la République et sont la source de nos lois.  Il convient de renforcer les politiques de sécurité, de lutte contre le terrorisme et contre toutes formes d’obscurantisme militant.

Enfin, un Premier Ministre de droite aurait à coeur de promouvoir une politique écologique, dans la tradition de celle qu’elle a toujours promue avec la  création du Ministère de l’environnement ou avec le Grenelle de l’environnement.  Promouvoir une écologie responsable,  compatible avec l’essor   économique, et s’en servant comme levier, sans la faire peser sur le citoyen lambda en taxes et impôts supplémentaires.

Force est de constater qu’avec la déclaration d’hier, le Premier Ministre actuel est bien loin de ces  problématiques et nous démontre qu’il a oublié d’où il venait.

 


MON PETIT RAPPORTEUR

Cedric demande à ton père

 

Capitalisme fou : la  dernière sortie de Macron devant l’OIT (Organisation Internationale du Travail). Il aime bien dire ce que son auditoire a envie d’entendre. No comment. 

Le tweet : “The United States has very low inflation, a beautiful thing !”.  Trump se réjouit que l’inflation est très basse  et trouve que c’est une bonne nouvelle.  En économie, c’est une aberration.  Bref !

Ralentissement du commerce  mondial : on l’attribue à la guerre commercial US-Chine.  Probable.  Mais on oublie que l’argent en est le carburant, or avec les taux très bas, les banques n’ont pas assez d’argent. Bah oui, on oublie ce  qui est basique !

Les  taux bas : la France emprunte à 10 ans à pratiquement 0%.  Un vrai poison pour un pays addict à la dépense publique.

Les taux bas, toujours : ils dopent l’emprunt dans tous les domaines, notamment l’immobilier et les  entreprises (175%  du PIB). La hausse de l’endettement privé est elle aussi inquiétante. Des « bulles » se forment un peu partout.

Les taux bas, encore : Les  Français auraient bénéficié de 8,5 milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaire depuis l’automne dernier, mais ils n’en auraient consommé que 3 milliards.  Le  reste est stocké en économies, même si ça ne rapporte rien. Vous avez dit « inquiets » ?

Dirigisme fou : L'échec du rapprochement entre Fiat Chrysler et Renault-Nissan illustre les erreurs de l'Etat actionnaire, qui ne peut pas grand-chose non plus pour apaiser les tensions avec Nissan… Et si Le Maire foutait la paix à Sénard ?

Electricité : Les  énergies renouvelables et le  fait  que c’est un faux marché expliquent largement les hausses du prix : + 6% en juin, + 1 ou 2% en août. Le « renouvelable intermittent » est  un gouffre qui bénéficie de subventions massives.  C’est  un faux marché parce qu’il n’y a pratiquement qu’un seul producteur en France : EDF. On a là une caricature de marché concurrentiel, sans vrais concurrents, mais avec beaucoup de subventions. On n’a pas fini de payer.

Corruption : il paraît qu’elle continue de saper  la croissance économique de la Russie.

Signe prémonitoire : Le chêne planté dans le jardin de la Maison Blanche en symbole de l’amitié Trump-Macron est mort.  La  greffe n’a pas pris, et l’arbre n’a pas survécu.

Nouvelle cible : Trump tire tous azimuts.  Il a maintenant le vin français dans le collimateur : les Etats-Unis en importent trop et nous nous n’achetons pas assez du leur. Peut-être que le nôtre est meilleur ? C’est bien ce que je disais. En fait il ne sait plus quoi faire pour affaiblir la concurrence européenne.

Victoire écrasante : après sa défaite 2-0 contre la Turquie, la France écrase Andorre 4-0. Il paraît que c’est rassurant.  On se console comme on peut.

41 000 : c’est en 4 mois le nombre de demandeurs d’asile, 10 000 de plus par mois en moyenne. Mais pourquoi veulent-ils tous venir en France ?

