L'école s'invente tous les jours !
III - Réflexions pour aujourd'hui - Les maux du système éducatif (1)

UNE FOIS DE PLUS, FAIRE SEMBLANT ?

Retraites 3

 

Quelle réforme ?

L’idée était séduisante : un régime universel unique pour tous, bien égalitaire à souhait, qui mettrait fin aux injustices. Un système par point bien technocratique comme nos énarques savent en pondre. Et surtout bien flou et comme dit notre Martine lilloise, « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ! ». On ne sait plus s’il s’agit de remettre de l’ordre dans les comptes, ou comme la promesse de la campagne présidentielle l’avait annoncée, de construire un régime idéal mettant fin aux 42 régimes disparates actuels. Une réforme mérite d’être menée, mais faut-il voir si simpliste dans un pays aussi compliqué que la France, où les « acquis sociaux » se sont construits dans la durée et ne seront pas faciles à détricoter. C’est bien pour cela que le pouvoir avance masqué et prolonge à n’en plus finir le moment où il faudra annoncer la vérité : le système par points est une machine à ne faire que des perdants et une étatisation déguisée, mettant à la marge les partenaires sociaux, qui ont pourtant montré leur capacité à gérer de façon paritaire les retraites complémentaires, avec le grand danger de laisser l’Etat fauché et impécunieux fixer le prix du point, moyen le plus commode de faire les ajustements… à la baisse.

Mobilisation massive.

Le jeudi 5 décembre a annoncé la couleur : le gouvernement voulait savoir, il n’est pas déçu. La mobilisation a été massive et cela ne présage rien de bon. Trop de colères, de rancoeurs accumulées, se sont exprimées face à un Macron trop présomptueux, trop orgueilleux, incapable de reconnaître ce qui a été fait avant lui, par la droite notamment, aveuglé par une promesse de campagne inconsidérée. Il a cultivé les ambiguïtés, multiplié les petites phrases sources de confusion, méprisantes à l’égard du peuple. Avec le Premier Ministre, ils ont réussi à alimenter les craintes au lieu  de rassurer et d’établir la confiance. Et puis ce Jean-Paul Delevoye qui met les pieds dans le plat en élargissant maladroitement le sujet à l’immigration… comme si le climat n’était pas assez anxiogène ! Le constat : ils ont réussi à faire l’unanimité contre eux et ce projet qui se voulait simple et se révèle fumeux. Le pouvoir est donc condamné à reculer, d’une manière ou d’une autre, s’il veut éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé. On voit déjà comment : en reculant sur les régimes spéciaux et en prenant le chemin de la fuite en avant sur la dette.

Une autre réforme est possible.

Les comptes sont tenus même si leur équilibre est fragile, comme le souligne le dernier rapport du COR (Conseil d’Orientation des Retraites). Et cela grâce aux réformes en profondeur de 2003 et 2010 menées par les Républicains, Hollande s’étant surtout contenté de rajuster le niveau des cotisations. Les dernières réformes de 2010 et de 2014 ont commencé à rapprocher les règles dans les régimes spéciaux de celles des fonctionnaires et du secteur privé. Mais, c’est vrai, rapprochement ne veut pas dire égalité de traitement. Ce sont ces différences qui perdurent auxquelles voudrait mettre fin le régime universel en intégrant les régimes spéciaux, ce qu’il faudra faire de toute façon, en évitant de reculer aux calendes grecques. Mais, la priorité devrait être d’ajuster d’abord le financement avant d’envisager les autres modifications, et il n’y a qu’une mesure qui puisse assurer l’équilibre financier au-delà de 2025 : reculer l’âge de départ progressivement à 64 puis 65 ans. Les Français le savent et ils y sont prêts, pour peu qu’on y mette les formes. Ensuite, il faut mettre fin aux injustices criantes pour les salariés en faisant converger les régimes public et privé. Evidemment, il faut en profiter pour mettre fin aux autres injustices du système actuel concernant les femmes et les carrières hachées, préserver les droits familiaux et conjugaux, et les caisses autonomes bien gérées qui ne demande rien à personne. C’est la réforme qui permettra de maintenir assurément le niveau des pensions sans faire peser leur financement sur les générations futures, sans augmenter les cotisations qui pèseraient sur le pouvoir d’achat des actifs. C’est le projet proposé par les Républicains. Il est réaliste et il est tenable.

La clarification à reculons ?

Edouard Philippe va devoir clarifier le projet. Mais les rumeurs qui circulent ne sont pas de nature à rétablir la confiance ni rassurer les Français inquiets pour leur avenir. Quelle justice à reculer la réforme des régimes spéciaux en appliquant la clause du dite du « grand-père », qui consiste à la repousser de 40 ou 50 ans ? Il n’y aurait pas non plus de « mesure paramétrique », expression technocratique pour dire qu’on ne repoussera pas l’âge de départ, ce qui veut dire que le financement serait assuré par l’emprunt et la dette pour combler les 17 milliards d’euros qui manqueront à court et moyen terme. Peut-on être surpris que le pouvoir lâche du lest  sur la dette et les économies, lui qui fonctionne à chéquier ouvert depuis le début du quinquennat ? C’est une faiblesse et un manque de courage qui est la marque de toutes les réformes entreprises depuis 2017.

C’est tout simplement de l’irresponsabilité.

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)