LA RELANCE DE LA DERNIERE CHANCE
LES DOSSIERS DE L'ETE

LA COMMODE AUX TIROIRS DE COULEURS

 

La commode aux tiroirs de couleurs001

Roman d’Olivia RUIZ.

J’ai déjà écrit un article sur Olivia Ruiz.  C’était à l’été 2008, elle était alors au début de sa carrière de chanteuse, tout au moins sur les plateaux télé. Je disais que j’appréciais ses textes, ses rythmes, sa voix, sa gestuelle : bref, une véritable déclaration de fan. Et j'ai toujours un ou deux CD à portée de main quand « l'envie d'Olivia me vient » ! Cette une femme qui a du talent  et  elle vient encore de le  prouver avec la  publication de son premier roman : « La  commode aux tiroirs de  couleur ».  Tout le monde savait déjà que son nom de scène, elle l’a emprunté à sa grand-mère, et que son ascendance ibérique lui tient chaud au cœur depuis qu’elle s’exprime, bien que ce lien ne lui vienne que de sa mère. On en retrouve les accents dans ses chansons, dans son spectacle, dans sa gestuelle.  Pourquoi cet attachement ?  C’est peut-être pour tenter d’y répondre qu’elle a écrit ce qui aurait pu être un récit autobiographique, mais qui faute d’éléments concrets est devenu un authentique roman.

Le thème de l’histoire revient sur son passé de petite fille de réfugiés espagnols ayant fui le franquisme. Une histoire qui résonne dans notre famille puisque ma belle-mère a connu le même épisode, et qui plus est, avec des ressemblances dans le parcours de la fuite vers la France, et l’accueil qui était réservé aux réfugiés. Comme chez nous, elle s’est heurtée à une sorte d’omerta sur l’exil.

A 40 ans, elle dévoile donc une autre facette de son talent : elle écrit  avec un style inimitable que sa double culture rend encore  plus attachant. Les  300 pages se lisent d’un coup.  On sourit, on s’amuse et on sort  son mouchoir à la fin.  Sa fougue, qui fait partie de son personnage, et que l’on  mesure sur scène, se retrouve ici dans le choix des mots, dans les images, dans le rythme de la phrase. Le tableau est complet, car faute de témoignage, elle s’est documentée. L’Espagne franquiste, la guerre civile, la fuite à pied à travers les Pyrénées, l’arrivée dans les camps, prennent un accent véridique tellement ils sentent le vécu. On a  envie d’y croire.  Et puis la double culture, l’assimilation, la transmission ou son absence, voilà un vécu très proche de ce que ma femme a reçu en héritage. Ce roman nous renseigne donc, indirectement sur la volonté d’oubli de ceux qui ont dû fuir leur patrie pour se refaire une autre vie. Ce que ces trois femmes, censées être sa grand-mère, sa mère et elle, ont vécu devient une épopée. Quand on suit Olivia Ruiz, on reconnait dans le roman  les références au café familial de Marseillette. Les femmes de son roman pourraient être sorties  de chez Almodovar. L’espagnol est sa seconde langue. Ce  passé, elle s’y cramponne. Ruiz comme nom de scène est un hommage revendiqué à sa grand-mère et quand sur scène elle entonne « la foule » en espagnol, encore un thème familial, la voix se fait plus rauque et l’accent est là, que seuls ceux qui ont les gènes ont avec cette justesse. Ce qui permet à sa grand-mère de crier son plaisir :  « Olivia est la plus espagnole de nous tous !». Le déracinement, elle en a fait aussi un spectacle : « Bouches cousues »  créé sur la scène nationale du Grand Narbonne  et devrait être à l’affiche des Bouffes du Nord en octobre, si covid veut bien.

Dans ce roman, il y a quelques pages grandioses. Le récit du « corps à corps » avec Rafaël est un sommet de délicatesse et de sensualité. Il y aurait bien d’autres épisodes à citer, mais je vous laisse  les  découvrir. « On pourrait croire à une petite fille sage mais le spectacle laisse au contraire entrevoir un tempérament volcanique.... » écrivais-je en 2008.  Cela se vérifie dans le roman. Voilà une écrivaine qui a du tempérament ! Allez, hâtez-vous d’aller ouvrir les tiroirs de couleurs de la commode !

La  commode aux tiroirs de couleurs, Olivia Ruiz, chez JC Lattès

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)