Novlangue : « nous avons parfois construit les bonnes réponses mais trop loin de nos concitoyens » c’est du Macron et ça ressemble à « nous avons été trop intelligents et trop subtiles » de Legendre. Ils nous prennent toujours pour des cons, quoi !

Le retour du trou : Ah,  le  « fameux trou de  la sécu », il était soi-disant rebouché. Eh bien non, le revoilou,  autour de 4 milliards. Le retour à l’équilibre pour 2019 est compromis. La faute, entre autres,  aux  mesures Macron d’exonérations de cotisations…  On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.L’Etat continue de creuser des trous pour reboucher les précédents. C’est le « libéralisme » à la française !

8 points de PIB : une étude de Rexecode nous dit que si la France avait maintenu son niveau d’exportations d’avant 2 000 on serait riche de 8 points de PIB supplémentaires. Nos parts à l’export sont passés de 18% à 14,3% (export total de la zone euro).  En cause : la hausse du coût salarial dans l’industrie (donc les 35h). On serait 185 milliards d’euros au-dessus  de l’an dernier. De quoi laisser Le Maire rêveur …

 

 


EH NON, LA DROITE N’EST PAS MORTE !

Resultats-e-europeenes-2019 zoom


Les  chroniqueurs vont vite en besogne en surfant sur les apparences. L’examen de la répartition des voix en comparant avec la présidentielle de 2017 montre que contrairement à l’affirmation d’Eric Zemmour, la droite n’est pas morte.  Pas encore. Pour une simple raison dont le graphique ci-dessus (IPSOS) nous donne  la clé : ses électeurs se sont beaucoup abstenus comme ceux des autres familles politiques, excepté la France Insoumise  pour laquelle l’hémorragie est encore  plus catastrophique. Dans un scrutin normal par la participation, nos 8,5% auraient avoisinés  les 20% de la  présidentielle. Ce  n’est certes pas satisfaisant, mais il est important de constater que le stock d’électeurs en réserve est toujours présent : il n’est allé ni sur le RN, dont la proportion de ceux qui l’ont rejoint est vraiment minime, ni sur LREM  même si le nombre de ceux qui ont choisi le parti majoritaire représente  à peu près le tiers de ceux qui se sont exprimés.  Le plus gros contingent de la moitié qui a voté est allé logiquement sur LR. Le graphique nous montre aussi un gros contingent disponible d'électeurs de Mélenchon qui pourraient bien se reporter sur Le Pen un jour, mais ça, c'est un autre débat. 

LREM exploite la  situation avec le renfort des médias.

Pour qui veut éliminer la droite, l’occasion est trop belle. La  faiblesse du score surexploitée par  le tambour médiatique a  donné lieu à un pilonnage en règle de la part notamment des transfuges macroniens. Tous les  analystes convergent pour affirmer que LR est devenu un parti sans électeurs.  Des  « macroncompatibles » qui s’étaient ravisés en voyant la  campagne de Bellamy  prendre tournure ont aussitôt retourné à nouveau leur veste.  On a alors entendu des déclarations hallucinantes menaçant les récalcitrants des foudres  jupitériennes s’ils n’obtempéraient pas…  le  trouillomètre d’un élu local étant inversement proportionnel à la distance qui le sépare de  l’élection. Ce  théâtre habilement mise en scène et complaisamment relayé est fait pour  essayer de déstabiliser un peu plus la droite. Et les meneurs de jeu sur les plateaux de nous dire sans vergogne :  « le patron de la droite, c’est Macron, non ? »   Quelle supercherie !  Les députés  LREM dont les 2/3 sont issus du PS doivent faire une drôle de tête mais comme ils sont assignés à résidence, on ne les entendra pas. Ils ont obtenu quelque succès : la démission de Laurent Wauquiez, le psychodrame Pécressien,  et une liste improbable de quelques dizaines de maires, présentée comme un ralliement de masse alors  qu’ils ne sont qu’une poignée  sur les dizaines de milliers  de  maires métropolitains. Bellamy en avait eu dix fois plus pour le soutenir, ce qui avait fait l’objet d’un article perdu dans un coin de page du JDD… : pensez donc, le soutien de 800 maires, pas de quoi s’émouvoir !

