LE CARNET DE CAMPAGNE DE SERAPHIN
QUAND LE NET FAIT CAMPAGNE

HALTE AU « PORNABLE » !

 Smartphone

Nouvelle mode désastreuse et inquiétante qui s’est répandue dans les portables de nos ados et même des plus jeunes : celles de télécharger des séquences « porno » ! Ces 11-13 ans sont ainsi confrontés à des images pornographiques, via notamment les smartphones. 80% de ceux-ci en ont déjà vu en surfant sur Internet. Déjà que l’utilisation de ces bijoux électroniques ne cessent de perturber le déroulement des activités scolaires, empêchent la concentration et favorisent la fraude, voilà maintenant que s’y ajoute une dérive très nocive pour les relations entre garçons et filles dans le cadre de la mixité de nos établissements scolaires.

Les smartphones sont en première ligne car si les ordinateurs sont de plus en plus équipés de logiciels de contrôle, il n’en va pas de même pour les smartphones, ces téléphones donnant accès à Internet. « Il n’y a pas de contrôle parental sur les téléphones, alors on peut faire ce que l’on veut, les parents ne le savent même pas ! », confirme une collégienne.

Cela devait finir par donner de mauvaises idées. C’est ainsi qu’un élève a filmé sa relation sexuelle avec une camarade de classe et l’a envoyée ensuite à tous ses copains qui ont ensuite exigé de la jeune fille la « même chose » sous menace de mettre la séquence sur le net… Catastrophique ! Je plains l’enseignant(e) qui devra ensuite faire cours à ces élèves. Il parait que la possession de ce genre de scènes dans la mémoire de son portable est indispensable pour ne pas être relégué dans la catégorie des « bébés ». On croit rêver quand on sait qu’il s’agit de gamins de 6ème ou de 5ème. Alors que va-t-on trouver dans les téléphones des plus vieux ? En fait, c’est bien plus grave, eux passent à l’acte … pour reproduire les modèles. Le phénomène est d’autant plus préoccupant qu’il a gagné les cours de récréation des écoles primaires.

Au point que le Ministère s’est ému du problème. Un colloque sur la protection des enfants et des ados dans l’usage des  réseaux numériques pour tenter de trouver une parade : « Les jeunes sur la toile : quelles protections pour quels risques ? », était organisé hier par l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice, en présence de Luc Chatel, ministre de l’Education nationale et de Dominique Baudis, Défenseur des droits. 

L’association E-enfance demande un contrôle parental sur les téléphones portables. En plus des opérateurs, ce sont les fabricants qui doivent aujourd'hui proposer un outil de filtrage aussi performant que celui qui existe sur les ordinateurs. « Les adolescents passent énormément de temps sur Internet et l’accès à la pornographie est facile », souligne Thomas Rohmer, président de Calysto. « Une fois qu’un ado a téléchargé un film ou accédé à un site pour adultes, il va recevoir en permanence des pop-up pour l’inciter à y retourner ». « J’en connais plusieurs qui vont plusieurs fois par jour sur des sites porno. C'est gratuit, on peut y aller facilement. Pas besoin de codes ni de contrôle parental. Et après, ben tu fais ce que tu as à faire », confirme un jeune homme au micro de RMC. Mais c’est un problème épineux à résoudre d’autant plus que les jeunes savent parfaitement trouver sur internet les logiciels qui permettent de « déverrouiller » le « contrôle parental ».

Les parents sont évidemment en première ligne. C’est à eux que revient, avant d’acheter un téléphone mobile à un adolescent, de discuter avec lui et surtout de fixer des règles, un peu comme ils le feraient avant l’achat d’un engin motorisé. A eux aussi de faire la pédagogie de l’utilisation de l’appareil et d’expliquer aux plus jeunes que si jamais ils tombent par hasard sur une image pornographique, ils doivent leur en parler. Pour les ados un peu plus âgés, une mise au point s’impose et les parents peuvent, par exemple, rappeler que les vidéos pornographiques ne correspondent pas à la réalité, mais sont bien des mises en scène.

Ces recommandations sont bien gentilles, mais très loin de la réalité et de la psychologie des jeunes. Et encore faut-il que les parents soient suffisamment présents pour exercer ce contrôle.


Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)