IL FAUT ARRETER LES EUPHORISANTS !
UNE BELLE LECON !

OU VA L’ECONOMIE MONDIALE ?

Baisse de l'euro

Triste fin de mois de septembre. Les nuages s’accumulent sur la planète, qu’il s’agisse des guerres et du terrorisme ou de l’évolution de l’économie dont les signaux envoyés sont de plus en plus alarmants.

La réalité économique mondiale.

Sept ans après la faillite Lehman Brothers, le monde n'a pas retrouvé ses niveaux de croissance, loin s’en faut. L'inflation est toujours à zéro ou presque ce qui signifie une modification profonde de l’économie mondiale : dans tous les pays développés, y compris les États-Unis qui connaissent plutôt une belle croissance par rapport à nous, les forces déflationnistes ne reculent pas et commencent à faire exploser bulles après bulles, la bulle chinoise, la bulle des émergents et la bulle des biotechs. Elles se sont maintenues malgré la politique des banques centrales qui inondent le monde de milliers de milliards de dollars, d'euros, de yens et autres monnaies. Le stock de ces injections est tellement massif qu'aucune banque centrale ne sait comment commencer à l'éponger. A tel point que même la Fed américaine hésite toujours à remonter ses taux, alors qu’on sait bien qu’il faudra le faire d’ici la fin de l’année… sauf s’il y a un krach boursier. En attendant l’inflation ne repart pas et on reste loin des 2% qui restent l’objectif visé par toutes les banques centrales. La conséquence, c’est que des zones comme la Chine et les pays émergents s'enfoncent dans un ralentissement voire même une récession. L’exemple du Brésil est à cet égard significatif.

Cette déflation a pour conséquence une croissance anémique.

La Chine fait l’objet d’un consensus des économistes : le dégonflement de son économie contribue à provoquer un effondrement des cours des matières premières. Cependant, même en dehors de l'énergie et des matières premières, l'inflation reste proche de zéro. Le vieillissement de la population apporte une autre explication. Enfin, il est probable que la révolution technologique que nous vivons soit fortement déflationniste et on sait qu’elle va encore s'accélérer. Quoi que fassent la FED ou les autres banques centrales, la déflation n'est donc pas prête de faiblir. Résultat incontournable qui nous est donné par un rapport de l'Organisation Mondiale du Commerce : la croissance des échanges mondiaux s'effondre à un rythme inconnu. Et ce n’est pas joyeux comme pourraient le penser les adversaires de la « globalisation». Le contenu de ce rapport est tellement spectaculaire qu'on se demande si nous ne sommes pas en train d'assister en direct à la fin d'un cycle de la mondialisation. On observe 3% seulement de croissance annuelle depuis 2010 alors qu'on tournait à plus de 6% de 1983 à 2008. Et pour 2015, nous sommes sur un chiffre de 1% de croissance seulement. La prévision précédente était de 3,3% pour l'année. C’est dire si c’est une sacrée révision à la baisse. Même les États-Unis se referment aussi. Depuis le début d'année, leurs exportations ont chuté de près de 6%. Et si on ajoute à ça une Europe dont la reprise est anémique, on est face à un monde où chaque zone économique se replie sur elle-même.

Un krach à la clé ?

De nombreux experts annoncent pour ce mois d’octobre un krach majeur sur les indices boursiers et le début d’une nouvelle crise  financière globale pire que celle de 2008. Les oscillations des indices depuis quelques semaines qui jouent au yoyo en sont les signes précurseurs, comme les secousses telluriques qui annoncent un séisme. La nervosité des investisseurs se traduit toujours par une forte volatilité. Le CAC est pratiquement revenu à son niveau de fin 2014 effaçant une année de gains : plus de 20% de performance évaporée en quelques semaines. Les marchés américains qui avaient plutôt bien résisté récemment, ont eux aussi plié, mais  brutalement. Les marchés finissent toujours par s’aligner sur les fondamentaux de l’économie réelle. Le problème, c’est que ceux-ci sont mauvais partout sur la planète.

 

 

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)