L’important c’est d’expliquer la démobilisation.

On voit bien que les électeurs de François Fillon, à plus de 75%  des inscrits, ne se reconnaissent pas dans la  politique actuelle, et ce n’est pas très étonnant. Mais  qu’ils ne soient pas allés voter plus  nombreux pour la liste Bellamy qui avait réussi le rassemblement des sensibilités de  la droite et du centre pose question. J’y vois deux raisons majeures : il y a ceux qui sont encore écoeurés par l’affaire Fillon et aussi ils ont probablement été nombreux à n’avoir pas cru à la réalité de l’union retrouvée.

Le traumatisme Fillon : j’ai pu le vérifier,  il est encore bien présent. L’épisode « Pénélope » et celui  des  « costumes »  ont laissé des traces profondes en faisant passer François Fillon pour un personnage malhonnête, âpre au gain et coutumier des « cadeaux »…  Tant que la justice n’aura pas  été au bout de l’affaire, le soupçon continuera de peser et  rend difficile le rétablissement de la confiance. Déjà que ces temps-ci, le « politique » n’a pas trop la cote,  ça complique évidemment les choses. Beaucoup d’électeurs en veulent à François Fillon d’avoir mis la droite en difficulté et j’entends encore souvent le reproche : « pourquoi il n’a pas laissé la place ! » Ils en veulent aussi au parti d’avoir organisé une « primaire ouverte » découvrant après coup qu’elle avait validé le programme le plus « radical ». On ne refera pas l’histoire.  Le constat peut être fait que ce mode de sélection a plutôt accru les fractures internes, comme  en témoignent les affrontements qui ont suivi.

Le spectacle de la désunion : elle est à l’aune de l’équation personnelle que chacun doit gérer pour garder le mandat qu’il exerce.  Le non cumul des mandats y oblige souvent d’autant plus que certains ont été élus dans les Régions avec les voix dites « de gauche » contre le FN, c’est le cas de Xavier Bertrand. Le sujet devient stressant quand la gauche n’existe quasiment plus. Où sont ses voix, que vont-elles faire la prochaine fois ?  Et puis il y a tous les « non-dits » sur l’élection présidentielle dont il est incongru de parler maintenant, ce qui n’empêche pas d’y penser et dessine les  postures… Il  faut aussi faire avec les personnalités d’un parti, habituées  à réserver aux médias ce qu’elles n’ont pas eu le courage de dire en Bureau Politique, et tenir compte des  sensibilités des uns et des autres qui font qu’il est impossible de  communiquer avec un langage commun.  Quand s’y ajoutent les prises de distance et les « trahisons », les procès permanents faits à celui qui a été élu à la tête du parti pourtant de façon incontestable et très démocratique, on s’étonne ensuite que l’électorat ait perdu confiance. 

La réserve est encore disponible.

Le graphique ci-dessus nous montre que les 8,5% de LR ne sont en rien définitifs. Les élections municipales qui se profilent se font sur des enjeux complètement différents et les motivations se révèleront autres.  Un électeur n’a pas les mêmes préventions quand il est face à un scrutin national, par ailleurs escamoté, et face à la désignation du maire de sa commune qu’il connait et qu’il jugera autant sur son action que sur sa personnalité,  rarement sur son étiquette. Les maires LR n’ont donc pas à avoir peur. Car il ne suffit pas que quelques brebis égarées (d'ailleurs depuis longtemps), signent une tribune de soutien qui « souhaite la réussite impérative de la France », la vraie question est de savoir si la politique qui est menée depuis deux ans et telle qu’elle s’annonce pour le  reste du quinquennat, au vu des résultats obtenus, est conformes aux intérêts de la France. Là-dessus, la tribune des 72 maires est muette. Et il est  permis d’en douter. Dans un an Macron pourrait bien être toujours aussi impopulaire avec effet négatif garanti pour les signataires.

