LA REPUBLIQUE DES COPAINS
A ANGERS, CHRISTOPHE BECHU A TOUTES SES CHANCES !

PUISQU’ON VOUS DIT QUE TOUT VA BIEN …

 

Le chiffre : 34,8 milliards d’euros 

C’est le montant total des crédits à la consommation accordés en 2013.Un montant en recul de 1,3% par rapport à 2012 qui était déjà un mauvais cru (-4,9%). Au total, en 2013, le montant des nouveaux financements s’est contracté de 22% par rapport au pic historique de 2007. Moins de voiture, moins de biens d’équipement, …

 

Le sentiment d’appauvrissement.

Quoi qu’on en dise, l’économie de la France est toujours en récession. Certes, le PIN a bien augmenté de 0,2% en 2013. Cette augmentation famélique est bien réelle mais elle doit être mise en relation avec un autre paramètre, toujours occulté : l’augmentation de la population. Or, celle-ci s’est accrue de 278 000 personnes l’an passé, soit + 0,4%, comme un an plus tôt alors que la croissance était de 0%. Autrement dit l’écart grandit entre le PIB du pays et le PIB de chaque habitant qui est inférieur de presque 3% à ce qu’il était en 2007. Car entre 2007 et 2013, la population est passée de 63,6 à 65,8 millions d’habitants, soit 2,2 millions supplémentaires. On ne peut donc pas s’étonner du sentiment d’appauvrissement ressenti par les Français, car il est bien réel et il est accentué par la purge fiscale de Cazeneuve. Le gâteau n’augmente pas, voire tend à diminuer, mais le nombre de convives augmente !

Ce sentiment est confirmé par une enquête très approfondie de IPSOS : jamais le sentiment de précarité n’a été aussi élevé en France. Ainsi 60% de nos compatriotes se considèrent en « régression sociale » par rapport à leurs parents au même âge, 68% s’estiment vulnérables, 61% redoutent des difficultés financières et de basculer dans la précarité, 48% de perdre leur emploi.

Une autre étude réalisée par BFM Business révèle que 31% des sondés ont du mal à boucler leurs fins de mois, ils n’étaient que 22% l’année précédente. 20% des Français déclarent ponctionner leurs économies, ils n’étaient que 14% un an plus tôt. Les plus en difficulté sont principalement les familles nombreuses ayant un revenu net mensuel inférieur à 1200 euros, ces familles d’ouvriers qui constituaient naguère le socle électoral de la gauche et qui n’iront peut-être pas voter, ou alors pour Le Pen. Cherchez l’erreur !

La gauche aime les pauvres, et elle les multiplie.

Que n’a-t-on entendu lorsque la droite était au pouvoir, sur l’accroissement des inégalités, sur le mal-logement, sur la montée de la précarité … Ces chiffres terribles montrent à quel point la gauche aime les pauvres : la preuve, depuis deux ans qu’elle est au pouvoir, elle les multiplie. La situation ne cessent d‘empirer à une vitesse impressionnante, au rythme de la montée du chômage, comme le souligne le 9ème rapport établi par la fondation Abbé Pierre. Comme en économie, les socialistes échouent lamentablement contre la pauvreté. Et pour une fois, les socialistes ne pourront pas invoquer l’héritage, la faute à Sarko. C’est bien de leur bilan qu’il s’agit. Dommage que les grands médias n’aient pas évoqué ces chiffres, notamment le service public de l’audiovisuel : il ne faut pas gêner la gauche !

Si on ajoute que les investissements étrangers ont été de 5,7 milliards de dollars en 2013, en diminution de 22 milliards  depuis 2012. Ils étaient de 70,7 milliards en 2007. La France est une anomalie en Europe par la stagnation de son activité qui redémarre partout, par son chômage massif permanent (11% de la population active), son niveau de prélèvement hors norme à 53% du PIB pour les recettes et 57% pour les dépenses. En même temps on réduit de 20% le budget de l’apprentissage avec pour résultat une baisse de 8% des effectifs, alors que ce type de formation assure 70% d’insertion dans la vie professionnelle.

La France, contre-modèle social de l’Europe.

C’est le résultat d’une politique mise en œuvre depuis 2012, de rupture avec l’entreprise, de répression financière, de rentabilité négative du capital, agrémenté d’un choc fiscal  de 3,5% du PIB., avec à la clé un exil sans précédent des capitaux et des talents, des centres de décisions et du travail hautement qualifié.

Ce n’est pas seulement un constat d’échec de la gauche. Ces chiffres sont la preuve que notre modèle social est devenu un « contre-modèle », car, à partir du moment où 2 Français sur 3 pensent qu’ils peuvent devenir clochards, il s’agit de la faillite de l’Etat- providence tel qu’il a été conçu il y a 70 ans. Voilà un constat utile alors qu’il faut repenser notre fiscalité, notre administration, le financement de notre protection sociale, la place et le rôle des entreprises.

Avis aux politiques de tous bords !

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)