C'EST LE PRINTEMPS !
RETRAITES : LE LEVIER DE L’AGE ET DE LA DUREE

RETRAITES : DONNEES INCONTOURNABLES

P1020934

Le rapport du Comité d’Orientation des Retraites plante le décor. Les données qu’il égrène pourront sembler relever du catastrophisme, elles sont pourtant bien établies et les chiffres sont connus depuis longtemps. Le reproche qu’on pourrait lui faire, y compris pour la version la plus pessimiste, c’est d’être établi à partir d’hypothèses économiques encore très optimistes, trop diront même certains. Par son caractère « partagé », il n’est pourtant pas contestable et il constitue une base discutable (peut-être), mais incontestable –sûrement-, pour les négociations qui viennent de s’engager entre partenaires sociaux et gouvernement.

Au-delà des postures que pourront prendre les uns ou les autres, qu’en est-il exactement ? Que penser des solutions proposées ? Quels sont leurs avantages et inconvénients ?

Essayons d’y voir clair, et pour une fois, sans vaine polémique.

Premier constat : on ne peut rien contre la démographie. A l’horizon 2050, on a la base de départ : les enfants qui auront l’âge de la retraite sont tous nés. On peut connaître leur parcours grâce aux statistiques. On sait combien ils seront à avoir 60 ans. Et les chiffres sont terribles : en 1990 il y avait moins de 10 millions de retraités, il y en a 16 millions aujourd’hui, il y en aura 21 millions en 2030… Où est le problème ?  Dans le nombre des actifs qui doivent, par le système de répartition, prendre en charge par leurs cotisations retraites, les pensions des retraités. Logiquement, le système fonctionne tant que le montant total des cotisations est supérieur à celui des pensions. Ce montant total est le fruit du produit entre cotisation moyenne et nombre de cotisants. Or, si celui-ci ne cesse d'augmenter, il le fait à un rythme bien plus faible que celui du nombre de retraités. Jusqu'à la fin des années 80 on comptait ainsi au moins deux cotisants pour un seul retraité. La proportion est passée en 2008 à 1,45 cotisant pour un retraité et le Conseil d'orientation des retraites prévoit un rapport de un cotisant pour un retraité en 2030. Ensuite, la France comptera moins d'un cotisant par retraité. Seule variable d’ajustement : l’apport migratoire qu’une croissance soutenue rendrait nécessaire. Ce serait des cotisants en plus.

Deuxième constat : la vie s’allonge tandis que la vie active se rétrécit. On gagne un trimestre de vie supplémentaire par année, nous disent les statistiques démographiques. Pour s’en convaincre, il suffit de constater l’augmentation du nombre des centenaires. Personne ne s’en plaindra. Mais les conditions de vie d’aujourd’hui qui allongent les études, qui rendent laborieuse l’accroche du premier emploi, et qui à l’autre bout décrochent les « séniors » à partir de 55 ans à coups de préretraites, constituent le paradoxe français et fondent une singulière impasse pour le financement de la vie après le travail. Si on ne peut raisonnablement envisager de raccourcir la vie, on peut faire quelque chose pour rendre la vie active plus « productive », c’est-à-dire faire en sorte qu’elle commence plus tôt et qu’elle finisse plus tard. Le correctif s’imposera à un moment ou à un autre, quand la situation ne sera plus soutenable : on y est !

Quelles solutions envisager, si on veut garder le système par répartition, évidemment ? Elles sont de deux ordres : mécaniques, avec des décisions portant sur les paramètres en âge et en durée de cotisation, et financières, avec des décisions permettant de réunir les ressources nécessaires au paiement des pensions. Aucune ne sera indolore : au bout de la négociation il ne peut y avoir que des mauvaises nouvelles. Et il faudra avoir le courage, d’un côté comme de l’autre, d’y faire face. Ce sera plus facile à faire accepter si le sentiment que les décisions sont justes. Il fat donc trouver l’équilibre entre ce qui est socialement acceptable et économiquement supportable. Là encore, aucune mesure ne sera neutre.

La suite…. Demain.


Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)