L’INVASION DES INVESTISSEURS BIONIQUES
HALTE AU « PORNABLE » !

LE CARNET DE CAMPAGNE DE SERAPHIN

 

Carnet présidentielle


Nous vivons dans un monde brouillon. A voir le spectacle que nous offre tous ceux qui ont des prétentions (pour certains le mot est faible), on peut légitimement se dire que « la démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres » comme aurait dit Churchill. En illustration, les sondages qui se suivent et ne se ressemblent pas au gré des fluctuations de personnes sondées, comme si les « panels » étaient devenus subitement fous. Mais aussi les scores qu’ils attribuent à nombre de candidats dont on se demande ce qu’ils viennent faire là ! 

Ils sont quand même instructifs. Ils nous disent que Flanby-Mollet patine à moins de 30%, que Nicolas-le-Fougueux refait une partie de son handicap, que Marine-double-peine reste à un niveau élevé mais ne progresse pas, que le Béarnais-têtu grapille au point de commencer à gêner autant à gauche qu’à l’extrême-droite. « Efa-tans-le-mur », qui a oublié l’écologie dans ses discours, continue avec vigueur dans la même direction et maintenant elle klaxonne : sa dernière sortie sur Jeanne d’Arc prouve qu’elle n’a pas encore totalement assimilé notre Histoire, ce qui agacera un peu plus les Français. Dans ceux qui existent encore un peu, surnage le Méluche, mais c’est au détriment de ses collègues d’extrême-gauche dont il séduit l’électorat par la radicalité de son discours et sa faconde « populacière ». On lui doit le « capitaine de pédalo » qui colle encore au candidat du PS et « le réactionnaire parfumé » pour Bayrou.

Dans le même cas de figure qu’il y a cinq ans, Sarko serait à plus de 30% car on peut lui attribuer les voix de Villepin, de Boutin et même de Morin qui n’étaient pas en course. La division est patente. Villepin ne décolle pas, et son impact est inversement proportionnel à la grandiloquence de ses déclarations, Boutin est « à la rue » avec 0,5%, ce qui est un comble pour une ancienne ministre du logement, et Morin reste scotché dans ses startings blocs avec visiblement des semelles de plomb.

L’événement qui aura marqué la fin de la semaine, c’est le déplacement à Domrémy du Président de la République pour le 600ème anniversaire de la Pucelle. Déplacement critiqué c’est inévitable. Et pourtant, il n’a rien fait de plus que ce qu’on fait ses prédécesseurs Giscard, Mitterrand, Chirac entre autres. Rien de plus naturel que d’honorer la mémoire d’une héroïne parmi les plus populaires de notre Histoire. Jeanne d’Arc, c’est notre patrimoine commun : on ne va pas se gêner, n’en déplaise à Marine-double-peine et à son mentor qui tentent de l’instrumentaliser depuis des années. Celle-ci se sent obligée de se comparer au Président et se complimente elle-même, ce qui est le plus sûr moyen d’être satisfaite : « convictions plus fortes, coeur plus pur, jambes plus longues » points sur lesquels il ne peut pas, paraît-il, la rattraper. On a envie de rire de ce personnage si bien décrit par Alain Duhamel : « de composition à la radicalité maîtrisée en apparence qui cache une brutalité et un simplisme irrépressible ». Frappant !

Cela me permet d’enchaîner sur le débat qu’elle a lancé sur les parrainages, rejointe par Christine Boutin, dont on sait que la « bombe atomique » qu’elle voulait lancer consisterait en un ralliement à … François Bayrou, bien encombré d’une telle flamme soudaine. On éclate, mais de rire ! Quand on n’a pas de réseaux d’élus suffisants, on peut obtenir des parrainages par la notoriété. Quand on n’a ni les uns, ni l’autre, et qu’on représente même pas 1% de l’électorat, on ne se présente pas.  Le cas du Front national est différent : son programme sulfureux peut faire peur et les élus y regardent à deux fois avant de le cautionner. Je crois plutôt à une manipulation pour faire croire que l’Elysée a les moyens d’empêcher par ce biais des candidatures. C’est une imposture, quand on sait quelle indépendance d’esprit manifestent les élus locaux de nos près de 40 000 collectivités territoriales.

Un dimanche presque ordinaire sur nos médias : Villepin, Hamon, Bayrou, Montebourg, Joly, Moscovici… Tous « contre », pas un « pour ». On est loin de l’équilibre. Que fait le CSA ?

J’ai lu avec intérêt l’interview du Maire de Nantes, par ailleurs conseiller de Flanby-Mollet, dans le JDD : un chef d’œuvre de mensonge et d’approximation avec une bonne dose de langue de bois, dont il a une longue expérience de la pratique. Mensonges sur la responsabilité du Président dans les crises successives, mensonges encore quand il affirme que rien n’a été fait, vision erronée sur la TVA sociale ramenée à une simple hausse d’impôt ce qui manifeste un mépris insupportable pour les entreprises,  et posture politicienne pour justifier la campagne de son protégé, ses nombreux « faux départs » et les rapports du PS avec les classes populaires. Dur-dur de reconnaître qu’une grande partie de ses électeurs ont été piqués par Marine-double-peine.

Une rigolade pour terminer (je garde Cantona pour la prochaine fois) : c’est le ralliement de PDB au Béarnais. Philippe Douste-Blazy s’est réconcilié avec son vieil ennemi. Aigri de ne pas avoir eu son tour de « maroquin » le fondateur de l’UMP retourne au bercail. On imagine que Bayrou aurait aimé le renfort d’un glaive, mais avec « soigne-ta-mèche », il ne récupère qu’une lime à ongle.

Allez, à la revoyure !

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)