PERIPETIES POST-ELECTORALES
LE FIL A COUPER LE BEURRE

SOURIEZ, C’EST L’ETE ! (1)

Retraites

 

D’abord un peu d’Histoire.

Le bruit  a couru qu’à la suite de sa cuisante défaite,  le PS serait obligé de vendre son siège de la rue de Solférino. Mais sait-on à quoi se réfère le  nom de cette rue ?

24 juin 1859 : la victoire française de Solférino.

Mais qu’est-on allé faire en 1859 aux confins de la Vénétie avec nos troupes en campagne ? C’est que  la  bataille que les  Français ont livré ce jour-là aux Autrichiens  n’est pas le fait du hasard, on s’en doute bien.  Rappelons-nous : on est sous Napoléon III.  C’est le  Second Empire. De l’autre côté  des  Alpes, l’Italie, fractionnée entre petits duchés, Etats du Pape et le Royaume de Piémont-Sardaigne, n’a pas encore fait son « unité ».  Justement, c’est le sujet. A Plombières, Napoléon III a promis au rusé Cavour, Ministre de Victor-Emmanuel II, roi de Piémont-Sardaigne, que la France interviendrait en faveur de ce dernier si l’Autriche l’attaquait. Dans  l’accord, il était convenu que le Piémont recevrait le royaume lombardo-vénitien, les duchés de Parme,  Modène et Toscane et une partie des états pontificaux. Nice et la Savoie reviendraient à la France. Vieux rêve napoléonien de redonner des frontières naturelles à la France ! Evidemment, Cavour qui oeuvrait passionnément à l’unité de la  péninsule  au profit du royaume de son maître, insupporta suffisamment l’empire autrichien pour qu’il  lui déclare la guerre. C’est ainsi qu’en 1859, Napoléon III entra en campagne,  en annonçant « une Italie libre des Alpes à l’Adriatique ». On résume  … Après la  victoire non décisive de Magenta (4 juin 1859), à l’issue d’une bataille décousue, les Français progressent vers la Vénétie et se heurtent presque par hasard aux Autrichiens à Solférino.  On est le 24 juin. Niel se  distingue sous les ordres de Canrobert : 22 000 morts du côté autrichien, 17 000 dans le camp franco-piémontais, une vraie boucherie !  Un témoin, au spectacle de ces morts et de ces blessés, eut l’idée de fonder la « Croix Rouge ». C’était le Suisse Henri Dunant. Les  Français avaient contribué à remporter une victoire décisive, mais Napoléon  III n’ordonna pas de  poursuivre  les Autrichiens pour qu’elle soit totale. C’est qu’il était pris entre la pression des catholiques, inquiets pour les états du Pape, et ses sympathies pour l’unité italienne. Finalement il favorisa l’expansionnisme de Cavour. Le Piémont acquit toute l’Italie centrale (24 mars 1860) et grâce à son allié français, le roi Victor-Emmanuel II  reçut le soutien de la Prusse qui avait des vues sur l’unité allemande de son côté.  C’est ainsi que le royaume piémontais devint royaume d’Italie et reçut la Vénétie, une fois que les Prussiens eurent réglé leur compte aux Autrichiens à Sadowa (1866).  Il ne restait plus que Rome…   La France eut évidemment sa part avec Nice et la Savoie. La suite est  moins glorieuse avec  les Prussiens et la guerre de 1870…  Mais c’est une autre histoire.

Détendons-nous.

Quelques devinettes :

Qui a dit :

« Qui m’aime me suive ! »

  • Philippe VI de Valois
  • Louis XIV
  • Madame de Pompadour

« L’argent n’a pas d’odeur »

  • Louis XI
  • Fouquet
  • Vespasien (empereur romain)

« Impossible n’est pas Français »

  • François 1er
  • Napoléon 1er
  • César

(réponses demain)

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)