Néanmoins, il ne faut pas perdre de temps. Il faut restructurer un parti de  droite cohérent, et travailler  à une offre d’alternative crédible ce qui suppose un projet à soumettre le moment venu aux Français. L’heure est donc au travail de fond,  à la mobilisation de toutes les bonnes volontés, à la refondation de la politique comme mode d’action collectif au seul service du bien commun et non d’ambitions narcissiques. Redonner à nos électeurs l’envie d’avoir envie ! Moyennant quoi, les conditions de la confiance seront rétablies. 

 


BECHU EST-IL FACHE AVEC L’HONNETETE INTELLECTUELLE ?

Béchu municipales

 

Christophe Béchu  a voulu tourner le dos à sa famille politique, c’est son choix. Il  est respectable,  encore que…

Mais depuis qu’il a  rejoint le camp de la  REM, je trouve qu’il  multiplie les accommodements avec les faits, surtout quand il se prétend toujours de droite. Passons sur les conditions dans lesquelles il a provoqué le changement d’affectation de son ami  Capus,  muté en quelques heures de n°2 de la liste Des Républicains à tête de  liste « En Marche » pour les sénatoriales. Il veut, dit-il, que Macron réussisse pour éviter l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir. En soit, c’est louable,  sauf que ça  le conduit à soutenir une politique dont il a toujours combattu nombre des choix : le libéral qu’il était approuve aujourd’hui la politique dirigiste du gouvernement dont on mesure l’efficacité avec les dossiers Général Electric, Ascoval ou encore Renault-Fiat ; le gestionnaire partage sûrement la  fuite en avant des dépenses publiques pratiquée par le gouvernement de son ami Philippe ; et le catholique que j’ai connu, plutôt défavorable  au mariage pour tous, va certainement soutenir le  projet de « PMA sans père »  et l’artificialisation de la filiation  qu’il officialise. 

Du relativisme argumentaire.

Christophe Béchu lance une association nationale pour rassembler les  maires  macronistes,  en vue des municipales. Et à cette occasion il donne une interview à l’hebdomadaire Le Point dont le contenu contient des affirmations « discutables », en restant poli. Je lui laisse son jugement sur la  participation électorale à tout juste un électeur sur deux qui le réjouit. Il explique la défaite des socialistes et des Républicains  par  le fait qu’ils ont fait de l’opposition systématique. Généralisation hâtive et curieuse conception de la démocratie.  Il est vrai que le Macronisme n’aime pas ce qui s’oppose.  Sans doute Christophe Béchu soutiendrait-il la réforme du règlement de l’Assemblée nationale qui restreint les droits de l’opposition,  comme si la Nation se réduisait à un parti politique aux ordres d’un Président  qui serait répartiteur du temps de parole…  sauf pour lui. J’ajouterai que faire référence à la  période où la droite a été au pouvoir pour  critiquer ses prises de position par  exemple sur les dotations aux collectivités  locales,  en s’affranchissant des contextes qui peut les expliquer, est une ficelle  pas très honnête.  La  droite n’a plus été au pouvoir depuis 2012  et sous-entendre qu’elle n’a  pas réformé  est  une contre-vérité.  Il oublie les  80 réformes réalisées sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy  malgré  la  crise de 2008. Il n’est pas certain que Macron en réalise autant. Je ne partage pas  du tout son avis sur l’action qui est  menée : le Président parle  beaucoup  mais agit peu, et quand il agit, il le fait  mal : la  réforme de la taxe d’habitation est une erreur monumentale, la réforme de la formation professionnelle aussi.  Cette recentralisation qu’il aurait combattue en un autre temps, il semble aujourd’hui s’en accommoder. La  vérité, c’est que le pouvoir actuel  mène une politique « radicale-socialiste » shootée à la dépense publique et ne réforme qu’à la marge.  Et  si le pays est en crise et en triste état, ça  n’est  pas le  fait de  l’opposition, mais bien celui d’une gouvernance inadaptée et inefficace. Les Républicains n’ont cessé de tirer le signal d’alarme sur le mécontentement qui couvait dans la France profonde depuis le début de l’année 2018,  sans jamais être ni entendus ni compris par une majorité arrogante et sûre d’elle-même. Soutenir Macron dans ces conditions, c’est faire le lit du Rassemblement national.

