NOTRE CULTURE PREND L’EAU DE TOUTES PARTS !
LA PROPORTIONNELLE DE TOUS LES DANGERS.

EMPLOI, FINANCES, Où EST LA REALITE ?

Dette publique

En ces temps de  crise, il est bien difficile aux Français de se faire une idée de l’état réel dans lequel se trouve notre pays. On sait que l’activité économique s’est effondrée de 9% sur l’ensemble de l’année 2020 et qu’elle reste à l’étiage. Des moyens financiers hors-normes sont mobilisés pour lutter contre les conséquences économiques de la crise sanitaire, mais qui peut affirmer avec certitude qu’on dit toute la vérité à nos compatriotes ? Les statistiques habituelles sont faussées par l’enchevêtrement des aides de l’Etat et ce qu’elles mesurent ne veut plus dire grand-chose.

La situation de l’emploi.

Ainsi, il est bien difficile de dire quelle est la réalité du chômage et son ampleur. Le recul du PIB nous permet d’imaginer la violence du choc sur l’emploi.  Les données de base sont connues : notre population active compte 29,2 millions de personnes, dont environ 6 millions dans la fonction publique. Bercy, puis l’Insee  ont évalué les destructions nettes d’emplois autour de 700 à 800 000 pour l’année 2020,  mais paradoxalement, la courbe du chômage n’a guère bougé.  En tout cas, pas  pour le moment. La pléthore des statistiques n’empêche pas que nous soyons dans le brouillard,  tant la frontière entre le travail et l’absence d’activité est devenue floue. La difficulté provient de « l’activité partielle » largement soutenue par les dispositifs d’aide qui permettent de maintenir les salariés au sein de l’entreprise. 

A la Dares, au Ministère du Travail, on recensait 2,6 millions de salariés concernés, en novembre  2020.  Cette nationalisation déguisée des salaires empêche de mesurer les dégâts réels en terme de  réductions d’emplois par une « rétention de main d’œuvre » comme l’indique l’Insee avec cette jolie expression. La facture en est salée pour les finances publiques : 30 milliards d’euros en 2020 (1,5% du PIB). Les enquêtes  de notre institut national établissaient au 3ème trimestre 2020 un taux de chômage de 9% à quoi il fallait ajouter un « halo » de 1,7 millions de gens au statut pas  vraiment défini, entre chômeur et employé.  Le calcul selon les  normes du BIT avait même mesuré un recul du chômage, c’est dire : les gens confinés étaient dans l’impossibilité matérielle de chercher un emploi. Dans le « halo », il n’est pas certain qu’on trouve  les intermittents, les CDD, les intérimaires, les saisonniers, les autoentrepreneurs qui sortent pour la plupart des radars. Une certitude : l’addition des 6 millions de demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi et des 2,6 millions d’actifs en « chômage partiel » équivaut  à la moitié des salariés du secteur privé,  en approchant des 9 millions. Il n’est pas difficile d’imaginer ce qu’il en sera au moment de la reprise d’activité. C’est là qu’on mesurera vraiment les dégâts, quand les entreprises zombies maintenues artificiellement en vie déposeront le bilan.

La face cachée de la dette.

Mille milliards… aurait crié le capitaine Haddock. Le « quoi qu’il en coûte » présidentiel y ressemble :  les milliards semblent tomber du ciel, sans fin, créant l’illusion d’une richesse inépuisable.  Sauf que celle-ci n’existe pas. La réalité c’est qu’en 2020, la France a emprunté des sommes gigantesques : 1 milliard par jour, ou 700 000 euros par minute. L’argent coule à flots,  comme par magie, mais il n’est pas gratuit. La  vérité, c’est que la dette française détenue par le système financier, les épargnants et la BCE, explose et constitue une véritable bombe  à retardement. Nos finances publiques sont entrées dans une zone rouge, dans un contexte compliqué, avec une société à cran, les fermetures administratives  et le chômage qui remonte, car évidemment, on commence à voir s’aligner les chiffres  des suppressions d’emplois dans les secteurs impactés par la crise.  Il faut bien savoir qu’en vingt ans, le poids de la dette dans la richesse nationale a doublé. Elle représentait 60% du PIB dans les années 2 000, elle atteint aujourd’hui les 120%. Mais en réalité,  en valeur, son poids a triplé, passant de 1 050 milliards d’euros à  environ 2 800 milliards aujourd’hui et, très vraisemblablement 3 000 milliards en 2022. Il faut y ajouter la dette invisible,  celle qui n’est pas prise en compte dans les mesures selon Maastricht.  Il faut ajouter 4 000 milliards de dettes hors bilan supplémentaires, qui correspondent aux engagements de l’Etat.

L’argent coule à flots, mais au moins on voudrait penser qu’il est bien utilisé. Tout le problème c’est qu’il est largement gaspillé dans les tuyauteries ministérielles. Pendant le confinement, environ 40% des effectifs de  la fonction publique d’Etat étaient payés  100%  tout en restant chez eux sans travailler. Nos administrations ont montré leur manque d’agilité. Ce qui est frappant c’est le contraste entre les sommes dépensées et les résultats calamiteux. Pour prendre un exemple concret, le statut des agents publics hospitaliers ajouté à la suradministration de l’hôpital ont eu pour conséquence l’arrêt beaucoup plus important de notre économie par rapport à  nos voisins allemands… nous avons un nombre d’agents au ministère de la Santé supérieur (plus de 11 000) à tous les pays comparables et  nous n’arrivons pas à gérer la logistique en interne.  L’argent va à des emplois administratifs au lieu de s’investir dans l’amélioration des services sous-dimensionnés. Bref, notre suradministration nous coûte 84 milliards d’euros par an selon l’IFRAP. Encore faudrait-il évoquer le cloisonnement qui fait que les préfets, les maires, les ministres, les présidents de région, les départements, les  ARS ne se parlent pas vraiment, ajoutant à la lourdeur, les cafouillages bien connus ( les masques, les tests, et aujourd’hui la vaccination).

La question du remboursement.

La dette détenue par la Banque Centrale européenne ne pourra pas être effacée d’un trait de plume. Et il est dangereux et irresponsable de laisser penser que ce pourrait être le cas. Car  la  valeur de la signature de la France repose sur la confiance et celle-ci est volatile. Nous dépendons financièrement presque totalement de la BCE, de ses engagements et des votes du Conseil des gouverneurs. Si la banque européenne est intervenue massivement, c’est pour éviter une crise des dettes souveraines : en mars 2020, les taux d’emprunts divergeaient rapidement entre l’Allemagne et l’Italie… et la  France. Il fallait voler au secours des états les plus fragiles. Le soutien de la BCE ne sera pas éternel et inévitablement les vannes vont se refermer progressivement. Il nous faudra donc revenir aux règles de bonne gestion quand les pays européens les plus vertueux vont dire stop aux politiques de taux négatifs et de rachat de dettes publiques. La question est de savoir combien de temps ils vont laisser à la France devenue désormais un des maillons faibles de l’Union. Le temps nous est compté.  L’argent magique et gratuit n’existe pas.  On finit toujours par payer la note.

Conforter la confiance dans la signature de la France est fondamental alors que l’Etat va encore emprunter plus de 260 milliards d’euros en 2021, et les besoins seront du même ordre les années suivantes. Il faut donc faire la démonstration de la volonté de la France de réduire son endettement, si l’on veut que les non-résidents qui détiennent la moitié de notre dette ne se détournent de notre pays. Il faudra mettre en œuvre rapidement un plan pour ramener la dette à 100% du PIB. Un sujet pour les candidats à la présidentielle !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)