CES PARENTS QUI FUIENT LE MAMMOUTH
UNE SEMAINE A ROME

LA COURSE EN TETE



    Ump2009_affiche                                                                      

 

Le vote sanction est à la mode. C’est l’apanage de tous les scrutins dits « secondaires » par rapport au deux primordiaux que sont (encore) les législatives et la Présidentielle. L’élection au parlement européen n’échappe pas à la règle. Mais curieusement l’UMP semble quand même tirer son épingle du jeu. Sauf surprise, au terme d’une campagne qui, si elle n’est pas Waterloo, est quand même « morne plaine », le parti présidentiel arrivera largement en tête devant toutes les autres listes : il est généralement crédité de scores qui oscillent entre 27 et 33%. Un atout dans un scrutin proportionnel à un tour. L’union lui profite, même s’il ne faut pas surestimer l’apport centriste du « Nouveau Centre » ou de centre gauche de la « Gauche Moderne ».

C’est que la multiplicité des listes qui proposent un vote sanction les conduit à l’émiettement des voix, et les sondeurs nous indiquent que seulement 39% des Français sont prêts à utiliser leur bulletin de vote à cette fin. Il y a donc une neutralisation des divers votes sanctions. Le PS et le Modem sont sur la même ligne pour instruire le procès des deux ans de Sarkozy, mais ils campent sur un électorat qui se recoupe en partie. Et la ressemblance des discours, y compris sur l’Europe n’est pas faite pour aider l’électeur à s’y retrouver. Le vote protestataire est morcelé aussi bien à droite qu’à gauche. Le FN doit partager ses voix avec des listes dissidentes, et si la récession apporte un stimulant à l’extrême gauche (14 à 15,5% des voix), les listes qui s’en réclament sont pléthores. Même chez les souverainistes les choses se compliquent puisque De Villiers avec « Libertas » est concurrencé par Dupont Aignan. Pour résumer, on voit bien deux attitudes chez les électeurs, toutes deux nées de la crise : il y a ceux qui ont pris conscience du rôle que l’Europe peut jouer, en grande partie grâce aux six mois de présidence Sarkozy, qui sont tentés de voter UMP, et ceux qui mettent tout sur le dos du capitalisme et qui voteront à gauche de la gauche. Entre les deux, c’est un peu le marais où les idées s’enlisent.

Même la faible mobilisation des électeurs profite au parti majoritaire, puisque sur la moitié des Français sûrs de voter, c’est le vote des plus de 60 ans (63% de votants) qui l’emporte sur celui des jeunes (30% des moins de 35 ans). La sociologie de l’électorat qui va se déplacer le 7 juin est donc plutôt favorable à la droite.

L’autre caractéristique de ce scrutin, c’est le manque de passion du débat. Les sujets qui attisaient les passions sont derrière nous, et même la problématique de l’adhésion de la Turquie n’arrive pas à réveiller une campagne paisible. Personne ne s’intéresse plus au fédéralisme pour en faire un étendard (même BAYROU, c’est tout dire), il n’y a même plus de cabris pour sauter en criant « Europe », « Europe », comme brocardait le Général. Jean-Pierre Chevènement en est réduit à appeler au vote blanc, c’est dire si celui qui était naguère l’un des plus critiques sur la construction européenne est absent de la campagne. Quant aux souverainistes, ils sont aussi en perte de vitesse et sont promis à des scores en retrait par rapport à la précédente édition. Avec la crise, leur discours suscite la méfiance au moment où un certain nombre d’électeurs ont compris que l’isolement pourrait être fatal. L’attitude des Français à l’égard de l’Europe est assez en phase avec ce débat apaisé : seuls 21% d’entre eux ont une image « négative » de l’Europe, alors que 46% en ont une image « positive ».  Mais 45% ne font pas confiance à l’Union Européenne comme institution. Comme on le voit, ce n’est pas vraiment l’enthousiasme. C’est bien l’indifférence que l’on ressent.

Enfin, le score de l’UMP ne doit pas nous faire rêver non plus. Si on peut s’en satisfaire dans un scrutin proportionnel qui éparpille les voix, le problème est posé pour les autres élections : dans un scrutin majoritaire à deux tours, le danger pourrait venir de la coalition des  mécontents. Il faudra que, d’ici là, l’UMP trouve l’apport de voix complémentaire pour franchir la barre des 50%.... à commencer par 2010 aux Régionales.

                                                                            Badge-bechu-120                                  


Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)