EN POLITIQUE, LA FORMULE MAGIQUE NE MARCHE PAS !
JOYEUX NOËL !

"WE ARE FIRED" ! (nous sommes virés)

Drapeau US

 

La fin pathétique de Trump.

On est débarrassé du "fou furieux".  Les derniers soubresauts de la politique intérieure de Trump frisent la  mascarade et l’on serait tenté d’en rire franchement si elle ne ridiculisait pas la démocratie de la première puissance du monde et si elle n’avait pas des côtés sinistres. Élu jusqu’au 20 janvier 2021, et contrairement au fair-play et aux traditions de la transition, il continue à détricoter l’héritage laissé par Barack Obama, de manière à compliquer la tâche de Joe Biden. Heureusement ce dernier fait preuve d’un grand sang-froid et  n’est pas affolé par les difficultés qui l’attendent. Il faut dire qu’il a une longue expérience politique. En fait, la première leçon du 3 novembre, c’est l’extraordinaire robustesse des institutions américaines qui ont rendu impossibles les coûteux recours de la campagne de Trump contre les résultats confirmant sa défaite dans certains États très disputés, lesquels ont accordé, grâce au vote par correspondance, 6 à 7 millions de voix populaires en plus à Joe Biden. Donald Trump n’a pas pu s’opposer à cette déferlante et le show mis en place par ses avocats n’a pas ébranlé les juges, de quelque bord qu’ils fussent, parce qu’aucune fraude n’a été trouvée. Toute la presse, américaine et internationale, a mis l’accent sur les obstacles dont Trump a  l’intention de jalonner le mandat de Biden. Enfin, pour illustrer le caractère vicieux du battu, il faut s’indigner de son intervention personnelle pour que soient exécutés les condamnés à mort fédéraux qui attendent leur sort dans le couloir de la mort. Trump fait souvent rire, mais il est aussi sinistre, cruel et inhumain, surtout quand il  se livre à des abus de pouvoir. La tradition veut que son successeur décide ou non de gracier les condamnés. Dans certains cas, les avocats n’ont même pas obtenu le délai de 91 jours prescrits par la loi pour leur permettre de présenter un dossier. Tragique égocentrisme !

Pas plus mal que si c’était pire.

Cependant, quelque chose qui ressemble à la raison commence à émerger du camp républicain, partagé, jusqu’à présent, entre le désir de ne pas s’aliéner le président sortant et celui de rester dans la course. C’est ainsi que le plan de relance de l’économie américaine va être annoncé et que Joe Biden démontrera que lui aussi est un créateur d’emplois. Dans ces conditions, le pire n’est pas sûr. Il n’est pas certain qu’en 2024, Trump puisse réapparaître comme un monstre du Loch Ness sorti des eaux le couteau entre les dents. Il n’est pas sûr non plus que ses électeurs vont continuer à semer la zizanie et tenter de semer le trouble dans les consciences et dans les votes, même s’il y a aux États-Unis une élection législative dans deux ans qui peut renouveler la Chambre des représentants au profit du Grand Old Party. Les Américains forment un peuple qui aime le changement, qui ne s’accroche pas au passé, qui veut aller de l’avant, avec cette foi et cette solidité mentale que lui confère la stabilité institutionnelle.

Bienvenue à Biden.

Avec 306 grands électeurs contre 232 à son adversaire et 7 millions de voix d’avance, Joe Biden a remporté un triomphe plus qu’une victoire, ce qui lui permettra de gouverner avec autorité à partir du 20 janvier 2021. Après quatre ans de Donald,  le  vilain canard, le candidat démocrate veut « reconstruire, en mieux » les Etats-Unis. Il devra certes compter avec sa « gauche » et Bernie Sanders, mais il est avant tout un modéré et un « centriste » et il a l’expérience de sa vice-présidence Obama où il avait en charge les affaires internationales. De plus il bénéficie d’excellentes relations au Sénat avec des sénateurs républicains, qui lui seront bien utiles s’ils y restent majoritaires. On peut compter sur Joe Biden pour apaiser les relations avec les  alliés naturels de l’Amérique, que Trump a  mises à mal par ses incartades et ses roromontades, même s’il ne faut pas se méprendre : « America first » restera d’actualité. Le nouveau président veut mettre en place un choix plus large pour l’assurance-santé et une fiscalité plus juste pour financer un grand plan d’infrastructures et une économie plus verte. A cet égard, le retour des Etats-Unis dans les Accords de  Paris est une bonne nouvelle. Il veut un plan massif pour promouvoir le « made in America » ;  il a promis de financer davantage les écoles situées dans les zones les  moins riches, davantage de bourses et des études gratuites dans les universités publiques pour les étudiants pauvres ;  il s’attaquera évidemment aux inégalités raciales dans une société qui a besoin d’apaisement sur ce point. Les marchés sont plutôt satisfaits de cette victoire avec un Sénat en position de contrôle, car l’absence de  majorité dans la haute assemblée limite l’action des démocrates. Le nouveau président a commis un sans faute pour l’instant.  Il a  misé sur l’establishment démocrate pour réhabiliter les institutions : il s’entoure de professionnels expérimentés qui ont exercé des fonctions sous la présidence Obama. Compétence et expérience sont les  maitres mots qui président à ses choix. La future administration aura pour mission de « rendre sa stature mondiale à l’Amérique, son éminence politique et morale ». C’est ainsi que nous voyons réapparaitre Antony Blinken, Jake Sullivan, John Kerry, à des postes quasi similaires à ceux qu’ils avaient occupés. Le coup de maître est la nomination de Janet Yellen au Trésor, elle qui a été présidente de la Réserve fédérale et des conseillers économiques de la Maison blanche. Restera la gestion de la crise économique et là encore, pas  de surprise, le programme creusera les déficits, comme celui qu’avait prévu Trump. Il faut s’attendre à une hausse de la dette fédérale de 18 points de PIB d’ici 2030…  avec une hausse des dépenses publiques. Rien de nouveau sous le soleil !!

Si les dirigeants européens préfèrent Joe Biden, ils ont aussi raison de ne pas se faire trop d’illusions, car l’élection américaine ne change pas grand-chose à nos intérêts commerciaux. Et c’est pas plus mal  pour la cohésion du vieux continent.

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)