Etre de droite exige  de  la  cohérence.

« On peut ne pas avoir voté LR et rester pour autant de droite, non ? Continuer de penser que le travail, le mérite et la liberté sont des valeurs essentielles, que l'assistanat n'est pas une solution, que notre pays a besoin de réformes, que diminuer les dépenses publiques est un impératif et qu'il faut se garder de tout angélisme et naïveté sur l'immigration... ? » dit-il,  mais alors comment peut-il être solidaire d’un gouvernement qui pratique tout  le contraire : jamais l’assistanat n’a autant fleuri, jamais le communautarisme ne s’est aussi bien porté jusque dans les quartiers d’Angers, jamais les déficits n’ont été aussi importants puisque nous sommes la lanterne rouge en Europe et les champions du monde des prélèvements, quant à la naïveté  sur l’immigration j’aimerais savoir ce qu’il pense des 255 000 titres de séjours accordés en 2018…

En politique,  il n’y a pas de défaite, il n’y a que des échecs.

Les Républicains viennent de connaître un grave échec malgré une campagne enthousiasmante. Les causes en sont multiples, comme toujours et les  conséquences  douloureuses,  bien que les résultats de ce genre de scrutin soient rarement « fondateurs » de quelque chose de durable. Pourtant ce qui est sidérant c’est le déluge d’indignité généré par une partie de la classe  politique, assorti d’une sorte de jubilation hystérique de la part de certains. Ceux qui rêvent  de se  partager les dépouilles  du parti, lepénistes d’un côté, marcheurs de l’autre, unis dans un songe commun, pourraient bien en être pour leurs frais. Le  pire est venu du comportement des transfuges de LR qui après avoir trahi par opportunisme –personne ne croit à la fable « des valeurs »- se comportent aujourd’hui en charognards cyniques, faisant penser à ces  pillards qui font les poches des victimes d’une catastrophe :  ceux d’Agir, en première ligne, qui se ruent pour chercher à affaiblir un peu plus les Républicains, n’hésitant pas comme  Frédéric Lefebvre ou Thierry Solère à pratiquer l’outrance, comme s’ils voulaient exorciser leurs démons – quand je m’entends traité d’hyperdroitisé, c’est du même  ordre que Clémentine Autain qui juge Macron ultralibéral- . La dignité  leur a définitivement échappé. Mais voilà, il se trouve  encore chez les Républicains  des gens qui ont des convictions.  Celles-ci sont nobles  et respectables.  Des discours emprunts d’humanisme de Bellamy, je ne retranche pas une seule virgule. Le  parti se relèvera.  « Tenons bon, soyons fermes, soyons fidèles… » et il nous restera l’honneur.   Ce qui manque tant à ceux qui nous dénigrent.

 


PETIT JOURNAL DE L’ECONOMIE

Economie  bourse

 

