UNE QUESTION QUE JE ME POSE …
31 JANVIER : SENTIMENTS AMBIVALENTS

LA CHINE DANS UNE IMPASSE ?

Chine grande muraille

 

Une pandémie au mauvais moment.

L’épidémie du coronavirus met le projecteur sur la Chine et vient compliquer la tâche des dirigeants chinois au moment où l’économie donne des signes d’essoufflement. En réalité, elle est en crise. Elle a affiché en 2019 sa croissance la plus basse depuis 30 ans, et les chiffres réels sont probablement nettement inférieurs aux chiffres officiels : les 6%  publiés avoisineraient plutôt les 2% ; les faillites d’entreprises sont en hausse de 20%, la bourse de Shanghaï a chuté de 25% l’an dernier et la  fuite des capitaux s’intensifie. Au moment où la République populaire fête ses 70 ans, elle doit faire face à la fin du cycle de ses « quarante glorieuses » et concomitamment à une transformation de son statut et de son environnement. L'épidémie qui touche le pays rend l'équation encore plus complexe. Les investisseurs s’attendent à un long épisode d’épidémie qui risque de peser durablement sur l’économie. L’épisode précédent du Sras, en 2003, avait provoqué un manque à gagner de 18 milliards de dollars pour l’Asie du Sud-Est.  Depuis la  Chine a pris un poids beaucoup plus considérable dans l’économie mondiale pour atteindre plus de 15% du PIB mondial. Les répercussions sur l’économie mondiale ne sont pas à négliger et dépendront de la gravité de la  pandémie. Voilà qui explique pourquoi les bourses  ont plongé.

Les quatre principes de la prospérité.

Deng Xiaoping avait organisé le développement de la Chine autour de quatre principes : le maintien du monopole du PC équilibré  par un pouvoir collégial limité à 10 ans, l’ouverture de l’économie aux mécanismes du marché et à l’international, l’assouplissement du contrôle idéologique sur l’économie et la société, l’émergence pacifique sur la scène internationale. Le résultat en a été un formidable développement, la Chine devenant l’usine du monde grâce à la mondialisation. Mais ce modèle de développement fondé sur l’industrie, l’exportation et la dette se trouve aujourd’hui dans une impasse.  Les causes sont évidemment multiples. La  première est purement arithmétique : compte tenu de la progression du PIB, il est plus compliqué aujourd'hui, de progresser en % qu'il y a 20 ans, la base de l'équation, en valeur absolue, étant nettement plus élevée. Il faut compter aussi avec la démographie : effondrement du taux de fécondité et allongement de la durée de vie, un scénario à la japonaise. Enfin, la Chine a choisi de sortir de la crise de 2008 en se focalisant sur la consommation intérieure et plus seulement sur les exportations. Mais les causes profondes tiennent dans la gouvernance imposée par Xi Jinping.

Le retour à la présidence impériale et au dogme marxiste.

La réorientation stratégique a été actée par le XIXème congrès, avec la mise ne place d’une présidence à vie, la consolidation du secteur des entreprises d’Etat, la réaffirmation du dogme marxiste sur l’économie et les universités, et surtout la revendication ouverte d’un leadership mondial à l’horizon 2049 à travers le projet des « nouvelles routes de la soie ». Cette nouvelle volonté de contrôler l’économie a compliqué son recentrage sur le marché interne et accentué son ralentissement. La Chine connaît un gonflement des dettes privées et publiques qui représentent plus de 260% du PIB, et engendrent des bulles spéculatives dangereuses, pendant que la multiplication des projets dans le cadre des « nouvelles routes de la soie » provoque des pénuries de financement. Enfin, l’affirmation agressive du leadership chinois fait peur et débouche sur des résistances face à une économie de prédation dirigée par l’Etat chinois qui s’accompagne d’une mise sous tutelle des Etats aidés et de leurs actifs stratégiques. La guerre commerciale enclenchée par Trump a mis un coup d’arrêt à l’expansion commerciale chinoise et constitue en même temps un signal d’alerte pour les autres puissances. Mais, sous le feu croisé du ralentissement économique, de l’escalade de la guerre commerciale et technologique, Xi Jinping s’est résolu à faire quelques concessions tactiques : l’accord de phase 1 avec les Etats-Unis en fait partie. Un armistice qui n’empêchera pas la poursuite de la confrontation technologique.

Un leadership compromis ?

La  crise sanitaire ne sera qu’un épisode. On voit à l’œuvre l’Etat centralisé dans la manière dont il traite le  confinement de l’épidémie. C’est le côté positif du pouvoir autoritaire. Néanmoins, le renforcement du contrôle de l’Etat va se poursuivre : sur la population à travers le programme de surveillance numérique continue, sur les entreprises avec la multiplication des incarcérations de dirigeants du secteur privé, sur le capitalisme chinois avec le frein à son ouverture internationale, sur la société en général avec la réaffirmation du dogme marxiste dans les médias. Vis-à-vis de l’extérieur, la Chine entend s’imposer à Hong-Kong et mettre la pression sur Taïwan, annexer la mer de Chine du Sud et instrumentaliser la Corée du Nord pour affaiblir la présence américaine en Asie. Ces orientations pourraient remettre en question la conquête du leadership mondial. En effet, la priorité donnée au contrôle entrave la transformation de l’économie et fait peser une chape de plomb sur la société. La restriction des espaces de liberté est difficilement compatible avec une économie de connaissance et d’innovation. Le pouvoir absolu joue toujours contre les réformes et c’est le développement du pays qui en pâtira. Xi Jinping n’a rien compris aux causes des « 40 glorieuses » !

Une fois l'épidémie passée, et la phase 1 des accords commerciaux avec les États-Unis signée, il faut s’attendre à ce que la Chine se lance dans une super relance : monétaire avec des injections de liquidités massives, budgétaire avec des baisses d'impôts et des investissements d'infrastructure.
Cela ne permettra pas à sa croissance de rebondir significativement, mais cela évitera un ralentissement économique plus marqué. En attendant la contagion s’étend : 132 morts, 6 000 personnes contaminées. Plus que le SRAS qui avait touché 5 327 personnes dans le pays. Autrement dit, ça craint !

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)