« EN MÊME TEMPS », LA POLITIQUE DES COCUS ALTERNATIFS !
LA FIN DE L’INDIVIDU !

LA CRETINISATION EN MARCHE.

Crétin

 

« Mort aux cons » s’était écrié un quidam au passage du Général De Gaulle. Celui-ci lui avait répondu : « Vaste programme » ! Cette anecdote m’est revenue à l’esprit en lisant il y a quelques jours l’éditorial de Vincent Trémollet de Villers dans Le Figaro. Celui-ci y dénonçait les actions agressives contre les éleveurs des animalistes, portés par la philosophie de l’antispécisme.  Il voulait y voir surtout le symptôme « d’une crétinisation qui depuis quelques temps prend des proportions insensées ». Il n’a pas tort. En fait l’éditorialiste a mis le doigt sur un sujet qui ne se limite pas, malheureusement aux seuls antispécistes. La crétinisation, c’est le thème qui est repris par d’autres journalistes, écrivains ou essayistes, constatant l’étendue de ses dégâts dans bien d’autres domaines. Et de fait, notre époque semble favoriser tout ce qui peut concourir à la crétinisation de la population.

L’Ecole, d’abord.

Je ne reviens pas sur l’ouvrage de Jean-Paul Brighelli, « la fabrique du crétin », écrit dans les années 80, où il dénonçait déjà tout ce qui conduisait à l’affaiblissement de la connaissance et de l’esprit critique. On en mesure aujourd’hui la pertinence. Nos hautes instances, affolées par les inégalités que l’abdication de la récompense de l’effort et du mérite a provoquée, en sont à distribuer les places en fonction de l’appartenance ethnique ou du genre, décisions nourries par un discours de victimisation. Ainsi, par exemple, on supprime à Sciences-Po l’épreuve de culture générale ce qui évite de mesurer l’inculture. Avec la disparition des notes, l’histoire en miettes, on fabrique, faute d’exigences, des générations d’incultes qui vont se trouver fort démunies face à l’Intelligence artificielle.

La fin de l’individu.

La crétinisation nous guette aussi avec tous les services que nous rendent déjà les nombreuses applications sur nos portables ou tablettes, qui, certes nous apportent du confort, mais surtout nous évitent de réfléchir et de penser. Le « nudge » nous prend déjà en charge, comme l’explique Gaspard Koening, au détriment de notre « libre arbitre ». En nous procurant un service toujours plus irrésistible, en nous promettant une information quasi exhaustive, les technologies nouvelles nous dissuadent de décider et de délibérer par nous-mêmes. Pourtant l’intelligence humaine est si complexe qu’il faudrait pour la copier, fabriquer un système auto-organisateur ayant la capacité d’apprendre par lui-même, par l’expérience, et rien ne permet pour l’instant d’envisager une intelligence artificielle dotée du « sens commun » polyvalent et généraliste dont disposent les humains. Encore faut-il que ces derniers continuent d’exploiter leur cerveau, ce à quoi l’Ecole semble renoncer. Car, face aux multiples faisceaux du « nudge », seuls les esprits munis d’un solide sens critique et d’une culture approfondie pourront se défendre, et préserver leur libre arbitre.

Les réseaux sociaux et  les chaines d’info en continu.

L’individu du 21ème siècle est en plus soumis à un pilonnage en règle qui le soumet à un torrent d’informations et d’avis en tous genres sans qu’il ait tous les repères pour forger son propre jugement. Les réseaux sociaux sont redoutables : il s’y côtoie le vrai et le faux en toute impunité, la vérité scientifique y exposée au feu roulant des théories obscurantistes, les injures remplacent les arguments, la bêtise s’y étale plus facilement que la culture et l’intelligence. Les chaines d’info contribuent  aussi à la crétinisation. 24H sur 24, elles débitent leur flux d’information sur tous les sujets d’actualités, experts plus ou moins avérés, commentateurs plus bavards que compétents, débats débouchant le plus souvent sur la confusion. Seul le citoyen éclairé et muni d’une solide culture ne s’en laissera pas compter. Je crains que ce soit devenu une denrée rare. Il s’en suit alors des effets de mode, les médias étant entre les mains d’une intelligentsia orientée et de lobbys fortement installés. La cabale contre Zemmour en témoigne.

La confusion politique.

Depuis la pratique du « en même temps » qui veut nous faire croire que toutes les idées se valent et qu’il suffit de faire confiance à la technique pour gouverner (entendez technocrate), les gens ont de moins en moins des convictions.  Et ceux qui en ont sont soumis au feu des censures les plus violentes dès lors que leurs convictions déplaisent : c’est un séminaire sur la radicalisation qui est suspendu à la Sorbonne, sous la pression de groupuscules islamogauchistes, c’est la philosophe Sylviane Agacinsky qui a vu déprogrammée sa conférence prévue de longue date sur « la procréation à l’heure de la technique », à l’université de Bordeaux sous la pression des LGBT, en raison de son opposition connue à la PMA. L’avachissement de nos instances gouvernantes à tous niveaux est patent et est de nature à créer la confusion. Le règne de l’intimidation prévaut, qu’il s’agisse de sujets graves comme la bioéthique qui mériteraient des débats approfondis, ou de la place de l’Islam dans la République qui devrait compter avec des positions claires au plus haut niveau. Mais que dire d’un Président qui ajoute à la confusion pour ne pas créer la confusion ! Un président plus acteur de théâtre que décideur politique.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)