Le « nouveau monde » selon Le Maire…

Les méthodes employées par notre « grand financier » relèvent des recettes économiques de notre arrière-grand-mère. Il fait partie d’un gouvernement dont le Premier Ministre, en bon social-démocrate, croit fermement aux vertus de l'intervention de « la main bien visible de l'Etat » dans l'économie. Voilà un environnement de rêve pour ce technocrate dont la besace regorge de propositions toutes plus étatistes les unes que les autres. On le retrouve donc sur le front de toutes les entreprises en difficultés avec  le succès que l’on sait : De General Electric  (merci Macron) à Ascoval et Blanquefort, on peut  mesurer l’étendue de l’efficacité de « l’Etat-stratège ». Mais le top de l’efficacité a été atteint par le  « fonds pour l'innovation » constitué au sein de l'établissement public Bpifrance, structure contrôlée par l'Etat. Un dispositif tellement performant que la Cour des comptes est venue mettre son nez dans son fonctionnement et, dans un rapport publié le 15 mai, s'est prononcée « pour sa suppression et la réintégration des 250 millions d'euros annuels dans le budget général via les dispositifs classiques de financement de l'innovation ». En cause, la multiplicité et la complexité des opérations nécessaires à la constitution de ce fonds n'ont pas permis de le rendre opérationnel en 2018, pour reprendre les mots de la Cour. Bref : du gaspillage d’argent public ! ? Il est clair que la création de ce fonds, annoncée en grandes pompes car répondant à des enjeux d'affichage politique, est une usine à gaz conçue dans la plus pure tradition française. L'efficacité de « l'Etat stratège » n'est qu'une légende, laquelle sévit en France au moins depuis le XVIIe siècle, et  prospère  plutôt dans les beaux cerveaux des technocrates jacobins. Un dernier exemple  ce matin : Fiat Chrysler ne veut plus de deal avec Renault qui avait demandé une journée de plus pour réfléchir. Il semble que Nissan soit parvenu à saborder le deal avec ses réticences. Xavier Bertrand va  être  content, pas  Bruno Le Maire !

Youpi, les investissements étrangers …

Voilà de quoi pousser un joli cocorico : une enquête sur le nombre de projets d'investissements étrangers montre que... la France a dépassé l'Allemagne ! Leur nombre en France en 2018 s’est monté à 1027 contre 973 en Allemagne.  Serait-on devenus champions d’Europe ? Eh non : la Grande-Bretagne est devant avec 1054. Sorry !  Ce serait quand même mieux si les investissements étaient français, mais voilà, au pays de l’enfer fiscal le capitaliste se fait rare. On est donc premiers sur les centres de Recherche & Développement financés par des capitaux étrangers. Et c’est bien normal puisque nous avons un système de crédit d'impôt recherche, financé par nos impôts, extrêmement généreux. Non seulement les étrangers investissent chez nous mais ils en profitent pour défiscaliser. Et  c'est nous qui payons...

Eclaircie sur la pompe ?

Le prix du pétrole s'est effondré, en dessous des 53 dollars sur le brut américain. Il était à 77 dollars il y a peu. Pourtant le pétrole iranien n'arrive plus sur le marché. Mais l'Arabie Saoudite alimente pour que les États-Unis continuent à mettre la pression sur l'Iran.  Et aussi la production du pétrole de schiste aux États-Unis continue à progresser, favorisée par les prix élevés. Il  y a une autre raison moins réjouissante :  les investisseurs anticipent un fort ralentissement de l'économie mondiale, notamment à cause des gesticulations tweetesques de Trump. Si ça se confirme, ça n'est pas réjouissant du tout.

Les  taux bas ne font pas les bons totaux.

Et c'est reparti, partout dans le monde. L'Australie en tête avec sa première baisse des taux depuis 3 ans pour contrer les effets négatifs du ralentissement de l'économie chinoise. De  son côté, Trump va pouvoir continuer son offensive commerciale contre la Chine, le Mexique et bientôt l'Europe, sans peser sur l'économie et les marchés, grâce à l'aide, une fois de plus, de la Banque centrale américaine.Il a suffi d'un mois de baisse relative sur les indices boursiers en mai, pour que le patron de la FED, Jay Powell, annonce que la Banque Centrale se tenait prête à baisser les taux. Il va donc continuer ses guerres commerciales au risque de faire dérailler l'économie et les marchés.

