LE GACHIS DES 35 HEURES
DETTE EN CHIFFRES

VŒUX DETTE …

Contribuable détroussé


Les pays développés ont connu, avec la crise de 2008-2009, une détérioration considérable de leurs finances publiques. La France n’y a pas échappé, évidemment. Deux causes en sont à l’origine : la chute des recettes, conséquence directe de la baisse de l’activité économique, et le plan de relance qui s’est traduit par une hausse importante des dépenses publiques. Et dans un pays à fort « état providence » comme le nôtre, le recul de l’activité entraîne aussi une augmentation mécanique et importante des dépenses sociales, ce qu’on appelle en jargon comptable : des « revenus de transfert ». La conséquence, c’est que l’endettement public s’y est accru, comme partout en Europe et dans les pays développés.

C’est pourquoi, dans notre pays,  l’état doit dès que possible entamer un processus résolu de diminution de la dépense publique. Pour que cette stratégie soit couronnée de succès, il faudrait que la baisse de la dépense publique soit engagée pour longtemps et fasse l’objet d’un consensus national. Il est nécessaire aussi que cette diminution ne soit pas nocive pour l’économie mais bénéficie, autant que possible, au secteur privé pour que les emplois supprimés dans le secteur public soient transférés dans la sphère marchande. Enfin, la baisse de la dépense publique doit être présentée non pas comme une « réforme », mais comme un processus à long terme, indispensable pour que l’économie française reste en croissance et ne connaisse pas d’accident majeur.

Et il est urgent que la fuite en avant s’arrête. Comme le soulignent les spécialistes, une dette publique excessivement lourde crée trois types de problèmes, par ordre croissant de gravité : une perte de capacité d’action de la politique économique ; une augmentation des taux d’intérêt demandés par les créanciers de l’état, en cas de dégradation de la notation de la dette, et donc un accroissement exponentiel de l’endettement public ; le rééchelonnement de dette ou la faillite, quand l’état devient incapable de faire face à ses engagements.

D’ailleurs, la question de la dette figure parmi les principales préoccupations des Français, toutes catégories d’âge et socioprofessionnelle confondues, dont la grande majorité se déclarent inquiets de l’évolution des déficits de l’état. Ils commencent à se rendre compte que leurs enfants devront payer la facture. Mais les études montrent qu’ils en ont une approche dominée par une dimension plus morale qu’économique et financière puisque 69% d’entre eux considèrent que le problème de la dette est qu’elle constitue « un lourd fardeau pour les générations futures ». A cette inquiétude pour les finances publiques s’ajoute celle, encore plus importante, concernant le problème des retraites.


Si on écoute nos concitoyens, ceux-ci privilégient la baisse des dépenses de l'état (92 %) par rapport à une augmentation des prélèvements obligatoires (8 %), ce qui valide le chemin poursuivi par le gouvernement, et une grande majorité d’entre eux (72%) en font une urgence, en estimant que la crise économique ne justifie pas de reporter l'effort de réduction de la dette.


Comme on le voit, le gouvernement a raison de se saisir dès maintenant du problème. Il lui faudra trouver sur cet épineux dossier, comme pour les retraites, la quadrature du cercle. Car, c’est bien connu, les Français sont toujours prêts à l’effort à condition que ce soit les autres qui le fassent.


Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)