En France, en mai le taux de crédit immobilier moyen a atteint un nouveau record de baisse : 1,29%.
Du jamais vu depuis les 1.33% de décembre 2016. Et cela devrait continuer en juin. Les banques baissent les taux et repartent à l'attaque. Jamais les niveaux d’emprunts ont été aussi élevés…  L’argent pas cher rend fou !  Mais combien de temps les banques centrales vont-elles tenir l'économie mondiale et les marchés à bout de bras avec la baisse des taux d'intérêt ? Une fuite en avant !

Forcément ça finira mal… un jour  ou l’autre.

 


BOUILLONNEMENTS POST-ELECTORAUX

Européennes répartition des voix

Resultats-e-europeenes-2019 (1)

Des résultats sans lendemains.

Que d’excitation sur les  plateaux médiatiques,  que de commentaires définitifs et  péremptoires,  que d’assassinats  en règles  …  Pourtant, ils devraient bien savoir qu’aucune élection européenne n’a donné des résultats fondateurs. Performances ou revers, tous se sont révélés  sans lendemain.  Pour une raison simple : la  moitié du corps électoral  n’est pas allée voter.  On raisonne donc sur des bases erronées, les  électorats  captifs se mobilisant davantage,  ils avantagent leur camp. Le  graphique ci-dessus de comparaison avec la  présidentielle de 2017 est explicite. Alors ceux qui parient sur la « mort » de la droite feraient bien de se méfier. Le seul résultat qu’ils auront obtenu c’est la démission de Laurent Wauquiez.  Ils ne savent pas les malheureux qu’ils lui ont peut-être rendu service.

Sur les conditions du déroulement de ces élections,  il y a bien des choses à relever.

J’observe que Macron a perdu son pari,  mais  sur consignes de l’Elysée, des  médias complaisants l’ont transformé en victoire. La vérité, c’est que sur la moitié du corps électoral qui est venue voter,  puisque le  Président en avait fait un referendum sur sa personne (« Vous n’avez pas le  choix »), plus de 75% des suffrages exprimés ont choisi une forme de sanction.  D’ailleurs deux Français sur trois considèrent qu’il a perdu. Il a parait-il réduit la droite en miettes  et  cela suffirait à lui déblayer le chemin. On s’apercevra rapidement que ça n’est pas du tout la réalité et que la fin de son quinquennat va  être chahutée.

J’observe aussi que le Président s’est arrogé un temps de parole dont le « grand débat » a été le prétexte.  Celui-ci, sans contradiction, a été de nature à influencer pendant des semaines toute une partie de l’électorat qui passe ses après-midis devant la télé.  Après on s’étonne qu’il a attiré à lui une part importante des retraités. La  prolongation du « grand débat » a été une manière d’occulter la campagne des Européennes et d’empêcher le débat sur l’Europe pour lequel Macron se savait bien isolé. Malgré son engagement  en dehors de toute règle de bienséance, il a eu bien du mal à faire face, notamment à cause de la médiocrité de sa tête de liste.

J’observe encore que Macron s’est comporté en Président d’un clan et qu’il a, de fait,  entamé sa capacité à être  le Président de tous les Français. Il a abîmé un peu  plus notre démocratie. Les études d’opinion indiquent d’ailleurs que sa politique est rejetée par près de 80% de nos concitoyens. Le pays profond continue d’aller mal et les remèdes proposés jusqu’à maintenant ne favorisent pas le retour à une cohésion nationale.

J’observe enfin que la majorité présidentielle fait toujours preuve d’autant d’arrogance, et je sens même, à l’égard des Républicains, une sorte de haine diffuse de la  part de ceux qui l’ont ralliée en provenance de la droite, comme s’ils cherchaient à masquer la honte de leur trahison. Leur empressement à susciter d’autres ralliements par le chantage frise l’indécence quand ce n’est pas de l’inconséquence.

Les idées ne meurent pas.

La droite a été fort démunie face au tam-tam médiatique  de  la  "campagne officielle". Cela n'empêche pas qu'il  y ait un espace politique entre la fausse droite de Macron qui continue de faire du Hollande, mais qui se sert habilement de Philippe et de ses laquais Darmanin et Le Maire, et l’extrême-droite même ripolinée  en « Rassemblement national » de Marine Le Pen dont le  programme  économique rappelle celui de feu Georges Marchais. Cet espace politique c’est celui de tous les problèmes  non traités  par Macron :  le  chômage, les déficits,  la dette dont le FMI s’inquiète, les  prélèvements  confiscatoires, les territoires abandonnés, la montée du  communautarisme, la famille, l’éducation et la jeunesse,  l’écologie  responsable … Réinventer une « France pour tous », voilà un beau sujet avec   comme objectif le retour à la prospérité pour tous !

 


EN REPONSE A LECORNU ET A CEUX QUI DESERTENT…

Cyrano

 

Monsieur Lecornu a l’indécence d’appeler les élus LR à rejoindre la  fausse  droite de ceux qui ont trahi.  Il  y aura forcément quelques brebis apeurées  pour y répondre. Je  leur dédie ce  passage de Cyrano de Bergerac. Car, manifestement nous n’avons pas  les mêmes valeurs ni les mêmes convictions. 

« …Et que faudrait-il faire ?
Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,
Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc
Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,
Grimper par ruse au lieu de s’élever par force ?
Non, merci.

Dédier, comme tous ils le font,
Des vers aux financiers ? Se changer en bouffon
Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un ministre,
Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?
Non, merci.

Déjeuner, chaque jour, d’un crapaud ?
Avoir un ventre usé par la marche ? Une peau
Qui plus vite, à l’endroit des genoux, devient sale ?
Exécuter des tours de souplesse dorsale ?…
Non, merci.

D’une main flatter la chèvre au cou
Cependant que, de l’autre, on arrose le chou,
Et donneur de séné par désir de rhubarbe,
Avoir un encensoir, toujours, dans quelque barbe ?
Non, merci !

Se pousser de giron en giron,
Devenir un petit grand homme dans un rond,
Et naviguer, avec des madrigaux pour rames,
Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ?
Non, merci ! ... » 

A bon entendeur…

Et je complète avec cette  excellente notre de Maxime Tandonnet :

« Un maire qui sera élu sans l’appui du MODEM ou LREM sera l’ennemi du président " Cette phrase, prononcée par un député européen LREM, illustre une évolution préoccupante  de la vie politique française [même s’il s’en est excusé par la suite]. Un maire qui ne ferait pas allégeance au président serait traité en ennemi par ce dernier. Cette déclaration repose sur une vision des choses  foncièrement antirépublicaine. Elle viole la Constitution selon laquelle le président de la République « assure par son arbitrage » le fonctionnement régulier des pouvoirs publics, dès lors président impartial de tous les Français – et de tous les maires. Tout un état d’esprit, une mentalité se profilent derrière cette phrase. De fait, elle n’est que le reflet d’une évolution du régime politique français qui l’éloigne des valeurs de la démocratie. Il ne saurait donc y avoir de maire qu’asservi au culte du chef de l’Etat. Telle est la conception de la libre administration des collectivités locales qui s’en dégage. La réélection de 2022 semble dès lors tout justifier, jusqu’à la mise en cause du socle même des principes de la République. Par ailleurs, les manœuvres destinées à achever de détruire l’opposition républicaine se précipitent, avec la bénédiction d’une partie de la presse et des médias, comme pour couvrir les déceptions, les échecs  et l’effondrement d’une popularité. Un climat profondément malsain et délétère s’est emparé du pays. Nul ne sait de quoi demain est fait. Que sera l’issue du troisième, ou du quatrième acte? Tout va dans le sens d’un désastre. Mais en attendant, j’ai envie de dire aux élus républicains, tentés de céder au chantage des municipales: « vous avez choisi le déshonneur pour éviter la défaite. Vous aurez le déshonneur et la défaite ».